Version classiqueVersion mobile

Penser le comportement animal

 | 
Florence Burgat

Les auteurs

Texte intégral

1Florence Burgat est directeur de recherche en philosophie à l’inra. Elle a enseigné durant quatre ans à l’ehess. Elle est actuellement rattachée à l’équipe d’accueil « Philosophies contemporaines » (université de Paris I). Elle a travaillé sur la définition de l’animalité dans la philosophie occidentale moderne et contemporaine, et publié sur ce thème, outre de nombreux articles, Animal, mon prochain (Odile Jacob, 1997). Elle travaille aussi sur la condition des animaux dans notre société : L’Animal dans les pratiques de consommation (puf, 1995) ; La Protection de l’animal (puf, 1997) ; avec la collaboration de Robert Dantzer, Les Animaux d’élevage ont-ils droit au bien-être ? (éditions de l’inra, 2001) ; L’Animal dans nos sociétés (La Documentation française, revue Problèmes politiques et sociaux, janvier 2004). Ses recherches portent actuellement sur les approches phénoménologiques de la vie animale : Liberté et inquiétude de la vie animale (Kimé, 2006) ; elle prépare un livre autour des notions de vie, d’existence et de comportement.

2Françoise Armengaud est maître de conférences à l’université de Paris X où elle a enseigné la philosophie du langage et l’épistémologie. Elle est l’auteur de La Pragmatique (puf, « Que sais-je ? », 4e éd., 1999) ; Bestiaire Cobra, une zoo-anthropologie picturale (La Différence, 1992) ; « Au titre du sacrifice : l’exploitation économique, symbolique et idéologique des animaux », dans B. Cyrulnik, Si les lions pouvaient parler (Gallimard, 1998) ; Lignes de partage. Littérature/Poésie/Philosophie (Kimé, 2000) ; Bêtes de longue mémoire (Le Rocher, 2005).

3François Calatayud est chargé de recherche à l’inra (Comportement et écologie de la faune sauvage). Ses travaux portent sur les processus cognitifs impliqués dans les dégâts forestiers causés par les ongulés sauvages et s’inscrivent dans une perspective phénoménologique de l’étude du comportement animal. Il s’intéresse notamment aux aspects épistémologiques et éthiques des approches objectiviste et phénoménologique ainsi qu’à la mise au point d’outils méthodologiques permettant d’aborder l’animal comme un sujet.

4Robert Dantzer est docteur-vétérinaire et docteur ès sciences. Il a dirigé l’Unité de recherches de neurobiologie intégrative à l’université de Bordeaux 2. Il est spécialisé en psychobiologie et s’intéresse plus particulièrement au stress, aux interactions entre les hormones et le comportement (la psychoneuroendocrinologie) et aux relations entre le système nerveux et le système immunitaire (la psychoneuroimmunologie). Il est actuellement professeur de psychoneuroimmunologie à l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign.

5Philippe Devienne est docteur vétérinaire praticien, docteur en philosophie et titulaire d’un dea de bio-mathématique. Il a soutenu une thèse sur Une approche analytique de la philosophie des droits de l’animal (2006), à partir de laquelle il prépare actuellement un livre. Il poursuit, dans la perspective de la philosophie du langage ordinaire, des recherches sur la douleur. Il a notamment publié sur ce thème Les Animaux souffrent-ils ? (Le Pommier, 2008).

6Jacques Dewitte, philosophe et écrivain, a écrit de nombreux articles portant notamment sur le phénomène du vivant, la question téléologique et l’anthropomorphisme (à partir d’auteurs tels que Hans Jonas et Adolf Portmann). Il a publié Le Pouvoir de la langue et la liberté de l’esprit. Essai sur la résistance au langage totalitaire (Michalon, 2007) et L’Exception européenne. Ces mérites qui nous distinguent (Michalon, 2008).

7Thomas Droulez est doctorant en philosophie à l’université de Strasbourg. Il travaille sur l’évolution phylogénétique et ontogénétique de la conscience et de la conscience de soi, dans une compréhension naturaliste non réductionniste de l’esprit, ainsi que sur l’origine de la perception du corps. Auteur de L’Homme, la bête et le zombi. La conscience animale entre le réflexe et le réflexif (Le Portique, 2009) et Usage des biotechnologies et conditions de la constitution d’un être biologique singulier, conscient et autonome (Néothèque, 2009).

8Elisabeth de Fontenay a enseigné la philosophie à l’université de Paris I. Spécialiste du xviiie siècle français et du matérialisme, elle a notamment publié Diderot ou le matérialisme enchanté (1981). La question animale traverse l’ensemble de son œuvre depuis l’article « La bête est sans raison » (Minuit, 1978) au Silence des bêtes. La philosophie à l’épreuve de l’animalité (Fayard, 1998), et récemment Sans offenser le genre humain. Réflexions sur la cause animale (Albin Michel, 2008). Elle prépare une édition critique du De natura rerum de Lucrèce (Les Belles Lettres, 2009).

9Xavier Guchet est maître de conférences à l’université de Paris I, où il enseigne la philosophie des sciences sociales et la philosophie des techniques. Il est membre de l’équipe d’accueil « Philosophies contemporaines », composante NoSoPhi. Il a publié Les Sens de l’évolution technique (Éditions Léo Scheer, 2005). Pour un humanisme technologique ? Culture, technique et société dans la philosophie de Gilbert Simondon est sous presse (puf).

10Jenny Litzelmann est doctorante en philosophie à l’université de Paris I et à l’université de Genève. Ses travaux portent sur l’histoire des relations entre l’homme et l’animal, vues notamment sous l’angle des dichotomies nature/culture, instinct/intelligence, corps/esprit, animal/homme... Elle s’intéresse plus particulièrement aux notions d’instinct et de sujet animal qui remettent en cause ces dichotomies depuis l’avènement de l’éthologie.

11Jean-Pierre Marguénaud est professeur de droit privé et de sciences criminelles à la faculté de Limoges o.m.i.j. Auteur de L’Animal en droit privé (puf, 1992), « La personnalité juridique des animaux » (1998) ; « La protection juridique du lien d’affection envers un animal » (2004) au Recueil Dalloz. Fondateur de la Revue semestrielle de droit animalier (2009). Auteur ou coauteur de La Cour européenne des droits de l’homme (Dalloz, 4e éd., 2008) ; Les Grands Arrêts de la Cour européenne des droits de l’homme (5e éd., puf, 2008) ; Dictionnaire des droits de l’homme (puf, 2008).

12Michel Meuret, écozootechnicien, est directeur de recherche à l’inra-sad. Privilégiant le « point de vue » de l’herbivore dans l’étude des pâturages, il a montré à quel point et comment des pratiques d’élevage peuvent stimuler l’appétit et donc améliorer la valeur alimentaire de couverts végétaux habituellement déconsidérés. Il a animé des recherches interdisciplinaires sur des dispositifs publics agri-environnementaux ayant recours au pâturage afin de restaurer et conserver la biodiversité sur des espaces naturels et agricoles.

13Jean-François Nordmann est philosophe, formateur-maître de conférences à l’iufm de l’Académie de Versailles (Université de Cergy-Pontoise) et directeur de programme au Collège international de philosophie (Paris). Il travaille à une redescription des dimensions affectives de l’expérience, entre phénoménologie et philosophie wittgensteinienne des jeux de langage.

14André Pichot est chargé de recherche au cnrs (umr 7117, Nancy). Il a principalement travaillé sur la philosophie et l’histoire de la biologie (Éléments pour une théorie de la biologie, Maloine, 1980 ; Petite phénoménologie de la connaissance, Aubier, 1991 ; Histoire de la notion de vie, Gallimard, 1993, 1995, 2004, 2008 ; Histoire de la notion de gène, Flammarion, 1999), et sur les dérives des applications sociales de la génétique, eugénisme et racisme (La Société pure, de Darwin à Hitler, Flammarion, 2000, 2001, 2009 ; Aux origines des théories raciales, de la Bible à Darwin, Flammarion, 2008).

15Georges Thinès est docteur en psychologie expérimentale et, formé à la physiologie comparée, professeur d’éthologie à l’université de Louvain. Il a développé des vues théoriques consacrées aux relations entre l’expérimentation animale et la phénoménologie. Il est notamment l’auteur de La Problématique de la psychologie (La Haye, Nijhoff, 1969) ; Phénoménologie et science du comportement (Pierre Mardaga, [1977], 1980) ; Expérience et subjectivité (Éditions de l’université de Bruxelles, 1991). Il est membre de l’Académie des sciences de Belgique et correspondant du Muséum d’histoire naturelle de Paris.

16Marion Thomas est ingénieur agronome et docteur en histoires des sciences. Elle est maître de conférences à l’université de Strasbourg. Ses recherches portent sur l’histoire de la biologie, en particulier sur l’histoire de l’étude du comportement animal en France et aux États-Unis aux xixe et xxe siècles. Par ailleurs, elle poursuit un projet sur l’œuvre vétérinaire du médecin anatomiste Félix Vicq d’Azyr (1748-1794).

17Enrique Utria est doctorant en philosophie à l’université de Rouen. Ses recherches portent sur les droits moraux, depuis leurs fondements jusnaturalistes modernes jusqu’aux conceptions des philosophes du droit contemporains. Il a traduit The Case for Animal Rights de Tom Regan (1983), à paraître. Il est l’auteur de Droits des animaux. Théories d’un mouvement, (Droits des animaux, 2007) et de « Du radicalisme à l’“extrémisme” animalier » (Pouvoirs, Le Seuil, 2009).

18Isabelle Veissier est biologiste, directeur de recherche de l’inra. Elle étudie le comportement et le bien-être des ruminants d’élevage, en particulier bovins et ovins pour montrer que le comportement est le reflet de la façon dont l’animal perçoit son environnement. Le but de ses recherches est de concilier bien-être animal et productions animales. Elle est particulièrement impliquée dans des projets européens (WelfareQuality®, Alcasde...).

19Marion Vicart est doctorante en sociologie à l’ehess de Paris et rattachée au Groupe de sociologie politique et morale (gspm). Sa thèse, dirigée par Albert Piette, est consacrée à l’étude comparative des êtres humains et animaux, en particulier les chiens. Sur la base d’une analyse phénoménographique, elle y discute les notions de présence, de coprésence, d’attention et de détails. Elle est également membre de l’Équipe de phénoménographie anthropologique (epha) qui étudie les « autres » êtres auprès de l’homme.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search