Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La moisson des marins-paysans

 | 
Pascale Legué-Dupont

Troisième partie

L’évolution de la communauté ostréicole et les transformations des rapports sociaux dans le système de production

Texte intégral

1Ce dernier volet sera consacré à l’analyse des transformations sociales au sein de la population ostréicole charentaise. Tout d’abord, la structure de la communauté dans son ensemble y sera définie. En retraçant l’historique de la production régionale, de la plate à la japonaise, et celui de l’évolution des réseaux d’échanges intra et extra-communautaires, seront mis en évidence les systèmes de valeurs culturelles et symboliques, propres à chacun des groupes qui entretiennent des relations avec l’huître. On pourra alors montrer que les différences de relation au produit, selon les groupes, déterminent les conditions du négoce et les modes de rapports sociaux. Dans un deuxième temps, l’organisation sociale de la cabane sera analysée. Celle-ci est le reflet de la structure familiale en milieu ostréicole. Cette démarche permettra ainsi de comprendre la logique de l’organisation domestique et celle des systèmes de reproduction de la famille (transmission des savoirs et des biens).

La plate : une histoire, un commerce

Pêcheurs et mareyeurs ou la naissance de l’activité huîtrière

2Si les gisements d’huîtres plates étaient très importants entre l’île d’Oléron et le continent, ils commencèrent à s’affaiblir dès 1855, et disparurent totalement des côtes saintongeaises vers 1880-1882 en raison d’une exploitation excessive.

3Pêcheurs et mareyeurs étaient primitivement les deux groupes intéressés par l’exploitation de l’huître. Les premiers, de plus en plus nombreux, constituaient un milieu hétérogène qui était composé soit de « travailleurs en tout genre », « habitants du littoral » (Hervé, 1935) qui s’adonnaient à l’exploitation des bancs en pêchant à pied, soit de marins qui pêchaient à la drague sur les gisements. Cette activité strictement individuelle ou familiale était destinée, dans sa quasi-totalité, à la commercialisation.

4Le produit de cette pêche, lorsqu’il était de taille marchande, était livré aux mareyeurs sans avoir subi de transformations. La relation marchande s’opérait par les femmes qui vendaient les coquillages. Les mareyeurs « ...munis d’attelages appropriés allaient à une grande distance, et aux villes les plus proches, petites ou grandes, porter le produit de leurs achats » (Hervé, 1935). Plus tard, lorsque les mareyeurs ne furent plus les intermédiaires obligés pour la vente des huîtres, ce furent encore les femmes, les écaillères issues du groupe des marchands, qui s’installèrent pour plusieurs mois dans les villes. La production de leur conjoint ou de leur famille destinée à la vente leur y était régulièrement expédiée.

5Dans cette société ostréicole naissante, l’activité de production et l’activité commerciale, quoique complémentaires, étaient spatialement, culturellement et sexuellement distinctes. L’homme, sédentaire, cueilleur puis éleveur, avait une relation immédiate avec le produit exploité. A l’inverse, la femme, migrante temporaire, avait établi, de par son activité strictement marchande, une relation distanciée avec le coquillage, et elle s’était déjà engagée dans le processus de socialisation économique.

6Cette prérogative féminine sur l’activité commerciale, même si elle s’est amoindrie avec le temps, est encore perceptible aujourd’hui dans le secteur de La Tremblade, alors que sur la rive droite, les hommes, « héritiers de la portugaise », se sont, toujours seuls, occupés de leurs affaires.

L’élevage marennais : les marchands

7La catégorie des marchands, issus du groupe des pêcheurs, apparut après celle des mareyeurs. Au début, leur fonction était double. Dans leur rôle d’intermédiaires : ils achetaient aux pêcheurs la marchandise consommable immédiatement, les huîtres marchandes, pour la vendre aux mareyeurs. Puis, rapidement, ils agirent pour leur propre compte. Ils rachetaient les huîtres trop petites pour être commercialisées, et les mettaient à l’élevage dans des bassins situés dans les sartières.

8A cette époque, la culture de l’huître n’était en réalité qu’un succédané d’élevage analogue à celui qui se pratiquait au xviiie siècle. On recueillait alors les huîtres directement sur gisements, et l’on s’arrangeait « ...pour (les) déposer dans des endroits où ils (les) trouveraient alors développées et dans des conditions de vente voulue : c’était le commencement de l’élevage marennais » (Hervé, 1935). Dans d’autres régions, on désignait sous le nom de parqueurs, les personnes qui s’occupaient de ce parcage (Salitot, 1986).

9La naissance de l’ostréiculture entraîna un déséquilibre de l’exploitation des gisements naturels, car les pêcheurs, assurés de vendre toute leur récolte, les pillèrent jusqu’à épuisement. Ainsi, en raison de la disparition des gisements naturels de plates, les Charentais furent contraints de se fournir en huîtres auprès des autres bassins producteurs. En effet, déjà avant 1870, les huîtres récoltées sur les gisements de la région ne suffisaient plus à approvisionner les éleveurs. Dès lors, des relations marchandes s’établirent avec Arcachon et la Bretagne.

10À Arcachon, le captage artificiel commençait à donner quelques résultats. L’intervention de Coste, dans cette région, en 1860-1861, favorisa ce mode d’exploitation, et permit un accroissement de production de naissain. Les huîtres transportées par charrettes jusqu’à Bordeaux étaient embarquées à bord du bateau jusqu’à Royan. De là, on les chargeait à nouveau dans des charrettes vers leur nouvelle destination : les communes riveraines de la Seudre.

11Les réseaux d’échanges avec la Bretagne s’établirent plus difficilement, d’une part en raison d’une plus grande distance, en second lieu parce que la production artificielle se développa sur les côtes bretonnes plus tardivement qu’à Arcachon. Ce furent d’abord des huîtres pêchées sur gisements qui furent livrées aux Marennais. Cette pêche à la drague était réglementée et n’était autorisée par l’Administration Maritime que quelques jours par an sur chaque banc. Les accords commerciaux entre pêcheurs de Bretagne et acheteurs trembladais étaient établis au jour le jour. La marchandise pêchée devait être achetée au comptant, et les Bretons acceptaient de réserver leur pêche quotidienne aux Trembladais à cette seule condition.

12Des « associations d’achat » (Hervé, 1935) entre Charentais, constituées sur des réseaux de voisinage ou de parenté, se mirent en place et déléguèrent des mandataires pour des transactions. « Ce mandataire (charentais) recevait la pêche des bateaux (bretons) qui avaient convenu de travailler pour son compte, et ses huîtres étaient remises à l’eau, soit dans une concession prêtée par un des pêcheurs, soit dans un endroit concédé temporairement par la marine (...). Ce mandataire restait à la drague jusqu’à ce qu’il y eut la quantité de marchandises qu’il lui fallait pour lui et ses associés, ou toujours, pour faire un chargement de bateau (...). Un bateau (...) venait conduire les huîtres en Seudre pour y être réparties selon les conditions établies entre les parties. Aussi bien à l’achat sur les lieux de drague qu’à la répartition entre les destinataires, les huîtres n’étaient pas comptées, elles étaient mesurées et l’usage voulait que la mesure fut une barrique. » (Hervé, 1935).

13La dépendance de l’ostréiculture charentaise à l’égard des autres bassins était atténuée par la concurrence qu’Arcachonnais et Bretons pouvaient se livrer dans la domination de ce marché.

14Cette rapide description historique de l’ostréiculture de la fin du xixe siècle laisse entrevoir une certaine ambiguïté comportementale de la population ostréicole charentaise. Profondément ancrée dans une aire géographique étroite : les rives de la Seudre, cette communauté constituait alors un milieu dont la composition sociale était homogène. En effet, elle regroupait presque exclusivement des possédants, propriétaires de marais, employant une main-d’œuvre importante. Une certaine cohésion sociale apparut à ce moment là, suscitée par une difficulté commune à s’approvisionner en huîtres, et par une opposition farouche à toute ingérence étrangère au sein de leur territoire.

15Cependant, l’obligation de se fournir en huîtres contraignait les Charentais à migrer temporairement vers les bassins producteurs, de la Bretagne et d’Arcachon, et à élargir leurs réseaux de relations sociales auprès de communautés ostréicoles étrangères. Du même coup, ils se trouvaient dans un état de dépendance économique à l’égard de celles-ci. L’opposition à toute intrusion de leur espace social ne put toutefois résister à une pénétration culturelle, résultant de l’intercommunication entre ces groupes. Ce phénomène de transfert culturel était immédiat ou différé comme ce fut le cas pour les collecteurs artificiels dont l’emploi s’était généralisé, dès leur création, à Arcachon et en Bretagne avec la plate, mais ne fut opérant à Marennes-Oléron qu’après l’arrivée des portugaises.

16Ce thème des modes de diffusions techniques et culturelles sera développé plus longuement lorsque les problèmes relatifs à l’extension territoriale charentaise, suscitée par la transformation des techniques d’élevage depuis la japonaise, seront abordés.

L’entropie des ostréiculteurs

17La destruction inconsidérée des gisements d’huîtres laisse entrevoir la difficulté pour les exploitants des produits de la mer à gérer (terme employé par les scientifiques) la production naturelle. G. Delbos (1986) parle « ... du développement des eaux et de l’épuisement des fonds liés à l’exploitation déraisonnable, forcenée et même vampire des ressources naturelles par les intéressés eux-mêmes ». Cette attitude, couramment observée aujourd’hui encore, semble favorisée par deux phénomènes :

  • le premier est lié à l’inexistence de relations entre l’exploitant et son produit avant et pendant la phase initiale de formation ;
  • le second est dû à une détermination irraisonnée de rentabilité commerciale qui nuit au développement même du produit.

18Pour le premier point, le « pêcheur » (terme générique qui désigne ici le marin-pêcheur comme l’ostréiculteur) observe une attitude passive, analogue à celle du cueilleur. À aucun moment de la reproduction, il n’est acteur : il ne prépare pas la terre, ni ne l’ensemence... La nature seule dicte sa loi. L’homme n’exerçant aucun contrôle sur la production, considère l’huître, ou tout autre produit de pêche, comme un don naturel dont la reproduction lui semble infinie. Il agit comme un véritable prédateur. Toutefois, contrairement aux populations de cueilleurs, dits primitifs, cet ostréiculteur ne saura gérer la profusion naturelle, car l’huître n’est pas un produit d’auto-consommation familiale, mais un produit de commercialisation.

  • 1 Héral, 1986. Pourquoi et comment étudier les stocks d’huîtres, cultivées dans un bassin ostréicole (...)

19En fait, le phénomène de monétarisation sous-tend toute relation à ce coquillage. C’est pourquoi les excès à la production, qui se traduisent tantôt par une pêche excessive engendrant la destruction des gisements, tantôt par une surproduction, ne sont jamais ressentis immédiatement comme préjudiciables à l’exploitant, puisque, à court terme, il constate presque toujours un résultat favorable lors de la commercialisation par l’augmentation des bénéfices de ses ventes. L’observation menée ces dernières années par les biologistes de l’Ifremer souligne le caractère inflationniste de la production ostréicole et montre combien une gestion incontrôlée des stocks (terme employé par les scientifiques) d’huîtres peut être préjudiciable à une production équilibrée1.

20Ainsi, selon eux, le développement de l’ostréiculture nécessite de maîtriser en premier lieu le captage. Ils ont d’ailleurs remarqué qu’un prélèvement régulier des huîtres les plus âgées, s’il permet un rajeunissement de la population cultivée et semble augmenter les qualités des larves, entraîne toutefois un affaiblissement de la fécondité moyenne des coquillages. « En effet, si une huître creuse de trois ans produit environ 80 % du poids de son corps en gamètes, une huître de deux ans n’en produit plus que 60 %, et une huître de un an que % environ. » (Deslous-Paoli et Héral, 1985, non publié).

21On constate cependant que cette diminution de production larvaire pour des huîtres de trois ans et plus, est apparemment compensée par les émissions des jeunes huîtres que les professionnels, par ailleurs, surproduisent. C’est pourquoi il n’a pas semblé qu’il y ait chez l’ostréiculteur une prise de conscience d’un déséquilibre naturel. De la même façon, et c’est là le second point que les scientifiques aimeraient voir maîtriser, les professionnels qui, selon les biologistes, connaissent mal le comportement trophique des mollusques, ne produisent pas en tenant compte de la quantité de nourriture disponible dans le bassin, mais en fonction du volume commercialisable (encadré ci-dessus).

Évolution et état de l’ostréiculture dans le bassin de Marennes-Oléron
(figure ci-contre)
La relation stock-production – Si l’on met en parallèle l’évolution du stock cultivé en fonction de la production, on obtient une courbe qui démontre qu’à partir d’un certain stock en culture, la production plafonne.
Il n’y a aucun intérêt à augmenter le stock en élevage, car il entraîne un rallongement des temps de croissance et un accroissement des mortalités chroniques, donc une augmentation du prix de revient des huîtres. La durée de l’élevage s’allonge, car la production d’un bassin semi-fermé comme celui de Marennes-Oléron est limitée par la capacité nutritionnelle du milieu. Étant donné que l’huître japonaise assimile 1,7 fois plus de nourriture que l’huître portugaise, l’état actuel des stocks (85 000 tonnes de C. gigas) correspond à 140 000 tonnes de C. angulata, ce qui traduit un état de surexploitation avancé du bassin expliquant, à lui seul, la détérioration des performances de croissance et l’augmentation des mortalités chroniques.
Conclusion – Dans cette étude historique, le niveau de nourriture du bassin est resté constant pendant la période étudiée et c’est l’augmentation des stocks cultivés qui entraîne une baisse de croissance des huîtres cultivées. Pour l’huître japonaise (période 1970-1985), on peut constater que la qualité nutritionnelle du bassin a peu varié :
– le niveau de sédimentation n’a pas augmenté (relevé 1985 par rapport au relevé 1972). Ce qui induit peu de probabilité de modification des courants et, en particulier, des temps de séjour des masses d’eau dans le bassin ;
– les quantités de nourriture disponible pour les huîtres, suivies tous les quinze jours depuis 1976, ne montrent pas de baisse significative.
Ainsi, le flux de nourriture qui dépend du courant et de la richesse de l’eau ne diminue-t-il guère pour la période considérée, alors que les stocks d’huîtres japonaises en culture sont multipliés par cinq pour la même période.
Une autre hypothèse pourrait être avancée : les huîtres ne poussent plus car elles sont dégénérées. Or, les suivis génétiques comme les transferts des huîtres de Marennes-Oléron vers d’autres centres de production, montrent que l’espèce gigas charentaise a gardé toutes ses propriétés originelles de croissance et que les baisses constatées à Marennes-Oléron ne sont pas liées à l’espace, mais à l’équilibre ou plutôt au déséquilibre entre le nombre d’huîtres en élevage et la quantité de nourriture.
d’après Héral M., 1986a.

  • 2 « C’est ce qui s’est passé, comme tous les ostréiculteurs l’ont en mémoire, dans le bassin de Mare (...)

22Cette absence de stratégie, qui peut être qualifiée de suicidaire, provoqua l’affaiblissement des différentes espèces exploitées, favorisant de surcroît leur disparition2, et occasionnant à chaque fois une modification des structures techniques, sociales et économiques de cette communauté.

La portugaise : la transformation du marché de l’huître

23Si le développement inopiné de l’huître portugaise dans le bassin de Marennes-Oléron vers 1874-1875 a modifié les données économiques de cette région, l’extension du réseau ferré vers les principales communes ostréicoles participa à l’accroissement de la production et de la commercialisation. « Les expéditions de portugaises se faisaient au Chapus et sur le chenal de Daire... S’il existait la route Le Chapus-Marennes, c’était tout ; depuis Daire il n ‘y avait rien ou seulement des taillées mal entretenues, mais une fois sur la route Le Chapus-Marennes, on n’était pas à la gare... (elle) ne fut livrée qu’en 1889... jusque là, il ne fallait ni plus ni moins que les transporter en charrettes jusqu’à la gare de Rochefort... Certes, il y avait des profiteurs ; les entrepreneurs de transport y trouvaient leur compte et nombreux furent ceux qui, durant la période indiquée, soit à Bourcefranc, soit à Marennes, eurent de 50 à 100 chevaux pour le transport des huîtres du Chapus-Daire en gare de Rochefort. » (Hervé, 1935).

24La production d’huîtres s’intensifiant, il devenait indispensable de faire parvenir le produit au lieu de consommation dans les plus brefs délais. L’introduction du chemin de fer, puis celle des véhicules à moteur, allaient ouvrir le marché et le développer. Jusqu’en 1945, 90 % des huîtres marchandes étaient livrées par voies ferrées.

25Dans le cadre d’une étude menée par le laboratoire de l’Ifremer de La Tremblade qui portait sur la baisse de croissance des huîtres observée dans le bassin de Marennes-Oléron, une estimation de la production commercialisée sur le marché global fut effectuée à partir de quatre sources d’archives : les statistiques des Affaires Maritimes, le registre des étiquettes sanitaires depuis 1940, l’état des expéditions par les chemins de fer (1935-1968), et les bilans de campagnes publiés dans les revues des syndicats professionnels et de la section régionale du CIC.

26La part d’erreur que présentait chaque source de données fut estimée, et les résultats, comparés les uns avec les autres, permirent de schématiser l’évolution de la production d’huîtres dans le bassin pendant un siècle (encadré ci-dessous). Cette courbe, révélatrice des fluctuations économiques que connut la profession, est à rapprocher du même coup des diverses périodes de transformation sociale, culturelle et technique.

Représentation de la production annuelle d’huîtres dans le bassin de Marennes-Oléron.

De cette courbe est construite la quantité d’huîtres importées des autres bassins et commercialisées à Marennes-Oléron.
Ainsi, vingt ans après son implantation dans l’estuaire de la Gironde (1865), la production de l’huître portugaise Crassostrea angulata fluctue autour de 10 000 tonnes. Elle est principalement due à la pêche des gisements naturels de l’estuaire de la Gironde et de la Charente. Progressivement le captage et la culture de l’huître creuse se développent, particulièrement après 1925, période où l’huître plate indigène disparaît du bassin, touchée par une maladie ; la production d’huîtres creuses est alors de 30 000 tonnes. Jusqu’en 1940, l’augmentation de la production est régulière pour atteindre un maximum de 50 000 tonnes.
Elle tend ensuite à se stabiliser autour de ce chiffre, avant de baisser de 1957 à 1972. Ce déclin correspond à l’apparition successive de deux maladies virales chez l’huître portugaise. L’introduction massive de naissain de l’huître japonaise Crassostrea gigas dès 1970, permet un redémarrage rapide de la production qui culmine, dès 1979, à 45 000 tonnes, puis oscille autour de 40 000 tonnes.
d’après Héral M., 1986a.

27L’année 1900, marquée par un ralentissement très net de la production d’huîtres plates probablement affaiblies par une épizootie, fut suivie d’un accroissement rapide de production grâce à l’intensification de la culture de la portugaise par un nouveau groupe professionnel. Le nouvel effondrement de 1925 correspond à la période où la plate disparut totalement du bassin de Marennes-Oléron. Enfin, en 1970 ce fut le tour de la portugaise.

Les réseaux d’échange

28Lors de l’introduction de la portugaise, grâce à la quasi-gratuité des concessions maritimes et en raison des facilités accordées par la Marine pour l’obtention de terrains sur le Domaine Public Maritime, toute une tranche de la population déshéritée de la région, souvent d’origine agricole, fut incitée « à faire les huîtres ». Elle fut attirée par des profits immédiats et faciles d’autant que les huîtres portugaises, ramassées sur gisements naturels ou plus tard collectées sur cordées, pierres ou autres supports, fournissaient gratuitement la matière première. Du marais, l’élevage des huîtres fut transplanté sur l’estran par des hommes d’origine agricole qui se transformèrent en hommes de la mer en se tournant vers cette nouvelle production maritime. Au sein de cette communauté ostréicole naissante, de nouveaux groupes professionnels se constituèrent, puis établirent entre eux des réseaux d’échange.

29À l’époque de la portugaise, la reproduction sociale de la communauté ostréicole charentaise dépendait pour une part essentielle de l’existence d’une véritable économie régionale, c’est-à-dire d’une division du travail entre des groupes qui, par leur situation géographique, avaient naturellement opté pour l’une des activités de captage, d’élevage ou d’affinage. En raison de leur spécialisation, les divers groupes étaient contraints de s’insérer dans un réseau d’échanges qui se faisaient alors selon des procédures établies et acceptées de tous. Les produits circulaient par voies maritimes uniquement. En fait, aucun groupe ne pouvait se permettre d’être dissocié des autres, ne possédant pas de territoires suffisamment hétérogènes qui eût permis une diversification des activités. Le captage sur pierres était réservé, par exemple, aux Port-Barquais qui exploitaient des terrains naturellement appropriés à cette fonction. Les parcs proches de Bourcefranc, St-Trojan, Le Château se prêtaient à l’élevage, alors que l’affinage demeurait l’apanage de la Seudre. Chacun des groupes connaissait « son espace », auquel étaient associés des techniques et des savoirs spécifiques.

30Premiers dans le cycle de production, les capteurs sur pierres étaient situés par l’ensemble de la communauté ostréicole aux frontières de la « culture » de l’huître. Ils livraient alors aux professionnels un produit brut, non transformé, qui n’était pourtant plus à l’état sauvage. Ce produit était nécessaire aux autres groupes qui ne le produisaient pas eux-mêmes. Les transactions entre capteurs et ostréiculteurs se faisaient généralement par l’intermédiaire d’un courtier. Ce dernier, hors du cycle de production, joue, comme cela sera décrit plus tard, un rôle économique et symbolique important dans le processus d’échanges.

31Les éleveurs, quant à eux, vendaient leurs coquillages aux affineurs-expéditeurs, avec ou sans intermédiaires, selon les relations qui existaient entre chacun des éléments du groupe. De fait, les termes de l’échange étaient aussi réglementés par les rapports établis entre les parties.

32Les rapports entre les groupes sont, en réalité, construits selon le principe de la segmentation sociale et organisés suivant le schéma de cercles concentriques superposés (fig. 41). Chacun de ces cercles exprime de façon graphique l’amplitude et la proximité des relations entre les divers groupes, et le degré de leurs obligations réciproques.

33L’augmentation des distances qui séparent chaque cercle va de pair avec l’élargissement des relations culturelles et techniques entre chaque groupe. Plus les rapports sont solidaires, plus proche est la sphère de l’expéditeur-affineur. À mesure que l’on s’éloigne de ce groupe central, spatialement, culturellement et socialement, les relations sociales et commerciales entre les membres se distancient, jusqu’à devenir sporadiques. Les échanges transitent alors le plus souvent par des intermédiaires.

Figure 41. Schéma de segmentation sociale.

34Il existe donc deux types d’échanges au niveau de la production : l’échange direct entre les membres du groupe où s’exprime la dominance des rapports de production non marchands. L’argent y est considéré comme objet d’échange social et n’est utilisé que comme simple moyen de circulation entre les marchandises. Et l’échange indirect, dans lequel l’intervention du courtier modifie le rapport de l’argent. Le gain devient alors objet de profit et est pris comme capital.

L’échange direct

35Lorsque l’éleveur établissait une relation d’échange direct avec l’expéditeur, il était – et il l’est encore – redevable en contre-échange de son temps. Ainsi pour les fêtes, il devait, avec sa femme, donner la main, c’est-à-dire aider à la pêche des huîtres en claires ou à l’emballage. Pour saisir plus clairement le lien qui existe entre éleveurs et expéditeurs, il faut retracer ici l’histoire d’un des secteurs de Bourcefranc qui, aujourd’hui encore, regroupe en majorité des éleveurs.

36Au début du xxe siècle, il existait six à huit maisons d’expéditions dans cette commune. Elles travaillaient presque exclusivement des huîtres plates. Ces entreprises regroupaient une main-d’œuvre très importante puisque chacune employait à l’année, cinquante à cent ouvriers et ouvrières. Avec la disparition des huîtres plates, ces établissements, comme ceux de la rive gauche, connurent une période de crise économique. Nombre d’entre eux périclitèrent et disparurent. En revanche, quelques-uns de ces établissements eurent pour préoccupation essentielle de maintenir la pérennité de leur exploitation. Il leur fut nécessaire de réviser leur stratégie de développement, d’une part en commercialisant les huîtres portugaises, en second lieu en renonçant à l’emploi d’une partie de leur personnel ; enfin en « déléguant » l’activité d’élevage pour se consacrer presque exclusivement à l’expédition. Cette évolution entraîna la modification des rapports sociaux internes à la cabane, ce qui transforma du même coup l’ensemble des rapports sociaux au sein de la communauté ostréicole charentaise.

37C’est ainsi que les entreprises favorisèrent l’installation de leurs ouvriers comme éleveurs indépendants. Pour cela, les patrons prêtaient à leur personnel, parcs, matériels et embarcations, afin qu’à leurs moments libres, ils « fassent » leurs propres huîtres. La totalité de cette production ouvrière était ensuite achetée par l’expéditeur.

38Avec l’aide matérielle que leur accordait le patron et grâce aux bénéfices des ressources supplémentaires, ces hommes de cabanes se détachèrent du prolétariat ostréicole et créèrent leur propre cabane d’élevage. Cette aide matérielle, accordée encore maintenant aux ouvriers par leur patron, est devenue coutumière. Toutefois, les conditions économiques et surtout territoriales se sont profondément modifiées depuis plus d’un demi-siècle. L’accès au Domaine Public Maritime est maintenant exclusivement réservé aux personnes reconnues par l’Administration Maritime, comme détentrices du statut de professionnel. En outre, comme la population ostréicole s’est accrue, les surfaces exploitables sont, de fait, proportionnellement plus rares, et leur prix (officieux) demeure inaccessible à la grande majorité des ouvriers.

39La seconde phase du processus d’indépendance de l’ouvrier passait par l’édification d’une cabane. L’accession à la propriété privée était inenvisageable par cette population peu argentée. C’est pourquoi la majorité des cabanes d’élevage furent bâties sur le terre-plein, zone côtière la plus haute du Domaine Public Maritime, et située à la limite de la propriété privée. Cet espace fut, jusqu’en 1983, sous la tutelle des Ponts et Chaussées. Depuis cette date, faisant suite à la mise en place d’un processus de décentralisation décidé par l’État, la gestion de cet espace fut confiée aux diverses communes littorales sous l’égide de la région.

40Comme les éleveurs du secteur étudié (Bourcefranc-La Grognasse), nombre d’ouvriers accédèrent à la propriété grâce au faible coût des concessions du Domaine Public Maritime, et devinrent autonomes. Cette indépendance était toutefois assujettie à une double contrainte à l’égard de l’expéditeur. La première était d’ordre spatial. En effet, si comme à La Grognasse, les éleveurs avaient pu construire leur cabane sur le Domaine Public, celle-ci était enclavée entre la mer et un terrain privé qui était la propriété d’un expéditeur qui n’était autre que leur ancien patron. Bien qu’un droit de passage leur fut accordé, les éleveurs demeuraient dépendants du bon vouloir du propriétaire-expéditeur qui pouvait leur interdire l’accès à leur cabane par terre. La seconde contrainte était d’ordre économique. Les éleveurs, quoique libres de vendre leur production à l’expéditeur de leur choix, travaillaient presque exclusivement avec celui qui avait été leur ancien patron. Ce n’est qu’à la vente du terrain privé, vers 1975 pour le secteur de La Grognasse, que les différents éleveurs, devenus propriétaires des parcelles sur propriété privée attenantes à leur cabane, purent accéder librement à leur établissement par voie terrestre. Du même coup, cet événement modifia les relations précédemment établies entre le propriétaire-expéditeur et les éleveurs. Ces derniers commercialisèrent plus volontiers leur production auprès d’autres expéditeurs. Certains même s’inscrivent au casier sanitaire comme expéditeurs de seconde catégorie.

41Malgré tout, par l’intermédiaire du coquillage, s’étaient créés des liens privilégiés entre le propriétaire du terrain (expéditeur) et les salariés devenus patrons-éleveurs. Ces rapports, en apparence fondés sur une relation d’indépendance, tenaient en fait à une forme assez paternaliste qui inféodait davantage puisque les éleveurs, comme ceux de La Grognasse, vendaient presque exclusivement leur production à leur ancien patron. En outre, ils se devaient de travailler pour lui au moment des fêtes. C’est-à-dire qu’au simple lien établi par la relation entre patron et ouvriers se superpose un nouveau lien, qui non seulement continue d’unir, comme par le passé, patron et ouvriers, mais qui, en raison de la contiguïté spatiale et d’un nouveau mode de rapport économique, est renforcé.

L’échange indirect : le courtage

Le statut de courtier

42Catégorie professionnelle spécialisée, le courtier a pour fonction d’acheter ou de vendre des huîtres, soit à l’intérieur de la communauté, soit entre les diverses communautés ostréicoles (charentaises, bretonnes, normandes...).

43Hier commissionnaire ducroire servant exclusivement d’intermédiaire et payé à la commission, le courtier a aujourd’hui le statut de négociant. Inscrit au Registre du commerce, il achète et revend la marchandise à son compte. Ce changement de statut, décidé après la crise de 1970 due à la mortalité des portugaises, semble n’avoir modifié ni le mode de relation entre les parties, ostréiculteurs et courtiers, ni le rôle économique et symbolique qu’occupe le courtier au sein de la communauté ostréicole.

3188 La convention de ducroire
La convention de ducroire est celle par laquelle le commissionnaire (alors appelé « commissionnaire ducroire ») garantit au commettant la bonne fin de l’opération en percevant généralement en rémunération de ce service supplémentaire, une somme appelée « prime ».
La nature juridique de cette convention héritée de l’ancien droit a été, dans le silence des textes, discutée. Dans la mesure où elle a pour objet de garantir le prix dû par l’acquéreur, on a proposé la qualification de cautionnement (Derrida : « Étude sur la commission » sous la direction de J. Hamel, 1949 ; dans ce sens : Cass. req. 6 mars 1935, S. 1935-1-210). Mais, en l’absence de contrat entre le commettant et le tiers, on ne peut se référer au cautionnement qui est un contrat accessoire garantissant un contrat principal (infra, n° 5213) ; on a proposé la qualification d’assurance mais l’engagement du commissionnaire n’est pas subordonné à la réalisation d’un risque.

Faute de pouvoir assimiler la convention de ducroire à un autre contrat, la doctrine dominante la considère comme une convention originale.
3248 Obligations liées à des interventions particulières du courtier
Enfin, le courtier... peut se porter ducroire (...). Moyennant une rémunération plus importante, il garantit la bonne exécution du contrat conclu par son intermédiaire et peut donc être amené à répondre de l’insolvabilité de l’acheteur (Paris 27 septembre 1970, J.C.P. 1970. II. 16527, note P.L.)
Cas Gérard, 1989. Concurrence, distribution, consommation. Paris, Lamy : 862-863, 874.
3189 Portée de l’engagement du commissionnaire ducroire
Le commissionnaire ducroire garantit au commettant l’exécution des contrats passés pour son compte, c’est-à-dire le paiement du prix ou la livraison des marchandises à l’échéance fixée (Paris 4 décembre 1919, Le droit financier, 1920-73), mais aussi « les frais de poursuite contre les acheteurs... et les intérêts des découverts en banque supportés (par le commettant) en suite des retards dans les payements » (Cass. com. 6 janvier 1981, Bull. civ. IV-4), sauf convention contraire.
La doctrine dominante suivie par la jurisprudence estime que le commissionnaire ducroire assume tous les risques, y compris ceux provenant de la force majeure (Cass. req. 28 janvier 1870, D.P. 1891-1-246 ; Cass. req. 6 mars 1935, S. 1935-1-210, contra Ripert et Roblot : « Traité élémentaire de droit commercial » t. II, n° 2655).
Cependant, le commissionnaire ducroire ne saurait répondre d’une inexécution ou d’un fait imputable au commettant (Lyon 8 mars 1911, Gazette des tribunaux 10 mai 1911 ; Cass. req. 21 novembre 1944 : garantie des vices cachés entraînant un refus de payer du tiers contractant ; Trib. com. Marseille 24 mars 1904, D.P. 1905-5-12 : compension avec une créance sur le commettant, réclamée par le tiers).
3190 Preuve de la convention de ducroire
La convention de ducroire peut être prouvée par tous moyens (Aix 23 novembre 1937, D.H. 1938-105), conformément aux règles de preuve en matière commerciale (art. 190, C. com.).
Même lorsqu’elle n’est pas stipulée dans le contrat de commission, les parties pourront donc s’en prévaloir en invoquant les usages commerciaux qui établissent le ducroire dans certaines conventions (Aix 29 avril 1866, Journal de Marseille 1867-1-148). Ainsi, le dépositaire distributeur de journaux est-il considéré comme un commissionnaire ducroire (Rennes 9 juillet 1974, J.C.P. 1975-11-17990, note R. Plaisant). L’existence d’une clause de ducroire peut encore résulter des conditions du contrat (Aix 23 novembre 1937, précité). Ainsi, le montant de la rémunération, qui est généralement le double de la commission normale, lorsqu’il y a engagement de ducroire, pourra traduire l’existence d’une telle clause (Toulouse 27 novembre 1869, D.P. 1870-2-118, sans suffire à l’établir de manière indiscutable (Trib. com. Marseille 16 juin 1873, Journal de Marseille 1873-1-238 ; Cass. com. 6 janvier 1981, Bull. civ. IV-4). Cas Gérard, 1989. Concurrence, distribution, consommation. Paris, Lamy : 862-863-874.

44Pourtant, en changeant de statut, en n’étant plus commissionnaire ducroire, le courtier se dégage d’un certain nombre d’obligations auxquelles sa fonction le contraignait. Le commissionnaire ducroire se devait, tout comme aujourd’hui le négociant, de garantir la bonne fin des opérations dans des délais précédemment fixés entre les parties, ainsi que la livraison et le paiement du prix de la marchandise ; mais de surcroît, à la différence du négociant, il assurait une garantie financière très large, puisque, « moyennant une rémunération plus importante » (avantage logique d’une telle contrainte), « il garantit la bonne exécution du contrat conclu par son intermédiaire et peut donc être amené à répondre de l’insolvabilité de l’acheteur ». Il garantissait ainsi, pour l’acheteur, les frais de poursuite engagés contre ce dernier, et les intérêts des découverts en banque que cet acheteur pourrait supporter suite à des retards dans les paiements. En outre, il répondait des lots négociés et se devait, en cas de disparition de la marchandise, à la suite de tempêtes ou dans le cas de mortalité occasionnée par une épizootie ou d’autres, de régler le vendeur suivant la convention établie au moment de la tractation.

45L’ostréiculteur (capteur, éleveur ou expéditeur) méconnaît généralement le statut du courtier, qu’il soit commissionnaire ducroire ou négociant. Il demeure pour lui, dans tous les cas, l’intermédiaire indispensable à bon nombre des tractations commerciales. La déclaration par les courtiers et par les ostréiculteurs auprès des services sanitaires des tonnages d’huîtres transférés à l’intérieur ou à l’extérieur du bassin est obligatoire, mais laissé à l’initiative des intéressés eux-mêmes.

46En réalité, cette législation n’est pas appliquée à l’intérieur du bassin, c’est pourquoi aucune estimation des tonnages traités à la production n’a jamais été évaluée pour la région de Marennes-Oléron. D’eux-mêmes, les professionnels ont fixé une limite (100 km du lieu de résidence) au-delà de laquelle, pour tout transfert de coquillages, ils acceptent de fournir un bon de transport. Mais selon l’Administration, les déclarations portées sur les bons de transports ne seraient pas toujours fiables. Toutefois, n’ayant jamais traité ces données, elle demeure incapable de fournir la moindre évaluation des tonnages à la production transitant entre les divers bassins. En outre, les services administratifs locaux (Administration Maritime, CRSU) cernent mal l’activité de courtage, autant sur le plan juridique qu’économique. Ces imprécisions administratives et économiques font du courtage un métier indiscernable, plutôt méconnu.

Le métier de courtier

47La diversité des produits commercialisés permet aux courtiers d’étaler leur activité sur l’année en vendant :

  • du naissain sur collecteur, de la mi-mai à la fin juin ;
  • des huîtres d’un an (du grattis), en juin ;
  • des huîtres de garniture, de janvier à avril ;
  • des huîtres marchandes, dès le 15 août ;
  • des huîtres destinées à être restockées en claires, de septembre aux fêtes.

48Généralement, le courtier achète en vrac aux éleveurs la globalité de leur stock annuel d’huîtres triées, puis le revend par lots calibrés aux expéditeurs en fonction de la demande.

49Les délais de transaction entre l’achat à l’éleveur et la vente à l’expéditeur sont très courts. « En principe », dit un courtier, « même si on a une réserve où mettre des huîtres à stocker, on n’achète que quand on a la vente, on travaille un peu au pif. On arrive à écouler tout dans les vingt-quatre heures ». Toutefois, pour les délais de paiement, il y a un décalage d’un minimum de trente jours avant que le règlement ne soit effectué en amont de la transaction. L’acheteur, quant à lui, paye à la livraison. Et si administrativement des bons d’achat sont exigés, les accords entre les parties sont, dans les faits, exclusivement verbaux, établis sur la confiance mutuelle. « Nous (les courtiers), on connaît nos clients. » Au besoin d’ailleurs, le courtier peut faire office de banquier en accordant une avance sur recette aux éleveurs ou un crédit aux expéditeurs. Il s’agit là d’une forme de pouvoir qui met le professionnel dans une situation de dépendance commerciale à l’égard de son créancier.

50Tout est une question de confiance : c’est là le mot-clé des relations entre les courtiers et les professionnels. Toutefois, peut-être en raison de la méconnaissance du statut des courtiers par les ostréiculteurs, ces derniers ont parfois le sentiment qu’il y a « érosion de la confiance », que les courtiers ne jouent plus leur rôle, encore assimilé à celui de commissionnaire ducroire, qu’ils n’apportent plus assez de garanties financières. « Il y a des courtiers, pour ne pas le (sic) nommer, il fournissait des huîtres à des acheteurs alors qu’il n’allait pas payer (les vendeurs). Ils (les acheteurs) vont aller acheter à un courtier moins cher, sachant qu’il (le courtier) ne payera pas » (propos recueillis auprès d’un éleveur).

51L’infériorité de l’élevage par rapport au négoce apparaît clairement ici. Le courtier, et parfois même l’expéditeur, n’hésitent pas à utiliser le temps pour accabler l’éleveur. Les prix à l’élevage sont fixés annuellement par conventions professionnelles. Toutefois, si l’éleveur n’a pas vendu la totalité de sa production avant la mi-novembre, il se trouve souvent contraint d’accepter des conditions de vente inférieures aux prix officiels par crainte d’une mévente de son stock. En effet, l’éleveur ne peut envisager d’échelonner ses ventes :

  • pour des raisons temporelles : c’est à la période des fêtes que sont commercialisés les plus forts tonnages d’huîtres ;
  • pour des raisons techniques : si l’on reparque des huîtres de taille marchande pendant six mois ou un an, elles atteignent, après cette période, une taille supérieure à celle autorisée à la commercialisation. En outre, le reparquage d’huîtres marchandes réclame un surcroît de travail ;
  • pour des motifs économiques, et c’est là l’argument le plus convaincant.

52En effet, l’éleveur, comme cela a déjà été évoqué en deuxième partie, perçoit en une fois en fin d’année la totalité de ses revenus annuels. Ses difficultés de trésorerie le mettent dans une situation de dépendance à l’égard du négoce (courtier ou expéditeur) qui saura lui faire accepter une baisse de prix le sachant en difficulté. « Les éleveurs n’ont pas de recours » confirme un expéditeur. En outre, deux phénomènes se conjuguent pour fragiliser le marché à l’élevage : d’une part, une surproduction à l’élevage qui fait que les prix stagnent ou parfois même s’effondrent ; d’autre part, une certaine concurrence entre les éleveurs purs et les petits éleveurs-expéditeurs. En effet, lorsque ces derniers ne peuvent écouler eux-mêmes leur production à l’expédition, il la propose aux courtiers sur le marché de l’élevage.

53Bien qu’ils soient hors de la sphère de production, les courtiers, pourtant peu nombreux, jouent un rôle important, tant sur le plan social qu’économique, au sein de la profession ostréicole. Seuls, cinq représentants officiels se partagent le bassin de Marennes-Oléron (trois à Oléron, un à Bourcefranc et un à Chaillevette). Chacun d’eux est issu d’une famille de courtier. Et si, par ailleurs, un nombre indéterminé d’ostréiculteurs jouent parfois ce rôle, ces deux activités semblent cependant difficilement conciliables, « On ne fait pas du tout d’expédition », raconte à ce propos un courtier, « mon père l’avait fait, mais ça va jamais ensemble. Il y a trop de clients expéditeurs qui nous reprochent de garder les meilleurs lots et de leur faire de la concurrence. » Discret, sinon secret, sur ses propres activités, le courtier est cependant l’un des personnages les mieux renseignés sur celles des ostréiculteurs. Il est en effet l’un des rares à entrer dans toutes les cabanes, qu’elles soient d’élevage ou d’expédition, grandes ou petites. Il est le seul en tout cas à pénétrer toutes les strates de la population ostréicole. Interface entre les différents groupes de production, le courtier a, avec ceux-ci, une relation strictement marchande. Le pouvoir que lui confère son rôle d’intermédiaire fait de lui un personnage ambivalent, perçu tantôt positivement, tantôt négativement.

54En passant par les services d’un courtier, l’éleveur comme l’expéditeur se dégagent de la relation de réciprocité qui est neutralisée. Devenus anonymes, ils n’ont plus entre eux de relations qui les contraignent à un recours réciproque lors des fêtes. L’intervention du courtier oblige les protagonistes à prendre leurs distances les uns vis-à-vis des autres, mais aussi à l’égard du produit qui, du même coup, perd son identité. Les huîtres dont on aurait pu dire qu’elles sont « les huîtres que X a élevées pendant trois années », sont maintenant qualifiées indistinctement « des trois ans ».

55Au rôle positif que joue le courtier en annulant le caractère affectif de la relation marchande entre vendeurs et acheteurs se superpose une fonction négative. Selon les professionnels, le courtier n’est-il pas aussi celui qui est responsable de la baisse des prix à l’élevage, de la diffusion des naissains dans d’autres bassins, des difficultés de trésorerie de l’éleveur ? Que ces affirmations soient vraies ou fausses importe peu. En fait, le courtier est individuellement négatif et socialement positif par la négativité même qu’on lui attribue. Cette particularité fait de lui le personnage le plus indiqué en période de crises sociales ou économiques pour servir de bouc émissaire à la communauté ostréicole. Il a un rôle d’exutoire et permet, en rappelant certaines valeurs fondamentales, de maintenir l’ordre social.

Du sauvage au cultivé

Mise à distance culturelle

56Au schéma de la segmentation sociale (fig. 41), un second (fig. 42) est associé qui peut être qualifié de culturel. Celui-ci exprime le rapport que le professionnel entretient avec le produit qu’il exploite aux différents stades de sa transformation. Cette étude suppose une classification du monde animal, une codification des relations homme/animal. Cependant, l’approche anthropologique d’un tel système ne prend tout son sens que si l’on porte aussi le regard vers l’ordonnance sociale qui en découle, et qui, en outre, correspond à une hiérarchie des connaissances techniques. Celle-ci sous-tend les modes d’échange au niveau de la production entre les parties (capteurs, éleveurs, expéditeurs...).

57Disposés en cercles concentriques, les divers groupes qui vivent de l’huître se situent entre deux pôles, négatifs et positifs, qui vont du produit sauvage (on parle d’huîtres sauvages pour désigner les huîtres sur gisements) au produit affiné, de la cueillette à la culture, du pêcheur à pied à l’affineur-expéditeur.

58En marge de la sphère que constitue la communauté ostréicole, se situent les pêcheurs à pied. Ce groupe hétérogène est composé d’individus isolés (chômeurs, agriculteurs locaux...), de galope-chenaux, tels que les nomment les professionnels. Ce terme traduit la pauvreté des individus, mais aussi celle de leur pratique. En effet, leur mode d’action se résume en un seul procédé technique (l’arrachage sur pierres à la main ou à l’aide d’un piochon), et ne résulte d’aucun processus productif préalable, cette caractéristique est déterminante des pratiques de cueillettes.

59Pour cette population, le ramassage des huîtres demeure une pratique occasionnelle dont le produit est exclusivement destiné à l’échange. Les opérations marchandes directes, entre pêcheurs à pied et les professionnels, sont inexistantes. Ce n’est que par l’entremise d’un ramasseur qui n’est ni un courtier, ni un ostréiculteur, que les éleveurs font l’acquisition de ces coquillages. « À Fouras, raconte un éleveur-expéditeur de Bource-franc, il y avait le père Sinca. Quand les pêcheurs à pied rentraient de l’île d’Aix, c’est à lui qu’ils vendaient leurs huîtres, ensuite on les lui rachetait. »

60Au stade intermédiaire entre la cueillette et l’élevage, se situent les capteurs sur pierres. Regroupée dans deux communes au nord du bassin, cette population, qui vit exclusivement de la production ostréicole, est homogène et structurée. L’huître pêchée sur pierres est vendue par l’intermédiaire d’un courtier. Ce produit, livré brut, non transformé, n’est toutefois plus à l’état sauvage puisque sa production réclame au préalable la mise en place d’un processus technique minimum : les pierres disposées en tas pour le captage sont en effet dédoublées, démolies, puis enfin pêchées. Et elle demande aussi un outillage unique : le piochon.

Figure 42. Schéma de segmentation culturelle.

61Quoique plus nettement engagés dans le processus de production que les pêcheurs à pied, les capteurs demeurent localisés à la frontière de la culture de l’huître dans la communauté ostréicole globale. Ils sont plus proches de l’huître sauvage que de l’huître cultivée, plus proches des pêcheurs à pied que des affineurs.

62Cet intervalle qui existe entre les ostréiculteurs, les capteurs et au-delà les pêcheurs à pied, se traduit fort bien par le mode d’échange établi entre les diverses parties. Celui-ci, réalisé par l’entremise d’un ramasseur ou d’un courtier, permet une mise à distance entre groupes professionnels et non professionnels, mais aussi entre le produit cultivé et le produit sauvage ou semi-sauvage, que l’ostréiculteur perçoit comme négatif puisqu’impropre à la consommation.

Du consommable

63Conformément au discours tenu par les ostréiculteurs, l’huître ne peut être consommée sans avoir été auparavant élevée, ou mieux affinée.

64À l’extérieur du cercle des gens vivant de l’huître, on ne manifeste que peu d’intérêt quant au degré de culture de ce coquillage. Pour les estivants qui ramassent à la roulante des huîtres laiteuses en juillet ou délaitées et maigres en août, et pour nombre d’acheteurs en période de fêtes, l’huître n’est appréciée que comme aliment, véritable objet social au caractère festif. En revanche, pour la communauté ostréicole globale, transparaît, concomitant au degré de culture du coquillage, un code alimentaire qui fixe, pour chaque mode de production (pêche, élevage, affinage), un véritable seuil de comestibilité. Il existe, en fait, une répartition ordonnée des usages alimentaires. Cette graduation indique pour chaque groupe de consommateurs les seuils normatifs.

65Dans le milieu ostréicole, la quotidienneté de la consommation d’huîtres fait de celle-ci un produit alimentaire ordinaire. Le caractère festif de ce coquillage se manifeste toutefois à l’occasion de circonstances exceptionnelles : lors de réunions familiales (baptêmes, mariages, enterrements, fêtes de fin d’année...), on les sert alors avec du pâté, parfois avec du foie gras ou, pour Noël, avec des saucisses plates, les crépinettes ; et lors de manifestations communautaires, villageoises ou régionales (déjeuners des anciens, salons du matériel professionnel...). L’huître présentée alors est un produit d’exception, « C’est ce qu’on a de meilleur ». En outre, ces événements sont souvent l’unique occasion pour les producteurs de goûter les huîtres d’autrui. En effet, les exploitants, du capteur à l’affineur, autoconsomment exclusivement leur production : chaque individu récoltant, ou chaque groupe familial constitutif d’une unité de production, mange ses propres huîtres. Ainsi chacun, selon sa position et sa compétence, estime « savoir ce qu’il mange » (cette formule est régulièrement employée par les éleveurs et les affineurs). Cette attitude leur permet, en outre, de limiter leur consommation au seuil minimal ou maximal autorisé par leur position sociale.

66Si, pour les ostréiculteurs, la consommation du produit sauvage ou semi-sauvage est jugée acceptable pour des groupes ressentis comme marginaux : pêcheurs à pied, capteurs, consommateurs situés hors du cercle ostréicole, estivants..., elle est par contre interdite, du moins virtuellement, aux professionnels. À l’opposé, les huîtres du patron, rapées en claires après leur assèchement, sont réservées à la consommation quasi exclusive de ces derniers. Au stade suprême de l’affinage, ces huîtres, sortes de premiers crus, ne font l’objet d’aucune transaction. Elles ne sont consommées que dans le cercle étroit de la famille du patron, dans lequel, pour l’occasion, sont parfois reçus quelques initiés.

67Il faut ici prendre conscience que l’élevage, et à un stade supérieur l’affinage, représentent une étape technique majeure, c’est-à-dire un état qui entraîne des modifications capitales dans les rapports de l’ostréiculteur avec le milieu naturel et avec le produit qu’il a mis en domestication.

Du sauvage au domestique

68D’emblée, se pose la question de la domestication d’un coquillage tel que l’huître. Tant au niveau morphologique que physiologique, les huîtres cultivées ont un comportement et une apparence similaires à leurs sœurs sauvages. En effet, si l’on introduit dans un parc des huîtres sauvages avec des huîtres d’élevage, elles ne sont pas extérieurement identifiables. L’huître ne peut donc, à ce sujet, faire l’objet d’une classification binaire qui distinguerait l’espèce sauvage de l’espèce domestique. Dans les deux cas, leurs modes de reproduction et d’alimentation sont analogues et totalement indépendants de toute intervention humaine.

69La domestication des huîtres tient exclusivement à leur confinement dans un espace accessible à l’homme, construit et aménagé par lui. Son intervention n’est en réalité effective que lors de l’entretien et de la surveillance des espaces de culture : parcs ou claires ; elle est nécessaire pour le maintien de l’animal en milieu aquatique. À l’image du végétal, l’huître a une attitude passive à l’égard de l’homme, elle ne peut être « apprivoisée ». Elle n’est qu’un simple mollusque marin, lamelli-branche et bivalve, comme pourraient la décrire les scientifiques, dont le corps enveloppé d’un manteau est composé d’un pied, d’un talon, d’une bouche..., mais qui manque de tête. C’est sans doute pour cela qu’on la dit si « bête » (« bête comme une huître », Littré, 1863-1873) et qu’elle n’entretient aucune relation de familiarité à l’égard de l’homme. En revanche, celle de l’homme à l’égard de ce coquillage se traduit par l’emploi d’un vocabulaire anthropomorphique très évocateur qui, en outre, semble accorder à l’huître un « esprit » qu’elle n’a pas.

70Jadis, les huîtres sauvages, nouvellement introduites dans les parcs étaient des élèves, parfois même des coquettes si elles étaient de bonne taille. Mais depuis toujours, refusant de croître (« pousser ») malgré leur grand âge, les boudeuses font la désolation des éleveurs qui ne peuvent les commercialiser. Toutes les huîtres pourtant qui après plusieurs années de soin ont engraissé, ayant même acquis une certaine « culture », sont trompées. Elles doivent, à ce moment là, « être éduquées » et savoir se tenir « coites » pour leur entrée dans le monde... de la commercialisation. Cet instant fatidique est adouci par les soins que les femmes leur prodiguent en les emmaillotant dans des cageots. Quelle déception toutefois pour ces femmes, lorsque les retours sont renvoyées à l’expéditeur ! Ce sont trois ou quatre années d’efforts anéantis. Les femmes déballent les cageots, mais ce sont les hommes, et eux seuls, qui officient lors de la réinsertion des coquillages dans leur milieu naturel. Ils veillent à ne pas les faire noyer lorsqu’ils les font boire. Cette opération présente un réel danger de mise à mort pour l’huître qui, rappelons-le, ne se consomme que vivante.

71Cette notion de vivant est à souligner, car elle fait référence à un mode de représentations mentales spécifiques aux ostréiculteurs. Pour le professionnel, le vivant est ce qui est à l’intérieur de la coquille, c’est le bon, le poisson. C’est lui qui est sujet de ses préoccupations. Mais, en revanche, le poisson demeure la partie cachée, obscure, aléatoire aussi, car une huître longuement affinée peut se révéler maigre. La coquille n’est qu’apparence, carapace « minérale » inorganique, elle n’est qu’objet pour le professionnel. Pourtant, il ne méconnaît pas les liens intimes qui unissent le mollusque à sa coquille depuis sa naissance jusqu’à sa mort. Il sait que la coquille naît, grandit, vieillit (en s’épaississant), qu’elle est partie essentielle du corps de l’huître. Celle-ci est donc tout à la fois objet et sujet, mais c’est « du vivant ». Morte, elle n’est d’ailleurs plus huître, elle est désignée sous le terme de coque.

72Selon les scientifiques du milieu maritime, « ... pour les ostréiculteurs, les huîtres sont des cailloux ». Nous voyons là que cette assertion fait preuve à la fois d’une compréhension incomplète du rapport qui existe entre l’ostréiculteur et son produit et d’une certaine méconnaissance du monde social pour lequel ils travaillent. Implicitement, par ce propos, la relation scientifiques/professionnels est dénoncée et s’exprime par un antagonisme culturel. Pour les scientifiques, la connaissance est le fruit unique de la science. Celle-ci constitue pour eux, « l’étalon de ce qu’on appelle le savoir ; accord qui s’est construit sur le dos des savoirs pratiques systématiquement dévalués et dépossédés de toute prétention à la validité, surtout lorsqu’il s’agit de savoirs détenus par les agents voués à la production économique » (Delbos et Jorion, 1984). Mais pour les professionnels, la connaissance ne se résume pas à une simple dichotomie entre savoir scientifique et savoir pratique. Elle se fonde sur un mode de pensée différent, conçu dans le cadre strict de la communauté ostréicole globale, au sein de laquelle chacun a une place et une culture dévolues par sa fonction « productive ».

Les modalités d’un nouvel équilibre : la japonaise

Nouvelles stratégies à Marennes-Oléron

73On peut considérer que la structure sociale héritée de l’époque de la portugaise a survécu jusque dans les années 1970 bien que déjà quelques modifications fussent intervenues après la seconde guerre mondiale dans le domaine des activités économiques et sociales. En raison, d’une part de l’ouverture croissante au système commercial extérieur, et d’autre part du changement de produit avec la japonaise, les modes traditionnels de production et de commercialisation furent bouleversés. Il ne fait aucun doute que, dès cette époque, s’amorça une nouvelle transformation de la société ostréicole.

74Il a été vu qu’au temps de la portugaise, la reproduction sociale de la communauté charentaise dépendait essentiellement d’une économie régionale, c’est-à-dire d’une division des tâches entre les groupes professionnels locaux. Profondément marqués par la crise de 1970, les ostréiculteurs durent se réadapter et redessiner leurs stratégies techniques, commerciales et sociales. Il y eut éclatement des structures traditionnelles au sein même de la communauté ostréicole charentaise puisque les unités de production du captage à l’expédition, jusqu’alors spécialisées dans l’une des phases du processus, furent contraintes de diversifier leurs activités.

75À ce titre, l’exemple des capteurs de Port-des-Barques-St Froult est édifiant puisqu’avec la japonaise, les huîtres en paquets collectées sur pierres ne trouvèrent plus acquéreurs. Il y a deux raisons à cela. La première tient au fait que le cycle de production fut rompu pendant deux à trois années à cause de la mortalité des portugaises. Toutes les catégories professionnelles qui vivaient de l’huître, capteurs, éleveurs et expéditeurs, subirent une situation similaire de pénurie. Ils furent contraints, avec l’arrivée des japonaises, de capter eux-mêmes leur naissain pour tenter de reconstituer leur stock d’huîtres. Il y eut alors diversification des activités dans toutes les entreprises. Devant l’abondance de naissain et la rapidité de croissance des coquillages dès les premières années, la demande d’huîtres en paquets auprès des Port-Barquais s’amoindrit. La seconde raison tient au produit lui-même. Les huîtres en paquets étaient vendues par les capteurs à l’état brut. Avec la japonaise, les acheteurs réclamèrent que les huîtres soient détroquées afin de les mettre immédiatement en poches. Face à une contrainte technique nouvelle pour eux – le détroquage – les capteurs sur pierres se trouvèrent devant une double alternative : soit disparaître puisqu’ils n’avaient plus leur place dans la chaîne de production de l’huître japonaise, soit se reconvertir comme ostréiculteurs, et se consacrer dès lors à la culture de l’huître. Cette notion de culture est ici employée dans sa double acception : élevage et savoir. Ils optèrent pour la seconde solution.

76Devenus éleveurs, ils réalisèrent alors l’ensemble du cycle de production, du captage à l’huître marchande. Mais, devant la difficulté à vendre leurs huîtres à l’élevage, ils s’instituèrent expéditeurs en écoulant leur propre production en vente directe. En effet, en raison de l’éloignement géographique de cette zone par rapport au cœur de la région ostréicole, la population du secteur de Port-des-Barques échappait au réseau traditionnel de distribution des huîtres d’élevage. « Les courtiers de Bourcefranc ou d’Oléron, dit un informateur, ils viennent jamais nous voir ». En produisant et en commercialisant eux-mêmes, ils échappèrent aux contraintes de la société ostréicole globale. Cette situation marginale créa du même coup les conditions d’une solidarité entre les unités de production locales face au pouvoir extérieur. Ces petites exploitations strictement familiales avaient déjà assez bien résisté à la crise de 1971, au besoin en faisant les moules pendant deux à trois années. C’est grâce à la souplesse de structure de ces exploitations familiales que ces capteurs purent réagir rapidement et efficacement en investissant et en développant, pour un temps, une activité telle que la mytiliculture.

77En cette période transitoire, alors que la réimplantation de la japonaise était tout à fait aléatoire, ces producteurs prouvèrent, par leur attitude, leur capacité de créer une dynamique économique propre tout en conservant une vision à long terme en matière d’investissement. Ils prouvèrent aussi par la suite, en devenant éleveurs-expéditeurs, leur capacité à produire et à commercialiser à des prix concurrentiels. Mais, en s’arrogeant le statut d’ostréiculteurs, ces nouveaux venus rompaient avec le schéma classique de hiérarchie et de stratification sociale et avec les modalités d’accession à l’espace et au savoir qui en découlent. En effet, ces intrus occupèrent de nouveaux espaces territoriaux (des terrains neufs furent concédés en Charente et dans d’autres bassins) et commerciaux (les marchés) que la communauté ostréicole destinait, ou croyait vouloir destiner, à ses héritiers traditionnels.

78Même si l’espace maritime est en fait administrativement concédé, la profession conserve un droit de regard sur son attribution par le jeu du pouvoir que lui confère son statut professionnel et parfois par celui des pressions économiques. N’a-t-on pas remarqué lors de la cession de nouveaux bancs comme Lamouroux que nombre de terrains, administrativement attribués à des concessionnaires possédant des surfaces moyennes ou petites, changèrent rapidement de mains, légalement d’ailleurs, pour retourner dans celles de certains ostréiculteurs à qui l’administration les avait refusés pour avoir estimé leur surface d’exploitation suffisante.

79À ce schéma de hiérarchie sociale, sont associées par ailleurs des modalités d’accession au savoir auxquelles ce groupe dérogea. Ces capteurs, en effet, n’avaient reçu aucune initiation, aucun apprentissage, puisqu’ils avaient appris l’élevage sur le tas. Il y eut donc dans ce cas, rupture entre savoir traditionnel et savoir pratique.

80Cette rupture avec le savoir légitime fut favorisée par un double phénomène : le premier, naturel (la mortalité des portugaises), le second, technique (l’élevage en surélevé). La communauté ostréicole dans sa totalité dut s’y initier. Tous les groupes professionnels se retrouvèrent sur un même plan d’égalité technique et culturelle. Nous retrouvons là, avec cinquante à soixante-dix ans de décalage, un phénomène similaire à celui qui bouleversa les structures sociales, techniques et calendaires de la communauté ostréicole lors de l’invasion de la portugaise et de son entrée dans les claires.

81Ces « nouveaux » professionnels port-barquais étaient partagés entre deux attitudes. D’une part, ils voulaient être reconnus comme ostréiculteurs par les anciens et souhaitaient que « leur soit accordé le nécessaire crédit de confiance de ceux qui connaissent le métier par héritage » (Delbos et Jorion, 1984) ; d’autre part, ils désiraient échapper à cette tutelle et affirmer leur indépendance, tant au niveau de la production qu’à celui de la commercialisation. Mais, dans les deux cas, il leur fallait être intégrés à la communauté ostréicole de Marennes-Oléron. C’est ainsi qu’en 1975, à la demande des professionnels de Port-des-Barques-St Froult, ce secteur, qui jusqu’alors dépendait du quartier maritime de La Rochelle, fut administrativement rattaché à celui de Marennes-Oléron.

  • 3 Les formes d’organisation collective au sein de la communauté ostréicole charentaise se limitent à (...)

82La reconnaissance administrative des ostréiculteurs de Port-des-Barques-St Froult s’accompagna de la création d’un syndicat propre à cette zone, le syndicat ostréicole de Port-des-Barques3. Par l’élection d’un Port-Barquais à la présidence de la section régionale en 1988, la communauté semble manifester le désir d’intégrer au sein de la société ostréicole globale le groupe que forme les Port-Barquais. D’origine bourcefrançaise, ce nouvel élu joue en quelque sorte le rôle d’intermédiaire entre la communauté ostréicole traditionnelle et les anciens capteurs. Toutefois, malgré le dynamisme de ce groupe professionnel, son intégration et sa reconnaissance ne sont pas totalement acquises aujourd’hui encore, car, selon les ostréiculteurs de La Tremblade ou de Bourcefranc « Ils ne savent pas éparer des huîtres ». En quelque sorte, il leur manque ce savoir-faire traditionnel qu’eux-mêmes ont hérité de leurs parents. Il est donné ici au mot « tradition » son sens littéral de transmission. Le savoir représente, dans ce cas, un enjeu dans le processus d’imposition et de légitimation du pouvoir. Il permet la défense d’une position socio-économique.

Migration humaine, transfert cultural et culturel

83Simultanément à l’éclatement des structures traditionnelles locales, les réseaux d’échange s’étendirent hors des limites territoriales charentaises lorsque les ostréiculteurs de Marennes-Oléron acquirent de nouvelles concessions dans des bassins de Vendée, de Bretagne, de Normandie et parfois du Midi. Ce phénomène d’extension territoriale entraîna dans le même temps le déplacement d’une tranche de la population ostréicole. Cette migration se fit à deux époques et selon deux modalités différentes. L’une se produisit après la seconde guerre mondiale. Elle se déroula sur une courte période et se conclut par une implantation définitive de Charentais en baie de Bourneuf. La seconde migration, qui se poursuit aujourd’hui encore, débuta dans les années 1970. Elle se dirigea vers la Bretagne, puis vers la Normandie. Cette migration diffère de la première, car elle est alternante. En effet, depuis près de vingt ans, les ostréiculteurs charentais se déplacent vers ces régions sans jamais s’y implanter. Ils n’y vont que pour visiter leurs parcs et ces déplacements se font uniquement en période de malines (« visiter un parc » signifie que l’on procède à un état des lieux, mais également que l’on s’y rend pour travailler).

La baie de Bourneuf

84En mars 1947, « bénéficiant d’une tolérance des Affaires Maritimes (Van Tilburg, 1986) qui leur autorisait des essais de culture d’huîtres dans des zones non concédées, des ostréiculteurs originaires de Bource-franc-le-Chapus tentèrent de développer un processus d’exploitation d’huîtres en baie de Bourneuf, tout d’abord à Fromentine, puis sur les communes de Beauvoir-sur-Mer et de Bouin.

85La limitation d’extension des concessions sur le Domaine Public Maritime du bassin de Marennes-Oléron incite quelques individus, le plus souvent membres d’un même groupe familial, à s’expatrier vers de nouvelles zones d’exploitation. Les premiers migrants étaient généralement jeunes, célibataires, enfants d’une grande fratrie ou simples ouvriers ostréicoles (ou agricoles), beaucoup sans concession à Marennes-Oléron. Ils partirent « en éclaireurs », sonder les possibilités d’exploitation de ce bassin situé à faible distance de Marennes-Oléron, de ce pays qui « ressemble à chez nous ». Au vu des premiers résultats très prometteurs, une seconde vague de Charentais, parents des premiers (frères, beaux-frères, cousins...) suivit. Les Affaires Maritimes attribuèrent alors des concessions aux Charentais, veillant toutefois à favoriser les autochtones bien que leur activité principale fût alors rarement l’ostréiculture. Les créations de concessions se traduisirent par une affluence de demandes au quartier des Affaires Maritimes. 307 demandes furent déposées entre le 29 mars et le 10 octobre 1947 (Van Tilburg, 1986).

86L’impulsion donnée par les Charentais fut décisive pour le développement de cette activité en baie de Bourneuf. Techniques et savoir-faire furent transposés de Marennes-Oléron à la Vendée sans aucune modification puisque la configuration de l’espace cultivable était semblable à celle rencontrée à Marennes-Oléron. L’implantation de ces méthodes fut facilitée, en outre, par l’absence de techniques spécifiques à cette région. En effet, avant l’arrivée des Charentais, l’ostréiculture y était balbutiante et les tentatives d’exploitation des huîtres étaient demeurées fort primitives en comparaison de ce qui se pratiquait à la même époque dans d’autres bassins.

87Le témoignage d’un ostréiculteur originaire de la région de Bouin vient confirmer ce propos. Il rappelle les différentes étapes du développement de cette activité :

88« Au début (les plus anciennes demandes de concessions furent enregistrées en 1941) les gens d’ici, ils faisaient la pêche au chalut. Alors ils ont dit : on jette les huîtres sur les parcs et quand ça sera bon, on viendra les draguer. Ensuite on a fait des barrages avec des pierres, parce qu’avec un coup de gros temps il n’y avait plus d’huîtres. La première année, on a été chercher les pierres de la digue qui s’était rompue en 1941... Mais à chaque tempête il y avait quand même 10 à 15 % de perte et puis les huîtres se prenaient dans les pierres. On a mis après des palissages en bois, des pieux de châtaigniers je crois. Ils faisaient 80 cm de hauteur, et on les enfonçait de moitié dans le sol. Mais là aussi, on a déchanté. Alors il y a eu le grillage. Le grillage, c’est les Charentais, quand ils ont vu qu’on mettait des pierres ou du bois, et d’autres (parcs) rien du tout, ils ont ramené des rouleaux de grillage en 50. On mettait du grillage autour des parcs, puis on quadrillait l’intérieur du parc mais sur une hauteur moins importante. Mais sur trois ans on avait quand même 60 % de perte. » (Van Tilburg, 1986).

89La dénégation de la réussite d’une expérience quand elle est étrangère, « mais... on avait quand même 60 % de perte », est l’un des aspects intéressants de cet entretien. Si l’on compare aux techniques employées à la même époque dans les bassins ostréicoles d’Arcachon, de Marennes-Oléron, ou de Bretagne, ce témoignage met en évidence l’archaïsme des techniques d’exploitation employées par les autochtones en baie de Bourneuf avant l’arrivée des Charentais. La drague, les pieux de bois, les pierres pour l’entourage des parcs, encore en usage à cet endroit, étaient délaissés depuis déjà plusieurs années par les autres ostréiculteurs.

90Ce retard technique traduit en fait l’isolement cultural et culturel de l’ostréiculture de la région vendéenne qui ne devait pourtant pas ignorer l’existence de centres ostréicoles proches. On constate que, loin de s’informer, puis de tirer parti d’un savoir-faire acquis ailleurs, les Vendéens n’ont fait que réitérer, à plusieurs années d’intervalle, les premières expériences empiriques tentées précédemment dans les autres bassins.

91On peut penser que ces données techniques archaïques, acquises de façon empirique et solitaire, leur facilitèrent sans doute, le moment venu, l’assimilation de savoirs et de pratiques exogènes. Simultanément à l’expansion conquérante des migrants charentais, s’amorça un mouvement d’évolution technique et économique de la zone ostréicole vendéenne qui fut un premier pas vers une identité professionnelle régionale. On a pu observer que cette communauté charentaise implantée en Vendée a conservé des attaches culturales avec sa région d’origine puisque tout le captage pour la baie de Bourneuf se fait à Fouras, dans des terrains qui furent concédés par l’Administration Maritime aux Vendéens ou qu’ils exploitent en compte à demi avec des Charentais.

Bretagne, Normandie...

92Avec l’arrivée de la japonaise, de nouveaux réseaux d’échanges se mirent en place au sein de la communauté ostréicole charentaise. Simultanément, d’autres réseaux s’étendirent hors des limites territoriales vers la Bretagne, la Normandie, la Méditerranée.

93L’élargissement des réseaux d’échanges entre les bassins fut favorisé par l’évolution des techniques d’élevage en surélevé qui provoquèrent à Marennes-Oléron une pénurie de terrains adaptés à ce mode de culture tandis qu’une grande partie des parcs à plat étaient alors mis en friche. Cet élargissement s’explique aussi par la nécessité pour les professionnels bretons, normands et méditerranéens de s’approvisionner en huîtres creuses destinées à l’élevage. En effet, la disparition progressive des huîtres plates en Bretagne, atteintes des virus Martelia et Bonamia, et parallèlement la création d’entreprises ostréicoles en Normandie, favorisèrent les échanges d’huîtres creuses entre les divers bassins en même temps que le développement d’une nouvelle production, le grattis. Ce produit est en effet exclusivement charentais ou arcachonnais puisque les huîtres creuses ne peuvent se reproduire au nord de la Vilaine.

94Pour illustrer ce propos, l’exemple d’un informateur, expéditeur à Marennes, sera utilisé. Cet ostréiculteur dut s’expatrier vers de nouvelles zones d’exploitation malgré les trois hectares de parcs hérités de son grand-père et de son père dans le bassin (la surface moyenne d’exploitation d’un établissement à Marennes-Oléron est 1,5 ha). Ses concessions charentaises, appropriées à l’élevage à plat, ne répondaient plus aux contraintes techniques exigées pour le surélevé. Les demandes faites auprès des Affaires Maritimes pour l’obtention de nouvelles concessions adaptées au surélevé, lui furent refusées, sa surface d’exploitation étant jugée suffisante. Il n’utilise plus aujourd’hui que 40 % de sa surface globale de concessions à Marennes-Oléron, comme bon nombre d’ostréiculteurs de ce bassin. Hormis la pénurie de bons parcs, d’autres facteurs incitèrent ces professionnels à s’expatrier de Marennes-Oléron : la baisse de croissance dans ce bassin ; une meilleure pousse en Normandie et en Bretagne ; un coût d’exploitation plus élevé en Charente dû à la parcellisation et aux difficultés d’accès aux parcs ; et peut-être aussi l’influence de la réussite des premiers migrants vers la Bretagne et la Normandie.

95Cet ostréiculteur opta pour une politique de développement et d’extension vers d’autres bassins. Il comprit que son expansion territoriale serait limitée sur le plan local et qu’il serait du même coup freiné sur le plan économique ce qui, à moyen terme, mettrait en péril son entreprise. Il prit tout d’abord des concessions dans le nord de la Bretagne puis, estimant leur rentabilité insuffisante, les abandonna pour acquérir des parcs en Normandie dans la région d’Isigny. Malgré le coût des déplacements et du séjour (hôtel, restaurant...), il juge plus rentables les cinquante ares d’un seul tenant qu’il détient en Normandie que les trois hectares de parcelles à Marennes-Oléron.

96On constate toutefois que le succès de cette stratégie d’expansion territoriale n’a pas suffi à transformer la migration alternante bimensuelle en migration définitive. La fidélité de la profession ostréicole charentaise à sa région explique cette attitude. Si les ostréiculteurs conservent leur établissement en Charente, c’est en premier lieu pour des raisons sentimentales, familiales bien sûr, mais aussi par attachement à leur terre ; c’est en second lieu pour des raisons économiques qui tiennent à l’affinage en claires. En effet, l’affinage est un atout commercial majeur qui explique d’ailleurs que 45 % de la production française soit commercialisée depuis Marennes-Oléron, alors que 35 % seulement des huîtres marchandes y sont réellement exploitées. À ces deux raisons, il faut en ajouter une troisième qui est liée aux modes d’accession par les Charentais aux concessions, sur le Domaine Public Maritime de Bretagne ou de Normandie. Si en Bretagne, les concessions ont été bien souvent concédées par les Affaires Maritimes ou vendues par des ostréiculteurs bretons aux Charentais qui en sont donc officiellement les détenteurs, en Normandie la situation est tout autre.

97Pour comprendre cette situation, il faut retracer en quelques mots l’origine de la conchyliculture normande. Voilà plus de quinze ans, une politique de développement économique engagée en Normandie par les pouvoirs publics permit la création d’un nouveau secteur d’activité dans cette région : l’ostréiculture. L’Administration des Affaires Maritimes concéda alors des surfaces d’exploitation sur l’estran. L’accession aux concessions sur le Domaine Public Maritime, initialement octroyées gratuitement, était très souple. Ce furent généralement des non-professionnels résidant localement qui furent privilégiés, sous réserve toutefois de pratiquer cette nouvelle activité à titre principal. L’Administration des Affaires Maritimes ne céda alors aucune concession aux professionnels charentais. Si quelques nouveaux acquéreurs normands se consacrèrent totalement à l’ostréiculture, d’autres prirent soin de conserver leur activité précédente (agricole, commerciale ou même libérale) en sus, comme le leur autorisait la législation. La circulaire du 2 décembre 1983 indiquait « qu’à l’instar de ce qui a été admis dans d’autres secteurs pour les pluri-actifs, on pourra considérer comme activité principale une activité dont celui qui l’exerce tire plus de cinquante pour cent de ses revenus et à laquelle il consacre plus de cinquante pour cent de son temps. Elle précise toutefois que cette formule pourra être affinée et modulée... Dans tous les cas c’est au demandeur de justifier de son activité à titre principal et donc d’apporter les preuves jugées nécessaires » (« Exploitation de cultures marines ». Cours refondu de l’AC 2 Rabot-février 1986).

98L’imprécision de ce décret eut des effets contraires à son objectif premier. En réalité, nombreux furent les concessionnaires normands qui déléguèrent l’exploitation de leurs concessions à des ostréiculteurs charentais. Ceux-ci représentaient, selon les dires de ces derniers, soixante-quinze pour cent des exploitants de Normandie. Si certains Charentais ont, depuis peu d’années, obtenu des concessions auprès des Affaires Maritimes, un grand nombre d’entre eux louent leurs parcs ou les ont en compte à demi officieusement avec des Normands en échange de naissain capté à Marennes-Oléron ou d’huîtres d’élevage de dix-huit mois ou trente mois. Pour certains concessionnaires normands, la rentabilité des concessions est ainsi largement assurée. « En Normandie, on crie sur les Charentais... » raconte un ostréiculteur de Marennes, « mais pour les Normands, c’est une rente de 15 à 20 millions (anciens) par an, car les Charentais exploitent leurs parcs. Ils les louent 15, 20, 25 francs la poche. » Et plus ! Le chiffre de 40 francs a été prononcé.

99Jusqu’à la mise en application du décret de 1987 qui impose à tout détenteur de concession de posséder la capacité professionnelle, chaque quartier maritime était autorisé à adapter la législation aux nécessités de son secteur. En général, les conditions d’accès au Domaine Public Maritime dans les autres bassins étaient beaucoup plus strictes qu’en Normandie. Ainsi à Marennes-Oléron, seuls les ostréiculteurs ayant le statut de professionnels sont autorisés à élever des coquillages sur l’estran. En outre « le professionnel s’engage à exploiter sa concession personnellement et à titre principal » (Décret du 22 mars 1983). D’ailleurs, depuis la mise en application du Plan Macé dans ce secteur, la pluri-activité n’est plus autorisée et a totalement disparu dans le bassin.

100En fait, plus que leur attachement à leur pays, la difficulté d’accéder aux concessions du Domaine Public Maritime hors de leur territoire et la précarité d’une situation illégale incitèrent les ostréiculteurs charentais à une migration alternante plutôt qu’à l’installation d’établissements en Normandie ou en Bretagne. Simultanément à cette stratégie d’extension territoriale amorcée par les Charentais, de nombreux réseaux d’échanges se développèrent entre les professionnels des divers bassins ostréicoles. L’attitude des Charentais ne justifie pas à elle seule la transformation des réseaux d’échange et du paysage ostréicole français. La mortalité des huîtres plates en Bretagne et l’implantation d’un nouveau centre ostréicole en Normandie y contribuèrent pour une grande part et favorisèrent l’implantation de l’huître creuse dans ces zones. A ces raisons, il faut en ajouter une autre, naturelle, liée à l’impossibilité de reproduction des huîtres creuses au nord de la Vilaine. Cette situation a nécessité l’importation de grattis charentais ou même arcachonnais depuis trois ou quatre ans et conditionné les relations d’échanges interbassins.

101L’exemple rapporté par un courtier de Marennes-Oléron sur les mouvements et les transactions à la production dont peut faire l’objet un lot d’huîtres, de sa naissance à sa taille marchande, montre fort bien l’évolution des réseaux commerciaux internes à la profession ostréicole française (fig. 43).

Figure 43. Mouvements et transactions à la production d’un lot d’huîtres, de sa naissance à sa taille marchande.

  • 4 Ce terme me paraît le plus approprié.

102De nouvelles procédures marchandes ont donc été élaborées progressivement entre les diverses communautés ostréicoles. Les termes de l’échange sont établis suivant une convention qui peut être soit unilatérale, c’est-à-dire sans contrepartie autre que financière : le produit est alors simplement vendu à un courtier ou à un ostréiculteur ; soit bilatérale, dès lors que deux professionnels ont des parcs en compte à demi. Il y a alors obligation de réciprocité entre les parties, soit sous forme d’échange de produits pour une valeur marchande égale (on donne du grattis contre des huîtres d’élevage par exemple) ; soit par division à part égale des huîtres produites sur le parc : le concessionnaire abandonne l’exploitation de ce parc à un confrère, mais réclame comme « bail »4 la moitié de la production. Bien que cette situation soit illégale puisque le Domaine Public Maritime concédé par l’État ne peut faire l’objet de transaction ou de spéculation, elle se rencontre couramment en Normandie où les professionnels locaux sont les bailleurs d’ostréiculteurs charentais.

103Ce marché intermédiaire, très mobile, demeure obscur. D’ailleurs les services administratifs n’ont jamais pu en évaluer ni le volume ni le gain. Les bons de transports, légalement exigés lors de tout déplacement et qui sont remis au CRSU, sont la seule source d’information. Ces données administratives se sont révélées inexploitables, d’une part parce que ces documents n’ont pas été traités par les services concernés, d’autre part et surtout, parce que les tonnages déclarés sont, selon les agents des services sanitaires, « très approximatifs ! » À ce stade de l’expansion de la culture de l’huître japonaise, je suis parvenue à ce constat : l’ensemble des communautés ostréicoles en France ont des contacts marchands constants. En outre, pour tous les centres ostréicoles des côtes atlantiques et de la Manche, on peut aujourd’hui composer une liste commune des techniques et des savoir-faire. En effet, le mouvement cultural et économique dont les ostréiculteurs charentais furent les initiateurs s’accompagna de la diffusion de matériels, de techniques, de savoir-faire et d’une terminologie (démanchoires, tables, poches...) spécifiques à la culture de l’huître à Marennes-Oléron. Toutefois, ce transfert technique et culturel se fit selon des modalités différentes suivant les régions.

  • 5 Le mot est à considérer ici dans sa double acception.

104En Normandie, le terrain était vierge de toute « culture »5 ostréicole. Tout était à créer. Les professionnels charentais transplantèrent leurs méthodes sans autre contrainte que celle imposée par le milieu naturel. En effet, les sites, peu abrités, ne permettent pas une disposition des poches sur les tables similaire à celle employée à Marennes-Oléron. Pour résister à la violence des courants, les tables mises bout à bout doivent tout d’abord être retenues entre elles, soit à l’aide de longues tiges métalliques passées de l’une à l’autre, soit avec des tubes en métal ou en plastique, dans lesquels on enfile chacune des extrémités des branches des tables ; en outre, les poches arrimées plus fortement aux tables à l’aide de caoutchoucs et d’esses sont aussi emmaillées dans des tiges métalliques soudées sur chacune des deux barres transversales de la table. C’est là un bel exemple d’adaptation technique à un milieu hostile !

105En Bretagne, le mécanisme de diffusion des techniques d’élevage en surélevé fut différent en raison du contexte humain. Seules les difficultés écologiques, puis économiques, rencontrées depuis les années 1970 avec le virus dont les plates furent atteintes, eurent raison des résistances bretonnes à l’extension de l’huître creuse sur leurs côtes. Quoique dépréciées, « Ce ne sont que des cailloux », la survie du groupe professionnel local dépendait en fait de ce produit. Une fois admise la nécessité de produire cette huître, il y eut assimilation immédiate par les ostréiculteurs bretons des techniques adaptées à l’huître creuse. En outre, il ne semble pas qu’il y ait eu fusion ou même confusion entre les méthodes de cultures employées pour l’une ou l’autre des espèces. « La plate, elle dérange pas la creuse. » Les essais d’élevage de la plate en surélevé se soldèrent, selon les Bretons, par des échecs, tant pour la qualité, jugée médiocre, que pour l’apparence : de forme ronde, les huîtres plates s’allongent lorsqu’elles sont en poche. Pourtant, on ne saura dire si le résultat négatif de l’expérience de mise en poches, rapportée par des professionnels bretons, est simplement la traduction de la réalité ou plutôt l’expression de leur résistance. Ils sont en effet hostiles à toute transformation d’une culture qu’ils jugent traditionnelle mais qui demain aura peut-être disparu avec la plate. Cette dernière est le symbole d’un passé florissant et la communauté bretonne y puise aujourd’hui encore son identité même si l’espèce a été remplacée et que la technique comme le savoir-faire ont été modifiés. D’ailleurs, la nostalgie qu’exprime l’argument publicitaire que j’ai pu lire sur la carte d’un restaurant parisien confirme cet état d’esprit : « les belondines, huîtres creuses de Bretagne affinées dans la rivière de Belon ».

106L’époque où les Charentais étaient, en Bretagne comme en Normandie, le groupe technique initiateur est actuellement fort loin ; ce rôle leur conférait alors un certain pouvoir auprès des populations indigènes. En fait, le constat peut être fait que la dynamique professionnelle de cette communauté a largement porté ses fruits, peut-être au-delà même de ses expérimentations initiales. L’apprenti d’hier, Breton ou Normand, détient maintenant, au moins sur l’estran, « l’art et la manière » du maître. Le Charentais a aujourd’hui perdu le pouvoir dont il disposait à travers son savoir-faire et sa technique et il n’est plus maintenant, aux dires des autochtones, qu’un intrus qu’il serait bon de chasser de ces terres conquises illégalement.

La transmission des savoirs

Le temps d’apprendre

107En égrenant leurs souvenirs, hommes et femmes évoquent tout naturellement leurs débuts. Si tous ont commencé jeunes à faire les huîtres, leur cheminement diffère selon leur sexe, leur âge et le groupe auquel ils appartiennent au sein de la communauté ostréicole.

108L’introduction du drôle et de la drôlesse dans le monde ostréicole se fait, aujourd’hui encore, dès la prime enfance (dès six-sept ans). Au retour de l’école, les enfants rejoignent leurs parents à la cabane, jadis ils les retrouvaient au dépôt. Avant cet âge, gardés au village par une parente ou une nourrice, ils ne fréquentent qu’occasionnellement ce lieu. A la cabane, sans distinction de sexe, les enfants évoluent exclusivement dans l’univers des femmes. Celles-ci, « pour les occuper », leur donnent quelques menues tâches. Ainsi progressivement, tout en se distrayant, ils s’initient aux travaux ostréicoles. Cette pédagogie ludique est davantage basée sur l’observation des faits et gestes des adultes que sur une mise en pratique immédiate des phénomènes observés. C’est une initiation inconsciente qui ne fait pas partie des travaux obligatoires auxquels les enfants, dès l’âge de dix-onze ans, participent. À cette période, leur collaboration au travail collectif dans l’unité de production familiale devient alors beaucoup plus importante.

109Jusque dans les années 1960, c’était après le certificat d’étude que les enfants d’ostréiculteurs, reçus ou non, intégraient définitivement le monde du travail et progressivement celui des adultes.

L’apprentissage de la drôlesse

110À l’âge de la puberté, l’apprentissage du métier pouvait se faire tout entier au sein de la famille en dehors de toute institution scolaire. Les femmes d’un même groupe domestique travaillaient ensemble dans le même dépôt ou la même cabane. Le groupe domestique constituait l’unité de production de base. Dès l’âge de onze-treize ans, les jeunes filles participaient activement aux tâches professionnelles et, sous la direction de leur mère ou d’une parente, elles étaient initiées aux travaux ostréicoles. La vie domestique était alors totalement confondue avec la vie professionnelle. Les jeunes filles, maintenues sous la tutelle parentale jusqu’au jour de leur mariage, travaillaient ensuite pour le compte de la famille de leur mari.

111Cependant, lorsque la structure de l’unité familiale était insuffisante pour supporter une aide supplémentaire, les enfants poursuivaient leur apprentissage hors du foyer paternel dans une des maisons d’expédition de la commune. Si l’on fait un parallèle avec le milieu féminin vinicole, tel que le décrit C. Amiel et al. (1981), on trouve un processus assez semblable dans le milieu ostréicole où la future femme de cabane recevait un double apprentissage. Hors de l’univers familial, elle découvrait, en plus du travail, les contraintes du monde hiérarchisé et codifié que le salaire perçu oblige à respecter. Pour elle, l’âge adulte commençait dès l’adolescence. Il n’était pas rare que des jeunes filles de quatorze ans contribuent à faire vivre la famille.

112Comme ouvrières, dans un premier temps, elles étaient payées à la pièce, c’est-à-dire au cageot emballé, puis avec l’expérience, à la journée, avant d’être embauchées comme femmes de cabane. Ce sont ces dernières qui, sous le patronage de la femme ou de la mère de l’expéditeur, initiaient les jeunes recrues au métier. L’apprentissage était hiérarchisé. Le statut des femmes de cabane était lui-même graduel et établi en fonction de leur ancienneté dans l’exploitation et de leurs qualités personnelles.

L’apprentissage du drôle

113À la cabane, si l’adolescente occupait déjà les fonctions d’une femme, par contre, les garçons du même âge restaient attachés au monde de l’enfance. Aides subalternes, ils se livraient encore à des tâches spécifiquement féminines avant leur passage dans le groupe des hommes.

114L’apprentissage des adolescents était donc double : féminin, puis masculin. Tout d’abord à la cabane avec les femmes, ils triaient et emballaient les huîtres. Toutefois, bien qu’évoluant encore dans la sphère féminine, ils s’incorporaient progressivement à l’univers masculin.

115L’initiation au monde des hommes était graduelle. Elle débutait dans les parcs pour s’achever, au moins pour les jeunes qui travaillaient dans les cabanes d’expédition, dans les claires. Sur l’estran, tous les drôles aidaient d’abord aux menus travaux qui réclamaient un faible effort physique (transport des mannes, pose des pointus...) avant d’être exercés au maniement des outils : à la rabale pour le nivellement des parcs, à la pelle-fourche pour la pêche, puis à la pelle pour l’éparage. L’éparage est le stade suprême de l’initiation dans les parcs. Il fallait cinq ou six années au drôle pour acquérir une bonne connaissance du travail sur l’estran. Approfondissant longuement chaque opération, en passant de l’une à l’autre, il acquiert un sens des responsabilités de plus en plus grand selon une procédure préétablie.

116L’apprentissage sera fonction de la position du drôle dans la hiérarchie sociale et du rôle auquel on le destine quand il sera adulte. L’expérience vécue par l’un de nos informateurs, fils de patron éleveur-expéditeur, est significative des relations complexes qui se nouent à l’arrière-plan du savoir. « J’avais dix ans et mon père m’envoyait avec les ouvriers pour réceptionner les huîtres que nous envoyait le père Sinca. Si j’allais avec eux, c’est parce que comme ça, mon père savait que les ouvriers n’allaient pas en mettre chez eux (dans leurs parcs) ». Triple formation donc pour cet enfant, qui se traduit par une prise de connaissance de ses futures responsabilités patronales par l’initiation au métier de base mais aussi par une appropriation symbolique de l’espace exploité qui deviendra le sien. Cette éducation imprime en chaque individu sa personnalité sociale.

117Pour les adolescents, le marais marque une étape dans l’initiation aux travaux ostréicoles, car c’est le domaine exclusif des hommes. Jamais les femmes ne vont au marais. Les garçons, enfants, n’y suivent leur père que très rarement. Tout au plus vers dix-douze ans, pourront-ils « ...par jeu, remuer la vase dans une claire de dépôt devant la cabane, pour qu’ils s’apprennent », mais toujours sous le regard des femmes.

118En accédant au marais vers quinze-seize ans, période à laquelle il aura atteint une stature d’homme, l’adolescent intègre socialement le monde des adultes. L’apprentissage se fait entre hommes. Dans les exploitations strictement familiales, le père initie son fils, mais cette tâche est plus volontiers confiée à un ouvrier ou à un proche parent (oncle, beau-frère) qui travaille en collaboration étroite avec la famille de l’enfant.

119Jusqu’alors appelé « drôle », il devient « homme », une fois initié. Mais ce n’est qu’au retour du service militaire qu’il est définitivement reconnu par la communauté comme ostréiculteur. Dès lors, il y a pour lui division totale entre les travaux féminins et masculins. Pour un homme, devoir travailler à la cabane « comme une femme » est peu valorisant ; l’âge seul le fera y retourner pour emballer au côté des femmes. Le marais est l’espace dont les règles et les savoirs sont différents et parfois opposés à ceux établis sur l’estran et à la cabane. Le marais est vécu comme un monde à part, même pour les hommes.

Un savoir différé

120Aujourd’hui, en raison de la scolarité obligatoire jusqu’à seize ans, l’intégration des enfants au monde ostréicole est double. À l’exemple de leurs aînés, ils sont contraints, dès leur plus jeune âge, de collaborer au travail de l’unité de production familiale et aident leurs parents pendant leur temps libre. Ainsi, dès l’âge de onze-treize ans, en été, filles et garçons vont-ils à la marée pour retourner les poches. Cette initiation précoce des filles aux travaux sur l’estran est nouvelle ; elle fait suite à une évolution des techniques ainsi qu’à la transformation du calendrier et des temps de travail (« On n’enfile plus de coques »).

121Pour les fêtes, dès le quinze décembre, les enfants d’ostréiculteurs sont débauchés de l’école pour aider à l’emballage. Les classes, après la sixième, sont désertées. Si les « vacances » forcées du mois de décembre font la joie de la majorité des enfants, nombreux sont ceux qui rechignent à la tâche des fins de semaine ou en été. L’autorité paternelle est toutefois rarement remise en cause et les enfants participent tous aux travaux de l’exploitation, gratuitement le plus souvent, parfois contre un peu d’argent de poche.

  • 6 La capacité à exercer l’activité résulte de l’obtention d’un diplôme et/ou d’une pratique professi (...)

122L’apprentissage domestique ne suffit plus aujourd’hui à l’intégration du jeune dans le monde ostréicole. Seule, une formation institutionnalisée aboutissant à l’obtention de la capacité professionnelle6 donne droit au statut de professionnel. Cette appellation moderne désigne ce que les intéressés eux-mêmes définissaient jadis par l’expression « être ostréiculteur ». Sorte de sésame public, cette qualification leur ouvre les portes des administrations, des établissements bancaires pour les subventions et aides en tous genres. Elle leur livre aussi l’accès à la concession sur le Domaine Public Maritime et leur donne droit à la prise d’eau dans le marais sur la propriété privée.

  • 7 Elle est effective lorsque le jeune exploitant est concessionnaire ou utilise une surface producti (...)

123L’installation7 en conchyliculture, aussi bien dans le cas d’une reprise d’établissement familial que dans celui d’une création, est totalement conditionnée par cette formation. Celle-ci s’effectue suivant des modalités différentes selon que c’est une formation continue ou initiale.

124Pour les adultes, en formation continue, après trois ou cinq années d’expérience professionnelle, un stage de deux cents heures doit être réalisé. Au terme de ce stage, un projet « technico-économique d’installation ou de modernisation » est exigé. Pour la formation initiale, les adolescents entrent dans des écoles spécialisées, collège d’enseignement technique maritime (CETM) ou école de formation maritime et aquacole (EMA), qui préparent au brevet de motoriste, au САМ (certificat d’apprentissage maritime) et au САРМ (certificat d’aptitude professionnel maritime), diplômes de base qui autorisent l’embarquement. Le ВЕР est aussi préparé dans ces établissements. Après l’obtention d’un brevet professionnel (CAP, ВЕР...), des stages pratiques en entreprise complètent la formation scolaire qui est dispensée dans des établissements spécialisés de la région. On a pu observer que ces stages pour le brevet professionnel sont presque exclusivement réalisés au sein de l’exploitation familiale.

125Autrefois, seule la communauté professionnelle accordait le statut d’ostréiculteur à ses membres ; aujourd’hui, c’est en quelque sorte la société globale qui, par l’entremise des institutions scolaires, décide de la capacité professionnelle d’un individu selon une procédure strictement théorique. En modifiant les conditions d’incorporation des apprentis au sein de la communauté ostréicole, la société globale influe plus sur les modes de transmission successoraux que sur les modes de transmission des connaissances. En effet, si l’apprenti n’est pas reçu à son brevet professionnel ou si son projet « technico-économique d’installation » est refusé, il n’aura pas accès aux surfaces de production sur l’estran et il ne pourra donc pas succéder à son père. Selon un informateur, « Un CAP de mécanique, c’est parfois mieux qu’un CAP en conchyliculture, c’est plus utile. Plus utile pour quoi ? Pas pour l’ostréiculture, mais surtout s’il rate, il pourra trouver du travail ailleurs qu’en ostréiculture ». Cette réflexion traduit le sentiment d’inquiétude de la profession quant à l’avenir de leurs fils et la succession des exploitations. Cette incertitude successorale est suscitée par la peur de l’échec scolaire. Elle pose le problème du mode de reproduction sociale de cette communauté.

126Par contre, la transmission des savoirs à ses membres par la communauté ostréicole semble demeurer assez semblable à celle qui était dispensée avant la scolarité obligatoire jusqu’à seize ans. La période d’apprentissage est simplement différée. En raison de l’obligation scolaire, celle-ci ne se fait plus au sortir de l’enfance, mais seulement vers quatorze ans lorsque l’adolescent entre en école professionnelle. Ainsi, simultanément à la formation théorique institutionnelle, une mise en application pratique est réalisée généralement au sein de l’exploitation familiale sous forme de stages. En retombant sous la coupe parentale, le stagiaire est aussitôt réincorporé à la communauté ostréicole et se trouve soumis aux conditions d’apprentissage imposées par celle-ci. L’empreinte familiale et communautaire sur ses membres est si forte qu’ils ne peuvent échapper à ses modalités de savoir-faire.

127La mise en application de la formation scolaire s’avère pratiquement inopérante et l’impact des connaissances théoriques sur la pratique paraît très faible. En l’occurrence, pour les enseignants, la question semble être moins celle de voir leurs leçons immédiatement exploitées par leurs élèves, que de « ...créer (chez eux), comme le disait J. Bonniel (1986) à propos du milieu vinicole, une disposition à recevoir, ou même à réclamer, des savoirs exogènes ». Cet espoir du corps enseignant est-il vain ou fructueux ? Je n’ai pu déterminer précisément si la pénétration des connaissances scientifiques au sein de cette communauté était plutôt le fruit de résurgences scolaires ou celui du discours des scientifiques ?

128Une fois les jeunes gens réintégrés dans le milieu professionnel, il y a comme une occultation des savoirs acquis en milieu scolaire. Les « projets technico-économiques » et les connaissances scientifiques sont délaissés, enfouis au tréfonds de la mémoire, sinon effacés, d’autant plus rapidement que nombre de jeunes, après obtention de leur diplôme de capacité professionnelle, n’ont aucun pouvoir de décision au sein de l’exploitation pendant plusieurs années encore (dix à quinze ans parfois). Ils sont donc dans l’obligation de se soumettre aux modalités d’apprentissage de leur père-patron auquel ils succéderont. L’application de leur culture théorique, la modernisation des techniques de travail dont ils auront éventuellement pris connaissance dans le cadre de leur enseignement scolaire sont écartées par les aînés. D’ailleurs, le discours de ces derniers traduit leur incrédulité quant à la nécessité de ces savoirs : « Au lieu de s’abrutir à faire des études, il serait mieux avec nous », « La meilleure école, c’était mon père ; mon fils, il a appris avec moi. » Pour eux, l’art et la manière de faire les huîtres ne s’acquièrent pas autrement que par la pratique. « L’école, ça peut pas se concevoir pour travailler les claires. Le travail s’apprend sur le tas, il y a tellement de petits détails. Sur le Domaine Public Maritime, c’est la même chose. » Cette attitude de défiance à l’égard de « l’instruction » tient, semble-t-il, à un double phénomène. Le premier est culturel : il est dû à la méconnaissance par les aînés des sujets enseignés à leurs enfants et aussi au fait qu’eux-mêmes n’ont pas « ...eu besoin d’aller à l’école pour faire les huîtres » ; le second a un caractère social. S’il y a refus de l’inconnu (le savoir institutionnel), c’est parce que les aînés ne peuvent le maîtriser. Dès lors, ils craignent une remise en cause de leur propre savoir, de leur savoir-faire et du même coup de leur pouvoir. La transmission des savoirs est aujourd’hui encore unilatérale et conçue verticalement, des aînés vers les jeunes. Par cette attitude, les anciens affirment leur autorité.

129Si les ostréiculteurs favorisent plus volontiers la scolarisation de leurs filles, c’est pour « qu’elles apprennent la comptabilité ou le secrétariat, ça peut nous aider », mais surtout parce qu’elles ont eu, jusqu’à maintenant, un rôle bien défini dans la structure familiale et sociale qui ne les autorise pas à remettre en cause ni les connaissances, ni l’autorité des hommes. Le savoir-faire est vécu ici comme un enjeu dans le processus de légitimation du pouvoir masculin.

Des savoir-faire, des pouvoirs

130L’étendue du pouvoir de chaque individu ou de chaque groupe au sein de la communauté est proportionnelle à l’étendue de ses savoir-faire. Les distinctions s’établissent en fonction de la capacité de chacun (individu ou groupe) à maîtriser les différentes fonctions techniques à la cabane, sur l’estran ou dans le marais.

131Au savoir-faire généralisé, selon la terminologie de Marie-Noëlle Chamoux (1978), commun aux femmes et aux hommes, en quelque sorte asexué, et qui permet à tout élément du groupe d’occuper temporairement un poste, répondent des savoir-faire particuliers détenus par les hommes, et certains même relevant de leur compétence exclusive comme ceux ayant trait au marais, espace virtuellement interdit aux femmes.

132Au problème de la capacité ou de l’incapacité physique qui justifie, aux dires des hommes, l’absence féminine dans le marais, se greffe selon moi un problème d’interdit social symbolique. En effet, pour une difficulté physique similaire, comment expliquer que, lors de la seconde guerre mondiale, en l’absence des hommes, les femmes prirent en main la totalité des opérations de production sur l’estran et délaissèrent le marais alors que la valeur marchande et symbolique de celui-ci était, à l’époque, beaucoup plus grande que celle des parcs. Le manque de temps invoqué par les femmes ne suffit pas à justifier cette attitude ; la méconnaissance des savoir-faire et l’interdiction implicite de pénétrer cet espace en temps de paix ont contribué à son abandon à ce moment-là.

133La division spatiale des acteurs de production entre la cabane, le marais et l’estran, est en réalité le reflet d’une distinction culturelle que souligne la variation, sinon la différence de savoir-faire entre les diverses parties, et détermine en outre la place occupée par chaque groupe au sein de la communauté.

134Si, dans la hiérarchie des valeurs culturelles et sociales, le groupe des affineurs-expéditeurs détient la suprématie, chaque sous-groupe revendique pour lui-même le droit à la reconnaissance collective. Cette revendication se traduit, comme par exemple pour les femmes de cabane, par le refus d’une déqualification professionnelle qu’entraînerait la mécanisation de leur activité. Dans la majorité des grandes cabanes d’expédition de la rive gauche, les femmes ont choisi de trier à la main plutôt qu’à la trieuse électrique. Ainsi, par cette attitude, les femmes préservent leur position socio-économique en défendant un savoir-faire traditionnel.

« Le marais, c’est la tradition ; l’estran, c’est l’initiation personnelle... »

135Dans le milieu ostréicole, on parle peu de l’apprentissage. C’est le plus souvent en réponse aux questions qui leur sont posées que les professionnels se remémorent cette période. Pour eux, il n’y a pas grand chose à en dire, si ce n’est pour citer quelques erreurs cuisantes qui témoignent d’une inexpérience antérieure. Ce qui est perceptible des savoirs et de leur mode de transmission s’est bien sûr élaboré au travers des discours des protagonistes. Mais les savoirs sont rarement exprimés de façon explicite, ou plus exactement, rarement verbalisés. C’est pourquoi la démarche adoptée s’est fondée, en grande partie, sur l’observation des pratiques des acteurs pour essayer de définir les modes de transmission de ces savoirs.

136En réalité, on transmet du non-dit, car on ne sait pas dire, on ne sait que faire. « Ça se voit, la verdeur », « Une racasse, ça s’entend », « Ça se sent, quand la vase est bonne pour la réfection des claires » se borne-t-on à répondre lorsque les questions se font trop précises. Mais ces réponses ne disent pas si cela s’apprend, ni comment ? Le savoir-faire ne s’apprend pas « pour autant que l’on donne au verbe « apprendre », un sens qui s’apparente à « apprendre à l’école » (Delbos et Jorion, 1984). Il s’acquiert par imitation, « On y est né, alors à force de voir, on sait ». Toute observation doit donc être à chaque fois mise en application, devenir action puis routine, être inlassablement répétée jusqu’à se transformer en automatisme et s’imprégner dans la mémoire du corps. « C’est quand on n’y pense plus, qu’on sait. » Seul l’oubli du corps et du geste donnera la maîtrise et sera alors la traduction du savoir-faire. Le savoir-faire s’acquiert aussi par l’erreur. « La rabale mécanique tire trop de vase, à la main on en tire un minimum, explique un ostréiculteur, il ne faut pas trop perturber le fond des claires, c’est fragile,... C’est un mystère les claires. Si on enlève trop de châlon bleu, on s’aperçoit que la claire est moins bonne... une technique ça s’apprend comme ça. » Le novice, sanctionné naturellement en cas de faute « Si on enlève trop de châlon bleu, on s’aperçoit que la claire est moins bonne... », le sera aussi par l’injonction parentale en soi peu explicative « Quand on pêche, s’il s’y prend mal, il se fait engu..., après il sait ».

137L’apprentissage des savoir-faire est aussi le résultat de l’expérience personnelle. Cet adage s’est vérifié au fil des huîtres. L’initiation à l’affinage avec la plate se fit empiriquement dans les gardours, puis dans les claires. L’élevage de la portugaise est le fruit d’innovations tout aussi empiriques qui empruntèrent aussi des techniques et des outils à des univers divers (marais, agriculture,...) permettant la mise en place de mécanismes d’exploitation nouveaux et originaux qui font partie maintenant, selon les professionnels, de la tradition ostréicole.

138Mais peut-on parler de tradition quand on sait combien cette profession connut de vicissitudes qui l’obligèrent constamment à une remise en question de ses savoirs acquis et à une adaptation à des techniques et à des produits nouveaux. « Sur l’estran », selon un informateur, « ce n’est plus la tradition, c’est l’initiation personnelle, on se copie les uns les autres. Les claires, c’est la tradition ». Cette réflexion, émise par un affineur de la rive gauche, traduit les dissemblances qui existent entre l’estran et le marais tout en soulignant le clivage social et culturel qu’il y avait naguère entre les populations exploitant l’un ou l’autre de ces espaces. Le statut symbolique qu’occupent les affineurs aujourd’hui encore, dans la hiérarchie des valeurs sociales et culturelles, est ici exprimé par l’autorité de leur savoir-faire dans le marais. Le marais est vécu comme un monde à part. Il est soumis à des règles et à des savoirs auxquels on ne peut déroger, dont les fondements appartiennent à un univers ancien très élaboré qui doit être respecté au risque de voir cet espace à nouveau englouti par la mer, car le marais, d’apparence naturelle, est un espace artificiel.

139Dans le marais, on ne peut innover que dans la limite stricte imposée par la nature même de ce lieu et suivant l’application rigoureuse d’un certain nombre de règles. Sur l’estran au contraire, les savoirs semblent plus changeants, on peut « s’apprendre tout seul » (pronom réfléchi qui traduit l’existence d’un apprentissage personnel), c’est le lieu de l’innovation permanente. Dans l’esprit des ostréiculteurs, l’estran est en quelque sorte le royaume de l’empirisme, de l’aléatoire ; c’est un endroit où l’on ne peut légitimer son savoir, en disant « Les vieux le faisaient ou le disaient ». A l’opposé, le marais serait le lieu de la connaissance certaine, incontestable, avalisée par un savoir ancien qui doit être appris. Seuls les aînés, « ceux qui savent », sont aptes, disons même autorisés, à transmettre ce savoir. Mais si les maîtres ne sont plus là pour transmettre, les savoirs sont oubliés. C’est ainsi qu’en moins de trois générations, les savoir-faire indispensables à la création de claires dans les sartières ont été perdus. Seuls les savoirs utiles à leur entretien sont conservés, au moins partiellement, car aujourd’hui il y aurait plutôt confusion entre les techniques employées dans les claires de sartières et celles des claires endiguées.

140Si les claires de sartières furent progressivement délaissées, c’est en grande partie parce que, dans le marais, tous les travaux doivent être réalisés à la main. Or, depuis vingt ans, le coût élevé de la main-d’œuvre nécessaire à l’entretien comme à la création de ce type de claires ne permet plus de les rentabiliser. Mais, en délaissant cette portion d’estran où se situent les sartières, les ostréiculteurs abandonnèrent du même coup « l’enseignement » des savoir-faire qui y étaient liés et qu’ils jugèrent dès lors inutiles et inapplicables. Car pour eux, le savoir ne peut être gratuit, il doit répondre à une nécessité matérielle efficace et concrète. En fait, le savoir est fonctionnel, ou il n’est pas. Toutefois, dans ce cas précis, la rupture entre la connaissance et l’ignorance n’a pas été brutale, elle s’élabora sur trois générations. La première, celle des maîtres, par attachement à sa « terre », résista à la décision d’abandon souhaitée par ceux qu’elle avait initiés et elle continua jusqu’au bout de travailler, souvent seule, dans les sartières. La seconde génération, bien qu’initiée sous la pression de contraintes extérieures (économiques, sociales...), fut l’instigatrice de la scission dans cette chaîne des savoirs transmis. C’est elle qui, lors d’entretiens émouvants, se remémora, en les mimant, les gestes de ces travaux. Une pelle boguet, puis une ferrée à la main, ils creusaient une claire imaginaire sur le béton de la cabane évoquant par ces gestes le regret du savoir perdu, celui de n’avoir su être maîtres à leur tour et d’avoir laissé les plus jeunes dans l’ignorance des savoir-faire traditionnels.

141Pourtant, si l’on écoute les professionnels, le marais est immuable, comme figé. Les ostréiculteurs se refusent à penser qu’il y ait pu y avoir une évolution : « Les claires, c’est la tradition. Si nos grands-pères ou arrière-grands-pères revenaient, ils ne seraient pas dépaysés. » Pour eux, il n’y a pas mille façons de piquer une claire, ni de monter un chantier. Il n’y a que celle qui, au fil des siècles, de la saliculture à l’ostréiculture, est établie et qui a donné lieu à des connaissances collectives homogènes transmises de génération en génération et acquises par accumulation d’observation, de pratique et de savoir-faire. Mais « Les traditions sont un fonds précaire qui assure à la génération suivante la possibilité de matérialiser la plupart des objets de son groupe technique, elles peuvent, en l’absence d’associations nouvelles, couvrir un nombre important de générations, mais elles s’altèrent et cèdent à la moindre sollicitation » (Leroi-Gourhan, 1973). D’ailleurs, si l’on regarde les professionnels agir, on constate que le marais bouge, vit, se transforme, et que l’innovation y est aussi présente que sur l’estran. Il n’y a pas, comme les ostréiculteurs le laissent entendre, dichotomie totale dans les modes d’acquisition des savoirs entre ces deux espaces. Le métier ne s’apprend pas ailleurs que dans les conditions pratiques de son exercice ; il est, dans l’un et l’autre cas, indissociable des connaissances transmises au jour le jour par le groupe professionnel et familial. Même pour cet informateur, fils de gens des terres, qui vint à l’ostréiculture par son mariage et dit avoir acquis son savoir dans le marais par expérience personnelle. Il lui a fallu aussi, avant de voler de ses propres ailes et se dégager de la dépendance des savoirs ancestraux (cf. encadré ci-après), connaître un apprentissage auprès de son beau-père qui lui inculqua les règles élémentaires du marais.

142L’action de cet homme dans le marais peut être considérée comme « révolutionnaire » puisqu’il fut le premier, dès les années 1950, à creuser des claires à la pelle mécanique par souci d’améliorer ses conditions de travail. Tout se faisait à la main et à la brouette de plus, il y avait pénurie de main-d’œuvre.

143Il rencontra, au sein de la génération précédente et de la sienne, une résistance notable. « Quand j’ai commencé, on se moquait de moi, on me disait que les huîtres allaient avoir le goût de fer. » S’il y avait résistance au changement, c’était à la fois par référence au passé ; « ça ne se faisait pas » ; par peur des ostréiculteurs de voir remis en cause leur propre savoir-faire et du même coup leur pouvoir ; mais aussi, et c’est là un point à ne pas négliger, par crainte des risques économiques qu’une telle innovation pouvait faire courir à chaque unité de production, car en abîmant le fond des claires, « ...c’étaient deux à trois années ou plus, pendant lesquelles elles ne verdiront pas », un laps de temps trop long où les huîtres n’auraient pas le succès commercial attendu.

Trouver le fil de la terre : un savoir-faire acquis par la pratique ou transmis par les Anciens ?
« Mon entreprise de travaux d’aménagement des claires fut la première à être créée (dans le bassin de Marennes-Oléron). Elle a pour but de faire mécaniquement tout ce que les Anciens faisaient à la main. Les premiers essais, je les ai faits pour moi. Je suis venu à l’ostréiculture par mon mariage. Moi, j’étais d’une famille de mécanicien. Mon père avait une usine de motoculture à St Agnan de 1925 à 1944.
Ici quand je suis arrivé, il n’y avait que la brouette, il n’y avait pas de mécanisation. Quand j’ai commencé, on s’est moqué, on me disait que les huîtres allaient avoir le goût de fer. J’ai commencé avec du matériel américain amené lors du Plan Marshall. J’ai transformé ça, c’est avec ces engins avec lesquels j’ai recreusé de nouvelles claires. Mais je ne pouvais faire que le plus gros du travail. Les finitions, je les faisais faire à la main. Quand j’ai eu fini (mes claires), j’ai voulu vendre mon matériel. Les ostréiculteurs m’observaient. Je me suis demandé pourquoi vendre. Je l’ai modifié.
Mon affaire ostréicole (transmise par mon beau-père) m’a permis de comprendre le métier, les exigences professionnelles et à apprendre à respecter le milieu qui est très fragile. Au début, j’avais des engins que je ne pouvais utiliser l’été que sur des sols durs. J’avais fabriqué (sic) une équipe de terrassiers mais j’étais limité.
Ma première pelle hydraulique, je l’ai eue entre 1955 et 1960. Elle nous donnait une grande précision de creusement. Le nivellement du fond des claires se faisait avant avec le bouteur (petit tracteur à chenilles équipé d’une pelle) et ensuite les travaux étaient finis à la ferrée. La création des dérases était faite à la main ainsi que les coupes d’assèchement. A cette époque, pourtant, on posa les premières buses en ciment. Avec la pelle hydraulique, on supprimait la main-d’œuvre pour les finitions.
Trois ans plus tard, Poquelin sortit la pelle chenille marécage. J’ai eu la septième. C’était en 1962-1963. À dater de cette époque, les équipes traditionnelles qui travaillaient à la main et à la brouette n’étaient plus indispensables. La pelle chenille Poquelin, ça m’a permis de faire du repiquage et du dévasement des anciennes claires. Auparavant, on ne faisait que du neuf dans des terrains résistants, car dans les vieilles claires, on s’enfonçait. Avec cet engin dont la pression maximum de 240 g.cm-2 n’est pas plus lourde que le pied d’un homme, on ne s’enlisait plus. En effet, la zone molle atteint parfois 25 cm d’alluvions.
En 1962, grâce au repiquage des claires envasées, c’est le début de la modification des claires sur 3 côtés, sauf celui de la dérase. On supprime les abotteaux étroits qui autorisaient juste le passage de la brouette. On crée des abotteaux plus larges qui permettent la circulation d’un véhicule.
Dans les années qui suivirent, l’arrivée sur le marché de tuyau en PVC permit de supprimer les dérases et les coupes d’assèchement. Ces deux fonctions se firent par ce seul tuyau. Le fait de recreuser les claires, on gagne 10° de coefficient. Mais si un ostréiculteur recherche le verdissement, la sagesse est de ne pas trop les recreuser.
Dans les anciens champs de claires dans les hauts lieux de la production, la Pauline, Étaules, Arvert, Chaillevette, si je repique des claires, je m’applique à les remettre au niveau où elles l’ont été. Pour trouver le niveau, il faut chercher les fils de terre, certains (fils) sont plus propices aux sédiments. Il y a des couches qui ont travaillé. Le meilleur sol est composé d’argile bleu sablonneux. Si, dans ces mêmes lieux je crée des claires neuves, je cherche un type de terre qui me plaise plus. Pour trouver le fil de la terre, c’est un fil qui s’arrache, qui n’est pas lié aux autres. 80 % des claires sont créées dans ces conditions ».

144Toutefois, si le respect de la tradition a parfois retardé la pénétration de l’innovation technique, celle-ci n’a été assimilée au « groupe technique » que lorsque ce dernier l’a tolérée, qu’il l’a implicitement autorisée. Toute transgression au code moral, symbolique ou technique, établi de manière implicite par la communauté, est punie : C’est le père qui « eng... son fils parce qu’il s’y prend mal, après il sait », il sait travailler, mais aussi, il perçoit les limites de son action au-delà desquelles il subira les foudres paternelles. La communauté bannit définitivement ou temporairement ceux qui osent contrevenir à ses lois, sans solliciter son opinion, tel ce groupe professionnel port-barquais qui, comme cela a déjà été évoqué, modifia l’équilibre social et matériel communautaire en rompant avec les savoir-faire légitimes.

145Au besoin, comme dans le cas précédent, la communauté se décharge des risques que des innovations peuvent lui faire courir en laissant agir soit ceux qui, incorporés à la communauté, viennent du dehors (ici, un gendre, fils de « gens de terre »), soit les professionnels qui ont une certaine assise économique, ou à l’inverse, les ostréiculteurs tenus par leurs pairs pour marginaux. La majorité des professionnels préfèrent, lors d’innovations, être spectateurs plutôt qu’acteurs. A posteriori, ils s’approprieront éventuellement la paternité de ces innovations, et du même coup les feront leur. Ensuite, inconsciemment, ils les incorporeront aux processus de production définis par eux comme traditionnels dont elles seront dès lors une des composantes. Médiateurs entre la société globale et la communauté ostréicole, ces expérimentateurs sont les éléments dynamiques de la constitution des savoirs indigènes.

146Ce que l’individu, ou le groupe expérimentateur, cherche à obtenir lorsqu’il introduit de nouvelles techniques, ce n’est pas tant que les autres suivent son exemple, mais c’est plutôt arriver à créer un consensus collectif à l’égard de cette innovation et de son instigateur. Mais avoir l’accord de la communauté procède d’une double exigence : celle de se conformer aux savoirs du groupe « Mon affaire ostréicole m’a permis de comprendre le métier, les exigences professionnelles et à apprendre à respecter le milieu qui est très fragile », et celle d’innover en un ou plusieurs points précis « C’est avec ces engins (pelle chenille Poquelin) que j’ai creusé de vieilles claires ».

147Le changement technique qui intervient dans la société professionnelle locale modifie le rapport entre les divers groupes, soit en établissant ou en renforçant une position, soit en la déplaçant. Savoir et structure sociale sont donc interdépendants.

148Par son adhésion aux traditions et sa résistance aux innovations, la collectivité signifie moins son inaptitude au changement que ses besoins de conserver un équilibre interne, de préserver sa cohésion collective, son identité professionnelle et sociale. « On pourrait y voir, comme le souligne A. Leroi-Gourhan (1973), la raison même de la personnalité du groupe : un peuple n’est lui-même que par ses survivances ».

Le refus de la connaissance

149Le non-savoir, qui n’est pas nécessairement ignorance mais plutôt tabou, appartient à un processus inconscient d’identité sociale. Ainsi s’explique l’indifférence, sinon la résistance des ostréiculteurs charentais aux découvertes réalisées par des scientifiques sur le verdissement et la Navicula ostrearia (Robert, 1983). Aujourd’hui, parfaitement maîtrisée en laboratoire, la reproduction de cette algue peut aussi être développée artificiellement en milieu naturel ou en dégorgeoirs.

150Toutefois, pour les professionnels de Marennes-Oléron, la verdeur demeure une énigme naturelle, un « mystère », même si certains ostréiculteurs, vers 1965, se sont penchés sur le sujet en créant des petits laboratoires de campagne. En fait, la communauté dans son ensemble se refuse à toute approche scientifique du phénomène pour deux raisons. D’une part, parce qu’une éventuelle exploitation industrielle de la Navicula ostrearia et sa diffusion dans d’autres bassins, auraient une conséquence économique pressentie comme désastreuse pour les Charentais. Mais, avant tout, parce que la violation d’une manifestation naturelle, le verdissement, dont la communauté n’a jamais eu le contrôle de façon empirique, lui fait redouter un changement indésirable de son statut social et symbolique. Si le verdissement est défini par les ostréiculteurs comme un label de qualité, il est avant tout le symbole d’identité sociale de la communauté ostréicole du bassin de Marennes-Oléron.

151En livrant la clef de ce mystère, les scientifiques enfreignent les règles du savoir de la communauté ostréicole charentaise ; ils usent, en quelque sorte, du pouvoir que leur confère leur double rôle de savant et d’administratif ; sous-entendu, ils usent du pouvoir que leur attribuent la connaissance vraie, fruit unique de la science, et le savoir maîtrisé, contrôlé, avalisé par l’État. Car, pour ces praticiens, est scientifique tout ce qui est rationnel, tout ce qui n’est pas empirique.

152Jusqu’à présent, les scientifiques se sont cantonnés dans le rôle d’intervenants théoriques. Dans son ensemble, leur action fut plus abstraite, économique et éthique que pratique. D’ailleurs, les transformations techniques survenues ces dernières décennies dans le milieu ostréicole sont plus le fait de la profession elle-même que du corps scientifique. La pénétration de nouvelles techniques, de nouveaux savoir-faire est le fait d’actions individuelles d’ostréiculteurs. Les scientifiques sont rarement intervenus, ou alors tardivement, dans le processus de modernisation des techniques ostréicoles. Leur action a porté principalement sur les problèmes de « gestion du bassin, d’efficacité et de rationalisation de la production », et sur ceux de la « surproduction ». Par leurs travaux, ces scientifiques ont plus exprimé la volonté d’imposer une nouvelle éthique aux ostréiculteurs, que celle de modifier les formes de production sur le plan technologique et pratique : leur discours est hygiéniste. Cela se traduit par un renforcement de la réglementation sanitaire pour l’édification d’établissements ostréicoles et les conditions d’expédition.

153Leur discours, à l’égal de ce que disait J. Bonniel (1984) des viniculteurs, est encore économico-biologique et incite les ostréiculteurs à se comporter « ... en auxiliaires actifs de la science officielle » en diminuant leur production à l’élevage. Le comportement des professionnels qui valorisent au contraire l’augmentation du volume de production est donc inverse à la logique économique proposée par les scientifiques.

154Si demain, les chercheurs développent et diffusent la Navicula ostrearia dans tous les bassins, à une échelle régionale ou même nationale, ils ajouteront à leur rôle, la dimension d’arbitre social et économique puisqu’implicitement, par leur action, ils risquent de bouleverser les structures locales et globales de toute la société ostréicole. Ici se pose le problème de la légitimité du scientifique à statuer sur le monde social et à pouvoir le transformer. Son attitude oblige en outre à s’interroger sur les bénéfices de son intervention et sur sa fiabilité. Ainsi, dans le cas qui nous préoccupe, la propagation du verdissement va-t-elle être engagée sans que l’on ait préalablement étudié ses effets immédiats ou secondaires, ni les conséquences économiques et sociales que cela entraînera. Le verdissement est en effet un argument de vente positif : il est spécifique à un groupe dont il marque l’identité technique. Si on généralise son emploi et si la verdeur des huîtres devient commune, elle perd du même coup sa valeur commerciale. Ainsi, les scientifiques vont-ils modifier des rapports concurrentiels sans toutefois compenser sur le plan économique ? Ne risquent-ils pas en agissant ainsi de déstabiliser la communauté professionnelle ostréicole dans son ensemble ?

155En conclusion, il peut être dit que, pour un groupe professionnel, le choix de conserver et de transmettre ou même de modifier certains savoirs traditionnels, certaines pratiques empiriques, est un élément d’une stratégie fondamentale que permet le maintien et la reproduction d’un ordre social. C’est pourquoi, dans la logique de la reproduction sociale, la fonction stratégique des savoirs ne peut être isolée du système de transmission des biens, et les biologistes, les économistes et autres scientifiques qui travaillent sur les conditions de production conchylicole devraient en tenir compte dans leurs objectifs avant d’entreprendre le moindre essai d’analyse.

Les transmissions successorales : Domaine Public, propriété privée

156« Le droit de succession se lie intimement au droit de propriété, à la constitution de la famille, et quelquefois aux institutions politiques. On l’a donc réglé avec soin chez tous les peuples policés et c’est un des modes de transmission des biens qui présente dans l’histoire le plus de variétés et de vicissitudes. » (Dalloz, in : Gotman, 1988).

157La succession constitue dans notre société un ensemble de faits normatifs soumis à l’application de la loi – le Code civil – et fondés sur un principe égalitaire. Toutefois, dans la pratique, selon les contraintes du moment, les coutumes ou l’histoire successorale locale, la mise en application de ces règles varie. C’est autour de la famille que s’organisent les institutions de transmission du patrimoine. Dans la communauté ostréicole du bassin de Marennes-Oléron, les biens circulent entre parents structurés en unités domestiques regroupés en cabanes.

158Espace de travail distinct du lieu de résidence, la cabane désigne, dans son application sociale la plus étroite, une unité de production comprenant tout autant les biens meubles (huîtres, matériel, bateaux), que les biens immeubles (bâtiments, concessions et claires). Pris dans son extension la plus large, le mot « cabane » peut s’employer pour désigner un groupe familial composé d’individus qui ont entre eux des relations de parenté et des liens économiques. La notion de cohabitation professionnelle dans une même cabane est essentielle.

  • 8 Le 7 août 1967 est la date à laquelle a été codifiée la profession de marin, il n’y eut plus alors (...)

159L’histoire d’une cabane est celle des exploitants, hommes et femmes parents, qui s’y sont succédé, dans la mesure où a été rendu possible sa continuité par la présence de successeurs de sexe masculin. Jusqu’en 19678, seuls les hommes étaient Inscrits Maritimes. Les femmes ne pouvaient donc être embarquées et par la même n’étaient pas en mesure d’exploiter les concessions qui n’étaient accessibles que par mer. Cette situation particulière entraîna une certaine contagion qui interdit de fait l’accès des femmes à l’ensemble du Domaine Public Maritime, par l’existence « de terres » disponibles en quantité suffisante pour que soit assurée la subsistance des membres des nouveaux groupes, et aujourd’hui par l’obligation de détention de la capacité professionnelle, sorte de « sésame administratif » (Delbos et Jorion, 1984) qui donne droit aux enfants de succéder à leur père.

160En réalité, la structure du groupe domestique varie au fil des temps et rien n’est jamais stable, ni définitif. Le noyau familial d’une cabane peut être restreint, uniquement constitué d’un ménage, famille nucléaire composée du mari et de sa femme ; ou être étendu et rassembler un grand nombre d’individus ayant des liens de parenté et réunir par exemple le père et la mère, la femme, les enfants célibataires et le fils mariés de X ; quelquefois même le frère ou la sœur du père ou de X restés célibataires. Le destin des habitants d’une cabane est soumis aux aléas du cycle de la vie familiale – naissance, séparation, mort – ; à l’évolution des modes d’appropriation et de dévolution de la terre -Domaine Public Maritime, propriété privée – ; aux hasards de l’histoire démographique ou économique – crise, prospérité – de la région ou du pays.

161La cabane, en apparence, se présente comme la composante stable de l’exploitation. En réalité, cette stabilité est illusoire : les bâtiments peuvent être modifiés ou déplacés pour répondre à de nouvelles réglementations sanitaires ou à des contingences économiques ; les parcs comme les claires peuvent faire l’objet de transactions officielles ou officieuses – achat, vente, location, remise à l’affichage.

162Toutes ces transformations humaines, économiques, ou spatiales, rendent difficile l’approche des problèmes de transmission et de succession des biens dans le bassin de Marennes-Oléron. En outre, la cabane, en tant qu’entité économique et sociale, n’est pas reconnue administrativement. Seule la concession d’exploitation et son détenteur, en tant qu’individu indépendant de tout contexte familial, sont considérés comme base de l’organisation administrative conchylicole sur le Domaine Public Maritime. C’est pourquoi, alors que les administrations nous fournissent toujours un nombre précis de concessionnaires, aucun chiffre précis ne peut être donné à propos des exploitations dans ce bassin. Ce flou administratif est peut-être à mettre en rapport avec l’opacité sociale et économique de cette société.

163La reconstitution par un certain nombre d’ostréiculteurs de leurs lignées familiales sur plus de quatre-vingt-dix années éclaire sur la typologie des structures internes des cabanes, sur les pratiques de transmission des biens, et sur la stratégie tendant à assurer la reproduction de ce patrimoine et du même coup celle de sa structure sociale.

164C’est à partir de l’analyse de cas particuliers qu’a pu être défini un modèle général des structures familiales existantes et leur mode de reproduction. Toutefois, les méthodes de production – de la plate à la creuse – liées à un foncier différent (propriété privée et Domaine Public) ont fait se modifier les systèmes de dévolution successorale des cabanes qui sont passés d’un principe égalitaire à un principe préciputaire.

165Le principe d’héritage égalitaire par division des terres entre enfants des deux sexes, professionnels ou non, fut pratiqué dans le marais (propriété privée) par les grandes maisons d’affinage et d’expédition de la rive gauche avant l’arrivée de la portugaise. Dans cet exposé, ce mode de transmission ne sera qu’évoqué, car ces exploitations, dont le foncier était fondé presque exclusivement sur le marais, peuvent être regardées aujourd’hui comme des épiphénomènes.

166Le même principe égalitaire privilégiant cette fois la transmission en ligne masculine (aux fils ou aux gendres ostréiculteurs, plus rarement aux filles, car elles avaient peu accès aux concessions sur le Domaine Public Maritime) fut adopté dans les années 1900 par la première génération qui cultiva la portugaise et favorisé par la facilité d’accession aux concessions sur le Domaine Public Maritime. Les familles se morcelèrent alors en autant d’unités d’exploitation qu’il y avait d’enfants embrassant la profession d’ostréiculteur. « Quand grand-père a fait ses partages, chaque enfant en a eu » dit une interlocutrice dont la mère, femme d’éleveur, était l’aînée d’une fratrie de dix enfants. Les parcs furent néanmoins mis au seul nom des hommes, fils ou gendres. Dans le cas de cette famille, la cabane fut cédée au mari de S. Ce choix apparemment arbitraire se justifie, comme cela sera expliqué postérieurement, par le fait que, lorsque cette quatrième enfant se maria, le père avait tout juste atteint l’âge de la retraite. Bien que S. et M. aient eu la jouissance exclusive de la cabane et l’aient transmise à leurs seuls descendants, deux des plus jeunes sœurs de S. et leurs maris en bénéficièrent puisqu’ils y travaillèrent tous les six. Ce descriptif successoral permet de souligner qu’ici, comme chez tous les professionnels interrogés, la connaissance de la lignée familiale se limite généralement aux membres de la communauté ostréicole.

167L’accroissement démographique rapide de la population ostréicole, associée à une restriction du domaine exploitable sur l’estran, entraîna l’impossibilité de continuer à appliquer le principe d’égalité entre héritiers. Progressivement donc, les modes de dévolution successorale, pour les concessions et la cabane, évoluèrent vers un système préciputaire à l’avantage des hommes, impératif de la continuité familiale et unique moyen d’éviter le morcellement, incompatible avec les modalités culturales.

168Des mécanismes successoraux sont mis en œuvre qui définissent les droits de chacun sur le patrimoine familial. La dévolution des biens professionnels, concédés (Domaine Public Maritime) ou sur propriété privée, et celle des biens domestiques, pour leur part uniquement sur propriété privée, se conclut en plusieurs temps, selon des modalités juridiques et des principes successoraux distincts.

La succession des biens ostréicoles

169Bien que les modalités de détention et de dévolution du foncier exploitable soient distinctes, selon qu’il est situé sur Domaine Public où les terrains sont concédés à titre privatif ou sur propriété privée, la notion de propriété pour l’exploitant, dans l’un et l’autre cas, n’est pas différente.

170Mise en valeur et exploitée parfois depuis plusieurs générations, la concession est perçue comme une « possession » par les ostréiculteurs. Ce bien foncier est comme la propriété privée, vendu, acheté ou transmis. Pour reprendre la réflexion de G. Lenclud (1988) à propos des systèmes de transmission des terres communales en Corse, on observe que, administrativement conçues différentes, concessions et propriétés privées ostréicoles, « ...expriment un seul et même lien socialement reconnu entre ces hommes et des sols dont l’on use seulement de manière différente ». Pour eux, « ...la pluralité réside dans les formes d’utilisation de la propriété davantage que dans les formes de propriété ».

Les femmes dans la succession

171La législation établie par l’Administration Maritime a toujours favorisé le transfert des concessions et des cabanes en ligne masculine. Ce n’est que depuis peu d’années (1967) qu’il fut étendu aux femmes, épouses ou filles, qui remplissent les conditions de capacité professionnelle. « Dans tous les cas, le transfert est subordonné au fait que les futurs concessionnaires remplissent bien les conditions de capacité professionnelle, et qu’ils s’engagent à exploiter à titre personnel, et à titre principal, pour les activités ostréicoles et myticoles. Ce droit ne peut s’exercer que dans le cadre familial, la concession peut être transférée :

  • au conjoint
  • à un ou plusieurs de ses descendants et à leurs conjoints. » (Affaires Maritimes Cidam, 1986).

172Dans cette communauté où le travail féminin est une obligation vécue comme une nécessité par les intéressées elles-mêmes, et où la reconnaissance de l’importance du rôle de l’épouse au sein du monde ostréicole est une évidence. La légitimation sociale, économique et administrative de la femme est quasiment inexistante. Les ostréicultrices sont rarement déclarées, ni même inscrites à un régime social individuel. Elles n’ont aucun statut professionnel qui leur permette, au jour de leur retraite, en cas de décès du conjoint ou lors d’un divorce, de revendiquer des droits sur l’exploitation familiale.

173Ainsi, aujourd’hui encore, si les femmes ne répondent pas aux critères professionnels, elles ne peuvent reprendre la direction de la cabane familiale. Cependant, après le décès du conjoint, l’Administration Maritime accorde à l’épouse trois années pour acquérir la capacité professionnelle ou pour transférer ses parcs à un parent en ligne directe. Ces trois années correspondent à la période maximale pendant laquelle une concession peut être laissée en friche ; au-delà de ce délai, sur décision des Affaires Maritimes, la concession est retirée à l’exploitant et remise à l’affichage.

174Pour le cas où il n’y aurait aucun descendant en ligne directe (enfants ou petits enfants), les parcs peuvent être abandonnés ou faire l’objet d’une cession auprès de membres de la communauté ostréicole. Pourtant, le plus souvent, bien que la législation ne mentionne pas explicitement cette pratique, le transfert est accordé aux collatéraux à la demande de l’épouse : aux frères du défunt ou aux frères de la femme.

175Aucune règle stricte de dévolution n’est appliquée, bien que les gens du milieu disent que « Si une veuve n’était pas ostréicultrice (déclarée), c’est le frère du mari qui doit hériter ». En réalité, seule la qualité des rapports entre les divers membres de la famille détermine le choix du (ou des) successeur(s) à qui les parcs sont donnés, souvent même vendus officieusement, surtout s’ils sont de bon rendement. Cette désignation arbitraire est source de conflits familiaux que l’on garde longtemps en mémoire, comme on le voit dans l’exemple qui suit. « Il y avait trois frères A, B et C. A quand il est mort, sa femme, elle a cédé les parcs à B, mon père. Elle lui a vendu. Avec les enfants à C, on est fâché parce qu’il y en a qui reproche à leur tante de n’avoir pas vendu à C. ». Choix affectif peut-être, mais surtout économique, car C « n’était qu’un pauvre bougre » selon l’ostréiculteur interrogé. La femme du défunt, dès lors sans revenus, s’est assurée un capital en vendant à celui des frères qui était le plus solvable, à son avis, sinon même le plus honnête.

176Les dispositions juridiques en faveur des hommes permettaient donc d’exclure les femmes (épouses et filles) de la propriété professionnelle, et privilégiaient la succession en ligne masculine.

Les garçons, de la graine de successeur

177Si les adolescents, filles et garçons d’une même fratrie, participent à part égale au travail de la cabane à titre d’apprentis non rémunérés, leurs destinées diffèrent au jour de leur mariage. A cette date, les filles quittent la cabane familiale pour rejoindre celle de leur mari avec lequel elles travaillent dorénavant. Mais la situation peut s’inverser lors de l’union d’un garçon, sans perspective de succession au sein de sa propre fratrie, avec une fille unique ou n’ayant que des sœurs. L’homme se marie alors « en gendre » (expression qui n’est toutefois pas employée localement). Il rentre dans la cabane de la famille de sa femme et travaille sous la tutelle de son beau-père. Lors de la transmission du patrimoine professionnel, cabane et concessions seront mis au seul nom du gendre. Si l’épouse détient la capacité professionnelle, les terrains pourront éventuellement être mis en codétention.

178En général, pour les garçons, la destinée diffère selon leur place dans la fratrie, et selon qu’ils se destinent ou non à l’ostréiculture. Pour ceux qui se tournent vers un autre métier, les débuts professionnels marquent souvent la rupture économique et résidentielle avec la famille. Pour les futurs ostréiculteurs, ce n’est qu’au jour de leur mariage que le lieu de résidence sera distinct de celui des parents. Ordinairement, ces derniers, s’ils en ont la possibilité, leur font don d’une maison familiale, héritée d’un ascendant et conservée à cette fin. La maison est, dès cet instant, mise au nom du fils ostréiculteur.

179En revanche, la fonction des fils mariés évolue peu au sein de la cabane par rapport à celui des célibataires même si, d’apprentis non rémunérés, ils deviennent enfin ouvriers salariés (ce salaire peut être perçu mensuellement ou annuellement ; dans le dernier des cas, le fils, déclaré comme ouvrier salarié, percevra une partie des bénéfices de la campagne que le père partagera entre ses enfants et lui-même ; les modalités de cette division n’ont pas été précisées par les professionnels rencontrés). Âgés d’environ 25 ans au moment de leur mariage, ils continuent à travailler pour leur père sans qu’aucun pouvoir de décision ne leur soit concédé. L’autorité en matière économique, gestion du patrimoine, répartition des travaux, nouveautés techniques, incombe seulement au père dont la souveraineté est absolue sur toute l’exploitation, même sur la cabane où toutefois la mère exerce sa tutelle sur les filles et belles-filles.

Le choix du conjoint

180Les enfants vivent en vase clos sous le contrôle permanent des parents avec lesquels ils travaillent. C’est pourquoi, hier comme aujourd’hui, le choix du conjoint est conditionné par le milieu familial bien qu’il y ait eu une légère évolution avec le développement du tourisme depuis les années 1970. En fait, la communauté ostréicole se caractérise par une endogamie de voisinage. « Dans les petits villages (ici Bourcefranc), on se “communique” tous » dit un ostréiculteur. « On est parent avec la moitié du village » ajoute un second.

181On manifeste une certaine méfiance à l’intégration d’individus extérieurs à la profession, « ...ces estivantes pour qui, l’hiver venu, le métier est trop dur », et la communauté n’hésite pas à mettre à l’écart celles qui, mariées à un ostréiculteur, ne travaillent pas ou choisissent une activité différente de celle du conjoint. Ainsi, en épousant l’homme, la femme épouse-t-elle la profession.

182Enfants et conjoints représentent une force de travail importante pour l’exploitation. Ils sont en fait le principal enjeu des unités de production qui cherchent moins, par le mariage, à assurer leur extension territoriale qu’à privilégier la reproduction de l’exploitation en y intégrant une main-d’œuvre qualifiée. D’où une préférence pour les unions entre enfants « qui connaissent le métier », que l’on a vu grandir, et avec la famille desquels on a une relation de parenté, même lointaine, ou simplement une relation professionnelle : fils ou filles d’éleveurs, de fournisseurs ou même d’ouvriers ou ouvrières dont on connaît la valeur morale et professionnelle puisqu’il arrive parfois qu’ils travaillent à la cabane familiale. « Avec ma femme, on était cousins sous-issus de germains, elle était ouvrière chez mon père. »

Le choix du successeur

183On ne peut pas dire que la position des garçons au sein de la parenté intervienne dans le choix du successeur. L’aîné n’a pas plus de droits que le cadet. Pourtant, c’est souvent le plus jeune qui est désigné. En raison de ce choix, les éventuels conflits de génération sont atténués par la perspective d’une autonomie à moyen terme, soit dix à quinze ans après la retraite du père. Cependant, cette stratégie successorale est vécue de façon inconsciente par ce groupe professionnel. Lorsqu’il leur a été demandé de justifier leur choix, les réponses furent différentes selon les interlocuteurs.

184Pour l’observateur extérieur, issu du milieu mais qui s’en est échappé, « C’est le plus c... qui reste » (ce jugement fut nullement confirmé au cours de mes enquêtes). « Je ne pouvais pas faire de trois enfants, trois ostréiculteurs, dit un ostréiculteur retraité, si on avait partagé en trois, les parts n’auraient pas été grosses. Il y en a un (l’aîné) qu’était pas mauvais, il a poursuivi ses études. Une fille, on compte pas sur une fille... Il y en a un qui n’est pas bête et qui est plus manuel et c’est là-dessus que j’ai compté. Il a son BEPC, il a fait deux ans à La Rochelle au lycée technique, ça avait pas l’air de trop l’intéresser. Je m’apercevais qu’il pourrait y avoir une dégradation ; il savait pas ce qu’il voulait faire. Pendant les vacances, il m’aidait, j’ai vu que ça lui plairait. En 1976, il a fait son service militaire... Il m’est retourné en février 1977. Il y a eu le virage, je lui ai dit : les vacances sont terminées. »

185Le fils (28 ans) de cet ostréiculteur, interrogé à son tour, dit être satisfait de son sort. Mais avouera-t-il un jour son regret de n’avoir pu choisir son métier comme l’ont déclaré certains des professionnels de 50 à 70 ans rencontrés sur le terrain ? « Il m’est retourné » l’emploi du pronom personnel complément dénote bien la prégnance paternelle sur le choix professionnel des enfants. Ainsi, dans une fratrie, le rôle et l’avenir des germains sont-ils, peu ou prou, prédéterminés.

186En s’orientant vers une activité différente ou, s’il est ostréiculteur en créant sa propre cabane, l’aîné échappe à la tutelle parentale. Son père lui cède alors quelques parcs, rarement les meilleurs, en plus des 70 ares qu’il lui faut déjà détenir pour l’obtention de la capacité professionnelle, et lui donne parfois même la cabane d’un grand-père décédé. Cependant, si l’ascendant est encore vivant, c’est ce dernier qui décidera de l’attribution. Il arrive aussi qu’un parent en ligne collatérale, sans enfant, cède sa cabane, peut-être même ses concessions à l’aîné. En contrepartie, le jeune homme devra travailler quelque temps pour le cédant afin de rembourser, s’il y a lieu, une partie de la créance. En revanche, si le puîné n’a pas atteint l’âge minimum (16 ans aujourd’hui) pour pouvoir travailler avec son père, bien souvent l’aîné, simple ouvrier-salarié, demeure dans l’exploitation familiale au moins jusqu’à cette date avant de créer son propre établissement. En cas de mésentente entre l’aîné et le père, pendant la phase transitoire le père travaille seul. Sinon, lorsque la dimension de l’exploitation le réclame, un ouvrier remplace le fils absent.

187Il arrive parfois que le père veuille maintenir plusieurs de ses fils dans l’exploitation familiale si son importance le justifie. Mais cette situation résiste mal aux conflits qu’elle engendre et qui se font jour généralement à la disparition du père.

188D’une façon générale, au sein de la communauté ostréicole charentaise, les biens ostréicoles sont transmis au dernier enfant, ce qui correspond donc « ...à des cycles familiaux longs, dans lesquels les parents restent actifs et conservent leurs responsabilités et leur contrôle sur la famille et l’exploitation longtemps » (Segalen, 1981). Si les frères et sœurs aînés sont déjà installés, le système de transmission au dernier fils permet de limiter des tensions familiales, mais surtout permet de maintenir la cabane dans son intégralité et d’éviter ainsi la dispersion ou la vente des biens ostréicoles.

189Faute de successeurs, des exploitations sont parfois vendues. Cet événement est généralement vécu par la famille et la communauté comme un déchirement. Il faut noter qu’au marché des concessions et des cabanes ne sont admis que les membres de la communauté locale ostréicole. Si la vente de claires à des étrangers s’est pratiquée ces dix dernières années avec l’introduction de la culture de palourdes et de l’aquaculture, elle appelle le discrédit social et se conclut dans l’ombre. La communauté exerce ainsi le contrôle de son domaine exploitable.

Association de fait, codétention, société

190La collaboration familiale au sein d’une même cabane entre individus détenant la capacité professionnelle – père-fils, deux ou plusieurs fils, ou même concessionnaires-parents (femmes, filles, gendres, cousins) -peut se traduire sous des formes statutaires différentes, sans toutefois remettre en cause l’autorité du père s’il est encore présent.

191Les membres d’une même cabane peuvent être en association de fait. Plusieurs concessionnaires travaillent donc dans la même cabane sans qu’aucun statut juridique vienne ratifier cette situation. Deux possibilités peuvent se rencontrer. D’une part, seul l’établissement est utilisé comme espace collectif, chacun fait alors ses huîtres pour son propre compte, emploie son personnel, détient son bateau et, s’il est expéditeur, a sa propre clientèle ; évidemment en période de gros travaux, on saura se donner la main. D’autre part, la force de travail, le matériel, les terres et les bénéfices sont partagés entre les membres d’une même cabane. Ainsi, dans la cabane d’expédition de Y, soixante-sept ans, X et son frère, sont-ils enregistrés auprès des Affaires Maritimes comme éleveurs tandis que Y, leur père, à la retraite, est toujours inscrit comme expéditeur.

  • 9 Le droit de se mettre en codétention ou d’en sortir signifie que : « le titulaire unique d’une aut (...)

192Ce subterfuge juridique est utilisé pour des raisons fiscales. De la sorte, seul le père de X est déclaré au réel, les plus gros revenus étant ceux de l’expédition. Les fils sont au forfait, et officiellement, la vente de leur production à leur père ne dépasse pas le plafond exigé pour ce mode d’imposition. En outre, son rôle d’expéditeur permet au père de X de conserver une position dominante dans l’unité de production, non seulement il conserve ainsi son autorité économique, mais en plus il se réserve la tâche la plus prestigieuse : la commercialisation, et il abandonne à ses fils les travaux rudes et répétitifs soumis au rythme des marées. Dans cette cabane, le père a transféré une partie de ses parcs à ses fils à titre individuel (un peu plus que la surface légalement exigée) (La SMI est en 1990 de 70 ares à Marennes-Oléron). Quant aux meilleurs parcs, ils les détiennent tous trois en codétention9.

193La codétention est une forme d’indivision d’exploitation pour les concessions. Ce groupement, officiellement enregistré auprès des Affaires Maritimes, marque bien souvent une période intermédiaire avant la succession et renforce en fait le maintien sous la coupe du père d’une main-d’œuvre familiale nécessaire économiquement à la viabilité de l’exploitation. Toutefois, cette forme d’association – un père et deux fils – résiste rarement après le décès du père.

  • 10 Droit pour les concessionnaires de se constituer en société : des concessionnaires peuvent se cons (...)

194La mise en société10 des membres d’une même cabane ne modifie en rien la structure familiale interne de celle-ci. Elle ne fait qu’officialiser l’association de fait précédemment décrite en même temps qu’elle permet à des sociétaires non concessionnaires (femmes, filles, rarement des membres extérieurs à la famille) d’avoir accès au capital professionnel. Ces sociétés sont encore très peu nombreuses dans le bassin et ne sont justifiées que pour des facilités fiscales.

195Ces contrats officieux (association de fait) ou officiels (codétention et société) lient les membres d’un même groupe familial à la cabane et à l’autorité du père. Les fils ne peuvent apporter aucune modification dans l’exploitation sans son assentiment, ni même se séparer de lui, au risque de perdre ce qui constituera leur patrimoine professionnel.

Au jour de la succession

196Le règlement de la succession des biens ostréicoles se fait du vivant du détenteur. La précocité de cette transmission provient de ce que la retraite des marins est accordée dès cinquante-cinq ans, âge auquel le chef d’exploitation touche ses Invalides. À cette date, la cabane est mise au nom de l’héritier auquel le père la destine. Mais en ce qui concerne les concessions, dans la majorité des cas, les mutations ou transferts ne se règlent que partiellement au moment de la retraite du père. (Les mutations sont enregistrées auprès des Affaires Maritimes qui remplit alors en quelque sorte une fonction de notaire.)

197En effet, le retraité ne se défait pas de ses concessions bien que juridiquement il en ait l’obligation. Généralement, il les garde à son nom comme titulaire unique ou en codétention avec son successeur. L’Administration ferme les yeux sur cet usage et reconnaît ainsi implicitement au retraité le droit de poursuivre son activité.

198Le cas de N. est tout à fait exemplaire. Lorsque son père, M., âgé de 55 ans touche ses Invalides, il crée une société avec son fils (30 ans) qui, jusqu’à cette date, était salarié. « On n’avait aucune trésorerie, dit N., car avant que l’affaire soit à notre nom, on était salarié, puis après on était associé en société. Mais on gérait à l’ancienne. Notre part, ça représentait seulement 1/3 des bénéfices. On investissait à moitié. Quand on avait investi, le reste des bénéfices on se le partageait à moitié. Ça correspondait à un salaire. Pour nous, c’était des obligations, des emprunts. Mon père par contre il touchait sa retraite en plus des bénéfices. Mon père, il avait bien géré sa retraite ! » N. et sa femme, quatre à cinq ans après la mise en société, souhaitèrent acheter leur propre établissement pour échapper à la tutelle parentale. L’affaire qu’ils avaient trouvée leur aurait permis de construire une cabane neuve et rationnelle. Mais, sans trésorerie personnelle et avec des revenus insuffisants pour emprunter, ils durent renoncer, d’autant que le père refusa de cautionner les éventuels emprunts arguant du fait qu’« un jour vous aurez tout ».

199Ce n’est que lorsque le père eut 65 ans qu’il fit une donation-partage entre ses trois enfants. Les deux aînés, hors de la profession, reçurent des biens immeubles sur propriété privée. Pour N., le plus jeune, la société fut dissoute et l’affaire mise à son nom. Toutefois, le père conserva l’usufruit de tout son patrimoine tant domestique que professionnel. Le fils paya dès lors un loyer à son père, façon pour lui de rétrocéder cet usufruit. « Nous, on avait un loyer à lui payer, donc des charges. Il a fallu que l’on fasse un gros tonnage (pour le payer), ce que l’on faisait avant ne suffisait pas. Maintenant, il faut faire le tonnage qu’on fait (pour le payer) ». En outre, la moitié du stock d’huîtres détenu en société avec le père fut racheté par le fils ostréiculteur pour éviter que ce patrimoine ne tombe dans la succession.

200À 40 ans, quand N. succéda à son père, une série de transformations fut engagée dans l’exploitation. Mais à son âge, aucune des facilités d’emprunts proposées aux jeunes ostréiculteurs ne lui fut accordée. Pour le règlement de leurs frais (emprunt, loyer...), il n’eut d’autres solutions que d’augmenter le tonnage de leur vente à l’expédition.

201Quoique N. soit, depuis plus de dix ans, détenteur unique de la cabane familiale, son père (soixante-quinze ans) continue de donner la main à l’établissement, supervise et contrôle chaque acte, chaque décision de son fils. Le petit-fils (18 ans), troisième de la fratrie après deux filles, travaille depuis deux ans dans l’exploitation. Il subit, quant à lui, la tutelle de son père et, avec plus de tempérance, celle de son grand-père. La stratégie de reproduction sociale est ici déjà mise en place.

La dévolution du patrimoine sur propriété privée

202L’autre point de la transmission du patrimoine est la cession des biens immeubles et meubles sur propriété privée. Les règles de dévolution sont ici celles du droit successoral commun, l’égalité entre héritiers. La modalité la plus fréquente est actuellement la donation-partage anticipée. Cette donation entre vifs est réalisée quand le père atteint 65 ans.

203Le système d’héritage peut être « d’égalité parfaite », lorsqu’il y a entente préalable entre les membres familiaux (parents et germains). Lors du règlement de la succession qui se conclut devant notaire, on prend en considération l’avantage préciputaire accordé à l’un des germains sur les biens ostréicoles. Ordinairement, le successeur ostréiculteur, en compensation de cet acquis, verse à ses germains une soulte proportionnelle à l’estimation des biens meubles et immeubles professionnels ou, parfois même, abandonne la part de biens domestiques sur propriété privée à laquelle il a droit. Cette soulte est donc calculée par le notaire au prorata de la valeur de l’exploitation, mais le partage reste toutefois affaire de famille, et la décision en revient en réalité au père. « Nous, en tant que notaire, on tente d’établir l’égalité en fonction de notre connaissance du marché et de la valeur des parcs. De toute façon, ils règlent leurs problèmes entre eux avant de venir nous voir. » Le notaire entérine ainsi les décisions paternelles, mais veille néanmoins à ce que le partage soit équitable même si l’évaluation des biens du Domaine Public (concessions) et de certains biens meubles reste hasardeuse, sinon illégale.

204Bien que l’égalité soit la norme, ce mode de division du patrimoine ne peut être tenu pour règle. Les concessions ostréicoles, sans valeur vénale officielle avant le décret de 1987, peuvent légalement être exclues de la transmission globale des biens familiaux. Il n’est donc pas rare qu’un des germains, ostréiculteur, hérite à part égale avec les autres des biens domestiques sur propriété privée en plus de l’exploitation ostréicole dont il a eu l’héritage lors de la retraite du père. De plus, il a été observé qu’actuellement la dévolution des claires demeure à la charnière des deux systèmes, égalitaire et préciputaire. Ces terres sur propriété privée peuvent légalement être partagées à part égale entre tous les enfants, filles ou garçons, laissant à ceux qui ne sont pas ostréiculteurs la possibilité de les vendre ou de les louer.

205En réalité, les claires sont communément accordées en priorité aux ostréiculteurs mariés, de sexe masculin, et souvent même, de façon plus restrictive encore, au fils désigné comme successeur. Ce principe de dévolution successorale des claires à un seul héritier mâle est renforcé d’abord par le fait que la transmission, conclue entre vifs, ne peut être contestée par les germains, mais aussi parce que tout possesseur de marais doit, pour l’exploiter, être muni de la capacité professionnelle qui lui donne ainsi accès au droit de prise d’eau. « L’autorisation de prise d’eau de mer est délivrée dans les mêmes formes que les autorisations d’exploitation de cultures marines. C’est donc un acte de concession. » (CIDAM, 1986). Cette législation ne fait finalement que renforcer une pratique successorale commune à l’ensemble du bassin : le préciput au dernier-né de sexe masculin.

206Le maintien de ce système se caractérise par une stratégie qui consiste à fermer le terroir à toute ingérence extérieure. D’une part, par la pratique d’une stratégie matrimoniale endogamique qui permet ainsi le maintien des biens ostréicoles au sein de la communauté ; d’autre part, par le contrôle de l’espace de production, aussi bien sur le Domaine Public que sur la propriété privée, en privilégiant la transmission des biens ostréicoles à un seul des enfants mâles. Ainsi, la patrilinarité marque-t-elle le système de parenté.

207Il apparaît que l’héritier de la cabane est toujours privilégié aux dépens de ses germains. Privilège que l’on pourrait d’ailleurs comparer à une sorte de créance différée qui compenserait l’obligation qui est faite à « l’élu » de travailler sous la tutelle paternelle et d’apporter à ses parents aide et assistance au jour de leur vieillesse. « Donner, dit Levi-Strauss (1967), c’est s’assurer de recevoir en retour ». Mais ici le don n’est que partiel, la relation de réciprocité, implicite, est déséquilibrée, car le donateur, non seulement conserve son pouvoir d’autorité sur l’exploitation, mais réclame du donataire en plus de l’assistance affective, une aide matérielle sous forme de loyer ou d’usufruit. (Mon père il a bien géré sa retraite !) En fait, dans ce cas, l’obligation de réciprocité se mue en rétribution et le don perd son apparente gratuité.

  • 11 25. Art. 12. – « ..., le titulaire d’une concession peut demander que lui soit substitué dans ses (...)

208La démonstration ici exposée est tout à fait d’actualité. Mais, depuis la parution du décret du 14 septembre 1987, on est en droit de penser que l’organisation sociale de la communauté ostréicole charentaise va devoir évoluer et même se transformer. En effet, par ce décret deux dispositions majeures se mettent en place : d’une part, l’administration modifie le système des redevances domaniales et reconnaît une valeur d’exploitation aux concessions ; d’autre part, elle instaure un droit de substitution11 qui vient remplacer le droit de cession supprimé par le décret du 22 mars 1983. Le décret de septembre 1987 est une refonte de celui du 22 mars 1983.

209La profession ostréicole s’étant alors opposée à ce décret de 1983, l’administration n’avait pu mettre en application ces nouvelles dispositions juridiques. En quelque sorte, le décret avait été bloqué par la profession, mais dans le même temps cette situation avait abouti à un véritable gel des concessions. Ceux des ostréiculteurs qui souhaitaient céder des parcs, faute de pouvoir s’en séparer dans de bonnes conditions, préféraient les conserver. Paradoxalement, ce décret avait renforcé un fonctionnement social préexistant.

210Les nouvelles dispositions juridiques du décret de septembre 1987 sont calquées sur celles qui régissent le système agricole, avec cette différence majeure toutefois : les terrains sur Domaine Public Maritime demeurent domaine de l’État. Le concessionnaire ne peut en être propriétaire, il n’est en quelque sorte que l’usufruitier de ce bien, puisqu’il n’en a que l’usus et le fructus. La vente est interdite et la substitution est soumise à des modalités d’application définies par les Affaires Maritimes pour la présentation d’un successeur.

211La commission de cultures marines aux Affaires Maritimes a mis en place un schéma de structure, similaire à ce que la SAFER et le contrôle des structures appliquent en agriculture, afin d’établir une carte des valeurs d’exploitation des parcs dans le bassin. Aussi en cas de substitution à un tiers ou de succession, l’administration entend désormais exercer son plein droit de décision et elle percevra une taxe sur chacune des opérations.

212Par la reprise en main d’un marché illicite, à travers la stricte application de la loi, l’État cherche en définitive à reprendre possession de son domaine. Les parcs n’auront donc plus pour l’ostréiculture qu’une valeur locative et non plus vénale.

213Il est encore trop tôt à la fin du xxe siècle pour faire une analyse des modifications que cette législation entraînera. Mais l’on peut supposer qu’à plus ou moins long terme le pouvoir de la communauté ostréicole sur son espace de production sera amoindri et que les modes de reproduction sociale ainsi que l’organisation de la structure familiale au sein de la cabane subiront des modifications profondes.

214L’exemple des retraités détenteurs de parcs peut illustrer ce propos. Alors que l’administration avait de tout temps toléré cette situation, elle semble maintenant s’interroger sur une pratique qui, selon elle, défavorise les jeunes demandeurs. Mais, si les concessions sur le Domaine Public Maritime sont définitivement retirées aux retraités et si cette législation est réellement appliquée, les anciens ne risquent-ils pas de perdre leur prérogative sur la cabane et de se retrouver sans aide et assistance au jour de leur vieillesse puisque l’héritier n’aura plus d’obligation en compensation de ce qui lui aura été transmis ?

Notes

1 Héral, 1986. Pourquoi et comment étudier les stocks d’huîtres, cultivées dans un bassin ostréicole. L’ostréiculture française traditionnelle. In : Aquaculture, v. 2, chap 3. Paris, Lavoisier Tec et Doc.
« Pour pouvoir répondre à la question “faut-il accroître ou diminuer la production d’huîtres ?”, la première étape est de connaître le nombre d’huîtres élevées dans le bassin. C’est pourquoi l’Ifremer a fait de cette question un programme prioritaire pour déterminer les équilibres entre charge en élevage et capacité trophique, c’est-à-dire quantité de nourriture disponible pour les mollusques. Il est connu que, lorsqu’on s’achemine progressivement vers une dégradation des performances de croissance, celle-ci va de pair avec une détérioration de l’état physiologique des huîtres moins aptes à se défendre contre les agressions diverses, et en particulier les maladies ».

2 « C’est ce qui s’est passé, comme tous les ostréiculteurs l’ont en mémoire, dans le bassin de Marennes-Oléron pour l’huître portugaise. Dès 1960, apparaît un allongement très net des temps de croissance, avec multiplication des huîtres “boudeuses’ inférieures à 35 g, et parallèlement de 1965 à 1970, deux épizooties virales déciment successivement l’ensemble du cheptel » (Héral et al., 1984).

3 Les formes d’organisation collective au sein de la communauté ostréicole charentaise se limitent à une structure syndicale professionnelle regroupée sous l’égide d’une Section régionale conchylicole. Elle fut créée en application de l’ordonnance du 14 août 1945 sur l’organisation des pêches maritimes. La Section régionale de Marennes-Oléron se compose de trente-sept délégués syndicaux répartis comme suit : trente exploitants ostréicoles (dix représentants de la rive droite de la Seudre, dix de la rive gauche de la Seudre et dix de l’île d’Oléron) ; quatre exploitants myticoles ; un exploitant vénéricole et deux représentants salariés conchylicoles (à la dernière élection, 1988, ces deux sièges n’ont pas été pourvus faute de candidats). Cinq des membres (quatre exploitants ostréicoles et un représentant myticole) de cette Section régionale sont désignés comme représentants nationaux à l’assemblée plénière du Comité interprofessionnel de la conchyliculture (C.I.C.).

4 Ce terme me paraît le plus approprié.

5 Le mot est à considérer ici dans sa double acception.

6 La capacité à exercer l’activité résulte de l’obtention d’un diplôme et/ou d’une pratique professionnelle. On l’obtient à la suite de stages pour un total de 240 heures et une expérience pratique de trois ans. Depuis 2001, les jeunes nés après 1980 doivent avoir obtenu un bac ou un BPA niveau 4.

7 Elle est effective lorsque le jeune exploitant est concessionnaire ou utilise une surface productive égale ou supérieure à la SMI. La date d’attribution d’une concession sur le Domaine Public Maritime ou la date d’autorisation de prise d’eau déterminent la date d’installation.

8 Le 7 août 1967 est la date à laquelle a été codifiée la profession de marin, il n’y eut plus alors de distinction d’aptitudes entre les hommes et les femmes ; cette évolution s’engagea lorsque, par la loi du 9 juillet 1965, le service de l’Inscription maritime fut supprimé ; en application de cette loi, il n’y eut plus de relation entre le marin et l’armée.

9 Le droit de se mettre en codétention ou d’en sortir signifie que : « le titulaire unique d’une autorisation d’exploitation peut en cours de concession demander de s’adjoindre comme co-détenteur, un ou plusieurs membres de sa famille » (CIDAM, 1986).

10 Droit pour les concessionnaires de se constituer en société : des concessionnaires peuvent se constituer en société et confier à cette société l’exploitation des concessions qu’ils détiennent à titre individuel. La société d’exploitation peut comprendre, outre les concessionnaires, d’autres sociétaires, sous la double condition statutaire que les sociétaires concessionnaires détiennent la majorité du capital social et occupent un nombre minimal de dirigeants.

11 25. Art. 12. – « ..., le titulaire d’une concession peut demander que lui soit substitué dans ses droits, jusqu’à l’échéance de la concession, un tiers, personne physique ou morale, sous réserve de satisfaire aux conditions prescrites par les articles 12.1 à 12.5 » (Décret n° 87.756 du 14 sept. 1987).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1285/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Légende Représentation de la production annuelle d’huîtres dans le bassin de Marennes-Oléron.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1285/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Figure 41. Schéma de segmentation sociale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1285/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Figure 42. Schéma de segmentation culturelle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1285/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Figure 43. Mouvements et transactions à la production d’un lot d’huîtres, de sa naissance à sa taille marchande.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1285/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1285/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 338k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site