Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Environnement et société

 | 
Chantal Aspe
, 
Marie Jacqué

Chapitre VI. Le recours à l’expertise comme nouveau mode de gouvernement de l’incertitude

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Explosion de l’usine chimique de Bhopal en 1984, de la centrale nucléaire de tchernobyl en 1986, « crise de la vache folle » dans les années 1990, tous ces évènements vont favoriser chacun à leur manière l’émergence de la « vulnérabilité » des sociétés industrielles face aux progrès des sciences et techniques (Fabiani et Theys 1987). Les années 1990 sont marquées par l’avènement de la notion de « risque » qui est dorénavant accolée à chaque acte de la vie quotidienne : risque alimentaire, risque routier, risque sanitaire, risque naturel, risque technologique… Or, le propre du « risque » est d’être précisément incertain, d’où le recours croissant aux outils scientifiques pour le cerner, l’anticiper, le mesurer, l’éviter, le maîtriser, donc in fine le construire en le nommant. Les « incertitudes » qui sont le fondement même de cette notion vont devenir le « fonds de commerce » du développement d’un domaine gestionnaire qui fera apparaître une nouvelle figure, celle de l’expert.

Sa trad...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540