Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Environnement et société

 | 
Chantal Aspe
, 
Marie Jacqué

Chapitre V. L’approche complexe de la réalité

Texte intégral

1Le mouvement écologiste, en tant que force politique instituée, n’a eu en France qu’un impact faible sur les transformations idéologiques qui ont conduit l’ensemble du corps social à reconsidérer le rapport au développement. En revanche l’écologie scientifique (étymologiquement « science de l’habitat »), dans sa démarche d’analyse a eu des répercussions notables sur la construction d’un nouveau mode de pensée, que nous qualifions de mode de pensée systémique. Celui-ci va permettre de légitimer et de trouver un nouveau cadre explicatif au réel auquel les individus sont confrontés : repenser l’être humain dans son rapport avec son mode de vie et son cadre de vie, mise en relation des interactions qui lient les individus les uns avec les autres, mais aussi avec l’ensemble du vivant.

2À l’instar de Max Weber, à propos de L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme (Weber [1904-1905] 1967), nous dirons que l’écologie scientifique n’a pas créé la question environnementale, mais a donné à des agents, confrontés à de nouveaux rapports sociaux un support idéologique, leur permettant d’inscrire leur comportement dans une autre rationalité.

3Repenser le rapport à la nature semble bien être un enjeu des scientifiques, qui vont se positionner comme nouveaux experts entre société et réalité, cependant si cette nouvelle médiation est rendue possible, c’est aussi et surtout que le corps social est prêt à l’accepter. Le mode de pensée systémique relayé par l’écologie scientifique va pouvoir trouver cohérence dans les peurs qui commencent à gagner les sociétés industrialisées dans les années 1960.

4En 1956, un mal étrange contamine la ville de Minamata au Japon. Un nombre important d’habitants de cette île, essentiellement des pêcheurs, meurent dans des conditions semblables (tremblements, difficultés d’expression, baisse de la vue…) sans que les médecins puissent détecter l’origine de la maladie, qui ne semble pas être une épidémie. Il faudra plusieurs années pour que l’agent infectieux soit détecté : le mercure contenu dans les poissons, nourriture essentielle de cette population. L’usine responsable de cette pollution ne sera reconnue comme telle qu’en 1973. Cette découverte va servir d’exemple pédagogique à l’écologie scientifique pour montrer les interrelations dans la chaîne alimentaire. Mais c’est surtout le développement du nucléaire et la mise au point de la bombe atomique qui vont cristalliser les peurs : pour la première fois les hommes ont la possibilité de détruire l’ensemble de la terre. Une réflexion s’engage alors sur les capacités techniques qui ont conduit les sociétés occidentales à se lancer dans de grands programmes de recherche/développement débouchant sur la production de la bombe atomique ou de produits radioactifs au cycle de vie millénaire, et qui accroissent, de manière exponentielle, l’étendue des effets de ces nouveaux matériaux sur la nature et la société.

5Le développement des moyens de retransmission télévisuelle va également permettre à une partie grandissante de la société (86,8 % des ménages sont équipés de téléviseurs en 1973 [Rochefort 1995]) de visualiser le « champignon » sur Hiroshima, mais aussi la « Terre vue de la Lune », et d’introduire ces images dans son système de représentations de la réalité : les suites de l’explosion de la bombe laissent à voir un paysage désertique et sans vie. La Lune, elle, n’est pas exploitable du moins avec les connaissances du moment, il faut donc faire avec les ressources présentes sur terre qui ne sont pas inépuisables. Le spectre de la rareté apparaît : « Notre vaisseau spatial, lancé dans l’univers, est soumis par lui à un véritable blocus et ne peut raisonnablement être secouru par un autre vaisseau spatial qui soit vraiment capable de l’aider. À l’échelle planétaire, nous sommes condamnés à ne compter que sur nos propres forces et sur des ressources limitées » (Dumont 1973). Ces craintes sont confortées par la publication à l’époque de nombreux écrits scientifiques « catastrophistes » qui alertent et mettent en garde contre la poursuite d’un modèle de développement qui se veut exponentiel. Les titres de quelques-unes de ces publications parlent d’eux-mêmes : Quelle terre laisserons-nous à nos enfants ?, La nature dé-naturée, Réflexions au bord du gouffre, L’homme en péril, L’abondance dévastatrice, Lettre ouverte aux assassins de la nature, Changer ou disparaître, L’utopie ou la mort (Commoner 1969, Dorst 1970, Picht 1970, Rémy 1971, Pellerin 1972, Goldsmith et al. 1972, Fraser 1971, Dumont 1973)… Ce discours se divulgue aussi dans des franges plus larges de la société grâce en particulier à deux types de support plus populaires : les ouvrages de science-fiction et le cinéma.

6La science-fiction et le cinéma exposent sur le mode de l’imaginaire et du symbolique les angoisses du temps : le risque lié à la non-maîtrise du nucléaire (Malevil de Robert Merle), la disparition de la couche d’ozone (déjà !) (Soleil de mort de Pierre Barbet), l’artificialisation de la production agricole (Ravage de René Barjavel), la robotisation des individus (Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley)… Le cinéma mettra en scène un discours contestataire dont les thèmes principaux sont la protection de la nature, les critiques de la société de consommation, la lutte contre la promotion immobilière, les risques pour la permanence et la reproduction de l’être humain… Une constante dans les thématiques traitées pendant cette période : la société est présentée comme source d’agressions, que ce soit envers les individus, les animaux ou les territoires. Ces différents messages rendent à la fois compte des nouvelles peurs et participent à leur construction.

7La naissance de l’écologie scientifique après guerre et le système explicatif global qu’elle propose pour répondre à ces peurs rendront possible sa divulgation massive dans la société.

Science écologique et approche systémique

8La science économique, qui trônait depuis plus d’un siècle comme système explicatif du rapport des hommes aux ressources naturelles, est progressivement remplacée après les années 1950 par l’écologie, science dont l’étymologie est d’ailleurs très proche :

Écologie, économie. – oïkos : le logis, la demeure et, par extension, le milieu environnant ; – logie : le discours, l’étude, la science ; – nomie : la loi, la règle. Quelles lois gouvernent le milieu ? Comment ne pas être frappé de l’identité presque parfaite des racines étymologiques de deux mots que tout semble pourtant opposer ? (Stoffaës 1993)

9Si « la science à ses débuts a posé avec succès des questions qui impliquent une nature morte et passive […], et s’est constituée contre la nature puisqu’elle en niait la complexité et le devenir au nom d’un monde éternel et connaissable régi par un petit nombre de lois simples et immuables » (Prigogine et Stengers 1979), ce sont les sciences de la vie qui bouleversent aujourd’hui les scénarios du futur : « La nouvelle théorie biologique, si inachevée soit-elle, change la notion de la vie. La nouvelle théorie écologique, si embryonnaire soit-elle, change la notion de la nature » (Morin 1979).

10L’écologie scientifique n’a pas créé le mouvement social qui se réfère à sa logique explicative, mais l’investissement important des naturalistes sur la scène sociale, que ce soit par des écrits alarmistes ou en tant que militants directs a conduit ces derniers à essayer de se démarquer du mouvement social. L’objectif étant pour certains de séparer ce qui relevait de l’hypothèse scientifique de son investissement social, et pour d’autres d’essayer de rejoindre la conformité d’une carrière à l’intérieur d’un organisme de recherche : « Le contenu du mot “écologie” n’est pas le même pour l’écologue, dont la science écologique est le métier, et pour l’écologiste qui, au mieux, est un écologue agissant en citoyen, et au pire un citoyen se prenant pour un écologue » (Acot 1979). Ce à quoi répond un militant écologiste :

À ceux qui s’interrogeaient sur ce terme ou qui regrettaient sa pureté scientifique de naguère, je dirai que l’écologie est la convergence de mouvements sociaux – les mouvements autonomistes, associatifs, antinucléaires, non-violents, de consommateurs, de femmes, etc. – avec la réflexion issue de l’écologie scientifique, qui est aujourd’hui le meilleur outil de compréhension, donc de transformation du monde. (Lalonde 1977)

11Ces deux approches, l’une d’un scientifique écologue reconnu, l’autre d’un écologiste qui fut ministre de l’Environnement, nous permettent d’approcher les difficultés de relations entre « le savant et le politique ».

12Les objectifs des premiers Entretiens écologiques de Dijon qui réunirent en 1977, sous le patronage de cinq ministères (Environnement, Agriculture, Éducation, Équipement, Santé), représentants politiques, journalistes, scientifiques et militants écologistes, témoignent de l’emprise sur le social de l’explication naturaliste. Ces entretiens furent axés « sur la nécessité d’aménager la vie de l’homme en fonction des lois de l’écologie » (Fischer 1977). Les questions majeures qui constituèrent la trame des débats sont révélatrices de la fascination qu’opérait alors l’écologie scientifique comme nouveau modèle explicatif : « Les principes et les méthodes de l’écologie peuvent-ils être appliqués aux problèmes socio-économiques ? Les obstacles à cette application peuvent-ils être levés ? Quelles actions convient-il d’entreprendre à cette fin ? » (Ibid.) L’objectif traité pendant ces rencontres était clairement affiché : l’écologie scientifique peut-elle permettre d’avancer un nouveau cadre de lecture et de prospective en adéquation avec les nouvelles attentes ? La science économique n’apparaît plus à l’époque comme capable d’expliquer et de résoudre seule la complexité des relations des hommes aux ressources naturelles, elle doit s’adapter et pour cela intégrer les principes de l’écologie scientifique :

Le moment est venu de mettre en évidence l’importance des phénomènes qui régissent la biosphère et d’envisager une adaptation de la théorie économique traditionnelle en fonction des données écologiques… L’écologie est une science qui fournit les bases générales du fonctionnement du système que constitue la Terre et nous devons concevoir notre économie en fonction des matériaux qui existent à l’intérieur de ce système qui groupe des éléments en constante interaction ou interdépendance concourant à la formation d’un ensemble unifié. (Amavis 1977)

13Les historiens des sciences ont déjà montré que « la science » ou peut-être plus exactement les scientifiques étaient aussi des acteurs sociaux et qu’il leur était difficile voire impossible d’être neutres. Ils sont en quelque sorte prisonniers du contexte historique, (économique, social, culturel et politique) dans lequel ils s’expriment :

La science fait partie du complexe culturel à partir duquel, à chaque génération, des hommes tentent de trouver une forme de cohérence intellectuelle et inversement cette cohérence nourrit à chaque époque l’interprétation des théories scientifiques, détermine la résonance qu’elles suscitent, influence les conceptions que les scientifiques se font du bilan de leur science, et des voies selon lesquelles ils doivent orienter leur recherche. (Prigogine et Stengers 1979)

14L’écologie commence à être reconnue sur le plan scientifique (Acot 1988) en 1950, grâce à la désignation d’un objet d’analyse propre : l’écosystème, mais c’est surtout sa démarche d’analyse qui aura des répercussions sur le plan social. Les scientifiques écologues ne se contentent pas d’étudier leur objet dans le cadre de leur activité professionnelle, ils divulguent largement leurs connaissances et surtout leur approche systémique de la réalité. Beaucoup de scientifiques militent alors dans des associations de protection de la nature, s’engagent, pour certains, ouvertement pour un autre type de développement, sont sollicités par les politiques pour proposer des solutions à la crise économique et sociale. Pour exemple, Francesco Di Castri, alors directeur de la division des sciences écologiques à l’UNESCO, sur demande du ministre de la Recherche et de l’Industrie, rédige en 1981 un rapport intitulé « L’écologie. Les défis d’une science en temps de crise », dans lequel il relaie ces idées de façon claire : « D’une manière un peu arbitraire, on essaiera de définir son importance scientifique, son importance socio-économique, son importance éducative et culturelle et son importance en tant que facteur de mobilisation » (Di Castri 1983). L’écologie ainsi présentée semble se construire comme nouvelle grille explicative de l’ensemble des rapports sociaux.

15Le déploiement interventionniste et médiatique des écologues sera d’ailleurs l’objet d’analyse des sociologues. Jean-Louis Fabiani verra dans ce positionnement, la recherche d’une reconnaissance sociale qui compenserait une non-reconnaissance sur le plan scientifique :

Tout se passe comme si l’écologie se devait de rappeler, au détour de chacun de ses énoncés à caractère scientifique, l’importance de son utilité sociale… Si les écologistes savants sont amenés à proposer leurs services dans la société en essayant de se faire reconnaître comme consultants en aménagement, c’est en partie parce qu’ils occupent une position incertaine dans le champ de la biologie et que leur activité a un statut particulier face à des sciences plus productives. (Fabiani 1985)

16Cette hypothèse peut concerner de manière analogique la sociologie aujourd’hui, en particulier dans le déploiement de l’expertise.

17Deux autres types d’explication doivent être pris en compte pour analyser l’interaction du mouvement social et du mouvement scientifique. Tout d’abord, la généralisation et la vulgarisation du discours de la science écologique dans les années 1960-1970 correspondent en partie à une nécessité de nouvelle explication du réel, une nouvelle représentation du réel générée par la modification importante des modes de vie et des rapports sociaux. Non seulement la démarche systémique commence à subjuguer des représentants des sciences sociales : « Ainsi l’être humain fait partie d’un système social, au sein d’un écosystème naturel, lequel est au sein d’un système galaxique : il est constitué de systèmes cellulaires, lesquels sont constitués de systèmes moléculaires, lesquels sont constitués de systèmes atomiques » (Morin 1977), mais elle permet aussi d’être un cadre explicatif aux nouvelles conditions de vie, de production, de travail qui se mettent en place dans les sociétés industrielles après 1945.

18De même que la sociologie a pu apparaître à sa naissance, et peut-être aussi encore aujourd’hui, comme pouvant expliquer les changements opérés avec la société industrielle et surtout proposer des modèles interventionnistes, l’écologie est partie prenante dans l’explication des nouvelles réalités auxquelles les acteurs sociaux sont confrontés dans la seconde moitié du xxe siècle.

19Pourtant l’approche systémique est loin d’être une approche nouvelle. Blaise Pascal, par exemple, philosophait déjà sur cette question dans ses célèbres Pensées :

Donc toutes choses étant causées et causantes, aidées et aidantes, médiatement et immédiatement, et toutes s’entretenant par un lien naturel et insensible qui lie, les plus éloignées et les plus différentes, je tiens impossible de connaître les parties sans connaître le tout, non plus que de connaître le tout sans connaître particulièrement les parties. (Pascal [1670] 1966)

20Il n’est pas nouveau qu’une forme de pensée ne trouve pas application dans son contexte historique et réapparaisse comme nouvelle quelques années voire quelques siècles plus tard. L’écologie scientifique arrive en quelque sorte à point, en prenant comme objet d’analyse l’écosystème. Ce concept relie dans un tout le biotope (milieu de vie) et la biocénose (le vivant), et offre la possibilité d’aborder la complexité des relations entre les êtres vivants et leur habitat. Au centre de ce concept se trouve la notion « d’interactions » qui permet d’expliquer les liaisons et dépendances des éléments entre eux : « Le tout représente plus que la somme des parties, puisque l’essentiel réside dans les interactions entre les éléments qui le composent » (Di Castri 1982). C’est là, il nous semble, la différence essentielle entre démarche holiste proposée par Durkheim et démarche systémique, la première considère le tout au-delà des parties, la seconde s’intéresse plus aux interactions entre les éléments. La démarche d’analyse de la science écologique a donc pu permettre de trouver une nouvelle rationalité explicative de la réalité (qui plus est, légitimée scientifiquement), à laquelle étaient confrontés les acteurs sociaux, et cette importance de l’écologie sur le plan social a souvent fait occulter que d’autres sciences de la nature étaient aussi fortement impliquées (et peut-être plus que l’écologie) dans l’enjeu scientifique que commence à constituer la question environnementale dans les années 1960.

21Se démarquer du mouvement social est aussi l’objectif de ceux qui en sont directement issus, ou même qui ont fait carrière grâce à lui. Ainsi des personnages fortement médiatisés comme Jacques-Yves Cousteau, Haroun Tazieff, Paul-Émile Victor, Alain Bombard dénient-ils toute attache avec le mouvement écologiste, mais admettent que celui-ci pose certaines « bonnes » questions : « Je me désolidarise des écologistes qui annoncent la fin du monde. Ce qu’il faut, c’est aimer la nature et la faire aimer par le public. » (Cousteau in Cans 1991),

Paul-Émile Victor n’aime ni les associations de défense locale, crispées sur leurs petits problèmes clochemerlesques, ni les écologistes « braillards », qui hurlent à tout propos sans jamais connaître les problèmes sur le terrain… Il rêve maintenant de s’adonner à ce qu’il appelle « l’écologie scientifique », notion qui frise le pléonasme. Or, pour faire de l’écologie scientifique, il faut des hommes de formation scientifique et qui aient conscience des menaces qui pèsent sur la planète. (Ibid.)

22Haroun Tazieff, quant à lui, « signe des articles “contre l’écologisme politicien”, où il dénonce l’annexion de l’écologie par un parti politique » (in Cans 1991).

23Être associé à un mouvement social ne fait pas sérieux pour un scientifique, qui seul peut apporter les « vraies » solutions. On ne peut comprendre la volonté des scientifiques de se démarquer du mouvement social, que si on analyse les enjeux qui leur sont spécifiques.

24L’action des naturalistes ne s’est pas constituée sur les mêmes intérêts, et la même approche des rapports homme/nature que le mouvement social des années 1960. Leur bataille pour la prise en compte de l’environnement par les politiques, et donc le financement de programmes de recherche tient pour beaucoup à la défense d’intérêts de corps constitués, qui amènera progressivement les scientifiques à se présenter comme les « experts » dont les avis et décisions deviennent incontournables.

25Ensuite, la nécessité requise par l’écologie de repenser les rapports nature/société va permettre aux sciences de la nature de manière générale de bénéficier d’une aura auprès des décideurs politiques qui financeront de nombreux programmes de recherche et proposeront des mesures de protection réclamées par les naturalistes. En France, à partir de la fin des années 1970, ils investissent de manière importante les conseils scientifiques des espaces protégés, en particulier les Parcs naturels nationaux, les réserves puis les Parcs naturels régionaux et fournissent aux décideurs, politiques et gestionnaires des avis, conseils, expertises pour mener à bien les opérations de protection ou de gestion des espèces et des espaces. Comme le souligne J. Theys, « la politique de l’environnement partage avec celle de la santé publique la caractéristique de ne pouvoir se concevoir sans un apport continu de données et d’expertises scientifiques. La recherche n’est pas seulement, dans ce domaine, un instrument utile parmi d’autres : elle joue un rôle fondateur » (Theys 1987).

L’investissement de la question environnementale par les naturalistes

  • 1 Programme de recherche pluridisciplinaire financé par l’UNESCO qui débuta en 1971.

26Étrange paradoxe en apparence, il paraît acquis pour un certain nombre de scientifiques que le champ de l’environnement ne peut relever que du domaine des sciences de la nature, de la matière, de l’univers. Cette revendication disparaît ensuite quand il s’agit de l’utiliser concrètement comme concept opératoire. Resurgissent alors, suivant la discipline concernée, les notions de milieu, biotope, biosphère, écosphère, écosystème… Légitime difficulté puisque l’environnement n’est pas un concept, c’est d’abord et avant tout une construction sociale, pour exprimer une nouvelle situation, ou plus exactement une nouvelle approche de cette situation : « C’est bien parce que l’environnement devient menace pour l’homme (celui-ci donc étant au centre) qu’il devient par-là même un environnement dont on se soucie, et que l’on désigne, que l’on nomme, précisément parce qu’il fait souci » (Jollivet et Pavé 1993). Pourtant ce ne sont pas ou peu les sciences sociales qui se sont emparées de cette question, leur participation à la compréhension du phénomène a été sollicitée par les sciences de la nature et les politiques, lorsqu’il s’est agi de normaliser des comportements (droit), d’intégrer les coûts environnementaux dans une valeur marchande (économie) ou d’analyser les « perceptions » de ce problème par la société (sociologie et géographie). Ce sont, d’abord et avant tout, les naturalistes qui occupent une place centrale dans les programmes de recherche qui se développent après guerre. En réalité ces programmes ne désignent pas explicitement la notion d’environnement. Même le programme sur l’homme et la biosphère (MAB pour Man and Biosphere)1 ne stipule pas dans son intitulé de références à cette notion. L’investissement important des naturalistes dans ces programmes internationaux, mais aussi la bataille entre les différentes disciplines pour défendre leur objet de recherche et surtout leur terrain sont des éléments qui témoignent de l’enjeu que constitue, pour ces scientifiques, le champ de l’environnement, entendu ici comme construction sociale. Bien que ne se référant pas directement à cette appellation, la notion d’environnement permet au moins au niveau du discours de justifier l’importance des travaux sur le « naturel » menacé par les activités humaines.

La protection de la nature, un enjeu de connaissances

27C’est à l’initiative de scientifiques que naquirent les premières associations de protection de la nature et cela dès le milieu du xixe siècle. En 1854, Isidore Geoffroy Saint-Hilaire fonde la Société impériale zoologique d’acclimatation, qui deviendra au début du xxe siècle la Société nationale de protection de la nature (SNPN). « Ces zoologistes, qui jusqu’à une date très récente marquaient leur banquet annuel en mangeant un animal rare ou au goût particulièrement exotique, se rendirent rapidement compte que la société industrielle, en pleine expansion, était en train d’entamer gravement le capital des espèces végétales et animales de l’Europe. » (Vadrot 1978)

28De même que les élites intellectuelles à la fin du xixe siècle découvrent les joies de la montagne et créent des associations (Club alpin français, créé en 1874 ; Touring Club de France, créé en 1890) en vue de protéger le lieu de leur ressourcement (Boyer 1996), les naturalistes souhaitent sauvegarder leur objet d’analyse (animal ou plante), dont l’existence est la condition sine qua non de la leur. Il ne s’agit donc plus seulement pour eux d’« acclimater » des espèces exotiques mais bien de protéger celles-ci contre les effets de la société industrielle naissante. Ils cherchent de ce fait à « isoler » des espaces qui deviendront leurs laboratoires « grandeur nature ». La création en 1927 de la réserve de Camargue par la SNPN en est un exemple. On pourrait d’ailleurs s’interroger sur le terme de « réserve » lui-même, qui connote à la fois l’idée de sanctuaire, reliquat à l’abri des agressions de la société industrielle, et aussi celle d’espace réservé aux scientifiques.

29Dès le début du xxe siècle les scientifiques s’organisent sur le plan mondial pour essayer de faire aboutir leurs revendications de protection. Au VIIIe Congrès zoologique international de Graz (Suisse), en 1910, est créé « un comité chargé de constituer une commission internationale ou mondiale pour la protection de la nature… Elle aurait pour mission d’étendre la protection de la nature au monde entier, du pôle Nord au pôle Sud, couvrant à la fois les continents et les mers » (Nicholson 1973). Cette entreprise échoue momentanément, mais cet échec n’empêche pas des unions internationales plus spécialisées de voir le jour (l’Union internationale des sciences biologiques, le Conseil international pour la préservation des oiseaux…), qui vont agir de manière corporatiste sur les politiques pour faire aboutir les financements de leurs projets.

30La démarche d’analyse de l’écologie scientifique a sans doute correspondu à une possibilité nouvelle de légitimation du réel, mais l’enthousiasme que suscite cette démarche chez certains chercheurs ou au sein du mouvement social masque la réalité « scientifique » qui a conduit à faire émerger sur le plan international, puis national, le financement de grands programmes de recherche sur l’environnement. En fait, chez les naturalistes, persiste encore aujourd’hui une différenciation entre spécialistes de la faune et spécialistes de la flore. Certes, la plupart ne peuvent plus ignorer qu’il y ait des interactions entre ces différents éléments, mais dans le meilleur des cas ils invoquent l’« écologie animale » ou l’« écologie végétale ». Pensée systémique, d’accord, mais jusqu’à un certain point ! Cette bataille n’est pas nouvelle, la différenciation entre zoologistes et botanistes fait quelques fois figure d’opposition entre deux mondes. Ainsi, les écologues, issus pour beaucoup de la tradition botanique, ont-ils quelques difficultés à considérer que Darwin, plus préoccupé par l’évolution des espèces animales, a eu une quelconque influence sur la naissance de la démarche de l’écologie (Acot 1988) qui se serait davantage inspirée de la « géographie des plantes ».

31Au début du xxe siècle, ce sont surtout les spécialistes de la faune qui ont les faveurs d’une reconnaissance sociale et économique : par exemple les entomologistes (anciens spécialistes des « papillons ») se trouvent sollicités pour expliquer les carnages des sauterelles dans les pays colonisés, les biologistes marins pour analyser les effets des hydrocarbures sur la faune piscicole, les ornithologues pour comprendre la reproduction des oiseaux (pour la chasse, pas pour les oiseaux). Comme le raconte Nicholson, ce fut la fascination pour les « grands mammifères » originaires et vivant dans « les colonies », passion à la fois des scientifiques mais aussi des chasseurs (souvent issus de l’aristocratie coloniale) :

En 1955, l’Union pour la conservation de la nature, avait chargé un jeune écologiste indépendant, originaire des États-Unis, le docteur Lee M. Talbot, de faire une reconnaissance des espèces menacées d’animaux sauvages du Moyen-Orient et en Asie du Sud… À l’assemblée tenue à Varsovie en 1960, sont arrivés en force les zoologistes professionnels et les administrateurs de la faune, avant tout soucieux de l’écologie des grands herbivores… Dans le même esprit, on s’est soucié de plus en plus de préserver la faune d’Afrique, d’où le « Projet spécial africain » dirigé par E. B. Worthmington […]. (Nicholson 1973)

32La flore était à ce moment-là considérée bien plus comme nourriture de ces herbivores que comme élément du système à défendre.

33Puis progressivement, avec la naissance de nouveaux enjeux économiques et techniques (développement du nucléaire, découverte de l’espace…) les naturalistes se trouvent dépossédés de leur primat scientifique fondé sur la connaissance du vivant. Ce sont en particulier les sciences de la terre et de l’univers, et les sciences de la matière qui prendront le relais : recherche géophysique et astrophysicienne.

  • 2 L’article 1er stipule : « Seules les activités pacifiques sont autorisées dans l’Antarctique. Sont (...)

34C’est en 1959, par le fameux traité sur l’Antarctique que ces scientifiques trouvent enfin leur continent et vont en faire pour beaucoup d’entre eux leur nouveau lieu d’expérimentation. Ce traité stipule que l’Antarctique doit servir à des usages pacifiques, et ne pas devenir la scène ou l’objet de discorde internationale2. Enfin un espace quasiment vierge, que l’homme n’est pas venu perturber et sur lequel peuvent s’exercer divers talents scientifiques ! Cependant, l’Antarctique, c’est aussi le terrain des « aventuriers », qui un peu à l’image des explorateurs du xviiie siècle partent à la découverte de ce « nouveau » territoire. Un certain nombre d’entre eux plus médiatisés que d’autres permettent grâce à leur renommée d’affréter de nombreuses expéditions scientifiques :

Si l’on fait le bilan des seules Expéditions polaires françaises (EPF) qui, sous le règne de Paul-Émile Victor, ont compté vingt campagnes en Antarctique et dix-sept en Arctique, on s’aperçoit que la moisson scientifique est très riche : environ quatre cents monographies et un millier d’articles, portant sur la géophysique, la météorologie, la glaciologie, la zoologie, l’astrophysique… Au total, ce sont quelque deux mille scientifiques et techniciens qui ont pu séjourner dans les pôles grâce aux EPF. (Cans 1991)

35Que ce soit Haroun Tazieff, Jacques-Yves Cousteau ou Paul-Émile Victor, tous les trois sont subjugués par ce continent et vont en faire leur nouveau lieu d’analyse : le volcan Erebus pour le premier, l’expérimentation des performances de la Calypso pour le deuxième, l’analyse des Eskimo pour le troisième. Peu aimés du milieu scientifique qui travaille plus dans l’ombre (à l’époque !), ils seront paradoxalement très utiles à celui-ci, notamment en collectant des fonds qui permettent à nombre de scientifiques de prendre part à leurs expéditions et de mettre à leur disposition du matériel indispensable pour leurs recherches : « Les océanographes étaient bien contents de trouver un navire équipé, avec le personnel motivé. » (Ibid.)

36S’ils peuvent obtenir des financements c’est aussi et surtout parce que la vulgarisation scientifique des phénomènes naturels commence à faire recette dans les médias, les émissions « expliquant » les mécanismes cachés de la nature se développent, et « montrent » aux profanes des phénomènes que seule la science peut expliquer, les experts peuvent s’exprimer.

37Ces émissions dévoilent l’« invisible », c’est-à-dire l’incompréhensible sans culture scientifique et commentent bien souvent sous des formes anthropocentriques les langages amoureux des espèces, leur rapport à la mort ou encore les conflits de pouvoir entre elles, diffusant ainsi les formes de connaissances savantes comme nouveau mode explicatif du réel.

De la protection de la nature à la gestion de la biodiversité

38Le mouvement scientifique de protection de la nature se scinde progressivement en deux approches concurrentes : les conservationnistes et les préservationnistes (Irwin 2001), reprise angliciste. Les premiers se rapprochent du discours gestionnaire actuel dont les forestiers et les agronomes sont les meilleurs représentants (Larrère et Larrère 1997), l’idée étant de maximiser l’efficacité de l’utilisation des ressources et prévenir leur surexploitation. Les préservationnistes, quant à eux, se recrutent davantage dans les milieux de l’écologie scientifique et défendent une protection active des espèces et espaces menacés par le développement humain et industriel. Beaucoup plus favorables à la constitution de réserves (biologiques, géologiques…), ils prônent la modération de l’exploitation des ressources naturelles et le respect de la grandeur et la beauté de la nature (Brahy et Louafi 2004).

39Les batailles entre ces écoles de pensée se soldent par la tenue en 1949, le même jour dans la même ville, New York, de deux conférences internationales concurrentes : d’un côté, l’United Nations Scientific Conference on Conservation and Utilization of Resources (UNSCCUR) organisée par le courant conservationniste et soutenue par l’UNESCO, la Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO), l’Organisation internationale du travail (OIT) et l’OMS qui souhaitent mettre en application les connaissances scientifiques en vue d’une gestion rationnelle des ressources naturelles ; d’un autre côté, l’International Technical Conference on the Protection of Nature (ITC), consacrée exclusivement à la protection de la nature, qui réunit les préservationnistes, avec l’aide et le soutien de l’Union internationale pour la protection de la nature (UIPN) (Irwin 2001).

40Ces deux courants de pensée sont encore présents aujourd’hui, mais c’est le courant conservationniste qui peu à peu s’impose comme mode de pensée dominant. La prise en compte gestionnaire des ressources naturelles s’accorde en effet plus facilement avec les nécessités de la croissance économique des années d’après guerre dans les pays industrialisés. Le fait d’agréer l’idée de gestion comme essentielle favorise la pénétration progressive du nouveau concept de biodiversité. Robert Barbault, raconte sa rencontre avec cette nouvelle notion, alors qu’il était jeune chercheur en écologie :

Au début, quand Francesco Di Castri m’a parlé de biodiversité, je n’ai pas rigolé, mais j’ai pensé « la diversité du vivant, il n’y a rien de nouveau sur la planète ». Mais il savait susciter l’enthousiasme, et de même qu’il m’avait entraîné dans les réserves de biosphère au Mexique, je l’ai suivi sur ce nouveau terrain. Cela a commencé à Rio avec des débats sur la biodiversité. Ce que j’ai découvert, et ce qui m’a intéressé, c’était les questionnements sur la diversité du vivant ; les liens entre diversité du vivant et l’homme : cela ouvrait complètement le champ à des approches tout à fait différentes, nouvelles. (Migot et Roué 2006)

41Apparu au milieu des années 1980, le concept de biodiversité connaîtra à partir de là un engouement qui dépasse le seul intérêt des sciences de la nature. Le terme se substitue à ceux de nature et de ressources naturelles et se manifeste pour la première fois dans le cadre du National Forum on BioDiversity organisé en 1986 sous l’égide de la National Academy of Sciences et de la Smithsonian Institution (Blandin 2009 ; pour les actes de ce forum : Wilson et Peter 1988). Pour certains auteurs, l’introduction du terme fonde un nouveau paradigme qui permet en quelque sorte de « réintroduire » l’homme dans l’écosystème et ne plus le considérer seulement comme un perturbateur mais aussi comme producteur de celui-ci :

Le concept de biodiversité devient alors porteur d’une nouvelle manière de considérer les relations entre sciences de la nature et sciences de l’homme et de la société, ce que j’appellerai un nouveau paradigme. Le fait d’associer étroitement l’homme et la biodiversité dans une même construction globale nécessite de réfuter l’antagonisme traditionnel entre activités humaines et conservation de la biodiversité, cet antagonisme étant par exemple à l’origine de la création des réserves et des parcs : on crée des réserves pour protéger la nature contre l’homme. (Blondel 2003)

42Le terrain de la restauration est sans doute celui sur lequel la biologie et les sciences sociales sont le plus souvent amenées à se questionner ensemble. En effet, c’est principalement une sous-discipline de la biologie de la conservation, l’écologie de la restauration, qui a le plus contribué ces dernières années à questionner différemment la notion de patrimoine à protéger et les conceptions du durable qui la sous-tendent (Fabiani 2000). Celui-ci s’élargit aux objets naturels qui apparaissent comme les produits historiques de pratiques sociales (espaces pastoraux et pastoralisme, forêts domestiques et sylviculture…) : la nature primitive ou inviolée ne constitue plus la norme unique de la justification du geste protecteur ou patrimonial. Certaines ressources emblématiques (huile d’argan au Maroc, mélèze dans les Alpes du Sud, par exemple) et la plupart des paysages sont ainsi perçus comme le résultat d’une longue trajectoire historique d’interactions entre les sociétés locales et leur environnement, impliquant des processus complexes d’adaptation, de domestication, de résilience, de sélection, de façonnage des individus et des milieux, ou encore de gestion des risques. Les grilles de lecture de la nature que les biologistes mettent à disposition du public constituent de nouveaux canons de la valeur : sont développés des critères inédits de jugement et d’évaluation des espaces perçus qui contribuent à réorienter le regard sur des espaces anciennement valorisés et surtout à conférer de la valeur à des espaces anciennement stigmatisés ou tenus pour négligeables (zones humides, friches). Il s’ensuit une reconfiguration du partage liée aux savoirs établis et un brouillage des apports entre savoirs de sens savants et savoirs de sens communs. La valorisation qui accompagne le processus de patrimonialisation interroge ainsi les différentes conceptions de la valeur qui induisent les actions menées au nom de la biodiversité.

43Avec l’introduction de ce nouveau paradigme, apparaissent de nouvelles catégories d’acteurs « concernés ». Ces catégories sont porteuses d’enjeux et d’intérêts qui émergent dans le débat public et peuvent entrer en tension, sinon en conflit. « La biodiversité n’a pas la même signification pour des populations dont les systèmes de production et la culture reposent sur un écosystème, pour des firmes pharmaceutiques à la recherche d’une nouvelle molécule ou pour des écologistes soucieux de la préservation d’une espèce animale. » (Aubertin et al. 1998) Se pose donc le problème de système de valeurs reconnu et érigé en nouvelles normes à respecter : « L’écologie […] est productrice de valeurs, qui ont nom complexité, diversité, intégration par exemple. Leur pleine reconnaissance suppose une véritable conversion du regard que nous portons sur la nature. » (Fabiani 2000) Ces nouvelles valeurs conduisent à construire une nouvelle grille de références qui participe à l’élaboration de représentations considérées comme légitimes. Les formes de connaissances savantes s’appuient en outre sur un modèle scientifique de généralisation des savoirs. Les sociétés locales, quant à elles, se réfèrent aux savoirs et savoir-faire acquis par leurs pratiques et revendiquent la singularité de leurs connaissances. Ces deux approches révèlent les difficultés d’interpénétration de formes de pensée forgées sur des modes différents d’appréhension compréhensive de la réalité. Si bien que parallèlement aux déclarations de principe internationales, qui prétendent à la nécessité d’associer les populations locales aux choix de gestion, persiste un mouvement scientifique qui considère cette alternative comme non concluante :

Dans le contexte actuel de crise du multilatéralisme, certains s’interrogent sur l’utilité de telles négociations et parlent de revenir à des conceptions plus simples de la conservation, qui prônent un retour à des mesures réglementaires excluant de facto ou de jure toute intervention humaine sur la nature. (Collectif 2010)

44Pourtant de nombreuses études (Gadgil et al. 1993, Gadgil 2005, Roué et Nakashima 2005) montrent combien les connaissances pragmatiques, expérimentales, locales peuvent informer, voire remettre en question les modèles prédictifs des scientifiques à propos des dynamiques des systèmes complexes.

45Le problème des modes de décision et de leur légitimité pour imposer les normes de conduite de gestion est au cœur des débats contemporains. Ils constituent l’enjeu essentiel dans la construction environnementale des territoires, dans leur homogénéisation ou, à l’inverse, leur diversification. Des tensions peuvent naître au niveau des différents acteurs impliqués dans cette gestion. Dans l’espace méditerranéen, elles s’observent particulièrement avec l’entrée dans les cadres mondialisés de territoires support d’activités et d’exploitations traditionnelles pour les populations locales. Ces transformations qui modifient l’environnement socioculturel de populations interrogent également les conceptions du durable et la gestion des ressources qu’elles impliquent. Les savoirs naturalistes locaux sont de plus en plus considérés comme des éléments des patrimoines locaux, qu’il convient de conserver et de valoriser de même que les diverses composantes de la biodiversité. Dans le discours international, ils passent successivement du statut de connaissances à celui d’outils de gestion, puis à celui d’objets de conservation. Aujourd’hui, ces savoirs et les pratiques qui leur sont associées tendent à être considérés comme éléments essentiels des patrimoines locaux ou nationaux, au même titre que les espèces rares ou « emblématiques » (Cormier-Salem et al. 2002). Ces aspects sont repris au niveau international dans les textes et les négociations de la Convention sur la diversité biologique (adopté lors du sommet de la Terre à Rio de Janeiro, 1992). Celle-ci fixe trois grands objectifs : conservation, utilisation durable et valorisation, en reconnaissant aux États un droit souverain sur les éléments de leur biodiversité, lequel est couplé à l’obligation de prendre en compte le rôle des communautés locales et des populations autochtones dans la conservation de la biodiversité : « Chaque Partie contractante, dans la mesure du possible et selon qu’il conviendra : […] préserve et maintient les connaissances, innovations et pratiques des communautés autochtones et locales qui incarnent des modes de vie traditionnels présentant un intérêt pour la conservation et l’utilisation durable de la diversité biologique […] » (article 8).

46Pourtant, dans la pratique, savoirs naturalistes scientifiques et populaires ne s’accordent pas nécessairement sur les politiques de gestion à mener, les premiers s’appuyant sur des formes de connaissances savantes encore très marquées par la beauté de la « nature naturelle » et la préservation d’espèces emblématiques, les autres plutôt guidés par des connaissances itératives pragmatiques qui ont conduit « involontairement », et souvent comme conséquences de rapports sociaux spécifiques, à des écosystèmes singuliers (Pinton 2002).

47Des travaux que nous avons menés à des époques différentes sur la gestion controversée de deux Parcs naturels régionaux en France, le PNR du Lubéron (Aspe et al. 2003) et le PNR du Queyras (Genin et al. 2009) montrent, par exemple pour le premier, que les représentations des milieux à protéger, conserver, développer étaient pour les scientifiques écologues les « milieux ouverts », pelouses steppiques, ce qui s’opposait aux choix des populations concernées, préférant pour leur part des forêts gérées. Dans le Queyras, de nombreuses polémiques sont nées entre agriculteurs et gestionnaires du Parc sur les dates et le nombre de coupes des foins de prés de fauche ainsi que sur l’intérêt de protéger ou non le mélèze. Dans les deux cas, se confrontent des positions divergentes sur des choix de maintien et/ou de protection d’espaces « ouverts » ou « fermés », couplés à la protection de fait de certains types d’espèces.

L’analyse des interactions sociétés/écosystèmes

48Le problème du positionnement de la sociologie dans les analyses interdisciplinaires avec les sciences de la nature vient en partie de son oscillation entre deux postures. La première consiste à proposer de transformer les préceptes fondateurs par intégration du paradigme naturel à ses systèmes explicatifs. La seconde considère que cette démarche relève de l’ouverture du chercheur et de sa capacité à intégrer la complexité explicative. Ces deux options ont été éprouvées, la première fut plus le fait de la sociologie anglo-saxonne, la seconde fut largement majoritaire en France.

49À la fin de 1973, le Council of the American Sociological Association (ASA) autorisa la formation d’un comité chargé de réfléchir sur la contribution de la sociologie à la sociologie environnementale (Dunlap et Catton 1979), qui amena à la création d’une section « sociologie environnementale » à l’intérieur de l’ASA, spécialisation officiellement reconnue en 1976.

50La précocité de cette reconnaissance par rapport à la sociologie française est en partie à expliquer par la tradition de l’écologie urbaine développée au début du siècle (1920-1930) par les sociologues de l’école de Chicago, représentée par Robert E. Park, Ernest Burgess et Donald F. McKenzie. Ces sociologues avaient pour ambition d’appliquer aux communautés humaines les concepts de l’écologie afin d’expliquer les formes d’occupation de l’espace urbain, mais aussi les « compétitions » entre différentes communautés. Ils proposèrent dans ce sens une définition de l’écologie humaine :

En l’absence de tout précédent, proposons une tentative de définition de l’écologie humaine comme l’étude des relations spatiales et temporelles des êtres humains en tant qu’affectés par des facteurs de sélection, de distribution et d’adaptation liés à l’environnement […] Le spécialiste en écologie végétale connaît bien les conséquences de la lutte pour l’espace, la nourriture et la lumière sur la nature d’une formation végétale, mais le sociologue, lui, n’a pas su reconnaître que les mêmes processus de compétition et d’adaptation sont à l’œuvre pour déterminer la taille et l’organisation écologique de la communauté humaine. (McKenzie [1925] 1979)

  • 3 Notre traduction.

51Cette tradition participe de l’ouverture des sociologues américains à la question de la nature. Mais la sociologie environnementale qui se développe au début des années 1970 va connaître un parcours finalement assez proche de celui de la sociologie française. Ce sont en effet les sociologues ruraux qui, les premiers, se questionnent à partir de trois grands axes de recherche : la fréquentation des « espaces sauvages » (wild land) (Clark et Hendee 1971), la gestion des ressources naturelles : principalement eau et forêt (Reeves et Bertrand 1969, Andrews et Geertsen 1970), et l’environnementalisme présenté comme le mouvement environnemental et l’opinion publique (Morrison 1973, Gale 1972, Dunlap 1976). C’est au milieu des années 1970 que Riley Dunlap et William Catton proposent de prendre en compte dans les analyses sociologiques la dépendance des sociétés humaines vis-à-vis de l’écosystème dans lequel elles vivent et substituent à l’Human Exceptionalism Paradigm (HEP) le New Environmental Paradigm (NEP). Les études des interactions entre environnement et société vont constituer à partir de là le corps de la sociologie environnementale américaine : « La sociologie environnementale implique la reconnaissance du fait que les éléments physiques influencent et peuvent être influencés par les sociétés et comportements humains3 » (Dunlap et Catton 1979). Ces auteurs, chefs de file de la sociologie environnementale aux États-Unis, marquent dès 1979 la volonté de considérer ce champ spécialisé de la sociologie, en continuité avec les approches de l’écologie urbaine et en rupture avec le « tout social ». Leur nouveau paradigme environnemental (le NEP) vise à concevoir la sociologie environnementale comme l’étude des interactions entre la société et son environnement physique. Dunlap et Catton indiquent par ailleurs que la sociologie environnementale a dépassé la sociologie des problèmes environnementaux (sociology of environmental issues), même si celle-ci a permis de développer des connaissances qui participent à la construction de ce nouveau champ. Par exemple l’idée d’une surexploitation des ressources naturelles amène progressivement quelques sociologues à des études plus écologiques et à l’idée d’un seuil de capacité de charge environnementale : « La sociologie traditionnelle des espaces sauvages récréatifs et de la gestion des ressources put se transformer en une réelle sociologie environnementale. » (Ibid.)

52Frederick Buttel (1987) conteste la primauté du NEP applicable à la seule sociologie environnementale, montrant que d’autres champs sociologiques tiennent compte également de facteurs extra-humains dans leur explication des faits sociaux, mais aussi qu’il existe des faits qui ne peuvent être explicables que socialement. Il affirme ainsi la nécessité d’une approche plus dialectique. Quelques années plus tard, lors d’un congrès de l’ASA, Riley Dunlap et William Catton proposèrent de remplacer la désignation de sociologie environnementale, par celle de sociologie écologique (Dunlap et Catton 1994). La nouvelle appellation semble vouloir indiquer que cette sociologie spécialisée se veut différente des autres spécialisations, plus par sa démarche et ses postures théoriques que par son champ d’intervention.

53Cette longue tradition a permis aux sociologues américains de prendre leur place dans les grands programmes de recherche internationaux, tel le programme MAB, ou bien plus récemment, en 1997, le programme international sur les dimensions humaines du changement global créé sous l’égide du Conseil international des sciences sociales.

54La sociologie canadienne, largement influencée par sa voisine, s’est à la fois inspirée des avancées de celle-ci et a construit une réflexion autour du concept d’« écosociologie » qui indique la recherche d’une autre posture théorique :

Je préfère le terme d’« écosociologie » à l’expression « sociologie environnementale », qui me semble trop marquée historiquement et géographiquement, et j’hésite encore davantage à utiliser l’expression redondante de « sociologie écologique » que Dunlap et Catton ont introduite récemment […]. Dans la période actuelle, l’intérêt se centre sur les questions globales et sur les relations entre écologie, économie et sociologie, d’où la pertinence du terme « écosociologie » pour désigner le travail accompli par les sociologues dans ces domaines. (Vaillancourt 1996)

55Les sociologues canadiens vont se différencier (ou peut-être chercher à) de leurs voisins en se situant d’emblée dans une problématique de développement, et ceci dans une perspective mondialiste :

Les écosociologues et d’autres spécialistes des sciences sociales de l’environnement qui s’intéressent à l’étude des changements globaux et spécialement aux activités humaines ayant un impact sur ceux-ci participent de plus en plus à des programmes interdisciplinaires internationaux et nationaux de recherche et d’action. (Ibid.)

56L’écosociologie au Canada se positionne en quelque sorte comme une nouvelle discipline qui prendrait en compte les connaissances de l’économie et de l’écologie dans une problématique sociologique. Elle se veut par ailleurs délibérément science de l’action et questionne de fait la place et le rôle du sociologue dans le changement social (Prades et al. 1994).

57C’est une autre voie qu’a empruntée la sociologie française en investissant en priorité la démarche interdisciplinaire avec les sciences de la nature. Elle va rencontrer ainsi le questionnement des écologues qui commencent au début des années 1970 à intégrer les interactions anthropiques dans les cycles naturels qu’ils étudient.

58Francesco Di Castri, alors directeur des sciences écologiques de l’UNESCO, dans un article intitulé « L’écologie : naissance d’une science de l’homme et de la nature » (Di Castri 1982), relate la « découverte » par l’écologie de l’homme comme partie intégrante des écosystèmes :

Le point de départ du programme MAB était l’étude de l’homme de l’« extérieur », c’est-à-dire les répercussions des activités humaines – les impacts – sur les divers écosystèmes. Puis, dans un nombre croissant de recherches, l’homme a fait, tout naturellement, partie intégrante des écosystèmes et de la biosphère, devenant le centre même des études. Ce passage de « l’homme au-dehors » à « l’homme au-dedans » de la biosphère n’est pas un simple jeu de mots. Il suppose une véritable révolution conceptuelle et surtout méthodologique puisque l’écologie a commencé à prendre en considération les éléments intangibles et non quantifiables de l’action et de l’esprit humain : la perception différente, selon les populations et les individus, du type de développement et de la qualité de la vie, leurs aspirations, le sentiment d’appartenance et le sentiment d’accomplissement. (Ibid.)

59À la fin des années 1960, les considérations ne peuvent plus être seulement d’ordre naturaliste, les hommes politiques s’interrogent sur les changements qui sont à l’œuvre dans les sociétés industrielles et incitent à la mise en place de programmes de recherche nationaux et internationaux qui puissent à la fois satisfaire les scientifiques, les mouvements contestataires, mais aussi permettre d’accompagner les inéluctables transformations des pays développés. L’approche de la complexité et la démarche systémique commencent alors progressivement à prendre corps dans la communauté scientifique, que ce soit en sciences sociales ou en sciences de la nature, et ce principalement sous l’impulsion des programmes de recherches interdisciplinaires.

  • 4 In Fiche de présentation du programme MAB, UNESCO, 1971.

60Le premier grand programme interdisciplinaire qui incita explicitement la participation des sciences sociales, est sans doute le MAB. Son lancement proposé lors de la Conférence sur la biosphère en 1968 débute en 1971. Mais les sciences sociales ne sont alors que très marginalement intégrées aux recherches, dominées très largement par les sciences de la nature. Leur « utilité » est présumée alors ne correspondre qu’à une « explication » à la société des moyens mis en œuvre par les gouvernements : « Les sciences sociales peuvent jouer un rôle utile auprès de la population en expliquant et en faisant accepter les projets gouvernementaux » (Whyte 1982). L’objectif du MAB est de « préciser, dans les sciences exactes et naturelles et dans les sciences sociales, les bases nécessaires à l’utilisation rationnelle et à la conservation des ressources de la biosphère et à l’amélioration des relations globales entre l’homme et l’environnement4 ». Dans la réalité, la contribution des sciences sociales fut très faible voire inexistante. Anne Whyte rapporte que « des 884 projets énumérés dans le système d’information du MAB (UNESCO 1979), moins de 5 % probablement peuvent être considérés comme interdisciplinaires, c’est-à-dire comme visant à associer les sciences naturelles et les sciences sociales ».

61Les représentants des sciences sociales, et en particulier les sociologues, n’étaient certes pas enclins, à l’époque, à introduire des préoccupations naturalistes dans leur problématique (préférant prendre les scientifiques comme objet d’analyse), mais les scientifiques des sciences « dures » considéraient quant à eux que ces cousins très lointains n’avaient de sciences que l’appellation qu’ils se donnaient.

62Notre longue fréquentation de ces chercheurs nous a permis de déceler chez eux deux catégories de représentation des sociologues. D’un côté, des sociologues considérés comme des « penseurs », proches des philosophes, dont les analyses sont sans doute intéressantes, mais dont le langage (proche d’une langue étrangère) est trop hermétique au commun des mortels. D’un autre, des sociologues qui s’inscrivent dans une posture d’intervention sociale et doivent servir de médiateurs entre les « découvertes scientifiques », le politique et le reste de la société. Ils peuvent donc jouer un rôle de communicants, avec le postulat qu’il existe un fossé entre sciences et société. Cette représentation est par ailleurs fortement perpétuée par le découpage de l’enseignement, primaire, secondaire, supérieur, qui conduit à différencier de manière ostentatoire « les sciences » et « les lettres », la sociologie sur le plan universitaire étant la plupart du temps rattachée aux facultés de lettres.

63Plus de trente ans après la mise en place du premier grand programme de recherche interdisciplinaire, les questions posées par la rencontre des sciences sociales et des sciences de la nature restent encore fortement d’actualité :

Une fois passée l’invocation préliminaire, et le plus souvent incantatoire, des transversalités théoriques à promouvoir, les sciences sociales sont la plupart du temps, renvoyées à leur vocation médiatrice, à l’interface entre la science et la société. L’appel à l’interdisciplinarité, voué dès lors à demeurer indéfiniment programmatique, fonctionne comme une sorte d’utopie de l’unité retrouvée de tous les savoirs, perpétuellement rêvée et jamais pratiquée, ce qui est le lot ordinaire de l’utopie. (Hervieu-Léger 2007)

64La présentation du programme MAB, par trois de ses éminents représentants, rend compte de ces préjugés :

La plupart des problèmes liés à l’utilisation de l’espace et à la gestion des ressources intéressent les sciences exactes aussi bien que les sciences sociales […] Par exemple les sociologues peuvent aider à définir les besoins en information des utilisateurs potentiels des résultats de la recherche en prenant en considération les différentes perceptions d’une situation ou d’un problème donné concernant les ressources. (Di Castri et al. 1980)

65Ces positions ne facilitent pas l’entrée en masse des sociologues dans ces programmes de recherche. Il est déjà très difficile de comprendre le langage, les concepts, les méthodes des autres disciplines, mais si de plus, et souvent indépendamment de leur bon vouloir, elles manifestent une méconnaissance quasi totale de la discipline nécessaire à leurs analyses, alors le débat risque d’avorter avant d’avoir existé. Pourtant ces programmes ont abouti indirectement à l’entrée de sociologues dans l’aventure interdisciplinaire. D’une part parce que l’appel se faisait pressant, mais aussi parce que les questions posées ne pouvaient laisser les sociologues indifférents.

66Les programmes internationaux ont été incitatifs, ils ont en quelque sorte permis de légitimer une nouvelle approche. La mise en place de programmes nationaux, qui seront beaucoup plus le fait de commandes politiques que scientifiques, permettra aux sociologues d’affirmer plus clairement quel peut être leur apport à la démarche interdisciplinaire.

L’interdisciplinarité sciences de la nature, sciences de la société

67Parallèlement aux programmes internationaux, plus familiers aux sciences de la nature, se développent sur le plan national des actions qui suscitent la participation des sciences sociales aux prémisses des démarches interdisciplinaires, timide engagement en partie lié à la nécessité de proposer des solutions aux effets négatifs des transformations économiques et sociales de l’après-guerre.

68C’est d’abord pour traiter d’un objet spatial que se sont retrouvés différents scientifiques issus des sciences sociales et des sciences de la nature, cela dans les années 1960. Les géographes, déjà présents sur le terrain, accueillent favorablement cette demande considérant que :

Dans le cas de la géographie, les études qui considèrent les hommes dans, ou face au milieu naturel sont particulièrement difficiles à distinguer de celles qui s’attachent au milieu lui-même, tel que les hommes l’utilisent et l’ont éventuellement modifié. Ceci pour une bonne raison : la géographie a toujours considéré qu’elle se situait à la charnière des sciences naturelles et des sciences sociales. Beaucoup l’ont même conçue comme la science des rapports de l’homme et du milieu. (Blanc-Pamard et Sautter 1979)

69Cette période, nous l’avons vu, est celle de la reconstruction, de l’aménagement du territoire. La prospective devient dès lors une clef maîtresse de la politique de la DATAR qui doit « imaginer le futur » pour parvenir à un rééquilibrage du territoire et contribuer à la modernisation économique. Les scientifiques sont alors sollicités pour analyser les potentialités de l’espace des sociétés paysannes en déclin.

70Les préoccupations de la DATAR sont prises en charge par différents programmes pluridisciplinaires et plus particulièrement par les comités « Lutte biologique » (1968), « Équilibre et lutte biologique » (1971), « Gestion des ressources naturelles renouvelables » (1975), « Écologie et aménagement rural » (1978) de la DGRST et le comité « Diversification des modèles de développement rural » (1983) du ministère de la Recherche. Enfin c’est surtout la naissance du Programme interdisciplinaire de recherche sur l’environnement (PIREN) du CNRS en 1978, qui officialise scientifiquement les notions d’environnement et d’interdisciplinarité.

Une histoire de marges

71Les espaces « marginaux » sont le lieu où se développent la plupart des recherches interdisciplinaires jusque dans les années 1990 (Collectif 1989). Les travaux les plus importants à ce sujet sont sans doute ceux effectués dans le cadre du programme de recherche Causses-Cévennes du PIREN. Ce programme a comme objectif « l’analyse de l’interface des facteurs du milieu et des facteurs sociaux caractéristiques des zones rurales marginalisées. Cette analyse est un préalable à une réflexion sur la possibilité de concevoir pour ces zones des dynamiques écologiques orientées vers une mise en valeur (notion de gestion écologique) » (Jollivet 1983).

72On peut se demander pourquoi les premiers programmes interdisciplinaires nationaux ont principalement porté sur des zones marginales. Lieux d’investissement de l’« utopie communautaire » (Léger 1979), ces territoires servent aussi d’observatoire pour les scientifiques qui les considèrent, à l’instar du mouvement social, comme quasi vierges d’interventions humaines. Pour le sociologue, ces lieux peuvent devenir terrain d’analyse parce que c’est aussi dans les rejets, les déchets, les marges d’une société qu’on peut analyser les repères, les valeurs, les normes de cette société. Une partie de l’espace se vide, une autre se remplit. Mais ce qui se passe dans le vide est aussi révélateur de ce qui se passe dans le plein. Évaluer des espaces qui n’ont momentanément aucune valeur économique, qui sont en quelque sorte en « réserve économique », est une attitude révélatrice de la représentation éthique de l’espace que se donne une société. Puisqu’on ne peut donner « un » critère d’évaluation, il est nécessaire d’appréhender ces « réserves » dans toutes leurs dimensions : écologique, géologique, géographique, culturelle, historique, linguistique…

73Cette approche, centrée sur un même objet, l’espace, délimité d’abord à l’échelle de la commune (années 1960-1970), fait se rencontrer des scientifiques issus de différentes disciplines, mais aussi acteurs locaux et scientifiques. L’interdisciplinarité sciences sociales/sciences de la nature en est à ses balbutiements mais se trouve d’emblée confrontée à deux grands types de difficultés : d’une part, l’ouverture nécessaire des chercheurs à des cultures scientifiques différentes de la leur, d’autre part, la confrontation directe avec les acteurs locaux. Ces difficultés existent encore, mais elles ont été génératrices de contradictions productives d’avancées théoriques et pratiques pour le développement de l’interdisciplinarité.

74Aujourd’hui se développent sur le plan universitaire des formations pluridisciplinaires sciences sociales/sciences de la nature, et cette émergence trouve son origine dans un apprentissage sur le terrain. Ce sont les rencontres autour d’une même problématique, sur un même territoire, à échelle partagée par différentes disciplines, dans une forme de bricolage, qui ont permis de constituer des questionnements qui n’auraient pu naître autrement. Nicole Mathieu repère dans cette histoire trois étapes (Mathieu 1989). Les années 1960 qui singularisent l’interdisciplinarité par la pratique de travail et non l’objet commun. Apparaît à cette époque un acteur fondamental qui joue en quelque sorte un rôle de médiateur entre les différentes disciplines, « le militant de l’action sociale » :

Pour répondre aux questions posées, chaque chercheur puise alors dans les connaissances et les méthodes de sa discipline de formation. Mais la mise en place des différentes cultures disciplinaires ne suffit pas. Il est nécessaire de faire appel à un autre type de chercheur, celui qui connaît le problème par l’expérience sociale qu’il en a. (Ibid.)

75Nicole Mathieu qualifie la deuxième période (à partir des années 1970) d’« années noires » caractérisées par le repli des chercheurs du fait de la politique sectorielle du CNRS. Pour faire carrière, il faut produire dans sa discipline, écrire dans des revues reconnues par sa discipline, être reconnu dans son domaine disciplinaire. Quelques chercheurs continuent, malgré tout, l’aventure de l’interdisciplinarité, mais plus par nécessité de regroupement due à la faiblesse des financements de recherche, que par véritable intérêt scientifique. La troisième période est marquée par la création, au CNRS, du PIREN. L’interdisciplinarité devient alors un défi scientifique, plus question de bricoler comme dans les années 1960, le langage change, la complexité devient la notion clé. Il s’agit de théoriser l’interdisciplinarité, de lui donner une assise scientifique, de la faire accéder au rang de la notoriété (Jollivet 1992). Ce programme joue alors en France la figure de proue de l’interdisciplinarité sciences sociales/sciences de la nature, par la légitimité que lui confère le label CNRS et les financements qu’il dégage pour favoriser l’intégration des sciences sociales dans les programmes de recherche sur l’environnement. Les chercheurs, issus de la première période ou travaillant un peu en « cavalier seul » (par rapport à leur organisme de rattachement ou leur laboratoire d’affectation), peuvent dès lors s’exprimer de manière plus visible, plus acceptable par la communauté scientifique.

76Mais ces chercheurs, en particulier en sociologie, restent très minoritaires. Ce handicap pour la discipline, se transformera dans les années 1990 cependant en relatif atout, dans le sens d’un investissement individuel accru des pionniers. Un « milieu d’interconnaissance » se crée progressivement, qui va permettre aux idées de circuler, aux chercheurs de se dé-marginaliser, à l’interdisciplinarité de prendre sa place officielle dans le sérail scientifique. On passe ainsi de l’enfermement confidentiel à l’ouverture affichée.

77L’ouverture à d’autres analyses, à d’autres discours, l’intégration de l’interface milieu/société a permis de repenser les principes du réductionnisme, mais pose aussi les limites de l’efficacité du concept de système et des frontières de l’objet d’analyse. À la suite de Ludwig von Bertalanffy (1973), un certain nombre d’auteurs vont essayer de proposer un langage unifié pour produire une problématique universelle du fonctionnement et de l’évolution. Les sciences de la nature questionnent les sociologues sur le fonctionnement des systèmes sociaux pour comprendre les conditions sociales de reproduction des écosystèmes, et les sociologues sont avec les sciences de la nature amenés à relativiser le déterminisme social et à considérer différemment l’interaction entre milieux naturels et comportements sociaux. Ce ne sont plus ici seulement des questions relatives à une forme d’opérationnalité, mais plus des questions portant sur la compréhension des interrelations entre transformations des milieux naturels et pratiques sociales : « Les problèmes d’environnement sont tout à la fois des problèmes naturels à dimensions sociales et des problèmes de société à dimensions naturelles. C’est de cette double nature que la recherche doit rendre compte. » (Jollivet et Pavé 1993)

78Les recherches sur l’environnement ont conduit les disciplines à aborder les objets qui leur étaient spécifiques, sous un angle nouveau, enrichi par les connaissances, méthodes et savoir-faire des autres disciplines, et de fait, à questionner leur objet avec ce nouveau point de vue. L’interdisciplinarité n’est pas une nouvelle science, elle est avant tout une démarche qui ne remet pas en cause la nécessité de l’existence de savoirs spécialisés, mais qui ouvre les frontières de chaque discipline pour aborder la complexité : « Autrement dit, même si chacune le fait à sa façon, toutes ont à converger les unes vers les autres à l’intérieur d’une problématique commune : celle qui dérive du point de vue commun. On a bien affaire dans ce cas-là à un champ de recherche propre. » (Ibid.)

Vers une rigueur théorique et méthodologique

79C’est donc en fait le champ de recherche qui a agi dans un premier temps sur les disciplines, lesquelles ont ensuite par rétroaction produit de nouveaux questionnements sur la réalité, et qui conduit aujourd’hui, face à des questions environnementales planétaires (trou dans la couche d’ozone, effet de serre, réchauffement climatique, érosion de la biodiversité) à intégrer dans l’action et la réflexion des disciplines qui travaillaient jusqu’à présent sur d’autres échelles.

80La plupart des programmes de recherche ayant une problématique environnementale réclament aujourd’hui des propositions de réponse interdisciplinaires, mais on est bien encore sur un mode incantatoire si l’on en juge par les difficultés persistantes à faire émerger de réelles avancées sur la compréhension de la complexité : « Le contraste entre la place majeure qu’occupent les discours sur l’interdisciplinarité et les difficultés avérées, que tout projet interdisciplinaire rencontre, montre l’ampleur des problèmes à résoudre. Ceux-ci sont de nature sociale, organisationnelle, mais plus encore épistémologique et cognitive » (Morange 2008).

81Le projet n’est pas mince puisqu’il requiert une reconfiguration globale des manières de penser les articulations entre différents registres de la connaissance : ceux des sciences sociales et ceux des sciences de la nature, afin de retrouver la complexité qui organise le réel.

82Deux grandes phases ont organisé ce processus, l’une marquée par une recherche épistémologique et conceptuelle, dont l’ouvrage édité sous la direction de Marcel Jollivet, Sciences de la nature, sciences de la société : les passeurs de frontières (1992), est une excellente synthèse, l’autre plus contemporaine, qui octroie à la modélisation une place primordiale pour atteindre la compréhension des phénomènes complexes. Les tentatives de produire des concepts opératoires « interdisciplinaires » ont été relativement infructueuses, mais elles ont permis de poser les jalons épistémologiques des recherches sur la complexité des systèmes sociaux dans leurs interactions avec les systèmes naturels.

83C’est par l’intermédiaire de la modélisation que se renouvelle aujourd’hui le débat interdisciplinaire entre sciences sociales et sciences de la vie. De grands espoirs sont mis dans la capacité de la modélisation à contraindre les chercheurs à s’entendre sur les questions essentielles à traiter, et de renoncer si nécessité à certaines d’entre elles.

Ses exigences formelles contraignent à énoncer de façon précise les termes des questions posées, à travailler sur des données aux caractéristiques bien définies et à suivre des règles de traitement à la fois adaptées à celles-ci et les prenant rigoureusement en compte. Cela la prédispose à être un guide rigoureux dans la confrontation entre disciplines. Et ceci au point de conduire au constat de passer en fin de compte par elle. (Jollivet 2009)

84Plusieurs types de modélisation sont développés, notamment dans ce qu’il est convenu d’appeler les procédures d’accompagnement aux processus de décision : gestion adaptative (Holling 1978), approche patrimoniale (Ollagnon 1989), systèmes multi-agents (Barreteau 1998, Collectif ComMod 2005), analyse stratégique et jeux de rôles (Adger 2000). L’ensemble de ces approches cherche à prendre en compte non seulement les données et questionnements des chercheurs, mais aussi, et de manière interactive, l’ensemble des acteurs qui ont à voir avec la problématique posée. Les données scientifiques doivent dans cette perspective être « modélisables » et intégrer les questions que se posent les décideurs.

85Ces différentes tentatives qui ont le mérite de se situer dans une action citoyenne de la science peuvent questionner les sciences sociales sur leur réelle efficacité épistémologique. La place des sciences sociales, et en particulier de la sociologie, reste problématique. Tout d’abord, parce qu’il est peu dans la tradition de celles-ci de modéliser leurs données, et encore moins de se prêter au jeu de la prospective. Elles préfèrent opérer sur des constats et analyses concernant le passé et le présent, et se gardent de prévoir des dynamiques sociales peu prévisibles. Même au sein de l’économie, discipline pourtant réputée pour son attachement aux modèles prospectivistes, des voix s’élèvent à la manière de Philippe Couty pour mettre en garde contre la fascination du modèle : « Le défi qui se pose aux chercheurs en sciences sociales, ce n’est pas – ou si peu – de fabriquer des modèles. C’est d’abord de bien écrire. Le reste leur sera donné de surcroît. » (Couty 1996). Et de se questionner sur les recettes qu’on essaie d’exporter dans les pays du Sud alors qu’« on ne sait voir et faire voir que ce qui existe ». (Ibid.)

86L’utilisation contemporaine du concept de résilience, issue de la physique, utilisée en psychanalyse puis en écologie, pénètre aujourd’hui la sphère des sciences sociales. Il permet de repenser les dynamiques de l’écosystème en considérant ses capacités de résistance aux perturbations et celles à retrouver un équilibre toujours instable mais qui a « appris » des désorganisations antérieures. Ce concept commence à être utilisé en sciences sociales comme adaptation aux changements sociaux et/ou environnementaux par l’intermédiaire d’organisations sociales appropriées (Adger 2000). Sciences sociales et sciences de la nature se retrouvent donc bien dans l’idée d’une approche dynamique des écosystèmes et des systèmes sociaux, mais peut-il y avoir d’autres perspectives que celle de suivre ces dynamiques si ce n’est en temps réel, du moins sur des échelles de temps propres à ces deux systèmes ?

87La pratique de l’interdisciplinarité n’apparaît plus cantonnée aux marges de l’approche scientifique mais les enjeux que soulève cette démarche n’en demeurent pas moins toujours d’actualité. Trois questions semblent aujourd’hui centrales dans la pratique et la théorisation de l’interdisciplinarité. La démarche interdisciplinaire permet d’inscrire la réflexion sur les concepts et le vocabulaire spécifique à chaque discipline au cœur d’un débat sur les formes de diffusion et d’appropriation du discours scientifique. De la clarification conceptuelle peut alors apparaître la complexité de la réalité sociale et naturelle observée par l’analyse des dynamiques réciproques. Ce dernier point se heurte à la difficulté de dépasser les différences de postures de recherche entre disciplines éloignées au profit d’une méthodologie commune. L’approche systémique de la réalité comme le recours à la modélisation peuvent constituer des chemins communs à arpenter (Jollivet et Legay 2005). La rigueur méthodologique apparaît aussi comme la garantie d’une égale représentativité des disciplines impliquées dans les projets de recherche, les programmes interdisciplinaires restant souvent dominés par une discipline, et principalement par les sciences de la vie (Leroy 2004). L’enjeu de construction d’une démarche interdisciplinaire n’est pas seulement scientifique, il est aussi social et politique. L’ambition de cette approche complexe n’est pas uniquement de répondre à une demande sociale, mais aussi, par effet de rétroaction, de mettre au jour des enjeux et des questionnements sociaux et politiques nouveaux.

88Les avancées qui ont conduit à une autre posture sociologique ne doivent pas masquer les problèmes épistémologiques qui se posent encore pour le sociologue, même si celui-ci est enclin à l’ouverture à d’autres démarches disciplinaires. Le côtoiement pluridisciplinaire rendu possible a engendré des effets non prévus par les programmes de recherche : les scientifiques et leurs discours divergents sont devenus objet d’analyse pour les sociologues. On peut alors soulever la question suivante : comment organiser un partenariat si l’analyse nécessite précisément l’éloignement ? En d’autres termes, comment à la fois s’enrichir des connaissances des autres disciplines dans la compréhension du social, tout en resituant celle-ci comme produit social sous-tendant des stratégies d’acteurs ?

89De plus, l’approche analytique de la sociologie et le nécessaire recul par rapport à son objet d’analyse correspondent difficilement à la demande de plus en plus pressante des décideurs politiques, de solutions à court et à long termes pour résoudre les problèmes environnementaux immédiats et penser une gestion différente pour l’avenir. Alors que la plupart des sociologues français restent encore fortement sceptiques sur une collaboration possible avec d’autres disciplines, physiciens, chimistes, généticiens, naturalistes s’interrogent sur les limites de leurs champs, et mettent en avant la nécessité du regard des sciences de l’homme sur leurs objets, méthodes, résultats.

90Il semblerait même quelquefois qu’il n’y ait pas de meilleurs défenseurs des sciences humaines que ceux qui y sont relativement étrangers. D’éminents spécialistes des sciences de la nature ou des sciences de l’univers prêchent avec vigueur le rapprochement entre spécialistes de la nature et spécialistes de la culture, pour « une vision unifiée de la nature et de la société » (Rosnay 1995), ou reconnaissent une rigueur aux sciences sociales qui peut rivaliser sans complexes avec celle des sciences dites « exactes » ou « dures » : « Il suffit de remarquer que des sciences parmi les plus “dures” restent essentiellement observationnelles (l’astrophysique et la cosmologie), cependant que les sciences humaines peuvent être capables des protocoles expérimentaux d’une impeccable rigueur » (Lévy-Leblond 1996).

91De leur côté, les sciences de la vie ont aussi relativisé leurs approches disciplinaires en abandonnant certains concepts peu propres à rendre compte des interactions dynamiques entre nature et société. Par exemple, le renoncement progressif aux concepts de « climax » ou « d’équilibre naturel » au profit d’une approche dynamique et contextualisée des écosystèmes témoigne du repositionnement contemporain de certains écologues, préférant utiliser aujourd’hui le paradigme de « co-changement », qui oblige à mettre l’accent sur les processus d’adaptation par le changement :

La planète Terre et la vie qu’elle porte parcourent ainsi, au fil du temps, une histoire faite de changements de plus en plus intimement imbriqués, entre le vivant et le non-vivant. Un mot pour caractériser cette histoire : le « co-changement ». Celui-ci se manifeste en outre au sein même du vivant : le « co-changement » peut aller jusqu’à la « co-évolution » d’espèces devenant étroitement co-adaptées. (Blandin 2009)

92L’intégration des dimensions humaines et sociales à la compréhension des milieux naturels permet de dépasser l’opposition manichéenne entre un homme destructeur et une nature nécessairement menacée acceptant ainsi la dimension construite de la nature (Lévêque 2008).

93Ces réflexions font écho au travail de recherche interdisciplinaire que nous avons mené sur les canaux d’irrigation agricole en Provence. Ce projet interdisciplinaire sciences sociales/sciences de la nature visait à montrer comment des structures anciennes de gestion de l’eau, les canaux d’irrigation agricole, conçues dès le Moyen Âge comme technique liée à la seule production agricole, ont en réalité à travers les siècles rempli de multiples fonctions écologiques et sociales, qu’il convenait de mettre en évidence afin de les inscrire dans une réflexion contemporaine sur le développement des territoires. Ces réseaux hydrauliques constituent aujourd’hui des équipements structurants incontournables pour le milieu rural, ou faudrait-il dire péri-urbain. En effet, ces canaux, créés pour certains depuis le xiie siècle, fonctionnaient sur une gestion collective, qui permettait dans le cadre d’une activité agricole forte, d’irriguer des ensembles territoriaux vastes. Cette activité qui visait des fins productives avait, et a toujours, des incidences indirectes « non recherchées » : recharge de nappe, développement de ripisylve et diversification de la faune piscicole, elle-même liée à des biotopes particuliers. S’ajoutent aujourd’hui l’utilisation par les riverains de ces eaux canalisées pour l’arrosage de leur jardin, voire le remplissage de bassins d’eau d’agrément ou encore la gestion du risque d’inondation ou l’arrosage des espaces verts pour les collectivités locales. Ainsi, avec la transformation des besoins économiques et le développement de la question environnementale, on assiste à une diversification d’usages qui restent méconnus car peu en relation avec la finalité première de ces canaux. Cette multiplicité peut entraîner localement des conflits d’appropriation qui ne sont pas résolus dans une perspective globale, mais au coup par coup et en fonction d’intérêts particuliers et conjoncturels : construction de lotissements, détournement sur espace privé, aménagement de voie routière… Par ailleurs, les savoirs sur le « partage de l’eau » et les savoir-faire d’entretien, développés depuis des siècles dans ce domaine, sont aujourd’hui « en voie de disparition », conséquence directe du déclin de l’activité agricole. Le non-entretien des canaux a des conséquences immédiatement visibles : modification de paysages, inondations de parcelles dans lesquelles les canaux ont été « oubliés » et recouverts par des constructions, mais aussi des conséquences moins spectaculaires comme la modification de la répartition de certaines espèces piscicoles. Les résultats de cette recherche, en mettant en exergue les nouvelles dynamiques sociales et écologiques des canaux agricoles, apportent une réflexion sur les formes de leur gestion. Ainsi, les canaux d’irrigation assurent aujourd’hui de nouvelles fonctions écologiques, réservoirs de biodiversité, dynamiques écologiques des milieux, qui se traduisent dans le renouvellement des formes de leur gestion. Dans ce cadre, il n’est pas possible de comprendre la dynamique écologique des canaux d’irrigation sans les resituer dans l’histoire de leurs utilisations et les qualifications sociales successives de leurs fonctions. De même, la dynamique sociale à l’œuvre dans l’évolution des usages et des conflits autour de l’eau agricole a des conséquences écologiques. Pour le sociologue, il s’agit d’intégrer cette nouvelle dimension écologique dans la compréhension des stratégies de gestion et d’appropriation des ressources naturelles, replaçant les conflits et rapports sociaux dans des logiques territoriales (Aspe 2012).

  • 5 Voir le site Internet www.aeres-evaluation.fr/Publications/Methodologie-de-l-evaluation/Listes-de- (...)

94De nombreux travaux du même type sont relatés dans la revue Natures Sciences Sociétés créée en 1993 et qui depuis est devenue « une revue de veille et de controverse pour la recherche interdisciplinaire » (Billaud et al. 2010). Cette revue a joué un rôle fondamental dans le développement et surtout la reconnaissance scientifique de la démarche interdisciplinaire sciences sociales/sciences de la nature. Le projet de départ était d’emblée très ambitieux et surtout peu conforme aux traditions éditoriales puisque, outre la volonté de publier des articles originaux, mettant en évidence une approche pluridisciplinaire, il s’agissait d’« aller de la demande du citoyen à la démarche scientifique et technique, à ses résultats, à leur usage parfois sans rapport ou en contradiction avec le point de départ, tout cela en prenant en compte les différents modes d’organisation des sociétés et leur degré de développement technologique » (Jollivet et al. 1993). Aujourd’hui on peut considérer que ce pari est réussi, la revue a su maintenir la qualité et la variété des articles, et elle est encore une des rares à permettre à la démarche interdisciplinaire de s’exprimer : « La revue est bien un lieu d’expression “libre” de chercheurs dont les disciplines sont plutôt corsetées dans le carcan de la reconnaissance scientifique, ce qui alimente une large expression de champs disciplinaires, des sciences du vivant aux sciences de l’ingénieur jusqu’aux mathématiques, à la philosophie, etc. » (Billaud et al. 2010). Même si elle n’est pas encore suffisamment référencée dans les bases de données internationales, sa mention dans la liste de revues de sciences humaines et sociales de l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES)5 témoigne du large chemin parcouru depuis sa création et de la reconnaissance de son excellence scientifique.

95L’interdisciplinarité sciences sociales/sciences de la nature semble devenir de plus en plus une démarche incontournable dans les recherches sur l’environnement, mais il nous semble qu’un écueil doit être évité par le chercheur, celui de prétendre se transformer en sociologue quand il est écologue ou l’inverse. En effet, les bailleurs de fonds, sensibles à la présentation de résultats qui engagent la sphère du naturel et du social, se font de plus en plus pressants auprès de jeunes chercheurs pour que ceux-ci réalisent des recherches leur donnant satisfaction sur ces deux plans. Il n’est de ce fait pas rare aujourd’hui que des travaux d’étudiants en écologie présentent des « enquêtes » qu’ils ont effectuées pour rendre compte de « ce que les gens pensent », ou bien des travaux en sciences sociales réinterprétant des données écologiques. Il y a ici un risque de confusion par la fusion non maîtrisée. La démarche interdisciplinaire ne peut « s’enseigner » que jusqu’à un certain point. Il est possible d’expliquer aux étudiants quel est son intérêt, de leur présenter des résultats de travaux, des méthodologies expérimentées, mais seules la confrontation lente avec les autres disciplines et les acteurs de terrain, les discussions longues et contradictoires, les mises en débat des paradigmes disciplinaires, etc. nous semblent pouvoir apporter cette « culture interdisciplinaire » qui ne peut être le simple placage de ce qu’on sait ou qu’on croit savoir des théories et méthodes des autres disciplines. La démarche interdisciplinaire a su jusqu’à présent se développer tout en gardant beaucoup de rigueur, ce qui est à la fois sa force et sa faiblesse, car les avancées sont lentes, mais c’est aussi la condition sine qua non de sa poursuite.

96Parallèlement à cette recherche de rigueur et ces questionnements épistémologiques, couplés à des échelles de temps long d’apprentissage et de réflexion, d’autres types de travaux se généralisent, qui tranchent avec cette posture dans le sens où les réponses des chercheurs s’établissent plus dans l’urgence, face aux situations d’incertitude et de « risques » : ce sont les travaux d’expertise.

Notes

1 Programme de recherche pluridisciplinaire financé par l’UNESCO qui débuta en 1971.

2 L’article 1er stipule : « Seules les activités pacifiques sont autorisées dans l’Antarctique. Sont interdites, entre autres, toutes mesures de caractère militaire telles que l’établissement de bases, la construction de fortifications, les manœuvres, ainsi que les essais d’armes de toutes sortes. Le présent Traité ne s’oppose pas à l’emploi de personnel ou de matériel militaires pour la recherche scientifique ou pour toute autre fin pacifique. » Et l’article II ajoute : « La liberté de la recherche scientifique dans l’Antarctique et la coopération à cette fin, telles qu’elles ont été pratiquées durant l’Année Géophysique Internationale, se poursuivront conformément aux dispositions du présent Traité. »

3 Notre traduction.

4 In Fiche de présentation du programme MAB, UNESCO, 1971.

5 Voir le site Internet www.aeres-evaluation.fr/Publications/Methodologie-de-l-evaluation/Listes-de-revues-SHS-sciences-humaines-et-sociales.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site