Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La moisson des marins-paysans

 | 
Pascale Legué-Dupont

Le bassin de Marennes-Oléron

Texte intégral

1En Charente-Maritime, dans la région littorale dénommée pour raison commerciale le bassin de Marennes-Oléron, l’ostréiculture est l’activité économique qui prédomine depuis la fin du xixe siècle, époque à laquelle l’huître devint produit de culture.

  • 1 Les figures ou photos pour lesquelles nous n’indiquons pas l’origine sont de l’auteur.

2Le bassin de Marennes-Oléron a la forme d’un quadrilatère. Il est situé au nord du Bassin aquitain. Ouvert sur le grand large au nord à la hauteur de l’estuaire de la Charente et au sud par le pertuis de Maumusson, il est protégé à l’ouest par l’île d’Oléron et délimité à l’est par la côte. Deux rivières, la Charente et la Seudre, l’alimentent en eau douce (fig. 1)1.

3Ce bassin est composé de deux espaces fondamentaux : l’estran, qui appartient au Domaine Public Maritime (DPM), et dont une partie est concédée par l’Administration Maritime aux exploitations conchylicoles parmi lesquelles les exploitations ostréicoles sont les plus nombreuses ; et le marais (principalement celui de la Seudre et, pour une plus petite part, ceux de Brouage et d’Oléron), situé à cheval sur le Domaine Public et le domaine privé, qui « s’interpose entre la mer et les plaines calcaires du centre ouest, des contrées argileuses aussi verdoyantes au printemps que jaunâtres à la fin de l’été et à blanc d’eau l’hiver » (Regrain, 1980).

4En ces lieux où la terre et la mer se pénètrent et finissent par se confondre, la situation géographique ne peut présenter une réalité définitive. Les zones d’activité ne peuvent être formellement dessinées en raison de la nature du sol (slikke), de la modification continuelle des fonds sur l’estran, et dans le marais en raison de la pénétration irrégulière de l’eau de mer dans les bassins qui rend difficilement cernables ses limites.

5Pourtant, on distingue trois territoires relativement homogènes spatialement, qui correspondent à des zones d’exploitations spécialisées. Chacun de ces espaces joue un rôle prédominant dans l’une des trois phases du cycle ostréicole :

  • la région de Port-des-Barques/St Froult, la plus au nord du bassin, située à l’embouchure de la Charente et à proximité des principaux gisements naturels d’huîtres est destinée au captage ;
  • au centre du bassin, dans le secteur compris entre Bourcefranc/ Marennes et l’île d’Oléron (St Trojan, le château d’Oléron, Ors, Boyardville) se pratique l’élevage ;
  • enfin, le marais qui borde la Seudre dont les principales communes ostréicoles sont La Tremblade, Arvert, Étaules, Chaillevette, Mornac, l’Éguille sur la rive gauche, Luzac, Artouan, Nieulle et Souhé sur la rive droite, est le haut lieu de l’affinage.

Figure 1. Les communes ostréicoles du bassin de Marennes-Oléron (Ifremer).

6Jadis, environ jusqu’à la création des ponts d’Oléron et de la Seudre dans les années 1960, les ostréiculteurs limitaient leurs pratiques au cadre physique et à l’écosystème environnant. On était spécialisé comme capteur, éleveur, affineur.

7L’amélioration des réseaux routiers et ferroviaires, l’évolution des transports maritimes, mais aussi la transformation du mode de commercialisation, ont invité les ostréiculteurs charentais à diversifier leur activité professionnelle par l’acquisition de nouveaux espaces d’exploitation. Maintenant les établissements ostréicoles dans leur grande majorité réalisent toutes les phases du cycle de production de l’huître, captage, élevage, affinage.

8En réalité, plus que l’aspect géographique, ce qui constitue l’homogénéité de ce bassin ostréicole tient à la dominance de sa production : l’huître. Mais elle tient encore à une certaine uniformité des pratiques techniques et à une histoire commune.

L’ostréiculture, un passé récent

9Alors que l’ostréiculture est une activité récente, elle est réputée porteuse de tout un passé : même les Romains la connaissaient, dit-on. En réalité, la genèse de cette « culture » est liée à l’émergence de la portugaise (Crassostrea angulata) et le souvenir de cet événement, sorte de mythe d’origine véhiculé par les générations, fait aujourd’hui partie du patrimoine oral ostréicole.

10L’aventure de cette huître portugaise débuta, a-t-on supposé, dans les eaux des mers orientales, à l’époque des grandes découvertes. Fixée aux coques des bateaux, notre huître voyagea vers le Portugal où elle s’implanta naturellement. L’homme, à ce que l’on raconte, lui fit parcourir la seconde partie de son trajet vers la France. En effet, à partir de 1860, des exploitants du bassin d’Arcachon l’importèrent du Tage (Portugal) pour tenter de repeupler les bancs naturels sur lesquels les huîtres plates, pillées, se raréfiaient.

11On rapporte qu’en 1868, date tenue pour historique bien que différents documents consultés situent ce fait en 1865 ou en 1866 (Héral et al, 1981), un bateau à vapeur, Le Morlaisien, participait au transport de ces huîtres du Portugal vers Arcachon. Peu avant d’entrer dans le port français, une tempête se leva qui contraint le capitaine du bateau, Hector Patoizeau, originaire du Château d’Oléron (Charente-Maritime), à se réfugier dans l’embouchure de la Gironde. Il y demeura ancré plusieurs jours (photo 1). Au cours de cette attente, la cargaison s’abîma. Aussi, le capitaine reçut-il l’ordre de gagner le large pour rejeter à la mer son chargement avarié. Incompréhension ou faute, il procéda en fait à l’opération près de la côte « entre Richard Talais et le Verdon sur la rive gauche du fleuve » (Manuel des pêches maritimes françaises, 1903). Quelques coquillages encore vivants trouvèrent là un milieu favorable à leur développement et furent si prolifiques qu’ils formèrent bientôt de véritables gisements.

Photo 1. Plaque commémorative apposée à la porte des pêcheurs au Château d’Oléron (cliché P. Legué).

12La portugaise entama ensuite naturellement, au fil des courants, la troisième étape de son périple et progressa jusqu’au Havre du Payré (Vendée) qu’elle atteint en 1879, non sans avoir pénétré le bassin charentais de l’estuaire de la Seudre et celui de la Charente. Elle couvrit les côtes de l’Aunis dès 1875 et s’appropria quelques banches de l’île de Ré en 1878 (Papy, 1941).

13Tout d’abord rejetée par les affineurs d’huîtres plates installés sur la rive gauche de la Seudre, l’huître portugaise fut accueillie comme une manne par une multitude d’individus de condition pauvre : marins, journaliers, paysans. Ceux-ci furent à l’origine d’un nouveau groupe professionnel ostréicole. Ils s’établirent sur la rive opposée à celle des affineurs, à Marennes, à Bourcefranc-le-Chapus, et plus tardivement à Oléron.

14Face à une agriculture et à une monoculture huîtrière alors en déclin dans cette région, l’huître apparaît comme la seule alternative : « c’était l’eldorado » disent aujourd’hui les ostréiculteurs. Une résistance opiniâtre à l’huître allogène, « les encombrantes portugaises », fut alors engagée pour les exploitants d’huîtres « indigènes » (Hervé, 1935), les Marennes. « Opposons une barrière énergique à ce flot immonde, déclarons une guerre d’extermination à l’huître du Portugal, laissons piller les bancs qu’elle a envahis, que partout elle soit traquée sans relâche. » (Dr Leroux in : Grelon, 1978).

15Le conflit cultural qui s’engagea fut suscité par la crainte des affineurs exploitant les Marennes de voir l’espace de reproduction de la plate envahi par la portugaise. En réalité, cet argument était fallacieux puisque rapidement les observateurs purent constater que ces huîtres n’évoluaient pratiquement jamais dans les mêmes zones (fig. 2). Cette lutte contre l’envahisseur fut aussi provoquée par l’appréhension d’une hybridation entre les deux espèces bien qu’elles fussent biologiquement différentes (fig. 5). D’ailleurs, l’appartenance de la portugaise (on la désignait alors sous les termes scientifiques de Gryphea angulata, ou vernaculaire de gryphée) à l’espèce des huîtres était mise en doute par les affineurs et quelques naturalistes de l’époque (Ranson, 1951).

16Cette opposition culturale et génétique sous-tendait en réalité un double antagonisme. L’un était socio-économique. Il se traduisit sur le plan local par une distinction entre l’Huître du riche, la noble « Marennes » (termes orthographiés avec une majuscule dans les ouvrages du début de ce siècle) et l’huître du pauvre, la portugaise, produit de la fange, dont les affineurs disaient qu’elle conservait « le goût de la vase sur laquelle elle vit ». Chacune de ces espèces avait son territoire, le marais pour la plate, l’estran pour la portugaise. A chacune était attaché un univers social différent, rival même, qui faisait se confronter les groupes des deux rives.

17Le second aspect de cet antagonisme était culturel. En effet, dans cette région, avant la portugaise, on ne peut parler d’ostréiculture. D’ailleurs le terme lui-même ne fut mentionné pour la première fois qu’en 1877 dans le tome III du dictionnaire de Littré [ostréicole, ostréiculteur (1882)].

Figure 2. Les gisements huîtriers (d’après Grelon, 1978).

18Avant de devenir culture, l’acquisition de l’huître était une activité de cueillette et de pêche. Les huîtres pêchées à la drague ou ramassées à pied sur gisements naturels étaient ensuite « jetées pêle-mêle sans aucune précaution » (Diderot, 1765) à l’engraissement – à l’affinage dirions-nous aujourd’hui – dans des bassins aménagés dans le marais à cet effet (cette opération d’affinage n’est pas indispensable avant la consommation du coquillage).

19Le passage de la cueillette à la culture fut marqué par une transformation technique majeure : le captage des larves d’huîtres sur collecteurs artificiels. À l’origine de ce procédé, deux hommes : Coste, savant naturaliste à qui l’État avait demandé de trouver une solution à la crise que traversait l’activité économique huîtrière en raison du pillage des gisements naturels ; et de Bon, chef de service de la Marine à Saint-Servan (Ille-et-Vilaine). Leurs actions, menées indépendamment l’une de l’autre, leur permirent de conclure de façon empirique à la possibilité de fixer le naissain d’huîtres sur des supports artificiels. De Bon à Saint-Servan posait un plancher à 15 centimètres du sol des parcs ; Coste, en baie de Saint-Brieuc, faisait immerger des fascines au-dessus des gisements naturels (fig. 3 et 4).

Figure 3. a. Fascine des huîtrières de Saint-Brieuc ; b. rameau d’une fascine (Coste, 1861).

Figure 4. Plancher collecteur à compartiment multiple (Coste, 1861).

20Si en Bretagne, puis à Arcachon, cette technique de captage artificiel fut progressivement intégrée par les huîtriers locaux à leur processus de travail, elle ne fut jamais employée en Charente-Inférieure (aujourd’hui la Charente-Maritime) pour le captage des huîtres plates (Ostrea edulis), les Marennes. Les gisements naturels de plates avaient d’ores et déjà été décimés dans cette région. Les huîtres qu’on y élevait étaient, à cette période, importées de Bretagne ou d’Arcachon.

21Produit naturel pendant quelques milliers d’années, l’huître n’est plus depuis l’émergence de la portugaise voilà à peine plus d’un siècle, que produit culturel. La frontière entre le naturel et le culturel, le sauvage et le domestique s’est en quelque sorte estompée. Non qu’il y ait rupture entre nature et culture, non qu’il n’y ait pas d’alternative, mais plutôt que l’un est constitutif de l’autre comme l’huître est constitutive de l’ostréiculture et l’ostréiculture de l’huître. Depuis la portugaise, la destinée de l’huître, son histoire éthologique, se confond avec l’histoire de l’ostréiculture. L’huître et l’ostréiculture sont assujetties l’une à l’autre. Leurs évolutions sont simultanées. Le groupe se fonde dans cette histoire, sa dynamique est ancrée dans ce passé, dans ce qui est pour eux tradition. Et pourtant ce passé est récent et manque d’un véritable fonds culturel. Il n’existe aucune fête, aucun saint, ni la moindre croyance ou légende, qui soient spécifiques à cette communauté ostréicole. C’est dire à quel point sur cette côte littorale de la Charente, l’huître incarne à elle seule une culture dans laquelle les individus qui en vivent viennent puiser leur identité.

22Il faut cependant rappeler que l’huître elle-même n’est pas à proprement parler cultivable. Ce n’est que par analogie que ce terme est employé pour « certains animaux fixés » (Le Petit Robert, 1988). Sa reproduction et sa croissance sont naturelles, indépendantes de toute intervention humaine, de tout apport de substances artificielles.

23Quoique le processus de reproduction soit largement connu aujourd’hui, il n’est maîtrisable qu’en laboratoire. Le captage demeure donc par définition imprévisible, non quantifiable, énigmatique même. C’est pourquoi l’ostréiculture conserve encore à ce jour un caractère aléatoire, inconnaissable...

24Le caractère aléatoire de cette profession est renforcé par la vulnérabilité du produit lui-même. Les disparitions successives de deux des espèces cultivées le confirment. En 1920, une probable épizootie détruisit l’ensemble du cheptel (terme exclusivement employé par les scientifiques) d’huîtres plates dans cette région. Le bassin vécut alors une nouvelle ère de prospérité avec la portugaise. Cette prospérité fut de courte durée : l’année 1967 marque les prémices d’un affaiblissement du coquillage. Les huîtres, racontent les ostréiculteurs, furent atteintes de la « maladie des branchies » et les moules, commensales des huîtres, envahirent les parcs. En 1971, une épizootie détruisit définitivement les huîtres portugaises sur toute cette zone littorale.

25L’expérience d’implantation d’une nouvelle espèce d’huître menée quelques années avant cette catastrophe (en 1966) par les scientifiques de 1TSTPM (Institut scientifique et technique des pêches maritimes), aujourd’hui Ifremer, mais aussi, quoique séparément, par des ostréiculteurs locaux, favorisa la réinsertion rapide d’une autre huître creuse, la Crassostrea gigas, originaire du Pacifique et plus communément dénommée la japonaise (fig. 5).

26En 1972, une cinquantaine de tonnes d’huîtres mères (huîtres reproductrices âgées d’au moins quatre ans) achetées au Canada furent introduites dans le bassin. L’expérience, tentée dans le cadre de l’opération RESUR (comme résurrection), fut concluante et permit un essor sans précédent de la production. Celle-ci fut exceptionnelle en quantité comme en qualité au cours des années 1972 et 1973.

27À ce jour, l’augmentation des temps d’élevage de la japonaise (pour obtenir une huître marchande il fallait deux années en 1973, actuellement il en faut près de quatre) serait la conséquence, selon les scientifiques d’une mauvaise gestion du bassin par les professionnels (Héral, 1986). En effet, tandis que la capacité nutritionnelle du bassin est naturellement limitée et ne peut être améliorée par l’apport de substances artificielles, la production s’accroît et à l’inverse la croissance de l’huître ralentit.

Figure 5. Deux espèces d’huîtres cultivées en France.
a : l’huître creuse (Crassostrea gigas ou huître japonaise) ; b : l’huître plate (Ostrea edulis) (d’après Héral, 1986).

28Malgré des incertitudes passées et actuelles, l’ostréiculture est tout à fait vivante. Elle emploie localement près de 9 000 personnes (permanentes et saisonnières). Cette estimation est toutefois très approximative puisqu’en dehors des 2 370 concessionnaires et des 3 000 (chiffre approximatif) ouvriers permanents recensés auprès des services administratifs maritimes (Monographie conchylicole, 1985) ou agricoles, le reste du personnel permanent, généralement familial et de sexe féminin, n’est enregistré comme employé auprès d’aucun service administratif. Les saisonniers ne sont pas mentionnés.

29Une enquête, qui s’était déroulée à Marennes-Oléron en 1988 sous l’égide de l’Ifremer, fait état de : 2 789 permanents familiaux, environ 2 000 ouvriers ostréicoles permanents, 2 700 saisonniers ou familiaux dont on fait l’hypothèse qu’ils résident tous en Charente-Maritime, 1 800 aides familiales saisonnières, soit un total approximatif de 9 280 personnes employées dans le bassin ostréicole de Marennes-Oléron. Ce chiffre global, assez comparable à l’estimation des Affaires Maritimes de 1985, permet de constater que l’ostréiculture emploie à elle seule 4 % de la population rurale de Charente-Maritime (au recensement de 1982, il y avait 510 000 habitants en Charente-Maritime dont 240 000 pour la population rurale).

  • 2 À Marennes-Oléron, la quasi-totalité des 3 265 hectares (Monographie conchylicole, 1985) de surfac (...)
  • 3 La majorité de ces informations ont été recueillies dans L’Atlas des pêches et cultures marines en (...)

30En outre, sur le plan national, l’ostréiculture réalise, à l’élevage, un chiffre d’affaires supérieur au milliard de francs ; ce qui représente une valeur comprise entre le cinquième et le quart du produit des ressources vivantes en France. L’huître, à l’élevage, est la première ressource maritime nationale devançant même la pêche (Ifremer, 1986). La production aquacole française s’élève à environ 160 000 tonnes dont 110 000 tonnes pour l’ostréiculture pour un chiffre d’affaires de 1,3 milliard (ces chiffres datent de 1986). Cette production est réalisée sur 20 640 ha de surfaces concédées2 et 1 500 km de bouchots3. Plus de 50 % de ces huîtres sont commercialisées par les ostréiculteurs de Marennes-Oléron. Preuve s’il en est de la vitalité de cette activité et de son actualité. On constate une nouvelle évolution liée à une stratégie de développement de l’ostréiculture charentaise, l’huître japonaise est aujourd’hui élevée sur tout le littoral français, signe d’un dynamisme certain.

31Après un rapide survol de la géographie et de l’histoire générale du bassin ostréicole de Marennes-Oléron, il ne saurait être question de passer sous silence l’histoire des conditions juridiques relatives aux espaces exploités : l’estran et le marais. C’est en effet un élément déterminant pour une meilleure compréhension de ce sujet.

L’estran : Domaine Public Maritime

32Deux problèmes se posent à l’égard du Domaine Public Maritime : la question de sa délimitation et celle de son utilisation par des personnes autres que l’État.

33La délimitation de ce domaine relève d’une législation ancienne. Celle-ci prend naissance avec l’ordonnance de Moulins de février 1566. Depuis lors, le rivage et les grèves appartiennent au domaine de la Couronne. Le domaine maritime devint inaliénable et imprescriptible. Ce droit est important, car il affirme la liberté de la pêche et interdit par ailleurs « aux seigneurs des fiefs voisins de la mer et à tous autres de lever aucun droit en denier ou en espèce sur les parcs et pêcheries ou sur les pêches qui se font en mer » (Valin, 1756, in : Boucard, 1982).

34L’ordonnance de Colbert d’août 1681 vint réaffirmer ce droit et délimiter cet espace à « tout ce que la mer couvre et découvre pendant les nouvelles et pleines lunes et jusqu’où le plus grand flot de mars peut s’étendre sur les grèves ». C’est ce que nous désignons sous le terme d’estran.

35Par le décret du 9 janvier 1852, l’estran devient Domaine Public. L’article 2 de ce décret pose le principe qu’aucun établissement de pêche ne peut être formé sans une autorisation ministérielle, et qu’un règlement d’administration publique déterminera les formes suivant lesquelles ces autorisations pourront être accordées ou retirées. En outre, ces concessions attribuées à titre précaires sont révocables. « Aucun établissement de pêcherie de quelque nature qu’il soit, aucun parc soit à huîtres, soit à moules, aucun dépôt de coquillage ne peuvent être formés sur le rivage de la mer, le long des côtes, ni dans les parties des fleuves, rivières, étangs, canaux où les eaux sont salées, sans autorisation spéciale délivrée par le ministre de la Marine. »

36Selon les décrets des 4 juillet 1853 et 19 novembre 1859 les autorisations d’installation de parcs à huîtres ou à moules se devaient d’être gratuites, précaires, personnelles et individuelles, intransmissibles.

37Malgré l’autorisation qu’accordait l’Administration Maritime aux demandeurs de terrain, et ce jusqu’en 1872, on ne payait pas de redevances domaniales. L’Administration n’intervenait jamais dans la création des parcs et la réglementation était aussi vague qu’on pouvait le souhaiter. Les professionnels, que l’on désignait alors sous le terme générique de pêcheurs, qu’ils fussent marins ou paysans, s’emparaient de l’emplacement qui leur plaisait, de la surface qui leur convenait, et les délimitaient à l’aide de balises, sans plus de formalités. Ce fut à ce moment que l’exploitation du Domaine Public Maritime prit une grande extension, même si l’accès à ces parcs ne pouvait se faire qu’à pied car les bateaux étaient encore fort rares.

38Voulant mettre un frein à l’appropriation incontrôlée du Domaine Public Maritime par des particuliers, l’Administration Maritime procéda à l’établissement d’un cadastre ostréicole. Les claires, sartières et établissements sur le Domaine Public Maritime furent pénalisés et vendus. Dans le même temps était fixée une taxe afférente à chacune des concessions, accordées, à titre précaire et révocable, à chaque concessionnaire. Toutefois, il fut spécifié dans l’arrêté du 17 avril 1873, que « dans l’intérêt des Inscrits Maritimes, de leurs femmes, veuves ou enfants mineurs, cette catégorie serait dispensée de la redevance ».

39L’application du décret sur l’Inscription maritime va être à l’origine de conflits entre l’Administration Maritime et les paysans. “D’un côté”, écrit J. Boucard (1982), « l’Administration considère les côtes habitées par des peuples sauvages et des individus cupides, de l’autre les paysans n’acceptent pas une tutelle de la Marine, sur un domaine qu’ils considèrent leur appartenant, la côte ».

40Toutefois, afin d’obtenir des concessions plus facilement et de ne pas payer de redevance, beaucoup de ces paysans-pêcheurs se firent enregistrer comme Inscrits Maritimes. Rappelons ici brièvement que tout marin français, se livrant professionnellement à la navigation et immatriculé comme tel sur les registres de l’Administration des Affaires Maritimes, est un Inscrit Maritime.

41Deux décrets, du 21 décembre 1915 et du 28 mars 1919, ont réglementé l’activité ostréicole jusqu’en 1983. La caractéristique de cette législation fut l’établissement d’un système de concession d’une durée de 25 ans maximum, renouvelable, avec la possibilité de mutation après décès au profit d’ascendants ou de descendants, ou de transfert à des tiers par voie de cession, dans certaines conditions.

  • 4 Monsieur l’Administrateur Macé fut chef de quartier de Marennes-Oléron de 1964 à 1966. Ce Plan fai (...)

42Dans le souci, « de n’accorder à l’avenir que des concessions dont la surface soit économiquement rentable tout en sauvegardant au maximum les légitimes intérêts des jeunes demandeurs non encore pourvus et ceux des exploitants familiaux » (Plan Macé, 1965)4, une réglementation locale fut proposée par le chef du quartier de Marennes de l’époque, auteur de ce plan, afin de ne plus accorder les concessions maritimes qu’aux professionnels. « Il est désormais nécessaire d’être titulaire de 35 ares pour pouvoir bénéficier d’une cession... L’ostréiculteur bénéficiaire de la cession devra compléter sa surface détenue à 70 ares dans un délai de cinq ans... » (Plan Macé, 1965). Le Plan Macé (paru le 21 avril 1965) n’a de valeur juridique que depuis 1983, date à laquelle il fut repris dans le cadre de la « politique des structures » (décret du 22 mars 1983). Ce plan sert aujourd’hui encore de critère de base pour l’attribution des parcs dans le bassin de Marennes-Oléron et reste applicable à l’ensemble des ostréiculteurs de cette région.

43Depuis le décret du 22 mars 1983, la durée des concessions est portée à 35 ans, « pour rapprocher cette durée de la durée moyen d’activité d’un conchyliculteur et tenir compte de l’accroissement du coût d’investissement » (CIDAM, 1986). En outre, suite à la politique de décentralisation engagée par le Gouvernement français depuis 1983, la portion de terrain (50 mètres), la plus haute sur l’estran et longtemps désignée sous le terme de terre plein, est administrée depuis cette date non plus par les services des Ponts et Chaussées qui jusqu’alors géraient les concessions individuelles, mais par les Affaires Maritimes qui en concèdent une partie aux communes. Ce sont donc maintenant les communes qui sont chargées de gérer les parcelles attribuées aux conchyliculteurs. Ces derniers pour exercer leur activité sur ces concessions doivent donc obtenir une double autorisation : celle des Cultures marines (Affaires Maritimes) et celle de la commune qui concède.

44L’une des principales justifications à la promulgation du décret du 22 mars 1983 tient au désir de l’Etat de limiter une certaine autonomie dans le mode de gestion des concessions par les ostréiculteurs lors des transmissions de patrimoine ostréicole (« mutation après décès ») et « lors de transferts à des tiers par voies de cession ». En effet, lors des cessions, les concessionnaires cédants avaient coutume de choisir leur successeur et de percevoir officieusement une indemnité dont le montant était évalué en fonction d’une valeur estimée par les professionnels selon les critères de rentabilité du terrain concédé. Cette pratique était d’autant plus illégale que le Domaine Public Maritime n’a pas de valeur foncière.

45Par le décret du 22 mars 1983, l’Administration supprima, sans solution de remplacement, le droit de cession des concessions autorisé par les anciens textes de 1915 à 1919, et contrôla de plus près les mutations. Mais devant la résistance opiniâtre de la communauté ostréicole face à cette décision, l’État publia un nouveau décret (JO, décret n° 87756 du 14 septembre 1987, annexe). Par ce décret, deux dispositions majeures se mettent en place, d’une part l’Administration modifie le système des redevances domaniales et reconnaît une valeur d’exploitation aux concessions, d’autre part elle instaure un droit de substitution qui vient remplacer le droit de cession supprimé par le décret du 22 mars 1983. Les transactions dont les concessions faisaient l’objet entre professionnels doivent être aujourd’hui officialisées. Le rôle de l’État dans la gestion des concessions s’est accru.

46Ce décret apporte un changement majeur dans le rapport que l’État entretient avec le concessionnaire et risque dans les années à venir de modifier profondément, par la transformation des modes de transmissions du patrimoine, les structures sociales internes à la société ostréicole.

Le marais : propriété privée, Domaine Public

Marais doux/Marais salés

47Les marais de la côte saintongeaise sont depuis le Moyen Âge, le cadre d’une activité humaine vouée à l’agriculture, à la production de sel et plus tardivement à la conchyliculture. Leurs voies d’eau ont également servi dans le passé à un important trafic maritime, favorisé ultérieurement par la construction du port de Brouage. Cependant, l’ensemble de ces activités a toujours dépendu d’un assainissement et d’un aménagement hydraulique des zones marécageuses.

48En Charente-Maritime, le terme générique de marais désigne des espaces géographiques distincts, liés à des activités spécifiques. Trois types de paysages se partagent les marais charentais (fig. 6) : les marais plats (désignés ici comme marais doux), les marais salés et les marais ostréicoles. La nature et l’action humaine se combinent différemment pour créer ces divers types de paysages (Regrain, 1980).

49L’activité humaine en Charente-Maritime est, aujourd’hui encore, très liée aux marais. Ceux-ci, doux ou salés, couvrent une superficie d’environ 100 000 ha, soit un cinquième de la surface agricole utile du département, une bonne partie étant située en dessous du niveau des plus hautes mers (Mercier, 1986).

50Propices à l’activité agricole, les marais doux, alimentés en eaux douces, se subdivisent en trois types de marais : les marais de fond de vallée, submersibles ; les marais mouillés ; les marais desséchés. Les marais désignés comme salés, ceux qui nous intéressent ici, sont alimentés en eau de mer et aménagés en bordure de rivage. Des marécages concédés à des abbayes et des seigneuries furent, dès le xe siècle, transformés en marais salants et servirent jusqu’à la fin du xixe siècle, et dans certains lieux jusqu’au xxe siècle, à la production du sel. Les exigences techniques et hydrauliques ont donné au marais salé sa configuration actuelle.

51La production du sel sur cette côte ayant été progressivement délaissée, les marais salants abandonnés se « gâtèrent » et se transformèrent en marais gâts, comme ce fut le cas des marais de Brouage. Dans son ouvrage Géographie physique et télédétection des marais charentais, R. Regrain (1980) note la phrase de L. Papy (1931) selon laquelle « c’est bien un cimetière que ce rivage », et ajoute qu’ « en effet cela s’applique parfaitement aux anciens marais salants, appelés marais gâts : un cimetière de modalités d’aménagements, toutes tendues vers la production manufacturière du sel. Le travail effectué a été si intense et si permanent durant des siècles que B. Palissy (1580) ne voyait d’entreprise comparable que la construction de Paris ; aussi l’opinion prévaut-elle que nulle part on ne trouve de traces de marais non-aménagés pour le sel, surtout à Brouage. (...). L’étude systématique par photographies aériennes contrôlées sur le terrain, en particulier au cours de campagnes topographiques a montré que deux cinquièmes de la surface du marais de Brouage par exemple étaient formés de prises de marais dans lesquelles aucune trace d’aménagement humain n’était visible, pour lesquelles a été proposé le terme de marais plats ».

Figure 6. Les marais de Charente-Maritime (DDAE, 1986).

52En Seudre, les marais salants et les marais gâts ont progressivement été transformés en bassins à poissons et en claires à huîtres. L’eau y pénètre par de nombreux chenaux de marée « plus larges que ceux que l’on peut identifier dans le marais de Brouage » (Regrain, 1980).

Origine et évolution des marais salés

53Les marais ostréicoles sont principalement situés de part et d’autre des rives de la Seudre. Les salines d’Oléron et les marais gâts de Brouage, transformés tardivement, occupent des surfaces moindres.

54Selon les services cadastraux, « les marais ostréicoles de Marennes-Oléron comportent dans le cadre du domaine cadastré, un parcellaire dénommé “claires” sur une surface d’environ 3 000 ha... La surface utile d’environ 2 500 ha est constituée par une mosaïque de petits bassins d’environ 5 ares de surface en moyenne, soit 50 000 claires » (DSF, 1982). Ces chiffres, quoique approximatifs, indiquent l’espace occupé par l’ostréiculture dans la région de Marennes-Oléron. Celle-ci ne couvre que 30 % de la surface totale des marais charentais.

55Seules les spécificités des marais salés seront ici considérées. Ainsi, la production du sel fut donc la première activité présente sur le marais et lui imposa-t-elle sa forme. Les salines furent édifiées sur les côtes basses des zones marécageuses. Pour la construction d’une saline, on commençait par délimiter un territoire et l’isoler des effets directs de la marée en élevant une digue ou taillée. L’entité ainsi constituée était appelée une prise. La prise était alors l’ensemble des marais salants alimentés par un même réservoir. Aujourd’hui, ce terme a perdu de son sens et désigne une étendue de marais sans qu’il soit fait nécessairement référence à son organisation. À l’intérieur de la prise était construite la saline proprement dite, constituée de bassins (jas ou branches, gourmats, muants, aires...) et d’un système hydraulique spécifique (fig. 7). Mise en parallèle à la description des marais ostréicoles, cette présentation des marais salants permettra de mieux saisir l’évolution et les transformations du marais salé.

Décadence et reconversion des salines

56La décadence des marais salants qui avaient assuré la richesse du pays jusqu’au xviie siècle peut s’expliquer par la lourdeur des impôts, la création de salines dans le midi de la France, le retrait de la mer et le manque d’entretien des voies d’eau. Tous ces phénomènes, conjugués à une économie difficile, conduisirent l’industrie du sel à la ruine. Une reconversion totale et définitive s’acheva vers le milieu du xixe siècle. Les salines furent transformées en marais de claires (fig. 8).

Outils : a Servion pour tirer le sel sur la vie ; b Boguet ; c Demi-hectolitre pour mesurer le sel ; d Pallette pour boucher les brassours ; e Panier pour porter le sel ; f Rouable pour attirer le sel des aires ; g Pelle pour enlever les boues et limer ou unir les pièces du marais ; h Bêche ; i Ferrée ; k Gourmas ou conduit en bois ; 1 Trous et chevilles pour n’extraire du gourmas que la quantité d’eau nécessaire ; m Bondon pour boucher le gourmas ; n Piquet pour percer les brassours ; o Saugoires pour attirer le sel dans le panier ; p Permis pour alimenter les pièces du marais.

Figure 7. Plan figuratif et détaillé d’une portion de saline formant une prise de marais salants. Règlement Le Terme (1926).
Plan : on appelle Prise de Marais l’ensemble des Champs de Marais qui sont alimentés par un même jas ou réservoir.
A Chenal ; B Ruisson ; C Varaigne ou clapet ; D Jas ou branches ; E Gourmas ou mieux grosmal ; F Conches ; G Ameseau ou amedeau ; H Importans ; I Mors ; J Charget ; K Tables ; L Pertuis ; M Muant ; N Brassours ; O Aires ; P Aquorement ; Q Taillées ; R Bosses ; S Loges du Saunier ; T Sartières ; U La vie ; V Croix ou croisures ; X Vettes ou velles ; Y Anternons ou anternaux.

Figure 8. La prise du Petit Geoffrit (St-Just-Luzac) (Geiger, 1987). Extrait cadastral 2003.
Les structures extérieures du marais salant (taillée, cale de débarquement) furent conservées lors de la transformation en marais ostréicole. A l’intérieur, il fut parcellisé en claires de 4 à 10 ares. Le système hydraulique fut aussi modifié.

57Ceci était pourtant formellement prohibé puisqu’un des articles du Règlement général sur les marais de l’arrondissement de Marennes (Le Terme, 1926-1939), qui a force de loi aujourd’hui encore, stipulait : « il est défendu de faire des claires ou réservoirs à huîtres et autres coquillages, à moins de vingt mètres (soixante pieds) de distance des rivières, digues, taillées et autres dépendances du marais ».

58Malgré cet interdit, les huîtres investirent les marais salants. Bien avant le xixe siècle, elles avaient déjà conquis les rivages puisque les riverains, sauniers ou non, déposaient leurs huîtres dans les gardours – sortes de mares rudimentaires – et se servaient de ces dépôts en attendant de les vendre. Les gardours furent ensuite remplacés par de véritables bassins d’affinage construits sur les schorres, « les claires ou réservoirs sont ordinairement au bas des sartières... elles n’appartiennent pas au marais, à moins que le maître ne les ait faits à ses dépens » (Diderot, 1753, tome XIV, « Salines »).

59La conquête de ces terrains par une population généralement pauvre ne se fit pas sans conflits. En effet, l’implantation désordonnée des claires donnait lieu à de nombreuses plaintes émises par les riverains et les usagers des voies d’eau : tel batelier reprochait aux claires d’accélérer l’envasement des chenaux entravant ainsi la navigation, tel autre déposait plainte, le halage le long de la Seudre étant rendu difficile.

60En l’absence de réglementation précise concernant l’occupation du Domaine Public Maritime, les claires y furent donc aménagées sans aucune autorisation et chacun des constructeurs s’en attribuait la propriété. « Les clairées (..) sont (...) où le premier occupant les a faites ; (...) le premier qui les a construites en est le propriétaire, on les fait sans aucune mesure... » (Diderot, 1753, tome XIV, « Salines »).

61Condamnation, confiscation d’huîtres et amendes n’enrayèrent pas ce développement anarchique sur le Domaine Public Maritime. Ce n’est que vers la seconde moitié du xviiie siècle que l’autorité royale accepta l’aliénation de certaines parcelles submersibles des bords de Seudre. Cette aliénation fut confirmée par l’arrêté du 7 décembre 1779 par lequel le maréchal duc de Richelieu (petit-neveu du Cardinal) avait obtenu « la concession des atîerrissements formés le long de la Seudre dans l’ensemble du comté de Marennes ». Le terme de concession doit être entendu dans le sens d’une aliénation d’un bien public à titre définitif et non dans le sens donné aujourd’hui, d’une autorisation temporaire. Des bornes en Seudre, encore visibles, appelées bornes Richelieu, marquent la limite de cette concession.

62Ce fut seulement sous Louis-Philippe que par l’ordonnance du 6 octobre 1841 ont été posées les bases légales de l’aliénation des terrains submersibles des bords de Seudre. Ce texte montre clairement la volonté du roi d’accorder aux pêcheurs la pleine propriété de leurs claires : « Considérant que les nombreux dépôts d’huîtres et autres coquillages ont été établis dans le lit de la Seudre et de ses affluents, ainsi que sur la portion des rives qui auraient dû être conservées libres, causent un dommage considérable à la navigation ; considérant toutefois que le commerce des huîtres a pris beaucoup d’extension et que, loin de le restreindre, ce sera le favoriser que de substituer à la possession précaire des détenteurs actuels des claires une possession à titre de propriétaire, qu’ils pourront transmettre à leur famille... »

Les communes ostréicoles du bassin de Marennes-Oléron
(cf. fig. 1)
Sur l’île d’Oléron
• Saint-Denis d’Oléron
• La Brée-les-Bains
• Saint-Georges d’Oléron
• Saint-Pierre d’Oléron
• Dolus d’Oléron
• Le Château d’Oléron
• Saint-Trojan-les-Bains
Sur la rive droite de la Seudre
• Port-des-Barques
• Saint-Froult
• Moeze
• Hiers-Brouage
• Bourcefranc-le-Chapus
• Marennes
• Saint-Just-Luzac
• Nieulle-sur-Seudre
• Le Gua

Sur la rive gauche de la Seudre
• L’Éguille
• Mornac-sur-Seudre
• Breuillet
• Chaillevette
• Étaules
• Arvert
• La Tremblade

63Cette ordonnance tenta de donner satisfaction aux deux parties en présence en divisant les terrains submersibles des bords de Seudre en deux zones : l’une réservée au besoin de la navigation et du halage, les claires entravant la circulation devant y être détruites ; l’autre zone de sartières au contraire concédée aux pêcheurs. La limite entre ces deux zones fut fixée « à dix mètres au moins de la ligne où le sol cesse d’être naturellement couvert d’herbes ».

64Un décret impérial du 26 mai 1866 confirmant l’ordonnance royale entérina l’aliénation d’une partie du Domaine Public Maritime en bord de Seudre, et ordonna la vente de ces terrains par l’Administration des Domaines qui devait en fixer le prix.

65Ce n’est qu’en 1880 que la vente des parcelles de claires de la baie de Seudre fut achevée. Les ventes et aliénations des claires de sartières en bordure de Seudre semblaient être un fait acquis jusqu’à l’intervention de la Direction départementale de l’équipement (DDE) en 1984 à l’occasion d’un conflit opposant la commune d’Arvert à un propriétaire : la commune désirait acquérir ses claires pour y installer une cale de débarquement. La DDE, informée du projet d’acquisition, contesta la propriété de ces parcelles à titre privé : « ...j’ai constaté que celles-ci étaient par les plus grands flux de l’année recouvertes par la mer. Je vous rappelle que le rivage a été défini par l’ordonnance de la marine d’août 1651 comme étant tout ce que la mer couvre et découvre et jusqu’où le plus grand flot de mer peut s’étendre » (Lettre adressée au propriétaire des claires par l’ingénieur des Travaux publics de l’État de la subdivision de Royan). Parallèlement, la DDE faisait savoir aux notaires de la région que les actes de propriété portant sur les terrains submersibles des bords de Seudre étaient entachés de nullité. La profession s’émut grandement. L’un de ses organismes professionnels (la section régionale de Marennes-Oléron), conscient de l’importance du problème, engagea des recherches sur l’historique de la propriété des claires, prouvant, documents à l’appui, que le Domaine Public Maritime avait effectivement été aliéné et vendu en baie de Seudre (Flamand, 1985).

Figure 9. Marais salés. Claires de sartières et claires endiguées (d’après Mercier, 1986).

66Le marais est donc composé de deux types de claires : les claires de sartières qui, sauf en Seudre, sont sur le Domaine Public Maritime et les claires construites dans le marais endigué qui font partie de la propriété privée. Seules les claires de sartières créées et endiguées postérieurement à 1963 sont simplement concédées à leur utilisateur par les Affaires Maritimes (fig. 9). On constate toutefois que la délimitation de la portion littorale qui forme l’estran fait aujourd’hui encore l’objet de litige entre État et particuliers, ce qui conditionne la relation des uns avec les autres.

67Cette présentation générale géographique, historique, juridique de l’ostréiculture charentaise, résumée en définissant le cadre de cet univers professionnel, a permis de souligner la diversité et la complexité de l’univers ostréicole. On pourra ensuite observer qu’à chaque espace, sont attachés des techniques et des savoirs particuliers, mais aussi qu’en raison d’une législation spécifique de chaque domaine ostréicole (Domaine Public, Domaine Public Maritime, propriété privée), les modes de transmission du patrimoine professionnel diffèrent.

Notes

1 Les figures ou photos pour lesquelles nous n’indiquons pas l’origine sont de l’auteur.

2 À Marennes-Oléron, la quasi-totalité des 3 265 hectares (Monographie conchylicole, 1985) de surfaces exploitées sur le Domaine Public Maritime, sont concédés pour la culture de l’huître creuse. La surface moyenne des concessions dans ce bassin est inférieure à 0,5 ha, ce qui est faible, non en comparaison de la moyenne nationale qui est de 0,34 ha, mais en regard des surfaces exploitées concédées dans des quartiers comme Saint-Brieuc ou Paimpol, où la surface moyenne des concessions oscille entre 1 à 10 ha.

3 La majorité de ces informations ont été recueillies dans L’Atlas des pêches et cultures marines en France (Chaussade et Corlay, 1988), ouvrage qui fournit un grand nombre de données quantitatives et statistiques, tant sur l’économie et la production que sur la population ostréicole française.

4 Monsieur l’Administrateur Macé fut chef de quartier de Marennes-Oléron de 1964 à 1966. Ce Plan fait état d’une décision de l’Administrateur mais ne fit pas l’objet d’une modification légale, ni même d’un décret.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Les communes ostréicoles du bassin de Marennes-Oléron (Ifremer).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1277/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 582k
Légende Photo 1. Plaque commémorative apposée à la porte des pêcheurs au Château d’Oléron (cliché P. Legué).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1277/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 854k
Légende Figure 2. Les gisements huîtriers (d’après Grelon, 1978).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1277/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Figure 3. a. Fascine des huîtrières de Saint-Brieuc ; b. rameau d’une fascine (Coste, 1861).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1277/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 671k
Légende Figure 4. Plancher collecteur à compartiment multiple (Coste, 1861).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1277/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 859k
Légende Figure 5. Deux espèces d’huîtres cultivées en France.a : l’huître creuse (Crassostrea gigas ou huître japonaise) ; b : l’huître plate (Ostrea edulis) (d’après Héral, 1986).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1277/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Figure 6. Les marais de Charente-Maritime (DDAE, 1986).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1277/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1277/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Légende Outils : a Servion pour tirer le sel sur la vie ; b Boguet ; c Demi-hectolitre pour mesurer le sel ; d Pallette pour boucher les brassours ; e Panier pour porter le sel ; f Rouable pour attirer le sel des aires ; g Pelle pour enlever les boues et limer ou unir les pièces du marais ; h Bêche ; i Ferrée ; k Gourmas ou conduit en bois ; 1 Trous et chevilles pour n’extraire du gourmas que la quantité d’eau nécessaire ; m Bondon pour boucher le gourmas ; n Piquet pour percer les brassours ; o Saugoires pour attirer le sel dans le panier ; p Permis pour alimenter les pièces du marais.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1277/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Légende Figure 8. La prise du Petit Geoffrit (St-Just-Luzac) (Geiger, 1987). Extrait cadastral 2003.Les structures extérieures du marais salant (taillée, cale de débarquement) furent conservées lors de la transformation en marais ostréicole. A l’intérieur, il fut parcellisé en claires de 4 à 10 ares. Le système hydraulique fut aussi modifié.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1277/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Légende Figure 9. Marais salés. Claires de sartières et claires endiguées (d’après Mercier, 1986).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1277/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 431k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site