Version classiqueVersion mobile

Une terre en partage

 | 
Vanessa Manceron

Conclusion

Texte intégral

1Le fil de l’ouvrage se tisse autour de la question de « savoir de quelle manière et pour quelles raisons les hommes se lient entre eux et forment ensemble des groupes dynamiques spécifiques » (Elias 1981 : 232). Plus spécifiquement, mon propos a été de comprendre comment des groupes différenciés et hiérarchisés forgent ensemble une société localisée, comment et pour quelles raisons le cloisonnement est générateur de lien social.

2L’apparente contradiction de penser le lien et la frontière se résout dans un autre paradoxe : celui de découvrir que la relation se crée dans la confrontation. Ce système social entièrement sous tensions, au sein duquel personne ne peut ou ne veut faire l’économie du désaccord, n’est pas le signe d’un dysfonctionnement général, imputable à l’éclatement d’une collectivité rurale dont les groupes trop diversifiés ne parviennent pas à vivre ensemble. Les antagonismes et les frictions, tout au contraire, forcent à échanger, ils obligent la relation. Comme l’écrit Georg Simmel, « dans les faits, ce sont les causes du conflit […] qui sont véritablement l’élément de dissociation. Une fois que le conflit a éclaté […], il est en fait un mouvement de protection contre le dualisme qui sépare, et une voie qui mènera à une sorte d’unité » (1999 : 265).

3La confrontation, en tant que l’une des formes les plus actives de la socialisation, apparaît même comme nécessaire et recherchée. Dans ce monde incertain, les hommes en ont besoin pour se définir, pour confirmer la distinction et pour se reconnaître mutuellement. Si les heurts naissent de la rencontre d’intérêts individuels et/ou collectifs contradictoires, ils apparaissent surtout comme un régulateur des rapports sociaux, témoignant de la quête incessante des termes d’une vie possible ensemble.

4La cohésion sociale se construit dans la tension plutôt que dans le consensus, dans l’agrégation des différences plutôt que dans le partage de traits culturels en commun. La Dombes n’abrite ni une collection d’individus ni une communauté, elle forme une société locale constituée dont les membres, séparés par des inégalités et des altérités, se resserrent et tiennent ensemble dans l’opposition.

5Cependant, encore faut-il qu’il existe un objet autour duquel se disputer, sinon tout le monde se côtoierait sans doute dans la plus grande indifférence. Ces hommes, qui se trouvent rapprochés par les circonstances, ne seraient pas associés sans le partage d’un intérêt commun. Ce commun, c’est le territoire qu’ils arpentent, une terre de discordes médiatrice de la relation des hommes entre eux. Partager un espace où les activités, les usages et les droits se superposent crée nécessairement de l’interdépendance. Cette qualité est particulièrement exacerbée en Dombes et c’est sans doute là une propriété importante des milieux exondés. C’est autour de l’étang que l’ensemble des usagers se retrouve et entre en relation, qu’ils racontent la stratification sociale au travers d’une hiérarchie d’accès à l’eau. L’eau est un peu comme la matrice de cette société composite et hiérarchisée, un élément structurant qui participe de sa formation. Elle fait le lien parce que c’est une de ses propriétés physiques que d’obliger à la concertation dès lors que, domestiquée et canalisée en réseau, elle franchit les limites des propriétés. Elle est commune, car elle concentre en un étang tous les usages agraires, récréatifs et patrimoniaux de l’espace rural. Enfin, elle est un enjeu collectif qui depuis longtemps déborde le cadre local. Dès le xviiie siècle, la contrée apparaît comme un « bien commun » dont la mise en ordre « naturelle » et « sociale » ne relève pas de la seule responsabilité de la communauté locale. Les aménagements hydrauliques, censés rendre le territoire vivable et exploitable, ont été pris en charge par la bourgeoisie citadine. Celle-ci a fait du contrôle de l’eau la marque de son prestige et de son pouvoir local ainsi que la justification de son emprise foncière. Sur ses pas, de nouveaux acquéreurs et usagers urbains se sont succédé avec une intensité accrue depuis trois décennies. L’eau demeure un enjeu de pouvoir pour son appropriation. Elle constitue une ressource collective autour de laquelle les acteurs interdépendants se retrouvent et se resserrent, ce qui rend ce milieu particulièrement apte à rendre compte des échanges qui se tissent entre des groupes cloisonnés.

6La Dombes est depuis longtemps le lieu de la rencontre, ou plutôt de l’imbrication de la ville et de la campagne. Les hommes ont ici une longue habitude de la cohabitation des différences et sont experts à manipuler ces relations. Donner du sens aux conflits revient donc à échapper au paradigme de la dualité ville/campagne. D’une part, ils ne sont pas le seul produit de la mondialisation récente : les turbulences liées à la présence d’acteurs qui tendent à investir les villages ne sont pas, toutes, nouvelles. D’autre part, il n’est pas ici de communautarisme local, assailli par des forces extérieures ou par les incursions agressives d’une société urbaine, qui tienne. La dichotomie réductrice ne résiste pas aux multiples niveaux de hiérarchisations et d’oppositions qui se jouent à l’intérieur même du tissu local. La société se construit avec la participation et sous le regard des « extérieurs ». Comme l’écrit Michel Marié, « l’étranger sous toutes ses formes, dans toutes ses gradations, est le miroir réfléchissant sans lequel une société ne peut produire sa culture » (1989 : 143). La société dombiste ne raconte pas l’histoire d’une incommunicabilité des cultures urbaines et rurales. Elle est un composite, un bricolage d’identités multiples qui interagissent entre elles et qui finissent par forger, ensemble et dans le temps, un espace social spécifique, proprement dombiste.

7On est frappé à cet égard par la malléabilité du système et par sa capacité à intégrer les nouveaux venus. Quand ils sont attaqués en justice à la suite de la création d’un étang ou bien quand ils découvrent avec stupeur une rangée de chasseurs sur la chaussée de leur étang, ceux-ci sont immédiatement tenus de faire l’apprentissage des enjeux locaux que recouvrent les usages. Ils peuvent échouer lors de cette mise à l’épreuve dès lors qu’ils se montrent incapables de privilégier les arrangements tout en tensions et de reconnaître l’existence d’un ordre hiérarchisé. Cela met au jour une logique qui consiste à empiéter sans cesse sur les prérogatives d’autrui, comme un jeu de gagne-terrain qui vise, au moyen de l’appropriation de l’espace et des rapports de force, à trouver sa place ou tenter de la maintenir au sein d’une organisation sociale préexistante qui se modifie du même coup. De la sorte, on peut dire que les conflits d’usage sur le territoire participent d’un processus complexe, où il s’agit tout à la fois de reproduire la hiérarchie et de la transformer, de proclamer son identité dombiste tout en modifiant son acception et en jouant des différents registres qu’elle peut recouvrir.

8Expliciter le dynamisme de la société revient ainsi à échapper à l’idée d’un choc frontal entre un changement de nature exogène et une permanence locale en forme de résistance. Il faut en quelque sorte entrer dans l’échiquier local pour le modifier. C’est ce que s’emploient à faire les nouveaux propriétaires et locataires car il n’y a rien de tel que d’être exclu d’une société pour avoir envie d’en être et de la transformer (ibid.). Les conflits jouent à cet égard un rôle déterminant. Ils sont le signe non d’une société qui flanche et craque mais de son dynamisme et de sa capacité à assimiler la nouveauté. S’ils résultent des transformations à l’œuvre, ils sont surtout eux-mêmes créateurs de changements. Ils reconfigurent l’organisation sociale, les rapports au milieu et les systèmes de valeurs, donnant lieu à des stratégies adaptatives qui émanent tant des anciens que des nouveaux, des « authentiques » que de ceux en passe de « devenir dombistes ».

9Au travers des tensions, se révèle un système mouvant avec des alliances et mésalliances fluctuantes qui rendent aussi la cohabitation possible. Un grand propriétaire, qui entre en conflit avec un autre au sujet d’une spoliation de droits d’eau, peut dans le même temps s’asseoir à côté de lui lors d’une réunion du syndicat des pisciculteurs pour défendre la profession. Il lui arrive également de se plaindre des affûteurs qui viennent chasser sur son étang mais il défendra ce droit coutumier en vertu de la tradition, pour s’opposer à d’autres propriétaires qui portent atteinte de manière plus évidente à ses privilèges. Enfin, il peut se disputer sur les terres en fermage avec un agriculteur qui, quelques semaines plus tard, viendra néanmoins lui prêter son tracteur pour pêcher son étang.

10Dans ce monde de l’incertain, les échelles de hiérarchie et les solidarités se redéfinissent perpétuellement dans la confrontation, les appartenances se renforcent, se scindent ou se créent, mais chacun conserve en tête l’essentiel pour que cela tienne : s’inscrire dans un ordre hiérarchisé en perpétuant l’échange entre catégories sociales et permettre de la sorte à la société de se reproduire, de se transformer tout en restant elle-même.

  • 1 L’expression renvoie à la définition de Georges Condominas : « L’espace déterminé par l’ensemble d (...)

11Les modalités traditionnelles d’accès au territoire – la propriété, la location et les usages coutumiers – sont restées jusqu’à aujourd’hui le cadre structurant de la société dombiste, par lequel le changement arrive – affaiblissement de la grande propriété bourgeoise – et par lequel il est assimilé. Cependant, les positions et les inégalités sociales déterminées par l’accès à la terre et à l’eau ne recouvrent plus le même ensemble de significations. La grande propriété, que ses possesseurs ont rêvée et conçue comme un « espace social total1 », comme un « cosmos » qui organisait et contenait le monde en une propriété, est battue en brèche. Le pouvoir traditionnel s’est progressivement vidé de sa substance et ne peut plus véritablement s’exercer : la terre n’est plus le lieu de dépendance économique, le pouvoir politique a changé de mains, le droit de propriété est concurrencé par le statut du fermage. Restent les privilèges : la maîtrise hydraulique et l’appropriation de la nature et de ses fruits sauvages. C’est là que se cristallisent aujourd’hui les tensions entre les hommes, ce qui fait apparaître des formes de cohésion et d’opposition dont la dimension collective est plus prégnante qu’autrefois. Les enjeux de la domestication et de l’appropriation du milieu se déplacent et se déclinent de plus en plus sur le registre de l’identité face à l’ensemble diversifié de la société locale : il s’agit surtout de se reconnaître entre pairs et de penser sa différence avec autrui. L’enjeu essentiel est la revendication d’une identité dombiste pour faire siennes les prérogatives liées à cette appartenance.

12Les critères de la différenciation se transforment également. Aux inégalités économiques et statutaires se superposent des représentations contrastées au milieu qui se révèlent de plus en plus structurantes. L’eau de la coutume, qui s’inscrivait dans le contexte d’une utilisation agricole du terroir, pourvoyeuse d’une légitimité à gérer le milieu vis-à-vis de la population locale devient une eau chargée de symboles moins agraires qu’ostentatoires. Les conflits autour de l’alimentation des étangs en témoignent. L’eau devient l’enjeu de stratégies agonistiques, comme un objet-prétexte à se disputer, au détriment d’une gestion de la rareté.

13Sur les terres en fermage et autour des étangs, les enjeux de la relation entre fermiers et propriétaires se déplacent également. Les échanges en tension, qui reposaient sur la terre comme support d’activité économique et qui se lisaient dans la problématique propriété/usage, se cristallisent aujourd’hui autour de rapports contradictoires au milieu. Ceux-ci construisent des formes d’oppositions nouvelles qui débordent ce système traditionnel de relations. La césure entre espace de chasse et espace de culture, entre gens de la terre et gens des étangs, est entérinée.

14L’évolution des pratiques cynégétique et du droit coutumier de l’affût témoigne également d’une modification de la signification de l’usage. Entre l’affût « bon enfant » et le syndicat comme groupe de pression qui s’oppose aux chasseurs récents, de nouvelles alliances et mésalliances se cristallisent. S’il est encore question de « gros » et de « petits », les enjeux des conflits deviennent identitaires, alors qu’ils n’étaient autrefois que des manières de réifier les positions sociales existantes et les rapports de dépendance personnelle.

15D’un terroir ordonné par la propriété et les usages, on passe progressivement à un terroir ordonné par des représentations contrastées du milieu et par des distinctions de rang, d’ordre plus symbolique. Ce processus souligne des lignes de clivage social différentes et perpétue dans le même temps les logiques antagonistes de cette société. On assiste à une dynamique dévoilant une forme de permanence symbolique de la hiérarchie : ce qui est en jeu au travers de la revendication d’une légitimité à agir sur le terroir, ce ne sont plus le pouvoir et les échanges asymétriques mais l’accumulation de privilèges à imposer un aménagement spécifique du milieu et à faire partie de cette société locale.

16Les chasseurs s’opposent entre eux au travers de l’accès au canard. Les agriculteurs s’opposent entre eux au travers de l’accès à la terre en location. Les propriétaires s’opposent entre eux pour la maîtrise de l’eau et du canard. À une échelle plus vaste, l’épi s’oppose au canard et inversement, le canard s’oppose à la carpe et inversement : l’épi finit donc par s’opposer à la carpe, sous la pression du canard. Les vieux propriétaires qui faisaient partie à la fois du monde de la carpe, du canard et de l’épi cèdent la main. En laissant le canard gagner du terrain, ils perdent l’épi car les enjeux de la maîtrise de l’espace se jouent de moins en moins vis-à-vis de l’épi mais avec ceux qui parlent un peu poisson et beaucoup canard. Le canard mange donc la carpe, l’épi se désolidarise de la carpe, restent le canard et l’épi, les grandes forces de demain, mais d’échanges et de liens, en sera-t-il encore question entre terres et eaux ? La séparation du sec et de l’humide, des usages agricoles et récréatifs, entérine la fin du rassemblement des gens des terres et des gens de l’eau autour de l’étang. À l’interdépendance passée se substitue l’indifférence tant que l’eau et la terre n’entrent pas en concurrence. À chacun son territoire pour vivre séparés mais… pacifiquement ?

17On peut en douter car, sous l’impulsion de la reconnaissance du droit de la nature, tous les usagers du territoire vont être confrontés ensemble à un autre changement exogène et global qui les contraindra sans doute et encore à s’allier et à s’opposer. Au droit de contrôler, d’exploiter, de prélever les ressources du milieu en vertu de la propriété, de la location et de la coutume, va se superposer le droit communautaire, car la nature – Michel Serres (1992) le dit bien – a maintenant des droits à opposer à ceux des hommes. À nouveau la contrée est définie comme posant problème, mais cette fois sa mise en ordre naturelle et sociale dépendra intimement du politique et de groupements d’usagers (nouveaux résidents, touristes, promeneurs, écologistes) qui n’ont jusqu’alors joué aucun rôle de poids dans l’échiquier local.

18Comment, dans ce nouveau contexte, la société dombiste, apparemment de plus en plus introuvable, parviendra-t-elle à assimiler la nouveauté, à continuer d’exister en tant que société locale ? Le territoire, en tant que « patrimoine commun » à protéger pour les générations futures, consacre un espace collectif partagé et disputé, un territoire en commun à même de créer à nouveau du lien et de la distinction dans la confrontation. Sans doute les modalités concurrentes d’appropriation de l’espace et les conflits de légitimité qui en découlent déjà seront-ils les nouveaux modes d’intégration du global dans le local, les ressorts dynamiques de cette société locale qui, autour de son territoire et dans les rapports de force, continuera de se construire. La superposition de droits, de compétences, d’institutions préfigure que les alliances et mésalliances locales ne se tisseront plus entre les seuls usagers mais également entre les usagers et les représentants des politiques publiques et, plus intéressant encore, entre les institutions elles-mêmes ayant respectivement en charge des fonctions différentes de l’espace rural (agricole, récréative, paysagère et environnementale).

19Cela signifie d’autres relations sociales à venir, entre accords et désaccords, entre liens et séparations, qui déploieront les termes d’une vie possible ensemble à la manière dombiste. Cela implique d’autres échanges entre des groupes différenciés et antagonistes qui ajouteront encore de la complexité à la société locale et qui donneront peut-être finalement raison au poisson (tradition) contre le canard (prédation), alors que l’épi devra supporter les herbes folles en bordure des étangs. Dans cette zone humide fortement anthropisée qui commence tout juste d’être construite comme un jardin dans la nature (Thomas 1985), l’artifice et le naturel sont déjà réinvestis et polarisent les différends. Les jeux de pouvoir se cristallisent encore, mais sous des formes nouvelles, autour des notions bricolées et réappropriées du sauvage et du domestique dont les acteurs se saisissent pour conforter ou modifier la hiérarchie, pour se définir les uns les autres, pour collaborer et s’opposer.

20Sous l’impulsion du politique et de la société plus globale, nous assistons à la mise en place de nouvelles définitions du territoire, qui génèrent d’autres formes de conflits, qui redessinent les formations sociales à l’échelle locale. Les sociétés rurales, autrefois structurées par l’accès au terroir comme ressource économique, sont en train de se remodeler autour du privilège à imposer un aménagement du milieu (Beck 2001). Aussi le monde rural a-t-il aujourd’hui besoin de ce nouvel objet conflictuel, d’une terre de discordes, pour se transformer et pour continuer d’exister ou de s’inventer en tant que société locale.

Notes

1 L’expression renvoie à la définition de Georges Condominas : « L’espace déterminé par l’ensemble des systèmes de relations, caractéristique du groupe considéré » (1980 : 14). Cette notion permet de rendre compte de l’ensemble de la vie sociale : relations des hommes au milieu, relations des hommes entre eux et systèmes de représentations.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search