Version classiqueVersion mobile

Une terre en partage

 | 
Vanessa Manceron

IV. Dombistes en un étang

9. L’alliance incertaine de la carpe, de l’épi et du canard

Texte intégral

1Autour de l’exploitation de l’étang, espace agricole à double face, à la fois en terre et en eau, la répartition des fruits de l’exploitation alternée, la distribution des tâches, des activités et des rôles attestent une très forte complémentarité et une grande dépendance entre les groupes d’utilisateurs, mais également une hiérarchie sociale comme soulignée en rouge. Les valeurs et représentations communes qui soutiennent et scellent cette complémentarité/subordination sont aujourd’hui affectées par la superposition problématique des usages cynégétiques et agricoles de l’étang. L’eau de la carpe n’est décidément pas de même nature que l’eau du canard, comme la carpe sédentaire n’a rien de comparable avec le canard migrateur. C’est par l’étang cynégétique que le changement arrive. L’étang agro-piscicole est a contrario garant d’une forme de permanence. Ces changements et les résistances qui les accompagnent dessinent de nouveaux équilibres (et déséquilibres) entre les différents groupes sociaux qui se rencontrent là, en un étang multifonctionnel.

Hiérarchie, dépendance et complémentarité entre gens de l’eau et gens de la terre

La dualité de l’appropriation de la terre et de l’eau

  • 1 L’alternance entre terre et eau était autrefois attestée dans la plupart des régions d’étangs fran (...)
  • 2 Au xixe siècle, les matrices cadastrales font état d’une division du fonds de l’étang en parcelles (...)

2L’étang n’est pas seulement de l’eau, il est aussi un terrain inondé. Immergé quelques années de suite pour l’élevage du poisson, il redevient terre, durant un an, pour la culture de céréales. Cette alternance qui s’effectue selon un rythme biennal mais plus souvent triennal et tend à se rallonger depuis deux décennies (entre trois et cinq ans en eau) porte deux appellations distinctes : l’évolage (eau, poisson) et l’assec (terre, céréales)1. Ces termes vernaculaires qui désignent le temps de l’assolement sont toujours assortis d’une indication sur des modalités d’appropriation différenciée – « tenir les eaux », « donner l’assec » – qui perpétuent, d’une façon renouvelée, une dualité juridique fort ancienne, quand l’eau et la terre sur laquelle elle séjourne étaient des catégories distinctes de propriété2.

3À cette singularité foncière s’en ajoutait une autre, relative aux multiples droits d’usage et de jouissance qui s’exerçaient sur les étangs, témoignant de leur mise à profit exemplaire : la possession d’une pie d’assec donnait sur l’étang en eau un droit d’abreuvage, de pâturage de la brouille (droit de brouillage) ou des rives laissées à découvert (droit de champéage) ou de rouissage du chanvre. « Dans un pays de misère, l’eau c’était une richesse », me dit un jour un agriculteur.

4Les hommes partageaient là des intérêts communs et distincts, ils étaient réunis de force par cette masse d’eau qui créait une unité indivise, une propriété collective. S’y rencontraient surtout des agriculteurs, soit qu’ils fussent propriétaires de parcelles d’assec ou des portions d’évolage, soit qu’ils fussent tenanciers des domaines d’exploitation et qu’ils bénéficient à ce titre de droit d’usage sur les étangs de la propriété. La partie évolage échappait à la plupart des agriculteurs. Les domaines qui avaient la pêche se louaient plus cher et étaient monopolisés par des fermiers aisés (Bérard 1985). Mais, plus généralement, l’évolage était exploité par des marchands de poisson ou bien gardé en faire-valoir direct par les propriétaires.

  • 3 L’étang brouilleux qui constituait d’après les écrits le pivot d’une agriculture archaïque fut for (...)

5Cette multipropriété a progressivement disparu à partir de la seconde moitié du xixe siècle, à la suite d’importantes opérations de remembrement effectuées par les propriétaires forains. Parallèlement, les droits d’usage sur l’étang en eau ont commencé à être restreints. Il convenait en effet, dans la nouvelle ère agronomique soutenue par les grands propriétaires, de faire cesser des pratiques jugées peu rationnelles3, ce qui justifiait dans le même temps une privatisation accrue de l’étang, à vocation exclusivement piscicole et, bien sûr, cynégétique. Les derniers usages agricoles ou domestiques de l’eau – les anciens se souviennent y avoir lavé leur linge, y être allés chercher les oies, les chevaux et les bovins – ont complètement disparu après la Seconde Guerre mondiale.

  • 4 Le modèle de la société hydraulique qui convient aux sociétés d’irrigation et à la Brenne, structu (...)

6Ce processus ne s’est pas fait sans heurts, comme en témoigne le relatif sentiment de dépossession dont la population agricole m’a fait part. Cependant, il n’a fait qu’accompagner la spécialisation herbagère des terres sèches et la spécialisation piscicole des terres inondées, entérinant une appropriation duelle du terroir : les terres aux fermiers, les étangs aux propriétaires. Les étangs exploités par des agriculteurs qui « tiennent les eaux », selon l’expression usitée, représentent environ 10 % de l’ensemble. À chacun son territoire, dit-on localement. À la différence de la Brenne, où l’eau reste une ressource agricole précieuse pour l’abreuvage des bovins en période de saison sèche (Bédoucha 2000 : 105), l’eau ici se refuse depuis déjà longtemps. La rareté ou la préciosité de l’eau ne scelle donc plus la dépendance économique d’agriculteurs sans droits4.

7Cependant la hiérarchie d’accès à l’eau n’en demeure pas moins significative, si l’on en juge par la manière dont les agriculteurs et les pisciculteurs parlent de cette « spécialisation professionnelle » pour se définir les uns les autres. Les propriétaires affirment détenir un savoir-faire piscicole que le monde agricole ne possède pas : « Les fermiers n’y connaissent rien au poisson, ils n’ont rien à voir avec les étangs et heureusement. Ça demande des compétences particulières. » Je trouve les mêmes remarques dans les archives privées de Villeneuve qui écrit, en 1904, qu’il vaut mieux soustraire la pisciculture aux paysans « n’ayant ni les capitaux, ni l’instruction voulue pour en tirer le meilleur parti ». Cultiver le poisson est une manière de se positionner vis-à-vis de la population locale sur le terrain de la compétence agricole. La pisciculture nécessite d’avoir de l’instruction : c’est un travail d’intellectuels.

8Si l’on interroge les agriculteurs, jeunes et anciens, ils confirment cette distinction : « Le poisson, ce n’est pas mon truc. Je n’ai jamais bien aimé, on est plutôt terriens dans la famille, moi je suis passionné de bétail et de culture. » Cependant, cette distinction positive s’affirme également par la dépréciation de la compétence piscicole des propriétaires : « L’étang, c’est agricole, il vaut mieux être sur place pour s’en occuper. Depuis tout petits, on est allés aux pêches, on jouait dans la boue tout autour. Alors on sait faire reposer la terre après la pêche, calculer les empoissonnages. On met de l’engrais. L’étang c’est comme un terrain, faut avoir les connaissances, bien sûr, mais ce n’est pas compliqué. » L’étang, c’est agricole ; les connaissances ne se trouvent pas dans les livres mais à force d’expérience.

9Cette contestation sourde d’un empiètement sur un domaine dont les fermiers estiment être les véritables spécialistes est assortie du sentiment que se réserver le poisson équivaut également à leur ôter la possibilité de bénéficier d’une activité économique supplémentaire : « Ceux qui avaient les étangs, c’était rare, ils étaient quand même privilégiés. C’était un plus, prendre plus chaque année. Il y a eu un temps, ça rapportait bien. L’argent va à l’argent. » Cependant la production est souvent aléatoire et n’est plus aussi lucrative qu’autrefois : « L’étang, c’est un casse-tête. » Ils ont renoncé par force et sans trop de regret au poisson, en s’attachant à défendre l’essentiel : la mise en valeur des terres qui suffisent à les faire vivre.

Les fruits de l’étang, du don qui rapproche et éloigne socialement5

Qui, de l’eau ou de la terre, fertilise ?

  • 6 Les modalités du partage des récoltes varient d’une propriété à l’autre. Cependant, généralement, (...)

10Malgré la réunion de la terre et de l’eau dans une seule main, l’assolement et l’accaparement différencié des fruits de l’étang a persisté, en donnant lieu à de nouvelles formules juridiques. L’étang en faire-valoir direct échappe au fermage, mais la culture de l’assec est confiée aux fermiers des terres de la propriété. L’étang est une enclave qu’ils acceptent de travailler, selon des modalités peu conformes avec leur statut : l’assec est traditionnellement exploité sous forme de métayage verbal6, mais il est plus souvent aujourd’hui simplement donné à cultiver au fermier ou bien à un entrepreneur agricole contre une facturation d’environ 250 euros l’hectare. Dans tous les cas, cette terre qui se découvre tous les quatre ou cinq ans ne fait que très rarement l’objet d’une location en fermage. Le propriétaire particulièrement attentif à garder la maîtrise de cet espace « donne » l’assec, mais prend garde à ce que jamais cet usage ne se transforme en loi en passant « dans les mains du scribe » (Lenclud 1983 : 8). Sur l’étang, les fermiers deviendraient-ils autres en acceptant ces entorses à leurs exigences habituelles ?

  • 7 Le travail de l’assec serait aujourd’hui 20 % moins rentable qu’une simple terre qui a subi toutes (...)

11Cet usage fait toujours l’objet de discours contradictoires. Les propriétaires en parlent parfois comme d’une faveur : « Je laisse l’assec à mon fermier car cela lui fait plaisir, je veux être bien avec lui. » Certains fermiers confirment l’idée qu’ils ont intérêt à cultiver l’assec et qu’il s’agit bien d’un don : « Ce n’est pas bon de réclamer, si l’on veut l’assec. Il vaut mieux dire que ça nous intéresse. Un coup de fil pour savoir s’ils n’ont pas besoin de nous. » D’autres, à l’inverse, soulignent le fait que cultiver l’assec n’est pas rentable7, et qu’ils le font soit pour rendre service, soit en étant payés : « Faut bien leur faire sentir que s’ils ont besoin d’un service, ça coûte tant. On peut donner le coup de main mais en contrepartie, étrennes, poissons. Sinon, le coup d’après… »

12Ce qui ressort de ces contradictions, avec dans un cas une dépendance du fermier, et dans l’autre du propriétaire, c’est qu’au-delà de l’opposition des intérêts, il existe bien une symbiose entre ces deux modes de mise en valeur alternée, une forme de complémentarité que chacun rappelle à sa manière.

13Certains fermiers insistent, avec un air de malice, sur le fait que « c’est le travail du sol qui donne l’abondance à ceux qui ont la pêche ». Le travail du fond de l’étang et son exposition au soleil éliminent en effet certains parasites, améliorent la structure du sol, limitent l’épandage d’engrais (fumier ou fiente de volaille) et permettent l’entretien des rives et des biefs (Bérard & Marchenay 1981 : 84-86). Cela éclaire la dépendance des propriétaires qui ont grand besoin des fermiers pour améliorer leur activité piscicole. Le « don » de l’assec est également une sorte de monnaie d’échange qui donne au propriétaire l’assurance que le fermier s’impliquera dans la gestion de cet espace, en se l’appropriant dans les limites du raisonnable, comme partie de son domaine, d’où l’expression souvent entendue : « Nous avions un étang dans la ferme. » Le fermier se préoccupe alors de son entretien, auquel il a également intérêt et, tout particulièrement, de la circulation de l’eau par le curage des biefs, des fossés de vidange et des prises d’eau.

  • 8 La distribution de l’assec concerne les fermiers de la propriété, mais il arrive également qu’un f (...)

14Les contraintes de la présence de l’eau (inondations intempestives, débordement des fossés, soustraction de terres qui pourraient être louées) ne seraient pas, en quelque sorte, vivables sans le retour périodique de la terre8. C’est là une forme d’entente tacite qui lie traditionnellement ces catégories sociales.

  • 9 Jusque dans les années 1960, tous les fermiers de la propriété Villeneuve bénéficiaient chaque ann (...)

15L’assec était autrefois un complément de terre et un apport supplémentaire en paille et grain (avoine), voire en jonc que l’on fauchait en cas de mauvaise récolte pour la litière des bêtes. La culture donnait lieu à des formes de sociabilité inédites, les fermiers d’une même propriété se retrouvant à travailler un même étang9. Si ces avantages matériels ont perdu progressivement de leur importance, l’assec a néanmoins conservé une aura particulière liée au fait que dans ce pays de terrains pauvres, les terres inondées étaient autrefois les plus riches. Dans ce cas, c’est bien l’eau qui fertilise la terre, enrichie par les matières organiques.

  • 10 Légumineuse appelée « lotier velu des marais » (Lotus uliginosus).
  • 11 Entre 1920 et 1970, le lotier a fait l’objet de ventes lucratives (après 1940, 60 francs le kilo e (...)

16Cette mémoire persistante est assortie du souvenir d’une petite fleur, qui a fait rêver bien des fermiers jusque dans les années 1970 : le lotier10. Ce fourrage naturel, qui formait entre les mois de mai et d’août un joli tapis de fleurs jaunes, nécessitait de redoubler l’assec après la culture de l’avoine pour récolter la graine : « Ça poussait tout seul, c’était un gain net, il y avait juste besoin de le ramasser. » Sa pousse capricieuse et les échecs des tentatives de semis en font une « production » marquée par le sceau de l’aléatoire, entourée d’un halo de mystère, ayant quelques affinités avec une cueillette miraculeuse (Marchenay 1975)11.

17Aléatoire était donc également la distribution des gains procurés par le lotier entre les fermiers qui s’en remettaient à la chance d’avoir l’assec du bon étang, au bon moment. Certains étangs avaient néanmoins la réputation d’en produire plus que d’autres et les fermiers se souviennent encore de ceux qui en ont tiré profit : « Le père Chevelu, il avait les étangs avec la ferme, il a fait du lotier, il a bien gagné. Le père Roux à Vernaye, il a acheté un petit domaine à Villars. Le père Favre, du lotier ramassé pendant un an, affreux, il se croyait arrivé, il a tout mangé, il a fini sur la paille. » Les revers de fortune sont toujours évoqués comme pour réparer les iniquités du sort.

18Si l’étang était le lieu d’un possible enrichissement, comme enjeu de différenciation entre fermiers, il était aussi le lieu d’une appropriation, en forme de convoitise d’un bien réservé : « L’étang n’était pas loué, mais c’était convenu qu’on se le partageait. » L’évocation de la répartition à mi-fruit en souligne les ambiguïtés : « Fallait pas trop que le propriétaire sache que ça se vende bien. Il l’aurait récupéré pour lui », ou à l’inverse « ça fait soixante-dix ans que l’on se fait confiance les uns les autres. Quand on a fait du lotier, le propriétaire venait voir les moissons : “Si vous trouvez à vendre, vendez votre part et la nôtre” », meilleur témoignage d’une relation exemplaire.

19La fertilité du sol et de l’eau intimement mêlés octroie à cette alternance une forte charge symbolique qui conforte l’idée d’une alliance entre les gens de la carpe et de l’épi. L’attribution des fruits de l’étang, qui s’apparente à un « don de l’assec » par celui qui « tient les eaux », superpose à la complémentarité et à la dépendance mutuelle, la hiérarchie. On « donne » l’assec comme une monnaie d’échange, mais l’assec donne l’abondance à la pêche. Cela a eu pour effet de sceller de manière relativement solide la société autour de l’étang.

L’« invitation » à la pêche et le droit au poisson

  • 12 Le droit de pêche, comme le droit de chasse, était un privilège seigneurial. Les étangs devraient (...)
  • 13 En Europe, ce sont les Romains qui firent les premiers élevages de carpes issues du fleuve Danube, (...)

20Le poisson est également un fruit de l’étang qui fait l’objet de pratiques et de discours où l’idéel a la part belle. Quand les propriétaires entendent conserver l’étang et le poisson, c’est un peu comme si le vieil accaparement d’un bien réservé à l’époque féodale gardait toujours un sens12. La carpe fait partie des rares poissons, avec l’anguille et la truite, sur lesquels l’homme a exercé une action domesticatoire et dont l’élevage est fort ancien13, ce qui la rend peu propice à être capturée en tant que produit spontané de la nature. Cependant, cet animal a fait l’objet de braconnage, à la différence du bétail ou de la moisson dont le vol serait assimilé à du pillage. Il existe comme une persistance diffuse d’une représentation ancienne du caractère commun et vital de l’eau, le premier droit de l’eau étant le droit au poisson.

  • 14 Dans les étangs sont élevés des Carpes (Cyprinus carpio) qui représentent 60 à 65 % de la producti (...)

21Le poisson14 a toujours circulé en Dombes en dehors des circuits de distribution officielle. Lors de la pêche du grand étang de Chapelier, tous les membres du village recevaient deux carpes, ce qui fait dire aux vieux villageois qu’une partie de cet étang devait autrefois appartenir à la commune et que le propriétaire a bien dû « faire des choses pas très claires », c’est-à-dire se l’approprier indûment. Les gens viennent au cours des pêches demander un brochet ou une carpe, s’ils connaissent le garde-pêche, le régisseur ou le propriétaire. Le poisson est également distribué aux fermiers ou aux connaissances du propriétaire.

22Quand il y a don ou vente de la main à la main sur la chaussée de l’étang, l’équipe de pêche observe du coin de l’œil et avec suspicion les transactions, même s’il s’agit de bora (petit poisson qui n’est pas commercialisable) que le régisseur retient pour des amis ; lorsque le poisson est versé dans le seau, suit invariablement une plaisanterie du garde-pêche ou d’un membre de l’équipe. De même, on raconte bien des histoires sur ceux qui viennent avec leur seau pour en rapporter discrètement chez eux, ou bien sur ceux qui ont des cuissardes bien trop larges pour ne pas être chargées de poisson en fin de pêche.

23Il y a également de multiples rumeurs sur le jeu de dupes entre exploitants piscicoles et marchands de poisson qui se retrouvent, le jour de la pêche, à l’endroit de la pesée, chacun notant sur un petit carnet la quantité et le poids du poisson récolté. Nombre d’anecdotes relatent le climat de méfiance qui règne entre les deux métiers, étayée par la relative imprécision de la balance romaine. Un garde-pêche m’a raconté qu’il aurait été contraint de téléphoner l’an passé à son propriétaire pour lui signifier qu’un marchand de poisson lui avait fait une proposition malhonnête (racheter en douce une partie de la production). Un propriétaire m’a également relaté ses démêlés avec un marchand qui aurait soulevé le filet avec son pied pour laisser le poisson s’échapper et pouvoir ensuite retourner sur les lieux pour le pêcher. L’un des membres de l’équipe de pêche aurait dit au propriétaire « il faudra repêcher demain », à la suite de quoi ils auraient effectivement repris 300 kilos de poisson.

24Persiste toujours un imaginaire autour de ces carpes qui se reproduisent et grossissent hors de la vue et du contrôle des hommes. Persiste également la mémoire d’un élevage autrefois lucratif, alors que les terres récalcitrantes payaient mal la peine exigée pour sa mise en valeur. Tout ce poisson qu’il a suffi de déposer dans l’eau et qui se multiplie. Les hommes se prêtent alors à rêver d’une abondance inattendue. D’où peut-être également l’attachement des propriétaires à une pisciculture extensive : « Ça peut paraître moyenâgeux, mais on ne peut pas mécaniser, ce n’est pas vraiment de l’élevage, plutôt de la cueillette. » « Les pêcheurs “cueillent” au lieu de “cultiver”. Autrement dit, il y a sous-exploitation ou survivance d’un stade archaïque de l’humanité », raconte Geneviève Delbos à propos des ressources marines (1989 : 58).

25Le pendant d’un élevage extensif est la collaboration nécessaire de la population locale. Dès que l’on parle pêche d’étang, aucun fermier n’oublie de signaler qu’il s’agissait d’un enrôlement auquel il ne pouvait se soustraire : « Les fermiers allaient aux pêches des étangs de leur propriétaire. C’était plus ou moins écrit dans le bail, ce n’était peut-être pas écrit, mais tous les fermiers y allaient. »

  • 15 Raguenet recevait en 1975 une friture de quinze kilos de carpe par pêche (une demi-journée de trav (...)
  • 16 La demi-journée de pêche est payée environ 50 euros.

26La contrepartie à ce travail est assortie d’une forme d’appropriation du poisson par ceux qui n’en sont pas les éleveurs, mais les cueilleurs ; d’où peut-être la persistance de cette curieuse expression « l’invitation à la pêche ». L’ambiguïté de la formule, faveur ou obligation, ne peut être le seul fait des propriétaires et doit bien correspondre à un système de représentation partagée : l’accaparement du poisson ne pouvait être justifié sans la participation de la collectivité et sans sa redistribution. Le paiement de la journée ou demi-journée de pêche se payait donc en poisson, autrement appelé friture15. Ce mode de rémunération tend aujourd’hui à être remplacé par une paie en argent, mais l’exploitant piscicole demande toujours aux participants s’ils préfèrent recevoir poisson ou monnaie. S’ils choisissent les billets16, ils sont toujours sensibles au fait de recevoir une friture en complément.

27Lors d’une pêche organisée à Villars par l’office du tourisme en collaboration avec le Parc des oiseaux, les membres de l’équipe ont maugréé : non seulement ils n’ont pas eu de carpes au repas et se sont satisfaits d’un simple sandwich mais, comble de l’irrespect, le poisson a été largement distribué aux touristes : « Ils le donnent sous notre nez, ils n’ont qu’à se le garder ! » L’équipe n’entendait donc plus revenir pêcher dans ces conditions jugées inacceptables.

28Les règles du jeu ont ici été bafouées. Pêcher le poisson revient à admettre un échange particulier avec le propriétaire de l’étang, qui ne peut se résumer à un travail contre salaire ou service rendu. Les participants à la pêche doivent être choyés, ingérer un bon casse-croûte, recevoir la reconnaissance de celui qui tient la pêche et bénéficier de ses dons de poisson. Ils doivent également avoir le sentiment d’être associés à une forme de rassemblement collectif d’un type un peu particulier : la dimension rituelle est en effet l’ingrédient essentiel à la perpétuation et à la compréhension de cette activité, certes économique, mais qui dit bien autre chose que ce qu’elle est.

29Aussi, plutôt que décrire la pêche comme une activité productive à l’instar de Laurence Bérard (1982), il convient d’en dévoiler le caractère également fortement ritualisé.

Quand l’activité de la pêche rassemble et produit du sens

Jour de pêche

30À l’aube, les camions-viviers circulent avant de stationner sur les chaussées d’étangs en attente de leur cargaison de carpes, tanches, blancs (rotengles et gardons) et brochets. Les hommes en cirés verts, parfois jaunes, se divisent en deux groupes de part et d’autre du bief central de l’étang, dans sa partie amont. Ils installent le filet perpendiculairement au bief et commencent à le tirer en alternant les efforts de l’un et l’autre groupe. Une fois arrivés à l’embouchure du bief, les hommes fixent le filet au moyen de fourchettes en travers du bief : ils le « mettent en barre ». Un autre filet, aux mailles généralement plus larges, est passé devant le filet fourchetté, et tiré en direction de la pêcherie. Il est assavé, c’est-à-dire qu’il encercle le poisson fait prisonnier dans une poche.

31Le poisson est ensuite pêché dans le filet par le « pêcheur », muni de son arvot. Celui-ci verse le poisson dans la gruyère, ou couloir, le long duquel quatre ou cinq hommes sont alignés et procèdent au tri du poisson en fonction de l’espèce et de la taille. Ce sont les « trieurs ». Ils déposent le poisson dans les filochons qui, une fois remplis, sont saisis par les « porteurs » qui effectuent des allers et retours entre le couloir de tri et le camion-vivier. Ils passent à l’aller par la balance, afin de faire peser les filochons. Un homme, employé de la coopérative ou du marchand de poisson, les réceptionne et répartit le poisson dans les cuves du camion.

32En cours de pêche, le filet est resserré au fur et à mesure que la quantité de poisson diminue, puis les hommes gagnent le filet, c’est-à-dire qu’ils se saisissent de ses deux extrémités pour ramasser les derniers kilos de poisson. Le filet est alors à nouveau tiré, une fois ou deux encore, en travers du bief. Enfin, quand tout le poisson de l’étang a été récolté, les hommes rangent le matériel, ou train de pêche. Ils se changent sur la chaussée à proximité de leur voiture et derrière les portes entrouvertes, ils nettoient leurs cirés et leurs bottes maculées, récupèrent leur paie de la main du responsable de la pêche et se séparent.

Une mise en scène de la hiérarchie

33Pêcher un étang d’une vingtaine d’hectares nécessite l’intervention d’une dizaine d’hommes. Les équipes varient d’un étang à l’autre, selon les réseaux que peuvent activer le propriétaire, le garde-pêche, le régisseur et le marchand de poisson. Lorsque les étangs sont exploités par des agriculteurs, la pêche reste surtout une histoire de famille, réunissant les frères, les oncles, les cousins, parfois les amis et les voisins. Dans les étangs mis en valeur par les propriétaires forains, ce sont les régisseurs, les marchands de poisson privés et les gardes-pêche qui sont les plus grands pourvoyeurs de main-d’œuvre, en faisant valoir leurs réseaux d’influence. J’emploie ce terme à dessein, car il y a indéniablement, au moins chez les représentants du propriétaire, une manière d’éprouver de la sorte un pouvoir social. Autour des étangs, on trouve donc des équipes comprenant des parents, amis, et amis d’amis du garde-pêche, un ou deux fermiers de la propriété (d’autant plus si le garde-pêche est lui-même fermier), parfois des jeunes du village, mais plus souvent des retraités (anciens ouvriers, garde champêtre), etc. Tout ce petit monde assez hétérogène se retrouve donc au petit matin le jour de la pêche.

34La pêche est un lieu et un temps où les rôles et les différenciations sociales s’expriment de manière explicite : ils sont comme soulignés en rouge. Il s’agit d’une véritable « mise en scène de la hiérarchie » (Barrere 1983) qui s’effectue sous le commandement de l’exploitant et/ou de ses représentants, sous les regards exigeants et paternalistes de ceux qui « ont la pêche ».

35La manière dont les fermiers décrivent l’activité montre qu’ils sont sensibles à la répartition rigoureuse du travail, au fait que chaque homme porte le nom de sa fonction et que tous les hommes travaillent ensemble sous l’égide et pour le compte de l’exploitant de l’étang qui porte le nom de « patron ». Ils sont familiers avec la division très hiérarchisée du travail, l’ayant eux-mêmes expérimentée et mise en œuvre dans les fermes. Cependant, lorsqu’il s’agit de la pêche, ils se retrouvent dans la situation d’un employé du patron, voire d’un subalterne du garde-pêche qui occupe un rôle à part.

36L’organisation du travail de la pêche renvoie à des césures plus générales à l’échelle de la société locale mais n’en est nullement le condensé ni le reflet. Cette hiérarchie représentée modifie, voire travestit les statuts et les rôles en vigueur dans la réalité. Le patron de ferme se retrouve avec de petits ouvriers agricoles à tirer le filet. Ils forment ensemble un groupe indifférencié proposant une division duelle et caricaturale de la société (les subalternes sous les ordres du patron de la pêche), ou bien dessinent une micro-hiérarchie plus fine relative aux fonctions assignées, qui ne reflètent pas non plus les statuts ou les positions sociales effectives.

37Tout d’abord, il ne faut pas confondre ceux qui dirigent la pêche et ceux qui viennent y travailler, me raconte Millet. Il y a les « têtes » et puis vient la catégorie des travailleurs (sous-entendu « manuels » par opposition aux « têtes »). Le déroulement des pêches illustre cette première grande distinction : le représentant de l’exploitant (régisseur), et/ou l’exploitant lui-même, et/ou le marchand de poisson se tiennent à proximité de la balance, en retrait de la zone de pêche, les pieds au sec et souvent sur la partie montante de la chaussée. Ils se situent donc en hauteur par rapport à l’équipe qui reste en bas, les pieds dans la boue, tandis que les porteurs effectuent des allers et retours perpétuels et épuisants, entre le haut et le bas.

38Une distance spatiale avec l’équipe est ainsi maintenue, à la fois au niveau horizontal et vertical. Elle ne s’explique pas pour des raisons pratiques ou techniques, mais les exploitants disent avoir besoin de voir de haut et de loin pour embrasser d’un seul regard l’ensemble des activités. La disposition des corps dans l’espace parle bien ici d’autre chose, mais de manière si explicite, qu’il s’agit presque d’une re-présentation métaphorique du réel, comme un jeu de rôles auquel les participants adhèrent, endossant chacun le « costume » et les attitudes appropriés à leur situation respective.

39Cette distinction majeure entre les « patrons de la pêche » et le reste de l’équipe s’exprime également dans le type d’activités effectuées. Les premiers restent relativement immobiles, le carnet à la main, devant la balance : ils écrivent, comptent, observent et parlent. Ils surveillent, encouragent, maintiennent le rythme et la rapidité de la pêche et, bien sûr, dirigent. Un bon patron est pour les participants un homme qui sait « commander », quelqu’un qui a la parole efficace. Quand il parle, il donne des ordres et s’adresse aux trieurs pour définir quels types de poissons disposer dans les filochons, lesquels sont destinés au réempoissonnage ou à mettre de côté pour la friture. Au pêcheur, il lui arrive de faire quelques remarques, quand le petit poisson frétillant est mélangé à tort avec les grosses carpes, car une fois versé dans la gruyère, le poisson se débat tant et si bien que les petits tombent dans la boue. Il s’adresse également aux porteurs quand ils prennent un moment pour discuter, au lieu de se hisser rapidement avec leur charge de poisson. Ces interventions verbales ne ressemblent guère aux ordres qu’un chef de chantier donne à ses ouvriers : il s’agit d’établir avec les pêcheurs un mode relationnel à la fois infantilisant et humoristique entre celui qui commande et celui qui serait tenté de transgresser l’autorité : « Tu ne vas pas bientôt cesser d’être piqué là ! »

40L’équipe exécute et obéit aux ordres, elle agit, elle s’affaire. En son sein, d’autres formes de différenciation toujours empreintes d’un sens aigu de la hiérarchie se font jour. D’un bout à l’autre de la chaîne de travail, allant du pêcheur au porteur, en passant par le trieur, chaque activité est différenciée de l’autre sous la forme d’un rapport de subordination relatif à l’importance du savoir-faire, du statut et de la proximité avec l’exploitant de l’étang.

41La fonction de pêcheur est considérée comme la plus qualifiée et la plus valorisante. Ce poste est le plus souvent pourvu par le garde-pêche, employé de la propriété, en raison de sa longue implication dans la vie de l’étang et de sa responsabilité en matière de mise en pêche et de recrutement des hommes. Il est l’homme de main de l’exploitant. Directement impliqué dans la réussite de la pêche, il touche un pourcentage sur la production (10 % en général). C’est parfois chez lui, avant le lever du jour, qu’une partie de l’équipe se retrouve et boit le café avant d’attaquer la journée. Il est le seul dans l’équipe à pouvoir prendre la parole pour donner des ordres aux deux groupes chargés de tirer le filet, composés de trieurs et de porteurs, « ces derniers bœufs de la Dombes », comme aime le répéter Brailly, un ouvrier retraité.

42De lui dépend la réussite de la capture, car il s’assure avec son arpie que le filet « cisaille bien le fond ». Son savoir-faire est également reconnu lorsqu’il opère la capture du poisson avec son arvot : il doit avoir le coup de main, savoir « écrémer » le dessus de l’eau pour « cueillir » le brochet et le blanc ou y aller carrément en profondeur, « à plein », pour la carpe. De cette première sélection dépend la rapidité du tri dans le couloir. Il prend le poisson et assure seul cette fonction ; il est donc toujours un peu en retrait de l’équipe à la fois quand le filet est tiré ou quand le poisson est prisonnier de la poche. Il est par excellence le spécialiste de la pêche et n’effectue pas les tâches les plus répétitives, ni les plus collectives.

43Entre trieurs et porteurs, la différence est plus ténue. Un certain ordre d’ancienneté, relatif à la fois à l’expérience acquise et à la condition physique des hommes, est pris en compte. Les individus les moins impliqués dans la vie de l’étang sont le plus souvent porteurs. Il faut, pour ce faire, avoir du cœur à l’ouvrage et une bonne résistance physique. C’est le travail le plus pénible et le moins qualifié, que les plus jeunes occupent généralement. J’ai entendu un homme se plaindre de devoir porter encore, invoquant ses soixante-dix ans passés.

44Les trieurs, chargés du travail apparemment le moins productif mais central dans le déroulement de la pêche, sont statiques devant la gruyère. Cette tâche, assez répétitive, nécessite néanmoins de connaître le langage de la pêche pour pouvoir interpréter les directives du patron, d’avoir l’œil exercé pour opérer rapidement le tri, de savoir manipuler le poisson et s’en saisir sans qu’il s’échappe : il faut être rapide, adroit et soigneux.

45Autour de la gruyère, auprès de laquelle trieurs et porteurs sont rassemblés, les discussions vont bon train. On y parle de qualité de poisson, on y compare les pêches, on se souvient des quantités récoltées l’année précédente. On aime également rire et se moquer. Les exploitants d’étangs en font parfois les frais. Quand un propriétaire a ouvert le coffre de sa voiture pour offrir le casse-croûte, l’un des hommes a glissé à l’oreille d’un autre : « Pour une fois qu’on nous paie le casse-croûte » ; ou bien après son départ, j’ai également saisi au détour d’une conversation, « t’as qu’à mettre du poisson sur le moteur de la voiture du chef, quand ça démarre, ça va sentir bon ! ».

46Les membres de l’équipe forment une troupe de gais lurons, qui se positionnent de manière identique par rapport au patron, exacerbant la hiérarchie tout en la tournant en dérision. Il y a parfois une ambiance « dissipée », disent les propriétaires. Un marchand de poisson me dit un jour préférer venir avec sa propre équipe, plutôt que faire travailler les gens du pays : « Les gens du terroir disent qu’ils connaissent mieux la pêche parce qu’ils ont toujours pêché l’étang, mais avec mon équipe, ils sont rodés, ça va plus vite. Les gens du pays sont plus difficiles à contrôler, ils discutent, ils contestent les ordres – on met toujours le tanchon à droite ? Ils ne veulent pas porter sans faire de roulement, et ainsi de suite. »

47Cela fait partie du jeu, mais ils prennent leur travail au sérieux. Comme le dit une exploitante, très agacée après la lecture d’un article paru sur la pêche en Dombes : « Ils décrivent une situation féodale alors que c’est une histoire de famille. Les gens qui viennent pêcher sont aussi impliqués que moi dans la pêche. Ils espèrent aussi que la pêche sera bonne. L’ambiance est chaleureuse. »

48Cette propriétaire retient donc la dimension collective et la cohésion sociale qui s’exprime autour de l’étang, comme si elle était incompatible avec le rapport maître/subalterne. Mais il semble bien ici que les deux aspects cohabitent et soient même intimement liés. Au cœur de cette activité répétitive et fortement codifiée, il y a le reflet de relations sociales constituées, plus ou moins égalitaires et plus ou moins hiérarchisées, qui sont ainsi rendues visibles. Il s’agit, comme dans un théâtre, d’une mise en scène où les acteurs en représentation rejouent l’ordre social, selon un calendrier régulier et cyclique, un scénario toujours répété.

Une activité rituelle

49La pêche est une activité inclassable, entre travail et jeu, entre corvée et festivité, favorable à l’éclosion du rituel et à la symbolisation, au même titre que certaines activités comme la chasse ou le sport, plus clairement détachées de leur aspect utilitaire et qui sont en conséquence des « réservoirs de rituel » (Segalen 1998 : 52).

50Les souvenirs de pêche des anciens racontent toujours l’histoire d’un rassemblement festif : « Et là-dedans, il y avait une telle ambiance, il y avait tellement de monde à cette pêche des étangs. C’était le grand jour. Tout le monde était là pour le poisson. » Cette effervescence collective avait quelques affinités avec les grands travaux des champs ; la dernière pêche effectuée dans l’année s’appelle d’ailleurs la « revole », comme la fête célébrant la fin des moissons. Elle a aujourd’hui beaucoup perdu de son ampleur passée, cependant lui restent attachées les mêmes valeurs de sociabilité. En témoigne l’importance accordée au casse-croûte sans lequel la pêche perd vraiment son intérêt. Tout propriétaire dombiste sait bien que s’il n’amène pas, de préférence lui-même, à l’heure de la pause, de quoi alimenter en pain, charcuterie, chocolat, vin et café les pêcheurs, ceux-ci pourraient assez vite lui refuser leur soutien.

51Lors de la pêche et seulement dans ce laps de temps, entre le moment où ils enfilent leurs cirés et celui où ils les retirent, les hommes partagent un langage commun fortement codifié. La redondance et la répétition maintiennent le contact entre les partenaires. S’y expriment également des valeurs toutes masculines. La présence des femmes était autrefois jugée inconvenante. Une femme ethnologue qui « court les pêches » est d’ailleurs un sujet de raillerie : « Elle a bien la courate ! » Les blagues ponctuent sans cesse les discussions. « C’est le langage des pêcheurs », me dit un jour le régisseur, comme pour s’excuser lorsque certaines plaisanteries plus scabreuses parviennent à mes chastes oreilles : « Est-ce que vous avez besoin de préservatifs en peau de souris, car il paraît que ça attire les chattes ? » Ce parler grivois rappelle les ambiances que l’on trouve parfois dans les groupes de chasseurs, avec cette « parole crue, facétieuse sur les femmes » (Bromberger & Lenclud 1982 : 24). Quand la fille de Jacqueneau a voulu participer à une pêche, son père a tenté de l’en dissuader. C’est le groupe qui, finalement, l’a exclue : « Elle était habile, mais elle n’a plus voulu, parce qu’il y a trop d’hommes qui l’embêtent. » « Plus sont accentuées les valeurs et les symboles de la masculinité, plus les activités tendent vers le rituel et la codification, et plus les femmes en sont exclues » (Segalen 1998 : 69).

52La pêche constitue en outre une véritable épreuve physique, voire une performance, tant la pénibilité du travail est importante. Les corps en action ne démentent pas la métaphore animale – « Nous sommes les derniers bœufs de la Dombes » – au moment où les hommes tirent le filet dans une boue terriblement collante, avec en tête du groupe deux hommes côte à côte qui se courbent sous l’effort et s’appuient sur une fourchette qui fait penser à un joug. Les hommes ne sont plus que des corps qui tirent, portent, soufflent, souffrent de la fatigue et du froid. Ces difficultés peuvent même dans certains cas devenir fatales : « Quand ça avait gelé, il fallait passer le filet sous la glace, avec les doigts gelés. Certains devenaient tout blancs, ils tombaient comme raides, comme le père T., il est mort pendant une pêche. » L’analogie avec les épreuves rituelles qui font passer les individus d’un état à un autre en approchant parfois une quasi-mort est troublante (Van Gennep 1909).

53Il existe bien dans cette activité une idée de passage ou d’intégration à la société des hommes. À la pêche, on ne pouvait s’y rendre trop jeune car cela aurait été soumettre son corps à une trop rude épreuve, mais également son esprit qui n’était pas encore prêt à faire l’apprentissage des plaisanteries sexuelles ou grivoises : « J’allais aux pêches à douze ans, en cachette, ma mère aurait refusé parce que j’étais trop jeune. J’aimais bien les pêches, j’étais choqué par les employés des marchands de poisson qui venaient bien éméchés. » Une fois adulte, on devenait trop vieux. Les fermiers, une fois à leur compte, c’est-à-dire une fois mariés, plutôt que s’y rendre eux-mêmes, y envoyaient leurs fils : « Je n’ai pas trop couru les pêches une fois à mon compte, c’est pas toujours marrant, surtout quand ça gelait. » Trop vieux pour ces efforts physiques qui deviennent tout à coup rebutants, trop vieux également pour l’encanaillement. Les femmes mariées n’aiment d’ailleurs pas les pêches. Elles arguent du lavage pénible des cirés boueux, et sursautent, comme Mme Jacqueneau, quand leur époux évoque avec nostalgie les souvenirs de pêche : « À croire que tu as pris goût à grattouiller les étangs du propriétaire ! » La pêche était donc surtout l’affaire des jeunes gens qui apprenaient là un langage viril en se frottant à une société d’hommes peu révérencieux.

54Dans l’épreuve, ils devaient également faire montre de leur capacité à intégrer l’équipe et à se faire reconnaître comme de bons partenaires. Celui qui ne travaille pas correctement reçoit toujours la désapprobation du groupe ; le garde-pêche peut décider alors de ne plus le « réinviter ». On retrouve au niveau vertical cette même reconnaissance de la valeur de l’homme de type cette fois paternaliste et émanant du patron : « Les tire-au-cul, alors ceux-là, il savait les repérer. Alors je m’en rappellerai toujours, la première fois que j’ai participé à la pêche d’étangs, j’ai commencé à dix-huit ans, c’était au mois de mars 1942. Et alors là, il m’a dit, “dis donc ça ne tient rien qu’à toi que tu reprennes le poisson dans l’eau, tu me procures satisfaction, tu as été élevé à la bonne école, je vois là toutes les qualités d’un bon Dombiste”. »

55Pêcher, « avoir le droit de reprendre le poisson dans l’eau », ou comment façonner et révéler à la fois un homme et un bon Dombiste aux yeux de la communauté, pairs et patrons compris.

56L’évolution de la composition des équipes de pêche indique que le passage au statut de jeune homme, encore non marié mais qui se prépare à l’être, s’efface aujourd’hui derrière d’autres motifs sociologiques. Les pêches ont cessé d’être un lieu de grands rassemblements de la communauté villageoise. Dans le contexte contemporain d’effacement des solidarités et des différences statutaires traditionnelles, elles sont tout particulièrement prisées par des retraités, qui trouvent là un moyen de réaffirmer leur appartenance à la société locale en participant à la mise en valeur de cet espace emblématique. L’un des plus importants régisseurs de propriétés a constitué le noyau dur d’une équipe, composé essentiellement d’ouvriers retraités du secteur industriel qui effectuent plus d’une cinquantaine de pêches par an. Ils ont des origines paysannes ou rurales, le plus souvent dombistes, qu’ils ont délaissées au profit de métiers sans relation au terroir.

  • 17 L’invitation à la chasse n’est pas une contrepartie à la participation à la pêche, à la différence (...)

57Participer à la pêche signifie pour eux qu’ils sont au cœur même de la société dombiste. Pour preuve, ils sont « invités » par des gardes-pêche fortement insérés dans le tissu local, reconnus comme bons travailleurs par les patrons et propriétaires terriens. Ils peuvent bénéficier à ce titre de quelques avantages qui reconstruisent également leur rapport à l’espace rural comme terroir : autorisation de pêcher la grenouille dans les étangs et de couper du bois sur la propriété, invitation au vin d’honneur du mariage des enfants d’un propriétaire, invitation à partager un repas une fois l’an avec le reste de l’équipe17. Ce sont eux qui revivifient et s’approprient, malgré leur âge, une « tradition ». D’où peut-être également une accentuation contemporaine de la dimension rituelle de l’activité, qui était peut-être autrefois moins clairement détachée de la notion de travail, bien qu’elle ait toujours comporté une forte charge symbolique.

Exprimer et rejouer l’ordre social

58Cette ritualisation ne peut s’éclairer qu’en considérant l’organisation sociale dombiste dont la pêche est à la fois l’enfant et le miroir. L’importance de la hiérarchie vécue et représentée au cours d’une pêche s’exprime dans la répartition du travail, dans l’affectation de fonctions strictement codifiées, dans la position des corps dans l’espace et dans les échanges verbaux. Il s’agit tout à la fois de représenter un ordre social en le parodiant et de le contester de manière ludique. Plaisanterie et moquerie sont des instruments efficaces pour rééquilibrer provisoirement les relations d’inégalité entre supérieurs et inférieurs. Il n’est pas question ici d’inverser la hiérarchie, ni de se laisser aller à des débordements que l’on ne s’autorise pas dans le quotidien (carnavals), mais d’introduire de manière contrôlée un désordre, qui fait écho aux tensions inhérentes à la hiérarchie, pour la dédramatiser et la valider en même temps. Comme l’écrit André Thieblemont, « ce sont les stratifications sociales et la distribution inégale des pouvoirs qu’elles impliquent qui incitent les différents groupes d’acteurs à recourir au langage traditionnel (rituel) […], pour maintenir l’union ou au contraire proclamer la dissidence, mais surtout en définitive, pour entretenir un dynamisme permettant le renouvellement de leur société » (1979 : 13).

59Le procédé rituel comme moyen de maintenir la société en état ou d’assurer son renouvellement, pour signifier une continuité de l’ordre hiérarchique, et atténuer les effets du changement qui le menace, est une sorte de trait d’union entre passé et présent qui donne aujourd’hui à l’organisation sociale qui l’a fait naître une permanence symbolique, à défaut d’être un véritable indicateur des rapports sociaux en vigueur. Le recours à la notion de « tradition » par les pêcheurs actuels montre que le sens du rituel a changé. Il est peut-être moins aujourd’hui une thérapeutique du conflit qu’une certaine représentation du passé, prise en charge par certains individus et non plus par l’ensemble de la collectivité locale. Si la pêche était autrefois un moyen de maîtriser les relations sociales, elle est plutôt aujourd’hui un moyen de maîtriser le temps et le changement et de réaffirmer, pour ceux qui s’y adonnent, leur appartenance à la société locale et l’existence d’une cohésion entre catégories sociales. Cela explique que le rituel perdure, car il reste efficace (Mauss 1973).

60L’étang agricole avec son assec et son poisson n’est pas le lieu où se scellent les rapports de dépendance économique : les fermiers n’ont jamais eu besoin de l’assec pour parvenir à vivre de leur métier et cela fait déjà bien longtemps que l’eau n’est plus une ressource vitale pour les bovins. Quant à l’élevage du poisson, quand bien même ils y auraient accès, il ne constituerait tout au plus qu’une activité en complément. L’étang est en revanche un lieu d’expression emblématique de la hiérarchie, une sorte d’espace expressif qui raconte les rapports de dépendance plus qu’il ne les scelle. C’est parce qu’il dit plus qu’il ne fait, que les catégories sociales ont continué de se rencontrer là, d’échanger et d’exprimer une cohésion. L’étang est une métaphore des écarts de rangs. On partage là un langage riche en symboles, on confirme lors de ce partage la distinction, la subordination et la dépendance mutuelle entre catégories sociales ; en d’autres termes, on confirme, autour de l’étang agricole, l’adhésion commune à une société.

Étang de culture ou de nature ?

La rencontre problématique de la carpe et du canard

61La question de la cohabitation de la chasse, de la pisciculture et de l’agriculture en Dombes a retenu l’attention de quelques auteurs (Maire 1980, Avocat 1975, Lebreton et al. 1991, Bérard 1982b). Ils concluent à l’existence d’un modus vivendi entre les différents groupes d’utilisateurs, la chasse n’ayant pas éclipsé l’exploitation agro-piscicole et ayant permis le maintien d’un « agro-écosystème » (Marchenay 1979). Tous ces travaux s’intéressent donc à la gestion du milieu et parlent d’un équilibre fragile, mais ne considèrent pas ou peu la question de l’ordre ou du désordre social qui se profile derrière cette cohabitation d’usages contradictoires.

  • 18 Engin avec détonateur pour effrayer le Cormoran (Phalacrocorax carbo) et le Héron cendré (Ardea ch (...)

62Les effets du renforcement des pratiques cynégétiques sur la gestion agraire des étangs sont tangibles et la superposition temporelle des cycles d’activité rend particulièrement épineuse la rencontre de la carpe et du canard. Vider l’étang pour le pêcher, faire suivre des travaux de curage et, par la même occasion, broyer les rives pour éviter que l’étang ne se colmate, est contraire à l’intérêt cynégétique. Les dates de pêche peuvent également révéler des intérêts contradictoires. L’ouverture de la chasse et les périodes de migrations de canards, qui impliquent de pêcher très tôt ou très tard dans la saison, posent problème dans les deux cas : le poisson doit en septembre continuer de bénéficier des eaux chaudes pour grossir et peut souffrir d’une pêche trop précoce ; pêcher trop tard diminue les capacités de reprise de l’eau par l’étang. Le faucardage de la végétation flottante effectué au printemps pour oxygéner l’eau et favoriser la prolifération du plancton détruit dans le même temps les couvées d’oiseaux. Protéger le poisson contre les prédateurs (cormoran ou héron), à l’aide d’un engin bruyant comme le bazooka18 ou en disposant des filets en travers de l’étang, fait également fuir le gibier d’eau. Enfin, la mise en assec qui prive l’étang d’eau durant près d’un an devient un problème majeur. S’il donne l’abondance à la pêche, il transforme l’étang en désert pour l’avifaune.

63En matière de cohabitation des usages agricoles et cynégétiques, le propriétaire de l’étang peut privilégier une activité au détriment de l’autre ou bien tenter de concilier les deux. Ces choix de gestion sont liés et dépendants des modes de faire-valoir adoptés.

64Dans le cas où l’eau du poisson et l’eau du canard sont « dans une même main », les propriétaires agissent librement. Ils peuvent privilégier le canard : « Dans les étangs pour la chasse, on ne met pas beaucoup d’eau, pas épais d’eau, on laisse repartir les joncs et les cannelles, y a un peu de poisson dedans, mais ce n’est pas primordial. » À l’inverse, ils peuvent favoriser l’élevage piscicole : « Celui qui veut faire du poisson et qui se moque de la chasse, il va tenir son étang bien plein, pour avoir le maximum de production et pour que les étangs soient bien propres. » Enfin ils peuvent tenter de coordonner les deux activités, sans que l’une ou l’autre soit sacrifiée : « Ils sont prêts à mettre ce qu’il faut pour faire 300, 400, 500 kilos hectare. Mais dans cette production, on tient compte aussi de l’environnement autour, c’est-à-dire que c’est vraiment la partie centrale de l’étang qui est exploitée de façon intense, et par contre on garde le cordon de faune sauvage et de gestion de la nature autour. »

65Dans les étangs où la chasse et la pêche ne sont pas l’affaire des mêmes individus (le propriétaire conserve l’exploitation piscicole et loue la chasse ; plus rarement le propriétaire conserve ou cède la chasse et loue par ailleurs l’étang piscicole), il faut alors parvenir à établir les termes d’une entente.

66Dans le premier cas de figure, si le propriétaire pisciculteur veut conserver les avantages lucratifs de la location de chasse, il renoncera le plus souvent à protéger son étang des prédateurs qui pourtant occasionnent de grosses pertes en poisson. Il allongera le cycle alterné et maintiendra l’étang en eau durant cinq années. Il concédera au chasseur certains aménagements des berges. Cependant, il ne renoncera pas à la décision du moment opportun pour pêcher, ni n’abandonnera la culture de l’assec. S’il est un pisciculteur chevronné qui « fait du poisson à outrance » (expression symptomatique d’un régisseur), il ne se soumettra pas aux exigences de la chasse au point que le poisson en pâtisse de manière trop considérable.

67Dans le second cas de figure – la pêche est louée –, les intérêts contraires du chasseur et du pisciculteur sont difficilement conciliables, voire inconciliables quand les étangs nettoyés de toute végétation, nus au milieu des terres, perdent alors toute valeur cynégétique. D’où la réticence des propriétaires à céder l’exploitation de l’étang en eau aux agriculteurs : « Vous comprenez les fermiers, si on leur donne les étangs à bail, ils font ce qu’ils veulent, ils vont vider l’étang quand ils voudront, à n’importe quelle période de l’année, mettre à sec, en disposer totalement comme on dispose d’une terre, […] ça ne nous convient absolument pas. »

68Le règne de la location de chasse et le morcellement foncier font peser sur l’étang piscicole une plus forte pression cynégétique en apportant leur lot d’individus qui ne trouvent aucun intérêt au poisson, soit qu’ils soient simples locataires de chasse, soit qu’ils aient acheté une propriété pour chasser. Quand un propriétaire possède plusieurs étangs, il peut parvenir à faire un roulement et gérer les exigences de la pêche, en favorisant par exemple la chasse sur une petite partie de sa propriété. S’il ne possède qu’un étang ou deux, il sera par contre toujours tenté d’écouter d’une oreille plus attentive la chasse et de négliger la pêche. Une autre différence se fait jour entre les petits propriétaires et les grands propriétaires : les premiers sont moins enclins à s’investir dans la mise en valeur du terroir, à faire valoir leur ancrage local au moyen de l’élevage du poisson, à l’instar de la vieille bourgeoisie terrienne.

  • 19 Les cormorans sont évalués à plus de 6 000 sur le plateau dombiste. Leur nombre va croissant et cr (...)

69Aussi le poisson devient-il progressivement le parent pauvre de l’étang. Certes les revenus procurés par l’élevage piscicole diminuent en raison de la présence du cormoran19. Certes l’activité n’a jamais fait vivre les exploitants qui ne se sont pas vraiment donné les moyens d’améliorer la production. Cependant, aux yeux de la population agricole et à ceux des employés de propriété, les propriétaires, même traditionnels, tolèrent certaines entorses ou adoptent de nouveaux comportements, qui indiquent qu’ils considèrent cet élevage avec de moins en moins de sérieux, voire qu’ils sacrifient le poisson. Sinon, comment comprendre le fait choquant, rapporté par un garde-pêche, qu’une exploitante très attachée à la pisciculture « n’a même pas osé mettre le bazooka » ?

70On entend dire çà et là que les propriétaires font de la pisciculture pour pouvoir payer les aménagements de chasse et l’entretien de l’étang. La raréfaction du gibier, la forte pression cynégétique, l’importance des revenus procurés par la location, la tendance à mettre la nature en réserve autour de l’étang pour compenser les effets de l’agriculture intensive ont amené les propriétaires traditionnels à faire des choix d’aménagement du milieu de plus en plus ressemblants à ce que les nouveaux propriétaires fortement critiqués font eux-mêmes.

71Le poisson jusqu’alors se satisfaisait bien de quelques concessions à la chasse, car ces deux activités ont toujours cohabité, mais là c’en est trop. On entre progressivement dans l’ère du « tout canard », avec des chasseurs locataires qui tiennent parfois la dragée haute aux pisciculteurs. Les fermiers et employés de propriété pensent tout bas que c’est l’argent qui mène leur monde et non plus le goût de la terre et de la mise en valeur de l’eau, les seuls aspects de leur investissement local qui aient une vraie valeur aux yeux du monde agricole, ou plutôt qui soient une valeur partagée.

L’épi et la carpe se désolidarisent

72Les propriétaires traditionnels, de leur côté, se plaignent également. La mise en valeur de l’étang est de moins en moins une « histoire de famille ». Châtillier, comme bien d’autres, déplore que les fermiers ne s’investissent plus de la même manière dans la culture de l’assec : « C’est absurde, les fermiers veulent de moins en moins le faire. Alors on le fait faire par des entreprises agricoles qui coûtent très cher. » Ils se plaignent également de l’absence des jeunes fermiers aux pêches : « Ce n’est plus la même ambiance, ça attire moins les gens du pays. À la dernière pêche, il y avait quatre personnes de Versailleux, tout le reste, c’était l’équipe du marchand de poisson. » L’ancien système de solidarité, fondé sur des liens personnalisés et d’interconnaissance avec la population communale et à l’échelle de la propriété, cède le pas devant des rapports sociaux plus impersonnels.

73La réticence des jeunes fermiers à venir aux pêches exprime sans doute le refus d’une domination mal consentie. Les anciennes significations sociales du rituel, consistant à endosser le rôle du fils par rapport au père (à la fois le père biologique, patron de la ferme, et le père social, propriétaire), et celui de l’ouvrier par rapport au patron, ont perdu leur efficacité sociale. La logique de réappropriation ou de perpétuation d’une tradition locale n’est pas non plus de leur fait. L’incompatibilité des rythmes agricoles (élevage de laitières) et piscicoles et l’absence de main-d’œuvre à la ferme expliquent aussi ce désengagement.

  • 20 Les étangs sont maintenant soumis au statut du fermage et le seul fait de les cultiver pendant un (...)
  • 21 Le choix des semis se fait en fonction des primes de la Politique agricole commune, qui permettent (...)

74Enfin, ce désintérêt pour la pêche est également lié à une plus grande réticence à cultiver l’assec, les deux étant intimement liés. La faible rentabilité de l’assec est le plus souvent invoquée pour expliquer sa relative désaffection. D’après le régisseur, « au début il fallait leur partager une récolte, moitié-moitié, puis après ça a été un tiers – deux tiers, et puis après il fallait leur donner l’étang, et puis après il fallait les payer. Alors il y a toute une période où il ne se faisait plus rien. Mais depuis qu’il y a les primes, on a remis en culture les étangs ». Le maïs est aujourd’hui la seule culture qui soit rentable en assec. Or les propriétaires d’étangs y sont généralement opposés. Sa récolte trop tardive est incompatible avec la remise en eau des étangs ; les « boules » nourrissent les corbeaux plutôt que les canards ; la plante, grande consommatrice d’eau, rend le remplissage de l’étang plus laborieux. Enfin, raison majeure, mais rarement avouée, si l’assec devient financièrement trop intéressant pour les fermiers, ceux-ci pourraient en réclamer la location20. Aussi, comble du paradoxe, préfère-t-on parfois faire appel à un entrepreneur agricole qui « sème ce qu’on lui demande »21. Enfin, l’allongement de la période en eau et l’envahissement des berges par la végétation rendent le travail si difficile, lent et coûteux que tous sont unanimes : « L’assec, les fermiers n’y ont plus intérêt. »

75Ce dernier point apparemment anodin est à mon sens un aspect déterminant du relatif désengagement des fermiers dans la mise en valeur de l’étang. « Les chasseurs salissent l’étang », entend-on dire. Derrière cette expression, c’est toute la question de la vieille alliance entre les agriculteurs et les propriétaires d’étangs qui se profile. Celle-ci a toujours reposé sur une forme de consensus agraire, sur une conception commune de la gestion du milieu que les propriétaires traditionnels commencent de trahir et que les nouveaux propriétaires foulent aux pieds sans réserve.

La culture contre l’odieuse sauvagerie

76Comme tous les agriculteurs français, les fermiers dombistes parlent peu de « nature » ; ils « ont en commun de vivre, d’organiser leur rapport au milieu naturel au travers d’une technique de production » (Billaud & de La Soudière 1989 : 181). Ils partagent également une esthétique commune : un beau paysage est cultivé, soigné et régulier. Ils ont également une sainte horreur de la friche, symbole de l’abandon et de la déprise agricole. Mais ici, la friche a la particularité d’être associée à l’eau et peut provoquer en conséquence de fortes réactions de rejet.

  • 22 Graminée (Anthoxanthum odoratum).
  • 23 La blocée ou renouée, nom vulgaire des plantes du genre Polygonum (Larousse agricole 1921 : 484). (...)

77« C’était un pâturage marécageux qui donnait du mauvais foin, où poussaient des trucs d’étangs que les bêtes ne mangent pas », raconte un agriculteur. Les « trucs d’étangs », les « mauvaises herbes », les « saletés » ou « saloperies » prospèrent avec facilité dans ces terrains du bas qui « noient ». Dans les terres, les traitements ont heureusement révolu ce temps où « le blé sentait l’ail », où la flouve22 était abondante ainsi que « la blocée qui fait des petites graines fines. C’est fort, ça pique. Pour la volaille, il fallait trier23 ». Mais auprès de l’étang, de telles plantes prospèrent et les agriculteurs craignent toujours que les semences de ces herbes spontanées portées par le vent ne se mélangent aux plantes cultivées. Ainsi, comme la haie que l’on domestique avec une constante attention, que l’on dompte et que l’on bride pour éviter les débordements du sauvage, le paysage végétal de l’étang et ses abords sont marqués par une très forte anthropisation, « un blocage vigoureux […] des rejets et broussailles » (Lizet 1984 : 99).

78La typologie utilisée par les agriculteurs pour caractériser les étangs est à cet égard significative. C’est la présence plus ou moins importante de végétation aquatique qui sert à les distinguer : certains sont jugés plutôt « blancs », d’autres plutôt « brouilleux », et d’autres enfin carrément grenouillards. La couleur blanche associée au propre est synonyme d’absence de végétation. Au xixe siècle, cette typologie était utilisée par les services administratifs pour définir si un étang était jugé salubre ou insalubre et de bonne ou de mauvaise qualité agronomique. Les associations de sens entre miasme, saleté, végétation et inculture persistent.

79Aucune hostilité envers l’eau, mais envers l’eau qui affleure, favorable au développement de la végétation. L’étang ne doit jamais pouvoir se confondre avec un marais : le premier doit s’insérer au milieu des terres sèches en minimisant les zones où le sol affleure à la surface de l’eau, tandis que le second, mi-terre, mi-eau, c’est-à-dire ni en terre ni en eau, est le lieu du sauvage, où la mise en valeur à la fois piscicole et agricole est mise à mal.

80Les agriculteurs dombistes semblent donner raison au physiocrate Rougier de la Bergerie qui en 1788 haïssait la pestilence des marais et prônait leur disparition, non par l’assèchement mais par la noyade (Larrère 2000). Un bon étang piscicole vaut mieux qu’une mauvaise terre où l’eau stagne, à la condition expresse que celui-ci ne soit pas envahi de végétation, de même qu’il doit être régulièrement asséché. « Un étang vieux d’eau sent mauvais. » L’assec « est un moyen de tuer les mauvaises herbes, parce que ça salit vite. Le soleil et la culture, ça fait blanchir ». Le poisson ne peut vivre dans des eaux détériorées, de même que l’épi ne peut cohabiter avec une végétation corrompue. Pour qu’une terre et un étang soient fertiles, doivent s’y appliquer une grande maîtrise agraire et hydraulique ainsi qu’une attention sans relâchement, afin que ce territoire ingrat gorgé d’eau donne des fruits et que le monde devienne ainsi habitable.

81C’est là que réside le sens des gestes techniques des agriculteurs dombistes qui depuis toujours s’efforcent d’assagir et de contrôler cette nature retorse qui ne demande qu’à retourner au sauvage dès qu’ils ont le dos tourné. Leur savoir-faire très spécialisé en matière d’assainissement des terres et des étangs est revendiqué : « Il venait de Saint-Trivier-sur-Moignans, il avait du matériel et un diplôme agricole, mais il labourait à plat. Ce n’était pas du boulot. En Dombes, on labourait en planche, pour drainer les terres. » L’identité locale passe par la compétence technique, et celle-ci s’exprime avec le plus de brio dans le travail de l’assec, qui exige une haute technicité et un soin tout particulier (Bérard 1989 : 52).

82Il semble bien, en Dombes comme en Brenne, qu’« on ne sort(e) pas indemne d’une réputation qui a pesé sur des générations d’hommes, elle demeure dans l’inconscient collectif, les mots gardent longtemps un sens » (Bédoucha 2000 : 90). Les lieux incultes sont toujours censés être l’habitat de populations non civilisées. À l’inverse, l’apparence soignée est « une manière caractéristique d’indiquer la séparation entre nature et culture » (Thomas 1985 : 334). Si la friche est une anti-culture au sens à la fois économique et culturel, alors les agriculteurs dombistes se sont faits les grands experts et les garants de la « culture » locale. C’est là que réside le sens profond de leur intervention sur l’étang.

  • 24 Michel Sebillotte et Danièle Godard (1990) ont noté cette ambivalence de l’eau, don de la nature e (...)

83C’est ainsi également que se comprend l’intérêt des vieux propriétaires dombistes pour la pisciculture, où se lovent à la fois identité, pouvoir et échange. Les références passées à la mise en valeur de ce territoire inculte par l’inondation « pour maintenir le pays vivant et fertile » donnent une véritable justification à leur présence locale. Cultiver l’eau est pourvoyeur d’identité car c’est participer au maintien en vie de la contrée ; le pouvoir est d’en être les garants. Exploiter l’eau en collaboration avec la population agricole a d’autre part longtemps octroyé une forme de légitimité à posséder les étangs, en scellant la collaboration des catégories sociales pour que l’eau reste ou devienne fertile24.

84L’exercice du droit de propriété des étangs n’avait d’autre légitimité que le maintien d’un outil de production. Aussi les agriculteurs sont-ils en train de se repositionner face aux propriétaires car ils ne peuvent plus apporter le même crédit à cette remarque d’un vieil exploitant piscicole – « Il faut aimer la pisciculture comme un vigneron qui aime son pays. La chasse, c’est en plus » –, depuis que l’étang se transforme en une culture de « mauvaises herbes ».

Changement de décor

85Plus les agriculteurs se désengagent de cet espace, plus les propriétaires traditionnels s’en désintéressent au niveau piscicole ; plus les propriétaires sacrifient le poisson, plus les agriculteurs tournent le dos à l’étang. L’assec est parfois conçu comme un moyen d’entretenir l’étang et d’éviter qu’il ne se colmate. On laisse les cultures sur pied que l’on inonde, symbole majeur de l’anti-culture. L’eau, en noyant l’épi, le dévore pour mieux nourrir les canards.

86Depuis ces dernières années, certains étangs se referment, se cachent derrière leurs arbres. Ils cessent peu à peu d’être insérés dans un terroir de terre et d’eau et constituent des enclaves végétales et faunistiques au milieu des terrains cultivés. Les nouveaux propriétaires élèvent des buttes pour en cacher la vue, l’extraient du paysage visible pour en faire un monde clos, n’y tolèrent aucune présence humaine et l’enferment parfois, au sens propre, derrière des grilles cadenassées. Ça et là, on parle de « solonisation » : « C’est quand même triste, avant, les propriétaires, ils étaient fiers de leurs étangs, ils aimaient voir que les gens s’arrêtaient pour le regarder, mais maintenant, l’autre jour, j’ai croisé un propriétaire sur la chaussée, il m’a demandé ce que je faisais là, ça m’a fait mal », raconte un fermier. Cet espace est devenu parfois interdit même pour ceux qui en étaient traditionnellement les jardiniers.

Des intérêts contradictoires, une eau envahissante

87La présence de l’eau devient un problème qui tend à cristalliser une opposition générale entre le monde agricole et les gens des étangs, anciens et nouveaux propriétaires confondus : elle est de plus en plus conçue comme envahissante par les agriculteurs.

88Ce sont toujours les nouveaux propriétaires qui sont montrés du doigt. Ils n’entendent rien aux coutumes de la Dombes, ni à la pisciculture dont ils sont ignorants, ni à l’agriculture dont ils ne font que critiquer les pratiques destructrices. Fermiers et vieux propriétaires s’accordent sur ce point : les nouveaux sont des gens peu fréquentables. Ils cassent le système de circulation de l’eau, ils abîment les étangs, ils créent des étangs-baquets et se moquent de la circulation et de la rareté de l’eau, ils méprisent le travail des fermiers et se comportent comme des « capitalistes » de la chasse. Comme les mauvaises herbes qu’ils rapportent, ils sont eux-mêmes des graines de mauvaise engeance. Qu’ils soient ou non des propriétaires attachés à la pisciculture, respectueux ou non du travail des fermiers, ils sont toujours nouveaux.

89Mais cette solidarité entre « vrais » Dombistes contre les « nouveaux » ne doit pas faire illusion. Il est simplement plus facile pour un fermier de s’opposer aux décisions d’un nouveau propriétaire qui veut créer un étang qu’à celle d’un vieux propriétaire avec lequel il a toujours été en relation.

90Quand Varambon, récemment acquéreur, a décidé de créer un nouvel étang en profitant du départ à la retraite d’un fermier, il n’imaginait pas rencontrer l’opposition d’un fermier voisin, par ailleurs maire de la commune. Ce dernier déplore déjà les débordements d’un fossé qui inonde régulièrement ses maïs sur près d’un demi-hectare. L’une de ses parcelles doit jouxter le nouvel étang, ce qui reviendra à humidifier par infiltration la partie basse. Il a d’autre part drainé ce terrain et craint que l’eau ne puisse plus s’écouler correctement. Il tente de s’opposer à cette création d’étang, mais sans effet. Sur la chaussée assez haute qui borde la route, le propriétaire plante une haie. La mairie s’y oppose et la fait arracher en partie. Des chardons poussent aujourd’hui à la place, malgré les invectives du fermier qui doit en plus souffrir ces « saloperies » et maugrée à chaque fois qu’il passe devant.

91Cette résistance à la création d’un étang n’est pas marginale et correspond à une réticence de plus en plus répandue au sein du monde agricole. Il faut se souvenir de cette vive altercation, quand le régisseur, pour pousser le fermier à bout, use de l’argument qui doit nécessairement le faire sortir de ses gonds : la reprise de terrain pour créer un étang. Tous les fermiers le disent : « Des étangs, il y en a bien assez comme ça, ça démantèle nos exploitations et ça amène de l’humidité. » Une nouvelle concurrence plus vive entre terres cultivables et étangs s’instaure, qui n’est pas sans rappeler la polémique passée sur l’assèchement pour que la charrue puisse passer partout. Comme le dit un notable local : « Ce n’est pas dit, mais les fermiers, ils seraient plutôt favorables à la disparition des étangs. Ils sont habitués, mais ça reste en tête, même si ce n’est pas avoué, cette bataille entre carpistes et dessécheurs. »

  • 25 Alain Musset (1991) interprète l’assèchement du bassin de Mexico comme la rencontre contradictoire (...)

92Il y a bien l’émergence de rapports différents à l’environnement, une nouvelle confrontation entre deux cultures de l’eau qui opère une sorte de renversement historique : les « indigènes » autrefois favorables à l’eau en tant que ressource économique subissent les assauts d’une idéologie asséchante exogène25 ; les citadins amateurs d’eau inondent des terres sèches et entrent en contradiction avec les intérêts agricoles contemporains.

  • 26 Les opérations de drainage ont commencé en 1965, mais elles ont pris de l’ampleur depuis 1980. Les (...)

93Les Dombistes, qui ont toujours vécu avec l’eau, se mettraient-ils à rêver progressivement d’une Dombes sans étang ? N’est-ce pas un peu ce que les vieux propriétaires d’étangs pressentent et redoutent, quand ils posent cette question à l’ethnologue de manière apparemment anodine : « Vous savez ce que les fermiers pensent des étangs ? » Cette inquiétude bien palpable apparaît clairement quand on évoque la circulation de l’eau : l’ancienne complémentarité entre terres et étangs se transforme depuis peu en intérêts contradictoires. Tous les propriétaires insistent sur les effets désastreux du drainage souterrain26 : « Le terrain qui est autour va filtrer l’eau davantage, elle va partir. Quand le terrain est gorgé, l’eau ruisselle en surface, et puis elle va aux étangs. Tandis que quand il y a les drains, elle passe dessous, elle échappe à l’étang. »

94Ce point contredit la législation coutumière qui stipule que la prise d’eau de l’étang est prioritaire et doit bénéficier des eaux de terres : « Le régime des eaux est assez sévère. On n’a pas le droit de détourner l’eau. Il faut creuser des rigoles dans les bouts et que l’eau aille dans les étangs. » Les propriétaires les plus vigilants parviennent parfois à s’opposer de la sorte au drainage : « On peut aujourd’hui interdire l’approfondissement d’un fossé. Par exemple, il suffit qu’en bas il y ait un propriétaire qui a une prise d’eau pour un étang avec une pelle, ça elle ne sautera jamais la pelle et ils n’approfondiront pas le fossé. Donc ils ne feront pas de drain dans ce secteur-là. Ça, on y veille particulièrement. La prise d’eau de l’étang est prioritaire. » Le drainage des terres a donc affecté dans certains cas cette priorité de l’étang et, si tel n’est pas le cas, a pour le moins provoqué une absorption accrue des eaux de ruissellement.

95L’eau court par-dessous. Cela contredit également une forme d’« orthodoxie gestionnaire » qui est à la base d’une « hiérarchie territoriale » (Billaud 2000 : 118). Les innovations techniques désavouent ici la cohérence du système hydraulique. La notion même de gestion collective qui procédait jusqu’alors de l’interdépendance inscrite dans le fonctionnement même du réseau est affectée. Les propriétaires se saisissent de ces nouveaux intérêts contradictoires pour dire la fin de la « grande famille » dombiste qui associait agriculteurs et gens des étangs.

96C’est le monde à l’envers : les étangs appauvris deviennent subordonnés aux terres qui se bonifient. C’est le monde désaccordé : l’eau, ancienne matrice de la société locale, ne relie plus. La propriété, ce grand corps strié de veines (c’est ainsi que l’on appelle parfois les lignes d’eau) qui parcourent les terres et qui alimentent en eau précieuse ses organes vitaux (l’étang), est démembrée et désunie.

Quand la nature à protéger s’en mêle

  • 27 Le réseau Natura 2000, en cours de constitution, regroupera après ratification de la Commission eu (...)

97La Dombes est considérée comme un site d’intérêt communautaire où le droit à l’environnement devrait s’appliquer prioritairement pour la préservation de son milieu naturel. Ce site étant fortement pressenti par le ministère de l’Écologie et du Développement durable comme une zone susceptible de faire partie du réseau Natura 2000, au titre des directives « Oiseaux » et « Habitats »27, les négociations locales au sein du comité de pilotage départemental ont débuté en 1999 mais tardent à aboutir. Aucune mesure ou décision officielle n’est encore effective. Ces changements qui s’annoncent sont cette fois de nature exogène : il faudra certainement un jour prochain compter avec un nouvel acteur institutionnel de poids, étatique et européen. Les gens des étangs s’y préparent avec angoisse.

  • 28 Valentin Pelosse et André Micoud ont remarqué que le sauvage ne se donne plus comme produit sponta (...)

98Le modèle de gestion préconisé par l’Office national de la chasse repose sur la recherche d’un équilibre entre les différents usages de l’étang : baisse de la pression cynégétique ; assèchement régulier de l’étang cultivé ou laissé en jachère sans apport d’engrais chimiques ou de pesticides ; entretien des bordures végétales par fauchage ou girobroyage après la saison des nids ; pâturage des étangs par des chevaux ; berges profilées avec une faible pente, avec un étagement de la végétation, roselière, jonchaie, végétation flottante28 ; prairies et jachères en bordure des étangs ; maintien d’une pisciculture extensive avec fumure organique.

  • 29 Depuis le 1er janvier 1996, le programme européen Life permet à l’Office national de la chasse de (...)

99Cet idéal de « développement durable », qui correspond de l’avis d’un représentant de l’onc à celui de la Dombes d’avant guerre, est mis en pratique dans deux grands étangs gérés par l’onc depuis 1989 et 1996. Ce type de gestion ne contredit d’ailleurs pas l’idée que se font les propriétaires traditionnels d’un étang, à la fois espace de culture extensive et espace de nature. Il trouve d’ailleurs à s’épanouir, pour partie, avec les subventions Life29. Environ quatre cents étangs en bénéficient pour la création d’aménagements des berges, favorables à la biodiversité et à la nidification.

100Cependant, il ne faudrait pas se méprendre sur cette alliance entre les propriétaires adeptes de chasse et l’écologie. Le paradoxe est souligné par un représentant de l’onc : « Ce sont des modes de gestion très favorables à la flore et à la faune, et bien sûr au canard, mais ça, c’est une autre histoire, je préfère ne pas en parler quand le magnétophone tourne ! » La pierre d’achoppement reste la chasse et dans une certaine mesure la pisciculture.

  • 30 Le nombre d’individus que comptent les espèces piscivores comme le Héron cendré (protégé depuis 19 (...)

101Les propriétaires se méfient de Natura 2000, car ils y voient le signe annonciateur d’une prise de pouvoir par les écologistes. Certains annoncent la disparition de la chasse (il n’existe aucune mesure pour restreindre les prélèvements de gibier d’eau mais les tenants de l’écologie en rêvent et dénoncent la baisse alarmante des effectifs d’anatidés). D’autres parlent de la mort de la pisciculture qui, sans le canard lucratif et avec la protection d’espèces piscivores30, ne peut se perpétuer. L’ensemble des chasseurs et/ou pisciculteurs, devant ces menaces réelles ou imaginées, s’exclame : « On assèche tous nos étangs. Les écolos, ils verront bien la belle plaine de maïs que ça fera ! »

  • 31 La Corneille noire (Corrus corone) et le Surmulot (Rattus norvegicus) en surnombre sont les deux p (...)

102Tous pensent en le déplorant que les « écologistes » imposent progressivement leurs lois, leurs décrets, leur vision de la nature à préserver, tandis que la protection des nuisibles met en péril la pisciculture et que les canards inoffensifs disparaissent déjà sous l’effet d’une prédation animale non contrôlée31. Ils reprochent également aux promeneurs d’envahir les chemins, d’y abandonner leurs papiers gras et d’exiger de pouvoir baguenauder le dimanche en bordure des étangs, sur les chemins privés, sans craindre d’être blessé par les plombs d’une cartouche perdue.

103Une ruralité sous l’égide des citadins s’affirmerait donc alors que la vraie ruralité dépérit peu à peu sous leurs yeux. Lyon galopant, l’État français, la Communauté européenne, les écologistes et les touristes, tous sont en fait coupables d’une même volonté d’ingérence dans les habitudes locales. Comme le dit un vieux propriétaire : « Tous ces touristes, ces citadins ignares… Il faut laisser la Dombes aux gens qui la possèdent, l’aiment et la connaissent. Il ne faut pas chercher à la protéger avec des règlements. Les hommes ont réussi par leur passion à faire de la Dombes une terre de vie. »

104Apparaît encore cette opposition entre l’écrit et l’oral, entre le droit national et l’usage local. Pour les propriétaires fonciers, importe plus que tout de rester maîtres d’un territoire privé. Le droit de propriété doit rester l’unique source de légitimité des usages.

105La Dombes a bénéficié de ce que Jean Untermaier appelle « la protection implicite de la nature », assurée par la grande propriété avec la « redoutable fonction de garantir l’ordre dombiste dans sa plus vaste dimension, c’est-à-dire économique, politique et écologique, et concrètement d’assurer la tranquillité des étangs pour la prospérité des maîtres autant que du canard » (1982 : 8).

  • 32 En 1964, une réserve est créée, attenante au parc ornithologique. En 1972, la réserve écologique d (...)

106La patrimonialisation de la nature a buté jusqu’alors contre la propriété privée qui en a verrouillé le développement. Seuls quelques étangs sont classés réserves naturelles32. À la différence de la Brenne, du Marais poitevin ou de la Brière, il n’y a pas eu de création de Parc naturel régional. Cette absence remarquable est sans doute à rapprocher de la proximité de Lyon : la bourgeoisie lyonnaise a pu prolonger son influence jusqu’aux instances politiques régionales, départementales et locales.

  • 33 Deux circuits touristiques, jalonnés de pancartes en bordure des routes, donnent à voir une Dombes (...)

107Les nouveaux résidents, qui grossissent les lotissements en lisière des bourgs et villages depuis une trentaine d’années, se préoccupent de fleurissement mais ils sont souvent ignorants de ce qui se trame à l’ombre des écarts. L’accès à ce territoire jalonné de chemins communaux achetés à bon compte par les propriétaires, de barrières et de pancartes « propriété privée » leur a été interdit. Séduits par ce paysage d’étangs, ils ne l’ont parfois entrevu qu’à partir de la route des étangs33. Leur présence est restée presque sans effet sur le terroir, car le changement n’a pu passer que par la propriété ou la location, ou par la revendication d’usages traditionnels, comme la chasse.

  • 34 L’Académie de la Dombes et l’association Patrimoine de la Dombes.

108Cependant, les mises en image de la Dombes à l’usage des « citadins de la ville » (touristes, promeneurs, nouveaux résidents, écologistes) par opposition aux « citadins ruraux » (chasseurs, pisciculteurs) dessinent progressivement une nouvelle territorialité dombiste. Les chemins se parent tant bien que mal d’usages nouveaux, comme autour de Saint-Paul-de-Varax, où les flâneurs peuvent emprunter le « circuit de la grenouille » ou « du canard ». Dans le même temps, les notables locaux s’organisent pour faire de la Dombes une région qui a sa place au sein du Département et de la Région. Se profile le projet encore discret, mais qui a sans doute de beaux jours devant lui, de la création d’un Parc naturel régional. Deux associations d’érudits et de défense du patrimoine34 adhèrent progressivement à une nouvelle qualification écologique de la Dombes, pour asseoir le développement local et protéger dans le même temps cette « poche de verdure » de l’expansion urbaine. Les descriptions de la Dombes maudite, avec ses animaux chétifs et ses quelques bouleaux aux feuilles déliées et pendantes ont ainsi laissé place à une faune et à une flore exubérantes, opérant un véritable renversement des perceptions. Cette construction de la « nature » qui n’est en quelque sorte pas « naturelle » pour les anciens Dombistes émerge néanmoins.

109Face à ces changements qui se précisent, on voit déjà se confirmer des solidarités et des lignes de clivages significatives. Les grands propriétaires traditionnels se retrouvent dans ce contexte aux côtés de tous ceux qui, à les entendre, abîment la Dombes, cassent le système de circulation de l’eau et chassent comme des « capitalistes » ou des « viandards ». Les nouveaux propriétaires et locataires de chasse qui portent atteinte de la manière la plus évidente au prestige des anciens sont également ceux qui formeront sans doute un groupement solidaire face au déplacement de la légitimité à gérer le milieu.

110À l’inverse, le monde agricole, qui garantissait une forme de permanence en intervenant sur l’étang selon des modalités traditionnelles et confortait par ces usages la hiérarchie locale, ne sera sans doute pas l’allié de demain. Cette remarque tranchante d’un agriculteur – « Ils n’ont qu’à se débrouiller avec leurs étangs. Ils ne nous ont pas aidés pour le lapin, nous ne les aiderons pas pour le cormoran » – en dit long sur le soutien que les agriculteurs comptent apporter aux gens des étangs. Ne pas aider à la destruction du lapin était une manière de privilégier la chasse contre les intérêts agricoles ; ne pas soutenir la destruction du cormoran (espèce protégée) équivaut à affirmer que seule importe la mise en valeur des terres sèches et non plus celle de l’étang piscicole et cynégétique.

111La non-patrimonialisation de la pisciculture est à cet égard significative. L’élevage extensif de la carpe particulièrement propice à devenir une production du terroir labellisée, avec sa spécificité culturelle plutôt respectueuse de l’environnement et du maintien de paysages, aurait pu s’inscrire dans une démarche d’appellation d’origine contrôlée (aoc). Or, comme le montrent Laurence Bérard et Philippe Marchenay (2002), il n’en fut rien. D’un côté, cette forme de valorisation bute contre la volonté des propriétaires exploitants, soit qu’ils se soucient plus de canard que de poisson, soit qu’ils n’entendent pas s’imposer à eux-mêmes une réglementation ou un cahier des charges. De l’autre côté, les seuls agriculteurs qui « tiennent les eaux » ont choisi une tout autre forme de reconnaissance de qualité de la production : le label rouge. Par ce choix, dont l’application très lourde et coûteuse paraît improbable, les agriculteurs se démarquent des grands propriétaires. Ils signifient que la « tradition » piscicole ne comporte pas à leurs yeux une dimension identitaire locale mais professionnelle, et qu’en outre l’étang doit être agricole et intensif, à défaut d’être une bonne terre.

  • 35 Il n’existe aucune évaluation ou mesure de la pollution agricole dans les étangs. Les exploitants (...)

112Il est également significatif que le monde agricole soit favorable à l’exclusion des terres agricoles du zonage envisagé pour faire partie de Natura 2000. Si tel est le cas, la question de la protection des étangs contre les pollutions agricoles, encore tenue sous silence de part et d’autre35, pourrait se révéler particulièrement explosive. N’est-il pas à prévoir que les gens des étangs, de plus en plus adeptes de nature, trouvent finalement dans la cause environnementale une raison suffisante pour collaborer avec les tenants de la préservation du milieu tandis qu’ils exécreront ensemble les représentants de l’agriculture productiviste ?

113Deux agro-écosystèmes distincts apparaissent donc : les terres sèches et l’étang. Les distinctions terre/eau, agriculteur/chasseur, fermier/propriétaire, agriculteur/pisciculteur qui ont longtemps structuré la hiérarchie locale et permis l’échange entre catégories sociales autour de l’étang aboutissent finalement à la constitution de groupes qui se referment.

Conclusion

114L’étang est vraiment un espace à part. Tous les acteurs s’y retrouvent. Cet espace à la fois agraire et cynégétique, de culture et de nature, est un lieu expressif des rapports sociaux où les hommes racontent l’histoire d’une vie possible ensemble, à la manière dombiste.

115Les enjeux de l’alliance entre agriculteurs-fermiers et pisciculteurs-propriétaires, qui contraste avec ce que ces groupes ont montré de leurs relations nouées autour de la terre, relèvent moins du matériel que de l’idéel. Ce décalage montre que, autour de la mise en valeur de l’étang, les hommes parlent un langage dont la dimension économique s’efface derrière sa symbolique. Le caractère commun et vital de l’eau, les associations de sens avec la fertilité n’y sont pas étrangers. Ces hommes ont choisi l’étang pour parler de leur société et la re-présenter. La pêche est l’un des moments forts de cette représentation de l’ordre social au travers d’une mise en scène ritualisée de la hiérarchie. L’étang est un réservoir de symboles.

116Cette alliance entre l’épi et la carpe qui dessine un ordre social fait de distinction, de hiérarchie et de dépendance mutuelle était soutenue par un système de valeurs partagées : la culture agraire de l’étang. Or, le renforcement des usages cynégétiques de l’étang, qui se superpose de manière conflictuelle avec sa mise en valeur agricole, témoigne d’une évolution significative. La référence à l’ancienne sauvagerie de la Dombes qu’il fallait cultiver aux deux sens du terme s’efface derrière le désir de nature sauvage pour le plus grand bien du gibier sous l’impulsion des nouveaux propriétaires et locataires de chasse.

117Si la grande propriété corrélée à la vastitude des domaines cynégétiques a été un obstacle à la propriété paysanne, les activités cynégétiques n’ont pas, comme en Sologne, favorisé la déprise agricole. La chance de la Dombes tient sans doute au fait qu’elle ne compte pas de forêts, et que les terres bien drainées et légèrement vallonnées se sont révélées d’une bonne rentabilité. Par contre, autour de l’étang, les équilibres passés se défont. Si la mise en valeur agro-piscicole avait jusqu’il y a deux décennies cohabité et trouvé un compromis avec la chasse, il apparaît que les exigences respectives de ces utilisations de l’étang ne permettent plus d’en dépasser les contradictions.

118Les usages cynégétiques de l’étang construisent une nouvelle culture de l’eau (aux deux sens du terme : culture de mauvaises herbes et représentation du milieu) qui contredit celle du monde agricole, lequel se prend alors à rêver de rangs de maïs à la place de l’étang. Le vieux système de distinction – « Les fermiers ont leur territoire loué, par contre les étangs c’est chez moi » – a changé de signification. Chacun son territoire, certes, mais sans interdépendance, plus d’échange autour de l’étang. Restent la distinction et une forme de permanence symbolique de la hiérarchie, qui n’a plus véritablement les moyens de s’exprimer.

119Ce cloisonnement social et spatial annonce que les rapports de pouvoir se déclineront de plus en plus autour du privilège à imposer un aménagement spécifique du milieu. Ces lignes de clivage vont s’avérer décisives face à l’arrivée d’un nouvel acteur institutionnel : Natura 2000. Les propriétaires d’étangs subiront un dernier assaut, cette fois exogène, à leur droit de propriété et au privilège d’être maîtres chez eux. On pressent qu’aux rapports traditionnels fondés sur la propriété et l’appartenance locale vont se superposer de nouvelles formes de négociation entre groupes d’usagers. Alors, au fil de l’eau, passant d’un espace ordonné par la propriété et par des rapports de dépendance économique à un territoire ordonné par des distinctions de rang, d’ordre plus symbolique et identitaire, on parviendra peut-être un jour à un espace institué patrimoine collectif.

Notes

1 L’alternance entre terre et eau était autrefois attestée dans la plupart des régions d’étangs françaises. La spécificité dombiste est que ces usages se sont maintenus et que cet assèchement temporaire de l’étang est systématiquement assorti de la culture du fonds.

2 Au xixe siècle, les matrices cadastrales font état d’une division du fonds de l’étang en parcelles cadastrées (pie) et d’une distinction entre la propriété du fonds (assec) et celle de l’eau (évolage). D’après les juristes, cette particularité aurait résulté de la mise en application sous l’Ancien Régime de la possibilité d’inonder les fonds voisins en élevant une digue sur son propre fonds. L’assec, c’est-à-dire le droit de cultiver tous les deux ans la parcelle inondée dont on demeurait propriétaire, aurait même correspondu à un mode d’indemnisation, car les terres ainsi amendées par le séjour de l’eau gagnaient en valeur.

3 L’étang brouilleux qui constituait d’après les écrits le pivot d’une agriculture archaïque fut fortement décrié au tournant du xixe siècle : « Les animaux restent […] livrés à une incurie excessive ne reçoivent qu’une alimentation insuffisante et de mauvaise qualité. […] On peut dire que la brouille qui, au printemps et en automne, vient flotter en grande abondance à la surface de l’eau dans quelques étangs, forme le fond de l’alimentation des animaux de rente de l’espèce bovine » (Dubost 1859 : 143).

4 Le modèle de la société hydraulique qui convient aux sociétés d’irrigation et à la Brenne, structurée dans leur ensemble par la gestion de l’eau, trouve ici, dans le cas de la Dombes, ses limites.

5 « Le don rapproche les protagonistes parce qu’il est partage et les éloigne socialement parce qu’il fait de l’un l’obligé de l’autre » (Godelier 1996 : 21).

6 Les modalités du partage des récoltes varient d’une propriété à l’autre. Cependant, généralement, le propriétaire avance les semences, qu’il récupère au moment du battage. La récolte est ensuite partagée à moitié, le fermier ayant à sa charge les frais de moisson et de battage.

7 Le travail de l’assec serait aujourd’hui 20 % moins rentable qu’une simple terre qui a subi toutes les améliorations nécessaires avec un bon apport d’engrais, mais si l’étang est cultivé très régulièrement (tous les deux ans), que les berges ne sont pas envahies de végétation, l’assec peut constituer un supplément de terrain intéressant pour le fermier.

8 La distribution de l’assec concerne les fermiers de la propriété, mais il arrive également qu’un fermier d’une propriété voisine le cultive, quand par exemple l’eau de cet étang passe sur ses terres.

9 Jusque dans les années 1960, tous les fermiers de la propriété Villeneuve bénéficiaient chaque année d’une parcelle, dont la taille variait proportionnellement avec celle de leur exploitation. Pour pallier les contraintes du cycle triennal, un roulement de pies se mettait en place à l’échelle de tous les étangs de la propriété.

10 Légumineuse appelée « lotier velu des marais » (Lotus uliginosus).

11 Entre 1920 et 1970, le lotier a fait l’objet de ventes lucratives (après 1940, 60 francs le kilo et plus ; après 1957, 500 francs). Les fermiers dombistes ne savent rien de précis sur l’utilisation de cette plante et évoquent toujours son caractère mystérieux, voire condamnable (fabrication d’un gaz asphyxiant, teinture pour les vêtements de l’armée…). Il est plus vraisemblable que le lotier fut vendu à des fins agricoles (ensemencement fourrager, engrais vert, engazonnement de prairies) (Marchenay 1975).

12 Le droit de pêche, comme le droit de chasse, était un privilège seigneurial. Les étangs devraient à ce titre être classés parmi les garennes, c’est-à-dire le droit légitime de la puissance seigneuriale à s’exercer, au même titre que le droit de corvée ou le moulin banal (Lucas-Championnière 1846 : 76).

13 En Europe, ce sont les Romains qui firent les premiers élevages de carpes issues du fleuve Danube, mais c’est surtout aux xive et xve siècles que ces cyprinidés se sont répandus massivement autour des demeures seigneuriales et des monastères, en partie comme nourriture de carême (Balvet 1997 : 28).

14 Dans les étangs sont élevés des Carpes (Cyprinus carpio) qui représentent 60 à 65 % de la production, des Tanches (Tinca tinca) (15 à 20 %), du Gardon (Rutilus rutilus), du Rotengle (Scardinius erythrophtalmus) (15 à 20 %) et du Brochet (Esox Lucius) (5 %).

15 Raguenet recevait en 1975 une friture de quinze kilos de carpe par pêche (une demi-journée de travail). Il estime que c’était bien payé. Une fois rentré à la ferme, il enfermait les carpes dans des caisses en bois grillagées, munies d’un couvercle qu’il immergeait dans la botasse de la ferme.

16 La demi-journée de pêche est payée environ 50 euros.

17 L’invitation à la chasse n’est pas une contrepartie à la participation à la pêche, à la différence de ce que Geneviève Bédoucha (2000) a observé en Brenne. Les participants sont d’ailleurs plutôt férus de pêche à la ligne en rivière que de chasse.

18 Engin avec détonateur pour effrayer le Cormoran (Phalacrocorax carbo) et le Héron cendré (Ardea chinera).

19 Les cormorans sont évalués à plus de 6 000 sur le plateau dombiste. Leur nombre va croissant et crée des pertes piscicoles importantes qui seraient de l’ordre de 10 à 30 % de la production. L’Office national de la chasse a acquis un fusil laser (« effaroucheur »), bien insuffisant pour lutter contre ce prédateur appelé localement le « péril noir ».

20 Les étangs sont maintenant soumis au statut du fermage et le seul fait de les cultiver pendant un an leur donne des droits à le cultiver à nouveau.

21 Le choix des semis se fait en fonction des primes de la Politique agricole commune, qui permettent de cultiver l’assec sans grands frais, le travail étant pour le moins rémunéré. Sur les conseils d’un régisseur, le maïs est donc à nouveau planté, ce qui permet dans le même temps de protéger la production des attaques du cormoran : on laisse les cultures sur pied, on noie les tiges de maïs qui font obstacle à la capture du poisson.

22 Graminée (Anthoxanthum odoratum).

23 La blocée ou renouée, nom vulgaire des plantes du genre Polygonum (Larousse agricole 1921 : 484). Est-ce le fait d’être consommée par les oiseaux sauvages qui la rend inconsommable par la volaille domestique, étant « forte » comme le sauvage ?

24 Michel Sebillotte et Danièle Godard (1990) ont noté cette ambivalence de l’eau, don de la nature et/ou résultat du travail de l’homme. Les systèmes hydrauliques sont à cet égard de véritables modèles de maîtrise de la fertilité, soit que l’eau fasse défaut, soit qu’elle inonde et détruise.

25 Alain Musset (1991) interprète l’assèchement du bassin de Mexico comme la rencontre contradictoire entre deux conceptions de l’environnement. Les Indiens tiraient des ressources importantes du milieu humide ; les Espagnols voulaient mettre en culture de nouvelles terres. L’entreprise avait aussi une dimension symbolique : expression de la civilisation espagnole, preuve de la supériorité des conquérants sur les peuples vaincus.

26 Les opérations de drainage ont commencé en 1965, mais elles ont pris de l’ampleur depuis 1980. Les enjeux pour les agriculteurs sont importants car ces opérations bonifient sensiblement leurs terres : « Cette parcelle, ça m’a coûté 10 000 francs l’hectare pour y drainer, mais sinon fallait l’abandonner, c’était plein de sources, c’était humide, les bêtes étaient malades. Les cultures se portent mieux. Le rendement est de 20 % en plus. Même pour l’herbe, les plantes restent mieux, les animaux ne piétinent pas. »

27 Le réseau Natura 2000, en cours de constitution, regroupera après ratification de la Commission européenne, sur proposition des États membres, les espaces où la biodiversité doit être protégée. Ces mesures sont préconisées sous forme contractuelle pour que soient prises en compte les contraintes culturelles, économiques et sociales (développement durable). La directive « Oiseaux » (2 avril 1979) prévoit la protection des espèces d’oiseaux considérées comme rares ou menacées dans des zones de protection spéciale (ZPS) ; la directive « Habitats » (21 mai 1992) promeut la conservation des habitats naturels de la faune et de la flore sauvage. Dix-sept espèces nichant en Dombes figurent dans la liste d’oiseaux prioritaires, définie par la directive « Oiseaux ».

28 Valentin Pelosse et André Micoud ont remarqué que le sauvage ne se donne plus comme produit spontané de la nature, mais fait l’objet d’aménagements volontaires. On ne le protège plus seulement de sa disparition, on le « cultive ». « Le suprêmement naturel se confond désormais avec le comble de l’artificialité » (1993 : 13).

29 Depuis le 1er janvier 1996, le programme européen Life permet à l’Office national de la chasse de bénéficier d’un budget dans le cadre des mesures agri-environnementales et de proposer aux exploitants une aide financière, durant quatre ans, pour aménager les berges des étangs et favoriser de la sorte la diversité floristique et la nidification de l’avifaune.

30 Le nombre d’individus que comptent les espèces piscivores comme le Héron cendré (protégé depuis 1979) et le Cormoran (espèce protégée, régulable depuis un arrêté ministériel de 1992, uniquement sur autorisation ministérielle et selon des modalités extrêmement contrôlées) s’accroît sensiblement en Dombes.

31 La Corneille noire (Corrus corone) et le Surmulot (Rattus norvegicus) en surnombre sont les deux principaux prédateurs des pontes des canards, mais il faut plutôt imputer ces problèmes de régulation à la diminution progressive du nombre de gardes-chasse particuliers. Les propriétaires se plaignent également de la présence d’un nombre accru de cygnes (Cygnus olor) sur leurs étangs dont le « mauvais caractère » fait fuir le gibier à plume.

32 En 1964, une réserve est créée, attenante au parc ornithologique. En 1972, la réserve écologique des Échets est également mise en place, suivie par celle de la Fondation Vérot à Saint-Jean-de-Thurignieux, puis par une réserve cynégétique à Saint-André-de-Corcy et Monthieux. Enfin, l’Office national de la chasse gère deux grands étangs à Versailleux et Birieux. La surface totale de ces réserves est de 628 hectares, dont 314 en eau (Lebreton 1999 : 44).

33 Deux circuits touristiques, jalonnés de pancartes en bordure des routes, donnent à voir une Dombes tenue à distance, que l’on ne peut vraiment approcher.

34 L’Académie de la Dombes et l’association Patrimoine de la Dombes.

35 Il n’existe aucune évaluation ou mesure de la pollution agricole dans les étangs. Les exploitants piscicoles, comme par accord tacite avec les agriculteurs, sont particulièrement réticents à évoquer la question. L’Office national de la chasse a proposé à certains propriétaires d’effectuer des prélèvements dans leurs étangs, mais ces tentatives sont restées lettre morte, ou bien les résultats sont gardés sous silence.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search