Version classiqueVersion mobile

Une terre en partage

 | 
Vanessa Manceron

IV. Dombistes en un étang

8. À la surface de l’eau, le canard convoité

Texte intégral

1Autour de l’étang s’expriment, comme en condensé, les différentes échelles de la hiérarchie locale. Posséder l’étang, en faire un domaine réservé, un bien inaccessible et, en même temps, « partagé » confirme non seulement les disparités de richesse, mais surtout les écarts de rang. Le prélèvement des fruits sauvages et volants de l’étang génère des systèmes d’opposition et de rivalité, à la fois compétition ostentatoire et revendication et/ou contestation de l’usage. L’étang est à ce titre un outil particulier de distinction sociale. Si la possession de la terre se décline sur le registre de l’économie, celle de l’étang a d’autres attributs, d’ordre plus idéel que matériel. Il est un lieu expressif des rapports sociaux, comme un théâtre où les groupes se donnent à voir, au premier sens du terme, avec leurs différences et leurs systèmes de valeurs respectifs. Les évolutions récentes de l’usage cynégétique illustrent à cet égard une redistribution des cartes du jeu entre les usagers et, par là même, une organisation sociale traditionnelle qui a « du plomb dans l’aile ».

La passe au canard : une passion partagée, des pratiques variées, des groupes différenciés

  • 1 Canard chipeau (Anas strepera), canard souchet (Anas clipeata), sarcelle d’été (Anas querquedula).
  • 2 Fuligule milouin (Aythya ferina), Fuligule morillon (Aythya fuligula).

2La chasse au canard se pratique depuis la fin de la première semaine de septembre jusqu’au 28 février. Durant cette saison, les chasseurs suivent attentivement les mouvements migratoires des oiseaux. Ils savent qu’au début de septembre, les canards colverts nés dans la région formeront le gros de leurs prélèvements, qu’ils seront normalement « bien volants », c’est-à-dire adultes, à moins que la première nichée n’ait péri et qu’il ne s’agisse des canards nés de la deuxième ponte. Ils espèrent également pouvoir tirer sur quelques canards indigènes de surface (chipeau, souchet, sarcelle d’été1) qui seront là jusqu’en décembre et attendent l’arrivée prochaine de ceux qui ne feront que transiter. La période faste se situe donc entre septembre et novembre, puis revient vers la mi-janvier avec la remontée du milouin et du morillon2.

3À une échelle de temps plus réduite, celle d’une journée, les canards transitent également, mais cette fois d’un étang à un autre. Entre chien et loup, au lever et au coucher du soleil, ils quittent au petit matin les étangs où ils ont passé la nuit pour en rejoindre d’autres, généralement plus vastes, qu’ils délaissent le soir pour se rendre ailleurs. Ces deux moments fugaces, qui durent une heure avant que le soleil ne pointe à l’horizon et une heure après qu’il a disparu, s’appellent la « passe du matin » et la « passe du soir ».

L’œil, l’oreille et la main : une technique et un savoir-faire

  • 3 Il existe une autre technique moins usitée qui ne remporte d’ailleurs pas l’adhésion : la chasse « (...)

4Aux moments où le ciel obscur blanchit progressivement et où le ciel encore lumineux s’assombrit, le canard est tiré quand il se pose, s’envole ou passe. C’est une chasse d’attente, où l’homme immobile se tient debout pour tirer. Le fusil pointé en l’air suit le gibier dans sa course, le précède légèrement et tire. C’est une chasse où seuls l’œil et l’oreille sont en éveil, alors que le corps doit s’effacer pour éviter d’attirer l’attention des oiseaux, qui ont l’œil également vif3.

5L’ensemble des chasseurs évoque toujours la passe avec émotion. En témoigne cet industriel grenoblois qui a acheté, il y a une quinzaine d’années, près de 300 hectares, sans en louer une parcelle :

C’est difficile de communiquer cette vision, ce plaisir, des moments absolument extraordinaires. La passe du matin est un moment tout à fait délicieux, il fait nuit noire, on va se mettre dans l’étang, dans des froids épouvantables. Et puis il y a le lever du jour, et il n’y a que dans la nuit noire que vous entendez passer les canards, vous voyez juste un éclair. Alors plus on est attentif, plus on est totalement dans la chasse. Combien de fois, j’ai tiré, j’ai entendu tomber le canard, et celui qui est à côté de moi n’a rien vu. C’est une attention intense, ces moments, je vous l’ai dit, où le temps s’arrête. C’est vrai, c’est de l’action pure, avec en plus toute une approche, un travail, une connaissance.

6Un boulanger à la retraite qui possède deux petits étangs qu’il a fait construire apprécie également beaucoup « le ramdam que ça fait quand le jour se lève, quand ça canasse ». Il se souvient qu’étant jeune « plus il faisait noir, mieux j’y voyais ». Il savait distinguer un colvert d’un rougeot au simple sifflement de son vol, plus léger et plus rapide.

7L’œil, l’oreille et la main pour l’habileté et, en plus, une bonne connaissance des habitudes de l’animal : ces gens de chasse partagent un savoir qui est une sorte de cartographie du ciel et des étangs. Ils connaissent les « lignes » d’étangs que les canards empruntent comme dans un couloir. Ils observent qu’en fonction du temps, les habitudes des oiseaux se modifient : quand le ciel est dégagé, ils viennent plus tard ; ils sont plus nombreux quand c’est nuageux, un peu froid, un peu pluvieux. Ces chasseurs de gibier d’eau distinguent les types de vols en fonction des espèces : les milouins sont plus ramassés, ils volent plus vite ; les petites sarcelles montent à la verticale. Ils connaissent aussi leurs habitudes de vol : un canard « décolle » et « atterrit » toujours vent debout ; il fait toujours un ou deux tours avant de partir en altitude mais, s’il y a beaucoup de vent, il le prend tout de suite. S’il s’agit d’un couple, il faut tirer la femelle en premier et le mâle revient ; on reconnaît le canard blessé à ce qu’il tend le cou, et le canard touché à la tête à ce qu’il « vrille », etc.

8Il ne s’agit pas de traque, ni de poursuite, mais de guet. C’est donc une chasse qui contient bien des aspects favorables à la glorification de l’habileté des chasseurs et qui exalte surtout la performance au tir. Cette notion contient en elle une idée de compétition à laquelle les chasseurs de canards s’adonnent d’ailleurs volontiers pour se mesurer les uns aux autres.

Le modèle bourgeois de la chasse au canard : ostentation et prestige

9Avant que la chasse ne devienne en Dombes, par le système de la location et par l’émiettement de la propriété, une pratique partagée par un grand nombre d’individus qui se disputent aujourd’hui ardemment le terrain, la chasse au canard était l’apanage des grands propriétaires terriens qui la pratiquaient de manière relativement confidentielle et uniquement entre soi. Ces derniers continuent, au milieu des autres, de tenter de l’exercer selon les mêmes modalités.

10S’ils louent leur propriété, ils en conservent toujours une partie pour leur usage personnel, suffisamment vaste pour être tranquille chez eux. Ils y chassent en famille, les femmes portant souvent le fusil, avec des « invités », le plus souvent des amis, d’autres propriétaires de Dombes ou des membres de la même corporation industrielle ou d’affaires. Quand ils louent à titre personnel d’autres étangs, terres et bois contigus à leur propriété, c’est pour « faire tampon » et créer une réserve de chasse qui leur permette d’avoir plus de gibier sur leurs propres terres. Ils y chassent de temps à autre, mais ne prennent jamais d’actionnaires (sous-location). S’ils louent une partie de leurs propres terres, ils ne chassent jamais avec les locataires et prennent généralement soin de les recruter dans un milieu social pas trop étranger au leur (médecins, avocats, etc.).

  • 4 Arme beaucoup plus précise et meurtrière que le fusil.

11Ils n’apprécient pas, disent-ils, de voir sur leurs terres des chasseurs « malades de la gâchette », vêtus de treillis couleur kaki, brandissant carabine4 ou fusil à répétition et aimant boire un coup en exaltant les valeurs viriles. Ils qualifient ainsi la chasse populaire avec une certaine forme de mépris, d’où la difficulté pour les gens extérieurs à ces réseaux relationnels de trouver des étangs à louer. Ce cloisonnement tend néanmoins à s’émousser, mais quand bien même un grand propriétaire confie en location l’un de ses étangs à un artisan qui sous-loue ensuite à une équipe de quinze personnes, la rumeur court, comme s’il y avait toujours besoin de justifier cette entorse à la hiérarchie traditionnelle : « Il a loué à un plombier, c’est peut-être bien parce qu’il lui devait de l’argent ! »

12L’exaltation du groupe est bien étrangère à la sociabilité de chasse bourgeoise. La chasse au canard s’y prête d’ailleurs moins bien que les chasses de traque ou de battues qui contribuent plus fortement à souder le groupe (Bozon & Chamboredon 1980 : 80). Même s’il faut plusieurs « fusils » pour entourer l’étang et cerner les canards, chacun est à son poste, solitaire, éloigné des autres de plusieurs dizaines de mètres. Ils échangent parfois quelques mots criés, « à toi », « derrière », mais c’est bien l’affaire d’un homme concentré, où seule l’habileté individuelle au tir est éprouvée à ce moment précis de la passe.

13Cependant, sociabilité il y a, mais il s’agit plutôt d’entretenir un réseau de relations que de former des groupes bien constitués et relativement stables. À la différence de la Sologne, où le système d’« invitation » est devenu une véritable entreprise capitalistique avec l’organisation de chasses à la journée et des lâchers de faisans ou de canards pour entretenir des relations d’affaires (Chardon 1993), les propriétaires dombistes penchent dans l’ensemble pour une chasse plutôt « amicale » : « À la chasse au canard, on n’a pas d’invitation. Moi je chasse assez souvent avec un autre ami qui a quelques étangs. C’est un excellent chasseur avec lequel je m’entends très bien. Ils sont souvent deux ou trois, pour peu que je ne sois pas nombreux, je dis, “viens donc on va faire un peu équipe”. »

14Cependant, nombre de ces propriétaires ont également l’habitude d’entretenir de la sorte quelques « amitiés » bien utiles et de faire montre, au sein d’un entourage assez large, du prestige à posséder une chasse de qualité. Il y a toujours un invitant qui est le maître d’œuvre et des invités qui se rassemblent parfois autour d’un bon repas, partagé de manière collégiale s’il s’agit d’amis, ou bien sous la forme d’une réception mondaine pour les invités de marque. Mais, dans les deux cas, l’esprit égalitaire et de bonne camaraderie n’est pas revendiqué ; on lui préfère la compétition ostentatoire, s’agissant tout à la fois de se reconnaître entre pairs et de briller parmi les autres.

15Avant et après la chasse, on parle beaucoup de fusils, de leur marque et de leur calibre, de cartouches également, de leur prix, mais aussi de leur numéro indiquant la grosseur des plombs. Ces éléments apparemment anodins sont en fait des indicateurs d’une forme de compétition entre celui qui aura un fusil remarqué, celui qui utilisera la cartouche fétiche qui coûte 3 euros pièce avec un plombage no 5 assorti d’un calibre 16, la marque du fin chasseur. Le nombre de pièces tuées, preuve d’une plus ou moins grande habileté au tir, fait toujours l’objet du « tableau de chasse », moment rituel, ostentatoire et somptuaire, de la chasse (Bozon & Chamboredon 1980 : 76) : les canards sont alignés avec soin sur le sol, devant la maison, soit sur le gravier, soit sur le perron, et pris en photo avec l’équipe de chasseurs à l’arrière.

  • 5 Un « bon » chasseur ne doit tirer que si le canard est à une distance d’environ 20 mètres, il est (...)

16Le jour de l’ouverture de la chasse, les Guillon ont tué trente canards à cinq ; ils se sont alors empressés de téléphoner à un oncle qui chassait sur un étang voisin. En découvrant son piètre tableau de chasse (40 canards à 22 fusils), ils s’exclament en riant : « Nous sommes les champions du monde ! » L’humour bien sûr comme pour se défendre du sérieux de ce petit jeu. Une fois le téléphone raccroché, ce fut alors l’occasion de se distinguer – « Ils ont tiré de trop loin, ça a effrayé le gibier, c’est du plomb tombé dans l’eau »5 –, mais aussi de critiquer. Leur parent organise des chasses à la journée avec des lâchers de gibier : « C’est plus de la chasse, c’est du tourisme, de la chasse mondaine, ils tirent sur des autobus, des canards agrainés, ça abâtardit la race. Ce n’est plus de la chasse, c’est du ball-trap. » Ôter la difficulté de la capture transforme le chasseur en simple tueur, non pas avide comme le serait à leurs yeux un chasseur populaire, mais sans âme.

  • 6 En 1976, il se tuait environ 60 000 canards par an. Je ne possède pas de chiffres pour la période (...)

17Les grands propriétaires dombistes sont donc favorables à une baisse de la pression cynégétique, assurément forte, qui s’exerce sur les étangs6. Cependant, ils continuent de rivaliser entre eux, à qui aura fait le plus beau tableau de chasse. La contradiction ne les choque pas, car il s’agit ni plus ni moins de dire « nous ne sommes pas comme eux, les viandards » et d’évoquer avec nostalgie le temps béni où le gibier pullulait encore, le temps où la Dombes était un paradis cynégétique essentiellement réservé aux grands propriétaires, à leurs invités et aux locataires triés sur le volet.

18Certains propriétaires ulcérés face au nombre croissant de chasseurs qui, de leur point de vue, « abîment la Dombes » réagissent en créant des réserves de gibier sur leur propriété. Mortifiés par la perte concomitante de leur privilège, ils se font défenseurs de la faune au point que leurs discours pourraient faire penser qu’ils ont adopté la cause écologique : « Je n’ai pas de relations avec ces nouveaux propriétaires qui amortissent leur propriété en tuant. Sur Vavre, 7 500 francs la demi-part de chasse, 15 000 francs la part, 40 chasseurs, 1 200 cartouches, 120 canards. Heureusement, ils tirent comme des cloches. Ils sont dix à tirer sur le même canard. C’est un drame ! »

  • 7 Durant une chasse au canard, il n’y a guère que le garde-chasse qui peut accompagner les chasseurs (...)
  • 8 La chasse à courre n’est pas une tradition locale, mais se pratique régulièrement depuis quelques (...)
  • 9 Mme Julliand fait ici référence à une altercation entre un fermier et des cavaliers dont je lui ai (...)

19Dans leur perspective, la chasse est une pratique effectuée pour soi et entre soi. La population locale n’est d’ailleurs pas associée à ces moments ludiques. D’une part, la chasse au gibier d’eau se prête assez mal à une association de type paternaliste entre les nantis et les gens du pays7, comme celle observée entre chasseurs et rabatteurs ou cavaliers et suiveurs (Pinçon 1996). D’autre part, dans le cas des battues comme des parties de chasse à courre, la population locale est relativement absente, soit pour motif d’exclusion – il est difficile d’être invité aux battues administratives et privées –, soit par manque d’adhésion à la pratique – la chasse à courre réunit parmi ses suiveurs quelques grands propriétaires terriens, des gardes-chasse ou des curieux8. Les fermiers, très opposés à ce type de chasse, la jugent non seulement barbare – « Faire courir une bête jusqu’à l’épuisement, c’est bien dégoûtant » – mais aussi « vieille France » – « Il ne faudrait pas qu’ils croient qu’ils peuvent revenir à l’ancien temps, se montrer comme ça, plus personne ne l’accepterait et les fermiers qui sont obligés de subir leur supériorité contre une cuisse de chevreuil9 ».

20Toujours cette distinction et l’affirmation d’un système de valeurs différent de la part du monde agricole, sans adhésion à la pratique ou à la mise en place d’une sociabilité locale qui lui soit afférente. Pas d’association entre les catégories sociales en présence, mais de l’opposition et de la contestation de la part de la population locale : soit parce qu’ils ne sont pas chasseurs comme les fermiers, soit justement parce qu’ils le sont. C’est le cas d’une partie des Dombistes qui revendiquent le droit au canard. Tirer le gibier d’eau est un privilège social fortement associé au modèle de la chasse bourgeoise. Ceux qui veulent aussi faire la passe, sans avoir accès à l’étang, se positionnent donc comme défenseurs de la chasse des pauvres. C’est le cas des affûteurs, que j’appelle les chasseurs de la marge.

Les chasseurs de la marge et les « canards du bon Dieu »

21L’étang est une masse d’eau entourée de terres qui le bordent et de chemins agricoles ou de routes qui le longent, voire s’appuient sur la chaussée. Ces terres parfois, ces chemins toujours (s’ils sont communaux) sont des espaces interstitiels. Sur ces enclaves bien situées, au moment de la passe, on peut apercevoir des hommes, fusil pointé haut vers le ciel, en attente des canards qui vont les sur voler.

  • 10 Cette chasse banale à partir des chemins communaux est également pratiquée en Camargue, mais n’y r (...)

22Ces chasseurs ont un nom, ce qui témoigne d’une forme de reconnaissance sociale de la pratique. Il s’agit soit de borduriers (qui possèdent ou louent les parcelles de terre en bordure d’étangs) ; soit d’affûteurs (qui chassent à partir des chemins communaux)10. On peut donc visualiser la situation qui se présente parfois : certains chasseurs sont postés autour de l’étang, sur ses rives ; d’autres installés en retrait se situent généralement à une distance minimum de 30 mètres de la masse d’eau ; d’autres, enfin, se positionnent sur les chemins ou les routes toujours à moins de 150 mètres de l’étang. Trois rangées de chasseurs en somme.

  • 11 Les tableaux de chasse des affûteurs sont assez faibles par rapport à ceux qui possèdent ou louent (...)

23Les deux dernières catégories de chasseurs sont toujours distinguées de la première et caractérisées par leur impossibilité d’avoir accès à l’eau. Cette différenciation spatiale terre/eau apparaît déterminante et prend son sens au travers des significations sociales qui lui sont attribuées. Pour les chasseurs de la terre, l’eau est l’espace convoité auquel ils n’ont pas accès, soit pour des raisons financières, soit parce qu’ils ne font pas partie des privilégiés qui peuvent bénéficier de l’appui de réseaux sociaux adéquats. Aussi à la distinction entre terre et eau se superpose une hiérarchie sociale que l’on peut résumer par cette remarque d’un affûteur : « Les gros, ils ont les pieds dans l’eau, et les petits, ils ont les restes. » Les restes, ce sont les canards qui ont échappé aux tirs nourris des chasseurs de l’eau, plus difficiles à tirer à partir des chemins ou des bordures, car ils ont déjà pris de la hauteur et ne font que passer11.

  • 12 Un chasseur m’a parlé de location à raison de 150 euros/hectare, voire plus quand la parcelle est (...)

24Concernant les borduriers, il est impossible d’évaluer leur nombre. Ces parcelles en bordure des étangs appartiennent le plus souvent à de petits propriétaires locaux, agriculteurs ou issus de l’agriculture, qui les louent à des chasseurs des alentours (artisans, commerçants, employés), à moins qu’ils ne chassent eux-mêmes. Le prix de la location d’un territoire comprenant une bordure d’étang peut devenir relativement élevé12.

  • 13 On trouve des traces plus anciennes de cette coutume qui existait déjà en 1871, mais rien de préci (...)
  • 14 Cet arrondissement qui comptait sept cantons recouvre plus ou moins ce qu’il était convenu d’appel (...)

25La connaissance du milieu des affûteurs est plus aisée car ils se sont organisés collectivement et adhèrent à une association loi 1901 appelée « Syndicat des chasseurs dombistes affûteurs ». Créée en 193513 à l’initiative d’un boucher de Villars-les-Dombes, cette association défend le « droit coutumier de la passe sur les chemins communaux ». Ce n’est pas une chasse communale de type acca, car les espaces concernés ne sont pas privés (les agriculteurs fermiers, même s’ils ne sont pas adhérents, n’en contestent donc pas la légitimité). Son échelle déborde d’ailleurs largement les limites communales, quarante et une communes qui correspondent à l’ancien arrondissement de Trévoux14 étant concernées.

26L’adhésion au syndicat est accordée en vertu de deux règles essentielles : avoir sa résidence principale depuis au moins un an dans l’une des communes concernées ; ne pas avoir la possibilité de chasse permanente et personnelle au gibier d’eau. Importent donc à la fois le principe d’appartenance à la région – le qualificatif « dombiste » faisant d’ailleurs partie de l’intitulé du syndicat –, ainsi que l’appartenance à une catégorie sociale à qui échappe l’eau par défaut de fortune.

27Lors de ma rencontre avec l’ancien président du syndicat, un instituteur à la retraite résidant dans la banlieue de Bourg-en-Bresse, ce furent les deux points sur lesquels il insista : « La raison de ce syndicat, c’est le droit de chasse des pauvres, c’est une lutte de classes, et puis l’attachement à des traditions locales, ça fait partie de la culture dombiste. » Le vice-président comme l’ancien président ne sont pas originaires de la Dombes et occupent en outre des professions qui les placent au-dessus des petits ouvriers, chômeurs et petits artisans qui forment le gros des adhérents. La « défense des pauvres » et de la « tradition dombiste » est donc plutôt orchestrée par des allochtones et petits notables.

  • 15 Maçons, menuisiers, électriciens, mécaniciens, plombiers.
  • 16 Bouchers, cafetiers, boulangers.

28Le syndicat compte aujourd’hui 420 adhérents, contre 677 en 1976, qui payent une cotisation annuelle de 10 euros chacun. L’effectif va plutôt décroissant, surtout dans les communes limitrophes à la Dombes des étangs. Dans l’un des cantons les plus inondés comme Villars, le nombre des affûteurs inscrits en 1995 était encore de 147, contre, il est vrai, 207 en 1976, époque prospère consécutive à l’afflux de nouveaux habitants. Les catégories socio-professionnelles les mieux représentées en 1975 sont, sur 207 individus recensés : les artisans15 (48) ; les ouvriers en usine (40) ; les employés (22) ; les chauffeurs routiers (18) et les commerçants16 (12) qui forment le gros des effectifs (majorité hors secteur agricole). Trente-huit cultivateurs sont recensés, dont certains sont ouvriers agricoles. Le reste se distribue assez uniformément entre des retraités, des étudiants, des instituteurs, des commerciaux et des sans profession. Pour la période plus récente, on observe les mêmes professions et l’importance relative de chacune, avec cependant un affaissement sensible de la proportion des cultivateurs.

29Ces affûteurs sont parfois des Dombistes d’origine paysanne qui ont quitté le travail de la terre et sont devenus ouvriers dans les usines du pourtour de la Dombes ou bien employés. Ceux-ci, à la différence des fermiers, revendiquent une identité locale, une autochtonie, un lien au territoire en forme d’enracinement dans le rural, comme un retour au pays perdu. Pour ce qui est des Dombistes artisans ou commerçants, qui ne sont généralement pas propriétaires de terres et encore moins d’étangs, ils observent les chasseurs venus de Lyon affluant vers leur lieu de vie et s’exclament, comme animés par un sentiment de dépossession, « Nous sommes dombistes, et l’on ne pourrait pas chasser en Dombes ! ». Pour les agriculteurs, adhérer au syndicat correspond souvent à une manière de se positionner vis-à-vis de la puissance des détenteurs de la propriété ou de faire montre d’une attitude indépendante et critique en regard du système du fermage. Quand il s’agit de nouveaux résidents, l’adhésion au syndicat peut présenter une manière de s’approprier leur nouvel espace de vie et de trouver là l’un des plus sûrs moyens pour accéder à une sociabilité locale.

30Comme toujours, les fervents défenseurs de la culture locale sont aussi ceux qui n’en sont pas les enfants, mais les fils adoptifs. Ils vivent dans les bourgs et villages de Dombes et regardent avec envie la campagne environnante, ce terroir parsemé d’étangs, un peu trop fermé à leur goût, et bien souvent réservé aux « Lyonnais » (expression usitée pour désigner tous les citadins de classe aisée, qu’ils soient de Lyon ou d’ailleurs).

  • 17 Le caractère res nullius du gibier est un héritage du droit romain qui fait que l’une des interpré (...)

31Au-delà de leurs différences, tous les affûteurs s’élèvent donc ensemble contre le fait que « les propriétaires pensent que les canards leur appartiennent ». Si la terre est privée, les chemins sont communaux. Les canards sont un don du ciel, un ciel qui ne se découpe pas en parcelles, dans lequel le canard peut évoluer librement et devenir la proie légitime de celui qui a le « droit » de se trouver juste en dessous, car il s’agit bien à leurs yeux d’un droit incontestable et inaliénable17.

Les affûteurs et ceux qui ont les pieds dans l’eau s’affrontent

L’affût « bon enfant »

  • 18 Bollet est propriétaire de sa petite exploitation de 6 hectares et loue par ailleurs les terres qu (...)

32Quand Bollet, un agriculteur âgé d’une cinquantaine d’années18, chasse à l’affût, il perpétue une activité que son grand-père et son père ont toujours exercée, ayant attrapé par transmission filiale le « virus » de la chasse. Dans l’obscurité au petit matin, il part seul ou bien accompagné de sa fille et d’un camarade, ouvrier agricole, et gare sa voiture dans un chemin, en bordure d’un bois. Au loin, il reconnaît parfois un ou deux affûteurs, ils échangent quelques mots chuchotés à propos des bons chemins du moment et se dispersent à nouveau dans le noir « pour ne pas chasser les uns sur les autres ». Il se poste derrière une barrière qui clôt le pré le séparant de la masse d’eau et attend que le canard veuille bien le survoler.

  • 19 « Chez Maître de N., ils viennent une vingtaine le samedi, avec trois tenues, une de chasse, une d (...)

33L’étang au loin est celui du plus gros propriétaire de la commune qui possède encore 600 hectares. Bollet le connaît bien, depuis toujours. Ils se côtoient surtout au sein du conseil municipal dont ils sont tous les deux membres. Bollet connaît ses habitudes de chasse et les moments où il est présent au village. Ces informations lui sont parfois transmises par sa femme qui travaille au château, lorsqu’une chasse à la journée est organisée19. Savoir si le châtelain est là a deux avantages : « Le mercredi ce n’est pas bien bon, les bourgeois ne sont pas là » ; ou à l’inverse « on sait qu’on peut être tranquille, il me fait faire des bêtises, d’aller cueillir les fleurs près de l’étang ! ».

  • 20 Ce choix d’aller travailler au château, quand on est dans une famille qui depuis toujours s’est po (...)

34Ce jeu de dupes et de ruse fait l’objet d’un accord implicite, comme si cette forme de contestation était l’émanation et la perpétuation des rapports sociaux d’autrefois, quand la grande propriété était le principal cadre structurant de la vie en société et que les chasseurs de la marge étaient pris dans une relation personnelle avec le propriétaire. Bollet n’est pas en odeur de sainteté auprès de ce propriétaire qui, d’après le régisseur, s’est toujours refusé à lui louer des terres, choix que Bollet ne semble pas contester – « il préfère donner à ses fermiers » –, ayant estimé qu’il valait mieux louer à d’autres. Cependant, cet antagonisme sourd n’affecte pas l’ensemble de la relation (comment expliquer sinon que Mme Bollet aille servir au château20 ?). Concernant l’affût, le propriétaire n’a d’ailleurs jamais « fait d’histoire », dit Bollet, excepté une fois : il s’est opposé à ce que son chien aille chercher un canard tombé de l’autre côté de la barrière.

35Il s’agit bien dans ce contexte d’une pratique légitime, c’est-à-dire qui fait l’objet d’un accord, certes critiqué et générant des agacements et des frictions, mais dont le principe n’est pas fondamentalement remis en cause : « Les affûteurs, c’est ceux qui tuent les canards du voisin, mais que voulez-vous, ils ont aussi bien droit aux canards du bon Dieu ! » dit ce propriétaire. Il n’est pas remis en cause tant qu’il s’inscrit dans le cadre de l’opposition traditionnelle entre le monde agricole et les grands propriétaires bourgeois. Mais Bollet n’est-il pas un peu le dernier des Mohicans ? Cette configuration sociale est-elle encore à l’ordre du jour, ou plutôt n’est-elle pas concurrencée par d’autres systèmes d’oppositions et d’alliances, révélateurs de nouveaux enjeux contemporains de la pratique de l’affût et, plus généralement, de la chasse ?

Quand l’affût défraye la chronique : alliances et mésalliances entre gens de chasse

36Il faut remonter aux années 1975-1980 pour comprendre les nouvelles significations de la pratique. Les événements prennent un tour sérieux et revêtent la forme d’une lutte de classes bien étrangère à l’esprit de ceux qui pratiquaient l’affût ou le pratiquent encore parfois. La confrontation a commencé d’émerger quand de nouveaux propriétaires sont arrivés sur le terrain, que le système de la location de chasse s’est développé au point d’entendre parler de « marché juteux » et, enfin, depuis que les effectifs et la composition sociale du groupe des affûteurs ont changé, ayant cessé de s’inscrire dans un espace social structuré par la propriété. Les grands propriétaires traditionnels sont en quelque sorte progressivement sortis du jeu, pour laisser la place à de nouvelles alliances et mésalliances locales, qui révèlent que des groupes de pression ont commencé d’émerger et que l’affût est devenu aujourd’hui une affaire entre gens de chasse. C’est là une évolution majeure.

37De vifs conflits portés devant les tribunaux ont défrayé la chronique locale. Ils ont commencé vers les années 1950 et ont atteint leur point culminant entre 1975 et 1978. Un certain nombre de propriétaires fonciers et de locataires, dont un fameux avocat lyonnais, représentant de la Ligue française de protection des oiseaux et par ailleurs locataire d’un vaste territoire de chasse comprenant six ou sept étangs, vont mener une guerre sans merci au Syndicat des affûteurs, sur le terrain juridique.

  • 21 Arrêté préfectoral du 25-07-1951 qui précise qu’« il est interdit de faire usage d’armes à feu sur (...)
  • 22 Il est fait référence ici à la propriété communale ou départementale et aux tirs horizontaux (et n (...)

38Les points retenus contre cet usage coutumier sont principalement le délit de chasse sur le domaine public21 et le délit de chasse sur la propriété d’autrui sans le consentement du propriétaire22. Ce groupe de propriétaires et locataires ulcérés a souvent gagné les procès intentés et a vivement contesté l’une des clauses de l’arrêté préfectoral sur la sécurité publique qui précisait que « par dérogation, et seulement pour l’arrondissement de Trévoux, la chasse à la passe du gibier d’eau est autorisée ». Ils portèrent l’affaire devant le Conseil d’État qui leur donna raison, estimant que « le préfet a pris des dispositions n’entrant pas dans le champ d’application des pouvoirs de police qui lui sont conférés ». Il n’était donc plus dans le pouvoir du préfet d’officialiser cette pratique jugée illégale en regard du droit national.

  • 23 Les affûteurs peuvent tuer le canard avant qu’il n’arrive sur l’étang et provoquer son envol avant (...)

39Et pourtant, l’usage a survécu. Certains locataires et propriétaires considérèrent cette situation comme intolérable, voire ubuesque. Non seulement ils devaient supporter les tirs nourris sur des canards bien souvent réimplantés, mais surtout la chasse, chèrement convoitée et payée, perdait du même coup saveur et valeur23. Ces propriétaires ont, un temps, menacé de vider leurs étangs en désespoir de cause. Ils espéraient que leur opposition ferait l’effet d’une étincelle qui mettrait le feu aux poudres, qu’elle serait suivie d’une levée générale de boucliers contre l’affût, rassemblant l’ensemble des propriétaires et locataires d’étangs de Dombes.

40Il n’en fut rien. Ils ont plutôt rencontré une résistance locale, même de la part de ceux qui étaient apparemment les premiers visés, les grands propriétaires traditionnels. Que ces derniers considèrent la pratique comme une nuisance, cela ne fait pas de doute. Mais à l’instar de ce que j’ai pu observer lors de la création de l’association Contracca, le syndicat obtint localement un soutien important. Un appui politique d’une part : une dérogation, avec reconduction tacite lors du changement de maire, a été signée par les quarante et un maires et les sept conseillers généraux des cantons concernés en 1977. Ce soutien, dont les affûteurs pensent qu’il est électoraliste, n’en est pas moins précieux, car il fait tomber le grief contre le délit de chasse sur le terrain d’autrui sans consentement préalable.

41Les affûteurs reçurent d’autre part l’appui de plusieurs propriétaires dombistes. En témoigne le courrier du président du syndicat adressé à un journaliste opposant à la cause : « Savez-vous que l’Association de la propriété agricole de l’Ain a formellement désavoué l’action menée par quatre propriétaires d’étangs auxquels elle a dénié toute représentativité. Ils sont les descendants de ceux qui ont accordé le droit coutumier aux habitants de la Dombes. Vous pouvez vous renseigner auprès d’eux, car ils devraient faire partie “des propriétaires exaspérés prêts à vider leurs étangs” ! » L’auteur cite alors quelques membres de la noblesse locale ainsi que les patronymes de vieilles familles, quelques « vrais » Dombistes, seuls détenteurs d’une autorité légitime en vertu de la tradition.

42Petits chasseurs et grands propriétaires, opposés sur le terrain, deviennent alliés contre ceux que les premiers appellent les « parvenus » et ceux que les seconds redoutent en tant que représentants d’un nouveau monde qui les marginalise progressivement au sein de l’espace social. À l’opposition traditionnelle propriété/droit d’usage qui persiste néanmoins, vient ainsi se superposer une nouvelle forme d’opposition intérieur/extérieur, ancien/nouveau, rural/citadin.

43Le climat conflictuel a néanmoins fini par se tempérer. D’une part, à cause de la reconnaissance sociale dont le droit coutumier a bénéficié et contre laquelle les propriétaires les plus virulents n’ont rien pu faire. D’autre part, un véritable coup de force obligea les derniers irréductibles opposants à la pratique à céder. Le statu quo résulta d’une entrevue dans le bureau du préfet en septembre 1978. Dans la presse locale, on peut lire : « Le président du Syndicat dit : on veut faire disparaître notre tolérance. Qu’elle disparaisse alors pour tous. M. et D. (les deux propriétaires opposants) contre toute attente proposent la suppression de la passe du soir, proposition que M. le préfet a finalement retenue pour prendre sa décision. »

44On imagine le tollé général que cette décision provoqua. Le préfet reçut deux mille pétitions. Il devenait dès lors urgent de faire cesser les différends et de donner à l’affût la possibilité de cohabiter, sans procès incessants, avec les autres pratiques de chasse. L’avocat initiateur de la contestation virulente fut mis au rancard. Le préfet annula la décision de suppression de la passe du soir. Les groupements de chasseurs opposés à l’usage ont baissé les armes.

45Le syndicat, partenaire devenu incontournable, est toujours représenté officiellement à l’occasion des rassemblements effectués sous l’égide de la Fédération des chasseurs de l’Ain, de même que le président de la fédération assiste à chaque réunion des affûteurs. Les oppositions internes se taisent en faveur d’un front commun, qui oppose cette fois le local (les Dombistes et les citadins des environs) au national, voire à l’Europe. Quatre cents chasseurs fédérés toujours prêts à manifester sont bien utiles car, comme le dit le président de la Fédération des chasseurs : « Ce n’est pas légal, mais c’est difficile de, comment dirais-je, de supprimer ça, parce que vous risquez de perdre cinq cents chasseurs. » Les affûteurs ne se font pas d’illusions sur cette alliance stratégique, mais entendent également défendre leurs intérêts de chasseurs, quand le gouvernement décide une modification des dates d’ouverture ou de fermeture de la chasse ou bien lors de l’adoption de nouvelles directives européennes pour la préservation de l’habitat de la faune sauvage. Ils sont même solidaires quand il s’agit de manifester contre le cormoran, espèce aujourd’hui protégée, mais terrible prédateur de poisson. Ce poisson, les affûteurs s’en moquent, mais dès qu’il est question des « écologistes », de l’« Europe verte », ils sont toujours prêts à pendre l’effigie en carton de Mme la ministre de l’Environnement, aimablement surnommée la « grue cendrée » ou la « jument verte ».

  • 24 Les assemblées de chasseurs auxquelles j’ai assisté, qui se déroulent dans la salle des fêtes de V (...)
  • 25 L’affût est-il une chasse de nuit ou une chasse crépusculaire ? La notion de nuit peut faire l’obj (...)

46Les affûteurs se mêlent au monde hétérogène des chasseurs de gibier d’eau et s’assoient sur le même banc lors des réunions24 mais ils restent sur leurs gardes, bien conscients que, s’ils ne représentent plus une véritable force locale avec des effectifs suffisants, leur droit pourrait être à nouveau contesté par ceux-là mêmes qui défendent la tradition dombiste. C’est ainsi qu’il faut comprendre cette remarque du vice-président du syndicat : « Tout le monde est hors la loi. Le Code rural dit que la chasse est interdite avant le lever et après le coucher du soleil25. Ça vaut pour les propriétaires comme pour les affûteurs. Si on nous titille, on va faire valoir cette législation. Le jour où ils nous élimineront, ils disparaîtront aussi. » L’homme fait ici référence au moyen de pression dont avait usé l’ancien président, comme une bonne raison de rester « solidaires ».

Des tensions persistantes

  • 26 D’où parfois la naissance de conflits comme celui dont m’a fait part un agriculteur, qui a opposé (...)

47La vente des chemins communaux a réduit, au fil des décennies, l’importance du territoire de chasse des affûteurs : « On les a vendus pour un franc symbolique à des propriétaires, ça coûtait cher d’entretien, et maintenant ils ne veulent plus les vendre, ils sont cadastrés. Il y a des droits de passage pour le travail, pas pour les promeneurs », raconte le maire de Versailleux, qui déplore ces transactions, obstacles à la création de chemins pédestres. Les promeneurs visés par cette privatisation stratégique de l’espace public sont les affûteurs, mais aussi les touristes ou les nouveaux résidents : « On est obligé de mettre de plus en plus de barrières, c’est vrai que maintenant les gens sont culottés, le week-end quand ils arrivent, eh bien ils vont jusqu’au thou de l’étang. Alors on déballe, on s’installe en voiture, on claque les portes, on fait du bruit, on pique-nique, on laisse des sacs partout », raconte le régisseur. La promenade pédestre doit rester soumise aux impératifs de la chasse et aux exigences de ceux qui possèdent ou louent l’étang26.

48Les affûteurs se plaignent également de cette nouvelle habitude de protéger les étangs par une barrière végétale, ce qui rend très difficile le tir du canard. Ils accusent les locataires et les nouveaux propriétaires « infatués de leur pouvoir » de promouvoir une nouvelle philosophie « c’est à moi, je paye, je ferme, je mets du feuillage pour cacher la vision, j’achète un chemin, je mets des barrières, pour dire c’est à moi ». Ces habitudes ne sont en fait pas l’apanage des nouveaux, mais révèlent une évolution qui se confirme au fil des ans. Certains propriétaires traditionnels s’y refusent, estimant que la vue sur un étang ne peut se refuser, d’autres y sont amenés sous la pression de leurs locataires de chasse, d’autres enfin barricadent leurs étangs derrière des haies touffues pour que « leurs » canards vivent en paix et y demeurent. Enfin, aucun ne voit d’inconvénient à acheter un chemin.

49Les heurts les plus vifs dont j’ai été témoin sont plutôt le fait de locataires de chasse récents, qui découvrent avec stupeur que sur la chaussée de l’étang loué, se poste régulièrement une rangée de chasseurs. Leurs réactions peuvent être sans appel : nous ne tolérerons aucun affûteur ni aucun arrangement. La réplique des affûteurs est alors à la mesure de cette fin de non-recevoir : venir avant le lever du jour en voiture, tous phares allumés, sonner du klaxon et faire briller les lampes torches, pour provoquer une belle levée de canards, comme cela s’est produit à Birieux en 1998.

  • 27 Agents des Eaux et Forêts, de l’Office national de la chasse, de la police municipale ou gardes de (...)

50Lors de la réunion annuelle du syndicat, le président de la Fédération des chasseurs a invité ce groupe d’affûteurs à faire preuve de sagesse : ne chasser que quand les locataires sont là ; ne pas tirer avant eux ; éviter les « levées sauvages » qui donnent une mauvaise image des affûteurs et contraindraient la « garderie »27 à les épingler ; aller chasser sur d’autres étangs ; tirer à la verticale et renoncer à son droit de suite au moins pour le moment.

51Le syndicat recommande également de trouver un consensus sur les modalités d’exercice de la pratique avec les chasseurs offusqués. Cependant, il convient de ne jamais renoncer à son droit et de ne pas obtempérer face à certains arrangements jugés irrecevables, comme celui de ne plus faire l’affût le soir et de ne chasser que quatre ou cinq fois par an en même temps que le propriétaire, en contrepartie de quoi ils sont invités à tour de rôle à chasser dans l’étang.

52Les conflits opposent également tout propriétaire ou locataire, qu’il soit nouveau ou anciennement implanté, quand les affûteurs ne connaissent pas les règles implicites du jeu ou les transgressent. Voici ce qu’un propriétaire dit du comportement jugé inadéquat, voire inadmissible, d’un groupe d’affûteurs qui chassent à proximité de ses étangs : ils sont membres de la Société privée de chasse de Chalamont, ce qui suppose qu’ils ne soient pas « nécessiteux » et qu’ils chassent par ailleurs les pieds dans l’eau ; ils viennent faire la passe à neuf fusils – 400 cartouches en un soir, précise-t-il, soulignant leur absence de modération ; ils ne se sont jamais présentés à lui et ne lui ont pas demandé l’autorisation d’aller chercher les canards tombés dans l’étang.

53En d’autres termes, ce propriétaire regrette que cette pratique soit revendiquée dans un « esprit syndicaliste » et qu’elle n’émane pas d’une entente d’homme à homme, ou plutôt que la relation personnelle de type paternaliste – « Je vous l’accorde mais soyez raisonnables » – n’en soit pas la principale source de légitimité. Quand les arrangements ont lieu, on entend en effet ce type de discours protecteurs et condescendants de la part de gens qui ont quelques moyens financiers : « On les a soutenus car ils font partie des gens nécessiteux qui n’ont pas de propriété. Ils soutiennent très bien la chasse. La condition, c’est qu’ils respectent la propriété. Chasser en même temps, ce n’est pas plaisant, mais il faut bien donner du plaisir aux autres. Quand le canard tombe dans l’étang, on leur amène. »

54Enfin, les heurts peuvent finalement opposer des gens assez proches en termes de catégorie sociale. Comme le dit Bollet, « il y en a qui ont viré gros ». En citant l’exemple d’un plombier, autrefois fervent défenseur de la cause des affûteurs et ayant aujourd’hui trouvé un étang à louer, il ajoute : « Il tolère les affûteurs, il n’oserait quand même pas ! » Ce témoignage souligne la trahison de cet ancien pair qui, aujourd’hui, comme les autres voire plus que les propriétaires eux-mêmes, défend ses prérogatives de locataire de chasse. Bollet se plaint de ses agissements de « viandard », de son acharnement avec quinze autres fusils à tuer tout ce qui bouge, du peu de respect qu’il a pour les fermiers – ils ont affolé son troupeau de blanches. Les arrangements de type paternaliste n’ont plus lieu d’être et les tensions peuvent ainsi arriver à leur comble.

55En fait de « gros » et de « petits », les affûteurs avouent parfois n’avoir pris leur carte que pour soutenir le mouvement. L’affût devient ainsi un usage qui contredit de plus en plus l’idéologie qui l’a fait naître en opposant des groupes dont les frontières sont moins étanches que ce que les discours ne veulent bien le dire. La chasse des « pauvres » dans le cadre de la grande propriété se transforme en rivalités, non plus pour avoir accès au canard dans ses marges, mais pour jouer dans la cour des grands, les égaler, si ce n’est économiquement, au moins au niveau du prestige qu’il y a à chasser sur un étang en Dombes.

Conclusion

56La possession de l’étang qui donne le droit de prélever les « fruits » sauvages qu’il porte à sa surface renvoie à une césure spatiale et sociologique qui donne toute sa force et sa spécificité à cette chasse au gibier d’eau. « Le canard appartient à l’eau », entend-on dire souvent. Cette différenciation est liée aux modalités juridiques d’accès au territoire qui distingue les simples usagers de l’espace communal (public) et les propriétaires et locataires d’un espace en propriété (privé), ceux qui font valoir la légitimité du droit coutumier et ceux qui rattachent l’usage au droit de propriété. La hiérarchie locale se mesure traditionnellement à l’aune de cet accaparement différencié de l’espace.

57Ces trois registres de distinction (spatial, social et juridique) dessinent la société des gens du canard qui se saisissent de cette matière à penser pour se reconnaître ou se méconnaître, pour s’affronter ou s’allier. Aux rapports sociaux traditionnels se sont substituées de nouvelles divisions plus proches de l’opposition de groupes sociaux collectivement organisés. Le glas a sonné de l’heure du « chacun à sa place » car, si la différenciation sociale intimement associée à la distinction spatiale terre/eau perdure, elle ne revêt plus le même ensemble de significations. Ce processus révèle que le pouvoir est en train de changer de mains et qu’il se distribue entre les acteurs sociaux selon de nouvelles modalités. Les « petits » (artisans et commerçants) ont de plus en plus accès à l’eau et se mesurent moins aux grands propriétaires qu’aux locataires de chasse d’origine sociale plus diversifiée. À la différence d’autrefois, et malgré ce que laissent penser les discours sur « la chasse des pauvres », les affûteurs rêvent moins de rester dans la marge et de conforter de la sorte la hiérarchie locale par la contestation populaire, que de bénéficier également du privilège d’avoir accès à l’eau et de tirer le canard en ayant les pieds mouillés.

58Les grands et vieux propriétaires sortent ainsi progressivement du jeu. La démocratisation de la chasse affecte non seulement leurs privilèges, qui ne gardent un sens qu’en étant réservés, mais elle brouille les cartes du jeu social. Les anciens accusent encore le morcellement foncier et les nouveaux propriétaires. Ils déplorent que le droit coutumier de la passe au canard à partir des chemins communaux n’émane plus de la tradition dont ils étaient jusqu’alors les garants et la raison d’être, mais devienne une histoire politique entre groupes de pression, entre gens de chasse qui se disputent le canard et le terrain laissé vacant par l’affaissement de la grande propriété et du pouvoir traditionnel qui lui était afférent.

Notes

1 Canard chipeau (Anas strepera), canard souchet (Anas clipeata), sarcelle d’été (Anas querquedula).

2 Fuligule milouin (Aythya ferina), Fuligule morillon (Aythya fuligula).

3 Il existe une autre technique moins usitée qui ne remporte d’ailleurs pas l’adhésion : la chasse « à cul-levé » consistant à envoyer un chien dans l’étang en plein jour pour déranger l’oiseau que l’on tire au départ de son envol.

4 Arme beaucoup plus précise et meurtrière que le fusil.

5 Un « bon » chasseur ne doit tirer que si le canard est à une distance d’environ 20 mètres, il est sûr alors de le tuer sans le blesser. C’est également la preuve d’une bonne maîtrise de soi (ne pas céder à la tentation de tirer sur tout ce qui bouge, par avidité).

6 En 1976, il se tuait environ 60 000 canards par an. Je ne possède pas de chiffres pour la période actuelle, mais d’après un représentant de l’onc, il est vraisemblablement supérieur. Une directive de la Fédération des chasseurs, qui a été dans l’ensemble respectée, a donné la consigne de ne pas faire la passe, mais d’attendre l’heure légale d’ouverture de la chasse pour diminuer les prélèvements (entre 50 et 200 canards en moyenne par étang). Ils entendent ainsi montrer leur capacité à réguler eux-mêmes la pratique et revendiquer de la sorte la nécessité de reconnaître aux locaux la liberté d’organiser l’usage.

7 Durant une chasse au canard, il n’y a guère que le garde-chasse qui peut accompagner les chasseurs sans porter de fusil pour récupérer le gibier tué.

8 La chasse à courre n’est pas une tradition locale, mais se pratique régulièrement depuis quelques années : un équipage de Saône-et-Loire vient, une fois l’an, traverser à cheval les terres d’une quinzaine de propriétés.

9 Mme Julliand fait ici référence à une altercation entre un fermier et des cavaliers dont je lui ai fait le récit après coup. Le fermier a barré le chemin avec sa voiture, empêchant les chevaux de passer. L’organisateur de la chasse lui a promis, en échange du droit de passer, une cuisse de sanglier.

10 Cette chasse banale à partir des chemins communaux est également pratiquée en Camargue, mais n’y revêt pas la même importance qu’en Dombes (Bordes & Voisin 1982 : 3).

11 Les tableaux de chasse des affûteurs sont assez faibles par rapport à ceux qui possèdent ou louent l’étang. Ils tuent en moyenne par an et par personne entre 5 et 15 canards.

12 Un chasseur m’a parlé de location à raison de 150 euros/hectare, voire plus quand la parcelle est très bien située (450 euros par hectare et par chasseur ; sur certaines parcelles, on trouve jusqu’à une dizaine de chasseurs).

13 On trouve des traces plus anciennes de cette coutume qui existait déjà en 1871, mais rien de précis sur son origine (Bordes & Voisin 1982 : 14).

14 Cet arrondissement qui comptait sept cantons recouvre plus ou moins ce qu’il était convenu d’appeler au xviiie siècle la souveraineté de Dombes, nantie d’un parlement et ayant frappé monnaie, d’où la persistance de frontières qui débordent la région des étangs et dont le syndicat revendique la force du symbole, l’indépendance au fondement d’une identité dombiste.

15 Maçons, menuisiers, électriciens, mécaniciens, plombiers.

16 Bouchers, cafetiers, boulangers.

17 Le caractère res nullius du gibier est un héritage du droit romain qui fait que l’une des interprétations possibles de la chasse est qu’elle relèverait de la « communion sociale » (Malafosse 1989 : 18).

18 Bollet est propriétaire de sa petite exploitation de 6 hectares et loue par ailleurs les terres que son père possède en propriété, plus quelques autres, ce qui fait un total d’une cinquantaine d’hectares. Il a longtemps tué le cochon dans les fermes en complément de son activité agricole.

19 « Chez Maître de N., ils viennent une vingtaine le samedi, avec trois tenues, une de chasse, une de journée et une de soirée. Le soir, c’était de la poule au riz, mais alors le bouillon dans un petit bol à côté, et les légumes et le riz dans la même assiette, et puis un miroir sur la table pour le lustre au-dessus. Ça me change de mes vaches, mais c’est plus fatigant de nourrir ces gens que mes quinze vaches. »

20 Ce choix d’aller travailler au château, quand on est dans une famille qui depuis toujours s’est positionnée de manière critique par rapport à l’autorité des grands propriétaires, située en marge du système du fermage, peut paraître étonnant. Je n’ai pas rencontré de fermières servant au château, tâche qu’elles estiment réservée aux employés (par contre, elles n’hésitent pas à y envoyer leurs filles non mariées). La contestation de Bollet n’est-elle pas aussi une manière de confirmer l’importance qu’il accorde à cette relation particulière et par là même de la renforcer ?

21 Arrêté préfectoral du 25-07-1951 qui précise qu’« il est interdit de faire usage d’armes à feu sur les routes, voies et chemins affectés à la circulation publique ».

22 Il est fait référence ici à la propriété communale ou départementale et aux tirs horizontaux (et non pas verticaux avec une tolérance de 45°) débordant sur la propriété privée riveraine du chemin.

23 Les affûteurs peuvent tuer le canard avant qu’il n’arrive sur l’étang et provoquer son envol avant même que la chasse n’ait commencé.

24 Les assemblées de chasseurs auxquelles j’ai assisté, qui se déroulent dans la salle des fêtes de Villars, réunissent généralement un ou deux députés, quelques maires, le président du Syndicat des pisciculteurs, le président de la Fédération des chasseurs, le président du Syndicat des affûteurs, le président au niveau départemental de l’Association des chasseurs au gibier d’eau, des affûteurs, des borduriers, des locataires ou propriétaires, mais plus rarement de grands propriétaires traditionnels qui restent un peu à l’écart, même s’ils adhèrent à la défense des intérêts des chasseurs.

25 L’affût est-il une chasse de nuit ou une chasse crépusculaire ? La notion de nuit peut faire l’objet d’appréciations différentes, selon que l’on considère l’heure légale du coucher et lever du soleil, ou le moment où les contours et les couleurs des choses perdent leur visibilité. La dernière acception est celle que revendiquent les chasseurs, confortés jusque-là par une jurisprudence qui a relaxé des chasseurs parce que le garde avait pu les apercevoir avec ses jumelles, preuve que la nuit n’était pas tombée.

26 D’où parfois la naissance de conflits comme celui dont m’a fait part un agriculteur, qui a opposé un propriétaire foncier et la commune de Chalamont : « Le sentier passe le long de la propriété d’un Suisse qui a annexé une partie du chemin en déplaçant des pierres. La commune a porté plainte, elle a gagné, mais le propriétaire n’a pas toléré le passage sur la chaussée de son étang, et pourtant c’est communal. Ils ont fait un échange. La commune reste propriétaire du bout de chemin, mais elle a l’usage sur un chemin décalé. Le propriétaire doit faire visiter son étang une fois l’an. » Dans les brochures du Comité départemental du tourisme de l’Ain, ces deux chemins de 4, 8 et 10 kilomètres figurent depuis peu avec néanmoins la précision suivante : « Ouvert jusqu’à fin août par respect des chasses privées. »

27 Agents des Eaux et Forêts, de l’Office national de la chasse, de la police municipale ou gardes de la Fédération de chasse.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search