Version classiqueVersion mobile

Une terre en partage

 | 
Vanessa Manceron

III. Tensions terriennes

7. Terre de culture ou terre de chasse ?

Texte intégral

1La dépendance économique n’est plus au cœur de la relation contemporaine entre propriétaires fonciers et fermiers. Les positions respectives sont stabilisées, la génération actuelle des propriétaires ayant cessé de rêver et de faire valoir ses prérogatives passées sur la terre, chacun ayant pris la mesure d’un pouvoir mieux partagé. Les intérêts entre fermiers et propriétaires sont d’ailleurs le plus souvent concordants. La faveur et la sanction ont également perdu leur pouvoir de contrainte, car la loi garantit la stabilité qui ne résulte plus d’un système d’échanges et de prestations réciproques qui construisaient ou défaisaient la relation. Les nouvelles modalités de « partage » de la terre, à la fois espace en propriété et espace en location, espace cultivé et espace chassé, ainsi que les droits accrus du fermier montrent que les enjeux de la relation se sont déplacés. De la terre « fructus », les propriétaires se désengagent, mais ils entendent en revanche pouvoir disposer de la terre « nature ». C’est là que se cristallisent aujourd’hui les tensions parfois vives.

Le jeu des relations dans un cadre juridique contraignant

Le coup de hache dans le vieux droit de propriété1

  • 1 Barthélemy 1991.
  • 2 Les baux qui transfèrent et concèdent aux fermiers un droit de jouissance temporaire réglementent (...)

2« En Dombes, la révolution a été le statut du fermage2. On n’a plus évincé les fermiers pour un oui, pour un non. Le droit de préemption, c’est là que les fermiers ont fait leur beurre. Ils ont acheté à des prix intéressants pour rester sur l’exploitation. Les fils vont reprendre, il y a l’obligation de laisser le bail », raconte Bouvier.

3Une « révolution » que les juristes comme Paul Ourliac et Michel de Juglart (1961) ne démentissent pas quand ils évoquent une forme de retour à la situation féodale et à l’ancienne distinction entre le domaine utile et le domaine éminent : la transmission du bail à ferme aux descendants du preneur, les conditions de résiliation du bail sur tout ou partie de la terre et le droit de préemption opèrent une forme de démembrement du droit de propriété.

4« Ah, pour les propriétaires, ça a été la punition », dit Balivay. Le choix du terme est révélateur d’un sentiment de revanche qui fait payer aux propriétaires leur abus de puissance. Les rapports de pouvoir sont redéfinis : « Maintenant les propriétaires, ils ne sont pas heureux parce que ce sont les fermiers qui commandent. » Les anciens écarts de richesse sont amoindris et l’équilibre en vases communicants entre gain et perte – plus on donne plus le propriétaire gagne – sont inversés : « C’est une autre main qui prend la richesse. »

5Comme en écho, les propriétaires confirment :

Vous ne pouvez pas, vous, disposer de votre bien, non, mais la loi française, elle est en faveur, d’une manière presque exorbitante, des fermiers. Le statut du fermage, ça a perverti les relations entre les propriétaires et les exploitants. Avant, il y avait pas mal de choses qui faisaient l’objet d’entente non écrite. Quand on veut formaliser avec une option militante, tout devient prétexte à guerroyer. L’écrit, c’est bien au moment où l’on prend une ferme, pour s’entendre, c’était pour se souvenir d’un contrat, pas pour réclamer des droits.

  • 3 Je reprends ici les formes de légitimité du pouvoir établies par Max Weber qui entend par « domina (...)

6La légitimité des détenteurs de la propriété à exercer leur autorité en vertu de la tradition est bel et bien concurrencée par une autre forme sérieuse de légitimité, cette fois étatique et nationale3.Le propriétaire, souvent, déplore que les fermiers se croient chez eux, au point qu’ils en oublient l’essentiel, ils sont chez lui. Mais l’oublient-ils vraiment et jusqu’à quel point ?

La ferme, entre désir de possession et pragmatisme

7L’identification accrue à la ferme – appropriation mentale confortée par le temps de résidence, la transmission au sein de la lignée et des droits juridiques renforcés – exacerbe chez les fermiers le sentiment contradictoire de se sentir chez eux et ne pas être propriétaires. Mais, pour autant, leur désir de possession et d’indépendance n’est, semble-t-il, jamais si fort qu’ils en oublient les avantages économiques du fermage.

On habite sous son toit

  • 4 Un notaire m’a fait part de son étonnement : « Les besoins sanitaires se sont fait de plus en plus (...)

8Pour les anciens, partir à la retraite, quitter la ferme était toujours emménager dans une maison en propriété et profiter d’être enfin chez soi pour faire des frais, améliorer le confort, « faire joli », sans que cela soit un jour « perdu » pour soi, et dans le même temps « gagné » pour le propriétaire des lieux4. Les femmes, tout particulièrement sensibles à cette partie de la ferme qu’est l’habitat, disent souvent que ce départ fut un moment heureux de leur vie : « J’étais contente de venir là. Parce que j’étais mal logée avant. Oh oui, je dis carrément. »

9Le comportement des fermiers qui ont repris l’exploitation à partir des années 1970-1980 contraste à cet égard avec celui de leurs parents. Tous ont adopté l’aménagement intérieur que les anciens ont préféré faire dans leur maison des vieux jours : « On ne va pas attendre toute sa vie d’avoir une jolie salle de bains en disant qu’on n’est pas chez soi. On a un pincement au cœur de faire des frais, mais faut se raisonner. » Les fermiers se préoccupent également de l’esthétique extérieure. Ils peignent les volets, bien qu’ils n’aient pas toujours le choix de la couleur – « Le propriétaire a voulu du rouge basque. C’est comme tout, on s’habitue à force de le voir ». Certains ont fait pousser de la vigne vierge « pour cacher le mauvais état du crépi ». D’autres ont « charrié de la terre devant la maison, pour faire un jardin avec des fleurs à la place des cailloux ».

  • 5 Ce sentiment que le propriétaire fait intrusion dans leur espace privé fait écho à ce que les anci (...)

10Cependant, leur projection sur la ferme reste toujours prudente, car le principe de réalité rappelle que l’appropriation mentale des lieux a souvent son revers : « Il vaut mieux ne pas s’attacher à ce que l’on doit quitter, d’ailleurs on ne s’attache jamais vraiment. » S’il arrive que les fermiers à la retraite continuent de louer l’habitat, ils se posent nécessairement un jour la question de partir ou rester. Les Guillet ont un peu rêvé d’être chez eux dans cette maison, ayant le sentiment qu’elle était aussi un peu la leur, mais le fait que le propriétaire ait fait à nouveau valoir ses droits sur la cour et les bâtiments d’exploitation pour en faire des logements a accéléré leur départ : « La cour se rétrécissait », disent-ils, signifiant le sentiment d’une intrusion assortie d’une dépossession5.

11Les fermiers rappellent ainsi les limites de leur « chez-soi » et semblent ne jamais oublier qu’en avoir l’usage, même sur plusieurs générations, n’est pas posséder. En outre, malgré les aménagements de la ferme qu’ils effectuent à leurs frais, ils ne mettent pas un terme à l’échange « douche contre autre chose ». Ils attendent souvent de faire leurs travaux en faisant des réclamations pour que le propriétaire se décide enfin à investir. Ils continuent de négocier comme autrefois, car leur statut de locataire, le calcul raisonné, et peut-être le sentiment qu’il faut que les échanges perdurent, restent un aspect décisif de la logique de leurs agissements.

Acheter les bâtiments et quelques terres autour

12Le seul moyen d’accéder au sentiment plein de son indépendance est donc de devenir juridiquement propriétaire de son espace de vie. Depuis deux ou trois décennies, on assiste à la réalisation fréquente de ce type de transactions, lorsque les domaines sont intégralement ou partiellement mis en vente. Ces acquisitions ne sont pas le résultat d’un droit que le fermier fait valoir coûte que coûte. Elles résultent toujours d’arrangements qui n’excluent pas l’usage de moyens de pression de part et d’autre.

13J’ai connu un couple de fermiers qui avait renoncé à faire valoir son droit de préemption. D’après Varambon, le nouvel acquéreur, les fermiers n’étaient pas intéressés par cet achat : « Ils ne sont pas fous, ils savent bien qu’il vaut mieux que le propriétaire paye les charges des bâtiments. » L’histoire est en réalité plus subtile. Varambon était en fait désireux de tout acheter pour constituer une belle unité foncière de bois, d’étangs et de terres. Les fermiers ont pesé le pour et le contre. Le démantèlement du domaine (ils ne pouvaient préempter sur la totalité des 80 hectares en location) pouvait les mettre en danger. Le régisseur a d’ailleurs fait valoir cet argument : « Si vous préemptez, vous n’aurez pas l’assurance que l’on ne vende pas le restant des terres à un exploitant. » Aussi les fermiers ont-ils préféré la stabilité du fermage à l’instabilité de la propriété, qui ne garantissait pas, paradoxalement, leur pérennité sur le domaine. Le vendeur et l’acquéreur ont trouvé ici les conditions idéales d’une vente en bloc, en faisant appel à la rationalité du fermier, qui renonce à faire valoir son droit, à la fois contraint et raisonnable.

14Plus souvent, cependant, les fermiers préemptent. La manière dont Billot m’a conté l’une de ces transactions est assez révélatrice du positionnement des fermiers toujours ambivalents vis-à-vis de ces achats :

  • 6 « Pas une fleur », mais Billot a acquis les bâtiments et 10 hectares pour la somme de 280 000 fran (...)

C’était l’époque de la grande vogue où les propriétaires voulaient se débarrasser des bâtiments. Le mien vendait les bâtiments plus un hectare, pour ne pas vendre sèchement, avec les formes, quoi. J’ai quand même obtenu 10 hectares en plus. Le fermier, il est obligé d’y passer. Les gens de Lyon sont prêts à mettre de l’argent dans la restauration d’une ferme. Ça assure de se maintenir dans les lieux, et puis on ne sait jamais si le nouveau propriétaire n’a pas un gendre qui veut reprendre. Et puis acheter les bâtiments, on en avait envie, on avait fait pas mal d’investissements. Mais en fait, ce n’était pas vraiment une fleur, les bâtiments, c’est comme si on les avait achetés deux fois6 !

15À écouter Billot, seul l’argument économique justifierait donc cet achat. Il semble néanmoins improbable que devenir propriétaire de sa ferme ne soit pas également un moyen d’accroître son capital symbolique et sans doute une manière de prendre sa revanche sur l’histoire d’une tutelle. Le désir, jamais énoncé spontanément, transparaît quand je pousse Billot dans ses retranchements :

Celui qu’arrive à avoir une ferme entière par exemple, m’enfin, ça fait bien, ça fait bien pour certains. Et puis c’est quand même un peu la récompense de travailler toute cette terre-là, de vivre là, et puis qu’elle ne soit jamais à vous. […] Et le jour que l’on peut acquérir, eh bien on n’a plus la contrainte du propriétaire, on en est libre. Moi je vous dirai que sur ce plan-là, les gens ne disent pas toujours la vérité. Et puis c’est facile de dire, ça ne m’a jamais intéressé, parce qu’on n’a pas eu les moyens d’acheter.

16Comme l’écrit Henri Mendras, « même lorsque l’agriculteur se comporte de façon rationnelle et économique à l’égard de la terre, il n’en conserve pas moins des sentiments diffus et profonds à l’égard du sol, qu’il identifie intimement à sa famille, à son métier, donc à lui-même » (1984 : 80). Les fermiers n’avouent jamais, ou rarement, acheter pour des raisons affectives (faiblesse) ou de prestige (orgueil). Ils valorisent les relations distantes qu’ils ont entretenues par force avec cette terre-outil de travail, mais c’est là tout un jeu subtil qui se joue entre les intérêts matériels et les aspirations, d’autant que la propriété n’est pas ici le principal fondement d’un statut social valorisé.

Le jeu des solidarités contredit par les « fermiers capitalistes »

  • 7 La Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) est de loin l’organisation s (...)

17Avant guerre, les individus étaient pris individuellement dans des relations personnelles qui gravitaient comme une nébuleuse d’atomes autour du noyau et centre névralgique qu’était le château. Quand ce noyau a perdu sa force attractive, l’existence de cette nébuleuse est alors apparue avec plus de force. Les fermiers ont commencé à se penser de plus en plus comme membres du groupe des agriculteurs. Les notions de corporation de métier, de pouvoir politique paysan, d’organisations professionnelles ont pris leur place dans un espace social laissé vacant par l’affaissement de l’autorité traditionnelle des grands propriétaires. Cette prise de conscience collective s’est matérialisée par la création d’une coopérative d’utilisation de matériel agricole (cuma) communale, par la participation à des coopératives agricoles pour l’écoulement de la production, par l’adhésion des fermiers au Syndicat agricole7 et par la prise en main de la mairie par ceux-là mêmes que l’on retrouve dans les organisations syndicales.

18Depuis la Seconde Guerre mondiale à Versailleux, le pouvoir politique communal est aux mains des fermiers des écarts. En 1944, Villeneuve, qui cumulait la fonction de maire et de propriétaire châtelain, ayant été accusé, à tort ou à raison, de faits de collaboration avec l’ennemi, fut débouté par une poignée d’hommes nommés par le Conseil de la Résistance. Après cette prise de pouvoir en force à l’initiative d’un Parisien, ancien ouvrier de l’industrie ayant acquis par alliance un beau domaine d’exploitation en propriété, les fermiers se sont désengagés, l’empêchant finalement de monter une liste et de se présenter à la fonction de maire. « Trop à gauche et pas du pays », m’expliquent les fermiers ; « encore sous la dominance des propriétaires, des gens de droite ou des radicaux entre chien et loup qui ne savent pas trop où aller », raconte le fils du protagoniste de l’affaire.

  • 8 Expression utilisée par Jean-Pierre Jessenne (1987) pour désigner la domination des fermiers d’Art (...)

19Depuis, la mairie est aux mains d’une « fermocratie »8 qui se situe dans une frange de contestation acceptable – « on ne voudrait pas d’un maire bourgeois » –, au sein de laquelle perdure cependant une forme de représentation élitiste de la fonction de maire, le plus souvent occupée par l’un des gros exploitants agricoles, plutôt de sensibilité centre-droite. Le pouvoir sur la terre, octroyé par la propriété, ne pouvait plus se prolonger jusque dans l’espace de la collectivité.

20L’objectif des fermiers a également consisté à affirmer une suprématie et une légitimité à gérer la mairie, pour une meilleure défense de leurs intérêts et pour un contrôle accru du terroir. En toile de fond de cette revendication se profile également la question de l’égalité au sein de la corporation agricole, qui se mesure particulièrement bien au moment où des terres se libèrent, car le pouvoir politique est aussi une manière de contrôler la hiérarchie d’accès à la terre (Lamarche 1980).

21Lorsqu’un fermier part à la retraite sans successeur, les terres libérées sont soit redistribuées entre plusieurs fermiers, soit louées dans leur intégralité à un fermier voisin, soit conservées par le propriétaire qui confie l’exploitation directe à un agriculteur ayant le statut d’entrepreneur agricole. Elles peuvent être ardemment convoitées, tout particulièrement si leur sont attachés des quotas laitiers, qui peuvent permettre au fermier d’installer son fils et former à cet effet un groupement agricole d’exploitation en commun (gaec).

22Jusque dans les années 1970, les fermiers ont adhéré sans retenue à l’idée d’une corporation agricole, certains de trouver là un moyen efficace d’affirmer leur solidarité et de maintenir justice et égalité, en court-circuitant les décisions des propriétaires, quand elles étaient jugées iniques ou contraires aux intérêts de la corporation (reprise de terre, démantèlement des exploitations, etc.). Que le maire soit également président du Syndicat agricole au niveau communal garantissait, de leur point de vue, une plus grande efficacité au système, l’homme étant censé incarner et représenter les intérêts de l’ensemble de la collectivité agricole. Ce cumul des fonctions par un gros exploitant correspondait d’autre part au système de valeur méritocratique des fermiers.

23À partir des années 1980, nombre de fermiers semblent déçus et désabusés. Quand je pose la question de leur adhésion syndicale, Danancier de dire « j’ai coupé les liens méchamment, j’étais plus que syndiqué, j’étais militant, mais ça a dérapé », et d’aucuns de penser que « ça ne sert à rien ». Difficile alors de les emmener plus loin dans l’explication. Ils se dérobent, restent flous. J’apprends entre autres choses que le syndicat ne s’est pas opposé de manière suffisamment claire à la reprise d’un terrain par un propriétaire qui a finalement planté un bois de peupliers à la place d’un pâturage. Certains évoquent à demi-mot le fait que plusieurs fermiers syndiqués avaient intérêt à rester en bons termes avec ce propriétaire, servant de la sorte leurs intérêts personnels.

24Un motif récurrent ressort : l’esprit de justice qui animait les anciens aurait été dévoyé au profit de quelques-uns qui usent de leur position à la présidence et de soutiens politiques cantonaux ou départementaux pour s’accaparer les terres. Le syndicat creuserait les inégalités. Il mettrait en place un nouveau système clientéliste, beaucoup moins légitime que l’ancien système de faveur, car il propose le modèle inversé de la protection des propriétaires qui aidaient plutôt à la promotion des petits fermiers qu’à celle de ceux déjà aisés.

25L’exemple d’une distribution de terrain ayant mis en relation tous les protagonistes impliqués dans ce type de transactions illustre bien les enjeux et les tensions qui se nouent à la fois entre fermiers et propriétaires et au sein du monde agricole.

26À la fin du bail, Varambon, propriétaire foncier désireux de louer à nouveau le domaine, a voulu conserver les quotas laitiers. Pour éviter que le fermier ne touche la prime d’abandon, il les lui a rachetés (65 000 litres de lait) pour la somme de 50 000 francs : « Ça se rachète, sauf que les quotas sont attachés à la terre, donc c’est au propriétaire. Mais en même temps l’exploitant agricole dit, mais si je n’avais pas fait de vaches. Alors on trouve des arrangements. » Varambon choisit de louer les terres restantes à un fermier, nommé Chenay, dont le domaine est limitrophe et négocie encore : « Alors au futur locataire, j’ai dit, ça je le garde pour moi, parce que là je vais faire un étang. Par contre vous aurez ce bout-là et ce bout-là. Et lui il était propriétaire d’un autre bout de terrain qui fait une enclave épouvantable chez moi. Alors finalement j’ai acheté sa parcelle et je lui ai donné mes quotas laitiers, il était tout heureux. »

27Il a également été convenu qu’en échange de la vente de cette parcelle, lui reviendrait un jour un supplément de terres et de quotas laitiers – le régisseur de la propriété savait qu’un autre domaine allait se libérer quelques années plus tard. Le jour venu, le régisseur écrit à la chambre d’agriculture pour expliquer les raisons de sa préférence pour Chenay : il a subi une perte de terrain ; il est important que son fils, qui vient de s’installer et de créer une stabulation, reprenne du terrain et des quotas. Le régisseur pense qu’il obtiendra gain de cause. Cependant il sait également que le syndicat agricole va s’y opposer, en la personne de deux fermiers voisins, qui ont également posé leur candidature pour obtenir la location.

28Le régisseur ne tient pas ces deux fermiers en estime : « Plutôt n’importe quoi, mais jamais ils n’auront ce domaine, ce sont des gros capitalistes qui jouent pour eux et ne respectent rien du droit du propriétaire. » Lorsqu’un autre fermier qui n’est plus adhérent apprend que des terres se libèrent, celui-ci vient immédiatement trouver le régisseur, qu’il savait occupé à pêcher un étang. En discutant, campés sur la chaussée, le régisseur explique qu’il s’agit d’un accord avec Chenay. Le fermier respecte l’arrangement et repart l’esprit apaisé, d’autant qu’il sait dorénavant que deux gros agriculteurs de la commune tentent de s’approprier le domaine, ce qui conforte sa décision de ne pas entrer en concurrence avec ce jeune agriculteur qui doit, d’après lui, en bénéficier en toute justice.

29Dans un tel cas de figure, le régisseur, le propriétaire et la plupart des fermiers se retrouvent main dans la main :

Le propriétaire a quand même son mot à dire, ce qui est quand même normal. Ce n’est pas du tout logique ce système d’imposer un fermier à un propriétaire. Disons que le syndicat, s’il joue son rôle, s’il est honnête, il doit émettre un avis tout à fait neutre. Bon, généralement, le président du syndicat, c’est le plus gros paysan du coin. Celui qui veut aujourd’hui être président, celui qui veut le faire sérieusement, c’est une responsabilité, à savoir qu’on va se faire des copains et puis des ennemis. Alors qui est-ce qui reste candidat ? C’est celui qui veut en tirer profit.

30L’affaissement de l’autorité « châtelaine » a entraîné dans son sillon une vive concurrence au sein de la population agricole, qui ne parvient pas à dépasser les contradictions égalité/hiérarchie. C’est la frange la plus contestataire par rapport au pouvoir des propriétaires, traditionnellement plutôt de gauche, et celle des fermiers les plus conciliants, qui se sont désolidarisés du syndicat. Le fonctionnement actuel de celui-ci contredit pour les premiers un principe important, qui est d’atténuer les disparités au sein de la catégorie des fermiers et, pour les seconds, un système de relations personnelles dont ils retirent un bénéfice sans avoir nécessairement recours au syndicat.

  • 9 Toutes les communes comptent un ou deux fermiers, ayant constitué en gaec des exploitations oscill (...)

31Les fermiers « capitalistes »9 sont donc ceux qui aujourd’hui n’emportent l’adhésion ni auprès des propriétaires ni auprès des autres fermiers, chacun trouvant alors plus légitime que le propriétaire soit en droit de favoriser l’un de ses fermiers. Aussi, si la légitimité des propriétaires est en crise, elle remporte néanmoins par un étrange retour des choses une adhésion aujourd’hui plus forte au sein de la population agricole. Celle-ci désavoue aujourd’hui le syndicat et lui conteste sa légitimité à pouvoir réguler la distribution foncière et par là même à agir sur les rapports sociaux entre pairs (plus ou moins grande égalité entre fermiers) et parallèlement à constituer un contre-pouvoir efficace aux décisions et à la liberté des propriétaires.

La nature en réserve

32Les propriétaires actuels se désintéressent du fructus. C’est la territorialité du fermier, maître des fruits de son travail et de son outil de production. Cependant, les propriétaires possèdent le sol. À ce titre tout ce qui y vit et y pousse spontanément, ils en font leur affaire. La terre est un paysage et un lieu de vie pour la faune et la flore, dont ils entendent garder la maîtrise et l’exclusivité de l’appropriation. Aussi ont-ils le sentiment intime que la « violation » de leur droit de propriété commence quand les fermiers portent atteinte à ces fruits naturels. C’est là le véritable coup de hache dans le droit de propriété. Non seulement, les propriétaires ne peuvent pas décider librement de mettre une parcelle en jachère, de faire un bois, de créer un étang si le terrain est en location ou si les organismes agricoles s’y opposent, mais aussi leurs velléités de protecteur de la nature et/ou de prédateur solitaire ne sont plus garanties par la loi. Le « mauvais fermier » avec lequel il n’y aura pas d’entente possible est celui qui n’a pas pris la mesure de cette exigence.

Les arbres se discutent jusqu’à la dispute

  • 10 En dehors des opérations officielles de remembrement, qui touchèrent assez peu la Dombes étant don (...)

33Quand les anciens évoquent le changement, ils n’oublient jamais de citer l’avènement de pratiques ayant pris de l’ampleur dans les années 1960 et qui ont marqué durablement les esprits : le mauvais entretien des haies – « C’était tout à l’abandon. Les arbres perçaient le ciel là-haut » ; et plus encore leur arrachage – « Ce n’était pas pensable. Quand on a vu ça, on ne pouvait pas y croire »10. Connaissant l’importance que les propriétaires accordaient à « leurs » arbres, le symbole était fort : arracher les haies c’était assurément leur arracher le cœur, mais aussi prononcer la fin de la puissance du droit de propriété, d’autant que la haie est depuis longtemps considérée comme la dernière réserve du sauvage, après que le reste de la « nature a dû être supprimé, repoussé, confiné à l’entour du champ » (Delbos & Jorion 1988 : 17).

  • 11 « Sous réserve de l’accord du bailleur, le preneur peut, pour réunir ou grouper plusieurs parcelle (...)

34Les anciens ont convenu après coup de l’intérêt de ces pratiques sans pour autant les trouver légitimes : « C’est vrai que les grands arbres, c’est une perte de huit mètres et puis avec les grosses machines de maintenant, ça fait de belles parcelles, mais quand même si le propriétaire n’est pas d’accord. » Le droit stipule que toute opération d’arrachage ne peut se faire sans le consentement du bailleur11. Il est arrivé que le propriétaire concède au fermier ces travaux quand le travail d’une parcelle devenait difficile. Mais, plus souvent, les fermiers ont profité d’absences prolongées de propriétaires peu regardants, ou bien y sont allés en force, sûrs que le propriétaire ne se saisirait pas du tribunal paritaire.

35Sur les terres dont ils sont propriétaires, les fermiers n’hésitent pas à détruire les haies tout en conservant parfois quelques arbres « pour faire plaisir » au propriétaire qui possède encore une partie du domaine. Sur les terres dont ils sont locataires, tout dépend de l’esprit conciliant dont ils veulent bien faire preuve.

36Suite à un courrier, adressé par un propriétaire à son régisseur, demandant la création « de haies afin de recréer des couverts et abris pour le gibier à plume », ce dernier obtient le consentement du fermier Naudet : « Voilà, on a mangé ensemble à la ferme, tout le monde était d’accord. » Les haies ont été tout simplement cadastrées puis extraites de la location, ce qui avait de surcroît l’avantage d’augmenter les surfaces déclarées en bois pour obtenir des bagues supplémentaires pour la chasse au chevreuil.

37Inversement, il arrive parfois que les fermiers donnent du fil à retordre. Ils entrent alors dans la catégorie des agriculteurs dépréciés, voire honnis, comme le montre le témoignage de ce régisseur :

  • 12 Le domaine a été finalement vendu à la safer et le fermier a acheté les bâtiments ainsi qu’une qua (...)

C’est un arriviste, personne n’en voudrait comme fermier. Ça a commencé avec des arrangements autour d’échanges de terres pour reboiser et faire des haies. Mais lui, il a posé sa barrière le long de la haie, il n’a pas respecté la distance convenue pour que ses animaux mangent les arbres. Avec ses engins, il a coupé les racines. Il vient faire du bruit autour des étangs les matins de chasse. Il est sans vergogne. On voulait vendre, mais on n’aurait pas trouvé d’acquéreur avec un fermier pareil. Alors j’ai employé la manière forte. Je suis venu avec deux témoins pour lui annoncer que des terres allaient lui être retirées pour faire un étang. Il en est presque venu aux mains, le coup n’est pas parti, sinon j’aurais porté plainte. J’avais deux témoins, on aurait demandé à résilier le bail12.

38Le point de vue de ce fermier est clair et peut être résumé de la sorte : vous m’avez loué ces terres, le fait d’être propriétaire ne vous donne pas le droit de m’imposer des contraintes que la loi ne me force pas à accepter. Je m’en tiens avec vous à des rapports strictement contractuels, car le pouvoir sur la terre que je prends, c’est la loi qui me le donne et non vous. Aussi, ai-je saboté nos petits arrangements qui n’arrangent que vous.

39Ces vifs antagonismes contredisent l’adage local – « il est préférable de vivre en bonne intelligence » –, et vivre en bonne intelligence aujourd’hui, c’est bien sûr aider à la prolifération du gibier, mais aussi et surtout le laisser tranquille. C’est là une exigence des propriétaires dont la transgression est le plus souvent interprétée comme une déclaration de guerre.

Porter le fusil et tirer, pan ?

  • 13 Dans les anciens baux, l’article dédié à la chasse occupe toujours une place de choix. Certains ba (...)

40À ma question souvent réitérée aux anciens – « est-ce que vous chassiez ? » –, tous me répondent sans hésitation « la chasse, ce n’est pas nous qui avions droit », comme si le fait était définitivement entendu. Toute capture de gibier était considérée comme un prélèvement illégal. Personne ne remettait en cause cette acception de l’usage. Les braconniers eux-mêmes, en se cachant « pour ne pas être pris », confortaient l’idée selon laquelle la chasse était incontestablement et légitimement un droit attaché à la propriété13.

  • 14 Le fermier peut prendre son permis de chasse pour se débarrasser des espèces nuisibles ou pour tir (...)

41Depuis la loi du 13 avril 1946 qui autorise le fermier à chasser sur les terres louées14, la clause sur les réserves de chasse devint illégale. Les propriétaires ont-ils continué d’interdire comme si rien n’avait changé, ont-ils proposé des aménagements de la loi, ou bien ont-ils cédé ? Les fermiers ont-ils choisi l’affrontement direct ou se sont-ils faits sibyllins ?

En cas de conflit

42En 1947, Jullien, fermier d’un domaine de 20 hectares dont le bail est renouvelé en 1945 pour douze ans, « a tenu à exercer son droit de chasse ». Le propriétaire en avait décidé autrement. Il rappelle devant la justice de paix que Jullien y a renoncé par accord verbal en échange de plusieurs avantages : il était exempté de livrer les dix canards d’élevage ; il avait la jouissance d’un pré d’un hectare et demi pour chasser. Jullien revient donc sur l’accord. Le propriétaire, excédé par le seul fait de devoir négocier avec ce « sale individu qui pensait que le bourgeois était la bête à abattre », me dit-il, a perdu devant la justice, mais a finalement décidé de reprendre l’exploitation en faire-valoir direct, en mettant à sa tête un chef de culture salarié.

  • 15 Ces stratégies permettent une expulsion amiable sans encourir le risque, pour le propriétaire, d’ê (...)

43Ce conflit est assez significatif de l’émergence d’affrontements qui s’expriment devant les tribunaux et qui n’ont, à cet égard, plus aucune commune mesure avec les histoires de braconniers pris la main dans le sac. Cependant, les conflits peuvent conduire au même résultat qu’autrefois, à savoir l’expulsion du fermier. Mais il arrive aussi que certains agriculteurs, par un calcul malin, négocient de la sorte leur départ : « Mon oncle, il avait toujours son fusil à côté de lui quand il travaillait, alors il a eu des démêlés avec le propriétaire, bien sûr, il braconnait. Le propriétaire lui a donné de l’argent pour qu’il s’en aille. Il s’est retiré parce qu’il arrivait à l’âge de la retraite, il n’avait personne pour reprendre la succession, ça l’avait même arrangé toutes ces histoires avec le propriétaire15. »

44Pour être compris, ces heurts doivent également être replacés dans le contexte particulier de l’après-guerre qui faisait coïncider le nouveau statut du fermage et l’invasion des lapins de garenne. Tous se souviennent de cette période traumatisante qui a généré un climat social proche de la rupture entre les deux catégories sociales, jusqu’à ce que la mort du lapin en 1953 (myxomatose) apaise finalement les esprits :

C’était un fléau, il n’y avait plus un brin d’herbe. La nuit, il y en avait des centaines qui vous filaient devant et vous tapaient dans les mollets. On se plaignait aux propriétaires : « Ce n’est plus la peine de semer du blé, ils nous mangent tout. Les lapins, nous on s’en fout, c’est au garde à les tuer ! » Mais, ils avaient bien trop peur de tuer la mère ! Ah, mais pour les bourgeois, pour les chasseurs, ça a été une catastrophe, parce qu’il y a eu l’épidémie. Le gars qui a mis le vaccin en route, il y en a, s’ils avaient pu le faire fusiller, ils l’auraient fait. Mais pour nous, ce n’était plus vivable, on disait que le gars avait droit à des médailles, tout autour du ventre.

  • 16 Un « Syndicat intercommunal de défense contre les dévastations des lapins de garenne » qui avait é (...)

45Les propriétaires fournissaient le grillage pour clore les cultures, mais ces efforts n’étaient pas jugés suffisants car les lapins continuaient de se faufiler en dessous16. Les fermiers reprochaient aux détenteurs de la chasse de ne pas organiser assez souvent des battues, de ne pas louer les terres à des locataires et de ne pas payer d’indemnités. Pis, ils étaient soupçonnés de toujours considérer cet animal nuisible comme un gibier, qu’il fallait à ce titre ne pas éradiquer en « tuant la mère ». Mais le point qui retient surtout l’attention est que les plaintes et revendications exprimées n’équivalaient nullement à la revendication par les agriculteurs d’un droit de tuer le lapin eux-mêmes.

Renoncer à chasser : une nouvelle arme pour négocier

46Rigaud, comme bien d’autres, a bénéficié du droit de chasser, mais sous certaines conditions. Il se souvient de l’arrangement passé avec son propriétaire : « Je pouvais chasser, uniquement sur une mauvaise parcelle de bois infestée de lapins, comme ça je ne chassais pas sur les terres. » Il sourit des termes de l’échange, de ce don dérisoire d’un petit lopin de terre et d’un droit de chasse tronqué, mais il s’en est accommodé : « Vous savez, ce n’est pas ça qui allait changer notre vie. Ça voulait bien dire que le propriétaire faisait un geste. Voyez bien, nous la chasse, on ne courait pas après. »

47Ce geste du propriétaire avait en fait un tout autre intérêt que celui de bénéficier du droit de tirer le lapin, il révélait que, sans cesser pour autant de respecter les anciennes règles du jeu, les fermiers possédaient une nouvelle arme pour négocier les termes de l’entente ; ils avaient quelque chose de plus à mettre dans la balance, contraignant ainsi les propriétaires à devoir échanger.

  • 17 J’ai appris plus tard qu’il a cédé sa priorité au profit d’un propriétaire important de la commune (...)

48Peu avant de se retirer de la ferme en 1970, Julliand a renoncé à préempter une parcelle de 10 hectares, par manque de moyens financiers, m’a-t-il expliqué17. Villeneuve aurait dit au nouvel acquéreur : « Tu peux acheter, mais tu dois laisser Alexis cultiver, il te laissera ton droit de chasse. » L’arrangement a même été au-delà des espérances de Julliand. Il a mis cette parcelle en valeur sans payer de location, en échange, dit-il, « de l’abandon de mon droit de chasse ».

49Le droit de chasser dans ce cas se monnaye. Il se discute également et modifie les modalités de l’interaction entre propriétaire et fermier. En témoigne la manière dont Billot raconte l’épisode de la reconduction de son bail :

Quand on s’est réuni pour faire le bail en 1980, il me dit, je consens à te refaire un bail à condition que tu refuses ton droit de chasse. Le fusil était une chose réservée à lui. Je lui dis, vous pouvez me faire signer, mais ça ne vaut rien du tout. C’est la loi qui m’autorise, ce n’est pas vous. Et puis je lui dis, vous ne savez pas, on va solutionner le problème. Je ne vais plus chasser. Quand vous êtes amené à rencontrer souvent quelqu’un, avec qui vous avez des intérêts financiers, vous êtes liés par un contrat, bon il vaut quand même mieux être en bons termes avec lui, que d’être obligé de ne plus pouvoir se rencontrer. Et puis il avait quand même un bon côté. Le fermier qui ne chassait pas, il lui faisait un prix moins élevé de fermage.

50« Ce n’est pas vous, c’est la loi », dit ou signifie Billot à son propriétaire. Le droit de chasser est devenu en quelque sorte le talon d’Achille des propriétaires, leur point faible. Le renoncement du fermier endette le propriétaire, le met en porte-à-faux et participe du rééquilibrage des rapports sociaux, ce qui relativise singulièrement l’idée selon laquelle ne pas chasser est une soumission de plus. « Tout dépend de mon bon vouloir », dit le fermier. Aussi le propriétaire, pour obtenir en sus d’autres petits arrangements, doit-il être, comme le dit Châtillier, « bien avec son fermier » : « Si vous êtes bien avec votre fermier, il ne va pas vous labourer trop vite les terres, vous savez ce qu’on appelle des chaumes, il y a des graines pour que le gibier puisse se nourrir, il va vous semer du blé noir, du trèfle pour nourrir les chevreuils. Ils connaissent mes manies de protecteur des animaux, puis je leur facilite les choses, je ne leur demande pas de sacrifices financiers, il n’y a aucun problème. »

51« Il n’y a aucun problème », ou plutôt chacun déploie des stratégies d’évitement du conflit, évitements porteurs de tensions sourdes. Ce renoncement, qui révèle que les propriétaires devenus hors la loi doivent se faire arrangeants, est une arme de poids qui inverse dans une certaine mesure les rapports de dépendance. Le fermier signifie au propriétaire que, s’il n’est pas généreux, leurs petits arrangements seront mis au panier. La pression implicite est là : attention, dit le fermier, j’abandonne la chasse, mais je peux toujours prendre mon fusil !

Ce que ne pas chasser veut dire

52Ce « renoncement » à la chasse mérite d’être explicité plus en détail, car il semble peu probable qu’il résulte uniquement du souci de ménager la chèvre et le chou ou bien d’une stratégie consciente destinée à endetter le propriétaire. Pourquoi les fermiers ne sont-ils pas devenus chasseurs ? Cette question sous forme négative doit permettre de comprendre la manière dont cette catégorie sociale se positionne vis-à-vis de ceux qui ont la chasse et comment elle fait valoir un rapport différent au territoire et à la nature.

  • 18 Voir chapitre 8.

53En Dombes, le prélèvement du gibier a une fonction distinctive. Comme l’écrivent Michel Bozon et Jean-Claude Chamboredon : « La chasse bourgeoise permet à ceux qui la pratiquent de s’approprier, avec l’ostentation de parvenus, tous les attributs féodaux du pouvoir social » (1980 : 67). Ce type de chasse pratiquée par les grands propriétaires terriens et une partie des actionnaires et locataires de chasse rencontre généralement des formes de résistance populaire à la tutelle bourgeoise. C’est le cas pour une partie bien spécifique de la population locale18.

54Cependant, au sein du groupe des fermiers, la plupart ne partagent pas cette « passion fiévreuse » qui définit et qualifie le rapport du chasseur à la pratique (Hell 1985). Ces derniers ont adopté dans l’ensemble une attitude que les années tendent à conforter et qui prolonge la distinction traditionnelle entre propriétaires et locataires, entre bourgeois et paysans, comme s’ils étaient restés relativement imperméables au désir d’accaparer l’un des signes forts de la mesure locale du prestige, celui de porter un fusil.

La chasse comme apanage de la propriété

55Les représentations juridiques ne sont pas que l’obéissance à des règles ou à des normes, mais renvoient aussi à des systèmes de valeurs. Les anciens, malgré le vote de la loi sur le droit de chasser, ont continué d’envisager la chasse des fermiers comme une pratique à la limite de la « légalité » dans la mesure où elle ne résultait pas de la volonté des propriétaires eux-mêmes, qui avaient incarné depuis toujours l’ordre local, à la fois juridique et social. Ils utilisent d’ailleurs toujours l’expression « braconnage » pour qualifier la chasse paysanne. C’est comme si le droit avait évolué plus vite que les mentalités ou bien comme si la loi rencontrait une acception locale du droit beaucoup plus puissante, que l’on pourrait résumer de la sorte en citant Bollet : « Le propriétaire il est quand même chez lui, ce n’est pas normal de tirer au fusil sur ses terres. »

56Pour les plus jeunes, la chasse comme apanage des puissants est contestable, mais la chasse comme apanage de la propriété se maintient. Ils ont été les premiers à s’élever avec véhémence contre la loi Verdeille qui, en 1964, avait institué la création d’associations de chasse communale agréée (acca) pour permettre l’accès à la chasse aux ruraux sans propriété, le principe consistant à réunir à l’échelle communale ou intercommunale (aica) les terres en propriété inférieure à 20 hectares pour qu’un usage collectif puisse s’y appliquer.

  • 19 Formule utilisée dans les statuts de l’association.

57Lorsque la création d’acca devint obligatoire en 1978, une association (loi 1901) nommée « Contracca » vit le jour en Dombes, chargée de « la défense des droits inaliénables que les propriétaires tiennent de la Constitution »19. Cette association a compté près de 500 adhérents au moment de sa création, contre un peu moins de 150 aujourd’hui. Le président de l’association, comme ceux qui y ont adhéré, sont en majorité des agriculteurs, pour beaucoup fermiers, ayant par ailleurs deux ou trois dizaines d’hectares en propriété. Il ne s’agit nullement d’un regroupement de chasseurs, mais d’une association dont le but explicite est d’empêcher la création d’acca.

58La décision du conseil général de l’Ain de soumettre l’ensemble du département à la loi Verdeille est immédiatement suivie d’une levée de boucliers dombistes : « Il a été écrit en haut lieu que la paix civile était menacée en Dombes », raconte le président de l’association. Puis, c’est le statu quo à la suite du soutien que reçoit Contracca de la part d’hommes politiques locaux qui confortaient de la sorte leur assise politique, de la chambre d’agriculture et du groupe de pression de chasseurs lyonnais, qui n’entendaient pas céder une partie du territoire cynégétique à d’autres. La Dombes ne compte toujours pas d’acca à ce jour. Les quelques tentatives isolées ont échoué, après le refus de la plupart des petits propriétaires de céder leurs terrains.

59Le message du président de l’association comme des fermiers est clair : « C’est le principe qu’une propriété, c’est une propriété. C’est chacun chez soi, c’est mieux. Avec les acca, on n’aurait plus été patrons. Eh bien, c’est comme si on venait chez vous, on débarque, on prend la place. » Pour certains adhérents, il s’agit de défendre leur droit individuel à chasser : « On a acheté 33 hectares, après il fallait regarder le fond de la casserole, et puis on n’allait pas avoir le droit de chasser dessus ! » Mais, plus souvent, l’enjeu est de préserver les revenus lucratifs de la location de chasse qu’ils tirent de leur propriété : « C’est ben de la rigolade, ils auraient donné 10, 20 francs à l’hectare ! Moi je ne vois pas, il n’y a aucun sport qui est gratuit. Quand je n’ai pas les moyens, je ne vais pas au ski et puis c’est tout. Moi je vous garantis que pour 10 francs, je ne laisserai passer personne. »

60La terre est un capital et une source de revenus. La chasse est un usage qui se monnaye, assimilé à un sport coûteux. L’autre point est que la propriété paysanne a autant de « valeur » que la propriété bourgeoise : « Ce n’est pas normal, celui qui a 20 hectares, on lui prend et puis celui qui a 800 hectares on ne le vise pas. Une petite propriété, elle vaut autant que l’autre qui a un château. »

61Pour toutes ces raisons mêlées, les fermiers ont été l’obstacle majeur à la constitution d’associations communales de chasse (les territoires communaux étant le plus souvent réduits à quelques ares). Le monde agricole adhère à la conception urbaine et bourgeoise du loisir, de même qu’il considère la chasse comme une symbolisation de la puissance sociale, avec l’affirmation d’un droit privé sur le territoire. Ils sont en cela opposés aux valeurs qui s’expriment dans les groupements locaux de chasse, qui s’organisent en se donnant l’outil juridique d’une société communale pour se protéger et contrecarrer la pression des chasseurs urbains en usant de la petite et moyenne propriété des locaux.

  • 20 Je montrerai dans le chapitre suivant que cette remarque se vérifie uniquement pour une partie de (...)

62Les fermiers sont en effet bien éloignés du modèle de la défense d’une identité rurale qu’ils auraient pu opposer aux citadins, en faisant valoir un principe d’appartenance locale en concurrence avec celui de la propriété privée, citadine et bourgeoise. Ce modèle prend en effet généralement toute sa force « quand la division essentielle du groupe des chasseurs est entre un groupe de propriétaires et un groupe de ruraux, propriétaires parcellaires ou non propriétaires, mais travaillant sur le terroir ou la commune » (Chamboredon 1980 : 242)20.

  • 21 Les propriétaires désireux de louer leur chasse sont parfois pris entre deux feux quand il arrive (...)

63Les agriculteurs ont une idée très claire du respect de la propriété, qui s’applique non seulement à leurs propres biens fonciers, mais aussi à ceux dont ils sont locataires. Même un agriculteur féru de chasse (il en existe quelques-uns, surtout ceux qui sont restés en marge du système du fermage) critiquera le fermier « pas bien intéressant » qui manque de respect aux chasseurs, locataires ou propriétaires : « Ils payent cher pour leur droit de chasser, c’est normal qu’on les laisse tranquilles » ; « il ne voulait pas chasser avec les locataires. Il se mettait devant, pan, et voilà le gibier qui s’enfuit. Le propriétaire a dû vendre pour se débarrasser du fermier. Ça se comprend, c’était quand même pas bien normal »21.

Le sauvage et le domestique, l’oisiveté et le labeur

64Derrière ces représentations du droit (apanage de la propriété et non pas privilège du résident ou de l’utilisateur du terroir) se profile également la question déterminante du rapport des fermiers à la nature. Leur conception du territoire et de la chasse apparaît en effet assez étrangère à l’idée selon laquelle l’usage serait justifié par la possibilité d’accéder à une ressource naturelle librement offerte et appartenant à tous.

65La rationalisation actuelle de la gestion des ressources cynégétiques avec l’achat de gibier, l’élevage et un contrôle accru sur les conditions de reproduction explique en partie cette perception d’une nature d’essence privative, où prendre c’est voler. S’agissant d’une économie de production, le gibier perd ainsi progressivement son caractère res nullius ou produit spontané du terroir, pour devenir un bien monétarisé, ce que Jean-Claude Chamboredon appelle le passage d’une économie fermée à une économie d’échange (1980 : 244).

66Cette conception du gibier comme un cheptel d’élevage n’est cependant pas nouvelle chez les fermiers : « Moi, j’avais un chasseur qui gardait bien des réserves, je n’avais pas besoin d’aller à la chasse pour manger du gibier (rire). J’aurais chassé, je n’aurais pas tant mangé de gibier. Parce que j’étais quand même l’éleveur. Quand on fauchait le foin au mois de juin, il y avait bien des perdrix, elles faisaient leurs nids dans le foin comme ça, eh bien on emmenait les œufs chez nous, on avait des poules qui couvaient, on faisait couver le gibier, et puis après on les élevait à la ferme et puis on les laissait partir, les canards la même chose. »

67Ce témoignage révèle trois points importants : le fermier est un peu l’éleveur du gibier ; l’animal sauvage est curieusement proche de l’animal domestique ; enfin, l’acte de prélever importe moins que sa récupération au terme d’un échange. Les animaux, même sauvages, qui vivent sur les terres louées sont toujours pour les fermiers des bêtes familières.

68L’association entre gibier et animaux de la ferme qui abolit les frontières entre sauvage et domestique explique, à entendre les fermiers, la contradiction qu’il y aurait à vouloir les tuer « pour le plaisir » : « La chasse, ça ne m’a jamais dit, j’aime bien voir les canards, j’aime bien voir les faisans, ça ne me dit rien de… Et puis on a vu des tas de choses, j’ai vu un lièvre qui tétait une vache. Alors on ne peut pas faire du mal à des bêtes comme ça. Non, mais on est écolo dans notre métier quand même. C’est joli quand on voit du gibier à côté de nous. Dans le jardin, on voit tout, des coqs faisans qui se battaient ce matin à côté de la salle de traite. Ou bien les petits cabris qui couchent avec les poules. » Ces « écolo » fermiers qui ne craignent pas de tuer le vivant semblent néanmoins s’y refuser si la finalité n’est pas économique ou pragmatique : tuer un corbeau pour protéger les cultures, tuer une poule pour la vendre, tuer un canard pour le manger. Leur rapport à leur environnement est soit laborieux, soit contemplatif. Au rapport propriétaires/fermiers se superpose ainsi une distinction citadin/rural qui est ici presque plus opérante car, du point de vue des fermiers, il faut bien être un gars de la ville pour tuer « sans raisons », raisons utilitaires s’entend.

  • 22 Un garde m’a raconté que sur 100 canards tués le jour de l’ouverture, 5 lui ont été donnés, 10 ont (...)

69En tant qu’éleveurs (plantation pour nourrir, végétation pour abriter la faune), il leur semble donc normal que l’animal finisse un jour dans leur assiette. Si les propriétaires traditionnels restent très attachés au don de gibier22, les fermiers continuent de lui prêter également une certaine importance. Les locataires de chasse qui usent des terres sans apporter de temps à autre une pièce à rôtir sont immanquablement perçus comme des gens « pas bien intéressants » avec lesquels les fermiers conservent leurs distances, se gardant bien, par exemple, de leur indiquer les passages de gibier qu’ils connaissent.

70Les fermiers commentent la pratique : « C’est pour montrer leur prestige » ; « C’est en échange de notre droit de chasse ». Le don de gibier est en effet une contrepartie à leur renoncement à la chasse et à leur participation à l’« élevage », mais c’est aussi et surtout une manière de réifier la distinction d’un rapport différent et complémentaire à la nature qui perdure : le propriétaire tue, le fermier « élève » et mange. Pour le chasseur, l’acte de prélever est son plaisir et son prestige. Pour le fermier, l’acte de prélever n’est qu’un moyen pour une fin bien meilleure, celle de s’offrir un bon repas, ou bien d’en faire un gagne-pain s’il est lui-même propriétaire. Le don satisfait le fermier qui, tout en ayant le sentiment comme « éleveur » d’être un peu propriétaire du gibier, ne semble pas, ou peu, ressentir le besoin de se l’approprier concrètement par le procès d’un acte de prélèvement.

71La chasse est en outre une pratique qui nécessite un apprentissage pour y prendre goût et la possibilité de l’exercer dans un contexte social et collectif qui fait ici défaut. Cela explique que les raisons du « je ne suis pas chasseur » sont moins « culturelles » (dombistes) que contextuelles, c’est-à-dire le résultat d’une histoire propre aux fermiers. Ne pas chasser découle aussi de l’absence de transmission d’un savoir et d’une expérience au sein d’un groupe d’hommes : « Peut-être que si j’avais chassé, j’y aurais aimé. » Le rapport au territoire, toujours médiatisé par la relation avec le propriétaire, est distancié. Cet espace pourtant habituellement parcouru, travaillé et investi, qui engendre une familiarité par laquelle habituellement « une appropriation se réalise, devient effective » (Vourc’h & Pelosse 1988 : 81), ne se prolonge pas ici au-delà des sentiments. C’est la possession de la terre et le prélèvement ou la prise de possession de ses fruits naturels qui permettent la consécration d’un rapport plus intense et différent à la nature. Il manque ici le procès d’une véritable appropriation concrète pour que le territoire devienne en quelque sorte « propriété » effective (Godelier 1978).

72Les quelques agriculteurs qui ont affiché leur goût pour la chasse, tout comme certains petits propriétaires exploitants, sont vertement critiqués, d’une manière qui en dit long sur l’association chasse-oisiveté : « Oh le père B., il trouve toujours une herse en route, il n’est pas pressé, chasser comme ça, c’est aussi aimer perdre son temps, il faut choisir. Cet homme-là a bien failli bouffer la baraque. » Ils opposent à la terre agricole la terre de l’oisiveté, celle de ceux qui ont le temps de flâner et de se promener pour ramasser ce qui s’y trouve, sans peine ni labeur. Quand les fermiers pratiquent la chasse de manière sporadique, c’est-à-dire une quinzaine de fois dans l’année, ils évoquent toujours cette activité avec discrétion. Quand on les voit porter un fusil, beaucoup ne manient pas l’arme avec une grande aisance : ils sont un peu comme l’albatros une fois au sol, mal à leur aise. Quand Jossery me raconte qu’il a acquis une parcelle d’un hectare en bordure d’un étang, il éprouve le besoin de se justifier : « On chasse, oui effectivement avec mon fils. C’est en bordure d’étang, alors. Oh puis, elle n’est pas si mauvaise que ça cette terre, les rats ne sont pas loin, mais on cultive comme si c’était… » ; « Ah ben oui, oh faut vivre », ajoute sa femme qui était plutôt opposée à cette acquisition évidemment peu rentable au niveau agricole. C’est là une petite entorse à leur manière de se positionner par rapport à une terre qui doit rester un support de travail, un gagne-pain.

  • 23 « […] pour le travailleur agricole, le travail est affaire de morale : s’il travaille beaucoup, il (...)

73Le vrai prestige pour le fermier n’est pas de chasser, c’est d’être reconnu comme un bon agriculteur. Autant la compétition à l’habileté au tir et au nombre de canards tués leur semble exotique, dérisoire, voire choquante, autant la compétition à celui qui saura montrer de l’ardeur et du soin dans le travail, à celui qui aura de bons rendements, a un sens véritable. La terre des fermiers n’est bonne que travaillée. De même, seul le travail fait d’eux des « gens bien ». Le travail pour les Dombistes est la mesure de bien des choses, comme la qualité d’une personne, sa réputation, sa réussite économique et sociale, sa reconnaissance23. Ce système de valeurs, partagé dans nombre de campagnes françaises, acquiert néanmoins en Dombes ses lettres de noblesse : au-delà du mérite individuel, il a, au niveau collectif, valeur d’identité face au groupe des autres usagers de l’espace.

Cohabiter n’est pas si facile

74De l’avis des propriétaires, la manie des cultivateurs est de voir la terre uniquement comme un support à leurs activités économiques, un espace travaillé de manière intensive pour lui en soutirer le maximum. De l’avis des agriculteurs, la manie des propriétaires est de voir la terre comme un paysage et un espace sauvage où prospèrent le gibier et la végétation. D’où les difficultés à se comprendre et à concilier parfois les intérêts contradictoires sur un même espace.

75Cette perception différentielle du territoire s’exacerbe quand les chasseurs sont sur « leurs » terres et tout particulièrement quand il s’agit de locataires. Il y a alors une forme de concurrence pour un usage simultané de l’espace. Certains fermiers critiquent avec véhémence les locataires de chasse : « Ce n’est pas possible, les chevaux se sont jetés sur les barrières, ça a tiré tout près, on a entendu les balles. L’autre jour, ils ont fait sauter les crampillons en montant sur les fils des clôtures, jusqu’à ce qu’ils laissent les barrières ouvertes avec les bêtes qui s’échappent sur la route ! » D’autres voient dans leur comportement une forme de déraison qui inquiète. Lorsque Danancier a trouvé une caisse vide criblée de plombs, il a imaginé qu’ils avaient tiré sur le gibier encore en cage. Le comportement passionnel des chasseurs demeure étrange malgré une longue cohabitation : « Vous vous rendez compte, c’est un acharné, il achète des terrains autour de sa maison pour que les chasseurs se tiennent loin, il veut que le gibier reste chez lui ! »

76Quand les fermiers louent les terres qu’ils ont en propriété, ils s’en trouvent parfois satisfaits : « Financièrement, ça nous arrange bien. La chasse paie les impôts fonciers. » Les conditions exigées par les fermiers pour que la cohabitation « ne se passe pas trop mal » sont la protection des cultures, la discrétion, l’indépendance et une pratique qui ne s’apparente pas à celle des « viandards » : « On n’est pas trop embêtés avec les sangliers pour les maïs. Ils leur donnent à manger. […] Ils ne viennent même pas trop, ils sont très, très discrets. Ils ne sont pas à nous demander tout le temps pour faire des allées, ils ont un petit tracteur, ils se débrouillent. […] Ils ne tuent pas beaucoup, ce ne sont pas des tueurs. »

77Certains ont tenté la location avec moins de succès : « J’ai voulu louer la chasse à un Lyonnais qui sous-louait à vingt fusils, c’était n’importe quoi, je n’étais plus maître chez moi, je ne pouvais plus rien contrôler », raconte Brivet. Il a ensuite décidé de restreindre le nombre de chasseurs et a confié la chasse à un boucher de Lyon, puis à un plombier des environs, jusqu’à ce que les chasseurs aient finalement eu raison de sa patience : « Je n’ai plus l’argent, mais j’ai la paix. » La paix, voici ce qu’il en dit : ne plus trouver de douilles en quantité dans les prés ; ne plus voir courir les lièvres affolés ; se rendre librement dans ses terres sans redouter un coup de fusil perdu ; ne plus voir de gens parcourir ses terres ; mettre un terme à ses inquiétudes (« vont-ils laisser une barrière ouverte, affoler le bétail ? ») ; enfin ne plus se soucier des aménagements pour la chasse (création d’allées au milieu des champs de maïs) et cesser d’écouter leurs souhaits incongrus (laisser les chaumes après la moisson, voir pousser les herbes folles et les broussailles en bordure des fossés et des botasses, ou bien encore développer les prairies pour les nichées).

  • 24 Les grands propriétaires préfèrent généralement organiser eux-mêmes les battues, plutôt que de voi (...)

78Mais le principal contentieux entre agriculteurs et chasseurs porte sur les dégâts de culture occasionnés par le gibier, ce qui revient à énoncer les conditions d’une cohabitation possible : chacun son domaine ; moi c’est le grain et le bétail, vous c’est le gibier. Chacun à sa place, mais si vous ne m’aidez pas avec mon grain, je ne vous aiderai pas avec votre gibier. Aider le grain, c’est protéger les cultures : « C’est quand même normal, ils ont la chasse ! » Les sangliers ont aujourd’hui remplacé les lapins de garenne. Il peut arriver que le fermier ulcéré revendique alors son droit de chasser pour faire pression sur le propriétaire. C’est le cas de Danancier qui n’a cessé de se plaindre auprès de Châtillier de la présence envahissante de sangliers qui ont trouvé refuge dans les cannelles de son étang. Danancier a mis Châtillier en demeure d’organiser une battue, sans quoi il prendrait son permis de chasse avec d’autres fermiers voisins, prêts à créer une association pour se défendre eux-mêmes. Châtillier, « fou furieux » du moyen de pression employé (aux dires du garde de l’Office national de la chasse qui a servi d’intermédiaire dans ces négociations), a fini par céder aux exigences du fermier24.

79Danancier ne s’est pas contenté de faire expertiser les dégâts par un ingénieur de la Fédération des chasseurs de l’Ain en vue du remboursement, il a rappelé au propriétaire les termes de leur entente : j’ai renoncé à chasser (ainsi fait-il croire au propriétaire que ce renoncement lui en coûte), aussi puis-je exiger de vous que vous détruisiez les nuisibles pour protéger mes cultures. Dans le cas contraire, je fais valoir mon droit contre votre privilège.

Conclusion

80Autour de la terre agricole, fermiers et propriétaires perpétuent dans un cadre juridique très contraignant des arrangements à la marge, car si la loi oblige et stabilise les positions sociales, elle ne force pas à s’entendre. Paradoxalement, la stabilité acquise oblige d’autant plus à rechercher les termes d’une vie possible ensemble que la relation conflictuelle n’est pas suivie d’une mobilité fermière, ou plus exactement, que le fermier reste et les propriétaires passent. La loi concurrence les velléités des détenteurs de la propriété. C’est sur ce plan que s’établissent aujourd’hui les rapports de force, ce qui fait encore apparaître l’habileté des fermiers à jouer sur les deux tableaux, oscillant selon les besoins entre « ce n’est pas vous c’est la loi » et « le propriétaire est quand même chez lui ». Les deux sources de légitimité continuent de coexister. C’est là que réside l’équilibre des relations contemporaines entre ces catégories sociales.

81Les fermiers ont adopté avec pragmatisme une position, non pas en concurrence sur le domaine réservé du prestige des puissants, mais en perpétuant la différence et la distinction, ce qui leur a permis de gagner en pouvoir et en force de négociation. La population agricole a dans l’ensemble toujours privilégié les arrangements ou les tensions visant à trouver de nouveaux arrangements, c’est-à-dire l’échange, pour préserver l’essentiel, une vie possible en société.

82Le fermier ne rêve pas de devenir châtelain, ni le châtelain de devenir fermier. Les tensions qui s’expriment au cœur des arrangements n’équivalent pas à une remise en cause des positions sociales que les formes d’accès au territoire ont depuis toujours déterminées. On a beau être maire d’une commune, sur les terres, on reste un fermier. On a beau être conseiller municipal sous l’autorité de son maire-fermier, on reste propriétaire dès que l’on parle terroir. C’est là toute l’étrangeté de cette relation sociale à géométrie variable. Entre rapports de force et bons arrangements, propriétaires et fermiers continuent donc d’échanger et de faire société, selon de nouvelles modalités qui donnent à voir des rapports sociaux mieux équilibrés, mais où chacun garde en tête l’essentiel pour que cela tienne : rester à sa place.

Notes

1 Barthélemy 1991.

2 Les baux qui transfèrent et concèdent aux fermiers un droit de jouissance temporaire réglementent le fructus (droit de récolter les fruits), en régissant le montant de la location. Les restrictions légales à l’abusus (droit de disposer) et à l’usus (droit d’user) ne furent que plus tardives. La loi du 4 septembre 1943 institue le « statut du fermage » remplacé par l’ordonnance du 17 octobre 1945 et la loi du 13 avril 1946. Il restreint l’abusus : droit de préemption qui permet au fermier de rester prioritaire sur l’achat de la terre louée lorsqu’elle est mise en vente. Il affecte l’usus : limitation du droit de reprise par le bailleur à la seule condition qu’il exploite lui-même (David 1991 : 72).

3 Je reprends ici les formes de légitimité du pouvoir établies par Max Weber qui entend par « domination » « la chance pour des ordres spécifiques de trouver obéissance de la part d’un groupe d’individus », soit en vertu d’un caractère rationnel (croyance en la légalité des règlements et du droit de donner des directives), d’un caractère traditionnel (croyance quotidienne en la sainteté des traditions valables de tout temps), ou bien charismatique (soumission à la valeur exemplaire d’une personne) (1971 : 285-289).

4 Un notaire m’a fait part de son étonnement : « Les besoins sanitaires se sont fait de plus en plus sentir et il n’était plus question d’aller dans les écuries. Plusieurs fois, j’ai eu le cas de fermiers bien assis qui avaient une situation qui n’était pas mal, mais ils ne voulaient pas faire ces frais, parce qu’ils disaient que ce n’était pas à eux de payer mais au propriétaire. Alors je leur ai dit, attention, vous vivez toute votre vie dans votre ferme, vous allez les amortir vos frais ! Eh bien non. »

5 Ce sentiment que le propriétaire fait intrusion dans leur espace privé fait écho à ce que les anciens racontent sur le comportement des propriétaires d’autrefois qui transgressaient les frontières de l’intime et dont il fallait se protéger : « La comtesse, quand elle venait chez nous, elle soulevait le couvercle de la casserole pour voir ce qu’on faisait à manger » ; « Il ne se gênait pas pour rentrer avec ses chaussures toutes crottées » ; « Notre ancienne propriétaire est venue dans notre nouvelle maison. Elle a voulu tout visiter par curiosité ».

6 « Pas une fleur », mais Billot a acquis les bâtiments et 10 hectares pour la somme de 280 000 francs, alors que les corps de ferme aujourd’hui très recherchés par les citadins se vendent, même en mauvais état, plus de un million de francs (150 000 euros). Il reconnaît : « Ça fait un patrimoine quoi, ça représente une certaine somme, je dirai. »

7 La Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) est de loin l’organisation syndicale la mieux représentée en Dombes.

8 Expression utilisée par Jean-Pierre Jessenne (1987) pour désigner la domination des fermiers d’Artois sur la collectivité villageoise.

9 Toutes les communes comptent un ou deux fermiers, ayant constitué en gaec des exploitations oscillant entre 150 et 200 hectares. Ce sont ceux-là mêmes qui sont généralement appelés « capitalistes ». Les exploitations les plus petites couvrent environ 60 à 70 hectares, mais la moyenne tourne autour d’une petite centaine d’hectares.

10 En dehors des opérations officielles de remembrement, qui touchèrent assez peu la Dombes étant donné la taille importante des parcelles, la contrainte des fossés et un bocage assez irrégulier.

11 « Sous réserve de l’accord du bailleur, le preneur peut, pour réunir ou grouper plusieurs parcelles attenantes, faire disparaître les talus, haies, rigoles et arbres, qui les séparent ou les morcellent, lorsque ces opérations ont pour conséquence d’améliorer les conditions de l’exploitation » (Code rural 1997).

12 Le domaine a été finalement vendu à la safer et le fermier a acheté les bâtiments ainsi qu’une quarantaine d’hectares. On a beau être un fermier honni, on n’en obtient pas moins satisfaction.

13 Dans les anciens baux, l’article dédié à la chasse occupe toujours une place de choix. Certains baux, sous le titre « réserves de chasse », faisaient état des nombreuses exigences révélatrices des points de tensions et de réclamations, contre lesquelles les propriétaires cherchaient à se prémunir. En 1923, un propriétaire avait pris soin de rédiger lui-même un texte, assez révélateur des pratiques en usage. Je le cite intégralement, car rien n’y manque : « Les fermiers devront renvoyer de leur service tout domestique ou journalier occupé par eux et qui serait pris en délit de chasser. Les fermiers veilleront avec soin à la sauvegarde des nids de perdrix, faisans ou autres. Les fermiers souffriront les exigences de la chasse sur les fonds loués sans qu’ils puissent formuler aucune réclamation au sujet du passage des chiens dans une récolte, des dégâts et dommages que pourraient leur occasionner les divers gibiers. Pour favoriser la chasse et la propagation du gibier, les fermiers devront ensemencer, chaque année, une superficie de trois hectares de terrain en sarrasin ou blé noir. »

14 Le fermier peut prendre son permis de chasse pour se débarrasser des espèces nuisibles ou pour tirer le gibier dès lors qu’il se plie aux conventions privées de la chasse, comme ne pas chasser seul et en dehors des jours ouvrés.

15 Ces stratégies permettent une expulsion amiable sans encourir le risque, pour le propriétaire, d’être traîné en justice. Je n’ai pas réussi à obtenir d’indications précises sur le montant des sommes versées, mais j’ai entendu parler de 150 000 francs (23 000 euros) à propos d’une affaire similaire.

16 Un « Syndicat intercommunal de défense contre les dévastations des lapins de garenne » qui avait été créé en 1922 à l’initiative de quelques notables locaux permettait aux fermiers cotisants de toucher des indemnités.

17 J’ai appris plus tard qu’il a cédé sa priorité au profit d’un propriétaire important de la commune, très désireux de posséder ce bout de terrain, qui jouxtait l’un de ses étangs. Julliand avait pesé le pour et le contre. Il possédait déjà une quinzaine d’hectares qui suffisaient à ses quelques bêtes, après son départ à la retraite. Il n’avait pas de fils agriculteur qui aurait pu profiter de ce patrimoine. Il avait tout intérêt à faire plaisir à ce propriétaire, son renoncement à préempter se soldant par un arrangement avantageux.

18 Voir chapitre 8.

19 Formule utilisée dans les statuts de l’association.

20 Je montrerai dans le chapitre suivant que cette remarque se vérifie uniquement pour une partie de la population locale, qui ne possède ni ne travaille la terre.

21 Les propriétaires désireux de louer leur chasse sont parfois pris entre deux feux quand il arrive que le fermier veuille chasser : soit le fermier trouve un arrangement avec les locataires, soit il n’en trouve pas. Dans ce dernier cas, le propriétaire aura plutôt tendance à donner raison aux chasseurs, car la propriété perd de sa valeur s’ils ne peuvent plus la louer facilement.

22 Un garde m’a raconté que sur 100 canards tués le jour de l’ouverture, 5 lui ont été donnés, 10 ont été donnés à deux fermiers de la propriété, 2 également au curé de la paroisse, 2 à une ancienne fermière aujourd’hui veuve, et une partie divisée entre trois autres familles du village. C’est le garde qui fait le partage pour égaliser entre colverts et rougeots. Le soir de la chasse, ils étaient une vingtaine de chasseurs à table et la femme du garde a plumé cinq ou six canards. Il précise qu’elle a coupé les aiguillettes, car « ils ne mangent pas les ailes, du gâchis ».

23 « […] pour le travailleur agricole, le travail est affaire de morale : s’il travaille beaucoup, il s’attire sa propre estime et celle des autres » (Mendras 1984 : 107).

24 Les grands propriétaires préfèrent généralement organiser eux-mêmes les battues, plutôt que de voir passer sur leurs terres des chasseurs qu’ils n’ont pas personnellement invités. Les fermiers y sont rarement conviés. Quelques-uns participent parfois aux battues administratives organisées par le lieutenant de louveterie (nommé par le préfet pour la régulation du gibier). Brivet justifie le peu d’intérêt qu’il trouve à y participer en arguant qu’il est toujours placé de telle sorte qu’il ne voit jamais passer le sanglier, et d’ajouter en souriant, « de toute manière, j’aurais plutôt tendance à rester caché derrière un arbre ! ».

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search