Version classiqueVersion mobile

Une terre en partage

 | 
Vanessa Manceron

III. Tensions terriennes

6. Entre contrat et échange

Texte intégral

1Quand on parle de terres agricoles et non plus de système hydraulique, les propriétaires fonciers deviennent bailleurs de domaines d’exploitation dont ils confient la location en fermage à des agriculteurs. Parler de terre, c’est donc entrevoir un nouveau système de relations qui lie contractuellement deux catégories sociales différenciées par des écarts de richesse et de rang. Les notions de paternalisme et de patronage sont utilisées pour qualifier, à l’échelle de la société, cette forme de tutelle économique entre groupes et, à l’échelle de la propriété, ce type de liens fortement personnalisés, qui « placent les acteurs dans le modèle des relations familiales, […] et recouvrent d’un voile de morale – sinon de moralité – des rapports de domination et d’exploitation » (Dupuy 1996 : 160). Les relations sociales n’échappent pas, en Dombes, à cette moralité ni à cette domination. J’ai choisi d’en spécifier le fonctionnement local, jusque dans les arrangements les plus ténus, pour montrer comment s’opère l’équilibre entre la relation contractuelle et les échanges plus informels qui se tissent toujours en marge de l’écrit. Payer un fermage contre une location ne suffit jamais à clore la boucle des échanges, comme si en donnant, en recevant et en redonnant, chacun accumulait les avantages d’une telle dépendance réciproque. Le pouvoir se mesure et se confirme à l’aune de ces prestations asymétriques, car, comme l’écrit Maurice Godelier, « il n’existe rien “dans” la chose qui oblige à la rendre sauf le fait que celui qui la donne continue à y être présent et à exercer par elle une pression sur l’autre, non pas pour qu’il la rende mais pour qu’il donne à son tour, qu’il re-donne […]. Accepter une chose, c’est accepter que celui qui donne exerce des droits sur celui qui reçoit » (1996 : 64).

Règles contractuelles et normes de comportement

2Quand les fermiers évoquent la mobilité d’avant la Seconde Guerre mondiale, ils l’associent immédiatement à la fragilité de leur ancienne condition de locataires : « On était toujours sur la branche. » À les entendre, planait sans cesse au-dessus de leur tête une épée de Damoclès, l’expulsion ou la mésentente qui conduit au départ forcé : « Donc un propriétaire pouvait, suivant son vœu bien sûr, garder ou mettre son fermier dehors comme il le voulait. Donc, il y avait souvent des déménagements. La période où l’on était en fin de contrat, ça tombait le jour du 11 novembre, l’armistice bien sûr. » Au 11 novembre, la guerre ou la paix ?

3« Quand on veut y rester, c’est là qu’on a peur d’y perdre », raconte Joubert. La crainte de se voir ôter ce qui a été acquis, que la faveur accordée se transforme en sanction et que celle-ci les poursuive et amoindrisse leurs chances de trouver une autre ferme à louer – « tout se sait, les propriétaires ils se connaissent tous, la bonne et mauvaise réputation, ça vous suit toute votre vie » – aurait conduit les plus scrupuleux et/ou les plus sages à courber l’échine et à se soumettre sans broncher. « Il n’y a que les têtes folles qui n’ont pas de cheveux blancs », dit Mme Julliand, car il fallait bien être « fou » pour se rebiffer et se couper l’herbe nourricière sous le pied, même s’il en coûtait de la faire pousser.

4Les discours sur le passé tendent donc à présenter une société agricole soumise et un groupe de propriétaires exigeants voire impitoyables, qui au moindre manquement à la règle exerçaient leur pouvoir, celui de leur retirer leur outil de travail. À la puissance du propriétaire, le fermier n’aurait donc rien eu à opposer. Soit il se pliait et consentait sous la contrainte, souple et solide comme un roseau, soit il était plié et cassait, dur et fragile comme une branche. Le premier point était, d’après les fermiers, de respecter à la lettre les termes du contrat. Toute transgression était un motif suffisant pour résilier le bail : « C’est écrit noir sur blanc que si vous ne respectez pas les clauses, ça casse le bail. » À la lettre, car « pour trois chardons, c’était bon » ?

« C’est écrit noir sur blanc »

  • 1 « Les propriétaires aiment bien garder les mêmes familles », raconte Bollet. En cas de non-reprise (...)

5Une fois choisi et retenu, le fermier entame avec son propriétaire une relation particulière que chacun espère longue et heureuse1. Avant la signature du bail en 1938, Brisset, un fermier reconnaissant d’avoir été retenu, écrit à son futur propriétaire pour lui signifier qu’il est sensible à cette faveur et qu’en échange, il entend bien lui donner satisfaction : « Je suis retourné hier après-midi visiter les terrains en détail. La ferme me plaît beaucoup et je puis vous affirmer que vous pouvez compter sur moi pour tenir en bon état et faire mon possible pour y cultiver de mon mieux. »

6Voici posés les premiers termes essentiels du contrat. La terre est confiée au fermier, en échange de quoi il doit cultiver de son mieux et selon l’expression usitée « en bon père de famille », pour être en mesure de payer annuellement ou, plus souvent, en deux termes (11 mai et 11 novembre) le montant du fermage indiqué dans le bail. Le fermier doit être solvable et la ferme économiquement viable. Aussi certains baux précisent-ils que « les preneurs ne pourront aller travailler ailleurs », ou bien encore que « les preneurs habiteront par eux-mêmes les bâtiments du domaine, avec leur famille et un nombre suffisant de domestiques. Ils garniront de bestiaux et instruments agricoles pour l’exploitation et pour répondre des fermages ». Le propriétaire se prémunit ainsi de toute forme de sous-location et entend faire du domaine une véritable unité de production et de résidence, dont la famille fermière doit vivre exclusivement.

7Le deuxième point essentiel est l’obligation pour le fermier de tenir le domaine en bon état, afin que l’usage ne déprécie pas la valeur de la propriété. Son entretien relevait de pratiques rapportées dans les recueils d’usages locaux, qui étaient censés refléter les habitudes locales, mais qui possédaient également un caractère normatif, dont les baux consignaient certains aspects et les transformaient alors sans ambiguïté en droit. On est frappé à cet égard par le luxe de détails contenus sous l’intitulé « charges et conditions ».

  • 2 « Les preneurs entretiendront les cours du domaine parfaitement propres et nivelées, débarrassées d (...)
  • 3 Laurence Bérard a également noté cette exigence pointilleuse : « Il n’y a pas une mauvaise herbe da (...)

8La réputation du fermier et le soin qu’il apportait au domaine étaient étrangement semblables aux prescriptions contenues dans les baux. L’escalier extérieur était dépoussiéré toutes les semaines et les étables nettoyées de fond en comble. Il n’y avait pas une herbe folle le long des murs et la cour était balayée avec soin2. L’extrême rigueur d’exécution du travail3 allait même au-delà de ce que prescrivaient les baux, car il y allait aussi de leur fierté. Ce soin presque maniaque est l’un des critères dont les fermiers usent également pour se jauger entre eux. Dans les maisons, les femmes rivalisaient de propreté. Elles se battaient contre les mouches qui s’introduisaient dans le logement ; pas une miette de pain sur la grande table de la cuisine ; pas une trace de graisse sur les fourneaux. Lorsqu’un jour je fus invitée à boire le café chez une voisine de Mme Julliand, j’avais été décontenancée que celle-ci, au lieu de s’asseoir avec nous, se munisse d’une serpillière et nettoie le sol de son entrée. J’avais interprété cela comme une manière de nous signifier qu’il était temps de partir. L’interprétation qu’en fit Mme Julliand fut toute différente : « Elle est orgueilleuse, elle voulait montrer que c’est bien tenu. »

  • 4 Dans un bail à ferme de 1918 du domaine du Mont, il est écrit : « Les fermiers prendront un soin pa (...)

9Dans les terres, ce sont les hommes qui tiennent à défendre leur réputation d’agriculteur. Julliand raconte que « c’était assez strict. Les propriétaires ne rigolaient pas avec ça. Il fallait qu’il y ait un entretien, si on ne cultivait pas normalement on avait des rappels à l’ordre, il surveillait bien que son terrain ne soit pas négligé, même dans les pâturages ou dans les prés si les assainissements n’étaient pas faits »4. Mais le sentiment intime des fermiers en matière d’assainissement des terres et de mise en valeur était que ces prescriptions étaient bien inutiles : « On le faisait pour nous, sinon les récoltes s’en ressentaient. On abalmait, ça devait être plat comme la main, fallait pas laisser un morceau de terre qui dépasse, tous les gratter, propre, nickel, joli. »

10Toutes ces clauses étaient donc jugées plutôt humiliantes, car elles reflétaient une norme de comportements intériorisée par les fermiers, ou bien une exigence qu’ils s’imposaient à eux-mêmes sans qu’il soit nécessaire au propriétaire de leur rappeler ce qu’est un bon fermier : « Ça ne servait à rien de lire ces baux, on savait ce qu’on avait à faire. » En outre, les critères de distinction et de reconnaissance du « bon fermier » étaient ceux-là mêmes que les agriculteurs utilisaient pour se différencier entre eux. Dans ce système de dépendance où la réputation est l’étalon de mesure d’une possible réussite sociale – « être préféré parmi les autres ; louer un vaste et bon domaine ; placer ses enfants » –, la concurrence entre fermiers s’en trouvait avivée, d’où la forte coïncidence observée entre les règles juridiques et un système de valeurs partagé, qui confère au travail une importance toute particulière. Un « joli » domaine offre en miroir une bonne image de l’homme qui l’exploite.

  • 5 « Les preneurs auront pour leur chauffage la tonte des haies vives et l’élagage des tronches (têtar (...)

11Concernant les haies, elles restaient la propriété du bailleur, mais leur entretien incombait au fermier avec comme compensation le droit d’en prélever une partie pour leur chauffage selon des conditions strictes5. Julliand se souvient de ce travail comme d’une corvée au sens littéral et juridique du terme : « Il fallait qu’elles soient taillées tous les ans ou deux fois par an, à deux mètres. Dessous on coupait les herbes à la faux, sur le côté, on taillait au goyard et puis en haut, je prenais un char et un cheval, et puis je taillais en hauteur. Ce n’était pas tout marrant. » Encore du temps et des efforts, signifie-t-il, sans qu’il en retire un avantage, le produit de l’élagage étant bien insuffisant pour assurer ses besoins en bois.

  • 6 En 1939, au domaine de la Tour à Chalamont (20 ha), le fermier devait cinq journées d’hommes et d’a (...)

12Au principe contractuel que personne n’aurait idée de contester – location contre versement d’une somme d’argent et respect du bien confié – s’ajoutaient donc d’autres devoirs impliquant plus fortement les individus. Le fermier paye en quelque sorte de ses biens et de sa personne lors du prélèvement annuel des produits de la ferme, de la mise à disposition de matériel et de « charrois » et en effectuant des journées de travail gratuites, ou « corvées », pour le propriétaire6. Ce point qui brouille la différence apparemment claire entre fermage et métayage (Carteron 1999 : 107) révèle que le lien personnel et le lien contractuel sont également brouillés, intimement mêlés.

  • 7 Voir chapitre 7.

13En sus de ces nombreux devoirs, quelques interdits s’appliquaient jusqu’aux pratiques culturales : le respect de l’assolement biennal ou triennal selon les cas ; l’impossibilité de redoubler une culture deux années de suite sur un même fonds ; l’interdiction de faire l’élevage d’animaux fauteurs de dégâts dans les haies ou considérés comme sales (chèvres, oies et pigeons). Enfin, un point tout à fait essentiel : « La chasse est exclusivement réservée au bailleur7. »

14Au vu de la rigueur des baux, il est aisé d’imaginer le nombre de transgressions possibles, disons-le probables, des prescriptions ou interdits, sans compter les risques de faillite et les impossibilités ponctuelles de payer le fermage. Si les contrats étaient effectivement appliqués à la lettre, les chances de se voir expulser étaient légion : le fermier qui ne taillait pas les haies tous les ans, qui ramassait un lapin dans sa besace, qui prélevait un peu plus de bois que convenu, qui laissait pousser des herbes folles et quelques chardons, était-il véritablement en péril ? Cela paraît tout à fait improbable et suppose qu’en marge de l’écrit, des arrangements et/ou des rapports de force permettent d’assouplir les règles écrites et bien sûr dans certains cas, de les faire appliquer à la lettre. N’est-ce pas cela le droit écrit, un moyen de pression dont on n’use qu’en cas de conflit alors que les usages plus informels régulent les pratiques ?

« Ni bon ni bête »

15« Mettre à la cour » constitue non seulement pour le fermier, mais également pour le propriétaire un échec de la relation. User de la faculté de dédite fait perdre du même coup au principe de protection une partie de son sens et de sa force. Un tel système de dépendance – liens asymétriques, faveur accordée contre des prestations, lien personnalisé qui ne se réduit pas à des considérations économiques mais se rapproche également de ce que Gérard Lenclud (1993) nomme l’« attachement » – ne peut en effet s’épanouir que dans un contexte de relative stabilité des fermiers.

16Les fermiers bien conscients de ce talon d’Achille, de cette dépendance mutuelle – bien qu’ils sachent également qu’aucun fermier n’est irremplaçable (mais les propriétaires le sont-ils ?) – bénéficient d’une certaine marge de manœuvre pour négocier et obliger les propriétaires, également tenus, à faire des concessions. Il s’agit de part et d’autre de maintenir un équilibre, qui soit acceptable entre les contraintes et les avantages, entre la dépendance et l’indépendance, pour éviter que la relation dans laquelle chacun a intérêt à rester lié à l’autre ne conduise au divorce.

17Selon les critères de jugement de Barrère, un banquier lyonnais dont la propriété comptait avant guerre 800 hectares, Bouchard a toujours été un fermier « conciliant », une qualité essentielle d’après lui. Quand le propriétaire a décidé de vendre une huitaine d’hectares trop éloignée de la propriété, comprise dans les cinquante hectares loués à Bouchard, ce dernier « a d’abord fait la grimace ». Il ne pouvait en droit s’y opposer, mais aurait pu rendre la transaction difficile pour tenter d’en conserver l’usage ou bien pour exiger une compensation que le propriétaire ne voulait pas lui donner. Bouchard facilita la transaction et accepta en échange un terrain de moindre qualité, mais un peu moins éloigné de sa ferme et d’une contenance légèrement supérieure.

18Pour donner un autre exemple du « bon esprit » de Bouchard, le propriétaire me raconte sa réaction à l’annonce d’une hausse du prix du fermage dans les années 1950 : « Il a naturellement poussé des cris, mais il a fini par reconnaître qu’il y avait quelque chose à faire, qu’il était loin du compte de la moyenne préfectorale. Je l’ai laissé mijoter un peu, et puis on est convenu de la hausse. » Bouchard se souvient également de cette augmentation du fermage, car il en a profité pour demander au propriétaire s’il était prêt à investir dans une laverie avec douche : « C’était un peu comme ça, quelque chose contre une douche. » Bouchard est également un fermier attentif aux marques de déférence. Il ne demande pas les aménagements en faisant explicitement référence à la hausse du fermage. Il n’a pas marchandé, pratique de mise entre égaux ; il a eu l’habileté de négocier sans user de moyens de pression, au moins dans la forme, car la pression existe assurément : une prestation appelle le contre-don ; le propriétaire a tout intérêt à entretenir de bonnes relations avec un fermier qui lui donne par ailleurs toute satisfaction.

19Ces deux qualités essentielles du fermier – conciliant et déférent –, outre son ardeur à la tâche et son sérieux, ont garanti à Bouchard une certaine forme de liberté. Certes, il entretenait les haies, mais moins souvent que le bail ne l’exigeait : « Cette haie qu’on devait tailler tous les ans, en fait je l’ai taillée deux fois moi, tous les douze ou quinze ans. » Certes il se conformait aux usages en matière de prélèvement dans les haies, mais il lui est bien arrivé de récupérer un tronc d’arbre : « On prenait un peu le bois qu’on voulait, ce qu’il fallait c’était ne pas le vendre ou bien éviter de couper des grands arbres. » Certes il ne chassait pas, mais il lui est arrivé de prendre de temps en temps un lapin ou un lièvre : « Dans la haie, il y avait des chênes que l’on avait élagués pour faire des fagots. Je comptais les fagots et puis je vois un lièvre. J’ai fait signe au commis, il a compris tout de suite et il est venu. Attention, c’est nerveux un lièvre. Alors lui il a pu le prendre dans ses bras. Il était gros, on l’a mangé. »

20L’occasion faisait le larron, c’était de la cueillette plus que de la chasse. Quand bien même il aurait posé un collet, la sanction ne se serait-elle pas soldée par une simple remontrance, comme ce jour où, rapportant un lapin dans sa besace, il avait été surpris par le garde qui l’épiait caché derrière un arbre : « Albert, faut que je vienne te trouver. Tu as été pris. Il paraît que tu braconnes. » Bouchard se souvient avoir répondu : « Je ne suis pas braconneur, mais il m’est arrivé deux ou trois fois d’en prendre dans les grillages. Je ne recommencerai plus, vous savez bien que je ne suis pas chasseur. » Le propriétaire aurait acquiescé en ajoutant : « Je sais bien, mais ça crée des antécédents, il ne vaut mieux pas que tu recommences. » La discussion s’était arrêtée là entre celui qui tutoie et utilise le prénom comme terme d’adresse et celui qui vouvoie et dit « Monsieur ».

21Le fermier gagne ainsi en liberté et en force de négociation – « J’étais assez bien vu, je pouvais lui tenir tête en discutant, mais fallait être prudent ». Quand le propriétaire, désireux de lui acheter une parcelle de cinq hectares, avait traîné pour effectuer la transaction et que le terrain était devenu une friche, Bouchard avait estimé que la perte de sa valeur méritait dédommagement et avait exigé une hausse du prix à l’hectare. Mais dans le même temps, il est « tenu » par la proximité avec son propriétaire, par des liens qui se tissent au fil des prestations, selon le principe bien connu : plus on donne plus on reçoit, et plus on reçoit, plus on est tenu de donner. « Ce n’est pas honteux de reconnaître qu’il nous a rendu des services. » La honte n’est jamais loin, mais la reconnaissance non plus. Bouchard se souvient combien la diminution de moitié du fermage l’a aidé pendant la guerre et combien l’achat d’une maison dans le village à un « prix d’ami » a été avantageux. Il se rappelle aussi de cette fameuse nuit, où Barrère avait envoyé chercher le médecin en voiture pour aider sa femme à accoucher, sans compter les petits gestes au quotidien, les chocolats et le sapin pour les enfants à Noël, le tissu de la robe de mariée offert, etc.

22Aux liens de dépendance, se superpose donc une forme d’attachement ambigu oscillant pour le fermier entre la reconnaissance sincère, la peur de perdre la possibilité de dire « non » et la gêne d’être redevable – « Ma fille a eu une chambre chez eux à Lyon, elle travaillait comme bonne chez des bourgeois, on aurait dit qu’ils donnaient la lune. Ils n’auraient pas accepté qu’on paye, ils préféraient mieux vous tenir comme ça » ; oscillant pour le propriétaire entre le souvenir ému de liens affectifs – « Ça me faisait de la peine de voir le père tout courbé, son fils était prisonnier, qui me disait “faut que je tienne jusqu’à ce que mon fils revienne” » – et une forme de condescendance à la limite du mépris – « Les paysans sont sensibles à l’attention qu’on leur porte, il faut leur adresser une parole gentille, ne pas les traiter comme de la valetaille ».

23Plus Bouchard a reçu, plus il s’est senti tenu de donner. Cependant ce n’est pas au fermier de faire des cadeaux, c’est au propriétaire. C’est là chose normale entre gens inégaux en richesse, d’autant que ces dons « gracieux » il s’agissait aussi de les gagner. Malgré son bon esprit, il n’obtenait d’ailleurs pas tout ce dont il a eu la faiblesse de rêver, comme un habitat plus confortable et, bien sûr, moins de contraintes – « c’est un bon propriétaire, mais c’est comme tous, ils sont après nous à demander des services » –, sans compter l’envie de mettre un terme aux multiples petites humiliations et vexations ravalées en silence.

24Il faut tenir la bonne distance, ni trop endetté, ni trop complaisant. Pour les fermiers, le modèle idéal est de préserver un équilibre subtil entre dépendance et indépendance, entre obéissance et opposition, c’est-à-dire à la fois participer et adhérer au fonctionnement particulier du système hiérarchisé – jouer ses cartes pour soi et son entourage –, et préserver en même temps son appartenance à sa classe sans trahison. Il faut choisir son camp et ne jamais se laisser aller à oublier le monde auquel on appartient. Ce point, dont certains fermiers étaient plus facilement oublieux, leur valait une mauvaise réputation : « Il est plus royaliste que le roi. Ça lui tourne la tête de fréquenter des bourgeois, des docteurs, pour lui c’est comme une promotion. Beaucoup de fois, ça a été des profiteurs. »

25Albert Bouchard a une manière de se positionner par rapport au propriétaire, et donc aux autres fermiers, assez emblématique de ce que j’ai pu généralement observer. Il a certes beaucoup reçu comparé à d’autres. La proximité spatiale n’y est pas étrangère. Les fermiers résidant dans ce qu’on appelle « la ferme du château » tissent souvent des liens plus forts que celui qui est retiré aux frontières communales. La présence du propriétaire sur les lieux et l’intérêt qu’il porte à ses domaines y sont également pour quelque chose. Certains fermiers ne voyaient en effet leur propriétaire que deux fois l’an ou bien étaient confrontés à des individus qui ne « valaient pas grand-chose », « sans reconnaissance ».

26Quoi qu’il en soit, les fermiers, qu’ils aient ou non échangé en marge de la relation strictement contractuelle, se sont généralement refusés à donner trop de redevances, de même qu’à remettre des poulets « pas toujours d’aplomb », comme quelques-uns avaient, paraît-il, peu de scrupules à le faire. En d’autres termes, ils sont restés à leur place, respectueux, sans trop donner, juste ce qu’il faut, et sans chercher à abuser du système, meilleure garantie d’évitement du conflit, mais sans jamais renoncer à négocier et défendre leurs intérêts : « ni bon ni bête ».

La logique des agissements et les rapports de force

27La vigilance est au cœur de cette relation sous contrôle où affleurent sans cesse les tensions sourdes. On reste sur ses gardes, attentifs, pour que les germes de la mésentente ne puissent pas s’épanouir. Le non-dit, le silence, l’évitement de la parole brutale, la déférence, l’esprit conciliant qui permet au fermier de négocier sans avoir le plus souvent à exiger, sont assortis d’une comptabilité minutieuse de ce que l’on est prêt à donner et recevoir pour que cet équilibre fragile se maintienne sous la forme du donnant/donnant. Les conditions favorables à l’émergence de tensions vives, voire de conflits (bien que généralement le choc frontal et brutal soit évité au profit d’une rivalité plus larvée que celle qui prévaut entre égaux), sont donc le plus souvent liées à des abus qui contredisent la moralité de ces échanges.

Les limites à ne pas dépasser

28Le point d’orgue des discussions autour des conditions du bail, point au-delà duquel le contrat ne se noue pas, ou mal, est la confiance. Défendre ses intérêts certes, cela est de bonne guerre, mais tenter de « manger la laine sur le dos » de l’autre, soit « profiter du propriétaire », soit « enfoncer le fermier » étaient de part et d’autre conçus comme de peu de moralité. Comme le dit Maret, « notre ancien propriétaire ne valait pas grand-chose, sur le premier bail, la surface mentionnée était fausse, 59 hectares déclarés contre 54. Le propriétaire a profité, on n’a jamais rien dit. Au renouvellement, on a fait rectifier, mais il n’a jamais proposé de nous rembourser ». On accepte par contre certaines petites entorses qui ne portent pas à conséquence et font plutôt sourire. Billaud se souvient de Berthillier lisant le bail à haute voix et lui faisant savoir qu’il devra payer les impôts fonciers avec remboursement ultérieur : « On payait d’avance, quoi ! (rire) » ; le propriétaire se souvient pour sa part que Billaud « a fait raturer la clause sur les nids à protéger, il craignait sans doute d’en écraser quelques-uns au passage (rire) ». La ruse oui, la malhonnêteté non.

29Vivre décemment était le minimum que l’on puisse attendre du propriétaire, preuve qu’il ne méprisait pas les fermiers au point de les laisser vivre « comme les bêtes ». C’est un devoir que le contrat ne stipule pas, mais qui relève de sa responsabilité et plus encore de sa « conscience humaine ». Les fermes les plus recherchées étaient celles que le propriétaire prenait soin d’entretenir : « Ah chez B., c’était la panacée. Il avait de l’argent à dépenser dans les fermes. Tout le monde voulait être fermier chez lui. » À l’inverse, quand les bâtiments s’écroulaient sans un geste du propriétaire, les fermiers finissaient souvent par se résoudre à quitter la ferme : « Il posait des conditions qui sont inadmissibles. Ce n’était plus vivable. Des mauvais bâtiments, ils s’écroulaient et pas un centime de réparation. Les fenêtres qui tombaient, le bois pourri, le fils qui est passé à travers le plancher du grenier, non, non, on a dû chercher une autre ferme à louer. »

30Le mauvais propriétaire avec lequel le fermier avait peu d’intérêt à rester attaché était également celui qui ne l’aidait pas à « évoluer ». Les agriculteurs distinguent généralement deux types de propriétaires : ceux qui étaient favorables au « progrès social » et ceux qui étaient jaloux de leur réussite. L’idée souvent exprimée est la suivante : si le fermier faisait des gains, le propriétaire méfiant tentait d’en découvrir l’origine ou bien trouvait alors normal d’augmenter le prix du fermage. L’enrichissement de l’un va de pair avec l’appauvrissement de l’autre : alors que les fermiers ont intérêt à amoindrir les écarts de richesse, les propriétaires chercheraient à les maintenir, voire à les creuser.

31La question du statut et du mode de faire-valoir est également un sujet de discorde. J’ai trouvé dans les archives privées d’un propriétaire le cas d’une expulsion simultanée de douze métayers en 1900 : « Les métayers cherchaient à se soustraire aux clauses de leur bail. […] Toute tentative de conciliation ayant été reconnue vaine, je dus résilier les baux et je me trouvai brusquement à la tête d’un faire-valoir de 700 hectares environ, un seul métayer étant resté. » « Se soustraire aux clauses du bail », c’est-à-dire revendiquer le statut du fermage et l’abandon du métayage. C’est ce que je lis entre les lignes quand le propriétaire propose son analyse de la situation : « L’esprit général du pays est tel qu’ils ne pouvaient se faire à l’idée du partage des récoltes et à la nécessité de suivre la règle de culture imposée par le propriétaire. Cette ingérence nécessaire leur paraissait intolérable. » L’intervention de certains propriétaires épris d’agronomie sur les choix culturaux, cette « manie des gens de la ville de se croire agriculteur », était vécue comme une humiliation, qui remettait en cause l’un des fondements de leur collaboration.

32S’il ne fallait pas que le fermier confonde le droit d’usage avec le droit de propriété, il ne fallait pas non plus que le propriétaire intervienne au-delà de son droit à exiger le respect de son bien, sur la liberté de culture. Les entorses inévitables à ce modus vivendi ont existé, mais les règles du jeu étaient les suivantes : respect de la propriété, respect du travail du fermier. Cette considération mutuelle n’excluait pas la dépendance, elle la scellait à sa manière et ceci de manière relativement solide, à la condition que les propriétaires aient pris la mesure, parfois à leurs frais, de cette limite à ne pas dépasser.

33Voilà donc les termes minimaux de l’entente, sans lesquels la relation peut être compromise et finalement conduire au départ du fermier. Du côté des propriétaires, les limites à ne pas dépasser sont plus difficiles à cerner, car elles résultent le plus souvent d’un ensemble de facteurs qui finissent par altérer la relation. Il a bien dû exister des évictions pour simple manquement aux règles du contrat, comme celui de braconner sans scrupule ou bien de ne plus payer le fermage, mais la résiliation du bail résulte le plus souvent d’une accumulation de tensions, qui ne mène au conflit que lorsque le fermier estime ne plus avoir intérêt à rester et multiplie alors les abus, sabotages et inconvenances.

L’histoire d’une mésentente8

  • 8 Le récit de l’histoire de Laclos est basé sur les archives privées du régisseur qui permettent de r (...)

34Le sentiment d’un échange équilibré est à géométrie variable, selon que le fermier attend de son propriétaire une plus ou moins grande générosité et selon la largesse dont celui-ci fait effectivement preuve.

35Donner la préférence au bail à ferme peut être vécu comme une faveur, mais n’endette pas le fermier au point qu’il renonce à négocier les conditions du bail, tout particulièrement le prix du fermage et celui des redevances. Laclos, après la visite des lieux en 1935, a envoyé un courrier au régisseur en s’étonnant de certains malentendus sur le prix demandé. Se seraient-ils mal compris ? « Il avait été convenu que nous mettrions 5 kilos de beurre au lieu de 4 ou 90 kilos de blé au lieu de 80. Je constate donc cette erreur qui certainement est réparable. Maintenant il y a une clause que je ne m’éclaire pas très bien. Pour les charrois nécessaires aux grosses réparations, je n’accepte pas. » Le régisseur accepta, en accord avec le propriétaire, de faire une concession en coupant la poire en deux (85 kilos de blé). Par contre, il ne donnera pas suite à la réclamation d’annuler la clause sur les charrois, au motif que cela créerait un précédent préjudiciable, car tous les autres fermiers de la propriété pourraient être tentés d’en demander également l’annulation.

36Des concessions donc de part et d’autre. Le propriétaire a jugé que le prix était correct, comparé à ce qui se pratiquait dans la région. Il ne lui a pas fait de cadeau, mais a estimé que ce fermier aisé était en mesure de payer. Laclos pour sa part a estimé que le contrat le désavantageait, si l’on en juge par ses propos sur le domaine qu’il a « pris dans un mauvais état de rendement » et qu’il lui faut « encore améliorer pour en profiter ». Il a donc estimé que son propriétaire n’avait pas considéré le bien-fondé de sa demande et avait par conséquent mis en doute son honnêteté.

37En outre les bâtiments sont en mauvais état. Laclos envoie trois courriers au régisseur pour s’en plaindre dès la première année du bail. Le propriétaire finit par répondre favorablement et engage des réparations. Laclos négocie par la même occasion la création de loges à porcs : « Je paierai la main-d’œuvre, si monsieur le comte est d’accord de payer les matériaux. Je crois qu’avec X. il y a eu un arrangement semblable, il n’y a aucune raison qu’il n’en soit pas fait autant. Au cas où ces travaux ne se font pas, je suis dans l’obligation de vendre deux mères truies, ça m’ennuierait beaucoup. »

38Cet homme qui est à la tête de l’une des plus grosses exploitations de la commune et qui, d’après son expression écrite, avait sans doute été jusqu’au certificat d’études, cet homme qui ne terminait pas ses courriers en signant « votre fermier dévoué » et ne craignait pas d’utiliser la formule énergique « il n’y a aucune raison qu’il n’en soit pas fait autant » était excédé par le mauvais état des bâtiments et entendait d’autre part pouvoir attendre du propriétaire qu’il le soutienne dans son travail.

  • 9 Le refus est explicité pour les motifs suivants : la clôture d’une embouche serait « très onéreuse (...)

39Quelques années plus tard, le propriétaire décide de soustraire du domaine une embouche de 7 hectares, pour créer un étang contre une baisse du prix du fermage. Laclos qui avait un gros troupeau de quarante bêtes estima que la perte de cette parcelle lui était préjudiciable. Il demanda l’installation d’une clôture autour d’une autre embouche de taille équivalente et que soit stipulé dans son bail un droit de pâturage dans l’étang et un droit de le cultiver en avoine. Ces exigences lui furent refusées9.

40Laclos résiste, ne capitule pas. Il n’enverra pas sa dédite face à cette fin de non-recevoir qui est un message clair de la part du propriétaire : pas de concessions ou d’autres arrangements envisageables ; soit vous acceptez, soit vous partez. Contre toute attente, Laclos se fera même conciliant deux années plus tard lors d’un échange de terrains. Il bénéficiera à ce titre d’une remise de fermage suite à l’exposé de ses difficultés du moment (mauvaise année à cause de la sécheresse et perte de plusieurs vaches). Cependant, le propriétaire n’accepte pas de notifier la réduction dans le bail.

41À cette occasion le propriétaire écrit au régisseur pour lui exposer ses motifs : « Je reçois une lettre de Laclos me demandant une remise de fermage. Je ne lui dois évidemment rien, mais voulant rester en bons termes avec lui et étant donné qu’il a quand même facilité l’échange de terrain, je lui fais une remise. Je m’attendais bien d’ailleurs à de perpétuelles difficultés avec lui. S’il cultivait ses terres au lieu de se promener, il aurait peut-être de meilleurs résultats et trouverait en tout cas un propriétaire plus conciliant. »

42Laclos n’a donc que ce qu’il « mérite ». En témoigne le soutien accordé par ce même propriétaire à un « brave garçon » également en difficulté, qui bénéficia d’une baisse du prix du fermage, cette fois notifiée dans le bail. De la moralité et de la justice donc, dans le don gracieux comme dans le coup de bâton.

43Laclos commence ensuite à multiplier les petits sabotages. Il a été surpris par le garde en train de vendre une charrette de foin, deux faisans et un lièvre au marché, à la suite de quoi il a été convoqué au château et a subi l’humiliation de devoir rendre des comptes de vive voix. Il est à nouveau en retard de paiement de son fermage. Le propriétaire se plaint auprès du régisseur : « C’est inadmissible. Le peu d’argent qu’il nous a donné doit tout juste représenter les faisans et les lièvres vendus au marché de Villars ! Il faut l’empêcher d’avoir un tel retard, à moins que nous ne le mettions à la porte. »

44« Mettre à la porte », le mot est prononcé pour la première fois. Au moment fatidique de reconduction du bail, le propriétaire propose un montant très légèrement supérieur, certain d’obtenir ainsi son départ. Laclos répond à la proposition de bail : « Je m’en vais, je quitte le domaine, puisque ces messieurs ne peuvent rien me rabattre. » Ce départ laisse présumer que Laclos avait trouvé une autre ferme à louer. Il était décidé à partir et avait donné au propriétaire quelques bons motifs pour résilier le bail, s’il n’avait lui-même pris les devants et préparé sa sortie avec des arriérés qu’il n’a jamais payés.

45Cet exemple n’est pas celui d’une éviction brutale à la suite d’un ou plusieurs manquements au contrat. Il apparaît plus juste de décrire le départ forcé et/ou recherché comme le résultat d’un processus où la conciliation mutuelle a fait défaut, les attentes de chacun ayant été déçues. Sans doute l’audace de certains fermiers n’y est-elle pas étrangère, ceux-ci faisant preuve d’une moindre tolérance vis-à-vis de l’autorité châtelaine. Laclos était « dur en affaires », peu « coulant ». Un employé de propriété dit de lui qu’il « bouffait du bourgeois » ; un fermier préfère pour sa part l’expression « pas commode ». Son aplomb faisait le plus souvent sourire les autres fermiers (petite revanche que certains auraient aimé s’offrir). D’autres ont jugé son attitude excessive : « C’est des gens qui voulaient être comme des propriétaires, des mauvais caractères, des envieux, ils auraient plutôt tendance à écraser les autres. »

46Si la relation se construit à deux sur le mode du donnant/donnant, c’est le « bon » fermier, travailleur et déférent, qui fait le propriétaire conciliant, et non l’inverse. Plus le fermier est intransigeant, plus le propriétaire impose aux relations une logique contractuelle. Cependant, ce propriétaire a également imprimé une tonalité commerciale à cette relation. Il lui manque en quelque sorte d’être suffisamment généreux pour que la relation de subordination soit tolérée par un fermier comme Laclos peu enclin au dévouement.

  • 10 Bien des allusions sur le fait d’aller à la messe pour se faire bien voir me sont revenues aux orei (...)

47Quand les fermiers tentent de faire plier le propriétaire, ils prennent un risque qu’ils mesurent parfaitement. Quand ils abusent, c’est qu’ils sont prêts à partir. N’est-ce pas ce qu’il faut entendre quand Bollet dit : « Mon père, il s’est fait éjecter pour une histoire de chèvres, vous voyez un peu la seigneurie que c’était… Mais là mon père, il l’a un peu cherché, il n’aimait pas bien ce domaine. » Bollet fait ici référence à un épisode fameux qui eut un fort retentissement local dans les années 1920 : l’organisation d’une vente de chèvres sur la place du village au moment où la châtelaine était à la messe. Non seulement, le fermier n’assistait pas à l’office du dimanche – « Ceux qui étaient anticléricaux, réfractaires, ça marquait »10 –, mais surtout il faisait preuve d’un esprit de contestation et de provocation peu commun, qui allait bien au-delà de ce qu’un propriétaire attaché à ses prérogatives pouvait supporter.

48Chacun raconte cet épisode de la vente des chèvres à sa manière, soit pour en faire un mythe de la résistance paysanne, soit pour en dénoncer les excès excentriques, mais tous omettent le plus souvent de dire que le fermier avait dans l’idée de partir, certain de ne plus obtenir satisfaction de sa relation avec le bailleur et pensant pouvoir trouver mieux ailleurs. Cela éclaire d’un jour plus juste et nuancé cette relation complexe, entre contrat et échanges en marge de l’écrit, mêlant coercition et domination, consentement et réciprocité, arrangements amiables et rapports de force (Bucher 1995).

Conclusion

49Dans ce contexte hiérarchisé où les catégories sociales en présence sont différenciées et cloisonnées par « des barrières et des niveaux » (Goblot 1984), l’ambivalence des relations naît de la superposition de principes différents qui en régulent le fonctionnement : la signature d’un bail apparaît à la fois comme un contrat et comme un don-faveur ; le contrat en lui-même rappelle les termes de l’entente, mais n’est pas appliqué à la lettre ; la résiliation peut résulter de manquements à la règle, mais plus souvent elle apparaît soit comme une sanction, soit comme le résultat d’échanges qui se tissent en marge de l’écrit. Cette oscillation perpétuelle entre liens personnels et rapports contractuels, entre l’homme d’affaires et l’homme d’humanité, entre le droit et la morale, est le ciment de ces relations. Elles tiennent parce que ces registres sont mêlés ; mais elles ne sont jamais exemptes de tensions pour cette même raison.

50C’est également parce que la logique n’est pas strictement contractuelle que les tensions émergent au sein du monde agricole. La proximité avec le propriétaire, et les avantages que l’on peut en retirer, est souvent l’étalon de la mesure des relations entre pairs et de leur plus ou moins grande égalité. Il s’agit d’une hiérarchie par emboîtements. Bénéficier de la protection du propriétaire peut permettre d’avantager de la sorte l’un de ses pairs, et rejaillit sur soi une forme de considération. Mais, dans le même temps, cela avive les tensions et les jalousies. Garder le silence sur son départ pour privilégier un successeur (parent, voisin ou ami), recommander un autre fermier concourent à créer des relations sociales empreintes d’un grand sens de l’opportunisme, où la solidarité le dispute à la compétition, où le soutien cohabite avec la méfiance, pour tout dire une société sous contrôle. Cependant, la limite consiste à ne jamais discréditer un autre fermier auprès d’un propriétaire. C’est le principe minimal et essentiel d’une solidarité, qui se forge parce que les fermiers, également soumis à une même autorité, se perçoivent de fait comme des égaux.

  • 11 Les régisseurs avaient le pouvoir de faire et défaire ce lien et tentaient parfois de servir leurs (...)
  • 12 Cette tonalité des rapports sociaux apparaît plus marquée en Dombes que dans le bocage vendéen où i (...)

51Si les deux registres contractuel et personnel cohabitent toujours, il apparaît néanmoins que la logique clientéliste demeure assez limitée. Elle pouvait s’épanouir plus aisément avec les régisseurs de propriété, ces puissants intermédiaires, qui faisaient écran à la relation directe entre propriétaire et fermier11. La tonalité commerciale des relations apparaît souvent dans sa nudité crue et contredit le véritable système de protection qui a toujours tendance à masquer la rationalité économique des comportements12. « Pour gagner l’amour et le respect de la population qui vous entoure, disait Alexis de Tocqueville, il faut une longue succession de petits services rendus, de bons offices obscurs, une habitude constante de bienveillance et une réputation bien établie de désintéressement » (1981 : 133).

52Les discours des fermiers sur cette époque passée – destin soumis à la volonté arbitraire des propriétaires – masquent donc le fait que dans toute relation de domination, même la plus écrasante, il reste toujours une part considérable de liberté personnelle (Simmel 1999 : 162). Cette réticence à le reconnaître s’explique sans doute par la difficulté à devoir consentir, pour elle, à des sacrifices importants, comme quitter une ferme ou se mettre un propriétaire à dos. Il y a bien une collaboration et une action réciproque au sein de la relation de domination, que les discours dissimulent, mais qui témoignent d’une forme de solidarité entre catégories sociales. L’obéissance aux règles des baux n’était pas acquise du fait de l’impossibilité de se soustraire à la puissance des détenteurs de la terre, mais en vertu du respect de la tradition et des usages locaux, sur lesquels les propriétaires s’appuyaient en toute légitimité pour faire valoir leur autorité.

Notes

1 « Les propriétaires aiment bien garder les mêmes familles », raconte Bollet. En cas de non-reprise par le fils du fermier, solution préférée entre toutes par les propriétaires, la famille reste un cadre privilégié de recrutement. C’est à la fois un garde-fou du mauvais choix, l’assurance de se constituer un réseau de fermiers fidèles et l’élargissement de la notion de famille à l’ensemble de la propriété, les propriétaires incarnant le rôle du pater familias, soucieux de « caser » et par là même récompenser les membres de la parenté de ceux qui sont déjà en place.

2 « Les preneurs entretiendront les cours du domaine parfaitement propres et nivelées, débarrassées de tout fumier, qui ne devront jamais sous aucun prétexte y être entreposés, ne laisseront pas séjourner l’eau sale et le purin dans les cours et autour des bâtiments. Ils nettoieront les ronces, orties et autres végétations qui donnent mauvais aspect au domaine. »

3 Laurence Bérard a également noté cette exigence pointilleuse : « Il n’y a pas une mauvaise herbe dans le jardin dont les allées sont parfaitement alignées. Les fossés sont tirés au cordeau, les piles de bois montées droit, les fagots rangés par cinq, le tas de fumier fait au carré, les haies soigneusement plissées ; jusqu’au grappes d’épis de maïs, les “raisins”, que l’on accroche sous les auvents “toujours bien alignés” » (1989 : 50).

4 Dans un bail à ferme de 1918 du domaine du Mont, il est écrit : « Les fermiers prendront un soin particulier des prés en les tenant bien fumés, abreuvés, rigolés et étaupinés ; ils en extirperont les mauvaises plantes, veilleront au maintien et au bon fonctionnement des prises d’eau ; cureront les fossés à l’entour et à l’intérieur des fonds, en feront de nouveaux où ils seront utiles, relèveront les chaintres en transportant les terres où besoin sera. »

5 « Les preneurs auront pour leur chauffage la tonte des haies vives et l’élagage des tronches (têtards qui ont la cime étêtée et le tronc ébranché) et souches qui ont été précédemment élaguées, mais ils s’interdisent formellement d’en créer de nouvelles par l’élagage des baliveaux ou d’arbres n’ayant pas encore subi la taille et également de couper par le pied aucun arbre mort ou vif, sans le consentement exprès du bailleur. » Les haies doivent être tondues et « plissées » (technique qui consiste à plier et ligaturer les jeunes rameaux) tous les six ans, à 1,50 m du sol (bail de 1932).

6 En 1939, au domaine de la Tour à Chalamont (20 ha), le fermier devait cinq journées d’hommes et d’attelage pour les charrois et des redevances en nature (10 poulets, 10 canards, 10 livres de beurre, 10 douzaines d’œufs frais).

7 Voir chapitre 7.

8 Le récit de l’histoire de Laclos est basé sur les archives privées du régisseur qui permettent de retracer la chronologie des événements à partir des nombreux échanges de courrier.

9 Le refus est explicité pour les motifs suivants : la clôture d’une embouche serait « très onéreuse car le fermier ne manquerait pas de se montrer très exigeant » ; le droit de pâturage ne peut figurer dans le bail, car tous les fermiers pourraient alors en exiger le bénéfice ; « l’étang, quand il sera en eau, sera exclusivement réservé pour la pêche et la chasse » et enfin l’assec ne figurera pas non plus dans le bail, car « chaque fois qu’il nous plaira d’ensemencer en avoine, le fermier sèmera et récoltera à moitié fruit dans la partie de l’étang qui lui sera désignée ».

10 Bien des allusions sur le fait d’aller à la messe pour se faire bien voir me sont revenues aux oreilles. Certains parlent d’obligation. Les agriculteurs dombistes sont généralement peu friands d’églises. Ils y envoyaient leurs femmes et n’y venaient souvent que pour les grandes occasions (Pâques, Rameaux).

11 Les régisseurs avaient le pouvoir de faire et défaire ce lien et tentaient parfois de servir leurs intérêts, en installant un fermier à leur convenance, c’est-à-dire redevable : « Je te donne la place, mais tu seras généreux en redevances et en services. »

12 Cette tonalité des rapports sociaux apparaît plus marquée en Dombes que dans le bocage vendéen où il existe une véritable affection réciproque sans doute liée à la préférence pour le métayage et à la présence d’une noblesse locale (Carteron 1999).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search