Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La moisson des marins-paysans

 | 
Pascale Legué-Dupont

Préface

Maurice Héral

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, l’auteur analyse comment le métier d’ostréiculteur façonne et structure étroitement les relations sociales et économiques entre les habitants des communes littorales. Par ailleurs, le régime juridique particulier de ce domaine public « privatisé » permet aux pratiques culturales et à l’impact de ces cultures sur le bassin de Marennes-Oléron de structurer fortement l’écosystème. Les autres usages (pêche, agriculture, tourisme...) sont complètement dépendants des hommes qui exercent le métier d’éleveurs de coquillages.

2À une époque où l’on cherche à traduire dans les faits le concept de développement durable – reposant sur les trois dimensions environnementale, économique, sociale, associées au respect de la diversité culturelle – on peut remarquer que, dans le cas étudié, l’homme est étroitement lié à la nature ; il exploite ce bien commun qu’est la capacité trophique de l’écosystème. En osmose étroite avec la nature, il la façonne depuis vingt siècles, transformant un paysage de marais, en marais salants, puis en claires ostréicoles formant un ensemble de biotopes uniques.

3L’homme a aussi aménagé les vastes estrans sablo-vaseux en parcs ostréicoles et bouchots mytilicoles productifs pour les éleveurs, mais permettant également de constituer des réserves nutritives pour les nourriceries de poissons (soles, bars, mulets ...). Il ne faudrait pas que la mise en sanctuaire de ces territoires freine l’activité économique avec pour corrélat une désertification, particulièrement des marais salés, entraînant une profonde modification des biotopes artificialisés si riches pour l’avifaune, la flore et la faune.

4Nous sommes au contraire dans un écosystème qui ne doit son originalité qu’à des pratiques de différents métiers qui, par endigages successifs, ont gagné sur la mer des territoires où eau douce, eau de mer et terre s’interfécondent.

5Le développement durable impose des changements des modes d’action à travers une participation plus active des différents acteurs locaux à la prise de décision pour la gestion harmonieuse des territoires concernés. La protection de ces écosystèmes dans le cadre de la directive européenne « Natura 2000 » peut renforcer les relations étroites entre ces lieux de vie et de développement d’activités d’élevages extensifs.

6L’ethnologie permet aussi de jeter un regard extérieur critique et complémentaire de celui du scientifique sur l’évaluation des techniques qu’il a souvent initiées. Elle apporte une expertise sur la perception qu’ont les acteurs de l’innovation, à laquelle la recherche finalisée contribue comme au développement de leur activité, tout en diminuant les impacts environnementaux. Cette analyse des entreprises ostréicoles met aussi en évidence la façon dont les intérêts privés des entreprises en terme de création et de stratégie de développement vont à rencontre de l’intérêt collectif qui nécessiterait une gestion partagée du patrimoine environnemental commun : partage de la productivité, partage et gestion de l’eau, gestion de l’envasement...

7Toujours passionné par les discussions avec Pascale Legué sur ses recherches, j’ai pu apprécier combien l’étude du travail des hommes est une discipline difficile, mais combien elle est importante pour analyser comment cette microsociété vit et se structure en étroite inter-relation avec un écosystème maritime.

Auteur

Directeur Scientifique Ifremer

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site