Version classiqueVersion mobile

Une terre en partage

 | 
Vanessa Manceron

II. L’eau du prestige

4. Partager l’eau

Texte intégral

1C’est ainsi autour des étangs piscicoles que les grands propriétaires, individuellement et collectivement, se rencontrent. L’eau qui descend d’étang en étang forme une chaîne, qui permet sa récupération d’amont en aval. Le réseau spatial et technique des étangs est aussi un réseau social au sein duquel les différents propriétaires, liés par nécessité, font la difficile épreuve de leur mise en relation. Ils sont tenus là d’échanger, au sein d’un dispositif qui impose une forte dépendance de l’aval envers l’amont, pour se partager une eau qui chevauche allègrement les limites de propriété. L’aménagement hydraulique apparaît donc ici comme un médiateur de la relation des hommes entre eux, plutôt que comme un système de production dont le fonctionnement a déjà fait l’objet d’un décryptage précis et complet de la part de Laurence Bérard (1982). Je rappellerai néanmoins certains aspects techniques et juridiques des logiques distributives et circulatoires de l’eau, pour donner à comprendre que derrière les arrangements nécessaires au fonctionnement du système, s’opère également tout un jeu entre l’amont et l’aval, une logique de la hiérarchie qui contredit l’idéal du partage.

Espace technique

Les circuits de l’eau

  • 1 Le terroir de la commune de Versailleux compte aujourd’hui 46 étangs régulièrement en eau, ce qui (...)

2Les étangs s’ordonnent dans l’espace en ligne, en chaîne. L’exemple de Versailleux donne un bon aperçu de ce fonctionnement en réseau1. Le lacis hydrographique se compose de plusieurs bassins versants, de forme longiligne, séparés par quelques lignes de partage des eaux. La chaîne la plus importante de Versailleux traverse le terroir communal sur toute sa longueur et compte plus d’une douzaine d’étangs. Elle se situe dans une zone délimitée par une même courbe de dénivellation. Aussi la pente qui sépare l’extrême amont de l’aval n’excède pas cinq mètres, pour une distance d’environ quatre kilomètres. Rares sont les étangs isolés, comme certains plans d’eau de création récente en bordure du Renom, qui ne reçoivent pour leur alimentation que les eaux de pluie, ou bien ceux qui se vident directement dans un cours d’eau en contrebas. La plupart possèdent en effet un fossé de vidange et/ou de prise d’eau qui communique avec au moins un autre étang. Ils acquièrent ainsi une meilleure capacité à se remplir que les étangs isolés qui souffrent, pour certains d’entre eux, d’un manque d’eau chronique, faisant dire aux dombistes qu’ils sont des « étangs d’opérette ».

3Car l’eau n’abonde pas, elle fait le plus souvent défaut. C’est le paradoxe de cette zone humide, pauvre en sources d’alimentation naturelles. Cet aménagement hydraulique repose donc sur une logique de la rareté, sur une rationalité de la récupération, que les propriétaires exploitants soulignent, en rappelant l’importance de ne pas tolérer le droit au gaspillage.

4Les moyens de se procurer l’eau sont donc considérablement accrus par cet imposant aménagement du milieu. « Rejoindre l’eau », c’est permettre sa récupération au sein d’un véritable réseau reliant les terres et les étangs, ainsi que les étangs entre eux, selon l’ordonnancement imposé par la pente, par un ou plusieurs axes amont/aval, autrement appelés supérieur/inférieur.

5Tous les circuits de l’eau ne peuvent cependant coexister dans le même temps. La direction assignée à l’eau est déterminée par la manipulation d’ouvrages, empellements, batardeaux et thous, qui ont la double fonction de laisser passer ou de barrer l’eau, et ainsi de l’orienter. Le cheminement de l’eau résulte donc de choix qui se répercutent sur l’ensemble de la chaîne. « Barrer » ou « ouvrir » a pour effet de donner l’eau à certains étangs et dans le même temps d’exclure les autres cheminements possibles de l’eau.

6De manière générale, le fossé de prise d’eau d’un étang comporte le plus souvent, immédiatement en aval, un empellement qui sert à barrer le flux quand l’étang veut en bénéficier et reste ouvert quand ses besoins en eau sont satisfaits ou bien quand il se vidange. Si cet empellement se situe sur un fossé qui mène aux étangs en contrebas, le fait de barrer l’eau conduit nécessairement à la soustraire à l’aval ; cependant, prendre l’eau implique aussi de s’en être départi auparavant au profit de l’aval.

1. Réseau hydraulique à Versailleux.

7Il s’agit donc d’un système qui permet de se saisir de l’eau temporairement, le temps du cycle annuel qui débute avec la remise en eau de l’étang et de la rendre ensuite à son cours normal au moment de la vidange, qui clôture le cycle avec la mise en pêche. Chaque année, on prend donc l’eau qui vient de l’amont et l’on en donne à ceux de l’aval. C’est la logique essentielle au fonctionnement d’un système collectif où chacun doit avoir son compte en eau.

8Si tous les étangs sont à même de tirer profit de l’avantage de faire partie d’un vaste circuit hydraulique, tous ne sont pas pour autant sur un pied d’égalité en matière d’alimentation. Les étangs en amont sont particulièrement dépendants des sources d’alimentation naturelles. Les étangs en aval dépendent pour certains d’un seul étang, mais leur possibilité d’alimentation s’en trouve alors réduite ; d’autres dépendent d’un grand nombre d’étangs, mais ils voient croître dans le même temps leur potentiel de ressources en eau, bien qu’ils puissent également se trouver dans la situation du dernier servi. Il y a aussi une dépendance de proche en proche qui s’effectue. Si l’eau plus en amont a été prise au passage, il convient de ne pas manquer la vidange de l’étang adjacent supérieur.

9En d’autres termes, la dépendance aux autres est le plus souvent inversement proportionnelle à la dépendance aux ressources naturelles. C’est le prix à payer pour s’assurer d’une alimentation en eau plus aisée. À cette inégalité liée à des facteurs techniques, s’en ajoute une autre qui a trait aux quantités dont chaque étang a besoin et que la manière de répartir l’eau doit considérer, afin que personne ne soit lésé.

Estimer la quantité d’eau

  • 2 L’ouverture de la bonde se fait grâce à une tige filetée sur laquelle se visse un écrou de command (...)
  • 3 Chaque étang possède un niveau légal sur l’échelle du Nivellement général de la France (ngf), qui (...)

10La qualité d’un étang est en partie évaluée en fonction de sa capacité à se remplir : un bon étang possède de bonnes prises d’eau. La surface et la profondeur des étangs, dont dépend leur contenance respective, déterminent pour chacun d’eux les quantités d’eau nécessaires à leur alimentation. Cette mesure n’est jamais chiffrée bien que leur surface en hectares permette d’établir une estimation approximative de leurs besoins ; ces derniers sont évalués à force d’expérience, à partir des sources d’alimentation connues et disponibles. Cette estimation s’évalue sur la base de deux éléments objectivement mesurables : le temps d’écoulement et le niveau de l’eau. La conjugaison de ces repères spatial et temporel sert à évaluer les quantités que l’on fait passer d’un étang à l’autre. Le temps d’écoulement pour vider un étang dépend de sa contenance et de la vitesse du flux. La vitesse est régulée à partir de l’ouverture du thou : quelques tours de vis dans un sens ou dans l’autre2 accélèrent ou diminuent le flot. Mais ce temps d’écoulement dépend également du rythme de vidange propre à chaque étang. Certains étangs possèdent un « bon débit » :« Il faut six ou sept jours pour le mettre en pêche. Pas trop vite pour que le poisson ait le temps de descendre, mais le fossé de vidange a de la pente. » D’autres ont un débit plus lent : « Il coule très mal. Il faut presque trois semaines. Et puis comme on barre la rivière plus bas pour remplir d’autres étangs, ça freine le débit. Il y a trop d’eau dans le fossé. » Le niveau de l’eau est le repère spatial, qui s’adjoint à la mesure temporelle. Ce niveau dont on observe attentivement les variations est normalement indiqué par les pierres qui forment le seuil de l’ébie3, mais la mémorisation de repères visuels sur les rives est tout aussi efficace : « Théoriquement c’est le niveau de l’ébie, mais il y a des étangs qui n’en ont plus. Le niveau se voit sur la pierre, si le niveau monte là, vous aurez une trace, là ça sera couleur ciment, là ça va être beige, jaune ou un peu verdâtre avec des mousses, des trucs comme ça. Mais même sur un contour d’étang, vous voyez le niveau de l’étang, le pourtour des joncs, vous avez la frange avec l’eau, ça vous fait une marque noire. » Avec ou sans pierre, les gardes-pêche connaissent le niveau de chaque étang : est-il plein, lui manque-t-il « un peu » ou « beaucoup » d’eau ? Ils peuvent ainsi constater qu’avec une ouverture moyenne du thou, l’étang baisse chaque jour d’une « certaine » hauteur, ce qui équivaut à une « certaine » partie de sa contenance, et donc à une « certaine » élévation du niveau de l’étang bénéficiaire.

  • 4 Résidus organiques qui finissent par obstruer les grilles qui se situent au niveau des prises d’ea (...)

11L’apparente imprécision de la mesure, en centimètres comme en temps écoulé, ne doit cependant pas masquer la précision de cette évaluation, car l’étang est toujours prêt au petit matin du jour J de la pêche. Durant les quelques jours qui précèdent, le garde-pêche revient sans cesse près de l’étang pour ouvrir plus largement le thou ou ralentir le flot ; pour démaner les grilles qui se colmatent sans cesse avec des dépôts organiques (la mane)4. Il sait donc très précisément évaluer si les quantités d’eau restantes pourront s’écouler dans les délais impartis. Il se lève souvent la nuit qui précède la pêche pour s’assurer qu’à l’aube, seule la pêcherie et le bief seront encore immergés.

  • 5 Il ne s’agit nullement d’une comptabilité minutieuse, comme celle qui prévaut au sein des systèmes (...)

12Le temps comme la quantité, on ne peut donc en chiffrer la mesure : ils ne se comptent pas, ils se savent. S’il n’existe ni système de roulement, ni tours d’eau, ni comptage du temps ou des quantités, qui soutiennent le partage de l’eau, le principe essentiel reste néanmoins que chaque étang, quelle que soit sa surface, doit être en mesure de pouvoir se remplir correctement5. Ce principe apparemment simple dépend cependant d’un facteur déterminant : l’ordre de vidange des étangs durant la période de leur mise en pêche respective.

L’ordre de vidage des étangs, ou les logiques de la répartition

13En matière de partage de l’eau, les propriétaires font valoir le respect de ce qu’ils appellent « la coutume ». Celle-ci recommanderait une vidange des étangs au fur et à mesure des pêches, de proche en proche, en remontant progressivement de l’aval vers l’amont : ceux de l’aval préalablement pêchés peuvent ainsi récupérer l’eau de ceux plus en amont. Cet ordre apparaît en effet l’option la plus rationnelle, en termes de récupération et de partage.

La coutume et ses interstices non codifiés

  • 6 C’est un ensemble de coutumes repris et complété au cours des siècles. Le premier document date de (...)

14Or, le code coutumier écrit6, qui représente la seule autorité régulatrice en matière de droits et de servitudes d’eau à l’échelle de la région, est singulièrement muet à ce propos. Il ne prescrit l’obligation pour l’inférieur de donner la libre vidange au supérieur, c’est-à-dire de se pêcher avant l’amont, que pour les étangs « dépendants », aujourd’hui minoritaires, qui sont placés immédiatement les uns sous les autres, et ne peuvent donc se vider que les uns dans les autres (Rivoire 1881 : 29).

  • 7 Le code coutumier considère comme indépendant l’étang qui a libre vidange. Le fait qu’il soit cont (...)

15Dès lors que les étangs sont « indépendants » – indépendance souvent obtenue par l’aménagement de rivières de ceinture – ils ont alors libre vidange et sont pêchés à volonté. Aucun ordre n’est prescrit, car l’amont peut lâcher l’eau sans que l’aval soit contraint de la prendre et l’aval a la possibilité technique de laisser passer l’eau qui arrive de l’amont7.

  • 8 L’importance accordée au respect de la propriété privée apparaît clairement dans les écrits des ju (...)

16Le moment du vidage est donc considéré par les juristes comme relevant du droit privé. En d’autres termes, à charge aux propriétaires de s’entendre entre eux. L’insuffisante précision du texte coutumier laisse ainsi dans l’ombre les problèmes collectifs d’alimentation et met l’accent sur la liberté de l’exploitant qu’il importe de valoriser dans un système jugé déjà suffisamment contraignant8.

  • 9 « Le propriétaire de l’étang supérieur ne peut en aucun cas détourner, par fossés, ou tout autre m (...)
  • 10 Cette servitude, qui entre en contradiction avec le Code civil, rappelle un ancien droit romain, c (...)

17Cependant, la coutume écrite fait valoir l’existence de « droits d’eau » qui, pour leur part, s’appliquent. Ils relativisent la force des intérêts privés et assurent la viabilité de l’ensemble. Le propriétaire d’un étang « possède » à la fois un droit de prise d’eau et un droit de vidange. En d’autres termes, l’amont ne peut détourner l’eau qui doit suivre la pente et revenir de droit à l’aval ; de même, l’aval ne peut bloquer le flux et nuire à la vidange de l’amont9. Ce principe est la moelle épinière du système. Si ces servitudes n’existaient pas, la création et le maintien des étangs eussent été impossibles10.

18La notion de « coutume » renvoie donc à deux ordres de réalité : d’une part, à un devoir de nature juridique – l’eau doit circuler : on est tenu de la donner et de la laisser passer, si l’on n’est pas en mesure de la prendre ; d’autre part, à des normes de comportement qui invitent au respect d’un ordre spatial et temporel de vidage.

19Surgit alors une ambiguïté : faire circuler l’eau et la rendre à son cours normal est une obligation, mais toute la question est de savoir quand. Si l’aval peut exiger de l’amont en vertu du droit coutumier qu’il lui donne de l’eau, il ne peut le contraindre à vidanger dans des délais acceptables et d’être prévenu à l’avance, qu’en vertu cette fois de règles informelles.

20La contrainte que les propriétaires appellent « coutume » opère alors une sorte de glissement : le code des bons comportements doit être coercitif à défaut d’être prescrit. Le partage de l’eau doit reposer sur une éthique collective : « On ne refuse pas l’eau. » Mais si cet idéal collectif est unanimement énoncé, il n’est pas acquis pour autant, car tout dépend de l’esprit de conciliation et de la bonne volonté de chacun.

La distribution d’eau en période de pêche : des ajustements au coup par coup

21L’appropriation privée et l’appropriation collective de l’eau constituent deux systèmes de valeurs et de normes antagonistes dont le jeu contradictoire menace le fonctionnement du système hydraulique. L’observation de l’ordre de vidange de la chaîne de Versailleux donne un bon aperçu du difficile mariage entre des pratiques fortement individualisées et les impératifs collectifs.

22Chaque automne, la même tension revient. L’eau calme et immobile des mois d’été devient vive. Elle descend, court et monte dans les fossés, butte contre les empellements, déborde par les thous largement ouverts et par les ébies lorsqu’ils n’ont pas été supprimés pour gagner en niveau d’eau. Alors que les étangs se vident, les propriétaires s’agitent, toujours sur le qui-vive, dans l’attente impatiente que l’eau revienne, que leur étang « sur la boue » se remplisse à nouveau, que la prise d’eau reste ouverte jusqu’à ce qu’il soit bien haut, bien plein.

23Cette inquiétude est à la mesure de l’imprévisibilité de l’ordre de vidange, qui d’une année sur l’autre se modifie, et qui semble anarchique, au regard du vidage préconisé. À croire que la rationalité en matière de récupération de l’eau est tout à coup oubliée et que l’idéal collectif auquel beaucoup font référence est également passé à la trappe. Mais cela n’est pas si simple.

  • * Tous les noms d’étangs et de lieux-dits ont été modifiés.
  • 11 Tous les étangs de la chaîne appartiennent à des propriétaires différents, excepté dans la partie (...)

24En 1999, l’ordre de pêche au sein de la principale chaîne de Versailleux a été le suivant : Conche* (11 octobre) ; Mouilles (18 octobre) ; Les Chintres (30 octobre) ; Chavalet (5 novembre) ; Brévonne (20 novembre) ; Sanges (10 décembre) ; Vavril (mi-décembre) ; La Dame (20 décembre)11. Cet agencement dans le temps avait cette année-là une logique efficace du point de vue de la distribution équitable de l’eau.

25On remarque en effet que Conche, mis en pêche au moment où Chavalet commence à couler, va pouvoir prendre les eaux. Mouilles va également pouvoir bénéficier des eaux de Chavalet, après que Conche sera rempli. Le point apparemment problématique est la fuite à la rivière de la vidange de Mouilles, mais Les Chintres étant destiné à être mis en culture, on comprend que son propriétaire n’ait pas jugé utile de le pêcher avant Mouilles. Brévonne et Vavril ont été mis en pêche après Chavalet. Mais Brévonne a de bonnes prises d’eau venant des terres et reçoit l’eau de Sanges. Quant à Vavril, il a été mis en assec. L’eau n’a donc pas fait défaut, elle a même excédé les besoins de chacun ; d’importantes quantités ont filé à la rivière.

2. Une chaîne d’étangs à Versailleux.

  • 12 Quinson ne doit pas pêcher avant que Bochet ait bénéficié suffisamment longtemps de son trop-plein (...)
  • 13 Brévonne se pêche généralement avant Vavril, car ce dernier est un étang d’empoissonnage dont la p (...)

26Différentes contraintes objectives ont donc présidé à cette succession des pêches, qui témoigne, malgré les apparences, de la conciliation possible des intérêts de chacun. L’ordre de vidange atteste un ajustement à certains aléas : la mise en assec des étangs de la chaîne ; le respect de certaines clauses privées comme celle qui impose une date de vidange tardive à Quinson12 ; la priorité de certains étangs sur d’autres, relative à l’étape de grossissement du poisson13, etc.

  • 14 Coopérative « Coopépoisson » qui commercialise la majeure partie de la production dombiste.

27Les dates de pêche sont également le fruit d’une négociation avec la coopérative, qui a un calendrier très serré, ne permettant pas toujours de pêcher la semaine et encore moins le jour voulu. Certains, pour se prémunir de cette contrainte supplémentaire, préfèrent vendre leur production à des marchands privés : « Tous les propriétaires qui ne viennent jamais ont passé un contrat avec la Coop14 qui fixe les dates de pêche. Il n’y a aucune solidarité. La Coop, c’est les rois du marché. Ils ne sont pas passés sous la fourche du propriétaire. J’ai pris des gens plus souples qui doivent se défendre par rapport à la concurrence et qui viennent pêcher le jour où je le désire. »

28Liberté et maîtrise des dates de pêche : c’est, d’une part, rester patron de son étang, et d’autre part, obtenir une plus grande souplesse d’ajustement aux pêches de l’amont. En vertu du premier principe, chacun fait valoir ses priorités personnelles : « Je veux pêcher assez tôt pour récupérer l’eau très rapidement et ne pas perturber les premiers mois de la chasse » ; « Je veux pêcher avant l’arrivée des cormorans » ; « Je ne veux pas pêcher trop tôt car le poisson grossit bien dans les eaux encore chaudes », etc.

29Le second principe rappelle à chacun que ces exigences doivent parfois céder le pas devant la seule véritable contrainte intangible : la dépendance de l’aval envers l’amont. Aussi, des habitudes finissent-elles par se créer parfois, qui instituent entre différents étangs des liens privilégiés, menant dans certains cas à des arrangements plus solides et durables entre propriétaires.

30Cependant, on pressent également la véritable difficulté d’harmoniser les pratiques qui, par leur variabilité, apparaissent comme des entorses inévitables au fonctionnement au coup par coup d’un tel système, sans cesse tiraillé entre des contraintes contradictoires, voire inconciliables. Ce ne fut pas le cas cette année-là, en raison, dirais-je, de la compatibilité de toutes les contraintes du moment. L’année suivante, il en fut tout autrement. C’est à ce moment-là que les relations de bon voisinage et d’arrangements amiables s’éprouvent le plus vivement, que les rapports sociaux jouent ou non leur rôle régulateur.

31En septembre 2000, quand le garde-pêche, Balivay, qui travaille pour la plupart des propriétaires de la chaîne, reçoit la liste des dates de pêche, il sait déjà que « ça risque de ronfler ». L’ordre des pêches sera le suivant : Conche, Les Chintres, Mouilles, Chavalet, Brévonne et La Dame. Cela semble convenir, excepté le fait que Brévonne se pêche après Chavalet et que Sanges est en assec : Brévonne n’aura donc droit qu’aux eaux de pluie. Autre point problématique, les intervalles de temps entre les vidanges respectives de Chavalet et de Brévonne ne sont pas suffisamment grands. Si Brévonne ne se pêche pas au moins quinze jours après Chavalet, les capacités du fossé sont dépassées et l’on est contraint de détourner les eaux de Chavalet vers un autre bassin versant, pour éviter les inondations que subissent alors les fermiers des terres. C’est justement ce qu’il advint cette année-là.

  • 15 Chavalet ne peut recevoir les eaux de Moulin qu’une année sur trois, car Moulin se pêche uniquemen (...)

32Chacun avait apparemment de bonnes raisons pour ne pas modifier ses dates de pêche. Le propriétaire de Chavalet n’entendait pas « sacrifier » son alimentation pour le bien-être de la chaîne : ne pouvant cette année-là recevoir les eaux de Moulin15 et cherchant à bénéficier au mieux des eaux de pluie, il a fixé sa pêche très tôt dans la saison, c’est-à-dire « trop tôt », de l’avis de l’ensemble de l’aval.

33Certaines années, la pression collective fonctionne. Les propriétaires parviennent parfois, par l’intermédiaire du garde-pêche, voire par quelques coups de téléphone quand ils sont en bons termes, ou par l’envoi d’un courrier en dernière extrémité, à faire reculer la date de pêche de Chavalet. Mais cette année-là, rien à faire. L’amont n’a pu être raisonné.

34En tant que grand pourvoyeur d’eau, il devrait faire preuve de plus de largesse, entend-on dire çà et là : « Il abuse de son pouvoir. » Envoyée vers un autre bassin versant, l’eau n’est pas descendue dans le fossé : « Elle est perdue », disent les propriétaires plus en aval, vivement heurtés par ce gaspillage dont ils auraient « dû » bénéficier.

35L’ordre de vidage des étangs est un ajustement au coup par coup qui empêche toute reproduction à l’identique d’une année sur l’autre, et qui révèle la possibilité dans certains cas de satisfaire l’ensemble des propriétaires de la chaîne. Les contraintes techniques, au moins au sein de cette chaîne, ne suffisent donc pas à expliquer les dysfonctionnements qui résultent le plus souvent de choix humains incompatibles.

Concertation difficile, bons arrangements et procédés fâcheux

36L’une des principales caractéristiques de cette logique distributive de l’eau est la suivante : à chacun de se débrouiller avec les contraintes imposées par les autres, ces autres, qui peuvent ou non prêter l’oreille aux besoins de l’aval.

37Ce repli sur soi, sur son étang et sur ses intérêts personnels est cependant rééquilibré par la présence du garde-pêche. Il est le seul au sein de cette chaîne qui pense le circuit hydraulique comme un « tout ». Les propriétaires en ont une vision toujours parcellaire et sont souvent aveugles à l’égard de l’aval. Il est un employé qui obéit aux ordres parfois contradictoires des uns et des autres. Il tente alors d’arrondir les angles, il s’arrange pour que personne ne soit lésé. Il établit de l’équité là où prévaut la hiérarchie (possibilité d’alimentation inégale de chaque étang, plus grande dépendance de l’aval) pour que ne se superpose pas à celle-ci de l’injustice, que l’ordre de pêche peut générer et creuser.

38D’autre part son rôle est considérable, car il est aussi celui qui « met en relation ». Il passe d’un étang à l’autre. Il est un passe-muraille des limites de propriété, ce qui est particulièrement remarquable dans cette région où s’introduire chez autrui, traîner autour des étangs, ou pis encore manipuler les ouvrages hydrauliques, sont considérés comme des violations graves du droit de propriété. Il n’est d’ailleurs pas rare que les empellements nécessitent de posséder une clé pour pouvoir en user et que d’autres soient cadenassés.

39Donner à Balivay la possibilité de manipuler l’ensemble des ouvrages, c’est faire preuve d’une relative confiance mutuelle, ou plus précisément d’une confiance envers le garde-pêche qui donne ainsi l’assurance à chacun de n’être pas mal servi au profit d’un autre. Il est tenu ; chaque propriétaire s’assure de la sorte d’une forme de contrôle sur l’ensemble des autres.

40Comme il le dit : « Ils n’aiment pas s’expliquer entre eux. Si M. a besoin d’eau, il préfère passer par moi, plutôt que par C. au cas où il lui refuserait. » Cela permet d’atténuer les frictions qui peuvent devenir trop vives par confrontation directe, mais révèle aussi une forme d’évitement qui crée à son tour des tensions dans le non-dit.

41Certaines collusions de sentiments naissent parfois au gré des événements quand deux propriétaires subissent au même moment les « mauvais procédés » d’un même propriétaire, mais eux-mêmes étant dans une relation amont/aval, ces sentiments partagés ne sont que fugaces. Je n’ai jamais entendu parler d’un courrier collectif adressé à un fauteur de troubles. Il est rappelé à l’ordre, certes, mais que cela fasse naître des réseaux étendus de solidarités, non.

42Les moyens de communiquer entre propriétaires sont également révélateurs d’une forme de cloisonnement qui nécessite pour se parler d’user de personnes interposées ou bien d’objets qui font le lien : ils se parlent souvent par l’intermédiaire du garde-pêche et, comme l’eau qui transite d’un étang à l’autre, le courrier (amical ou recommandé) circule abondamment d’un propriétaire à un autre. Même s’ils se connaissent et se fréquentent par ailleurs, ils évoquent le partage de l’eau plus souvent au moyen de l’écrit et se renvoient mutuellement à leur garde-pêche respectif pour les arrangements pratiques.

43Les relations de méfiance n’excluent certes pas les relations de bon voisinage et d’entraide dans certains cas, mais tout se passe toujours en relations duelles, jamais collectives. Comme les étangs sont liés de proche en proche, ou en fonction de circuits privilégiés pour des raisons techniques, les propriétaires sont liés individuellement. Se rendre service entre voisins d’étangs adjacents, cela peut consister à donner un peu d’eau au moment où l’étang est empoissonné, au moment de la pêche, ou bien en période estivale quand le niveau de l’étang est trop bas (dans tous les cas il s’agit d’éviter que le poisson ne souffre d’un manque d’eau). Il peut aussi arriver qu’un propriétaire donne de l’eau à son voisin en aval quand celle-ci est en surplus en acceptant qu’un batardeau soit installé temporairement à la sortie de l’ébie de son étang.

44Les bons arrangements peuvent même être durables, comme celui observé entre deux voisins, Verne et Bresson, dans une autre chaîne d’étangs. Verne possède une prise d’eau qui est utile à Bresson, qui loue sa chasse à Verne. En échange d’une baisse du prix de la location de chasse, Bresson obtient le libre usage de la prise d’eau.

45Certains propriétaires qui se connaissent de longue date ont donc établi entre eux un modus vivendi respectueux des besoins de chacun. Mais ces équilibres sont toujours fragiles et à même d’être renégociés, voire malmenés. Cela est d’autant plus vrai depuis deux ou trois décennies, car tout changement au sein de la chaîne (changement de propriétaires, modifications techniques) oblige à redéfinir les habitudes de distribution de l’eau qui s’instaurent parfois.

46Cependant, ces bonnes relations de voisinage ne vont pas jusqu’à modifier ses dates de pêche pour contenter le voisin : « C’est quand même normal, on est chez soi et l’on pense à son bien », disent-ils tous, en substance. Certes, mais dans le même temps, l’aval soupçonne souvent l’amont de faire preuve de mauvaise volonté, comme s’il y avait une sorte de sous-entendu implicite à vouloir embêter les autres, à leur chercher querelle. Comme le dit Alexis, « entre gardes-pêche, on s’arrange, mais entre les propriétaires, c’est plus difficile, à croire qu’ils aiment se chicaner comme ça ».

47Les exemples sont nombreux où l’amont fait incontestablement preuve d’une attitude équivoque tout en affirmant qu’il ne fait qu’user de sa juste liberté de disposer de « son » eau : « C’est quand même à l’aval de prendre ses dispositions. » C’est le cas intéressant de deux propriétaires d’étangs contigus au sein d’une chaîne d’étangs située dans une autre commune. L’un possède depuis 1900 l’ensemble de la chaîne en amont, et l’autre est propriétaire depuis quelques années d’un seul étang en aval, qui peut techniquement bénéficier de l’écoulement de l’eau de cette chaîne. Cependant, il semble bien que cette possibilité pratique soit en fait toute théorique.

48Chaque année, le propriétaire des étangs supérieurs décide de pêcher ses étangs très tôt en automne. L’autre propriétaire l’accuse d’avoir des accointances avec la coopérative de pêche. Il obtiendrait de pouvoir pêcher tous ses étangs dans un temps ramassé, adapté à la gestion de l’eau au sein de sa propriété : « C’est toujours pareil, les gros propriétaires pêchent et les autres s’intercalent dans les trous. » L’étang en aval manque d’eau et son remplissage trop lent cause des pertes de poisson, devenu la proie facile des cormorans. Le propriétaire étant contraint de pêcher très tôt, le poisson souffre également souvent de la chaleur dans l’espace réduit et mal oxygéné de la pêcherie. En outre, pêcher plus tard aurait permis à la production de profiter des bonnes eaux de la période automnale et de continuer de grossir.

49Le propriétaire de l’amont justifie son comportement individualiste par l’absence d’usage en la matière. Par usage, il entend d’une part qu’aucune clause écrite dans les actes de propriété n’a jamais stipulé qu’il soit tenu de donner l’eau à cet étang ; et d’autre part, qu’aucune habitude de faire réitérée dans le temps n’a normalisé cette pratique. Le propriétaire explique ce fait par l’histoire de l’aménagement de la chaîne : l’aval ne peut bénéficier de l’amont qu’en barrant l’eau et en lui donnant une orientation qui n’est pas « naturelle » (l’étang n’est pas considéré comme faisant partie du bassin versant des étangs en amont). L’aval n’a donc pas de « droit » d’eau qu’il puisse exiger en vertu du droit coutumier.

  • 16 Ce qui implique qu’il puisse être pêché plus tard, n’ayant pas besoin d’être alimenté à nouveau.

50Tout dépend donc du bon vouloir du propriétaire de l’amont. Or celui-ci ne semble pas désireux d’instituer des rapports de bon voisinage avec ce nouveau propriétaire, ce qui l’obligerait au moins moralement, au nom de leur entente, à le prendre en compte dans ses décisions hydrauliques. Son garde-pêche avoue, pour sa part, ne pas comprendre : « L’étang Blondel était normalement pêché plus tard, c’est idiot, ils n’arrivent pas à s’arranger, en plus Blondel a été mis en assec cette année16 !»

51La responsabilité de cet échec dans le partage de l’eau revient, de l’avis des propriétaires voisins, au propriétaire de l’aval, pourtant victime : « Il ne sait pas s’arranger, avoir le tact nécessaire, passer voir les gens, discuter avec eux. » Il y aurait donc une norme de comportement adéquate dont certains propriétaires seraient ignorants : « Il croit que c’est un dû, mais quand même, il faut bien s’entendre, et après il s’étonne. » Si le propriétaire de l’aval ne comprend pas ce refus, qui de son point de vue est en total désaccord avec l’esprit de la coutume, le propriétaire de l’amont se réfère à une tradition locale plus informelle. Celle-ci consiste à s’évertuer à dépendre le moins possible des autres et, quand ce n’est pas le cas, à faire valoir un principe d’échange et de politesse qui passe nécessairement par l’interconnaissance et la fréquentation.

52Cependant, à propos de cette même affaire, j’ai également entendu d’autres points de vue émanant de propriétaires apparemment moins soucieux de ce qu’ils appellent les « mondanités ». « Il (l’aval) se fait rouler dans la farine. Il fallait envoyer une lettre recommandée pour se faire respecter. » Mais si, à défaut de s’entendre, il ne dispose d’aucun moyen de pression (affecter la vidange de l’amont en barrant l’eau) ou d’aucun bon arrangement (location par exemple de son étang pour la chasse), il est alors contraint d’envisager d’atténuer sa dépendance envers l’amont par des modifications techniques. L’aval envisage déjà de créer une nouvelle prise d’eau venant des terres.

  • 17 Archives privées.

53Exiger de l’amont qu’il vous donne l’eau à tel ou tel moment ne se fait pas. Pour les dates de vidange ou bien pour un besoin momentané, il est toujours préférable de poser la question de manière polie, plutôt que d’exiger, pour ne pas blesser la susceptibilité : « J’ai su par votre garde que vous deviez pêcher Marmotan début novembre et la température s’étant considérablement réchauffée, pourriez-vous éventuellement, en cas de besoin, car je pense avoir pas mal de blancs, juste avant et pendant la pêche, nous envoyer un filet d’eau17 ? » « Éventuellement », « en cas de besoin », point d’interrogation… Manquer de tact, c’est oublier de reconnaître la puissance de la propriété privée et de surcroît modifier implicitement le rapport de force : l’amont dispose librement de l’eau qui est chez lui et ne s’en défait en prenant en compte les besoins temporaires de l’aval que s’il le veut bien.

Conclusion

54La notion d’« usage » utilisée de manière récurrente par les propriétaires renvoie à différents registres et niveaux de réalité qui se superposent et s’entremêlent. Les termes usités pour qualifier ce partage sont polysémiques : don/dû, morale/droit, courtoisie/mauvais procédés. Ces oscillations perpétuelles permettent de jouer de ces différents registres pour contraindre l’autre, obliger au partage ou au contraire y faire obstacle. Le climat de tensions et de méfiance qui règne en la matière est inhérent au fonctionnement hydraulique, mais plus encore, il participe de ce fonctionnement. C’est un peu comme si la bonne volonté n’allait pas sans tensions, sans frictions, sans rappel à l’ordre. Le relatif équilibre du partage se maintient grâce à la pression constante que chacun exerce sur autrui en faisant appel à ses devoirs moraux et/ou juridiques, à sa générosité qui oblige, à un système de valeurs que l’on appelle « courtoisie », « règles de bienséance ».

55Il ne s’agit pas de revendiquer l’égalité, mais la considération des autres dans un système qui crée par force de la hiérarchie et de la dépendance de l’aval envers l’amont (de proche en proche et à l’échelle plus globale de la chaîne). On s’évertue à maintenir le système sous pression, pour redéfinir les positions respectives, pour obliger l’autre à vous considérer ou alors pour le mettre au défi de parvenir à se faire respecter. Aussi « oublie-t-on » de prévenir de sa date de vidange le propriétaire de l’aval qui voit filer l’eau sous son nez. La concertation réduite à son minimum se fait alors dans l’urgence, au dernier moment et l’aval se voit contraint de faire avec. Ces « oublis » sont immédiatement suivis d’une réaction individuelle ou « en chaîne ». L’aval se plaint sans cesse des dates de pêche de l’amont quand bien même il reçoit suffisamment d’eau. La méfiance que corrèle l’individualisme des pratiques oblige chacun, avec plus ou moins de succès (système coercitif mais dont le jeu consiste à transgresser individuellement la norme), à devoir prendre en compte les autres.

  • 18 J’emprunte ces expressions à Philippe Pelletier (1984 : 46) qui montre que dans le bassin de Nara, (...)

56L’unité et le collectif ne sont pas les termes qui caractérisent le mieux ce système de distribution de l’eau. Ici, l’« ordre-hiérarchie » prend souvent le dessus sur l’« ordre-rationalité »18. Au niveau strictement technique, le réseau est efficace. Il permet que tous les étangs soient en mesure de se remplir correctement ; son aménagement témoigne clairement de ce souci. Cependant, si l’on se penche sur les logiques circulatoires qui dépendent de ce que les hommes font de cette eau, les pratiques observées introduisent des dysfonctionnements.

57Ce « désordre technique » dessine un « ordre social », ou tout au moins la mise en œuvre de logiques sociales qui dévoilent une société sous tensions. La coutume qui ne pense en effet ni le temps, ni l’ordre de vidange, ni les quantités d’eau permet aux logiques individuelles de s’exprimer avec vivacité dans ces interstices non codifiés.

58Au niveau des interactions entre propriétaires d’étangs, les liens de proche en proche sont privilégiés, chacun ayant souvent une vision parcellaire de la chaîne et du système de relations plus global qu’elle implique. Ce sont les gardes-pêche qui sont les meilleurs garants de cette unité et permettent à l’ensemble de tenir en atténuant les inégalités et les divisions que les propriétaires entretiennent, voire creusent, au travers de l’ordre de vidange. L’éthique du partage – « on ne refuse pas l’eau quand on peut la donner » – est bel et bien revendiquée, mais les pratiques disent souvent le contraire, comme si cet idéal collectif ne devait pas contredire une autre éthique, sans doute plus essentielle, « la liberté et la maîtrise » individuelle de l’eau.

Notes

1 Le terroir de la commune de Versailleux compte aujourd’hui 46 étangs régulièrement en eau, ce qui représente environ 25 % de la surface communale.

2 L’ouverture de la bonde se fait grâce à une tige filetée sur laquelle se visse un écrou de commande. Pour soulever la bonde, il faut en moyenne 10 à 15 tours de vis.

3 Chaque étang possède un niveau légal sur l’échelle du Nivellement général de la France (ngf), qui correspond à la hauteur maximale convenue de l’eau. La cote d’un étang établie lors de sa création, de sa remise en eau ou d’un nouvel aménagement de sa surface fait l’objet de procédures d’enquête, dont celle de la direction départementale de l’Agriculture et de la Forêt (ddaf) qui autorise l’aménagement à condition que le niveau ne perturbe pas le réseau hydrographique dans lequel l’étang s’insère. Ce niveau doit correspondre aux capacités de remplissage de l’étang (taille du bassin versant et possibilités de captage des eaux des étangs plus en amont), au respect des terres voisines qui ne doivent pas subir d’inondation, ni souffrir d’un obstacle pour leur drainage, et enfin aux contraintes qu’impose la vidange (l’étang doit pouvoir se vider intégralement de ses eaux).

4 Résidus organiques qui finissent par obstruer les grilles qui se situent au niveau des prises d’eau et bloquer le flux, ce qui fait remonter l’eau dans les fossés et nuit au bon écoulement.

5 Il ne s’agit nullement d’une comptabilité minutieuse, comme celle qui prévaut au sein des systèmes d’irrigation (Bédoucha 1987, Wateau 2002). La seule mesure du partage de l’eau connue est assurée par des « devises d’eau », ouvrages assez rares et anciens, qui permettent de répartir les eaux entre deux ou plusieurs étangs selon des proportions établies, en fonction de leur superficie. Résultats de conventions privées, ces devises ne sont en aucune façon un rouage essentiel du système dombiste.

6 C’est un ensemble de coutumes repris et complété au cours des siècles. Le premier document date de 1529 et comporte déjà un grand nombre des principaux usages qui régiront la région. Ce document fut repris et complété par Revel (1729), puis par Rivoire (1881). Truchelut (1904), expert près des tribunaux et régisseur des domaines de Bresse et Dombes, a étudié, classé et répertorié ses notes pendant 37 années de pratique professionnelle entre 1866 et 1903. Ce dernier ouvrage conserve aujourd’hui toute son importance car les tribunaux s’y réfèrent en cas de litiges, de même qu’ils se réfèrent à la carte hydraulique de 1857 sur laquelle figurent les fossés de vidange et le sens d’écoulement de l’eau des anciens étangs. L’ouvrage de Truchelut est vendu dans toutes les librairies de la Dombes et est acheté par tous les nouveaux acquéreurs d’étangs.

7 Le code coutumier considère comme indépendant l’étang qui a libre vidange. Le fait qu’il soit contraint de recevoir les eaux de l’amont ne le fait pas tenir pour dépendant. La coutume affirme donc ici une hiérarchie entre étangs : c’est l’amont qui commande l’aval, c’est le droit de vidange qui l’emporte sur le droit de prise d’eau. Il importe avant tout que la mise en pêche ne puisse être compromise.

8 L’importance accordée au respect de la propriété privée apparaît clairement dans les écrits des juristes du xixe siècle, qui jugent le système comme une atteinte à l’entreprise individuelle.

9 « Le propriétaire de l’étang supérieur ne peut en aucun cas détourner, par fossés, ou tout autre moyen, les eaux provenant de ses fonds, qui doivent arriver par la pente naturelle du sol dans l’étang inférieur. […] Un propriétaire d’étang inférieur ne peut s’opposer ni mettre d’obstacle à l’écoulement des eaux qui arrivent naturellement dans son étang » (Truchelut 1904 : 284).

10 Cette servitude, qui entre en contradiction avec le Code civil, rappelle un ancien droit romain, classé parmi les servitudes rurales, l’aquae recipiendae : obligation de laisser les eaux de pluie s’écouler et de recevoir les eaux d’un fonds supérieur (Gazzaniga 1982 : 5).

11 Tous les étangs de la chaîne appartiennent à des propriétaires différents, excepté dans la partie centrale, où un même propriétaire possède Brévonne, Vavril, La Dame et Conche.

12 Quinson ne doit pas pêcher avant que Bochet ait bénéficié suffisamment longtemps de son trop-plein, ce qui explique que La Dame soit toujours le dernier pêché.

13 Brévonne se pêche généralement avant Vavril, car ce dernier est un étang d’empoissonnage dont la production est destinée à grossir dans Brévonne.

14 Coopérative « Coopépoisson » qui commercialise la majeure partie de la production dombiste.

15 Chavalet ne peut recevoir les eaux de Moulin qu’une année sur trois, car Moulin se pêche uniquement tous les deux ans et, après ces deux années en eau, est systématiquement mis en assec.

16 Ce qui implique qu’il puisse être pêché plus tard, n’ayant pas besoin d’être alimenté à nouveau.

17 Archives privées.

18 J’emprunte ces expressions à Philippe Pelletier (1984 : 46) qui montre que dans le bassin de Nara, au Japon, des principes contradictoires sont à l’œuvre dans l’ordre de distribution de l’eau d’irrigation : égalité/hiérarchie, rationalité/dysfonction

Notes de fin

* Tous les noms d’étangs et de lieux-dits ont été modifiés.

Table des illustrations

Légende 1. Réseau hydraulique à Versailleux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/12748/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende 2. Une chaîne d’étangs à Versailleux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/12748/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search