Version classiqueVersion mobile

Une terre en partage

 | 
Vanessa Manceron

II. L’eau du prestige

3. Citadins d’origine et Dombistes d’adoption

Texte intégral

1Comment comprendre cette phrase souvent entendue : « On peut être citadin d’origine et Dombiste d’adoption » ? Que recouvre ce sentiment prononcé chez les propriétaires fonciers d’origine citadine d’appartenance et d’identification à la région ? Je développerai ici les deux principaux aspects de leur investissement local : l’implantation résidentielle et/ou familiale liée à la propriété foncière, et leurs occupations piscicoles et cynégétiques. En toile de fond de cette description, il y a ce que les propriétaires appellent leur « identité dombiste » qui se profile, l’histoire d’un ancrage dans les lieux et ses représentations, éléments tout à fait essentiels dans l’image que ces gens se font d’eux-mêmes. Dans le contexte actuel, où les vieux propriétaires côtoient les propriétaires de fraîche date, les discours sur soi et sur le lien au pays se modifient selon l’ancienneté de l’implantation, mais par-delà les différences, il existe comme un héritage commun qui se transmet.

Les vieilles familles

Un ancrage terrien et familial

2Quand Châtillier m’a accueillie sur le pas de la porte, avec ses mocassins en cuir, son pantalon en velours côtelé, son pull-over à petites mailles serrées assorti au beige du pantalon, était présent l’un de ses amis : « Je vous présente M. D. propriétaire en Dombes. » Il se reprend : « Propriétaire dombiste », comme s’il avait craint de froisser son invité par cette imprécision.

3Cette qualité ne leur est pas contestée par la population locale. Quelle que soit l’ancienneté de la présence locale, être propriétaire d’une partie du terroir et d’une résidence, même secondaire, octroie de facto le qualificatif « dombiste ». Toutefois, la seule propriété d’une maison n’entraîne pas cette attribution. C’est la possession du foncier qui offre une reconnaissance et une place dans la société locale. C’est un peu comme si être dombiste n’était pas tant « être originaire de là », qu’être partie prenante d’une société structurée par l’accès au terroir.

4À chaque commune est associé le nom d’une ou plusieurs familles que l’on qualifie de « vieilles familles dombistes » ou encore de « vieux propriétaires dombistes ». C’est la taille encore significative de la propriété et/ou l’ancienneté de l’implantation familiale (xixe siècle) qui font d’eux des personnages locaux incontournables, ayant marqué l’histoire de chaque commune.

5À Versailleux, c’était les Villeneuve, une famille de notables, anoblie sous Louis XVIII, originaire du Berry, qui de père en fils, sur cinq générations, a partagé son temps entre Paris et la résidence provinciale de Dombes. Cette « lignée », composée de hauts fonctionnaires et de militaires, a compté successivement un directeur des Postes et administrateur des Hospices civils de Lyon, un maître des requêtes au Conseil d’État, qui fut tour à tour préfet et vice-président du conseil général de l’Ain, un officier de marine, un ingénieur agronome qui fut également député de l’Ain.

  • 1 Aide de camp du roi de Sardaigne, le comte de Villette, héritier de C.-F. de Chivron, baron de Vil (...)

6En 1814, pour la somme de 300 000 livres, Villeneuve achète une gentilhommière située à proximité du village, assortie d’une propriété de 600 hectares, ayant appartenu anciennement et en partie à M. M.-T. Chivron, comte de Villette1, passant ainsi des mains de la noblesse locale à celles de la bourgeoisie anoblie. La propriété qui atteint 1 100 hectares en 1880 se défait ensuite progressivement, puis à un rythme soutenu entre 1945 et 1960. Elle est vendue pour l’essentiel à un banquier lyonnais qui acquiert également le château après le décès du dernier Villeneuve y ayant résidé. Seuls 200 hectares restèrent en possession de sa fille encore mineure à ce moment-là. Revenue en Dombes dans les années 1980, pour poursuivre, m’a-t-elle dit, l’œuvre de son grand-père ingénieur agronome, elle a néanmoins fini par vendre son patrimoine foncier, en ne conservant qu’une maison dans le village et quelques hectares constructibles.

7Pour les Chermont qui possèdent des biens fonciers dans une commune limitrophe de Versailleux, l’histoire de leur implantation locale remonte au xviie siècle, à la suite d’un mariage entre un Passiquier et la fille d’un notaire de Villars-les-Dombes qui fut dotée d’un domaine appelé Maupertuy, dont le nom fut accolé à celui de Passiquier, devenu sieur de Maupertuy en 1600. L’ancêtre commun Passiquier-Maupertuy, qui fut à l’origine des achats de propriété au début du xixe siècle, était fabricant de soierie à Lyon et avait épousé la fille d’un avocat au Parlement et Conseiller du roi. Son fils et sa fille aînée, qui épousa un Chermont, héritèrent tous deux de biens fonciers en Dombes. Leurs descendants, soit pour chacun leur fils aîné, firent des acquisitions importantes durant leur vie. L’un, Claude Passiquier-Maupertuy, fit construire un château en 1897 et acheta des terres, ce qui forma une propriété de 800 hectares, tandis que l’autre, Georges Chermont, avait hérité d’une propriété qui a fini par couvrir trois communes (près de 2 000 hectares) à la suite de nouvelles acquisitions. Le château et les terres alentour revinrent finalement dans la branche Chermont, plus précisément à l’une des filles de Georges, mariée à un Guillon, car les Passiquier-Maupertuy étaient sans descendance et ont transmis le château à leur filleule, tandis que le frère de cette dernière a hérité de domaines dans les autres communes. Ces Passiquier-Maupertuy sont appelés « oncle » et « tante » par l’ensemble de la branche Chermont alors qu’ils n’étaient que les cousins germains de Georges Chermont, comme si la transmission était justifiée ou avait opéré une plus grande proximité au sein de la parenté. C’est un descendant Guillon, appelé « Monsieur le comte » par les gens du pays, qui possède aujourd’hui le château et environ 500 hectares.

  • 2 Benoît Carteron (1999) a observé dans le bocage vendéen le même phénomène avec des différences qui (...)

8Ces deux exemples témoignent d’ancrages familiaux d’une longévité certaine, mais les modes d’héritage varient d’une famille à l’autre, avec parfois la mise en œuvre de l’idéal-type de la noblesse qui est la transmission intégrale du patrimoine au fils aîné, et parfois des partages entre enfants, avec néanmoins la tendance à conserver les unités foncières qui sont rattachées au « château ». Le second modèle apparaît de loin le plus fréquent, sans doute imputable au fait que la plupart de ces grandes familles de propriétaires appartiennent à la bourgeoisie2.

  • 3 Le contexte de l’enquête influe peut-être sur cette présentation de soi, mais ne suffit pas à en é (...)

9« Être en Dombes », c’est « être de la Dombes ». La filiation qui se concrétise localement par la transmission de biens fonciers fait coïncider histoire familiale et perpétuation d’un ancrage local et terrien, d’où l’importance accordée à l’aïeul, qui a le statut d’ancêtre fondateur. Cet ancêtre, les Guillon (nom de mariage de la nièce Chermont qui a hérité du château et l’a transmis à son fils) en possèdent un portrait accroché dans le château. Quand on parle famille de manière spontanée avec ces propriétaires, la généalogie s’arrête ou plutôt commence à celui qui a mis le premier un pied dans la Dombes3 et de qui ils ont hérité à double titre : à la fois d’un sentiment d’attachement pour le pays et plus concrètement de biens fonciers.

10Comme une archéologie familiale, chacun aime rappeler que l’espace porte encore les marques de sa présence passée : l’aïeul a fait planter là une haie de chênes rouges, a rénové cette chaussée de l’étang qui a été asséché puis remis en eau avec une nouvelle appellation. Ces ancêtres ont fait et modelé le paysage que leurs descendants continuent de parcourir et posséder aujourd’hui. Le château a conservé, malgré les remaniements intérieurs destinés à « vivre avec son temps avec tout le confort moderne », indique Mme Guillon, les objets emblématiques du passé familial (tableaux des ancêtres, mobilier de l’époque de la grand-mère, tentures, plaque de cheminée qui reprend la devise des Maupertuy), les allées de gravier entourant des parterres géométriques, la sonnette d’époque pour avertir les habitants d’une visite, etc.

  • 4 Le patronyme Passiquier ainsi que la particule disparaissent après la Révolution. Le nom « Maupert (...)

11Cette dimension conservatoire, la transmission de ce patrimoine matériel, déborde ici ou plutôt précise l’évidente préoccupation de la perpétuation et de la reproduction familiale, car le principal objet est la stabilité d’un ancrage local et terrien d’une partie de la famille. Ce souci apparaît clairement quand le patronyme des constructeurs du château devient Maupertuy4. Il semble bien que les Chermont aient trouvé une terre intimement associée à une commune-paroisse, de celles dont le nom pouvait avant la Révolution française devenir patronyme ou titre de distinction.

12Ces vieilles familles dombistes ayant acquis leurs biens fonciers durant le xixe siècle, grâce à l’apport de capitaux issus de l’industrie, diffèrent en cela du hobereau local qui vit sur et de ses terres. La plupart ont conservé le principe de la double résidence et une certaine forme d’absentéisme local, très révélateur de la position traditionnelle entre deux mondes des propriétaires dombistes. Ils s’identifient néanmoins aux vieilles familles de hobereaux locaux comme ceux du Montellier ou de Bouligneux. Si Barrère, héritier d’une propriété de 800 hectares achetée en 1880 par son arrière-grand-père maternel, soyeux lyonnais et promoteur en textile, ne peut plonger plus avant dans la généalogie pour trouver trace d’un ancrage local (à la différence des Chermont), il conçoit cependant sa présence locale comme une continuité de la noblesse terrienne, soucieux comme elle de la perpétuation sur plusieurs générations du château entouré de ses terres.

Une maison de villégiature

  • 5 Le vocable « château » est employé indifféremment par les gens du pays pour désigner toute bâtisse (...)
  • 6 Les « poypes » sont des tertres artificiels, souvent fortifiés, de plusieurs mètres cubes de terre (...)

13Les « châtelains » n’habitent pas toujours des « châteaux »5, c’est même rare (il n’y a guère plus d’un ou deux châteaux par commune). Les héritiers, n’ayant pas la responsabilité et la charge d’entretenir et de transmettre ces édifices imposants, ont donc opté, par force et parfois par goût, pour des formes d’habitat moins ostentatoires, tels les fermes rénovées, les communs des châteaux, les pavillons de chasse. Les Monville (soyeux lyonnais) ont, par exemple, fait construire une vaste demeure dans les écarts. Son emplacement répond aux exigences de la plupart des maisons bourgeoises : elle est campée en hauteur, au sommet d’une butte, d’une « poype » me dit l’un des fils Monville, baptisant ce mamelon naturel du terme qui sert à désigner les édifices moyenâgeux6 ; elle est entourée d’étangs que l’on peut apercevoir des fenêtres.

14Les teintes de la construction rappellent celles de l’habitat local (volets de couleur marron, crépi beige, toiture en tuiles romaines). À l’intérieur, les murs sont recouverts de bois blond et le mobilier est dans le style « Art déco ». Les dessins d’oiseaux, un tableau en marqueterie qui représente un vol de canards évoquent des scènes de chasse. Autour de la cheminée, des livres reliés et anciens encadrent le foyer. Les Monville insistent sur la modernité de l’aménagement intérieur et sur sa sobriété. La maison a été conçue, disent-ils, de manière à ne pas devoir nécessiter de personnel, à la différence de toutes les maisons bourgeoises de l’époque. Mais, ce jour-là, dans la cuisine et derrière une porte close, la femme du garde-chasse préparait un gratin dauphinois. Cependant, elle n’a fait ni le service ni la vaisselle : « La petite clochette pour appeler le personnel, ça ne se fait pas », précisent les Monville.

15Comme la plupart des autres propriétaires, ils partagent leur vie entre les villes de Paris et de Lyon et la campagne de Dombes. Lieu de séjours réguliers, la maison dombiste est souvent de villégiature, même si certains en ont fait leur résidence principale, soit qu’ils travaillent à proximité, soit qu’ils aient atteint l’âge de la retraite. Généralement, trois générations (grands-parents, enfants, petits-enfants) s’y retrouvent pendant l’été et durant les vacances scolaires. Ils y viennent également les week-ends, durant la période de la chasse, et jamais ne manquent, début septembre, le jour de l’ouverture de la chasse au canard. C’est une « maison de campagne et d’agrément », dit Mme Monville, mais pas uniquement, s’empresse-t-elle de préciser, « je m’arrange toujours pour être là pendant la période des pêches ».

Gentleman-farmer

16Comme tous les propriétaires dombistes, Mme Monville tient en effet à son statut d’« exploitante agricole ». La manière dont elle entend gérer sa propriété de 300 hectares en témoigne : « Les terres sont louées à bail aux fermiers, ils exploitent ces terres. Je ne suis pas agricultrice. Une seule chose. Ce que je garde totalement en main, c’est l’exploitation des étangs. C’est-à-dire que j’exploite les étangs directement, et puis bien sûr je garde la mainmise sur les bois, il n’y a que les terres qui sont louées, c’est tout. »

  • 7 Les anciens baux stipulaient même l’interdiction d’en élever à cause des dégâts qu’elles provoquai (...)
  • 8 Activité très marginale, la Dombes comptant seulement deux apiculteurs.

17Cette forme de « gentleman-farmerisme » ne s’applique généralement que sur les étangs et les bois. Cependant, certains propriétaires mettent parfois en valeur l’intégralité de la propriété ; ils en font alors un métier et un gagne-pain. J’ai connu quelques individus dans ce cas, comme la fille d’un grand propriétaire lyonnais (industriel à la tête d’un laboratoire pharmaceutique), héritière d’un domaine qu’elle exploite avec son époux (élevage de moutons et pisciculture) ; ou bien le descendant du côté maternel d’un aïeul propriétaire de 2 000 hectares en 1930, et du côté paternel d’une famille lilloise de riches industriels du textile. Pendant quinze ans, ils ont élevé des chèvres, rompant avec la tradition locale7, se sont ensuite tournés vers l’apiculture avec une centaine de ruches8, vers l’élevage de percherons, vers l’élevage piscicole et l’agrotourisme.

18J’ai également rencontré le cas assez atypique de la famille Berthillier, originaire d’Isère, ayant fait fortune au xixe siècle dans l’exploitation du charbon. L’ancêtre a investi en Dombes à partir des années 1860. Nombre de ses descendants en ligne directe ont laissé leur habitat et leurs habits de citadins pour endosser celui des ruraux et exercer des métiers liés à l’économie locale (commercialisation du poisson, régie de propriété, agriculture).

19Ce qui définit le bourgeois d’après Fernand Braudel (1979) est d’avoir acheté quelques terres autour de la ville, car il n’est pas de ville où l’argent ne déborde sur les terres voisines. Mais si, d’après Béatrice Le Wita, ils demeurent « sous l’ombre minimisante de la noblesse » (1988 : 36) et ne seront jamais que propriétaires terriens et non pas seigneurs de la terre, ils ont néanmoins bâti comme les « grands » et, au-delà des joies rustiques de la vie à la campagne, ont tenté de ne pas tout ignorer des choses de la terre.

Un mythe fondateur : coloniser un espace vierge

20« Dans l’Ouest, on préfère s’expatrier en Amérique plutôt que d’aller dans les terres. C’est l’aventure et les expériences nouvelles. À Lyon, on est enfermé dans la montagne. On regardait vers la Dombes. C’était une région étrange, peu peuplée, il y avait une ferme tous les kilomètres, c’était une terre vierge, une terre neuve. C’est un peu comme les pieds-noirs qui ont fait des expériences vinicoles en Algérie », me raconte Berthillier.

21Tous les membres de ces vieilles familles dombistes gardent en tête le contexte si particulier de leur implantation familiale. D’après Barrère, son arrière-grand-père était un « aventurier » : « il passait pour un fou » en achetant une terre pauvre qui ne valait rien, « ce coin pourri, plein de brouillard ». C’était une sorte de défi de pénétrer ce monde sur lequel les rumeurs les plus folles couraient, qui avait la réputation d’être difficilement accessible, sauvage et misérable. On le rejoignait en « patache » (train Lyon-Bourg) puis en voiture à cheval sur des chemins boueux creusés d’ornières. Son arrière-grand-père « y a consacré ses sous, ses vacances. La Dombes, ça prend les hommes ». Cet ancêtre a les qualités du pionnier, du colonisateur et de l’aménageur, mais aussi celle du grand chasseur : « écolo avant l’heure, amoureux de la nature ». C’est ainsi que les propriétaires se représentent souvent ces hommes, animés par une passion dévorante pour un pays ensauvagé (déshumanisé et naturel) aux portes de leur ville.

  • 9 Deux conceptions du progrès sont repérables dans les textes polémiques du xixe siècle : soit l’éta (...)

22Les discours sur la Dombes misérable reviennent comme une rengaine : « Sentez, pesez cette terre, c’est une terre pauvre, où l’eau stagne, un pays difficile. Il n’y a encore pas si longtemps, ma mère vous raconterait, c’était la misère ici », insiste Barrère. Cette misère sans cesse énoncée reste associée au contexte polémique des xviiie et xixe siècles, nullement pour justifier l’assèchement, mais tout au contraire, pour dire et redire que la Dombes misérable s’en est sortie grâce aux étangs9 : « La malaria quelle grande idée et puis Napoléon III qui s’est pris pour un sauveur. Le pays est fait pour avoir des étangs ! » me raconte Guillon, sur un ton courroucé. Ces propriétaires se sentent les héritiers de ceux qui se sont positionnés contre l’idéologie asséchante, héritage qu’ils revendiquent avec intensité, comme si le combat n’était pas terminé, en omettant de préciser que leurs ascendants ont pour beaucoup défendu l’assèchement, tout au moins dans les premiers temps.

  • 10 Une image peu flatteuse s’est en effet construite au fil des écrits du xixe siècle qui jetaient l’ (...)

23Il faut s’imaginer ces gens de la ville qui en arrivant en Dombes étaient porteurs d’un certain nombre d’idées sur ce qu’était la contrée. N’étaient-ils pas pétris de cette littérature citadine, érudite et scientifique du xixe siècle, dont les descriptions apocalyptiques faisaient état d’un véritable territoire dépeuplé et exsangue10 ?

24Une fois installés en Dombes, ces propriétaires ont dû changer leur point de vue. Ils ont finalement adopté l’idée selon laquelle l’eau est source de richesse, une formidable adaptation aux contraintes naturelles dans un pays ingrat qui donnait peu de fruits céréaliers. C’est cette idée qu’ils continuent de défendre et l’on peut se demander dans quelle mesure cette conception de l’aménagement du milieu par l’inondation, ils ne l’ont pas héritée des gens qui vivaient déjà sur place avant qu’eux-mêmes ne s’y investissent. N’est-ce pas aussi une manière de se distinguer des « citadins ignares », alors qu’ils devaient à la population agricole, sans l’avouer pour autant, une certaine représentation du milieu et de sa mise en valeur ?

25Cette dette vis-à-vis des gens du terroir, ils préfèrent néanmoins la taire en se réclamant de l’ancêtre fondateur venu de la ville, comme si c’était lui qui avait contribué à faire de la Dombes ce qu’elle est aujourd’hui. C’est-à-dire un pays d’eau parfaitement aménagé pour y élever le poisson et non pas un vaste plateau asséché, ce que certains citadins auraient aimé la voir devenir, et peut-être ce que les agriculteurs auraient fini par en faire.

26Cette amnésie renvoie à l’entretien d’un mythe de colonisation d’un espace vierge d’hommes ou peuplé d’hommes bien trop misérables pour prendre leur destin en main, chacun cherchant à se créer son propre espace territorial : la responsabilité humaine étant de maintenir le pays vivant et fertile, de permettre le passage de la barbarie à la civilisation, de la sauvagerie à la domestication de la nature. Le propriétaire forge son territoire et participe ainsi à un acte créateur. C’est à ce titre presque une « géographie mystique » (Bonnemaison 1986).

  • 11 Moines de l’Ordre de Cîteaux, autrement appelés « trappistes » du nom de l’abbaye Notre-Dame de la (...)
  • 12 « L’abbaye a rendu le pays vivable », me dit un jour un petit notable dombiste. Le fait qu’elle ai (...)

27Parler de géographie mystique n’est pas anodin, car la seule filiation plus ancienne à laquelle les propriétaires se réfèrent est celle des ordres religieux. Combien de fois ai-je entendu les plus anciens invoquer les ordres monastiques qui ont développé l’élevage du poisson à l’époque médiévale et l’implantation de l’abbaye Notre-Dame-des-Dombes sous le Second Empire11, qui représente un symbole majeur de l’amélioration des conditions de vie en Dombes12 ?

  • 13 À partir de la toute fin du xixe siècle, les descriptions de la Dombes se modifient radicalement, (...)

28Ils se présentent donc comme les continuateurs de ceux qui ont rationalisé le système hydraulique pour permettre un meilleur drainage des terres, qui ont approfondi les étangs pour la mise en valeur piscicole, qui ont asséché les moins productifs pour en faire de bonnes terres. La prise en charge des aménagements techniques qui justifie le contrôle de l’eau et donne le pouvoir d’être garant de la fertilité du terroir13 n’est pas sans rappeler l’idéologie du progrès positiviste également soutenue par les ingénieurs hydrauliques autour de l’aménagement du canal de Provence (Marié 1984).

29L’exploitation de l’étang prend ainsi aux yeux de ces propriétaires traditionnels une dimension symbolique qui les ancre dans une identité héritée : ils ont « fait la Dombes », interdisant que l’on parle des étangs comme d’amas d’eau croupissante. Comme le dit Barrère, « il faut être paysan pour être là. Il faut faire le tour des étangs tous les week-ends. Si on veut rester là, il faut devenir dombiste : les terres sont exigeantes. Soit les gens se passionnent et s’assimilent, soit ils s’y ruinent et s’y perdent ».

30Ces discours romantiques sur la passion que leur inspire cette contrée, sur leur assimilation pourvoyeuse d’une identité à la fois dombiste et paysanne trouvent leur point d’ancrage dans l’ancienneté de l’implantation familiale et terrienne, dans la référence à l’ancêtre fondateur et enfin dans la participation à la mise en valeur piscicole du terroir. Leur autochtonie n’est plus à démontrer, et comme dans un jeu de miroir les vieilles familles s’identifient à ce territoire, ou plutôt à ces portions en eau. C’est un pays d’étangs, ils sont des gens des étangs.

La perpétuation d’une implantation locale

31La Dombes continue d’exercer un attrait certain auprès de la bourgeoisie citadine qui, toujours, constitue des propriétés et adopte un certain nombre de comportements révélateurs de ce que posséder en Dombes veut dire. Manifestement, le désir d’ancrage de ces propriétaires plus récents est à la mesure de leur absence de « racines anciennes » : il passe par l’acquisition que certains veulent moins concevoir comme un investissement financier que comme un patrimoine familial et par l’adoption presque immédiate du statut d’exploitant piscicole ainsi que par la pratique de la chasse, élément important du train de vie.

Les nouveaux venus adoptent et imitent

  • 14 Une partie des propriétaires fonciers est relativement absente de la vie locale. Ils n’ont ni rési (...)

32Au sein de la catégorie sociale des nouveaux implantés, on peut distinguer principalement deux « générations » : ceux qui ont acheté des biens fonciers entre 1930 et 1950, et ceux qui les ont acquis depuis une ou deux décennies. Je ne retiens ici que le cas des propriétaires qui s’impliquent localement et dont la qualité de forain s’efface progressivement14.

33Châtillier fait partie des premiers. Né en 1925, cet ancien directeur d’une banque lyonnaise, successeur de son père, qui de simple employé était passé directeur, a également hérité d’une propriété constituée entre 1945 et 1960, qui comprenait 177 hectares en 1973. Il est exploitant piscicole de ses étangs, gestionnaire de ses bois et loue ses terres à des fermiers : « Il n’était pas, bien entendu, question que l’on casse les habitudes du pays. C’est-à-dire, pour l’exploitation, les terres étaient louées aux fermiers. Mais, nous n’avons jamais donné les étangs à exploiter aux fermiers. Toujours maintenu les étangs en dehors des fermiers. Puis bien sûr, on a gardé les bois. »

34Ne pas casser les habitudes du pays, c’est reproduire une attribution différenciée du territoire entre propriétaires et exploitants fermiers que les vieilles familles de la bourgeoisie terrienne ont largement contribué à mettre en place.

35Comme eux également, Châtillier a vécu avec son épouse dans un château qu’il préfère appeler la « grande maison ». Les villageois se souviennent de sa voiture avec chauffeur qui faisait quotidiennement les allers et retours entre Lyon et la Dombes. Au moment de la retraite, il a vendu cet édifice pour lui préférer une maison de facture moderne moins coûteuse à entretenir, qu’il a fait construire à environ 500 mètres du village au milieu d’un lot de parcelles de 8 hectares. Il y réside tout au long de l’année.

36Il dit de la Dombes que c’est sa « terre d’adoption » : « Le lien à la terre, c’est beaucoup plus fort que n’importe quoi, la Dombes, c’est ma passion, mon père était passionné, c’est lui qui m’a transmis sa passion. » En devenir l’héritier, c’est se représenter de manière forte la filiation, les souvenirs en commun. En devenir propriétaire est aussi une manière de consacrer un lien sentimental avec la localité : « Mon père est devenu propriétaire, ce qui était son plus ardent désir, car locataire, c’est bien beau, mais ce n’est pas spécialement passionnant, d’autant qu’une location peut cesser d’un jour à l’autre. Donc son rêve s’est réalisé. C’est ainsi que toute la famille est devenue inconditionnelle de la Dombes. » La possession de la terre conditionne un attachement collectif au sein du groupe familial et permet l’enracinement.

37Le choix d’enterrer ses parents au cimetière du village et non dans la ville où ils sont nés et où le reste de la famille élargie continue de résider est un symbole fort : on n’est peut-être pas autochtone par la naissance, mais cette terre recueille les vieux os. Cela consacre aussi l’idée d’une continuité qui dépasse l’histoire d’une vie et devient celle d’une lignée.

38Varambon est pour sa part un propriétaire de fraîche date. Il ne se dit pas dombiste, mais pense que cela viendra bien, car il s’y emploie. Ne pouvant faire valoir un héritage familial, il possède le titre de « nouveau propriétaire dombiste ». Son patronyme est néanmoins retenu, car cet industriel grenoblois est aujourd’hui considéré comme un personnage local important, ayant constitué depuis deux décennies une propriété de taille raisonnable (300 hectares). Il a fait bâtir une petite maison en bois en bordure d’un étang où il vient passer ses week-ends. Le chalet déborde sur l’eau, soutenu par des pilotis. Une terrasse découverte permet de déjeuner ou de boire l’apéritif en regardant la surface de l’étang. On y pénètre en passant par un petit espace destiné à recevoir les habits du « dehors » (quelques paires de bottes et de cuissardes et des vestes de couleur kaki). À l’intérieur du chalet, le regard est attiré par une collection de canards naturalisés et par les photos aériennes de sa propriété et de ses étangs.

39Il pense déjà famille et projette de faire rénover un corps de ferme pour son fils. Cet investissement est moins un placement financier qu’un patrimoine qu’il constitue sur le modèle traditionnel de la structure foncière locale :

  • 15 Groupement foncier agricole. Montage juridique qui donne le statut d’exploitant et offre certains (...)

J’ai fait des unités territoriales qui correspondent à des fermes. J’ai fait trois gfa15 et il s’est trouvé comme par hasard que j’avais trois enfants, mais non, non, ce n’est pas complètement anodin, pas du tout. Patrimonialement, j’essaie de les équilibrer car je pense qu’il ne serait pas stupide que chacun de mes enfants en hérite un jour. Ce sont des unités géographiques qui fonctionnent. Il y a une ferme, il y a de l’agriculture, il y a de l’aquaculture et des bois.

40Pour la population locale, il ne fait point de doute que ces propriétaires récents ont profité d’une situation avantageuse : celle du démantèlement partiel des grandes propriétés des vieilles familles. Les biens fonciers, en changeant de main, perdent de leur splendeur d’antan : ils se morcellent et surtout les conditions d’acquisition apparaissent souvent moins glorieuses et moins légitimes.

41Châtillier insiste pour sa part sur une succession désirée par les anciens propriétaires : « Nous sommes arrivés, fin des années 1920, en louant un relais de chasse et des terres autour, puis mon père a fait la connaissance de M. Villepelet, avec lequel il s’est lié d’amitié. […] La vie a été ainsi faite, Villepelet a donné la préférence à mon père qui n’a jamais eu de concurrence avec d’autres, donc ça a été un transfert de Villepelet chez nous. »

42Cette préférence qui équivaut à une transmission sociale à défaut d’être familiale, ce transfert qui a conduit à la substitution d’une famille à une autre sont pourvoyeurs de prestige et de légitimité. Cependant leurs acquisitions foncières témoignent de choix nouveaux, moins ambitieux : « On désirait constituer un territoire, je ne dirais pas dispersé, bien constitué, parce que Villepelet avait des terres assez loin, mais ça nous faisait un peu trop. Il y a quand même des limites à tout, il ne faut pas non plus se prendre pour le marquis de Carabas. »

43« Se prendre pour un marquis », peut-être, mais « il y a quand même des limites à tout », et plus le temps a passé, plus les ventes se sont succédé. En 1989, Châtillier ne possédait plus que 87 hectares de terres, bois et étangs, et plus aucun siège d’exploitation agricole en activité. Il entretient avec son patrimoine foncier des relations plus distendues, moins conservatoires, et développe des stratégies moins liées à la reproduction d’un patrimoine familial qu’à l’acquisition d’une position locale enviée.

44Pour les tout nouveaux propriétaires, la référence aux anciennes familles dombistes s’estompe. Varambon, par exemple, en parle de manière détachée comme s’il ne s’identifiait pas à elles ou plutôt comme s’il s’en défendait : « Ces propriétaires sont généralement des gens de la ville, au départ, au siècle dernier, il y a eu beaucoup de Lyonnais qui ont acheté des propriétés ici, pas que des Lyonnais d’ailleurs (rire), il y a aussi des Grenoblois ou des Genevois. Donc ces grands propriétaires, ces propriétaires pardon (rire)… » La comparaison fait naître un rire, comme un aveu. Ils jouent dans la même cour ; les importantes transactions foncières mobilisent les réseaux d’interconnaissance, tendant à privilégier les ventes au sein du cercle privilégié des « gens de bonne compagnie ».

  • 16 De nouvelles distinctions sont opérées quand on change de focale. Châtillier est associé aux vieil (...)
  • 17 Expression employée par une agricultrice à la retraite à propos de la famille Guillon.

45Localement, les récents acquéreurs fortunés sont considérés comme des investisseurs, des « capitalistes », à l’inverse des anciens (Châtillier inclus16), qui seraient plus attachés à conserver un patrimoine familial aujourd’hui difficile à perpétuer dans son intégralité : « Voyez bien, ce sont des riches appauvris », dit Millet, exploitant agricole. La richesse se mesure ici encore à la taille de la propriété et au nombre d’étangs. À ce titre certains nouveaux propriétaires comme Varambon sont remarqués et sans aucun doute redoutés. On les soupçonne de fortune mal acquise pour les discréditer ou expliquer la méfiance qu’ils inspirent, en attendant de voir s’ils ne chercheront pas à « soumettre les gens », à « imposer leur loi ». Ces différences entre anciens et nouveaux, la population locale s’en saisit pour dire deux choses apparemment contradictoires : d’une part, vous ne serez jamais comme les propriétaires « vieille France »17 dont l’ancienneté de l’implantation invite au respect de l’ordre social traditionnel qu’ils garantissaient ; d’autre part, la continuité que vous voulez incarner ne peut plus être, car le « temps des seigneurs » est heureusement révolu.

L’amour de la nature, entre passion et coût

46Les motivations avancées par les propriétaires plus récents pour expliciter leur désir intense de posséder en Dombes relèvent toutes de la dimension récréative, entendue dans son sens large. Elles s’expriment dans le langage des sentiments qu’ils appellent l’« amour de la nature », incluant à la fois un intérêt pour la chasse, un goût pour les paysages d’étangs et un attrait pour la pisciculture.

Un paysage choisi

J’aime énormément cette région. Je venais là pendant les périodes de chasse avec mes parents. Je me souviens encore des odeurs de menthe sauvage sous les pieds, de l’odeur de la boue au bord des étangs le soir, on pouvait se promener dans les chemins sans jamais croiser personne, je m’asseyais pendant des heures dans les cannelles, je rêvais, je laissais mon imagination vagabonder.

47Quand Champier, ancien médecin à Lyon, âgé de soixante-dix ans, décide de s’installer en Dombes pour ses vieux jours dans le relais de chasse acquis par son père en 1936, il a ainsi le sentiment de prolonger les souvenirs émus de l’enfance.

48La mémoire de Champier ou celle de Varambon n’est pas comme pour Monville ou Guillon, une archéologie du paysage modelé par les aïeux. Elle témoigne d’une nouvelle sensibilité et d’un nouveau rapport au milieu. La référence à la Dombes maudite et à la mise en valeur d’un territoire ingrat s’estompe. Leur « mythe d’origine » raconte l’histoire d’une rencontre émue avec un paysage, une flore et une faune sauvage, au travers de la chasse. Les thèmes de la passion et de l’ensauvagement sont toujours présents, mais ne prennent plus leur signification dans le même ensemble de représentations.

49Cependant, quand ces nouveaux propriétaires parlent de « l’amour de la nature », ils intègrent également l’exploitation piscicole. Varambon mêle tous les aspects sous cette rubrique fourre-tout :

J’aime l’eau, j’aime les poissons, moi mon plaisir, c’est d’avoir ces étangs. Je trouve que l’eau, c’est assez fascinant, c’est philosophique. C’est vivant, il y a toujours quelque chose qui bouge (au-dessous), qui passe (au-dessus). Et la pêche, l’aquaculture, c’est essayer de voir comment fonctionne l’aquaculture en étang, ça me passionne, et puis la troisième chose, c’est la chasse. Et puis le tout, c’est la nature, parce que tout ça, en fait, c’est la nature.

50L’eau, le poisson, le canard sont affaire d’engouement. Posséder l’étang, convoiter ses fruits sauvages et cultivés, est cultiver son plaisir, au point de se moquer, disent-ils tous, de perdre ou de gagner de l’argent et d’opposer toujours le calcul financier à l’amour irraisonné.

L’étang, « c’est une danseuse »

51« L’étang, c’est la bague au doigt », « l’étang, c’est une danseuse ». Ces expressions pour qualifier la relation à l’étang m’apparaissaient relever du même registre, celui de la relation avec une femme (qui donne la vie, qui tient ou perd les eaux ?), avec dans un cas une alliance légitime et dans l’autre, une relation en dehors du mariage. Elles résument à elles seules à la fois les différences et les traits partagés entre les vieilles familles dombistes et celles plus récemment implantées. Certains propriétaires, comme M. Guillon père, peuvent en effet affirmer que la propriété est un bien dont ils ont disposé à la suite de leur mariage avec une héritière. « La bague au doigt » est d’ailleurs une expression que j’ai entendue par deux fois dans ces familles. La danseuse, par contre, « on se la paie » sans avoir recours aux stratégies familiales. Elle est un luxe, comme la bague au doigt est aussi un bijou, car il en coûte financièrement de le posséder. Le bénéfice qu’on en retire est surtout immatériel. Pour tout dire l’étang est un bien de prestige.

52Posséder et cultiver les étangs n’est pas conçu comme une source de revenus dont dépend un bien-être économique. Cependant, si acheter en Dombes équivaut selon les propriétaires à entretenir une danseuse, il faut bien savoir jusqu’à quel point ils sont prêts à perdre de l’argent, si tel est le cas.

  • 18 Entre 2 300 et 3 000 euros l’hectare.

53D’après les témoignages recueillis, seul l’étang, tant au niveau de l’investissement que du revenu, peut justifier que l’acquisition foncière ne soit pas une folie financière. Le prix relativement stable des terres agricoles18 ne permet pas d’augmenter la valeur vénale du patrimoine foncier. Quant aux revenus de la location en fermage, celle-ci ne compense que difficilement le coût de l’entretien des bâtiments. Varambon confirme : « Toutes ces dernières années, on disait, oui, la terre ne gagne rien mais c’est de l’investissement à long terme, c’est du capitalisme à long terme, c’est de la transmission d’héritage. Mais, je le dis carrément et très clairement, s’il n’y avait pas les étangs, en termes d’investissement c’est des folies, faut surtout ne pas acheter de la terre agricole, dans ces zones-là. »

54Concernant la pisciculture, les discours ne diffèrent guère : « Moi je connais quand même pas mal de propriétaires dombistes, qui ont des étangs, tout le monde rigole, quand on commence à parler de la rentabilité financière, on sait pertinemment qu’il n’y en a pas. » L’exploitation des étangs permet cependant d’assurer l’entretien de l’étang et de dégager parfois un petit surplus de 4 500 ou 6 000 euros, qui équilibre les comptes.

  • 19 Selon une information communiquée par un régisseur de propriété, les petits étangs réputés pour la (...)
  • 20 Les locations de chasse rapportent un revenu difficile à évaluer avec précision. Un grand silence (...)

55Si l’on parle canard, les choses se précisent ; l’aspect financier est alors évoqué avec plus de retenue, voire passé sous silence. La chasse permet d’augmenter sensiblement la valeur vénale du bien19, et d’en dégager, si les propriétaires le désirent, un revenu non négligeable par la location20. L’exemple de la remise en eau d’un étang donne une bonne indication de l’intérêt économique d’une telle entreprise : « C’était une mauvaise prairie souvent inondée. Lorsque le fermier était encore là, je louais les 60 hectares de terres à des chasseurs pour la somme de 200 francs l’hectare. Depuis que ces 30 hectares sont en eau, la chasse se loue 1500 francs l’hectare. Au niveau du capital, cette terre inondée est passée de 15 000 à 75 000 francs l’hectare. Même si je ne prévois pas de vendre, c’est un gain très important. »

56La chasse peut également permettre de pourvoir aux autres dépenses parfois lourdes, comme l’entretien d’une vaste demeure ou des bâtiments de ferme ; elle explique dans tous les cas que les propriétés gardent une valeur vénale intéressante et constituent à ce titre un placement qui reste avantageux.

  • 21 L’« entreprise philanthropique », expression également utilisée par Varambon pour qualifier l’expl (...)

57En d’autres termes, la perpétuation de la pisciculture dépend en grande partie de l’intérêt cynégétique de ces étangs. Comme le dit Mme Monville : « Je n’achète pas un étang pour gagner de l’argent, mais je ne suis pas une entreprise philanthropique21 et je ne pourrais plus les garder s’ils sont déficitaires. » La pisciculture y pourvoit en partie, mais la chasse est le moyen de maintenir à flot la grande et moyenne propriété et de préserver les pratiques ludiques qui sont attachées à cette forme de possession.

58La passion pour la Dombes et les étangs, oui, mais les limites sont posées : pour certains ne pas trop perdre d’argent et pour d’autres, si possible, en gagner, mais bien sûr les propriétaires ne font pas ici fortune. L’étang est comme un bijou de famille ; c’est un bien de prestige dont la possession n’est pas motivée par le désir de devenir riche, mais qui nécessite néanmoins de l’être.

Des experts piscicoles, entre statut et savoir-faire

59Il est bien clair que la chasse est aujourd’hui le motif majeur des acquisitions foncières en Dombes. Cependant, si on ne devient pas propriétaire pour faire de la pisciculture, tous, ou presque, exercent cette activité dès qu’ils achètent en Dombes.

60« J’ai une double activité en ville et en Dombes », m’a dit un jour Mme Monville. L’un de ses fils, vivant également à Paris, revient environ une fois par mois pour en faire le suivi. « On ne peut pas toujours être là. C’est comme dans n’importe quelle exploitation, on n’est pas toujours là quand on change les bêtes de pré ! » Elle est spécialiste du poisson comme le fermier est spécialiste de la terre et des bovins, à la différence près qu’elle n’est que gestionnaire du poisson, le « maître à penser » en somme. Justifiant son absence relative sur le terrain par sa double activité, cette « intellectuelle » de la pisciculture s’appuie donc nécessairement sur les autres, pour élever « pratiquement » le poisson.

61Lors de leurs séjours en Dombes, les exploitants d’étangs rencontrent donc deux personnages locaux incontournables : le garde-pêche (qui occupe parfois également la fonction de garde-chasse) et le régisseur. Ce dernier peut exercer cette activité pour son compte, mais le plus souvent il est employé au sein d’un cabinet de gestion de biens (ruraux et urbains), une « régie ». L’un d’eux, véritable figure locale, s’occupe de cent vingt-cinq propriétés en Dombes. Son travail consiste à optimiser la rentabilité des propriétés en proposant des solutions juridiques (création de société civile immobilière ou d’exploitation, de groupement foncier agricole) qui permettent de bénéficier d’avantages fiscaux et d’obtenir des subventions.

62À côté de cette gestion patrimoniale, le régisseur est également sur le terrain en tant que représentant du propriétaire et par là même un intermédiaire essentiel, auquel tous ceux qui travaillent sur la propriété ou pour le propriétaire s’adressent en priorité. Concernant les terres, il s’occupe de l’encaissement des fermages, de la résiliation ou de la reconduction des baux, de faire exécuter les travaux des bâtiments de ferme. Il est l’interlocuteur incontournable des fermiers. Il fait le lien. Pour les bois, il organise les coupes, les plantations et la commercialisation. Enfin, il assure également le suivi de la gestion piscicole des étangs (organisation de la pêche à laquelle il est présent et qu’il dirige, gestion des comptes d’exploitation, choix des empoissonnages et de la destination du poisson, entretien des étangs, etc.).

63Les pisciculteurs s’appuient également sur le garde-pêche, qui est le plus souvent un employé de la propriété. Certains fermiers peuvent occuper cette fonction, mais plus généralement le garde-pêche est l’homme de main du propriétaire. Il travaille parfois pour le compte de plusieurs propriétaires. Sa fonction est d’être sur le terrain. Il est le dernier maillon de la chaîne qui va de l’intellectuel citadin au travailleur manuel, en passant par le régisseur situé dans un entre-deux, présent sur le terrain, mais représentant plus qu’employé. Le rôle du garde est d’être sur place pour surveiller l’étang, le niveau de l’eau, l’état des ouvrages ; il fait « couler les étangs » pour les mettre en pêche. Il s’occupe également de recruter les membres de l’équipe de pêche en collaboration avec le régisseur. Il est un fin connaisseur du poisson et de l’étang, bien que les propriétaires et le régisseur ne lui reconnaissent pas cette qualité de spécialiste.

64Les propriétaires fonciers sont donc des exploitants piscicoles d’un type un peu particulier. Ils aiment se définir comme des « paysans ». Certains endossent ce rôle avec sérieux et font l’économie du régisseur, même s’ils confient toujours la gestion pratique au garde-pêche. J’ai rencontré quelques propriétaires dans ce cas qui ont la réputation d’être de bons pisciculteurs : ceux-là font régulièrement le tour des étangs en bottes, observent les variations du niveau de l’eau, prennent garde à l’état des fossés, des grilles, des ouvrages, des prises d’eau. Quelques-uns plus chevronnés suivent même des cours de pisciculture, mesurent le pH de l’eau, font établir une pompe pour alimenter leurs étangs avec une eau dont ils maîtrisent mieux la qualité, font creuser des bassins d’alevinage pour minimiser les pertes et sont toujours présents aux pêches. Cependant, beaucoup ne cherchent pas à intensifier la production. Sinon, comment expliquer que, lorsque l’étang est exploité par un agriculteur, les rendements doublent, voire triplent ?

65Les nouveaux venus sensibles à ce qu’ils appellent la tradition locale (ils ne le sont pas tous) l’adoptent, deviennent pisciculteurs en aussi peu de temps qu’il n’en faut pour le dire, justifiant leur nouvelle identité professionnelle par le souci de « ne pas casser les habitudes du pays ». On arrive d’ailleurs et l’on fait siennes des manières d’être et de faire en dehors de la transmission d’un véritable savoir-faire, que l’on acquiert au fil du temps avec, encore une fois, plus ou moins de sérieux. Comme l’avoue Varambon, « la pisciculture, je commence à connaître parce que ça fait plus de dix ans que je pêche mes étangs, mais bon, comme je n’y connaissais absolument rien au début, j’ai demandé à un régisseur de me gérer tout ce qui est empoissonnage et pêche et ça a continué comme ça ».

66Il existe donc un savoir-faire qui se transmet de manière informelle, mais qui demeure surtout dans les mains de ceux qui en sont les véritables experts empiriques (régisseur et garde-pêche). Cependant, Varambon a fini par revendiquer également sa connaissance des étangs ; il s’implique même concrètement sur le terrain, toujours muni de bottes, comme si c’était là le meilleur moyen de se positionner par rapport à ceux qui savent, ceux qui étaient là avant lui : d’une part les vieux propriétaires dombistes et d’autre part les hommes de terrain.

  • 22 Devenir paysan-citadin-dombiste, c’est élever le poisson, mais l’on reste néanmoins toujours citad (...)

67Anciens et nouveaux parlent donc de poisson. Ces discours récurrents et partagés sur eux-mêmes, « rat des villes devenu rat des champs »22, acteurs pleinement intégrés à la ruralité, justifient, mais n’expliquent pas l’adoption par ces propriétaires de la pisciculture et l’importance qu’ils accordent à cette activité.

68Pourquoi ces propriétaires ne choisissent-ils pas comme d’autres de ne se préoccuper que de chasse ? Comment expliquer ce décalage surprenant entre le sérieux avec lequel ils parlent de la gestion piscicole de leurs étangs, comme s’il y allait de leur survie économique, et l’affirmation conjointe que l’étang est une danseuse dont on ne s’occupe souvent que de loin ?

69On le pressent, il s’agit moins ici de cultiver pour avoir (économiquement) que pour être (socialement). Si la mise en valeur piscicole peut apparaître aujourd’hui, et peut-être également hier, comme l’arbre qui masque la forêt cynégétique, il s’avère qu’elle est un point nodal de l’inscription dans le tissu social local. Être des gens de l’eau et cultiver le poisson permet de reproduire et d’intégrer une société traditionnellement très fortement structurée par cette « spécialisation professionnelle ». On se reconnaît entre soi comme des gens de la carpe.

Conclusion

70Au sein du monde des grands propriétaires fonciers, anciens et plus ou moins jeunes implantés se côtoient, à la fois différents et semblables. Les plus anciens s’identifient aux hobereaux locaux qui les ont précédés et dont ils ont le sentiment d’avoir pris la place et d’être les dignes héritiers. D’où l’importance qu’ils accordent à l’ancrage local d’une ou plusieurs lignées qui excellent par leur longévité. Le patronyme de ces familles est associé à celui des communes dont ils ont investi le terroir. Ils sont attachés à cette insertion au sein de la collectivité villageoise, d’autant plus quand ils ont réussi à conserver un « château ». Cette bâtisse à l’orée du village entourée de ses fermes et de ses étangs, même si le patrimoine foncier a fondu, raconte la permanence d’une histoire commune. Leur identité locale déborde les limites de la propriété bien que celle-ci s’octroie par la possession foncière : ils sont les « enfants » de deux « pays » (la commune et la Dombes).

71L’« identité dombiste » des propriétaires plus récents s’acquiert également par la possession du foncier mais se construit surtout en rapport avec le monde des grands propriétaires traditionnels, qui les ont précédés ou avec lesquels ils cohabitent. Devenir dombiste, c’est adopter et imiter, revendiquer une filiation pourvoyeuse de prestige. Leur rapport plus distancié à la terre (et donc aux fermiers) témoigne d’un ancrage dans les lieux qui raconte moins l’histoire d’une insertion au sein de la société locale « indigène », que celle d’un désir de trouver sa place au sein de la société des grands propriétaires locaux. Leur focalisation sur l’étang en témoigne : c’est bien là que l’on acquiert les signes les plus évidents du prestige des anciens et c’est par son exploitation que l’on peut participer concrètement à leur société et se faire reconnaître comme un pair.

Notes

1 Aide de camp du roi de Sardaigne, le comte de Villette, héritier de C.-F. de Chivron, baron de Villette, dernier seigneur de Versailleux, demeurait au château de Gries (arrondissement d’Annecy).

2 Benoît Carteron (1999) a observé dans le bocage vendéen le même phénomène avec des différences qui se font jour entre les familles de la noblesse d’Ancien Régime et celles de la grande bourgeoisie. Dans le second cas, il y a bien l’héritage de la principale propriété avec son château qui inscrit la lignée familiale et lui assure une position dans la société locale, mais également héritage pour les autres enfants de propriétés secondaires, acquises ou héritées. C’est le cas de la famille Chermont-Guillon qui a partagé une partie des biens, soit en Dombes, soit dans d’autres régions (Beaujolais et Saône-et-Loire).

3 Le contexte de l’enquête influe peut-être sur cette présentation de soi, mais ne suffit pas à en épuiser le sens.

4 Le patronyme Passiquier ainsi que la particule disparaissent après la Révolution. Le nom « Maupertuy » désigne, on s’en souvient, un domaine situé en Dombes où leurs ancêtres avaient résidé au xviie siècle.

5 Le vocable « château » est employé indifféremment par les gens du pays pour désigner toute bâtisse qui se distingue de l’habitat ordinaire (relais de chasse, maison de maître, pavillon, gentilhommière, etc.).

6 Les « poypes » sont des tertres artificiels, souvent fortifiés, de plusieurs mètres cubes de terre, sur lesquels des châteaux s’élevèrent (Dubois 1939).

7 Les anciens baux stipulaient même l’interdiction d’en élever à cause des dégâts qu’elles provoquaient en dévorant les taillis.

8 Activité très marginale, la Dombes comptant seulement deux apiculteurs.

9 Deux conceptions du progrès sont repérables dans les textes polémiques du xixe siècle : soit l’étang considéré comme insalubre est source de maladie, de pauvreté et du déclin démographique de la région, soit il apparaît comme un élément essentiel du développement économique local ; soit il doit être asséché de telle sorte que la charrue puisse passer partout, soit il doit rester en eau, afin de lutter contre la stagnation des eaux dans les parties basses, assainir les terres environnantes, préserver l’élevage lucratif du poisson et continuer d’être un lieu de pacage et d’abreuvement pour le bétail.

10 Une image peu flatteuse s’est en effet construite au fil des écrits du xixe siècle qui jetaient l’anathème et le discrédit sur ce « pays maudit ». Voici comment un ingénieur draineur du département de l’Ain s’évertue, en 1859, à guider les pas du voyageur : « Que le voyageur, séduit par les apparences, se laisse gagner par l’idée de traverser le pays […], quel triste tableau va succéder au riant aspect des vallées ! Plus de prairies verdoyantes animées par de nombreux troupeaux ; mais à leur place des flaques d’eau immenses où de chétifs animaux cherchent dans l’eau et dans la vase une chétive nourriture. […] Des villages, hélas !, il n’en est guère […]. La tristesse, la solitude, la fièvre et la misère, voilà la Dombes ! » (Dubost 1859 : 3). Comme l’écrit Francis Dupuy, en citant Jacques Sargos (1984), à propos de la Grande Lande, « rien d’étonnant alors que peu à peu on passe de la méprise au mépris » (1996 : 42).

11 Moines de l’Ordre de Cîteaux, autrement appelés « trappistes » du nom de l’abbaye Notre-Dame de la Trappe (commune de Soligny, département de l’Orne). La fondation de l’abbaye s’étale sur une période comprise entre 1863 et 1870.

12 « L’abbaye a rendu le pays vivable », me dit un jour un petit notable dombiste. Le fait qu’elle ait œuvré au dessèchement au point de n’avoir pas ou peu conservé d’étangs sur la propriété monacale est comme oublié par les propriétaires, car la religion est au-dessus de toute polémique ; elle sert le bien commun.

13 À partir de la toute fin du xixe siècle, les descriptions de la Dombes se modifient radicalement, accompagnant et justifiant le progrès économique et social. Elle apparaît dès lors comme un beau jardin : « En cette saison, la plupart des étangs sont fleuris, des renoncules d’eau à fleur blanche les font ressembler à des tapis de neige. » À côté des étangs soigneusement exploités, les terres travaillées par la charrue présentent de longs sillons rectilignes et offrent au regard leur « ornement de cultures » (Ardouin-Dumazet 1896 : 5-10).

14 Une partie des propriétaires fonciers est relativement absente de la vie locale. Ils n’ont ni résidence, ni propriété de taille suffisamment conséquente pour jouer un rôle dans l’échiquier local. Je ne les ai d’ailleurs jamais connus autrement que de nom.

15 Groupement foncier agricole. Montage juridique qui donne le statut d’exploitant et offre certains avantages financiers.

16 De nouvelles distinctions sont opérées quand on change de focale. Châtillier est associé aux vieilles familles dombistes quand on le compare aux tout nouveaux venus.

17 Expression employée par une agricultrice à la retraite à propos de la famille Guillon.

18 Entre 2 300 et 3 000 euros l’hectare.

19 Selon une information communiquée par un régisseur de propriété, les petits étangs réputés pour la chasse peuvent se vendre près de 15 000 euros l’hectare. La moyenne oscille plutôt entre 10 000 et 12 000 euros l’hectare.

20 Les locations de chasse rapportent un revenu difficile à évaluer avec précision. Un grand silence entoure ces pratiques tenues secrètes, qui échappent en partie au fisc et constituent une véritable économie parallèle et souterraine. De nombreuses rumeurs circulent. Un étang peut se distribuer entre une vingtaine de locataires à raison de 2 300 ou 3 000 euros la part, donnant droit à un fusil de chasser tous les jours ouvrables de la semaine. Si j’en crois un chasseur, certains grands étangs très prisés peuvent atteindre un prix de location aux alentours de 55 000 euros l’année, que les locataires se partagent ensuite. Dans une fourchette de prix plus raisonnable, j’ai entendu parler d’étangs de 40 hectares se louant 7 500 euros l’année.

21 L’« entreprise philanthropique », expression également utilisée par Varambon pour qualifier l’exploitation piscicole, n’est pas sans rappeler le lien décrit plus haut entre la culture du poisson et la participation au sauvetage de la Dombes.

22 Devenir paysan-citadin-dombiste, c’est élever le poisson, mais l’on reste néanmoins toujours citadin quand, juché sur le bateau faucardeur au beau milieu de l’étang, on pense comme Châtillier à de lointaines contrées – « je me serais cru à Venise ! ».

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search