Version classiqueVersion mobile

Une terre en partage

 | 
Vanessa Manceron

I. Une campagne non loin de la ville

2. Entre bourg et écarts

Texte intégral

1L’habitat du bourg qui compose le village est concentré autour de ses bâtiments publics, de son église, de ses commerces et de son château ; celui des écarts est dispersé avec ses fermes au milieu des prés, des terres, des bois et des étangs. Cette disposition fait sens aux yeux des anciens, car derrière les façades se sont succédé là et jusqu’à aujourd’hui de nombreuses familles dont on désigne la maison par le patronyme (chez…). La distinction entre bourgs et écarts est opérante car elle renvoie pour le passé comme pour le présent à une composition sociale différenciée des lieux. Autrefois, cette différenciation reposait sur une hiérarchie intimement liée à l’appropriation et à l’exploitation du terroir. Aujourd’hui, elle tend à opposer ceux qui parlent terroir et ceux qui lui tournent le dos. L’exemple de Versailleux en témoigne.

Anciennes différenciations sociales et spatiales

Complémentarité et dépendance entre bourgs et écarts

2Au recensement de 1936, période à laquelle nous renvoie la mémoire des anciens, la majorité des habitants actifs de Versailleux vit de l’agriculture, activité nourricière alors essentielle pour la population, que ce soit de manière directe quand ils sont cultivateurs ou ouvriers agricoles, ou indirecte quand ils sont charron ou maréchal-ferrant. On trouve alors recensés parmi les 286 habitants de la commune et les 181 individus actifs, 148 personnes exerçant une activité agricole stable ou épisodique, soit 82 % de la population active globale.

  • 1 En 1936, les 26 lieux-dits des écarts abritent 159 individus, soit 55 % de la population communale

3L’ancienne différenciation entre écarts et village telle que les anciens l’expriment – « il y avait du monde dans les fermes » – est autant relative au poids numérique de la population éparse1 qu’à l’influence déterminante des grandes fermes des écarts sur l’ensemble de la vie économique locale.

  • 2 En 1891, la moyenne d’habitants par lieu-dit est de 8 individus, en 1921 de 7 individus et en 1936 (...)

4Durant la première moitié du xxe siècle, les écarts abritaient le plus souvent des unités domestiques comprenant entre 3 et 13 personnes2, constituées du fermier et de son épouse, d’employés célibataires non apparentés, « commis » et « servantes » en nombre suffisant pour seconder les « patrons ». En 1911, à la Grange Chazey, six domestiques cultivateurs dont une servante vivaient et travaillaient sous les ordres de Jean. À Fenières, il n’y avait pas moins de neuf employés et deux enfants en bas âge. Dans les « petits domaines » des écarts, beaucoup plus rares, soit isolés, soit rassemblés en hameau comme aux Feuillets, on trouvait plutôt un domestique agricole par famille.

  • 3 Dans le village, 71 % des actifs sont domestiques, journaliers ou domestiques agricoles, contre 51 (...)

5Dans le village, les unités domestiques étaient beaucoup plus restreintes, à la mesure de leurs types d’activités économiques. Beaucoup, répertoriés comme ouvriers agricoles, domestiques, journaliers3, travaillaient épisodiquement ou régulièrement chez les fermiers et propriétaires alentour. Ces petits cultivateurs, qui ne possédaient pas le train de charrue nécessaire, avaient besoin des fermiers équipés pour travailler leur parcelle de terrain, alors que ces derniers avaient besoin de main-d’œuvre au moment des gros travaux.

Le châtelain au cœur du système

  • 4 Les terres en réserves comprenaient 166 hectares d’étangs, 80 hectares de bois et taillis, 148 hec (...)

6Au cœur de ces rapports de subordination et d’interdépendance mutuelle entre le bourg et les écarts, il y avait le châtelain du village, ingénieur agronome, qui était en 1917 à la tête d’une propriété de 760 hectares léguée par son père. Celle-ci comprenait douze maisons dans le village (parmi la trentaine de maisons que l’on dénombrait alors), avec de multiples lopins alentour, huit domaines des écarts loués en fermage (220 hectares au total), et 404 hectares en exploitation directe4. Le château situé en lisière du village appartenait au monde des écarts comme à celui du village ; il en était la pierre angulaire, le relais et peut-être même, à entendre les anciens, l’instigateur. « M. Villeneuve voulait que tout le monde reste à la terre. Quand un jeune couple se mariait, il venait le voir, lui demander du travail, Villeneuve leur trouvait un logement, leur prêtait quelques vaches pour faire vivre la femme et employait l’homme sur son faire-valoir ou bien il pouvait trouver du boulot dans les fermes. Il repérait les bons, les durs au travail et les plaçait dans des fermes plus importantes. »

  • 5 En 1931, Villeneuve a 28 employés, tous résidents du village : domestiques attachés au château (ch (...)

7Tandis que les fermiers investissaient les grosses fermes, le village recueillait le prolétariat rural, dont un certain nombre avait pour « patron » le châtelain lui-même5. Dans cette société essentiellement agricole fortement hiérarchisée et structurée par la propriété et l’usage du sol, la différenciation entre exploitants reposait moins sur l’accès à la propriété foncière que sur le degré de dépendance vis-à-vis d’autrui, que la césure entre village et écarts exprimait parfaitement.

  • * Tous les noms et prénoms cités dans cet ouvrage sont fictifs.
  • 6 Fait singulier, les « chevaux de sang » ne sont pas élevés par de grands propriétaires, mais par d (...)

8Quand Alexis* dit des agriculteurs actuellement en activité : « Maintenant, ils sont tous plus ou moins au même niveau. Ils ont tous du matériel moderne, un gros troupeau, ils approchent presque tous la centaine d’hectares, et avec les techniques ils arrivent à ne plus faire de différence entre les domaines », il rappelle certains critères de différenciation, autrefois très opérants au sein du monde agricole, pour se situer sur l’échelle du plus « gros » au plus « petit » (taille et qualité du domaine, importance du cheptel et du matériel). D’autres signes distinctifs plus ténus, qui ont trait au prestige et à la renommée, existaient également, comme la fréquence avec laquelle le patron de ferme se rendait au marché, le fait d’avoir un étang compris dans la ferme ou bien d’élever des chevaux de demi-sang6.

  • 7 La « bourgeoisie » rurale aurait pu essayer d’opérer à son profit la révolution de l’agriculture. (...)

9Enfin, dans ce pays de fermage, être propriétaire n’était pas anodin, mais rares étaient « les riches », les propriétaires exploitants7 qui ne dépendaient de personne, pas même du châtelain. De surcroît, être propriétaire ne faisait pas tout. Celui qui ne possédait que 5 ou 10 hectares, contraint de travailler ailleurs, était considéré comme bien « petit » par rapport au fermier à la tête de son exploitation de plus de 20 hectares. L’idéal était d’être « patron chez soi » et de dépendre économiquement le moins possible des autres, ce qui était indéniablement le cas des fermiers ayant investis les écarts. Mais pour y parvenir, il fallait se faire stratège.

Mobile comme un fermier, ou comment « fabriquer des terriens »

10Être stratège, c’était savoir s’adapter à un contexte où le fermage était dominant. Rien dans cette société locale, ni les rapports sociaux, ni les comportements, ni les différenciations au sein du monde agricole, ne peut être compris en dehors de ce contexte qui atteste le poids déterminant du mode de faire-valoir indirect sur le destin familial et individuel des exploitants.

  • 8 Cette mobilité n’est pas sans rappeler celle de la Bretagne à la même époque (Segalen 1985).

11Des histoires de vie relatées par les fermiers âgés ressort une trame faite de ruptures qui rythment et ordonnent la continuité du récit, comme celle de la vie. Ces moments charnières qui ont marqué souvent des seuils importants de leur vie et coïncidé avec des changements de résidence sont des dates que les anciens n’oublient jamais. Elles coïncident avec les débuts et fins de bail, qui se signe aux alentours du 11 novembre à la Saint-Martin, pour une durée généralement de neuf ans (avec dédit possible la troisième et la sixième année), parfois six, parfois douze (contre dix-huit aujourd’hui). Quand on est fermier en Dombes avant la Seconde Guerre mondiale, on est essentiellement mobile8.

12« À la Saint-Martin, ça brassait », raconte Lucienne, âgée de quatre-vingt-cinq ans. Les anciens se souviennent que chaque année, à la même époque, ils voyaient passer sur les routes les voitures et charrettes chargées de meubles et d’effets personnels, de matériel agricole, d’animaux. Dans un chassé-croisé de déménagements, les agriculteurs quittaient un domaine (une maison et des terres) et un environnement social (des voisins, un propriétaire) pour s’inscrire dans un nouvel espace social avec son lot d’imprévus et de nouveautés. À cette même période, sur les marchés de Chalamont, le lundi, et de Villars le mardi, les rumeurs circulaient sur les fermes qui se libéraient et celles qui étaient prises, sur les déplacements des familles et les raisons de leur déménagement, chacun réajustant sa représentation mentale de la cartographie des domaines et des familles à l’échelle de la Dombes.

  • 9 Cette mobilité, relativement forte, contraste avec ce que Benoît Carteron (1999) a pu observer dan (...)

13Chaque année, en novembre, les biens et les personnes circulaient donc, de ferme en ferme, de village en village, dans une zone assez clairement circonscrite à la Dombes, reformant, défaisant, modifiant, perpétuant les groupes domestiques, le domaine d’exploitation étant l’unité spatiale et sociale pertinente et structurante, sur laquelle les fermiers se succédaient, en privilégiant ou non un ancrage familial dans les lieux9.

Du petit au grand, du bas vers le haut

14Déménager n’est jamais anodin, mais la mobilité n’était nullement entachée du caractère négatif que l’on pourrait être tenté de lui attribuer.

Mon père a pris en 1907 un petit domaine. Je suis né en 1908, là-bas. Monjanglou à Saint-Paul-de-Varax. Et puis trois ans après ils ont pris un domaine de 30 hectares, toujours à Saint-Paul-de-Varax. Une ferme, eh oui. Alors là, c’est là que mon père a trouvé une ferme qui était libre en 1921, sur Versailleux, elle avait 70 hectares par là, en métayage, mais il était en métayage alors, plus il travaillait, plus il donnait de l’argent au propriétaire (rire). Alors après la ferme Théssière était à louer, alors là en 1925, ils sont allés là, 120 hectares en fermage. J’ai pris la succession en 1934, voilà qu’on a fini là.

15Derrière cette description de la mobilité géographique d’une ferme à une autre, les indications chiffrées du petit au grand montrent que c’est le chemin parcouru au niveau vertical, du bas vers le haut, qui se mesure. La convoitise d’une position sociale enviée était une préoccupation majeure, voire obsessionnelle chez tous les fermiers que j’ai rencontrés, d’autant qu’elle pouvait se réaliser sans qu’ils en passent par l’héritage. Il apparaît que le système de la location a été très favorable à la mobilité sociale. Beaucoup de fermiers en place depuis la Seconde Guerre mondiale sont en effet issus du monde des « petits agriculteurs », l’un des leviers de leur réussite ayant été la mobilité géographique. Cela dénotait selon eux l’esprit entreprenant et courageux de certains d’entre eux, le mérite individuel expliquant toujours la réussite ou l’échec – « Quand on ne possède rien à soi, on se fait tout seul » –, et bien sûr les inégalités qui se maintiennent parfois : « Il y avait ceux qui allaient de l’avant, qui ne craignaient pas d’investir, de prendre plus grand, et puis ceux avec l’esprit villageois qui restaient “petit”, qui n’évoluaient pas bien. »

16L’une des clés de la réussite économique consistait à adapter la taille du domaine loué aux capacités financières du couple et à la force de travail de l’unité domestique. « De domaine en domaine, on accumulait, on y mettait de côté pour pouvoir faire plus haut, on se montait au fur et à mesure. » On faisait croître son cheptel bovin, seul véritable capital du fermier, selon l’adage des anciens – « Si vous investissez, il faut acheter du cheptel, vous ne pouvez pas investir dans quelque chose qui ne vous appartient pas » ; on acquérait du matériel ; et si par chance, on avait plusieurs enfants, dont des fils qui pouvaient permettre d’économiser des ouvriers agricoles, on prenait une nouvelle ferme à la mesure de ses nouvelles capacités.

17Les petits agriculteurs qui n’ont pas pu, voulu ou su « penser famille » sont souvent restés sur la brèche d’une possible réussite dans le monde agricole. Garder les enfants avec soi et ne pas les « envoyer à maître » ou « à condition », pour qu’ils rapportent de l’argent et permettent d’élever les cadets tout en apprenant le métier d’agriculteur, était le privilège des gros fermiers, capables de « fabriquer des terriens » et de faire en sorte que leur réussite soit suivie d’effet à la génération suivante.

Reproduire le métier

18Le changement de ferme ou la reprise de la ferme était également l’occasion de signifier une promotion, relative cette fois au changement de statut aussi bien familial que professionnel. C’est le cas des jeunes mariés qui, lorsqu’ils signent leur premier bail, deviennent dans le même temps chef de ménage (pour l’homme) et chef d’exploitation, le premier étant la condition nécessaire pour la réalisation du deuxième. Il y a dans cette « rupture » la création d’une nouvelle cellule familiale et domestique qui se détache au moment du mariage de ses deux familles d’origine.

19Cette scission est synonyme de séparation au niveau résidentiel : deux couples mariés apparentés (parents/enfants, fratrie) ne cohabitent pas sur une même exploitation. Seuls les veufs, les célibataires ou les personnes très âgées (frères, parents, beaux-parents) pouvaient cohabiter avec le couple de fermiers. Si l’un des membres du couple disparaissait, il arrivait également qu’une association temporaire naisse avec le soutien d’un gendre par exemple, mais dans un contexte « normal », la cohabitation d’un couple et d’enfants mariés ne pouvait être qu’une solution de dépannage très temporaire.

  • 10 La structure foncière au xixe siècle montre que chez les propriétaires exploitants comme chez les (...)

20Le groupe domestique polynucléaire vertical ou horizontal est donc rare dans la pratique et encore moins un modèle, à la différence d’autres régions où sévissait également le mode de faire-valoir indirect (Dupuy 1996 ; Carteron 1999). Il ne peut en aucun cas y avoir deux patrons ou deux patronnes, disent les fermiers. Pas d’exploitation indivise donc, ni de division du domaine. Pour les propriétaires, l’intégrité du domaine ne pouvait être affectée – les baux stipulaient l’interdiction de sous-louer une partie de leurs terres, de même qu’un bail n’était confié qu’à un seul couple marié. Les fermiers n’étaient donc pas libres de diviser leurs terres entre descendants. C’est l’unité de l’exploitation qui prime ici sur tout, les paysans étant de ce point de vue en harmonie avec la conception que les propriétaires se font d’un domaine d’exploitation10.

21Cette scission est également synonyme d’autonomie : le jeune couple est possesseur de son cheptel et de son matériel, ce qui lui permet d’exploiter son propre domaine et lui donne toute autorité sur l’unité domestique nouvellement constituée. Une fois patron, statut social envié et convoité, le fermier incarne la figure incontestée de l’autorité patronale et paternelle. La scission est donc aussi le signe de la transformation de la teneur hiérarchisée des relations : le lien de subordination parents/enfants, patrons/domestiques très fortement marqué à la ferme des parents se modifie (les parents « endettés » et redevables vis-à-vis de leurs enfants doivent donner à leur tour pour aider à l’installation et se positionnent comme des aides de leurs fils devenus patrons).

22La prééminence du groupe domestique sur la lignée et une tendance affirmée à la nucléarité, avec en son sein un système d’apprentissage très structuré pour les enfants et une grande autorité conférée au statut prestigieux de patron, étaient les données de base de la reproduction du groupe domestique. La mobilité géographique était dans ce contexte l’une des conditions essentielles à l’accession des enfants au statut de « patron ».

23Avant guerre, la stabilité dans une ferme n’était pas suffisamment affirmée dans la pratique et dans les mentalités pour que le principe de la résidence prédomine. La notion de « ferme familiale » (ancrage résidentiel de la famille qui se perpétue sous forme de lignée) était peu prégnante, car elle était conçue comme un espace de passage, où l’on succédait à un autre fermier, cet autre pouvant être son père. On ne pensait pas à « la » ferme, mais à un maillage de fermes dispersées, perpétuant non pas une lignée, mais des groupes domestiques.

24La mobilité géographique n’a cessé d’être un levier de la mobilité sociale (disparition des petits domaines, accaparement des bons domaines par les fermiers qui tentent d’y installer un fils, adoption du statut du fermage) qu’après la Seconde Guerre mondiale. Cette situation nouvelle a conduit à une pénurie de fermes dans les années 1950, ce qui a réduit les facilités d’installation des autres enfants dans des fermes indépendantes. Ils sont alors dirigés plus systématiquement vers d’autres métiers. Le successeur s’engage pour sa part dans des études agricoles et revient à la ferme pour l’exploiter. Le problème de l’âge de la retraite du père, de l’âge au mariage du fils et de son statut d’aide familial est résolu dans bien des cas par la création d’un groupement agricole d’exploitation en commun (gaec) qui lie le père et le fils successeur comme co-exploitants et qui donne l’assurance au fils de s’installer dans des conditions viables. Les jeunes épouses travaillent souvent à l’extérieur. S’il n’y a que des filles ou pas de fils désireux de reprendre, les parents se retirent et abandonnent l’idée de transmettre le métier.

25S’installer de manière pérenne sur une seule exploitation consiste à « transmettre » le droit du bail à fermage dans la lignée. Ces pratiques qui avaient déjà cours avant la Seconde Guerre mondiale ont trouvé dans le contexte de l’après-guerre les moyens de s’épanouir. Autres temps, autres logiques. Les familles misent sur une ferme qui devient « la » ferme familiale, que l’on désigne d’ailleurs par le patronyme du fermier, « chez Ballivy, chez Gouttet », témoignant de l’identification accrue entre le patronyme et la « maison ». Le nouveau statut du fermage a suivi et consolidé cette évolution de plus en plus nette vers « le système à maison » (Augustins 1989), lequel a d’ailleurs été favorisé par les grands propriétaires fonciers qui ne souhaitaient pas diviser les exploitations et préféraient garder auprès d’eux les mêmes familles de fermiers.

  • 11 Expression connotée de manière négative pour qualifier tout agriculteur que la naissance avantage.

26Si la possession du foncier comme dans toutes les sociétés rurales est pourvoyeuse de prestige, le fermage en Dombes offre dans bien des cas une situation sociale valorisante et avantageuse au niveau économique, sans qu’il faille nécessairement être « né avec la cuillère en argent dans la bouche »11.

27Certes, comparés aux quelques gros propriétaires exploitants, les fermiers étaient « en dessous », la hiérarchie se mesurant également au degré de dépendance ou de liberté vis-à-vis d’autrui et tout particulièrement des grands propriétaires bourgeois. Cependant, leur situation était jugée bien supérieure à celle qu’ont vécue beaucoup d’agriculteurs de l’époque. De surcroît, les fermiers ont finalement connu une solidité et une pérennité de l’exploitation familiale qui dénote avec la supposée fragilité du droit d’user, en regard de la solidité du droit de propriété.

Une césure nouvelle entre bourg et écarts

  • 12 On observe en Sologne un processus comparable aux xviiie et xixe siècles. « L’apparition de la mét (...)

28De la structure communale d’antan, liée à l’emprise foncière de la propriété bourgeoise et noble, ayant conduit à un développement des grandes exploitations dans les écarts et à un rassemblement dans le village des petites gens du monde agricole, il subsiste les traces dans l’espace concret de l’habitat et de l’organisation spatiale12. Cependant, la concordance entre un système géographique et un système humain (Chiva 1951) n’est plus complète. La composition sociale des lieux tend progressivement à prendre le dessus sur le système géographique caractérisé par les usages qui autrefois prédominaient sur le champ social (Chardon 1993 : 142). Alors que les écarts se dépeuplent et que le bourg progresse sous l’effet d’un nouvel accroissement démographique, le centre de gravité se déplace des écarts vers le village, aggravant l’ancienne partition à la fois spatiale et sociale entre ces deux mondes différenciés mais autrefois interdépendants au niveau économique, culturel et social.

L’évolution du semis villageois

29Le semis villageois, souvent ordonné le long des routes, s’étend au fur et à mesure que les communes se peuplent. Aussi distingue-t-on clairement un certain ordre d’ancienneté des bâtiments. Les plus anciens sont ramassés à proximité des bâtiments publics et de l’église, tandis qu’à la lisière des villages, les lotissements récents se déploient en bordure des routes, perpétuant généralement la disposition linéaire de l’habitat plus ancien.

30La multiplication des habitations le long des différents axes, la sinuosité et le dénivellement de l’artère principale empêchent toute vision générale du village. Dans son contrebas, la chaussée du vaste étang Chapelier soutient la route bordée de platanes ; dans sa partie la plus haute, une butte domine le village, sur laquelle le château se tient dans toute sa hauteur, entouré de son parc où les passants admirent au printemps les tapis de jonquilles. Cette disposition entre château et étang résume toute l’histoire du lieu. Cette gentilhommière a adopté une architecture conforme aux exigences d’ostentation sociale et de repli sur soi, comme si le voisinage spatial doublé d’une distance sociale imposait une séparation rigoureuse entre les couches sociales, en se distinguant de l’habitat ordinaire par l’accentuation du dispositif d’éloignement de l’espace public (Elias 1985 : 26).

  • 13 Les représentants de la direction départementale de l’Équipement (dde) déplorent l’absence de resp (...)

31La disposition lâche de l’habitat perdure avec les lotissements de maisons plantées au milieu de leur parcelle de terrain. Ce choix ne dépend plus de l’usage agricole ou artisanal d’antan et leur disposition témoigne de nouvelles préférences : les bâtisses regardent la rue tout en restant en retrait et se protègent de l’espace public par des haies végétales ou des jardins fleuris à l’arrière d’une barrière. Les plus anciennes n’ont pas ce crépi rosâtre ou jaunâtre des plus récentes qui fait penser aux maisons du midi de la France13. Toutes ont néanmoins adopté la tuile mécanique, et parfois même, dans l’« esprit du pays », disent certains néo-ruraux sensibles à l’architecture « traditionnelle » des fermes, opté pour un balcon en bois à l’étage.

32Depuis 1970, une bonne trentaine de permis de construire ont été accordés, et l’on parle d’un nouveau lotissement qui devrait voir le jour à la croisée de la route de Chalamont et de Meximieux. À la place du vaste champ qui jouxtait la maison de Lucienne sur la droite et laissait entrevoir plus loin l’étang Chapelier, il y a maintenant cinq maisons : « On ne peut pas empêcher les petites gens de vendre un lopin de terre », dit-elle, habituée à ce que l’espace se modifie au fil des ans et peu encline à s’émouvoir de l’idée qu’un paysage aimé doive rester inchangé. À l’entendre, le trouble de ce changement viendrait plutôt de la proximité de nouveaux voisins : « Ils ne me dérangent pas, pourvu qu’ils ne viennent pas empiéter chez nous. » Elle prend souvent le temps de discuter avec sa nouvelle voisine, lorsqu’elle ouvre ses volets le matin, et qu’elle l’aperçoit dans sa cour, et s’enquiert alors de son mari malade.

33Cependant, un petit agacement surgit parfois au détour d’une conversation, laissant entrevoir que son attachement aux lieux s’en trouve également affecté : « Ils peuvent bien mettre des panouilles pour faire bressan, mais ce n’est pas une maison bressane. » Cet agacement léger se transforme chez certains habitants, comme René, dont les anciens fermiers disent qu’il a l’esprit « terrien » (conservateur) du paysan propriétaire, en véritable critique : « Ils sont venus pour les fleurs, mais pour moi Versailleux, ce n’est pas les fleurs, ce sont mes souvenirs. » Cependant, pour la plupart de ceux qui habitent le village depuis au moins quarante ans, l’afflux d’une nouvelle population est le signe positif d’un village qui ne dépérit pas. Mais point trop n’en faut.

Communes résidentielles : gens du village, gens du terroir

34Ce qui fait dire aux vieux agriculteurs, « La Dombes, c’est déjà Lyon », c’est la vague impression que la campagne ici a quelque chose d’urbain, c’est-à-dire de « huppé », selon leurs propres termes. Quand ils évoquent Villars-les-Dombes, ce bourg de près de 4 000 habitants, dont la population a presque quadruplé en un siècle, ils font remarquer le nombre croissant de commerces, leurs vitrines décorées, les tenues sophistiquées des femmes qui s’y promènent en chaussures à talons hauts, les voitures parfois luxueuses, la quantité de visages inconnus que l’on y croise, comme en ville.

35L’extrémité sud de la Dombes se situe à 35 km du centre de la grande cité lyonnaise, ce qui correspond à un trajet d’environ une demi-heure en voiture. En fin de semaine, les promeneurs quittent Lyon ou ses environs pour venir passer une journée champêtre. À l’époque de la floraison des jonquilles, les voitures stationnent à Versailleux par dizaines à proximité du bois communal de la route de Meximieux, où les citadins en ramassent à plein bras.

  • 14 Les habitants ont « en partage un espace commun, mais leurs modes de vie et les usages sociaux de (...)

36Au sud de la Dombes, on est en dehors de la ville et en dehors de la campagne, dans un lieu hétéroclite, caractérisé par une imbrication d’espaces agricoles, de zones d’habitation, de loisirs et de commerces, d’équipements, d’infrastructures, d’entreprises et de friches. La mutation territoriale vers un espace périurbain est attestée par la discontinuité et l’hétérogénéité de la population14. Alors que le pays de l’eau semble se resserrer, les bordures du plateau dombiste dans la continuité des Côtières se peuplent et se bâtissent.

  • 15 D’une commune à l’autre, la densité du peuplement est très inégale. En 1990, les communes les plus (...)

37Si le centre du plateau est dans l’ensemble assez faiblement peuplé (en moyenne moins de 30 habitants au km2)15, le dynamisme économique de la ville de Lyon a provoqué un accroissement rapide de la population au cours des cinquante dernières années. Le centre du plateau en a bénéficié de manière inégale, mais cela compense, dans certains villages, un siècle d’exode rural.

38Les activités qui font vivre actuellement la population sont beaucoup plus diversifiées, en même temps que le nombre de catégories professionnelles liées à l’agriculture s’est considérablement réduit. Si l’on prend l’exemple de Versailleux en 1990, 53 % des actifs exercent leur profession en dehors de la commune, dans des domaines aussi divers que l’éducation, la banque, les services, les coopératives agricoles et l’industrie. On peut parler en ce sens d’une commune devenue résidentielle, composée de consommateurs plus que de producteurs. Ils travaillent à trente kilomètres à la ronde, fervents adeptes du mariage entre la « vie à la campagne » et la proximité des pôles d’emplois.

39Ces « nouveaux habitants » vivent au village et leurs regards restent circonscrits à cet espace résidentiel. Certains s’investissent dans les associations communales comme le Comité de fleurissement ou le Sou des écoles, mais beaucoup se contentent encore de vivre là, de partager un espace de vie à défaut d’un espace social. Beaucoup demeurent encore de vrais « inconnus » (Karnoouh 1972), dont même le nom et la maison tout nouvellement construite ne font pas encore l’objet de rumeurs, de paroles qui circulent, premiers signes d’une reconnaissance minimale.

40La liste de recensement de la population communale en 2002 (299 habitants) fait apparaître que les écarts (j’exclus ici les maisons construites en lisière du village pour ne prendre en compte que le vieil habitat dispersé) abritent aujourd’hui 67 personnes (22 % de la population communale). Parmi eux, on distingue les agriculteurs et les simples résidents, parfois propriétaires fonciers qui ont toujours préféré les écarts à une habitation dans le bourg. Les agriculteurs chefs d’exploitation sont aujourd’hui 15. Trois d’entre eux viennent de prendre leur retraite sans successeur mais continuent de vivre à la ferme.

41Si l’on considère le poids numérique des gens qui exercent aujourd’hui un métier en rapport avec l’agriculture, celle-ci est en régression, mais la vocation agricole du terroir se maintient néanmoins. Point ou peu de landes et de friches : le terroir est occupé et travaillé presque intégralement. À la cessation d’activité de cultivateurs sans successeur, les terres sont reprises par des fermiers voisins, ce qui entraîne un accroissement des terres cultivables par exploitation, en même temps qu’une réduction du nombre de celles-ci. La taille des exploitations, oscillant entre 70 et 150 hectares, et la moyenne d’âge des exploitants ne laisse cependant pas présager, au moins dans l’immédiat, une crise de la reproduction du métier.

Conclusion

42La composition sociale des lieux et les choix architecturaux ne masquent pas les changements sociaux qui transforment les villages de Dombes depuis les années 1980. L’ancienne césure entre bourg et écarts a changé de signification. Les distinctions sociales que cette division de l’espace supporte n’opposent plus « gros » et « petits », mais gens du terroir et gens du village. À cette césure vient se superposer une nouvelle différenciation entre les « gens du pays », qui partagent une mémoire des lieux intimement liée à l’appropriation et à la mise en valeur des terres agricoles, et les nouveaux habitants, qui sont sans cette mémoire. La description de l’espace résidentiel a montré une nouvelle rencontre entre la ville et la campagne dont les anciens du pays se saisissent pour opposer le passé et le présent, le tout agricole et l’idée que « la Dombes, c’est déjà un peu la banlieue de Lyon ».

43Dans le village, seuls les fermiers à la retraite qui se sont retirés dans une maison de village parlent encore terroir. Ils sont les seuls ou presque au village à connaître encore le modelé subtil du finage, à savoir comment l’eau circule au sein du réseau des fossés, pourquoi cette parcelle est toujours en vieux pré, pourquoi cette autre est bonne pour le maïs. Si les bulldozers ont arraché certaines haies ou creusé de nouveaux étangs, si certaines parcelles ont été modifiées, si certains bois de peupliers poussent à la place d’anciens prés humides, les agriculteurs retraités, même s’ils ne vont plus tellement dans les terres – qu’auraient-ils à y faire, me dit l’un d’eux, « je ne vais pas aller arpenter le champ du voisin ! » –, lisent de la route le paysage, avec plus de précision que quiconque au village. Ils savent les toponymes, et quand les terres ne portent pas ou plus de nom, il est facile à celui qui parle ce langage d’y faire référence.

44Ils ont donc le sentiment d’être paradoxalement plus isolés au village que lorsqu’ils vivaient dans les écarts. Ce sentiment se renforce depuis que l’espace villageois se peuple et se bâtit et que les traces de la vie agricole s’effacent. Comme le dit Louis, un fermier à la retraite résidant dans une petite maison du village, « maintenant ça a changé, on peut mettre des fleurs mais avant, il y avait des chèvres dans toutes les maisons, ah dans les jardins, c’était joli, maintenant c’est des pelouses, ils ne font plus de jardins, mais avant dans les jardins, il y avait des fleurs ». Il s’empresse d’ajouter comme pour masquer sa nostalgie du temps passé et affirmer sa différence, qu’il en est peut-être mieux ainsi : « Un jour un monsieur de la ville m’a loué une planche, ben, il plantait les oignons la tête à l’envers, c’est ça l’évolution ! »

45Les repères de la mémoire s’en vont-ils en même temps que s’effacent dans l’espace les traces du passé ? Les liens qui rattachent les vieux habitants à leur village apparaissent dans tous les cas avec plus de netteté et d’intensité au moment où l’espace se modifie profondément. Cependant, si le village change, les souvenirs restent. « Le lieu a l’empreinte du groupe et réciproquement » (Halbwachs 1968 : 133).

46Les nouveaux habitants n’ont pas cette mémoire : ils ont tourné le dos au terroir. Quand ils passent devant le château, ils admirent le parterre de jonquilles sans se douter que cette bâtisse est pour les gens du pays un lieu emblématique qui résume toute l’histoire du lieu. Ils ne lisent pas le terroir comme le témoin d’une organisation sociale hiérarchisée et le lieu de différenciations sociales. Ils ne sont amenés à rencontrer les propriétaires fonciers qu’au détour d’un chemin où ils ont eu la mauvaise idée de lâcher leur chien et écoutent alors d’un air incrédule leurs remontrances. Ils voient dans l’étang un joli paysage sans soupçonner qu’autour de cette eau, la société locale s’est aussi tissée.

47Cependant leur cécité n’a d’égale que la prégnance d’une organisation sociale et spatiale qui a de beaux restes. Malgré les changements qui affectent la composition sociale des lieux, elle continue de s’exercer dans les mémoires et concrètement dans les écarts et à l’ombre du terroir.

Notes

1 En 1936, les 26 lieux-dits des écarts abritent 159 individus, soit 55 % de la population communale.

2 En 1891, la moyenne d’habitants par lieu-dit est de 8 individus, en 1921 de 7 individus et en 1936, de 6 individus.

3 Dans le village, 71 % des actifs sont domestiques, journaliers ou domestiques agricoles, contre 51 % en 1936.

4 Les terres en réserves comprenaient 166 hectares d’étangs, 80 hectares de bois et taillis, 148 hectares de pâturages et de terres.

5 En 1931, Villeneuve a 28 employés, tous résidents du village : domestiques attachés au château (chauffeur, valet de chambre, blanchisseuse, cocher) ; domestiques de ferme et ouvriers agricoles ; employés de la propriété (régisseur, comptable, chef de culture, garde-chasse, garde-pêche).

6 Fait singulier, les « chevaux de sang » ne sont pas élevés par de grands propriétaires, mais par des agriculteurs qui, d’un côté, s’occupent de bovins et de l’autre de chevaux racés, qu’ils montent, dressent et mènent eux-mêmes aux concours. Les quelques agriculteurs qui perpétuent l’activité en l’héritant de leurs pères font d’ailleurs le plus souvent partie de familles renommées et ayant une certaine aisance matérielle. Le cheval, avec l’étang, est un signe important du prestige local, qui opère au sein du monde agricole des échelles de hiérarchie et de compétition.

7 La « bourgeoisie » rurale aurait pu essayer d’opérer à son profit la révolution de l’agriculture. Elle ne l’a pas ou peu fait, préférant investir ses capitaux dans le développement urbain et industriel. Ses attaches à la terre se sont progressivement diluées.

8 Cette mobilité n’est pas sans rappeler celle de la Bretagne à la même époque (Segalen 1985).

9 Cette mobilité, relativement forte, contraste avec ce que Benoît Carteron (1999) a pu observer dans le bocage vendéen, faisant état de cas de stabilité remarquable qui excède 150 ans, voire 400 ans pour certains. On peut supposer que les multiples transactions foncières au xixe siècle (relative instabilité des propriétaires et de toute nouvelle classe possédante) n’ont pas été favorables à l’ancrage des métayers ou fermiers, à la différence de contextes locaux où la noblesse locale tient la terre sur plusieurs générations.

10 La structure foncière au xixe siècle montre que chez les propriétaires exploitants comme chez les propriétaires forains, l’unité d’exploitation est généralement préservée, malgré la règle successorale qui oblige au partage égalitaire.

11 Expression connotée de manière négative pour qualifier tout agriculteur que la naissance avantage.

12 On observe en Sologne un processus comparable aux xviiie et xixe siècles. « L’apparition de la métairie, en même temps que celle de la grande propriété, a introduit un changement radical dans la structure du village […] refoulant sur le bourg le déchet, savoir : ce qui pouvait subsister des institutions communautaires et un prolétariat rural formé de journaliers » (Bouchard 1972 : 187).

13 Les représentants de la direction départementale de l’Équipement (dde) déplorent l’absence de respect du paysage architectural local dans les projets urbanistiques récents. Au-delà du périmètre des églises classées, les maisons adoptent parfois des couleurs de volets (bleus) et de crépis (roses) fantaisistes.

14 Les habitants ont « en partage un espace commun, mais leurs modes de vie et les usages sociaux de cet espace même contribuent à les différencier » (Segalen 1990 : 87).

15 D’une commune à l’autre, la densité du peuplement est très inégale. En 1990, les communes les plus peuplées ont entre 139 habitants au km2 et 42 habitants au km2 ; les moins peuplées oscillent entre 8 habitants au km2 et 19 habitants au km2.

Notes de fin

* Tous les noms et prénoms cités dans cet ouvrage sont fictifs.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search