Version classiqueVersion mobile

Une terre en partage

 | 
Vanessa Manceron

I. Une campagne non loin de la ville

1. Entre terre et eau

Texte intégral

1Le terroir ne devient territoire que parce que ses utilisations renvoient, soit à sa mise en valeur agricole ou piscicole, soit à ses modes d’appropriation juridique et sociale. Le découpage de l’espace dévoile alors les limites intimes de la propriété, des unités d’exploitation, du parcellaire et des natures de culture. L’espace ainsi ordonné témoigne d’une mise en valeur à la fois en terre et en eau, et d’une appropriation du foncier à la fois en propriété et en location. Cette double dualité dessine les premiers contours de la société locale. La présence de l’eau apparaît comme une matrice importante de ce paysage agraire, de même qu’elle est étroitement corrélée avec la structure foncière et une organisation sociale traditionnellement structurée par les modalités d’accès au territoire.

La mise en valeur d’un terroir difficile

  • 1 D’une altitude moyenne de 280 mètres, ce plateau prolonge vers le sud la plaine bressane sur une l (...)

2La Dombes est un plateau, écrivent les géographes. Son relief en témoigne. En laissant derrière soi les vallées de la Saône, du Rhône ou de l’Ain, pour se diriger vers Villars-les-Dombes, les routes accusent une forte pente. Au sud, à l’est et à l’ouest, on monte sur le plateau et le dénivelé porte le nom sans équivoque de « Côtière »1. Au nord, la limite qui sépare la Dombes et la plaine bressane se dessine avec une moins grande netteté, mais la rupture se fait progressivement à la hauteur de la ville de Bourg-en-Bresse.

3À une échelle plus fine, les Côtières pentues offrent un paysage contrasté avec les molles ondulations de la Dombes. Et si l’on ne cesse, dans la partie centrale du plateau, de monter et descendre, tout en ayant l’impression parfois de traverser de grandes étendues planes, c’est que le retrait des glaciers quaternaires venus des Alpes y a laissé des dépressions et des buttes.

  • 2 La texture du sol dombiste a la particularité physique d’être imperméable : fait de limon et de ga (...)
  • 3 Au niveau de la direction départementale de l’Agriculture et de la Forêt (DDAF), la Dombes corresp (...)

4La mise en valeur du sol modèle un paysage de terre et d’eau peu banal auquel sont sensibles les habitants et tout particulièrement les exploitants agricoles et piscicoles qui s’en font une représentation très forte. Cette terre traditionnellement vouée à la polyculture est une réponse, disent-ils, à la qualité médiocre des terrains. C’est un sol incomplet et pauvre, pauvreté qui définit à leurs yeux la Dombes2. Dès que la terre se fait plus grasse et riche en bordure du plateau, ce n’est déjà plus vraiment la Dombes mais le début du Val de Saône ou le plateau de Montluel, et les étangs associés à l’ingratitude se font plus rares, tandis que l’élevage diminue et que les surfaces en cultures céréalières s’ouvrent en openfield3.

  • 4 Les bois clairsemés apparaissent sous forme de parcelles de 1 à 10 hectares, enclavées entre les é (...)

5La diversité du paysage semi-bocager est inscrite dans la succession des cultures, des prairies, des bois4 et des étangs. Les terres sont soignées et dans les prés entourés de clôtures barbelées paissent les bovins ; les imposantes fermes en pisé aux toits de tuile sont dissimulées derrière des rangés d’arbres ; les haies d’aubépines, de gratte-cul, de mûres, de pelosses et de poires à bon dieu sont souvent plantées sur une balme et longées par un fossé ; les étangs sont parfois nus au milieu des terres avec leurs berges nettoyées, parfois encerclés de cannelles ou laîches à pompon, parfois entourés d’arbres.

6D’une année ou d’une saison sur l’autre, le paysage se modifie. Les terres céréalières changent de visage, nues l’hiver, elles portent au printemps et en été du maïs, de l’orge, du blé, du tournesol ou du soja. L’été, dans les embouches, paissent des bovins, les rouges et les blanches. L’hiver, les prairies vert tendre sont délaissées par le bétail, rassemblé dans les stabulations libres à proximité des fermes isolées et de leurs bâtiments d’habitation. Enfin, les variations saisonnières et cycliques des étangs opèrent un changement encore plus frappant. L’étang, création artificielle, est soumis à une alternance régulière, à un va-et-vient de l’eau : à l’inondation pour la pisciculture extensive succède tous les trois, quatre ou cinq ans un assèchement temporaire, le temps d’une mise en culture céréalière (avoine, blé et parfois maïs).

7Il en ressort que le terroir ne s’ordonne pas en éléments bien différenciés. Si son aspect général apparaît plus clairement sur le plan cadastral, celui-ci confirme l’apparence désordonnée éprouvée sur le terrain. Le parcellaire, peu régulier en forme et en taille, souvent entouré de haies pour une part sacrifiées à l’intensification des cultures, est aussi délimité par les nombreux fossés qui strient en tout sens la région.

La sage abondance de l’eau

8Le système hydrologique du plateau dombiste est marqué par la relative pénurie des sources affleurant à la surface du sol. Les cours d’eau à faible débit, peu encaissés, existent essentiellement à la faveur des eaux de surface ruissellant des terres et des nombreux fossés alimentés par les étangs qui s’y déversent principalement au moment des pêches. Ces petites rivières finissent par rejoindre les trois grands cours d’eau, la Saône, le Rhône et l’Ain, qui enserrent le plateau en contrebas en s’élargissant au fil des kilomètres et de leur parcours lent, sans tumulte ni torrent, tant qu’ils suivent les douces inclinaisons de la Dombes. L’eau trouve son chemin en serpentant de micro-vallée en micro-vallée et forme à l’échelle plus vaste du plateau deux principaux bassins versants d’inégales surfaces, orientés nord-ouest et sud-est.

9À première vue, ce n’est pas l’excès d’eau qui caractérise ces rivières paisibles, peu nombreuses, alimentées par une pluviosité annuelle d’environ 900 millimètres et par quelques sources affleurantes. On ne souffre pas en Dombes, comme sur les bords de la Saône, d’inondations impétueuses, recouvrant champs et terres et noyant les maisons sur de vastes étendues. Ces cours d’eau qui doivent en partie leur existence et leur alimentation à l’écoulement des étangs sont moins pourvoyeurs que réceptacles d’une eau accumulée et dirigée de manière artificielle vers le bas. Comme les fossés qui ont une certaine taille, ils sont appelés « rivières », car ils ne sont ni plus ni moins dans les esprits que de très vastes fossés destinés au drainage du surplus.

10Certes, l’eau vient parfois à déborder sur les parcelles alentour et il arrive qu’une chaussée d’étang se rompe. Des dégâts importants sont alors occasionnés par l’afflux soudain d’une grande quantité d’eau, entraînant parfois l’affaissement de la route qu’elle soutient. Ces accidents, qui ne semblent d’ailleurs pas marquer durablement les esprits, sont imputés à un défaut de maîtrise technique. L’eau reste sage malgré son abondance.

  • 5 Le chiffre de 12 000 hectares est celui que la littérature scientifique cite le plus souvent, ceci (...)

11Car abondance il y a, à n’en point douter. Les eaux de pluie captées de manière artificielle par l’élévation de digues en terre qui ont permis l’accumulation de l’eau pour l’exploitation piscicole recouvrent près de 10 % de la partie centrale du plateau et 20 % de la surface agricole utilisée (sau), soit environ 12 000 hectares5.

12Les mémoires et les discours sur le présent racontent l’omniprésence de l’eau et les contraintes que sa présence imprime continuellement aux pratiques. Il s’agit d’une eau domestiquée, économisée et/ou évacuée, rare et/ou abondante, mais dont la pénurie ou l’envahissement se mesure toujours à l’aune de la mise en valeur optimale du terroir, de sa maîtrise à des fins agraires.

Cultiver la terre

13La terre d’argile et de limons, quand l’eau vient à manquer, absorbe la pluie, sans laisser à la flore le temps de s’abreuver lentement à une fraîche humidité ; à l’inverse quand l’eau de pluie vient en quantité, les sols rapidement imbibés sont saturés, l’eau reste à la surface et risque de noyer la végétation. Pour les agriculteurs, qui ont tous appris combien le terrain est exigeant et la production aléatoire, il est indéniable que le mariage entre ce sol trop humide ou trop sec et une eau de pluie trop abondante ou trop rare est à plusieurs titres un facteur contraignant et déterminant pour la mise en valeur agricole du terroir. Le paysage agraire porte les marques de ces efforts importants et anciens d’adaptation aux conditions naturelles.

La maîtrise technique de l’eau, ou comment s’en débarrasser

14Il faut écouter les agriculteurs parler de leur terroir et de leurs pratiques pour comprendre toute la spécificité de leur rapport au milieu : « La Dombes, c’est spécial, il faut y connaître. »

15L’eau du ciel est parfois attendue, mais le plus souvent redoutée au moment de labourer, semer et récolter. Prendre le travail à temps, au moment opportun, c’est ce que les agriculteurs appellent les « bonnes conditions ». Ils ont coutume de dire que c’est quitte ou double : « Bien souvent, vous faites comme vous pouvez. Pour les maïs, il y en a qui se sont hasardés à semer fin avril et début mai et c’était mouillé. Il a fallu qu’ils les replantent. Ils n’ont pas poussé. Ils ont pourri. Donc, c’est facile de louper une récolte. »

16Les portions d’espace agraire sont toujours caractérisées, décrites et distinguées en fonction de leur teneur en humidité et donc de leur capacité à ruisseler. Là où l’eau a tendance à séjourner, la terre est « froide » et « lourde », difficile à travailler. Là où l’eau s’écoule plus aisément, la terre est « légère » et moins sujette à devenir « dure comme du carrelage » en période sèche, ou « grasse » et « collante » en période humide. Les choix culturaux s’appuient souvent sur la distinction entre les bosses, les milieux et les bas qui forment un étagement de terrains le long d’une pente, allant du plus sec au plus humide. « Les bêtes sont mieux sur les bosses, elles se couchent au sec. » La sécheresse relative des hauteurs est également bonne pour les « cultures à paille » en dehors des périodes estivales (blé d’automne). À l’inverse, le maïs « aime bien les milieux et les bas ». Cependant, si le maïs apprécie l’humidité, il ne doit pas « baigner » : « La terre serait une friche si elle n’était pas drainée. C’est quinze hectares sans terre, de la tourbe, de la terre d’alluvions. Il y a le froid qui travaille la terre. »

17L’assainissement des terres s’effectue traditionnellement par la maîtrise de l’écoulement des eaux en surface. Dans les terres, l’alignement en rangs serrés des plantations indique sans risque d’erreur l’inclinaison du terrain et le sens du ruissellement de l’eau qui descend dans les raies de labour et est ensuite collectée par des rigoles, appelées « raies d’eau » ou rempaillères. L’aspect bosselé des terrains est cependant moins marqué qu’à l’époque du labour en billon, appelé « labour en planche », qui formait des bandes de terre renflées et séparées par des dérayures. Les agriculteurs labourent aujourd’hui à plat. Les inconvénients (les terres sont moins à l’abri d’un excès d’eau) sont largement compensés par les possibilités nouvelles offertes par la puissance du tracteur qui a permis un labour plus profond, et finalement accru l’épaisseur de la couche arable et l’absorption des eaux de surface.

18Le découpage parcellaire cultural et fiscal témoigne encore de cette nécessité de faire descendre l’eau selon le modelé confus et complexe du terrain. Les parcelles fiscales sont le plus souvent délimitées par des fossés ; de même les parcelles culturales divisent les parcelles fiscales en fonction des inclinaisons, des légers rehaussements et baisses de terrain. Les chaintres, les raies d’eau, les raies de labour et les fossés, la distinction entre le sec et l’humide découpent et ordonnent le terroir.

La Dombes se défend avec l’herbe

  • 6 La culture du seigle était prédominante en Dombes avant que la pratique du chaulage ne se développ (...)
  • 7 Les porcs constituaient l’une des plus importantes productions animales en Dombes (Dubost 1859 : 1 (...)

19L’économie locale a reposé jusqu’au début du xxe siècle sur la culture céréalière extensive6, sur l’élevage du porc7 et de la volaille de basse-cour (canards, oies et poules) et dans une moindre mesure sur l’élevage bovin. C’est à partir de l’entre-deux-guerres que l’orientation vers l’élevage bovin intensif s’est véritablement mise en place. La proximité de Lyon, qui offrait un marché aux productions du pays, favorisa à ce moment seulement la constitution d’une agriculture spéculative et spécialisée, particulièrement performante après guerre, dont le principal pilier fut l’élevage laitier suivi par la culture des céréales (Lebeau 1976 : 220-221). L’agriculture témoigne toujours de cette préférence que les exploitants justifient par les contraintes du terroir : « la Dombes, c’est un pays d’herbe, c’est un pays qui se défend avec l’herbe. Le rapport avec les bêtes est plus sûr que les céréales. L’herbe repousse toujours. »

  • 8 En 1996, dans le canton de Chalamont, les terres labourables ont progressé de 33 % entre 1970 et 1 (...)

20L’élevage et la culture cohabitent aujourd’hui au sein de nombreuses exploitations dombistes, toujours tentées par la polyculture et hésitant à trop se spécialiser. Le cheptel composé essentiellement de laitières mais aussi de bêtes à viande fournit aux agriculteurs un revenu régulier qu’ils estiment souvent indispensable. Beaucoup ont d’ailleurs progressivement choisi de s’orienter vers la production intensive de lait. En 1980, la répartition des types d’utilisation du sol indique que, dans la partie nord-est du plateau, celle qui compte la plus forte densité d’étangs, les surfaces en herbe couvrent près de 45 % de la surface agricole utilisée (sau), dont la moitié est utilisée pour la culture fourragère (Sceau 1995). Et si depuis une vingtaine d’années une tendance céréalière s’esquisse au détriment de l’élevage8, la Dombes demeure encore un pays qui se défend avec l’herbe et grâce à une attention soutenue portée au drainage.

Cultiver l’eau

La maîtrise technique de l’eau, ou comment la récupérer

21L’eau redoutée par les agriculteurs se change en eau convoitée dès que l’on parle étang plutôt que terre. Le contraste est saisissant. Les étangs se situent souvent sur les plaques de sol blanc, les plus basses, à l’emplacement d’anciennes leschères. La taille de ces étangs varie entre un et plus d’une centaine d’hectares, la moyenne se situant autour de 12 hectares pour l’ensemble. Sur les cartes IGN au 1/25000, leurs formes bleutées, parfois allongées, parfois ramassées font penser aux contours inattendus des nuages, bien que plus rectilignes. Disposés diversement les uns par rapport aux autres, ils sont plutôt isolés et encaissés dans les zones périphériques du plateau, et plus souvent groupés sous forme de chapelet le long des multiples petites dépressions qui jalonnent la région centrale. Chaque étang possède à l’arrière de la digue de terre, ou chaussée, qui fait rempart à l’eau dans sa partie aval, un fossé de vidange par lequel l’eau de l’étang s’échappe, lorsque la bonde du thou est levée. Il dispose également d’une ou plusieurs prises d’eau pour son alimentation et d’un trop-plein, ou ébie, qui permet d’évacuer le surplus d’eau.

22La circulation de l’eau a suscité la création de très nombreux fossés qui fonctionnent en réseau, afin d’optimiser la récupération de l’eau. Les étangs reliés les uns aux autres constituent ensemble un bassin versant circonscrit par les circuits possibles de l’eau. En Brenne, différents termes désignent les chapelets d’étangs qui se succèdent ainsi en ligne, « chaîne » ou « lignée » ; en Sologne, le nom vernaculaire est « lia », de lier ; en Dombes, j’ai parfois entendu parler de « ligne », ou de « veine » mais le terme le plus usité est celui de « chaîne ».

  • 9 Dans la plupart des étangs la pêche se pratique de septembre à novembre. En décembre et janvier, l (...)

23Le terme de « système hydraulique » est approprié pour qualifier cet aménagement du milieu, qui témoigne d’une volonté de faire circuler l’eau sur de vastes étendues et de permettre ainsi l’alimentation des étangs en même temps que l’évacuation et le drainage des eaux de terre. Les quantités d’eau nécessaires à l’alimentation des étangs apparaissent considérables, voire démesurées si l’on convient que dans ce pays inondé, le paradoxe est la relative rareté des sources d’alimentation naturelle. À l’échelle de la contrée, les eaux de pluie et quelques sources affleurantes sont censées permettre l’immersion de plusieurs milliers d’hectares ; et ceci dans le contexte particulier d’une exploitation piscicole qui oblige à vider intégralement les étangs chaque année pour la pêcher au filet9. Cet aménagement technique, qui permet la récupération par les étangs en aval de l’eau des étangs plus en amont, est donc une condition nécessaire au fonctionnement et à l’existence même des étangs dombistes.

Un élevage extensif et aléatoire

24La mise en valeur piscicole du milieu a débuté aux environs du xiiie siècle. Les archives attestent l’existence d’un système d’exploitation piscicole au xiiie siècle, mais ne permettent pas d’en connaître l’éventuelle antériorité. Attribuée à l’impulsion des religieux (Ordre de Cîteaux et de Cluny, diocèse de Lyon) mais aussi et surtout aux seigneurs laïques, elle fut conçue comme un mode de production adapté à la région et à ses terres dont la mise en valeur était difficile et peu rentable avec les techniques agricoles d’antan. Son but était non seulement de fournir du poisson, mais aussi d’assainir la contrée en la drainant et de procurer de l’eau pour l’agriculture, le bétail et les besoins domestiques (Levrat 1964 : 50).

  • 10 Tous les écrits sur la Dombes font état de cette polémique sur laquelle je ne m’attarderai pas, ca (...)

25Les créations d’étangs se poursuivent à un rythme soutenu jusqu’au milieu du xviiie siècle, atteignant près de 20 000 hectares en eau. Entre 1800 et 1860, 10 000 hectares vont être asséchés, après la mise en place d’un système de primes pour la conversion d’étangs en prairies, dans le contexte polémique du débat sur l’insalubrité de la région opposant « carpiers » (favorables au maintien en eau) et « dessécheurs »10. Il y eut également une convention signée en 1863 entre l’État et la Compagnie de chemin de fer de Dombes pour obtenir l’assèchement de 6 000 hectares d’étangs dans un délai de dix ans. À la fin du xixe siècle, il reste un peu moins de 9 000 hectares de terres inondées, mais après le vote en 1901 de la loi Bérard, qui autorisait la remise en eau des étangs, près de 1 400 hectares furent à nouveau submergés. Cette évolution se stabilisa jusqu’à l’orée de la Seconde Guerre mondiale, après des difficultés de commercialisation du poisson. Depuis une vingtaine d’années, l’engouement pour la remise en eau est sensible, principalement motivée par l’attrait cynégétique des étangs.

  • 11 Les chiffres cités pour les années 1980 évaluent la production moyenne de ces régions à 1 000 tonn (...)
  • 12 Le marché de la carpe, menacé par la concurrence d’autres pays comme la Yougoslavie ou la Pologne, (...)
  • 13 Jusqu’en 1925, la ville de Lyon absorbait une bonne partie de la production dombiste, jusqu’à l’ar (...)
  • 14 La coopérative a été créée en 1926, à l’initiative des exploitants d’étangs, en vue d’assurer la v (...)

26La Dombes est la première région de France pour la production de poisson d’eau douce, qui oscille entre 1 500 et 1 800 tonnes par an de poissons (carpe, tanche, rotengle, gardon et brochet), devant les principales autres régions piscicoles, la Sologne, la Brenne, la Lorraine puis la Camargue11. Cette production s’écoule aujourd’hui prioritairement en direction de l’Allemagne12, l’exportation se substituant au marché local, à partir de l’entre-deux-guerres13. Sa commercialisation est assurée à raison de 60 % de la production locale par une coopérative, « Coopépoisson », qui compte 175 adhérents et récupère le poisson élevé dans quelque 4 000 hectares d’étangs, et pour le reste principalement par trois marchands de poisson privés14. Les exploitants piscicoles sont représentés par le Syndicat des pisciculteurs créé en 1918 à l’initiative de grands propriétaires terriens ; il compte aujourd’hui un peu plus de deux cents adhérents.

27Malgré l’importance de la production locale, seuls les intermédiaires qui commercialisent le poisson vivent exclusivement de l’économie piscicole. Cette production extensive est étroitement dépendante des conditions naturelles, la quantité de la production étant difficile à contrôler. L’acidité ou la richesse de l’eau, la chaleur, les quantités de pluie, la qualité du fond, l’oxygénation, les possibilités d’alimentation des étangs l’adaptation des empoissonnements au milieu particulier de chaque étang ne sont jamais garanties. D’une année sur l’autre, les exploitants parlent de variations allant du simple au quadruple : « Le gros problème de la pisciculture en étang, c’est qu’une fois qu’on a mis le poisson à l’eau on ne sait plus ce qui se passe. Même s’il meurt, on ne le retrouve pas forcément, même pratiquement jamais. En fait, on ne sait pas ce qui se passe sous l’eau. Les eaux sont troubles, on ne voit pas au travers, on ne sait pas. »

  • 15 Ces observations réfutent un certain nombre d’idées reçues à l’égard de ces régions humides qui so (...)

28La culture de la terre et celle de l’eau sont donc deux activités fortement soumises aux contraintes du milieu. Elles sont comme marquées par le sceau de l’aléatoire et nécessitent, dans un cas comme dans l’autre, la maîtrise agraire de l’eau. Les exigences contradictoires de ces deux modes de mise en valeur qui cohabitent au cœur du terroir – les terres doivent être sèches et les étangs inondés – témoignent d’une recherche d’optimisation de la mise en valeur des terrains en fonction du sec et de l’humide, du haut et du bas15. L’apparent paradoxe d’une eau dont on veut se débarrasser et d’une eau dont on chérit l’afflux est donc résolu par le drainage superficiel des terres qui s’accumulent dans les étangs, afin que l’épi et la carpe prospèrent côte à côte.

29Ces usages différenciés et complémentaires de l’espace agraire renvoient à des césures sociologiques locales qui sont déterminées par des modes d’appropriation du territoire. Les propriétaires fonciers, souvent d’origine citadine, exploitent les étangs et confient la terre en location à des agriculteurs. Cette césure spatiale et sociale renvoie donc à une configuration territoriale plus vaste, que le découpage en propriétés et en unités d’exploitation permet d’expliciter.

Domaines agricoles et grande propriété foraine

30Les modes d’appropriation de l’espace marquent une préférence locale, ancienne et prononcée, pour l’unité et une défaveur partagée pour le morcellement. L’évolution de la structure foncière au cours du xixe siècle et jusqu’à la Seconde Guerre mondiale est caractérisée par une relative stabilité et une tendance au rassemblement des terres, dont l’une des pièces maîtresses est le domaine d’exploitation. En témoigne la coïncidence observée entre la propriété et le domaine d’exploitation, ainsi que la relative stabilité au cours du temps de la forme compacte des terres possédées rayonnant autour des fermes. Malgré les changements récents qui ont affecté la taille des propriétés, deux caractéristiques majeures de cette structure foncière – dont Laurence Bérard (1989) a fait état pour le début du xxe siècle – perdurent : le foncier est dans les mains d’une élite citadine, ce qui implique que le mode de faire-valoir indirect soit toujours dominant dans la région.

Concentration foncière et rentabilité des étangs

  • 16 Le « domaine » ne désigne pas, comme dans le langage courant, une unité foncière en propriété, mai (...)
  • 17 Petit domaine de moins d’une dizaine d’hectares confié en location.
  • 18 Le métayage ou bail à colonat partiaire est un contrat par lequel un propriétaire remet son bien f (...)
  • 19 Le fermage est un contrat par lequel un propriétaire confie son bien foncier à un preneur, qui s’e (...)

31Les sièges d’exploitation agricoles sont dispersés dans les écarts. Le domaine rural16 était soit une locaterie17, soit une grange18, soit une ferme19. De ces termes qui renvoient à des formes particulières de l’amodiation foncière, celui de « ferme » en est venu à s’identifier totalement avec l’exploitation rurale, le système du fermage étant le mode de faire-valoir dominant dans la contrée depuis la fin du xixe siècle.

  • 20 Marc Bloch note qu’à partir des xvie, xviie et xviiie siècles en France, la maison isolée se subst (...)
  • 21 Alors que la mise en valeur difficile des terres détournait les acquéreurs paysans de la Dombes, p (...)

32Le regroupement des champs, des prés et des étangs autour de la maison rurale est un processus antérieur à la Révolution française et qui se déploie tout au long du xixe siècle20. La présence des grands domaines et la faible représentation de la petite propriété paysanne sont associées au caractère extensif de la culture céréalière (revenu incertain et médiocre des terres, pénurie de cheptel et caractère parsemé du peuplement). La convoitise dont cette terre a paradoxalement fait l’objet auprès d’une population issue des classes supérieures de la société locale et régionale est sans doute liée à la forte rentabilité de l’étang agricole, inséré avant l’heure dans l’économie de marché, peu gourmand en main-d’œuvre, et dont la création et l’entretien nécessitaient la possession d’importants capitaux21.

  • 22 « Lorsque s’amorça la conversion des fermes à l’élevage, les propriétaires nobles et bourgeois se (...)

33Le processus de concentration foncière aurait donc coïncidé avec la soustraction des terres au profit des étangs, opérant un remembrement foncier et favorisant la disparition des locateries au profit de vastes unités d’exploitation grâce à la conquête de nouvelles terres et à la mise en eau desdites terres. Cette évolution est, dans une certaine mesure, comparable à celle observée en Sologne au xviiie siècle au moment du développement de l’élevage bovin22. Les répercussions sociales de la présence des étangs apparaissent donc considérables, ayant fortement contribué à fortifier une structure sociale inégalitaire.

La force de l’emprise citadine

Une région de grande chasse

34À partir du xixe siècle, l’affirmation de la vocation industrielle de Lyon (fabrique de soierie, métallurgie, chimie et réseaux bancaires) qui hisse la ville au rang de grande métropole industrielle s’accompagne d’un mouvement de consolidation de l’emprise citadine sur les campagnes environnantes, et tout particulièrement en direction de la Dombes. « […] les ventes se firent largement au bénéfice de la bourgeoisie rurale, mais aussi de Bourg et de Lyon. Ici, plus qu’ailleurs, la Révolution a respecté les structures anciennes de la propriété et s’est limitée à un simple transfert social du sol par substitution de la bourgeoisie à la noblesse » (Sceau 1995 : 213). L’intérêt pour la Dombes, fort ancien, se raffermit donc à partir de 1850 en raison de la chasse. De 1830 à 1913, la propriété lyonnaise s’étoffe considérablement, surtout avec l’établissement en 1866 d’une ligne de chemins de fer reliant Lyon à Bourg-en-Bresse. La bourgeoisie industrielle et d’affaires mène grand train et trouve dans l’acquisition des étangs et des terres giboyeuses de Dombes un moyen de « concilier son goût pour un mode de vie chargé de prestige social avec son souci de l’épargne en plaçant son argent dans la terre » (ibid. : 220).

  • 23 « À mi-chemin entre l’Europe du Nord-Est et le bassin méditerranéen, la Dombes est un relais pour (...)

35La Dombes a continué d’attirer jusqu’à aujourd’hui un nombre croissant de chasseurs séduits par la variété et l’abondance de l’avifaune aquatique23. Leur présence en Dombes au petit matin est discrète. Avant le lever du jour, seuls les phares de leurs voitures qui sillonnent la contrée à cette heure matinale donnent une idée du fort attrait cynégétique qu’exercent les étangs de la Dombes et le gibier d’eau qui y prospère. À l’aube, leur présence ne fait plus de doute quand les coups de fusil retentissent, à tel point que le jour de l’ouverture de la chasse, au début du mois de septembre, les pétarades ininterrompues évoquent à certaines personnes plutôt défavorables à la chasse l’épisode tragique de la bataille de Verdun.

  • 24 Je n’ai pas trouvé de chiffres plus récents sur l’évolution du phénomène, mais il semble que la lo (...)

36En 1978, sur les 37 840 hectares de chasses privées, 20 177 étaient loués, soit plus de la moitié, et 17 000 hectares étaient réservés pour l’usage personnel des propriétaires (Maire 1978 : 21)24. Depuis la Seconde Guerre mondiale, la location de territoires de chasse n’a cessé de gagner en importance. La chasse confidentielle et réservée aux seuls détenteurs de la propriété, qui louaient de vastes territoires de chasse à quelques personnes proches de leur entourage, est bel et bien révolue. Les locataires de chasse peuvent être des propriétaires fonciers qui élargissent leur territoire en louant à titre personnel des terres et étangs contigus à leur propriété. Cependant, il s’agit plus généralement d’individus qui n’ont pas d’attache résidentielle en Dombes et viennent majoritairement de la ville de Lyon. La répartition socio-professionnelle de ces locataires fait apparaître qu’ils sont le plus souvent directeurs de société, ingénieurs, ou bien menant des carrières juridiques ou médicales (ibid. : 27). Il existe une troisième catégorie de locataires issus des petites villes du département et du pourtour de la Dombes, voire de son cœur, composée de petits notables, commerçants, artisans, entrepreneurs et cadres, ayant une relative aisance matérielle.

37La taille de ces territoires de chasse oscille entre 50 et plus de 1 000 hectares, mais les trois quarts des 209 chasses recensées par Jacques Maire dans 29 communes (en excluant les petites enclaves) ont une surface inférieure à 200 hectares, la moyenne tournant autour d’une centaine d’hectares, ce qui implique nécessairement que les limites chevauchent et excèdent celle de la propriété. L’emprise citadine sur le territoire est considérablement accrue par la location, ce qui représenterait environ 90 % de la région de Dombes (Maire 1978). Ce phénomène est non seulement attribuable à la relative persistance de la grande propriété, mais également à l’habitude des petits propriétaires locaux de chercher à tirer un revenu de leurs terres par la location.

38Il n’est donc pas ou peu d’espace pour échapper à la pratique cynégétique. Ces territoires de chasse sont le plus souvent composés de terres, de bois et d’étangs. Les propriétaires et locataires profitent de tous ces espaces à la fois et passent de l’un à l’autre en fonction des jours et des moments de la journée, selon qu’ils sont en quête de gibier de terre (principalement les faisans, les perdrix, les chevreuils et les sangliers) ou de gibier d’eau. Cependant, si l’étang fait défaut, les terres et dans une moindre mesure les bois perdent du même coup une grande part de leur attrait. La vraie chasse dombiste, celle qui fait affluer les chasseurs de tous les alentours et de villes parfois plus lointaines comme Grenoble ou Genève, est le tir au canard, un gibier convoité et préféré parmi les autres.

La grande propriété se maintient, mais se morcelle aussi

39Aux structures alliant concentration foncière et propriété citadine correspond donc une chasse citadine et privée, où l’étang joue un rôle prépondérant par son attrait cynégétique. Cela explique qu’en 1975, la Dombes demeure une terre d’élection de la grande propriété. Les biens supérieurs à 50 hectares, qui forment un bloc dans la partie centrale du plateau, occupent plus de 40 % du sol et dépassent même dans certaines communes 70 %. L’emprise citadine y atteint des records avec 73 % du sol dans le canton de Villars. Les propriétaires forains y détiennent les quatre cinquièmes des étangs et les trois cinquièmes des bois (Sceau 1995 : 227). Perdure également la structure concordante entre grande propriété et grands domaines qui s’accaparent les trois quarts des terres cultivées. Ce sont les fermes comprises entre 70 et 150 hectares qui donnent aujourd’hui le ton, qui s’insèrent dans des propriétés plus vastes incluant bois et étangs qui ne sont pas confiés en location. Le fermage demeure le mode de faire-valoir dominant, avec 70 % de la surface agricole utile (sau) en faire-valoir indirect.

40Cependant, cette permanence ne doit pas masquer une évolution plus fine qui se précise à partir de 1950. Les grandes propriétés acquises au xixe siècle par la bourgeoisie citadine accusent un morcellement significatif. Si cette région peut toujours être considérée comme une zone de grande propriété foraine, les plus grandes propriétés qui avoisinaient en général les 1 000 hectares ont fini au fil des successions et des ventes par se démembrer. Certaines comptent encore plus de 500 hectares, mais la taille moyenne des propriétés avoisine plutôt la centaine d’hectares. Ce démantèlement a accru la présence d’une bourgeoisie moins fortunée (cadres supérieurs, professions libérales, négociants), présente depuis le xixe siècle, mais qui prend de l’importance après la Seconde Guerre mondiale. D’autre part et parallèlement, l’assise croissante de la moyenne propriété, comprise entre 10 et 50 hectares, se renforce singulièrement. Ce processus résulte en grande partie de la vente des domaines d’exploitation sur lesquels les agriculteurs, fermiers des terres, se portent partiellement acquéreurs (étangs et bois exclus).

41Il en ressort que la propriété coïncide moins exactement avec les domaines d’exploitation. Comme le disent les anciens, « les fermes sont toutes éparpillées ». Certaines propriétés, les plus vastes, continuent d’englober des domaines d’exploitation loués dans leur intégralité à un même fermier, mais plus souvent, un domaine mis en valeur par un agriculteur compte une partie lui appartenant en propre, alors que le restant est loué à un, voire deux ou trois propriétaires différents. Il ressort également que lors des transactions, on obtient des divisions significatives avec parfois des étangs et des bois, qui sont détachés des unités foncières qu’ils constituaient avec les terres, pour être vendus séparément. Certains propriétaires ne possèdent ainsi qu’un étang et quelques bois autour.

Conclusion

42Le découpage parcellaire des domaines d’exploitation et des propriétés dessine un paysage agraire où l’unité est traditionnellement préférée au morcellement et le grand au petit. Différents facteurs expliquent cette relative permanence. Il existe comme une corrélation entre le type de milieu et la structure agraire et foncière, dont le fil conducteur est la présence de l’eau. Locataires comme propriétaires, ruraux comme citadins parlent de l’eau et de l’étang pour expliquer et/ou justifier cette faveur partagée pour l’unité et la vastitude des portions d’espace dont les différentes limites (parcellaire, propriété, domaines) ordonnent le terroir.

43Une parcelle n’est belle que quand elle est vaste, disent les agriculteurs. Cela renvoie à la mémoire persistante de l’ancienne culture extensive, quand les amendements du sol faisaient défaut et qu’il fallait « avoir grand » pour obtenir suffisamment de grain. Une belle parcelle, « ça fait une belle raie d’eau de 100 mètres de long ». Les multiples sillons qui drainent les terrains selon des chemins parfaitement étudiés et complexes expliqueraient également que l’on ne puisse les découper sans contrevenir à leur exploitation rationnelle, intimement liée au parcours de l’eau. Enfin, si la distinction entre les bosses, les milieux et les bas faisait l’objet d’un découpage successoral, celui-ci serait inique du fait des différences de qualité agronomique.

44Une propriété n’est belle que quand elle est vaste et sans enclave, disent les propriétaires. Là encore l’eau n’y est pas étrangère. L’alimentation des étangs et les circuits hydrauliques qui traversent les terres justifient que leur cohérence ne soit pas affectée par un morcellement accru. Les blocs fonciers qui comprennent bois, étangs et terres sont conçus comme des unités composées d’éléments solidaires. L’ambition de constituer de vastes territoires de chasse comprenant terre, eau et bois explique également la forme de perpétuation de la grande et moyenne propriété et donc de domaines d’exploitation également étendus et en faire-valoir indirect.

45La possibilité pour les agriculteurs locataires de cultiver des terres sèches au milieu desquelles s’insère l’étang et de mettre en valeur des exploitations viables et bien structurées a également permis d’éviter que l’emprise foncière des citadins, épris de canards et de poissons, ne conduise à une situation où le monde agricole soit progressivement évincé au profit de la chasse, à l’instar de la Sologne, peut-être trop boisée pour que l’épi résiste (Edeine 1974). Un autre facteur favorable aux agriculteurs a été la préférence pour la location en fermage plutôt qu’en métayage, liée au fait que ces propriétaires absentéistes ne vivaient pas au milieu de leurs terres, comme rentiers du foncier, et n’y venaient le plus souvent qu’en période de villégiature et pour la chasse.

46C’est par l’étang et pour l’étang que cette élite urbaine a tourné son regard vers la Dombes, un regard moins contemplatif que celui des promeneurs du dimanche, plus insistant et suivi d’actions concrètes : l’acquisition foncière, la participation à la mise en valeur piscicole du terroir et la pratique de la chasse. La population agricole établit spontanément une corrélation entre la présence de l’étang et celle de propriétaires forains, qu’un agriculteur résume parfaitement : « La Dombes, il n’y a rien à faire, ce sont beaucoup de familles de riches. Ils sont là pour les étangs. Avant c’était la pêche, maintenant c’est surtout pour la chasse. Les fermes aussi, ce sont eux qui les ont. »

47Dès que s’approche le pourtour du plateau et que les étangs se raréfient, la chasse privée perd son caractère dominant et la structure foncière se modifie sensiblement avec un nombre accru de petites propriétés détenues par les résidents (Maire 1977 : 15). Aux yeux de la population agricole, il ne fait pas de doute que « la Dombes, c’est spécial » : un terroir difficile, des étangs piscicoles, une emprise citadine sur le foncier, de grandes exploitations dont une bonne partie est encore en fermage et une organisation sociale hiérarchisée et différenciée par les modalités juridiques d’accès à la terre.

48Cependant, ces caractéristiques et leur relative permanence ne doivent pas masquer des évolutions plus fines dont je montrerai le poids tout au long de cet ouvrage, que sont la tendance à un morcellement foncier accru et une pression cynégétique croissante. La prédilection pour l’unité (grande propriété) accuse le coup depuis ces dernières décennies, ce qui a d’importantes répercussions sociales que les indications chiffrées ne permettent pas d’évaluer.

Notes

1 D’une altitude moyenne de 280 mètres, ce plateau prolonge vers le sud la plaine bressane sur une longueur de 40 kilomètres et se relève progressivement à mesure que l’on avance vers Lyon, constituant ainsi des rebords abrupts de 50 à 100 mètres de dénivellation qui dominent les vallées périphériques de la Saône, de l’Ain et du Rhône.

2 La texture du sol dombiste a la particularité physique d’être imperméable : fait de limon et de galets roulés dans une argile compacte (Avocat 1975 : 36), il est pauvre en calcium et en potassium, ainsi qu’en humus. Il en résulte des contrastes saisissants, tantôt une terre craquelée et aride, tantôt une terre gorgée d’humidité ; un véritable papier buvard qui boit avec avidité les petites pluies fines et s’engorge quand l’argile est saturée.

3 Au niveau de la direction départementale de l’Agriculture et de la Forêt (DDAF), la Dombes correspond à l’une des huit régions agricoles de l’Ain et comprend la bordure du plateau. Mais la différenciation très nette opérée par les agriculteurs entre la Dombes centrale et sa périphérie provient d’une fine comparaison des rendements agricoles à l’hectare et des techniques de travail de la terre que corroborent les ingénieurs agronomes.

4 Les bois clairsemés apparaissent sous forme de parcelles de 1 à 10 hectares, enclavées entre les étangs et les cultures. Avec quelque 15 % de sa superficie en bois et en forêt (15 500 ha), l’ensemble du plateau se situe en dessous de la moyenne nationale de boisement, actuellement égale à 26 %. La partie centrale a un taux de boisement inférieur à 10 %, qui correspond à l’espace où la concentration des étangs est la plus forte (Avocat 1975 : 46).

5 Le chiffre de 12 000 hectares est celui que la littérature scientifique cite le plus souvent, ceci depuis une dizaine d’années. Il est sans doute en deçà de la réalité actuelle. À l’imprécision de ce nombre de 12 000 hectares, s’ajoutent la création et la remise en eau récente d’étangs qui ne figurent pas sur les cartes. Certains d’entre eux sont de surcroît non déclarés officiellement.

6 La culture du seigle était prédominante en Dombes avant que la pratique du chaulage ne se développe. Dans les années 1850, le seigle occupe encore des surfaces presque égales à celles occupées par le blé. Viennent ensuite l’orge et le sarrasin (Dubost 1859 : 171).

7 Les porcs constituaient l’une des plus importantes productions animales en Dombes (Dubost 1859 : 149).

8 En 1996, dans le canton de Chalamont, les terres labourables ont progressé de 33 % entre 1970 et 1988 alors que la surface en herbe régressait de 57 %. On observe ainsi une tendance céréalière qui s’esquisse au détriment de l’élevage, bien que ce processus soit sensiblement moins accentué que dans le sud et l’ouest du plateau où la dominante céréalière apparaît très clairement.

9 Dans la plupart des étangs la pêche se pratique de septembre à novembre. En décembre et janvier, l’activité perdure, mais à un rythme moins soutenu. Elle reprend légèrement en février et se termine, pour quelques derniers étangs, en mars.

10 Tous les écrits sur la Dombes font état de cette polémique sur laquelle je ne m’attarderai pas, car elle pourrait faire l’objet d’une étude en soi. Elle a opposé médecins, agronomes, propriétaires fonciers citadins sur le terrain de l’hygiène et du progrès social, alors que ces derniers se disputaient la Dombes au niveau foncier.

11 Les chiffres cités pour les années 1980 évaluent la production moyenne de ces régions à 1 000 tonnes pour la Dombes (soit 31 % de la production nationale), 760 tonnes pour la Sologne (23,5 %), 550 tonnes pour la Brenne (17 %), 520 tonnes pour la Lorraine (16,1 %) et 400 tonnes pour la Camargue (12,4 %). Concernant le rendement moyen, la Dombes est en deuxième position avec une production de 143 kilos/ha, derrière la Camargue qui produit 800 kilos/ha, mais devant la Brenne (84 kilos/ha) et la Sologne (95 kilos/ha). Comparé à d’autres pays européens, le rendement piscicole est très faible (moyenne nationale de 124 kilos/ha contre 4 500 kilos/ha en Israël). En France persiste en effet un système d’élevage extensif (Framont 1983 : 8-10).

12 Le marché de la carpe, menacé par la concurrence d’autres pays comme la Yougoslavie ou la Pologne, est aujourd’hui un peu compensé par la création d’un atelier de filetage en 1985, qui transforme la carpe vendue sous la forme de filets prédécoupés. Pour la France, la consommation étant négligeable, le poisson est surtout destiné au repeuplement des rivières pour la pêche à la ligne.

13 Jusqu’en 1925, la ville de Lyon absorbait une bonne partie de la production dombiste, jusqu’à l’arrivée de la « marée », c’est-à-dire du poisson de mer qui fut rapidement préféré à celui d’eau douce.

14 La coopérative a été créée en 1926, à l’initiative des exploitants d’étangs, en vue d’assurer la vente directement du producteur au revendeur, et de se défendre des intermédiaires privés, les marchands de poisson, sortes de maquignons de la pisciculture, qui étaient jusqu’alors les seuls à écouler la marchandise. Ils imposaient leurs prix et pouvaient refuser d’acheter.

15 Ces observations réfutent un certain nombre d’idées reçues à l’égard de ces régions humides qui souffriraient sans cesse de la présence de l’eau et impliqueraient une hostilité foncière à son égard. « Dans les zones où les Romains ont asséché, on cherchera en vain de vastes secteurs asséchés. Il demeure toujours des espaces laissés en eau qui devaient s’imbriquer avec des espaces asséchés. De même il serait faux de croire que les terres conquises aient été plus souvent drainées à l’époque romaine, puis reconquises par le marais au Moyen Âge. Les ordres monastiques médiévaux qui ont défriché les forêts et conquis les terres humides ont en effet créé des étangs pour élever le poisson consommé pendant le jeûne » (Leveau 1993 : 16).

16 Le « domaine » ne désigne pas, comme dans le langage courant, une unité foncière en propriété, mais une unité d’exploitation, qu’elle soit en location ou en propriété.

17 Petit domaine de moins d’une dizaine d’hectares confié en location.

18 Le métayage ou bail à colonat partiaire est un contrat par lequel un propriétaire remet son bien foncier à un preneur, qui s’engage à le cultiver sous la condition d’en partager les fruits avec le bailleur (Code rural 1997). Il porte en Dombes le nom de « grangeage », terme également attesté dans les monts du Lyonnais (Rautenberg 1997). Les céréales d’automne sont partagées par moitié entre le propriétaire et le tenancier, mais parmi les autres récoltes et les produits animaux, les uns se partagent, les autres restent au granger seul, moyennant une redevance en argent appelé « droit de cour » (Truchelut 1904 : 200).

19 Le fermage est un contrat par lequel un propriétaire confie son bien foncier à un preneur, qui s’engage à le cultiver contre le paiement d’un loyer fixé en monnaie (Code rural 1997).

20 Marc Bloch note qu’à partir des xvie, xviie et xviiie siècles en France, la maison isolée se substitue de plus en plus au hameau après le rassemblement de terres effectué par des riches, seigneurs ou bourgeois (1999 : 212). Il semble que la Dombes illustre cette tendance.

21 Alors que la mise en valeur difficile des terres détournait les acquéreurs paysans de la Dombes, pour les étangs en revanche, dont la création nécessitait des aménagements considérables, de vastes capitaux favorisaient certains groupes sociaux aisés (Billard 1979 : 90).

22 « Lorsque s’amorça la conversion des fermes à l’élevage, les propriétaires nobles et bourgeois se mirent en quête de nouveaux pâturages et se livrèrent à des opérations de rassemblement grâce auxquelles les paysans se trouvèrent peu à peu évincés de la propriété foncière. L’apparition de l’élevage, qui procurait aux propriétaires de bien meilleurs revenus que la culture de seigle, a donc constitué un événement considérable, ayant commandé à la fois la naissance de la grande propriété et la prolétarisation des paysans » (Bouchard 1972 : 136).

23 « À mi-chemin entre l’Europe du Nord-Est et le bassin méditerranéen, la Dombes est un relais pour les milliers d’oiseaux en transit printanier ou automnal. […] Plus de deux cents espèces d’oiseaux, en majorité aquatiques, utilisent la Dombes comme lieu de repos et de nourriture sur le parcours de leur migration » (Avocat 1975 : 56).

24 Je n’ai pas trouvé de chiffres plus récents sur l’évolution du phénomène, mais il semble que la location de chasse se soit encore développée ces vingt dernières années.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search