Version classiqueVersion mobile

Une terre en partage

 | 
Vanessa Manceron

Introduction

Texte intégral

1Peut-être le souvenir d’enfance encore vivace d’un petit étang caché derrière ses arbres, auquel j’accédais par un chemin creux, m’a-t-il conduite à porter mon regard sur la Dombes. Cette région rurale, située aux confins nord de l’agglomération lyonnaise (région Rhône-Alpes), est telle qu’il en existe peu en France. Plus d’un millier d’étangs artificiels à vocation piscicole et cynégétique s’insèrent au cœur du terroir agricole ; ils forment un damier serré au milieu des terres. Des bosses, des creux et de l’argile : toutes les conditions sont réunies pour que la Dombes soit le bien nommé « pays aux mille étangs », comptant parmi les zones humides dont la valeur écologique est reconnue au niveau national et européen.

  • 1 Voir Billaud 1984 ; Boujot 1992 ; Bergues 1991 ; Picon 1988 ; Bédoucha 2000.

2Or, si l’intérêt patrimonial de ces espaces suscite l’engouement des spécialistes de la nature, les sociétés ayant contribué à modeler ces paysages originaux sont trop souvent oubliées par nos disciplines, sciences humaines et sociales. Ces terroirs, qui ont fait l’objet au cours de leur longue histoire d’ambitieux aménagements hydrauliques, offrent pourtant un observatoire privilégié du modelage et de l’ordonnancement que les sociétés locales impriment au paysage. C’est un peu comme si l’inculture, aux deux sens du terme, qui a longtemps caractérisé ces contrées avait la vie longue. Un regain d’intérêt est néanmoins notable depuis les deux dernières décennies1. Vingt ans après les premiers travaux de Laurence Bérard (1982) sur la Dombes, qui ont notamment porté sur le fonctionnement du système hydraulique et sur la mise en valeur des étangs, des pans entiers du social restaient encore à analyser et à décrire. À ces recherches, j’ai donc souhaité apporter une contribution.

  • 2 Les termes en italique à leur première occurrence sont recensés et définis dans un glossaire en fi (...)
  • 3 Je louais un petit studio, auquel j’accédais par un escalier extérieur, aménagé dans la partie sup (...)
  • 4 J’ai préféré me présenter comme une étudiante en histoire sociale ou en sociologie, l’ethnologie é (...)

3Un matin d’avril 1998, j’ai quitté Paris pour m’installer à Versailleux, village dombiste de trois cents habitants. Allaient suivre quatorze mois de présence sur les lieux, avec quelques allers et retours ultérieurs pendant la saison automnale, période de chasse et de pêche. Je me suis ancrée et suis devenue, aux yeux des habitants du village et des alentours, « la Parisienne », avec sa petite voiture noire immatriculée 75 qui sillonnait les chemins et les routes, s’arrêtait dans les cours de ferme, montait aux châteaux et stationnait sur les chaussées2 d’étangs. Caractéristique la plus rassurante, j’étais également « la locataire des Julliand de Versailleux », les anciens fermiers de la ferme du château3 : on me situait ainsi à la fois dans une commune et dans un espace de relations, deux points essentiels pour parler de l’autre dans le monde rural. Enfin, j’étais « la stagiaire », l’étudiante qui faisait un stage pratique pour finaliser ses études (la thèse d’ethnologie, nécessitant un passage par le terrain, est comparable en cela aux séjours effectués à la ferme par des jeunes sortis de l’école d’agriculture). J’ai donc fini par adopter cette définition de mon travail, somme toute pas si éloignée que cela de la réalité, afin de faciliter les présentations et de mettre un terme aux regards souvent interrogatifs et dubitatifs des anciens face à mes explications. Pour la jeune génération et les notables, j’étais plutôt la « thésarde » en sciences sociales4.

4Plutôt que des lieux de sociabilité – cafés peu fréquentés, tracteurs impossibles à arrêter dans leur course, pas de place de village ou de bancs sur lesquels les habitants passent du temps à discuter –, il m’a fallu repérer des temps de sociabilité, d’autant que le système de recommandation fonctionne mal. Seules les rencontres en face à face, au gré des occasions, lors de visites informelles chez mes logeurs, ou lors de moments festifs comme les réunions associatives villageoises (celles du Sou des écoles ou du Club des anciens), ont fini par constituer mon entourage, de proche en proche.

5Ce réseau, tissé au gré des circonstances, était donc plutôt centré au début sur l’espace villageois et m’a permis de connaître au fil des mois l’ensemble des fermiers à la retraite. Ils habitent au village et vont acheter, le matin de bonne heure, le pain et le journal à la petite épicerie en contrebas ; ils manquent rarement une réunion du Club des anciens dans la salle communale ou au restaurant. J’ai connu également les agriculteurs en activité, qui résident dans les fermes des écarts (fermes dispersées sur le territoire de la commune), croisés au village les jours de conseil municipal ou les dimanches de la fête du Sou des écoles. Le dimanche aussi, à la fin de l’office, j’ai rencontré les propriétaires fonciers résidents ou en villégiature, qui se rassemblent un moment sur la place de l’église, sans compter les nouveaux habitants (rurbains) affairés dans leurs jardins ou les commerçants et artisans dans leurs boutiques.

  • 5 J’ai rencontré une vingtaine de propriétaires fonciers et j’ai tissé des liens soutenus avec huit (...)

6Mais l’espace de la commune a vite été débordé. Non seulement les limites de propriétés et les circuits de l’eau chevauchent allègrement les frontières communales, mais les réseaux d’interconnaissance se développent aussi à une échelle plus vaste. Résider dans une commune ne signifie pas que l’on chasse sur le terroir et implique nécessairement de connaître d’autres chasseurs de la Dombes ; les membres des familles de fermiers sont toujours dispersés ; les propriétaires fonciers se rencontrent et se connaissent bien au-delà du simple voisinage. En outre, le morcellement foncier à Versailleux ne rendait plus compte de la prégnance de la grande propriété rassemblée autour de son château, observée dans certaines communes limitrophes, comme Joyeux. L’élargissement de la focale a ainsi permis d’enrichir la collecte des données, grâce aux archives privées et aux témoignages d’un plus grand nombre de propriétaires, régisseurs et employés de propriété5.

7L’hétérogénéité du tissu social, la mobilité, la dispersion des individus et la vastitude des réseaux sociaux ne m’ont donc pas incitée à « construire » une communauté villageoise à partir de l’espace concret de la commune (Chiva 1992 : 155). Au cours du travail, si je retiens parfois l’échelle de Versailleux pour les descriptions ponctuelles et précises du terroir ou de la composition sociale des lieux, quand il s’agit d’observer les systèmes de relations, l’échelle communale s’efface à leur profit.

  • 6 Lorsque les propriétés de taille moyenne sont détenues par des propriétaires absentéistes, exclusi (...)

8Cependant, l’étude reste relativement localisée et pose la question de la généralisation possible, à l’échelle de la Dombes, des observations effectuées. La région offre l’image d’un nuancier complexe, intimement lié à l’évolution diversifiée de la propriété foncière et aux personnalités contrastées de ses détenteurs. Versailleux et Joyeux sont comme la quintessence d’un système hiérarchisé traditionnel : les familles de grands propriétaires qui ont marqué l’histoire et le destin de ces communes incarnent un modèle proche de l’aristocratie terrienne, très soucieuse de son implication locale et des marques traditionnelles de son prestige. Or, il est d’autres communes, plutôt localisées dans le nord de la contrée, où ce système social n’apparaît pas avec autant de clarté ni de force6. J’ai donc choisi de rendre compte d’un modèle dominant, à partir d’un espace choisi pour sa représentativité, mais je ne vise pas la compréhension des différences parfois ténues qui se font jour entre des configurations micro-locales. Les limites sont posées, mais ce choix obéit à une quête : saisir, au-delà des formes nuancées qu’elle emprunte, la moelle épinière d’une société.

9Je garde de mes séjours sur le terrain le souvenir éprouvant d’une société locale difficile à approcher, avec ses groupes cloisonnés et hiérarchisés ou bien ses individus insaisissables du fait de leur présence passagère sur les lieux. Les gens ne se sont jamais livrés qu’avec retenue et mesure et ont souvent cherché à me présenter une surface lisse et tranquille de la vie sociale, lisse et tranquille en apparence, comme les étangs eux-mêmes.

10Les grands propriétaires terriens (bourgeoisie citadine) ont tous répondu favorablement à mon courrier leur faisant part du souhait de les rencontrer. Le fait de résider chez des fermiers a souvent facilité nos entrevues. À la fin d’un séjour d’un an, j’ai été accueillie avec beaucoup plus de familiarité par un châtelain, qui me dit « les gens du pays vous ont bien acceptée », comme si c’était par leur intermédiaire que l’on s’assurait enfin de mes intentions et de mon aptitude à négocier et obtenir un nom, une place, une existence locale.

  • 7 Lors d’un retour rapide en Dombes, je rencontrai un propriétaire foncier que je n’avais pas encore (...)

11Cette preuve de considération à mon égard, je pourrais également la retourner, car certains grands propriétaires implantés depuis deux ou trois générations en Dombes auraient sans aucun doute été froissés de me savoir là sans que j’aie pris la peine de me présenter à eux7. D’autres, plus familiers et souvent plus jeunes, ont considéré que je faisais partie d’un monde socio-culturel assez proche du leur. Leur savoir-vivre a donc consisté à faire preuve d’hospitalité dans une région où j’étais étrangère, à m’inviter sans réticence à des parties de chasse, dans l’idée que la Dombes trop méconnue méritait bien une étude. N’étaient-ils pas en outre bien placés pour en parler, voire les mieux placés, se présentant et se considérant comme des citadins cultivés ayant longuement parcouru ce pays où ils ont toujours vécu et qu’ils ont contribué à façonner ?

12J’ai été bien accueillie, certes, mais certains m’ont reçue également pour s’assurer de qui j’étais et effectuer en retour une forme de contrôle. Les informations m’ont été souvent confiées au compte-gouttes, de manière fragmentaire et vague. Parfois, je n’ai pu réitérer les entrevues que deux ou trois fois, certains propriétaires m’ayant signifié qu’ils n’étaient prêts à partager avec moi que quelques entretiens formels, comme s’ils craignaient de prêter le flanc à un regard extérieur critique, à une étudiante sans doute trop « gauchiste » dans ce contexte hiérarchisé. Les seuls propriétaires qui se soient prêtés au jeu avec moins de retenue sont ceux qui posent un regard critique vis-à-vis de leurs pairs un peu trop attachés aux anciennes prérogatives châtelaines, ou bien ceux dont l’implantation est assez récente.

13Quant aux agriculteurs et autres gens du pays, un « drôle d’animal » que voilà, se sont-ils dit, quand ils ont croisé mon chemin. Je leur retourne le compliment. Une fois entrés en contact, il nous a fallu trouver ensemble des mots à échanger. Des questions, toujours des questions, semblaient-ils me signifier par les silences ou les réponses polies et peu prodigues qui s’en suivaient. Est-ce cela échanger ? Le cycle des prestations s’est donc progressivement imposé, substituant à la parole parcimonieuse de l’ethnologue comme de l’agriculteur le gâteau au chocolat, les bonbons de Paris, les photos et en retour les invitations à déjeuner, les saucissons et les bouteilles de marc du Bugey.

14La générosité culinaire l’a presque toujours emporté sur la générosité des mots, du moins ceux qui ont du poids, malgré les liens d’amitié qui se sont noués parfois entre nous. Prendre son carnet de notes, enregistrer, c’est prendre trop, c’est déséquilibrer les termes de l’échange. « Payer à manger », « payer à boire » et donner de son temps n’est jamais anodin. J’ai souvent entendu ma logeuse plaisanter à ce propos, « ils vous ont payé le casse-croûte, vous êtes une maligne ». À l’inverse, si je donnais trop, cela pouvait induire que j’achetais leurs faveurs, ce qui introduisait à nouveau de la méfiance et de la gêne.

15Me sachant redevable, certains ont même joué du sentiment de me « tenir » : « On a bien abusé de vous, non, à vous traîner comme ça à Bourg, on vous en a fait voir ! » Ou bien, apprenant que je me levais tôt le matin pour nourrir les petits veaux d’un fermier, on me dit « il vous a bien eue » et l’on s’empresse alors de m’inviter avec autorité à ramasser des pommes de terre. Finalement le mot de la fin est, comme le dit un fermier à propos de nos entretiens : « J’ai marché dans la combine pour donner à voir la Dombes ! »

  • 8 Une clause stipulée dans les baux de fermage d’avant-guerre concernait les « chiens errants » pour (...)

16Le pragmatisme et le calcul raisonné, la ruse et les sous-entendus sur qui « gagne le plus » et « qui perd » sont bien révélateurs d’une relation avec l’ethnologue qui fait écho à celle tissée avec d’autres citadins, les détenteurs de la terre. Et quand le jour de mon départ, comme pour me donner le mot de la fin (« il faudra bien un jour qu’on le dise, qu’on l’écrive »), un couple de fermiers me fit lire une lettre envoyée il y a une quinzaine d’années par un grand propriétaire leur intimant en des termes humiliants de tenir leur chien attaché8, ils m’ont sans doute signifié que leur retenue résultait également d’une hiérarchie sociale qui continue, malgré les changements, d’habiter les lieux et les consciences. Ils ne peuvent en parler en toute sincérité, ou sans faire preuve de sentiments partagés, contradictoires, ambivalents, d’autant qu’ils n’étaient jamais en mesure de me placer dans cette hiérarchie, puisque je m’étais faite passe-muraille des cloisonnements sociaux, en allant et venant de la ferme au château.

17Ma position était bien celle d’un individu passe-muraille. Les chasseurs ont tout d’abord cherché à s’assurer que je n’étais pas écologiste, les propriétaires que je n’étais pas gauchiste, les fermiers que je n’étais pas apparentée à la bourgeoisie terrienne. Une fois ces points acquis, la méfiance aurait dû s’atténuer, mais c’était oublier ma position d’entre-deux, cause de bien des silences. Soit les mots étaient vains car je n’avais aucune place stratégique sur l’échiquier local, soit ils étaient dangereux : non pas, comme je l’ai cru d’abord, parce que je pouvais choisir mon camp, mais justement par ma capacité à décloisonner, à faire passer des informations d’un individu à l’autre, d’un groupe à l’autre. Ici, les mots ne sont jamais divulgués sans contrôle ou arrière-pensée. Aussi, les personnes avec lesquelles la communication a été la plus facile étaient souvent sorties du jeu. Je pense à un propriétaire qui a vendu sa propriété à la suite d’une série de conflits (mots de la vengeance) ; et à quelques fermiers retraités sans plus de relation au terroir (mots de l’oubli) ; ou bien aux tout nouveaux propriétaires et usagers du territoire, pour qui l’intérêt porté par l’ethnologue équivaut à une forme de reconnaissance de leur appartenance locale (mots gratifiants).

18Cette position de passe-muraille avait d’autre part la particularité de faire écho à une réalité sociale locale, celle d’incarner une position intermédiaire qui rappelle celle des gardes-pêche, des gardes-chasse ou des régisseurs, employés ou représentants des propriétaires terriens. Ceux-ci ont été mes plus grands alliés sur le terrain, car ils endossent le rôle d’intermédiaire d’une communication et parfois même d’une sociabilité collective. Cependant, toute la difficulté a été de ne pas être assimilée à ces personnages ambivalents et le plus souvent redoutés. J’y suis parvenue, à force d’intimité qui engage la confiance, mais jamais je n’ai pu me départir de cette situation fragile de l’entre-deux. Et pourtant, paradoxalement, c’est un peu comme si ce qui m’avait éprouvée sur le terrain avait fini par constituer la matière même de mon objet de recherche. Les intermédiaires font le lien et, du fait de ma position, j’ai été justement amenée à penser ces liens. Si l’ethnologue récolte toujours les multiples points de vue des groupes différenciés qui forment la société, c’est ici un élément constitutif de la recherche.

D’un projet…

  • 9 Joël Bonnemaison distingue une approche dite « scientifique » qui s’efforce de dégager des causali (...)

19Le terrain déconstruit toujours avant de construire. Si j’ai choisi de ne pas omettre les difficultés et les zones d’ombre qui ont jalonné mon séjour en Dombes, cela répond au souci de me situer à la croisée de l’intelligibilité et de la sensibilité et de ne laisser aucune de ces deux tendances prendre le pas sur l’autre9. En donnant un premier aperçu de la société dombiste, qui éclaire d’autant mieux les descriptions ultérieures, je réponds avant tout à un souci de fidélité à quelque chose de profondément éprouvé auprès de la population. C’est donc un peu l’histoire de la recherche qui se raconte parallèlement à celle de la chose étudiée.

20Rares sont les terrains où l’on ne croise pas au détour d’un écrit, voire d’un chemin, un autre chercheur d’une discipline voisine ou identique. Or, si l’ethnographe se prête parfois à rêver secrètement d’un terrain vierge d’hommes de son espèce, l’ethnologue, autre facette du personnage, doit bien reconnaître tout l’intérêt scientifique qu’il y a à multiplier les regards sur un même objet de recherche.

21Quand je suis arrivée en Dombes, j’avais en tête le foisonnement de la production de Laurence Bérard, d’autant qu’il était un intérêt que je partageais avec l’auteur et qui motivait mon envie d’y travailler, à savoir le rapport entre espace et société, entre culture et milieu.

22Il s’agit d’une ethnologie qui cherche à comprendre l’organisation de l’écosystème et la logique qui la sous-tend, la manière dont les individus et les groupes agissent sur la nature et la pensent. Cette approche que l’auteur qualifie de techno-culturelle passe par l’étude des techniques, des savoirs et savoir-faire locaux qui président à l’aménagement et à la mise en valeur des étangs dombistes. L’auteur révèle l’existence d’une science vernaculaire, d’une véritable « culture » de l’eau, de sa domestication et de son contrôle. Ce faisant, elle met l’accent sur la complexité et la constante adaptation de fonctionnement du système piscicole en montrant comment différents facteurs, techniques, économiques, juridiques et sociaux, assurent sa viabilité, sa rationalité et sa reproduction et influent sur celles-ci.

23J’ai donc pour ma part dû choisir un autre paradigme, complémentaire de cette approche, en considérant l’espace anthropisé moins comme le résultat d’une action de domestication et de mise en valeur que comme un enjeu de maîtrise et de contrôle, pour tout dire d’appropriation. De fait, j’ai pensé la relation à l’espace comme un médiateur de la relation des hommes entre eux, en donnant la part belle aux enjeux de pouvoir qu’il recouvre. J’ai centré mon attention sur le fonctionnement d’une organisation sociale composite et hiérarchisée, marquée par la prégnance de l’emprise citadine.

24Je suis partie en quête des conflits d’usage sur le territoire, ayant en mémoire quelques pistes de recherche dont Laurence Bérard avait posé les jalons, les premières pierres : « […] cette forme d’aménagement (du milieu), par les importants capitaux qu’elle a nécessités, a impliqué dès l’origine la mise en place ou le renforcement de structures foncières spécifiques dont les répercussions se font sentir sur l’organisation sociale » (1986 : 202). Les conséquences de la présence des étangs apparaissent considérables. La Dombes, considérée au xixe siècle comme insalubre et impropre à la culture, a fait l’objet d’un puissant engouement de la part de l’élite lyonnaise qui, pour des raisons agronomiques et idéologiques, mais aussi pour des motifs moins avoués mais plus déterminants – l’attrait pour la chasse –, a acquis de nombreux biens fonciers, satisfaisant de la sorte son goût pour un mode de vie prestigieux.

  • 10 Karl Wittfogel a développé le concept de « société hydraulique » dans les zones d’agriculture irri (...)

25L’attrait cynégétique des étangs, la mise en valeur difficile des terres et le coût des aménagements hydrauliques se sont conjugués à partir du xixe siècle, pour établir finalement une corrélation que l’on observe également en Sologne et en Brenne, entre un type d’aménagement du milieu (étangs artificiels), une structure foncière et une organisation sociale hiérarchisée. Il y avait donc quelque chose de Karl Wittfogel (1977) dans tout cela10. La présence des étangs, associée à la proximité urbaine, explique la permanence de cette corrélation toujours d’actualité : perpétuation de l’emprise citadine sur le foncier par l’entremise de nouveaux acquéreurs, nombre croissant de locataires de chasse, arrivée de rurbains séduits par ce paysage situé aux portes de la ville.

26Dans le contexte rural, où il est admis que la terre est la possession la plus valorisée, et dans le contexte plus spécifiquement dombiste, où la propriété de l’eau est une source remarquée de prestige, la propriété m’est ainsi apparue comme un cadre privilégié pour l’examen des conflits d’usage sur le territoire et tout particulièrement sur les étangs.

  • 11 Max Weber distingue l’usage (pratique effective régulière et persistante) de la coutume (règle san (...)

27La notion d’usage sur le territoire désigne une pratique coutumière, ancrée dans un territoire, codifiée ou non, qui fait l’objet d’une reconnaissance collective d’au moins une partie des acteurs sociaux11, en raison de son ancienneté ou de sa fréquence, et qui acquiert à ce titre « un caractère obligatoire à force de fidélité constamment renouvelée » (Journès 1986 : 2). Pour les juristes, l’usage dérange en ce qu’il représente un obstacle à une conception univoque et dogmatique du droit, et oblige à évoquer la coexistence au sein de nos sociétés de règles variées, les unes fortement ancrées dans les valeurs fondamentales des cultures locales et les autres dépendantes des préceptes de droit consignés dans les codes. L’usage présente d’autre part une ambiguïté fondamentale qui tient à sa situation liminaire entre la pratique et la règle, entre le fait et le droit.

  • 12 Les historiens ont vu dans les délits forestiers ou le braconnage une résistance à la pénétration (...)

28Ancrées dans l’histoire du droit, les utilisations théoriques de la notion de conflit d’usage reposent sur l’idée d’une confrontation entre deux conceptions juridiques de la propriété : l’une, exclusive et individualiste, est issue de la conception romaine du droit ; l’autre admet les remembrements et les usages contradictoires, comme le faisait le droit franc et féodal (Journès 1986). Les conflits d’usage apparaissent de fait comme des conflits d’appropriation de l’espace rural qui soulèvent la question de la légitimité des usages par rapport au pouvoir local et global. L’historiographie marxiste s’empare de cette opposition entre « droit hégémonique » et « droit populaire » et y voit l’expression d’un conflit de classe12, un processus de « dépossession » et de soumission du territoire et des usages collectifs des habitants à l’appropriation privée d’une classe sociale ou d’un État (Assier-Andrieu 1981).

  • 13 Édith Chardon (1993) insiste sur le rapport entre la légitimité des usages, un type de domination (...)

29Ces études, qui pensent les relations des communautés rurales avec l’ordre dominant (juridique, économique, politique), se sont évertuées à situer les enjeux sociaux au niveau de la maîtrise du sol, moyen de production et de reproduction sociale des groupes, ou bien au niveau de l’accès inégalitaire aux ressources, créateur de hiérarchies. Les conflits d’usage éclairent les transformations du monde rural et les bouleversements sociaux qui ont affecté les sociétés paysannes au cours des deux derniers siècles13.

30Plus récemment, relevant d’une sociologie des appartenances et des modes de rattachement à la société locale, les conflits d’usage à propos de la cueillette ou de la chasse sont souvent interprétés comme une forme d’appropriation du territoire, comme la revendication d’un droit sur l’espace en l’absence de tout titre de propriété. Les nouveaux usages de la campagne permettent alors de réfléchir sur les nouvelles relations de la ville et de la campagne et sur les transformations de la société villageoise induites par la pénétration des rurbains (Coujard 1982 ; Chamboredon 1980).

31Dans le prolongement de – et directement inspirée par – ces quelques approches, j’envisageais d’interpréter les revendications de droits d’usage comme un processus d’appropriation du territoire, et cela dans une double perspective : la première concernait le rapport entre ruraux et urbains et privilégiait l’interprétation des conflits comme conflits d’appartenance à la localité ; la seconde portait sur les rapports entre propriétaires fonciers et simples utilisateurs de l’espace, elle désignait les conflits qui se nouent autour des conceptions de la propriété et des positions sociales que les formes d’accès au territoire déterminent.

32Les conflits d’usage sur le territoire, et tout particulièrement sur les étangs, recouvraient alors l’idée d’une confrontation conflictuelle entre la propriété, comme droit d’user et d’abuser de la terre et de ses fruits, et les limitations à celle-ci, relevant soit de la coutume, soit du droit. La chasse, l’assec, la cueillette, mais aussi le fermage, etc., seraient alors le lieu d’expression d’enjeux sociaux, en forme de contestation d’une appropriation exclusive du territoire, au fondement de la hiérarchie sociale. Je voyais déjà dans l’usage une volonté de maintenir une technique de prélèvement ou d’accès à une ressource naturelle considérée comme propriété de tous ; une mémoire associée à l’ancien exercice de droits collectifs ; l’institution d’une « propriété » qui existe parce que les usagers se l’approprient effectivement ; et enfin la défense d’une identité et d’un sentiment d’appartenance à la localité par la défense de certaines habitudes de faire.

… au terrain

33Les surprises qui ont accompagné la période de terrain m’ont souvent désarmée. Elles sont dues au décalage entre les faits et la théorie, et à la complexité contemporaine de cette campagne française qui invite à nuancer ces théorisations. Je me proposais d’étudier les conflits, la population agricole me parlait de consensus dans un contexte où, me semblait-il, rien n’y était favorable ; je cherchais des discours qui relatent l’attachement à des pratiques et à une identité intimement liée à la mémoire et au territoire, et j’ai souvent rencontré l’expression d’une forme d’indifférence au temps et aux lieux et une défiance envers toute identification à un groupe ; j’attendais une forme de contestation un tant soit peu collective opposant les groupes sociaux, entendus ici comme catégories sociales, je n’ai pu observer que des arrangements ou des heurts personnels.

34Déterminée à me pencher sur les rapports sociaux qui se nouent autour de l’étang, dès mes premiers pas sur le terrain j’ai interrogé les agriculteurs sur sa mise en valeur. Mes questions impatientes et gourmandes demeurèrent souvent lettre morte. La plupart des fermiers parlent peu des étangs et souvent de manière détachée, comme d’un espace étranger à leurs préoccupations. Quand ils l’évoquent, ils usent seulement du « ils » et jamais des possessifs « moi », « nous ». La familiarité avec ce milieu est comme nuancée par un imperceptible sentiment d’étrangeté.

35La concordance imaginée entre le monde agricole et les pratiques sur le territoire, qualifiées de « traditionnelles » – pisciculture, chasse au canard –, est peu le fait de la Dombes. Tout se passe comme si la majeure partie de la population agricole aujourd’hui en activité, qui incarnait à mes yeux les valeurs de la ruralité, ne se reconnaissait pas ou plus dans la figure de l’étang, pourtant véritable emblème de la culture locale.

36Un deuxième décalage, que je corrèle intuitivement au premier, concerne la chasse, cette pratique que Michel Bozon et Jean-Claude Chamboredon qualifient à la fois d’« écho transformé du conflit ancien entre droit de propriété et droit d’usage », et de lieu d’expression des « antagonismes classiques de la société rurale » (1980 : 68-79). Ici, la chasse paysanne, dont le statut est habituellement proche de celui de la cueillette, est depuis longtemps sous-représentée et marginale en regard de la chasse sportive qui a toujours été l’apanage de la propriété. J’entends encore un fermier s’exclamer : « Tout Dombiste est chasseur dans l’âme ! » et d’ajouter sous le feu de mes questions, sans que la contradiction semble lui poser problème : « Non, je ne chasse pas. » Et je me suis souvenue alors du personnage de Raboliot, animant et symbolisant, sous la plume de Maurice Genevoix (1925), l’opposition populaire et locale à une chasse bourgeoise qui règne sans partage. Tout cela appartient au passé, mais surtout ne concerne que très peu les fermiers.

  • 14 Toutes les discussions portant sur la nature et les origines de la propriété, sur les sources anci (...)

37Des discours, l’attachement à la terre ne se dégage pas. Nous sommes bien loin des descriptions, fortement teintées d’idéologie, des écrivains de la fin du xixe siècle pour qui « la terre aux paysans » est synonyme de revanche sur l’histoire féodale. Même chez les petits propriétaires exploitants, qui parlent plus ouvertement et en termes moins complaisants de la domination des propriétaires, certains discours mal interprétés pourraient faire croire en l’écho transformé d’un idéal égalitaire. Mais c’est oublier que, quand ils déplorent « les bourgeois se prennent un peu pour des seigneurs », ils n’imaginent pas pour autant que la société puisse être exempte de hiérarchie. Autant d’éléments qui m’obligeaient à reconsidérer les usages sur le territoire sous un jour autre qu’affectif ou politico-idéologique14.

38Les usages sur le territoire ne sont pas les armes par lesquelles le monde agricole affirme un « nous » collectif, face à de supposés intrus à la société locale ou à une propriété synonyme de rapports de dépendance dont il voudrait profondément modifier l’équilibre. Si j’ai supposé que le territoire, espace approprié, ancre les collectivités dans une identité héritée, les enjeux ne se situent pas au niveau de la défense d’une identité collective villageoise et « autochtone », mais bien dans la construction de multiples identités imbriquées les unes dans les autres.

Tensions sociales et logiques antagonistes d’une société composite et hiérarchisée

39Quand j’ai fini de considérer les citadins non comme des intrus à la société locale imposant leur domination du dehors, mais comme des membres à part entière de la collectivité locale, quand j’ai compris qu’une société rurale pouvait être aussi peuplée de « citadins ruraux », la société m’est alors apparue dans toute sa complexité. J’ai du même coup abandonné les catégories pré-construites de la sociologie rurale (communauté et culture locale, ville/campagne), pour coller au terrain et aux définitions que les gens eux-mêmes adoptent et qui ne sont jamais aussi claires et aisément circonscrites. Celles-ci se construisent toujours dans le vécu, se modifient en fonction des circonstances, sont emboîtées et font apparaître de multiples niveaux d’opposition et de distinction à la fois individuels et collectifs.

40C’est bien de cette pluralité de différenciations, qui m’a laissée désemparée sur le terrain, que j’ai décidé de me saisir afin de mettre au jour le fonctionnement de ce « bouillon de culture », comme le nomme Michel Marié qui préconise de voir dans le village ou le pays un espace « où se frottent, se rencontrent, interagissent ou même (et seulement) parfois entrent en conflit des systèmes de normes hétérogènes » (1982 : 12-23). J’ai posé la question des formes de coopération et/ou d’antagonisme qui contribuent à structurer cette société rurale, à faire tenir ensemble, et jusqu’à quel point, les différents groupes qui la composent. À l’instar de la société dombiste, composite et complexe avec ses grands propriétaires terriens d’origine citadine, ses groupes de chasseurs d’horizons variés, ses agriculteurs fermiers, ses rurbains, ses locaux, etc., j’ai adopté des points de vue multiples sur des systèmes de relations multiples, sans point de vue autocentré.

41Les modalités d’accès à la terre et à l’eau déterminent les positions respectives de cette kyrielle d’individus qui arpentent le même territoire. La terre et l’eau réunissent et lient par nécessité les hommes entre eux, imposant plusieurs niveaux de hiérarchie : entre ceux qui possèdent la terre et ceux qui la cultivent en location ; entre ceux qui possèdent et exploitent l’étang et ceux qui n’en sont que de simples usagers ; entre ceux qui chassent le canard en vertu d’un droit coutumier, de la location ou encore de leur droit de propriété. En outre, ces droits d’usage recoupent des utilisations et des représentations contrastées du milieu – espace agraire (agricole et/ou piscicole)/espace récréatif (chasse), espace technique/espace « naturel », espace de production/espace de protection – qui donnent lieu à la rencontre d’intérêts le plus souvent contradictoires.

42Si la société est ordonnée par un principe structurant la propriété et les droits d’usage, dans le même temps tout le jeu des acteurs consiste à négocier et ajuster perpétuellement les termes de l’entente et à introduire des échelles de hiérarchie mouvantes. Tous se trouvent liés par de multiples contraintes qu’ils exercent ou qu’ils subissent. Un peu à la manière de Norbert Elias, je questionne la façon dont l’ordre hiérarchique leur sert de lien, comment les rapports de dépendance réunissent les hommes et en quoi la nécessité de s’imposer ou de se maintenir au sein d’une formation sociale lui donne son caractère particulier : « Quelle est donc cette force qui les a ainsi rassemblés ? » (1985 : 15).

  • 15 Tension et consensus ne sont donc pas nécessairement des réalités opposées, tandis que la situatio (...)

43Ce lien, je l’ai trouvé là où il était censé faire défaut, c’est-à-dire paradoxalement dans la confrontation. Les diverses formes de domination observées montrent que l’empiétement sur les prérogatives d’autrui en fonde toute la logique. Le fonctionnement et les ressorts de cette société peuvent être mis au jour par la notion de « tension » qui organise la matière ethnographique et trace le fil de mon argumentaire. En Dombes, les relations sociales flirtent souvent avec le conflit ; elles y mènent souvent, mais il m’apparaît plus judicieux de qualifier la Dombes de « société sous tensions »15.

44J’entends par « tension » le jeu des ajustements, des arrangements, des concessions et des compensations. Mères de l’ambivalence, elles évoquent à la fois le conflit, sous une forme souvent latente, et l’entente, sous une forme mal assurée mais effective et volontaire. Fille de l’aménagement des contradictions, de l’équilibre fragile des forces contraires, la tension est comme le ciment de la société qui maintient les protagonistes liés entre eux. Elle construit et assure que les groupes et les individus restent cloisonnés et hiérarchisés et permet dans le même temps des points de passage, de communication entre eux. Elle résulte de la cohabitation des différences qu’elle incite à construire ; elle est une modalité de l’échange comme elle contraint à échanger, participant à la recherche perpétuelle d’un modus vivendi.

45Ces tensions ont en outre la caractéristique de révéler la malléabilité du fonctionnement de cette société, toute en conjonctions et disjonctions. La particularité essentielle reste qu’il n’est ni d’ami ni d’ennemi héréditaire, mais plus encore que, potentiellement, et en fonction des circonstances, on peut être l’ami et l’ennemi de tous les autres. Cela tient au fait que ce sont moins des groupes constitués qui s’opposent collectivement, que des individus qui font valoir dans ce cadre antagoniste leur appartenance à des groupes. Aussi, au travers des tensions, se révèle un système d’alliances et de mésalliances extrêmement mouvant, où l’on tente toujours de préserver les termes minimaux d’une vie possible ensemble et de ne pas altérer la relation dans sa totalité.

46La recherche d’équilibre dans la période contemporaine invite également à considérer les logiques antagonistes de la société en articulation avec le changement. Les fondements des anciens rapports sociaux sont en train d’être repensés et se met en place une nouvelle manière de concevoir la vie ensemble dont l’équilibre plus fragile est un enjeu majeur. Les transformations ayant affecté la composition sociale des lieux et les formes traditionnelles de hiérarchie (morcellement foncier, nouveaux acteurs et usagers de l’espace, démembrement du droit de propriété, pression cynégétique croissante…) engendrent tensions et conflits, mais permettent en retour de les amortir. À ce titre les tensions apparaissent presque comme un modèle de fonctionnement de la société. Elles sont un langage partagé, un moyen de confirmer la légitimité des individus et des groupes à agir sur le terroir. Cette légitimité passe par l’apprentissage de ce langage commun, où il est question de réifier la hiérarchie sociale tout en la modifiant ; de confirmer les distinctions et les identités tout en scindant les groupes traditionnels.

47J’ai donc opté pour une approche dynamique qui permet d’échapper au paradigme de la dualité ville/campagne. Ce sont les affrontements et les solidarités qui se jouent à l’intérieur même du tissu local qui sont producteurs de changements et favorisent son assimilation. Plutôt que de les considérer comme un effet des transformations à l’œuvre, je les ai appréhendés comme un agent actif des reconfigurations sociales, selon l’acception positive qu’en donne Georg Simmel (1999). Elles sont une modalité de l’échange, finissant par créer une, ou plutôt des cohésions (au sens d’agrégation) dans la confrontation.

48De la sorte, on peut dire qu’il n’est pas de changement sans permanence, et c’est toute la question de comprendre comment une société change tout en restant elle-même qui constitue le fil conducteur de cet ouvrage.

  • 16 La Dombes est une « campagne vivante » (Kayser 1996 : 10), ni terroir déserté ni banlieue lyonnais (...)

49La première partie du livre permet de situer de manière assez précise, mais sans entrer encore dans l’ethnographie des pratiques et des liens sociaux, le contexte de l’étude, sur un mode à la fois diachronique et spatial pour présenter les hommes en présence. La description des lieux, à la fois visuelle et documentée, ressemble à mes premiers pas sur le terrain, lorsque durant le jour je parcourais inlassablement la contrée et que, le soir arrivé, j’éprouvais les mots de ceux qui ont écrit sur la Dombes. J’avais également en tête les dires des habitants qui me livraient en vrac leurs souvenirs et impressions du moment présent. Ces descriptions plurielles permettent de dessiner les premiers contours d’une société locale hétérogène et complexe. Citadins en visite ou rurbains ; citadins propriétaires et usagers du terroir et agriculteurs fermiers. Autant d’espaces que de gens différents qui dessinent ensemble une image composite des lieux intimement liée au fait que la Dombes est « une campagne non loin de la ville »16.

50Dans une deuxième partie, je montre comment la géographie technique des étangs, agencés en circuit ou chaîne hydraulique, rend visible une catégorie sociale aux prises avec elle-même. Les propriétaires fonciers exploitants d’étangs devisent longuement sur ces portions d’espace inondées et sur la circulation de l’eau, car au sein des chaînes d’étangs ils sont tenus d’échanger, l’eau passant d’une propriété à l’autre sans se soucier des limites. L’eau apparaît au final comme un bien précieux qu’ils veulent à tout prix posséder et s’accaparer. Posséder n’est pas seulement acquérir en propriété, mais aussi faire valoir des droits sur l’eau. C’est à l’aune de ce désir d’avoir et des moyens utilisés pour y parvenir que les propriétaires se mesurent entre eux. Je montre ainsi comment, au travers et au moyen de la circulation et de l’appropriation de l’eau, les exploitants d’étangs tissent entre eux des relations où il s’agit de faire montre de son prestige, d’où l’intitulé « l’eau du prestige ».

51La troisième partie ouvre l’échelle spatiale à celle des terres en fermage et de la propriété privée et fait apparaître un nouveau système de relations, qui lie contractuellement les propriétaires fonciers et les fermiers locataires des domaines d’exploitation, en donnant à voir l’évolution de leur cohabitation sur un même espace. Leurs droits comme leurs intérêts se superposent, d’où l’existence de rapports de force, de « tensions terriennes » et de négociations pour maintenir un équilibre acceptable, chacun tentant de gagner en liberté et en pouvoir sur l’autre. En spécifier le fonctionnement local jusque dans ses échanges les plus ténus montre que le ciment de ces relations se tisse en marge de l’écrit et s’inscrit dans la logique plus informelle du don. Des droits, des intérêts communs ou divergents et des échanges : c’est par la terre et au travers de la terre que chacun prend la mesure de son pouvoir sur l’autre. Celui-ci dépend toujours du contexte juridique qui impose les limites de leurs droits respectifs. La terre comme lieu de dépendance économique devient, après l’adoption du statut du fermage, un espace où tout le monde se rencontre selon de nouvelles modalités, montrant que chacun vit aujourd’hui sur des territorialités distinctes. Une même terre mais une double territorialité : celle des fermiers cultivateurs et celle des propriétaires chasseurs.

52Enfin, dans la dernière partie, resserrer l’échelle spatiale à l’étang, c’est paradoxalement faire apparaître l’ensemble de la société dombiste. Comme en condensé, s’expriment là les différentes échelles de la hiérarchie locale, en un étang. Tous les usagers et utilisateurs du territoire s’y rencontrent par une « étrange coïncidence » – les gens de chasse, les agriculteurs et les pisciculteurs ; les propriétaires, les locataires et les simples usagers. L’ensemble de ces acteurs, qui interviennent selon des modalités originales sur le milieu, interagissent entre eux. Le canard évolue à la surface de l’eau, mais passe d’un étang à l’autre. La culture du poisson alterne avec la culture céréalière du fonds. Ces mouvements et ces alternances opèrent une distinction entre terre et eau dont les hommes se saisissent pour penser leurs différences en rapport avec la hiérarchie d’accès à l’eau. En outre, ce lieu est un observatoire privilégié de la manière dont alliances et mésalliances locales se font et se défont. L’appropriation de cet espace emblématique montre, avec une grande vivacité, les changements récents qui affectent les usages traditionnels de l’étang au profit d’une conception récréative ou patrimoniale de l’espace. Les anciens systèmes d’opposition et de dépendance mutuelle entre groupes se délitent pour laisser place à de nouveaux équilibres ou déséquilibres sociaux dont il faudra comprendre le dynamisme pour esquisser finalement une société en devenir.

53J’ai ainsi considéré que la société signifiait sa singularité au travers, mais plus encore au moyen, de son organisation spatiale et que les usages sur le territoire ne sont pas seulement un reflet de l’organisation sociale qui permet à l’ethnologue de la mettre au jour, mais en sont également, et surtout, le miroir, un élément structurant qui participe de sa formation. La pluralité des usages sur le territoire à la lumière de leurs nombreuses facettes (historique, technique, juridique et normative, représentation du milieu, lieu d’interaction et d’échange, lieu de pouvoir et d’identité) dévoile une société dynamique, non pas figée mais mobile, au travers du mouvement des groupes sociaux, des mouvements spatiaux et enfin des mouvements historiques. La présentation successive de ces différents espaces d’identification et de distinction, supports d’activités et d’usages, permet ainsi d’entrer progressivement dans l’intimité des groupes et des logiques sociales à l’œuvre qui, une fois explorées, donnent un sens social plus général au fonctionnement de cette société locale.

Notes

1 Voir Billaud 1984 ; Boujot 1992 ; Bergues 1991 ; Picon 1988 ; Bédoucha 2000.

2 Les termes en italique à leur première occurrence sont recensés et définis dans un glossaire en fin de volume.

3 Je louais un petit studio, auquel j’accédais par un escalier extérieur, aménagé dans la partie supérieure de la maison d’un couple de fermiers à la retraite.

4 J’ai préféré me présenter comme une étudiante en histoire sociale ou en sociologie, l’ethnologie étant spontanément associée à l’étude des archaïsmes, du folklore et du patrimoine.

5 J’ai rencontré une vingtaine de propriétaires fonciers et j’ai tissé des liens soutenus avec huit d’entre eux ; j’ai connu une bonne trentaine de couples d’agriculteurs, dont j’ai souvent côtoyé les membres de la famille proche ; j’ai été en relation avec une dizaine d’employés de propriété, une quinzaine de locataires de chasse, une quinzaine de nouveaux résidents, sans compter certains représentants de la direction départementale de l’Agriculture, de l’Office national de la chasse, de la chambre d’agriculture, de la Fédération des chasseurs de l’Ain, du Syndicat des pisciculteurs, de la Coopérative de pêche, de l’Association pour le patrimoine de la Dombes. Les parties de chasse, les pêches d’étangs, les réunions de chasseurs, les événements touristiques ont également été autant d’occasions pour pour créer un tissu assez dense de relations qui se déploie à l’échelle de la Dombes.

6 Lorsque les propriétés de taille moyenne sont détenues par des propriétaires absentéistes, exclusivement préoccupés de chasse, les étangs sont alors parfois confiés à des agriculteurs locaux, ce qui conduit à moduler, sans le contredire, le système dualiste terre/eau, fermier/propriétaire que j’ai analysé.

7 Lors d’un retour rapide en Dombes, je rencontrai un propriétaire foncier que je n’avais pas encore appelé pour lui rendre une visite de politesse, alors que je me trouvais chez un fermier. Celui-ci m’a saluée un peu froidement. Gênée, je me suis crue obligée de lui dire que je comptais l’appeler le matin même. Contrairement à son habitude, il ne m’a pas invitée à passer voir sa famille au moment de l’apéritif.

8 Une clause stipulée dans les baux de fermage d’avant-guerre concernait les « chiens errants » pour assurer la tranquillité du gibier et éviter qu’ils ne transmettent la rage. Le propriétaire se réservait le droit de tuer les chiens qui vagabondaient sur la propriété.

9 Joël Bonnemaison distingue une approche dite « scientifique » qui s’efforce de dégager des causalités, des systèmes et une démarche plus « subjective » où la vision du monde, la relative liberté des groupes prennent le pas sur les déterminations au profit d’une certaine imprévisibilité. Selon l’auteur, les deux démarches sont complémentaires, mais le grand dilemme de la recherche est de parvenir à coupler les deux (1986 : 13).

10 Karl Wittfogel a développé le concept de « société hydraulique » dans les zones d’agriculture irriguée à grande échelle et établit une corrélation entre la centralité du pouvoir, le contrôle d’une ressource précieuse et la gestion d’un système technique coûteux en efforts humains et financiers, impliquant une gestion coordonnée pour son fonctionnement d’ensemble.

11 Max Weber distingue l’usage (pratique effective régulière et persistante) de la coutume (règle sans garantie extérieure qu’elle soit observée car elle n’a rien « d’obligatoirement valable ») et du droit (1971 : 61-64). Cette typologie aux frontières poreuses dans la réalité m’invite à porter une définition plus sociale que juridique de l’usage, comme une pratique effective qui peut dans certains cas devenir coutumière ou légale.

12 Les historiens ont vu dans les délits forestiers ou le braconnage une résistance à la pénétration des méthodes d’exploitation capitaliste dans le monde rural, éclairant la problématique plus générale de la transition du féodalisme au capitalisme, des pratiques communautaires à l’individualisme agraire, de l’économie de subsistance à une économie de marché (Journès 1986).

13 Édith Chardon (1993) insiste sur le rapport entre la légitimité des usages, un type de domination et une idéologie dominante pour penser le changement social.

14 Toutes les discussions portant sur la nature et les origines de la propriété, sur les sources anciennes du communisme et de l’individualisme ont été critiquées par Isac Chiva qui invite à constater que cet objet de recherche a été « par définition et dès le début lié à des idéologies, à des systèmes de conviction ou de démonstration mi-scientifiques, mi-politiques » (1992 : 157). L’auteur fait ici référence à l’approche marxisante du monde paysan. Mais les préoccupations de recherche sur les conflits d’usage révèlent surtout combien l’ethnographie s’est évertuée à décrire la paysannerie attachée aux traditions comme à la terre, patrimoine et outil de travail, lieu d’enracinement et de reproduction de la famille. Une adéquation plus ou moins implicite donne la cohérence et le ton des recherches : l’espace et l’identité concordent et scellent le communautarisme local, induit par la monographie villageoise.

15 Tension et consensus ne sont donc pas nécessairement des réalités opposées, tandis que la situation conflictuelle mérite d’être distinguée, car elle est bien un cas limite des rapports à autrui (Freund 1983 : 19).

16 La Dombes est une « campagne vivante » (Kayser 1996 : 10), ni terroir déserté ni banlieue lyonnaise.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search