Version classiqueVersion mobile

Une terre en partage

 | 
Vanessa Manceron

Préface

Laurence Bérard

Texte intégral

1La Dombes attire les chercheurs ! Cette région à la lumière si particulière, réputée difficile d’accès et que l’on peine effectivement à découvrir a fait l’objet de deux thèses en anthropologie. Je me suis consacrée il y a une vingtaine d’années à l’étude du système d’exploitation des étangs, en découvrant avec fascination toute la complexité sous-jacente à la gestion de l’eau, à l’élevage du poisson et à la culture de l’assec. En effet, ce système de culture original fait alterner sur une même surface des activités très différentes. Les quelque mille étangs qui couvrent 10 000 hectares et signent cette région sont alimentés exclusivement par l’eau des précipitations, ce qui laisse présumer de la richesse et de la diversité des savoirs et pratiques qui sous-tendent le fonctionnement de l’ensemble. Vanessa Manceron, elle, a décortiqué la société locale, les multiples niveaux de hiérarchisations et d’oppositions qui se jouent à l’intérieur même du tissu social et définissent ce système entièrement sous tensions. En s’attachant à comprendre les ressorts d’une société fortement inégalitaire, la façon dont jouent différents groupes d’acteurs qu’éloignent la culture et le rang social mais que rapproche le rapport à la terre, Vanessa Manceron renouvelle les connaissances relatives à la société dombiste et apporte des éléments importants pour la réflexion théorique. Dans cette société faite d’antagonismes et de frictions, au sein de laquelle la confrontation apparaît comme nécessaire et recherchée, l’eau joue un rôle tout particulier. Ces travaux sont complémentaires : logique technique d’un côté, sociale de l’autre avec comme il se doit des interactions entre l’une et l’autre. À y regarder de plus près, ils révèlent aussi deux facettes d’une même société et les terrains, jamais choisis au hasard, ne sont pas interchangeables.

2La situation que décrit Vanessa Manceron prédomine largement en Dombes : une société dans laquelle les propriétaires citadins occupent une place centrale à travers l’organisation foncière et les faire-valoir indirects liés à la grande propriété, une gestion des étangs de laquelle sont évincés les agriculteurs et tout entière tournée vers le prestige et l’ostentation. Dans ce cas, une étude sur les pratiques et savoirs locaux ayant trait au système agro-piscicole se serait révélée particulièrement difficile car il y a peu d’interlocuteurs, si ce n’est les gardes, sur lesquels les propriétaires se déchargent des différentes tâches, les marchands de poisson et, éventuellement, les régisseurs chargés de la gestion de la propriété.

3Et pourtant il existe des agriculteurs qui connaissent tout du milieu aquatique, de la qualité des eaux, du comportement des poissons et font grand cas des étangs qu’ils exploitent. Environ quinze pour cent de ceux-ci sont aujourd’hui encore aux mains des fermiers. Cette minorité en prise directe avec les étangs détient un grand capital de savoirs et savoir-faire sur la gestion de ce milieu. Ce sont ces informateurs que j’ai privilégiés, en choisissant de travailler sur des communes où les étangs étaient gérés pour partie par eux, là où le système technique pouvait se déployer dans toute sa richesse. L’« eau du prestige » de Vanessa Manceron se transforme en l’« eau de la compétence » quand ce sont les fermiers qui la gèrent. Car ils savent trop bien qu’ils n’ont d’autre alternative que de s’arranger pour que le système fonctionne, et la culture technique l’emporte sur le prestige lorsque l’étang constitue un outil de travail. Cette activité se déroule dans un milieu de vie d’une grande complexité et échappe majoritairement au regard de l’homme. Elle doit intégrer une part de hasard qui passionne les éleveurs et les amène à accorder une place toute particulière à l’observation et au contrôle, en particulier à travers deux phases jugées essentielles de l’élevage : l’empoissonnage et la pêche.

4L’implication active des « gens de la terre » dans la gestion de ce support cultural si particulier s’accompagne d’une représentation qui leur est propre de cette activité. « L’étang ça se cultive comme le reste », disent-ils avec insistance. Entre leurs mains et de la façon dont ils en parlent, l’élevage du poisson devient une activité agricole ; on parle « culture du poisson », « ensemencement des empoissonnages », la pêche est dite « grêlée » lorsque les carpes sont de taille irrégulière. Les producteurs les plus compétents ont « la main pour le poisson », à la manière des jardiniers qui ont « la main verte ».

5Cette lecture locale du milieu et de sa gestion, adossée à un ensemble organisé de pratiques et de savoirs qui font sens, existe là où le jeu social l’a autorisée, dans une société où arrangements, ajustements, concessions et compensations génèrent une certaine malléabilité, comme Vanessa Manceron le souligne fort justement. Cette utilisation agricole de l’eau est allée de pair avec la consolidation de cette catégorie d’agriculteurs. Car, si les villages étudiés par Vanessa Manceron sont longtemps restés sous la coupe de quelques grands propriétaires imprimant leur marque au pays, ailleurs en Dombes une autre élite s’est différenciée : celle des fermiers. Il est important de le souligner, car eux aussi ont pris leur place, et de façon souvent ostentatoire, dans la société dombiste de la première moitié du xxe siècle. Ainsi, contrairement au métayer qui doit accepter la tutelle du propriétaire, le fermier dirige librement l’exploitation de son domaine. Si le pouvoir ultime reste aux mains des grands propriétaires, c’est à la classe des « gros fermiers » qu’il revient sur le terrain quand la donne sociale l’autorise. Ils occupent alors des fonctions importantes dans la commune, le canton ou le département et dans les différentes organisations agricoles au fil de leur mise en place, comme l’auteur de ce livre l’a aussi observé. Les étangs, qui peuvent être inclus dans le fermage au même titre qu’une terre, ont contribué à asseoir le pouvoir de ce rouage local. De tels domaines, loués pourtant plus cher, sont recherchés car l’étang reste très rentable au début du xxe siècle. Au gré des transactions, et pour peu que le chef de famille entretienne de bonnes relations avec le propriétaire, certaines familles parviennent à monopoliser les fermes « qui ont la pêche ». Pêcher l’étang est alors l’occasion d’un jour de fête, l’occasion de s’entraider, de se retrouver en famille et de montrer que l’on sait recevoir.

6Il importe aujourd’hui de garder en mémoire cette autre composante de la société dombiste qui reste présente sur l’échiquier local même si, il est vrai, l’eau devient aujourd’hui plus que jamais marque de prestige et de pouvoir local, « l’ordre hiérarchie » prenant le pas sur « l’ordre rationalité », comme Vanessa Manceron le développe de façon magistrale. Car comment comprendre, sinon, la démarche actuelle de protection de l’origine géographique initiée pour une bonne part par les fermiers ? Ils auraient pu briguer une appellation d’origine contrôlée pour ce système de production traditionnel fortement lié à un terroir qui concernait a priori l’ensemble des producteurs pour peu qu’ils satisfassent aux conditions requises. C’est l’indication géographique protégée qui a été choisie, associée à un signe de qualité normatif, un label rouge dans un premier temps, une certification de conformité aujourd’hui, impliquant un engagement nominatif des adhérents de la démarche. Les agriculteurs exploitants y ont vu l’opportunité de se démarquer des grands propriétaires et selon eux « d’obtenir un système de reconnaissance des gens de métier ».

7Il y a vingt ans déjà, une inquiétude diffuse planait sur cette contrée. Comment l’équilibre fragile en place allait-il résister à l’emprise de la ville si proche, aux attaques d’une administration sourde et aveugle voulant imposer une loi sur l’eau jugée inepte, à l’intégrisme des milieux écologistes ? Il y a vingt ans déjà, les affûteurs faisaient parler d’eux et les propriétaires de fraîche date étaient considérés comme des nouveaux riches ne comprenant rien à la Dombes et susceptibles de la faire voler en éclats. Force est de constater que la Dombes fait face et le décryptage convaincant de Vanessa Manceron donne les clefs pour comprendre cette faculté de la société locale à amortir les chocs. Car il faut chercher du côté des tensions, des antagonismes et des confrontations la capacité qu’elle a à rendre la vie possible ensemble. Jusqu’à quand ? Peut-on envisager une exploitation des étangs expurgée des agriculteurs et tout entière vouée à la quête de prestige ? Le jeu des tensions ne doit-il pas inclure précisément cette catégorie d’acteurs ?

8Natura 2000 à l’échelle européenne recense les sites de grande valeur écologique dont la Dombes fait partie et identifie des méthodes de gestion compatibles avec cette richesse. L’article 8J à l’échelle internationale et dans le cadre de la convention sur la diversité biologique met l’accent sur la place des savoirs et savoir-faire locaux sur la nature. La Dombes risque dans le futur d’être également un lieu de confrontation entre les différentes politiques publiques qui multiplient les droits de regard sur la gestion environnementale. Dans un tel contexte cette publication tombe à pic pour aider très utilement à mieux comprendre une société dont le milieu naturel est à ce point convoité.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search