Version classiqueVersion mobile

Orient et ornement

 | 
Isabelle Tillerot

Préface

Mark Ledbury
Traduction de Géraldine Masson (traductrice)

Texte intégral

1Cet essai est remarquable et passionnant à de nombreux titres et je citerai ici son style fluide et élégant, ses arguments éloquents et convaincants, la richesse des détails archivistiques et la pertinence de la sélection des illustrations. Avant de vous entraîner plus avant dans le monde merveilleux de cette étude, j’aimerais dire en préambule quelques mots de mon expérience personnelle et j’espère que l’auteur me le pardonnera. Lorsque j’ai commencé à étudier l’histoire de l’art, il y a de cela bien trop longtemps, et à me spécialiser dans la peinture française du xviiie siècle, je dois avouer que j’étais totalement esclave du « tableau », ainsi que le définit ici avec précision Isabelle Tillerot, et beaucoup moins patient avec « la peinture » au sens large. Je maudissais les period rooms et les propriétés du National Trust où j’estimais que la peinture que je voulais étudier était occultée, étouffée et emprisonnée par le mobilier, les boiseries et les moulures dorées dont on l’entourait dans les ensembles ornementaux de ces demeures imposantes. Je crois que beaucoup d’historiens de l’art de ma génération partageaient le même sentiment : nous voulions le tableau. Nous le voulions autonome, héroïque, facile à appréhender et facile à délimiter. Les tableaux de chevalet nous rassuraient. Ils avaient un sujet, un auteur et un cadre. Et même si nous ignorions souvent de quoi était composé le cadre, il nous permettait de circonscrire et de définir notre objet, puis de le comparer à d’autres de même nature. Nous nous interrogions moins sur ce que nous appelions « l’équipe décorative », ces artisans dont le travail artistique complexe et habile avait créé une harmonie entre les rythmes des lambris moulés, sculptés ou dorés. Ils étaient souvent anonymes ou apparaissaient fugitivement dans un inventaire ou un contrat. Il était très rare que leur vie fasse l’objet de l’attention réservée aux architectes ou aux peintres « avec un P majuscule ». Leurs habitudes, leurs cultures, leurs communautés demeurent de ce fait encore aujourd’hui bien moins connues que celles des artistes de l’Académie royale de peinture et de sculpture.

2C’est bien sûr François Boucher, génie singulier aux talents multiples, qui m’a fait changer d’avis. J’ai pris conscience en admirant ses œuvres exceptionnelles, que ce soit à l’hôtel de Soubise, pour les Gobelins, la manufacture de Sèvres ou la salle de billard de l’hôtel parisien de son grand ami François Derbais, qu’il avait lui-même compris ce qu’Isabelle Tillerot démontre si brillamment : le sujet d’un tableau ne constitue souvent qu’un élément de la délicate et subtile partition musicale que forme un intérieur ou un ensemble décoratif. Cette partition (pour reprendre la métaphore très justement employée dans cette étude) serait plus souvent celle d’une symphonie ou d’un quatuor que d’un concerto dans lequel la peinture jouerait en solo. Le lecteur appréciera autant que moi les analyses de l’auteur en ce sens, comme celle du Triomphe de Vénus de François Boucher (p. 88 et pl. XIV), qui montre comment le cadre, l’ornement et la peinture sont liés en une harmonie élégante et complexe.

3Cet essai compte parmi les travaux primordiaux réalisés récemment qui nous donnent à comprendre la complexité de l’ornement, à apprécier les rythmes, les nuances de couleurs et les motifs qui forment un ensemble dans une pièce ou une suite de pièces. Isabelle Tillerot a d’une part étudié un nombre extrêmement étendu d’inventaires, de documents d’archives et de contrats, et elle s’est d’autre part attachée à analyser la littérature complexe et influente consacrée à ce que nous appelons parfois avec une certaine condescendance « les arts décoratifs ». Grâce à une exploration patiente et érudite de décors, cette nouvelle approche lui permet de nous guider, dans un voyage quasi haptique, à travers le monde captivant et mélodique de l’ornement, en reconstruisant les intérieurs et en reconstituant leur dynamique et leur fluidité.

4Le lecteur retrouvera dans ces pages nombre de noms familiers, tels que ceux de Watteau et de Boucher, mais découvrira également des artistes et des artisans dont nous ne savons même pas épeler le nom (ou plus exactement, pour lesquels les variations orthographiques, fréquentes au xviiie siècle, rendent encore plus obscure leur existence fugace, comme dans le cas de Jean Bernard Toro). L’un des aspects les plus ambitieux et les plus passionnants de cette étude repose sur le travail de recherche minutieux mené pour reconstituer les intérieurs, aujourd’hui perdus ou fragmentés, et amener patiemment le lecteur à imaginer le raffinement d’un intérieur, de manière à ce qu’il ne le perçoive pas uniquement d’un point de vue intellectuel, mais puisse presque ressentir l’effet produit par une pièce ou un ensemble. Cet essai s’ouvre sur l’affirmation audacieuse : « Tout tableau est un fragment. » À sa lecture, nous parvenons à comprendre le monde, l’ensemble, dont le tableau n’est toujours qu’une métonymie inadéquate.

5Il ne s’agit bien évidemment pas simplement d’une étude sur l’ornement. Elle s’intéresse avec finesse aux traditions et aux manières de penser les formes artistiques, nées des histoires picturales complexes d’autres cultures, souvent originaires d’Asie orientale ou parfois de l’Arabie méditerranéenne, ces cultures que les imaginations occidentales ont qualifiées d’« orientales » et qui, de façon imparfaite et quelquefois indirecte, ont pénétré dans les hôtels particuliers parisiens. Isabelle Tillerot analyse avec une grande subtilité l’historiographie récente qui questionne et nuance la vision de l’orientalisme occidental développée par Edward Said ou Linda Nochlin. Elle se réfère à d’autres travaux et fait appel à la précision et à l’acuité de son regard d’historienne de l’art pour résister à cette doxa. Elle se fonde sur des exemples précis pour proposer une histoire différente, une histoire qui explore en particulier la version française de la Chine, « la Chine savante, poétique et réinventée » (p. 149). Un artifice certes, mais un artifice conscient de toutes les gloires et complexités d’un empire millénaire. La question n’est pas de savoir si cette Chine est « réelle » – si tout tableau est un fragment (pour reprendre l’affirmation d’Isabelle Tillerot), il nous faut nous souvenir également que tout art est un artifice et qu’aucune représentation n’échappe à la fantaisie ou au désir de son auteur ou de sa culture. L’immense mérite de cet essai est de mettre à notre portée la diversité et les particularités des intérieurs ornementaux, qui cherchent l’ordre et la beauté dans des traditions picturales non européennes afin de stimuler leur propre imaginaire et de modifier les règles et les hiérarchies fondamentales de leur temps et de leurs lieux. La rencontre de l’Orient et du décor, telle qu’Isabelle Tillerot la décrit ici, est aussi la rencontre de l’artiste, de l’architecte, de l’artisan, du commanditaire, voire de l’écrivain et du musicien, en une relation dont le concert, la profondeur et la portée sont dépeints avec tant d’élégance. Avec ses collègues de la nouvelle génération des historiens de l’art, Isabelle Tillerot réussit avec passion et conviction à effacer une autre distinction qui hante l’histoire de l’art : la distinction entre surface et profondeur, entre le plaisant, le futile, le décoratif (qui qualifient souvent les décors), et le profond et l’éloquent (les prétendues qualités d’un tableau). Ces modes de pensée sont aussi anachroniques que les notions d’Orient et d’Occident, commodes mais empreintes de clichés. Tant que nous ne les aurons pas dépassés, nous ne parviendrons pas à reconnaître l’incroyable fécondité et richesse de la Gesamtkunstwerk que sont souvent ces décors.

6Travail de recherche impressionnant et approfondi, cet essai particulièrement convaincant éclairera, suscitera l’attention et provoquera la réflexion. Et tout comme l’art qu’il décrit, il enchantera le lecteur.

Auteur

Université de Sydney

Géraldine Masson (traductrice) (Traducteur)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search