Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les divisions de la ville

 | 
Christian Topalov

I. Des Anciens Régimes aux Lumières

Lexiques et découpages territoriaux dans quelques villes italiennes (xvie-xixe siècle)

Brigitte Marin

Texte intégral

Fig.1. Plan de Naples en 1560 « Neapolis urbs ad verissimam effigiem » (détail). Plan gravé par Sebastiano di Re d’après un dessin de Carlo Theti, édité à Rome en 1560. Gravure sur cuivre, 410 x 545 mm.
Dans la légende, seggio désigne un édifice (n° 30, 35, 81).

1En Italie, les autorités urbaines ont précocement divisé le territoire urbain en portions précisément circonscrites et nommées – l’appellatif générique est complété par un déterminant toponymique – pour leurs besoins administratifs et politiques. Ces divisions offrent aux officiers chargés de la gestion urbaine le cadre spatial d’exercice de leurs juridictions et compétences, ainsi qu’une lisibilité, un ordonnancement du territoire citadin, collection d’unités administratives aux frontières soigneusement tracées, confinant les unes aux autres, sans interstices. L’opération, voulue et imposée par les pouvoirs urbains, tient du quadrillage. Le choix des limites n’y est jamais une question neutre ; souvent négocié, il n’est pas toujours unanimement consenti. En effet, ces découpages, et les mots qui servent à désigner les portions de territoire ainsi délimitées, varient selon les institutions qui les mettent en œuvre et les utilisent. Le lexique des circonscriptions politico-administratives reflète ainsi la coexistence de pouvoirs, parfois concurrents, dans la ville ; leurs découpages du territoire urbain se superposent et sont à l’origine d’une stratification de dénominations qui renvoient à des autorités et des fonctions variées. En outre, les divisions territoriales sont d’autant moins neutres qu’elles engagent aussi des partitions sociales ; elles découpent la population en autant de groupes, aux degrés de cohésion très variables selon les situations, constitués par la résidence commune dans une subdivision spatiale immédiatement identifiable par les autorités gouvernant la ville.

2Le vocabulaire des circonscriptions politico-administratives des cités italiennes est particulièrement riche, et constitue ainsi un point de départ fécond pour l’étude des désignations génériques des quartiers. Dans cette variété lexicale se traduisent à la fois la multiplicité et le profond enracinement territorial des institutions locales du gouvernement des villes d’Ancien Régime – institutions politiques, administratives, fiscales, militaires ou religieuses – et les spécificités historiques régionales des cités, du nord au sud de la péninsule. Ce lexique administratif a pu s’enrichir, ou se consolider, dans la longue durée, de l’époque médiévale à nos jours : les contrade de Sienne ou les sestieri de Venise, par exemple, expriment cette étonnante longévité d’une partition spatiale urbaine remontant au Moyen Âge. En effet,

dans les grandes et les petites villes, à Milan, Pise ou Pérouse, selon une chronologie propre à l’histoire de chaque communauté, à la première phase d’institution du régime communal correspond une division de l’espace urbain. Ces nouveaux quartiers, qui n’ont rien à voir avec les anciennes circonscriptions romano-byzantines, sont surimposés sur le puzzle des paroisses. Ils assurent, grâce à une répartition équilibrée de la population entre ces cadres, une participation relativement égalitaire dans le choix des divers magistrats (Crouzet-Pavan 1993 : 200).

3Les exemples de Sienne ou de Venise ne doivent cependant pas suggérer que les divisions administratives sont généralement stables sur plusieurs siècles. Il n’est pas rare que ces circonscriptions, à l’occasion d’agrandissements urbains ou de mutations institutionnelles, soient remaniées. Certes, une réforme des découpages n’est pas nécessairement accompagnée de celle des désignations génériques des subdivisions, mais un changement de mot témoigne assurément d’une transformation institutionnelle dont les aspects lexicaux peuvent contribuer à éclaircir le sens.

  • 1 L’enquête ne pouvait aborder, dans le cadre réduit de cette contribution, un grand nombre de sites (...)
  • 2 Une recherche plus étendue, rassemblant des données sur des centres urbains plus nombreux, pourrai (...)

4Dans une perspective de longue durée, il ne semble donc pas inutile, dans un premier temps, de s’attacher à établir des séries chronologiques d’appellatifs génériques du quartier, tels qu’ils apparaissent dans les documents consultés (textes législatifs, descriptions, guides et éloges des cités, plans anciens) pour quelques villes particulières1. On peut ainsi tenter de suivre l’émergence des mots et leur élimination par d’autres désignations concurrentes lors des moments de réforme, étape préalable à l’analyse des logiques et des enjeux de ces nouvelles dénominations2.

5Cette démarche permet également de collecter les mots utilisés pour désigner des circonscriptions politico-administratives à l’échelle de l’aire linguistique italienne et d’introduire ainsi une dimension comparative dans l’étude. Si certains mots restent d’un usage très local, d’autres sont plus amplement diffusés et partagés, changeant parfois de registre de langue lorsque l’on passe d’une ville à une autre. Des mots qui s’effacent du vocabulaire administratif peuvent en effet trouver un usage dans d’autres registres. Car le lexique institutionnel ne rend évidemment pas compte de l’ensemble des façons de nommer les quartiers. À côté des désignations qui trouvent leur origine dans les institutions de gouvernement et de gestion de la ville, d’autres mots divisent l’espace urbain en caractérisant des territoires d’ampleurs variées par des traits sociaux ou morphologiques ; ils relèvent des registres techniques ou des parlers communs. Ces diverses unités territoriales et sociales coïncident-elles parfois ? Quels vocables appartiennent à plusieurs de ces registres, comme celui de la langue administrante et celui des parlers communs, avec quelles variations de sens éventuelles ? Quels facteurs ont rendu possible cette perméabilité ? Les mots du quartier de ces différents registres entrent aussi parfois en concurrence, et l’on peut alors s’interroger sur les résistances des habitants à l’adoption d’un vocable.

6Le panorama esquissé du lexique des divisions administratives de la ville permettra enfin d’analyser l’introduction tardive, à Naples, du mot quartiere dans la terminologie institutionnelle, à l’occasion d’une réforme des découpages territoriaux voulue par la monarchie éclairée des Bourbons à la fin du xviiie siècle, dans la perspective de garantir l’ordre public dans une capitale en croissance et d’affirmer la tutelle royale sur les pouvoirs locaux. Nous tenterons d’expliquer le choix de ce mot, dans l’ensemble des ressources lexicales dont disposaient les promoteurs de la réforme, pour désigner la nouvelle partition de la ville en douze portions. Cet exemple sera confronté à celui de Montalcino, où l’utilisation récente de ce même mot, quartiere, prend un tout autre sens.

Les découpages politico-administratifs : répertoire des mots selon les villes

7Un relevé, chronologiquement ordonné, des mots désignant les quartiers administratifs dans quelques villes, permet de prendre rapidement la mesure de la richesse du vocabulaire employé et de sa variété régionale. On peut en particulier y noter les moments de réforme des découpages et des mots qui les établissent.

  • 3 Pianta delia città di Firenze rilevata esattamente nell’anno 1783, e dedicata a S.A.R. Pietro Leop (...)

8Florence est divisée dès le xie siècle en quatre quartieri qui tirent leur nom des quatre portes principales de la ville : San Piero, del Vescovo, San Pancrazio et Santa Maria. Cependant, au siècle suivant, une nouvelle enceinte inclut dans le périmètre fortifié le faubourg qui s’était développé au-delà de l’Arno. L’expansion de l’espace intra-muros entraîne une réorganisation administrative. La ville est alors divisée en six sestieri, ou sesti, subdivisés en vingt gonfaloni : la partie sud est découpée en trois sestieri tandis que les trois quartieri du nord sont transformés en trois sestieri. Chaque sestiere a le contrôle d’un territoire compris dans les murs et d’un territoire extra-muros ; chacun dispose de ses propres magistrats, droits, franchises et juridiction, et a donc son tribunal, ses murs à défendre, ses églises. Mais il y a encore d’autres territoires dans le sestiere : la parrocchia (paroisse) et la contrada. Les habitants de la contrada – territoire de moindre ampleur que le sestiere – ont des droits majeurs sur ce territoire par rapport aux habitants qui lui sont extérieurs. Puis, avec la nouvelle enceinte de la fin du xiiie siècle, on revient à un découpage en quatre quartieri. En 1343, la ville est découpée selon les quartieri de S. Giovanni, S. Croce, S. Maria Novella et S. Spirito Oltrarno, chaque quartiere étant divisé en quatre gonfaloni. Dénominations et divisions restent inchangées par la suite (Fanelli 1980 : 18-20, 44-45). En témoigne, par exemple, le plan de Ferdinando Ruggieri, édité en 1731, qui comporte les limites des quatre quartieri et un cartouche pour chacun d’eux, inventoriant les édifices les plus remarquables qu’ils contiennent. Le plan de 1783 dessiné par Francesco Mangelli les représente également, selon le même principe3.

9On retrouve la division en sestieri à Venise, dans le derniers tiers du xiie siècle (San Marco, Castello, Cannaregio, San Polo, Santa Croce et Dorsoduro) : « L’organisation institutionnelle et administrative s’appuie sur cette partition. Les membres des différents Conseils sont, à l’origine, issus des diverses unités territoriales » qui correspondent au ressort juridictionnel des principales magistratures (Crouzet-Pavan 1993 : 202). Ce découpage a survécu jusqu’à nos jours. La sous-division administrative du sestiere est la contrada, qui se confond, dans ce cas précis, avec la paroisse.

10Quartieri pour une division en quatre parties, sesti ou sestieri pour six portions : on rencontre également la division en trois terzi ou terzieri. C’est le cas de Sienne, découpée dès le xiie siècle en trois triangles se joignant à la Croce del Travaglio (Terzo di Città, Terzo di S. Marrino, Terzo di Camollìa) : « Chaque tiers était structuré par ses églises et par les tours de ses familles aristocratiques qui, les unes et les autres, servaient à définir les circonscriptions plus petites des “lire” et des “popoli”. Les tiers avaient aussi une existence sociale et politique, par la force de ces familles et aussi des associations de quartier qui constituaient les cellules du Popolo. La commune préférait toujours les institutions collégiales où le nombre des membres était multiple de trois, pour que chaque tiers de la ville y fut également représenté » (Redon 1994 : 100). Chaque terzo avait son gonfalonier et se subdivisait en compagnies militaires.

11Parmi les villes qui connaissent une grande stabilité des découpages et de leurs désignations depuis le Moyen Age, citons encore Rome où les rioni divisent la ville en douze, treize puis quatorze portions. Ils se présentent comme l’héritage des regiones antiques, contribuant ainsi à forti-fiet le mythe de la continuité romaine.

12D’autres villes ont connu, en revanche, des réformes des divisions territoriales fortement inscrites dans le vocabulaire. Ainsi, Milan, au Moyen Âge, est divisée en quartieri qui tous partent du centre, de la piazza de’Mercanti, en suivant les axes principaux, et aboutissent à une porte dont ils prennent le nom. Le 8 novembre 1796, une réforme administrative met en place de nouvelles circonscriptions : huit rioni. Après la Restauration, une nouvelle réforme impose des circondari.

13À Naples, on rencontre d’abord les mots ottina, piazza, sedile, seggio pour désigner les circonscriptions civiles puis, à partir de la fin du xviiie siècle, le mot quartiere s’impose pour désigner un nouveau découpage en douze fractions : Avvocata, Chiaia, Mercato, Montecalvario, Pendino, Porto, S. Carlo all’Arena, S. Ferdinando, S. Giuseppe, S. Lorenzo, Stella, Vicaria. Le passage de quartiere à sezione s’opère lors de l’Unité : une Pianta topo-grafiche dei quartieri di Napoli dell’Officio Topogafico est encore rédigée en 1853 et publiée en 1861, mais en 1866 l’ouvrage de M. Turchi s’intitule désormais : Notizie e documenti riguardanti le condizioni igieniche della città raccolte nelle 12 sezioni. L’introduction de ce nouveau vocable pour désigner les unités administratives internes à la ville met fin au sens du mot quartiere comme circonscription administrative. Les sezioni reprennent les mêmes noms propres que les douze quartieri instaurés à la fin du xviiie siècle.

  • 4 Voir Heers 1979 : 382. Pour la délimitation des conestagie, voir Grossi Bianchi & Poleggi 1987 : 1 (...)

14Enfin, à Gênes, dès le xiie siècle, on compte d’abord sept puis huit compagne ; on en compte dix au xive siècle : Borgo San Tommaso, Borgo, Porta Nova, Soziglia, Porta, San Lorenzo, Maccagnana, Piazza Lunga, Castro, Borgo San Stefano. Ces circonscriptions juridiques, fiscales et militaires s’étendent de l’enceinte au littoral, chacune ayant ainsi un accès à la mer. Elles sont subdivisées en conestagie ou conestagerie (56 au xive siècle)4. À partir du xvie siècle, s’impose une nouvelle division en sestieri (Heers 1979 : 392). Ces mots désignent tous des quartiers précisément délimités, à l’usage des autorités urbaines. On les trouve mêlés, dans les textes officiels, avec d’autres termes : platea, contrada, curia – espaces non construits entre les maisons – et surtout albergo, qui se réfèrent à des portions du territoire définies par l’installation de grands clans familiaux.

  • 5 Notons que la France offre une terminologie semblable avec des divisions en quatre quartiers (Toul (...)
  • 6 Sestiere évoque assurément Venise, à cause de la longue durée de son usage dans cette ville mais, (...)

15Les mots terziere, quartiere et sestiere peuvent suggérer une modalité relativement uniforme de division de la ville, réalisée à des fins militaires, fiscales ou administratives, en trois, quatre ou six portions5. Et, en effet, on les rencontre dans l’histoire de plus d’une cité. L’usage administratif de ces mots, relativement étendu géographiquement et chronologiquement, leur conférait le sens générique de quartier administratif en dehors d’un contexte local déterminé. Ils n’épuisent cependant pas les ressources lexicales italiennes : ils taillent de larges territoires, subdivisés à leur tour en contrade, gonfaloni, ou autres. En outre, une ville peut ignorer ces mots, au profit de vocables locaux, qui n’ont de sens qu’en référence à cette ville particulière et à une de ses institutions : c’est le cas à Naples, jusqu’à la fin du xviiie siècle, où le mot ottina ne peut évoquer que cette cité, puisque c’est la seule ville d’Italie où ce mot ait été en usage6. Toutes les villes connaissent en revanche la division en paroisses (parrocchia), circonscriptions ecclésiastiques fondamentales pour la vie de la communauté et l’identification des espaces d’appartenance, dont les frontières peuvent coïncider, ou pas, avec les circonscriptions civiles.

16Contrairement à quartiere ou rione qui sont passés dans d’autres registres de langue, certains de ces mots comme terziere, sestiere ou ottina n’ont pas d’autre sens que celui d’un découpage voulu par les autorités, servant à l’exercice du gouvernement urbain. Quel que soit le locuteur ou le contexte, ces mots désignent des découpages liés à l’exercice des pouvoirs urbains. Pour autant, leurs contenus politico-administratifs ne sont pas nécessairement tout à fait identiques.

Agrégations familiales, voisinages, solidarités et quartiers urbains

  • 7 Six Élus nobles (le seggio de Montagna en avait deux car il représentait aussi l’ancien seggio de (...)
  • 8 Piazza di Capuana : ottine di Capuana, Fistola e Baiano, Selleria, delle Case Nuove, del Mercato V (...)

17À origine, les membres des différents conseils ou assemblées politiques, les divers officiers du gouvernement urbain sont liés à des découpages territoriaux. Ainsi, à Naples par exemple, le Corps de Ville est organisé sur une base topographique : les charges sont partagées, à l’époque moderne, entre les citoyens du Peuple et la noblesse patricienne. La désignation de leurs représentants se fait, pour le Peuple, dans le cadre de vingt-neuf circonscriptions, appelées ottine, où s’assemblent les chefs de famille citoyens et, pour les patriciens, dans celui des cinq seggi ou piazze nobiliaires (Capuana, Nido, Montagna, Porto et Portanuova)7. Ces deux découpages quadrillent l’ensemble du territoire urbain, faubourgs compris, et ne sont pas complètement indépendants puisque chaque seggio regroupe plusieurs ottine8. Ces mots renvoient donc à la fois à une division de l’espace et à une partition des habitants reposant sur le statut social et les droits ou privilèges politiques des citadins. Selon que le découpage territorial est davantage imposé par le haut, inspiré par une rationalité toute géométrique, ou bien davantage l’émanation de groupes sociaux urbains devenus des « corps », des institutions de caractère officiel et des cadres de la vie politique, le degré de sentiment d’appartenance qui s’y trouve attaché varie fortement et, avec lui, les perméabilités possibles entre langue administrante et usages vernaculaires. Les mots du lexique politico-administratif sont ainsi plus ou moins investis, selon les villes et les époques, d’un sens politique, voire identitaire, qui s’ajoute à leur définition administrative et spatiale ; dans ce cas, le sujet intervient de façon centrale en négociant le sens des mots en fonction des situations où il les prononce.

18Ainsi, le mot seggio à Naples a un sens variable selon les contextes dans lesquels il est employé, comme en témoignent d’abord les définitions des dictionnaires. Par exemple, le Lessico universale italiano di Lingua Lettere Arti Scienze e Tecnica, édité à partir de 1968, donne de ce mot la définition suivante : « Dans le royaume de Naples, il était synonyme de sedile, agrégation de familles nobles ». La définition insiste ici sur le sens institutionnel et social plus que spatial ; mais pour le synonyme, sedile, on lit : « À Naples, c’était autrefois la dénomination des sezioni [sections] urbaines (correspondant à l’origine aux circoscrizioni [circonscriptions] de la ville instaurées pour la collecte annuelle des taxes dues à l’État) dans lesquelles les nobles étaient regroupés et organisés pour la tutelle de leurs intérêts ; on les appelait aussi seggi, portici, teatri, piazze… » La définition renvoie donc à une série de termes équivalents, mais insiste cette fois sur le découpage de l’espace en introduisant dans la définition les mots sezioni et circoscrizioni.

  • 9 « La diversité des noms qu’eurent autrefois nos Seggi peut se déduire de nombreux documents conser (...)
  • 10 De la même façon, dans la légende du plan de Naples édité par Antoine Lafréry en 1566, seggio dési (...)

19Les écrits des contemporains indiquent également cette série de termes apparemment interchangeables : seggio peut aussi se dire sedile ou piazza, et plus anciennement teatro, tocco et portico9. Ces sources confirment en outre les variations de sens du mot seggio : tantôt une circonscription urbaine, dans laquelle la noblesse patricienne se regroupe et délibère de ses intérêts, tantôt le groupe nobiliaire solidaire lui-même, qui est aussi une institution, une structure fondamentale du pouvoir communal, introduisant un principe de division sociale à l’intérieur de la noblesse citadine puisqu’une partie de l’aristocratie, dite fuori piazza, est exclue des seggi et, par conséquent, de l’exercice des charges municipales (Visceglia 1993). À ce double sens, qui renvoie du reste à l’ambiguïté même de la ville, tantôt entendue comme urbs (espace construit) tantôt comme civitas (communauté d’habitants), s’ajoute celui d’un bâtiment destiné aux assemblées nobiliaires (fig. 1)10. Giovanni Antonio Summonte écrit ainsi, « en premier lieu, par seggi [sic], j’entends un bâtiment, c’est-à-dire le Teatro [Théâtre], ou le Portico [Portique] réduit en forme d’habitation, car à Naples, et ailleurs, les lieux où les personnes rassemblées peuvent s’asseoir ou se promener s’appellent Portici » (Summonte 1601, éd. 1748, 1 : 235). Pour Camillo Tutini, en 1644,

20parlant de Seggio, il y a deux manières d’en formuler le concept […]. D’un côté, on entend par Seggio un lieu particulier de la ville, où certaines familles nobles se rassemblent pour les affaires publiques. D’un autre côté, le Seggio peut être décrit comme une division et distinction entre citoyens, par laquelle les Nobles se distinguent du Peuple, et se distinguent en même temps entre eux. De ce fait, il semble nécessaire de rechercher quelles furent les divisions plus anciennes et générales des gens comme des parties de la ville matérielle ; afin de pouvoir facilement en signaler les Seggi particuliers, et les séparations des familles nobles qui constituent formellement les Seggi : et décrite en même temps cette ville, et tout d’abord ses divisions en regioni [régions], et quartieri [quartiers] (Tutini 1644 : 3).

  • 11 Dans le « Plan de Naples » qui accompagne le Voyage d’un François en Italie de Lalande (t. IV), pu (...)

21Derrière un usage apparemment indifférencié des divers vocables donnés comme équivalents de seggio, se cachent, à y regarder de plus près, des nuances qui tiennent précisément aux divers sens du mot. Ainsi, seggio peut être, dans certains cas, remplacé par le mot piazza, car « les nobles de cette cité se plaisent à appeler leurs parties de la ville Piazze, du nom le plus noble que l’on puisse leur donner. Ainsi, de nos jours, tout comme les autres villes sont divisées en Regioni, Sestieri, Quartieri, Portaggi, ou d’autres façons encore, qui sont dites leurs parties ; de même la ville de Naples est divisée en six Piazze principales seulement » (Summonte 1601, éd.1748 : I, 152). Camillo Tutini précise que piazza « se dit Platea en latin, du mot grec Platir, c’est-à-dire lieu plat et spacieux ; en tout cas, Seggio est à Piazza ce qu’est l’espèce au genre, d’où l’on peut dire, c’est un Seggio donc une Piazza, parce que c’en est une partie ; où se retrouvent les Nobles, qui demeurent dans cette Piazza. Mais on ne peut dire, c’est une Piazza donc un Seggio, parce que la Piazza comprend les Nobili [Nobles], qui sont hors du Seggio, et les Cittadini [Citadins/Citoyens] qui habitent en cette Piazza » (Tutini 1644 : 37). Piazza désigne donc, pour cet auteur, la portion de territoire avec tous ses habitants, tandis que seggio renvoie au contenu politique et social de ce découpage, et ne se réfère donc qu’à la seule noblesse dite de seggio, c’est-à-dire jouissant de prérogatives au sein du gouvernement urbain. Piazza, qui vient en effet du latin platea (rue large et principale) a une acception plus strictement territoriale que les synonymes seggio et sedile. Aussi, seuls ces derniers désignent-ils également l’édifice servant aux assemblées nobiliaires. L’expression « Sedile della piazza di Porto », contenue dans la légende du plan de Naples de 1775 de Giovanni Carafa11, pour désigner « le nouvel Édifice noble » (Carletti 1776 : 91), terminé en 1748, rend bien compte du fait que piazza d’un côté, sedile et seggio de l’autre ne sont pas tout à fait des équivalents linguistiques.

  • 12 Dans ses études sur la demeure aristocratique à Naples à l’époque moderne, Gérard Labrot a bien mo (...)

22Le seggio est donc une circonscription territoriale définie à l’origine par l’implantation et le regroupement des familles aristocratiques, même si, à partir du xvie siècle, la résidence des familles inscrites dans les seggi commence à sortir de ce cadre spatial12. Se dire de tel ou tel autre seggio ne signifie donc plus nécessairement y habiter : la distinction sociopolitique en termes de privilèges, puisque seule l’appartenance à un seggio permet à un noble de participer à la gestion politique de la cité, prévaut sur la division territoriale à laquelle elle est liée. L’importance de l’enracinement territorial de la noblesse citadine dans les seggi est toutefois soulignée dans le vocabulaire employé par les auteurs traitant de la ville, durant toute la période moderne. Ainsi, si certains font remonter l’institution des seggi à Charles Ier d’Anjou, d’autres en font un héritage antique :

23Toute la ville de Naples […] fut divisée en 5 Tribù [tribus], ou encore Fratrie [fratries] […] portant les noms de Nilo, Forcellese, Montagna, Capoana, et Termense […] ; et nous observons que toutes ces Regioni [régions], bien que n’étant pas positivement limitées, ont conservé les mêmes noms que ceux qui leur furent donnés dans les temps très anciens (Carletti 1776 : 26).

  • 13 La Police et le gouvernement de la République de Venise, par Gaspar Contarin, traduite de Latin en (...)

24On retrouve ce mot de tribù au sujet de Venise et de sa division en sestieri : Gasparo Contarini évoque, dans sa description de la république de Venise les « six tribu, selon lesquelles toute la ville est divisée » (Contarini 1591 : 34). Dans la traduction française de cet ouvrage, d’après l’édition en latin de 1544, on lit : « Le Prince ha six Conseillers adiointz à luy, qui sont isseus des six lignées, ou quartiers, esquels la cité est divisée, c’est de chacun quartier un Conseiller13 ». Pour Bologne, un chroniqueur du xviie siècle rappelle qu’« en 1088, la ville fut divisée en quatre Quartieri, et Tribù » et que, en toutes occasions, chacun devait se placer « sous l’enseigne de sa Tribù, ou Quartiere » (Alidosi 1621 : 2 et 157). Ces citations, en établissant une équivalence entre « quartier », « sestier » d’une part et « lignée » ou « tribu » d’autre part, montrent bien comment les unités territoriales politico-administratives ont pu être dessinées, dans les villes italiennes, par l’implantation des clans nobiliaires urbains.

25Il apparaît donc que, si les villes italiennes élisent leurs officiers et magistrats, organisent leur défense ou perçoivent leurs taxes sur la base de subdivisions topographiques de l’espace urbain, il n’en reste pas moins que les quartiers ainsi définis restent plus ou moins, selon les cas, l’expression de groupes ou de fédérations de groupes familiaux, dont les liens sont renforcés par le voisinage et les solidarités politiques ou militaires (Heers 1974). Cette cohésion peut se manifester, par exemple, par l’investissement collectif dans certains lieux de culte du quartier.

  • 14 Voir Grendi 1975, désormais dans Grendi 1987 : 49-102. La réforme institutionnelle de 1 528 réduit (...)

26À Gênes, du xiiie au xvie siècle, l’albergo rassemble dans une étroite proximité de l’habitat plusieurs familles, alliés, parents et clients, symboliquement réunis autour d’un patronyme, d’un emblème et de la maison, et assurant la gestion commune de certains espaces14. Le voisinage cimente le clan par l’étroite solidarité de l’habitat – les maisons, serrées les unes contre les autres, sont tournées vers l’espace clos de la vie sociale du groupe – et le contrôle de la propriété immobilière (Poleggi 1999 : 249). Comme dans le cas de la vicinia du xve siècle, association d’habitants avec ses gouverneurs et ses biens propres, fondée uniquement sur les liens de voisinage, le partage des lieux de résidence y tisse l’essentiel des solidarités. Cependant, les vicinie « vivent hors des cadres traditionnels et institutionnels des conestagie seules reconnues par la commune », et n’élisent jamais de représentants aux différents conseils (Heers 1974 : 150) alors que les alberghi, sans quadriller l’espace citadin comme les circonscriptions administratives, n’en sont pas moins des institutions et des cadres politiques « reconnus par toutes les instances de la cité » (ibid. : 91).

  • 15 « […] parce que les hommes ont de bonnes raisons politiques de vouloir rester dans un district tra (...)
  • 16 C’est dans le cadre du gonfalone qu’était dressée la liste des hommes adultes résidents éligibles (...)

27Dans la Florence médiévale, la géographie sociale et politique était organisée par des regroupements topographiques familiaux qui dominaient les différentes parties de la ville, les consorterie. En dépit du déclin de ces clans, des études ont montré combien le gonfalone, subdivision du quartiere, faisait encore l’objet, à la Renaissance, d’un puissant investissement lignager15. Dans ce cas encore, on peut souligner le double sens du mot, à la fois district territorial précisément délimité, qui pouvait être le cadre de formation et d’expression d’un « esprit de corps » pour ses habitants (solidarités de voisinage, liens économiques, confréries, etc.) et institution politique pour une élite16.

28Même en dehors des grands clans nobiliaires qui ont pu s’imposer comme cadres politiques, les unités territoriales qui divisent la ville italienne d’Ancien Régime sont souvent bien plus que de simples circonscriptions administratives : ce sont aussi des unions de voisinage, des communautés politiques (assemblée des chefs de familles, élection de représentants), des cellules sociales gérant leur territoire d’appartenance (police des lieux, secours des pauvres, entretien de l’église, etc.) et affirmant parfois leur identité à travers bannières, couleurs et insignes. Les coïncidences ne sont donc pas rares entre les divisions administratives et les cadres de vie ou les quartiers vécus. Souvent, les circonscriptions territoriales de la ville ne sont pas seulement destinées à faciliter l’administration quotidienne de la cité (finances, ravitaillement, défense, police, travaux publics, etc.), mais jouent un rôle proprement politique dans les processus de désignation des officiers et des magistrats urbains.

29Aussi ne peut-on s’étonner, dans ce cas, de voir les désignations administratives des quartiers envahir tout discours sur la ville, dépassant très largement les seuls usages des autorités.

30Un bon indice de l’attachement à ces unités territoriales, dans la vie quotidienne comme dans l’imaginaire urbain, serait sans doute donné par la mesure de la diffusion des mots du quartier, repérés d’abord dans les sources institutionnelles, et relevant donc d’une terminologie officielle, dans d’autres registres de langue. Or, pour les époques passées, l’enquête n’est pas facile à mener. Où trouver les sources permettant de vérifier ces perméabilités entre langue administrante et parlers communs ? À ce titre, les procès anciens peuvent se révéler riches d’enseignements. Certes, les témoignages produits devant les tribunaux ont été retranscrits par un officier médiateur, souvent « traducteur » des parlers populaires selon les normes acceptables par l’administration, sans compter que le témoin lui-même sait qu’il s’exprime au sein d’une institution. Sans naïveté excessive, on peut néanmoins exploiter ces documents pour tenter d’approcher les « façons de dire » des citadins.

  • 17 Archivio di Stato de Naples (dorénavant ASN), procès civils de la Gran Corte della Vicaria concern (...)
  • 18 ASN, Archivio di Polizia, Consulte 24, fol. 306 sq.
  • 19 Je remercie Piero Ventura de m’avoir communiqué les résultats de ses recherches sur la désignation (...)

31On l’a noté plus haut, Naples était divisée, du xvie au xviiie siècle, en cinq seggi nobiliaires et vingt-neuf ottine populaires, circonscriptions de base pour l’élection des représentants du Peuple (Popolo) au sein des magistratures citadines. Une enquête menée sur des archives judiciaires du xviiie siècle17 montre que la localisation de la résidence se fait ordinairement par l’indication de la rue (vicolo, vico, strada, rua, salita), ou d’un édifice connu (porte, église, monastère), ou encore d’un toponyme seul, sans appellatif générique. Les circonscriptions administratives n’y apparaissent guère mais il faut noter toutefois que de nombreux recours au roi émanent des complateari (habitants de la même platea), ou encore du « prêtre de l’ottina et des complateari di strada » comme on peut le lire dans un document parvenu aux officiers royaux de police en 179618. Cette dernière expression, dans la confusion qu’elle semble introduire entre la paroisse et l’ottina, indique du moins que l’ottina était perçue comme une communauté d’habitants solidaires. Les recherches de Piero Ventura sur des séries de documents judiciaires des xvie et xviie siècles19 montrent aussi que si le toponyme seul domine dans les localisations résidentielles, la terminologie officielle (ottina, seggio, parrocchia) n’est pas absente pour autant. On peut même se demander dans quelle mesure les noms propres associés aux circonscriptions urbaines ne sont pas entrés plus aisément dans la toponymie consolidée. Piero Ventura remarque aussi l’importance du mot platea, ou complateari, qui semble désigner une subdivision de l’ottina, voire l’ottina elle-même. La description minutieuse de Naples et de ses institutions qu’offre l’ouvrage de Giulio Cesare Capaccio peut aider à éclaircir le sens de platea. Au sujet du rôle des capitaines de l’ottina, il précise en effet : « Leur office jouit d’une grande réputation car ils doivent s’occuper de leurs Complateari, et de tous les habitants de l’ottina, natifs ou étrangers, dont ils doivent prendre soin qu’ils ne soient ni offensés ni offenseurs » (Capaccio 1634 : 647). Voisins, les complateari apparaissent comme un groupe quasiment institutionnel, représentatif de l’ottina. En outre, Piero Ventura a remarqué la similitude entre strada et ottina, souvent accompagnées des mêmes déterminants topo-nymiques. Strada est donc un terme générique désignant une portion de territoire, le cœur de l’ottina, ou par métonymie, l’ottina même.

32À travers les mots platea, complateari, strada s’expriment, semble-t-il, dans le langage commun comme dans le lexique officiel, des groupes solidaires de voisins dont les liens doivent beaucoup à l’organisation des pouvoirs du Peuple à son niveau le plus élémentaire : contrôle social exercé sur de petites fractions du territoire par les capitaines des ottine, personnages respectés connaissant bien tous les habitants, leurs activités et leurs affaires ; assemblées des chefs de familles citoyens pour l’élection des capitaines et autres nécessités.

33Cependant, toutes les unités administratives territoriales des villes italiennes d’Ancien Régime ne constituent pas un espace social animé d’intenses solidarités ni d’identités corporatives. Il en est ainsi à Venise, partagée depuis le xiie siècle en six sestieri, subdivisés en contrade qui se confondent avec les paroisses. Élisabeth Crouzet-Pavan (1993) a utilisé des témoignages déposés devant les cours criminelles pour évaluer la reconnaissance des unités administratives dans les usages communs. Le sestiere, hors des décisions administratives, n’est jamais nommé. La contrada devait apparaître obligatoirement dans tous les actes publics et privés. Or, dès le xve siècle, « l’individu ne souscrit pas spontanément à cette définition officielle de l’identité ». D’où une « distorsion effective entre la représentation publique de l’espace et la perception des contemporains. Le témoin ne se pense pas, ne pense pas les autres et ne pense pas ses trajets dans les cadres des circonscriptions territoriales. Cette géographie, bien sûr, ne lui est pas étrangère. Elle forme une strate, plus ou moins bien constituée, de sa mémoire mais ne sert cependant pas à la localisation de tous les souvenirs. Les frontières administratives et de l’expérience ne se superposent pas » (Crouzet-Pavan 1993 : 203 et 1992, 1 : ch. 7). Les solidarités de la contrada connaissent ainsi un étiolement, au profit du déploiement des réseaux dans le cadre unitaire de la ville. Les patriciens ne choisissent pas de construire et d’habiter dans un sestiere ou une contrada préférés (Romano 1987 : 120 sq.), entendus comme bases locales du pouvoir. Activités économiques et surtout mutations du système politique avec l’affirmation du régime patricien, imposent l’élargissement de la sphère des relations aux dépens du jeu des influences locales, même si la contrada peut se recharger de sens temporairement, par exemple pour une fête.

Portes et rues dans les modalités du découpage spatial

34Les désignations du quartier ne sont pas isolées des autres mots de la ville ; elles forment souvent système avec un vocabulaire désignant d’autres niveaux de la réalité urbaine. La recherche ne doit donc pas négliger cette articulation avec d’autres catégories de vocables, d’autres champs sémantiques, car les logiques des découpages ne reposent sans doute pas seulement sur des considérations politiques, administratives ou sociales, mais aussi sur des façons de se repérer dans la cité, de percevoir le tissu urbain et de lui donner sens en faisant émerger des points de référence. Il n’est donc pas indifférent que les mots du quartier s’articulent à d’autres mots de la ville comme les portes, les églises, les places ou les rues.

  • 20 Porta Comacina, Porta Nuova, Porta Orientale, Porta Romana, Porta Ticinese et Porta Vercellina. Vo (...)

35Notons en premier lieu la fréquence de l’association des mots désignant les quartiers au mot porta, et donc à l’enceinte. Cela s’explique par le découpage traditionnel des villes médiévales divisées per portas, et témoigne d’un ordre lié au périmètre défensif, et aux fonctions militaires qu’avaient ces circonscriptions (surveillance des portes, de l’enceinte, levée des milices). À Milan, le mot porta devient synonyme de quartiere, comme le montre l’expression de Serviliano Latuada, dans sa description de Milan en 1737 : « Chaque Porta de la Ville forme une compagnie de la milice » (Latuada 1737-1738, 5 : 163). Porta, dans ce cas, ne désigne plus la porte ouverte dans les remparts urbains, mais bien une portion de territoire en correspondance avec une porte, qui en prend le nom, et qui sert de base territoriale à l’organisation défensive de la Commune. La division en quatre quartieri caractérise, au Moyen Âge, de nombreuses villes d’origine antique, comme Florence ou Bologne par exemple. Le castrum romain était en effet percé de quatre portes correspondant aux extrémités du decumanus et du cardo ; ces quatre portes principales commandaient la partition de l’espace intra-muros en autant de portions. Ainsi, à Bologne, les quartiers « sont appelés par le nom des quatre Porte, à savoir Stiera, Ravennata, Procolo et de S. Cassiano, et à chacun fut assignée une église, dans laquelle devaient se rassembler à chaque occasion les hommes du Quartiero. […] On l’institua pour ordonner la Milice, afin qu’en cas de besoin, le Peuple puisse promptement secourir » la ville (Alidosi 1621 : 157). À Florence aussi, les quartiers tiraient leur nom des quatre portes principales de la ville. À Milan, après la destruction des remparts par les troupes impériales, en 1162, l’enceinte est reconstruite, et six portes en commandent désormais l’accès. La ville est alors divisée en six unités20 qui sont cependant toujours désignées comme quartieri – le découpage en six aurait dû imposer le mot sestiere –, ce qui vient renforcer l’idée d’un lien très étroit entre les mots porta et quartiere. Quartiere désigne alors un mode de découpage de l’espace dicté par l’enceinte et ses ouvertures, dessinant des aires triangulaires, dont la pointe est la place civique tandis que la base est formée par une portion d’enceinte percée de la porte éponyme.

36Comme le souligne, dans la définition du mot quartiere, le Grande Dizionario della lingua italiana, dans de nombreux cas, la division en quatre quartieri « semble trouver son origine dans la structure typique du castrum romain dont les rues principales, perpendiculaires […], distinguaient l’habitat en quatre parties ». À y regarder de plus près, ce ne sont pas, comme le laisse entendre cette définition, les axes principaux (decumanus et cardo) qui servent de limites aux quartiers et permettent de découper rigoureusement la ville en quatre parties à peu près égales. Ces rues principales et les portes sur lesquelles elles débouchent forment au contraire le cœur de ces quartiers. Ainsi, à Florence, « les limites des quartiers suivent grosso modo les diagonales de la ville romaine rectangulaire » (Fanelli 1980 : 10).

37Ces remarques doivent attirer l’attention sur les rapports entre le quartier et la rue. À un découpage qui inscrit la rue principale à l’intérieur du quartier semble faire suite, selon une chronologie variable suivant les agglomérations, un autre usage de la rue, celui de ligne de partage. Les textes qui cherchent à décrire les quartiers et à les distinguer les uns des autres procèdent en fait de deux façons distinctes. Certains en présentent le contenu, dressant en quelque sorte un inventaire de ce qu’ils englobent (rues, monuments), d’autres au contraire en tracent le circuit qui passe alors par des rues rigoureusement nommées. Trois exemples peuvent illustrer cette observation.

  • 21 Voir aussi Dundes & Falassi 1975.
  • 22 Terzo di Città : Chiocciola, Pantera, Tartuca, Aquila, Selva, Onda. Terzo di S. Martino : Torre, V (...)
  • 23 Par exemple, la contrada de la Licorne est décrite de la façon suivante : « De l’église de S. Gior (...)

38Sienne fut divisée en trois terzi et un nombre variable de contrade. Très nombreuses au xiiie siècle, ces dernières furent réduites à quarante-deux après la peste de 1348, puis à dix-sept en 1729, et forment aujourd’hui encore « un exemple unique de structure sociale, qui se plaît à se penser en termes de petite patrie, de ville dans la ville, libre, indépendante et souveraine » (Falassi & Catoni 1982 : 26)21. Ces contrade étaient des agglomérations de population qui correspondaient à l’origine à un organe de gouvernement local subordonné à la commune (sindaci et consiglieri) et à une compagnia, organisation militaire comprenant tous les hommes adultes de la contrada. Dès le xve siècle, les contrade commencèrent à participer directement au Palio, la plus solennelle des fêtes citadines, et prirent progressivement complètement en charge son organisation. Après l’Unité, elles sont animées par une myriade de « sociétés », et cette réalité associative est encore très vive de nos jours. Un règlement de 1729, toujours en vigueur, établit les limites exactes des contrade et fixe leur nombre à dix-sept22. La description indique ce qui est compris, ou ce qui est exclu de chacune des contrade comme en témoignent les adjectifs « inclusivo », ou « esclusivo » lorsqu’il s’agit d’un bâtiment (église, campanile, couvent ou autres), ou encore les formules « comprendendo le case », « comprenda la strada », « comprenda la chiesa », « comprenda la strada da ambe le parti », « prenda tutta la piazza », etc.23.

  • 24 Chaque rione est placé sous la tutelle d’un Caporione, chargé de l’ordre public et de la défense d (...)
  • 25 Bernardini 1744 : dédicace à Benoît XIV. Voir aussi p. 8-9, les désaccords entre le Sénat et d’aut (...)
  • 26 Des plans de chaque rione sont réalisés quelques années plus tard et insérés dans Magnan 1778.

39Une description des rioni de Rome de 1744 procède en revanche d’une façon plus « moderne » en indiquant le circuit des rues qui en forment les limites : « per la via », « entra nella strada », « prende la strada », etc. Il s’agit en fait d’une réforme du découpage de la ville en quatorze rioni, réalisée par Bernardino Bernardini, prieur des Caporioni de Rome24, pour remédier « aux graves désordres engendrés par l’ignorance des confins de chaque Rione, née peu à peu de la construction de nouveaux édifices, du changement de nom des Contrade, et plus encore de l’obscure description des rioni25 ». Pour remettre les différentes instances du gouvernement local en accord sur les limites des différents rioni, une nouvelle « répartition » est ainsi déterminée. Si la description présente aussi l’inventaire des monuments, places et rues, ainsi que le nombre d’îlots contenus dans chaque quartier, les limites passent désormais par des rues bien définies, et marquées par des bornes : il est précisé que les confins sont situés au milieu de la rue, dont chacune des rives appartient alors à un rione différent (Bernardini 1744 : 19) (fig. 2)26.

Fig. 2. Plan du nouveau tracé des rioni de Rome (1744). « Planta Del nuovo Ripartimento de Rioni di Roma ». Par Bernardino Bernardini. Gravure sur cuivre, 220 x 260 mm. Le plan donne le nouveau tracé des quatorze rioni (Monti, Trevi, Colonna, Campo Marzo, Ponte, Parione, Regola, S. Eustachio, Pigna, Campitelli, S. Angelo, Ripa, Trastevere, et Borgo).
Les chiffres arabes renvoient aux édifices cités dans la description, les astéristiques aux bornes indiquant les confins des rioni.

  • 27 Summonte 1601, éd.1748 : I, 151. Cette équivalence entre strada et piazza apparaît clairement dans (...)
  • 28 Le mot latin platea (du grec plateia odos, rue large) signifie toujours la rue (voir Térence, And.(...)
  • 29 Giuseppe Franci, Piano politico, ed economico di un Dipartimento di Polizia per la Città di Napoli(...)

40À Naples, la rue, expression de la communauté de voisinage, constitue d’abord le cœur, le centre du quartier comme en témoignent, dans de nombreux textes des xvie et xviie siècles, les équivalences entre ottina, piazza et strada Selon Giovanni Antonio Summonte, la ville fut anciennement « divisée en trois strade [rues] », appelées aussi Piazze27, traduction en italien du latin platea28. Camillo Tutini évoque les « vingt-neuf Strade, ou Vicoli [rues] principaux de Naples [qui] chez les Anciens s’appelaient ottine, à la différence de ceux des Nobles » (Tutini 1644 : 171). Piazza ou strada appartiennent à un registre de langue plus commun que ottina. Ainsi, il n’est pas rare que les capitani delle ottine soient aussi appelés capitani di strada : « Vingt-neuf capitaines des Ottine, ou des Quartieri, appelés vulgairement capitaines de Strada » (Di Blasio 1739 : 12). Dans sa Chronique, Giovan Francesco Araldo évoque les Piazze Mercato, S. Giovanni a mare, Seleria et Scalesia (Divenuto 1998 : 143) : les déterminants toponymiques sont bien ceux des ottine. En revanche, dans le dernier tiers du xviiie siècle, les nouveaux découpages administratifs (quartiers de police) reconnaissent moins la rue comme le noyau du quartier, comme une unité territoriale inséparable des îlots qui la bordent et donc espace de déploiement des solidarités de voisinage, que comme un repère topographique clair, utilisable par conséquent sans ambiguïté, dans son abstraction géométrique, comme une ligne de démarcation, sans prise en compte des pratiques sociales qui lient les habitants des deux rives. Ainsi, en 1784, dans son plan d’établissement d’un Département de police, Giuseppe Franci propose de définir d’abord l’exacte « circonférence » du territoire urbain, puis de la faire diviser « par un Topographe expert et habile en douze parts aussi égales que possible, et de la façon la plus claire en les circonscrivant par les rues principales »29.

41Ce parti pris de géométrisation qui impose la rue comme frontière s’accompagne du recours à l’outil cartographique. Si l’on dispose précocement de descriptions des quartiers, leurs limites ne sont généralement pas tracées sur des plans avant le xviiie siècle, en coïncidence avec les premiers grands plans urbains zénithaux au relevé topographique précis. Ainsi lorsque Giovanni Carafa entreprend de réaliser, au milieu du xviiie siècle, une carte scientifique de Naples, il souligne qu’elle permettra une « plus juste division des Parrocchie et des Quartieri (appelés chez nous ottine à cause de leur nombre initial) qui sont aujourd’hui d’une disparité extravagante » (Carafa 1750 : 23).

Lexiques locaux, lexique national : des divers usages des mots contrada, rione et quartiere

42En inventoriant les différentes façons de désigner les circonscriptions politico-administratives dans des villes italiennes appartenant à des ensemble régionaux distincts, on a mesuré la richesse des lexiques institutionnels. Ce vocabulaire, souvent propre à une ville ou à un ensemble de villes, a été très largement diffusé, en dehors de la sphère des administrations locales urbaines, grâce, en premier lieu, à une vaste littérature érudite, qui s’épanouit à partir du xvie siècle, de descriptions, éloges et guides urbains. Ces textes exaltent, dans leur dimension historique, les éléments fondateurs de l’identité citadine, à travers inventaires de monuments et descriptions argumentées des institutions locales. Ce faisant, leurs auteurs s’interrogent sur les mots qui les désignent, sur leurs origines, leur sens et ses évolutions ; ils tentent, par des comparaisons et des équivalences, d’en éclaircir le contenu pour un esprit « étranger » à la ville dont ils parlent. À travers ces pratiques de la comparaison, il apparaît que les mots contrada, rione et quartiere qui désignent respectivement des circonscriptions civiles à Sienne, Rome, et Florence, sont utilisés, contrairement à d’autres mots comme seggio, ottina, albergo, etc., dans toute la péninsule italienne. C’est ainsi que les ottine de Naples sont parfois appelées quartiere, ou rapprochées des rioni de Rome. En outre, par rapport à des mots comme terziere ou sestiere qui signifient toujours des découpages administratifs, ces termes ont précocement acquis un sens générique pour désigner des unités territoriales identifiables par quelque caractéristique que ce soit ; aussi relèvent-ils de registres de langue variés. La fluidité de ces termes et l’extension de leurs usages invitent à analyser leurs variations de sens, en tenant compte de la chronologie tout comme de la diversité des usages régionaux.

  • 30 Par exemple : « la troisième Contrada à savoir Quartiero antique » (Tutini 1644 : 23).
  • 31 « Cette contrada, dans l’Antiquité, était recouverte par la mer, et aujourd’hui, c’est un vrai lab (...)

43Le mot contrada évoque d’abord la ville de Sienne, où il désigne des quartiers strictement délimités, d’origine politico-administrative et médiévale, qui forment encore de nos jours les cadres territoriaux de la fête du Palio ; les contrade s’affrontent alors dans une course de chevaux organisée sur la piazza del Campo deux fois par an. Aujourd’hui, autant qu’autrefois, l’appartenance à une contrada, avec ses banquets, ses cercles de sociabilité et ses fêtes, constitue un élément essentiel d’identité siennoise. À Montalcino, petite ville proche de Sienne, le sens du mot n’est déjà plus le même : on retrouve le terme contrada à l’époque moderne, mais pour désigner une région urbaine, un lieu-dit, correspondant à une rue et ses alentours (Carie 1993 : 429). Hors de l’ancien État de Sienne, le mot est aussi employé. Dans sa description de Naples, Camillo Tutini évoque une division antique de la cité, au temps de la fondation grecque, en quatre quartieri ; contrada est alors, sous sa plume, synonyme de quartieri30. À l’époque moderne, les auteurs de descriptions de Naples l’emploient assez rarement dans le sens indéfini de « région », « contrée », « quartier ». On trouve sous la plume de Giuseppe Maria Galanti l’expression « contrada del Pendino »31 ou « contrada del Mercato », mais le plus souvent le toponyme seul est employé pour désigner ces espaces infra-urbains ayant acquis une identité sociale ou morphologique propre, comme par exemple la Duchesca, lotissement du xvie siècle des jardins d’une résidence aragonaise. Dans d’autres cas, le mot est synonyme de rue. Pour Milan, Carlo Torre évoque « la longue et spacieuse strada [rue] » appelée « contrada di Pantano » (Torre 1674 : 38) ; et Turin comprend, au xviiie siècle, trente-deux « contrade principales », treize orientées est-ouest, et dix-neuf nord-sud (Craveri 1753 : 148). Ce double sens, quartier et rue, fait qu’il n’est pas toujours aisé de saisir le sens exact du mot contrada, tantôt rue au sens strict, voie de circulation, tantôt portion de territoire située autour de la rue.

44Ce sens générique du mot permet de mieux comprendre la légende du plan de Naples de Carlo Theti, édité en 1560 (fig. 1). Le principe organisateur de cette légende est la division de la ville en cinq contrade, choix surprenant puisque ce mot n’a jamais eu, à Naples, le sens de quartier administratif. Ces contrade ne correspondent à aucune division connue de la ville, mais forment cinq bandes couvrant tout le territoire urbain, qui s’étirent d’est en ouest, et se succèdent du nord au sud, arbitrairement semble-t-il. En fait, cette perception de l’espace, et l’organisation de sa lecture par la légende, a sans doute été suggérée par les trois anciens decumani, grands axes viaires est-ouest, qui correspondent aux trois premières contrade. L’auteur du plan a maintenu ce principe ordonnateur dans la suite de la légende, même en l’absence de grands axes parallèles au sud de la cité. Le choix du mot, moins entendu comme quartier que comme rue, ou plutôt région urbaine définie par la rue, trouve sans doute ainsi une explication. Aujourd’hui, le Grande Dizionario della lingua italiana indique « rue » comme premier sens de contrada, avant sa définition comme « quartiere, rione d’une ville ».

45Quartiere et rione ont une origine administrative. Selon le Vocabolario universale italiano, publié à Naples de 1829 à 1840, quartiere se dit d’une « partie de ville […] à laquelle préside un magistrat pour le gouvernement municipal ». Le Grande Dizionario della lingua italiana en donne le sens premier suivant : « À l’époque médiévale, chacun des quatre settori [secteurs] selon lesquels de nombreuses villes (comme Florence) étaient subdivisées. » Le Lessico universale italiano di Lingua, Lettere Arti Scienze e Tecnica, édité à partir de 1968, précise aussi que sa première signification historique est liée à la division en quatre parties de certaines villes :

De la même façon, d’autres villes sont divisées en trois terzi ou terzieri, d’autres en six sesti ou sestieri, d’autres encore en un nombre variable de rioni. De ces termes, seul rione a en commun avec quartiere le double sens plus générique et plus spécifique.

46Le sens de ces deux mots s’est donc étendu : ils désignent des divisions administratives urbaines quel qu’en soit le nombre ou la nature. Aussi sont-ils, dès la période moderne, des mots italiens génériques qui peuvent servir à traduire une terminologie locale. Dans de nombreux textes législatifs concernant Naples sous la domination espagnole, on rencontre l’expression « ottina à savoir quartiere », qui met bien en évidence cet emploi du mot dans un sens générique, donc compréhensible à l’échelle de l’aire italienne, de découpage administratif. Rione évoque Rome avant tout, même si dans d’autres villes, comme à Orvieto ou Pesaro, les circonscriptions administratives ont pris ce nom. Ce sens, localisé d’abord à certaines villes, s’est ensuite élargi. Ainsi, pour Naples, où rione n’eut jamais de signification institutionnelle comme à Rome, Carlo Celano évoque « vingt-neuf ottine, ou rioni » (Celano 1692, éd. 1856, 1 : 208-209) et Domenico Antonio Parrino signale que « la ville se divise en vingt-neuf Rioni ou Regioni que nous appelons ottine » (Parrino 1751 : 50). La référence romaine, fondée sur l’exceptionnel prestige de cette cité, fait de rione, découpage administratif de la caput mundi, l’équivalent linguistique d’autres circonscriptions urbaines, dont la dénomination, comme ottina, n’est claire que pour qui connaît les institutions particulières de Naples. Il s’agit bien sûr ici d’une « traduction » d’érudits, cherchant dans la culture latine les origines ou le modèle des institutions locales. Ainsi, Camillo Tutini compare les fonctions des capitaines des ottine à celles des Caporioni, tout comme Giulio Cesare Capaccio dans son dialogue Il florastiero : « D’où vient le nom des Capitaines, et quel est leur charge ? » demande l’étranger, auquel le citadin répond qu’« ils sont ainsi nommés pour être les chefs de leurs ottine, ou regioni, tout comme à Rome ils sont appelés les Caporioni » (Capaccio 1634 : 646).

47Quartiere et rione appartiennent désormais à des registres linguistiques très variés. Ainsi quartiere désigne « dans la terminologie urbanistique et dans l’usage commun, une sezione [section] de ville constituant un organisme reconnaissable par rapport au reste de l’agglomération urbaine » (Lessico… 1977), tandis que son sens administratif a été réactivé récemment : « Dans le langage commun et politique, chacune des entités, appelées circoscrizioni [circonscriptions] par la loi n°278 du 8 avril 1976, d’après laquelle une municipalité peut subdiviser son territoire pour permettre une expression plus directe des exigences des citadins et décentraliser certaines activités administratives » (Grande Dizionario… 1990).

48Bien que ces mots soient donnés comme synonymes dans les dictionnaires, à cause du sens générique de « quartier » qui leur est attribué, ce ne sont pas des équivalents neutres ; leur usage varie singulièrement selon les contextes urbains comme nous le montrent les cas de Rome et de Naples. Dans une longue continuité historique, rione désigne les circonscriptions de la Rome ancienne. En revanche, quartiere a été retenu pour découper le territoire urbanisé au-delà des murs. Dans le sens de quartier, sans détermination de nature administrative, rione est rarement employé à Naples durant la période moderne, mais ses occurrences se multiplient, au cours de la seconde moitié du xixe siècle, dans la langue technico-administrative et la littérature : il désigne alors des quartiers d’habitat populaire, nés de la croissance urbaine. Quant au mot quartiere, il se réfère d’abord, à Naples, à un découpage institutionnel : il peut être synonyme d’ottina, désigner des regroupements d’ottine au xviie siècle, puis c’est la désignation retenue, à la fin du xviiie siècle, pour la nouvelle répartition en douze quartiers. Son sens générique de fraction du territoire dotée d’une homogénéité reconnue se développe plus tard.

49Le recours aux dictionnaires se révèle insuffisant pour saisir la terminologie en usage dans chaque ville, et la variabilité des sens qui peuvent être attribués aux mêmes mots selon les localités. Seul un inventaire précis des mots du quartier propres à chaque ville, et le classement de ces mots à l’échelle de la péninsule, en fonction de leur diffusion dans divers registres de langue, ou dans un plus ou moins grand nombre de villes, fournit des données permettant d’interpréter les réformes des découpages et de leurs dénominations réalisées dans certaines cités italiennes.

Réformes administratives et choix lexicaux : deux exemples d’introduction tardive du mot quartiere dans la langue administrante

50Au moment de l’Unité, Naples fut divisée en douze sezioni : Avvocata, Chiaia, Mercato, Montecalvario, Pendino, Porto, S. Carlo all’Arena, S. Ferdinando, S. Giuseppe, S. Lorenzo, Stella, Vicaria. L’introduction de ce nouveau vocable pour désigner les circonscriptions administratives internes à la ville met fin au double sens que le mot quartiere avait jusqu’alors dans la ville (quartier administratif et désignation générique d’une portion de ville). En effet, ces sezioni reprennent les mêmes déterminants toponymiques que les douze quartieri instaurés à la fin du xviiie siècle.

  • 32 ASN, Plans et Dessins, cart. I, 1-12.
  • 33 Pianta Topografica della Città di Napoli Seconda lo Stato Attuale divisa in dodici Quartieri […]. (...)

51La capitale avait en effet été divisée en douze quartieri de police en 1779 et, par un décret du 4 août 1812, Murat confirma cette partition territoriale, n’y introduisant que des modifications mineures de frontières. Non seulement les douze quartieri sont maintenus mais, de simples quartiers de police, ils deviennent les circonscriptions en usage pour l’ensemble de l’administration (état civil, fiscalité, administration municipale, justices de paix, etc.). À la suite de ce décret, l’ingénieur Luigi Marchese réalise en 1813 les plans des douze quartieri de la ville32, après avoir dressé en 1804 les premières cartes des douze quartiers de police en 1804 (fig. 3), ainsi qu’un plan d’ensemble où les quartiers sont distingués par des couleurs différentes33. D’autres représentations cartographiques des quartieri sont éditées dans les années qui suivent, comme la Pianta della Città di Napoli de Giosuè Russo (1815) (fig. 4), ou les Piante Topografiche des différents quartieri du Reale Officio Topografico (1840). Le mot quartiere s’impose ainsi durablement, à Naples, dans la langue administrante, alors que jusqu’à cette date, il n’y était entré que très marginalement, en particulier comme traduction, dans les textes officiels ou les descriptions érudites de la cité, de mots d’un usage ancien et local comme ottina.

Fig. 3. Détail du plan du quartiere de S. Giuseppe Maggiore à Naples (1804). « Pianta Topografica del Quartiere di S. Giuseppe Maggiore ». Réalisé par l’ingénieur Luigi Marchese. L’original du plan publié ici est en couleurs.
Le tissu urbain du quartier représenté est d’une seule et même couleur, distincte de celle des îlots des quartiers limitrophes, mettant ainsi en valeur les limites qui passent toutes par des rues.

52Au xviie siècle, le mot quartiere est introduit pour désigner une nouvelle circonscription civile, mais qui n’est établie que temporairement. Giulio Cesare Capaccio nous apprend que les vingt-neuf ottine sont regroupées en neuf quartieri. La Ville paie neuf médecins, un par quartier, pour visiter les pauvres malades et leur administrer gratuitement des médicaments (Capaccio 1634 : 849). Une loi du 13 avril 1638, « De Officio Magistratus Politiae in Urbe, et Regno », prévoit de regrouper les vingt-neuf ottine en huit quartieri pour le contrôle des étrangers qui entrent dans la cité. Puis, dix quartieri sont formés, selon le même principe, par la loi du 30 janvier 1643, neuf par celle du 10 février 1643, dix à nouveau par celle du 28 novembre de la même année. Des dispositions législatives reprennent cette question en 1667, 1676 et 1684. Le nombre de ces quartieri est donc variable, et leur formation occasionnelle ; ce sont toujours des regroupements d’ottine.

  • 34 S. Ferdinando, S. Maria della Vittoria (puis Chiaia), Monte Calvario, S. Giuseppe, S. Giovanni Mag (...)
  • 35 Dans la réédition napolitaine de 1803 : 21.

53Il faut attendre l’institution d’une police royale, par la pragmatique du 6 janvier 1779, pour que soit opéré un nouveau découpage de la ville : « Que cette ville soit répartie en douze Quartieri, et que soit établi dans chacun d’eux un des juges de la Grande Cour criminelle. » Plus loin, le même texte législatif en donne un synonyme : le ripartimento du juge. Ces douze quartieri34 ne correspondent plus, comme au siècle précédent, à un regroupement d’ottine, mais de paroisses. Le guide de Naples de Giuseppe Maria Galanti, Breve descrizione della città di Napoli e del suo contomo (1792), adopte ce nouveau découpage urbain pour ordonner sa description : « Dans son gouvernement civil de police, Naples se divise en douze quartieri ; c’est pourquoi nous la décrirons selon ses quartieri, en rappelant leurs édifices principaux »35. Avec la réforme de cette police monarchique, le 7 novembre 1798, la répartition en douze quartieri est confirmée. Le mot ripartimento définit alors l’aire de compétence du sous-inspecteut, et apparaît ainsi comme une subdivision du quartiere : les 1315 rues et ruelles de la capitale sont « divisées entre les 72 Sous-Inspecteurs de telle sorte que chacun d’eux aura un ripartimento de 19 rues [strade], et ruelles [vichi] environ, dont on lui donnera la carte correspondante ». À chaque charge précisément définie correspond un territoire d’exercice des compétences : Commessario del Quartiere, Ispettore del Ripartimento. Enfin, le 2 janvier 1807, selon la circulaire du Commissaire général de police, la ville est divisée en douze quartieri et quarante-huit sezioni.

54Les douze quartieri institués à partir de 1779 font l’objet de divers ajustements de frontières au cours des décennies suivantes, mais l’appellatif générique et même, très rapidement, les déterminants toponymiques ne sont plus remis en question : le mot quartiere prend ainsi, à Naples, une signification administrative ordinaire. Comment expliquer le choix de ce vocable dans une opération de réforme du découpage de l’espace et des institutions comme celle qui intervient à Naples dans les deux dernières décennies du siècle des Lumières ?

55Cette création de nouvelles circonscriptions et l’innovation lexicale qui l’accompagne – même si le mot existait dans la langue italienne, il passe localement dans un registre de langue où il n’avait guère sa place jusqu’alors – correspondent aussi à une profonde réforme opérée par les pouvoirs publics en matière de contrôle du territoire urbain. Les quartieri nouvellement créés entrent en concurrence avec l’organisation territoriale des pouvoirs municipaux (division en ottine populaires et seggi nobiliaires). Jusqu’en 1799, date de l’abolition du gouvernement citadin à la faveur des événements révolutionnaires, découpages et dénominations anciens et nouveaux coexistent et se superposent. La réforme des Bourbons vise à imposer un contrôle territorial monarchique, par l’intermédiaire d’officiers royaux établis dans des circonscriptions qui délimitent clairement leur rayon d’action et à ôter progressivement ses prérogatives en matière de gestion urbaine au gouvernement municipal et aux élus du patriciat et du peuple.

Fig. 4. Plan de la ville de Naples (1827) « Planta della Città di Napoli deli-neatanel 1827 ». Réalisé par Giosuè Russo et gravé par Domenico Guerra, édité pour la première fois en 1815.

  • 36 ASN, Archivio di polizia, Consulte 23, f° 734.

56Le découpage effectué rompt radicalement avec l’organisation territoriale ancienne des pouvoirs. En effet, en se fondant sur un regroupement de paroisses et non plus d’ottine, comme cela s’était fait ponctuellement au xviie siècle, le nouveau découpage ne reconnaît pas la légitimité de ce petit territoire, cellule politique de base avec son assemblée des chefs de famille et son capitaine sous l’autorité de l’Élu du Peuple. La loi de police précise en outre que les officiers des ottine passent sous l’autorité des juges des quartieri. Par ailleurs, les frontières des quartieri font l’objet de plusieurs ajustements entre le xviiie et le xixe siècle, dans un souci de rationalité : les aires sont précisément délimitées par des rues, et doivent contenir à peu près le même nombre d’habitants. Les autorités civiles parviennent même à obtenir une réforme des paroisses afin de les faire coïncider précisément avec des quartiers géométriquement mieux définis. Ainsi, alors que dans un premier temps le maillage des paroisses a guidé la formation des nouveaux quartieri, la rationalisation du découpage civil conduit peu après à une redéfiniton des circonscriptions ecclésiastiques. S’impose donc un découpage reposant sur une analyse spatiale de la ville et nécessitant par conséquent des instruments cartographiques, alors que le découpage en seggi ou ottine s’appuyait sur des groupes disposant de droits politiques spécifiques (Marin 1993). Cette rationalité spatiale est évoquée dès le xviiie siècle pour justifier la réforme et démontrer que, par leur mosaïque irrégulière, les anciennes circonscriptions constituent un cadre obsolète. Le 11 août 1794, le magistrat à la tête de la police royale écrit : « Naples connaît cependant encore l’ancienne division en ottine qui est disproportionnée et mal établie36 ». Avec la création des quartieri de police, le pouvoir monarchique cherche ainsi à éliminer un pouvoir concurrent dans la gestion et le contrôle de la ville, à en briser l’organisation territoriale et les solidarités qu’elle engendrait perçues comme dangereuses pour la monarchie absolue. Les résistances de la population sont visibles lorsqu’en 1799 par exemple, profitant des événements révolutionnaires, on arrache les panneaux qui indiquent le nom des rues et les numéros des bâtiments, précisément mis en place à l’usage de la police royale en 1792.

  • 37 Les sondages réalisés dans des fonds d’archives judiciaires de la fin du xviiie siècle (procès civ (...)
  • 38 Giovanni Carafa, duc de Noja, Mappa topografica della città di Napoli e de’suoi contorni, éditée à (...)
  • 39 Notons que le mot quartiere est devenu à Naples toponyme dans un cas, celui des Quartieri spagnoli(...)

57Le choix de l’appellatif générique de ces nouvelles circonscriptions est cohérent avec l’ensemble du projet modernisateur. Alors que ottina et seggio sont des mots propres à la ville de Naples et renvoient à un héritage, celui de l’organisation séculaire des pouvoirs locaux, quartiere est beaucoup plus universel, ne participe d’aucun particularisme napolitain et désigne en premier lieu, dans la langue italienne, une circonscription administrative. À une terminologie locale qui reflète le poids de la tradition institutionnelle municipale est préféré un mot italien générique, donc facile à adopter par les habitants, et dont le sens est clair pour tous. En outre, au moment où il est introduit dans le vocabulaire administratif napolitain, il n’appartient quasiment pas aux usages communs37. Localement, l’emploi du mot ne peut donc guère entraîner de confusion ; il n’est que fort peu polysémique. Le terme relève alors plutôt des lexiques techniques. Contrada, quartiere et isola semblent être en effet les mots les plus couramment utilisés par experts, ingénieurs et architectes pour désigner, à l’époque moderne, dans le royaume de Naples, des unités spatiales (Labrot 1995 : 290 sq.). Dans la seconde moitié du xviiie siècle, quartiere est surtout employé par les architectes et les topographes dans un sens générique, sans connotation administrative. Ainsi, c’est le mot qui revient le plus souvent sous la plume de l’architecte Vincenzo Ruffo, dans son plan d’embellissement de la ville, pour désigner une portion du tissu urbain (Ruffo 1789). La légende du plan de Giovanni Carafa est également intéressante car quartiere y figure dix fois38. L’homogénéité sociale et productive semble dicter le choix lexical puisque dans neuf cas le déterminant toponymique est celui d’un métier ou d’une nation : « quartiere de’ ramari », « quartiere degli Argentieri », « quartiere de’ spadari », « quartiere de’ dipintori de’ quadri ordinari », « quartiere de’ Genovesi », etc. Une seule fois, « quartiere della Duchesca », l’unité morphologique (jardins lotis), semble l’emporter39.

58Lors de la réforme de 1779, retenir le mot quartiere pour la nouvelle division territoriale, ce n’était sans doute pas seulement se référer à un mot désignant de longue date dans d’autres régions italiennes une circonscription administrative et ayant ainsi acquis ce sens générique. C’était aussi emprunter un mot au lexique technique et donc opérer un découpage savant de l’espace urbain en unités mesurables et cartographiables, aux limites clairement tracées par des rues, fondées enfin sur des connaissances topographiques, géométriques et statistiques.

59Les citoyens de la ville se sont certainement reconnus, tant que fonctionnait le tribunal de San Lorenzo, dans l’ottina ou le seggio. Après 1799, le quartiere de police, qui devient rapidement celui de toutes les branches de l’administration, est la seule circonscription qui subsiste. On peut penser que la population n’y eut jamais le même attachement qu’aux circonscriptions anciennes, fondées sur des liens familiaux ou d’homme à homme, qui représentaient des groupes privilégiés enracinés et solidaires. Certes, cet espace restreint permet aux Napolitains de se rapporter aux formes du pouvoir : c’est dans leur quartier de résidence qu’ils vont porter plainte devant le juge de paix, déclarer leur changement de résidence pour l’état civil (loi de 1813), se rapporter aux officiers municipaux car l’eletto du quartier gère tout ce qui a trait aux fêtes publiques, à la bienfaisance, aux eaux, aux égouts, à l’occupation de la rue, etc. Mais le quartier est désormais totalement administré par le haut, et ces formes de gouvernement n’engendrent pas, à proprement parler, de vie de quartier ; rien de comparable en somme avec les assemblées des ottine. Cependant, par la multiplication des actes administratifs à réaliser à l’intérieur de ce cadre, la population est progressivement accoutumée aux limites de ces nouvelles circonscriptions. Aussi faudrait-il tenter d’enquêter sur d’autres sources pour voir comment s’affirme progressivement le quartiere comme espace de référence pour tous les habitants de la capitale, voire comme cadre d’expression des intérêts locaux.

  • 40 On trouvera un plan de ce découpage dans Carie 1993 : 428.

60Un cas beaucoup plus récent de création de nouveaux quartieri nous est fourni par la petite ville de Montalcino, près de Sienne, étudiée par Lucia Carie (1993 et 1996). En 1961, un groupe d’habitants décide de diviser la ville en quatre quartieri (Ruga, Pianello, Travaglio, Borghetto)40. Ils servent de cadre aux fêtes citadines, en particulier la Sagra del tordo, « fête populaire historico-gastronomique » créée en 1958, et à des compétitions de tir à l’arc dans lesquelles rivalisent les équipes représentant les nouveaux quartieri qui sont progressivement devenus le lieu principal de l’agrégation sociale et de la vie urbaine (banquets, cérémonies, et même distribution de bourses d’étude). Le choix du mot quartiere est significatif. Interrogés, les habitants tiennent à se distinguer de Sienne, et à ne pas faire apparaître leurs fêtes comme une pâle imitation des réjouissances siennoises. En effet, cette rivalité des quartieri évoque nécessairement celle des contrade. Se distinguer de Sienne imposait donc d’exclure les mots terzo et contrada, trop « siennois », et par conséquent de renoncer à inscrire cette recréation dans la continuité historique en réactivant précisément le mot terzo, circonscription en vigueur à Montalcino (terzi de S. Salvatore, de S. Angelo et de S. Egidio), comme dans de nombreuses localités de l’État de Sienne, jusqu’à ce qu’une réforme des pouvoirs locaux abolisse, en 1778, ce découpage. Le mot quartiere présente alors l’avantage de renvoyer également à un découpage administratif que l’on peut croire d’origine médiévale, comme à Florence. Ces quartieri sont en outre reconnus par les lois administratives italiennes ; ils possèdent chacun des statuts, un conseil, un président, un budget et bien sûr une équipe d’archers formée par les jeunes gens du quartiere.

61À Naples, la réforme a créé des quartieri strictement administratifs, concurrents des circonscriptions traditionnelles (ottina, seggio) liées à des solidarités sociales, à des droits politiques et donc investies de sentiments d’appartenance. À Montalcino, le mot quartiere permet au contraire d’inventer une continuité historique et de ranimer des communautés de voisinage. Cela nous renvoie à des histoires, des sociétés et des cultures urbaines très différentes. Qu’un mot identique, quartiere, soit utilisé pour mettre en œuvre des intentions aussi manifestement antinomiques montre bien toute l’ambiguïté de ce terme, ses sens et connotations variables selon les lieux et les moments. Les choix linguistiques qui accompagnent les réformes des divisions urbaines ne se comprennent qu’en référence à une histoire locale des mots utilisés tout en saisissant leur circulation et diffusion dans les divers registres de langue à l’échelle de la péninsule.

  • 41 Cette fête est organisée en mai, à l’initiative de l’association culturelle « Napoli è », née en 1 (...)

62L’enquête sur les mots du quartier permet, sur le cas italien, de mesurer l’importance historique des divisions administratives. Les quartiers objectivés par les pouvoirs locaux à travers leurs procédures de découpage doivent parfois beaucoup à des regroupements sociaux nettement définis ; les institutions, dont ils sont le cadre opératoire, contribuent à en modeler la physionomie. Il est remarquable que, même lorsqu’ont disparu les pratiques fonctionnelles, les principes représentatifs, les conditions sociales qui fondaient une subdivision urbaine, et alors que son appellation même semble être définitivement tombée en déshérence, celle-ci conserve une inscription dans l’histoire et la mémoire urbaines qui la rend toujours susceptible d’être rappelée à de nouveaux usages. Ainsi, deux siècles après leur abolition, les seggi retrouvent aujourd’hui, à Naples, une actualité grâce à l’institution du « Palio dei Sedili », manifestation accompagnée d’un cortège historique, destinée à revaloriser la patrimoine culturel de la cité41.

Bibliographie

Références bibliographiques

Alidosi, Giovanni Nicolò Pasquali. 1621. Instruttione delle cose notabili della città di Bologna, et altre particolari. Bologne, Nicolò Tebaldini.

Bernardini, Bernardino 1744. Descrizione del nuovo ripartimento de’Rioni di Roma fatto per ordine di N. S. Papa Benedetto XIV. Con la Notizia di quanto in essi si contiene. Rome, Generoso Salomone.

Bortolotti, Lando. 1982. Siena. Rome-Bari, Laterza.

Bouchard, Jean-Jacques. 1977. Œuvres, éditées par E. Kanceff. II : Voyage dans le royaume de Naples. Voyage dans la campagne de Rome. Turin, G. Giappichelli.

Boucheron, Patrick. 1998. Le pouvoir de bâtir. Urbanisme et politique édilitaire à Milan (xive-xve siècle). Rome, École française de Rome (Collection, 239).

Capaccio, Giulio Cesare. 1634. Il Forastiero. Naples, Giovanni Domenico Roncagliolo.

Capasso, Bartolommeo. 1876-1899. Catalogo ragionato dei libri registri e scritture esistenti nella sezione antica o prima serie dell’archivio municipale di Napoli (1387-1806). Naples, Francesco Giannini, 2 vol.

— 1883. « Sulla circoscrizione civile ed ecclesiastica e sulla popolazione della città di Napoli dalla fine del secolo xiii fino al 1809 », Atti dell’Accademia Pontaniana, 15 : 99-225.

Carafa, Giovanni. 1750. Lettera ad un amico contenente alcune considerazioni sull’utilità, e gloria, che si trarrebbe da una esatta carta Topografica della Città di Napoli e del suo contado. Naples.

Carle, Lucia. 1993. « Terzi, paroisses, quartiers : caractéristiques et évolution du tissu social et urbain de Montalcino du xviiie au xxe siècle », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 105, 2 : 413-440.

— 1996. La patria locale : l’identità dei Montalcini dal xvi al xx secolo. Florence, Giunta regionale toscana – Venise, Marsilio.

Carletti, Niccolò. 1776. Topografia universale della città di Napoli in Campagna Felice e note enciclopediche storiografe. Opera in cui si comprende il Testo scritto dallo stesso Autore della Mappa topografica della Città di Napoli, e suoi contorni ; colle Note corrispondenti alle numerazioni per illustrarne i luoghi, e i fatti antichi, e moderni. Naples, Stamperia Raimondiana.

Celano, Carlo. 1692. Notizie del bello, dell’antico e del curioso della Città di Napoli. Naples, G. Raillard. Réédition commentée par G.B. Chiarini, Naples, Stamperia floriana, 1856.

Contarini, Gaspare. 1557. La Police et le gouvernement de la République de Venise, traduit du latin par Jean Charrier. Lyon, Par Benoist Rigaud et Ian Saugrain.

— 1591. Della Republica et Magistrati di Venetia. Venise, presso Aldo.

Coulet, Noël. 1989. « Quartiers et communauté urbaine en Provence (xiiie-xve siècles) », in Monique Bourin (éd.), Villes, bonnes villes, cités et capitales : études d’histoire urbaine xiie-xviie siècle, offertes à Bernard Chevalier. Tours, Université de Tours : 351-359.

Craveri, Giovanni Gaspare. 1753. Guida de’Forestieri per la Real Città di Torino. Turin, Gian Domenico Rameletti.

Crouzet-Pavan, Élisabeth. 1992. « Sopra le acque salse ». Espaces, pouvoir et société à Venise à la fin du Moyen Âge. Rome, École française de Rome (Collection, 156), 2 vol.

— 1993. « Le peuple des quartiers », in Philippe Braustein (éd.), Venise 1500. La puissance, la novation et la concorde : le triomphe du mythe. Paris, éditions Autrement (Série Mémoires, 22) : 200-213.

De Seta, Cesare. 1969. Cartografia della città di Napoli. Naples, Edizioni Scientifiche Italiane, 3 vol.

Di Blasio, Gaspare. 1739. Ragionamento sull’Ufficio de’Capitani delle Ottine della Fedelissima Città di Napoli. Naples.

Divenuto, Francesco. 1998. Napoli, l’Europa e la Compagnia di Gesù. Naples, Edizioni Scientifiche Italiane.

Dundes Alan & Alessandro Falassi. 1975. La Terra in Piazza : An Interpretation of the Palio of Siena. Berkeley-Los Angeles, University of California Press.

Eckstein, Nicolas A 1995. The Distria of the Green Dragon : Neighbourhood Life and Social Change in Renaissance Florence. Florence, Olschki.

Falassi, Alessandro & Giuliano Catoni. 1982. Palio. Milan, Electa.

Fanelli, Giovanni. 1980. Firenze. Rome-Bari, Laterza.

Faraglia, Nunzio Federico. 1897. « Il censimento della popolazione di Napoli fatto negli anni 1591, 1593, 1595 », Archivio Storico per le Provincie Napoletane, 22, 2 : 255-311.

Faraglia, Nunzio Federico. 1898. « Le ottine e il reggimento popolare a Napoli », Atti dell’Accademia Pontaniana : 1-38

Galanti, Giuseppe Maria. 1803. Napoli e suo contomo, con un appendice. Naples, Società del Gabinetto letterario.

Grande Dizionario della Lingua Italiana. 1990. Turin, utet.

Grendi, Edoardo. 1975. « Profilo storico degli Alberghi genovesi », Mélanges de l’École française de Rome, 87, 1 : 241-302.

— 1987. La repubblica aristocratica dei Genovesi. Politica, carità e commercio fra Cinque e Seicento. Bologne, Il Mulino.

Grossi Bianchi, Luciano & Ennio POLEGGI. 1987. Una città portuale nel medioevo. Genova nei secoli x-xvi. Gênes, Sagep (2e éd.).

Heers, Jacques. 1974. Le clan familial au Moyen Âge. Paris, Presses universitaires de France.

— 1979. Société et économie à Gênes (xive-xve siècles). London, Variorum Reprints (1re éd. 1962).

Kent, Francis William. 1977. Household and Lineage in Renaissance Florence : The Family Life of the Capponi, Ginori, and Rucellai. Princeton, NJ, Princeton University Press.

Kent, Francis William & Dale V. Kent. 1982. Neighbours and Neighbourhood in Renaissance Florence : the District of the Red Lion in the Fifteenth Century. New York, Locust Valley (Villa I Tatti. The Harvard University Center of Italian Renaissance Studies, 6).

Klapisch-Zuber, Christiane. 1990. La maison et le nom. Stratégies et rituels dans l’Italie de la Renaissance. Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Labrot, Gérard. 1993. Palazzi napoletani. Storie di nobili e cortigiani 1520-1750. Naples, Electa.

— 1995. Quand l’histoire murmure. Villages et campagnes du Royaume de Naples (xvie-xviiie siècle). Rome, École française de Rome (Collection, 202).

Latuada, Serviliano. 1737-1738. Descrizione di Milano, ornata con molti disegni in Rame delle Fabbriche più cospicue che si trovano in questa Metropoli. Milan, G. Cairoli.

Lessico universale italiano di Lingua Lettere Arti Scienze e Tecnica. 1977. Rome, Istituto della Enciclopedia italiana Giovanni Treccani.

Magnan, Dominique. 1778. La Ville de Rome, ou Description abrégée de cette superbe ville, avec deux plans généraux et ceux de ses XIV Quartiers, gravés en taille douce pour la commodité des étrangers. Rome, V. Monaldini.

Marin, Brigitte. 1993. « Découpage de l’espace et contrôle du territoire urbain : les quartiers de police à Naples (1779-1815) », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 105, 2 : 349-374.

Napoli 1804. I siti reali, la città, i casali nelle piante di Luigi Marchese. 1990. Catalogue de l’exposition de Capodimonte (décembre 1990-mars 1991). Naples, Electa.

Parrino, Domenico Antonio. 1751. Nuova Guida de’Forastieri per osservare, e godere le curiosità più vaghe, e più rare della Fedelissima Gran Napoli, Città Antica, e Nobilissima… Accresciuta con moderne notizie da Niccolò suo Figlio. Naples, Giuseppe Buono.

Poleggi, Ennio. 1999. « Les espaces des étrangers à Gênes sous l’Ancien Régime », in Jacques Bottin et Donatella Calabi (éd.), Les étrangers dans la ville. Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme : 241-252.

Poleggi, Ennio & Paolo Cevini. 1981. Genova. Rome-Bari, Laterza.

Redon, Odile. 1994. L’espace d’une cité. Sienne et le pays siennois. Rome, Ecole française de Rome (Collection, 200).

Romano, Dennis. 1987. Patricians and Popolani : The Social Foundations of the Venetian Renaissance State. Baltimore-Londres, Johns Hopkins University Press.

Ruffo, Vincenzo. 1789. Saggio sull’abbellimento di cui è capace la città di Napoli. Naples, presso Michele Morelli.

Summonte, Giovanni Antonio. 1601. Historia della città e Regno di Napoli, ove si trattano le cose più notabili accadute dalla sua Edificazione fin’a tempi nostri. Naples, G.I. Carlino. Nouvelle édition : Naples, Domenico Vivenzio, 1748.

Torre, Carlo. 1674. Il Ritratto di Milano, diviso in tre libri […] nel quale vengono descritte tutte le antichità e modernità […] di Milano. Milan, F. Agnelli.

Tutini, Camillo. 1644. Del Origine e Fundazione de’Seggi di Napoli del tempo che furono istituiti e della separation de’ nobili dal popolo. Naples, Beltrano.

Visceglia, Maria Antonietta. 1993. « Un groupe social ambigu. Organisation, stratégies et représentations de la noblesse napolitaine, xvie-xviiie siècle », Annales esc, 48, 4 : 819-851.

Vocabolario universale italiano. 1835. Naples, Società tipografica Tramater.

Notes

1 L’enquête ne pouvait aborder, dans le cadre réduit de cette contribution, un grand nombre de sites. Nous avons donc retenu, pour nourrir nos réflexions, quelques villes, grandes et moyennes, situées dans différentes régions de la péninsule : Gênes, Milan, Venise, Florence, Bologne, Sienne, Naples. Nous insisterons notamment sur le cas de Naples, mieux documenté, mais dans une perspective comparative.

2 Une recherche plus étendue, rassemblant des données sur des centres urbains plus nombreux, pourrait peut-être permettre de saisir des périodes de stabilité lexicale et de mettre parallèlement en valeur des moments d’importants changements de dénominations à l’échelle régionale ou péninsulaire, qui correspondraient à des temps forts de réforme des institutions urbaines, à de nouvelles modalités de gestion du territoire et des hommes dans la ville, à de puissants projets modernisateurs.

3 Pianta delia città di Firenze rilevata esattamente nell’anno 1783, e dedicata a S.A.R. Pietro Leopoldo P.R. di Ungheria e di Boe. e Granduca di Toscana &&&, gravé sur cuivre par C. Zocchi, 140 cm x 153 cm. Notons qu’un plan manuscrit de 1765, Pianta della città di Firenze divisa nei quattro quartieri i quali la compongono […] représente, sur des feuillets séparés, chacun des quartiers de la cité. Voir Fanelli 1980 : 273.

4 Voir Heers 1979 : 382. Pour la délimitation des conestagie, voir Grossi Bianchi & Poleggi 1987 : 196-197.

5 Notons que la France offre une terminologie semblable avec des divisions en quatre quartiers (Toulon au xve siècle par exemple), ou six sizains (comme à Marseille au xive siècle). Voir Coulet 1989.

6 Sestiere évoque assurément Venise, à cause de la longue durée de son usage dans cette ville mais, comme on l’a remarqué pour les cas de Florence et de Gênes, il a aussi été utilisé, pour une période donnée, dans d’autres cités.

7 Six Élus nobles (le seggio de Montagna en avait deux car il représentait aussi l’ancien seggio de Forcella) formaient, avec l’Élu du Peuple, le tribunal de San Lorenzo, organe politique et administratif chargé de la gestion urbaine (approvisionnements, constructions, police, etc.). Sur ces circonscriptions et l’organisation des institutions du gouvernement citadin, voir Capasso 1883, Capasso 1876-1899 et Faraglia 1898.

8 Piazza di Capuana : ottine di Capuana, Fistola e Baiano, Selleria, delle Case Nuove, del Mercato Vecchio, di S. Giovanni a Mare ; Piazza di Montagna : ottine di Forcella, di S. Arcangelo a Segno, di S. Gennaro all’olmo, della Vicaria Vecchia, della Porta di S. Gennaro, di S. Maria Maggiore ; Piazza di Nido : ottine di Nido, di Donn’Alvina, di S. Giuseppe, della Rua Catalana, della Speziaria antica ; Piazza di Porto : ottine di Porto, di S. Giovanni Maggiore, di S. Spirito di Palazzo, di S. Pietro Martire, della Porta del Caputo, della Loggia ; Piazza di Portanova : ottine del Mercato, degli Armieri, di S. Caterina Spina Corona, di Rua Toscana, della Selice, della Scalesia (De officio deputationis pro sanitate tuenda… prammatica seconda, 30 mai 1656). Si les noms des ottine ne changent pas pendant toute la période moderne, il ne semble pas en être de même avec leur distribution par piazza. Une description des ottine du notaire Francesco Gennaro (20 octobre 1595) fait en effet état d’une autre « union » entre ottine et piazze nobiliaires. Voir Faraglia 1897.

9 « La diversité des noms qu’eurent autrefois nos Seggi peut se déduire de nombreux documents conservés en divers lieux de Naples. Ils furent dits Tocchi, Teatri, Piazze, Portici et Seggi » (Tutini 1644 : 35) ; « ces seggi […] étaient appelés de divers noms, comme Tocchi, Teatri, Piazze, Portici, Vichi et Sedili. Aujourd’hui, on ne retient plus que ceux de Piazza ou de Seggio » (Celano 1692, éd. 1856, 1 : 186-187).

10 De la même façon, dans la légende du plan de Naples édité par Antoine Lafréry en 1566, seggio désigne un édifice (n° 42 à 46 de la légende).

11 Dans le « Plan de Naples » qui accompagne le Voyage d’un François en Italie de Lalande (t. IV), publié en 1769, ce type de bâtiment est également appelé sedile dans la légende (n° 41 « Sedile Capuano » et n° 52 « Sedile di Porto »).

12 Dans ses études sur la demeure aristocratique à Naples à l’époque moderne, Gérard Labrot a bien montré comment on passe, à partir des années 1550-1560, de la Casa Grande, qui héberge le clan patricien, au palais, devenu nécessaire pour chacune des branches d’une même famille, dont la localisation répond certes encore à la « logique du seggio » (avec ses chapelles gentilices et ses sépultures familiales), mais sans tyrannie. Pour trouver l’espace nécessaire au palais, une partie de la noblesse de seggio doit construire et habiter en dehors de son espace originel d’appartenance. Voir Labrot 1993.

13 La Police et le gouvernement de la République de Venise, par Gaspar Contarin, traduite de Latin en François, par Jean Charrier, Lyon, Par Benoist Rigaud et Ian Saugrain, 1557, p. 103.

14 Voir Grendi 1975, désormais dans Grendi 1987 : 49-102. La réforme institutionnelle de 1 528 réduit à vingt-huit le nombre des alberghi, unions des familles nobles et populaires inscrites dans le Liber Civilitatis, qui ouvre l’accès aux charges de l’État.

15 « […] parce que les hommes ont de bonnes raisons politiques de vouloir rester dans un district traditionnel » (Kent 1977 : 230). Voir aussi Kent & Kent 1982. Sur l’importance de l’enracinement topographique de la lignée et la recherche d’alliances dans le gonfalone, voir Klapisch-Zuber 1990.

16 C’est dans le cadre du gonfalone qu’était dressée la liste des hommes adultes résidents éligibles aux plus hautes magistratures ; le système politique restait fermé à une grande partie de la population qui pouvait cependant investir le gonfalone d’un sentiment d’appartenance, notamment à travers d’autres institutions s’inscrivant dans ce cadre territorial comme les confréries. Voir à ce sujet l’étude du gonfalone du Drago Verde, Eckstein 1995.

17 Archivio di Stato de Naples (dorénavant ASN), procès civils de la Gran Corte della Vicaria concernant des conflits de voisinage ou des questions locatives pour la seconde moitié du xviiie siècle.

18 ASN, Archivio di Polizia, Consulte 24, fol. 306 sq.

19 Je remercie Piero Ventura de m’avoir communiqué les résultats de ses recherches sur la désignation des lieux de résidence dans les Acta Civilitatis aux xvie et xviie siècles (« Le parole del quartiere a Napoli tra XVI e XVII secolo », à paraître dans Cahiers « Les mots de la ville », n° 5, en 2002).

20 Porta Comacina, Porta Nuova, Porta Orientale, Porta Romana, Porta Ticinese et Porta Vercellina. Voir Boucheron 1998 : 98. L’auteur souligne aussi que « unité topographique de base de l’administration communale, la Porta remplace très précocement, et, semble-t-il, radicalement, la vicinia comme référence de localisation, associée à la paroisse. Il semble bien que la Porte ait même été vécue à Milan comme un cadre de solidarité effective, provenant du service de la garde » (p. 99). L’extension du périmètre de l’enceinte, sous la monarchie espagnole, ne modifie pas cette division de l’espace.

21 Voir aussi Dundes & Falassi 1975.

22 Terzo di Città : Chiocciola, Pantera, Tartuca, Aquila, Selva, Onda. Terzo di S. Martino : Torre, Val di Montone, Nicchio, Liocorno, Civetta. Terzo di Camollia : Giraffa, Bruco, Lupa, Istrice, Drago, Oca. Voir « Nuova divisione dei confini delle Contrade, decretata dalla prin-cipessa Violante di Baviera, governatrice di Siena, il 13 Settembre 1729 », document publié par G. Cecchini, Palio e Contrade nella loro evoluzione storica (1958), texte réédité in Falassi & Catoni 1982. Pour un plan des limites des terzi et des contrade, voir Bortolotti 1982 : 21.

23 Par exemple, la contrada de la Licorne est décrite de la façon suivante : « De l’église de S. Giorgio elle tient toute la rue de Pantaneto des deux côtés jusqu’à la Loggia del Papa, ainsi que les deux côtés de la rue de S. Giovannino jusqu’à la ruelle située au-dessus de la maison Piccolomini, puis en se tenant à gauche seulement, elle comprend l’église de S. Virgilio […]. »

24 Chaque rione est placé sous la tutelle d’un Caporione, chargé de l’ordre public et de la défense du quartier. Le prieur des Caporioni commande les milices de tous les rioni. En 1743, Benoît XIV charge le cardinal camerlingue Annibal Alberoni de procéder à la révision des confins de ces circonscriptions. C’est l’œuvre de Bernardino Bernardini, qui travaille rapide ment : le 28 janvier 1744 cette révision est rendue executive grâce à un décret, et la nouvelle organisation est immédiatement publiée. Bernardini décrit les anciens et les nouveaux confins des rioni, et dresse la liste de leurs rues, places, églises et autres édifices : la nouvelle répartition administrative s’accompagne d’une fixation toponymique.

25 Bernardini 1744 : dédicace à Benoît XIV. Voir aussi p. 8-9, les désaccords entre le Sénat et d’autres institutions urbaines sur ces limites, avec leurs conséquences sur l’encadrement des habitants (certains sont ignorés tandis que d’autres profitent de l’assistance d’officiers de plusieurs rioni) ; parfois une même bâtisse se trouvait divisée entre deux quartiers.

26 Des plans de chaque rione sont réalisés quelques années plus tard et insérés dans Magnan 1778.

27 Summonte 1601, éd.1748 : I, 151. Cette équivalence entre strada et piazza apparaît clairement dans la chronique du jésuite Giovan Francesco Araldo (1595) : l’église de S. Maria Incoronatella se trouve « dans la Piazza ou Strada de la Rua Catalana » (manuscrit édité par Divenuto 1998 : 128).

28 Le mot latin platea (du grec plateia odos, rue large) signifie toujours la rue (voir Térence, And. 4, 6, 1), sauf dans l’Histoire Auguste, Héliogabale, 24, où il semble désigner plutôt une cour, qui pourrait être aussi une voie d’accès monumentale.

29 Giuseppe Franci, Piano politico, ed economico di un Dipartimento di Polizia per la Città di Napoli, Bibliothèque de la Società napoletana di storia patria, ms XXXII.C.2, f°. 10.

30 Par exemple : « la troisième Contrada à savoir Quartiero antique » (Tutini 1644 : 23).

31 « Cette contrada, dans l’Antiquité, était recouverte par la mer, et aujourd’hui, c’est un vrai labyrinthe à cause de la mauvaise qualité des édifices, de l’étroitesse des rues et d’une population nombreuse étant établis ici les arts et manufactures » (Galanti 1803 : 167).

32 ASN, Plans et Dessins, cart. I, 1-12.

33 Pianta Topografica della Città di Napoli Seconda lo Stato Attuale divisa in dodici Quartieri […]. Voir Napoli 1804. .. 1990.

34 S. Ferdinando, S. Maria della Vittoria (puis Chiaia), Monte Calvario, S. Giuseppe, S. Giovanni Maggiore (puis Porto), Portanova (ou S. Maria in Cosmodin, puis Pendino), S. Lorenzo, Avvocata, Stella, S. Carlo all’Arena, Vicaria, Carmine Maggiore (puis Mercato).

35 Dans la réédition napolitaine de 1803 : 21.

36 ASN, Archivio di polizia, Consulte 23, f° 734.

37 Les sondages réalisés dans des fonds d’archives judiciaires de la fin du xviiie siècle (procès civils de la Gran Corte della Vicaria conservés à l’Archivio di Stato de Naples) n’ont révélé aucun emploi de ce mot pour la localisation de la résidence.

38 Giovanni Carafa, duc de Noja, Mappa topografica della città di Napoli e de’suoi contorni, éditée à Naples en 1775. Voir De Seta 1969 : vol. III.

39 Notons que le mot quartiere est devenu à Naples toponyme dans un cas, celui des Quartieri spagnoli (agrandissement de la ville du xvie siècle dû au vice-roi Pierre de Tolède). Ainsi, Jean-Jacques Bouchard, visitant la ville en 1632, écrit : « en somme il Quartiero est l’habitation des Espagnols et des garces » (Bouchard 1977 : 255).

40 On trouvera un plan de ce découpage dans Carie 1993 : 428.

41 Cette fête est organisée en mai, à l’initiative de l’association culturelle « Napoli è », née en 1994, qui vise à promouvoir les traditions historiques urbaines, à revitaliser son patrimoine, avec la participation des écoles napolitaines.

Table des illustrations

Légende Fig.1. Plan de Naples en 1560 « Neapolis urbs ad verissimam effigiem » (détail). Plan gravé par Sebastiano di Re d’après un dessin de Carlo Theti, édité à Rome en 1560. Gravure sur cuivre, 410 x 545 mm.Dans la légende, seggio désigne un édifice (n° 30, 35, 81).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1239/img-1.jpg
Fichier image/, 706k
Légende Fig. 2. Plan du nouveau tracé des rioni de Rome (1744). « Planta Del nuovo Ripartimento de Rioni di Roma ». Par Bernardino Bernardini. Gravure sur cuivre, 220 x 260 mm. Le plan donne le nouveau tracé des quatorze rioni (Monti, Trevi, Colonna, Campo Marzo, Ponte, Parione, Regola, S. Eustachio, Pigna, Campitelli, S. Angelo, Ripa, Trastevere, et Borgo).Les chiffres arabes renvoient aux édifices cités dans la description, les astéristiques aux bornes indiquant les confins des rioni.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1239/img-2.jpg
Fichier image/, 668k
Légende Fig. 3. Détail du plan du quartiere de S. Giuseppe Maggiore à Naples (1804). « Pianta Topografica del Quartiere di S. Giuseppe Maggiore ». Réalisé par l’ingénieur Luigi Marchese. L’original du plan publié ici est en couleurs.Le tissu urbain du quartier représenté est d’une seule et même couleur, distincte de celle des îlots des quartiers limitrophes, mettant ainsi en valeur les limites qui passent toutes par des rues.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1239/img-3.jpg
Fichier image/, 387k
Légende Fig. 4. Plan de la ville de Naples (1827) « Planta della Città di Napoli deli-neatanel 1827 ». Réalisé par Giosuè Russo et gravé par Domenico Guerra, édité pour la première fois en 1815.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1239/img-4.jpg
Fichier image/, 1,8M

Auteur

Brigitte Marin, historienne, Université de Provence, Aix-en-Provence

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540