Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La transformation des armées

 | 
Grégory Daho

Troisième partie. La routinisation des organisations (2005-2012)

Chapitre 9. La division interministérielle du travail international

Texte intégral

« The impact of the security-development nexus therefore is not to be observed so much “on the ground” in the alleged new forms of coordination of international intervention, as “at home”, where responsibility for policy-making and accountability for outcomes has been widely diffused. »
Chandler (2007 : 364)

La sécurité internationale comme politique publique

  • 1 L’opération Sangaris en Centrafrique a commencé en décembre 2013 suite à la multiplication des affr (...)
  • 2 L’opération Chammal lancée en septembre 2014 consiste en un soutien aérien aux autorités irakiennes (...)

1Tandis que notre cohorte de hauts fonctionnaires approche de la retraite et, dans la plupart des cas, se reconvertit en quelques mois dans un autre secteur, la « sortie » d’Afghanistan se conclut, les opérations au Mali et en Centrafrique se prolongent au Sahel1, la Syrie et l’Irak font un retour en force au cœur des préoccupations stratégiques avec l’annonce du califat de l’État islamique en juin 20142. Cette première moitié de la décennie 2010 est donc marquée par l’ouverture de nouveaux théâtres d’intervention et par une densification des dispositifs interministériels de « gestion » des crises internationales. On peut dresser ce constat pour la plupart des puissances interventionnistes, principalement entre les ministères de la Défense, des Affaires étrangères et de l’Économie, même si la lutte antiterroriste remet les ministères de l’Intérieur et de la Justice au cœur des jeux interministériels. Il s’agit ici de comprendre dans quelle mesure les mobilisations intersectorielles de cette cohorte ont durablement accouché de technologies de coordination, de dispositifs de partage d’informations et d’aide à la décision en matière de « gestion » des crises internationales. Ce chapitre revêt une dimension programmatique. Il vise à mettre à jour les pistes de recherches qui permettraient d’interroger plus systématiquement les effets de cette fluidification intersectorielle non seulement sur la division du travail international à l’intérieur des États, mais aussi sur la sectorisation des relations internationales.

De la coordination interministérielle à l’approche globale

  • 3 « L’approche globale dans la gestion des crises extérieures », in Livre blanc sur la défense et la (...)

2La coordination interministérielle dans le domaine de la « gestion » des crises internationales, qui était au cours de la décennie 2000 l’un des enjeux clés de la délocalisation des échanges de coups au sein du système d’action civilo-militaire, est désormais appelée « approche globale ». Cette politique publique désigne un ensemble hétéroclite d’acteurs, d’organisations, de normes et de techniques visant à améliorer les relations entre une multiplicité d’intervenants sur les zones d’opérations comme en administrations centrales. L’approche globale dispose d’un développement particulier au sein du dernier Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 20133. La définition la plus simple de l’approche globale est aussi la plus efficace : il s’agit d’une « mise à jour », d'un label qui renvoie moins à un ensemble de représentations et de pratiques homogènes qu’à un moment particulier de la convergence des politiques publiques de sécurité internationale au début des années 2010. Elle est conçue comme un outil de coordination permettant d’adapter l’action extérieure de l’État à la complexité des crises internationales. Comme nous l’avons déjà souligné, cette complexité tiendrait précisément à l’hétérogénéité des catégories d’acteurs impliquées dans la fabrication des programmes d’intervention et à la non-linéarité des phases de sécurisation, de stabilisation et de transition politique. Les études sur le security-development nexus observent les phénomènes de convergence des programmes internationaux de sécurité, de développement et de gouvernance (Chandler 2007 ; Duffield 2007). À l’inverse et à l’image de l’épigraphe de ce chapitre, l’évolution des normes et des techniques de gestion administrative est un niveau d’observation plus fécond que celui des crises internationales pour expliquer cette convergence des programmes d’intervention. Autrement dit, il serait sans doute plus fructueux – et beaucoup moins fonctionnaliste – de considérer que ce sont davantage les nouvelles organisations ou les nouvelles techniques de gouvernementalité (Foucault 1976) qui créent les nouvelles crises plutôt que l’inverse. En d’autres termes, l’intégration interministérielle répond davantage à un critère de performance administrative que de performance opérationnelle.

  • 4 « L’idée est d’avoir une compétence sur la continuité de la gestion de crise. Cette cellule est com (...)

3Dans la foulée de la création de la cellule AFPAK en 2009, un certain nombre de structures interministérielles ont été mises en place sous l’autorité du ministère des Affaires étrangères (MAE). Le comité interministériel de pilotage de la gestion civilo-militaire des crises est présidé par le secrétaire général du MAE. Il est formé des directeurs généraux des administrations concernées : les ministères de la Défense, des Affaires étrangères, de l’Économie et de l’Intérieur, l’Agence française de développement (AFD) et les principaux opérateurs français. Les directeurs se réunissent trois fois par an. En parallèle, la Task Force pour la gestion civilo-militaire des crises extérieures est déclarée opérationnelle le 1er janvier 20144. Placée sous la double tutelle du directeur général des Affaires politiques et de sécurité et du directeur du centre de crise – successeur de la cellule d’urgence – du MAE, la Task Force est de taille réduite : elle regroupe moins d’une dizaine de représentants des ministères, dont, pour la Défense, un commandant de l’armée de terre, un chargé de mission civil et un colonel de gendarmerie. L’essentiel de ses activités consiste dans la gestion des ressources humaines à travers le placement d’experts au sein des OI (Sin 2011*). L’approche globale est mise en œuvre par un dispositif particulièrement enchevêtré, composé d’une dizaine de comités, d’agences, de secrétariats, de directions générales et d’instituts.

Schéma 19. Le circuit interministériel de l’approche globale en France

Schéma 19. Le circuit interministériel de l’approche globale en France

4La représentation cartographique présentée ici renferme plusieurs limites. Au-delà de quelques administrations non mentionnées, comme celles relevant du ministère de l’Intérieur, elle donne l’impression d’un circuit en vase clos dans lequel l’environnement ne compte pas. Le choix de mettre en avant un « circuit » plutôt qu’un « organigramme », en aplatissant ainsi les rapports hiérarchiques, à l’exception d’un président de la République qui « trône » littéralement, vise à souligner le caractère volatil du leadership en matière de « gestion » des crises internationales. Le comité interministériel constitue un espace d’échanges entre représentants d’administrations tandis que la Task Force regroupe des personnels détachés par leur ministère d’origine. Si ces innovations favorisent la socialisation entre fonctionnaires, permettant à terme une intégration plus poussée, il n’en demeure pas moins que le modèle organisationnel dépend encore largement des stratégies de coopération de chacun des ministères. Par comparaison avec les modèles américain, britannique et allemand, structurés autour de leur agence de développement spécialisée (USAID, DFID, GTZ), le dispositif français était jusqu’alors organisé autour d’une structure flexible, éphémère, dédiée à une zone spécifique, composée de représentants des ministères temporairement détachés ou mis à disposition et dont la direction était confiée par mandat à une autorité politique (Roger Fauroux au Kosovo, Pierre Lellouche et Thierry Mariani en Afghanistan). S’il est encore trop tôt pour attester de la vitalité de ces structures, notons d’ores et déjà que les usages montrent que les réunions entre directeurs des administrations au sein du comité interministériel sont de moins en moins fréquentes. Pourtant, les domaines au sein desquels ces hauts fonctionnaires sont incités à « travailler ensemble » sont très variés et en extension : politique gouvernementale, négociations internationales, coopération décentralisée, placement d’experts dans les OI, collaboration avec les ONG, montage de programmes de financement, coordination avec les entreprises, aide à la reconstruction et au développement… Si d’un côté les processus d’intégration s’accélèrent, de l’autre les administrations de ces ministères appartiennent toujours à des secteurs autonomes, « fonctionnent » à partir de logiques différentes et se trouvent souvent en compétition pour l’allocation de ressources et de missions. Dans la plupart des États interventionnistes, il semble que se retrouvent ces rivalités interministérielles structurées autour d’enjeux assez classiques de cultures administratives, de moyens financiers et de périmètres d’action. On remarque ainsi que la distribution des trois piliers du security-development nexus et de l’approche globale (les programmes convergents de sécurité, gouvernance et développement) épouse les contours des périmètres d’action traditionnels des ministères de la Défense, des Affaires étrangères et de l’Économie.

La circulation d’une politique publique

  • 5 Le processus français demeure le cas le moins étudié (Bagayoko & Cazelles 2007 ; Wendling 2010). Al (...)
  • 6 ONU (Coning 2009), OSCE (Novosseloff 2012), OTAN (Jacobsen 2010), UE (Lavallée & Pouponneau 2016).
  • 7 Pour un état des lieux de la littérature, voir Delpeuch (2009).
  • 8 "« Car ce qui se fabrique à Bruxelles, aujourd’hui encore, ce sont souvent moins des politiques que (...)
  • 9 Comprehensive, multidimensional, holistic, integrated ou global approach.
  • 10 Agence, Task Force, comité interministériel, pool, Stabilisation Unit.
  • 11 Relations usagers/clients, accountability, surveillance, transparence, évaluation par les pairs.
  • 12 Benchmarking, indicateurs de performance, gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, RE (...)
  • 13 Séparation entre les fonctions de stratégie, de pilotage et de contrôle et les fonctions de mise en (...)
  • 14 « Le New Public Management constitue l’idéologie globale idéale pour faire le lien entre les progra (...)

5La principale caractéristique de l’approche globale par rapport aux doctrines précédentes de coordination interministérielle est sa large circulation internationale et interministérielle. On la retrouve au sein des appareils bureaucratiques de la plupart des puissances interventionnistes5 et des OI6. Évidemment, si les formes de réappropriation divergent, le principe de base demeure relativement analogue : le succès de la « gestion » de crises (de sa résolution pour les plus optimistes ou de sa non-propagation pour les plus prudents) dépend de l’horizontalisation des processus décisionnels. Autrement dit, l’efficacité de la « gestion » de crises dépend de l’anticipation et de la coordination. Cette croyance, largement assimilable au plan institutionnel à la redécouverte de l’eau chaude, est nettement influencée par les problem solving theories liées aux complex emergencies qui mettent en avant le caractère multidimensionnel des crises internationales. Toute intervention vise à pallier la faiblesse chronique de certains États « faillis » ou « effondrés » (Helman & Ratner 1992-1993 ; Zartman 1995). Au moyen de méthodes souvent statistiques et comparatives (Ankersen dir. 2008 ; Weiss 1999), l’objectif est d’identifier les « conditions de succès et d’échec » (Seybolt 2007) et les « critères de performance » (Rietjens 2006) des programmes. Les outils statistiques entretiennent l’illusion nomologique de la compréhension des phénomènes d’intervention en termes d’efficacité : l’enjeu est avant tout d’identifier les « bonnes pratiques ». Les auteurs de ce type de travaux présupposent non seulement la cohérence mais aussi l’homogénéité du contenu des programmes de pacification sans prêter une attention autre que cosmétique aux enjeux de labellisation et aux jeux d’acteurs. La diffusion de l’approche globale peut aussi s’expliquer par une relative convergence des politiques publiques internationales mise en avant par les policy transfer studies (Dolowitz 2000)7. L’intégration européenne produit un rapprochement des pratiques gouvernementales, comme le montrent la théorie des régimes (Krasner 1982 ; Ruggie 1982) et les sciences camérales (Kaluszynski & Payre dir. 2013 ; Laborier et al. 2011), même si certains auteurs avisés rappellent que la politique étrangère européenne ne se joue pas véritablement au sein des instances européennes8. De même, la systématisation des interventions en coalition favorise également les rapprochements entre contingents nationaux et la définition d’objectifs communs (Pannier & Schmitt 2014). Parallèlement, les travaux sur les public service bargains insistent sur les effets de l’ouverture du marché des hauts fonctionnaires, qui facilite la circulation de passeurs, traducteurs et autres courtiers des réformes au cœur d’espaces transnationaux (Hondeghem & Steen 2013 ; Hood & Lodge 2006). L’analogie avec la notion de marché ne doit pas uniquement être entendue en termes d’efficacité, de flexibilité ou de compétitivité, car elle renvoie plus fondamentalement à l’évolution des modèles organisationnels, des carrières, des normes et des techniques de gestion. Elle fait aussi écho à la densification des formes de coopération et de concurrences interorganisationnelles à l’intérieur des bureaucraties mais aussi entre États. Enfin, c’est surtout l’évolution des relations entre ministères qui favorise la diffusion de nouvelles techniques de gestion, dans le sillage des recettes du New Public Management (Bezes et al. 2011). Cette piste est cruciale. Le développement de normes et d’outils de coordination dans le domaine de la « gestion » des crises internationales épouse plus globalement l’évolution des savoir-faire gestionnaires de l’État depuis trois décennies, que l’on évoque les modèles9, les organisations10, les normes11 ou les technologies12 liés à la mise en œuvre de l’approche globale. La managérialisation des politiques publiques doit son succès à deux éléments clés : la prétention à l’universalité de ses prescriptions13 et sa capacité à concilier le moins d’État libéral avec le plus d’État providence14. Ces recettes circulent des pays anglo-saxons vers la France. En Grande-Bretagne, dès 1988, le programme Next Steps suscite la création d’agences destinées à renforcer l’autonomie des administrations : ces agences bénéficient de souplesse dans la gestion de leurs affaires courantes, décident du recrutement et de la rémunération de leurs personnels et doivent rendre des comptes aux autorités politiques et aux usagers/clients. En France, c’est à partir de 1989, dans le cadre du programme « renouveau du service public » lancé par le Premier ministre Michel Rocard, que s’engage le long processus de rationalisation et de modernisation des administrations que l’on retrouve à chaque Gouvernement et qui aboutira à la mise en œuvre de la révision générale des politiques publiques (RGPP).

  • 15 The North Seas Countries’ Offshore Grid Initiative. Memorandum of Understanding, European Network o (...)
  • 16 À de notables exceptions : Daho (2014) ; Genieys (2008) ; Irondelle (2003) ; Hamelin (2003) ; Meimo (...)

6L’équivalent britannique de l’approche globale, la « comprehensive approach », est aussi organisé autour du triptyque Ministry of Defence (MoD), Foreign and Commonwealth Office (FCO) et Department for International Development (DFID), qui fonctionne comme un ministère. Au sein de cette triangulaire, les modèles de partage d’informations émergent quelques années plus tôt qu’en France. Le Global Conflict Prevention Pool (2002) rassemble des personnels détachés sous la supervision des chefs des administrations du MoD, du FCO et du DFID pour le suivi permanent des crises internationales par aires géographiques. De son côté, la Stabilisation Unit (2007) fonctionne comme une agence interdépartementale chargée des relations entre ministères au niveau de la planification, de la prévention, du déploiement, du retour d’expérience et du recrutement des experts civils. Plusieurs facteurs peuvent expliquer une relative homologie structurale dans la « gestion » des crises entre la France et la Grande-Bretagne, favorisée par la pratique du benchmarking entre administrations et la circulation des solutions d’action publique. Il s’agit d’abord des deux principales puissances interventionnistes d’Europe occidentale. On note qu’elles se sont engagées ensemble (ex-Yougoslavie, Afghanistan, Libye) ou séparément (Irak, Côte d’Ivoire, Mali, Centrafrique) autour d’enjeux sécuritaires proches (maintien de la paix, stabilisation, contre-insurrection, antiterrorisme). S’il y a donc convergence au niveau des cadres d’engagement, les dissensions atlantistes entre les politiques étrangères française et britannique sont bien connues, notamment pour ce qui touche à l’autonomie de la défense européenne, à l’intérieur, avec ou sans l’OTAN. On constate ensuite que les objectifs affichés des réformes dans les deux pays sont comparables : de la sanctuarisation du territoire à la projection, de la dissuasion à la « gestion » des crises, de la conscription à la professionnalisation. Par ailleurs, les mécanismes de délégation de maîtrise d’œuvre et/ou d’ouvrage entre agences de développement française et britannique se sont développés en Afrique au cours des années 2000. Les protocoles d’accord se sont élargis à la plupart des agences européennes. Ils visent à établir une liste de domaines prioritaires (changement climatique, biodiversité, réforme de l’UE, post-conflit et États fragiles, sécurité alimentaire) et des modes d’action partagés (financements innovants, ressources internes, échanges de personnels, de savoir-faire, élaboration de systèmes d’évaluation de l’efficacité)15. En revanche, cette relative homologie structurale cache un paradoxe. On constate une divergence persistante quant aux stratégies de contrôle politique des agences chargées du développement. Alors qu’en Grande-Bretagne le DFID est créé en 1997 pour donner au développement une certaine autonomie au sein de la politique étrangère, à l’inverse, en France, la mise en route de l’AFD en 1998 se fait dans le cadre du rattachement du secrétariat d’État à la Coopération au MAE. De même, si les modèles, les organisations, les normes et les technologies de l’approche globale sont largement partagés des deux côtés de la Manche, les fonctionnaires français semblent faire une utilisation plus circonscrite de l’externalisation vers le privé de certaines tâches. La comparaison franco-britannique montre donc que la différenciation des usages demeure. Certains auteurs évoquent une « convergence paradoxale » : d’un côté, l’ouverture du marché des hauts fonctionnaires est marquée par le décloisonnement des systèmes de formation, de recrutement et de gestion de carrières tandis que, d’un autre côté, les cultures et les régimes administratifs diffèrent toujours. Cette « convergence paradoxale » est aussi entretenue par une sorte de dualité méthodologique dans la littérature sur la haute fonction publique. En France, les travaux sur les élites administratives s’intéressent aux enjeux de reproduction, de corporatisme et d’autonomisation des hauts fonctionnaires tandis qu’en Grande-Bretagne, la majorité des travaux conçoit les réformes d’après une logique descendante, du politique vers l’administratif (Gally 2012). Si l’évolution des techniques de gouvernement est relativement bien balisée par les politiques publiques, on ne peut encore une fois que déplorer l’extraterritorialité des Relations internationales tant les travaux traitant de la circulation des solutions d’action publique nous semblent utiles ici. Nous avons indiqué que les travaux en sociologie sur la professionnalisation et la managérialisation des armées sont discutés déjà depuis plusieurs décennies dans la littérature anglo-saxonne et seulement récemment importés en France. La plupart se concentrent sur les rapports entre officiers dans le cadre de la professionnalisation à travers les questions d’autorité, de légitimité, d’identité et de culture professionnelle. Cependant, rares sont les travaux procédant à l’étude des réformes des administrations de la politique étrangère et de défense au moyen de l’analyse des politiques publiques. Parmi les nombreuses revues spécialisées (Revue française d’administration publique, Politiques et management public, Gouvernement et action publique), nous n’avons trouvé que deux exceptions (Makki 2007 ; Pouponneau 2013b). Si les raisons de cet « oubli » sont multiples, il nous apparaît surtout que les ministères régaliens sont épargnés par ce type de travaux dans la mesure où l’on considère souvent – et à tort – que les processus de changement institutionnel y sont impulsés selon une logique top-down ou descendante et reflètent une sorte de « chasse gardée » élyséenne16.

L’évolution du consensus non décisionnel

7La division interministérielle du travail en matière de « gestion » des crises internationales est le fruit de compétitions entre hauts fonctionnaires en fonction des opportunités que constituent les réformes et les interventions. Le caractère à la fois continu et éclaté de ces mobilisations nous éloigne de l’idée d’un processus imposé par un centre politique ou activé par une personnalité charismatique. La genèse des activités civilo-militaires en France ne nous renseigne pas uniquement sur la teneur des rivalités interministérielles et des mobilisations qui les accompagnent. Elle montre clairement que le caractère volatil du leadership politique en matière de « gestion » des crises est lié à la vitalité du consensus non décisionnel qui entoure la division du travail international. Cette division du travail n’est pas et n’a probablement jamais été tranchée. Comme nous l’avons montré, le consensus non décisionnel n’est pas réductible au fait de « choisir de ne pas choisir » en l’occurrence entre les options extensives et restrictives du civilo-militaire ou entre les ministères de la Défense et des Affaires étrangères pour le leadership de la « gestion » des crises internationales. Envisager de façon positive, il permet de comprendre comment l’équilibre interministériel évolue de façon graduelle. Nous entendons par consensus non pas un « compromis » ni un accord sur le sens ou les valeurs, mais plutôt une « règle pragmatique », dont il est politiquement « coûteux de s’écarter trop ostensiblement » (Dobry 1986 : 48). L’intentionnalité des acteurs dans son émergence et sa reconduction est limitée même s’il se trouve être l’objet d’incessantes tentatives de débordements. Au-delà des usages et des règles constitutionnelles, la localisation du pilotage interministériel de « gestion » des crises internationales en France dépend essentiellement de deux facteurs : l’inscription de la zone d’intervention dans les routines organisationnelles des ministères concernés et l’évolution du niveau d’insécurité et donc de la nature, civile ou militaire, de la majorité des effectifs et des moyens mobilisés. La création et la montée en puissance de la cellule AFPAK à partir de 2009 au moment du resserrement du dispositif militaire autour de la Task Force La Fayette en Afghanistan et le placement des nouvelles organisations interministérielles permanentes sous l’autorité du MAE semblent confirmer la continuité de ce consensus, ici en faveur des personnels diplomatiques.

  • 17 Nous n’avons relevé que la retenue de Dominique de Villepin devançant ce glissement sémantique dans (...)
  • 18 Quatre raisons étaient avancées : les deux interventions au Mali et en Centrafrique, le Livre blanc(...)
  • 19 Mise en place d’une direction des Entreprises et de l’Économie internationale en mars 2013.
  • 20 « 1Ambassadeur 1Entrepreneur : le premier “speed dating” entre entrepreneurs et ambassadeurs (25 ao (...)

8On peut penser que les attentats de janvier et de novembre 2015 en France changent radicalement la donne. Un net glissement du leadership interministériel s’opérerait au profit de la Défense, favorisé avant tout par trois phénomènes : le retour de la « guerre » dans les éléments de langage de la quasi-totalité de la classe politique17, l’occupation de l’espace politico-médiatique par les militaires (sur le territoire national avec l’opération Sentinelle comme dans l’espace aérien syrien avec l’opération Chammal) et la mise en place de l’état d’urgence, sorte d’institutionnalisation du régime d’exception. Certaines analyses dépeignant un François Hollande en « chef de guerre », volontiers enclin à contrebalancer son indécision caractéristique en politique intérieure par sa détermination à user de la force armée à l’extérieur des frontières se plaisent à souligner que, contrairement aux pronostics, l’inexpérimenté ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, ne s’est pas « couché » devant l’ancien Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius (Revault d’Allonnes 2015). Jouissant déjà d’une bonne réputation auprès des militaires, notamment pour son action locale à Lorient, où se trouvent certaines bases militaires, et en tant que membre de la commission de la défense de l’Assemblée nationale, sa légitimité sort accentuée du maintien du budget de la Défense en 2014. Un an plus tôt, un jury de cent vingt journalistes de la presse écrite et audiovisuelle l’avait nommé « ministre de l’année 2013 »18. Si l’on ajoute le redéploiement militaire français au Sahel et le net accroissement des demandes d’engagement, les indices d’un rééquilibrage du leadership interministériel au profit de la Défense s’accumulent. Toutefois, pour nuancer, on rappellera non seulement que les opérations militaires menées au Moyen-Orient n’engagent principalement « que » les forces aériennes et les forces spéciales et que, par ailleurs, les autorités du MAE jouaient alors une autre séquence médiatique avec l’organisation de la « grand-messe » multilatérale que fut la COP 21 en novembre 2015, dont leur ministre était président. Plus fondamental encore, il semble que, dans le jeu interministériel de la « gestion » des crises internationales, le MAE se soit déjà repositionné au détriment du ministère de l’Économie. Depuis son arrivée à la tête du MAE, précisément rebaptisé ministère des Affaires étrangère et du Développement international (MAEDI), Laurent Fabius affiche un volontarisme certain pour développer la « diplomatie économique » et rattacher, comme la plupart de ses prédécesseurs, le secteur de la coopération et du développement à la diplomatie classique. Au-delà de différentes mesures de promotion des entreprises françaises à l’étranger19 et de manifestations assez innovantes pour faciliter le rapprochement entre entrepreneurs et diplomates20, nous retiendrons surtout que le développement de cette politique s’est fait suite à la récupération en avril 2014 du secrétariat d’État au Commerce extérieur et au Tourisme alors rattaché au ministère de l’Économie. Enfin, les réformes successives du renseignement ces dix dernières années, les attaques sur le territoire national contenues par des forces d’élite de la police et de la gendarmerie, les enjeux de la gestion des flux migratoires et de la lutte contre la radicalisation, ainsi que, plus largement, la perception d’une nette obsolescence de la dichotomie interne/externe chez les professionnels de la sécurité rapprochent le ministère de l’Intérieur du centre du jeu interministériel. Le caractère à la fois stable de ce consensus et en même temps le côté incessant des tentatives de débordements dont il est l’objet se retrouvent sous différentes formes dans la plupart des États mettant en œuvre l’approche globale, comme en Allemagne (Karp 2005-2006) et en Grande-Bretagne (Lebœuf 2006).

L’autonomisation des gestionnaires de crises internationales

9Des officiers des forces spéciales, ni tout à fait militaires ni tout à fait industriels, qui forment une nébuleuse fonctionnant discrètement par cooptation de réseaux et disposent de capacités de reconversion certaines, des officiers généraux héritiers de l’armée d’Afrique aux parcours sans tache qui refusent de se contenter de l’immobilisme de la non-guerre nucléaire et qui trustent les positions d’autorité au sein d’une armée réformée et deviennent, au contact des populations, les cadres du maintien de la paix et de la contre-insurrection, aux urgentistes du MAE, plus « opérationnels » que « diplomates », militants socialistes tournés vers l’univers des ONG, qui se protègent mutuellement en s’aménageant, dans la difficulté, un « espace de liberté » au sein de leur institution, on pourrait spontanément penser que ce qui sépare ces groupes professionnels est plus décisif que ce qui les rapproche. La raison humanitaire et la raison militaire seraient inconciliables. Nous souhaitons tenter le pari inverse en analysant les effets de la routinisation des interactions entre ces groupes professionnels sur l’autonomisation des « gestionnaires » des crises internationales. Pour nous, l’homologie des trajectoires de ces acteurs est un indice de la recomposition sectorielle de la politique étrangère depuis la fin de la guerre froide. Encore nous faut-il caractériser le phénomène observé. De quoi l’intensification des échanges intersectoriels dans le domaine de la « gestion » des crises internationales est-elle l’indice ?

De l’activation d’espaces interministériels

  • 21 « On soupçonne enfin que c’est cette même confiance dans l’habitus qui se trouve au principe des dé (...)
  • 22 « Sur quelles ententes les volontaires de l’humanitaire fondaient-ils leur travail commun ? Ils éta (...)

10Les administrations de la politique étrangère et de la défense n’ont jamais été hermétiques. Au-delà de la sophistication des circuits de partage d’informations, la nouveauté de ces dernières années réside dans la fluidité de la circulation des doctrines, des modèles organisationnels, des normes de gestion et des technologies administratives. La piste d’une « colonisation » (Crozier & Friedberg 1981) ou d’une « agrégation » (Bucher & Strauss 1961) entre segments institutionnels fait écho à certains travaux du security-development nexus. L’intégration interministérielle serait la réponse bureaucratique aux effets de la convergence des programmes de sécurité, de gouvernance et de développement sur les zones d’intervention. Cette intégration serait d’abord facilitée par la position de marginal-sécant des acteurs étudiés dans leur secteur respectif. En se plaçant du point de vue des urgentistes du MAE et en gardant à l’esprit le fait que la cellule d’urgence du Quai d’Orsay constitue un soutien constant au projet civilo-militaire alors que leur ministère de tutelle appréhendait avec une extrême méfiance la possibilité d’une « gestion » militaire des crises internationales, on pourrait quelque peu transformer l’adage : les adversaires (officiers civilo-militaires) de mes adversaires (autorités diplomatiques du MAE) deviennent mes alliés (à moi, membre de la cellule d’urgence). Si ces urgentistes parviennent à s’allier pour court-circuiter certaines pesanteurs bureaucratiques, ils ne pourront le faire que parce qu’ils se connaissent et connaissent les rouages de leurs institutions respectives : les amitiés, les réseaux de cooptation, les ressources individuelles ou collectives ne se forgent pas « contre » ou en « rupture avec » mais parallèlement aux structures publiques. Ce point fait écho à deux concepts issus de l’analyse multisectorielle : les dédoublements institutionnels et la régression vers l’habitus21. Cette colonisation ou agrégation serait ensuite encouragée par les effets de décloisonnement dans le sillage de la mise en œuvre des prescriptions du New Public Management au premier rang desquelles le développement de structures horizontales de concertation et l’autonomie des agences spécialisées. L’idée de l’activation d’espaces interministériels revient en quelque sorte à faire de la CIMIC hier et de l’approche globale aujourd’hui une simple technologie de partage d’informations et d’aide à la décision. En effet, le comité de pilotage et la Task Force civilo-militaire pour la gestion des crises extérieures peuvent tout à fait être d’abord entendus comme des innovations techniques. Les travaux liés à l’action publique par les instruments insistent d’ailleurs sur l’importance des phénomènes circulatoires tout en soulignant l’hétérogénéité des formes d’appropriation d’un même instrument en fonction des cadres nationaux, des cultures administratives et des routines organisationnelles (Lascoumes & Simard 2011) et en relativisant les vertus réformatrices ou « pacificatrices » de l’introduction de nouvelles technologies par rapport aux lignes de fracture traditionnelles (Baudot 2011). Ces acteurs subissent et portent en effet depuis les années 1980 au sein de leur institution des transformations organisationnelles proches. Les effets de la professionnalisation des organisations militaires et humanitaires soulèvent des questions croisées sur la transformation des motivations de l’engagement, la bureaucratisation des procédures et la technicisation des opérations, la managérialisation et l’évolution des rapports de légitimation à l’intérieur de ces organisations. Sans nécessairement aller jusqu’à l’homologie structurale, on peut néanmoins affirmer que les organisations militaires, humanitaires et a fortiori industrielles sont fortement impactées par les transformations du marché du travail. Pour ce qui nous intéresse directement, on doit ajouter que l’institution « totale » n’est plus (Goffman 1968). Relativement rare avant les années 1980, la mobilité intersectorielle sera très forte à partir de la fin des années 1990. La reconversion du directeur opérationnel et de la directrice financière de la cellule d’urgence dans le secteur hospitalier pour le premier et dans une agence des Nations unies pour la seconde se fait dans la douleur : ils quittent le MAE au début des années 2000 après une succession de procédures de contrôle financier perçue comme une « vengeance » par rapport aux prises de positions « pro-militaires » de la MIESE. La reconversion des officiers civilo-militaires de l’armée de terre au sein d’OI montre la continuité des engagements professionnels pour certains et un profond dégoût du fonctionnement du système onusien pour d’autres. Enfin, nous avons insisté sur la relative facilité de reconversion des officiers affaires civiles du COS, notamment au sein de sociétés d’intelligence économique et de « gestion » des risques, ainsi que sur l’affichage assumé de la continuité de certains de leurs répertoires d’action du public vers le privé. Ces reconversions dénotent donc une forte fongibilité des capitaux et une capacité certaine de cooptation. L’affinement de la connaissance mutuelle et le renforcement de la socialisation entre acteurs de « gestion » de crises nous apparaissent donc sur le temps long, c’est-à-dire des années 1980 aux années 2000, comme un facteur essentiel non seulement de la trajectoire de l’institutionnalisation du civilo-militaire en France mais plus largement de l’intensification des processus d’intégration interministérielle. L’intuition selon laquelle le civilo-militaire et l’approche globale ne sont que des technologies est loin d’être absurde, à ceci près – et ce n’est pas anodin – que ces « gestionnaires » de crises partagent bien plus que des savoir-faire professionnels. Il nous paraît crucial de noter que la dynamique de cette agrégation entre segments institutionnels n’a pas qu’un ressort tactique. Ce groupe ne tient pas ensemble uniquement du fait de calculs de décloisonnements administratifs. Il y a de profondes affinités électives et des croyances partagées. Au plan idéologique notamment, qu’il faille juguler une menace, remporter des marchés ou soulager des souffrances, il nous paraît utile de rappeler que ces acteurs sont interventionnistes. Enfin et surtout, ils ont une certaine conscience de groupe non pas en soi mais pour soi d’après la distinction marxiste. Ils forment une véritable « aristocratie du risque22 ».

De l’émergence d’un groupe professionnel

  • 23 Autant de points déjà relevés dans les prosopographies d’acteurs humanitaires (Dauvin & Siméant 200 (...)

11L’homologie des trajectoires professionnelles entre un industriel spécialisé dans la reconstruction, un militaire tourné vers les populations et un fonctionnaire de l’humanitaire d’urgence tient principalement à trois éléments : la socialisation, les représentations et les ressources. Un certain nombre de points communs liés à la socialisation primaire ont déjà été soulignés à propos des deux premiers groupes d’acteurs en compétition pour le leadership des activités civilo-militaires : reproduction sociale, image du père, tradition familiale au service de l’État, prédisposition à la mobilité internationale, connaissance personnelle de l’Afrique23. Le « virus » se contracte très jeune.

Et donc ma carrière militaire, elle a pour origine… bon, d’abord l’admiration que j’avais pour mon père. Mon père était un personnage, à mon avis, hors série, et donc quand on a la chance d’avoir un père comme ça, bah, il vous marque, forcément… et de manière très humaine. Je me souviens que je devais avoir treize ou quatorze ans à Djibouti, il y avait des mouvements de frontière avec la Somalie, et je me souviens de mises en alerte de nuit des éléments blindés, fantassins et artillerie, et mon père m’embarquait toujours dans sa jeep et je partais avec lui. Je n’avais pas de plus grand plaisir que de mettre une tenue camouflée, de me glisser dans le fond de cette jeep et d’aller assister dans un petit coin au briefing, aux ordres donnés, etc. Donc c’est vrai, j’ai contracté le virus très jeune, en Afrique.
(Colonel, membre du bureau affaires civiles, 1998-2000, 13 octobre 2009, réf. 3)

12La notion d’engagement est souvent évoquée en des termes prosaïques : il s’agit du goût de l’aventure, non pas au sens de la mise en danger ou de l’exposition physique de soi, mais plutôt au sens de l’envie de « voir du pays », de « bouger » et de « trouver un cadre », les arguments plus attendus (le patriotisme, la notion de service de l’État, la tradition familiale…) n’étant mobilisés qu’en dernier recours, généralement suite à nos relances.

Moi, je suis rentré dans l’armée tout simplement parce que, conformément à mon tempérament, c’est l’aventure, le risque, le sport… voilà… il ne m’est jamais venu à l’esprit de faire un métier intellectuel, de faire un doctorat. J’aime autant vous dire que ça n’était pas dans mon état d’esprit. Donc bon, voilà mon histoire. Vous savez ma démarche, moi au départ, militaire… ce n’est pas militaire… c’est l’aventurier… le sport… j’étais très sportif, alors…
(Colonel, pilote du groupe de travail actions civilo-militaires, 1999-2002, 3 avril 2008, réf. 17)

13Ils se présentent d’entrée en tant qu’« opérationnels » par opposition aux technocrates en liant leur parcours à la « prise de risque », à la fois entendue comme motivation de l’engagement mais aussi éthique individuelle et spécialité professionnelle. Le risque n’est pas seulement lié à la nature même des opérations menées et aux contextes dans lesquels elles se déroulent, sa « gestion » est un élément de distinction sociale pour cette « aristocratie ». L’assimilation réciproque entre ces trois groupes d’acteurs se fait donc sur les « terrains » ou « théâtres », « là ou ça bouge », même si les retrouvailles parisiennes permettent de maintenir le fil. Pour ces opérationnels, les « terrains » constituent un espace de socialisation mais aussi d’identification par constitution d’une mémoire commune à partir d’expériences partagées dans des contextes particulièrement informels et tendus. Pour beaucoup de nos interlocuteurs issus de ces différents groupes sociaux, Beyrouth est un point de départ dans le cadre de la mise en œuvre de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL). Les trois extraits d’entretiens suivants proviennent d’acteurs issus de nos trois panels :

Donc là, on a développé, je dirais, les modes opératoires, et les deux grands théâtres qui ont été au démarrage de ces initiatives, c’étaient la Pologne et Beyrouth. Ça a été les deux grands trucs, et c’est là qu’on a commencé à développer un certain nombre d’initiatives qui étaient au-delà de l’approche sécuritaire ou militaire.
(Capitaine de vaisseau, réserviste du bureau affaires civiles, 1994-2002, 12 février 2010, réf. 4)

– La première opération extérieure à laquelle vous participez, c’est le Liban en 1982. Une opération de maintien de la paix ?
Oui, je suis arrivé en plein dedans. J’avais choisi… je n’ai pas choisi la guerre, mais j’avais choisi d’y aller parce que je voulais que ça pète… je ne voulais pas… euh… on m’avait donné le choix du régiment à l’époque : soit en Centrafrique, normal, soit le Liban, où moi je sentais que c’était un petit peu plus sympathique, un peu plus bougeant. Donc j’ai dit : « Moi : Liban ». Le chef de corps a dit : « Liban, très bien », et j’ai bien fait parce que la Centrafrique a été annulée et moi j’étais au Liban et il y a eu la guerre… donc finalement, je suis assez content. Je suis resté pour six mois de mission.
(Colonel, pilote du groupe de travail actions civilo-militaires, 1999-2002, 3 avril 2008, réf. 17)

J’étais en quatrième année de médecine [1975], c’était la trêve d’été au Liban… un peu paumés, sur les routes, on ne s’était pas rendus compte que le Liban était en guerre, il y avait encore de la violence, on n’avait pas bien compris la situation, on était un peu jeunes et cons et en passant le tunnel du Mont-Blanc, on entend aux informations : « Le Liban à feu et à sang »… ça m’a sauté en pleine gueule, j’y avais des amis et il y avait une nouvelle association qui s’appelait Médecins sans frontières qui travaillait à Beyrouth, à Nabaa, un quartier chiite au nord de Beyrouth… […] et donc mon réflexe, ça a été d’appeler MSF pour dire : « Je pars » et de m’entendre répondre : « Tu es trop jeune, le jour où tu seras en septième année, OK… » […] Et donc, le premier jour de ma septième année de médecine, j’ai été m’inscrire à MSF… L’année suivante, en février [1979], première intervention israélienne au Sud-Liban… […] et j’apprends que MSF va envoyer une mission à Tyr… moi, j’étais en stage d’internat à Auxerre… et donc, je ne sais plus dans quel ordre… je crois que c’est avant de partir, on crée une antenne Franche-Comté de MSF à Dijon avec des amis, dans un local de la mairie… et donc moi je monte à Paris, je fais un sitting devant le bureau de MSF en leur disant (Rires.) : « Vous ne vous débarrasserez pas de moi… » In fine, je suis parti avec Kouchner pour me positionner à Tyr avec une infirmière qui ne voudra pas descendre et qui, elle, restera à Beyrouth.
(Directeur opérationnel de la cellule d’urgence du ministère des Affaires étrangères, 1998-2002, 15 décembre 2009, réf. 35)

14Si ces acteurs en arrivent à développer des méthodes de contournement des pesanteurs bureaucratiques, ils forgent une sorte d’éthique du « système D » dont l’imagination et la débrouillardise sont les piliers. À l’image des propos déjà relevés du commandant de la zone de Bihac en Bosnie tentant d’abaisser le niveau de violence en substituant de la bière à la vodka, on note un réel enthousiasme à l’idée d’improviser dans l’urgence, souvent en marge des procédures. Le cas du directeur opérationnel de la cellule d’urgence est éclairant :

Vous vous permettez tout parce que vous arrivez avec des méthodes associatives… des méthodes qui décoiffent… tout ça appris dans l’univers associatif, et comme on venait des ONG, on avait pas mal d’idées par rapport aux administrations sclérosées… parce qu’avec tous les ministères, vous finissez broyés autrement… je me souviens, je téléphone à Renault… « Est-ce que vous pouvez me passer une fourgonnette pour le tremblement de terre [en Arménie, décembre 1988] ? – Ah bon, on peut être utile ? D’accord, on vous envoie ça… » Allo Peugeot, ici c’est le secrétariat d’État à l’Action humanitaire, vous pouvez nous dépanner ? La même chez Manpower… j’ai besoin d’une assistante… et le directeur de la communication qui me dit : « Vous êtes l’État et vous me demandez ça, à moi ? » Je lui dis : « Oui et alors ? » Le mec éclate de rire… j’ai gardé les camionnettes pendant six mois et l’assistante pendant un an et demi…
(Directeur opérationnel de la cellule d’urgence du ministère des Affaires étrangères, 1998-2002, 15 décembre 2009, réf. 35)

15Ces acteurs manifestant leur capacité à évoluer dans des contextes déroutants, ce sont ces mêmes « terrains » ou « théâtres » qui contribuent, à travers la constitution d’une mémoire partagée, à forger une éthique antibureaucratique. La socialisation « sous le feu » crée des solidarités qui traversent les théâtres, les appartenances sectorielles et les tensions administratives. Il y a même, chez certains, une sorte de nostalgie de cette époque enthousiasmante où « on apprenait à travailler ensemble ».

Ce que je veux dire, quand vous regardez ce qui s’est passé à la fin des années 1980 et au début des années 1990… il y a plein, plein de choses qui ont été faites… entre le décloisonnement entre entreprises, monde humanitaire, monde médiatique, etc., au sein de la société civile… on a appris à travailler ensemble, à décloisonner, à travailler intelligemment. On a appris à créer des portages d’initiatives entre nous quand on allait en Hongrie, quand on allait en Tchéquie… même en Amérique centrale… en Afrique du Sud, regardez comment a été transformée l’Afrique du Sud, on n'y est pas allés avec les militaires. […] On a fait des trucs extraordinaires, et notamment avec les ONG… la relation entre les ONG et le monde des entreprises, c’est très intéressant… vous avez des gens qui travaillent en entreprise et sont dans une ONG et réciproquement.
(Capitaine de vaisseau, réserviste du bureau affaires civiles, 1994-2002, 12 février 2010, réf. 4)

  • 24 « Programme et groupe d’élite se renforcent alors mutuellement acquérant une autonomie qui leur per (...)
  • 25 En parcourant les manuels récents, on ne peut que déplorer l’absence de chapitres sur les professio (...)

16En conséquence, un trait commun est frappant : le pire adversaire de ces acteurs, dans l’exécution de leurs tâches quotidiennes, est le supérieur ou le bureaucrate. Il s’agit de changer les choses de l’intérieur ; la personne à convaincre n’étant généralement pas une entité abstraite et éloignée (le cabinet du ministre, la présidence de la République, l’OTAN, l’opinion publique…) mais son propre « patron », chacun à son échelle, dans son organisation quotidienne de travail. Enfin, ils sont aussi liés par un effet générationnel : « baby boomers » nés après la Seconde Guerre mondiale, formés aux enjeux de la guerre froide dans le sillage de la « reprise en main » gaullienne, ils arrivent à des postes à responsabilité au moment du basculement post-bipolaire. Réformateurs affichés, ils forment les premiers cadres de la « gestion » des crises dans leur secteur respectif. C’est aussi sans doute leur position de marginaux-sécants à l’intérieur de leur institution qui a pu faciliter les échanges intersectoriels et donc l’établissement de rapports de légitimation davantage horizontaux que verticaux. Ils agissent comme des passeurs-traducteurs au cœur d’espaces intermédiaires où se technicise le politique et se politise le technique (Eymeri-Douzans 2003), mais également comme des courtiers au sein d’espaces transnationaux où circulent et s’hybrident les expertises de la « gestion » des crises internationales (Vauchez 2007). Les « gestionnaires » de crises internationales forment un groupe qui s’est progressivement autonomisé avec le projet civilo-militaire : ils sont une « élite programmatique ». Ces élites, placées sous les autorités politiques, parviennent à se maintenir au-delà des conditions ayant favorisé leur émergence, se coalisent autour de groupes professionnels disparates, disposent de techniques argumentaires délocalisées et partagent avant tout une « croyance » dans le bien-fondé de leurs activités quotidiennes24. Encore une fois, on ne peut que regretter l’extraterritorialité des Relations internationales par rapport aux sciences sociales tant la sociologie des groupes professionnels d’inspiration interactionniste développe depuis quelques années des pistes pertinentes sur la segmentation et la compétition entre groupes professionnels en se basant notamment sur l’observation longitudinale de cohortes25.

De la structuration d’un champ de la sécurité

  • 26 On pense aux moyens d’investigation dignes de la police judicaire pour traquer certains chefs talib (...)
  • 27 On est troublé par le quasi-copié-collé du Livre blanc sur la défense de 1994 lorsqu’à propos de la (...)
  • 28 On pense en particulier au travail entamé par la revue International Political Sociology.
  • 29 Les évolutions décrites par Morris Janowitz (1971 [1960]), Samuel Finer (1988 [1962]) et Samuel Hun (...)
  • 30 « Cette question et cette distinction ne doivent cependant pas conduire à l’idée erronée que les co (...)

17« Humaine », « économique », « environnementale », « alimentaire », « sanitaire » : l’utilisation de la notion de sécurité connaît un élargissement remarquable depuis une vingtaine d’années. À l’intérieur du champ de la défense, dilaté en champ de la sécurité, les militaires « gérant » des « risques » et non plus des « menaces » doivent faire face à des « crises » et non plus à des « guerres ». Autant d’évolutions sémantiques palpables dès le Livre blanc de 1994 mais actées dans le titre même des Livres blancs sur la défense et la sécurité nationale de 2008 et 2013. Le champ de la sécurité nationale, marqué par une forte plasticité et porosité, aurait remplacé ce qui fut le champ « diplomatico-stratégique » durant la guerre froide, alors dominé par les figures du diplomate et du militaire. Trois constats se combinent pour expliquer cette dilatation du champ. D’abord la transformation de l’ennemi, qui est devenu insaisissable parce que déterritorialisé, irrationnel parce que fanatique, asymétrique parce que non dépendant technologiquement. Ensuite l’obsolescence de la dichotomie interne/externe dans l’appréhension des « menaces » et des « risques » chez les professionnels de la sécurité, que l’on observe tant à travers la restructuration des organes de renseignement que le recours aux techniques militaires sur le sol national ou policières sur les zones d’intervention26. Enfin, l’émergence de nouveaux acteurs privés, dont on ne sait véritablement si la montée en puissance a pour effet mécanique un décentrage ou un repositionnement de l’État. Cette métamorphose a été principalement investie par les critical security studies portées par les Écoles de Copenhague, de Welsh et de Paris. Appréhendant la sécurité comme un acte de discours, l’École de Copenhague insiste sur les propriétés praxéologiques du discours sécuritaire à travers le concept de securitization : la sécurité est d’abord une énonciation qui inclut un objet à sécuriser et, ce faisant, légitime de nouveaux acteurs (Buzan 1991 et 1998). Les auteurs en déduisent la coexistence de cinq secteurs de la sécurité dans la conjoncture post-bipolaire, chacun se rapportant à une fonction différente : militaire, sociétal, économique, environnemental et politique. Le concept de sécurité sociétale, que l’on peut assimiler à la « résilience », est défini comme la « capacité d’une société de persister dans son caractère essentiel sous des conditions changeantes et face à des menaces possibles ou réelles » et plus précisément de « soutenir des modes traditionnels de langue, de culture, d’association, et d’identité religieuse et nationale et de coutumes dans des conditions acceptables pour leur évolution » (Wæver 1993 : 23, traduction libre)27. Si ces travaux présentent le mérite de nous sortir des visions stato-centrées de la sécurité, nous ne saisissons cependant pas en quoi l’élargissement de l’utilisation de la notion de sécurité entraînerait mécaniquement une dilatation du champ traditionnel de la défense et encore moins comment déduire cette dilatation simplement à partir de discours d’acteurs en position d’autorité. Force est de constater que l’émergence progressive d’un espace de « gestion » des crises internationales n’a pas entraîné la fin de l’autonomie des secteurs diplomatiques, militaires et humanitaires, qui « fonctionnent » encore sur des logiques différentes voire contradictoires. Le découpage des programmes sécurité, gouvernance, développement en fonction des périmètres d’action de la Défense, des Affaires étrangères et de l’Économie nous le rappelle. L’École de Welsh prolonge ces réflexions en instituant les individus – et non plus les États – comme objet référent de la sécurité internationale (Booth 1991 ; Krause & Williams dir. 1997 ; Wyn Jones 1999). Ces auteurs assument la portée normative et émancipatrice de leur appréhension de la « sécurité humaine », dont la bonne fortune se retrouve dans le renouvellement des normes d’intervention, comme la « responsabilité de protéger » invoquée en Libye par exemple. Le constructivisme « soft » et idéaliste de ces travaux tend à objectiver une vision universelle de la sécurité, à tel point que l’on ne sait plus, là encore, quelle est la différence entre pratiques et discours (Browning & McDonald 2011 ; Chandler & Hynek 2013). C’est sur la base de ces limites méthodologiques et normatives que l’École de Paris s’est engouffrée, en proposant notamment de se concentrer sur l’érosion de la frontière interne/externe dans l’appréhension des menaces et des risques par les groupes professionnels en charge de la sécurité (Bigo 1995 et 2005 ; Huysmans 1998) et en entreprenant un important travail de banalisation de la discussion entre Relations internationales et sociologie28. L’avancée est, en tout cas sur le papier, tout à fait majeure : la sécurité internationale est un champ en voie d’émergence composé d’acteurs issus de secteurs nationaux multiples. Tout champ étant un « espace structuré de positions » (Bourdieu 1992), l’enjeu consiste à ne pas délier les identités, les valeurs et les représentations des intérêts, des positions et des relations entre les acteurs de la sécurité internationale. La portée normative, la pente consistant à déduire les pratiques des discours, et en conséquence le défaut patent de prises empiriques, ne constituent pas les seules difficultés rencontrées par les critical security studies. Ces travaux ne parviennent pas à caractériser le phénomène qu’elles entendent pourtant expliquer. Un champ de la sécurité internationale émerge plus large et plus poreux que ne l’était le « feu » champ de la défense. Soit, mais de quoi s’agit-il au plan structural et structurel ? D’un décentrage de l’État, d’une externalisation des services régaliens, d’une reconfiguration des relations entre acteurs publics et privés, d’une recomposition des relations interprofessionnelles, de l’émergence d’une division du travail international, d’une sectorisation des relations internationales ? Ce phénomène est-il le résultat d’une désectorisation tendancielle de l’espace social de la politique étrangère liée aux effets de l’intensification des crises post-bipolaires sur l’évasion des calculs (Dobry 2009) ou d’une dilatation structurelle remontant à l’avènement de l’ère nucléaire de l'après-Seconde Guerre mondiale29 ? Le principe d’une dilatation structurelle n’est d’ailleurs nullement incompatible avec la théorie de la désectorisation conjoncturelle30.

  • 31 C’est ce que Jef Huysmans (1998) nomme le « dilemme normatif des études de sécurité » ; le chercheu (...)

18Nous ne soutenons pas l’essentiel des postulats de ces travaux sur le décentrage de l’État dans la coproduction de la sécurité internationale, d’autant plus que nombre des tenants des études critiques de sécurité sont conscients des effets de leurs analyses sur les transformations du champ en question31. En se situant quasi exclusivement du point de vue des outsiders, c’est-à-dire des nouveaux entrants au sein du champ, ces travaux concluent un peu vite à la perte du monopole de l’État en matière de sécurité. Pire, il semblerait que les partisans de ces études sombrent dans le fétichisme qu’ils dénonçaient à propos des études stato-centrées : leur approche est tout aussi essentialiste. La sécurité alimentaire et la sécurité économique renvoient-elles à une même notion, à un même auditoire concerné, à un même objet référent ? Le terme sécurité ne nous fait-il pas passer d’une appréhension statique de la défense à une définition sombrant dans l’excès inverse, c’est-à-dire extrêmement volatile ? Enfin, peut-on réduire la sécurité à un acte de langage instrumentalisé par les élites ? Plutôt que de comptabiliser l’entrée de nouveaux acteurs – privés –, nous proposons plutôt d’observer le repositionnement des acteurs traditionnels du champ diplomatico-stratégique que sont les hauts fonctionnaires de la Défense et des Affaires étrangères en étudiant comment s’opère entre eux la division du travail au cœur des organisations interministérielles de « gestion » des crises. Certains auteurs ont ainsi remarqué que le développement récent des activités civilo-militaires – ici entendues au sens « extensif » de promotion des intérêts nationaux – conduisait à se poser la question de savoir si l’on assiste à un décentrage ou à un repositionnement des armées dans le domaine de la politique étrangère et de défense :

La question cruciale est donc ici celle des « frontières du champ de la sécurité ». Soit l’ACM témoigne d’un élargissement des systèmes de pratiques militaires au-delà du champ de la sécurité dans les Opex [opérations extérieures], auquel cas il faut réfléchir aux raisons de cette redéfinition du rôle des militaires et de ses conséquences sur l’identité militaire. Soit elle relève d’un élargissement de ce champ. Dans un contexte dans lequel les armées s’engagent dans des activités qui nécessitent d’avoir recours à des réservistes et à des experts civils le plus souvent issus du marché, ce dernier n’est-il pas devenu un facteur de plus en plus important dans les politiques de sécurité ? (Olsson 2002 : 8)

  • 32 La sécurité sanitaire est la « protection de la santé de l’homme contre les risques “iatrogènes” de (...)
  • 33 Certains auteurs évoquant une « rewebérianisation » (Hood et al. 1999).

19À maints égards, la comparaison avec la transformation du secteur hospitalier nous paraît instructive. D’abord, ce champ d’étude est lui aussi fortement marqué par la littérature sur l’élargissement de la notion de sécurité, ici « sanitaire ». Le terme apparaît officiellement le 16 décembre 1992, au même moment que la sécurité internationale dans le sillage des travaux de l’École de Copenhague, lors de la discussion du projet de loi relatif à la sécurité en matière de transfusion sanguine qui donnera naissance à l’Agence française de santé32. Encore une fois, l’accélération des « crises » entre les années 1980 et 1990 (Sida, sang contaminé, vache folle) explique le succès de ce « cadre doctrinal » (Benamouzig & Besançon 2005). Ensuite, ces travaux insistent sur l’évolution des formes d’interactions entre groupes professionnels qui prend la forme d’un décloisonnement administratif (Pierru 2012). Par ailleurs, ils se penchent sur l’émergence du modèle des agences de l’État dans le cadre de la mise en œuvre du New Public Management en 1998, c’est-à-dire au moment de la création de l’AFD. Ils posent directement la question de l’évolution des relations entre pouvoir politique et pouvoir technocratique, encore assez peu étudiée en France dans le domaine de la politique étrangère et de défense. Les travaux sur les agences de gestion du risque sanitaire aboutissent d’ailleurs à une conclusion contre-intuitive : le développement des agences favorise une « bureaucratisation par les marges » (Benamouzig & Besançon 2005 : 308)33. Comme le suggère le schéma sur le circuit interministériel de l’approche globale en France présenté précédemment, ces agences recréent des contraintes bureaucratiques par leur intermédiation même. Si l’autonomie des agences s’accentue, les moyens de contrôle aussi. Le renouvellement d’une demande sécuritaire tous azimuts ne fait que renforcer l’État comme détenteur du monopole de la contrainte physique légitime et qui, en bout de course, reste le principal récipiendaire des demandes sécuritaires, même formulées hors circuit institutionnel. À ce propos, la façon dont le secteur de l’humanitaire d’État s’est structuré en France dans les années 1990, suite à l'« explosion » dans les années 1980 de l’humanitaire associatif, en ayant contribué à renouveler une certaine forme de « demande humanitaire d’État », nous semble tout à fait paradigmatique. La question se pose de savoir si ce que nous observons de la transformation du champ de la défense en celui de la sécurité en France se produit ailleurs. En Grande-Bretagne, nous le pressentons, sans avoir à ce jour les moyens empiriques de vérifier une telle assertion. Si l’on retrouve ce phénomène dans la plupart des États interventionnistes et des OI, alors l’étape suivante est d’interroger la constitution d’un champ transnational de la sécurité.

De la sectorisation des relations internationales

  • 34 Pour une introduction à cette question, voir Lefranc (2015).
  • 35 Voir aussi Ruggie (1982).
  • 36 Waltz (1979) ; Wendt (1992 et 1999).
  • 37 « Pour comprendre ce lien, il faut souligner que l’intégration de ces États dans des configurations (...)

20Cette dernière hypothèse nous propulse parmi les préoccupations les plus contemporaines de la sociologie politique des relations internationales. Assistons-nous à une différenciation sectorielle des relations internationales, dont l’émergence d’un champ de la sécurité serait un exemple34 ? Cette question a indirectement été abordée par les théories des Relations internationales. Au cœur de l’institutionnalisme libéral, on peut considérer la sécurité comme un régime international au même titre que le « régime commercial », le « régime monétaire » et le « régime pétrolier » (Keohane & Nye 1977). En insistant sur les formes de coopération internationale dans le sillage de la multinationalisation des interventions, nous pouvons aussi reprendre à notre compte la définition des régimes internationaux appliquée à la sécurité : « ensembles explicites ou implicites de principes, de normes, de règles et de procédures de prise de décision autour desquelles les anticipations des acteurs convergent dans un domaine des relations internationales » (Krasner dir. 1983 : 2, traduction libre)35. L’interdépendance et la socialisation par les normes au sein des OI produisent une institutionnalisation relative des relations internationales, en tout cas leur stabilisation, en permettant une meilleure anticipation entre acteurs. Par ailleurs, les théories systémiques ont souvent constitué une passerelle entre Relations internationales et sociologie. Elles ont inspiré différents horizons avant même la dialectique Waltz/Wendt36 aussi bien chez les réalistes (Kaplan 1957) et les marxistes (Wallerstein 1984) que l’école anglaise (Bull 1977) et favorisent l’importation de débats féconds sur l’acteur et la structure, le changement et la continuité, le système et ses environnements. En dépit de ces quelques passerelles, les théories de la différenciation n’ont pourtant que peu inspiré l’analyse de la politique internationale. En partant de la distinction durkheimienne entre solidarité mécanique et biologique (Durkheim 2013 [1893]), ces théories portent sur la structuration des sociétés modernes par opposition aux sociétés traditionnelles. Les sociétés modernes sont différenciées, stratifiées et segmentées (Bourdieu 2002 [1981] ; Dobry 2009 ; Luhmann 1982). Elles sont intégrées par une division du travail. La circulation et l’appropriation des techniques de « gestion » des crises internationales dans la plupart des États interventionnistes et des OI traduisent-elles une division croissante du travail international ? La transposition des théories de la différenciation aux relations internationales pose plusieurs séries de problèmes. D’abord, il faut bien admettre que la disqualification de toute possibilité de spécialisation fonctionnelle entre unités du système international par le chef de file du néo-réalisme (Waltz 1979) a longtemps marginalisé cette piste dans le jeu académique des internationalistes, au moins jusqu’à l’apparition des premiers écrits constructivistes de Wendt (1992 et 1999). Contrairement aux travaux sur les sociétés modernes qui l’abordent comme un « donné », la difficulté propre à l’importation de la différenciation au cœur de l’analyse politique internationale tient à l’aspect très contemporain du processus face au caractère figé et convenu de la plupart des débats inter-paradigmatiques en Relations internationales. De plus, beaucoup de ces débats se sont concentrés sur la disqualification de la posture stato-centrée des réalistes, argumentant, à tort selon nous, que l’intégration progressive d’un système international se ferait contre les États. Au contraire, la sectorisation de la « gestion » des crises internationales va de pair avec l’étatisation des relations internationales37. Enfin et surtout, la rigueur épistémologique d’une application de la différenciation à l’espace international impose aux internationalistes de se défaire de trois spectres récurrents : la quête – pour certains illusoire (Dobry 2015) – de ce qui fait tenir les acteurs ensemble au sein du système, la réponse très souvent fonctionnaliste de la plupart des théories à cette question et la recherche du sens de l’histoire avec le fantasme d’un système final, qui ne serait plus international mais politique parce qu’intégré autour d’un État mondial (Wendt 2003).

  • 38 Sur l’utilisation des travaux de Pierre Bourdieu, voir notamment Bigo (2011) ; Mérand & Pouliot (20 (...)
  • 39 Voir les contributions de David Ambrosetti et Yves Buchet de Neuilly in Aït-Aoudia & Roger dir. (20 (...)

21L’hypothèse d’une division du travail a récemment été travaillée sur les terrains européens (Mérand 2008) et ceux du désarmement (Pouponneau 2013a). Un signe encourageant réside dans la congruence ces dernières années de ces préoccupations chez les internationalistes à partir de traditions intellectuelles différentes. Si la nécessité d’ouvrir les espaces de dialogue entre Relations internationales et sciences sociales est aujourd’hui plutôt consensuelle, la remise en cause de la position waltzienne sur l’absence de différenciation fonctionnelle se diffuse. Aux États-Unis, les travaux sur la sectorisation des relations internationales sont programmatiques et suivent une logique taxinomique qui vise à classer les différentes façons d’appréhender la différenciation à l’œuvre dans l’espace international d’après la typologie de Luhmann (Albert & Buzan 2010 et 2013). La différenciation peut d’abord être segmentaire, à l’image des sociétés mécaniques, et correspond tout à fait à la vision réaliste du « self-help » en contexte anarchique. Elle peut aussi être stratifiée, c’est-à-dire relative à une certaine hiérarchie, comme entre le Nord et le Sud ou entre le centre et ses périphéries dans les théories marxistes. Enfin et surtout, elle peut être fonctionnelle, à l’image des sociétés biologiques. Dans ce dernier cas, les unités du système sont minimalement intégrées par une division du travail dont il nous faut encore une fois éviter de réduire la logique au seul fonctionnalisme. Dans l’espace académique francophone, où l’utilisation de la théorie des systèmes en Relations internationales est beaucoup plus parcellaire (Merle 1988 [1974]), l’exploitation des théories sur la différenciation prend son essor : les concepts d’habitus, de capital et de champ de Pierre Bourdieu sont mobilisés pour modéliser des trajectoires dans différents univers internationalisés38 et la théorie de la fluidité multisectorielle de Michel Dobry est exploitée en conjoncture routinière pour étudier les « gestionnaires » de crises39 ou en conjoncture fluide pour expliquer la dynamique des printemps arabes (Bennani-Chraïbi & Fillieule dir. 2012). Les concepts de champ et de secteur sont proches au plan heuristique. On précisera que l’appréhension de la différenciation au cœur des sociétés modernes par Michel Dobry diffère de celle de Pierre Bourdieu sur deux rejets : une certaine forme de fonctionnalisme sur ce qui fait tenir un champ et l’homologie structurale entre organisations issues de différents champs. Comme d’autres, nous plaidons non seulement pour un usage métaphorique de ces concepts, mais aussi pour une utilisation des ressorts de la sociologie des crises politiques en conjoncture routinière. La distinction entre champ et secteur mériterait sans aucun doute une investigation plus rigoureuse, mais, dans l’immédiat, ces concepts participent ensemble à une théorie de la différenciation bienvenue et encore tâtonnante en Relations internationales. Enfin et surtout, les théories de la sectorisation des relations internationales constituent un vecteur de décloisonnement disciplinaire et de disqualification de la vulgate sur la mondialisation comme dérégulation et perte de l’emprise étatique sur la politique internationale.

Notes

1 L’opération Sangaris en Centrafrique a commencé en décembre 2013 suite à la multiplication des affrontements entre milices anti-balakas et ex-Seleka. L’opération Serval a débuté au Mali en janvier 2013 après la prise de Konna par des groupes islamistes. Elle s’est achevée en juillet 2014, en même temps que l’opération Épervier au Tchad. Dans la foulée, l’opération Barkhane au « G5 Sahel » (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad) est lancée. Elle traduit un redéploiement des armées françaises en Afrique dans le cadre de la lutte antiterroriste en écho aux tensions régionales aussi bien en Libye, en Égypte, au Nigéria, en Somalie qu’au Yémen. Nous reviendrons en conclusion sur les raisons qui nous ont initialement incité à ne pas traiter des conflits africains dans cette étude.

2 L’opération Chammal lancée en septembre 2014 consiste en un soutien aérien aux autorités irakiennes, principalement à Falloujah, Kirkouk et Mossoul, face aux attaques de groupes se revendiquant de l’État islamique. Les frappes commencent officiellement à toucher le territoire syrien en septembre 2015 à Racca.

3 « L’approche globale dans la gestion des crises extérieures », in Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale (2013* : 98-101).

4 « L’idée est d’avoir une compétence sur la continuité de la gestion de crise. Cette cellule est composée d’agents de différents ministères : le Quai d’Orsay, la Défense, l’Intérieur et les Finances » (Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangère et du Développement international, cité par Alexandra Turpin, dépêche AEF Sécurité Globale, Club des directeurs de sécurité des entreprises, le 30 janvier 2014, disponible sur <https://www.cdse.fr/nous-allons-renforcer-les> [consulté le 04/02/2016]).

5 Le processus français demeure le cas le moins étudié (Bagayoko & Cazelles 2007 ; Wendling 2010). Allemagne (Karp 2005-2006), Canada (Fitz-Gerald 2004), Grande-Bretagne (Lebœuf 2006), États-Unis (Jasper 2012), Pays-Bas (Zeeuw 2004), Norvège (Smith 2004), Suède (Bjorkman & Friman 2011).

6 ONU (Coning 2009), OSCE (Novosseloff 2012), OTAN (Jacobsen 2010), UE (Lavallée & Pouponneau 2016).

7 Pour un état des lieux de la littérature, voir Delpeuch (2009).

8 "« Car ce qui se fabrique à Bruxelles, aujourd’hui encore, ce sont souvent moins des politiques que des instruments, qui ont pour enjeu de modifier les relations de pouvoir entre acteurs européens » (Buchet de Neuilly 2015 : 656-657).

9 Comprehensive, multidimensional, holistic, integrated ou global approach.

10 Agence, Task Force, comité interministériel, pool, Stabilisation Unit.

11 Relations usagers/clients, accountability, surveillance, transparence, évaluation par les pairs.

12 Benchmarking, indicateurs de performance, gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, RETEX, audits, expertises.

13 Séparation entre les fonctions de stratégie, de pilotage et de contrôle et les fonctions de mise en œuvre ; fragmentation des bureaucraties verticales par création d’unités administratives autonomes (des agences), par décentralisation ou par empowerment de groupes d’usagers ; recours systématique aux mécanismes de marché (concurrence entre acteurs publics et avec le secteur privé, individualisation des incitations, externalisation de l’offre) ; transformation de la structure hiérarchique de l’administration en renforçant les responsabilités et l’autonomie des échelons en charge de la mise en œuvre de l’action de l’État ; mise en place d’une gestion par les résultats fondés sur la réalisation d’objectifs et sur la mesure et l’évaluation des performances dans le cadre de programmes de contractualisation (Bezes 2009 : 37).

14 « Le New Public Management constitue l’idéologie globale idéale pour faire le lien entre les programmes néolibéraux initiaux de réduction de l’État et les discours récents proposant de reconstruire de véritables capacités étatiques. S’il s’agit bien de plaider pour une fonction publique qualifiée et neutre, il s’agit aussi de conserver l’objectif d’un État réduit et d’ajouter celui de l’efficacité administrative » (Bezes 2007 : 19-20).

15 The North Seas Countries’ Offshore Grid Initiative. Memorandum of Understanding, European Network of Transmission System Operators for Electricity, Bruxelles, 3 décembre 2010.

16 À de notables exceptions : Daho (2014) ; Genieys (2008) ; Irondelle (2003) ; Hamelin (2003) ; Meimon (2010) ; Pouponneau (2013b).

17 Nous n’avons relevé que la retenue de Dominique de Villepin devançant ce glissement sémantique dans la presse la veille de l’intervention du président dans l’émission « Le Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI », le 15 novembre 2015.

18 Quatre raisons étaient avancées : les deux interventions au Mali et en Centrafrique, le Livre blanc de 2013 et la loi de programmation militaire (Le Trombinoscope. L’annuaire professionnel du monde politique).

19 Mise en place d’une direction des Entreprises et de l’Économie internationale en mars 2013.

20 « 1Ambassadeur 1Entrepreneur : le premier “speed dating” entre entrepreneurs et ambassadeurs (25 août 2015) » [en ligne], FranceDiplomatie, disponible sur <http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/le-ministere-et-son-reseau/evenements-et-actualites-du-ministere/conference-des-ambassadeurs/article/1ambassadeur1entrepreneur-le> [consulté le 5 février 2016].

21 « On soupçonne enfin que c’est cette même confiance dans l’habitus qui se trouve au principe des dédoublements institutionnels constituant, dans certains cas de crise politique […] la “réponse inventée” par les “sommets” des secteurs “stratégiques” (coercitifs mais aussi administratifs) à des contextes de fluidité. Les tris de personnels qui sont alors opérés (ou qui s’effectuent aussi en quelque sorte d’eux-mêmes, sans que les acteurs ou l’observateur ne puisent en localiser les auteurs) permettent de comprendre que ces dédoublements n’ont pas pour composante exclusive de possibilité d’échapper aux règles du jeu légitimes des secteurs en cause – c’est-à-dire la possibilité de jouer dans un registre tactique plus large – et que cette possibilité même est conditionnée par celle de l’activation de réseaux d’affinités “électives” le plus souvent informels (mais qui peuvent aussi s’appuyer parfois sur des “amicales”, “clubs” ou autre types de lieux mondains). Ces doublements institutionnels, lorsqu’ils interviennent à une échelle significative, ont d’ailleurs tendance à déborder les frontières des institutions concernées et peuvent puiser le personnel “sûr” – sous le rapport des dispositions intériorisées – dans des sphères d’activité assez marginales par rapport aux institutions “légitimes” » (Dobry 2009 : 274-275).

22 « Sur quelles ententes les volontaires de l’humanitaire fondaient-ils leur travail commun ? Ils étaient plus différents que semblables et s’ils poursuivaient un temps ensemble leur chemin d’aventure, c’était avant tout pour pouvoir profiter de cette organisation rationnelle du frisson. […] Ainsi, malgré nos ironies et nos doutes, nous avions créé une aristocratie du risque… » (Kouchner 1991* : 327).

23 Autant de points déjà relevés dans les prosopographies d’acteurs humanitaires (Dauvin & Siméant 2002).

24 « Programme et groupe d’élite se renforcent alors mutuellement acquérant une autonomie qui leur permet de perdurer au-delà des conditions spécifiques qui ont justifié leur apparition, et quand bien même celles-ci se sont complètement retournées » (Genieys & Michel 2006).

25 En parcourant les manuels récents, on ne peut que déplorer l’absence de chapitres sur les professions internationales : Champy (2011) ; Demazière & Gadéa (2009).

26 On pense aux moyens d’investigation dignes de la police judicaire pour traquer certains chefs talibans en Afghanistan ainsi qu’à l’envoi de gendarmes en ex-Yougoslavie pour y assurer le contrôle de foule ou, à l’inverse, aux modes opératoires issus des tactiques militaires utilisés par les polices urbaines. Le continuum interne/externe dans l’appréhension des menaces et la formalisation de la riposte sécuritaire est l’une des orientations majeures du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2008.

27 On est troublé par le quasi-copié-collé du Livre blanc sur la défense de 1994 lorsqu’à propos de la mise en œuvre d'une « conception globale de la Défense », il est précisé : « La cohésion nationale, aujourd’hui très exposée aux chocs multiples que suscitent les évolutions sociales, économiques et internationales, est une condition essentielle de la défense. La puissance provient moins de l’étendue du territoire national que de l’organisation sociale, de l’éducation des hommes, de leur solidarité et des valeurs qui les lient. En ce sens, la défense est indissociable de l’idée de nation. Elle concerne donc à la fois le modèle français d’intégration et d’organisation sociale, les valeurs communes de la République, leur vocation universelle et le rayonnement de la langue » (Livre blanc sur la défense 1994* : 28).

28 On pense en particulier au travail entamé par la revue International Political Sociology.

29 Les évolutions décrites par Morris Janowitz (1971 [1960]), Samuel Finer (1988 [1962]) et Samuel Huntington (1981 [1957]) à propos de la professionnalisation et de la civilianisation des armées datent des années 1960, c’est-à-dire de la période de restructuration des armées modernes après la Seconde Guerre mondiale. Il faudra plutôt attendre les années 1980 pour que ces débats soient introduits en France, notamment par Bernard Boëne (dir. 1990), Michel-Louis Martin (1981) et Charles Moskos (1987).

30 « Cette question et cette distinction ne doivent cependant pas conduire à l’idée erronée que les conjonctures fluides ne peuvent en aucun cas donner naissance à des institutions ou des cristallisations institutionnelles originales pouvant éventuellement survivre à une résorption de la fluidité dans laquelle elle sont apparues » (Dobry 2009 : 131).

31 C’est ce que Jef Huysmans (1998) nomme le « dilemme normatif des études de sécurité » ; le chercheur, produisant des énoncés sécuritaires, ne peut ignorer qu’il participe ainsi à l’acte de sécurisation en lui-même.

32 La sécurité sanitaire est la « protection de la santé de l’homme contre les risques “iatrogènes” de la société, c’est-à-dire contre les risques induits par son fonctionnement et les systèmes de plus en plus complexes qui l’organisent » (Tabuteau 2002 : 23).

33 Certains auteurs évoquant une « rewebérianisation » (Hood et al. 1999).

34 Pour une introduction à cette question, voir Lefranc (2015).

35 Voir aussi Ruggie (1982).

36 Waltz (1979) ; Wendt (1992 et 1999).

37 « Pour comprendre ce lien, il faut souligner que l’intégration de ces États dans des configurations plus vastes […] ne s’accompagne pas de leur dilution, voire de leur effacement progressif. Bien au contraire, l’État se recompose et peut même sortir renforcé de son ancrage dans des institutions supranationales. […] Et c’est ici que l’on peut retrouver un lien entre différenciation sectorielle des États et différenciation sectorielle des relations internationales : bien souvent, la gestion internationale des crises contribue à consolider l’autonomie des secteurs des relations internationales où elle se négocie, tout en imposant aux destinataires de cette implication internationale des normes, des standards et des pratiques d’État qui participent simultanément de leur étatisation et de leur insertion dans les secteurs différenciés des relations internationales » (Buchet de Neuilly 2015 : 225-226).

38 Sur l’utilisation des travaux de Pierre Bourdieu, voir notamment Bigo (2011) ; Mérand & Pouliot (2008). Sur l’importation concrète de la sociologie bourdieusienne aux champs internationaux, voir notamment Dezalay & Garth (2002).

39 Voir les contributions de David Ambrosetti et Yves Buchet de Neuilly in Aït-Aoudia & Roger dir. (2015) ; Daho (2015).

Table des illustrations

Titre Schéma 19. Le circuit interministériel de l’approche globale en France
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/12270/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 500k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site