Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La transformation des armées

 | 
Grégory Daho

Troisième partie. La routinisation des organisations (2005-2012)

Chapitre 7. La réinvention d’une tradition en Afghanistan

Texte intégral

« Comme l’origine réelle de ces sédimentations est devenue sans importance, la tradition pourrait inventer une origine tout à fait différente, sans pourtant menacer ce qui a été objectivé. En d’autres termes, les légitimations peuvent se succéder l’une à l’autre, et chaque fois fournir de nouvelles significations aux expériences sédimentées de la collectivité en question. L’histoire passée de la société peut être réinterprétée sans nécessairement troubler l’ordre institutionnel en conséquence. »
BergerLuckmann (2003 : 98)

Les effets de l’inflexion stratégique américaine

1Dans le sillage de l’inflexion stratégique en Afghanistan et en Irak qui amène progressivement l’administration américaine à passer de la « guerre globale contre le terrorisme » à la « stabilisation », la part de la CIMIC dans les plans de l’OTAN – symbolique au début de l’intervention – devient beaucoup plus importante. Cette montée en puissance est avant tout liée à la reconsidération stratégique du rapport aux populations. C’est dans le cadre de cette évolution que se transforme la justification des actions civilo-militaires plus que son usage lui-même. À partir de 2005, la filiation opérée entre les pratiques contre-insurrectionnelles contemporaines et les outils de la pacification coloniale devient structurante pour la reproduction de la spécialité. À l’image de l’exhumation du slogan « conquérir les cœurs et les esprits », la stabilisation afghane s’inspire notamment des outils militaires hérités de la conquête coloniale et de la pacification algérienne. L’enjeu n’est pas simplement de relever cet héritage colonial, point déjà souligné à propos de l’armée d’Afrique, mais de comprendre pourquoi et comment cette parenté ne devient socialement légitime au sein du système d’action civilo-militaire qu’à partir de 2005.

La reconsidération stratégique du rapport aux populations

  • 1 90 000 soldats américains sur 130 000 en décembre 2011.

2Le leadership de l’armée américaine au sein de la coalition en Afghanistan est tel qu’il nous faut commencer par là pour pouvoir rendre compte du déploiement des dispositifs CIMIC nationaux1. L’analyse de l’inflexion stratégique américaine ne constitue en rien un détour. Si les officiers français revendiquent la filiation coloniale au milieu des années 2000, c’est parce que la réappropriation des techniques contre-insurrectionnelles par les officiers américains les a désinhibés à l’idée d’exploiter leur propre patrimoine.

Encore une fois, n’oubliez pas que les Américains sont une nation jeune qui souvent a pris modèle sur nous… donc souvent ils nous ont copiés, ils nous ont imités… nous, on a un peu oublié notre passé et on est en train de le redécouvrir.
– D’ailleurs, à ce titre, c’est en 2004-2005 qu’on a redécouvert notre patrimoine, lorsque l’état-major de l’armée de terre demande au centre de doctrine qui lui est subordonné de réfléchir au thème de la « stabilisation » à partir essentiellement de l’expérience algérienne…
Oui, on a redécouvert plein de choses… on a redécouvert le treillis camouflé qu’on avait abandonné après la guerre d’Algérie, on a redécouvert certaines choses… La guerre d’Algérie a laissé des traces profondes dans notre institution, donc voilà…
– Pour aller plus loin, on a même l’impression qu’il y a un chassé-croisé. C’est-à-dire qu’au milieu des années 1990, lorsque la décision de formaliser les ACM modernes est prise, le premier réflexe, c’est de se tourner vers les modèles anglo-saxons existants et vers l’OTAN.
Effectivement, comme vous dites, on a redécouvert l’eau chaude. À la limite, pas besoin de traduire les manuels américains, autant reprendre les nôtres d’une certaine époque.
(Colonel, chef du bureau J9 du Centre de planification et de conduite des opérations, 2006-2010, 26 mai 2008, réf. 20)

  • 2 Le shaping s’apparente au state building et désigne la doctrine américaine de transformation des Ét (...)

3L’offensive alliée en Afghanistan commence le 7 octobre 2001 par une série de bombardements. L’opération terrestre débute par la prise de Mazar-e-Sharif le 9 novembre, puis de Kaboul le 14 novembre. À la suite des accords de Bonn du 5 décembre instituant l’Autorité intérimaire afghane et de la mise en place de la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) le 20 décembre, Hamid Karzaï devient président de l’administration intérimaire le 22 décembre. Le caractère hybride des objectifs initiaux de l’intervention, entre lutte contre le terrorisme et transformation du gouvernement afghan2, mais surtout la division du travail subséquente entre l’armée américaine et l’OTAN entretiennent une certaine dichotomie. Les opérations sont menées sous deux leaderships techniquement différents mais politiquement liés : d’un côté une lutte antiterroriste sous l’autorité des États-Unis dans le cadre de l’opération Enduring Freedom et de l’autre la transformation du gouvernement afghan dans le cadre ONU et OTAN de la FIAS. L’opération Enduring Freedom comporte plusieurs missions : Philippines, corne de l’Afrique, Sahara, Kirghizstan et Géorgie. La mission FIAS découle de la mise en œuvre de l’article 5 du traité de l’Atlantique nord et de la résolution 1386 du Conseil de sécurité de l’ONU, dont le mandat d’origine est d'« aider l’Autorité intérimaire afghane à maintenir la sécurité à Kaboul et dans ses environs, de telle sorte que l’Autorité intérimaire afghane et le personnel des Nations unies puissent travailler dans un environnement sûr ».

  • 3 La RMA se fixe comme objectif l’accroissement du technological gap pour prévenir toute concurrence (...)
  • 4 The National Security Strategy of the United States of America, Seal of the President of the United (...)

4Entre supériorité militaire et contagion démocratique, l’idéalisme interventionniste de l’administration de Georges W. Bush repose à la fois sur une doctrine stratégique à court terme et sur un objectif politique de refondation des États « voyous » ou « faibles » supposant une occupation au sol plus longue. Si la première puissance militaire a fait la démonstration de sa capacité à « gagner la guerre » en prenant le contrôle des centres politiques en quelques semaines à Kaboul en octobre-novembre 2001 et à Bagdad en mars-avril 2003, c’est sa capacité à « gagner la paix », c’est-à-dire à mettre en place un gouvernement ami, qui est mise en question. Pour certains auteurs, la conviction idéaliste de l’aspiration spontanée des peuples à la démocratie renvoie à l’absence de planification de l’après-guerre en Afghanistan et en Irak, ainsi qu'à la réticence à s’engager dans des processus de reconstruction (Dorronsoro & Harling 2005). Par ailleurs, la Révolution dans les affaires militaires (RMA), cadre doctrinal des transformations de l’armée américaine à l’issue de la guerre froide, explique aussi en partie cette difficulté à déployer des hommes au sol et la croyance absolue dans la supériorité et la « propreté » de l’arme aérienne basée sur une illusion scientiste3. Entre 2002 et 2003, la stratégie aérienne du « shock and awe » (choc et effroi) fait progressivement de la place à la doctrine de la « global war on terror » initiée par le discours sur « l’axe du mal » du 29 janvier 2002. Affirmant la conjonction entre terrorisme, armes de destruction massive et États « voyous », le document issu de ce discours sur l’état de l’Union4 jette les bases de la justification de l’intervention en Irak au printemps 2003. Les opérations menées simultanément sur ces deux théâtres témoignent de la perception d’une continuité stratégique de la « guerre globale contre le terrorisme ». Malgré le blocage au vote du Conseil de sécurité en février 2003 par la France, la Chine et la Russie, l’offensive américaine, britannique et australienne en Irak débute hors cadre ONU le 19 mars 2003 avec le bombardement de Bagdad. La période 2001-2004 est donc marquée par la montée en puissance de l’unilatéralisme américain, confortée par les prises de Kaboul et de Bagdad, mais contrariée par la fermeté de l’opposition des membres du Conseil de sécurité à la formalisation de la doctrine de la guerre préventive. La hausse des violences contre les soldats de la coalition ébranle bientôt non seulement le principe « zéro mort » mais aussi l’idéal de contagion démocratique. Reprenant le cumul du nombre de soldats tués sur la période 2003-2012 à la fois au niveau américain (courbe gris foncé) et au niveau des alliés (courbe gris clair) et précisant le décompte pour chaque année (courbe pour les Américains, barre chiffrée pour les alliés), les deux graphiques ci-dessous montrent une hausse des violences sur les deux théâtres à partir de 2004-2005. Le premier graphique concerne l’Irak et le second l’Afghanistan (schéma 13 et 14) :

Schéma 13. Victimes de la coalition en Irak : nombre de décès par an, 2003-2012

Schéma 13. Victimes de la coalition en Irak : nombre de décès par an, 2003-2012

Source : D’après les données consultées sur le site consacré aux pertes militaires américaines, <http://icasualties.org/​> [consulté le 07/03/2012].

Schéma 14. Victimes de la coalition en Afghanistan : nombre de décès par an, 2001-2012

Schéma 14. Victimes de la coalition en Afghanistan : nombre de décès par an, 2001-2012

Source : D’après les données consultées sur le site consacré aux pertes militaires américaines, <http://icasualties.org/​> [consulté le 07/03/2012].

  • 5 « Essentiellement par emprunt de la part des Afghans : notamment les attentats-suicides et les bomb (...)
  • 6 530 en 2005 contre 1 297 en 2006 (Rashid 2009 : 292).
  • 7 « Je ne vois aucun indice indiquant que les talibans constituent une menace militaire en Afghanista (...)
  • 8 Directive sur les opérations militaires de stabilisation, sécurisation, transition et reconstructio (...)
  • 9 En complétant la liste (Corée du Nord, Irak, Iran) par la Biélorussie, la Birmanie, Cuba et le Zimb (...)

5Si l’on croise les données de ces deux graphiques, on s’aperçoit que les effets du cumul des deux engagements militaires en termes de soldats tués se concentrent entre 2004 et 2007 en Irak et entre 2007 et 2010 en Afghanistan. On note que les techniques de guérilla commencent à circuler d’un théâtre à l’autre5. Le nombre d’engins explosifs improvisés en Afghanistan aurait plus que doublé entre 2005 et 20066. Il ne s’agit pas de déduire une rupture stratégique à partir de données statistiques, mais de montrer en quoi la multiplication des violences contre les armées alliées suscite une nette transformation de la teneur des débats sur la pertinence de la stratégie de « guerre globale contre le terrorisme ». Si beaucoup de hauts responsables de l’administration américaine considéraient encore au début de l’année 2004 que l’ennemi taliban avait été éradiqué7, les indices d’une inflexion stratégique traversent l’administration américaine dès 2005-2006. Le département américain de la Défense finalise le rééquilibrage de la réflexion doctrinale au profit de la stabilisation via la directive Military Support for Stability, Security, Transition, and Reconstruction Operations8. L’année 2006 marque le retour de la diplomatie, incarnée par Condoleezza Rice, secrétaire d’État américaine. Qualifié un peu vite par certains auteurs de « stade adulte de la doctrine Bush » et de « synthèse astucieuse de réalisme et d’idéalisme » (Vaïsse 2006 : 12), le concept de « diplomatie transformationnelle » visant à (re)façonner les États faibles par des moyens non strictement militaires a été présenté lors d’un discours à l’université de Georgetown le 18 janvier 2006. Substituant à la métaphore de l'« axe du mal » celle d'« avant-poste de la tyrannie »9, ce concept présenté par la secrétaire d’État américaine vise à soutenir des objectifs d’influence mais en concentrant les efforts sur le développement, la démocratisation et la reconstruction.

  • 10 Instruction de l’armée nationale afghane (ANA). Depuis 2004, l’armée française forme les officiers (...)
  • 11 Il s’agit d’une opération composée de forces spéciales françaises. Le président de la République Ja (...)
  • 12 Il s’agit de la partie aéronavale de la participation française aux opérations de la FIAS, visant d (...)

6Les armées françaises interviennent dans deux cadres distincts : l’opération Enduring Freedom sous commandement américain et la FIAS sous commandement OTAN. Cette participation est organisée en plusieurs opérations nationales : Épidote10 et Arès11 au sein d’Enduring Freedom, Héraclès12 et Pamir pour la FIAS. L’essentiel des effectifs CIMIC en Afghanistan est déployé dans le cadre de l’opération Pamir. Le 11 août 2003, l’OTAN prend la direction des opérations de la FIAS, mettant ainsi un terme aux rotations nationales de six mois. Si son mandat d’origine limite son action aux environs de Kaboul, il a été élargi sur tout le territoire afghan avec la résolution 1510 du 13 octobre 2003. La FIAS regroupait en 2011 un peu plus de 130 000 soldats de 48 pays. La France est la cinquième contributrice en effectifs, après les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Italie. Sa participation est croissante sur la période 2001-2011 et augmente sensiblement à partir de 2008 :

Tableau 7. La présence française en Afghanistan

2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
Nombre de soldats sur le terrain 220 640 540 600 1800 1000 1100 2800 3000 3850 4000
Nombre de soldats tués 0 0 0 3 2 6 3 11 11 16 23

Source : D'après des données Agence France Presse, situation au 18 octobre 2011.

7Dès 2006, l’essentiel des effectifs français se répartissait entre la région de commandement-capitale à Kaboul et la région de commandement Est en Kapisa. Suite au transfert du commandement de la capitale au contingent turc le 31 octobre 2009, le général Marcel Druart a pris le commandement de la Task Force La Fayette, sous le commandement américain de la RC-Est. Avec 2 600 militaires, la Task Force La Fayette, dont l’état-major est basé à Nijrab, concentre les effectifs français dans la province de Kapisa et le district de Surobi. Les militaires français assurent des missions de contrôle de zone aux côtés de l’ANA et disposent de bases opérationnelles avancées à Nijrab, Tagab, Rocco et Tora. Ces districts représentent moins de 2 % du territoire afghan et regrouperaient entre 300 000 et 400 000 personnes (figure 1).

Figure 1. Kapisa et Surobi

Figure 1. Kapisa et Surobi

Les dispositifs de soutien aux forces et aux populations

8Les usages civilo-militaires ressemblent à ceux observés en ex-Yougoslavie ; c’est le cadre contre-insurrectionnel qui modifie les perceptions. Nous avons demandé aux officiers rencontrés en quoi le contexte afghan modifiait les usages habituels. Une première catégorie, que nous qualifierons de perplexe à l’égard de l’utilité de l’option extensive dans le cas afghan, insiste sur les conséquences de l’instabilité globale sur la marge de manœuvre réduite des unités CIMIC. Pour une patrouille chargée d’aller « au contact » des populations, ce sont plusieurs unités qui doivent assurer sa sécurité. Ceci est d’autant plus dommageable que la manifestation de force dessert précisément la CIMIC dans sa recherche d’une image positive et rassurante auprès des populations. Ces conditions sécuritaires expliqueraient la rétractation des unités CIMIC autour d’usages essentiellement militaro-centrés en Afghanistan :

  • 13 Anonyme, « Quatre ans de stabilisation “au royaume de l’insolence”. Retour d’expérience des opérati (...)

En fonction des risques estimés, un compromis doit être trouvé entre leur protection (mise sous blindage, escorte blindée…) et l’image rassurante qu’elles sont censées diffuser d’une normalisation de la situation. En effet, les ACM font partie des moyens qui agissent principalement sur le champ psychologique. Quand la situation est assez permissive, une solution consiste à s’assurer que les TST [Tactical Support Team] se trouvent à proximité immédiate (moins de dix minutes) d’une unité de mêlée. De même, la mise sur pied d’une TST à six personnes et deux véhicules pourrait résoudre en partie le problème de leur sûreté immédiate, qui exige actuellement une escorte13.

9Non seulement les opérations CIMIC les plus simples sont fortement consommatrices en personnels, mais surtout l’indigence des effectifs rapportée à la territorialité afghane extrêmement dilatée et accidentée rend tout objectif autre que le soutien à la force hypothétique. Cette façon de se concentrer sur l’objectif principal est aussi un moyen d’évacuer les ambiguïtés. En off, un ancien chef CIMIC à Kaboul (réf. 23) nous confie : « Je me concentre sur le soutien à la force, le reste, c’est du vent. Et de toute façon, l’influence n’est pas un objectif du CIMIC. Comment le définir comme objectif alors qu’on n’en a pas les moyens ? » À l’inverse, une seconde catégorie estime que le contexte afghan implique plus que jamais le recours aux outils CIMIC au service d’objectifs d’influence. Tensions interethniques en ex-Yougoslavie ou mobilisations insurrectionnelles en Afghanistan, dans les deux cas, la cible demeure la population. L’option extensive favorise justement le développement du volet civil et politique des opérations militaires :

Non… je dirais même, au contraire. Et là, il faut reprendre les écrits des stratèges anglo-saxons sur comment on fait, qu’est-ce que c’est que la contre-insurrection et comment est-ce qu’on développe une stratégie contre-insurrectionnelle ? Bah, on la développe dans les domaines civils et pas dans les domaines militaires. Alors aussi dans les domaines militaires, il faut cloisonner l’ennemi, supprimer ses bases arrière, etc. Mais il faut légitimer l’action de la force. Cette action doit être totalement légitime, légale, mais surtout aux yeux de la population auprès de laquelle on travaille. Deuxième chose : la bataille se fait sur la population et pas ailleurs… il faut enlever aux insurgés le soutien de la population. Comment ? Eh bah, en leur apportant tout un tas de choses dans les domaines qui les intéressent, l’emploi, l’accès au soin et à l’éducation. Ce sont les trois choses qui comptent. Bon, si on n’apporte pas de sécurité, de soins ou d’écoles, ben, les Afghans, ils mettent les gamins dans les madrasas, parce qu’il n’y a que ça. Dans les écoles, il n’y a pas de profs, donc ils vont voir les imams, il n’y a pas de médecins, donc on va voir les talibans. Donc c’est justement parce qu’on est dans la contre-insurrection qu’il faut travailler dans les domaines civils. […] Non, je crois qu’il ne faut surtout pas recentrer sur la protection de la force, parce que sinon, il faut prendre tout le monde et partir. Sinon, on a perdu. On a perdu…
(Colonel, pilote du groupe de travail actions civilo-militaires, 2003-2004, 15 avril 2009, réf. 24)

10L’essentiel de la CIMIC est consacré au soutien aux forces et aux populations. Les modes opératoires se concentrent sur le triptyque éducation, irrigation et santé. Avec huit personnes (deux officiers, deux sous-officiers, quatre militaires du rang) et un budget de 20 000 euros tous les quatre mois, les premiers chefs CIMIC déplorent l’indigence des effectifs. Ceux-ci augmentent progressivement pour atteindre une quinzaine de personnes en 2007 et une vingtaine en 2008 au moment de la hausse globale des effectifs. Jusqu’en 2004, la « connaissance du milieu » dans la plaine de Shamali au nord de Kaboul constitue la priorité. Le tribalisme semble pour beaucoup d’officiers la clé de la compréhension de la conflictualité afghane.

Quand je suis arrivé, j’ai découvert que l’extension à la Shamali s’était faite progressivement, de façon pas forcément très pensée. J’ai mis un certain temps à ouvrir cette discussion, et donc j’ai coupé la Shamali en deux, j’avais deux équipes, une partie pour l’une et une partie pour l’autre. « Vous, vous serez le spécialiste de la partie est et vous de la partie ouest. » Mission pour vous : « Connaître comme votre poche votre terrain, votre zone, les gens qui sont dedans, la composition ethnique, l’état social, l’état machin », etc. Et puis après, on verra ce qu’on peut faire. Donc j’ai organisé ça comme ça, c’était ma première mission et jusque-là, ce n’était pas le cas : c’était untel est allé dans tel village, il passait les consignes à son successeur, mais l’autre était allé à un village trois kilomètres en dessous. Il n’y avait pas de cohérence ni de vision d’ensemble. Moi, je voulais que l’on ait une vision d’ensemble de la zone. Je vous donne un exemple, on nous disait toujours : à l’Est c’est pachtoune, à l’Ouest, c’est tadjik, j’ai prouvé que ce n’était pas tout à fait aussi simple. C’était globalement vrai, mais pas aussi simple que ça […]. Je leur ai dit : « Voilà, votre vraie plus-value, elle est là, je vous apporte une information opérationnelle complémentaire, une meilleure compréhension de l’environnement. »
(Colonel, responsable actions civilo-militaires en Afghanistan, 2003, 20 mars 2009, réf. 22)

11Nous soumettons deux exemples d’opérations en soutien aux forces et aux populations. La première opération se déroule en milieu rural : pendant que des unités patrouillent pour recenser les arrivées de bergers nomades, un vétérinaire propose de traiter le bétail :

Mission au nord de Qarabagh : 13 et 14 avril 2005

Les 13 et 14 avril 2005 l’escadron de recherche et d’investigation du bataillon français aux ordres du capitaine Baillot d’Estivaux a effectué une patrouille au nord de la zone de responsabilité française dans le secteur de Qarabagh. En liaison avec une moitié du détachement de génie du capitaine Chaise, les éléments français ont patrouillé dans cette zone reculée.

Cette patrouille était nécessaire à plus d’un titre. Elle a permis de recenser les arrivées massives des nomades afghans venus pour certains de Jalalabad et pour d’autres d’Asabad dans le sud-est du pays. La plaine de la Shamali, très fertile, offre des pâtures aux troupeaux d’ovins, caprins, et de chameaux. Les évaluations estiment que plus de 400 familles de bergers nomades s’installent dans la région pour la durée du printemps.

Le détachement français accompagné d’une équipe des ACM (l’équipe no 2 de l’ADC N’Guyen) auquel s’était joint le vétérinaire de PamirX, le CDT Koehle, a traité plusieurs centaines de têtes de bétail, dont les agneaux de l’année.

Par ailleurs, un exercice d’évacuation sanitaire (relève de blessé dans un champ de mine) a été conduit en liaison avec les hélicoptères Cougar du détachement espagnol. Cet entraînement permet de valider les zones de poser éventuelles, et de travailler les procédures des intervenants (groupe Génie pour le relevage de blessé, groupe santé de réaction rapide pour la première prise en charge d’urgence, et équipe d’EVASAN espagnole). Toutes les phases sont chronométrées, analysées puis validées lors d’un débriefing au retour à Kaboul.

Surtout, cette patrouille permet d’affirmer la présence française dans la zone par le passage dans des villages reculés restés isolés durant l’hiver. Il est à noter que le printemps actuel, arrosé après 5 ans de sécheresse, rend l’optimisme aux bergers… et aux légionnaires, moins gênés par les nuages de poussière qui parcourent la plaine de la Shamali. Ces patrouilles nécessitent une vigilance permanente. Le danger des mines est omniprésent, et rendu encore plus aigu après la fonte des neiges qui déplace les mines posées des années auparavant. Les cartes peuvent ainsi être mises à jour. Certains UXO (unexploded object) peuvent aussi être relevés ou doivent être détruits sur place en prenant en compte la sécurité des populations et des troupeaux.

  • 14 La mise en scène médiatique des opérations CIMIC nous rappelle la consubstantialité des « fonctions (...)

12En milieu urbain, les opérations se concentrent davantage sur le soutien aux autorités. La couverture médiatique de l’ouverture d’un atelier de couture participe donc de la médiatisation d’une scénographie civilo-militaire désormais éprouvée14.

Inauguration d’un atelier de couture : 20 juin 2006

Le REPFRANCE PAMIR inaugure un atelier de couture à Sork Bolandi.

Mardi 20 juin 2006, le colonel Guillaume de Marisy, représentant militaire de la France en Afghanistan, a inauguré un atelier de couture, en présence de Madame Massouda Jalal, ministre de la Condition des femmes du Gouvernement afghan. Celui-ci est installé dans l’école du village de Sork Bolandi, en zone de responsabilité française.

Cet atelier est né de la rencontre entre une médecin militaire française et Madame Masouma Sakhie, véritable initiatrice de ce projet et également organisatrice de la première Choura (assemblée consultative) des femmes du village. Financé par le ministère de la Défense français à hauteur de 6 500 euros, l’atelier permettra aux femmes du village de s’assumer par le travail et éventuellement d’en tirer quelques revenus.

Dans son allocution, le colonel de Marisy a souligné que « le bataillon français, présent dans cette zone depuis plus de 4 ans, entretient d’excellentes relations avec les autorités locales et la population ». Il a ajouté que cet atelier, qui correspondait à une forte demande des femmes de Sork Bolandi, « serait d’abord un lieu de rencontres, mais également l’occasion d’entretenir la tradition de la broderie afghane, renommée bien au-delà des frontières ».

Le village de Sork Bolandi est situé dans le district de Sharkadara, à 20 kilomètres au nord de Kaboul, sur un axe majeur des patrouilles de l’escadron de reconnaissance PAMIR. Ses 5 000 habitants vivent essentiellement de l’agriculture, de l’arboriculture et de l’élevage. Plus de 2 000 enfants sont scolarisés dans ce district. Cette réalisation des CIMIC français s’inscrit dans le cadre d’une meilleure intégration des forces de l’ISAF dans leur environnement humain.

  • 15 Commission de la défense nationale et des forces armées, Les actions civilo-militaires, G. Chambefo (...)

13Même si le cadre rural prédomine, les actions au profit des populations sont conformes aux usages observés en ex-Yougoslavie. Sur la durée, les domaines prioritaires sont inchangés : en 2010, 40 % du budget CIMIC serait consacré à l’agriculture et au développement rural, 25 % à la santé, 17 % à l’éducation, à la culture et au patrimoine et 7 % à la sécurité et à la justice15. Les officiers CIMIC signalent souvent que la difficulté est d’associer la population aux projets.

– Et donc, en quoi l’Afghanistan modifie-t-elle la vision du CIMIC ?
Bah, il y a une vision entre guillemets beaucoup plus « guerrière »… le fait que chez les Afghans, compte tenu de leur caractère fier, etc., on ne fait pas d’assistanat… contrairement à l’Afrique, où ils ont plus tendance à tendre la main… en Afghanistan, ils ne tendent pas la main… les prendre pour des assistés ou des « clochards » entre guillemets, c’est contre-productif. On va leur expliquer qu’on est là pour les aider, alors que justement, si on arrive avec plein de millions de dollars, et qu’on en donne sans contrepartie… ne serait-ce que la nourriture, c’est totalement contre-productif… bien sûr, à court terme, ça s’appelle des ACM, mais à long terme, cela n’aura aucun impact ou pire, ce sera contre-productif.
(Colonel, chef du bureau J9 du Centre de planification et de conduite des opérations, 2006-2010, 26 mai 2008, réf. 20)

  • 16 Gonflement artificiel du PIB, augmentation de la dépendance vis-à-vis de l’extérieur, déstructurati (...)

14Au-delà de son contenu culturaliste, ce point rejoint certaines illusions développementalistes qui lient aide et acceptation de la force. Cette illusion traduit la tendance à la réduction des motivations des mobilisations insurgées à l’opportunisme et à l’avidité (Collier 2000). L’investissement dans les régions les plus instables peut devenir une « prime aux casseurs ». Au-delà des effets contre-productifs de l’aide en termes d’entretien des économies de prédation et de corruption, largement soulignés au Kosovo16, la principale crainte des responsables CIMIC français est de participer à l’institutionnalisation de l’« assistanat » :

Le grand changement, je dirais très récemment puisque j’ai commencé à le faire, c’est qu’on essaye de moins en moins d’effectuer des distributions de l’aide humanitaire, parce que l’aide humanitaire, elle est effectuée tout d’abord par le Gouvernement qui a l’appui et le soutien de la communauté internationale sur le plan financier et logistique, et puis elle est effectuée par les OI. Il n’y a pas de crise humanitaire qui obligerait la force… sauf peut-être dans des endroits où les organismes à vocation civile ne peuvent pas aller, ce qui est quand même assez rare, et où la force serait obligée de faire de l’aide humanitaire. Donc je crois que… le cap doit être franchi de la distribution gratuite vers le fait de donner les moyens à l’Afghan de produire lui-même sa nourriture. Les projets que nous avions développés en 2008 étaient des projets surtout basés sur l’agriculture, des projets avicoles, des projets apicoles, des aménagements de terrasses pour planter des arbres et faire pousser des légumes et qui permettaient aux bénéficiaires, c’est-à-dire au village, de pouvoir en tirer un revenu, se nourrir eux-mêmes, retrouver une certaine autonomie qu’ils risquaient de perdre si on continuait à faire de la distribution gratuite.
– Vous avez fait venir des experts pour ce type de projets ?
Alors non, on a travaillé avec des experts afghans, parce que les Afghans sont de très bons experts agricoles. Il faut savoir qu’avant la guerre 95 % de l’économie afghane reposait sur l’agriculture. Donc on s’appuyait sur des experts, on allait voir, on avait des contacts avec le ministère de l’Agriculture, le ministère de l’Éducation et les différents ministères qui existaient et on s’appuyait sur les experts qu’ils avaient pour développer des projets qui étaient adaptés au pays.
(Lieutenant-colonel, responsable actions civilo-militaires en Afghanistan, 2008-2009, 15 avril 2009, réf. 23)

  • 17 Ou local ownership dans la terminologie anglo-saxonne. Citons en particulier Sippi Azarbaijani-Mogh (...)

15L’afflux d’aides financières présente le risque d’une déstructuration durable des économies locales : les demandes de main-d’œuvre de la part des ONG ou des agences internationales détournent les personnels qualifiés des entreprises locales en leur proposant notamment des salaires plus élevés. On note une inflexion récente des réflexions produites par le secteur des OI et des ONG non plus sur le bienfait des programmes internationaux de stabilisation et de contre-insurrection, mais sur leur perception par les populations locales17.

Les dispositifs d’influence

  • 18 « Grande Assemblée ». Dans la continuité de la conférence de Bonn de décembre 2001, 1 500 représent (...)

16Entre 2002 et 2003, les dispositifs CIMIC de l’OTAN regroupent environ 360 militaires au sein de trois types d’organisations : le Coalition Joint Civil Military Operation Task Force (CJ CMO TF), le Civil Military Coordination Center (CMCC), point de contact avec les partenaires civils de la reconstruction, et les Joint Regional Teams (JRT), déclinaisons provinciales des dispositifs CIMIC de Kaboul. Au début de l’intervention, les unités CIMIC concentrent leurs actions sur l’organisation de la Loya Jirga18, la coordination avec les ONG et les OI et le soutien aux bataillons. Les principaux vecteurs de l’influence nationale de la CIMIC dans un cadre multinational demeurent les officiers insérés au sein des structures civilo-militaires de l’OTAN. Voici les consignes transmises à l’officier inséré au sein du CJ CMO TF par le CPCO :

  • 19 Directive particulière ACM Afghanistan du J9/CPCO, citée dans le rapport de fin de mission d’un che (...)

L’officier inséré au sein du CJ CMO TF assure en premier lieu une contribution à l’opération Enduring Freedom et à la reconstruction de l’Afghanistan. Il est en outre chargé d’établir et de conserver des contacts avec les OI/ONG pouvant servir la force française, mais aussi avec les autorités locales. Il suit les études de projet, leurs réalisations et leurs financements et participe aux réunions ayant trait au CIMIC. Il rend compte quotidiennement au conseiller ACM pour tout ce qui peut toucher la force française sur le théâtre. Il pourra être amené à participer à une réunion hebdomadaire des officiers insérés avec le REPFRANCE, au cours de laquelle il apportera son expertise issue des infos acquises au CJ CMO TF sur la situation afghane19.

  • 20 Rapport de fin de mission, capitaine inséré au sein de la CJ CMO TF à Kaboul en tant que Project Ma (...)

17L’essentiel du travail d’inséré consiste à recueillir et à recouper des informations sur les enjeux de la reconstruction politique, économique et administrative, ainsi qu'à décrypter et entretenir la liaison avec l'ensemble des acteurs, civils et militaires, institutionnels et informels, locaux et internationaux. Si le but est de contribuer à la stabilisation et à l’affirmation de l’autorité du nouveau Gouvernement afghan, les objectifs non écrits se concentrent sur l’observation des pratiques alliées et la captation des flux financiers dans un cadre multilatéral concurrentiel. Un capitaine inséré de juillet à novembre 2003 à la cellule de coordination du CJ CMO TF consacre de longs développements aux contradictions entre les mandats civilo-militaires français et otaniens20. Il explique ainsi que le CJ CMO TF dans lequel il est inséré travaille à l’échelle du territoire afghan, tandis que les officiers CIMIC français ont pour consigne d’œuvrer uniquement dans la périphérie de Kaboul, conformément à l’implantation de l’essentiel des forces françaises. Il précise que le but de son organisation est de soutenir l’action du Gouvernement central au détriment des régionalismes, ce que proscrivent formellement les usages nationaux, car, au moment où il écrit ces lignes, les objectifs extensifs ne sont pas encore gravés dans la doctrine de 2005. Enfin, il explique que l’essentiel de son travail consistant dans le recueil d’informations, il ne comprend pas pourquoi il remplit un poste défini comme CIMIC et non pas comme « renseignement ». C’est surtout le noyautage de ces structures par les officiers américains, sans commune mesure avec les interventions en ex-Yougoslavie, qui réduit la marge de manœuvre des officiers français. Les successeurs du capitaine relativisent cette prédominance américaine de deux façons. En premier lieu, à l’image des propos d’un chef de bataillon, officier inséré à la Provincial Reconstruction Team (PRT) britannique de Mazar-e-Sharif (réf. 30), cette mainmise correspond au « poids relatif des États-Unis dans la coalition ». En second lieu, d’autres officiers rappellent que cette concurrence constitue précisément le « jeu » du travail en multinational.

Il y a parfois aussi une petite méfiance des Français… je vous dis, comme quand j’ai été dans différents secteurs… j’ai vu des applications PowerPoint sur des écrans d’ordinateur, bon bah c’était… « La France, pays dont les États-Unis devaient se méfier au même titre que la Libye ou l’Iran », et moi j’arrive dans ce dispositif-là… bon, il y a toujours un peu, voilà. Vous savez, parce que les Français… on a toujours été un petit peu plus indépendants, on a toujours fait partie de la structure militaire de l’OTAN, certes, mais on a toujours eu une position… on n’a pas suivi comme des moutons pour l’Irak, hein… la deuxième guerre… bon, pour tout ça, il y a toujours des Américains qui se méfient un peu des Français… (Silence.) Mais nous, on ferait pareil, si c’était nous qui mettions le pognon…
(Lieutenant-colonel, responsable actions civilo-militaires en Afghanistan, 2005, 17 avril 2008, réf. 19)

18À l’image des circonstances déjà soulignées de nomination de certains « insérés », nous voyons que l’enchevêtrement des logiques bureaucratiques (pays, ministère, armées et fonction militaire d’origine, grade, « lieu » d’insertion, spécialité professionnelle…), comme leur multipositionnement (pour les réservistes notamment) ne permettent pas vraiment de trancher le caractère national ou international, militaire ou civil, public ou privé, économique ou politique des activités que mènent quotidiennement les officiers insérés. Justement, là où, pour la plupart des insérés rencontrés, l’enchevêtrement des rationalités bureaucratiques multiples constitue « la » difficulté du travail, leurs supérieurs y voient précisément la plus-value de l’insertion. C’est là qu’intervient le principe de « double loyauté », sorte de règle pragmatique du jeu multinational :

On a une obligation de double loyauté, voilà, donc là il faut être bien clair. On est détaché auprès de cet organisme, donc on a une loyauté vis-à-vis de cet organisme parce que c’est lui qui nous emploie, mais on a aussi une loyauté vis-à-vis de la personne qui vous envoie, puisque c’est quand même notre pays, on porte tous le brassard France. Alors, le plus simple, c’est de poser les bases au début… de ne pas cacher ce fait de la double loyauté. Alors, vous avez des nations qui le font, mais qui le cachent. Moi, je pense que le plus simple, c’est d’être clair au début et puis de dire… le fait que je travaille sur certains dossiers ne m’empêche pas quand je vais à des réunions purement nationales de dire : « Tiens, bah, si vous me posez la question sur ce dossier-là, bon bah voilà, on en est là »… Il faut travailler en bonne intelligence sur une double loyauté parce qu’on est vite grillé et si on est grillé, on n'a plus rien.
– Donc vous avez déjà vécu ce genre de tensions. Comment vous en êtes-vous sorti ?
Eh bien, c’est toute la problématique de l’individu en fait… vous avez des individus qui vont être capables de gérer et d’autres qui vont être très embêtés pour le gérer, bon, moi, j’ai effectivement… bon, c’est toujours pareil, ça va me rappeler des souvenirs, j’ai eu l’occasion de travailler avec des organisations, qu’elles soient internationales civiles ou militaires, dont l’objectif n’était pas en ligne avec celui de la France sur l’opération sur le théâtre mais on appartient à cette organisation, si la France décide d’y mettre des moyens et du personnel c’est bien qu’à un moment donné elle soutient cet objectif même si elle n’est pas en accord total avec cet objectif, elle le soutient puisqu’elle met des personnels à disposition. Vous savez, quand vous avez l’occasion de passer au MAE, le MAE va vous faire un tableau concret des pays en crises, et ils vont vous dire : « La France n’est pas intéressée par ce qu’il se passe dans tel pays », mais la France met du monde… alors je vais répéter quelque chose de basique aujourd’hui… parce qu’on est membre du Conseil de sécurité de l’ONU, parce qu’on a une place dans le monde et que l’on ne peut pas se permettre de faire la politique de la chaise vide. Après, que l’on ne soit pas d’accord en totalité avec ce qu’a décidé de faire cet organisme, bon bah ça, c’est très bien, mais on se dit, peut-être qu’en mettant des personnels français à l’intérieur, ils arriveront peut-être à infléchir de temps en temps.
(Lieutenant-colonel, inséré à l’Office du Haut Représentant de l’ONU en Bosnie, 2001, 15 avril 2009, réf. 31)

19La recherche de financements pour des projets CIMIC au profit de l’environnement civil – et aussi de quelques entreprises françaises – est donc la mission essentielle des insérés :

On souhaitait recourir aux financements européens… Alors, je constate quoi ? Assez rapidement, d’abord, vous constituez un dossier, vous le transmettez au CIMIC Center, et au CIMIC Center, quand j’arrive, vous trouvez quoi ? Des Allemands, des Néerlandais, enfin c’était le corps germano-néerlandais, et eux, ensuite, transmettent à l’UE. Assez rapidement, j’ai le sentiment que les dossiers français ont un peu de mal à déboucher. Et puis, un beau jour où je me fais communiquer les chiffres, je m’aperçois : en cours, vingt-six dossiers allemands, deux dossiers français. Bon, alors derrière, il y avait peut-être une certaine façon de présenter les choses, mais bon, on avait compris.
(Colonel, responsable actions civilo-militaires en Afghanistan, 2003, 11 février 2009, réf. 22)

20En reprenant la comparaison franco-allemande suggérée par le colonel, qui présente le mérite de déplacer l’analyse de la concurrence multilatérale des organisations OTAN vers celle des bailleurs de fonds européens, on constate qu’en matière CIMIC, l’Allemagne a consenti les efforts les plus importants en termes d’effectifs et de budget :

Tableau 8. Budget et effectifs mobilisés pour les ACM de partenaires européens de la France

Pays Année Budget
(en millions d’euros)
Effectifs déployés
(tous théâtres confondus)
Allemagne 2010 230,00 72 personnes
2011 430,00
Danemark Depuis 2008 160,00 30 personnes
Espagne 2010 1,26 27 personnes
Finlande 2010 0,65 10 personnes
Italie 2010 51,00
Pologne 2010 5,40 41 personnes
Slovénie 2010 1,00 51 personnes

21En dépit d’une place oscillant entre le quatrième et le cinquième rang des contributeurs en effectifs de la FIAS, les autorités françaises ne se classent qu’au quinzième rang des contributeurs de l’aide publique (Féligonde 2010 : 7). Pourtant, la part dédiée à l’Afghanistan dans le budget civilo-militaire du ministère de la Défense en 2011 demeure supérieure à 89 % :

Tableau 9. Budgets ACM OPEX du ministère de la Défense (en euros)*

Europe Trident (KOS) 12 000
Sous-total 12 000
Monde Pamir (Afghanistan) 2 135 600
Daman (Liban) 115 000
Sous-total 2 250 600
Afrique Licorne (RCI) 60 000
Épervier (Tchad) 30 000
Boali (RCA) 15 000
Golfe de Guinée 15 000
Sous-total 120 000
Total BOP OPEX 2 382 600

* Mis à jour le 29 juin 2011.

22Les constats dressés à propos de la coordination interministérielle au tournant des années 2000, aussi bien par le député Robert Gaïa que par le président de la MIESE (réf. 33) ou celui de la MINUK, semblent toujours d’actualité : absence de volontarisme politique, rivalités bureaucratiques et faiblesse de la coordination interministérielle, inadaptation des statuts de réservistes, frilosité et concurrence entre entreprises, inexistence d’une agence spécialisée…

Je constate malheureusement que le thème des actions civilo-militaires revient régulièrement dans nos débats sans que j’observe de réel progrès sur le volet promotion de nos intérêts économiques. Nous faisons toujours le même constat : nous nous investissons militairement mais sur le plan économique, nous ne retirons jamais les dividendes de notre action, contrairement à nos partenaires. Nous avons raté des opportunités au Kosovo et en Afghanistan. Il en sera certainement de même en Libye. Il ne s’agit pas d’un modèle anglo-saxon puisque les Allemands sont très présents économiquement même si leurs forces n’interviennent pas. Nous disposons pourtant des organisations adéquates, à commencer par les groupements professionnels ou les chambres de commerce et d’industrie : elles sont parfaitement armées pour promouvoir nos intérêts économiques. Pourquoi avons-nous si peur du risque, contrairement à nos partenaires ? Nous ne pouvons pas continuer sur cette voie. Il faut une impulsion politique forte pour changer de cap ! (Jean-Claude Viollet in Chambefort & Folliot [2011* : 68])

  • 21 Alors chargé d’une mission d’information sur l’évaluation de l’opération militaire française en Afg (...)
  • 22 À titre d’exemple, le projet d’électrification des zones rurales en Kapisa et Surobi a été doté en (...)
  • 23 Si la rumeur de nomination d’un préfet pour diriger cette cellule est persistante, elle ne s’est pa (...)

23À partir de 2009, le ministère des Affaires étrangères a créé une cellule Afghanistan/Pakistan (AFPAK) spécifiquement chargée de la coordination des intérêts français dans le domaine de l’aide au développement à l’initiative, semble-t-il, de Pierre Lellouche21. Cette cellule est composée de représentants issus des ministères de la Défense, de l’Intérieur, de l’Économie et des Finances et de l’Agence française de développement (AFD). Sa mise en place intervient au moment du resserrement du dispositif militaire français autour de la Task Force La Fayette. Elle permet de concentrer les aides financières dans la zone d’action des forces françaises dans la périphérie nord-est de Kaboul. D’après le chef de projet en Kapisa et Surobi entre juillet 2009 et juillet 2010, le budget de la coopération civile aurait doublé entre 2008 et 2009 pour atteindre 40 millions d’euros (Féligonde 2010 : 7). Le tiers de ce budget serait mis en œuvre par la Task Force La Fayette, l’ambassade de France, la cellule AFPAK, l’AFD et les autorités afghanes. Dès lors, cette coordination financière permet de dégager les militaires des contraintes du fundraising. En observant le total des financements des opérations CIMIC françaises en 2009, on constate que plus de 40 % des fonds proviennent du budget « développement » de la cellule AFPAK et un peu moins de 10 % de la Défense (Chambefort & Folliot 2011* : 20)22. Les unités CIMIC disposent de quatre sources de financements internes (la Défense, les Affaires étrangères, l’ambassade de France et les dons) et de trois sources externes (les ambassades du Japon, des Émirats arabes unis et l’Union européenne). Comme en ex-Yougoslavie, la coopération décentralisée est une autre source importante de financement. Si elle poursuit toujours ses activités, on constate toutefois un essoufflement de la cellule AFPAK avec le non-remplacement de son directeur, Thierry Mariani, en janvier 2010 et le décroissement des effectifs, réduits à une dizaine de personnes23.

De la stabilisation afghane à la pacification algérienne

24Nous l’avons vu, même si les conditions sécuritaires globales et le milieu rural consomment plus d’effectifs et imposent des réajustements tactiques et logistiques, les usages civilo-militaires varient peu. En ce qui concerne plus spécifiquement les objectifs d’influence, la création d’une cellule interministérielle ad hoc, la recherche de financement et la difficulté à impliquer les opérateurs industriels nous rappellent que l’arbitrage non décisionnel de l’état-major des armées ayant abouti au compromis CIMIC de 2005 semble toujours valide. En revanche, c’est dans le cadre de l’évolution stratégique du rapport aux populations que les registres de justification et de légitimation du CIMIC se transforment radicalement. Dans le sillage de l’inflexion stratégique américaine, la filiation opérée à partir de 2004-2005 entre les pratiques contre-insurrectionnelles contemporaines et les outils de pacification coloniale constitue le terreau de la reproduction sociale de la spécialité civilo-militaire.

La circulation transatlantique des doctrines militaires

  • 24 « Je n’écris pas pour tenter de prouver un quelconque génie, mais pour montrer combien il est diffi (...)
  • 25 Il devient directeur de la CIA en septembre 2011, mais, accusé de « confidences sur l’oreiller » da (...)
  • 26 David H. Petraeus, FM 3-24 Counterinsurgency, Headquarters, Department of the Army, décembre 2006.
  • 27 Docteur en philosophie politique de l’université d’Oxford.
  • 28 La bataille d’Alger, film de Gilles Pontecorvo, 1966. Voir Benjamin Stora, « 50 ans après la batail (...)
  • 29 Deux ouvrages de théoriciens français réédités en 2006 par la RAND Corporation seront retraduits en (...)

25Au sein de la haute hiérarchie militaire américaine, la mobilisation d’un certain nombre d’officiers va accélérer l’inflexion stratégique du tout aérien vers l’occupation au sol. Le principal enjeu de la réhabilitation des doctrines contre-insurrectionnelles est le rééquilibrage des préférences au sein de l’administration américaine24. Notre objectif est moins de céder à l’illusion héroïque que de comprendre comment ces officiers sont parvenus à déterrer des savoir-faire encore très largement tabous au sein des armées occidentales. Diplômé en 1983 d’un doctorat de Relations internationales à l’université de Princeton consacré aux leçons de la guerre du Vietnam, le général David Howell Petraeus participe à l’opération Iraqi Freedom à la tête de la 101e division aéroportée, avec laquelle il prend le commandement de la zone nord de Mossoul. En avril 2004, il est chargé de l’organisation des forces irakiennes, avant de devenir en 2007 commandant de la coalition militaire en Irak. De retour en administration centrale en 2008, il supervise les opérations en Afghanistan et en Irak, avant d’être promu commandant de la FIAS en Afghanistan en 2010. Si ces nominations successives traduisent une ascension fulgurante25, ce sont surtout ses responsabilités au sein des enseignements militaires supérieurs qui contribuent à formaliser la doctrine contre-insurrectionnelle. Il dirige la rédaction d’un manuel de contre-insurrection qui aura un écho retentissant26. En plus du général britannique Rupert Smith, déjà évoqué pour sa réflexion sur « la guerre au sein des populations » (Smith 2007), et du lieutenant-colonel américain John Nagl (Nagl 2002)27, on pourrait aussi citer d’autres officiers supérieurs anglo-saxons partageant avec le général Petraeus un certain nombre de caractéristiques. Ainsi, le lieutenant-colonel australien David Kilcullen a été coopté par l’administration américaine : avant d’être conseiller du général Petraeus en 2007, il avait été nommé au sein du bureau du coordinateur pour le contre-terrorisme du Département d’État, puis en tant que conseiller spécial de Condoleezza Rice pour la contre-insurrection. Lui aussi docteur en philosophie politique, ayant fait sa thèse à l’université de la Nouvelle-Écosse en Australie sur les opérations de contre-guérilla en Indonésie, il s’est intéressé très tôt aux doctrines contre-insurrectionnelles (Kilcullen 2009 et 2010). Un certain nombre d’éléments peuvent expliquer le succès de la mobilisation de ces officiers : les trajectoires professionnelles, les références partagées, les systèmes de tabous auxquels ils sont confrontés et le caractère crucial, pour eux, du comportement de l’officier vis-à-vis des populations locales. Confrontés au traditionalisme des élites politico-militaires et commençant leur carrière par une réflexion personnelle sur les luttes antisubversives à une époque où ces sujets étaient considérés comme éminemment polémiques, ils combinent tous un parcours d’excellence et un goût prononcé pour la réflexion doctrinale. Si l’Algérie, le Vietnam et l’Indonésie sont considérés comme des échecs respectivement pour les armées françaises, américaines et néerlandaises, l’expérience britannique en Malaisie constitue un succès (Leguay 2010*). Ils se réfèrent directement aux stratèges des guerres révolutionnaires (Guevara 2007 et 2008 ; Nguyên Giáp 1967 ; Zedong 1960 [1936]), se positionnant en réaction à la célèbre formule de Mao pour qui l’insurgé doit être dans la population « comme un poisson dans l’eau ». Pour filer la métaphore, et surtout pour comprendre comment la population en tant que telle devient l’enjeu de l’intervention, il s’agit désormais d'« oublier le poisson pour se concentrer sur l’eau » ou encore d'« assécher le bocal ». Ces officiers sont confrontés au sein de l’armée américaine à un phénomène d’inhibition proche de ce que nous avons décrit en France pour les héritiers de l’armée d’Afrique : leur Algérie est le Vietnam. L’occultation dont la doctrine contre-insurrectionnelle a été l’objet au cours des décennies passées s’explique par les effets cumulés du traumatisme vietnamien, des résultats mitigés des opérations subversives en Amérique latine dans les années 1980 et en Somalie en 1992 et, plus largement, par la faible considération des guerres irrégulières sur le plan doctrinal. Non seulement les officiers américains envoyés en Irak sont préparés grâce aux images de la bataille d’Alger28, mais surtout ce sont bien ces mêmes officiers qui ont « déterré » par l’intermédiaire de la RAND Corporation certains témoignages d’officiers français, dont le désormais incontournable David Galula. Ces textes ont été à ce point oubliés en France qu’il faudra attendre le milieu des années 2000 pour qu’ils soient (re)traduits dans leur langue d’origine29. Le lien qui mène de la redécouverte des techniques contre-insurrectionnelles à la revalorisation de la CIMIC est le caractère crucial accordé au comportement de l’officier au contact des populations. Dans un article consacré à son expérience en Irak, le général Petraeus expose en quatorze points les principes de la doctrine contre-insurrectionnelle (Petraeus 2006 ; Valeyre & Guérin 2009*). Nous avons regroupé ces principes en quatre rubriques renvoyant aux dispositions de l’officier à l’égard des populations, c’est-à-dire aux modes d’action civilo-militaires. On remarquera la redondance de ces principes avec ceux déjà évoqués du CIMIC en termes de « postures ».

Les principes de la doctrine contre-insurrectionnelle

S’appuyer sur les acteurs locaux :

1. Ne pas essayer de faire soi-même ce qu’on peut faire effectuer par autrui.

4. Augmenter le nombre des bénéficiaires de la reconstruction est essentiel.

10. En contre-insurrection, il faut aller plus loin que les seules opérations cinétiques pour l’emporter. L’objectif est d’instaurer un climat de confiance politique de nature à diminuer le soutien des populations aux insurgés et à discréditer la cause que ceux-ci défendent.

11. Le succès final dépend des leaders locaux.

    

Connaître le milieu humain afin d’y mener des actions appropriées :

5. Calculer le rapport coût/avantage avant chaque opération met à l’abri des déconvenues.

6. Le renseignement est la clé du succès.

9. Avoir conscience des données culturelles de base démultiplie les capacités d’agir sur son environnement.

   

S’adapter et donner l’exemple, à tous les échelons, en tant que chef militaire :

12. Le commandant de compagnie ne doit jamais oublier le rôle vital des lieutenants et caporaux.

13. Il n’y a pas d’autre option possible que la flexibilité et la capacité d’adaptation des chefs.

14. Un chef n’a pas de tâche plus importante que celle qui consiste à donner le ton.

   

Participer, au plus tôt, à la reconstruction pour anticiper le désengagement :

2. Agir promptement, car toute armée de libération a une durée limitée au-delà de laquelle elle se transforme en armée d’occupation.

3. L’argent est le nerf de la guerre. Il est plus important que les munitions lorsqu’il s’agit de reconstruire un pays.

7. Tout le monde doit faire de la reconstruction d’institutions nationales. Souvent, le personnel des affaires civiles ne suffit pas à la tâche.

8. Participer à la refonte d’institutions, non seulement d’unités militaires, vaut pour tous les échelons.

26Les effets d’entraînement de l’inflexion stratégique américaine sont immédiats au sein de la communauté doctrinale française. C’est au général Vincent Desportes, commandant du Centre de doctrine d’emploi des forces (CDEF) de 2005 à 2008, et à Jean-François Phelizon, tous deux directeurs de la collection « Stratégies et doctrines » chez Economica, que l’on doit la réappropriation française des techniques contre-insurrectionnelles dans le cadre de cette circulation transatlantique. Dans leur collection ont été retraduits en français, c’est-à-dire dans leur langue d’origine, les officiers coloniaux qui ont inspiré les officiers américains. C’est aussi au sein de cette collection qu'est menée une discussion des doctrines américaines par une nouvelle génération d’officiers français. Au-delà des ouvrages à succès des colonels Benoît Durieux (2005)30 et Michel Goya (2010), le lieutenant-colonel Paul Haéri (2008) assume le choix dans son ouvrage de la juxtaposition – jusque dans son titre – des termes de « pacification » et de « stabilisation ». Au niveau des productions institutionnelles du principal centre de doctrine de l’armée de terre, le CDEF, la substitution du terme de pacification par celui de stabilisation permet l’exhumation de certains savoir-faire tout en gardant une certaine distance à l’égard du spectre de l’armée d’occupation. On assiste à partir de 2005 à l’augmentation massive des productions du CDEF sur la stabilisation et la contre-insurrection, notamment dans la collection des « Cahiers de la recherche doctrinale » diffusée publiquement sur Internet31. La contre-insurrection est l’une des composantes de la stabilisation contrariée : plus précisément, elle correspond au volet sécuritaire des opérations de stabilisation. On compte ainsi – fait radicalement nouveau depuis plusieurs décennies – quatre études publiées entre 2005 et 2007 comportant « Algérie » dès le titre (Kinnen 2007* ; Lasconjarias & Jouan 2005* ; Le Guen 2006* ; Pichelin 2007*)32. L’étude du lieutenant Lasconjarias, qui porte sur les sections administratives spécialisées (SAS), est sans doute celle qui est le plus directement liée à l’exhumation des savoir-faire civilo-militaires :

Cette étude sur les SAS s’intègre dans la suite d’un travail construit par le CDEF sur la notion de « stabilisation ». Cette notion est comparable à ce que, du temps de la guerre d’Algérie, on nommait « pacification », terme cependant inadéquat au vu des engagements actuels. Le problème majeur semble être la connaissance par l’armée de terre de son passé, notamment en termes d’actions en faveur de la population. […] Certains corps […], par leurs traditions, par leur longue expérience des opérations extérieures, semblent aujourd’hui encore mieux armés que d’autres. On pense à la Légion étrangère, dont l’aspect multiculturel est d’une richesse essentielle pour s’intégrer partout et en tout temps. Les troupes de marine cultivent aussi leurs racines.
(Lasconjarias & Jouan 2005* : 10)

  • 33 Voir annexe no 6, « Plan d’action sur la stabilisation ».
  • 34 Concept d’emploi des forces terrestres en phase de stabilisation, no 980/DEF/EMAT/BPO/EO, 2005 ; Do (...)

27Ces études ne reposent pas sur l’initiative de leurs auteurs : elles ont été commandées par l’état-major de l’armée de terre, qui réclame dès 2004 un « plan d’action sur la stabilisation » au CDEF33. La réappropriation du patrimoine colonial via la doctrine de la stabilisation est donc entérinée par les plus hautes autorités de l’armée de terre. Surtout, c’est la perspective de la parution d’un concept (2005) et d’une doctrine (2006) sur la stabilisation34 qui impulse en parallèle la rédaction de la doctrine CIMIC de 2005, rendant la consubstantialité doctrinale entre stabilisation et CIMIC manifeste. Suite à la diffusion de ce plan d’action, les officiers du bureau actions d’environnement du CDEF ont toutefois entretenu une abondante correspondance, dont le dépouillement révèle leur perception des contraintes de calendrier (rédiger une doctrine stabilisation et CIMIC sous deux ans) et bureaucratiques (distribution des prérogatives terriennes pour une doctrine interarmées). Voici les conclusions d’un capitaine, officier traitant CIMIC, adressées par courriel le 13 juillet 2004 au chef du bureau actions d’environnement du CDEF. Il s’agit d’insérer la fonction civilo-militaire dans un nouveau cadre doctrinal – la stabilisation – alors que les cadres antérieurs (maintien de la paix et gestion de crise) ne sont toujours pas assimilés :

En conclusion, ces réflexions correspondent à des besoins identifiés de longue date, mais qui ne débouchent pas faute de réelle volonté ou de calage. Les dossiers en matière CIMIC et COMOPS n’ont pas toujours été traités au bon niveau ni suivis sur la durée (à titre d’exemple, les difficultés du colonel [réf. 17] pour faire avancer ces deux domaines). Dès lors rien ne semble avancer depuis 2001. Un calage est donc indispensable pour éviter le flou et le non-dit. Sans quoi les paroles prémonitoires du Gal Thomann du 23 décembre 1997 resteront d’actualité : Cela fait 4 à 5 ans que l’on parle d’ACM sans avancer beaucoup. Nous sommes plus forts pour le verbe que pour l’action… Je crois de plus en plus qu’il nous faut nous concentrer non sur l’ACM mais sur l’AMC, c’est-à-dire l’action des militaires sur les civils pour rendre possible, faciliter et accompagner l’action des forces [en gras dans le mail]. Le plan voulu par le CDEF semble vouloir aller dans ce sens, mais au-delà des termes employés, il faut que tout le monde soit en phase, au-delà des termes un peu trop changeants et intellectuels.
Respectueusement.

Les mécanismes d’exhumation du patrimoine colonial

  • 35 « La quête d’une nouvelle stratégie en Afghanistan s’est accompagnée d’une (re)découverte de grands (...)
  • 36 « Parmi les personnages qui ont été à la source de ma vocation militaire, Hubert Lyautey, maréchal (...)

28La réinvention de la tradition emprunte deux voies : la réhabilitation des « glorieux anciens » et la réactivation de certaines méthodes de contrôle des populations35. Parmi les figures régulièrement convoquées, citons les maréchaux de France Hubert Lyautey, Joseph Gallieni et Thomas Bugeaud. Cet héritage n’est pas seulement assumé, il est désormais ouvertement revendiqué. Si la réappropriation du patrimoine colonial n’est pas le fait de quelques « illuminés » spécialistes de doctrine, d’histoire militaire ou de CIMIC, elle est particulièrement prégnante chez les héritiers de l’armée d’Afrique, à l’instar de la réédition du Rôle social de l’officier d’Hubert Lyautey en 2004, préfacée par le chef d’état-major des armées en exercice36. Les responsables de la CIMIC participent aussi activement à la réhabilitation des « glorieux anciens » :

Les ACM […] font et ont toujours fait partie de la culture militaire française. Les apports possibles du CIMIC durant la phase de stabilisation des opérations actuelles peuvent être trouvés dans l’étude de notre histoire militaire. Il suffit pour s’en convaincre de relire l’essai édité en 1900 par le colonel Lyautey intitulé Du rôle colonial de l’armée : « En premier lieu, l’expérience du passé démontre qu’on arrive rarement, sinon jamais, à la destruction par la force d’une bande pirate… En second lieu, il ne faut pas perdre de vue que le pirate est, si je puis m’exprimer ainsi, une plante qui ne pousse qu’en certains terrains, et que la méthode la plus sûre, c’est de lui rendre le terrain réfractaire. » Si nous remplaçons le mot « pirate » par celui de « terroriste », ces propos restent étonnamment d’actualité. (Hue 2007* : 29-30)

29La spécialité civilo-militaire (re)devient l’héritage de l’officier français ; elle n’est plus un mode opératoire importé. Une nouvelle doctrine CIMIC a été publiée en 2012 par le CICDE. Si cette nouvelle doctrine gagne en clarté, le fond varie peu. La promotion des intérêts nationaux est conservée derrière le soutien à l’action militaire. La nouveauté se situe plutôt au niveau de la filiation coloniale désormais mise en exergue (document 7).

Document 7. Les glorieux anciens dans la doctrine CIMIC 2012

Document 7. Les glorieux anciens dans la doctrine CIMIC 2012

Source : Coopération civilo-militaire, DIA-3.10.3(A) CIMIC(2012), no 174/DEF/CICDE/NP, 2012 : 17.

  • 37 Pour une généalogie de l’utilisation de la formule, voir Valeyre (2010*).
  • 38 Commission de la défense nationale et des forces armées, L’action civile des armées sur les théâtre (...)
  • 39 Citation de Lyautey, reprise dans la préface du général Henri Bentégeat (Lyautey 2004 [1892]).

30On doit à ces officiers quelques-unes des maximes les plus « percutantes » réutilisées à propos des outils militaires de stabilisation. Le slogan contre-insurrectionnel « conquérir les cœurs et les esprits » est ainsi devenu le vecteur incontournable de présentation du civilo-militaire en Afghanistan, même si ses origines ne sont ni nationales ni militaires37. D’autres formules d’Hubert Lyautey sont mises en exergue : « Lorsqu’on prend un repaire, si on songe au marché qu’on y établira le lendemain, on ne le prend pas de la même façon » (Hue 2007* : 29), « Donnez-moi un médecin, je vous rends trois compagnies […]. Un chantier vaut trois bataillons38 ». Les officiers CIMIC les citent abondamment car elles illustrent la plus-value des stratégies non coercitives agissant sur l’environnement des forces. Cette filiation légitime la CIMIC contemporaine dans la mesure où « celui qui n’est que militaire n’est qu’un mauvais militaire39 ». Ces figures mythologiques deviennent prophétiques : la métaphore du « soldat laboureur » ou du « soldat administrateur » préfigure les transformations contemporaines des armées. Voici les qualités requises pour les cadres de la pacification au xixe siècle :

  • 40 Instructions de Gallieni du 22 mai 1898 in Frémeaux (2010 : 18-19).

Le soldat se montre d’abord soldat, ainsi qu’il est nécessaire, pour en imposer aux populations encore insoumises ; puis, la paix obtenue, il dépose les armes. Il devient administrateur. […] C’est là le véritable rôle de l’officier colonial et de ses dévoués et intelligents collaborateurs, les sous-officiers et soldats qu’il commande. C’est aussi le plus délicat, celui qui exige le plus d’efforts, celui où il peut révéler ses qualités personnelles, car détruire n’est rien, reconstruire est plus difficile. […] Pendant cette période qui suit la conquête, les troupes n’ont plus qu’un rôle de police qui passe bientôt à des troupes spéciales, milice et police proprement dite ; mais il est sage de mettre à profit les inépuisables qualités de dévouement et d’ingéniosité du soldat français. Comme surveillant de travaux, comme instituteur, comme ouvrier d’art, comme chef de petit poste, partout où l’on fait appel à son initiative, à son amour-propre, à son intelligence, il se montre à la hauteur de sa tâche40.

31Voici, d’après le général Henri Bentégeat, chef d’état-major des armées et « grand chef » durant la séquence d’arbitrage non décisionnel du compromis CIMIC, les qualités requises pour les officiers en charge de la « gestion » de crises un siècle plus tard :

  • 41 Préface du général Henri Bentégeat à Lyautey (2004)

En effet, en écrivant « celui qui n’est que militaire n’est qu’un mauvais militaire », il [Hubert Lyautey] pressentait déjà clairement ce que seraient les évolutions de notre métier et que l’officier ne pourrait plus jamais se contenter d’être le simple acteur de savoir-faire techniques. Depuis la fin de la guerre froide et l’effondrement du bloc soviétique, nos armées sont engagées en permanence dans la gestion et le règlement des crises, toutes différentes les unes des autres. De plus en plus, nos cadres exécutent des missions où l’intelligence de situation s’avère essentielle et indissociable de la connaissance des savoir-faire militaires et où l’initiative est de règle jusqu’aux échelons les plus bas. En outre, ces opérations ne se déroulant que rarement dans un contexte purement militaire, ils doivent agir dans des situations complexes, au milieu des acteurs les plus divers, tels que les médias, les ONG et la population locale41.

32La réappropriation du patrimoine colonial n’est pas que symbolique : en observant les usages CIMIC alliés en Afghanistan, on constate que les méthodes des officiers coloniaux inspirent les dispositifs déployés. Les répertoires d’action contemporains de la stabilisation en général et de la CIMIC en particulier sont à la fois inspirés de l’expérience cumulée de la pacification en Indochine et en Afrique et de la contre-insurrection en Algérie. Fort de l’héritage de Thomas Bugeaud, Joseph Gallieni met en œuvre la « pacification en tache d’huile » à Madagascar visant une pénétration progressive et une pression dissuasive. Il s’agit, à partir d’un secteur stable, de pousser la pacification à la périphérie par cercles concentriques, en assumant une posture populo-centrée. La citation suivante de Joseph Gallieni a été mise en exergue par un membre de notre panel de l’armée d’Afrique (réf. 9) :

  • 42 Instructions de Gallieni du 22 mai 1898, Journal officiel de Madagascar, reprises par [réf. 9] en i (...)

Progresser constamment vers la périphérie. Combiner l’action politique et militaire pour prendre possession du pays. Entrer sans délai en contact intime avec les populations, connaître leur tendance, leur état d’esprit, et satisfaire à leurs besoins pour les attacher, par la persuasion, aux institutions nouvelles42.

33Hubert Lyautey approfondira cette méthode au Maroc à partir de deux techniques : le « ratissage » par des unités organisées en colonnes offensives visant à harceler l’adversaire et le « quadrillage » permettant la défense de zone avec des unités fixes. Le « quadrillage » autorise un contact prolongé avec les populations locales, tandis que la préservation des voies de communication et de commerce doit permettre de gagner leur confiance. La méthode suivie par les unités CIMIC pour soutenir le déploiement des forces est celle de la pénétration dissuasive « en tache d’huile ». Il s’agit d’appuyer les opérations ponctuelles des unités de recherche et d’investigation qui s’enfoncent de plus en plus loin dans les vallées pour affaiblir les insurgés en coupant leurs routes, leurs points de ravitaillement et en saisissant leurs caches d’armes. Suite au resserrement du dispositif français au sein de la Task Force La Fayette, la pénétration se fait en direction des différentes vallées encaissées à partir des bases opérationnelles avancées. La Task Force La Fayette a ainsi reçu des consignes spécifiques en matière civilo-militaire qui rappellent les instructions de Joseph Gallieni :

• Contribuer à la sécurisation de la zone Kapisa-Surobi, notamment en facilitant l’acceptation de la Force par la population ;
• Renforcer l’assise des autorités locales, en les impliquant dans la planification, la réalisation et le suivi de projets ;
• Participer à l’amélioration des conditions de vie des Afghans ;
• Établir la liaison entre la Force et l’environnement civil, afin que les actions de la Force soient connues et comprises par les différents acteurs locaux.
(Valeyre 2010* : 55)

34La vallée de Tagab, où est stationnée l’une des bases opérationnelles avancées de Kapisa, est un enjeu important pour la coalition dans la mesure où elle se situe à proximité d’un axe de communication nord-sud permettant d’éviter Kaboul (figure 2). Il s’agit pour le contingent français en général, et les unités CIMIC en particulier, de surveiller les mouvements en direction ou à partir du Pakistan comme de collecter des informations sur l’état d’esprit des populations locales et la présence éventuelle d’insurgés étrangers. Pour compenser la faiblesse des effectifs de juges et de policiers de Tagab, la CIMIC s’est concentrée sur l’appui aux juridictions coutumières et sur la mise en place d’un système de milices – Road Maintenance Initiative  recrutées parmi les tribus locales (ibid.* : 56).

Figure 2. La vallée de Tagab

Figure 2. La vallée de Tagab

Source : © Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

  • 43 L’article 4 de l’arrêté du 26 septembre 1955 explique leurs missions : « Ils sont destinés à assure (...)
  • 44 David Kilcullen évoque un « travail social militarisé », voir Khalili (2010). Voir aussi Kipp et al(...)
  • 45 Il s’est prononcé le 6 novembre 2007 contre l’utilisation de jeunes anthropologues par l’armée amér (...)
  • 46 Témoignage d’Yves Jouan, cité in Lasconjarias & Jouan (2005* : 26).
  • 47 « Partout la position ambiguë des officiers des Affaires algériennes constituait une source de diff (...)

35Héritage des bureaux arabes de Thomas Bugeaud, les Affaires indigènes mises en œuvre par Hubert Lyautey sont décrites comme le fer de lance de la pacification au Maroc et visent à favoriser l’implantation durable d’une administration militaire. Intitulées à l’origine « Service de renseignements », elles recrutent des officiers de toutes les armes et opèrent la collecte du renseignement, assurent la police des routes et des marchés, dirigent les travaux publics, surveillent les plantations et la rentrée des impôts. La guerre d’Algérie offre des exemples de pratiques contre-insurrectionnelles liées au contrôle des populations : les sections administratives spécialisées (SAS). Elles sont composées de l’officier chef, assisté d’un adjoint sous-officier, de trois attachés des Affaires algériennes civils contractuels (un comptable, un radio et un secrétaire), d’un infirmier et parfois d’une auxiliaire féminine chargée de l’action sociale. L’officier administre sa SAS en menant des actions politiques, économiques et sociales avec pour finalité l’établissement de relations durables avec la population et la constitution d’un noyau de résistance au Front de libération nationale (FLN). La double affiliation, civile et militaire, des officiers SAS se retrouve au niveau des rattachements institutionnels : en tant que militaires, ils dépendent du ministère des Armées, tandis qu’en qualité de responsables SAS, ils sont placés sous l’autorité du préfet local, et donc du ministère de l’Intérieur43. La proportion entre actions militaires et actions civiles suit les évolutions générales des opérations. Ainsi, l’offensive du plan Challe visant à harceler le FLN en milieu rural entre février 1959 et avril 1961 entraîne un accroissement de la part administrative, sanitaire et économique des actions menées : recensement et constitution de listes électorales dans le cadre du processus d’autodétermination, regroupement de villages pour faciliter le contrôle des populations, opérations de relance économique menées par les habitants et rémunérées, aides sanitaires. Petits détachements civilo-militaires et pluridisciplinaires de niveau régional, les Provincial Reconstruction Teams (PRT) ont pour objectif de créer des relais d’influence locaux afin de promouvoir l’autorité du Gouvernement face aux régionalismes afghans. Ces organisations sont multinationales mais sous le contrôle d’un contingent national. On compte vingt-six PRT en 2009, dont douze sous commandement américain, intégrant des officiers des affaires civiles et des représentants d’autres administrations. L’action des PRT étant locale et leur direction avant tout nationale, il est difficile de dresser un bilan à l’échelle de l’ensemble du territoire afghan, même si nos interlocuteurs soulignent une connaissance plus fine du milieu. Dans le même ordre d’idées, à savoir la mise en commun de qualifications civiles et militaires au service d’une meilleure connaissance des populations, l’armée américaine a mis en place un système d’« universitaires intégrés » : le Human Terrain System (HTS). Apparu à la fin de l’année 2006 en Afghanistan et en Irak, cet outil a été validé par les partisans des doctrines contre-insurrectionnelles44. Leur insertion au sein d’unités combattantes a suscité de vives réactions, en particulier du comité exécutif de l’Association anthropologique américaine45. Si les officiers CIMIC se plaisent à dresser une analogie entre le « soldat administrateur » d’hier et le spécialiste civilo-militaire d’aujourd’hui, entre les méthodes de la pacification algérienne et celles de la stabilisation afghane, ils prennent pourtant soin de ne pas divulguer certains aspects discriminants de cet héritage. Autrement dit, si l’on pousse ce processus de réappropriation sur les « angles morts » délaissés par la communauté doctrinale, on s’aperçoit que les SAS d’hier et les unités CIMIC d’aujourd’hui pâtissent d’un même déficit de légitimité du fait précisément de leur caractère civil. Le dénigrement des officiers SAS par le reste des armées est récurrent : « Les SAS ? Jamais vues, moi je faisais la guerre…46… » La proximité entre les propos d’époque et ceux relevés par les officiers CIMIC sur la perception de leur marginalité vis-à-vis des valeurs dominantes en milieu militaire est frappante47.

36Si les officiers CIMIC ont bénéficié de la mobilisation de leurs homologues anglo-saxons pour la réhabilitation des doctrines contre-insurrectionnelles, ils se méfient des usages que ceux-ci font de leur patrimoine colonial. Tandis que les Français vont « otaniser » leur concept ACM en CIMIC, de leurs côtés, les Américains et les Britanniques mettent en œuvre les PRT à partir notamment du modèle des SAS françaises. Or, précisément, les troupes françaises n’ont pas de PRT en Afghanistan. Dans ce chassé-croisé transatlantique, les Anglo-Saxons assument une vision politique des modes d’actions civilo-militaires, à l’image du shaping, là où les autorités françaises semblent plus réticentes. Le civilo-militaire français ne fait pas de politique ; le soutien aux autorités centrales afghanes est du ressort du MAE.

La PRT, c’est un mélange des genres…
– Je vous écoute.
C’est un mélange des genres, justement entre la reconstruction civile et les militaires, ce n’est pas aux militaires, ni au vu de leur budget ni au vu de leurs moyens, de reconstruire… on peut participer pour aider, mais nous, on fait du Quick Impact Project, on fait de la liaison, on aide les ONG… on a des projets très avancés avec certaines ONG et les financements européens. Nous, on est là pour… comment dire… on est un peu les détonateurs… les fédérateurs de ça pour lancer une dynamique. Mais la PRT, si vous voulez… à mon avis… c’est le problème du MAE.
– Donc, en tant que responsable de la fonction CIMIC, vous ne voyez pas d’intérêts à soutenir la création d’une PRT française ?
Non… moi non… […] Les Lituaniens viennent d’arriver à l’OTAN. Bons élèves, on leur dit PRT, allez hop, ils prennent. Est-ce que c’est à nous, militaires, de reconstruire avec l’argent de… ? non.
– On m’a aussi dit qu’il n’y avait pas la volonté politique derrière…
Ah, en France ?… Oui, oui… non, mais volonté politique ? Oui, mais il n’y pas volonté politique parce qu’on a réfléchi et on estime que ce n’est pas… qu’il y a d’autres moyens de faire. Ensuite, encore une fois, est-ce qu’il faut ?… On n’est pas là pour faire à leur place, on est là pour aider… sinon on tombe dans une forme d’assistanat et même les ONG… encore ce matin, je suis tombé sur un papier… attendez… (Il se retourne et fouille dans un tiroir de son bureau.) … d’ailleurs, je vais vous en lire un extrait… alors : « Les responsables d’ONG ont largement contribué à cette tribune pour affirmer leur hostilité à ces structures civilo-militaires qui selon eux gênent leur action en se substituant parfois à leurs équipes. » Voilà. Point. Donc même les ONG ne sont pas totalement pour les PRT. Après… c’est un choix politique, nous, on assume. Maintenant, si vous voulez mon avis… les PRT à l’américaine, je suis un peu sceptique quant à l’efficience.
– C’est contre-productif ?
– (Silence.) Hum… c’est le problème de l’assistanat, est-ce qu’on est là pour faire à leur place ? Qu’est-ce qu’on veut ? C’est une question… mais encore une fois… j’ai pas la prétention de penser obligatoirement la vérité… mais il faut y réfléchir, il faut voir les avantages et les inconvénients, il faut voir les mentalités, il faut voir les moyens engagés… bon, je pense que la vision américaine qui consiste à mettre beaucoup d’argent en pensant que l’argent va tout régler… nous, on a une approche plus humaniste, donc on va au contact des gens, en disant : « Bon bah voilà, on va travailler ensemble : vous, vous faites ceci, nous, on paye ça. » Mais arriver en disant « on vous paye un truc, on vous construit une école » alors qu’il n’y a pas d’élèves, tout ça parce qu’on a l’argent et qu’on doit construire une école…
(Colonel, chef du bureau J9 du Centre de planification et de conduite des opérations, 2006-2010, 26 mai 2008, réf. 20)

37Le refus français de s’engager dans le système des PRT doit être rapporté aux contraintes spécifiquement nationales (limites budgétaires, arbitrage par recentrage des usages sur un concept militaro-centré, absence de volontarisme politique, difficultés de coordination interministérielle, compromis CIMIC ni tout à fait extensif ni complètement restrictif…) comme à l’aspect concurrentiel du multilatéralisme (ménagement de la susceptibilité des ONG, justification « humaniste » des choix de la politique étrangère française face à ce qui est culturellement perçu comme le pragmatisme anglo-saxon, anti-américanisme larvé…). La défiance des officiers français à propos des cheminements pris par la redécouverte des techniques contre-insurrectionnelles au sein des armées américaines est donc alimentée par le constat de l’aspect contre-productif de l’assistanat. Pour beaucoup d’observateurs, il existerait une « French touch », un savoir être spécifiquement national dans le sens du contact des officiers français avec les populations. On retrouve là les qualités de l’héritier de l’armée d’Afrique : curiosité et ouverture d’esprit, connaissance des coutumes locales (a fortiori dans un pays perçu comme très traditionaliste), esprit d’initiative, autonomie et capacités d’adaptation. Cette « French touch » serait visible à travers le comportement en patrouille :

  • 48 Anonyme, « Quatre ans de stabilisation “au royaume de l’insolence”. Retour d’expérience des opérati (...)

Les Français n’adoptent pas de postures agressives, ce qui tranche avec certains contingents alliés, qui vivent dans la psychose d’une attaque ou d’un attentat. Pour les patrouilles à pied, les soldats français ne portent le casque qu’en cas de menace avérée, et pour celles réalisées en véhicules blindés, il y a toujours du personnel en tape. Enfin, les patrouilles effectuées en véhicules non blindés (VLRA) contribuent, elles aussi, au même principe48.

38Cette attitude expliquerait en partie le fait que le contingent français soit l’un des moins touchés par les attaques et les attentats :

Je sais pas si on participe beaucoup… mais les Français ont moins d’attentats que les autres…
– Mais on est surtout moins nombreux… il y a peut-être un effet de nombre…
Peut-être un effet de comportement… aussi… mais attention, là, le problème, c’est qu’on met difficilement en équation tout ce que je viens de dire… je constate que… à Kaboul, pourquoi ce sont toujours les convois américains qui sont visés ? Moi, quand j’y étais, hein, dix minutes après notre passage, c’est les Américains qui sautent, pourquoi ?
– Vous semblez faire une critique beaucoup plus large de la stratégie américaine…
Non, parce que bon, encore une fois, on est tous dans la même galère… c’est plus sur le comportement, le comportement général… mais ça se comprend… ça peut se comprendre… ça ne s’excuse pas, mais ça peut se comprendre… mais ça, c’est moi qui parle. Moi j’ai vu des choses qui me… en tant qu’officier français… mais parce qu’ils sont plus utilisés, parce qu’ils revenaient d’Irak, parce que ceci, parce que cela… parce qu’ils n’ont pas la même culture que nous… la culture de l’autre… donc ils ont leur vision de l’American way of life… pour plein de raisons, ils ne se comportent pas comme nous, et je pense que… enfin, ils devraient peut-être se poser la question de savoir pourquoi est-ce qu’ils en mangent plus que les autres.
(Colonel, chef du bureau J9 du Centre de planification et de conduite des opérations, 2006-2010, 26 mai 2008, réf. 20)

  • 49 Nathalie Guibert, « On ne peut pas faire la guerre contre le moral des soldats », Le Monde, le 1er  (...)
  • 50 « Le général Desportes a exprimé une opinion personnelle malvenue et insuffisamment argumentée [... (...)
  • 51 Surcouf, « Livre blanc sur la défense : une espérance déçue », Le Figaro, le 18 juin 2008.
  • 52 Le titre choisi par le lieutenant-colonel américain Gian Gentile dans son article, « Our COIN Doctr (...)
  • 53 Point presse du ministère de la Défense, 11 mars 2010.
  • 54 Cité par le lieutenant Bertrand Valeyre (2010* : 57).

39Entre réappropriation et différenciation, les officiers français adoptent une posture ambivalente à l’égard des usages américains du patrimoine national. Au-delà des modes opératoires non utilisés par la CIMIC française (PRT, HTS), c’est surtout le slogan contre-insurrectionnel – « conquérir les cœurs et les esprits » – qui est progressivement remis en cause par les principaux artisans de cette circulation transatlantique des doctrines. Le général Desportes ne fait pas que manifester publiquement ses doutes à l’égard de la stratégie alliée puisqu’il décrit l’Afghanistan comme une « guerre américaine49 ». Il sera sanctionné par le chef d’état-major des armées, l’amiral Édouard Guillaud, sous la forme d’un « blâme » plutôt symbolique dans la mesure où il était alors à quelques semaines de son départ du service actif50. Les propos de l’ancien commandant du CDEF ne font que relayer les positions, certes moins frontales, d’un certain nombre d’officiers qui avaient déjà manifesté leur « espérance déçue » à l’occasion de la parution du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 200851. D’autres soutiennent qu’à force de se concentrer sur l'« eau » (la population), les techniques contre-insurrectionnelles oublient un peu trop le « poisson » (l’insurgé)52. Le colonel Benoît Durieux, commandant du bataillon français en Surobi en 2008, préfère « libérer les cœurs et les esprits plutôt que les conquérir53 », tandis que le général Marcel Druart, commandant de la Task Force La Fayette, critique derrière cette formule « une démarche de merchandising oppressive sur la population afghane54 ».

40Le sens du contact avec la population des officiers français a donc ses limites. La participation aux chouras, assemblées de notables dans les villages, est un mode opératoire typique pour entrer en contact avec les autorités locales, élaborer des projets et se renseigner sur les mouvements d’insurgés. Lors de ces rencontres, l’officier le plus gradé ne porte généralement ni arme ni gilet pare-balles. Quelques hommes assurent sa sécurité immédiate tandis que d’autres unités sont postées autour du village. C’est précisément lors d’une choura dans le village de Joybar, à deux kilomètres au nord de la base opérationnelle avancée de Tagab, que cinq militaires français et un interprète afghan ont été tués le 13 juillet 2011. Par ailleurs, la mort de quatre soldats français le 20 janvier 2012, tués par balles à l’intérieur de la base de Gwam par un soldat de l’ANA, constitue la perte la plus importante après l’embuscade d’Uzbin qui avait tué en août 2008 dix soldats. Avec le transfert de responsabilités du district de Surobi à l’ANA fin 2011, ces événements accélèrent la perspective d’un retrait et achèvent la confiance en un savoir-faire typiquement français basé sur le sens du contact avec les populations. Enfin, parce que c’est aussi grâce aux « morts au combat » qu’une spécialité militaire acquiert ses lettres de noblesse, la CIMIC s’insère dans ce décompte macabre : le 9 juin 2012, dans le cadre d’une opération de contrôle d’un axe routier, quatre soldats membres du GIACM sont morts dans un attentat-suicide.

Notes

1 90 000 soldats américains sur 130 000 en décembre 2011.

2 Le shaping s’apparente au state building et désigne la doctrine américaine de transformation des États « voyous » ou « faibles ».

3 La RMA se fixe comme objectif l’accroissement du technological gap pour prévenir toute concurrence potentielle, y compris celle d’un allié : primauté aux systèmes de communication/détection par satellite, technologies « furtives », importance tactique de l’arme aérienne et, en conséquence, principe d’exposition minimale des forces (doctrine « zéro mort »).

4 The National Security Strategy of the United States of America, Seal of the President of the United States, septembre 2002.

5 « Essentiellement par emprunt de la part des Afghans : notamment les attentats-suicides et les bombes télécommandées, deux innovations qui expliquent la brutale montée des pertes américaines sur le sol afghan en 2005 » (Dorronsoro & Harling 2005 : 857).

6 530 en 2005 contre 1 297 en 2006 (Rashid 2009 : 292).

7 « Je ne vois aucun indice indiquant que les talibans constituent une menace militaire en Afghanistan » (Donald Rumsfeld dans Dorronsoro, Olsson & Pouyé 2012 : 64, traduction libre).

8 Directive sur les opérations militaires de stabilisation, sécurisation, transition et reconstruction, no 3000.05, 28 novembre 2005. Le concept interarmées a été publié en décembre 2006. La directive a été révisée le 16 septembre 2009.

9 En complétant la liste (Corée du Nord, Irak, Iran) par la Biélorussie, la Birmanie, Cuba et le Zimbabwe.

10 Instruction de l’armée nationale afghane (ANA). Depuis 2004, l’armée française forme les officiers de l’ANA via le Command and Staff College, les détachements d’instruction opérationnelle (DIO) et l’Afghan Commando School. Ce dispositif est complété à partir de 2006 par l’envoi d’Operational Mentoring and Liaison Teams (OMLT), équipes de conseillers et d’instructeurs.

11 Il s’agit d’une opération composée de forces spéciales françaises. Le président de la République Jacques Chirac décide d’engager celles-ci dans le sud de l’Afghanistan début juin 2003 ; 200 membres du COS opèrent entre 2003 et 2007 à Spin Boldak puis à Jalalabad. Bien que tenu secret, le retour du COS début 2010 suite à la capture de deux journalistes français a été confirmé par la mort de deux commandos marine (Jean-Dominique Merchet, « Un commando marine tué en Afghanistan », dans son blog Secret Défense, 18 décembre 2010 et 14 juillet 2011).

12 Il s’agit de la partie aéronavale de la participation française aux opérations de la FIAS, visant des actions de renseignement et de surveillance au-dessus du territoire afghan et dans l’océan Indien.

13 Anonyme, « Quatre ans de stabilisation “au royaume de l’insolence”. Retour d’expérience des opérations Pamir et Épidote », Cahier du RETEX, janvier 2006 : 114 (document classé « Diffusion restreinte »).

14 La mise en scène médiatique des opérations CIMIC nous rappelle la consubstantialité des « fonctions d’environnement », CIMIC et Communication opérationnelle (COMOPS).

15 Commission de la défense nationale et des forces armées, Les actions civilo-militaires, G. Chambefort et P. Folliot (rapporteurs), rapport d’information no 3661 déposé devant l’Assemblée nationale, Paris, La Documentation française, 12 juillet 2011 : 22-23.

16 Gonflement artificiel du PIB, augmentation de la dépendance vis-à-vis de l’extérieur, déstructuration du tissu économique local, réhabilitation des seigneurs de guerre, privatisations spontanées, etc.

17 Ou local ownership dans la terminologie anglo-saxonne. Citons en particulier Sippi Azarbaijani-Moghaddam et al., Afghan Hearts, Afghan Minds: Exploring Afghan Perceptions of Civil-military Relations, European Network of NGOs in Afghanistan/British and Irish Agencies Afghanistan Group, 2008. Voir aussi Michael Kleinman et Marc Bradbury, « Local perceptions of US “hearts and minds’’ activities in Kenya », Humanitarian Exchange Magazine on Humanitarian Security Management, no 47, juin 2010 : 28-30.

18 « Grande Assemblée ». Dans la continuité de la conférence de Bonn de décembre 2001, 1 500 représentants assistent à la Loya Jirga de Kaboul en juin 2002 pour nommer l’Islamic Transitional Government of Afghanistan pour dix-huit mois.

19 Directive particulière ACM Afghanistan du J9/CPCO, citée dans le rapport de fin de mission d’un chef d’escadron, project manager au sein du CJ CMO TF, no 1228/DEF/EMA/CPCO/ACM/DR, 2002 (document classé « Diffusion restreinte ».

20 Rapport de fin de mission, capitaine inséré au sein de la CJ CMO TF à Kaboul en tant que Project Manager, du 23 juillet au 13 novembre 2003.

21 Alors chargé d’une mission d’information sur l’évaluation de l’opération militaire française en Afghanistan. Son successeur à la tête de la cellule AFPAK est Thierry Mariani.

22 À titre d’exemple, le projet d’électrification des zones rurales en Kapisa et Surobi a été doté en 2010 de 5 millions d’euros.

23 Si la rumeur de nomination d’un préfet pour diriger cette cellule est persistante, elle ne s’est pas confirmée. Le préfet Jean Dussourd a été pressenti notamment suite à la parution de son rapport le 9 février 2009, Mieux valoriser le volet civil des opérations de maintien de la paix et de gestion de crise.

24 « Je n’écris pas pour tenter de prouver un quelconque génie, mais pour montrer combien il est difficile de convaincre les autres, en particulier les militaires, d’abandonner des voies traditionnelles et de s’adapter à de nouvelles situations » (Galula 2008 : s. p.).

25 Il devient directeur de la CIA en septembre 2011, mais, accusé de « confidences sur l’oreiller » dans le cadre d’un adultère, il démissionne en novembre 2012.

26 David H. Petraeus, FM 3-24 Counterinsurgency, Headquarters, Department of the Army, décembre 2006.

27 Docteur en philosophie politique de l’université d’Oxford.

28 La bataille d’Alger, film de Gilles Pontecorvo, 1966. Voir Benjamin Stora, « 50 ans après la bataille d’Alger », propos recueillis par Laurent Chabrun, L’Express, le 5 janvier 2007.

29 Deux ouvrages de théoriciens français réédités en 2006 par la RAND Corporation seront retraduits en français dans la collection « Stratégies et doctrines » chez Economica (Galula 2008 ; Trinquier 2008).

30 Le colonel Benoît Durieux a depuis été nommé membre du cabinet du ministre de la Défense en juillet 2011.

31 Voir <http://www.cdef.terre.defense.gouv.fr/contents-in-english/our-publications/cahier-de-la-recherche-doctrinale>.

32 L’influence du CDEF décline progressivement à la fin des années 2000 au profit du Centre interarmées de concepts, de doctrines et d’expérimentations (CICDE), organisme interarmées créé en 2005.

33 Voir annexe no 6, « Plan d’action sur la stabilisation ».

34 Concept d’emploi des forces terrestres en phase de stabilisation, no 980/DEF/EMAT/BPO/EO, 2005 ; Doctrine d’emploi des forces terrestres en phase de stabilisation, no 744/DEF/CEDF/DEO/BENG, 2006.

35 « La quête d’une nouvelle stratégie en Afghanistan s’est accompagnée d’une (re)découverte de grands chefs militaires qui se sont distingués dans la guerre contre-insurrectionnelle, et l’amour-propre national ne peut qu’en être flatté. […] Dans cette perspective, on peut se demander dans quelle mesure l’esprit de la stratégie “lyautéenne” de la contre-insurrection est appliqué en Afghanistan » (Mokrane Ouarem, « Lyautey au chevet de l’Afghanistan », Le Monde, le 1er avril 2010).

36 « Parmi les personnages qui ont été à la source de ma vocation militaire, Hubert Lyautey, maréchal de France, dont le portrait orne mon bureau, occupe une place toute particulière et symbolise l’image de l’officier dans toute sa plénitude et toute sa grandeur » (préface du général d’armée Henri Bentégeat à Lyautey 2004 [1892]).

37 Pour une généalogie de l’utilisation de la formule, voir Valeyre (2010*).

38 Commission de la défense nationale et des forces armées, L’action civile des armées sur les théâtres extérieurs (action civilo-militaire), R. Gaïa (rapporteur), rapport d’information no 3167 déposé devant l’Assemblée nationale, Paris, La Documentation française, juin 2001.

39 Citation de Lyautey, reprise dans la préface du général Henri Bentégeat (Lyautey 2004 [1892]).

40 Instructions de Gallieni du 22 mai 1898 in Frémeaux (2010 : 18-19).

41 Préface du général Henri Bentégeat à Lyautey (2004)

42 Instructions de Gallieni du 22 mai 1898, Journal officiel de Madagascar, reprises par [réf. 9] en introduction du témoignage d’Alquier (2009*)

43 L’article 4 de l’arrêté du 26 septembre 1955 explique leurs missions : « Ils sont destinés à assurer toutes missions d’encadrement et du renforcement des personnels des unités administratives et des collectivités locales. Ils peuvent, à cet effet, se voir investis des fonctions identiques à celles normalement exercées par les administrateurs des services civils. Les officiers SAS disposent donc de pouvoirs militaires, mais aussi civils. » Plus tard, le décret du 8 juillet 1957 leur confère la « qualité d’officier de police judiciaire ».

44 David Kilcullen évoque un « travail social militarisé », voir Khalili (2010). Voir aussi Kipp et al. (2006 : 8-15).

45 Il s’est prononcé le 6 novembre 2007 contre l’utilisation de jeunes anthropologues par l’armée américaine. « Final Report on The Army’s Human Terrain System Proof of Concept Program », Commission on the Engagement of Anthropology with the US Security and Intelligence Communities, 14 octobre 2009, voir Lardeux (2010 : 27-51).

46 Témoignage d’Yves Jouan, cité in Lasconjarias & Jouan (2005* : 26).

47 « Partout la position ambiguë des officiers des Affaires algériennes constituait une source de difficultés entre les SAS et l’organisation militaire locale. Le chef de SAS en effet détenait par délégation du sous-préfet les pouvoirs civils. […] Mais il n’en était pas moins un militaire en uniforme et les commandants de quartier dont il dépendait sur le plan des opérations et de la sécurité étaient des officiers d’un grade supérieur au sien. Il n’était pas rare que certains tentent naturellement de prendre le contrôle des SAS et d’orienter leurs actions » (Nicolas d’Andoque, Guerre et paix en Algérie. L’épopée silencieuse des SAS, Paris, Société de production littéraire, 1977, cité in Lasconjarias & Jouan 2005* : 18).

48 Anonyme, « Quatre ans de stabilisation “au royaume de l’insolence”. Retour d’expérience des opérations Pamir et Épidote », Cahier du RETEX, janvier 2006 : 114 (document classé « Diffusion restreinte »).

49 Nathalie Guibert, « On ne peut pas faire la guerre contre le moral des soldats », Le Monde, le 1er juillet 2010.

50 « Le général Desportes a exprimé une opinion personnelle malvenue et insuffisamment argumentée [...]. C’est “une faute” » (amiral Guillaud, Europe 1, le 2 juillet 2010). La sanction est confirmée par le ministre de la Défense, Hervé Morin, qui l’accuse d'« avoir manqué de discernement » (RMC, le 7 juillet 2010).

51 Surcouf, « Livre blanc sur la défense : une espérance déçue », Le Figaro, le 18 juin 2008.

52 Le titre choisi par le lieutenant-colonel américain Gian Gentile dans son article, « Our COIN Doctrine Removes the Enemy from the Essence of War » [« Notre doctrine contre-insurrectionnelle déplace l’ennemi du cœur de la guerre », traduction libre], Armed Forces Journal, no 145, janvier 2008 : 39. D’autres travaux universitaires évoquent une « insurrection sans insurgés » (Dorronsoro, Olsson & Pouyé 2012 : 15).

53 Point presse du ministère de la Défense, 11 mars 2010.

54 Cité par le lieutenant Bertrand Valeyre (2010* : 57).

Table des illustrations

Titre Schéma 13. Victimes de la coalition en Irak : nombre de décès par an, 2003-2012
Crédits Source : D’après les données consultées sur le site consacré aux pertes militaires américaines, <http://icasualties.org/​> [consulté le 07/03/2012].
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/12264/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Schéma 14. Victimes de la coalition en Afghanistan : nombre de décès par an, 2001-2012
Crédits Source : D’après les données consultées sur le site consacré aux pertes militaires américaines, <http://icasualties.org/​> [consulté le 07/03/2012].
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/12264/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Titre Figure 1. Kapisa et Surobi
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/12264/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Document 7. Les glorieux anciens dans la doctrine CIMIC 2012
Crédits Source : Coopération civilo-militaire, DIA-3.10.3(A) CIMIC(2012), no 174/DEF/CICDE/NP, 2012 : 17.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/12264/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Titre Figure 2. La vallée de Tagab
Crédits Source : © Éditions de la Maison des sciences de l’homme.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/12264/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site