Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La transformation des armées

 | 
Grégory Daho

Troisième partie. La routinisation des organisations (2005-2012)

Troisième partie. La routinisation des organisations (2005-2012)

Texte intégral

  • 1 « CIMIC is a newer version of the “hearts and minds” philosophy that aimed to win the hearts and mi (...)

1Une fois articulées les mobilisations collectives et les logiques d’arbitrage ayant accouché du compromis CIMIC de 2005, il nous reste désormais à comprendre comment une doctrine, pourtant particulièrement volatile, s’est matérialisée en une « fonction opérationnelle », incarnée par des hommes, une unité, un insigne, des bâtiments et des qualifications professionnelles, au point de devenir aujourd’hui un mode ordinaire de « gestion » des crises internationales. Laboratoires pour une armée réformée et professionnalisée, la Bosnie et le Kosovo constituaient déjà un vecteur de transformation de l’identité militaire à l’épreuve des interactions avec les populations dans le cadre de l’interposition humanitaire : c’est l’émergence de la figure du « soldat de la paix ». En Afghanistan, l’appréhension stratégique du rapport aux populations évolue nettement : il ne s’agit plus de favoriser le retour à la paix, mais de gagner la guerre. La population locale n’est dès lors plus un facteur environnemental à prendre en compte mais central, c’est-à-dire que, dans les représentations militaires, la bataille se joue désormais littéralement dans « les cœurs et les esprits1 ». Si les phénomènes de perturbation du jeu institutionnel par les effets du retour d’expérience sont assez similaires, que l’on traite de l’ex-Yougoslavie ou de l’Afghanistan, il existe désormais un saut qualitatif à prendre en compte : les concepteurs civilo-militaires doivent désormais réintégrer ces expériences, toujours contingentes et souvent contradictoires, non plus au sein de débats proprement conceptuels, mais au sein d’une chaîne CIMIC « déjà là », incarnée par le bureau J9 du CPCO et par le GIACM et qui possède une certaine historicité et produit elle-même sa propre légitimité. Il y a donc une solidification des processus d’institutionnalisation à partir de 2005. À travers l’étude des usages en Afghanistan et de la trajectoire des institutions ad hoc, nous nous intéressons ici à la reproduction sociale de la spécialité ainsi qu'à la routinisation des organisations civilo-militaires et des dispositifs interministériels de « gestion » des crises internationales.

Notes

1 « CIMIC is a newer version of the “hearts and minds” philosophy that aimed to win the hearts and minds of civilian people in counter-insurgency operations » (Rich 2002: 4).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site