Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La transformation des armées

 | 
Grégory Daho

Deuxième partie. La fabrication de la doctrine (1994-2005)

Chapitre 6. Les logiques non décisionnelles du compromis civilo-militaire (CIMIC)

Texte intégral

« Je ne connais pas de problème qu’une absence suffisamment prolongée de réponse n’ait fini par résoudre. »
Henri Queuille, président du Conseil sous la IVe République, cité in Affuzzi (2001 : 43)

La délocalisation des échanges de coups

  • 1 « Dans les systèmes humains que nous appelons systèmes d’action concrets, la régulation ne s’opère, (...)

1Derrière l’analyse des échanges de coups entre officiers, notre objectif est de saisir l’évolution du « système d’action » civilo-militaire. À travers une appréhension interactionniste du pouvoir au sein des organisations, l’approche stratégique offre quelques angles d’attaque utiles pour comprendre ce qui se joue derrière tout organigramme : les codes, les conventions, les règles pragmatiques et les marges de manœuvre entre acteurs1. Le système d’action civilo-militaire n’est pas figé ; il est en constante évolution en fonction de la configuration des rapports de force entre organisations militaires, des contraintes liées à la mise en œuvre des réformes et des enseignements tirés des opérations extérieures. Structuré à partir de la rivalité entre les segments COS et armée de terre, ce système d’action évolue de retour du Kosovo. À la confrontation entre vision restrictive du soutien à la force et vision extensive de la défense de l’intérêt national tendent à se substituer d’autres types d’oppositions plus générationnelles (les anciens préoccupés par « leurs étoiles » contre les modernes perdant de vue les valeurs militaires) ou opérationnelles (les concepteurs chargés de tracer les lignes rouges contre les chefs de terrain qui « bricolent » dans l’urgence).

Les anciens et les modernes, les concepteurs et les opérationnels

  • 2 Concept interarmées d’actions civilo-militaires, no 227/DEF/EMA/EMP.1/NP, 18 mars 2002.

2Dans le sillage de l’activité tactique de l’expert (réf. 17), les débats entourant la fabrication du concept (2002) puis de la doctrine (2005) opposent les anciens aux modernes. Certains vont parvenir à ralentir l’avancée des modernes via la publication du concept de 20022. Les officiers à l’ancienne sont les « grands chefs », généralement de l’armée de terre, qui, considérant les dérives mercantilistes et humanitaristes en ex-Yougoslavie, estiment que le civilo-militaire renferme un périlleux mélange des genres. Il n’est pas du ressort des militaires d’assurer la « gestion » civile des crises, a fortiori au moment où les réformes accélèrent la pression budgétaire. Cette position s’exprime par l’intermédiaire du « commis d’office », lieutenant-colonel, responsable du bureau ACM du Centre opérationnel interarmées (COIA) (futur Centre de planification et de conduite des opérations, CPCO) de 1995 à 1999 puis de l’état-major de l’armée (EMA) de 1999 à 2002 (réf. 25). « Lieutenant-colonel au long cours », « incompétent », de « peu d’envergure », « inapte à la conceptualisation », « passionné »… nous avons déjà signalé la récurrence de qualificatifs dépréciatifs à propos de son profil de « commis d’office ». S’il est autant décrié, c’est parce qu’il a réussi à devenir le « caillou dans la chaussure » des segments en confrontation et, surtout, parce qu’il met un coup d’arrêt à l’avancée des modernes. Conscient de sa réputation, il affirme avoir su faire de cette position marginale un atout :

Moi, ce que je peux vous dire, c’est que l’avantage que j’avais justement d’être officier en fin de carrière, pour moi, cela n’a aucune réalité. Je n’ai ressenti aucune concurrence : pour moi, le patron, c’était moi. Et là, je n’avais aucun doute. C’était vraiment… j’étais le pape, véritablement… n’ayant pas de problème d’avancement, n’ayant pas de concurrence avec qui que ce soit, j’étais entièrement libre de mes relations. C’est malheureux à dire, mais je pense que quelque part cela fait aussi partie de l’espace de liberté, faute de quoi j’ai bien peur que l’on ne fasse pas du civilo-militaire avec grande efficacité.
(Lieutenant-colonel, chef du bureau actions civilo-militaires du CPCO, 1995-2001, 26 mai 2009, réf. 25)

  • 3 Voir, dans la bibliographie, section « Presse militaire », ses publications dans le journal Objecti (...)

3S’il a peu écrit par rapport aux autres officiers civilo-militaires3, c’est en prônant une stricte séparation entre les ACM et les autres fonctions d’environnement (en particulier les opérations psychologiques, PSYOPS) et en multipliant les signalements d’abus que le « commis d’office » se fera le plus d’adversaires. Le concept de 2002 porte dès l’introduction la marque de son « recentrage » :

Depuis plusieurs années, les armées ont conduit, avec succès au cours des différentes opérations, des actions civilo-militaires, en application du concept élaboré par l’EMA en 1997. Initialement, ce concept était destiné à prendre en compte d’une façon un peu exhaustive l’environnement non militaire des opérations, dans le but de créer les interfaces nécessaires à la réussite des interventions. Toutefois, l’évolution des crises dans lesquelles les forces ont depuis lors été engagées, les différents retours d’expérience ainsi que les attentes suscitées par les premières réalisations ont rendu nécessaire d’en faire évoluer le contenu.
[…]
– [E]n premier lieu, il faut éviter de confondre l’ACM et la gestion civile des crises ; […] l’ACM n’est donc qu’un volet de la participation d’une force à la gestion civile de la crise.
(Concept interarmées d’actions civilo-militaires, no 227/DEF/EMA/EMP.1/NP, 18 mars 2002 : 1)

  • 4 « Si on m’avait envoyé quelqu’un d’un peu plus habile ou intellectuel, je n’aurais pas dit non. Pou (...)

4Dans la même logique, l’ajout d’un quatrième chapitre consacré aux « principes, limites et activités connexes aux ACM » est caractéristique de sa volonté de circonscrire les dérives identifiées par le retour d’expérience yougoslave. L’objectif prioritaire du « commis d’office » consiste à soutenir l’application des réformes en promouvant une fonction interarmées au profit du CPCO et donc de l’EMA : « Je me suis battu pour gagner les ACM à l’EMA. » Le CPCO prône avec l’appui direct de l’EMA une fonction conventionnelle vis-à-vis de certaines dérives du COS et une fonction interarmées vis-à-vis de la tentative de monopolisation terrienne. A posteriori, il semble pourtant naïf de croire qu’un lieutenant-colonel en fin de carrière se soit automissionné ou que son investissement personnel ait été tel qu’il puisse à lui seul enrayer une bureaucratie aussi interconnectée que celle de l’EMA. Pour le dire autrement, tant les officiers affaires civiles du COS que les officiers de l’armée de terre ont les ressources pour court-circuiter un « lieutenant-colonel au long cours ». Ce dernier recevait cependant des consignes explicites de la part des « grands chefs » de l’EMA. S’il ne donne pas de noms, il précise que ses ordres provenaient de son supérieur direct4. Dix ans après, ses détracteurs les plus farouches le reconnaissent à demi-mot :

– Justement à propos de ce lieutenant-colonel du CPCO… il y a quelque chose que j’ai du mal à comprendre. On parle d’un lieutenant-colonel « au long cours », a priori peu de charisme, peu d’envergue et peu de poids au sein des armées.
C’est comme ça que je l’ai vu…
– C’est comme ça que 95 % de mes interlocuteurs l’ont vu. Mais pourquoi et comment un simple lieutenant-colonel bombardé au CPCO un peu par hasard va décider d’embêter tout le monde ? Il y a forcément quelqu’un au-dessus de lui, un sous-chef opération du CPCO, par exemple, qui lui donne des ordres : « Les cow-boys du COS, il faut me les surveiller. » À l’inverse, on me dit aussi qu’il s’est pris de passion pour les ACM, qu’il s’est surinvesti psychologiquement…
Ça, ça se disait… moi, on me l’a dit quand je suis parti : « Dans votre mission, il va falloir remettre les gens du COS à leur place. »
– Donc ce n’est pas quelqu’un qui s’est arrogé…
Oui, mais en revanche ce que vous avez dit est important… je crois que ce gars-là, qui avait eu une vie militaire un peu morne si vous voulez… il se retrouve dans un placard et il a eu cette perception de voir que ça pouvait être quelque chose de très intéressant pour relancer sa carrière et je crois qu’il a eu à ce moment-là… même dans un placard à l’EMA, il y a des gens à qui ça monte un peu à la tête… et il a cru qu’en s’autoproclamant papa de la doctrine, il allait se libérer. Mais bon, il n’avait ni le charisme, ni la profondeur, ni la puissance de… Parce qu’honnêtement, il était soporifique.
(Général, responsable actions civilo-militaires en Bosnie-Herzégovine, 1996, 16 novembre 2009, réf. 10)

  • 5 « Attention, j’avais des ordres du CEMA, quand même : “Le COS enverra tant de personnels…” On s’est (...)

5Cette opposition entre anciens et modernes est transposable au plan de l’éthique : certains prônent l’innovation, là où d’autres s’en tiennent à la transparence. Ainsi, pour les modernes, les affaires civiles sont parfaitement légitimes. Elles bénéficiaient d’un mandat du chef d’état-major5 et, pour ce qui est du Kosovo, du soutien manifeste de la MIESE et tacite de la MINUK. Enfin, comme nous l’avons vu, la vision extensive a été relayée à différentes reprises au sein de l’Assemblée nationale à travers le rapport Gaïa et dans les cabinets ministériels depuis juin 1996 à travers la réunion interministérielle demandée par le ministre de la Défense Charles Millon. Concrètement, en l’absence de volontarisme, cet appui politique s’est déployé sur le mode du « laisser-faire ».

Admettons que tout ça n’ait pas été fait, que le COS ne l’ait pas fait et que nous [les chefs de l’armée de terre]… on veuille le faire… on n'y serait jamais arrivés… voilà l’intérêt des forces spéciales, sur des zones comme ça, ils peuvent placer leur truc… […] C’est toujours pareil. On était bien content de l’avoir, le COS, il a saisi l’opportunité, il a foncé dedans, il a recruté des réservistes et il a démarché… quand vous fermez les yeux pour laisser faire, il ne faut pas s’étonner après qu’ils aillent là où vous ne vouliez pas qu’ils aillent.
(Général, responsable actions civilo-militaires en Bosnie-Herzégovine, 1997, 23 juillet 2009, réf. 8)

6Une autre ligne de fracture concerne l’opposition entre les opérationnels et les concepteurs. Les premiers, à l’image des chefs de l’armée de terre promoteurs d’une vision extensive, réclament de la souplesse et de l’autonomie dans leurs actions quotidiennes. Ils sont malgré tout parfaitement conscients que leur projection, en l’absence de concept établi, leur offre une marge de manœuvre importante. Ils ne comprennent pas que les moyens dévolus à leur action dépendent des négociations au sein d’un groupe de travail réunissant des officiers de grades subalternes. Dans un milieu professionnel qui valorise surtout le commandement en opérations, la plupart de ces chefs n’admettent pas qu’on puisse limiter le potentiel civilo-militaire au seul soutien à la force. À l’inverse, les concepteurs bénéficiant d’une légitimité plus technique, confrontés aux injonctions de l’EMA et disposant d’une perception plus sensible des rivalités bureaucratiques, axent leur travail sur la fixation des « lignes rouges ». Ces concepteurs ne comprennent pas que certains cadres militaires n’aient qu’une conscience très relative des conséquences politiques de leurs modes d’action : voilà pourquoi ils tentent de recentrer les usages sur le pôle restrictif du soutien à la force.

L’émergence de la triangulaire civilo-militaire

7En prônant une fonction interarmées vis-à-vis de l’armée de terre et conventionnelle face au COS, et en incarnant progressivement une sorte de « troisième voie pragmatique » entre l’ancienne et la nouvelle école, le bureau J9 du COIA, qui deviendra le CPCO en 2004, assoit définitivement son autorité sur la chaîne du civilo-militaire en France. Cette affirmation progressive au sein du système d’action civilo-militaire participe d’une délocalisation des échanges de coups ou, si l’on préfère, d’une très nette politisation des débats de retour du Kosovo. Réfutant la polarité conceptuelle au profit de la complémentarité des objectifs restrictif et extensif, l’affirmation de cette « troisième voie » épouse la rhétorique du « bon sens ». Elle désamorce le contenu idéologique des débats tout en disqualifiant l’irréductibilité des antagonismes. Si les « pragmatiques » n’ont pas attendu l’émergence du CPCO pour exprimer quelques doutes sur la crispation idéologique des débats conceptuels, la posture non doctrinaire devient plus efficace au sein des jeux civilo-militaires que les deux conceptions traditionnelles. Autrement dit, à partir de 2005, les positions institutionnelles les plus élevées de la chaîne civilo-militaire sont occupées par des officiers incarnant et revendiquant cette position médiatrice qui s’appuie sur cinq types d’arguments. En premier lieu, il n’y aurait pas de dualité conceptuelle, mais différents niveaux de mise en œuvre correspondant à différentes catégories d’objectifs, comme le suggère la bipolarisation des ACM conventionnelles entre les niveaux opératifs (influence) et tactiques (soutien aux forces). Ensuite, la contingence des théâtres l’emporte sur toute considération d’ordre bureaucratique. Par ailleurs, la complexité inhérente à la « gestion » de crises, c’est-à-dire ici le foisonnement des acteurs avec lesquels la force militaire est en interaction, implique de préserver la bonne volonté et de ménager la susceptibilité d’un grand nombre de partenaires potentiels, d’où une souplesse maintenue sur les objectifs affichés, en fonction des enjeux, des auditoires ou plus largement des circonstances. De plus, l’intérêt public et l’intérêt privé forment l’intérêt national, mais surtout ils servent tous deux des objectifs de « sortie de crise ». En attendant la mobilisation des autres ministères et l’activation du volontarisme politique, l’accélération de la sortie de crise devient un objectif d’influence acceptable. Enfin, l’ultime argument consiste en quelque sorte à « donner du temps au temps » : l’écart considéré entre les « projets remarquables » et les « quasi-fautes professionnelles » est tributaire de la jeunesse de la fonction et de l’inadaptation de personnels non encore formés (tableau  6).

Tableau 6. La délocalisation des échanges de coups

École Ancienne Moderne Pragmatique
Position Restrictive Extensive Médiatrice
Objectif prioritaire Sécurité de la force Influence nationale Sortie de crise
Appuis institutionnels Grands chefs de l’armée de terre Officiers COS/Officiers de l’armée de terre CPCO
Argumentaire Faisons notre métier La guerre a changé Deux approches complémentaires
Appréciation des modes opératoires Dérives mercantiliste et humanitariste Méthode expérimentale Insuffisance des ressources humaines
Justification politique Absence de volontarisme politique Légitimité politique sous forme de « laisser-faire » Intérêts publics + intérêts privés = intérêts nationaux

8L’émergence de cette troisième voie participe de la stabilisation du système d’action en favorisant la délocalisation des échanges de coups. Que l’on regarde le contenu des argumentaires ou les arènes interministérielles de leur énonciation, ces échanges de coups dépassent le cadre militaro-militaire. L’interpellation de plus en plus directe des responsabilités de niveau politique dans la lenteur de la gestation du projet (à travers le triptyque volontarisme politique, coordination interministérielle, agence centralisatrice) comme la systématisation du recours aux avantages comparatifs par rapport aux Anglo-Saxons sur un mode culturaliste (« l’esprit gaulois ») sont archétypiques des effets de cette délocalisation. L’un des ressorts clés de l’objectivation progressive de cette « troisième voie » de retour du Kosovo est la démilitarisation – ou, à l’inverse, la politisation – des débats.

Schéma 11. La triangulaire civilo-militaire

Schéma 11. La triangulaire civilo-militaire

Légende :1. Émission des mandats et des directives
• Chef d’état-major des armées (CEMA) : Plus haute autorité militaire, le CEMA, nommé par le président de la République, joue le rôle d’interface entre les logiques politiques et stratégiques. Il ordonne la conception, signe les directives civilo-militaires et peut activer directement le COS.

1. Émission des mandats et des directives
• Chef d’état-major des armées (CEMA) : Plus haute autorité militaire, le CEMA, nommé par le président de la République, joue le rôle d’interface entre les logiques politiques et stratégiques. Il ordonne la conception, signe les directives civilo-militaires et peut activer directement le COS.

2. Arbitrages
• État-major des armées (EMA) : Il s’agit du principal donneur d’ordres au sein des armées. Il préside à la répartition du travail et des compétences entre les différents services concernés et fait, s’il y a lieu, office d’autorité d’arbitrage et de contrôle interne. Enfin, il délègue au CPCO l’essentiel des prérogatives en matière de planification des opérations civilo-militaires.

3. Planification
• Commandement des opérations spéciales (COS) : Précurseur en matière d’affaires civiles, le COS est toujours en charge des EIT.
• Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO) : Le bureau CIMIC du CPCO (J9) est, depuis 2005, la plus haute autorité directement en charge des ACM au sein des armées. En voici les principales prérogatives : interface avec les opérateurs et les administrations civiles avant, pendant et après la crise, liaison directe avec le REPFRANCE, mise en place des moyens nécessaires à l’exécution des missions civilo-militaires, rédaction des doctrines civilo-militaires, pilotage du GIACM.
• État-major de l’armée de terre (EMAT) : Si le projet civilo-militaire a toujours été présenté comme ayant une vocation interarmées, c’est surtout l’EMAT qui a soutenu l’essentiel des efforts de mise en forme de la fonction. L’EMAT ne s’est pas directement impliqué au sein du groupe de travail, mobilisant en son nom des organisations subordonnées comme le CFAT et le CDEF.
• Commandement de la force d’action terrestre (CFAT) : Installé à Lille depuis juin 1998, le CFAT constitue le plus haut niveau de commandement pour les forces de l’armée de terre. Il a joué un rôle clé en matière de gestion des ressources humaines civilo-militaires, car, au moment de sa création, ses orientations stratégiques étaient liées aux actions de coercition et de maîtrise de la violence.
• Autres états-majors et direction centrale des services des armées : Les autres armées développent surtout des stratégies de placement au sein du projet. À ce titre, le service de Santé des armées (SSA) a été régulièrement convoqué pour offrir son expertise médicale au sein du groupe de travail.

4. Conceptualisation
• Centre de doctrine d’emploi des forces (CDEF) : Le CDEF est chargé de la mise à jour, via le retour d’expérience, de la recherche et de la prospection doctrinale et conceptuelle pour l’armée de terre. Son rôle dans l’élaboration du projet civilo-militaire est tout à fait central. Sous l’appellation CDES entre 1999 et 2004, il a surtout mobilisé, en interne, le bureau B5 du Centre de réalisation et d’étude de doctrine de l’armée de terre (CREDAT).
• Centre interarmées de concepts, de doctrines et d’expérimentations (CICDE) : Le CICDE a pour vocation d’approfondir la réflexion de la communauté doctrinale sur deux points : interarmisation et multinationalisation. Selon les responsables de cette même communauté doctrinale, c’est « en toute logique » que la charge d’approfondissement du concept CIMIC a donc été confiée au CICDE depuis 2006.

5. Conduite
• Expertises initiales de théâtre (EIT) : Menées par des réservistes du COS en deux missions composées de généralistes puis de spécialistes, les EIT visent à faire la photographie des acteurs et des réseaux économiques, politiques et sociaux d’une zone en amont de toute projection.
• Groupement interarmées des actions civilo-militaires (GIACM) : Structure interarmées ad hoc, créée en 2001, opérationnelle depuis 2004, basée à Lyon et entièrement dédiée à la constitution d’un réservoir de personnels civilo-militaires qualifiés : formation, entraînement, recrutement, mise en condition opérationnelle, gestion des ressources humaines. Il a cinq domaines de spécialisation : affaires civiles, aide humanitaire, infrastructures, affaires culturelles, vie économique.

6. Mise en œuvre sur les zones d’opérations
• G5 affaires civiles : Le G5 affaires civiles ou extension, d’après les normes OTAN, désigne le bureau dédié au civilo-militaire du COS sur les zones d’opérations dès 1994 en Bosnie-Herzégovine et en 1999 au Kosovo. Structure légère et flexible, le G5 affaires civiles est majoritairement composé de réservistes.
• Bureau actions civilo-militaires (BACM) : Le BACM, placé sous l’autorité du REPFRANCE, est en charge de la mise en œuvre du civilo-militaire conventionnel. Composé de quatre cellules (commandement, liaison, coopération technique et expertise), ce modèle organisationnel a été utilisé en Bosnie-Herzégovine à partir de 1996, au Kosovo en 1999 et en Afghanistan à partir de 2002. Les personnels du BACM proviennent du GIACM ou des différents états-majors de l’armée de terre.

La position désenchantée des « grands chefs »

  • 6 Concept et doctrine interarmées de la coopération civilo-militaire, no 262/DEF/EMA/EMP.1/NP, 3 mars (...)

9Fait inédit depuis la constitution du groupe de travail en novembre 1994, l’état-major des armées (EMA) réintègre directement les débats en 2003. Il mandate un colonel extérieur au groupe de travail pour le représenter (réf. 24). En inscrivant l’« influence nationale » comme objectif civilo-militaire de la doctrine de 2005 tout en rappelant la priorité absolue du « soutien à la force »6, l'« arbitre » (réf. 24) qui succède à l'« expert » (réf. 17) en qualité de pilote du groupe de travail, est l’acteur le plus influent au cours de cette séquence non décisionnelle. Dans un courrier du 13 janvier 2003, estampillé EMA, le nouveau pilote propose une refonte radicale du concept de 2002. Il s’engage à rédiger seul un nouveau concept et à le transmettre au reste du groupe pour discussion en juin 2003. Ce courrier invalide une partie considérable des méthodes de concertation du groupe de travail.

Document 5. Note sur la réorganisation du groupe de travail

Document 5. Note sur la réorganisation du groupe de travail

Source : Document remis à l’auteur par une source anonyme

10Ce courrier envoyé au CDEF, organisme phare de la reprise en main terrienne du projet civilo-militaire, s’adresse probablement à l'« expert », désormais ex-pilote du groupe de travail. C’est le général responsable « doctrine » du bureau emploi de l’EMA et membre de notre panel d’héritiers de l’armée d’Afrique (réf. 9) qui fait appel à l’arbitre. L’enjeu est alors de « remettre de l’ordre au sein du groupe de travail » entre les « deux écueils à éviter » (mercantiliste et humanitariste) et de renforcer la position précaire du « commis d’office » (réf. 25).

– Comment le dossier ACM atterrit-il entre vos mains ?
Alors j’avais tout ce qui était « doctrine » et que c’était dans les mains d’un lieutenant-colonel… il avait un bon sens pratique, mais il fallait l’aider au niveau conceptualisation…
– Un lieutenant-colonel du CPCO ?
Oui.
– [Réf. 25] ?
– [Réf. 25]… oui… après, il est monté à l’emploi [EMA]. Il était très gentil, mais il fallait l’aider à théoriser, il n’avait pas cette compétence. Donc c’est ça qu’on faisait en pratique, et puis on voyait qu’il y avait deux écueils à éviter : 1) faire de l’humanitaire et 2) essayer de faire du business, un peu comme les Américains. Donc il y avait ces deux approches, sachant que la tendance française c’était plutôt de distribuer des bonbons aux enfants.
– Est-ce vous qui avez nommé le colonel [réf. 24] pour cette mission ?
Non, c’est après lui… parce que quand j’ai quitté l’EMA, lui, il arrivait, donc il a repris le dossier. […] j’ai recherché des gens pour me remplacer, etc., et lui, il était sur le marché du travail, il revenait des Affaires étrangères et donc j’ai vu qu’il percutait, donc je l’ai fait venir.
– Pourquoi lui ?
Parce qu’il cherchait un poste, que ça l’intéressait d’être à l’EMA, et puis il venait des Affaires étrangères. Il était sur le marché de l’emploi […]. Il connaissait les doctrines, il avait l’esprit ouvert et il avait un passé opérationnel qui n’était pas neutre et quand on travaille dans la doctrine, il vaut mieux avoir des gens qui ont été en opérations.
(Général, responsable « doctrine » de l’état-major des armées, 1999-2002, 10 novembre 2009, réf. 9)

11Parmi les critères de recrutement de l’arbitre (réf. 24), son « passé opérationnel », sa disponibilité, son ouverture d’esprit et sa connaissance des arcanes diplomatiques du MAE furent déterminants. Si l'« arbitre » fait partie des « modernes », son opposition à l'« expert » se joue davantage sur des questions de forme que de fond : là où le second revendiquait une expertise et une implication personnelle, le premier brandit un mandat et un détachement total.

Moi, mon rôle, c’était de remettre ça dans l’axe et de remettre ça en cohérence avec une certaine logique opérationnelle et d’autres à la même époque disent : « OK, on écrit une doctrine, ça fait des années que l’on en a besoin », ce qui est tout à fait exact, « et on va en profiter pour clarifier toutes les affaires et puis mettre noir sur blanc tout ce à quoi on réfléchit depuis des années et des années, les OCM [opérations civilo-militaires], les civil affairs » alors que ce n’était pas le but du tout. Le but, c’était de recentrer.
– D’autres ? Vous pensez au colonel [réf. 17] en particulier ?
Par exemple, mais il n’y a pas que lui.
– Il était pilote du groupe de travail avant votre arrivée…
Oui, oui, par exemple, mais ce n’est pas que lui…
– Si je vous parle de cela, c’est par rapport à votre mail. Vous parliez de quelques officiers qui revendiquaient un « statut d’expert » sur ces questions-là…
Ça, c’est [réf. 17].
(Colonel, pilote du groupe de travail actions civilo-militaires, 2003-2004, 15 avril 2009, réf. 24)

12Sur les questions de forme, l’arbitre préconise avant tout un concept moins volumineux : l’enjeu est de convaincre les « grands chefs ».

Et puis l’idée qu’il faut que ce soit simple. Quand on a demandé à l’armée de terre de proposer une doctrine des ACM, c’était une paperasse comme ça, et une paperasse comme ça, il n’y a aucun chef qui la lit. Un chef, il ne lit pas un document de deux cent cinquante pages. Bon, la doctrine CIMIC, elle doit faire trente ou quarante pages, c’est bref, c’est court, c’est facile à lire et c’est le but. […] Il faut que ce soit quelque chose d’assez accessible et il faut que ce soit un guide non pas pour les unités ACM mais pour les chefs. De façon à ce qu’un chef opérationnel qui part sur un théâtre d’opération, si jamais il n’est pas très accoutumé à cette dimension de ces opérations, il faut qu’il ait un document qui lui permette d’apprendre vite et rapidement.
(Colonel, pilote du groupe de travail actions civilo-militaires, 2003-2004, 15 avril 2009, réf. 24)

13Il insiste par ailleurs sur une hiérarchisation claire des objectifs : protection des forces, environnement civil et ensuite influence. Il tente de décloisonner les travaux du groupe de travail en incluant les études de la délégation aux Affaires stratégiques (DAS), du secrétaire général pour l’Administration (SGA), de la direction générale de l’Armement (DGA) et du cabinet du ministre de la Défense. Ce cheminement institutionnel « vers le haut » et vers les civils renvoie aux différentes stratégies d’interpellation du niveau politique hérité des transformations du système d’action de retour du Kosovo. Si l’intérêt national apparaît enfin dans la doctrine CIMIC comme objectif civilo-militaire en 2005, le document rappelle de façon récurrente que la priorité demeure le soutien aux forces militaires.

– Je souhaiterais revenir au document de référence que constitue la doctrine CIMIC de 2005. En schématisant, si je vous dis que par rapport aux documents précédents, il prend deux virages importants : 1) l’intérêt national comme l’un des objectifs de la fonction CIMIC est désormais gravé dans le marbre.
Oui.
– 2) l’otanisation du concept est assumée.
(Silence.)
– On est quand même passé des ACM au CIMIC, le choix du sigle n’est pas anodin…
Tout à fait… la sémantique a son importance… si le général Bentégeat [chef d’état-major des armées] à l’époque a voulu changer le terme ACM en CIMIC, c’est qu’il y a une raison, c’est clair… non, on est totalement dans le… on est d’accord avec la doctrine otanienne, qui est quand même assez large, qui permet à chacun d’évoluer comme il veut. Il y a quand même… ce serait mentir ou être totalement naïf de penser qu’on est tous sur la même longueur d’ondes. Je vous rappelle que l’approche américaine n’est pas l’approche otanienne…
– Les civils affairs.
Oui, les civil affairs, donc là, c’est beaucoup plus large, plus politique… ce n’est pas notre cas, nous, on s’interdit ça au niveau otanien. Il y a une doctrine commune parce que nous, on forme à des stages OTAN en France et on va se faire former à la NATO School, mais globalement chaque pays peut avoir une approche plus ou moins euh… forte dans certains domaines…
(Colonel, chef du bureau J9 du Centre de planification et de conduite des opérations, 2006-2010, 26 mai 2008, réf. 20)

14Il nous semble pourtant présomptueux d’avaliser la victoire des modernes sur les anciens car, pour nous, le saut qualitatif de 2002 à 2005 est avant tout lié à l’otanisation du CIMIC, compromis entre les affaires civiles extensives et les ACM militaro-centrées. Derrière les consignes transmises au commis d’office puis à l’arbitre se trouve la position prudente, pour ne pas dire désenchantée, des « grands chefs », en l’occurrence le chef d’état-major de l’armée de terre (réf. 13) et le chef d’état-major des armées, le général Henri Bentégeat. Issus de la même promotion de Saint-Cyr en 1967 et troupes de marine tous les deux, il faut signaler une relative convergence de vues entre ces deux officiers généraux au moment de cette séquence d’arbitrage.

Je ne sais même plus à quelle occasion, mais le CEMA et le CEMAT ont une vision très négative, et je parle bien de [réf. 13] et de Bentégeat quand ils sont arrivés. Donc, une vision très négative des ACM, en disant : « Les ACM, il faut arrêter ces conneries-là. » Donc il y avait un vrai souci, parce que les ACM… qu’on appelle le CIMIC maintenant… les ACM, c’est de façon évidente un levier amplificateur pour les opérations, pour atteindre de manière plus efficace l’objectif opérationnel que l’on s’est fixé, et puis c’est un outil très important au service de la France et de l’économie. Donc, c’est quand même quelque chose auquel moi je crois beaucoup. Mais on était quand même en pleine déviance avec ce que j’ai appelé les « ONG en kaki »…
– Donc… ce sont ces dérives et notamment humanitaristes qui sont arrivées jusqu’aux oreilles du CEMA et du CEMAT et qui ont orienté leur décision d’arbitrer ?
Oui, tout à fait. Euh… « C’est des mecs qui n’ont rien à foutre là-dedans, euh… les ACM, ce n’est pas à nous de nous en occuper, ce n’est pas notre problème, c’est le problème des civils, et on arrête ces conneries-là. » Je schématise à l’excès volontairement. Donc voilà, le problème que l’on avait, c’était un peu ça.
(Colonel, pilote du groupe de travail actions civilo-militaires, 2003-2004, 15 avril 2009, réf. 24)

15Dérives mercantilistes et humanitaristes, prises de risque intenables, mélanges des genres, personnels non formés, dénaturation des métiers militaires et autres « barbouzeries », etc., à l’image de la prudence des partisans d’une vision militaro-centrée ou, à l’inverse, de la « pusillanimité des généraux à l’ancienne » selon les défenseurs d’un modèle extensif, l’arbitrage de l’EMA se nourrit d’abord des dérives identifiées par les retours d’expérience yougoslaves et de la stigmatisation des modes opératoires du COS. Or, les positions des deux « grands chefs » ne sont pas tout à fait identiques : le chef d’état-major des armées semble moins résigné que celui de l’armée de terre.

Voilà un peu le principe qui a prévalu à la rédaction de cette doctrine. Donc 1) remettre tout ça en cohérence avec la logique opérationnelle ; et 2) ça expliquera pourquoi il y a eu des oppositions entre l’armée de terre et l’EMA, euh… j’allais dire apprivoiser les chefs… (Rires.) Ce n’est pas tout à fait ça… mais c’est un peu ça… c’est faire comprendre aux grands chefs et aux chefs sur le terrain que c’est quelque chose d’important et d’utile et qu’il faut qu’ils s’en servent. Et donc convaincre le CEMA et le CEMAT. Plus le CEMAT [réf. 13] que le CEMA [général Bentégeat], d’ailleurs.
(Colonel, pilote du groupe de travail actions civilo-militaires, 2003-2004, 15 avril 2009, réf. 24)

16Il n’est pas anodin que l’arbitre se préoccupe d’« apprivoiser les chefs ». Ancien chef de cabinet militaire du ministre de la Défense Alain Richard jusqu’en 2002 avant d’être nommé chef d’état-major de l’armée de terre, le général (réf. 13) a déjà une connaissance certaine du dossier civilo-militaire avant cette séquence d’arbitrage. Il était déjà l’un des contacts militaires privilégiés du président de la MIESE (réf. 33) au Kosovo. Sa position institutionnelle et la mémoire qu’il conserve des événements nous offrent un éclairage synthétique. On note qu’il reprend un certain nombre d’éléments : permanence des tabous algériens, influence initiale du modèle américain, recours aux réservistes, dérive et entrisme des forces spéciales et besoin d’une fonction aux contours conventionnels…

Je ne prends pas la vision restrictive pour une insulte, à mon sens, c’est un choix… Le concept d’ACM vient de la guerre d’Algérie… le concept français vient de là, même si on n’en parle plus trop pour des raisons politiques et historiques et les Français, je parle pour moi, ont redécouvert ça au moment de la guerre du Golfe via les affaires civiles américaines… ils avaient des avocats, des architectes… c’est un concept particulier… et pas forcément le choix que les Français ont fait. Moi, je vous raconte ce que j’ai vu. Le seul embryon en Bosnie qu’on avait, c’était le COS… et ce n’étaient pas les gars les plus pointus, parce que c’étaient des réservistes… ils n’étaient pas spécialistes… ils étaient bien sous tout rapport dans leur G5 extension, avec des effectifs extrêmement réduits de trois ou quatre officiers, provenant du COS ou rattachés au COS… ils n’étaient pas plus compétents que vous ou moi sur les affaires civilo-militaires mais ils avaient la charge de monter quelque chose. C’est là… le problème. Garde-t-on ce fonctionnement occulte même si la fonction a son utilité ? D’une part, la nécessité de créer un concept français qui n’existe pas… entre 1992 et 1995 on avait la structure G5, mais pas de concept. Et quid des forces qu’il y a autour et qui ont besoin elles aussi d’un concept ? Est-il raisonnable que le civilo-militaire soit confié au seul COS ? La réponse a été très claire… et je ne vise personne… mais laisser les affaires civilo-militaires au COS revenait à abandonner une partie de l’action officielle de la France pour ne la laisser qu’à… bon, des forces extrêmement entraînées… mais dont la vocation est les actions de nature spéciale. Le civilo-militaire au COS, c’était bon pour les actions spéciales, mais pas forcément pour le reste de l’armée. Si le mot est fort, il fallait remettre sous contrôle… c’est fort, j’insiste… remettre sous contrôle le COS par rapport à certaines dérives préjudiciables. Le concept en France, c’est très clair : « Il vise à favoriser l’acceptation de la force par les populations. » C’est la base, ça peut prendre différentes formes, mais lorsqu’on sort de ça, on sort du concept français. […] On est arrivé à certains excès. Au bout d’un moment, le G5 extension travaillait dans son coin… certes, il ne faut pas être naïf, ils travaillaient pour le pays. Mais bon, il y avait une méfiance grandissante entre eux et le reste de la force… il a fallu sortir de ça, ça a pris trois ans…
(Général, chef d’état-major de l’armée de terre, 2002-2006, 8 avril 2010, réf. 13)

17De son côté, le chef d’état-major des armées veut plutôt « jouer la montre » sans « fermer la porte à l’influence » :

Au CEMA, on lui a dit : « Voilà ce qu’on envisage… l’idéal, ce serait d’avoir un National Security Council à la française. » Et là, il nous a dit : « Ça, c’est difficile, parce que l’ancien CEMA particulier du président de la République y est opposé de façon très claire. » Et le précédent CEMA particulier du président de la République, c’était lui, donc il savait de quoi il parlait. Sous-entendu « je suis contre », en disant : « Le seul endroit où peut se faire une coordination interministérielle pour ces choses-là, c’est le Quai d’Orsay ». Moi, je buvais du petit-lait, parce que le Quai d’Orsay, j’en venais, et c’était effectivement ma thèse. Il fallait que ce soit le Quai d’Orsay, parce que c’est lui qui a l’argent. Pas la présidence qui a l’argent. Il n’y a qu’à se souvenir de la projection au Kosovo en 1999, ce n’est pas la présidence qui a l’argent, c’est le Gouvernement, et au Gouvernement, l’argent, en dehors du ministère des Finances, c’est le ministère des Affaires étrangères. Donc l’idée, c’est de dire la coordination ne doit pas être faite au secrétariat général de la Défense nationale [SGDN], parce que ça n’a jamais marché, parce que dès qu’on donne un travail de coordination interministérielle au SGDN, le Quai d’Orsay freine des quatre fers, donc ça ne marche pas. Donc on a quand même présenté le truc au SGDN par politesse. L’idée du général Bentégeat, c’est qu’il faut que la coordination interministérielle se fasse au niveau du Quai d’Orsay. Et donc on avait dit… enfin, le général Bentégeat avait dit : « Oui, bonne idée, mais ça ne marchera pas. Ça ne marchera pas parce que le SGDN et le Quai, euh… vont faire une guerre de tranchées et ça ne va pas déboucher. Vous avez raison, c’est ça qu’il faudrait faire, l’idéal c’est que cela se fasse au Quai d’Orsay, mais ça ne marchera pas. »
(Colonel, pilote du groupe de travail actions civilo-militaires, 2003-2004, 15 avril 2009, réf. 24)

18L’explication a posteriori de l’otanisation des ACM en CIMIC, approuvée dès 2003 et scellée en 2005, repose sur deux postulats pragmatiques : l’impossibilité d’agir seul (a fortiori avec le lancement des opérations en Afghanistan fin 2001) et le recours à un concept CIMIC suffisamment flou pour entretenir les deux options civilo-militaires. Au final, la doctrine CIMIC française de 2005 ne fait qu’ajouter la « promotion des intérêts nationaux » comme quatrième objectif. De fait, si d’un côté les militaires sont invités à se consacrer à « ce qu’ils ont toujours su faire », en l’occurrence soutenir la manœuvre militaire, de l’autre, la possibilité de mener une stratégie d’influence n’est nullement enterrée mais plutôt subordonnée à la mobilisation des autres ministères régaliens, même si les « grands chefs » semblent à l’avance convaincus que « ça ne marchera pas ». Cet arbitrage procède donc par recentrage de la fonction sur le pôle soutien aux forces, conformément aux valeurs militaires, tout en élaborant une stratégie d’interpellation politique au profit d’une meilleure coordination interministérielle. Il y a une explication a posteriori si évidente à l’entretien de la polarité du concept civilo-militaire via l’arbitrage CIMIC qu’elle est de prime abord très difficile à percevoir : permettre aux deux visions de cohabiter et de perdurer, bref, à la fonction civilo-militaire de naître « malgré tout », sous une forme bicéphale, « en attendant » la mobilisation des autres principaux ministères concernés par la « gestion » des crises internationales.

La recherche de passerelles interinstitutionnelles

19La logique non décisionnelle ayant présidé à l’adoption du compromis CIMIC ne s’explique pas uniquement par la configuration des rapports de force au sein de la Défense, a fortiori au moment de la délocalisation des échanges de coups. La dimension interministérielle autour du triptyque Défense/Affaires étrangères/Économie et Finances est cruciale. Nous étudions ici la circulation du dossier civilo-militaire au niveau politique national après que les militaires ont fait le « ménage » en évacuant les dérives des affaires civiles et en garantissant des contours conventionnels à la fonction naissante.

« Sortie de crise »

  • 7 Document mis à jour en 2008, puis en 2011. Réflexion doctrinale interarmées, Intervention en gestio (...)

20En rédigeant le document « sortie de crise7 », avec l’appui de certains conseillers du ministre de la Défense, et en le diffusant auprès des ministères des Affaires étrangères et de l’Économie, l’arbitre tente d’interpeller les centres de décision de la politique étrangère. Conformément à ses vœux de concision, ce document ne dépasse pas une quinzaine de pages, annexes comprises. Il est organisé en trois points. Si le premier (« pour une stratégie globale de gestion des crises internationales ») et le dernier point (« pour une coordination interministérielle plus efficace ») renvoient à la délocalisation des échanges de coups, le deuxième point concernant « le recentrage des militaires sur leur métier » désigne le vecteur constant de l’arbitrage. Dans un courrier daté du 19 février 2004, le chef d’état-major des armées présente le concept de « sortie de crise » au ministre de la Défense :

Document 6. Courrier du chef d’état-major des armées au ministre de la Défense sur la sortie de crise

Document 6. Courrier du chef d’état-major des armées au ministre de la Défense sur la sortie de crise

Source : Document remis à l’auteur par une source anonyme

  • 8 En qualité de « chef des armées » et « garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territ (...)

21En matière de politique étrangère, la décision est formellement localisée au sein des services de l’Élysée à la fois traditionnellement et constitutionnellement8. Pour autant, c’est surtout la pratique qui tend à en faire la « chasse gardée » de l’Élysée. Le président de la République peut réunir un conseil restreint regroupant les principaux ministres concernés, le Premier ministre et quelques hauts gradés (chef d’état-major particulier du président, chef d’état-major des armées, chef d’état-major d’une armée, commandant du COS, de la DRM…). La régularité, la forme et le fond de ces conseils dépendent largement de la pratique présidentielle. Les usages varient considérablement d’une présidence, d’un contexte, d’une zone ou d’un type d’intervention à l’autre. La coordination interministérielle proprement dite se situe au niveau du Premier ministre et en particulier de son secrétariat général, qui dispose de plusieurs outils dépendant étroitement de la contribution des différents ministères : le SGDN, le Comité interministériel de la coopération internationale et du développement (CICID), le Haut Conseil de la coopération internationale (HCCI) et le Comité interministériel de l’action humanitaire d’urgence (CIAHU). La question des relations entre l’Élysée et Matignon cristallise un certain nombre de débats. S’il s’avère que les décisions d’intervention sont sans ambiguïté du ressort de la présidence de la République, celles relevant du suivi ou de la gestion des interventions sur la durée sont beaucoup moins aisément localisables. De fait, si la plupart de nos interlocuteurs appellent de leurs vœux la mise en place d’une structure permanente de coordination auprès de Matignon, soulignant que « le président a bien d’autres choses à faire », une minorité maintient que ce dispositif n’a aucun sens s’il n’est pas rattaché au chef des armées. Nous avions déjà précisé le volontarisme politique du printemps-été 1999 qui voit la mise en place de la MIESE en pleine période de cohabitation : là où nous avons souligné une relative convergence de vues entre le Premier ministre Lionel Jospin et le président de la République Jacques Chirac sur le retour sur investissement dans le cadre des opérations multinationales au Kosovo, d’autres analyses renvoient à un cas typique d’affaiblissement de la fonction présidentielle dans le cadre du suivi des crises internationales (Bagayoko & Kovacs 2007). Le ministère des Affaires étrangères dispose de deux outils : la direction générale de la Coopération internationale et du Développement (DGCID) et la délégation à l’Action humanitaire (DAH). À travers la mise en place de la direction générale du Trésor et de la Politique économique (DGTPE) en 2004, qui reprennent notamment certaines attributions de la direction des Relations économiques extérieures (DREE) en matière d’aide à la prospection de nouveaux marchés, les fonctions du ministère de l’Économie et des Finances, surtout en termes de contrôle budgétaire, lui procurent une influence grandissante sur les processus de sortie de conflits. Enfin, au-delà de la triangulaire régalienne Affaires étrangères/Défense/Économie et Finances, d’autres ministères et leurs services spécialisés sont impliqués plus marginalement dans la mise en forme d’un dispositif de gestion de crise au milieu des années 2000 : les ministères de l’Intérieur, de la Justice, de l’Éducation nationale et de la Santé (schéma 12).

Schéma 12. Coordination interministérielle de gestion des crises internationales

Schéma 12. Coordination interministérielle de gestion des crises internationales
  • 9 Secrétaire générale de la Mission interministérielle pour l’Europe du Sud-Est, 1999-2000, 25 octobr (...)

22Le schéma précédent est conforme à la configuration des relations interministérielles au milieu des années 2000 dans le domaine de la « gestion » des crises internationales. Le positionnement du Quai d’Orsay est sans ambiguïté : le MAE revendique la responsabilité de la coordination des interventions françaises sur les théâtres de crise. C’est en ce sens que les autorités du MAE, voyant d’un mauvais œil l’émergence d’un projet civilo-militaire, avaient entériné la création de la MIESE à la demande de Matignon, « en misant » sur une présidence qui « ne ferait pas de vagues »9. Or si la MIESE a ébranlé les arcanes diplomatiques du MAE, ce n’est pas simplement parce que ses membres ont soutenu l’initiative civilo-militaire, mais plutôt parce qu’ils ont court-circuité les canaux habituels de prise de décision.

L’expérience inédite de la coordination interministérielle d’une sortie de crise par une mission ad hoc, relativement autonome, a bousculé le fonctionnement traditionnel des administrations […]. Chargé de la politique extérieure de la nation, le MAE assure traditionnellement la gestion et la coordination de la politique française dans les situations de crises. Il est également en charge de la coopération internationale de la France, dans le cadre des objectifs politiques et diplomatiques préalablement fixés. Le dispositif institutionnel, mis en place à la fin de la guerre du Kosovo, était inédit en France. C’était la première fois qu’une structure ad hoc, hors ministère, était chargée de coordonner l’effort français dans un contexte de sortie de conflit. Cette initiative du Premier ministre répondait avant tout à la volonté de mener une nouvelle forme de « diplomatie d’action », intégrant des acteurs privés dans une logique d’influence française. L’autonomie laissée à la MIESE dans ses initiatives sur le terrain fut parfois perçue au sein du MAE comme « incontrôlable ». Au-delà de la dimension politique de la MIESE, sa mise en place et les relations privilégiées qu’elle a entretenues avec les militaires et les entrepreneurs français ont parfois court-circuité les initiatives « traditionnelles » de coopération. La cellule Balkans, au sein du ministère de la Coopération, était initialement chargée de gérer l’aide française en Albanie, en Macédoine et au Kosovo. Deux initiatives se sont en fait côtoyées sans véritablement collaborer : celle de Matignon, et la continuité civilo-militaire avec une orientation essentiellement économique, et celle du cabinet du ministre délégué à la Coopération, impliquée dans les questions de financements et de mobilisation d’autres acteurs (ONG et collectivités locales). Il n’y a pas eu de réelle coordination et complémentarité entre la MIESE, la Coopération et le MAE. La MIESE et la CELLUR [cellule d’urgence] ont souligné l’aspect peu opérationnel et peu coopératif du Quai d’Orsay dans le contexte de post-conflit du Kosovo. […] Ces deux structures ont cependant salué le soutien de la Défense et des militaires français sur le terrain, qui ont accompagné leurs interventions au Kosovo. De son côté, le MAE a pointé du doigt le caractère désordonné et incohérent des initiatives menées sur le terrain.
(Rapport annuel du HCCI, 2005 : 72)

  • 10 Voir annexe no 5, « Courrier du président de la Mission interministérielle pour l’Europe du Sud-Est (...)
  • 11 « Ses diplomates n’ont pas toujours compris que seule l’action opérationnelle est capable de relaye (...)
  • 12 Sylvain Cypel, « La réforme ! La réforme ! », Le Monde, le 25 avril 2001 ; Id., « La disparition de (...)

23La fin précoce de la MIESE et les tentatives peu concluantes de mise en œuvre d’une organisation interministérielle permanente au SGDN et à l’Agence française de développement (AFD) forment autant d’exemples concrets des logiques de « plates-bandes » qui freinent considérablement la mise en place d’un dispositif intégré au niveau des ministères régaliens. À l’été 2000, soit un an après sa constitution, les services du Premier ministre demandent au président de la MIESE de suggérer des pistes concernant la mise en place d’un dispositif interministériel permanent. Dans un courrier adressé au Premier ministre Lionel Jospin le 16 octobre 2000, et après avoir pointé trois problèmes prioritaires (le placement des experts, les crédits bilatéraux et l’anticipation des situations de crise), le président de la MIESE critique très directement la mauvaise volonté du MAE : lourdeur bureaucratique, procédures inadaptées à l’urgence, concurrence entre départements et, plus largement, attitude réfractaire10. Cette position est alors relayée par un certain nombre d’acteurs à différents niveaux : Bernard Kouchner en qualité de président de la MINUK, Robert Gaïa au nom de la représentation nationale et Marc Défourneaux, plume attitrée des lobbyistes des forces spéciales11. Même dans la presse généraliste, l’inertie du MAE est alors soulignée. S’appuyant sur des témoignages internes, la série d’articles publiée par Sylvain Cypel dans Le Monde en avril 2001 a suscité beaucoup de remous12. À l’issue du mandat de la MIESE, le rapport – qui a depuis complètement « disparu » des administrations – constitue sans aucun doute l’un des documents les plus élogieux sur l’initiative civilo-militaire. En ce sens, la MIESE, à partir notamment des réseaux forgés au sein de la cellule d’urgence du service de l’Action humanitaire (SAH, futur DAH) dès le milieu des années 1980, est devenue le principal soutien non militaire du projet civilo-militaire dans la mesure où ses conclusions orientent en partie la séquence d’arbitrage non décisionnel. En sabordant sa propre mission, le président de la MIESE (réf. 33) est l’acteur politique qui a le plus aidé à la formalisation du projet civilo-militaire en soutenant la position du ministère de la Défense face aux Affaires étrangères. Il est perçu par les promoteurs du projet civilo-militaire comme un allié : il leur fournit un argumentaire clé en main pour sensibiliser le niveau politique. Encore une fois, cet argumentaire est d’autant plus efficace qu’il ne repose pas sur une base militaire.

Des alliés improbables : les urgentistes du MAE

24Pour expliquer comment les spécialistes de l’humanitaire d’urgence du MAE sont devenus les alliés du projet civilo-militaire au Kosovo, encore faut-il pouvoir rendre compte de leur trajectoire et de leurs ressources. On constate d’abord que les acteurs ayant constitué et gravité autour de la MIESE proviennent de la cellule d’urgence du service à l’Action humanitaire (SAH) du MAE créée en avril 1985. Jean-Maurice Ripert, la secrétaire générale de la MIESE (réf. 34) et le directeur opérationnel de la cellule d’urgence (réf. 35) ont œuvré au sein du SAH, dirigé à partir de 1988 par Bernard Kouchner. Si l’on ajoute Jean-Louis Machuron, alors directeur adjoint de la cellule d’urgence, on obtient les cinq acteurs issus du MAE ayant formé l’interface non militaire la plus active avec les officiers civilo-militaires. Après avoir intégré le MAE en 1973 et passé le concours interne avec succès en 1979, la future directrice exécutive de la cellule d’urgence et secrétaire générale de la MIESE (réf. 34) démarre sa carrière en se spécialisant dans deux domaines marginaux à l’époque. En premier lieu, la promotion des droits de l’homme : de 1984 à 1986 en tant que chargée de mission au MAE, puis de 1986 à 1988 à la présidence de la République. Parallèlement, elle se spécialise dans la création de structures ad hoc liées à l’humanitaire d’urgence. En 1985, elle contribue à recréer la cellule d’urgence du MAE.

La cellule d’urgence, c’est pareil… ça n’intéresse pas le Quai d’Orsay, tout ce qu’ils voyaient c’est… bon, je suis quelqu’un qui travaille, ça, c’est assez reconnu, et qu’il fallait quelqu’un d’un peu solide… finalement, c’est des sujets qui… moi, je me suis toujours occupée de sujets qui n’intéressaient pas le Quai d’Orsay. Pas parce que c’est des sujets que j’ai choisis, mais parce que ça n’intéressait pas, et moi, ça m’intéressait, à chaque fois…
– Vous n’avez jamais eu de concurrences internes sur ces sujets-là au MAE ?
Ah non, non, personne… là-dessus, il n’y avait personne à l’époque…
(Secrétaire générale de la Mission interministérielle pour l’Europe du Sud-Est, 1999-2000, 25 octobre 2009, réf. 34)

  • 13 En 1979, suite à l’opération « Un bateau pour le Vietnam », le groupe des Biafrais, pionniers de MS (...)

25En 1975, en revenant d’un voyage au Liban avec des amis étudiants, le futur directeur opérationnel de la cellule d’urgence (réf. 35) se porte volontaire pour y retourner avec Médecins sans frontières (MSF), qui refuse, précisant qu’il est trop jeune car n’étant qu’en quatrième année de médecine. Trois ans plus tard, en 1978, après avoir créé l’antenne de MSF à Dijon « avec quelques amis de la fac », il est envoyé à Tyr, au Liban, pour s’occuper d’un dispensaire. À son retour en 1979, au moment de la scission du monde humanitaire, il prend le parti de Bernard Kouchner avant que les deux hommes ne se séparent de nouveau13. En 1980, Bernard Kouchner crée donc Médecins du monde (MDM) tandis que le futur directeur opérationnel de la cellule d’urgence met en œuvre Aide médicale internationale (AMI). L’association s’est depuis spécialisée dans les terrains difficiles d’accès (Afghanistan, Birmanie, République centrafricaine, Haïti…). C’est seulement en mai 1988 qu’il rejoint Bernard Kouchner au SAH suite à la réélection de François Mitterrand. L’histoire de la cellule d’urgence est rocambolesque, en particulier pour ce qui touche à son rattachement ou à sa mise à disposition au sein du MAE. Nos deux urgentistes vont d’abord l’un contre l’autre, puis l’un avec l’autre faire l’expérience des pesanteurs bureaucratiques dès les années 1980. Issu du mouvement associatif avec un profil de « baroudeur », c’est le directeur (réf. 35) qui manifeste le plus d’agacement.

Cette cellule d’urgence, il faut voir ce que c’était… un vieux bâtiment en préfabriqué sans toilettes, rue Monsieur, ex-ministère de la Coopération… j’ai d’ailleurs réussi à le faire dire à Bernard [Kouchner] devant l’Assemblée nationale… (Rires.) Il y avait trois agents. Il y avait Rosa, il y avait Valérie et une secrétaire très gentille. Voilà le service d’urgence de l’État français… ridicule… donc on demande, non pas une mise à disposition, mais un rattachement de la cellule au ministère, au SAH. […] À un moment, Bernard me dit, à propos de la succession de l’ancien directeur de la cellule d’urgence qui avait été cité dans une affaire bizarre : « On t’impose ». J’ai dit d’accord. Et donc, en interministériel, on a demandé le rattachement de la cellule d’urgence et ma nomination. Mais on n’a jamais rien vu venir…
– Que s’est-il passé ?
Moi, ensuite, je n’ai pas arrêté de me fritter avec le directeur de cabinet, un énarque que Bernard a dû prendre, il n’y connaissait rien et on lui a dit de faire comme ça… et donc je disais à Bernard : « Ne t’encarte pas [au Parti socialiste], tu fais partie de la société civile. » Et deuxième point de conflit avec ce directeur de cabinet, on avait demandé le rattachement de la cellule d’urgence. Et lui ne voulait pas se mettre à dos le Quai d’Orsay… alors qu’on était rattaché à Matignon… Et, devant Bernard, je lui ai dit que même Rocard [Premier ministre] était d’accord pour ce rattachement. Bernard ne comprenait rien entre la différence entre une mise à disposition et un rattachement. Donc, au final, il n’y aura pas de rattachement… […] Donc, on est mis à disposition du SAH mais pas rattaché. Il était sous double tutelle, Affaires étrangères et Coopération, et on fonctionnait plus volontiers avec les contrôleurs financiers de la Coopération, parce qu’ils savaient ce que c’était que la coopération, l’urgence.
(Directeur opérationnel de la cellule d’urgence du ministère des Affaires étrangères, 1998-2002, 15 décembre 2009, réf. 35)

26L’enjeu pour les membres de la cellule d’urgence à la fin des années 1980 est donc de se rapprocher des coopérants au sein du MAE. Ces logiques de rattachement institutionnel franchissent un cap : il ne s’agit plus de se « battre » pour obtenir le rattachement souhaité, il s’agit de ne pas se faire « tuer » par les collègues nommés à cette fin :

Je suis donc nommé comme directeur opérationnel et on me refile dans les pattes une directrice financière qui se nomme [réf. 34] et qui était là pour me tuer… donc les choses n’avancent pas du tout…
– Vous me dites : « [réf. 34] a été nommée pour me tuer. » Alors pourquoi ne l’a-t-elle pas fait ? Il semble que cela se soit plutôt bien passé entre vous…
Ah non, non, on s’est foutu sur la gueule…
– Au Kosovo, ça semble fonctionner plutôt bien…
Ah non, mais ça, c’est plus tard… au départ, on se met sur la gueule… elle dit A, je dis B…
– Mais par rapport aux arcanes diplomatiques du MAE, il semble qu’elle vous ressemble un peu…
Oui, ça c’est sûr… mais à l’époque, je ne le sais pas, si vous voulez… mon réflexe, c’est de ne pas la laisser me tuer… [réf. 34] au bout d’un certain temps reconnaît la pertinence des missions montées qui prennent de l’ampleur et puis un jour on en arrive à discuter… l’objectif n’est plus de se tuer, on travaille ensemble… mais c’est le fait que les opérations marchent, que l’on soit créatifs et imaginatifs, que l’impossible n’existe pas… on fait d’abord, on trouve le fric après… donc, pendant deux, trois mois, on s’est opposés, et puis au bout de six mois, quand on a vu quelques succès comme en Arménie, on s’est dit que tout ça était ridicule… et que nos adversaires étaient plutôt au Quai d’Orsay… c’est ça qui va nous rapprocher. Et puis [réf. 34] avait une conception de l’administration plus profonde que moi, j’imaginais les opérations et c’est elle qui se démerdait avec les appels d’offres, les contrôleurs financiers… elle avait pas mal de complices au Quai d’Orsay… et plus tard, quand ils ont attaqué la cellule d’urgence, on l’a défendue tous les deux, bec et ongles, jusqu’au bout. Donc c’est une amie.
(Directeur opérationnel de la cellule d’urgence du ministère des Affaires étrangères, 1998-2002, 15 décembre 2009, réf. 35)

27De son côté, la directrice financière confirme :

Pour la cellule d’urgence, Bernard Kouchner choisit [réf. 35] et le MAE me choisit car il ne faisait pas confiance dans les choix de Bernard… et on me dit : « Tu es là pour emmerder, enfin pour coincer, enfin pour être sûr qu’il ne fasse pas n’importe quoi, en gros ». […] Donc voilà, quand Bernard nomme [réf. 35] à la cellule d’urgence, le Quai d’Orsay dit : « On n'acceptera cette nomination que s’il y a un codirecteur. »
– Parce qu’on ne fait pas confiance dans les choix de Bernard Kouchner ?
On ne fait pas confiance à Bernard Kouchner…
– Pourquoi ?
Parce que c’est une ONG… quand je vous dis ça, c’est que c’est vrai et vérifiable. À l’époque, au Quai, on me dit : « Comment tu peux t’occuper des ONG, ce sont tous des agents de l’Union soviétique. »
(Secrétaire générale de la Mission interministérielle pour l’Europe du Sud-Est, 1999-2000, 25 octobre 2009, réf. 34)

  • 14 « C’est le pouvoir dit du “marginal-sécant”, c’est-à-dire d’un acteur qui est partie prenante dans (...)

28En tant que haut fonctionnaire marginalisé par les secteurs les plus traditionnels du MAE, la position de la directrice financière est ambivalente. En empruntant à Michel Crozier et Erhard Friedberg l’idéaltype du marginal-sécant, on pourrait dire que le « pouvoir » des membres de la cellule d’urgence au sein du MAE tient au fait qu’ils ont le monopole de la gestion des relations de leur institution avec une partie de son environnement organisationnel (armées, ONG, sécurité civile…)14. À mesure que ce monopole se renforce, d’un côté, ils suscitent la méfiance de leur institution et des acteurs des secteurs avec lesquels ils sont en liaison (pour qui le multipositionnement peut induire un manque de lisibilité ou d’« honnêteté ») et, de l’autre, ils augmentent leur « pouvoir » au sein de leur institution.

– Vous avez très tôt développé le sens du contact, notamment avec les humanitaires, mais aussi les militaires. Est-ce qu’il s’agit d’une qualité que l’on vous reconnaissait déjà à l’époque ?
Enfin, c’est un fait, je ne sais pas si c’est une qualité, parce que le Quai considère ça comme un problème… mais c’est un fait que j’ai un énorme contact avec les ONG, encore aujourd’hui d’ailleurs, il y avait les militaires aussi, parce que quand j’ai pris la cellule d’urgence, j’avais l’habitude de travailler avec eux et, pour parler vulgairement, je ne leur avais jamais fait d’enfant dans le dos, y compris sur les remboursements du Quai. Ça, ça a été pour eux une preuve de loyauté, et, comme je sais que c’est une administration où la mémoire ne se perd pas, par ailleurs, quand il y avait des sujets importants, je les ai toujours fait venir… je pense aux crises d’Afghanistan en 1997-1998, avec l’entrée des Talibans à Kaboul, on faisait sortir les ONG, je me souviens parfaitement, à une réunion, avoir fait venir des membres de la Défense, parce que cela paraissait évident, et je me suis fait engueuler… engueuler par le Quai d’Orsay. Pour moi, l’interministériel est quelque chose d’important et d’utile et je fonctionne dans l’interministérialité, je ne sais pas faire autrement. Il ne faut pas oublier que j’ai fait un long passage à l’Élysée, et quand je travaille pour le Quai d’Orsay, je travaille pour la France, je ne travaille pas pour le Quai d’Orsay… enfin, je travaille pour le Quai d’Orsay, mais si c’est l’intérêt du Quai contre l’intérêt de la France, il n’y a pas photo pour moi. Et c’est peut-être là où je diffère de mes collègues…
– Est-ce que, finalement, vous n’êtes pas autant appréciée par les officiers supérieurs parce que vous avez cette autocritique sur le MAE ?
Oui.
– On peut prendre appui sur une diplomate qui en plus sait taper sur sa propre maison quand il le faut ?
Non, ce n’est pas une question de « taper », je n’aime pas « taper » sur mon ministère, ça me rend malheureuse… le sujet, c’est… Je n’essaie pas de dire X est plus beau qu’Y. Ça ne m’intéresse pas… je suis une grande joueuse de bridge, et en travaillant, je fonctionne pareil. J’essaie d’étudier le maximum de paramètres et d’hypothèses possibles avant de décider la carte que je vais abattre. Mais bon, ceci dit, c’est vrai que toujours avant de dire « les militaires ont raison » ou « le Quai d’Orsay devrait changer sa position », je vais d’abord voir le Quai d’Orsay en disant « on fait fausse route ».
(Secrétaire générale de la Mission interministérielle pour l’Europe du Sud-Est, 1999-2000, 25 octobre 2009, réf. 34)

29Elle considère a posteriori qu’elle « a pu s’aménager un petit espace de liberté ». Si ces marginaux-sécants sont freinés et non pas complètement court-circuités par leur institution, c’est précisément que les membres de cette dernière ne peuvent se passer d’eux et leur reconnaissent une certaine compétence, certes périphérique mais indispensable :

– Comment concilier ces deux pôles… la diplomatie traditionnelle et l’humanitaire d’urgence ?
Mais j’ai mon petit espace de liberté, maintenant…
– Que vous vous êtes aménagé…
– A posteriori oui, mais je ne l’ai pas vu comme ça sur le moment. En réalité c’est ce qui s’est passé.
– Mais comment avez-vous fait ?
À la longue, c’est devenu un espace. Mais bon… moi, j’avais l’impression de répondre à une mission que l’on me confiait, mais ce n’était pas ça. Parce que la mission, elle y était… enfin, elle y était mais c’étaient des choses qui n’intéressaient pas. C’est-à-dire qu’au Quai d’Orsay, il vaut mieux avoir un fauteuil bien confortable qui est en vue. C’est-à-dire qu’une fille ou qu’un type qui fait du papier, qui écrit tous les jours sur euh… les institutions européennes, c’est sûr qu’il fera une plus grande carrière professionnelle que moi qui ai traité des sujets comme ça. Ça, c’est clair. Ensuite, personne n’a jamais questionné le fait que je fonctionne comme je fonctionne au sein du Quai d’Orsay. Tout le monde sait que je ne fais pas ça par intérêt personnel, mais plutôt pour la grandeur de la France, ça, ils le reconnaissent volontiers. Donc on m’a laissé une certaine latitude je dois dire et je les en remercie parce que ce n’est pas forcément évident.
(Secrétaire générale de la Mission interministérielle pour l’Europe du Sud-Est, 1999-2000, 25 octobre 2009, réf. 34)

30On constate que ces acteurs développent entre eux une solidarité défensive qui se densifie. Comme l’indique le directeur opérationnel de la cellule d’urgence : « Nos adversaires étaient plutôt au Quai d’Orsay… c’est ça qui va nous rapprocher. » Au début des années 2000, ces figures fondatrices de l’humanitaire d’État quittent le MAE, insistant sur la « dégradation d’une ambiance délétère ». Les membres de la cellule sont la cible régulière de procédures d’inspection et de contrôle financier visant à condamner certains appels d’offres publics réalisés dans l’urgence entre 2000 et 2002, comme l’a déjà souligné Bernard Kouchner lors de son audition devant la représentation nationale. Pour les acteurs concernés, le MAE se « vengerait » ainsi de la « trahison » du président de la MIESE. À partir de 2002, le directeur opérationnel déplore la perte de ses « parapluies » dans le jeu institutionnel qu’il a contrecarré au moyen de certaines « transactions » avec certains officiers et notamment avec le chef d’état-major de l’armée de terre (réf. 13).

Sur cette affaire [Lors d’une visite officielle en Israël à la fin du mois de février 2000, le Premier ministre Lionel Jospin qualifie les récents attentats imputés au Hezbollah de « terroristes », il recevra des jets de pierres d'une foule en colère.], Jean-Maurice [Ripert] s’est fait doucement gicler… il a été nommé ambassadeur en Grèce et donc moi j’ai perdu mon parapluie… [réf. 34] s’est fait giclée par [Charles] Josselin [secrétaire d’État à la Coopération], j’ai perdu mon deuxième parapluie… ensuite, Bernard [Kouchner] rentre et ne pouvait rien pour nous… Jospin était comme ça, chacun dans son coin, et au MAE ça enchaîne… l’administration du Quai se déchaîne sur nous, audit sur audit… ensuite, il y a eu la tempête et puis l’Afghanistan… moi, j’ai conseillé les militaires, j’ai passé des notes en sous-main à [réf. 13]… comme on avait bien travaillé avec le COS et les ACM à Mitrovica…
(Directeur opérationnel de la cellule d’urgence du ministère des Affaires étrangères, 1998-2002, 15 décembre 2009, réf. 35)

31Au-delà de leurs liens ténus avec l’univers associatif et humanitaire, de leur position de marginal-sécant qui facilite à la fois la solidarité défensive et les transactions collusives, la principale ressource de ces acteurs est éminemment politique : elle tient à leur pleine insertion au sein des univers socialistes de la gauche mitterrandienne entre la fin des années 1970 et le début des années 1980, c’est-à-dire dès le commencement de leur carrière professionnelle. Si le directeur opérationnel est proche de Bernard Kouchner et travaille sous des gouvernements de gauche entre 1988 et 1993 et entre 1998 et 2002, la directrice financière bénéficie d’un contact privilégié avec le couple Mitterrand. Les affinités électives entre le militantisme pour les droits de l’homme et la préférence partisane socialiste ont déjà été montrées (Agrikolianski 2001). Militante proche de Danielle Mitterrand et de Jean-Louis Bianco, la directrice financière côtoyait le couple présidentiel bien avant l’arrivée de ces derniers au pouvoir, s’impliquant notamment dans la campagne présidentielle de 1981 :

– À propos de Mme Mitterrand… vous m’aviez dit que vous l’aviez rencontrée dans les années 1980…
Avant 1980.
– Donc vous la connaissiez avant que son mari n’accède à la plus haute responsabilité ?
Oui… donc disons que euh… je rencontre les Mitterrand sur un sujet culturel qui n’a rien à voir avec tout ça… en 1967 ou 1968 et puis je ne les avais pas revus après… mais je les avais rencontrés chez eux, donc c’était quand même assez privé. Et puis j’ai fait la campagne de François Mitterrand, mais je n’étais pas membre du PS…
– Vous êtes militante socialiste aujourd’hui ?
Oui, à l’époque, je ne l’étais pas… je suis une femme de gauche, ça, c’est vrai.
– Que faisiez-vous pendant cette campagne ?
Je m’occupais des Français de l’étranger et j’ai participé à la création du BFE [bureau des Français de l’étranger]
(Secrétaire générale de la Mission interministérielle pour l’Europe du Sud-Est, 1999-2000, 25 octobre 2009, réf. 34)

  • 15 Directeur opérationnel de la cellule d’urgence du ministère des Affaires étrangères, 1998-2002, 15  (...)
  • 16 Pour plus de détails, voir Sylvie O’Dy, « La promo des promus » [en ligne], L’Express.fr, le 15 jan (...)
  • 17 Vincent Laurent, « Les architectes du social-libéralisme », Le Monde diplomatique, septembre 1998 : (...)

32C’est en s’intéressant davantage au parcours du président de la MIESE (réf. 33) que l’on peut saisir l’importance des réseaux qui permettent à ces acteurs de perdurer dans un environnement institutionnel plutôt hostile. Précisons que la création de la MIESE repose sur l’impulsion de Jean-Maurice Ripert, alors conseiller diplomatique à Matignon. Il nous a d’ailleurs été rapporté le fait que ce même Jean-Maurice Ripert aurait été le principal artisan de la création du SAH quelques années plus tôt. Précisons que, sous le Gouvernement de Michel Rocard, Jean-Maurice Ripert, alors conseiller diplomatique à Matignon, est chargé de « défendre le SAH de Bernard Kouchner contre le Quai d’Orsay15 ». Ce n’est donc pas un hasard si, retrouvant son poste de conseiller diplomatique du Premier ministre en 1997, Jean-Maurice Ripert contribue à renommer le directeur de la cellule d’urgence, puis la secrétaire générale et le président de la MIESE. La cooptation de réseaux sociaux préalablement constitués fonctionne aussi dans l’univers de la diplomatie et de la haute fonction publique. Au sein du MAE, Jean-Maurice Ripert est considéré par les acteurs de l’humanitaire d’État comme l’un des seuls « purs diplomates » qui a aidé à la formalisation de la gestion de crise. Il est issu de la promotion Voltaire (1980) de l’École nationale d’administration (ENA) avec, entre autres ténors du Parti socialiste, Ségolène Royal, Michel Sapin et François Hollande, avec qui il aurait fondé quelques années plus tôt le syndicat Unef-Renouveau à Sciences Po Paris16. Ancien président-directeur général du groupe Saint-Gobain (1961-1986), directeur de l’ENA (1986-1988), ministre de l’Industrie du Gouvernement Michel Rocard (1988-1991) au même moment que Bernard Kouchner au SAH, le parcours professionnel du président de la MIESE (réf. 33), témoignant d’une connaissance du fonctionnement des milieux publics et privés, est sans doute l’une des clés de sa nomination. Il est à la même époque président de la Fondation Saint-Simon. Entre think tank à l’américaine et club à la française, les objectifs de la Fondation Saint-Simon sont multiples : dresser un pont entre l’univers des entreprises et de la politique au moment de la « grande peur » de l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981 et marquer l’indissociabilité de la démocratie et de l’économie de marché. Les contributeurs sont privés : Suez, Publicis, la Sema, le Crédit local de France, la banque Wormser, Saint-Gobain, BSN Gervais-Danone, MK2 Productions, Cap Gemini Sogeti17. De fait, ces réseaux mitterrandiens touchent aussi le monde de l’industrie, la Fondation Saint-Simon comptant, indépendamment du conseil d’administration (Jean-Claude Casanova, Alain Minc, Jean Peyrelevade, Pierre Rosanvallon), un certain nombre de chefs d’entreprise, de journalistes et un acteur humanitaire alors très en vue, Bernard Kouchner. Les urgentistes du MAE sont reliés depuis les années 1980 à des réseaux d’affinités électives, associatifs, militants et industriels au plus haut niveau politique.

Notes

1 « Dans les systèmes humains que nous appelons systèmes d’action concrets, la régulation ne s’opère, en fait, ni par asservissement à un organe régulateur, ni par l’exercice d’une contrainte même inconsciente, ni non plus par des mécanismes automatiques d’ajustement mutuel, elle s’opère par des mécanismes de jeux à travers lesquels les calculs rationnels “stratégiques” des acteurs se trouvent intégrés en fonction d’un modèle structuré. Ce ne sont pas les hommes qui sont régulés et structurés, mais les jeux qui leur sont offerts. À la limite, un système d’action concret n’est qu’un ensemble de jeux structurés. […] Nous pouvons donc définir finalement un système d’action concret comme un ensemble humain structuré qui coordonne les actions de ses participants par des mécanismes de jeux relativement stables et qui maintient sa structure, c’est-à-dire la stabilité de ses jeux et les rapports entre ceux-ci, par des mécanismes de régulation qui constituent d’autres jeux » (Crozier & Friedberg 1981 : 284-286).

2 Concept interarmées d’actions civilo-militaires, no 227/DEF/EMA/EMP.1/NP, 18 mars 2002.

3 Voir, dans la bibliographie, section « Presse militaire », ses publications dans le journal Objectif Défense.

4 « Si on m’avait envoyé quelqu’un d’un peu plus habile ou intellectuel, je n’aurais pas dit non. Pourtant, sans la ténacité du lieutenant-colonel [réf. 25], quoiqu’on en dise, il n’y a pas de concept » (général, chef d’état-major de l’armée de terre, 2002-2006, 8 avril 2010, réf. 13).

5 « Attention, j’avais des ordres du CEMA, quand même : “Le COS enverra tant de personnels…” On s’est donné nos propres directives, mais en fonction des ordres du CEMA » (commissaire général, chef du bureau affaires civiles, 1998-2000, 8 juillet 2009, réf. 1).

6 Concept et doctrine interarmées de la coopération civilo-militaire, no 262/DEF/EMA/EMP.1/NP, 3 mars 2005.

7 Document mis à jour en 2008, puis en 2011. Réflexion doctrinale interarmées, Intervention en gestion de crise (GdC), RDIA-2011/002, no 033/DEF/CICDE/NP, deuxième édition du 21 mars 2011.

8 En qualité de « chef des armées » et « garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire, du respect des traités », selon les articles 15 et 5 de la Constitution de la Ve République.

9 Secrétaire générale de la Mission interministérielle pour l’Europe du Sud-Est, 1999-2000, 25 octobre 2009, réf. 34.

10 Voir annexe no 5, « Courrier du président de la Mission interministérielle pour l’Europe du Sud-Est au Premier ministre ».

11 « Ses diplomates n’ont pas toujours compris que seule l’action opérationnelle est capable de relayer l’influence française car les problèmes se traitent au niveau opérationnel et la France ne peut être uniquement présente au Conseil de sécurité de l’ONU. Cette incapacité à raisonner en termes opérationnels les conduit à traiter les ACM avec condescendance, voire mépris » (Défourneaux 2000* : 56-57).

12 Sylvain Cypel, « La réforme ! La réforme ! », Le Monde, le 25 avril 2001 ; Id., « La disparition de la “Coopé” », Le Monde, le 26 avril 2001 ; Id., « Tout changer pour ne rien changer ? », Le Monde, le 27 avril 2001.

13 En 1979, suite à l’opération « Un bateau pour le Vietnam », le groupe des Biafrais, pionniers de MSF, se divise entre les partisans de cette mission (Bernard Kouchner) et ceux qui la jugent trop médiatique ou racoleuse.

14 « C’est le pouvoir dit du “marginal-sécant”, c’est-à-dire d’un acteur qui est partie prenante dans plusieurs systèmes d’action en relation les uns avec les autres et qui peut, de ce fait, jouer le rôle indispensable d’intermédiaire et d’interprète entre des logiques d’action différentes, voire contradictoires » (Crozier & Friedberg 1981 : 86).

15 Directeur opérationnel de la cellule d’urgence du ministère des Affaires étrangères, 1998-2002, 15 décembre 2009, réf. 35.

16 Pour plus de détails, voir Sylvie O’Dy, « La promo des promus » [en ligne], L’Express.fr, le 15 janvier 1998, disponible sur <http://www.lexpress.fr/informations/la-promo-des-promus_626677.html> [consulté le 28/12/2015].

17 Vincent Laurent, « Les architectes du social-libéralisme », Le Monde diplomatique, septembre 1998 : 26-27.

Table des illustrations

Titre Schéma 11. La triangulaire civilo-militaire
Légende Légende :1. Émission des mandats et des directives• Chef d’état-major des armées (CEMA) : Plus haute autorité militaire, le CEMA, nommé par le président de la République, joue le rôle d’interface entre les logiques politiques et stratégiques. Il ordonne la conception, signe les directives civilo-militaires et peut activer directement le COS.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/12255/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Titre Document 5. Note sur la réorganisation du groupe de travail
Crédits Source : Document remis à l’auteur par une source anonyme
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/12255/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 747k
Titre Document 6. Courrier du chef d’état-major des armées au ministre de la Défense sur la sortie de crise
Crédits Source : Document remis à l’auteur par une source anonyme
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/12255/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 869k
Titre Schéma 12. Coordination interministérielle de gestion des crises internationales
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/12255/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 361k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site