Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La transformation des armées

 | 
Grégory Daho

Première partie. La genèse du projet (1989-1994)

Chapitre 2. Une innovation humanitaire des chefs de l’armée de terre

Texte intégral

Les contraintes du maintien de la paix

  • 1 Certains auteurs ont déjà signalé l’existence de visions concurrentes du civilo-militaire (Braem 20 (...)

1Les opérations multinationales de maintien de la paix entre 1989 et 1992, au Liban, au Kurdistan irakien, au Cambodge, en Somalie et, pour ce qui nous intéresse plus directement ici, en Bosnie-Herzégovine, deviennent progressivement la norme des formes d’intervention militaire au cours des années 1990. Tout autant qu'en raison de la frustration économique de retour du Golfe, c’est à la faveur de cette participation française croissante au renouvellement de l’interventionnisme qu’émerge le civilo-militaire. Au moment de l’importation du modèle américain par les officiers des forces spéciales, on observe déjà des usages différents de la part de ceux de l’armée de terre. Là où les premiers envisagent les affaires civiles comme un levier économique et politique basé sur l’anticipation de l’après-crise, les seconds, à travers une pratique très « humanitaire », utilisent le civilo-militaire comme un instrument de coordination avec les organisations internationales (OI) et les ONG. Par opposition au modèle affaires civiles « extensif », on peut dire que les unités de l’armée de terre en font un usage « militaro-centré » ou restrictif1 : il s’agit d’appuyer la manœuvre militaire en favorisant l’acceptation de la force dans son environnement.

La multinationalisation et l’ambiguïté de l’action collective

2Le multilatéralisme, c’est-à-dire le choix du recours à l’action collective par différents États, n’est pas un phénomène réductible à la post-bipolarité. Ce qui change théoriquement depuis la fin de la guerre froide, c’est que les missions tendent à conditionner désormais les coalitions et non plus l’inverse. Le système international non bipolaire favoriserait la flexibilité des alliances (Kaplan 1957 ; Waltz 1979). L’effondrement du pacte de Varsovie, les débats sur place de la défense européenne à l’intérieur ou aux côtés de l’OTAN, le renforcement des groupements régionaux sont des phénomènes qui traduisent une certaine fluidité dans la recomposition des alliances. Au moment du vote du Conseil de sécurité pour l’intervention en Bosnie-Herzégovine, le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’Union de l’Europe occidentale (UEO) accouche à Bonn le 19 juin 1992 de la déclaration de Petersberg qui élargit les compétences de la défense européenne aux missions humanitaires et à la gestion des crises. Cette activité diplomatique française pour le renforcement des capacités militaires multilatérales entraîne une implication accrue dans les opérations menées, et inversement, puisque la participation des organisations militaires aux opérations de maintien de la paix, dont la France est à cette époque la principale contributrice, incite les autorités à peser davantage sur les processus décisionnels. Indépendamment des visées tactiques de l’activisme multilatéral français vis-à-vis de l’hégémon américain, et surtout du constat hérité du Golfe de l’incapacité à agir seul, on peut comprendre les avantages que le recours au multilatéralisme procure : le partage des coûts et des risques matériels et symboliques de l’intervention, la division du travail en fonction des capacités propres à chaque contingent national, les gains de légitimité tirés des mandats internationaux, les transferts de compétences et d’expérience entre alliés. La notion d’interopérabilité est la transposition en langage militaire de la multinationalisation : elle désigne la capacité de la composante nationale d’une force déployée à agir dans un cadre multilatéral, c’est-à-dire avec un commandement et des moyens multinationaux intégrés. Avec l’interarmisation, l’interopérabilité est le second pendant de la première vague de réformes de la défense en 1992.

3Le poids croissant des institutions dispensatrices de mandats agit toutefois comme une contrainte sur l’emploi des forces armées, car il nécessite tout un travail de concertation en amont, des efforts de qualification et d’insertion du personnel déployé et une recomposition des chaînes décisionnelles. Au-delà de l’apprentissage de l’anglais aux normes OTAN, on observe une forte tendance à la revalorisation des enseignements en droit international visant à sensibiliser les futurs officiers aux cadres juridiques des interventions. À ces contraintes, il faut associer plus globalement les nombreux aspects ambigus des relations multilatérales, qui n’annihilent pas, bien au contraire, les concurrences interétatiques. Au-delà des heurts diplomatiques et des intérêts contradictoires entre puissances intervenantes dans la préparation et le déroulement de l’intervention, cette concurrence est surtout exacerbée par la perspective du positionnement de chaque État au regard des possibilités d’implantation. Or, les enjeux concurrentiels à l’intérieur des alliances vis-à-vis des perspectives de l’après-crise sont nombreux et variés : diplomatiques (contrôle des ressources, encadrement administratif, influence directe ou indirecte auprès de l’État récipiendaire…), stratégiques et militaires (gestion territoriale des zones de responsabilité, implantation durable de bases militaires, contrôle des aéroports et de l’espace aérien, des ports et de l’espace maritime…), économiques (accès aux circuits financiers internationaux et parts des marchés de la reconstruction), communicationnels (euphémisation de la présence armée, collaboration avec les ONG et les médias…), culturels (influence linguistique, lycées, réseaux universitaires, centres culturels…) et juridiques (droit anglo-saxon contre droit romain, code des marchés publics, règles de fonctionnement des institutions…). Cette logique concurrentielle est encore accentuée par le découpage territorial en zones sous le contrôle national de différents contingents multinationaux. Ainsi, chaque contingent national est avant tout concentré sur sa zone de responsabilité, ce qui entraîne une parcellisation des tâches et favorise des pratiques différentes. La logique de contrôle territorial et le principe même d’interposition entre les lignes ennemies favorisent l’expansion d’une mosaïque d’arrangements entre les contingents nationaux et les populations, certes rationnels localement, mais entretenant les dynamiques participant à l’éclatement du territoire yougoslave.

4L’ambiguïté du contexte multinational qui fait des partenaires de l’intervention des concurrents de la reconstruction est encore accentuée par la densité, l’opacité et l’enchevêtrement des acteurs institutionnels et informels, publics et privés, locaux et internationaux impliqués à différents niveaux dans la fabrication de la paix en Bosnie-Herzégovine. Pour décrire ce foisonnement d’acteurs avec lesquels les militaires sont en interaction, les officiers recourent à une expression consacrée : la « complexité de gestion des crises ». Cette « complexité » est avant tout liée à la multiplicité des intervenants. Non seulement faut-il les repérer et les connaître, mais surtout mesurer leurs intérêts divergents voire contradictoires et analyser leur fonctionnement à partir de logiques sectorielles différentes. La difficulté pour tout officier consiste à situer son action : avec le système des mandats, il faut distinguer, notamment à partir de 1995, le mandataire politique (ONU) du mandataire militaire (OTAN), reconnaître la multitude d’agences spécialisées qui leur sont plus ou moins rattachées (Haut Commissariat aux réfugiés, Fonds des Nations unies pour l’enfance, Programme alimentaire mondial…), labelliser les ONG plus ou moins fiables, si possible nationales, monter des dossiers de financement auprès des bailleurs de fonds internationaux et en particulier européens, s’appuyer sur les entreprises nationales et locales pour faire exécuter des travaux de reconstruction. Chaque rapprochement avec un type d’acteur nécessite d’importantes vérifications en amont et, au moins pour les projets les plus ambitieux, la validation par les circuits décisionnels classiques, le tout dans un cadre concurrentiel, c’est-à-dire face à d’autres contingents nationaux qui cherchent aussi à tisser de telles relations. Par métaphore, on pourrait dire que le civilo-militaire répond à un besoin opérationnel d’ordre « cartographique » : il est la « boussole » dans le « brouillard de la paix » (Rotermund 1999). Par opposition à la formule classique en stratégie militaire de « brouillard de la guerre », cette notion renvoie non seulement au foisonnement des interactions sur un théâtre d’intervention, mais aussi et surtout à la prudence dont doivent faire preuve les organisations militaires dans leur insertion locale. Le « besoin » civilo-militaire consiste non seulement à délier la complexité de l’environnement de la mission au profit des organisations militaires, mais aussi à favoriser l’acceptation et l’intégration de la force dans cet environnement.

La juridicisation et l’inhibition de la force

  • 2 Selon l’expression d’un chef de poste (Thiéblemont 2001 : 137).
  • 3 « Le dilemme va être résolu, du moins initialement, par un dispositif en écran : les Casques bleus (...)

5La juridicisation des interventions multinationales semble être le corollaire du recours aux mandats internationaux. Elle se traduit pour les unités projetées par tout un corpus de « règles d’engagement » dont la finalité est d’encadrer l’usage de la force ou, en langage militaire, les conditions d’« ouverture du feu ». Pour chacune de ces règles, il existe différentes options autorisant sous certaines conditions l’emploi de la force. André Thiéblemont cite quelques-unes de ces règles, considérées comme le carcan juridique des forces, à partir de la directive permanente no 13 du commandant de la FORPRONU du 24 mars 1992 (Thiéblemont 2001). Face à des « intentions hostiles sans utilisation d’armes à feu », les réponses de la règle no 3 vont du retrait pour « préserver ses propres forces » jusqu’au déploiement de forces avec menace d’utilisation des armes. En cas, cette fois-ci, d’« action hostile avec emploi des armes », la règle no 4 autorise des coups de semonce en réponse. Enfin, la règle no 5 stipule qu'« en cas de légitime défense », la riposte est possible « sans sommations ». Dans tous les cas de figure, l’usage de la force doit être proportionné à la nature de la menace et surtout les unités doivent être capables de différencier les « tirs d’intimidation » des « tirs à tuer ». Ces contraintes juridiques ont des conséquences concrètes sur l’organisation des unités et sur les dispositions « morales » des soldats. Sous le feu, il faut être capable de discerner les intentions du tireur. L’amoncellement de ces contraintes juridiques a conduit à une « castration de la force2 ». L’interprétation restrictive de ces règles et la logique de l’interposition humanitaire engendrent la mise en place d’un dispositif « a-tactique », c’est-à-dire ne respectant pas les principes militaires de base. Les unités de la FORPRONU sont réduites à une posture défensive, de réaction à des attitudes identifiées et repérées. Autrement dit, la défense en profondeur de ces unités, c’est-à-dire leur capacité à prévenir le passage de l’« intention » à l’« action hostile » est largement oblitérée. Les unités n’ont pas d’autre moyen que d’attendre l’agression pour pouvoir la constater, la localiser et y répondre. Enfin, l’imbrication des unités de l’ONU entre ennemis, avec une ligne de front mouvante, réduit considérablement leur liberté d’action. On serait tenté de préciser que la liberté d’action est toujours relative, mais l’on doit surtout garder en tête à quel point ce principe est essentiel pour tout militaire. Plutôt que de prendre le risque d’adapter les règles d’engagement aux impératifs tactiques des situations dans lesquelles ils sont plongés, ce que le corpus les invite d’ailleurs à faire, certains chefs vont à l’inverse soumettre leur organisation de travail aux cadres juridiques, au mépris des principes militaires. Certaines « aberrations tactiques » sont donc peut-être moins le résultat des règles d’engagement en soi que de leur interprétation restrictive chez les militaires français3.

  • 4 Après les frappes aériennes de l’OTAN sur Pale, les forces serbes prennent en otage des Casques ble (...)

6À différents égards, l’implication française dans la résolution du conflit en Bosnie-Herzégovine ne ressemble en rien aux expériences précédentes. C’est à Sarajevo que se forge l’image du « Casque bleu ». Cette figure antinomique du « soldat de la paix » cristallise tout au long des années 1990 l’essentiel des critiques concernant l’impuissance des militaires en situation d’interposition dans les opérations de maintien de la paix. C’est ainsi qu’émergent un certain nombre de symptômes du Casque bleu. D’abord, l’ouverture du feu est dramatisée : « [L]eurs actions se déroulent dans un contexte mental assimilable à celui que connaissent les forces de police qui, agissant sur la voie publique, redoutent la “bavure”. » Ensuite, on constate une préférence tactique pour l’évitement du combat, quitte à « recevoir l’ordre de renoncer à la mission ». Dans ce contexte, l’appréciation de l’usage minimal de la force en cas de riposte devient « le degré de force requis pour résoudre un conflit dans une situation donnée sans poser de problèmes à l’autorité responsable de l’emploi de cette force » (Thiéblemont 2001 : 148-155). Du coup, la manœuvre offensive, à l’image du retentissement de l’opération de reconquête du poste de l’ONU de Vrbanja suite à la prise d’otage de 200 Casques bleus le 26 mai 1995, revêt un caractère extraordinaire4. L’usage minimal de la force et la situation d’interposition font aussi émerger la figure du « soldat diplomate » à tous les échelons hiérarchiques. Il faut négocier pour passer un check point, escorter un convoi humanitaire et ruser pour transporter anonymement des « personnalités » dont il faut assurer la sécurité. Parmi ces aptitudes au sang-froid et à la négociation, l’élément le plus marquant est sans aucun doute l’art du bluff :

En septembre 1992, un convoi logistique approche Sarajevo par le sud de l’aéroport. Il longe la ligne de front. Les Bosniaques ouvrent le feu. Deux conducteurs sont tués sur le coup, deux autres Casques bleus sont blessés. Les citernes d’essence sont percées. Le gasoil s’est répandu partout. Un camion gît tous phares allumés dans le fossé. Les Bosniaques continuent à tirer et profitent de l’incident pour progresser vers les lignes serbes à l’abri du convoi arrêté. Le colonel, commandant le BATINF 2, arrive sur les lieux. Il saute de son véhicule : « Éclairez-moi ! » Tête nue, il s’avance, face aux lignes bosniaques, dans la lumière du phare d’un Vab. « Je veux qu’ils me reconnaissent ! Et qu’ils arrêtent de tirer ! » Les tirs cessent. (Pons 1995 : 86)

L’humanitarisation et les identités professionnelles

7Trois grands types d’actions militaro-humanitaires sont observables en Bosnie-Herzégovine. Le premier mode opératoire consiste dans l’aide logistique fournie par les armées aux ONG et aux entreprises locales pour des petits travaux de réhabilitation au profit des populations civiles. Les moyens militaires, en particulier ceux du génie, sont mis à leur disposition pour certains projets, notamment pour des problèmes de voirie. L’escorte militaire de convois humanitaires au profit de l’ONU via le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) et les opérations de déminage sont aussi un mode d’action fréquent. Si ce type d’opérations, contrairement aux autres, est préparé et mis en œuvre de façon multilatérale, c’est parce qu’il est prévu par les mandats d’interposition, même si nombre d’officiers se plaisent à rappeler qu’on ne peut assurer la protection d’un convoi sans ouvrir le feu (Cot 1996* : 153). Enfin, la winterisation, anglicisme désignant la livraison de matériel à l’approche de l’hiver, renvoie à l’ensemble des actions humanitaires au profit des populations civiles, généralement à l’échelle d’un quartier. Au-delà de l’enthousiasme et de la bonne volonté certaine des militaires, on voit nettement que ce type d’actions n’a pas véritablement de dénominateur commun, si ce n’est de favoriser l’acceptation des forces en devançant les sollicitations de la population. Les relations armées/ONG ne sont pas véritablement routinisées sur le terrain comme ce sera le cas plus tard au Kosovo avec des briefings de sécurité hebdomadaire pour les ONG et la mise en place de différents points de contact civilo-militaires. L’échange d’informations entre personnels des ONG et militaires sur les mouvements de réfugiés, les passages de check point ou la situation sanitaire de tel ou tel village est sans doute davantage un mode de relation que d’action. Il est tout à fait crucial de saisir l’importance des relations interpersonnelles forgées sur le terrain entre personnels militaires et humanitaires dans la formalisation progressive de la coopération armées/ONG en ex-Yougoslavie. S’il est ainsi de bon ton, au sein des états-majors et des sièges des ONG, d’insister sur la difficile conciliation de la raison humanitaire et de la raison militaire et s’il est toujours délicat de s’afficher « main dans la main », cette coopération militaro-humanitaire, certes encouragée par mandat, est aussi le fruit d’initiatives locales. Le tissage des relations entre officiers et humanitaires dans l’urgence de l’improvisation bosniaque a été un facteur fondamental dans l’émergence et l’institutionnalisation du projet civilo-militaire en France. Ces relations « bricolées » seront stabilisées au Kosovo, où humanitaires et militaires français se connaissent déjà. Enfin, les deux corps ont dans l’exécution de leur tâche quotidienne un adversaire commun, le bureaucrate, ce qui tend considérablement à les rapprocher. Se considérant avant tout comme des « opérationnels », ils ont en commun une certaine culture du « terrain » qui facilite leur apprivoisement réciproque.

  • 5 Il ne faut pas oublier que cette image est encore écornée par l’opération Turquoise au Rwanda, dura (...)
  • 6 « Figés dans une posture de légitime défense, non autorisés à utiliser leurs moyens habituels, ils (...)

8Si les activités militaro-humanitaires n’ont rien de révolutionnaire, puisqu’on les trouve sous des formes quasiment identiques dans d’autres contextes et à d’autres époques, l’expérience bosniaque constitue un précédent qui marquera durablement les armées pour au moins deux raisons. D’abord, la dimension humanitaire est centrale dans les mandats internationaux, en particulier à partir de la conférence de Londres. Fait nouveau, et proche du cas somalien à la même époque, l’aide aux populations constitue la base de la légitimation de l’intervention armée autant en direction des populations locales que des opinions publiques métropolitaines. Du point de vue de la stratégie militaire, cette population est devenue à la fois le moyen et la fin des opérations en contexte humanitaire. La fin, car c’est elle qu’il faut non seulement protéger mais surtout dissuader de basculer dans la violence. Le moyen, car de l’évolution de sa position à l’égard des belligérants, et de la capacité qu’auront les organisations militaires intervenantes à légitimer leur action, découlera l’enlisement ou la marginalisation du conflit, et donc la réussite de l’intervention par l’atteinte des buts politiques. La prise en compte des populations locales dans la perspective du règlement du conflit et, par extension, de l’outil civilo-militaire est un point qui sera de plus en plus central dans ces opérations durant les années 1990 et 2000. C’est précisément à la faveur de cette évolution notable qu’émerge le principe d’ingérence humanitaire (Bettati 1996), émanant certes à la base de l’univers de l’humanitaire, mais largement repris depuis dans l’argumentaire des États pour justifier les interventions militaires. On constate ensuite une mise en œuvre très décentralisée et improvisée de la plupart de ces actions militaro-humanitaires. Elles reposent sur l’initiative locale des chefs militaires. Chaque unité a le souci de gérer l’environnement humain avec lequel elle est en interaction quotidienne, en particulier en milieu urbain. La systématisation de ce type d’actions à l’échelle du territoire de la Bosnie-Herzégovine traduit la volonté chez les militaires de répondre voire même de devancer les sollicitations des populations locales sans doute davantage que de simplement « coller » aux mandats. Pour les sceptiques, c’est l’aspect contre-productif de certaines manœuvres militaro-humanitaires qui pose problème. L’humanitaire constitue, pour le soldat, une charge supplémentaire pour laquelle il n’est pas formé et risque d’entraîner une dispersion : si l’escorte de convois humanitaires est prévue par les mandats, ce n’est pas le cas des nombreuses sollicitations auxquelles doit faire face chaque bataillon. Le risque est que cette charge supplémentaire ne devienne la mission. Par ailleurs, le problème n’est pas uniquement la perte de temps, la dispersion d’énergie, le surinvestissement psychologique ou la dilution des objectifs militaires. L’action militaro-humanitaire est jugée contre-productive car elle participe à l’entretien des dynamiques du conflit via l’économie de prédation (Daguzan & Lorot 2003) et encourage la « balkanisation ». En d’autres termes, l’aide humanitaire détournée par les factions belligérantes accélère le morcellement territorial de la Yougoslavie, dont la préservation de l’intégrité correspondait aux buts initiaux de l’intervention. C’est, à plus long terme, la dégradation de l’image de l’armée à travers l’impuissance du Casque bleu qui constitue un facteur d’inquiétude en milieux militaires5. La figure schizophrénique du « soldat de la paix » est ainsi révélatrice de la profonde transformation des identités professionnelles qui affectent ces milieux6. D’un côté, la légitimité interne à l’institution militaire est avant tout liée à la « militarité » (Paveau 2000 : 74), c’est-à-dire au respect des valeurs guerrières et des normes combattantes, et de l’autre, la justification de l’action militaire vis-à-vis de l’extérieur (la population locale, l’opinion publique, les mandataires politiques…) insiste davantage sur la tâche pacificatrice et donc humanitaire des forces armées.

9Comment les militaires en sont-ils arrivés à une telle situation d’impuissance et d’improvisation ? Pour la plupart des acteurs et des observateurs, l’explication immédiate est aussi la plus satisfaisante : l’action humanitaire est l'alibi à la fois de l’inaction politique et du vide stratégique. L’absence de consignes politiques claires émanant du plus haut niveau, que les officiers désignent par l’État ou l’effet final recherché (EFR), est une constante. Les récits des consignes reçues par les chefs auprès des autorités politiques se recoupent : « ramenez tout le monde ».

Bon… je vais vous dire, quand j’ai été désigné, j’ai été convoqué à Paris. Moi, j’étais provincial, c’est mon premier poste parisien celui-là. Je me suis dit : « Là, tu vas tout savoir. » Je suis rentré dans le bureau du ministre, je l’ai salué ; il n’a pas levé la tête de ses dossiers, donc je me suis mis au repos tout seul. Et il m’a dit ceci : « Vos chefs vous disent très compétent. » Déjà, ça part bien. « On vous envoie, on ne sait pas très bien dans quoi. Alors allez-y, faites pour le mieux, dites ce que vous en pensez et ramenez tout le monde. » Voilà l’instruction personnelle et secrète que j’ai reçue du ministre.
(Général, responsable actions civilo-militaires en Bosnie-Herzégovine, 1996, 16 novembre 2009, réf. 10)

  • 7 Entretien de l’amiral Lanxade accordé à Xavier Merlin du magazine X-Passion et repris dans Le Monde(...)

10À la « peur de la guerre » chez les hommes politiques (Joxe 1997*) répondrait, en cascade, la peur du combat des militaires : l’humanitarisation est le produit d’un manque de « courage politique » dont la traduction, au-delà du caractère flou des objectifs fixés, est la situation d’interposition elle-même. Les argumentaires liés à l’absence de courage politique et au vide stratégique s’alimentent mutuellement : on en revient à la position extrêmement précautionneuse des autorités nationales. Les échanges de coups sont intenses entre les partisans d’une humanitarisation, au moins relative, des capacités de certaines organisations militaires et les défenseurs d’une stricte séparation des deux activités. Pour ces derniers, les opérations militaro-humanitaires sont une dérive propre aux spécificités de l’interposition, menaçant non seulement les objectifs de la mission de maintien de la paix, mais surtout entretenant à plus long terme le risque d’une dénaturation du métier des armes. À l’inverse, d’autres officiers, à l’image du chef d’état-major des armées lui-même, l’amiral Jacques Lanxade, se déclarant favorable à la spécialisation d’une unité militaire dans le soutien à l’action humanitaire dès mars 19937, rappellent que cette évolution n’est pas simplement subie mais devancée par les militaires et qu’elle constitue une opportunité de peser sur l’environnement des forces, qui, dans la perspective d'une intervention armée au milieu des populations, est la clé de la réussite de la mission. Cette évolution correspond tout autant à une « demande » de la part des organisations militaires projetées. C’est avant tout l’efficacité logistique et sécuritaire de ces opérations humanitaires qui pousse « légitimement » le militaire à « demander l’extension de son contrat humanitaire » (Le Borgne 1993*).

Les opportunités laissées par le vide politico-stratégique

  • 8 Voir l’anarchie organisée et le modèle de la corbeille : March & Olsen (1984) ; Cohen, March & Olse (...)

11Cette « apparition » du civilo-militaire moderne au cœur des opérations de maintien de la paix correspond sans doute moins à une logique d’adaptation que d’improvisation ou d’innovation. Contrairement à la présentation officielle de la « fonction » civilo-militaire aujourd’hui, répondant à un ensemble de besoins opérationnels identifiés, nous insistons sur l’aspect pratique de cette création dont les usages « spontanés » ont précédé l’acte de naissance officiel. Autrement dit, le retour d’expérience bosniaque invente moins des solutions nouvelles à un ensemble de contraintes données qu’il ne consacre plutôt certains usages « déjà là » ou, si l’on préfère, crée des problèmes pour des solutions déjà trouvées8.

Les usages civilo-militaires « spontanés »

  • 9 « La nature des soutiens apportés dans les quartiers est d’une extrême diversité : réparations d’ad (...)

12Si les premières unités affaires civiles du COS sont projetées en Bosnie-Herzégovine au printemps 1994 et les unités actions civilo-militaires de l’armée de terre à partir de l’été 1996, des pratiques civilo-militaires sont déjà observables dès 1992. L’étude de ces usages « spontanés » nous permet de ne pas nous contenter de voir comment les militaires se sont simplement adaptés aux cadres normatifs et aux règles d’engagement, mais plutôt de comprendre comment ils ont eux-mêmes forgé de nouveaux outils pour s’en extirper sans attendre la validation par l’institution militaire de leurs initiatives. Ces usages visent en premier lieu à répondre aux sollicitations des populations locales : distribution d’eau, de vêtements, de matériels de chauffage, assistance médicale, ramassage des ordures, réparation de voiries et de réseaux de gaz et d’électricité. Les unités militaires agissent au contact des populations comme une sorte d’entreprise de services publics9. Le cas du général (réf. 10) présent à Bihac dès 1992 est fort instructif. Ses initiatives civilo-militaires lui permettront ensuite de revenir en Bosnie-Herzégovine en tant que chef du bureau « actions civilo-militaires » en 1996 parmi les pionniers de l’armée de terre. Son récit nous apprend au moins deux choses. L’apparition du civilo-militaire sous sa forme humanitaire en Bosnie-Herzégovine s’apparente à un processus de « redécouverte de l’eau chaude » pour certains officiers de l’armée de terre. En conséquence, ce type d’initiatives n’est pas du ressort du courage ou de la lucidité, mais tout simplement du « bon sens ». Le caractère totalement « bricolé » et « improvisé » de celles-ci est assumé sans aucun détour :

Mais il y avait quand même un problème, c’est que j’avais plein de traîne-savates qui s’astiquaient toute la journée à la vodka locale et qui à 10 heures du matin étaient capables de monter à l’assaut, en baskets dans la neige, en gueulant comme des nazes et en en prenant plein la gueule. […] Donc j’ai été voir les autorités politiques locales et je leur ai demandé : « Mais pourquoi vous ne faites pas quelque chose ? Vous avez des brasseries. » Et les gars m’ont dit : « Oui, mais on n'a plus rien pour faire des capsules. » C’est vrai qu’à l’époque les mecs récupéraient même des fermetures éclair pour faire des balles. « Alors vous avez besoin de combien ? – Cinq tonnes. » J’ai dit : « D’accord, je ramène, je gère le stock et je distribue à la demande. » Et quand les mecs se sont mis à boire de la bière, ils devenaient moins agressifs qu’avec la vodka.
(Général, responsable actions civilo-militaires en Bosnie-Herzégovine, 1996, 16 novembre 2009, réf. 10)

13Cet exemple est instructif à plusieurs niveaux. D’abord, le commandant de zone se soucie de l’intégrité physique des forces en opposition qu’il est censé observer. Sa mission consiste avant tout à les empêcher de livrer combat plutôt qu’à les mettre hors d’état de nuire. Ensuite, en s’adressant à la brasserie et en proposant d’en devenir le fournisseur et le gestionnaire, il agit comme une véritable entreprise sans qu’évidemment il en ait les prérogatives formelles. De plus, le but de l’opération est caractéristique des objectifs limités que se fixent les chefs : en substituant la bière à la vodka, il s’agit d’abaisser le niveau de violence. Enfin, ce cas illustre la logique des stratégies indirectes des fonctions d’environnement. Un autre exemple montre la dimension individuelle de ces initiatives parfois en marge de la légalité :

Bon, au bout d’un moment, je me suis dit qu’il fallait rouvrir les écoles pour rétablir certaines règles de normalité. Je n’ai jamais vu des gamins aussi contents de retourner à l’école. Donc on a rouvert les écoles, mais on n’arrivait pas à les chauffer. On a violé l’embargo sur les carburants, il faut bien le dire. Mais comme l’ONU n’avait pas voulu nous prendre en approvisionnement, on a négocié avec FINA, la compagnie pétrolière. Tous les quinze jours j’avais mon commissaire qui partait avec une valise pleine de Deutsche Mark. Donc on a réussi à chauffer les écoles et puis les trucs où il y avait des réfugiés. Donc, du coup, les Serbes ont râlé, donc il a fallu qu’on chauffe un peu leurs hôpitaux de l’autre côté.
(Général, responsable actions civilo-militaires en Bosnie-Herzégovine, 1996, 16 novembre 2009, réf. 10)

  • 10 « On cherche à oxygéner les hommes, à faire de l’aide de proximité. C’était ce qui les motivait le (...)
  • 11 « Ces livraisons humanitaires […] ont sans doute leurs limites […] mais, ici, sur place, le sentime (...)
  • 12 « On faisait en sorte de toujours les occuper. […] S’ils restaient inactifs, ils réfléchissaient tr (...)

14Pour les chefs de zone en Bosnie-Herzégovine, l’action civilo-militaire permet, via l’humanitaire, de faire accepter la force militaire et de contribuer à abaisser le niveau de violence en nouant des contacts directs et réguliers avec la population. Or, en analysant les pratiques d’entreprises de services publics, on ne sait si la cible des opérations militaro-humanitaires est l’environnement ou le moral des troupes. Autrement dit, certaines initiatives semblent répondre davantage à des objectifs « récréatifs » qu’opérationnels. Elles visent à « oxygéner » les hommes, à leur changer les idées, à les sortir de la torpeur de l’interposition. Il peut s’agir aussi de donner du sens à son action, de se sentir utile. C’est ce que certains d’entre eux nomment le « syndrome Kouchner10 ». La logique d’interposition, à la fois du point de vue de l’encastrement des unités militaires entre les lignes ennemies comme de celui du quotidien des soldats, augmente considérablement les contacts potentiels entre les forces et la population. Au-delà de l’empathie inévitable dans ce genre de situation, l’action humanitaire permet de donner littéralement sens à la mission11. Enfin, les actions humanitaro-militaires permettent aux soldats d’occuper le temps qui passe dans un quotidien qui confine à l’impuissance et se déroule dans des conditions de vie très rudimentaires pour certains postes imbriqués et avec des hivers très rigoureux. Avant même l’oxygénation des esprits ou le besoin de se sentir utile, il faut bien « faire quelque chose12 ». Il est crucial de noter que les pratiques militaro-humanitaires en soi, et surtout les objectifs récréatifs qui les sous-tendent souvent, ont constitué les principaux obstacles à l’institutionnalisation du projet civilo-militaire. Il nous a ainsi été rapporté à plusieurs reprises que ce qui est perçu comme des privilèges des unités civilo-militaires (tenues civiles, mobilité quotidienne, contacts avec les personnels féminins des ONG, des OI et des entreprises…) était un facteur de jalousie et d’incompréhension de la part des autres organisations militaires de l’armée de terre. Le caractère marginal de cette spécialité est en partie lié à la perception de ces usages récréatifs par les autres unités.

L’innovation des chefs

  • 13 « Tous les actes les plus anodins, aller chercher de l’eau, escorte d’eau aux sources de la Bosna, (...)
  • 14 Le général Morillon, commandant de la FORPRONU, aurait proclamé à Srebrenica assiégée en mars 1993  (...)

15Ces initiatives locales dépassent le seul cadre des actions militaro-humanitaires. Elles traduisent une relative autonomisation des responsables de zone non pas seulement dans l’exécution de leurs missions mais aussi dans la fixation des objectifs. Le « flou » ou l’« abandon » dans lequel vont être projetées les unités de l’armée de terre en Bosnie-Herzégovine va constituer le plus puissant vecteur d’une réappropriation de leur mission par les officiers. Un pléonasme revient dans les différents rapports de fin de mission et les journaux de marche : la « militarisation des missions13 ». En l’absence de traduction explicite des buts politiques en objectifs militaires et dans le cadre de règles d’engagement strictes, face à un dispositif tactique inhibant, certains chefs vont prendre le risque de bouger, d’improviser, d’innover. Ce qui n’aurait été que l’application d’un précepte stratégique visant à devancer l’adversaire ou en tout cas à reprendre l’initiative tend à être présenté comme une considérable prise de risque politique. Le retour d’expérience yougoslave foisonne de récits héroïques sur les chefs refusant l’impuissance de l’interposition. Si l’« épisode » du général Philippe Morillon à Srebrenica est bien connu14, les dispositifs volontaristes mis en place à Sarajevo, notamment par le commandant du secteur de l’aéroport (réf. 14) ou par le lieutenant-colonel Michel Goya, sont peu cités en dehors du milieu militaire. Le commandant du secteur de l’aéroport doit faire face à deux problèmes majeurs. L’aéroport, enclavé, est encerclé de positions tenues par les belligérants. Le crossing désigne les opérations de protection des civils dans l’aéroport face aux tirs de snipers et de mortiers. En effet, la nuit, l’aéroport se transforme en zone de migration clandestine et les militaires français qui « tiennent » l’aéroport utilisent des véhicules blindés pour protéger les migrants civils des tirs ennemis. Ne pouvant encourager le « nettoyage ethnique », les militaires doivent les empêcher de passer de l’autre côté tout en les protégeant. Ce dispositif est l’un des nombreux produits dérivés de la logique d’interposition. On y retrouve un cas typique des dilemmes que pose l’action humanitaire aux militaires : il faut protéger les civils sans encourager les flux de réfugiés. En vue d’assurer une meilleure profondeur à la défense de l’aéroport et de réduire les tirs en direction des civils et de ses unités, le colonel cherche à occuper le mont Igman afin de contrôler les crêtes. Avec l’appui du général britannique commandant la FORPRONU, une compagnie de légionnaires et un détachement du génie de la Légion s’installent sur le mont le 13 août 1993 ; dans la foulée, une zone démilitarisée est créée entre les lignes serbes et bosniaques. Ainsi, le chef définit sa mission dans sa zone, ce qui accentue la logique de parcellisation et crée de nouvelles configurations pour ses successeurs, qui ne seront jamais en mesure de contrôler cette zone démilitarisée. De son côté, le colonel Michel Goya arrive à Sarajevo au début du mois de juillet 1993. Il s'installe dans le complexe sportif de Skanderja situé dans la vieille ville musulmane, où les forces françaises sont régulièrement la cible de snipers difficiles à débusquer en zone urbaine. Comme les autres officiers, il doit « faire face dans l’urgence et l’improvisation à un problème inédit » (Goya 2006 : 97). Il est chargé de monter un dispositif anti-sniping. Conformément aux règles d’engagement, il lui faut déterminer l’origine des tirs et savoir s’ils sont destinés aux forces françaises. Or si le colonel se félicite que dans son bataillon l’ouverture du feu soit décentralisée, il précise que jamais ses hommes ne riposteront sans ses ordres, en dépit de son insistance. L’« affaire de la soupe », comme il la nomme, est caractéristique de cette prise d’initiative aux interstices des règles d’engagement. Après un coup de feu, le colonel tente de localiser l’origine d’un tir :

Le coin droit de ma jumelle est alors ébloui par une rafale. Je me fixe tout de suite sur la fenêtre d’où sont partis ces coups, à destination de nos sentinelles. Le tireur a disparu mais la pièce est éclairée. Nous attendons alors qu’il se présente à nouveau pour l’abattre. À la place c’est une jeune femme qui apparaît avec une soupière et qui installe le couvert. Quelques minutes plus tard c’est un enfant qui vient tourner autour de la table et goûter le souper. Cinq minutes encore et un homme, en civil, rentre dans la pièce. Après avoir goûté lui aussi la soupe, il s’accoude à la fenêtre et fume une cigarette en regardant le parking du bataillon. Que faire ? Est-ce le tireur ? Puis-je abattre froidement un civil désarmé qui plus est sous les yeux de sa femme et de son fils ? Après quelques instants d’intenses réflexions, j’ordonne au marsouin de tirer dans le mur au-dessus de la tête de l’homme, afin de délivrer un « signal fort ». L’homme se précipite dans la pièce et éteint la lumière. (Goya 2006 : 110)

16À propos de la question de la parcellisation des missions liée à l’autonomie des chefs, le colonel Goya dit regretter avoir constaté plus tard que, au moment où il mettait en place ce dispositif, le bataillon français à deux kilomètres de là avait reçu un budget de 300 000 francs pour étudier la question de l’anti-sniping et acheter le matériel nécessaire. Aucune information n’avait été échangée entre les deux bataillons.

17Cette réappropriation de la mission par sa remilitarisation est le premier pas, cette fois-ci, vers une (re)politisation du rôle des armées en opérations extérieures. Contrairement aux faux-semblants, la systématisation des opérations multilatérales dites humanitaires ou de « gestion » de crises accroît le rôle et l’implication politique des forces projetées. Il faut bien comprendre que ce rôle politique des armées n’est pas uniquement lié à l’usage mandaté de la force sur un théâtre extérieur. Il est surtout la conséquence concrète du contrôle territorial exercé par les organisations militaires et correspond aussi à la nature même des actions conduites comme demandées par le pouvoir politique aux militaires : prise de contact avec la population et les autorités locales, aide à la réhabilitation des fonctions socioéconomiques vitales du pays, contrôle d’une zone de responsabilité, aide au retour des réfugiés et nécessité de préserver les équilibres électoraux. Cette acceptation de la force a un prix : celui du renforcement de potentats locaux, non seulement via leur reconnaissance symbolique en tant qu’interlocuteurs légitimes, mais aussi grâce aux opportunités de reconversion dans le cadre des processus de transition politique engagés par la présence armée multinationale. Le dilemme est simple à poser : la réhabilitation de ces chefs de guerre est-elle un vecteur de transition politique ou de renforcement des déséquilibres ethniques et donc des dynamiques conflictuelles ? Encore une fois, le tissage d’alliances avec les autorités locales n’est pas une pratique réductible au maintien de la paix ; pas plus que le caractère contre-productif de ces relations, contribuant à (re)légitimer certains chefs de guerre, n’est une découverte en Bosnie-Herzégovine. Ce qui nous intéresse, c’est que le ciblage et l’entretien des relations de la force avec les autorités locales vont être progressivement codifiés comme relevant des compétences civilo-militaires en tant que mode opératoire participant pour les organisations militaires à une meilleure connaissance de l’environnement. Par ailleurs, la variété des domaines dans lesquels les forces militaires sont impliquées auprès des populations locales (administratif, économique, social, culturel, humanitaire) leur confère un rôle d’administration et de gestion territoriales. Deux types de concepts développés par des officiers de la fin des années 1990 au milieu des années 2000, ayant eu un large retentissement, illustrent cette tendance à la prise en compte des conséquences politiques de l’action militaire, y compris jusqu’aux plus bas échelons de commandement. Le concept de « caporal stratégique » dans le cadre de la Three Blocks War theory» renvoie à la pluralité des situations auxquelles le chef peut être confronté en une même journée, de l’aide humanitaire au combat de moyenne intensité et surtout aux conséquences globales des comportements locaux (Krulak 1999). Dans le même ordre d’idées, la notion de « guerre au sein des populations » développée par le général britannique Rupert Smith (2007) renvoie à l’usage minimal de la force et au développement de stratégies indirectes.

Les militaires sur le terrain sont donc dans un environnement extrêmement complexe et en fait on attend d’eux, à tous les niveaux, qu’ils aient une bonne compréhension de la situation pour avoir les bonnes réactions. Et c’est d’autant plus difficile pour les militaires que ces réactions ne sont pas dans beaucoup de cas des réactions strictement militaires. C’est-à-dire que la réaction du militaire, ça devrait être de tirer, or, dans beaucoup de cas, il ne faut pas tirer. Parce que ça aurait des conséquences politiques considérables, mais aussi parce qu’on n’est pas en situation de force, et donc il y a… c’est vrai que les militaires sont placés, y compris au niveau de sous-officier, dans des situations… […] Le problème de ces missions militaires, c’est la difficulté de l’interposition, parce que vous vous retrouvez en situation militaire défavorable. Alors est-ce que vous avez, en tant que militaire, le droit de risquer quelque chose de très grave uniquement pour l’honneur de… En plus, on voit que c’est une vision très française ça, et pas du tout internationale. Les Anglais n’ont jamais cet état d’âme, nous, on a cet état d’âme.
(Amiral Lanxade, chef d’état-major des armées, 1991-1995, 4 mai 2009, réf. 6)

18En dépit de certains discours qui tendent à faire de cette (re)politisation une conséquence soit d’un dédouanement politique soit d’un vide politico-stratégique bien pratique, ou encore d’un décalage de calendriers entre le temps – électoral – de la vie politique nationale et celui des opérations extérieures, nous devons garder à l’esprit que ce sont les militaires qui ont le plus directement participé à cette transformation des objectifs de leur mission. Le civilo-militaire n’est qu’un domaine parmi d’autres ayant subi cette réappropriation. Comme le notent certains, la création « sur le tas » des fonctions d’environnement au sein des armées, dont la coopération civilo-militaire (CIMIC) et la Communication opérationnelle (COMOPS), s’est faite initialement « à l’insu du niveau politique » (Olsson 2002 : 5).

L’expérimentation des actions civilo-militaires (1996-1998)

19La montée en puissance du civilo-militaire s’explique avant tout par le passage de l’opération multinationale sous commandement de l’OTAN. Du côté français, les efforts d’interopérabilité en matière civilo-militaire sont visibles tant au niveau des administrations centrales que des organisations projetées. En 1995, un bureau ACM a été ouvert au sein du Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO) de l’état-major des armées, tandis que la directive provisoire parue la même année rappelle allégrement le cadre multinational du déploiement des unités civilo-militaires. En juin 1996, les premiers bureaux ACM (BACM), ou G5 selon les codes de l’OTAN, sont opérationnels à Sarajevo et à Mostar. Si au départ ces BACM forment des structures « fantômes » ne regroupant que trois à quatre personnes, les effectifs s’étoffent les années suivantes, comptant jusqu’à une trentaine de membres.

La superposition des chaînes ACM nationales et multinationales

20C’est la mise en place des dispositifs civilo-militaires de l’OTAN qui précipite l’envoi d’unités civilo-militaires conventionnelles de l’armée de terre. À partir de 1996, les dispositifs civilo-militaires, nationaux et multinationaux, fonctionnent en parallèle : d’un côté, un civilo-militaire strictement national du point de vue de ses objectifs et de son mode d’organisation, et de l’autre, un civilo-militaire intégré entre alliés.

Schéma 1. Organisation du bureau actions civilo-militaires de Sarajevo

Schéma 1. Organisation du bureau actions civilo-militaires de Sarajevo
  • 15 Structure militaire multinationale en charge du commandement et de la coordination de la CIMIC pour (...)

21Si les États membres de l’OTAN sont invités à participer à l’effort civilo-militaire commun, ils sont libres de développer leurs propres actions dans leur zone de responsabilité. La multinationalisation des ACM devient un enjeu crucial entre puissances intervenantes au moment où s’enchaînent les conférences de donateurs de décembre 1995 et d'avril 1996. Les premiers chefs de BACM n’hésitent pas à parler de « noyautage américain » des organisations civilo-militaires de l’OTAN comme le Coalition Joint Civil Military Operation Task Force15 (CJ CMO TF). La multinationalisation du civilo-militaire constitue pour le BACM français à la fois une opportunité d’accès aux flux financiers et un étouffoir tant la domination américaine est patente :

Sur ordre du commandant de la SFOR [Stabilization Force de l’OTAN], les US ont déclaré fin novembre 1997 vouloir transformer leurs officiers de liaison insérés dans les OI locales en « agents d’influence » (International Liaison Officers, ILO’s). […] Sous couvert d’ouverture et de partage des responsabilités, la formule de la multinationalisation de la CIMIC va tendre à neutraliser les affaires civiles des pays membres […]. Leur façon sans vergogne d’utiliser les autres à leur profit et enfin surtout leur nombre et leur homogénéité (un bloc de 170 US contre 215 membres de 14 pays selon le SOR 10) seront les garants du maintien de leur leadership, au moins en matière d’affaires civilo-militaires.
(Général, responsable actions civilo-militaires en Bosnie-Herzégovine, 1997, 23 juillet 2009, réf. 8)

La variété des tactiques de légitimation des chefs de bureau ACM

22Entre juin 1996 et juin 1998, cinq colonels de l’armée de terre vont se succéder à la tête du BACM de Sarajevo. Le chef a donc une double casquette : commandant du BACM et conseiller civilo-militaire de la plus haute autorité militaire française (REPFRANCE). Sa contrainte quotidienne est liée à l’interaction spécialiste/généraliste.

– Certains chefs ACM m’expliquent que leur plus grosse contrainte, c’est de convaincre le chef généraliste qu’il y a au-dessus d’eux. Ça s’est bien passé entre vous et Heinrich, vous ne le ressentiez pas comme ça ?
Non, mais encore faut-il parler le même langage et savoir quelles sont ses préoccupations aussi…
– Certains me disent : « Pour me faire entendre de mon supérieur je dois lui montrer que les ACM sont un appui à sa manœuvre… »
Non, faut aussi lui exposer une politique générale, venir avec un projet. En revanche, pour ce qui concerne l’appui à la force, c’est lui qui est souverain, c’est lui qui sait comment il veut être appuyé ou pas. Sur le projet global, il faut lui exposer de manière à ce qu’il sache que ce ne sont pas des conneries… […] Alors si, j’ai senti quand même, c’est Waymel qui a succédé à Heinrich, alors lui, sa première réaction à l’exposé qu’on lui a fait, c’est : « Vous voulez m’envoyer devant la Cour des comptes ? » Je me suis dit : « Là, c’est pas gagné. » Et en fait non, mais lui il, a vraiment découvert, donc on peut vraiment se poser la question du briefing qu’il a reçu avant de partir… Mais c’est vrai que lui, quand il est arrivé, il était vierge.
(Général, responsable actions civilo-militaires en Bosnie-Herzégovine, 1996, 16 novembre 2009, réf. 10)

23Sur le terrain, il revient aux spécialistes ACM de justifier leur utilité, d’où une impression de dispersion, encore accentuée par la variété des tactiques de légitimation de l’outil civilo-militaire auprès des REPFRANCE. Deux tendances durables apparaissent : ceux qui en font le moins possible, objectivant ainsi la marginalité de la fonction qu’ils incarnent, et ceux qui tendent de « revendre » leurs activités civilo-militaires aux autorités projetées (REPFRANCE, ambassade, OI) ou centrales (états-majors, ministères…). Certains soutiennent qu’il faut réussir à admettre que le civilo-militaire puisse n’être que récréatif ou cosmétique, là où d’autres soulignent que le premier travail d’un chef ACM est de développer le versant civil de la mission que son supérieur généraliste a reçue pour mieux la lui « resservir ». Parmi ces derniers, si le général cité ci-dessus expose une « politique générale », le lieutenant-colonel chef du BACM de Mitrovica au Kosovo en 1999 (réf. 26) « colle à la manœuvre » :

Il faut que ces jeunes comprennent que les ACM sont une fonction d’appui, c’est-à-dire que vous êtes là pour appuyer le chef interarmées dans sa manœuvre. C’est votre seule raison d’être là. Le général, il va vous dire : « Mon cher, qu’est-ce que vous pouvez faire pour moi ? Voilà, je vous ai expliqué mon intention de manœuvre, qu’est-ce que vous pouvez faire pour moi ? » Alors vous pouvez lui parler du ravitaillement… hein, c’est possible… « Il y a un camp de réfugiés qui est à 150 kilomètres au sud de votre division mon général… – Quel rapport, mais putain, qu’est-ce que tu me fais là ? – Attention général, d’abord il y a un itinéraire logistique qui passe au milieu de ce camp de réfugiés, il vaut mieux que ces réfugiés soient en bonne relation avec nous, ils peuvent être armés et représenter une menace sur votre flanc arrière. Donc on a plutôt intérêt à les avoir dans la poche. – Ah, OK. » Et voilà. Mais ça, les gens comme moi, anciens sapeurs, anciens artilleurs, anciens armes d’appui… on est habitué, on apprend ça dès notre sortie de Saint-Cyr. […] Vous arriverez à convaincre le général si vous collez à sa manœuvre.
(Lieutenant-colonel, responsable actions civilo-militaires au Kosovo, 1999, 13 août 2009, réf. 26)

Entre soutien aux forces et influence

  • 16 Inventaire des ACM du B5 de la Brigade multinationale Centre en Bosnie-Herzégovine, Centre d’inform (...)

24En dessous du chef BACM, le bureau est organisé en cellules composées chacune de quelques officiers, la plupart réservistes. Les cellules liaison, expertise et coopération technique œuvrent à la recherche de financements via le placement d’officiers et d’experts auprès des OI. En ce sens, le mode opératoire du BACM, à composition interarmées quoique très majoritairement terrienne, est proche de celui du COS, si ce n’est que l’insertion vise des secteurs davantage liés à l’administration et à la sécurité qu'à la reconstruction économique. Le but de l’insertion est moins de nommer des représentants nationaux à des postes de décision que des spécialistes à des postes intermédiaires où se jouent l’accès à l’information et la mise en forme des options. On peut déduire les domaines prioritairement investis en 1998 à travers les principales organisations visées par l’insertion (Banque mondiale [BM], CJ CMO TF, HCR, IMG, Office of the High Representative [OHR], Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe [OSCE]) : la multinationalisation des ACM, la gestion des mouvements de réfugiés et la recherche de financements pour les opérations de réhabilitation. Enfin, le dispositif BACM de Sarajevo est dupliqué à l’échelle locale à Mostar dans la zone de responsabilité française au sud de la Bosnie-Herzégovine. Les ACM qui y sont menées se concentrent quasi exclusivement sur le soutien aux forces : sécurisation des unités, aide humanitaire et renseignement. Voici les priorités d’action du détachement civilo-militaire de Mostar : gestion des flux de déplacés et de réfugiés, baromètre de la situation sanitaire et sociale des populations, entretien des contacts avec les ONG et les OI et préparation des élections16.

25La typologie des ACM comprend trois sous-catégories en fonction des objectifs visés : au profit des forces, des structures ou des populations. Le premier type d’ACM (au profit des forces) constitue la priorité du BACM de Sarajevo et du détachement de Mostar. Sa plus-value est d’aider les unités militaires à comprendre leur environnement – institutionnel et humain – afin de faciliter leur insertion et la réalisation de la mission. Si la nature des actions menées dépend de données conjoncturelles comme l’évolution du théâtre (niveau de sécurité, mouvements de réfugiés, élections et échéances politiques locales, etc.), les consignes militaires générales (réconciliation interethnique, reconstruction, etc.), les domaines d’action (humanitaire, diplomatique, économique, culturel) et la perception du degré de la mobilisation politique nationale et internationale (conférences des donateurs, subventions européennes…), l’activité cartographique, elle, est constante. Les deux autres types d’ACM (actions au profit des structures ou des populations) prennent généralement la forme de microprojets, aussi appelés Quick Impact Projects. Il s’agit de multiplier les petits projets à forte visibilité symbolique plutôt que de mener de gros travaux d’infrastructure. Les officiers adoptent à propos de ce type d’actions une formule consacrée : « Il vaut mieux faire dix ACM à 1 000 euros plutôt qu’une seule à 10 000 euros. » Leur mise en œuvre proprement dite est assurée par les sapeurs du génie, en particulier pour les travaux de réhabilitation quand ceux-ci ne sont pas délégués à un maître d’œuvre mandaté par les OI. Voici quelques exemples d’opérations menées plus tardivement, en 2000, au titre des deux premiers types d’ACM, au profit des forces et des structures (ou, ici, de l'« environnement civil »).

Tableau 1. Bilan des actions civilo-militaires menées en Bosnie-Herzégovine au titre de l’appui des forces, 2000

Localisation Description Moyens engagés
(en francs)
Date de réalisation
Bileća Réhabilitation d’une école 41 500,23 29 mars 2000
Donja Bijenja Réhabilitation d’une chambre 9 307,37 18 avril 2000
Kopači Aire de jeux 10 967,08 18 avril 2000
Gacko Réhabilitation d’une école 13 880,71 18 avril 2000
Mostar Semences 3 357,19 18 avril 2000
Borvcici Réhabilitation d’une école 2 426,58 25 mai 2000
Miljevina Éclairage public 20 386,36 30 juin 2000
Oracac Réhabilitation d’une école 9 751,59 15 août 2000
Podonis Réseau d’eau 5 047,13 15 août 2000
Gračac Réhabilitation d’un gymnase 23 031,24 15 août 2000
Nevesinje Réseau d’eau 6 425,30 18 septembre 2000
Ključ Réseau d’eau 5 661,11 29 septembre 2000
Bradina Réhabilitation d’une école 7 212,90 29 septembre 2000
Šćipe Réhabilitation d’une école 7 853,05 17 octobre 2000
Pridvorci Réhabilitation d’une école 10 719,98 1er novembre 2000
Bučići Maison collective 33 499,99 3 novembre 2000
Paric Réfection d’une route 5 828,97 13 novembre 2000
Domanovići Réhabilitation d’une école 26 774,98 15 novembre 2000
Međeđa Maison collective 24 123,34 15 novembre 2000
Seljani Réhabilitation d’un pont 51 919,65 1er décembre 2000
Mostar Cuisine collective 47 208,18 2 décembre 2000
Varoš Réhabilitation d’une école 9 344,83 3 décembre 2000
Kosor-Blagaj Réfection d’une route 16 749,99 4 décembre 2000
Goražde Réhabilitation d’un pont 23 411,50 6 décembre 2000
Osijek Achat de livres d’école 5 025,02 30 décembre 2000

Source : Commission de la défense nationale et des forces armées, L’action civile des armées sur les théâtres extérieurs (action civilo-militaire), R. Gaïa (rapporteur), rapport d’information no 3167 déposé devant l’Assemblée nationale, Paris, La Documentation française, juin 2001 : 135.

Tableau 2. Bilan des actions civilo-militaires menées en Bosnie-Herzégovine au titre de l’environnement civil, 2000

Localisation Description Moyens engagés Date de réalisation
Celebici Réfection d’une passerelle 57 957,01 2000
Orašac sud Réhabilitation d’une école 54 890,82 2000
Vojno Maison collective 48 273,50 2000
Bučići Maison collective 47 051,59 2000
Drugovići Réparation d’un pont 29 990,14 2000
Miljevina Chauffage du dispensaire 51 489,50 2000
Mostar centre Crèche 39 540,05 2000
Bučići Maison collective 60 269,85 2000
Seljani Réfection d’une route 50 893,20 2000
Prigradzani Maison collective 66 969,85 2000
Višići Réfection d’un trottoir 80 364,83 2000
Dogovici Réparation d’un pont 20 141,54 2000
Paric Réfection d’une route 39 831,50 2000

Source : Commission de la défense nationale et des forces armées, L’action civile des armées sur les théâtres extérieurs (action civilo-militaire), R. Gaïa (rapporteur), rapport d’information no 3167 déposé devant l’Assemblée nationale, Paris, La Documentation française, juin 2001 : 135.

26Les actions au profit des forces sont deux fois plus nombreuses, mais aussi beaucoup moins coûteuses. Les écoles, les voiries, les réseaux d’eau et les habitations collectives sont les cibles prioritaires. Ces actions se concentrent dans la zone de présence française au sud de la Bosnie-Herzégovine. Enfin, si le civilo-militaire conventionnel se concentre sur le premier type d’ACM (soutien aux forces), il ne s’interdit nullement de participer au deuxième (soutien aux structures). Autrement dit, le BACM de Sarajevo concurrence dès cette époque certaines attributions du COS, notamment via les dispositifs d’insertion des réservistes. Les actions du BACM et du COS au profit des structures se distinguent cependant à deux niveaux : le COS se concentre sur les opportunités économiques tandis que le BACM investit davantage les secteurs administratifs. Ensuite, le COS, grâce à ses liens avec le monde de l’entreprise, soutient des projets d’une ampleur financière bien plus importante. En Bosnie-Herzégovine, à partir de 1998, à part sur les modes opératoires et l’ampleur des projets, il devient rigoureusement impossible pour le profane de faire la différence entre les réalisations civilo-militaires du COS et celles de l’armée de terre. D’une situation de cohabitation tendue, nous passerons au Kosovo à une configuration ouvertement plus concurrentielle.

Notes

1 Certains auteurs ont déjà signalé l’existence de visions concurrentes du civilo-militaire (Braem 2004). Bien davantage qu’une confrontation entre deux visions, la gestation des activités civilo-militaires est marquée entre 1992 et 2005 par la compétition entre groupes d’officiers disposant de relais et de ressources en dehors de la Défense.

2 Selon l’expression d’un chef de poste (Thiéblemont 2001 : 137).

3 « Le dilemme va être résolu, du moins initialement, par un dispositif en écran : les Casques bleus en mission anti-sniping se placent entre agresseurs et agressés. L’incertitude est levée : se plaçant sous la trajectoire du tir du sniper, les Casques bleus sont en état de légitime défense ! […] Dans son rapport de fin de mandat, le commandant de ce bataillon éprouve d’abord le besoin de justifier ces missions : il rapporte qu’elles ont été “le plus souvent effectuées à la propre initiative du bataillon qui se trouvait trop imbriqué dans Sarajevo pour ne pas répondre favorablement aux demandes de protection émanant des responsables civils”. […] Plutôt que de rechercher une adaptation des règles d’engagement à cette situation – ce que les directives autorisent – il résout le dilemme en faisant fi de la tactique et de la sûreté de ses petites unités et en soumettant leur action au cadre juridique qu’il s’est lui-même forgé dans une lecture étroite des règles d’engagement » (Thiéblemont 2001 : 145).

4 Après les frappes aériennes de l’OTAN sur Pale, les forces serbes prennent en otage des Casques bleus et des observateurs, dont une centaine de Français, dans différents postes d’observation. C’est dans ce contexte qu’est entreprise la reconquête du poste du pont de Vrbanja le 27 mai 1995. Les résultats de cette reconquête sont mitigés puisque le bataillon compte deux morts et dix-sept blessés et surtout que les négociations pour un échange de prisonniers entre les otages français et serbes capturés pendant l’assaut n’aboutiront pas.

5 Il ne faut pas oublier que cette image est encore écornée par l’opération Turquoise au Rwanda, durant laquelle l’armée française est, au mieux, accusée de passivité, au pire, de complicité dans le génocide rwandais. Précisons que réf. 3 a été un membre actif de l’association France Turquoise qui se donne pour objectif de défendre et promouvoir la mémoire et l’honneur de l’armée française et des militaires français ayant servi au Rwanda.

6 « Figés dans une posture de légitime défense, non autorisés à utiliser leurs moyens habituels, ils deviennent parfois les spectateurs, voire des “instruments”, du conflit. Ils doivent faire face dans les actes comme dans les paroles, où se mêlent violences physiques et symboliques, à un certain nombre de dépréciations identitaires et à un ébranlement de leur repères identificatoires qui peuvent aboutir à une perte de sens, source d’incertitudes, de doutes, d’angoisse, de sentiments d’injustice ou d’impuissance, face à la mission qu’ils ont à accomplir. […] D’autre part, la construction externe de la légitimité de leur action en direction de l’opinion publique, par le monde politique et les médias, à laquelle participe également l’institution militaire, semble mettre l’accent sur la dimension humanitaire et pacifique de leur mission tandis que les qualités martiales et guerrières du métier militaire ne trouvent que peu d’occasions de s’affirmer » (Prévot-Forni 2001 : 10).

7 Entretien de l’amiral Lanxade accordé à Xavier Merlin du magazine X-Passion et repris dans Le Monde, le 22 mai 1993 : « Il faudrait peut-être créer une unité spécialisée dans l’aide humanitaire. »

8 Voir l’anarchie organisée et le modèle de la corbeille : March & Olsen (1984) ; Cohen, March & Olsen (1972).

9 « La nature des soutiens apportés dans les quartiers est d’une extrême diversité : réparations d’adduction d’eau grâce aux sapeurs des bataillons, assainissement des voies publiques et ramassages d’ordures, livraisons de bois de chauffage, distributions d’eau, soupes populaires, goûter pour les enfants notamment à Noël, associations de notables à la célébration des fêtes religieuses ou nationales, organisations de rencontres culturelles, etc. » (Braem 2004 : 284).

10 « On cherche à oxygéner les hommes, à faire de l’aide de proximité. C’était ce qui les motivait le plus. On a affecté à chacune des sections un petit hameau à traiter. Ils rendaient de menus services […]. Beaucoup d’appelés se sont portés volontaires parce qu’ils se voyaient distribuant des vivres sur les places de villages… Au lieu de cela, voilà nos sapeurs occupés à des tâches pénibles d’ouverture de route ou d’aménagement d’itinéraires… Alors ils sont un peu déçus… Au début du mois de juin, deux gars sont sortis […] sur la place du marché de Kakanj, ils ont distribué des bonbons, des caramels, des boîtes de ration… On a appelé cela le syndrome Kouchner » (Thiéblemont 2001, t. II : 104).

11 « Ces livraisons humanitaires […] ont sans doute leurs limites […] mais, ici, sur place, le sentiment du travail accompli, d’utilité, s’impose à nous quand nous regagnons notre base […]. Le soir venu, dans les bungalows, il faut bien avouer que nous espérons avoir rapidement l’occasion de renouveler l’expérience » (Benda & Crémieux 1995 : 91).

12 « On faisait en sorte de toujours les occuper. […] S’ils restaient inactifs, ils réfléchissaient trop. Ils avaient tendance à sombrer dans le moral bas » (Thiéblemont 2001, t. II : 105).

13 « Tous les actes les plus anodins, aller chercher de l’eau, escorte d’eau aux sources de la Bosna, aller porter des vivres, etc. donnaient lieu à un ordre de mission. Il y avait une militarisation des actes les plus anodins » (entretien avec le chef opération BATINF 2/III, juin 2000, cité in Thiéblemont [2001, t. II : 155]).

14 Le général Morillon, commandant de la FORPRONU, aurait proclamé à Srebrenica assiégée en mars 1993 : « Je ne vous quitterai jamais. » Bénéficiant d’une forte couverture médiatique, il parvient à faire entrer des convois humanitaires en ville. Le général coupe ses liaisons avec les autorités nationales, qui restent « sans nouvelles », et se fera escorter par deux soldats américains. Si cet épisode a ébranlé le fonctionnement des arcanes diplomatiques de l’ONU et heurté la hiérarchie militaire française, il est révélateur des effets de l’investissement militaire dans la logique humanitaire.

15 Structure militaire multinationale en charge du commandement et de la coordination de la CIMIC pour l’OTAN.

16 Inventaire des ACM du B5 de la Brigade multinationale Centre en Bosnie-Herzégovine, Centre d’information et d’enseignement logistique de l’armée de terre, février 1997, annexes.

Table des illustrations

Titre Schéma 1. Organisation du bureau actions civilo-militaires de Sarajevo
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/12234/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site