Version classiqueVersion mobile

La transformation des armées

 | 
Grégory Daho

Première partie. La genèse du projet (1989-1994)

Chapitre 1. Un modèle économique importé par les forces spéciales

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Si “quelque chose” a commencé avec l’effondrement de l’URSS, si nous pouvions hésiter, jusqu’en 1990, à nous prononcer sur les implications de cette transition de phase, sur sa vraie puissance de métamorphose et sur l’avenir du système interétatique, la guerre du Golfe n’est-elle pas intervenue, comme un révélateur, pour dégager toutes les virtualités de la rupture, pour dévoiler le sens jusqu’alors caché et indécis de la mutation politico-stratégique qu’elle annonçait ? »
Poirier (1991 : 67)

De Berlin au Golfe : le spectre du déclassement

La première trace du projet civilo-militaire nous entraîne du côté des forces spéciales. Alors qu'elles étaient jusqu’alors dispersées dans les différentes armées, leur regroupement est mis en place via la création du Commandement des opérations spéciales (COS) en 1992 dès la première vague de réformes d’interarmisation. Un bureau affaires civiles y est créé la même année, confirmé par l’accord du chef d’état-major des armées en novembre 1993. Quel...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search