Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La transformation des armées

 | 
Grégory Daho

Introduction

Texte intégral

1« La France est en guerre. » C’est par cette formule-choc que le président de la République et chef des armées commence son discours le 16 novembre 2015. Trois jours après les attentats de Paris et devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles, cette formule est partagée de façon quasi unanime par la classe politique, aussi bien chez les membres de l’exécutif que du législatif, de la majorité que de l’opposition, des partis de gouvernement que des partis de contestation. Cette position est principalement entérinée par trois facteurs : une opération de guerre coordonnée et subie sur le sol national, un nombre de victimes sans précédent et une attaque contre les valeurs de la République. Depuis les attentats de janvier et a fortiori de novembre 2015, le retour de la guerre dans les discours des élites – encore largement incantatoire et métaphorique – est tout aussi fracassant que sa mise en sommeil avait été profonde. La qualification même d'« événements » algériens, ce qu’il a fallu deux générations – et non sans mal – pour considérer comme une guerre, ainsi que le vocabulaire très prudent de François Mitterrand voulant « sauver la paix » dans le Golfe en 1991 nous le rappellent. Pour un stratège, si guerre il y a, elle est asymétrique. Depuis les attentats du 11 septembre 2001, les spécialistes de la « chose militaire » s’échinent à répéter que la lutte contre le terrorisme n’est pas assimilable à une guerre tant au niveau des objectifs que des moyens et que, si la victoire militaire est probable, la victoire politique est plus que hasardeuse. Dans ce type de guerre, les armées occidentales sont capables de prendre n’importe quelle capitale en quelques semaines mais inaptes à stabiliser durablement une zone de conflit. Dans ce contexte et depuis la fin de la guerre froide, la France « gérait » des crises en participant à des interventions ponctuelles ayant vocation à rétablir la souveraineté d’États « faillis » et à protéger les populations démunies. L’implication militaire française dans ce type d’opérations multilatérales est croissante au Moyen-Orient et en Asie centrale (Syrie, Irak, Liban, Afghanistan), en Afrique (Mali, Centrafrique, Côte d’Ivoire, Libye, Tchad, Rwanda, Somalie) et même en Europe (Bosnie-Herzégovine, Kosovo). Par ailleurs, suite aux attentats de janvier 2015, et pour la première fois depuis 1961, les forces militaires sont aussi utilisées sur le sol national, dans le cadre de l’opération Sentinelle, forte de 10 000 hommes chargés de sécuriser les sites sensibles, mais surtout de dissuader de passer à l’acte terroriste tout en rassurant la population. La professionnalisation des armées, la multiplication des interventions, les attaques répétées sur le sol national, la prolongation de l’état d’urgence, le vocabulaire martial des autorités politiques comme l’augmentation très importante des engagements au sein des armées depuis les attentats du 13 novembre 2015 constituent autant d’indices cruciaux d’une transformation durable des organisations militaires, de leur rôle et de leurs missions, de leur place au sein de la société que de leurs relations avec les autorités politiques. Ces évolutions complexes méritent un examen attentif qui ne se contente ni de lister les facteurs environnementaux ou les changements opérés ni de relayer les préoccupations des professionnels de la guerre ou de leurs mandataires politiques. Si la rigueur scientifique l’exige, l’air du temps l’impose. Voilà pourquoi, comme son titre l’indique, cet ouvrage procède d’une enquête approfondie de plusieurs années au sein d’organisations militaires émergentes, typiques de la transformation des armées modernes.

    

2La coopération civilo-militaire (Civil-Military Cooperation, CIMIC) désigne depuis 2005 l’ensemble des activités menées par des forces armées visant à coordonner les relations entre les organisations militaires et les acteurs civils sur une zone d’intervention extérieure. La CIMIC permet de faciliter l’acceptation de la présence des forces militaires auprès des populations locales et l’accélération du transfert des responsabilités vers les autorités civiles. La largeur du spectre des activités civilo-militaires – sécuritaire, humanitaire, financière, industrielle, agricole, administrative, sociale et culturelle – est à la mesure de la multiplicité des catégories des acteurs civils avec lesquels les organisations CIMIC sont en interaction. Ces activités civilo-militaires ont historiquement été portées et incarnées par deux groupes d’officiers dont la compétition constitue, au sein des administrations comme au cœur des interventions, le principal moteur de leur institutionnalisation. D’un côté, la vision dite « extensive » et « politique » appelée « affaires civiles » s’inspire des modes opératoires américains et britanniques. Promue dès 1992 par un groupe d’officiers du Commandement des opérations spéciales (COS) nouvellement créé, cette approche se donne pour objectif de soutenir la promotion des intérêts nationaux dans le cadre d’une intervention militaire. D’un autre côté, la vision dite « restrictive » et « militaro-centrée » dénommée « actions civilo-militaires » (ACM) se diffuse à partir de 1994 au sein de l’armée de terre et auprès des principaux chefs d’état-major. Ce modèle se concentre sur le soutien à la manœuvre militaire : si cette dernière vision ne s’interdit pas de participer à la promotion de l’influence nationale, elle n’en fait pas pour autant une priorité. Dans ce cadre, la finalité de la CIMIC est avant tout d’œuvrer à l’acceptation de la force auprès de la population locale. Empruntée à la doctrine CIMIC de 2012, la définition particulièrement floue des activités civilo-militaires reflète l’intensité et la longévité de cette compétition entre les forces spéciales et l’armée de terre. Chaque groupe concurrent peut, au moins partiellement, s’y « retrouver » :

  • 1 Doctrine interarmées, Coopération civilo-militaire, DIA-3.10.3(A)_CIMIC(2012) [en ligne], no 174/DE (...)

La coopération civilo-militaire (CIMIC) désigne la fonction destinée à favoriser l’intégration de la force dans son environnement humain en général et auprès des populations locales en particulier, afin de faciliter l’accomplissement de sa mission, le rétablissement d’une situation sécuritaire normale et la gestion de la crise par les autorités civiles (administration, action humanitaire, reprise économique…)1.

3Comment les activités civilo-militaires, d’abord énoncées sous la forme d’un « concept » particulièrement flou, volatil et discuté, « prennent-elles », se banalisent-elles et s’institutionnalisent-elles au sein des armées, au point de devenir aujourd’hui un ensemble de techniques ordinaires de « gestion » des crises internationales ? Que nous apprend plus largement l’observation du cheminement de cette institutionnalisation de la transformation des organisations militaires depuis la fin de la guerre froide ?

Les illusions de la thèse de l’adaptation

4La thèse de l’adaptation explique la transformation des organisations militaires à partir de l’évolution de l’environnement stratégique. D’un côté, la fin de la régulation de la conflictualité internationale par l’équilibre entre les deux superpuissances agit comme une contrainte objective sur l’emploi de la force armée : la dissuasion ne suffit plus. De l’autre, les organisations militaires ont pris acte de cette mutation de l’environnement et y ont répondu par la mise en œuvre des réformes de la défense. La CIMIC est donc un type d’activités résultant de la transformation de la conflictualité internationale, c’est-à-dire de l’obsolescence des guerres interétatiques au profit de la normalisation de nouvelles formes d’interventions « pacificatrices ». L’enjeu ici est de saisir comment l’enracinement de cette thèse participe de la cristallisation de l’historiographie des activités civilo-militaires en tant que l’une des réponses nécessaires aux transformations de l’environnement international au sortir de la guerre froide.

L’adaptation à l’environnement : une thèse confortable

  • 2 « Les modifications du contexte international et les perspectives stratégiques accompagnant la fin (...)
  • 3 Voir annexe no 1, « Organigramme simplifié du ministère de la Défense » et « Organigramme des organ (...)
  • 4 La thèse de l’adaptation provoque le même effet pour l’analyse des relations internationales que ce (...)

5Le caractère confortable de cette thèse tient à son aspect simple et mécanique. L’approche homéostatique véhicule une vision particulière du changement sur le mode du fonctionnalisme biologique, l’équilibre de l’ensemble dépendant de la capacité d’ajustement des parties en fonction des agressions externes. Cette transformation est avant tout une forme d’adaptation ; elle est la réponse fonctionnelle des milieux politico-militaires aux évolutions du système international. La thèse de l’adaptation fait de la transformation des organisations militaires en général, et de l’émergence des activités civilo-militaires en particulier, une réponse institutionnelle logique et inévitable. La préservation de l’équilibre du système – la stabilité internationale – imposait cette reconversion2. Cette thèse est d’autant plus séduisante qu’elle semble se vérifier empiriquement à travers la mise en œuvre des réformes de la défense3. D’abord, en 1992, avec l’accord de l’amiral Jacques Lanxade, chef d’état-major des armées, un bureau affaires civiles est ouvert au sein du COS. Ensuite, dans la foulée de la parution du Livre blanc sur la défense de 1994, l’amiral nomme un groupe de travail chargé de préparer la rédaction d’un concept et d’une doctrine civilo-militaires. Il est pourtant d’autant plus difficile et crucial de résister au confort de la thèse de l’adaptation que les réformes du ministère de la Défense sont largement transversales, c’est-à-dire qu’elles touchent aussi bien les hommes et les organisations que les doctrines et les techniques ou les structures opérationnelles et bureaucratiques. Elles reposent avant tout sur un rééquilibrage entre les stratégies de dissuasion héritées des années 1960 et les stratégies d’action revenues au goût du jour dans les années 1990 : il s’agit de satisfaire aux objectifs de projection au cœur d’interventions extérieures qui se multiplient. La projection désigne les capacités des armées, en termes de temps, de volume de forces, mais aussi en termes de rotation de personnels, à intervenir n’importe où et n’importe quand, à distance du territoire national. Si le rééquilibrage dissuasion/action en constitue donc la ligne de mire, les réformes reposent sur trois piliers : l’interarmisation, l’interopérabilité et la professionnalisation. L’interarmisation postule l’obsolescence de l’organisation par « systèmes d’armes » (air, marine, terre, gendarmerie, autres services) au profit de nouveaux « systèmes de forces » plus intégrés et complémentaires. Elle prône un réaménagement de l’organisation des chaînes hiérarchiques et organiques et suppose une recomposition des états-majors et des groupes combattants, davantage organisés à partir de spécialités fonctionnelles que des armées d’appartenance. L’interarmisation touche les principales organisations de commandement militaire et balaye un certain nombre de spécialités : la planification (état-major interarmées de planification opérationnelle, EMIA) et le commandement opérationnel (Centre opérationnel interarmées, COIA), les « capacités spéciales » (direction du Renseignement militaire, DRM, COS) et la formation des officiers (Collège interarmées de défense, CID). Parallèlement, l’interopérabilité désigne la capacité de la composante nationale d’une force déployée à agir dans un cadre multilatéral, c’est-à-dire avec un commandement et des moyens multinationaux intégrés. Enfin, la professionnalisation, le troisième pilier, est lancée en 1996. C’est la pierre angulaire des réformes : elle est formellement expliquée par la baisse des effectifs liée à l’affaissement de la menace soviétique et par la complexification des formes d’intervention nécessitant un personnel mieux qualifié. Les réformes sont la réponse « inéluctable » aux transformations de l’environnement stratégique4. Polyvalentes, professionnelles, rapidement projetables et interopérables dans l’OTAN, déployées dans le cadre du maintien de la paix yougoslave et de la stabilisation afghane, fonctionnant avec des effectifs interarmées, c’est-à-dire issus de l’armée de terre, de la marine et de l'armée de l’air, et incarnées davantage par des réservistes qualifiés que par des officiers d’active, les unités civilo-militaires peuvent être étudiées comme un cas paradigmatique de l’adaptation des organisations militaires aux transformations de l’environnement stratégique.

  • 5 « Si les hommes définissent leurs situations comme réelles, elles sont réelles dans leurs conséquen (...)

6La diffusion et l’enracinement de la thèse de l’adaptation, c’est-à-dire les conditions de son succès, tiennent notamment à sa circulation au sein des milieux académiques. Elle est une forme d’objectivation savante de préoccupations indigènes. Il serait vain de lister l’ensemble des travaux qui ont participé à différents degrés à la diffusion de cette approche homéostatique du changement. Nous nous intéressons au cheminement bien particulier qui, nous faisant subrepticement passer du constat de l’émergence de nouvelles menaces à la justification de nouvelles formes d’intervention, épouse cette linéarité explicative du changement. L’ensemble de ces théories peut être plus ou moins relié à la vulgate sur le « désordre international » en vogue dans les années 1990 (Daho 2009). Jack Snyder fut l’un des premiers à analyser la distribution des lectures de la post-bipolarité. De façon schématique, il oppose l’optimisme libéral et post-hégélien des uns au pessimisme hobbesien des autres, même s’il se classe lui-même à l’intérieur d’une « troisième voie », l’institutionnalisme libéral, vu comme l’« antidote des conséquences de l’anarchie hobbesienne » (Snyder 1990 : 6, traduction libre). Pour les optimistes – entre « fin de l’histoire » (Fukuyama 1992) et « moment unipolaire » (Krauthammer 1990-1991) –, l’effondrement du système bipolaire est la promesse d’un monde stabilisé, garantie par la démocratisation et la libéralisation des anciens États communistes, puisque, selon l’axiome de la paix démocratique, les démocraties ne se font pas la guerre entre elles. À l’inverse, de l’autre côté du spectre, pour les pessimistes – entre « clash des civilisations » (Huntington 1993) et « retour vers le futur » (Mearsheimer 1990 ; Walt 1989) –, la bipolarité étant le système le plus stable (Waltz 1979), le monde de l’après-1989 nous replonge dans l’anarchie hobbesienne. Dans le camp des pessimistes, la nature des nouvelles menaces appelle une réflexion sur les nouvelles formes de guerre et en conséquence une formalisation des nouvelles missions confiées aux organisations militaires. La vulgate sur les « nouvelles menaces » épouse une rhétorique cumulative et anxiogène. Elle mélange les menaces que représentent certains États (stigmatisés en tant que voyous ou parias, défaits ou effondrés, mais aussi terroristes, narcotrafiquants, mafieux, etc.) et leurs sociétés (allégeances claniques et ethniques, néopatrimonialisme, épidémies, intégrisme religieux, gangrène criminelle et mafieuse, manque de malthusianisme, etc.). La faillite des « États faibles » devient le facteur explicatif de l’instabilité globale et justifie la logique interventionniste qui vise à pallier ces déficiences (Kaldor 1999 ; Kaplan 2000). Ces discours s’enracinent durablement au moins jusqu’au milieu des années 1990 sur le mode des « prédictions créatrices »5. L’institutionnalisation de la CIMIC est le fruit de l’adaptation des organisations militaires aux transformations de l’environnement stratégique via le processus des réformes et la multiplication de nouvelles formes d’interventions « pacificatrices » dont la protection des populations locales est devenue l’enjeu majeur. Pour qui tente de rendre compte des transformations des organisations militaires, cette proposition est de prime abord confortable car elle est tout à fait rationnelle, logique et vérifiable empiriquement. Toutefois, au fur et à mesure des investigations, la thèse de l’adaptation devient une explication au mieux déterministe, au pire tautologique : les organisations militaires sont nouvelles parce que le monde a changé.

Historicisme, fonctionnalisme et réification : une thèse déterministe

  • 6 L’une des façons pour un système de s’adapter est précisément de transformer son environnement (Eas (...)

7Trois formes d’illusion récurrentes dans l’analyse des phénomènes sociaux sont véhiculées par cette thèse de l’adaptation. Elles imprègnent fortement l’historiographie institutionnelle à laquelle nous avons été confronté dans la reconstitution de la genèse des activités civilo-militaires. Le déterminisme de la thèse de l’adaptation est d’abord alimenté par des biais historicistes qui entretiennent l’illusion que la transformation des organisations militaires – et donc la gestation des activités civilo-militaires – résulte d’un choc à la fois initial et exogène. L’effet de rupture consiste à rapporter systématiquement à celle-ci des transformations structurelles qui n’y sont absolument pas réductibles. Si la guerre entre les grands États tend à l’obsolescence, cette proposition est valable depuis la seconde moitié du xxe siècle, en raison du fait nucléaire et balistique, et n’est en rien réductible à la post-bipolarité. Mais cette proposition vaut-elle pour les États nucléaires dits moyens ? L’Inde, le Pakistan, la Corée du Nord, Israël et demain peut-être l’Iran partagent-ils cette vision ? De même, la question de la dilution de la notion de défense des frontières nationales est-elle pertinente au regard des situations dans les territoires palestiniens, au Cachemire, dans le Caucase, dans la péninsule coréenne, en Irak et en Syrie, en Géorgie et en Ukraine, en Afrique subsaharienne ? Enfin, si une guerre interétatique majeure semble improbable entre « grands » États, possible entre « moyens » États, elle est récurrente entre « petits » États – à moins qu’évidemment les tenants du désordre international ne nous expliquent que ces États, étant en faillite, ne peuvent être considérés comme de « vrais » États, ou qu’il ne s’agit là que de « petites guerres ». La terminologie associée à ces guerres dans la littérature stratégique (« d’intervention », « petites », « irrégulières », « périphériques » ou « optionnelles ») comme l’incapacité de les qualifier positivement (« conflits asymétriques », « non conventionnels », « contre-insurrectionnels ») témoignent de l’étroitesse du lien qui existe entre historicisme et ethnocentrisme. La post-bipolarité n’explique pas mécaniquement la transformation des organisations militaires par un quelconque effet de rupture, pas davantage que 1989 serait l’année zéro des réformes. Nous partageons avec certains auteurs l’intuition qu’il n’est pas certain que l’on gagne beaucoup à se placer du point de vue du changement plutôt que de celui de la continuité pour expliquer les transformations des organisations militaires (Irondelle 2003). En appréhendant le changement comme impulsé à partir de facteurs exogènes, la thèse de l’adaptation alimente enfin la perception du caractère univoque des interactions entre l’institution militaire et son environnement. Un choc systémique est à l’origine de l’adaptation ; mieux, la survie d’une institution dépend de sa capacité d’adaptation à l’environnement sur un modèle évolutionniste. Ce déterminisme repose sur le postulat de l’efficacité historique pour expliquer la permanence des institutions. À l’inverse, nous verrons, sans trahir le reste de la démonstration, que ce sont sans doute moins les nouvelles guerres qui créeraient de nouvelles organisations que les nouvelles organisations qui créent les nouvelles guerres6.

8Le deuxième type d’illusion véhiculé par la thèse de l’adaptation est le fonctionnalisme. La CIMIC répondrait à un besoin identifié de meilleure coordination entre les forces militaires et les acteurs civils dans le cadre de la multiplication des interventions. Combiné aux illusions historicistes, le fonctionnalisme des catégories indigènes constitue un piège car il renforce rétrospectivement la linéarité artificielle des processus d’institutionnalisation et l’objectivité avec laquelle l’ordre institutionnel – et non plus seulement l’historiographie – s’impose au chercheur. Ce fonctionnalisme se retrouve d’abord dans les catégories indigènes, c’est-à-dire la façon dont les militaires nomment leurs activités. La CIMIC est aujourd’hui principalement identifiée en tant que « fonction opérationnelle d’environnement » (coopération civilo-militaire et communication opérationnelle). Ces fonctions, qui ont toutes deux émergé à peu près au même moment, sont ainsi dénommées car elles ne sont pas directement liées au combat. Avant d’apparaître sous les traits d’une « fonction opérationnelle », la CIMIC était successivement désignée comme une directive, provisoire (1995) puis permanente (1997), un concept (2002) et enfin une doctrine (2005, 2012). Selon les taxinomies indigènes, la directive vise à cerner les usages possibles d’un outil en fonction d’un contexte spécifique. Le concept répond à la question du « pour quoi faire » et la doctrine au « comment faire ». Le concept décrit des prescriptions stratégiques relativement intangibles tandis que la doctrine est le produit de l’adaptation opérationnelle du concept dans une conjoncture donnée. L’institutionnalisation de la CIMIC serait donc passée au préalable par l’identification d’un besoin, dans le respect à la fois des logiques intellectuelles et des normes bureaucratiques : une directive présentant une idée, un concept formalisant une directive, une doctrine orientant les usages du concept et une fonction mettant en œuvre la doctrine. La genèse des activités civilo-militaires montre un projet cohérent et rationnel, construit étape par étape, expérimenté en Bosnie-Herzégovine, affiné au Kosovo, adapté à l’Afrique et finalement validé en Afghanistan. Les processus d’institutionnalisation du projet civilo-militaire ne sont pas aussi segmentés, tant s’en faut. Non seulement des usages civilo-militaires « spontanés » existaient déjà avant l’institutionnalisation de la fonction, c’est-à-dire hors cadre réglementaire, mais surtout la fonction était incarnée au sein des états-majors bien avant la parution d’un concept et d’une doctrine.

9Ces illusions conduisent à une impasse qui constitue l’obstacle majeur à partir duquel nous avons élaboré notre problématique : la réification des ensembles institutionnels. Dans ce processus d’adaptation, les acteurs ne comptent pas : ils sont réduits au statut de récipiendaires passifs de ces ajustements structuraux et structurels. D’un côté, leurs croyances, leurs représentations et leurs valeurs n’ont pas d’effets sur la perception de l’instabilité de l’environnement international ; d’un autre côté, leur position sociale, leurs capitaux, leurs ressources, c’est-à-dire les dynamiques liées à leur trajectoire individuelle et à leurs mobilisations collectives, n’ont pas d’impact sur les réformes. Nous souhaitons rappeler avec fermeté que les acteurs ne subissent pas plus le changement qu’ils ne s’y adaptent simplement. Ils en constituent le principal moteur. Cette vision réifiée de l’adaptation ne contribue pas seulement à faire oublier le rôle central des acteurs dans la transformation des systèmes sociaux ; elle ancre certaines prénotions sur la rationalité du fonctionnement des institutions en général et sur celle des milieux militaires en particulier. Comment ne pas réduire l’émergence des activités civilo-militaires aux seules circonstances de la conjoncture post-bipolaire ? Comment concevoir un seul instant que le secteur de la défense – contrôlé politiquement, régalien et coercitif – puisse se transformer au gré des bricolages et des opportunités comme tous les autres secteurs sociaux ? Comment imaginer qu’un secteur aussi structuré et hiérarchisé doit sa transformation davantage à une logique d’improvisation que d’adaptation ? La perception du fonctionnement de l’institution militaire souffre d’autres types de prénotions savantes : composée d’acteurs fondamentalement conservateurs, elle serait globalement réfractaire à l’innovation, inapte au changement, recroquevillée sur ses traditions. Nous montrerons à l’inverse que les institutions peuvent devenir des lieux de compétition pour la captation des bénéfices du changement.

Pour une analyse réincarnée des processus d’institutionnalisation

10Au regard de la littérature dominante, notre ambition est de réincarner l’analyse des processus d’institutionnalisation, de transformation des organisations et de fabrication des doctrines militaires. Face au déterminisme ambiant, le postulat constructiviste de l’intersubjectivité est un point de départ : la « réalité » n’est pas une donnée objective ou figée ni, à l’inverse, subjective, c’est-à-dire dépendante des perceptions de chaque acteur. Elle est une construction sociale en évolution permanente, liée à la fois aux positions et aux représentations des acteurs, aux contraintes qui s’imposent à eux et surtout aux effets de leurs interactions (Berger & Luckmann 2003). L’explication de l’émergence des activités civilo-militaires au sens strict et du changement au sein des organisations militaires au sens large se situe donc « à mi-chemin » entre les relations des acteurs et les contraintes systémiques qui les imprègnent. Le recours à l’épistémologie constructiviste dans le cadre des études institutionnelles s’explique par le fait que celle-ci résonne tout particulièrement avec l’approche interactionniste. Ce décalage – entre la présupposition d’une adaptation institutionnelle et l’hypothèse d’une reconfiguration des interactions entre groupes d’acteurs – nous permet de reconsidérer l’impact des engagements individuels et des mobilisations collectives sur la genèse des activités civilo-militaires et les réformes de la défense. Nous avons puisé au sein de quatre types de travaux des exemples d’analyses portant sur les mécanismes d’institutionnalisation et présentant le mérite de rééquilibrer leur approche des structures vers les acteurs et de favoriser les échanges interdisciplinaires, nous permettant ainsi de nous extirper d’une certaine forme d’extraterritorialité des objets internationaux – et a fortiori stratégiques – en sciences sociales.

La circulation des ingénieries pacificatrices

  • 7 « Les professionnels internationaux de la paix. Sociologie et histoire d’une ingénierie transnation (...)

11En vogue ces dernières années, la sociologie politique des relations internationales se donne pour objectif de dépasser le caractère théoriciste des débats disciplinaires en prenant notamment ses distances à l’égard des fictions monolithiques sur la conduite de la politique étrangère des États (Devin 2001) et en s’attachant à la dimension empirique du travail d’enquête sur les groupes internationalisés (Siméant 2015). Tout comme pour les objets stratégiques, le recours aux outils « ordinaires » des sciences sociales dans la perspective d’une compréhension des interventions internationales nous invite à nous détacher d’une certaine forme d’exceptionnalisme méthodologique récurrente à propos de l’analyse des phénomènes de « crises » ou de transition politique. Nous partageons notamment avec les membres du groupe de recherche IRENE7

12

La réforme des ministères régaliens

13En dépit de l’influence certaine de quelques « classiques » (Allison 1971 ; Jervis 1976 ; Putnam 1988 ; Steinmo & Thelen 1992), les passerelles entre politique étrangère et politique publique et même politique publique internationale ont été consolidées de façon assez tardive en France. D’ailleurs, la plupart des travaux intéressés par la dimension internationale des politiques publiques prennent appui sur les bureaucraties des organisations internationales (OI) (Hassenteufel 2005 ; Petiteville & Smith 2006) plutôt que sur celles de la politique étrangère des États (Kessler 2002). Les spécialistes de politique publique investissent rarement les secteurs régaliens alors que leurs questionnements sur l’analyse des réformes en termes d’évolution des relations entre groupes professionnels (Benamouzig & Besançon 2005), d’ouverture du marché des hauts fonctionnaires (Hood & Lodge 2006) ou de la managérialisation des administrations (Bezes 2009) sont tout à fait transposables aux milieux militaires. En dehors des cas de la décision (Irondelle 2003), de la civilianisation (Finer 1988 ; Hamelin 2003), de la professionnalisation (Janowitz 1971) et de l’industrie de l’armement (Genieys 2005), on ne trouve que trop peu de travaux intéressés par les réformes de la défense, et encore moins en France. Il nous semble pourtant pertinent, d’un point de vue heuristique, de considérer les officiers comme de hauts fonctionnaires ne faisant pas que subir mais portant les réformes. Pour le chercheur, l’expérience est d’ailleurs saisissante : visitez une organisation militaire centrale, enlevez les uniformes, les cartes d’état-major sur les murs et oubliez la parité homme/femme, rien ne différenciera ce que vous verrez et entendrez, de prime abord, d’un quelconque service de ressources humaines de n’importe quelle entreprise ou de n’importe quelle administration. Les « hommes » passent le plus clair de leur temps derrière un ordinateur, vont à la photocopieuse, se retrouvent à la machine à café, rédigent le papier que le chef réclame et préparent la réunion interservices. Certains partent même un peu plus tôt le vendredi. Ces éléments peuvent paraître rétrospectivement banals. En revanche, pour un jeune chercheur coincé entre le sens commun (le militaire rustre et monofonctionnel) et le sens savant (le dépositaire de la violence physique légitime), ce constat va progressivement devenir l’un des vecteurs clés de la démonstration : le civilo-militaire est une spécialité professionnelle au sein des armées réformées sur le modèle du New Public Management. De la transformation du statut de fonctionnaire à la modification des principes de rémunération, de l’évolution des rapports d’autorité à l’émergence de la figure du manager, de la contractualisation des relations de travail à l’externalisation de certaines tâches et à l’« agencification », les grandes administrations de la politique étrangère et de défense portent ces changements organisationnels depuis la fin de la guerre froide.

Les cadres de la « grande muette »

  • 8 Voir notamment, dans la collection « Les documents du C2SD » du Centre d’études en sciences sociale (...)

14Nos ressources théoriques proviennent aussi de certaines avancées récentes de la sociologie des identités professionnelles en milieux militaires. Son apport fondamental est de contribuer à nuancer certaines des représentations les plus fortement ancrées à propos du fonctionnement de l’armée en tant qu’institution « totale » (Goffman 1968). On peut diviser ces travaux en deux catégories en fonction de leur terrain d’observation, opérationnel ou bureaucratique. Dans le premier cas, en observant quotidiennement les unités projetées au contact des populations civiles, en particulier en ex-Yougoslavie, les chercheurs étudiant le le déploiement des unités françaises en situation humanitaire insistent sur la transformation des identités professionnelles à l’épreuve des missions « pacificatrices »8. Ce type de recherches vise à mesurer d’un côté l’impact des contraintes politiques et normatives – multinationalisation, humanitarisation, juridicisation – sur l’évolution du travail et de l’identité militaire, et de l’autre, les bricolages dans l’urgence des militaires pour faire face à ces contraintes en réinventant leurs outils de travail. Ces travaux ne rejettent donc pas entièrement la thèse de l’adaptation institutionnelle mais la tempèrent en insistant sur le poids des improvisations individuelles des chefs militaires. À l’opposé des représentations du milieu militaire comme traditionaliste et conservateur, ils démontrent le caractère constant de l’innovation. À l’image du débat sur la banalisation, c’est-à-dire sur le passage d’un modèle institutionnel à un modèle industriel (Boëne 1990 ; Moskos 1987), ces travaux insistent sur une perméabilité accrue du système militaire à l’égard de son environnement. Cette perméabilité serait la clé de l’explication de la modernisation des organisations militaires. La genèse des activités civilo-militaires tiendrait donc moins à une logique d’adaptation qu’à une logique d’innovation liée à l’importation des normes et des techniques professionnelles civiles. Dans le second cas, c’est-à-dire au niveau de l’observation des organisations centrales et bureaucratiques, les sociologues insistent sur la coexistence de deux modèles d’autorité dans le sillage de la distinction établie par Morris Janowitz entre le « manager » et le « leader » (Coton 2007a et 2007b ; Jakubowski 2007). La professionnalisation des activités militaires – c’est-à-dire essentiellement leur technicisation et leur bureaucratisation – ne fait qu’accélérer la diffusion de ces deux types de figures d’autorité, l’une plus légale-rationnelle et technique, l’autre davantage traditionnelle et charismatique. L’institutionnalisation de la CIMIC repose sur une « dialectique des légitimités ». D’un côté, la légitimité interne à l’institution militaire demeure avant tout liée au respect des valeurs guerrières et combattantes. D’un autre côté, la justification de l’action militaire vis-à-vis de l’extérieur, c’est-à-dire des populations locales, des opinions publiques et des partenaires institutionnels, insiste davantage sur la tâche pacificatrice des forces armées. Ce point est fondamental car il explique en partie pourquoi la spécialité civilo-militaire demeure aujourd’hui encore relativement marginale au sein des armées en tant que fonction non combattante.

L’indétermination comme condition de l’institutionnalisation

  • 9 Nous rejoignons les travaux qui estiment que le paradigme bureaucratique est particulièrement fécon (...)

15L’instabilité constitue moins le moteur du changement que celui de la reproduction institutionnelle. L’apport du néo-institutionnalisme dans la disqualification du déterminisme de la thèse de l’adaptation est de réhabiliter le statut de « normalité » des dysfonctionnements institutionnels (March & Olsen 1984 et 1989). L’analyse stratégique de Michel Crozier et d'Erhard Friedberg (1981) constitue une passerelle entre ce néo-institutionnalisme et la sociologie des organisations. Nous franchissons un cap : l’instabilité devient la clé de la compréhension de la distribution du pouvoir au sein des organisations. Le pouvoir provient de la « maîtrise d’une zone d’incertitude » pour cette même organisation : une compétence difficilement remplaçable (l’« expert »), les relations entre l’organisation et ses environnements (le « marginal-sécant »), la communication et les flux d’informations (l’« opérationnel »), l’utilisation des règles organisationnelles (le « chef »). En insistant sur la dimension interactionnelle et symbolique à l’œuvre au cœur des processus d’institutionnalisation, l’analyse stratégique se rapproche des postulats centraux de l’épistémologie constructiviste. Le caractère relationnel du pouvoir au sein d’une organisation et sa distribution en fonction de l’incertitude nous rappellent à quel point la dimension bureaucratique doit être prise en compte dans l’observation des processus d’institutionnalisation. Empruntées aux paradigmes de l’analyse décisionnelle (Allison 1971), les variables organisationnelle et politique, c’est-à-dire d’un côté la logique propre à la structuration spécifique des rapports de force infra-institutionnels au sein de la défense au milieu des années 1990, et de l’autre la dynamique des trajectoires, des engagements et des arrangements individuels, nous semblent particulièrement utiles pour expliquer la configuration décisionnelle ayant abouti à l’institutionnalisation du projet sous sa forme CIMIC, qui ne tranche pas tout à fait entre les options portées par les groupes concurrents. Ces variables sont bien plus efficaces que celles mobilisées de façon récurrente dans le cadre de la thèse de l’adaptation pour expliquer les transformations des organisations militaires : volontarisme politique, conjoncture historique ou « marche de l’Histoire », modification de la culture et des représentations stratégiques, facteurs environnementaux de type économique ou technologique, effet d’entraînement des normes internationales, etc.9. La sociologie des organisations nous invite ainsi à considérer que la force a posteriori de ce processus d’institutionnalisation repose sur les faiblesses a priori des dynamiques qui l’ont sous-tendu, sans le prédéterminer pour autant. C’est cette indétermination qui crée précisément les conditions de l’innovation civilo-militaire. La force du processus d’institutionnalisation tient précisément à son indétermination : incertitude après la guerre froide brouillant les repères, les routines, les calculs et les anticipations réciproques des acteurs, formalisation conceptuelle particulièrement volatile, tensions infra-institutionnelles permanentes se cristallisant en deux camps incarnés par des groupes en compétition, caractère marginal de la fonction par rapport aux autres organisations militaires « combattantes », indifférence politique, arbitrage minimal et pragmatique. Il s’agit donc de saisir la genèse des activités civilo-militaires comme une trajectoire non prédéterminée et non nécessaire entre différents carrefours historiques possibles afin de rompre radicalement avec le déterminisme de la thèse de l’adaptation. La formalisation du projet civilo-militaire devient donc moins une réponse institutionnelle que le résultat contingent – c’est-à-dire non prévisible et non intentionnel – de l’enchevêtrement d’engagements individuels, de mobilisations collectives, de rivalités bureaucratiques et de logiques non décisionnelles.

Les techniques d’enquête en milieux militaires

16Après avoir expliqué les bénéfices attendus du recours aux outils « ordinaires » des sciences sociales utilisés pour observer les transformations du champ de la défense, il reste à préciser les grandes étapes du déroulement de l’enquête proprement dite. Les développements consacrés à la dimension empirique et aux outils méthodologiques nous semblent d’autant plus importants qu’ils ont précisément été élaborés en fonction des ajustements théoriques présentés plus haut.

Les zones d’intervention : du maintien de la paix yougoslave à la contre-insurrection afghane

17Deux opérations menées sous mandat de l’ONU et dans le cadre de l’OTAN forment la base de nos observations : l’ex-Yougoslavie (Bosnie-Herzégovine et Kosovo) et l’Afghanistan. Il s’agit des principales opérations auxquelles l’armée française a participé ces vingt dernières années tant en termes de durée et de budget que d’effectifs. Par ailleurs, la territorialité de ces deux zones particulièrement exiguë, urbaine et avec une présence militaire très dense dans les Balkans, et au contraire extrêmement dilatée, rurale et avec un maillage très relâché en Afghanistan est une première source de comparaison riche d’enseignements sur l’évolution des activités civilo-militaires au contact des populations. Les opérations menées en ex-Yougoslavie sont qualifiées d’« interposition humanitaire » ou de « maintien de la paix » tandis que celles qui se déroulent en Afghanistan sont désignées sous le terme d’opérations de « stabilisation » et/ou de « contre-insurrection ». En ex-Yougoslavie, la population locale est avant tout envisagée comme une contrainte pour les forces. Le cadre de l’intervention en Afghanistan change nettement l’appréhension stratégique du rapport aux populations. Elles ne forment désormais plus simplement un « facteur environnemental » à prendre en compte via les « fonctions opérationnelles d’environnement » mais deviennent littéralement le champ de bataille, comme en témoigne le succès de la formule « gagner les cœurs et les esprits ». Il ne s’agit plus de justifier la présence militaire étrangère auprès des populations mais d’empêcher celles-ci de basculer dans l’insurrection. D’instrument d’interposition humanitaire, le civilo-militaire est devenu un outil contre-insurrectionnel au cours de la seconde moitié de la décennie 2000. Par ailleurs, le cadre OTAN commun à ces deux opérations nous permet de présenter les aspects à la fois coopératifs et concurrentiels du multilatéralisme dans lequel se déploie la spécialité civilo-militaire et de saisir comment les alliés de l’intervention deviennent les concurrents de la reconstruction. Enfin, ces opérations se déroulent à deux moments distincts de l’institutionnalisation des activités civilo-militaires : si elles sont redécouvertes en ex-Yougoslavie, l’enjeu des usages civilo-militaires en Afghanistan est celui de la reproduction de ces activités puisqu’il existe depuis 2004 une organisation militaire ad hoc dédiée à la fonction, le Groupement interarmées des actions civilo-militaires (GIACM). Les concepteurs doivent désormais réintégrer ces expériences, toujours contingentes et souvent contradictoires, non plus au sein de débats doctrinaux, mais au sein d’une chaîne civilo-militaire « déjà là », c’est-à-dire qui possède une certaine historicité et produit elle-même sa propre légitimité. Il y a donc une solidification très nette des processus d’institutionnalisation à partir de 2004-2005, que la comparaison des usages sur ces deux zones d’opérations permet de mettre en valeur.

La recherche documentaire : retours d’expérience et groupe de travail

  • 10 À partir de 2006, le ministère de la Défense n’accorde plus de dérogation aux chercheurs souhaitant (...)

18Nous articulons deux angles d’observation : celui des opérations où se développent les usages concurrentiels et celui des administrations centrales où s’enchevêtrent les rivalités bureaucratiques. À défaut d’obtenir les autorisations de nous déplacer au cœur de ces zones10, nous avons eu recours à l’exploitation d’archives sur les « retours d’expérience ». Le « retour d’expérience » ou RETEX désigne le processus d’analyse que font les organisations militaires des enseignements des opérations passées ou en cours. L’étude des processus RETEX nous permet d’observer le circuit de l’information et offre un aperçu incomparable de la façon dont les administrations digèrent l’expérience de la contingence et permettent la reproduction sociale de la spécialité en réinventant la tradition civilo-militaire à partir d’usages concurrents voire contradictoires en opérations. Le corpus est quelque peu déséquilibré par l’historicité de la fonction civilo-militaire : d’un côté, de nombreuses données traitant des opérations yougoslaves et de l’autre, des informations beaucoup plus parcellaires concernant l’Afghanistan. Nous avons retrouvé quatre-vingt-six rapports ou synthèses de rapports de fin de mission d’officiers civilo-militaires, dont cinquante-cinq en Bosnie-Herzégovine, vingt au Kosovo, cinq en Afghanistan et deux respectivement en Afrique, en Haïti et en Albanie. Ces comptes rendus de fin de mission constituent des documents bruts d’une importance capitale dans la mesure où, en dépit de contraintes certaines, l’exercice est assez libre : des officiers font un strict bilan de leur action en suggérant parfois des pistes d’amélioration, là où d’autres utilisent ce support comme un véritable « cahier de doléances » face à l’indigence des moyens et à la déconsidération de la fonction qu’ils incarnent. Enfin et surtout, ces rapports de fin de mission sont généralement bien documentés et contiennent en annexe des tableaux de synthèse sur le financement des opérations civilo-militaires en cours, la liste des partenaires civils, l’évolution de la situation humanitaire des populations locales, etc. D’autres types de documents, nous le verrons, participent du processus RETEX : les audits d’évaluation des activités civilo-militaires menées sur place par des administrations centrales ou des sociétés privées et des mémoires d’élèves des enseignements militaires supérieurs (EMS).

  • 11 En particulier via deux organismes qu’il contrôle, le Commandement de la force d’action terrestre ( (...)
  • 12 Centre interarmées de concepts, de doctrines et d’expérimentations (CICDE), état-major des forces n(...)
  • 13 Ministère des Affaires étrangères, Mouvement des entreprises de France (MEDEF), GDF Suez [Engie], A (...)
  • 14 Nous constatons, avec d’autres chercheurs, qu’autant la transmission de documents au sein du milieu (...)
  • 15 Suite à une demande formulée par l’intermédiaire du C2SD, le vice-amiral Jean-Pierre Teule, chef du (...)
  • 16 Demande formulée à la DGA via l’IRSEM en février 2008.

19Au niveau bureaucratique, trois organisations forment la triangulaire historique du projet civilo-militaire au sein du ministère de la Défense : le COS, le Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO) et l’état-major de l’armée de terre (EMAT)11. Nous avons prêté une attention particulière à la diversité des arènes civiles et militaires où s’est jouée cette institutionnalisation. Nous avons été amené à nous rendre dans une petite dizaine d’organisations militaires en plus de celles déjà citées12 et non militaires13. Fort de nos rattachements institutionnels auprès de la direction générale de l’Armement (DGA) et de l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), nous fûmes rapidement en mesure de « montrer patte blanche » pour pénétrer les organisations que nous avions identifiées. Plus de 95 % des personnes contactées ont répondu positivement au principe d'« un entretien avec un chercheur sur le civilo-militaire ». L’autorisation de circuler, de nous entretenir et, surtout dans certains cas, de consulter voire de reproduire des archives a été obtenue de trois façons différentes. Dans la majorité des cas, il s’agissait d’un accord oral – et moral – sur l’utilisation future des documents entre l’enquêté et le chercheur suite à un entretien14. De façon moins fréquente, nous demandions un accord écrit de la plus haute autorité de l’organisation afin de faciliter notre circulation au sein des bureaux15. Enfin, nous avons obtenu un accès à des documents classifiés « Confidentiel Défense »16. Nous avons ainsi retrouvé la trace des activités du groupe de travail chargé de « rédiger » un concept et une doctrine sur les actions civilo-militaires, de sa création en novembre 1994 à sa dissolution en 2005 : mandats, convocations, notes internes, correspondances, procès-verbaux des réunions, rapports intermédiaires, directives finales. D’autres types de documents n’ont pas été produits par les membres du groupe de travail mais ont été utilisés en parallèle de leurs activités : plus d’une vingtaine d’études et de monographies, une vingtaine de concepts et de doctrines CIMIC émanant des armées étrangères ou des organisations multilatérales et une dizaine de comptes rendus de stages et d’exercices CIMIC. Nous disposons également de six expertises produites en dehors de la défense par des organisations civiles et d’une quarantaine d’articles issus de la presse militaire. Grâce à ces documents, nous avons non seulement accès à la teneur des débats, mais aussi à la structuration des positions et des échanges de coups et à la division du travail entre les représentants d’organisations concurrentes (Laurens 2007). Nous avons par ailleurs obtenu d’autres documents en investissant des terrains non militaires, notamment auprès de certains diplomates, hauts fonctionnaires, industriels et humanitaires. Ceux-là concernent directement les activités civilo-militaires et la coordination interministérielle dans le domaine de la « gestion » des crises internationales. Dans le premier cas, nous disposons d’une petite dizaine de correspondances entre des officiers généraux, des hauts fonctionnaires et des membres de cabinets ministériels sur le financement de projets civilo-militaires et sur l’insertion de spécialistes au sein des OI. Dans le second cas, le corpus est composé d’une quinzaine de comptes rendus de réunions interministérielles sous l’égide du secrétariat général du Gouvernement, d’une vingtaine de notes de service émanant de la cellule d’urgence et du service de l’action humanitaire (SAH) du ministère des Affaires étrangères (MAE) et d’une dizaine de documents provenant de la Mission interministérielle pour l’Europe du Sud-Est (MIESE).

Les entretiens non directifs : entre violence symbolique et anticipation stratégique

  • 17 Voir la liste des entretiens en annexe.
  • 18 Les situations pendant lesquelles nous nous sommes retrouvé en position d’enquêté sont fréquentes. (...)

20Cinquante-sept entretiens ont été menés, auprès de quarante-trois officiers responsables ou anciens responsables de la fonction CIMIC, mais aussi auprès de diplomates, de hauts fonctionnaires, d'industriels et de responsables humanitaires17. La durée moyenne des entretiens est de deux heures, leur amplitude variant de quarante minutes à un peu plus de six heures. Sur ces cinquante-sept entretiens, six sont de nature informelle et cinquante et un de nature formelle, c’est-à-dire dans une interaction enquêteur-enquêté où chacun « connaît son rôle »18. Sur nos quarante-trois interlocuteurs, trente-six sont ou ont été militaires (dont vingt officiers d’active, cinq réservistes et onze reconvertis au moment de notre rencontre et, par grades, dix officiers généraux, dix-neuf officiers supérieurs et sept officiers subalternes). Dans plus de huit cas sur dix, nous avons rencontré ces officiers à Paris, généralement dans leur bureau (69 % des cas), dans un restaurant ou un café (25 %), ou, plus exceptionnellement, à leur domicile (6 %). Dans la mesure du possible (un cas sur trois environ), nous avons privilégié la formule du double entretien. Le premier, dit « exploratoire » et sans enregistrement, vise surtout à nous présenter à notre interlocuteur, à créer un climat de confiance en lui donnant les références de notre travail. Nous savions que, dans l’écrasante majorité des cas, suite à notre prise de contact, toujours à l’écrit, le plus souvent par courriel (pour son caractère à la fois direct et non intrusif), nos interlocuteurs disposaient des ressources, institutionnelles ou privées, pour vérifier nos « qualifications ». L’exercice lors de ce premier entretien consiste généralement en une « biographie commentée », qui nous permet non seulement de resituer le parcours de l’acteur au sein des processus institutionnels identifiés, mais surtout de cibler son mode d’expression, comme la façon dont il (re)met sa vie en scène. Dans un second temps (la durée moyenne entre le premier et le second entretien étant généralement de deux à trois semaines), l’entretien « approfondi », enregistré, vise à confronter notre interlocuteur aux informations divergentes ou convergentes relevées par ailleurs.

  • 19 Expression informelle, orale et récurrente chez nos interlocuteurs qui désigne non seulement une po (...)

21Au-delà de nos prénotions sur le milieu militaire – rigide, hiérarchisé, conservateur et codifié –, nous étions d’autant plus convaincu que ce terrain ne « s’ouvrirait » que difficilement que, n’étant pas de famille de tradition militaire ou « au service de l’État », nous n’appartenions pas au « sérail ». Nos préjugés sur la surdétermination de l’homogénéité du groupe étudié, certes marqué par un très fort taux de reproduction sociale, constituent le premier obstacle à l’ouverture du terrain. L’intériorisation d’une violence symbolique, pour l’instant juste appréhendée, c’est-à-dire non encore vécue, nous a indéniablement conduit à mythifier à l’avance la « difficulté » d’accès dudit terrain (Pinçon & Pinçon-Charlot 1991). Les traces multiples de l’activité de nos interlocuteurs agissaient comme autant de vecteurs d’objectivation de leur position dominante : grade, ouvrages, articles, entretiens, biographies, réputation, décorations, « faits d’armes », etc. Ces appréhensions se matérialisaient à travers la posture générale (la maîtrise des codes de tenue, de comportement et de langage) et se manifestaient par un foisonnement de questionnements : comment vais-je reconnaître le grade d’un officier rien qu’en un coup d’œil à ses épaulettes ? devais-je adopter la même posture en face d’un officier terrien qu'en présence d’un marin ? l'appellation formelle « mon général » n’est-elle pas contre-productive pour un chercheur qui veut maintenir sa posture d’extériorité, jouer la connivence sans s’en retrouver prisonnier ? Face à ces appréhensions, il est intéressant de noter que l’opposition opérationnel/intellectuel nous semblait la plus prégnante en situation d’interaction, bien avant celles de type enquêteur/enquêté, militaire/civil, professionnel expérimenté/jeune chercheur. Il s’agissait de nous détacher d’une certaine vision intellectualiste dont nous étions convaincu d’être l’objet : ces hommes de terrain, ces « grands chefs19 », ne risquent-ils pas de me disqualifier d’entrée, en me prenant pour un « rat de bibliothèque » ? L’enjeu consistait ainsi à montrer que, même si nous n’avions jamais connu l'« épreuve du feu », nous n’avions pas besoin de nous « engager » dans l’institution militaire pour appréhender et surtout expérimenter à travers notre socialisation l’« exposition physique de soi ». En d’autres termes, nous avons sans doute surjoué en différentes occasions l’« ethos viril » pour compenser ce que nous anticipions comme le « boulet » de l’intellectualisme, c’est-à-dire cette idée que ce qui créait une distance avec nos interlocuteurs était la dichotomie entre l’homme d’action et l’homme de réflexion. Or, face aux officiers, les registres employés pour « libérer la parole » sont les mêmes que pour n'importe quel type d’interaction « de la vie de tous les jours », à ceci près que la spécificité de cette relation est avant tout liée au fait que le « dominé » cherche à soutirer des informations au « dominant » (Chamboredon et al. 1994 ; Cohen 1999). L’interaction enquêteur/enquêté implique des techniques de bricolage alimentées par l’expérience : la flatterie, la séduction, le bluff, la provocation, l’argument d’autorité ou les réseaux d’amitiés. Au final, notre expérience nous invite modestement à démystifier la « culture du secret » en milieux militaires : la « grande muette » est bavarde (Daho 2016).

Les prosopographies par cohortes : l’observation longitudinale de groupes professionnels

22Si la méthode biographique n’est pas décisive dans la démarche d’administration de la preuve, elle permet en revanche de corréler des faisceaux d’indices de prime abord disparates. Évidemment, cette méthode n’est pas sans risque tant elle tend à entretenir un certain déterminisme. Si nous étudions la trajectoire passée de quelques personnalités, c’est précisément parce que nous connaissons d’ores et déjà leur futur rôle en matière de formalisation du projet civilo-militaire. Or, rien ne garantissait pour autant la visibilité future de celles-ci, et l’analyse que nous proposons ne se penche d’ailleurs pas sur ceux qui appartenaient originellement aux mêmes groupes mais qui n’ont absolument pas fait « carrière » dans la « gestion » de crises. Ensuite, nous gardons à l’esprit le piège de l’« illusion biographique » (Bourdieu 1986), sorte de complicité du chercheur dans la reconstruction rétrospective d’une « histoire de vie ». Il ne s’agit pas de saisir les critères objectifs du cheminement effectif de ces officiers civilo-militaires, mais plutôt de comprendre comment, à travers le regard rétrospectif qu’ils portent sur leurs engagements antérieurs, ils rationalisent a posteriori, pour eux-mêmes et ensuite pour leur interlocuteur, leur « histoire de vie ». Les éléments communs à ces rationalisations individuelles sont autant d’indices des vecteurs de structuration des groupes sociaux en question. Il s’agit donc de contextualiser les différentes logiques d’engagement et de carrière professionnelle en tant que processus variables en fonction des différentes séquences historiques et des espaces sociaux où elles se sont jouées.

   

  • 20 Nous avons choisi de rendre anonymes les acteurs que nous avons rencontrés et d’en citer d’autres p (...)

23Nous avons pu reconstituer les trajectoires des membres des trois groupes d’acteurs ayant le plus pesé sur l’institutionnalisation de la CIMIC. L’enjeu, on l’aura compris, est moins d’évaluer les apports des différents groupes professionnels que d’analyser les effets de leurs interactions sur la trajectoire des activités civilo-militaires. Les deux premiers groupes sont en confrontation à l’intérieur des armées pour la définition et le leadership du projet (les officiers du COS, partisans d’une vision extensive et politique, et les officiers de l’armée de terre, défenseurs d’un modèle restrictif et militaro-centré), tandis que les membres du troisième groupe (les urgentistes du ministère des Affaires étrangères) ont constitué le soutien non militaire le plus constant au projet CIMIC. Pour les officiers du COS chargés de prospecter les marchés de la reconstruction, le panel est constitué de treize acteurs ayant gravité à l’intérieur et autour du bureau affaires civiles entre 1992 et 2004. Il comprend des officiers généraux issus des services d’espionnage industriel de la direction générale de la Sécurité extérieure (DGSE) dans les années 1980 (Lacoste, Lanxade, Lepage, Saleun20), des officiers subalternes spécialisés dans le renseignement (réf. 1, 2, 3 et 5) et un certain nombre de réservistes, cadres d’entreprise spécialisés dans la reconstruction post-conflit (réf. 4, Daoulas, Le Roch, Servent, Girot). Pour les officiers de l’armée de terre, nous nous référons à un panel de dix officiers, dont neuf généraux et un colonel. Certains ont été les premiers chefs de cellules civilo-militaires projetées dans l’urgence (réf. 8, 10 et 11) ou des chefs de zone ayant pris l’initiative de recourir à ce type d’actions (réf. 14) ; d’autres, au niveau des états-majors centraux, se sont intéressés de près au « dossier » pour l’armée de terre (réf. 15 et 16), qu’ils aient été chargés de sa formalisation conceptuelle (réf. 17), de le porter ou de le faire connaître aux acteurs non militaires (réf. 7) ou qu’ils se soient « retrouvés » en position d’arbitrage (réf. 9 et 13). Enfin, pour les urgentistes du MAE, le panel est constitué de sept acteurs. Ceux-ci ont gravité dans les mêmes organisations des années 1980 aux années 2000. Autour de Jean-Maurice Ripert et de Bernard Kouchner au service de l’Action humanitaire (SAH), ce groupe d’acteurs a participé à la promotion du projet CIMIC au Kosovo au niveau interministériel et politique grâce à deux organisations : la cellule d’urgence du MAE et la Mission interministérielle pour l’Europe du Sud-Est (Machuron, réf. 7, 33, 34 et 35).

Notes

1 Doctrine interarmées, Coopération civilo-militaire, DIA-3.10.3(A)_CIMIC(2012) [en ligne], no 174/DEF/CICDE/NP, 17 juillet 2012 : 19, disponible sur <http://www.cicde.defense.gouv.fr/IMG/pdf/20120717_np_cicde_dia-3-10-3a-cimic.pdf>.

2 « Les modifications du contexte international et les perspectives stratégiques accompagnant la fin de la guerre froide appellent une adaptation de la politique de défense de la France […]. Les appareils de défense, largement organisés autour d’une mission de garde face à l’Est, doivent opérer une véritable conversion » (Livre blanc sur la défense 1994* : 23). Les dates d’édition marquées par un astérisque renvoient à la section « Sources primaires » de la bibliographie : 361 et suiv. (NdE).

3 Voir annexe no 1, « Organigramme simplifié du ministère de la Défense » et « Organigramme des organismes dépendant du ministre » : 373-374.

4 La thèse de l’adaptation provoque le même effet pour l’analyse des relations internationales que celle de l'« inéluctabilité des réformes » pour l’analyse des politiques publiques. Bastien Irondelle précise qu’elle « domine également le champ académique à travers les deux principaux courants d’analyse de la politique militaire : la sociologie militaire d’une part, l’analyse stratégique d’autre part » (Irondelle 2003 : 16).

5 « Si les hommes définissent leurs situations comme réelles, elles sont réelles dans leurs conséquences », théorème de William Isaac Thomas cité in Merton (1997 : 137-139).

6 L’une des façons pour un système de s’adapter est précisément de transformer son environnement (Easton 1974).

7 « Les professionnels internationaux de la paix. Sociologie et histoire d’une ingénierie transnationale », programme ANR codirigé par David Ambrosetti, Sandrine Lefranc et Guillaume Mouralis à l’Institut des sciences sociales du politique de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2011-2014.

8 Voir notamment, dans la collection « Les documents du C2SD » du Centre d’études en sciences sociales de la défense, Efros & Fouilleul (1999) ; Prévot-Forni (2001) ; Thiéblemont (2001).

9 Nous rejoignons les travaux qui estiment que le paradigme bureaucratique est particulièrement fécond pour analyser les prises de décision entre administrations de la défense : « Nous pensons que l’appartenance à une administration détermine substantiellement la perception et les objectifs des participants et détourne leur attention de la scène internationale au profit d’enjeux infra-nationaux et particulièrement infra-bureaucratiques » (Halperin & Kanter 1973 : 3, traduit in Irondelle 2003 : 80).

10 À partir de 2006, le ministère de la Défense n’accorde plus de dérogation aux chercheurs souhaitant se rendre en Afghanistan.

11 En particulier via deux organismes qu’il contrôle, le Commandement de la force d’action terrestre (CFAT) et le Centre de doctrine d’emploi des forces (CDEF).

12 Centre interarmées de concepts, de doctrines et d’expérimentations (CICDE), état-major des forces no 4, état-major de la marine (EMM), état-major de l’armée de l’air (EMAA), musée de l’Armée, gouvernement militaire de Paris.

13 Ministère des Affaires étrangères, Mouvement des entreprises de France (MEDEF), GDF Suez [Engie], Action contre la faim (ACF), France Diplomatie.

14 Nous constatons, avec d’autres chercheurs, qu’autant la transmission de documents au sein du milieu militaire et a fortiori vers l’extérieur est régie par un corpus conséquent de règles, autant la pratique la plus courante passe par ce type d’accord en « face à face » (Descheaux-Beaume 2011).

15 Suite à une demande formulée par l’intermédiaire du C2SD, le vice-amiral Jean-Pierre Teule, chef du Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO), nous autorise l'« accès aux documents CIMIC et RETEX CIMIC » dans un courrier daté du 22 juillet 2008.

16 Demande formulée à la DGA via l’IRSEM en février 2008.

17 Voir la liste des entretiens en annexe.

18 Les situations pendant lesquelles nous nous sommes retrouvé en position d’enquêté sont fréquentes. Elles font partie du jeu de l’interaction et se présentent généralement en début ou en fin d’entretien. Il peut s’agir alors d’une occasion importante pour le chercheur de sortir du formalisme imposé par la situation d’entretien et de se rappeler qu’« on ne subit pas son rôle » : à son tour, le chercheur peut devenir un « objet de curiosité » (Lagroye 1997).

19 Expression informelle, orale et récurrente chez nos interlocuteurs qui désigne non seulement une position institutionnelle mais aussi des qualités exceptionnelles.

20 Nous avons choisi de rendre anonymes les acteurs que nous avons rencontrés et d’en citer d’autres pour plusieurs raisons. D’abord, il s’agit de protéger nos sources. Ensuite, les acteurs cités nominalement sont trop « visibles » pour ne pas l’être ou se sont exprimés publiquement sur leurs activités. À des fins de clarté, les grades mentionnés sont ceux de 2010.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site