Version classiqueVersion mobile

Les humanités numériques

 | 
Pierre Mounier

Ce que l’ordinateur apporte aux humanités

Texte intégral

1Les perspectives ouvertes par Roberto Busa pour l’étude des textes sont plus importantes qu’il n’y paraît. Elles permettent en effet aux chercheurs non seulement d’adopter un autre point de vue sur les sources de leurs recherches, mais aussi, et peut-être surtout, de modifier l’amplitude et la diversité des sources sur lesquels ils appuient leur argumentation, permettant de faire surgir des questions nouvelles. Autrement dit, dans ce cas, les humanités numériques sont synonymes de redécouverte des sources. Dans des disciplines où la découverte de documents inédits est devenue plutôt rare – histoire ancienne, philologie, histoire de la littérature – la perspective est enthousiasmante : puisqu’on ne trouve plus tous les jours de nouveaux papyri, de nouveaux manuscrits, de nouvelles correspondances, la reprise à neuf de matériaux déjà connus constitue une opportunité à bien des égards. C’est sur cette base que se construisent aujourd’hui la plupart des projets dans ce domaine.

Une textualité « rayonnante »

2Le travail de numérisation et de mise en ligne des oeuvres de William Blake fait figure de pionnier dans ce domaine. Conçue à partir de 1993 par Morris Eaves, Robert N. Essick et Joseph Viscomi, la William Blake Archive vise à rendre justice au caractère multiforme de l’œuvre du poète anglais, qui fut aussi illustrateur, peintre et typographe. Contrairement au travail de Roberto Busa, il s’agit ici essentiellement d’un travail d’édition numérique permettant d’étendre l’accessibilité des éditions originales publiées par Blake à un plus grand nombre de chercheurs susceptibles de renouveler le champ d’études portant sur cet auteur. Ainsi, le site du projet prend en charge l’édition numérique de la revue académique spécialisée sur Blake qui existe depuis les années 1970 et lui offre une seconde vie en termes de diffusion. La William Blake Archive est considérée aujourd’hui comme une sorte de modèle pour les projets de numérisation de corpus en humanités numériques, en raison de la qualité du travail d’édition dont il rend compte, aussi bien en termes de choix des matériaux qu’en ce qui concerne l’encodage du corpus (les textes ont été encodés très tôt en SGML puis en XML) ou la conception des interfaces de navigation et de consultation.

3Créée par un spécialiste du romantisme, Jerome McGann, l’autre grande archive historique qui voit le jour à peu près au même moment est la Dante Gabriel Rosetti Archive. Comme le projet sur Blake, la Rosetti Archive donne prioritairement accès aux reproductions des œuvres originales, y compris lorsqu’il s’agit de textes (poèmes, livres, articles et textes théoriques), avant de livrer leur transcription. On voit donc bien qu’il s’agit avant tout de permettre aux chercheurs de visualiser en un clic des reproductions numériques d’originaux, qui autrement sont difficiles d'accès, et de bénéficier de tous les outils de recherche (index, apparat critique, moteur de recherche) leur permettant d’explorer facilement et rapidement le corpus ainsi constitué.

4Il est remarquable que ces deux projets, premiers d’une longue lignée, aient pris pour objet les œuvres d’auteurs à la créativité polymorphe : la présence du texte et de l’image ensemble dans leur œuvre, indissolublement liés dans le cas de Blake, nécessite un travail d’édition numérique particulier qui leur rend justice. Ce travail d’édition, qui se situe dans la longue tradition de l’édition critique que connaissent les études littéraires (les porteurs des deux projets appartiennent à des départements d’études des textes et d’histoire de la littérature d’universités américaines), fonde une autre lignée intellectuelle que celle dont Roberto Busa est l’initiateur.

  • 1 Jerome McGann, « Préface », Radiant Textuality: Literary Studies after the World Wide Web, New York (...)

5Dans les deux cas, il s’agit d’établir des éditions numériques de textes canoniques pour mieux les étudier au moyen d’outils informatiques, mais de manières très différentes. Tandis que Busa effectue un travail lexicographique qui ressort de la linguistique pour renouveler les études de théologie, McGann vise à établir une « archive hypermedia de recherche » en facilitant la consultation des sources sans véritablement se prononcer, en apparence, sur les méthodes d’analyse qui doivent être employées. Pourtant, McGann, dans de très nombreux textes et publications, avance des propositions théoriques qui montrent comment la constitution d’archives numériques permet de renouveler profondément le champ de la critique textuelle. Ainsi, dans un ouvrage publié en 2001 – Radiant Textuality –, revient-il sur l’expérience qu’a représenté pour lui la constitution de la Rosetti Archive : « Les technologies numériques qu’utilisent les chercheurs en sciences humaines se sont focalisées quasiment exclusivement sur les méthodes de tri, d’accès et de diffusion de larges corpus de sources et sur certains problèmes spécialisés de stylistique et de linguistique computationnelle. De ce point de vue, le travail traite rarement des questions d’interprétation et de réflexivité qui sont les problèmes de premier plan qui occupent la plupart des chercheurs et enseignants des humanités. Les technologies numériques sont restées au stade de l’instrument en étant au service des tâches techniques et pré-critiques des bibliothécaires, des archivistes et des éditeurs scientifiques. Mais le champ de recherche et d’enseignement dans les humanités en général ne prendra pas au sérieux l’usage des technologies numériques tant que ne sera pas faite la démonstration que ces outils améliorent la manière dont nous explorons et expliquons les œuvres esthétiques, tant qu’elles n’étendront pas le champ d’application de nos procédures interprétatives1. » Le renouvellement de la pratique interprétative s’opère à deux niveaux, correspondant, selon McGann, à cette nouvelle conception « radiante » du texte que permet l’archive hypertextuelle.

6L’archive permet ainsi d’un côté de rassembler des matériaux hétérogènes autour de l’œuvre elle-même, rendant compte non seulement de l’œuvre originelle (il ne s’agit pas seulement de donner accès à une transcription qui n’est que le texte dématérialisé, mais d’abord au fac-similé de l’édition princeps qui en restitue autant que possible la matérialité), mais aussi de l’intertextualité qui la lie à d’autres œuvres, textuelles, picturales, matérielles – autrement dit, sa « radiance » même.

  • 2 Jerome J. McGann, « Radiant Textuality », 2008. En ligne : <www2.iath.virginia.edu/public/jjm2f/radiant.html>.

7Au niveau de l’interprétation cette fois, les possibilités qu’offre le support numérique et hypertextuel permettent de renouveler le travail d’édition critique. Des rapprochements multiples, des variations d’ordonnancement et enfin une multiplication des formes collaboratives de travail autour de l’œuvre sont permises. Dans un autre texte écrit en 2008 sur le même sujet, McGann insiste sur le caractère ouvert et non-clos de l’archive numérique, appelée à se reconfigurer en permanence au gré des nouveaux ajouts et des nouvelles interprétations : « Dans ces conditions, la critique et l’interprétation se libéreront inévitablement de la forme atomique – la monographie et l’essai savant – qui a guidé notre travail pendant si longtemps. Certains codex récents – des travaux comme The Telephone Book ou la plupart des écrits publiés dans une collection comme « A Poetics of Criticism » – montrent l’impact que la textualité radiante peut avoir sur le texte conventionnel. Même les formes les plus traditionnelles d’écrits critiques – comme cet essai – peuvent être radicalement transformées par le médium sur lequel ils sont construits2. » Le renouvellement des formes de l’activité critique peut alors prendre des formes inattendues dans le contexte académique, jusqu’au jeu vidéo, à la conception duquel McGann s’est essayé en pionnier avec Ivanhoé.

Vers des centres d’humanités numériques

  • 3 L’initiative Centernet a pour objectif de recenser et fédérer la plupart des centres au niveau mond (...)

8Pas plus que Roberto Busa, Jerome McGann n’est un chercheur isolé. Il est au centre d’un processus important de reconfiguration des départements de recherche en humanités qui s’est intensément développé sur la côte est des États-Unis à partir des années 1990. Les deux projets qui viennent d’être évoqués sont contemporains de la fondation d’un centre de recherche fameux dans l’histoire des humanités numériques : le IATH – Institute for Advanced Technology in the Humanities – hébergé à l’université de Virginie. C’est là en effet que plusieurs personnalités académiques parmi lesquelles McGann créent en 1993 le premier centre de recherche en humanités numériques de nouvelle génération. Spécialisé sur la question du codage des sources en XML, et particulièrement dans cette sorte de XML propre aux sciences humaines, la TEI – Text Encoding Initiative – sur laquelle on reviendra, le IATH inaugure un mode d’organisation de la recherche d’un type nouveau. Il repose sur l’hybridation des compétences entre chercheurs en humanités, et ingénieurs et chercheurs en informatique, mais aussi bibliothécaires – qui aux États-Unis, sont aussi souvent des chercheurs. Créé grâce à une subvention venant d’IBM encore une fois, le IATH sert de modèle à de nombreuses autres universités américaines au cours des années qui suivent. Elles mettent alors en place, à leur tour, leur propre centre d’humanités numériques : le Brown University’s Scholarly Technology Group (1994), le RRCHNM (Roy Rosenzweig Center for History and New Media, 1994), le MITH (Maryland Institute of Technology for the Humanities, 1999), le Stanford Humanities Lab (2000), l'University of Nebraska’s Center for Digital Research in the Humanities (2005), parmi beaucoup d’autres3.

  • 4 Voir à ce propos Pierre Mounier et Marin Dacos, « Humanités Numériques. État des lieux et positionn (...)

9Les centres américains se distinguent fortement du centre fondé par Zampolli à Pise dans les années 1960 dans la lignée de l’activité entrepreneuriale de Roberto Busa : ils ne restent pas cantonnés à la lexicométrie et couvrent un vaste champ d’activités variées allant de la numérisation de manuscrits comme on l’a vu, à la modélisation 3D, en passant par le développement d’outils pour les historiens, la visualisation de données, la constitution de bibliothèques numériques. Certains se spécialisent dans le développement de projets de recherche, d’autres consacrent la majorité de leurs ressources à la formation et à l’enseignement, d’autres encore proposent des outils ou des services informatiques spécialement adaptés pour les recherches en sciences humaines. On a pu remarquer que les centres américains d’humanités numériques qui se développent à cette époque ont malgré tout des caractéristiques communes : entités autonomes au sein des universités, ils ne sont en général pas dépendants des départements disciplinaires (l’équivalent des UFR en France) dont ils proviennent pourtant dans la plupart des cas. Positionnés à l’intersection de plusieurs disciplines, les centres d’humanités numériques mènent leurs propres projets, ont leur propre personnel, leur propre budget, leur schéma de gouvernance autonome, leurs outils de communication4.

10Par leur seule existence, les centres d’humanités numériques, qui se sont essentiellement développés dans le monde anglophone (États-Unis, Royaume-Uni, Canada, Australie), ont constitué une critique en acte des humanités classiques, structurées par département disciplinaire, ne serait-ce qu’en permettant une réorientation conséquente des budgets de recherche sur laquelle nous reviendrons. Pour l’heure, il faut pousser l’enquête dans une autre direction, celle qui interroge la manière dont ces centres, par leur structuration même autour des outils techniques d’analyse des sources, ont permis l’expression de propositions théoriques fortes, appelant à revoir radicalement la manière dont les recherches doivent être conduites dans ces disciplines. En un mot, elles ont permis de trouver aux humanités numériques des vertus heuristiques qui leur permettent de se détacher des disciplines traditionnelles. On en proposera deux illustrations supplémentaires qui ont fortement marqué le champ : Franco Moretti et Willard McCarty.

Lecture « à distance »

  • 5 Franco Moretti, « Conjectures on World Literature », New Left Review, n° 1, 2000, p. 54-68.

11Franco Moretti est un chercheur en littérature moderne issu de l’université de Rome. Il a effectué l’essentiel de sa carrière aux États-Unis, au sein d’universités prestigieuses : Columbia puis Princeton. Moretti est un critique de tradition marxiste et un contributeur régulier de la New Left Review. C’est dans cette revue qu’il a publié la plupart des articles rendant compte de ses propositions théoriques autour d’un concept central qu’il appelle : « distant reading ». De manière étonnante quand on sait l’influence qu’il peut avoir sur les recherches en humanités numériques aujourd’hui, Moretti, dans le premier article où il conceptualise la « lecture à distance », n’évoque pas les technologies numériques. Intitulé « Conjectures in world literature5 », l’article de Moretti vise à poser les fondements d’une étude comparée de la littérature mondiale en s’attaquant à une question particulière : l’émergence du roman moderne. Pour Moretti, les études classiques en histoire de la littérature ont pour défaut de rester enfermées à des niveaux d’analyse trop microscopiques lorsqu’elles sondent en détail l’œuvre d’un auteur particulier. D’autant que les auteurs étudiés sont sélectionnés selon des critères normés : ils appartiennent au « canon » de leur littérature nationale, laissant de côté l’essentiel de la production littéraire qui leur est contemporaine.

  • 6 Ibid.

12Pour Moretti donc, si l’on veut répondre sérieusement à une question aussi classique que celle de l’émergence du roman, il est nécessaire d’étudier l’ensemble de la littérature mondiale. Mais, ajoute-t-il, la « littérature mondiale n’est pas un objet, c’est un problème, et un problème qui demande une nouvelle méthode critique : et personne n’a jamais trouvé une méthode simplement en lisant davantage de textes. Ce n’est pas ainsi que naissent les théories ; elles ont besoin d’un saut, d’un pari – une hypothèse pour débuter6 ». Un chercheur ne peut pas lire l’ensemble de la littérature mondiale. Il lui faut donc d’autres méthodes qu’il qualifie de « lecture à distance ». Il ne s’agit en effet plus de lire en détail les textes pour en tirer une interprétation, mais d’appliquer à un large corpus une méthode d’analyse qui permettra d’y repérer des « formes » (patterns dans le texte original) récurrentes ou semblables.

13Dans cet article, Moretti fait un détour par l’histoire économique, ce qui lui permet, à partir de sources secondaires, d’émettre des hypothèses sur le rôle que joue la relation entre « centre » et « périphérie » dans la naissance du roman moderne. Le chercheur, en augmentant la distance de son regard sur les objets qu’il étudie, opère un travail d’abstraction qui le conduit à en générer des représentations formelles. À ce stade de la réflexion, Moretti ne propose pas explicitement de recourir aux technologies numériques pour conduire sa recherche. D’un point de vue méthodologique, il procède de manière très semblable aux « anthropologues en fauteuil » (armchair anthropologists) de la fin du xixe siècle : par compilation de sources secondaires et comparaison. D’une certaine manière, le chercheur italien a pour ambition de répondre à une des plus anciennes problématiques des sciences humaines : la montée en généralité. Et dans son cas, c’est la formalisation qui lui permet de l’accomplir, appuyée sur une prise de distance à l’égard du corpus de données qu’il analyse.

  • 7 Franco Moretti, « More conjectures », New Left Review, n° 20, 2003, p. 73-81.
  • 8 Franco Moretti, « Graphs, maps, trees – 1. », New Left Review, n° 24, 2003, p. 67-93.

14Moretti explique très bien le sens de sa démarche dans une réponse aux critiques et commentaires qui ont été publiés en réaction à sa proposition de « lecture à distance » : « C’est bien sûr la vieille question de savoir si l’objet propre des disciplines historiques est constitué de cas individuels ou de modèles abstraits ; et comme je le montrerai longuement dans une série d’articles à venir, je dirais ici simplement que nous avons beaucoup à apprendre des méthodes des sciences sociales et des sciences naturelles7. » Cette dernière affirmation doit sembler familière à quiconque possède une connaissance minimale de l’historiographie française : elle résonne évidemment avec le programme de l’école des Annales, fondée entre les deux guerres par Lucien Febvre et Marc Bloch. Et de fait, Moretti se situe explicitement dans cette lignée lorsqu’en introduction d’un des articles qui suivirent, il cite Fernand Braudel : « Un nombre invraisemblable de dés, toujours roulant, dominent et déterminent chaque existence individuelle : l’incertitude règne alors sur l’histoire individuelle ; mais dans l’histoire collective, c’est la simplicité et la cohérence. L’histoire est bien une “pauvre petite science conjecturale” quand elle s’applique aux individus mais bien plus rationnelle dans ses procédures et ses résultats, quand elle examine les groupes et les répétitions. » À la suite de quoi il ajoute : « une histoire littéraire plus rationnelle. Voilà l’idée ».8

15Si Franco Moretti s’en tenait là, sa proposition n’aurait donc pas grand-chose d’original. Mais pour comprendre pourquoi ses articles autour du concept de « lecture à distance » sont reçus comme audacieux voire provocants, il faut les resituer dans leur contexte académique nord-américain. Titulaire d’un doctorat en littérature moderne, il occupe une chaire de littérature comparée à Columbia puis à Princeton où il est affilié au département d’anglais. Autrement dit, Moretti porte au cœur de la discipline la plus « humanistique » des sciences humaines, la proposition d’adopter des modèles épistémologiques et des méthodes d’analyse provenant des sciences naturelles ou des sciences sociales.

  • 9 Ibid.
  • 10 Franco Moretti, « Graphs, maps, trees – 2 », New Left Review, n° 26, 2004, p. 79-103.

16C’est l’activité interprétative propre aux sciences humaines et singulièrement l’activité de lecture critique qui est ici remise en cause au profit d’autres modes d’analyse que le chercheur italien détaille dans une série de trois articles successifs parus en 2003 et intitulés « Graphs, maps, trees ». Sous-titrée « Modèles abstraits pour l’histoire littéraire », la série veut montrer de manière plus convaincante l’utilité de la lecture distante à travers des exemples concrets de formalisation. Celle-ci prend en effet trois formes possibles selon Moretti. Il y a le graphique9, qui se rattache à l’histoire quantitative et permet de visualiser des évolutions sur de longues périodes. Il fait ainsi apparaître des « cycles littéraires » similaires aux cycles économiques et construit la notion de genre littéraire sur la base d’une série de cycles. La carte renvoie bien sûr à la géographie dans un premier temps : Moretti présente un certain nombre d’exemples issus de romans anglais, allemands et français analysés à travers le positionnement des personnages ou des événements sur des cartes d’époque. Mais en réalité plus que la géographie c'est la géométrie qui l’intéresse dans l’essai cartographique. Car ce que Moretti veut étudier, ce n’est pas tant la localisation des objets que leurs types de relations dans l’espace : « parce qu’une forme géométrique est trop ordonnée pour être le résultat du hasard. C’est le signe que quelque chose est en train de travailler ici ; que quelque chose a créé la forme telle qu’elle est10 ». Et cette chose au travail que la carte fait apparaître, ce sont les relations de force entre les personnages, incarnations individuelles de collectifs et de forces historiques.

17Le dernier article de la série, le plus audacieux, prend l’arbre phylogénétique comme modèle de formalisation possible. Il s’agit ici de s’inspirer de la théorie de l’évolution dans les sciences de la nature depuis Charles Darwin. En prenant deux exemples précis – le rôle de l’indice dans la genèse du roman de détective dans la littérature anglaise à partir d'Arthur Conan Doyle et l’usage du discours indirect libre dans le roman français –, Moretti montre comment on peut représenter et même modéliser le développement historique d’un genre littéraire en repérant les phénomènes de différenciation entre les œuvres et les auteurs à partir du repérage d’éléments formels précis et limités.

  • 11 Franco Moretti, « Graphs, maps, trees – 3 », New Left Review, n° 28, 2004, p. 43–63.

18En conclusion de cette série de trois articles, Moretti revient sur la notion de théorie littéraire et énonce sa propre position par rapport à celle-ci. Les départements de littérature (anglaise) structurent leurs activités autour de discussions sur la « Théorie » (avec majuscule et au singulier), selon lui. Or, avance-t-il, c’est précisément au nom du savoir théorique que la « Théorie » devrait être abandonnée au profit d’outils théoriques (au pluriel et sans majuscule) dont la validité ne pourrait être évaluée qu’à l’aune de leur capacité à traiter les données accessibles, et non pour leur seule existence : « Finalement, les approches que je propose (et d’autres que je pourrais ajouter) ont en commun de préférer clairement l’explication à l’interprétation. [...] Si je devais choisir un dénominateur commun à toutes ces tentatives, je proposerais certainement : une conception matérialiste de la forme. Est-ce un écho des problématiques marxistes des années 1960 et 1970 ? Oui et non. Oui car la grande idée de cette époque critique – la forme comme l’aspect le plus profondément social de la littérature : la forme comme force, comme je l’ai montré dans mon article précédent – demeure aussi valide qu’alors. Et non parce que je ne crois plus qu’un système explicatif unique puisse rendre compte des nombreux niveaux que comportent la production littéraire et leurs nombreux liens avec le système social dans son ensemble11. »

Résistance des humanités

19Les articles provocateurs de Franco Moretti n’ont pas manqué de susciter des réactions et une saine controverse en provenance essentiellement de la cible à laquelle ils étaient destinés : les départements de littérature. Christopher Prendergast produisit la réponse la plus élaborée aux articles de la New Left Review. C’est essentiellement l’affirmation selon laquelle la méthode proposée permet de passer de l’interprétation à l’explication qui fait réagir ce professeur de littérature française au King’s College. Pour lui, la tentative proposée par Moretti non seulement n’est pas neuve, mais elle manque par ailleurs le passage de l’interprétation (qui relie des éléments entre eux pour en dégager une ou des significations) à l’explication (fondée sur le principe de causalité). Prendergast montre en particulier que le raisonnement de Moretti est clairement interprétatif parce qu’il relie des variations de formes apparaissant dans un corpus donné, mais il ne réussit pas pour autant à mettre en évidence les éléments de causalité qui expliquent pourquoi les formes varient ou se déduisent les unes des autres. Il y a là en effet une différence fondamentale avec les sciences de la vie où la différenciation des espèces repose sur les gènes comme principe de causalité. Et, rappelle-t-il en souriant : les textes littéraires n’ont pas de gènes…

20La controverse Moretti-Prendergast est paradigmatique de la tendance propre au mouvement des humanités numériques à fonder scientifiquement les humanités par emprunt ou rapprochement avec d’autres disciplines scientifiques, le plus souvent les sciences de la vie, en rejetant l’activité interprétative qui est au cœur de leur démarche pour les faire basculer du côté du lien de causalité… Cette idée n’est pas neuve ; elle est présente à la source du positivisme bien sûr et, rappelle Prendergast, elle fonde deux écoles de pensée opposées à la fin du xixe siècle pour ce qui concerne l’histoire littéraire : celle de Lanson et celle de Brunetière. On la retrouve beaucoup plus récemment sous l’appellation de « culturomics », école de pensée en plein essor au sein des humanités numériques sur laquelle on aura l’occasion de revenir.

  • 12 Christopher Prendergast, « Evolution and literary history », New Left Review, n° 34, 2005, p. 40-62

21Pour l’heure, relevons simplement avec Prendergast que le statut épistémologique des sciences de la nature dans le raisonnement de Moretti n’est pas absolument stable : « La plupart des difficultés dans la manière dont Moretti aborde l’histoire littéraire réside, je crois, dans le pari très audacieux qu’il fait en rapprochant les lois de la nature et les lois de la culture beaucoup plus qu’on ne le fait normalement. [...] Les chercheurs en sciences de la vie (y compris ceux que cite Moretti) s’accordent fortement pour dire que si la vie biologique est gouvernée par la prolifération, la différentiation et la divergence, la vie de la culture est dirigée par l’amalgame, l’anastomose et la convergence. Selon Georges Basalla, “différentes espèces biologiques ne se croisent pas en général, alors que les types d’artefacts sont combinés en permanence pour produire des entités nouvelles et fécondes”. Moretti concède que culture et nature sont deux règnes discontinus. Mais cela semble être une concessio rhétorique puisqu’il passe rapidement de la reconnaissance de la discontinuité à l’affirmation de la ressemblance. La culture, dit Moretti, est à la fois convergence et divergence, mais c’est bien la divergence qui, dans le jeu de son argumentation, a la prééminence12 ».

22Entre McGann et Moretti, nulle convergence possible : l’un met l’informatique au service d’une lecture rapprochée des œuvres littéraires afin d’en démultiplier la puissance interprétative dans le paradigme d’une « textualité radiante », l’autre cherche au contraire à prendre de la distance par rapport au texte pour y repérer des formes abstraites mais significatives, dans une démarche qui ne se veut plus interprétative mais explicative. Pourtant l’un et l’autre relèvent du champ des humanités numériques au sein duquel ils sont considérés comme des autorités, preuve s’il en est de la diversité du domaine, ou pour le dire de manière plus critique, de son manque de cohérence théorique.

Contre les « juke-boxes à connaissances »

  • 13 Willard McCarty, Humanities Computing, Bansingstoke, Palgrave Macmillan, 2005.
  • 14 Willard McCarty, Humanities Computing, op. cit., p. 6.

23Ce manque de cohérence apparaît de manière encore plus évidente lorsqu’on évoque la contribution reconnue par tous de Willard McCarty au développement théorique des humanités numériques. Ce professeur du King’s College est une des figures les plus centrales du domaine. En 2005, il a publié Humanities Computing13, un imposant ouvrage où il définit un vaste champ d’activité commun entre l’ensemble des disciplines des humanités et la recherche informatique. Le point d’intersection, c’est ce qu’il qualifie de « communs méthodologiques », en est l’utilisation de méthodes formelles. Pour McCarty, ce n’est pas la puissance de calcul de l’ordinateur qui est véritablement intéressante ; c’est plutôt la contrainte imposée par le traitement numérique de l’information au chercheur qui le conduit à devoir formaliser tout à la fois le matériau sur lequel il travaille (ce qui le transforme en données) et le raisonnement qu’il mobilise pour traiter ces données. « D’où la distinction que je fais, écrit-il, entre l’utilisation d’un système informatique pour produire des résultats qui seront analysés ailleurs – ce que j’appelle les “jukebox à connaissances”, et l’usage heuristique de l’informatique. Mon argument est essentiellement que pour autant que les humanités sont concernées, les usages de l’informatique qui font sens sont heuristiques et que les usages “productifs” sont de dangereuses fausses pistes14. »

  • 15 Ibid., p. 26.
  • 16 Ibid., p. 27.

24L’activité intellectuelle qui se trouve au centre de cet usage heuristique de l’informatique en sciences humaines, McCarty la situe au niveau de la notion de « modélisation » (modelling), titre du premier chapitre de son ouvrage. Notons tout de suite qu’à la différence de Moretti, ce n’est pas le modèle en soi qui intéresse McCarty mais l’activité de modélisation, celle par laquelle le chercheur va confronter ses données à un système de contraintes formelles. McCarty insiste beaucoup sur le fait que la modélisation ne se réduit pas à la représentation mais comporte une dimension opératoire essentielle, ce qui permet de distinguer le modèle du concept : « La seconde qualité du modèle qui le distingue du concept est sa manipulabilité, c’est-à-dire sa capacité à être manié, géré, travaillé ou traité par tout moyen manuel ou par extension mécanique. L’altération est un point commun entre les modèles et les concepts, mais, de manière plus ou moins métaphorique, le “modèle” renvoie à un dispositif concret et articulé qui invite à la manipulation dans le sens étymologique d’une action accomplie “à la main” (L. manus)15. » Or, pour McCarty, l’ordinateur est essentiellement une machine à manipuler des représentations, c’est-à-dire, très exactement, à les formuler en termes de modèles. « En d’autres termes, conclut-il sur ce point, les modèles informatiques, aussi parfaits soient-ils, doivent être davantage compris comme des états temporaires d’un processus de connaissance à venir que comme des structures fixes de connaissance16. »

  • 17 Richard Sennett, Ce que sait la main. La culture de l’artisanat, Paris, Albin Michel, 2010.
  • 18 Le terme est porté notamment par Olivier Le Deuff (Olivier Le Deuff, « Humanités digitales versus H (...)

25McCarty n’est pas le seul auteur à reconnaître une dimension opératoire, « manuelle », à la programmation informatique. Le philosophe britannique Richard Sennett17 formule le même type de proposition en rapprochant cette activité de tout un ensemble d’activités artisanales qui peuvent a priori en sembler très éloignées. Certains auteurs18 proposent à leur tour de parler d’humanités « digitales », plutôt que numériques, ce dernier terme renvoyant à l’activité de numération, de comptage, tandis que le premier désigne le doigt, partie de la main qui programme.

26Pour illustrer son propos, le chercheur britannique expose son projet d’analyse des Métamorphoses d’Ovide. Il s’agit pour lui de modéliser la notion de métamorphose, thème central que traite le poète latin, en formalisant les différentes manières dont elle se manifeste (à travers le récit, mais aussi les noms, les personnages, les tropes) tout au long des 12 000 vers du poème.

  • 19 Willard McCarty, Humanities Computing, op. cit., p. 39.

27Or, et c’est là le point important, ce travail de modélisation n’a pas pour objectif de produire des connaissances nouvelles (de fait, il n’en produit pas), mais d’aider le chercheur à se poser des questions nouvelles à propos de son objet de recherche tout au long de son travail de modélisation. Autrement dit, ce qui intéresse McCarty dans le modèle, ce n’est pas en quoi il fonctionne, mais au contraire, ce qui fait qu’il ne fonctionne pas : « Ainsi, programmer force à réduire ce que nous pensons savoir à un compte rendu plus ou moins adéquat avec un résidu plus ou moins irréductible de ratés. Le moment de la révélation vient quand nous réalisons que ce résidu – ce n’est pas toujours le cas, mais c’est une possibilité – constitue ce que McGann a qualifié de manière frappante de “l’ourlet du vêtement quantique” : des détails en apparence insignifiants, comme le plongeon d’Icare qui pourrait passer inaperçu dans le tableau de Pieter Bruegel, La Chute d’Icare19. » Pour McCarty, l’ordinateur n’est donc pas un outil de production de connaissances (il n’est pas un « jukebox ») mais un outil heuristique qui, par les contraintes qu’il impose au chercheur – la programmation comme modélisation formelle – le conduit à considérer son objet de recherche sous un nouvel angle ; et bien sûr à reprendre son modèle, dans un processus dont on peut imaginer qu’il est infini.

  • 20 Willard McCarty, « A telescope for the mind? », in Matthew K. Gold (dir.), Debates in the Digital H (...)

28Ainsi, si pour McCarty, l’ordinateur est un « télescope pour l’esprit20 », c’est parce qu’il permet de regarder l’univers d’une autre manière et plus loin. C’est exactement en cela, explique-t-il, qu’il est un outil précieux pour les humanités et les rapproche des autres disciplines scientifiques. Les humanités numériques telles que McCarty les conçoit peuvent être considérées comme des sciences expérimentales, à condition de comprendre que ce qui est important dans la démarche expérimentale, ce n’est pas tant la validation d’hypothèses par des résultats positifs que la génération de nouvelles questions par des résultats négatifs. En cela, l’argumentation développée tout au long du livre conduit à remettre en cause la perception des « deux cultures » mise en évidence par Charles Percy Snow, mais surtout la vulgate qui oppose « sciences dures » et « sciences molles ». La séparation, explique McCarty, si jamais elle eut lieu, a de moins en moins raison d’être, parce que les disciplines des deux blocs supposés partagent aujourd’hui des bases de plus en plus importantes, et convergent dans la mise en œuvre de « méthodes expérimentales de production de connaissances » par l’usage croissant qu’elles font, d’un côté comme de l’autre, de l’ordinateur.

L’informatique comme via negativa

29Mais de quel usage s’agit-il ? La question n’est pas résolue d’avance, quelle que soit la discipline pour laquelle on la pose. Car il est toujours possible d’utiliser l’ordinateur, ou bien comme « jukebox à connaissances » en se reposant sur sa puissance mécanique de calcul, ou bien comme méthode heuristique en tirant profit des problèmes que pose le travail de modélisation propre à la programmation. Si l’on suit McCarty donc, le développement des humanités numériques rapproche bien les humanités des sciences, mais pas de la manière dont on le dit souvent. Il ne s’agit pas pour ces disciplines de quitter les rivages de l’interprétation, de l’affect et de la subjectivité voire du subjectivisme pour rejoindre le glorieux royaume de la Raison objective où se seraient établies les disciplines scientifiques, comme on le dit souvent, mais bien plutôt, pour les unes et les autres, de reconsidérer les méthodes et les bases théoriques sur lesquelles elles reposent à l’aune de cet outil multiforme, étrange et d’un genre radicalement nouveau qu’est l’ordinateur. Sur ce point, McCarty est un des rares penseurs des humanités numériques à pousser le questionnement du côté de l’ordinateur lui-même, qu’il ne prend pas comme un objet donné, mais comme un problème dont il est nécessaire d’examiner toutes les facettes pour comprendre les enjeux qu’implique son usage croissant dans différents domaines.

  • 21 Willard McCarty, Humanities Computing, op. cit., p. 188.

30Dans un chapitre éclairant de son ouvrage portant sur l’informatique comme science, il rappelle en effet que l’ordinateur tel qu’il est « inventé » et conçu par Turing dans son article célèbre de 1936 « On Computable Numbers, with an Application to the Entscheidungsproblem » est avant tout un « produit dérivé » des théorèmes d’incomplétude de Kurt Gödel. L’indécidabilité algorithmique que met en évidence la « machine de Turing » et qui prouve le premier théorème d’incomplétude de Gödel est aussi ce qui assure à l’ordinateur son caractère ouvert et donne un caractère très particulier à la programmation informatique comme méthode mathématique : « Comme avec les Métamorphoses d’Ovide, nous appréhendons tout d’abord une entité singulière ; puis en nous familiarisant avec elle, nous constatons que toute construction de l’ensemble supposé finit par s’effondrer et constitue la tentation de nouvelles tentatives que l’on voudrait conclusives. Finalement, on se rend compte que le mouvement perpétuel de construction d’un ensemble qui s’échappe perpétuellement est justement l’objectif. N’est-ce pas ce que l’on attend d’une science informatique ? Ce trait est partagé par toutes les disciplines vivantes bien sûr, mais, comme nous l’avons déjà observé, le schéma ouvert de programmation établi par la machine universelle de Turing lui donne cette force et cette forme si particulière. Ce schéma est une incitation à progresser, une réponse à l’épistémologie courante du “connaître” plutôt que de la connaissance21. »

  • 22 Ibid., p. 114-115.

31Pour McCarty, les humanités numériques ne sont pas un nouveau scientisme producteur de connaissances positives, ce qui leur est quelquefois reproché, mais bien plutôt une « via negativa », pierre de touche sur laquelle doivent venir au contraire se briser les certitudes établies. Elles mobilisent une méthode d’investigation particulière – une méthode plus qu’une technologie d’ailleurs – pour décentrer le regard du chercheur sur son objet, pour construire une situation d’étrangeté qui le force à ne pas se satisfaire de ce qui est déjà connu, afin d’avancer dans la compréhension en explorant ce qui n’entre pas dans ses cadres de perception habituels. C’est en cela qu’elles sont une méthode scientifique au même titre que la méthode expérimentale, mais aussi que l’anthropologie qui emploie l’observation participante ou la « thick description » pour reprendre l’expression de Clifford Geertz que McCarty utilise intensément22, exactement dans la même perspective.

32McGann, Moretti, McCarty, trois manières très différentes d’appréhender et de pratiquer les humanités numériques. Les trois voient en l’ordinateur un outil susceptible de permettre aux humanités de produire de nouvelles connaissances. Avec d’autres, mais sans doute bien plus que Busa qui n’a pas théorisé autant sa pratique, ils fondent un champ d’étude distinct dans le monde académique, qui conquiert son autonomie par rapport aux disciplines établies. Cette indépendance est possible dans la mesure où ce champ pose des questions qui lui sont propres et qui ne peuvent être posées en tant que telles ailleurs, sans pourtant que ce champ ne parvienne à s’unifier autour d’une proposition théorique forte.

33Évidemment, la capacité d’une proposition théorique à structurer un champ scientifique autour d’elle dépend de bien d’autres facteurs que sa cohérence ou ses seules vertus intellectuelles. C’est aussi et sans doute avant tout une question de pouvoir et de moyens dans ce monde social particulier qu’est la cité académique. La proposition de McGann a eu une influence durable et forte sur le champ, parce qu’elle fut immédiatement appuyée par un dispositif institutionnel structurant la recherche au sein des universités anglophones : le centre d’humanités numériques.

34On verra dans les chapitres suivants que l’approche proposée par Moretti s’est finalement trouvée des alliés précieux, du côté des industries de traitement de l’information notamment. Quant à celle qu’avance McCarty, si chacun lui reconnaît une haute valeur intellectuelle, elle a peu de chance de trouver des forces institutionnelles susceptibles de lui donner corps. McCarty prend soin dans le dernier chapitre de son ouvrage de tenter de définir un agenda pour les humanités numériques, mais celui-ci est produit selon une rationalité interne et épistémologique sans réellement prendre en compte les forces et contraintes politiques, économiques, sociologiques qui structurent le monde académique et la recherche scientifique de l’extérieur. C’est ce qui le désavantage considérablement par rapport à ses deux concurrents théoriques. McCarty se trouve certes des frères de pensée, comme Jean-Claude Gardin en France, Tito Orlandi en Italie, Manfred Thaller en Allemagne, mais aucun d’eux n’a réussi à (ou même tenté de) « faire école » au-delà des quelques disciples qui ont pu travailler avec lui, et encore moins à dominer leur champ disciplinaire.

35Il faudra s’interroger dans la suite de notre exploration sur les raisons de cette situation. Une piste possible est que la via negativa qu’ils préconisent, pour essentielle qu’elle soit au processus de découverte scientifique lui-même, que ce soit dans les humanités ou toute autre discipline, a en effet bien peu de chances d’être comprise à l’extérieur du champ académique. Or, et c’est ce que l’on a pu retenir de l’histoire fondatrice du Père Busa et de son travail avec IBM, le développement des humanités numériques comporte une dimension qui établit des relations nouvelles entre les humanités et le monde industriel. L’issue des débats intellectuels qui se déroulent à l’intérieur du champ n’est jamais complètement indépendante d’un faisceau de contraintes et d’évolutions qui se déroulent à sa périphérie, que ce soit dans les humanités en général, dans l’Université, et même, on l’a vu dans les différentes composantes des sociétés où il s’inscrit. L’exposition des trois propositions théoriques que l’on vient d’analyser montre que le champ des humanités numériques n’est pas transparent à ces influences extérieures. Il génère des propositions, de l’intérieur du champ académique, mais le destin de ces positions théoriques risque d’être fort différent selon qu’elles s’accordent au rapport de force dominant de l’arène où elles peuvent s’actualiser…

Notes

1 Jerome McGann, « Préface », Radiant Textuality: Literary Studies after the World Wide Web, New York, Palgrave, 2001.

2 Jerome J. McGann, « Radiant Textuality », 2008. En ligne : <www2.iath.virginia.edu/public/jjm2f/radiant.html>.

3 L’initiative Centernet a pour objectif de recenser et fédérer la plupart des centres au niveau mondial. En ligne : <http://dhcenternet.org>.

4 Voir à ce propos Pierre Mounier et Marin Dacos, « Humanités Numériques. État des lieux et positionnement de la recherche française dans le contexte international », Paris, Institut Français, 2014. En ligne : <www.institutfrancais.com>.

5 Franco Moretti, « Conjectures on World Literature », New Left Review, n° 1, 2000, p. 54-68.

6 Ibid.

7 Franco Moretti, « More conjectures », New Left Review, n° 20, 2003, p. 73-81.

8 Franco Moretti, « Graphs, maps, trees – 1. », New Left Review, n° 24, 2003, p. 67-93.

9 Ibid.

10 Franco Moretti, « Graphs, maps, trees – 2 », New Left Review, n° 26, 2004, p. 79-103.

11 Franco Moretti, « Graphs, maps, trees – 3 », New Left Review, n° 28, 2004, p. 43–63.

12 Christopher Prendergast, « Evolution and literary history », New Left Review, n° 34, 2005, p. 40-62.

13 Willard McCarty, Humanities Computing, Bansingstoke, Palgrave Macmillan, 2005.

14 Willard McCarty, Humanities Computing, op. cit., p. 6.

15 Ibid., p. 26.

16 Ibid., p. 27.

17 Richard Sennett, Ce que sait la main. La culture de l’artisanat, Paris, Albin Michel, 2010.

18 Le terme est porté notamment par Olivier Le Deuff (Olivier Le Deuff, « Humanités digitales versus Humanités numériques, les raisons d’un choix », Le guide des égarés (blog), 1er novembre 2014. En ligne : <www.guidedesegares.info>) et Claire Clivaz (Claire Clivaz, « “Humanités Digitales” : Mais oui, un néologisme consciemment choisi ! Suite », Digital Humanities Blog. En ligne : <https://claireclivaz.hypotheses.org/114>, consulté le 7 août 2016) qui se sont rejoints sur cette position sans s’être concertés préalablement.

19 Willard McCarty, Humanities Computing, op. cit., p. 39.

20 Willard McCarty, « A telescope for the mind? », in Matthew K. Gold (dir.), Debates in the Digital Humanities, Minneapolis, Minnesota University Press, 2012. En ligne : <http://dhdebates.gc.cuny.edu/debates/text/37>.

21 Willard McCarty, Humanities Computing, op. cit., p. 188.

22 Ibid., p. 114-115.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search