Version classiqueVersion mobile

Les humanités numériques

 | 
Pierre Mounier

IBM ou International Busa Machines ? De l’informatique aux humanités

Texte intégral

1Le travail de recherche en sciences humaines comme en d’autres disciplines est très varié : il va de la collecte de matériaux à la direction d’équipes de recherche en passant par l’analyse de données, la compilation bibliographique, la rédaction de publications scientifiques, la communication orale dans des colloques et séminaires, sans compter les charges d’enseignement, d’encadrement, d’évaluation et d’administration qui font le quotidien des chercheurs. Aujourd’hui, les humanités numériques conçues comme la mobilisation des technologies numériques dans la recherche en sciences humaines s’appliquent à quasiment toutes les facettes de cette activité multiforme. Ce n’était évidemment pas le cas dans les premières années héroïques de cette histoire. Et même, c’est par une toute petite partie de l’activité de recherche que tout a commencé : l’analyse des sources textuelles.

Aux origines des humanités numériques, un jésuite

  • 1 Aurélien Berra, « Faire des humanités numériques », in Pierre Mounier (dir.), Read/Write Book 2. Un (...)

2Les spécialistes se reconnaissent en effet une sorte de « père spirituel », à plusieurs titres, en la figure du jésuite italien Roberto Busa, qui, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, venait tout juste de finir une thèse de théologie sur l’immense Somme théologique de Thomas d’Aquin. Selon Aurélien Berra, un des spécialistes français de ce domaine de recherche, « Busa souhaitait étudier le vocabulaire de la présence, de l’incarnation dans les œuvres de Thomas d’Aquin, ce qu’il ne pouvait pas faire en se contentant de rechercher des occurrences de substantifs. Il devait aussi, dans les millions de termes de son corpus, s’intéresser à un mot comme la particule latine in, “dans”. La compilation et l’usage d’un index complet constituaient un travail surhumain. La lecture intensive traditionnelle ne pouvait pas suffire. La concordance automatique était la solution1 ».

3À la suite d’un voyage aux États-Unis en 1949, le père jésuite entame un patient travail de transcription de la Somme théologique sur support informatique, travail qui lui prendra plus de trente années. Dans les États-Unis de l’après-guerre, c’était incontestablement l’entreprise IBM qui était la plus avancée dans le traitement automatique de l’information, avec sa toute nouvelle machine, le SSEC – Selective Sequence Electronic Calculator. Ce n’est pourtant pas cette machine qu’utilise le Père Busa mais plus modestement des machines à carte perforée dont la firme dominait la production et qui étaient utilisées dans de nombreux secteurs de la société. Le travail consiste alors à « coder » par perforation chacun des mots de l’œuvre de Thomas d’Aquin sur autant de cartes, de même que sa position dans le corpus ainsi constitué. Le positionnement des trous effectués dans la carte permet ensuite aux machines de traitement de sélectionner par procédé mécanique toutes les cartes ayant des caractéristiques similaires, ce qui permet de compter le nombre d’occurrences des différents mots et leurs différentes formes, ainsi que d’établir un index pour en situer les différentes positions dans le texte.

  • 2 Roberto Busa, « The annals of humanities computing: the index thomisticus », Computers and the Huma (...)

4L’Index Thomisticus, le résultat de cette entreprise de grande ampleur publié en 1980, comporte pas moins de 70 000 pages réparties en 56 volumes. Bien que le programme de recherche de Roberto Busa ait été initialement conçu en théologie et philosophie, ses applications les plus évidentes ont fondamentalement changé une autre discipline en apparence éloignée de la sienne : la linguistique. Et c’est la source textuelle qui permet d’effectuer le passage de l’un à l’autre. Revenant dans une conférence célèbre sur les origines de son intuition, Busa expose en effet les bases théoriques de son travail : « Alors que j’étais engagé dans mon travail de recherche, deux constats s’imposèrent à moi. Je réalisai alors qu’une étude philosophique et lexicographique sur le système verbal d’un auteur devait toujours précéder et préparer l’interprétation doctrinale de son œuvre. Chaque auteur exprime son système conceptuel à travers son système verbal, ce qui a pour conséquence que le lecteur qui maîtrise le système verbal tout en utilisant son propre système conceptuel doit aussi comprendre celui de l’auteur. Le lecteur ne doit pas simplement attacher ses propres significations aux mots qu’il lit, mais il doit aussi rechercher les significations que ces mots ont pour l’auteur lui-même. Par ailleurs, tous les mots fonctionnels et grammaticaux (qui dans mon esprit ne sont pas vides du tout mais au contraire très riches sur le plan philosophique) manifestent la logique la plus profonde de l’être qui génère les structures de base du discours humain. C’est cette logique de base qui permet de passer du sens des mots tel qu’il est aujourd’hui à celui qu’ils ont dans l’esprit de l’auteur2. »

  • 3 Stephen Ramsay, Reading Machines: Toward an Algorithmic Criticism, Urbana, University of Illinois P (...)

5On le voit, Roberto Busa n’est pas seulement un des premiers à avoir eu l’idée d’utiliser des outils informatiques pour mener des recherches dans une des disciplines des sciences humaines, il a aussi posé les fondations d’une approche particulière des sources textuelles. Cette approche utilise l’informatique non pour faciliter ou accélérer le travail du chercheur, mais pour conduire l’analyse à un niveau jusqu’ici inaccessible, permettant de proposer des interprétations inédites. En l’occurrence, le père jésuite effectue une opération d’un type nouveau : son travail ne consiste plus seulement à lire le texte, mais à l’observer comme objet, préfigurant le concept de « distant reading » proposé par Franco Moretti plusieurs décennies plus tard. Ce faisant, il restructure la notion même de texte pour le transformer en un ensemble de mots, une base de données qu’il s’agira désormais d’interroger selon différents angles pour y tester les hypothèses de recherche que le chercheur aura préalablement imaginées. Il s’agit, selon Stephen Ramsay, d’un événement fondateur, de « la création d’une version radicalement transformée, réordonnée, désassemblée et rassemblée de l’une des philosophies les plus influentes du monde3 ».

6L’approche proposée par Roberto Busa fut promise à un grand avenir, jusqu’à constituer aujourd’hui un des courants dominants des humanités numériques. Elle fonda quelques décennies plus tard une véritable discipline aux applications multiples : l’informatique linguistique. Car Busa fit école ; et c’est l’histoire de la naissance et du développement de cette école qu’il s’agit maintenant de regarder de plus près tant elle est à la fois significative et originale.

7On imagine bien en effet, que le travail de transcription d’une œuvre aussi monumentale que la Somme théologique sur support informatique en 1949 supposait d’une part une main-d’œuvre nombreuse, et d’autre part l’accès à des ressources matérielles que le jésuite ne pouvait fournir par lui-même. Le voyage d’étude que Busa accomplit aux États-Unis eut donc pour but de trouver et mobiliser ces ressources. Passant d’université en université, il finit par aboutir, sur recommandation du Massachussets Institute of Technology (MIT), dans le bureau de Thomas J. Watson, le célèbre fondateur et directeur d’IBM. C’est lors de la rencontre entre les deux hommes que l’investissement d’IBM dans l’aventure théologico-linguistique est décidé. La firme américaine met alors à disposition de l’homme de religion italien tout à la fois ses machines, ses fonds et son savoir-faire, mais à une condition que Watson ajoute en plaisantant : qu’IBM ne se transforme pas en International Busa Machines (l’acronyme signifie en réalité : International Business Machines).

8Alors que Busa avait pu établir à la main pendant sa thèse un concordancier de 10 000 fiches pour un seul mot, il va pouvoir, grâce à la puissance d’IBM et de ses machines, établir un jeu de 13 millions de fiches portant sur tous les mots se trouvant dans la Somme théologique. Il passe de l’artisanat à l’industrie. Et c’est cette dimension proprement industrielle que prennent les humanités numériques dès l’origine qui frappe l’esprit. Revenant en Italie, Busa installe son entreprise scientifique à Gallarate, près de Milan, où se trouvent les bureaux de la filiale italienne d’IBM. Là, il crée et développe le CAAL – Centro per l’Automazione dell’Analisi Linguistica – que l’on considère aujourd’hui comme le premier centre de recherche en humanités numériques. Le CAAL sera un véritable modèle pour bien des initiatives du domaine au cours des années suivantes, à commencer par l’Istituto di Linguistica Computazionale (ILC) fondé à Pise par Antonio Zampolli, un des élèves de Busa, qui a travaillé avec lui dès le début des années 1960.

Le contexte de la Guerre froide

  • 4 Steven E. Jones, Roberto Busa, S. J., and the Emergence of Humanities Computing: The Priest and the (...)

9Dans un livre récemment paru4, Steven E. Jones examine dans le détail l’enjeu de la rencontre entre le prêtre-philosophe et l’ingénieur-homme d’affaires, qui donna naissance à une collaboration extraordinairement longue et féconde pour les humanités numériques. En situant dans le contexte de l’époque la rencontre entre deux domaines d’activité qui n’étaient a priori pas destinés à se croiser, Jones éclaire d’un jour étonnant l’événement fondateur des humanités numériques et les développements qui en ont découlé. S’il est en effet relativement aisé de comprendre pourquoi les travaux de Roberto Busa ont eu besoin, à un moment donné, de recourir à des technologies informatiques, ou plus précisément, mécaniques, telles que les offraient à l’époque les machines à cartes perforées construites par IBM, les intérêts de la firme justifiant son investissement dans l’indexation d’une œuvre théologique du xiiie siècle sont en revanche moins immédiatement évidents. C’est le grand apport de l’enquête de Jones que de mettre en évidence ces intérêts multiples. Le contexte de l’époque, les années 1950, nous rappelle Jones, est à la fois marqué par les conséquences de la Seconde Guerre mondiale – l’Europe est un champ de ruines –, par l’affrontement des deux nouvelles puissances mondiales dans la Guerre froide – donnant naissance au complexe militaro-industriel dans le monde développé –, et enfin, par une reconfiguration complète de l’organisation de la recherche scientifique faisant apparaître des besoins de traitement documentaire inconnus avant-guerre.

  • 5 Ewin Black, IBM and the Holocaust: The Strategic Alliance Between Nazi Germany and America’s Most P (...)
  • 6 Edward Vanhoutte, « The gates of hell: History and definition of digital humanities computing », in(...)
  • 7 Voir en particulier Fred Turner, Aux sources de l’utopie numérique de la contre-culture à la cyberc (...)

10En conséquence de la guerre mondiale, les entreprises américaines ont la volonté de recréer un marché en Europe où elles pourront écouler leur production, en particulier les machines déclassées qu’elles ont produites en nombre pendant le conflit. On sait à quel point IBM, déjà bien implanté dans l'Europe d’avant guerre, s’est pensé comme une entreprise globale, se projetant très tôt au-delà de ses frontières nationales. On connaît les conséquences de cette stratégie qui l’a conduit à fournir en machines à cartes perforées le régime nazi en Allemagne5 via sa filiale Dehomag. Ces cartes avaient été particulièrement utiles au recensement des populations, y compris sur des bases raciales… Pendant la guerre, l’armée américaine utilisait elle aussi les machines d’IBM pour des tâches aussi diverses que l’établissement de feuilles de solde des soldats ou les calculs de trajectoire dans l’artillerie. Pour Edward Van Houtte6, il est clair que les fabricants d’ordinateurs pour l’armée sont à la recherche de nouveaux marchés dans l’immédiat après-guerre. Le dirigeant d’IBM de 1949 ne peut qu’apprécier positivement l’offre de collaboration venant d’un prêtre italien, qui plus est établi non loin de Milan – lieu où la firme avait ouvert son bureau italien dès 1927. De ce point de vue, l’entreprise de Busa pouvait apparaître comme une belle opération de communication en direction de l’Europe. En effet, la Guerre froide est cette course technologique entre les USA et l’URSS où les ordinateurs sont appelés à jouer un rôle considérable, en particulier dans le développement de systèmes d’armes sophistiqués. Ainsi, l’IBM 701 « Defense Calculator », commercialisé à partir de 1952, fut utilisé par des constructeurs d’avion pour modéliser leur comportement en vol, mais aussi par la Navy pour calculer les trajectoires de missiles balistiques. Mais si pour IBM le marché militaire s’avère extrêmement important et surtout exponentiel du fait de la multiplication des besoins de calculs entraînée par la sophistication croissante des armements, la firme a toujours, sous l’impulsion de son dirigeant, tenu à affirmer une ambition « humaniste » – corrigeant ainsi l’impression de déshumanisation que vit une partie de la population dans les années 1950 et 1960 et qui est palpable par exemple dans la culture populaire. Bon nombre d’auteurs7 ont mis en évidence l’effroi qui saisit une société placée d’une part sous la menace de la désintégration atomique, et d’autre part progressivement soumise à une machinisation croissante de la vie quotidienne du fait de l’organisation rationnelle du travail, de la mécanisation des moyens de production et de l’automatisation de nombre de tâches.

11En résumé, la Seconde Guerre mondiale consacre l’avènement de la domination technologique qui déploie pleinement ses ailes au cours des deux décennies suivantes, nourrissant sa propre critique au sein de l’École de Francfort sur le continent américain ou avec la figure d’un Jacques Ellul en France – son ouvrage, La Technique ou l’enjeu du siècle, paraît en 1954.

  • 8 Steven E. Jones, Roberto Busa, S. J., and the Emergence of Humanities Computing: The Priest and the (...)

12Lui-même auteur d’un ouvrage de recherche sur les mouvements luddites au xixe siècle, Steven Jones ne peut qu’être sensible aux éléments de contexte qui entourent le pacte scellé entre Busa et Watson. Acteur clé de l’avènement d’une nouvelle ère dominée par le calcul, la rationalisation, la technique et les machines, IBM cherche à corriger l’effet de déshumanisation qui en résulte. De ce point de vue, insiste Jones, la possibilité de contribuer au développement d’un projet essentiellement humaniste est une aubaine que la firme saisit bien volontiers, d’autant qu’elle est finalement peu coûteuse et qu’elle offre de très larges possibilités en termes de communication. IBM va jusqu’à organiser une présentation du projet par le Père Busa lui-même lors de l’exposition universelle de 1958 à Bruxelles, dans le pavillon de l'entreprise. Comme l’illustrent les nombreuses photos des présentations publiques et les dépliant produits par IBM pour mettre en lumière le travail du jésuite, ce plan de communication, dont Jones accumule les preuves, utilise jusqu’en 1963 le diptyque représentant côte à côte un moine copiste en son scriptorium et un opérateur assis à la console d’un IBM 705 comme preuve d’une continuité établie entre l’homme et la machine par-delà les âges. De manière plus générale, Jones montre comment tout au long de son histoire, la firme a bien pris garde de mettre en avant une visée humaniste pour chacune de ses avancées technologiques, et de produire un discours d’escorte de ses innovations techniques visant à montrer que le développement des machines était toujours synonyme de progrès pour l’esprit humain. Ainsi, en 1948, soit quelques mois avant sa rencontre avec le Père Busa, Watson, après avoir déclaré que le prétendu « âge de la machine » était en réalité l’« âge d’homme le plus accompli qui ait jamais été », accueillit par ces mots l’arrivée du SSEC : « Le calculateur que nous inaugurons aujourd’hui est le résultat de la pensée scientifique et de l’ingénierie la plus talentueuse qui soit. Maintenant que nous l’avons, il ne sera utile que dans les mains de scientifiques qui l’utiliseront pour soulager une partie de leurs efforts intellectuels afin de résoudre leurs problèmes et étendre le développement de la recherche scientifique pour le bénéfice de l’humanité8. » Aujourd’hui, remarque Jones, on peut lire sur la page Web du site officiel de la firme : « Les “IBMers” ont toujours utilisé les projets culturels pour repousser les limites de la technologie. En même temps, ils ont donné la possibilité aux chercheurs, aux musées, aux bibliothèques et aux gouvernements de rendre leur travail accessible et compréhensible d’une nouvelle façon, au public partout dans le monde. »

Passerelles

13Le dernier élément de contexte que Jones met en évidence dans son ouvrage, est la reconfiguration de l’accès à la documentation scientifique dans le contexte de l’après-guerre. Cette question, qui peut paraître éloignée a priori des problématiques propres aux humanités numériques, ne l’est en réalité pas tant : l’auteur de Roberto Busa, S. J., and the Emergence of Humanities Computing révèle en effet les connexions qui s’établissent entre le centre de Gallarate et celui d’Ispra, à quelques kilomètres de là, sur les rives du Lac Majeur, où s’était installé le centre européen de recherche atomique Euratom à partir de 1958. Quelques années auparavant, l’université Georgetown avait développé un projet de recherche visant à mettre en place des services de traduction automatique, en particulier de littérature scientifique, et très spécifiquement du russe vers l’anglais. La Guerre froide et la course à la supériorité technologique et scientifique qui accompagnaient le projet furent l’étincelle qui permit à ce champ spécifique de la linguistique computationnelle qu’est la traduction automatique de se développer à la vitesse des progrès de l’informatique et de bénéficier de moyens considérables. Un coup d’arrêt fut pourtant porté à ce développement par le rapport de l’ALPAC, paru en 1966, qui, reconnaissant que les résultats n’étaient pas à la hauteur des attentes, mit un terme provisoire à l’essentiel des recherches dans ce domaine.

14Quoi qu’il en soit, à la fin des années 1950, le projet de l’université de Georgetown à l’Euratom d’Ispra a besoin de personnels qualifiés pour être opérateurs des machines à cartes perforées et à bande magnétique qui sont installées. Le CAAL, situé à quelques kilomètres de là, forme déjà depuis des années des dizaines d’opérateurs – et surtout d’opératrices, étant donné la division sexuelle du travail dominant l’époque – qui se feront naturellement embaucher à Ispra. Au-delà de la commodité de gestion du personnel, les liens entre les deux initiatives se développent. Busa est appelé souvent à donner son avis sur les travaux de traduction, tandis qu’Euratom apporte des financements supplémentaires au CAAL.

  • 9 Le Rad Lab fut créé et fonctionna au MIT pendant la Seconde Guerre mondiale pour mener des recherch (...)
  • 10 Peter Galison, Image & logic: A Material Culture of Microphysics, Chicago, The University of Chicag (...)

15Le point de jonction entre le projet de recherche philologique « classique » de Roberto Busa et celui de Georgetown, beaucoup plus marqué par les applications pratiques en dehors de la sphère académique, donne des indications sur la manière dont le développement des humanités numériques reconfigure le rapport des sciences humaines à la société qui l’entoure. C’est la couche technologique qui opère cette jonction en projetant la recherche dans un cadre de travail commun avec tout un ensemble d’activités qui lui sont plus ou moins radicalement étrangères. Le cadre est défini par les outils – ce sont les mêmes machines qui sont utilisées pour établir l’index de la Somme théologique, les calculs de trajectoire des missiles balistiques ou les feuilles de paie –, mais aussi par les méthodes que mettent en œuvre les machines. Ce sont les mêmes opérations de sélection, de tri, de calcul qui sont appliquées, et les opérateurs eux-mêmes, ayant acquis des compétences dans un domaine, peuvent circuler d’un projet à l’autre. Dans un ouvrage célèbre, l’anthropologue des sciences et techniques Peter Galison conceptualise cette porosité que met en œuvre la technologie entre les disciplines et surtout entre leurs applications pratiques. Ainsi, à propos d’une observation fouillée des activités du Radiation Laboratory (Rad Lab)9 pendant la Seconde Guerre mondiale, il propose le terme de « trading zone10 » pour décrire cette perméabilité. Dans le cas du Rad Lab, Galison montre comment des physiciens et des ingénieurs qui travaillaient sur des projets communs ont progressivement développé des langages véhiculaires par créolisation. Reposant en partie sur un lexique comprenant des mots dont la signification pouvait varier selon les différentes communautés en contact, ils étaient tout de même opératoires.

16Dans notre cas d’étude, ce sont les outils, les machines à cartes perforées qui forment la couche la plus basse et la plus fondamentale de la « trading zone ». Or les outils ne sont rien sans les hommes et les femmes qui les manipulent, le vocabulaire qu’ils utilisent, mais aussi les opérations intellectuelles qu’ils mettent en œuvre et les représentations qu’ils forment au travail. De ce point de vue, l’hagiographie classique du Père Busa, qui s’arrête à la rencontre de 1949 avec Thomas J. Watson, le directeur d’IBM, rejette dans l’ombre une autre personne qui a joué un rôle clé dans le succès du développement du projet. Il s’agit de Paul Tasman. C’est en effet vers cet ingénieur que Watson dirige le Père Busa dès leur première rencontre pour l’aider à apprivoiser les fameuses machines à cartes perforées. Et c’est de cette rencontre que naît une collaboration longue de près de trente ans entre les deux hommes. En même temps qu’il est affecté à cette mission, Tasman est nommé à un poste important au sein de la World Trade Corporation que Watson vient de créer la même année et à la tête de laquelle il place son propre fils. Dans l’esprit de Watson, WTC a pour objectif d’organiser et d’intensifier le développement international de la firme américaine, même s’il avait commencé, on l’a vu, dès les lendemains de la Première Guerre mondiale. Le rôle pivot de Tasman apparaît dès lors clairement : il est un des opérateurs clés de l’internationalisation d’IBM ainsi que de l’extension de son secteur d’activité depuis le traitement automatique des données quantitatives vers le traitement du langage. De ce point de vue, le projet que vient présenter Roberto Busa en 1949 représente une double opportunité. Plus profondément, Busa et Tasman ont formé au fil de leur collaboration un binôme indissociable, un véritable être hybride, alliant deux types de compétences différentes et complémentaires, scientifiques et techniques, apprenant l’un de l’autre, forgeant ensemble ce langage commun qu’évoque Galison et donnant l’exemple, pour la première fois, d’une configuration classique des projets d’humanités numériques que l’on retrouvera par la suite tout au long de son histoire. C’est très certainement le début d’une configuration collaborative que l’on retrouvera à une échelle plus grande des années plus tard dans les centres d’humanités numériques.

IBM et la lexicométrie

17La collaboration entre Busa et Tasman, entre la philologie thomiste et IBM, a donné naissance, on l’a dit, à un courant de recherche fructueux qui s’est étendu au fil des décennies sous la forme de mesures quantitatives appliquées au texte : la lexicométrie. Son développement a engendré à son tour l’informatique linguistique, une discipline spécifique et hybride, comme son nom l’indique, et dont les applications possibles sont diverses : traduction automatique, traitement automatique de la langue, extraction automatique de connaissances, stylométrie, etc.

18En France, la lexicométrie a connu un essor remarquable dans le domaine de l’analyse de discours à partir de la fin des années 1960, sous l’impulsion de Maurice Tournier (qui invente le terme de « lexicométrie »), puis avec Pierre Lafon au sein du laboratoire « Lexicométrie et textes politiques », commun au CNRS et à l’ENS de Fontenay-Saint-Cloud. Ce courant de recherche a donné lieu à un grand nombre d’analyses, dont rend compte la revue Mots, visant à caractériser la parole politique, à révéler quelquefois l’inconscient du discours politique par la fréquence des mots qu’il emploie. Une des applications possibles de l’informatique à la linguistique, la stylométrie, a suscité une controverse célèbre au début des années 2000 : la « controverse Corneille-Molière », à propos de l’attribution des pièces de ce dernier au premier. Dominique Labé, spécialiste des études quantitatives appliquées aux textes, en est un des plus fameux protagonistes.

19On remarquera cependant que les questions auxquelles tente de répondre la stylométrie ne sont pas nouvelles. Elles remontent en l’occurrence à … 1919. C’est Pierre Louÿs qui le premier avait émis l’hypothèse d’un pacte secret entre les deux hommes qui aurait permis à Molière de revendiquer des pièces en fait écrites par Corneille. Dans ce cas, la lexicométrie ne fait donc pas émerger la controverse ; elle prétend y apporter des réponses plus « scientifiques » sans que le résultat soit d’ailleurs toujours convaincant. Dans le domaine de la linguistique, les applications de la lexicométrie sont nombreuses et vont bien au-delà de l’analyse du discours. Il en va ainsi des recherches menées par Christiane Marchello-Nizia au sein du laboratoire ICAR qui visent à mieux comprendre l’évolution historique de la langue française, particulièrement au Moyen Âge, à partir de corpus littéraires constitués par les chansons de geste.

20Le domaine de la lexicométrie est aujourd’hui bien installé dans le paysage académique en France comme à l’étranger. En témoignent les nombreux outils d’analyse quantitative des corpus textuels existants (TXM, Lexico, Trideux, Hyperbase), les conférences récurrentes rassemblant les spécialistes du domaine (Journées d’analyse des données textuelles), les sociétés savantes (Association pour le traitement automatique des langues) et les laboratoires spécialisés sur le sujet.

  • 11 Steven E. Jones, Roberto Busa, S. J., and the Emergence of Humanities Computing, op. cit.

21Le monde académique est ainsi fait qu’il ignore souvent, parfois volontairement, les relations qui peuvent s’établir entre les recherches effectuées en son sein et différents domaines d’application dont les enjeux peuvent être politiques, militaires ou industriels. Si la question de la responsabilité du chercheur dans le domaine de la physique des hautes énergies est ancienne et classique, celle des relations entre industrie et linguistique, ou toute autre discipline des humanités, est moins souvent abordée, et c’est un euphémisme. Dans cette perspective, jusqu’au livre de Jones, la rencontre entre Busa et Watson est souvent traitée comme une curiosité. Si The Priest and the Punched Cards11 permet certes d’avoir une meilleure compréhension des motivations historiques de la firme américaine dans cette collaboration, pour autant, n’est pas envisagée l’idée qu’il puisse être nécessaire de sortir d’une définition restrictive des humanités numériques comme seul champ académique pour bien comprendre l’ensemble des enjeux de cette collaboration. Car au-delà de son soutien un peu ponctuel et publicitaire au projet d’index thomiste (puis d’une analyse des rouleaux de la mer Morte dans laquelle Busa s’est ensuite lancé en vain), le fait est qu’IBM s’est investi beaucoup plus largement dans le soutien aux activités de recherche en linguistique computationnelle.

  • 12 Meredith Hindley, « The Rise of the Machines », Humanities, vol. 34, n° 4, 2013. En ligne : <www.neh.gov>.
  • 13 Surnom d’IBM.
  • 14 Sally Wyatt et David Millen,

22Ainsi, par exemple, en 1964 et 1965, la firme sponsorise trois conférences sur le sujet : une première en son siège à New York, qui ne rassemble pas moins de 150 chercheurs en littérature et spécialistes de l’informatique, puis deux autres à Yale et Purdue, où, selon les comptes rendus que l’on peut en lire12, les premières critiques s’expriment contre ce qui apparaît aux yeux de certains professeurs comme une fascination pour le quantitatif. La même firme soutient ensuite la naissance de la première revue d’humanités numériques qui paraît en 1966 sous le titre Computer and Humanities. La revue existe toujours et est publiée aujourd’hui par Springer. D’autres conférences sont organisées par la suite, dont les actes sont régulièrement diffusés, à l’exemple de ce IBM Symposium on Introducing the Computer into the Humanities, paru en 1969, dont l’entreprise a assuré la publication et qui est encore au menu des listes de certains manuels en humanités numériques. L’investissement de « Big Blue13 » dans les humanités numériques depuis l’origine et dans la continuité est donc tout sauf anecdotique. Elle s’est depuis étendue, comme en témoigne le livre blanc publié en 201414 par IBM, en collaboration avec l’université d’Amsterdam, la fondation néerlandaise de financement de la recherche (KNAW) et d’autres institutions du même pays. L’objectif du texte est de poser les fondations d’un partenariat de longue durée entre la firme et le centre d’humanités numériques fondé quelques années auparavant. Plusieurs domaines sont couverts par la perspective de collaboration : l’analyse textuelle bien sûr, mais aussi l’intelligence artificielle, l’analyse de réseaux, la recherche, la représentation et la visualisation de données.

23Qu’est-ce qui a conduit l’entreprise informatique à s’intéresser d’aussi près à un domaine d’étude qui semble très éloigné de son coeur de métier ? C’est sans doute dans l’histoire d’IBM qu’il faut chercher des éléments de réponse. Cette histoire, assez bien connue et documentée, commence à la fin du xixe siècle, lorsqu’un jeune ingénieur travaillant au bureau du recensement américain, Herman Hollerith, cherche à réduire la longueur du travail qu’implique la réalisation du recensement aux États-Unis. Pour cela, il a l’idée de « coder » les informations collectées (genre, âge, race) sur des cartons au moyen de perforations situées à des emplacements prédéfinis.

24En réalité, Hollerith n’est pas tout à fait l’inventeur de la carte perforée : près de quatre-vingt ans auparavant, Joseph-Marie Jacquard avait mis en pratique les mêmes principes pour guider automatiquement ses machines à tisser. Charles Babbage, un mathématicien anglais, avait quant à lui tenté de mettre au point une machine à calculer, fonctionnant à vapeur, quoique sans succès. On notera par ailleurs que les pianos mécaniques, inventés à la même époque dans plusieurs pays, fonctionnaient déjà avec des sortes de cartes perforées. Mais entre Jacquard et les pianos mécaniques d’un côté et l’invention de Hollerith de l’autre, on constate une différence de taille : il ne s’agit plus dans ce dernier cas d’automatiser des actions, mais bien de coder l’information pour pouvoir la traiter automatiquement.

25Lorsque Thomas Watson reprend l’héritage de Hollerith en 1914, il prend en réalité les rênes d’un conglomérat. La holding CTR (Computing, Tabulating, Recording) est composée de trois piliers : The Tabulating Machine Company (fondée par Hollerith dans les années 1880 pour exploiter le brevet de machine à carte perforée qu’il avait déposé peu après son invention), The International Time Recording Company (fondée en 1900 pour répondre aux besoins croissants d’instruments de mesure du temps qu’implique le développement de l’industrie et des transports mécanisés), et The Computing Scale Company (qui fabrique des caisses enregistreuses nécessaires au commerce). Son succès est entièrement dû aux besoins nouveaux de rationalisation que produit la Seconde Révolution industrielle. Il s’agit donc d’établir des représentations précises et mesurées des populations, du temps, de l’argent. La « mise en chiffres » du monde est déjà là, et elle est alimentée par les besoins de gestion, de planification et de contrôle de l’industrie.

  • 15 Cité par Steve Hamm in Kevin Maney, Steve Hamm et Jeffrey M. O’Brien, Making the World Work Better: (...)

26La contribution décisive qu’apporte Thomas Watson à l’histoire de la firme est aussi ce qui permet à cette dernière de prendre son envol : il réalise la fusion des trois entités fondatrices en une seule, dotée d’un nouveau nom à partir de 1923, International Business Machines. Cette fusion est l’occasion de mettre en place une culture d’entreprise unifiée autour d’un seul concept qui sera décliné sur tous les immeubles, bureaux, supports de communication de l’entreprise : « THINK ». En capitaine d’industrie visionnaire, Watson comprend à l’orée de la Seconde Révolution industrielle que la création de valeur s’effectue désormais autant sur des bases immatérielles que matérielles. Comme l’écrit Richard S. Tedlow, auteur d’une biographie du personnage, « il faut attribuer au crédit de Thomas Watson d’avoir eu l’idée que l’information serait la grande affaire du xxe siècle15 ». Né de la mise en œuvre d’une technique particulière de traitement du recensement aux États-Unis à la fin du siècle précédent, IBM n’aura de cesse, sous la direction de Watson particulièrement, d’étendre le champ d’application de son invention en trouvant de nouveaux marchés pour ses machines – aussi bien sur le plan géographique, en se projetant dès les années 1920 au-delà de ses frontières nationales, que sur celui des domaines d’application.

27Dans le chapitre intitulé « Creating economic value from knowledge » que Steve Hamm consacre à l’histoire de la firme au sein de l’ouvrage que celle-ci fit publier pour son centième anniversaire, l’historien montre bien comment Watson la transforme radicalement en donnant priorité à l’innovation et en s’appuyant sur une politique ambitieuse de dépôt de brevets. Cette politique fait de l’entreprise celle qui possède, encore aujourd’hui, le plus grand nombre de brevets au niveau mondial.

  • 16 Ibid.

28Si dans les années 1920 et 1930, Watson s’appuie essentiellement sur la proposition de services aux secteurs industriel et commercial, la Seconde Guerre mondiale constitue un tournant : la recherche scientifique devient centrale pour la conquête de la suprématie militaire pendant le conflit, puis pour celle de la suprématie économique après guerre. Selon Hamm, « dans les années 1940, Watson introduisit une véritable rupture en établissant le premier laboratoire de recherche d’entreprise connecté à l’Université. En 1928, Ben Wood, chef du bureau de la recherche à Columbia, avait convaincu Watson que tout ce que comportait l’univers pouvait être appréhendé sous forme d’informations et que les machines à calculer d’IBM pouvaient contribuer aux découvertes scientifiques. Le résultat fut qu’IBM se mit à fournir ses machines à l’université Columbia et à collaborer avec ses chercheurs. Le laboratoire IBM créé à Columbia en 1945 constitua une avancée considérable. Watson recruta une poignée de chercheurs renommés sous la direction de l’astronome Wallace Y. Eckert, et installa le laboratoire dans une maison auparavant occupée par une fraternité à côté du campus. L’idée était de développer des machines à calculer de haut niveau et de les utiliser pour relever quelques-uns des défis scientifiques les plus difficiles »16.

29Un des premiers résultats de cette nouvelle configuration fut le SSEC. Lorsque Watson prit sa retraite dans les années 1950, il revint à son fils de développer plus encore l’idée initiale. Dans les décennies qui suivirent, IBM fut une pièce maîtresse du développement du complexe militaro-industriel américain qui assure la domination des États-Unis sur ce que l’on appelait alors « le monde libre ».

Mesurer, contrôler

  • 17 Mathieu Triclot, Le Moment cybernétique, Seyssel, Éditions Champ Vallon, 2008.

30La constitution de l’information comme concept scientifique relève d’une autre filiation historique, bien mise en évidence par Mathieu Triclot dans Le Moment cybernétique17. Elle implique les travaux théoriques d’Alan Turing d’un côté, de Claude Shannon de l’autre et de Norbert Wiener enfin, qui posent les fondements des sciences de l’information, là encore dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale et de la mobilisation de la recherche scientifique à des fins militaires. Mais si cette ligne de force historique est centrale pour le développement de l’informatique en tant que science, elle reste marginale dans le cas des humanités numériques, au moins dans la première période de son développement, puisqu’elles étaient marquées par ce qu’on appelait alors « Literary and Linguistic Computing ».

31Pour autant, malgré le perfectionnement des outils et leurs capacités de traitement agrandies, la lexicométrie d’aujourd’hui ne repose pas sur des bases informatiques fondamentalement différentes d’alors. C’est le même processus qui est à l’œuvre : mesurer, trier, comparer, en tirer des hypothèses ou des conclusions. À ce niveau, l’utilisation de l’ordinateur pour analyser les textes s’apparente à l’application dans un domaine spécifique de méthodes et d’outils universels directement issus de l’ère industrielle et des besoins nouveaux qu’elle fait apparaître. Il s’agit de mieux connaître bien sûr, ou plutôt de connaître différemment, dans la perspective de mieux administrer, manipuler, transformer des populations, des objets de consommation, des forces de production, des moyens financiers, des textes.

  • 18 Claude Shannon (1948), « A mathematical theory of communication », Bell System Technical Journal, n (...)

32L’universalité de la notion d’information telle que la conçoit Watson à la tête d’IBM a donc peu de relation avec le concept d’information tel que le théorise Shannon18 (on est là à la source d’un des malentendus les plus importants que connaisse ce domaine). Or c’est pourtant ce dernier qui permet à différentes disciplines des humanités d’utiliser et de s’approprier l’ordinateur comme machine opératoire et non comme concept mathématique ; c’est ce que montre en tout cas le détour par l’archéologie de la discipline.

  • 19 Alain Desrosières, « 6 – La statistique et l’État : l’Allemagne et les États-Unis », La Politique d (...)
  • 20 Alain Desrosières, « Conclusion. Discuter l’indiscutable », in ibid.

33Dans son histoire majeure du développement de la science statistique, Alain Desrosières a amplement montré comment celle-ci se situait au croisement d’ambitions scientifiques et d’objectifs politiques. D’un côté, les statistiques modernes tirent profit et continuent des recherches anciennes en calcul probabiliste, de l’autre, selon Desrosières elles permettent aux États modernes (il étudie particulièrement l’Allemagne, la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis) de construire une représentation commune et partagée de la réalité politique, sociale et économique des nations qu’ils administrent. Ainsi, à propos des États-Unis19, Desrosières retrace les luttes de pouvoir qui s’organisent autour du recensement de la population dès la naissance de la jeune nation. Les enjeux politiques sont considérables : c’est sur cette base que sont établies les règles de représentation au Congrès et de taxation. L’invention de Hollerith intervient dans le contexte historique de la construction du Census Bureau et de sa prise progressive d’autonomie au niveau fédéral par rapport aux pouvoirs locaux. Ainsi, pour Desrosières, « la constitution d’un espace rendant possible le débat contradictoire sur les options de la cité suppose l’existence d’un minimum d’éléments de référence communs aux divers acteurs : langage pour mettre en forme les choses, pour dire les fins et les moyens de l’action, pour en discuter les résultats. Ce langage ne préexiste pas au débat : il est négocié, stabilisé, inscrit, puis déformé et défait peu à peu, au fil des interactions propres à un espace et une période historique donnée20 ».

34La statistique devient progressivement un langage de représentation de la réalité sociale à la frontière de la connaissance et de l’action, outil de connaissance pour les sciences sociales, outil de négociation et de pouvoir pour les autorités administratives et politiques. Le développement des humanités numériques par l’utilisation intensive de machines descendant en droite ligne de celle inventée par Hollerith répond-il aux mêmes enjeux à la fois scientifiques et politiques, concernant, cette fois, non plus la représentation des populations et de leurs caractéristiques mais celle des textes et plus largement des productions culturelles qui sont l’objet d’étude même des sciences humaines ? C’est l’enquête qu’il nous faut désormais continuer sous un angle différent.

Notes

1 Aurélien Berra, « Faire des humanités numériques », in Pierre Mounier (dir.), Read/Write Book 2. Une introduction aux humanités numériques, Marseille, OpenEdition Press, 2012. En ligne : <http://books.openedition.org>.

2 Roberto Busa, « The annals of humanities computing: the index thomisticus », Computers and the Humanities, n° 14, 1980, p. 83-90, citation traduite par l’auteur de l’ouvrage. À noter pour le lecteur : les citations données en français dont la source est une publication en anglais ont été réalisées par l’auteur de cet ouvrage.

3 Stephen Ramsay, Reading Machines: Toward an Algorithmic Criticism, Urbana, University of Illinois Press, 2011.

4 Steven E. Jones, Roberto Busa, S. J., and the Emergence of Humanities Computing: The Priest and the Punched Cards, New York, Routledge, 2016.

5 Ewin Black, IBM and the Holocaust: The Strategic Alliance Between Nazi Germany and America’s Most Powerful Corporation, New York, Crown Books, 2001.

6 Edward Vanhoutte, « The gates of hell: History and definition of digital humanities computing », in Melissa M. Terras, Julianne Nyhan et Edward Vanhoutte (dir.), Defining Digital Humanities: A Reader, Londres, Routledge, 2013.

7 Voir en particulier Fred Turner, Aux sources de l’utopie numérique de la contre-culture à la cyberculture, op. cit.

8 Steven E. Jones, Roberto Busa, S. J., and the Emergence of Humanities Computing: The Priest and the Punched Cards, op. cit.

9 Le Rad Lab fut créé et fonctionna au MIT pendant la Seconde Guerre mondiale pour mener des recherches sur les ondes radio, en particulier pour le développement de radars à des fins militaires.

10 Peter Galison, Image & logic: A Material Culture of Microphysics, Chicago, The University of Chicago Press, 1997.

11 Steven E. Jones, Roberto Busa, S. J., and the Emergence of Humanities Computing, op. cit.

12 Meredith Hindley, « The Rise of the Machines », Humanities, vol. 34, n° 4, 2013. En ligne : <www.neh.gov>.

13 Surnom d’IBM.

14 Sally Wyatt et David Millen,

« Meaning and Perspectives in the Digital Humanities », 2014. En ligne : <www.knaw.nl>.

15 Cité par Steve Hamm in Kevin Maney, Steve Hamm et Jeffrey M. O’Brien, Making the World Work Better: The Ideas That Shaped a Century and a Company, Upper Saddle River, IBM Press, 2011.

16 Ibid.

17 Mathieu Triclot, Le Moment cybernétique, Seyssel, Éditions Champ Vallon, 2008.

18 Claude Shannon (1948), « A mathematical theory of communication », Bell System Technical Journal, n° 27, p. 379-423 et 623–656.

19 Alain Desrosières, « 6 – La statistique et l’État : l’Allemagne et les États-Unis », La Politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 2010, p. 218. En ligne : <www.cairn.info>.

20 Alain Desrosières, « Conclusion. Discuter l’indiscutable », in ibid.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search