Version classiqueVersion mobile

Les humanités numériques

 | 
Pierre Mounier

Introduction

Texte intégral

  • 1 Anne-Florence Pasquier, « L’UDC s’attaque aux sciences humaines », Le Matin, 13 mars 2015. En ligne (...)
  • 2 Alex Preston, « The war against humanities at Britain’s universities », The Guardian, 29 mars 2015. (...)
  • 3 Il s’agit de l’application au secteur public des modes de gestion propres aux entreprises privées, (...)
  • 4 Arnaud Vaulerin, « Le Japon va-t-il vraiment supprimer les sciences humaines à l’Université ? », Li (...)

1Quel avenir faut-il prédire aux humanités ? Depuis plusieurs années, l’étude de la littérature, de l’histoire ou de la philosophie semble en perte de vitesse dans un monde davantage dominé par les sciences et les techniques : disparition des heures d’enseignement consacrées aux langues anciennes et dévalorisation des filières littéraires dans l’enseignement secondaire, diminution des crédits de recherche pour les disciplines des sciences humaines et sociales, forte chute des ventes d’ouvrages de recherche en librairie ; les signes d’une désaffection pour la culture humaniste se sont multipliés. De plusieurs pays du monde viennent des messages inquiétants : en mars 2015, un conseiller national au Parlement suisse issu du parti conservateur UDC appelait à diviser par deux le nombre d’étudiants en sciences humaines et sociales au prétexte du manque de débouchés dans ces filières : « Les jeunes feraient mieux de suivre un apprentissage ou une filière où ils pourront trouver un travail. Qu’il y ait un vrai retour sur investissement1. » Au même moment en Grande-Bretagne, le Guardian faisait paraître une longue enquête sobrement intitulée « La guerre contre les humanités dans les universités britanniques2 ». L’article explique de manière convaincante que les budgets de l’enseignement supérieur dans ce pays sont drastiquement déséquilibrés, non seulement au profit des disciplines des sciences et techniques, ce qui n’est pas nouveau, mais aussi en raison du paiement des salaires de tout un peuple de nouveaux technocrates chargés de gérer, communiquer, évaluer l’activité de recherche et d’enseignement supérieur selon les règles du new public management3. Au Japon, une directive du ministère de l’Éducation, mais aussi de la Culture, des Sports, des Sciences et Techniques recommandait aux universités du pays en juin de la même année de réduire drastiquement voire démanteler leurs départements de sciences humaines et sociales pour « orienter les jeunes de 18 ans vers des domaines hautement utiles où la société est en demande4 », dans le contexte d’un déficit démographique préoccupant aux yeux du gouvernement de Shinzo Abe. En 2013, le Congrès américain a supprimé, sous l’impulsion du sénateur républicain Tom Coburn, les fonds que la National Science Foundation (NSF) allouait jusque-là aux recherches en sciences politiques, à l’exception de celles qui intéressaient directement les intérêts géostratégiques et économiques des États-Unis d’Amérique.

2Dans ce contexte morose et déprimé, où les humanités classiques semblent dépassées et inutiles à un monde qui mise sur les sciences et les techniques, certains pensent pouvoir, malgré tout, sauver une tradition érudite multiséculaire en la refondant dans le grand creuset numérique. Ainsi, en France, la récente proposition par le Conseil national du numérique de créer un « Baccalauréat en humanités numériques » procède de cette idée et peut se résumer simplement : faisons entrer les humanités dans la modernité en leur permettant de surfer sur la vague numérique. Il s’agit en l’occurrence de remédier par une idée simple à la désaffection et la dévalorisation qui frappent les filières de formation littéraire depuis plusieurs décennies en réalité.

  • 5 Susan Schreibmann, Ray Siemens et John Unsworth (dir.), A Companion to Digital Humanities, Hoboken (...)

3Allier les humanités à l’informatique ou aux technologies numériques. Cette idée a une histoire bien plus ancienne que la proposition assez superficielle du Conseil national du numérique. On en place quelquefois l’origine au sortir de la Seconde Guerre mondiale lorsqu’un père jésuite de retour d’un voyage d’études aux États-Unis eut l’idée de mettre la puissance de calcul des machines construites par IBM au service de son étude de La Somme théologique de Thomas d’Aquin. C’est en fait surtout à partir des années 1960 et 1970 que le mouvement a pris de l’ampleur, essentiellement en linguistique, mais aussi en histoire ou en anthropologie. Aujourd’hui, un nombre croissant de chercheurs de ces disciplines et d’autres considère avec intérêt l’utilisation de l’ordinateur pour améliorer leurs performances, leur permettant de travailler plus vite, de traiter une plus grande masse de données, de confronter leurs intuitions à l’objectivité du traitement automatique des sources. Le terme d’humanités numériques naît assez tardivement, en 2008, dans un ouvrage collectif édité par Susan Schreibman, Ray Siemens et John Unsworth : A Companion to Digital Humanities5. Il fut précédé, dans le monde anglophone où ce domaine connaît depuis longtemps une structuration et un développement bien plus important qu’ailleurs, d’autres expressions plus ou moins équivalentes comme « literary and linguistic computing » ou « humanities computing » qui désignent globalement le même type d’activités.

4En apparence, les humanités numériques manifestent donc la dernière mue en date de disciplines anciennes qui doivent s’adapter à leur nouvel environnement ou disparaître. Le constat peut être lu de manière positive : avec des pratiques de recherche plus efficaces et plus en phase avec le reste de la société, les humanités ont toutes les chances de rebondir dans les années à venir et de susciter des vocations. Et c’est plutôt heureux dans la mesure où les pratiques culturelles, qui constituent le matériau même sur lequel les humanités travaillent, sont loin d’avoir disparu. Du fait du développement des industries culturelles – même si cela est assez ancien maintenant –, mais aussi du développement des technologies numériques, ces pratiques connaissent des transformations profondes et rapides. Ce sont d’ailleurs précisément ces technologies numériques qui accroissent l’emprise des industries culturelles sur la vie sociale de la plupart des sociétés. Plus que jamais, nos pratiques culturelles en pleine transformation par le numérique ont besoin de l’éclairage savant et de la lecture critique qu’apportent les humanités pour se développer.

5Pour autant, le développement des humanités numériques soulève aussi des questions qui n’ont pas encore reçu toutes les réponses requises. Si l’alliance de deux cultures, qui jusqu’ici se sont largement pensées comme opposées l’une à l’autre, est riche de promesses, et pour l’une et pour l’autre, elle n’en reste pas moins traversée par des contradictions. Réinventer les humanités par le numérique suppose de relever trois défis de taille.

6Le premier défi est celui du rapport à la technique. L’informatique est en effet un objet ambigu, à la fois discipline scientifique (c’est un sous-domaine des mathématiques) et technologie relevant de l’ingénierie. C’est pour l’essentiel sous ce dernier aspect qu’elle est mobilisée au sein des humanités : historiens, philologues, géographes et linguistes se mettent à utiliser des machines pour effectuer différentes opérations de calcul sur leur objet d’étude. La lexicométrie en est un des domaines les plus connus. Mais l’objectif de ces opérations est-il simplement d’obtenir des résultats plus rapides, plus étendus, plus fiables ? Rien n’est moins sûr, car l’histoire des technologies montre sans équivoque que celles-ci sont toujours chargées des représentations du monde provenant des milieux où elles sont créées. Même si la variation des contextes d’usage peut les porter relativement loin de leur milieu d’origine, celui-ci reste toujours présent, comme embarqué dans les dispositifs techniques tels qu’ils sont pensés. L’informatique, née au cœur de la Seconde Guerre mondiale dans les laboratoires de recherche des armées américaines et britanniques, n’échappe sans doute pas à la règle. Elle naît d’ailleurs à un moment où l’ensemble de la recherche scientifique subit un changement majeur, ce qui la place sous la domination d’objectifs politiques dont la réalisation passe par la supériorité technologique. Ce tournant dans l’histoire des sciences laisse de côté les humanités, qui subissent alors une lente mais inexorable marginalisation dans la cité académique. Ainsi, les humanités numériques contiennent en elles-mêmes deux perspectives contradictoires. Bien que censées contrer la pente fatale des humanités par la mobilisation de moyens techniques au service d’objectifs de recherche inchangés, elles courent également le risque de servir une certaine domination industrielle qui s’étend aux sociétés. Une destination possible du développement des humanités numériques pourrait être l’extension de « la science et la technologie comme idéologie ». Par exemple, le traitement automatique des langues trouve des applications multiples – depuis les assistants automatiques de traduction jusqu’aux applications prédictives fondées sur l’analyse de corpus – qui entraînent toutes sortes d’usages, notamment commerciaux ou sécuritaires. L’analyse de réseau trouve quant à elle son application ultime dans les logiciels de gestion des réseaux sociaux qui structurent aujourd’hui notre sociabilité ordinaire. Les humanités numériques comportent donc une ambiguïté fondamentale puisqu’elles articulent sciences humaines et industries culturelles autour des technologies de l’information. Le renouvellement grâce au numérique de la dimension critique que portent les humanités est une possibilité, mais l’inverse est tout autant plausible : elles pourraient être asservies à des logiques de contrôle social ou d’industrialisation des pratiques culturelles.

  • 6 Fred Turner, Aux sources de l’utopie numérique. De la contre-culture à la cyberculture, Stewart Bra (...)

7Le second défi est directement politique : le développement des humanités numériques s’accompagne de transformations très profondes dans la manière d'organiser la vie académique. Le cadre stable assuré par les institutions et les disciplines se fissure au profit de modes d’organisation en forme de projet où la répartition des ressources est dominée par une logique de concurrence permanente entre des équipes et même des individus. Dans la plupart des cas, les deux modes d’organisation sont coprésents, créant des situations de conflit pour l’allocation des moyens, la répartition des pouvoirs, la distribution des récompenses académiques. Alors que le monde du travail a globalement basculé dans des modes d’organisation post-tayloriens, y compris au sein d’administrations publiques soumises aux règles du new public management, le champ académique des études en humanités, assis sur les traditions longues de l’Université, a largement maintenu jusqu’ici sa spécificité et son autonomie en marge du mouvement global. Les humanités numériques portent avec elles de nouveaux modèles d’organisation de la recherche qui mettent à mal cette tradition. Jusqu’à un certain point, elles proposent un contre-modèle académique qui n’est pas sans rapport avec les mouvements de contre-culture dont l’émergence est historiquement et géographiquement située en Californie. Alors que sur un plan général, les liens entre cybercultures et contre-cultures ont été mis en évidence par Fred Turner6, le même type de lien peut être établi dans le cas particulier des humanités numériques où l’on retrouve trace de cette « culture californienne » du travail, faite d’entrepreneuriat, de flexibilité, d’individualisme et de technophilie aiguë. La réduction potentielle de l’autonomie du champ académique des humanités par l’importation de modèles d’organisation qui ont colonisé l’ensemble du monde du travail à partir d’un point de diffusion très spécifique n’est pourtant pas une fatalité, mais bien une potentialité. Est-il possible d’imaginer ce que pourrait être une troisième voie qui ne prendrait la forme ni d’un maintien des structures en l’état ni d’une absorption de la cité académique par le modèle du libre marché, mais qui permettrait à celle-ci de se reconfigurer sur des bases différentes et de redéfinir ainsi son autonomie ? C’est très exactement la nature du défi que les humanités numériques posent aux humanités classiques. Ce défi est politique, parce qu’en définitive, l’enjeu est celui de l’articulation des humanités à l’ensemble de la société. Si la position classique et hautaine de la « tour d’ivoire » n’est aujourd’hui plus tenable, celle d’une activité de recherche asservie aux objectifs de court terme de ses financeurs, politiques ou industriels, ne l’est pas plus. Dès lors, ce qui doit être renégocié, c’est le contrat social que les humanités établissent avec leur environnement. De ce point de vue, les humanités numériques, pour autant qu’elles parient sur une ouverture et une participation renouvelée du public à la production de recherche elle-même, constituent une piste prometteuse : alors qu’au sein des sciences, certains explorent ce que pourrait être une science citoyenne, ouverte et participative, les humanités numériques promettent des développements comparables mais non similaires dans les disciplines concernées.

8Le troisième défi est celui de la science elle-même et ceci particulièrement dans le contexte français. Ce contexte est marqué par la forte domination du paradigme scientifique sur l’ensemble du monde académique. Alors que dans d’autres pays, humanités et sciences se distinguent fortement au sein du monde académique, la France se singularise par une structuration autour du concept de « sciences humaines et sociales » (et non d’« humanités et sciences sociales » qui serait la traduction littérale de « humanities and social sciences »). On connaît l’histoire de cette construction, autour de la place particulière que joue le CNRS en France dans la reconfiguration du paysage scientifique après la Seconde Guerre mondiale, puis à partir du rapport Godelier qui conduit à la création d’un département SHS (Sciences humaines et sociales) au sein de l’organisme de recherche au début des années 1980. Le développement des humanités numériques en France réactive la tension caractéristique entre les disciplines : il est synonyme pour beaucoup d’acteurs d’une plus grande « scientificité » des recherches au sein de disciplines décriées par la vulgate pour leur manque de rigueur et leur subjectivisme supposé. Mais cette lecture très particulière des humanités numériques n’est pas la seule possible, et ce, pour deux raisons.

9Tout d’abord, en arrière-plan de la vague du big data dans la recherche, se profile un véritable changement de paradigme au sein des différentes disciplines scientifiques : la méthode hypothético-déductive caractéristique des sciences expérimentales serait remise en cause et remplacé par une observation des « patterns » que présente la masse de données. Le lent travail de construction d’un corpus de données et de son interprétation laisserait la place à une observation des tendances émergeant « naturellement » du corpus, selon le journaliste Chris Anderson. Autrement dit, si le traitement en masse de données entraîne une mutation profonde de la méthode scientifique, son application aux disciplines des humanités ne contribue pas à rapprocher celles-ci du modèle classique des sciences de la nature, comme on l’entend souvent, mais au contraire à l’en éloigner. En passant des sciences humaines aux humanités numériques, c’est toute la relation des humanités aux sciences qui est redéfinie sur des bases qui ne sont pas celles d’une convergence directe, mais plutôt d’une mutation plus générale du fait de l’utilisation universelle des technologies numériques.

10Par ailleurs, le big data ne représente qu’une partie des humanités numériques. D’autres tendances présentes dans le champ se rapprochent au contraire de traditions académiques différentes, que ce soit du côté de la création artistique, de l’érudition, ou de l’herméneutique. Les questions de représentation des sources, de design des interfaces, d’interactivité des dispositifs y jouent un rôle central et sont assez éloignées des usages bien balisés du big data. Ici, les humanités s’émancipent du cadre défini par les sciences humaines pour retrouver des traditions antérieures aux sciences modernes elles-mêmes. Pour ces disciplines qui prennent pour objet d’étude la culture dans toutes ses manifestations, c’est là une autre manière de redéfinir leur rapport au paradigme scientifique à l’intérieur du cadre académique. Selon la chercheuse et artiste Johanna Drucker, ce serait alors un nouveau modèle de laboratoire de recherche qui devrait être envisagé : le « SpecLab » qui rend justice à la dimension spéculative des humanités par l’expérimentation technologique. Ce faisant, les humanités retrouvent une dimension critique qu’elles pouvaient avoir tendance à perdre en se faisant sciences humaines. Elles peuvent à la fois interroger des interactions sociales et des pratiques culturelles désormais majoritairement sous influence technologique, et en même temps proposer d’autres usages possibles des technologies numériques ; ce que Drucker appelle « speculative computing ».

11Les humanités numériques sont très critiquées : pour certains elles ne sont que poudre aux yeux ; pour d’autres elles constituent une menace extraordinaire pour les humanités. Mais s’il y a bien quelque chose que l’on ne peut contester, c’est la capacité de ce mouvement à poser de bonnes questions aux différentes disciplines des humanités. L’existence même de ce mouvement signifie que leur environnement a changé – relations sociales sous influence technologique, modes d’organisation du travail restructurés, paradigmes scientifiques en mutation – et qu’elles doivent y retrouver leur place. Définir la place que les humanités doivent tenir dans notre époque implique d’en redéfinir le contrat social et épistémique. La première étape de ce travail de longue haleine passe donc par une histoire critique du mouvement de développement des humanités numériques dont les racines sont aussi anciennes que l’informatique elle-même. Mais pour être critique, cette histoire ne doit pas s’enfermer dans la spécialisation, comme c'est souvent le cas. L’émergence d’un champ qui cherche à gagner son autonomie, comme c’est le cas pour les humanités numériques, s’accompagne en effet souvent de la reconstitution a posteriori d’une histoire téléologique qui tend à légitimer cette indépendance. Il s’agit ici au contraire de relier cette histoire à son environnement, avec le contexte plus large dans lequel elle s’inscrit. Le développement des humanités numériques comme application du développement de l’informatique dans un champ spécifique permet à la fois d’en éclairer les ressorts profonds et d’interroger la place que peuvent occuper les humanités dans des sociétés sous l'influence des technologies numériques.

Notes

1 Anne-Florence Pasquier, « L’UDC s’attaque aux sciences humaines », Le Matin, 13 mars 2015. En ligne : <www.lematin.ch/suisse>.

2 Alex Preston, « The war against humanities at Britain’s universities », The Guardian, 29 mars 2015. En ligne : <www.theguardian.com>.

3 Il s’agit de l’application au secteur public des modes de gestion propres aux entreprises privées, essentiellement à partir des années 1980.

4 Arnaud Vaulerin, « Le Japon va-t-il vraiment supprimer les sciences humaines à l’Université ? », Libération, 24 septembre 2015. En ligne : <www.liberation.fr>.

5 Susan Schreibmann, Ray Siemens et John Unsworth (dir.), A Companion to Digital Humanities, Hoboken (New Jersey), Wiley Blackwell, 2008.

6 Fred Turner, Aux sources de l’utopie numérique. De la contre-culture à la cyberculture, Stewart Brand un homme d’influence, Caen, C & F Éditions, 2012.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search