Version classiqueVersion mobile

Les éphémères et l’événement

 | 
Olivier Belin
, 
Florence Ferran

Temporalités : l’événement entre court terme et long terme

Les éphémères et l’économie documentaire

Alan Marshall

Texte intégral

1Le mot « événement » évoque tout naturellement des actualités, des événements politiques ou encore des spectacles et autres manifestations : c’est-à-dire des événements qui peuvent être ponctuels ou répétés, mais ont en commun le fait de se dérouler sur une échelle de temps plus ou moins courte. On pense sans doute un peu moins spontanément aux événements dont la durée peut être de l’ordre de dix ou vingt ans – des événements qui, sur-le-champ, ont tendance à se confondre avec l’air du temps et qui exigent un certain recul historique pour les situer par rapport à leur « avant » et à leur « après ». Les évolutions techniques, économiques et industrielles sont de cette nature. Elles figurent pourtant parmi les événements collectifs à avoir le plus marqué la société depuis un siècle et demi.

2À la fin du xixe siècle, la deuxième révolution industrielle et l’essor de la production de masse ont profondément changé la manière dont l’information circule au sein de la société. Le perfectionnement et la généralisation de nouveaux moyens de transport et de communication (réseaux routier et fluvial, chemins de fer, télégraphe) ont provoqué une augmentation massive du volume des informations et de la vitesse de leur circulation. Pour répondre aux besoins d’une société de plus en plus complexe, l’industrialisation de l’imprimerie (mécanisation de la composition typographique et de l’impression, généralisation des procédés photomécaniques, développement des marchés de masse) a décuplé la productivité des entreprises graphiques au moment même où la production et la consommation de masse naissantes appelaient à un enrichissement de la typologie des formes et usages de l’imprimé. Enfin, la montée en puissance du capitalisme industriel – dans le sillage de l’extension des aires géographiques de l’activité industrielle et commerciale, du développement de nouveaux modes de financement des entreprises (notamment le remplacement de la firme familiale par la société par actions), et de la deuxième révolution industrielle – a donné naissance à une nouvelle économie de l’imprimé basée non plus sur le livre mais sur le document, plus ou moins « volant », mieux adapté à la nécessité de faire circuler, partager, compiler et archiver un volume croissant d’informations au sein des entreprises industrielles ou commerciales et des administrations. Il en est résulté, au cours de la deuxième moitié du xixe siècle, une formidable augmentation du nombre et de la diversité des documents techniques, administratifs, financiers et commerciaux. Depuis lors, l’économie documentaire constitue l’un des principaux gisements d’imprimés plus ou moins éphémères.

3Plus récemment, l’irruption de l’électronique puis de l’informatique dans toutes les sphères d’activité économique, sociale et culturelle, a également considérablement enrichi la typologie des imprimés éphémères en élargissant le périmètre de la production typographique. À partir des années 1960, des bases de données scientifiques, administratives et commerciales sont devenues une formidable source de ce que nous appelons aujourd’hui « documents virtuels », dont la mise en forme échappe aux entreprises graphiques traditionnelles. De même, la mise au point et la généralisation dans les milieux administratifs et commerciaux d’outils de production et de reproduction de textes (machines à écrire justifiantes, systèmes de traitement de textes), puis de textes et images (ordinateur personnel, PAO), ont élargi encore le périmètre de la production graphique : un mouvement qui trouvera sa consécration dans le prépresse numérique (du côté des professionnels graphiques) et les médias numériques (sites Web, blogs et autres médias sociaux).

  • 1 L’invention d’Higonnet et Moyroud fut développée et commercialisée en France et dans les pays fran (...)

4Inventée par deux Français, René Higonnet et Louis Moyroud, la Lumitype-Photon1 – machine à composer photographique – a participé à ce grand mouvement technique et économique en marquant une étape décisive dans la photocomposition – véritable événement technique qui a transformé les industries graphiques au cours de la deuxième moitié du xxe siècle.

Les éphémères d’une révolution technique

5Technique somme toute assez éphémère, la photocomposition de deuxième génération, dont cette machine fut l’initiatrice, ne dura qu’une trentaine d’années sur le plan industriel. Ce fut néanmoins un événement majeur dans l’histoire des techniques graphiques au xxe siècle. En rompant définitivement avec les techniques héritées de Gutenberg, la Lumitype-Photon est devenue l’un des symboles de la modernisation des industries graphiques à partir de la fin des années 1950. C’est du corpus d’imprimés éphémères techniques, administratifs et commerciaux généré par l’invention, la mise au point et la commercialisation de la Lumitype-Photon, qu’il s’agira ici.

6L’usage du terme « imprimé éphémère » est parfois problématique et nous n’essaierons pas de répondre à la question de sa définition. L’approche adoptée est plutôt large, surtout en ce qui concerne ce que l’on entend par le vocable « imprimé » qui s’ouvre ici au-delà des techniques d’impression « classiques » que sont la typographie, la taille-douce, la lithographie et, plus récemment, l’impression numérique, pour inclure aussi l’impression au stencil et l’hectographie, les nombreuses variantes de la diazocopie, la xérographie et l’impression au moyen d’imprimantes matricielles, à marguerite, au laser, au jet d’encre, électrostatique, etc. Dans le cadre de l’économie documentaire propre aux organisations et entreprises industrielles, administratives et commerciales, les principales caractéristiques retenues ici pour qu’un document donné puisse être considéré comme un éphémère sont le fait d’avoir été imprimé et d’avoir été conçu pour être diffusé : peu importe qu’il s’agisse d’un tirage de dix ou de dix mille exemplaires.

  • 2 Belin Olivier et Ferran Florence, 2015. « Les éphémères, un continent à explorer », in Olivier Bel (...)

7Quant à la nature fugace que l’on associe souvent aux éphémères, force est de rappeler l’importance de la distinction entre les rôles de « communication » et de « transmission » que peut jouer ce type de document2. Beaucoup d’éphémères produits par les entreprises qui ont participé à l’aventure de la Lumitype-Photon ont été conçus, en effet, pour être utilisés de manière ponctuelle afin de communiquer des informations à l’intérieur des entreprises, à l’extérieur vers les clients existants ou potentiels, ou vers les entreprises partenaires – avant d’être rapidement oubliés. D’autres, en revanche, ont été conçus non seulement pour un usage ponctuel, mais aussi pour être conservés et archivés en raison de l’importance des informations techniques, commerciales et juridiques qu’ils renfermaient. Pour autant, la survie de ce type de corpus documentaire, si essentiel au bon fonctionnement des entreprises, n’est pas assurée. La conservation des archives d’entreprises n’est jamais garantie dans le long terme. Dans le cas de la Lumitype-Photon, la quasi-totalité des sociétés qui ont participé à son développement et à sa commercialisation ont disparu avec armes, bagages et, en grande partie, archives, à la suite de rachats successifs et de liquidations.

  • 3 Le fonds Louis Moyroud est composé de deux dons faits par l’inventeur lui-même en 1994 (MICG inv.  (...)
  • 4 Parmi lesquelles : une petite partie des archives de René Higonnet, composée surtout de correspond (...)

8Les archives d’entreprises dont il est question ici nous sont en grande partie parvenues grâce aux efforts de l’un des inventeurs de la Lumitype, Louis Moyroud, qui, dès le début de cette aventure industrielle, était convaincu de l’importance de la machine qu’il était en train d’inventer avec son partenaire René Higonnet. Par chance, Louis Moyroud ne s’est pas limité à conserver les documents les plus prestigieux ou les plus importants du point de vue technico-industriel. Il a aussi conservé de nombreux documents qui, en l’absence de toute valeur technique, juridique ou financière, n’auraient pas trouvé de place dans les archives des entreprises. Ces archives sont conservées aujourd’hui au musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique à Lyon (MICG)3 où elles ont été rejointes par celles de plusieurs autres personnes ayant joué un rôle important dans le passage de la typographie au plomb à la typographie numérique au cours de la deuxième moitié du xxe siècle4.

9Ce corpus renferme non seulement une partie des archives des différentes entreprises qui ont participé à la mise au point et à la commercialisation de la Lumitype-Photon, et l’abondante correspondance des deux inventeurs, mais aussi une quantité importante d’imprimés éphémères qui offrent un aperçu unique de cette période clé de l’évolution des techniques graphiques.

L’événement technique : de quoi parle-t-on ?

10En photocomposition, le texte est composé ligne par ligne puis exposé (les imprimeurs disent « flashé ») sur un film photographique transparent qui est ensuite découpé et assemblé pour former les pages. Le montage qui en résulte, et qui peut comporter également des images issues de la photogravure, sert à insoler des plaques d’impression.

11De nombreux inventeurs ont essayé de mettre au point une technique fiable de photocomposition. C’est surtout avec la Lumitype-Photon que la photocomposition se répand à l’échelle industrielle grâce à la combinaison de deux techniques radicalement nouvelles : la photographie ultra-rapide (stroboscopie), tout récemment sortie des laboratoires du MIT ; et le calcul électronique binaire (au début électromécanique, plus tard électronique). Avec la photocomposition dite de « deuxième génération » (pour la distinguer d’une première encore largement enracinée dans les techniques de composition au plomb), la lettre d’imprimerie se trouvait dématérialisée, libérée des contraintes imposées par l’emploi des caractères en plomb. L’une des principales conséquences de cette dématérialisation était de rendre la composition compatible avec les procédés photomécaniques qui, depuis le milieu du xixe siècle, avaient pris une place de plus en plus importante au sein de la production graphique.

Figure 1. Schéma du fonctionnement de la Lumitype 200.

Figure 1. Schéma du fonctionnement de la Lumitype 200.

En photocomposition, le plomb est remplacé par la photographie. À droite : le dessin de chaque lettre est stocké en négatif (transparent sur fond noir) sur un disque en verre en rotation constante. Douze alphabets complets sont stockés sur un seul disque. Au milieu : une tourelle de douze lentilles permet d’agrandir l’image de la lettre avant son exposition dans le corps du texte que l’on souhaite obtenir. À gauche : un prisme se déplace latéralement pour positionner chaque lettre dans la ligne en cours de composition avec, en bas, le rouleau de film photographique qui avance à la fin de chaque ligne, comme dans une machine à écrire.

Source. MICG, fonds Richard Southall.

Figure 2. Trois exemplaires de la Lumitype 200 dans les ateliers de la Sirlo, fin des années 1950.

Figure 2. Trois exemplaires de la Lumitype 200 dans les ateliers de la Sirlo, fin des années 1950.

Cette entreprise parisienne de composition travaillait surtout pour la presse périodique (journaux et magazines comme Paris Match et Marie Claire). Chaque machine est composée de trois unités : unité de saisie (avec clavier) ; unité de calcul (cabinet bas sur la droite de l’opérateur) ; unité de flashage (à gauche de l’opérateur).

Source. MICG, sdd.

Figure 3. Un atelier dans une boîte.

Figure 3. Un atelier dans une boîte.

Publicité pour la Lumitype série 550. Chaque disque porte 12 alphabets en rangées concentriques. En combinaison avec les 12 lentilles, le dispositif équivaut à 144 polices de caractères. C’est un véritable « atelier dans une boîte ». Chaque disque pèse un kilo environ et remplace 2 000 kilos de matrices linotype, dont la valeur d’achat était de l’ordre de 25 000 dollars. La machine qui figure sur cette publicité est la série 550, de fabrication française, qui augmente la capacité de stockage du disque à 16 alphabets.

Source : MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 840.

Figure 4. Les inventeurs de la Lumitype-Photon.

Figure 4. Les inventeurs de la Lumitype-Photon.

Les inventeurs de la Lumitype-Photon, René Higonnet (à droite) et Louis Moyroud (au centre), avec le principal promoteur commercial de leur machine, Bill Garth (assis).

Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 3919.

Documentation technique

12L’invention, la mise au point et la commercialisation de la Lumitype-Photon ont généré un nombre important d’éphémères très variés, à savoir des imprimés issus des activités d’une demi-douzaine d’entreprises sur deux continents au cours d’une trentaine d’années. Pour en donner un aperçu, et compte tenu que les formes des documents sont étroitement liées à leurs usages, il est assez commode de les regrouper selon les principaux secteurs opérationnels des entreprises industrielles : la production, le marketing et la gestion.

13Prenons d’abord les documents liés à la production. La raison d’être des fabricants de matériel graphique est de construire et de vendre : dans le cas qui nous intéresse ici, il s’agit des modèles successifs de la photocomposeuse inventée par René Higonnet et Louis Moyroud, dont les principes de fonctionnement sont décrits dans une série de brevets déposés entre 1944 et le début des années 1970.

Figure 5. Brevets d’invention concernant la Lumitype-Photon.

Figure 5. Brevets d’invention concernant la Lumitype-Photon.

Brevets d’invention français datant de 1946 et 1954 réalisés par le service de la propriété industrielle du ministère de l’Industrie et du Commerce au moment de la délivrance et de la publication des brevets (généralement plusieurs années après leur dépôt).

Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 3919.

14Un brevet est un document assez particulier : il résulte d’un processus, parfois assez (voire très) long, de vérification de l’originalité des techniques qu’il décrit. Modeste par son format et sa pagination, le brevet est typiquement un document composite comportant textes et images qui doivent être d’une très grande exactitude afin d’empêcher d’autres industriels de le contester, voire de s’emparer des idées originales pour développer et commercialiser des produits concurrentiels. Les textes et schémas doivent être élaborés et présentés de manière claire et irréprochable d’un point de vue technique et juridique.

15Les archives concernant la Lumitype-Photon conservées au musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique renferment quelque 80 brevets déposés par Higonnet et Moyroud, ainsi que plusieurs centaines de brevets déposés par d’autres inventeurs dans des domaines aussi variés que la composition typographique, les machines à écrire et autres claviers, la photographie et l’électronique.

16Le brevet industriel soulève d’emblée la question de la définition des imprimés « éphémères ». De par sa nature, il est intimement lié à l’actualité technique : c’est lui qui détermine, au jour près, l’originalité et l’antériorité des inventions. Il connaît son moment de gloire lors de son dépôt et de sa publication. Cependant, en raison de son importance juridique et technique, il est destiné à être archivé pour être consulté par des générations suivantes d’inventeurs et d’industriels.

Figure 6. Figure 6. Plan de fabrication, ou « bleu » d’un élémént du dispositif de calcul de la Lumitype-Photon, 1948.

Figure 6. Figure 6. Plan de fabrication, ou « bleu » d’un élémént du dispositif de calcul de la Lumitype-Photon, 1948.

Source. MICG, fonds Louis Moyroud.

17Le développement et la mise en production de la Lumitype ont généré un volume important de documents destinés aux techniciens, aux agents technico-commerciaux et aux utilisateurs : notices descriptives, modes d’emploi, plans, spécifications, cahiers des charges, rapports, catalogues de pièces détachées, etc. Cette documentation – dont une importante partie était imprimée – pouvait être conçue pour une diffusion confidentielle. Les plans (ou « bleus »), par exemple, étaient tirés à peu d’exemplaires destinés aux services techniques du constructeur, au moyen du procédé de diazocopie utilisé par des ingénieurs et architectes, un procédé d’impression dit « sans impact » au même titre que nos photocopies ou impressions laser d’aujourd’hui (le procédé de diazocopie était employé également, jusqu’à une époque très récente, par les imprimeurs pour le tirage d’épreuves de contrôle des feuilles imposées avant leur tirage.)

Figure 7. Schéma technique pour la Pacesetter, vers 1970.

Figure 7. Schéma technique pour la Pacesetter, vers 1970.

Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 804.

18D’autres documents techniques étaient destinés à un nombre relativement réduit d’utilisateurs ou d’acheteurs potentiels de la Lumitype-Photon, tels que les fiches techniques concernant la Photon Zip 901 (photocomposeuse ultra-rapide pilotée par ordinateur, dont une douzaine d’exemplaires furent construits au total) et la Pacesetter (machine de coût plus modeste destinée à une grande diffusion auprès des PME).

Figure 8. Schéma des corps et graisses du caractère Monde, vers 1955.

Figure 8. Schéma des corps et graisses du caractère Monde, vers 1955.

Source : MICG, fonds Ladislas Mandel.

19D’autres documents techniques pouvaient connaître une diffusion bien plus importante. Pionnière dans un marché en pleine construction, la société Photon devait sensibiliser les imprimeurs, habitués depuis des générations aux techniques du plomb, à la nouvelle technique de photocomposition afin qu’ils acceptent de remettre en cause leurs modes d’organisation traditionnels de production. Ainsi, le schéma montrant la gamme des largeurs et graisses du caractère typographique Monde, dessiné par Adrian Frutiger au début des années 1950, a été très largement diffusé. Frutiger avait tiré pleinement profit du fait que la Lumitype pouvait inclure jusqu’à douze polices de caractères sur un seul disque porte-matrices pour offrir un nouveau caractère dans une famille complète de graisses et largeurs. C’était un argument de vente important. Aujourd’hui, personne, ou presque, ne connaît le caractère Monde car la fonderie Deberny & Peignot, qui la commercialisa, estimait que ce nom n’était pas adapté au marché international ; elle le rebaptisa Univers avant son lancement, nom sous lequel il devint l’un des caractères typographiques les plus diffusés. Ce schéma sera employé dans de nombreux documents de promotion de la Lumitype-Photon et diffusé à des milliers d’exemplaires.

Figure 9. Guide d’utilisateur Photon. Photo-matrix selection guide, société Photon, Cambridge (MA), années 1960.

Figure 9. Guide d’utilisateur Photon. Photo-matrix selection guide, société Photon, Cambridge (MA), années 1960.

Source. MICG, fonds Richard Southall.

20Le disque porte-matrices était un élément clé de la photocomposition de deuxième génération et de la réussite de la Lumitype-Photon. Il représentait aussi un investissement important pour l’utilisateur qui devait déterminer avec soin la configuration de chaque disque. La brochure décrivant les caractéristiques techniques des disques porte-matrices et des caractères typographiques était donc destinée à une diffusion assez large dans le milieu technique, afin non seulement d’aider les utilisateurs dans leurs achats, mais aussi d’expliquer plus largement les avantages typographiques et économiques de ce dispositif révolutionnaire.

Figure 10. Document de présentation de travaux réalisés sur le prototype industriel de la Lumitype-Photon, dès 1949.

Figure 10. Document de présentation de travaux réalisés sur le prototype industriel de la Lumitype-Photon, dès 1949.

First samples from pre-production model of the photographic type composing machine…, Graphic arts research foundation, Cambridge (MA), [1949].

Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 804.

Figure 11. Deberny & Peignot : échantillons de compositions faciles à réaliser avec la Lumitype-Photon. Années 1950.

Figure 11. Deberny & Peignot : échantillons de compositions faciles à réaliser avec la Lumitype-Photon. Années 1950.

Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 804.

21Une dernière catégorie de documents techniques, dont le volume a été particulièrement important, est celle des spécimens de caractères et d’échantillons de composition qui figurent largement dans la production documentaire des fonderies typographiques depuis le milieu du xixe siècle. À l’origine, les spécimens de caractères sont des documents commerciaux, destinés à promouvoir le produit principal des fonderies typographiques. Pourtant, l’activité des fonderies reposait aussi sur la vente du matériel graphique de toutes sortes : mobilier des ateliers de composition, presses à imprimerie, outils divers. Cette tendance se prolongea avec l’introduction des machines à composer Linotype et Monotype : désormais, les caractères typographiques – sous forme de matrices et non plus de caractères plomb – constituent un marché complémentaire à celui de la vente des machines. Avec la photocomposition cette situation s’accentua, la constitution d’une typothèque étant une condition préalable à l’acceptation de la nouvelle technique par les imprimeurs.

22Dans un marché mûr, les constructeurs, fondeurs et autres éditeurs de caractères typographiques pouvaient se contenter de simples spécimens ou modèles. Dans un nouveau marché qui était encore à créer de toutes pièces, de tels documents adoptaient une couleur à la fois technique et pédagogique. Ainsi, dans la mesure où les économies induites par la démultiplication du nombre d’alphabets et corps des caractères disponibles sur chaque disque était un argument de vente majeur en faveur de la photocomposition, il est souvent difficile dans les premières années de la photocomposition de distinguer les usages commerciaux et techniques des spécimens de caractères. Il sera question plus loin des spécimens et catalogues de caractères en tant que documentation commerciale ; il s’agit plutôt ici de familiariser les imprimeurs avec un procédé résolument nouveau, de les rassurer et les encourager à adopter une technique qui n’avait pas encore fait ses preuves.

Figure 12. Spécimens de composition des mathématiques du Lumitype, Deberny & Peignot, années 1960.

Figure 12. Spécimens de composition des mathématiques du Lumitype, Deberny & Peignot, années 1960.

Source. MICG, fonds Richard Southall, sdd South 25.1.

23Les constructeurs de la Lumitype-Photon avaient toutefois un atout dans leur jeu : la capacité inouïe de leur machine à assurer des travaux complexes. Car l’application des techniques photographiques à la composition typographique libérait la lettre des contraintes imposées par le plomb : il était désormais possible de combiner des styles et corps de caractères différents dans la même ligne (ce que les imprimeurs appellent le « parangonnage ») avec une très grande facilité. De même, on pourrait désormais varier la justification et l’interligne à volonté par la simple manipulation d’un levier à côté du clavier. Ou encore varier la valeur des approches des lettres (c’est-à-dire le blanc latéral associé à chaque lettre afin d’assurer un confort de lecture optimal), voire faire se chevaucher des caractères. De telles possibilités intéressaient en premier chef les compositeurs à façon travaillant dans des secteurs spécialisés comme la publicité ou la composition des mathématiques, des alphabets scriptes ou non latins.

Documentation commerciale

24Le deuxième volet de l’activité industrielle, après la production, est la commercialisation, qui génère un volume encore plus important d’éphémères. Dans le cas de la Lumitype-Photon, il s’agit non seulement de faire connaître et de vendre une nouvelle machine, mais aussi de sensibiliser les imprimeurs aux possibilités d’une technologie radicalement nouvelle et de gagner la confiance d’un marché qui est en cours de formation.

Figure 13. Logos des sociétés Lithomat et Crosfield (R.-U.)

Figure 13. Logos des sociétés Lithomat et Crosfield (R.-U.)

Source. MICG, fonds Louis Moyroud et Richard Southall.

25La Lumitype-Photon a été développée et commercialisée par une constellation d’entreprises actives dans trois pays sur deux continents. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la notion d’identité visuelle – jusqu’alors réservée à l’usage des grandes firmes faisant régulièrement appel à des agences de publicité – se généralise rapidement. L’identité visuelle existait sous forme protéiforme depuis la fin du xixe siècle, mais ce n’est qu’à partir des années 1920 aux États-Unis, et des années 1930 en Europe, que les grandes entreprises commencent à systématiser la pratique en faisant appel à des graphistes – un métier dont l’essor est étroitement lié au développement de la publicité moderne au début du xxe siècle. En France, le graphisme n’acquiert ses véritables lettres de noblesse qu’au cours des années 1960.

26L’identité visuelle de chacun des constructeurs de la Lumitype-Photon s’exprime à travers leurs logos et, dans une moindre mesure, dans la mise en page de leur documentation technico-commerciale et l’usage d’un certain nombre d’images emblématiques évoquant les nouvelles techniques optiques et électroniques et un mode de production en rupture avec les traditions du plomb. Les logos sont déclinés sur l’ensemble des documents techniques et de promotion ainsi que sur toute la papeterie.

Figure 14. Florilège de logos employés par la société Deberny & Peignot entre 1958 et 1972.

Figure 14. Florilège de logos employés par la société Deberny & Peignot entre 1958 et 1972.

Source. MICG, fonds Louis Moyroud et Richard Southall.

27Dans les années 1950 et 1960, la notion d’identité visuelle était bien moins systématique qu’elle ne l’est aujourd’hui. Ainsi, par exemple, la société Deberny & Peignot déployait une grande variété de typographies, de logos et de mises en page de ces documents de communication qui étaient en évolution constante, ne résistant pas à la tentation de renouveler régulièrement son identité visuelle au gré des modes et de la mise sur le marché de ses dernières nouveautés. Tout y passait : caractères à empattements, linéales, logos de couleurs différentes…

Figure 15. Une sélection de plaquettes promotionnelles des sociétés Photon, Deberny & Peignot et Crosfield des années 1960.

Figure 15. Une sélection de plaquettes promotionnelles des sociétés Photon, Deberny & Peignot et Crosfield des années 1960.
  • 5 Le 1401 d’IBM fut annoncé en octobre 1959 avec les premières installations quelques mois plus tard (...)

Le disque porte-matrices figure largement dans la documentation technico-commerciale de la Lumitype-Photon (dans le cas du modèle 713, il s’agit plutôt d’un tambour.) Les trois modules (saisie, calcul et flashage) de la Lumitype sont également très présents. Les arrondis des cabinets leur donnent un air quelque peu désuet aujourd’hui, mais ce n’était certainement pas le cas au moment de leur sortie dans les années 1956-1957, plusieurs années avantle déferlement des formes carrées adoptées par la société IBM pour son ordinateur 1401 quelques années plus tard5.

28Les nombreux documents liés à la commercialisation de la Lumitype-Photon servaient à la fois à informer les clients et à illustrer les prouesses de la nouvelle technique. Sachant que chaque document allait être scruté par les professionnels – clients existants ou potentiels –, leur mise en page devait exprimer autant la rigueur que la modernité. Cela était vrai des plaquettes de présentation destinées à séduire, des fiches techniques destinées à convaincre, des documents technico-commerciaux s’adressant à une profession dont une partie était réfractaire aux changements qui s’annonçaient, ne serait-ce que parce que des investissements lourds dans une technologie radicalement nouvelle devaient se justifier à la fois sur les plans économique et qualitatif. Le passage de la composition au plomb à la photocomposition nécessitait non seulement un investissement important, mais aussi une modification en profondeur des savoir-faire des employés et de l’organisation du travail. De même, la qualité de la typographie qui en résulterait serait jugée à l’aune des critères que la société Monotype avait su imposer au cours d’un demi-siècle de perfectionnement et de propagande commerciale pour la composition au plomb.

Figure 16. Annonce presse, fin des années 1960.

Figure 16. Annonce presse, fin des années 1960.

Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 3919.

29La commercialisation de la Lumitype-Photon passait aussi par des campagnes de presse qui mettaient en avant la nature révolutionnaire de la nouvelle technique. Soulignant les liens étroits que la photocomposition entretenait avec l’électronique et l’informatisation, on n’hésitait pas à l’associer au programme spatial. De même, le célèbre disque de Phaistos est mis à contribution pour évoquer la continuité dans le changement, aspect très important dans un métier fortement imprégné de la tradition et du rôle culturel joué par la chose écrite.

Figure 17. Spécimen du caractère Méridien, Deberny & Peignot, Paris, 1957.

Figure 17. Spécimen du caractère Méridien, Deberny & Peignot, Paris, 1957.

Source. MICG, sdd 222.

30Un grand classique de la documentation typographique est le spécimen de caractères, dont les premiers connus remontent au xvie siècle. Mais c’est au cours du xixe siècle, avec l’industrialisation de la fonderie typographique et l’élargissement géographique des marchés, que les spécimens et catalogues de caractères deviennent l’arme incontournable des services commerciaux.

31La photocomposition devait surmonter de nombreux préjugés quant à sa capacité à respecter les critères de qualité, dont l’étalon de l’époque était la composition au plomb et l’impression typographique. Elle devait aussi démontrer qu’elle était capable, par la qualité de ses alphabets, d’égaler les fonderies typographiques traditionnelles et les constructeurs de machines à composer au plomb, ce qui n’était pas gagné d’avance compte tenu du fait que les inventeurs et promoteurs de la Lumitype-Photon (à l’exception de la fonderie Deberny & Peignot) étaient des nouveaux venus dans le monde typographique.

Figure 18. Catalogue des caractères proposés en photocomposition par la société Lumitype, un classeur à feuilles volantes dont le contenu était facilement modifiable en fonction des nouveautés.

Figure 18. Catalogue des caractères proposés en photocomposition par la société Lumitype, un classeur à feuilles volantes dont le contenu était facilement modifiable en fonction des nouveautés.

Source. MICG, fonds Richard Southall.

32Le catalogue des caractères de la société Photon – destiné au marché américain – était établi de manière assez chaotique, mélangeant réinterprétations des alphabets classiques (appartenant très souvent à d’autres constructeurs ou fonderies) et nouveautés développées à la demande des clients. Compte tenu de la facilité relative avec laquelle il était désormais possible de mettre au point un nouvel alphabet en photocomposition, son catalogue était en évolution constante et rapide, ce qui allait être l’une des principales caractéristiques du marché de la photocomposition et des techniques qui l’ont suivie. Pour cette raison, la société Photon a remplacé le catalogue relié traditionnel par un catalogue sous forme de classeur à anneaux auquel on pourrait ajouter régulièrement de nouvelles fiches, au fur et à mesure de la sortie des nouveautés. Une approche qui fut adoptée ensuite par la société Lumitype en France.

Figure 19. Spécimen du caractère Univers, composé d’une vingtaine de feuilles volantes dans une pochette à rabats dont les deux pages extérieures sont montrées ici.

Figure 19. Spécimen du caractère Univers, composé d’une vingtaine de feuilles volantes dans une pochette à rabats dont les deux pages extérieures sont montrées ici.

Source. MICG, sdd 222.

33On continuait cependant à éditer des spécimens dédiés à un seul ou à plusieurs caractères, sous forme de prospectus de faible pagination, comme ceux que la fonderie Deberny & Peignot éditait pour promouvoir son nouveau caractère Univers, la famille de 21 séries de graisses et largeurs conçue par Adrian Frutiger pour tirer profit des possibilités techniques offertes par la Lumitype.

34Pour faire connaître leur nouvelle machine (et la nouvelle technique de photocomposition), les promoteurs de la Lumitype-Photon devaient attirer l’attention non seulement des clients potentiels, mais aussi du milieu des affaires afin de rassembler les fonds nécessaires pour son développement et sa commercialisation. Ils ont ainsi cherché à maintes reprises à « créer l’événement », non sans un certain succès car, à plusieurs reprises, la Lumitype-Photon a fait la « une » de nombreux journaux en Amérique du Nord et en Europe.

Figure 20. Carton d’invitation à la démonstration du prototype de la machine d’Higonnet et Moyroud qui eut lieu lors du congrès annuel des entreprises de presse (ANPA) à New York en 1949. Leur machine fit le « buzz » malgré la nature semi-confidentielle des démonstrations.

Figure 20. Carton d’invitation à la démonstration du prototype de la machine d’Higonnet et Moyroud qui eut lieu lors du congrès annuel des entreprises de presse (ANPA) à New York en 1949. Leur machine fit le « buzz » malgré la nature semi-confidentielle des démonstrations.

Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 840.

Figure 21. Télégramme envoyé par René Higonnet et plusieurs de ses collaborateurs parisiens à son partenaire Louis Moyroud à propos d’un grand dîner d’apparat organisé à l’occasion du salon TPG (Techniques papetières et graphiques) à Paris en 1954, au cours duquel la Lumitype a fait sensation.

Figure 21. Télégramme envoyé par René Higonnet et plusieurs de ses collaborateurs parisiens à son partenaire Louis Moyroud à propos d’un grand dîner d’apparat organisé à l’occasion du salon TPG (Techniques papetières et graphiques) à Paris en 1954, au cours duquel la Lumitype a fait sensation.

Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 3919.

35Des démonstrations ont été organisées à l’occasion de salons professionnels (comme le congrès annuel des éditeurs de presse) ou en présence de personnalités importantes comme le Dr Vannevar Bush, qui avait été à la tête de l’effort scientifique états-unien pendant la Seconde Guerre mondiale (et qui était un promoteur actif de la Lumitype-Photon). Les cartons d’invitation aux démonstrations, dîners et autres manifestations, composés, bien entendu, sur la nouvelle machine, devaient être d’une qualité irréprochable. De même, l’organisation de chaque manifestation donnait lieu à la « paperasse » habituelle, voire à des communications fugaces mais parfois très éclairantes de l’état d’esprit des participants, comme ce télégramme envoyé par René Higonnet et plusieurs de ses collaborateurs parisiens à son partenaire Louis Moyroud qui n’a pas pu assister à un grand dîner d’apparat organisé à l’occasion d’un salon professionnel à Paris en 1954 au cours duquel la Lumitype a fait sensation.

Figure 22. Rapport de voyage d’étude. Crosfield Electronics, Londres, 1968.

Figure 22. Rapport de voyage d’étude. Crosfield Electronics, Londres, 1968.

Source. MICG, fonds Richard Southall, sdd South 35.

36Les grandes manifestations donnaient lieu à d’autres documents éphémères, comme ce rapport rédigé par le directeur technique de Crosfield Electronics à l’issue du salon Print ’68 qui a eu lieu aux États-Unis. Il s’agit ici d’un document composite – le texte intérieur est ronéoté, la couverture a été imprimée vraisemblablement sur un offset de bureau –, tiré en plusieurs dizaines d’exemplaires destinés à être diffusés au sein de l’entreprise.

Gestion administrative

37La troisième grande source d’imprimés éphémères au sein des entreprises industrielles – après la production et le marketing – est la gestion. Le bureau, avec ses multiples activités administratives et financières, de gestion du personnel, est le royaume de la paperasse : en-têtes de lettre, factures, reçus, bordereaux et formulaires de toutes sortes, mais aussi contrats, chèques et actions au porteur, la liste est sans fin.

Figure 23. En-tête de lettre de la société Deberny & Peignot.

Figure 23. En-tête de lettre de la société Deberny & Peignot.

Lettre de Charles Peignot à René-A. Higonnet (fils de l’inventeur René-Paul Higonnet) au sujet du partage des responsabilités pour la fabrication et commercialisation de la Lumitype entre les sociétés Deberny & Peignot, Lumitype et CGCT.

Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 840.

38La correspondance raconte la vie de l’entreprise en nous renseignant, au jour le jour, sur ses activités, voire sur les rapports entre ses collaborateurs, leurs complicités et leurs éventuelles différences d’opinion et incompatibilités personnelles. Les en-têtes de lettres nous informent aussi sur l’environnement graphique de l’époque – un aspect qui a son importance pour une entreprise qui a tant contribué à révolutionner les techniques d’imprimerie. Nous avons déjà remarqué la facilité avec laquelle la fonderie Deberny & Peignot faisait évoluer son identité visuelle et la manière dont elle était déclinée sur sa papeterie. La typographie et la mise en page des en-têtes de lettre sont également le reflet des traditions graphiques locales (en l’occurrence française, britannique et nord-américaine) et de leur évolution dans le temps : emploi de caractères de titrage ou de scriptes, souvent tirés du catalogue des productions des entreprises concernées ; disposition centrée, classique ou asymétrique ; usage de logos, de la couleur et des filets ; sans parler des techniques de composition (plomb ou photo) et d’impression (typographique ou offset).

Figure 24. En-tête de lettre du cabinet de conseil qu’avait créé Louis Moyroud au moment de son départ de LMT pour se consacrer à plein temps à la mise au point du prototype industriel de la Lumitype-Photon en 1946.

Figure 24. En-tête de lettre du cabinet de conseil qu’avait créé Louis Moyroud au moment de son départ de LMT pour se consacrer à plein temps à la mise au point du prototype industriel de la Lumitype-Photon en 1946.

Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 3919.

39Parfois, un rare en-tête de lettre – comme celui du bureau de conseil de Louis Moyroud – nous renseigne sur une activité qu’on entre-aperçoit à peine dans les archives mais qui a joué un rôle important dans l’histoire. Louis Moyroud, qui avait quitté la société LMT pour se consacrer pleinement à la mise au point du prototype de la nouvelle machine, a dû entreprendre des travaux de conseil afin de subvenir aux besoins de sa famille, ce qui avait eu, parfois, un effet assez perturbateur sur l’avancement du projet.

40La gestion de la demi-douzaine d’entreprises qui ont mis au point, construit et commercialisé la Lumitype-Photon a nécessité des centaines de documents imprimés différents : en-têtes de lettre, cartes de visite, factures, bordereaux, récépissés, tarifs, formulaires, contrats, mémos, listes de pièces détachées, emballages, étiquettes, contrats d’assurance… Chaque document doit remplir une fonction spécifique qui détermine son contenu et sa mise en page, plus ou moins complexe – une mise en page qui diffère le plus souvent d’un pays à l’autre malgré un usage semblable.

Figure 25. Action au porteur de la société Photon Inc., émise au nom du directeur technique de la société, Grant Morgan, en 1968.

Figure 25. Action au porteur de la société Photon Inc., émise au nom du directeur technique de la société, Grant Morgan, en 1968.

Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 840.43. Don de Grant Morgan.

Figure 26. Formulaire de conversion/transfert/remboursement de titres.

Figure 26. Formulaire de conversion/transfert/remboursement de titres.

Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 840.

41La gestion financière à elle seule produit un nombre important d’imprimés, souvent caractérisés par leur complexité formelle et par la précision de leur contenu. Les documents fiduciaires comme les actions au porteur nécessitent maintes précautions (papiers spéciaux filigranés, gravures complexes, multiples impressions et numérotations, gaufrage…) pour rendre difficile la contrefaçon ; les formulaires de transfert ou de remboursement des actions sont certes rébarbatifs, mais ce sont de véritables merveilles d’ingéniosité du point de vue de la présentation d’informations complexes et d’ergonomie ; les informations (surtout chiffrées) contenues dans les rapports annuels des sociétés doivent être rigoureusement exactes, et pas question d’oublier d’insérer le pouvoir sur feuille volante, au risque d’invalider l’assemblée générale pour vice de forme.

Figure 27. Duplicata d’un message interne à René Higonnet, Photon Inc., Cambridge (MA), 1960.

Figure 27. Duplicata d’un message interne à René Higonnet, Photon Inc., Cambridge (MA), 1960.

Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 3819.

42La communication figure bien sûr parmi les activités les plus génératrices d’éphémères. Nous avons déjà évoqué les documents de communication externe, qui sont les éléments essentiels de la réussite de toute campagne commerciale et de l’entretien de l’image de marque : catalogues et spécimens de caractères, brochures et prospectus technico-commerciaux, publicités de toutes sortes. Mais la communication interne est, elle aussi, essentielle au bon fonctionnement et à la réussite d’une entreprise. L’usage des formulaires pour transmettre des messages d’un employé ou d’un bureau à l’autre était très répandu avant que la messagerie électronique ne l’ait largement supplanté. Dans les petites entreprises, il s’agit souvent de formulaires standardisés achetés dans le commerce ; les plus grandes entreprises, en revanche, les font imprimer selon leurs propres critères, parfois avec des variantes spécifiques à chaque service. Document banal, souvent voué à être jeté à la corbeille une fois lu, il peut aussi survivre plus longtemps en servant d’aide-mémoire, voire en devenant un document d’archive quand, intentionnellement ou non, il contient des informations susceptibles d’être utiles en cas de conflit.

Figure 28. Pochette de conservation, enveloppes d’envoi timbrées pour disques audio enregistrables de type « Gray audiogram », 1964 et 1966.

Figure 28. Pochette de conservation, enveloppes d’envoi timbrées pour disques audio enregistrables de type « Gray audiogram », 1964 et 1966.

Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 3818.

43Dans le cas de la Lumitype-Photon, ses inventeurs étaient très complices, mais souvent séparés, Moyroud travaillant chez Photon à Boston, tandis qu’Higonnet passait de longs séjours en Europe, d’abord pour trouver des partenaires industriels, ensuite pour suivre la mise au point et la production de nouveaux modèles à Paris. Dans les moments les plus critiques du développement et de la commercialisation de leur machine, ils s’écrivaient plusieurs fois par jour (en phase avec le rythme des tournées de la poste à l’époque) et communiquaient par télégramme ou par enregistrements vocaux sous forme de cylindres puis, plus tard, de disques enregistrables. Ces derniers, sur un support plastique souple, étaient envoyés par la poste, dans une enveloppe imprimée et timbrée, avant d’être archivés.

Figure 29. Extrait d’état civil. Certificat de naissance de Louis Moyroud, Moirans, Isère, 1920.

Figure 29. Extrait d’état civil. Certificat de naissance de Louis Moyroud, Moirans, Isère, 1920.

Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 3919.

44Les archives administratives de la Lumitype-Photon renferment aussi de nombreux documents imprimés nécessaires à la gestion du personnel : fiches et formulaires, règlements, mais aussi extraits d’état civil et curriculum vitae.

Figure 30. Étiquette de bagage (1946), menu (1955), French Line.

Figure 30. Étiquette de bagage (1946), menu (1955), French Line.

Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 3919.

45On trouve également des imprimés liés à la gestion des déplacements des employés, qui ont été parfois conservés par les services administratifs ou par les agents eux-mêmes. La plupart de ces documents étaient bien sûr considérés comme sans intérêt. Qui, sauf un musée de l’imprimerie ou de design graphique ou un collectionneur spécialisé, s’intéresserait aux billets de train ou aux prospectus des hôtels, par exemple ? Cependant, parfois, quelques documents ont été gardés, sans doute comme souvenirs d’un trajet particulièrement mémorable, comme ces traces de voyages à bord des paquebots de la célèbre French Line avant que l’avion ne révolutionne les transports transatlantiques.

Conclusion : le corpus – survie, conservation, étude

46Les éphémères considérés ici sont issus d’une activité économique. À l’origine, leur seul intérêt était d’ordre technique, juridique, comptable ou commercial. Ils étaient souvent le support d’une transaction et le moyen d’archiver des informations susceptibles d’aider à la gestion et à l’exploitation, sur une période plus ou moins longue, d’une idée, d’une invention, d’un objet industriel, d’une ou plusieurs sociétés à but commercial. Il s’agit donc essentiellement d’archives d’entreprises, dont on doit la survie et la transmission à l’initiative de quelques acteurs clés de l’invention de cette nouvelle technique qui ont conservé des archives à titre personnel. Une grande partie des documents ayant échappé à toute forme de dépôt légal, et les entreprises concernées ayant disparu depuis longue date, ce type de corpus est d’un grand intérêt à la fois pour des historiens des entreprises et des techniques, dont notamment l’imprimerie.

47Ce nouveau secteur des industries graphiques – la photocomposition – est d’ailleurs intéressant à deux titres, puisqu’il a non seulement généré un nombre important d’éphémères, mais a également contribué à transformer les modes de production de ces mêmes documents.

48L’économie documentaire, qui a progressivement remplacé l’économie livresque dans les domaines commerciaux et administratifs à partir de la fin du xixe siècle, fait appel à une diversité croissante de techniques, dans le cadre du rapprochement de trois modes de production de textes et d’images : l’imprimerie, la production de documents de bureau (reprographie), et le traitement automatique des données (mécanographique, puis électronique et informatique).

49Le type de corpus dont il est question fournit de précieux renseignements sur les formes et usages de la documentation imprimée qui, malgré l’importance de la place qu’elle occupe dans la production graphique depuis la fin du xixe siècle, a jusqu’à récemment attiré assez peu l’attention des chercheurs travaillant dans le domaine du patrimoine graphique.

50L’étude de ce type de corpus peut contribuer à faire avancer notre réflexion sur la définition, parfois problématique, du périmètre de la catégorie d’« éphémères ». Plus généralement, elle peut mettre en lumière l’évolution des limites du champ du patrimoine graphique et les critères qui la sous-tendent – notamment celles de « multiple » et de « diffusion » – et interroger la notion même d’« imprimé », malmenée depuis plus d’un demi-siècle en raison de l’avènement de l’informatique, de la bureautique et, de manière générale, du numérique, qui ont, l’un après l’autre, contribué à considérablement élargir le périmètre de la production graphique.

Notes

1 L’invention d’Higonnet et Moyroud fut développée et commercialisée en France et dans les pays francophones sous le nom Lumitype. Aux États-Unis et dans les pays anglophones, elle fut exploitée sous le nom Photon.

2 Belin Olivier et Ferran Florence, 2015. « Les éphémères, un continent à explorer », in Olivier Belin et Florence Ferran (dir.), Les Éphémères, un patrimoine à construire, en ligne sur Fabula (coll. « Colloques en ligne »), URL : http://www.fabula.org/colloques/document3097.php [consulté le 19 septembre 2018].

3 Le fonds Louis Moyroud est composé de deux dons faits par l’inventeur lui-même en 1994 (MICG inv. 840) et par sa famille après sa mort en 2010 (MICG inv. 3919).

4 Parmi lesquelles : une petite partie des archives de René Higonnet, composée surtout de correspondances et ne renfermant que très peu d’imprimés éphémères ; celles de Richard Southall (MICG sdd SOUTH et MICG inv. 2429), et de Ladislas Mandel (MICG inv. 1102).

5 Le 1401 d’IBM fut annoncé en octobre 1959 avec les premières installations quelques mois plus tard. Voir Campbell-Kelly, Martin et al., 2004 [2e édition]. Computer. A history of the information machine. Westview Press, Boulder (CO) : 120.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Schéma du fonctionnement de la Lumitype 200.
Légende En photocomposition, le plomb est remplacé par la photographie. À droite : le dessin de chaque lettre est stocké en négatif (transparent sur fond noir) sur un disque en verre en rotation constante. Douze alphabets complets sont stockés sur un seul disque. Au milieu : une tourelle de douze lentilles permet d’agrandir l’image de la lettre avant son exposition dans le corps du texte que l’on souhaite obtenir. À gauche : un prisme se déplace latéralement pour positionner chaque lettre dans la ligne en cours de composition avec, en bas, le rouleau de film photographique qui avance à la fin de chaque ligne, comme dans une machine à écrire.
Crédits Source. MICG, fonds Richard Southall.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 2. Trois exemplaires de la Lumitype 200 dans les ateliers de la Sirlo, fin des années 1950.
Légende Cette entreprise parisienne de composition travaillait surtout pour la presse périodique (journaux et magazines comme Paris Match et Marie Claire). Chaque machine est composée de trois unités : unité de saisie (avec clavier) ; unité de calcul (cabinet bas sur la droite de l’opérateur) ; unité de flashage (à gauche de l’opérateur).
Crédits Source. MICG, sdd.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 3. Un atelier dans une boîte.
Légende Publicité pour la Lumitype série 550. Chaque disque porte 12 alphabets en rangées concentriques. En combinaison avec les 12 lentilles, le dispositif équivaut à 144 polices de caractères. C’est un véritable « atelier dans une boîte ». Chaque disque pèse un kilo environ et remplace 2 000 kilos de matrices linotype, dont la valeur d’achat était de l’ordre de 25 000 dollars. La machine qui figure sur cette publicité est la série 550, de fabrication française, qui augmente la capacité de stockage du disque à 16 alphabets.
Crédits Source : MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 840.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Figure 4. Les inventeurs de la Lumitype-Photon.
Légende Les inventeurs de la Lumitype-Photon, René Higonnet (à droite) et Louis Moyroud (au centre), avec le principal promoteur commercial de leur machine, Bill Garth (assis).
Crédits Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 3919.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 5. Brevets d’invention concernant la Lumitype-Photon.
Légende Brevets d’invention français datant de 1946 et 1954 réalisés par le service de la propriété industrielle du ministère de l’Industrie et du Commerce au moment de la délivrance et de la publication des brevets (généralement plusieurs années après leur dépôt).
Crédits Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 3919.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0M
Titre Figure 6. Figure 6. Plan de fabrication, ou « bleu » d’un élémént du dispositif de calcul de la Lumitype-Photon, 1948.
Crédits Source. MICG, fonds Louis Moyroud.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-6.JPG
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Figure 7. Schéma technique pour la Pacesetter, vers 1970.
Crédits Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 804.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 8. Schéma des corps et graisses du caractère Monde, vers 1955.
Crédits Source : MICG, fonds Ladislas Mandel.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 873k
Titre Figure 9. Guide d’utilisateur Photon. Photo-matrix selection guide, société Photon, Cambridge (MA), années 1960.
Crédits Source. MICG, fonds Richard Southall.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Figure 10. Document de présentation de travaux réalisés sur le prototype industriel de la Lumitype-Photon, dès 1949.
Légende First samples from pre-production model of the photographic type composing machine…, Graphic arts research foundation, Cambridge (MA), [1949].
Crédits Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 804.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-10.jpeg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Figure 11. Deberny & Peignot : échantillons de compositions faciles à réaliser avec la Lumitype-Photon. Années 1950.
Crédits Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 804.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-11.jpeg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Figure 12. Spécimens de composition des mathématiques du Lumitype, Deberny & Peignot, années 1960.
Crédits Source. MICG, fonds Richard Southall, sdd South 25.1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 13. Logos des sociétés Lithomat et Crosfield (R.-U.)
Crédits Source. MICG, fonds Louis Moyroud et Richard Southall.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 14. Florilège de logos employés par la société Deberny & Peignot entre 1958 et 1972.
Crédits Source. MICG, fonds Louis Moyroud et Richard Southall.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 15. Une sélection de plaquettes promotionnelles des sociétés Photon, Deberny & Peignot et Crosfield des années 1960.
Légende Le disque porte-matrices figure largement dans la documentation technico-commerciale de la Lumitype-Photon (dans le cas du modèle 713, il s’agit plutôt d’un tambour.) Les trois modules (saisie, calcul et flashage) de la Lumitype sont également très présents. Les arrondis des cabinets leur donnent un air quelque peu désuet aujourd’hui, mais ce n’était certainement pas le cas au moment de leur sortie dans les années 1956-1957, plusieurs années avantle déferlement des formes carrées adoptées par la société IBM pour son ordinateur 1401 quelques années plus tard5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Figure 16. Annonce presse, fin des années 1960.
Crédits Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 3919.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Figure 17. Spécimen du caractère Méridien, Deberny & Peignot, Paris, 1957.
Crédits Source. MICG, sdd 222.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 7,5M
Titre Figure 18. Catalogue des caractères proposés en photocomposition par la société Lumitype, un classeur à feuilles volantes dont le contenu était facilement modifiable en fonction des nouveautés.
Crédits Source. MICG, fonds Richard Southall.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Figure 19. Spécimen du caractère Univers, composé d’une vingtaine de feuilles volantes dans une pochette à rabats dont les deux pages extérieures sont montrées ici.
Crédits Source. MICG, sdd 222.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M
Titre Figure 20. Carton d’invitation à la démonstration du prototype de la machine d’Higonnet et Moyroud qui eut lieu lors du congrès annuel des entreprises de presse (ANPA) à New York en 1949. Leur machine fit le « buzz » malgré la nature semi-confidentielle des démonstrations.
Crédits Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 840.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre Figure 21. Télégramme envoyé par René Higonnet et plusieurs de ses collaborateurs parisiens à son partenaire Louis Moyroud à propos d’un grand dîner d’apparat organisé à l’occasion du salon TPG (Techniques papetières et graphiques) à Paris en 1954, au cours duquel la Lumitype a fait sensation.
Crédits Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 3919.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Figure 22. Rapport de voyage d’étude. Crosfield Electronics, Londres, 1968.
Crédits Source. MICG, fonds Richard Southall, sdd South 35.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-22.jpeg
Fichier image/jpeg, 4,1M
Titre Figure 23. En-tête de lettre de la société Deberny & Peignot.
Légende Lettre de Charles Peignot à René-A. Higonnet (fils de l’inventeur René-Paul Higonnet) au sujet du partage des responsabilités pour la fabrication et commercialisation de la Lumitype entre les sociétés Deberny & Peignot, Lumitype et CGCT.
Crédits Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 840.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Figure 24. En-tête de lettre du cabinet de conseil qu’avait créé Louis Moyroud au moment de son départ de LMT pour se consacrer à plein temps à la mise au point du prototype industriel de la Lumitype-Photon en 1946.
Crédits Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 3919.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 25. Action au porteur de la société Photon Inc., émise au nom du directeur technique de la société, Grant Morgan, en 1968.
Crédits Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 840.43. Don de Grant Morgan.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Figure 26. Formulaire de conversion/transfert/remboursement de titres.
Crédits Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 840.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1M
Titre Figure 27. Duplicata d’un message interne à René Higonnet, Photon Inc., Cambridge (MA), 1960.
Crédits Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 3819.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 5,1M
Titre Figure 28. Pochette de conservation, enveloppes d’envoi timbrées pour disques audio enregistrables de type « Gray audiogram », 1964 et 1966.
Crédits Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 3818.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Figure 29. Extrait d’état civil. Certificat de naissance de Louis Moyroud, Moirans, Isère, 1920.
Crédits Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 3919.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Titre Figure 30. Étiquette de bagage (1946), menu (1955), French Line.
Crédits Source. MICG, fonds Louis Moyroud, inv. 3919.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11984/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 4,9M

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search