Version classiqueVersion mobile

Les éphémères et l’événement

 | 
Olivier Belin
, 
Florence Ferran

Temporalités : l’événement entre court terme et long terme

« Monnaie de nécessité » et Notgeld : la fabrique des identités typographiques nationales

Matthieu Cortat

Texte intégral

1Le corpus présenté ici provient du musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique, à Lyon. Il est principalement issu d’une collection d’environ 2 500 « bons municipaux » des années 1914 à 1930, donnés au musée par un cabinet d’architectes suite à leur découverte lors de la démolition d’un immeuble lyonnais. Ils sont accompagnés de deux cahiers d’écolier remplis de la régulière écriture du collectionneur anonyme (fig. 1). Y sont surtout traitées les particularités géographiques des lieux d’émissions et leur transcription en symboles graphiques.

Figure 1. Cahier du collectionneur de « bons municipaux » des années 1914 à 1930.

Figure 1. Cahier du collectionneur de « bons municipaux » des années 1914 à 1930.

Source. Musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique, inv. 800.

2Un « billet de nécessité » est une « monnaie parallèle » émise en temps de crise économique ou de guerre afin d’éviter la thésaurisation des capitaux et le blocage d’une économie affaiblie. Elle n’est valable qu’un temps bref sur un territoire restreint. Dans certains systèmes, elle perd régulièrement de sa valeur afin d’inciter à sa remise en circulation. On l’appelle aussi parfois « monnaie d’urgence » ; il s’agit d’une traduction littérale de l’allemand Notgeld qui révèle la méconnaissance, en France, de ce type de documents. En Allemagne, au contraire, chacun sait de quoi il s’agit, et l’on continue d’en produire aujourd’hui, bien qu’il s’agisse d’équivalents plus « ludiques », circonscrits à l’intérieur de quartiers touristiques ou lors de festivals.

3De nos jours, l’Allemagne fait figure de bon élève en matière de stabilité monétaire. Toutefois, cette « vertu germanique » ne date que des années 1950.

4Au xixe siècle, c’est le franc germinal qui fait référence, avec ses cent vingt ans de stabilité – jusqu’à la dévaluation Poincaré de 1928. De son côté, l’Allemagne change cinq fois de monnaie entre 1871 et 1945, enchaîne les crises inflationnistes, dont la plus forte survient pendant et après la Première Guerre mondiale. Entre 1914 et 1919, la masse monétaire y est multipliée par quarante. La République de Weimar hérite des dettes de l’Empire et ne peut contenir l’inflation : en 1923, le taux d’intérêt s’élève à 9 % par jour, ou 4 000 % par an. On passe des milliers aux centaines de milliers, aux millions, aux milliards – d’un coup de tampon –, en quelques semaines (fig. 2-5).

Figure 2 à 5. De haut en bas, billets de 5 000 marks (non daté), 100 000 marks (1923) et 1 million de marks (1923). Le dernier est un billet de 1 000 marks de 1922 dont la valeur est passée à 1 milliard de marks par un coup de tampon rouge.

Figure 2 à 5. De haut en bas, billets de 5 000 marks (non daté), 100 000 marks (1923) et 1 million de marks (1923). Le dernier est un billet de 1 000 marks de 1922 dont la valeur est passée à 1 milliard de marks par un coup de tampon rouge.

Source. Musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique, inv. 1649.

5Une inflation du même type se produit pendant la période 1933-1945, le « miracle économique » national-socialiste étant avant tout alimenté par le vol et le mensonge. La stabilité n’est trouvée qu’en 1948, lors de la création du Deutsche Mark par la volonté américaine.

6Cette ascendance américaine est perceptible sur la série édité en 1948 (fig. 6), ainsi que sur les « billets de transition » que le Trésor américain avance à la France lors du Débarquement – avant que le général de Gaulle ne s’y oppose. D’un style Monopoly, imprimés en trichromie noir, fuchsia et turquoise, ils semblent américains au premier coup d’œil, même pour ceux qui ne possèdent pas de culture graphique particulière (fig. 7).

Figure 6. Billet de 50 Deutsche Mark au graphisme très américain, série de 1962.

Figure 6. Billet de 50 Deutsche Mark au graphisme très américain, série de 1962.

Source. Wikipedia Commons : https://de.wikipedia.org/​wiki/​Bargeld_der_Deutschen_Mark#/​media/​File:50_DM_Serie1_Ausgabe1_Rueckseite.jpg

Figure 7. Billet de 50 francs français.

Figure 7. Billet de 50 francs français.

Source. Musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique, inv. 800.

7Inspirer confiance est la vocation première de l’imprimé fiduciaire (du latin fiducia, « confiance »). Le billet de banque est essentiel au fonctionnement d’une économie capitaliste industrielle, dont il reflète les ruptures et constructions historiques. Parallèlement à l’essor du papier-monnaie, au xixe siècle, les États-nations se forment et se fabriquent des « identités nationales ».

8Passant de main en main, omniprésent, le billet de banque est un bon moyen de transmettre l’image d’une nation, d’autant plus que sa fabrication est monopole d’État, en France, depuis 1803, par décision de Napoléon Bonaparte (par ailleurs actionnaire majoritaire de la banque de France). Le graphisme des billets tente depuis lors de refléter l’image que le pays se fait de lui-même, ou du moins qu’il aimerait donner de lui.

9En 1918, la France est exsangue, mais victorieuse. La Troisième République est stable, sûre d’elle-même, de ses symboles. Elle possède une tradition déjà centenaire de « mise en spectacle » de sa puissance et de ses institutions, le conservatisme formel y est donc plus grand. À cette « majesté républicaine » de symboles héraldiques et de motifs surannés (fig. 8) s’ajoute la banalité administrative de billets qui semblent composés dans la routine d’un atelier, avec le matériel à disposition, sans génie ni ambition artistique.

Figure 8. Billet de 2 francs, Chambre de commerce de Boulogne-sur-Mer, Imprimeries réunies de Boulogne-sur-Mer, entre 1920 et 1925, verso. Les symboles héraldiques côtoient des ornements divers et des représentations classiques, notamment de Mercure, dieu du commerce, des voyages… et des voleurs.

Figure 8. Billet de 2 francs, Chambre de commerce de Boulogne-sur-Mer, Imprimeries réunies de Boulogne-sur-Mer, entre 1920 et 1925, verso. Les symboles héraldiques côtoient des ornements divers et des représentations classiques, notamment de Mercure, dieu du commerce, des voyages… et des voleurs.

Source. Musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique, inv. 800.

10Les caractères choisis sont ceux « de tous les jours », des didones anémiques, des normandes théâtrales et des capitales industrielles. Un autre trait saillant de ces documents est l’unification stylistique à l’échelle du pays entier, du Nord au Sud, reflet du jacobinisme uniformisateur si présent dans la culture française. C’est un style immuable, fixe, intemporel (fig. 9-10).

Figure 9 et 10. Les similitudes sont nombreuses entre ces deux billets de un franc, édités par les chambres de commerce de Calais (1916) et de Cahors (1915). Ces documents sont en grande majorité imprimés dans des tons bleus et verts pâles.

Figure 9 et 10. Les similitudes sont nombreuses entre ces deux billets de un franc, édités par les chambres de commerce de Calais (1916) et de Cahors (1915). Ces documents sont en grande majorité imprimés dans des tons bleus et verts pâles.

Source. Musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique, inv. 800.

11En Allemagne, l’unification tant monétaire que politique se réalise tardivement, en 1871. Le pays est – encore aujourd’hui – très peu centralisé, ce qui se traduit par des Notgeld aux styles variés. Souvent, ce sont des graveurs locaux qui sont mis à contribution, travaillant dans des styles néogothiques wilhelminiens, Jugendstil ou dans la technique traditionnelle des silhouettes découpées, rejoignant celle du bois de fil très expressif (fig. 11).

Figure 11. Les billets de Wittemberg représentent en silhouettes des moments de l’histoire locale.

Figure 11. Les billets de Wittemberg représentent en silhouettes des moments de l’histoire locale.

Source. Musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique, inv. 800.

12Les Notgeld démontrent une volonté de « faire œuvre » d’art, et s’inscrivent plus franchement dans la temporalité. Alors que les billets français sont avant tout informatifs, administratifs, les Notgeld sont souvent narratifs, racontent l’histoire locale – afin de souder la communauté en temps de crise ? –, illustrent des traditions immémoriales (carnavals, fêtes) ou des proverbes traditionnels (fig. 12).

Figure 12. La Schäfertanz (danse du berger) de la ville de Rothenburg, présenté par le vigoureux dessin de l’artiste local Willi Foerster (1892-1965). Les billets allemands jouent généralement de couleurs contrastées, ne dédaignant pas l’impression en noir profond, parfois sur papier de couleur.

Figure 12. La Schäfertanz (danse du berger) de la ville de Rothenburg, présenté par le vigoureux dessin de l’artiste local Willi Foerster (1892-1965). Les billets allemands jouent généralement de couleurs contrastées, ne dédaignant pas l’impression en noir profond, parfois sur papier de couleur.

Source. Musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique, inv. 800.

13Cette liberté formelle intervient dans un contexte graphique beaucoup plus instable qu’en France. Au tournant du xxe siècle, la scène graphique allemande vit une rupture entre tenants de l’écriture gothique, « traditionnelle », et partisans du romain.

  • 1 Adolf Reinecke, Die deutsche Burchstabenschrift: ihre Entstehung un Entwicklung, ihre Zweckmäßigke (...)

14Au xvie siècle déjà, Luther voyait la typographie romaine comme un type « papiste » et considérait la gothique Fraktur comme symbole de germanité. À la fin du xviiie siècle, la didone française est celle de l’envahisseur napoléonien. Au xixe siècle, on la réserve aux publications scientifiques ; quant aux textes de Belletristik, faisant appel à la sensibilité, ils sont composés en gothique, écriture favorite d’une certaine élite nationaliste, dont Bismarck, qui aurait dit : « Les livres composés en romain, je ne les lis pas ! » (Deutsche Bücher in lateinischen Buchstaben lese ich nicht !1). Un renouveau de la calligraphie gothique se fait alors jour outre-Rhin, parallèle à celui initié par Edward Johnston en Grande-Bretagne.

15En 1911, un projet de loi est refusé de peu (85 voix contre 82) visant à revenir à la gothique textura médiévale dans l’enseignement primaire. En 1928 encore, 57 % des livres et 60 % des magazines sont composés en gothique. Le journal suisse Die Neue Zürcher Zeitung l’a même été jusqu’en 1946.

16L’avant-garde graphique allemande n’oppose pas de façon binaire les « anciens » et les « modernes », car deux traditions se faisaient déjà face. Cette configuration particulière a peut-être laissé la place à plus d’expressivité et de sentimentalisme, des vertus alors présentées comme « germaniques » et fortement affirmées, revendiquées face au sobre rationalisme français.

17Pas totalement « éphémères », certains Notgeld semblent conçus pour être conservés en souvenir. Ils sont imprimés sur tissu, en couleurs chatoyantes (fig. 13). D’autres font preuve d’humour, montrant ces Messieurs du ministère repartir vers Berlin, leurs valises pleines de billets (fig. 14), ou les deux célèbres garnements Max et Moritz en pleine action.

Figure 13. Splendide billet imprimé par la caisse d’épargne de Bielefeld sur un tissu de production locale, recto verso, en noir, rouge et bleu.

Figure 13. Splendide billet imprimé par la caisse d’épargne de Bielefeld sur un tissu de production locale, recto verso, en noir, rouge et bleu.

Source. Musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique, inv. 800.

Figure 14. Billet de 150 pfennig, Osterfeld, Gebrüder Jänecke, Hanovre, non daté.

Figure 14. Billet de 150 pfennig, Osterfeld, Gebrüder Jänecke, Hanovre, non daté.

Source. Musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique, inv. 800.

18Une dernière catégorie, plus surprenante, et plus récente aussi, est composée de billets nettement plus modernistes, à une époque où l’Allemagne mène le bal de l’avant-garde graphique. Expressionnisme, Art déco ou caractères géométriques proches des expérimentations du mouvement De Stijl ou du Bauhaus sont autant de références qui traversent alors la production (fig. 15-16).

Figures 15-16. Un traitement graphique classique est utilisé pour le paysage du site archéologique de Thorbserg Moor, sur ce billet de Süderbrarup. Le lettrage qui l’entoure est nettement plus avant-gardiste. Un principe similaire régit le graphisme du billet de 25 pfennigs de la ville de Lütjenburg.

Figures 15-16. Un traitement graphique classique est utilisé pour le paysage du site archéologique de Thorbserg Moor, sur ce billet de Süderbrarup. Le lettrage qui l’entoure est nettement plus avant-gardiste. Un principe similaire régit le graphisme du billet de 25 pfennigs de la ville de Lütjenburg.

Source. Musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique, inv. 800.

19Cette identité graphique fiduciaire, si forte à une époque de nationalisme exacerbé, a volontairement été gommée des billets en euros, qui présentent des vues d’architectures fictives, « monuments types » à la Viollet-le-Duc, pures idées qui n’existent nulle part en réalité, et ne risquent de fâcher aucune sensibilité nationaliste. Neutralité un peu triste, surtout comparée aux symboliques violemment moralisatrices de certains billets anciens, à l’instar des billets de 1 000 francs suisses qui, entre 1954 et 1974, montraient à leur verso une danse macabre (squelettes, faux et sabliers renversés) aptes à nous rappeler la brièveté de la vie et la vanité de l’argent ! Les petites coupures (10 et 20 francs) étaient moins moralisatrices, se contentant de fleurs des champs.

20L’avenir de l’imprimé fiduciaire est-il le gentil esthétisme de la nouvelle série norvégienne (fig. 17), qui ne communique rien et ne risque donc pas de heurter quelque sensibilité que ce soit ? Le conservatisme est grand dans ce domaine. Les Américains habitués à leurs uniformes billets verts ont tendance à trouver enfantine la débauche de couleurs utilisée ailleurs dans le monde.

Figure 17. Billets norvégiens.

Figure 17. Billets norvégiens.

Source. Calle Huth/Snøhetta/Norges Bank.

21Même les nouvelles monnaies appliquent les vieilles recettes : le Bitcoin, monnaie virtuelle, n’est que rarement représenté sous forme de billets, et l’est plutôt sous forme de pièces « sonnantes et trébuchantes ». S’agit-il là d’un moyen de donner un peu de matérialité – et donc de valeur – à cette chose si fugace et virtuelle qu’est l’argent ?

Bibliographie

Bain, Peter et Shaw, Paul (dir.), 1998. Blackletter: Type and National Identity. New York (NY), Princeton Architectural Press.

Buschinger, Philippe, 2015. Le gothique urbain, une crise d’identité(s). Genève, Cadrat éditions.

Bosquet, Albert, 1926. La circulation fiduciaire sous l’occupation allemande. Paris.

Corvol, Guy, 1930. L’émission des bons de monnaie par les chambres de commerce, thèse de doctorat. Paris, Rousseau.

Gadoury, Victor et Élie, Roland, 1990. Monnaies de nécessité françaises, 1789-1990. Monte-Carlo, éditions Victor Gadoury.

Sigogne, Margaret-Paulette, 1942. La théorie juridique de la « petite monnaie », thèse de doctorat en droit. Paris. Jouve & Cie.

Notes

1 Adolf Reinecke, Die deutsche Burchstabenschrift: ihre Entstehung un Entwicklung, ihre Zweckmäßigkeit und völkische Bedeutung, Leipzig, Hasert, 1910, p. 79.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Cahier du collectionneur de « bons municipaux » des années 1914 à 1930.
Crédits Source. Musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique, inv. 800.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11978/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 2 à 5. De haut en bas, billets de 5 000 marks (non daté), 100 000 marks (1923) et 1 million de marks (1923). Le dernier est un billet de 1 000 marks de 1922 dont la valeur est passée à 1 milliard de marks par un coup de tampon rouge.
Crédits Source. Musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique, inv. 1649.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11978/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 14M
Titre Figure 6. Billet de 50 Deutsche Mark au graphisme très américain, série de 1962.
Crédits Source. Wikipedia Commons : https://de.wikipedia.org/​wiki/​Bargeld_der_Deutschen_Mark#/​media/​File:50_DM_Serie1_Ausgabe1_Rueckseite.jpg
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11978/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 7. Billet de 50 francs français.
Crédits Source. Musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique, inv. 800.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11978/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Figure 8. Billet de 2 francs, Chambre de commerce de Boulogne-sur-Mer, Imprimeries réunies de Boulogne-sur-Mer, entre 1920 et 1925, verso. Les symboles héraldiques côtoient des ornements divers et des représentations classiques, notamment de Mercure, dieu du commerce, des voyages… et des voleurs.
Crédits Source. Musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique, inv. 800.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11978/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre Figure 9 et 10. Les similitudes sont nombreuses entre ces deux billets de un franc, édités par les chambres de commerce de Calais (1916) et de Cahors (1915). Ces documents sont en grande majorité imprimés dans des tons bleus et verts pâles.
Crédits Source. Musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique, inv. 800.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11978/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 6,2M
Titre Figure 11. Les billets de Wittemberg représentent en silhouettes des moments de l’histoire locale.
Crédits Source. Musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique, inv. 800.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11978/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Figure 12. La Schäfertanz (danse du berger) de la ville de Rothenburg, présenté par le vigoureux dessin de l’artiste local Willi Foerster (1892-1965). Les billets allemands jouent généralement de couleurs contrastées, ne dédaignant pas l’impression en noir profond, parfois sur papier de couleur.
Crédits Source. Musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique, inv. 800.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11978/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Figure 13. Splendide billet imprimé par la caisse d’épargne de Bielefeld sur un tissu de production locale, recto verso, en noir, rouge et bleu.
Crédits Source. Musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique, inv. 800.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11978/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 7,0M
Titre Figure 14. Billet de 150 pfennig, Osterfeld, Gebrüder Jänecke, Hanovre, non daté.
Crédits Source. Musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique, inv. 800.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11978/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M
Titre Figures 15-16. Un traitement graphique classique est utilisé pour le paysage du site archéologique de Thorbserg Moor, sur ce billet de Süderbrarup. Le lettrage qui l’entoure est nettement plus avant-gardiste. Un principe similaire régit le graphisme du billet de 25 pfennigs de la ville de Lütjenburg.
Crédits Source. Musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique, inv. 800.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11978/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 6,4M
Titre Figure 17. Billets norvégiens.
Crédits Source. Calle Huth/Snøhetta/Norges Bank.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11978/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M

Auteur

Conseiller scientifique, musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique, Lyon. Responsable du Master in Type Design, École d’Art de Lausanne, ECAL

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search