Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les éphémères et l’événement

 | 
Olivier Belin
, 
Florence Ferran

Temporalités : l’événement entre court terme et long terme

Un événement d’écritures, le procès de Théophile de Viau

La production de l’éphémère

Laurence Giavarini

Texte intégral

  • 1 Cette chronologie stricte du procès suit celle que rapporte Frédéric Lachèvre quand il publie les « (...)
  • 2 Sur l’histoire et le contexte de parution de ce recueil, voir Rosellini (2010 : 185-208).
  • 3 C’est généralement la deuxième édition qui sert de référence à cette publication, notamment parce (...)
  • 4 Voir infra.

1« Pour décrire un événement, il faut qu’il ait été écrit » : il est intéressant de prendre à la lettre cette réflexion inaugurale de Roland Barthes concernant la possibilité d’écrire l’événement « Mai 68 » (Barthes 1968 : 108-112) à propos de ce qui fut un « événement d’écritures » au début du xviie siècle, le procès de Théophile de Viau : la question de l’événementialité porte alors sur le surgissement d’écrits nombreux et liés les uns aux autres plutôt que sur les faits qu’ils mentionnent. Cette perspective est en partie motivée par le terrain concerné : les écrits dont il s’agit ici ne sont pas exactement la source de la description historique de ce procès, qui embrasse une période allant du 11 juillet 1623 (date de l’ordre d’arrestation des poètes Théophile de Viau, Nicolas Frenicle et Guillaume Colletet) au 1er septembre 1625 (date de la condamnation de Théophile au bannissement)1. Pourtant, on peut dire que ces écrits appartiennent à ce procès pour athéisme, lequel a par ailleurs mobilisé toutes sortes d’autres écrits formant avec les premiers un réseau de liens signifiants : en premier lieu, le poème sodomite signé « de Viau » qui ouvre Le Parnasse satyrique, le recueil collectif paru en 1622, et déclenche l’instruction par le procureur du Parlement de Paris, Mathieu Molé2 (Le Parnasse satyrique… 1622) ; puis, en 1623, le pamphlet de mille pages du jésuite François Garasse, entièrement dirigé contre une supposée doctrine libertine dont un « Théophile » est donné comme l’incarnation privilégiée (Garasse 1623) ; mais aussi les écrits poétiques et philosophiques de Théophile de Viau déjà parus dans la première partie de ses Œuvres en 1621, et qui vont servir de preuve à charge pour le procureur du Parlement de Paris (Les Œuvres du sieur Théophile 1621)3 ; et encore les pièces, en prose ou en vers (requêtes, plaintes, apologies) que le poète publie pour se défendre4, depuis sa prison et après sa libération, entre 1623 et 1626.

  • 5 Ces Recueils verts sont un ensemble de brochures des xvie, xviie et xviiie siècles, reliés en vert (...)

2Dès le début de ce que Théophile de Viau appelle sa « persécution » et jusqu’après sa mort en septembre 1626, des plaquettes parurent, la plupart sans nom d’auteur, toutes au format in-octavo, faisant chacune 10 à 30 pages, pourvues d’une page de titre sur laquelle ne figurait la plupart du temps aucun nom d’éditeur, rarement un lieu d’édition (lequel est presque toujours alors Paris), et toujours une indication d’année. La plupart de ces plaquettes sont aujourd’hui conservées à la Bibliothèque nationale de France ; quelques-unes, numérisées sur Gallica, demeurent à la bibliothèque municipale de Lyon, dans deux Recueils verts5 ; d’autres encore se trouvent à la bibliothèque Mazarine. Ces plaquettes et leur rapport plus ou moins étroit aux autres écrits mieux constitués comme sources de l’histoire du procès seront ici le matériau d’une réflexion sur la question de temporalité « éphémère » des écrits de l’événement.

L’identification du « corpus de la polémique »

  • 6 Suivant l’expression de Stéphane Van Damme (voir infra).
  • 7 Catalogue des livres de la bibliothèque de feu M. le duc de La Valliere, premiere partie […], par (...)
  • 8 Advis pour dresser une bibliothèque presenté à Monseigneur le President de Mesme, par G. Naudé P., (...)

3Ces plaquettes ont été repérées et étudiées par deux auteurs, Frédéric Lachèvre et Stéphane Van Damme, de manière différente. Frédéric Lachèvre mentionne chacune d’elles dans les deux sommes érudites qu’il a consacrées au procès de Théophile de Viau en 1909. Ces ouvrages, qui ont fourni aux chercheurs à la fois les pièces du dossier et une lecture très orientée de la culpabilité du poète, incluent toutes sortes d’écrits dans un long récit chronologique du procès et de ses suites, les plaquettes y jouant le rôle de témoignages de la polémique entourant l’incarcération de Viau. Lachèvre donne une chronologie détaillée de leur parution, montre comment elles sont liées les unes aux autres et les lit parfois au premier degré : tel Dialogue de Théophile à une sienne maistresse l’allant visiter en prison est ainsi perçu comme la trace de « commérages » (Lachèvre 1968 [1909], t. I : 422-424) – un dépit amoureux lui apparaissant dès lors, pour certains, à l’origine du procès. La plupart de ces plaquettes prennent place dans une effervescence scripturaire qui dit l’importance de Théophile de Viau pour ses contemporains, et la fidélité de certains d’entre eux jusque dans la tourmente. Lachèvre mentionne par ailleurs des écrits qui n’ont jamais été retrouvés (une quinzaine en tout), ce qui pose la question de la conservation de ces pièces, mais d’abord sans doute celle des modes de constitution de ce qui a été appelé plus tard le « corpus de la polémique6 ». La présence de certaines plaquettes de ce corpus dans deux des Recueils verts de la bibliothèque municipale de Lyon montre que, dès le xviie ou le xviiie siècle, des recueils travaillaient à constituer un récit de la polémique en réunissant certains des écrits qui y avaient contribué. En 1782, dans le catalogue imprimé de la bibliothèque de M. de La Vallière, on trouve mentionné un Recueil de 55 pièces en vers & en prose pour & contre le Poete Théophile, constitué de « deux porte-feuilles in-8. Avec des dos. de m. r. », qui contient 18 titres7 et semble bien correspondre à ce dont Gabriel Naudé recommandait la constitution en 1627 : il faut en effet se garder de négliger les petits livres, soulignait-il, mais l’on peut « assembler par la reliure ce qui ne l’a point esté par l’impression, conjoindre avec d’autres ce qui se perdroit s’il estoit seul8 ». Il est à peu près sûr que certaines plaquettes du procès de Théophile de Viau ont ainsi été rassemblées en recueil dès le xviie siècle.

  • 9 Voir Van Damme (2008 : 94-96) pour l’analyse du corpus (38 titres) en fonction de la temporalité d (...)
  • 10 « Théophile » se réfère à la persona du poète, telle qu’elle a été construite par celui-ci et par (...)
  • 11 L’affaire comme « modèle » de saisie d’un type d’événement a été identifiée par Élisabeth Claverie (...)
  • 12 Stéphane Van Damme (2008 : 94) emprunte en effet cette description à un compte rendu que Michel de (...)

4Plus récemment, l’historien Stéphane Van Damme s’est saisi de ces pièces comme d’un ensemble (un « corpus »), dans une perspective à la fois héritée des travaux de Christian Jouhaud sur les mazarinades et de la sociologie de l’épreuve9 : sous sa plume, ces plaquettes deviennent des textes d’action qui, prenant parti pour ou contre « Théophile10 », contribuent à faire du procès une affaire11. Pour les décrire et situer sa démarche, il reprend à Michel de Certeau l’image d’« un labyrinthe de textes éphémères, elliptiques, bourrés d’allusions à l’événement du jour, rompus à toutes les ruses de la controverse, supposés accrédités par la place, souvent fictive, qu’ils se donnent dans le débat tout à la fois “convulsif”, spectaculaire et commercial […]12 ». Je voudrais discuter ici cette caractérisation d’éphémères qui accompagne l’identification de ces écrits à des libelles, en m’interrogeant notamment sur les processus qui ont maintenu certains d’entre eux à cette place.

  • 13 Christian Jouhaud reprend ce terme, que l’on trouve dans des travaux antérieurs sur les pamphlets, (...)
  • 14 À la suite de Certeau, d’ailleurs : S. Van Damme (2007 : 160). Mais le rapport de Certeau à la lit (...)
  • 15 Rééd. Jean Salem, Paris, Belles Lettres, « Encre marine », 2009.
  • 16 Voir principalement Jouhaud (2000) et, différemment, Merlin-Kajman (2001).
  • 17 Voir là-dessus les travaux du GRIHL, et notamment Écriture et Action. xviie-xixe siècle, une enquê (...)

5L’identification de la libellistique13 à l’éphémère est en effet loin d’aller de soi, a fortiori quand les libelles sont désignés par l’historien qui les étudie comme relevant de la « littérature ». Le mot est employé le plus souvent avec des guillemets qui permettent de dire le recours à la fiction de ces écrits (Van Damme 2008 : 96-97) tout en les distinguant de ce qui est plus généralement considéré comme la littérature, celle qui s’enseigne, qui se transmet : « une littérature » donc, plutôt que la littérature14. La différence se mesure peut-être au fait que ces écrits, repérés et étudiés comme un tout par l’historien, sont demeurés dans la catégorie des libelles, plus précisément dans la catégorie des libelles éphémères – à la différence notable de La Doctrine curieuse constamment mentionnée dans les travaux sur le libertinage, et que l’on a pu rééditer au xxie siècle15. Si l’attaque anti-libertine est désormais analysée comme ayant été en partie motivée par les pouvoirs nouveaux de la littérature16 et, dans le cas de Théophile de Viau, par son trop grand succès de poète de cour (Godard de Donville 1990 : 31-44), quel sens donner à la forme littéraire (parfois versifiée, parfois allégorique, souvent fictionnelle) des plaquettes de la polémique ? De mon point de vue et dans la perspective d’une action de l’écriture, le fait qu’un écrit se qualifie comme relevant de la littérature est une action en soi et induit une situation spécifique dans le temps long des écrits17.

  • 18 Dans son souci de classer les plaquettes qui entourent le procès, Stéphane Van Damme reprend préci (...)

6Pour avoir recours à la fiction, les plaquettes qui participent à la polémique autour du procès de Théophile ne se classent pas dans la littérature, ni même dans « une littérature18 ». Ce n’est pas spécifiquement le vers ou la fiction qui, dans les années 1620, instituent un écrit comme littéraire, ou relevant de la littérature ; quantité de libelles depuis les guerres de Religion utilisent ce que nous appelons la « fiction », quantité d’entre eux ont recours aux vers. Pour montrer comment, dans cette période précisément et dans ce moment du procès de Théophile de Viau, se construisent les temporalités concurrentes de la polémique et de la littérature, je reviendrai simplement sur certains écrits qui ne font pas tout à fait partie du « corpus de la polémique », ou qui lui appartiennent de manière marginale, de façon à travailler sur certaines des opérations qui, dans le temps même de leur parution, ont tenu ces écrits à distance de la « littérature » en train d’être constituée comme telle. J’essaierai pour cela de me tenir au plus près du moment de leur classement dans le temps de l’éphémère. Ressaisie à proximité de l’événement, la question des éphémères pourra ainsi apparaître comme une manière de réfléchir aux modes de constitution des temporalités de l’écrit, et notamment du temps long de la littérature.

La production du personnage de « Théophile »

  • 19 Ateinte contre les impertinences de Théophile, ennemy des bons Esprits, [s. l.], 1624, in 8, 11 p. (...)
  • 20 La question de la médisance revient sans cesse en effet dans les écrits de l’époque pour désigner (...)

7Dans leur grande majorité, les écrits d’intervention qui accompagnent les étapes de la campagne anti-athéiste contre Théophile de Viau prennent parti pour lui : c’est en 1624, alors que les interrogatoires du poète, les témoignages et les confrontations ont commencé, que paraît le plus grand nombre de pièces. Parmi elles, des plaintes (Soupirs ou Larmes), des consolations parfois nettement teintées de stoïcisme, mais aussi une Ateinte contre les impertinences de Théophile qui vitupère son magistère poétique, son aura auprès de la noblesse notamment, sans un mot sur la question religieuse qui est pourtant ce qui l’a conduit devant le Parlement de Paris19. Cette année-là, l’auteur de La Doctrine curieuse réagit à cette effervescence de l’imprimé en s’adressant à ceux qu’il appelle « medisans » pour rejeter leurs publications dans le registre de la polémique, et plus précisément celui de l’ambivalente satire20. Il décrit ainsi la campagne en faveur de « Théophile » :

  • 21 Réponce de Garasse aux mesdisans, 1624, p. 5.

« tous ces petits livrets que vous faictes vendre à la sourdine, & dessous la cappe, & tous ces mauvais advis & jugemens de gens tres-mal advisez vous servent de voiles & de couverts pour venir au combat, & à la main : mais les Soldats divisez sont fort aisément défaits & mis en déroute21 ».

  • 22 L’expression qui ouvre le Récit de la mort, et pompe funèbre observée aux obsèques du sieur Théoph (...)
  • 23 L’Oraison funebre de Théophile, Avec la defense des Jésuites. Ou jugement de tout ce qui s’est pub (...)
  • 24 Consolation sur la resolution de la mort, Ensemble l’Adieu au monde adressee aux beaux esprits de (...)

8Deux ans plus tard, en 1626, les principales pièces racontent et déplorent la mort du poète, survenue le 26 septembre, pleurent « cet Apollon de nostre aage22 », tandis qu’une Oraison funèbre de Théophile s’attache surtout à défendre les Jésuites23. Quel que soit le registre adopté, le camp choisi, il s’agit bien là de textes d’action qui empruntent très souvent une forme poétique, telle cette Consolation sur la resolution de la mort de 1625, poème de dévotion attribué à Théophile de Viau par le catalogue de la BnF, mais qui procède plutôt d’une défense du poète par la fiction que d’une présentation du sujet poétique en dévot, les mots « dévotion » ou « dévotieux » à chaque strophe le donnant comme retiré dans une intériorité solitaire et distante24.

  • 25 Le catalogue de la BnF comme celui de la bibliothèque municipale de Lyon, qui disposent chacun d’u (...)
  • 26 Voir là-dessus Rosellini (2007 : 17-37).
  • 27 La Pénitence de Theophile, [s. l.], 1623, 12 p. Voir Lachèvre 1968 [1909], t. I, chap. 8.
  • 28 Récit de la mort, et pompe funèbre observée aux obsèques du sieur Théophile, Paris, [s. l.], 1626, (...)
  • 29 De fait, dans les annexes de L’Épreuve libertine, S. Van Damme propose un « corpus de la polémique (...)

9L’hésitation des catalogues25 concernant l’auteur de cet imprimé est significative : les libelles en défense de Théophile de Viau, qui le présentent comme victime d’une persécution et comme croyant sincère, apparaissent en conformité avec sa propre tactique de défense durant le procès26, en particulier dans La Pénitence de Théophile27. Dans le Récit de la mort, et pompe funèbre observée aux obsèques du sieur Théophile de 1626, l’argument va jusqu’au récit de sa mort en chrétien28. Mais ce que suggère l’unité du discours à décharge dans ces différents textes est renforcé par la description matérielle des écrits de défense : il n’y a en effet aucune raison d’isoler, dans la description des publications motivées par le procès, les seuls écrits anonymes, signés ou apocryphes, qui prennent parti pour ou contre le poète. Théophile de Viau intervient lui aussi pendant le procès, à travers des plaquettes publiées dans le même format, et selon les mêmes modalités d’alternance de vers et de prose : c’est d’abord, en 1623, La Pénitence de Théophile ([s. l.], 12 pages), un poème de vingt sizains considéré par la critique comme le « premier texte de défense » du poète, réédité, toujours en plaquette, en 1624 ; puis cette même année 1624, La Requeste de Théophile au Roy ([s. l.], 16 p.), le Theophilus in carcere ([s. l.], 29 p.), l’Apologie de Théophile ([s. l.], 43 p.), la Requeste de Theophile à Nosseigneurs du Parlement ([s. l.], 13 p. en vers), la Tres-Humble requeste de Theophile à M. le Premier President ([s. l.], 15 p.), la Priere de Theophile aux poetes de ce temps ([s. l.], 15 p. en vers), ou encore, en 1625, le Factum de Theophile ([s. l.], 13 p.), la Requeste de Theophile au Roy sur l’eslargissement des prisonniers ([s. l.], pièce), l’Apologie au Roy ([s. l.], 55 p.), la Consolation sur la resolution de la mort ([s. l.], 12 p.) et, en 1626, Le Testament de Theophile ([s. l.], 15 p.). Toutes les interventions de Viau, ses requêtes, ses plaintes, ses « apologies », principalement adressées au roi, aux parlementaires, et dans une moindre mesure aux poètes et à certains nobles protecteurs, prennent d’abord la forme de ces publications « éphémères », minces plaquettes en vers ou en prose, sans nom d’éditeur, parfois sans autre précision que le nom de « Paris ». La modalité élégiaque, plaintive de l’énonciation y domine, comme dans les autres pièces de défense, sans aucune provocation ou revendication libertine29. Si les plaquettes qui accusent ou défendent Théophile de Viau sont des libelles, les écrits du poète en prison en sont donc aussi.

  • 30 Nouveau recueil de diverses Poesies du sieur Theophile, La pluspart faictes durant son exil. Avec (...)

10Par ailleurs, l’emploi du nom de « Théophile » dans les titres trouble les partages auctoriaux, d’autant que certains libelles empruntent sa voix poétique même : c’est le cas, en 1624, des Larmes de Théophile prisonnier. Sur l’esperance de sa liberté qui reprend jusqu’au ton élégiaque des « requêtes » du poète ; de même pour La Derniere lettre du sieur Theophile à son amy Damon, qu’il a faite en sa maladie (en 1626), voire de La premiere lettre que Theophile a envoyé [sic] de l’autre monde à son amy (en 1626 encore). Cette sorte d’unité énonciative des plaquettes de défense du poète peut être mise en relation avec toutes les opérations qui visent à constituer sa figure de persécuté en amont même de l’arrestation de 1623 : c’est ainsi qu’un Nouveau recueil de diverses Poesies du sieur Theophile, La pluspart faictes durant son exil paraît en 1624 à Rouen30, présenté comme saisi de la main de « Théophile » au moment où celui-ci a été fait prisonnier, en septembre 1623 :

  • 31 Ibid. Cette mention du libraire figure p. 117, après la Plainte à un sien amy, qui est en effet la (...)

« Le Sieur Theophile sur son adversité avoit mis la main à la plume, & fait les Vers cy-dessus de son infortune, desirant treuver une asseurance pour venir faire cognoistre son innocence, & estoit retiré dans le Chasteau du Castellet en Picardie, où il continuoit les susdicts Vers, & fut interrompu, sur ce qu’il fut prisonnier, n’ayant encores fait que ce qui est cy-dessus, en sorte que ceux esquels il s’asseuroit le livrerent és mains d’un Prevost, qui l’a amené en la Conciergerie du Palais à Paris, le 28 septembre 162331 ».

  • 32 Sur ce premier exil, voir Adam (2000 [1935]).
  • 33 Merci à Olivier Belin de m’avoir suggéré le terme de « biographème » pour qualifier les modalités (...)
  • 34 Advantures de Théophile, au Roy, par lui faites pendant son exil en un vieux désert où estoit sa r (...)
  • 35 Respectivement, dans les Œuvres de 1622 [1621] : « Théophile au Roy sur son exil », « Sur une temp (...)

11Le recueil sélectionne donc, dans les Œuvres du sieur Theophile de 1621, une série de pièces centrées sur le premier exil du poète qui avait eu lieu en 1619 et sur lequel on sait peu de choses32. L’opération éditoriale consiste clairement à utiliser l’actualité du procès pour vendre en province une publication nouvelle, inventant ainsi une figure du poète depuis toujours disgracié. D’une publication à l’autre se constituent ce que l’on pourrait appeler des biographèmes de « Théophile » – « quelques détails », toujours les mêmes, qui fabriquent l’unité de son portrait à travers la reprise de certains de ses écrits et leur mise en récit par l’éditeur33. La même année 1624, un autre recueil intitulé Adventures de Theophile au roi donne également à voir, quoique plus brièvement, le portrait en vers de la figure du poète exilé34. Or, ces Advantures, qui sont une publication parisienne, figurent généralement dans le corpus de la polémique, mais pas le Nouveau recueil, publication provinciale dont la démarche est pourtant très similaire, quoique l’édition apparaisse bien plus soignée. Il est vrai que les Advantures modifient les titres des poèmes, donnant à voir les tribulations d’un persécuté plus que l’unité d’un sujet poétique : « Théophile au Roy, sur son absence de la cour », « Théophile passa de Calais à Douvres, attendant de s’embarquer », « Théophile parlant à soy-mesme », « Théophile aux courtisans », « Théophile à son ange », « Théophile consulte à sa prison35 ».

  • 36 Nouveau recueil de diverses Poësies du sieur Theophile, éd. citée, épître dédicatoire : « Monsieur (...)
  • 37 Voir là-dessus Godard de Donville (1990 : 31-44).
  • 38 Travail dans lequel Théophile de Viau joue un rôle non négligeable : je me permets de renvoyer à u (...)
  • 39 Recueil de toutes les pieces de Theophile commençans à l’arrest de la Cour, et generalement tout c (...)

12Au début de l’épître du Nouveau recueil de 1624, Gilbert Vernoy laisse penser que Viau a voulu cette publication36. La campagne en faveur du poète et la publicité de son procès passent ainsi par la reprise de toutes sortes d’écrits dont celui-ci est l’auteur mais pas nécessairement le publicateur, même si certaines actions éditoriales se réfèrent à son autorité : elles tentent peut-être une réappropriation du nom de « Théophile » allégorisé par Garasse dans La Doctrine curieuse37 à travers un étonnant travail de libellisation par la fiction38. Dans le même sens, l’événement de l’arrestation est très tôt mis en récit : au début de l’année 1624 paraît un in-octavo peu soigné de 112 pages intitulé Recueil de toutes les pieces de Theophile commençans à l’arrest de la Cour39, dont la table réunit un ensemble de plaquettes allant de l’arrêt du Parlement de Paris jusqu’à la Compassion de Philothée aux miseres de Théophile, en constituant une sorte de chronologie des faits que met en évidence le mode de présentation des textes, différent des titres des plaquettes concernées ; ces titres sont en revanche repris dans le corps de l’ouvrage : ainsi, annonce-t-on dans la table, « Sa prise au Castelet », « Sa plainte à Tircis », « Ses larmes », « Sa requeste au Roi », « Sa Requeste au premier President », « Sa priere aux Poètes de ce temps » au fil d’une liste qui comprend des textes dont certains ne sont pas attribués au poète, la Responce de Tircis, Les Souspirs d’Alexis, la Consolation à Theophile en son adversité notamment. L’urgence même de la publication est mise en scène par l’insertion, aux pages 15 et 16, d’une « remonstrance » en vers de « Théophile » à un conseiller du Parlement qui ne figure pas dans la table, l’auteur de cette « collation » de pièces se justifiant de la sorte :

« Depuis que j’ay eu fait achever l’impression de ce Recueil, la Remonstrance de Theophile à Monsieur de Vertammont, m’estant tombee entre les mains, & ayant trouvé place icy, je n’ay pas voulu laisser de l’y mettre, quoy que je ne sois pas son ordre, Aymant mieux te la faire veoir hors son rang, que de t’oster le contentement d’avoir tout ce qui concerne ledit Theophile, comme je t’ay promis. »

  • 40 Stéphane Van Damme souligne la bataille entre partisans et adversaires de Théophile pour imposer l (...)

13L’effet de cohésion du récit que construit le montage éditorial est accentué par la publication, l’une à la suite de l’autre, de La Plainte de Théophile à un sien amy, poème en vers de justification paru en 1623, et de la Responce de Tircis à la plainte de Theophile prisonnier, datée de la même année. Le recueil procède certes d’un geste publicitaire où se lit en outre la volonté de contrôler la version publiée des événements40. Un encart inséré à la suite de l’arrêt du Parlement aux pages 8 et 9 revient ainsi sur la publication du Parnasse satyrique :

« L’opinion de beaucoup de personnes est que quelques libraires desireux de gaigner, voyant que les vers les plus Satyriques estoient ceux qui se vendoient le mieux, compilerent eux mesmes les plus vilains, mettans les uns sous le nom de Theophile, les autres de Barthelot, ou de Colletet, selon qu’ils les voyoient avoir de la vogue. Pour le sieur Colletet je sçay bien qu’on luy a joué ceste trousse. Aussi m’estonnoy je fort si sa plume a laissé couler les saletez qu’on dit qu’il a escrites, veu qu’il est cogneu de tout plein d’honnestes gens qui tiennent à faveur l’honneur de sa frequentation. Et veritablement je puis dire sans flatterie que je l’ay veu mille fois à l’Eglise faire les actions d’un vray Chrestien, & quoy que je l’aye frequenté en des lieux où il pouvoit librement parler : si est-ce que je ne luy ay jamais ouy dire une parole lascive, ou de laquelle on peut tirer scandale. Protestant qu’il n’y a rien qui me pousse d’escrire cecy, que la verité mesme qui me force de rendre tesmoignage de la pieté & de la modestie que j’ay tousjours recogneue en luy, comme je l’ay assez de fois certifié à quantité de personnes d’honneur. »

  • 41 Pour Lachèvre, le recueil a été constitué par un « intime de Colletet » (Lachèvre 1968 [1909], t.  (...)

14Comme le Nouveau recueil de diverses Poësies du sieur Theophile mentionné plus haut, mais de manière plus surprenante, ce recueil n’est pas inclus dans le « corpus de la polémique », très probablement parce qu’il reprend des pièces déjà parues en plaquettes, peut-être aussi parce que ce titre même de Recueil de toutes les pieces de Theophile commençans à l’arrest de la Cour semble contredire son identification à un « éphémère », à la différence de ce que permet une plaquette isolée. Il a cependant ceci de commun avec certaines d’entre elles qu’il fonctionne en partie comme un factum, ici à décharge de l’un des poètes condamné par le Parlement de Paris, Guillaume Colletet41, et marque un souci évident de contribution à l’écriture du sens de l’événement. Sa conclusion adopte ainsi la position de déférence à l’égard des juges qui est celle de Théophile lui-même, notamment dans la Requeste à Nosseigneurs du Parlement :

  • 42 Ibid., p. 112.

Voilà tout ce qui s’est passé sur le subgect du sieur Théophile depuis qu’il est à la Conciergerie. Les Juges qui travaillent à son procès, exempts de toute passion et après avoir examiné les accusations qui sont faites contre luy, ne luy desnieront pas les moyens de se justifier. Ils tiennent la place de Dieu, voir[e] ce sont icy des Dieux, desquels il ne peut attendre autre chose que la punition des crimes dont il est accusé s’il en est convaincu […]42.

15S’il est indéniable que le procès suscita des écrits en faveur de Théophile de Viau, et une campagne à décharge, la cohérence de certains des énoncés et leur cohésion formelle invitent à prendre la mesure du rôle que le poète joua dans des modes d’intervention qui ne lui ont pourtant pas été directement attribués.

L’auteur « Théophile » dans le temps de la littérature

  • 43 Recueil de toutes les pieces faites par Théophile depuis sa prise jusques à present. Ensemble plus (...)
  • 44 La Maison de Sylvie, par Theophile, [s. l.], [s. n.], 1624, 55 p. (exemplaire à la bibliothèque Sa (...)
  • 45 Sur leur importance dans la poésie de Théophile, voir notamment Folliard et Requemora-Gros (2013 : (...)

16En 1624 paraît un second Recueil qui « corrige » le précédent et s’intitule Recueil de toutes les pieces faites par Théophile depuis sa prise jusques à present. C’est un in-octavo de 290 pages43, que Frédéric Lachèvre considère comme « l’édition pré-originale de la 3e partie des Œuvres de Théophile » (Lachèvre 1968 [1909], t. II : 272). De fait, ce recueil qui n’a pas de nom d’éditeur reprend les pièces du précédent en distinguant cependant les pièces dont Théophile de Viau est l’auteur – auxquelles s’ajoutent un ensemble de dix odes, La Maison de Sylvie, et une Lettre de Théophile à son frère, tous deux parus en plaquette entre-temps44 – et celles de ses amis, auxquelles sont ajoutées trois pièces qui travaillent à resserrer le dialogue entre l’auteur de la Pénitence de Théophile, de la Prière aux poetes de ce temps, et ses « amis » justement. Il y a bien là en effet publication de liens d’amitié45, mais aussi travail de distinction entre les écrits de « Théophile » et ceux de ses amis ou partisans, dussent-ils emprunter sa voix lyrique et/ou son nom.

  • 46 Voir sur cette question Les Œuvres du sieur Théophile, éd. citée, 1621, « Epistre au lecteur » : « (...)

17Une telle publication ne fabrique donc plus tout à fait l’affaire – le récit d’un événement – mais la distinction entre des voix, et par là l’auctorialité de Théophile de Viau. Rien d’étonnant à ce qu’un an plus tard, ce Recueil soit réimprimé sans les pièces des « amis », puis réédité encore en 1626, année où il s’intègre en outre aux Œuvres du sieur Théophile, revues, corrigées et augmentées, constituant cette fameuse troisième partie des Œuvres du poète mentionnée par Lachèvre et déprise, non pas exactement de la circonstance polémique, mais de la forme matérielle des libelles qui était pourtant celle de toutes les pièces d’intervention de Viau dans le temps de leur première publication imprimée, entre 1623 et 1626. Ce processus me semble pouvoir être mis en relation avec une autre pratique, celle qui a vu Théophile de Viau se publier comme auteur, dès avant le procès, en 1621, puis en 1623 lorsqu’il réédite pour la troisième fois cette première partie de ses Œuvres, puis la seconde partie, toujours en 1623, chaque partie étant pourvue d’un « Avis au lecteur » qui tente de ressaisir la figure par ailleurs publique de Théophile de Viau en affichant sa maîtrise des enjeux de l’écriture satirique et de la publication : la portée fictionnelle du nom de « Théophile » est en partie résultée de ce travail du poète sur sa figure d’auteur46.

  • 47 Littérarisation au sens ici où ces opérations font entrer les écrits de Théophile de Viau dans la (...)
  • 48 Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », 1969, repris dans Dits et écrits, éd. Daniel Defert (...)
  • 49 De nombreuses analyses existent portant le statut du nom de Théophile, que Joan DeJean voit foncti (...)

18On voit donc s’entrelacer, dans cet événement d’écritures qu’a constitué le procès de Théophile de Viau (« procès » étant ici le mot qui permet de rassembler un enchaînement de faits d’écriture concernant le poète – son arrestation, son procès, sa prison, sa liberté et sa mort), des opérations de nature différente sur les écrits, que l’on ne saurait seulement décrire comme des prises de position sur son innocence ou sur les raisons de son arrestation. Ces opérations contribuent d’une part à fabriquer de l’écrit éphémère rejeté dans le temps de l’histoire, qui les reconnaîtra pourvu qu’elle se saisisse de l’affaire – par exemple en y lisant l’unité d’une polémique –, et d’autre part à fabriquer de la littérature, relevant d’un temps plus long, qui inclut la transmissibilité des écrits comme œuvres : cela se traduit par la constitution de recueils qui, pour reprendre les termes de Barthes, écrivent l’événement, le récrivent, en diffusent la narration fragmentaire, mais aussi par la publication d’écrits désignés comme « œuvres de Théophile » dans le temps même du procès. Le travail de dissociation entre les écrits attribués à Théophile de Viau et ceux qui le sont à ses « amis » s’achève une première fois quand, en 1626, les « pièces de prison » (prose et vers) viennent constituer la troisième partie des Œuvres du poète ; écrits d’intervention, ces pièces sont par ailleurs mises à distance du reste de son œuvre par l’édition imprimée en volumes. Je parlerai pour cela d’une littérarisation de cette écriture d’intervention47 par la mise en œuvre de ce que Foucault a appelé « fonction auteur48 » : un travail de requalification du nom de « Théophile », qui tendait à être employé librement49, comme nom d’auteur, soutenu par la publication d’œuvres « complètes ».

  • 50 S. Van Damme qualifie bien pourtant l’écriture de prison de Théophile de Viau de « pamphlétaire » (...)
  • 51 Alitophili veritatis lacrymae sive Euphomioni Lusini continuatio, Genevae, apud Petrum Albertum, 1 (...)
  • 52 Il s’agit du Gascon extravagant attribué à Onésime de Claireville (1637) : sur cet ouvrage, je ren (...)

19Ce processus de littérarisation à distance d’une dimension essentielle des écrits de prison de Viau – le fait qu’ils sont des textes d’action, publiés comme des libelles – me paraît tout à fait achevé en 2009, lorsqu’on donne au programme de l’agrégation de Lettres modernes une édition des Œuvres poétiques de Théophile de Viau (Classiques Garnier) qui reproduit l’ordre des Œuvres de 1626 (première partie, deuxième partie, troisième partie) en ôtant de ces parties tous les textes en prose qui y trouvaient initialement leur place. Désigner de la sorte des « œuvres poétiques » dans les écrits de Viau revient d’abord à fabriquer principalement la littérarité de ceux-ci par les vers, plus faciles à tenir à distance de la libellistique que, par exemple, son Apologie de Théophile en prose, virulente réponse à l’attaque de Garasse en 162550. C’est en même temps placer cette poésie dans un autre temps que dans celui de l’action dont elle relevait. Cette séparation de la littérature et de la polémique, qui fabrique ici des éphémères en instituant la littérature à distance de l’écriture polémique – ce n’est assurément pas le seul mode de fabrication des éphémères, mais c’est celui que l’on voit à l’œuvre dans ce cas précis – contribue à postuler pour la littérature un autre temps que celui de l’événement, avec le risque en retour que certains écrits qui n’ont pas été canonisés par des opérations de littérarisation disparaissent dans le passé, y compris quand les travaux des chercheurs font réapparaître des moments, des cas, des affaires : c’est ainsi qu’un roman latin à charge contre les jésuites et en défense de Théophile, l’Alitophile, s’est trouvé exclu du temps de l’événement « procès de Théophile », alors même qu’il entre nettement dans la chaîne des écrits qui interviennent au moment du procès51. C’est ainsi encore, pour prendre un autre événement d’écriture du xviie siècle, que le corpus de La Possession de Loudun de Certeau n’inclut pas un roman comique de 1637 qui « appartient » bien pourtant à Loudun52. Une telle observation ne vise pas à pointer des erreurs dans nos identifications de corpus, mais à souligner à quel point nos classements des écrits du passé sont tributaires d’opérations d’effacement, pour certaines devenues invisibles, qui ont eu lieu dans le passé, parfois au plus près du temps des événements. Décrire ces opérations en faisant réapparaître ce qu’elles ont masqué est à mon sens un des intérêts de la question de l’éphémère.

***

  • 53 J’entends ce terme dans la continuité des travaux de Pierre Bourdieu dans Les Règles de l’art. Gen (...)

20Le rejet de certains écrits dans le temps de l’éphémère participe de la fabrication de la littérature comme valeur, par rapport à d’autres genres et à l’intérieur même de ce que l’on qualifie de « littéraire53 » ; à l’inverse, saisir les opérations d’institution de la valeur dans le moment même où elles ont lieu – ici celui de l’événement – permet de voir à quoi s’arrache l’écrit pour devenir littérature, et par quels procédés il le fait. L’absence de telle Réponse de Tircis à Théophile dans les pièces de prison qui constituent le troisième recueil de Théophile empêche aujourd’hui de voir la proximité discutée en son temps, éminemment polémique, de la poésie et de l’écriture des libelles, contiguïté qui est néanmoins parfaitement lisible dans d’autres écrits « éphémères » qui empruntent la forme des vers pour défendre Théophile en montrant sa solitude dévote (c’est la Consolation sur la resolution de la mort de 1625), ou qui donnent au dogme catholique de l’immortalité de l’âme la forme d’une fiction libertine de « métempsycose » (sic, 1626). De ce point de vue, il n’y a pas vraiment d’éphémères, ou pas en soi des écrits qui seraient plus éphémères que d’autres ; il y a des fabrications, par un travail sur l’écrit et sur la valeur, de la transmissibilité ou non des écrits et de leur inscription dans des temporalités hétérogènes.

Bibliographie

Adam, Antoine, 2000 [1935]. Théophile de Viau et la libre-pensée française en 1620. Genève, Slatkine Reprints.

Barthes, Roland, 1968. « L’écriture de l’événement », Communications, n° 12, dossier spécial « Mai 68. La prise de parole », 1968/1 : 108-112.

Boltanski, Luc et al. (dir.), 2007. Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet. Paris, Stock (coll. « Les Essais »).

Certeau, Michel de, 1986. « L’expérimentation d’une méthode : les Mazarinades de Christian Jouhaud », Annales. Économie, sociétés, civilisations : 507-512 (507).

Cheyronnaud, Jacques et al. (dir.), 1998. Critique et affaires de blasphème à l’époque des Lumières, textes réunis par Philippe Roussin. Paris, Honoré Champion : 185-260.

Folliard, Mélaine et Requemora-Gros, Sylvie, 2013. « “Une juste amitié m’excite le courage” : l’amitié comme espace littéraire chez Théophile de Viau », in Philippe Chométy et Sylvie Requemora-Gros (dir.), Gueux, frondeurs, libertins, utopiens : autres et ailleurs du xviie siècle. Mélanges en l’honneur du professeur Pierre Ronzeaud. Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence : 223-239 (coll. « Textuelles »).

Giavarini, Laurence, 2004. « Le libertin et la fiction-sorcière à l’âge classique. Remarques sur Dom Juan et Théophile », in Françoise Lavocat (dir.), Usages et théories de la fiction : le débat contemporain à l’épreuve des textes anciens, xvie-xviiie siècles. Rennes, Presses universitaires de Rennes : 185-218.

Godard de Donville, Louise, 1990. « Théophile et son milieu dans les années précédant son procès », in Papers on French Seventeenth Century Literature, dossier spécial « Théophile de Viau, actes du colloque du CMR 17 offerts en hommage à Guido Saba » édité par Roger Duchêne (Biblio 17 n° 65) : 31-44.

Jouhaud, Christian, 2000. Les Pouvoirs de la littérature. Histoire d’un paradoxe. Paris, Gallimard (coll. « NRF Essais »).

—, 2003. « Les libelles en France au xviie siècle : action et publication », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 90-91 : 33-45. URL : <https://journals.openedition.org/chrhc/1443> [consulté le 20/09/2018].

Lachèvre, Frédéric, 1968 [1909]. Le libertinage devant le Parlement de Paris. Le procès du poète Théophile de Viau (11 juillet 1623-1er septembre 1625) : publication intégrale des pièces inédites des Archives nationales, 2 vol. Genève, Slatkine.

Garasse, François, 1623. La doctrine curieuse des beaux-esprits de ce temps ou prétendus tels contenant plusieurs maximes pernicieuses a la religion, a l’Estat, & aux bonnes mœurs, combattue et renversee par le P. François Garassus de la compagnie de Jesus [privilège du 23 mars 1623]. Paris, Sébastien Chappelet.

Le Parnasse des poètes satyriques, 1622. Paris, impr. Estoc et Sommaville.

Les Œuvres du sieur Théophile, 1621. Paris, Pierre Billaine.

Les Œuvres du sieur Théophile, revues, corrigées & augmentées, seconde édition, 1622. Paris, Pierre Billaine.

Merlin-Kajman, Hélène, 2001. L’Excentricité académique. Littérature, institution, société. Paris, Les Belles-Lettres (coll. « Histoire »).

Rosellini, Michèle, 2007. « Écrire de sa prison. L’expérience de Théophile de Viau », Cahiers du Centre de recherches historiques, n° 39 : 17-37. URL : <https://journals.openedition.org/ccrh/3347> [consulté le 20/09/2018].

—, 2010. « Risques et bénéfices de la publication d’un mauvais livre : la stratégie commerciale des libraires éditeurs du Parnasse satyrique (1622-1625) », in Edwige Keller-Rahbé (dir.), Les Arrière-Boutiques de la littérature. Auteurs et imprimeurs-libraires aux xvie et xviie siècles. Toulouse, Presses universitaires du Mirail : 185-208 (coll. « Cribles xvie-xviiie siècles »).

Van Damme, Stéphane, 2007. « Grandeur, affaire et épreuve libertine au xviie siècle : le cas Théophile de Viau », in Luc Boltanski et al. (dir.), Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet. Paris, Stock : 151-176 (coll. « Les Essais »).

, 2008. L’Épreuve libertine. Morale, soupçon et pouvoirs dans la France baroque. Paris, CNRS Éditions.

Notes

1 Cette chronologie stricte du procès suit celle que rapporte Frédéric Lachèvre quand il publie les « pièces du procès » (Lachèvre, 1968 [1909]). Mais celui-ci étend en fait la chronologie bien au-delà de la condamnation du poète : le second volume est consacré aux écrits postérieurs à la mort de celui-ci.

2 Sur l’histoire et le contexte de parution de ce recueil, voir Rosellini (2010 : 185-208).

3 C’est généralement la deuxième édition qui sert de référence à cette publication, notamment parce qu’elle met en ordre les poèmes qui apparaissaient « en désordre » en 1621 : Les Œuvres du sieur Théophile (1622).

4 Voir infra.

5 Ces Recueils verts sont un ensemble de brochures des xvie, xviie et xviiie siècles, reliés en vert dans la seconde moitié du xviiie siècle et organisés par thèmes.

6 Suivant l’expression de Stéphane Van Damme (voir infra).

7 Catalogue des livres de la bibliothèque de feu M. le duc de La Valliere, premiere partie […], par Guillaume de Bure, fils aîné, Paris, Guillaume de Bure fils aîné, 1783, t. II, p. 379-380. 1) Apologie pour Théophile, avec son epitaphe. Ensemble les regrets de Philis sur son tombeau, 1626. 2) L’Apparition d’un Phantosme à Théophile […], 1624. 3) Arrêt de la Cour de Parlement […], Paris, A. Vitray, 1623. 4) Les Advantures de Theophile au Roy […], 1624. 5) Les dernieres Œuvres de Theophile à son amy Alcidon sur le sujet de sa solitude, Paris, Cl. Morlot, 1627. 6) La descente de Theophile aux enfers par Polidor, 1626. 7) Dialogue de Theophile à une sienne Maistresse […], 1624. 8) Discours remarquable de la vie & de la mort de Theophile, Paris, J. Martin, 1624. 9) L’Eventail satirique […], Paris. 10) L’Examen de Theophile par Rhadamante […], 1626. 11) Factum de Theophile, ensemble sa requeste présentée à Nosseigneurs du Parlement, 1625. 12) La Metempsycose de Théophile, ou le transport de son ombre en divers corps, 1626. 13) La Pénitence de Theophile, 1624. 14) Plaintes de Thirsis, sur la mort de son amy Theophile […] 1626. 15) Recueil des Epitaphes faictes sur Theophile, 1626. 16) Recueil de toutes les pieces de Theophile, commençant à l’Arrest de la Cour […], Paris, 1624. 17) La Rencontre de Theophile & du pere Coton en l’autre monde, 1626. 18) Le Testament de Theophile, 1626.

8 Advis pour dresser une bibliothèque presenté à Monseigneur le President de Mesme, par G. Naudé P., 1627. Paris, François Targa, p. 82.

9 Voir Van Damme (2008 : 94-96) pour l’analyse du corpus (38 titres) en fonction de la temporalité des trois événements décisifs dans les publications (arrestation, arrêt de la cour, mort du poète). Ce livre est issu d’un mémoire de l’EHESS qui ne recourait pas encore à la sociologie de l’épreuve (Théophile de Viau et les jésuites. Procès et polémique littéraires au dix-septième siècle, sous la direction de Roger Chartier, 1994). Un article a servi de jalon dans le processus de réécriture de ce mémoire : « Grandeur, affaire et épreuve libertine au xviie siècle : le cas Théophile de Viau », dans Boltanski et al. (2007 : 151-176).

10 « Théophile » se réfère à la persona du poète, telle qu’elle a été construite par celui-ci et par tous ceux qui mobilisent ce nom, pour l’accuser ou le défendre, pour en exploiter parfois la dimension publicitaire. Quand il s’agit de l’homme social ou de la figure historique du poète, j’écris « Théophile de Viau » ou « Viau ».

11 L’affaire comme « modèle » de saisie d’un type d’événement a été identifiée par Élisabeth Claverie dans ses travaux sur le chevalier de La Barre (« La naissance d’une forme politique : l’Affaire du Chevalier de La Barre », dans Cheyronnaud et al. (1998 : 185-260). Cette perspective est reprise dans l’introduction d’Offenstadt et Van Damme au collectif cité supra sur les affaires et les causes : « L’affaire repose à la fois sur l’engagement d’un médiateur – individuel ou sous forme de collectif – et sur la saisie d’un espace public pris à témoin de l’injustice » (« Une longue histoire », introduction de Boltanski et al. (2007 : 10). Et plus loin : « La cause désigne l’enjeu porté par les acteurs dans toute sa clarté » tandis que « l’affaire est une “forme d’exemplification de la cause” » (p. 11, citant l’article de Claverie sur le chevalier de La Barre, p. 256).

12 Stéphane Van Damme (2008 : 94) emprunte en effet cette description à un compte rendu que Michel de Certeau fait du livre de Christian Jouhaud sur les mazarinades (Certeau 1986 : 507-512 ; 507).

13 Christian Jouhaud reprend ce terme, que l’on trouve dans des travaux antérieurs sur les pamphlets, dans Jouhaud (2003 : 33-45).

14 À la suite de Certeau, d’ailleurs : S. Van Damme (2007 : 160). Mais le rapport de Certeau à la littérature n’est évidemment pas aussi simple que cela : voir le numéro spécial des Dossiers du Grihl dirigé par J.-C. Abramovici et C. Jouhaud, « Michel de Certeau et la littérature », 2018-02, en ligne : URL : <https://journals.openedition.org/dossiersgrihl/6799> [consulté le 28 septembre 2018].

15 Rééd. Jean Salem, Paris, Belles Lettres, « Encre marine », 2009.

16 Voir principalement Jouhaud (2000) et, différemment, Merlin-Kajman (2001).

17 Voir là-dessus les travaux du GRIHL, et notamment Écriture et Action. xviie-xixe siècle, une enquête collective, Paris, Éditions de l’EHESS, 2016.

18 Dans son souci de classer les plaquettes qui entourent le procès, Stéphane Van Damme reprend précisément à Christian Jouhaud une distinction entre des écrits qui, dans la polémique, relèveraient de la « scansion de l’action », et ceux qui procèdent donc du « littéraire » (Van Damme 2008 : 96-97). Mais une telle distinction n’a pas vraiment lieu d’être dans le cas des imprimés qui font l’événement du procès de Théophile, sauf précisément à adhérer aux modalités de classement de l’écrit que je vais analyser ci-dessous, et donc à les recouvrir.

19 Ateinte contre les impertinences de Théophile, ennemy des bons Esprits, [s. l.], 1624, in 8, 11 p. Lachèvre attribue ce libelle à Claude Garnier.

20 La question de la médisance revient sans cesse en effet dans les écrits de l’époque pour désigner un exercice satirique qui ne serait pas de nature éthique, et procèderait précisément de la polémique.

21 Réponce de Garasse aux mesdisans, 1624, p. 5.

22 L’expression qui ouvre le Récit de la mort, et pompe funèbre observée aux obsèques du sieur Théophile (Paris, 1626, p. 3) détourne le second hémistiche du premier vers du poème de Malherbe « Sur le mariage du roi et de la reine (1615), qui appelle Mopse, fils d’Apollon et petit-fils de Tirésias par sa mère, “l’Apollon de cet âge” ». Détournement explicitement ironique, compte tenu de l’opposition de Théophile de Viau aux malherbiens (voir notamment « Élégie une dame »).

23 L’Oraison funebre de Théophile, Avec la defense des Jésuites. Ou jugement de tout ce qui s’est publié depuis sa mort, [s. l.], 1626, p. 7-8 : « Et veritablement le pauvre Theophile auroit maintenant un juste sujet de se plaindre de ceux qui pour publier ses louanges sont contrains de mesdire d’autruy, comme s’il n’avoit pas assez de merites & de perfections pour servir de matiere, sans qu’il fust necessaire de recourir aux imperfections imaginaires de ses ennemys. Aussi ne croy je pas qu’il approuvast non plus que moy, tout ce qu’on voit par les ruës, & ce qu’on publie dedans son Testament, son Ombre, sa Rencontre, & le Discours remarquable de sa vie & de sa mort, il rejetteroit ces inventions, & ces façons d’escrire comme plattes escolieres & pedantesques, il seroit fasché de ce qu’on le fait horiblement parler aux furies & leur dire que le pere Garasse leur est contraire […] ».

24 Consolation sur la resolution de la mort, Ensemble l’Adieu au monde adressee aux beaux esprits de ce temps, par Theophile, [s. l.], 1625, 12 p. : « Mais les heureux desseins de mon affection / Qui mettent dans mon coeur toute devotion, / Consolant mes esprits donnent tresve à mon ame, / Et touchant mes pensees de ce qui est plus saint / Font que d’un zele ardent, mon desir soit atteint / D’un feu qui tout divin heureusement l’enflame. / Sainte devotion qui me touche le cœur / T’y couvrant doucement redouble mon ardeur / En ceste opinion qui seule me contente / Afin que par ton ayde avec la pieté / Loin du monde meschant fuyant la vanité / J’obtienne les effets de ma fidelle attente. »

25 Le catalogue de la BnF comme celui de la bibliothèque municipale de Lyon, qui disposent chacun d’un exemplaire, attribuent le texte à Théophile de Viau tout en relevant que Lachèvre le donne comme apocryphe.

26 Voir là-dessus Rosellini (2007 : 17-37).

27 La Pénitence de Theophile, [s. l.], 1623, 12 p. Voir Lachèvre 1968 [1909], t. I, chap. 8.

28 Récit de la mort, et pompe funèbre observée aux obsèques du sieur Théophile, Paris, [s. l.], 1626, 14 p.

29 De fait, dans les annexes de L’Épreuve libertine, S. Van Damme propose un « corpus de la polémique » chronologique, qui intègre les écrits attribués à Viau et les autres (2008 : 253-257). Mais dans l’étude qu’il fait de l’« affaire », les libelles qui ne sont pas du poète sont analysés séparément de ses écrits. Un des effets de cette séparation est d’amplifier le parti des partisans de Théophile de Viau.

30 Nouveau recueil de diverses Poesies du sieur Theophile, La pluspart faictes durant son exil. Avec sa Plainte à un sien Amy, pendant son absence, Rouen, Claude Le Villain, 1624, in-12o, 117 p. Ce recueil intègre la Plainte à un sien amy de 1623 à un volume déjà paru en 1622, à Lyon, chez Antoine Soubron. Le recueil est dédié au « seigneur de Vilandraut, viconte de Poumiers, & president au Parlement de Bordeaux » par Gilbert Vernoy. C’est le Recueil Vernoy dont parle Guido Saba (Théophile de Viau, Œuvres complètes, édité par Guido Saba, Paris, Honoré Champion, 1999, 3 vol., t. III : 277), il est considéré comme la copie d’un original de Bordeaux, de la même année, introuvable.

31 Ibid. Cette mention du libraire figure p. 117, après la Plainte à un sien amy, qui est en effet la seule pièce n’appartenant pas aux Œuvres du poète, et qui évoque l’instruction du parlement de Paris.

32 Sur ce premier exil, voir Adam (2000 [1935]).

33 Merci à Olivier Belin de m’avoir suggéré le terme de « biographème » pour qualifier les modalités écrites de la vie de « Théophile » constitué en personnage, par lui-même autant que par ses partisans : sur les biographèmes, voir la préface de Barthes à Sade, Fourier, Loyola [1971], dans Œuvres complètes, t. III, Paris, Le Seuil, 2002 : 706. Le fait que l’idée de ces biographèmes vienne sur l’hypothèse d’être mort (« si j’étais écrivain, et mort, comme j’aimerais que ma vie se réduisît, par les soins d’un biographe amical, à quelques détails… ») convient particulièrement au statut des épisodes de la vie de Viau au regard de sa mort, très vite après la sortie de prison.

34 Advantures de Théophile, au Roy, par lui faites pendant son exil en un vieux désert où estoit sa retraicte. Sur le suject de sa fuitte, de ses passages, de sa prise et le désespoir, 1624, [s. l.], in-8o, 16 p.

35 Respectivement, dans les Œuvres de 1622 [1621] : « Théophile au Roy sur son exil », « Sur une tempête qui s’éleva comme il était prêt de s’embarquer pour aller en Angleterre », « Sonnet sur le mesme subject », « Autre sonnet sur le mesme subject », « Sonnet de l’autheur sur son exil », « Desespoir ». Ces pièces figurent avec d’autres pièces poétiques dont celle qui ouvre le Traité de l’immortalité de l’âme, dans le Nouveau recueil de diverses Poësies de 1624.

36 Nouveau recueil de diverses Poësies du sieur Theophile, éd. citée, épître dédicatoire : « Monsieur Theophile m’ayant tesmoigné par une Lettre, qu’il m’a fait l’honneur de m’escrire, qu’il aura agreable que j’imprime de ses pieces, lors qu’elles me tomberont en main […] ».

37 Voir là-dessus Godard de Donville (1990 : 31-44).

38 Travail dans lequel Théophile de Viau joue un rôle non négligeable : je me permets de renvoyer à une première approche de ces questions dans Giavarini (2004 : 185-218).

39 Recueil de toutes les pieces de Theophile commençans à l’arrest de la Cour, et generalement tout ce qui s’est fait pour et contre luy depuis sa prison jusques à present, Ainsi qu’il peut se veoir à la Table suivante, in-8o, 1624, 112 p.

40 Stéphane Van Damme souligne la bataille entre partisans et adversaires de Théophile pour imposer le récit des faits (2008 : chap. iv).

41 Pour Lachèvre, le recueil a été constitué par un « intime de Colletet » (Lachèvre 1968 [1909], t. I : 348).

42 Ibid., p. 112.

43 Recueil de toutes les pieces faites par Théophile depuis sa prise jusques à present. Ensemble plusieurs autres pieces faictes par ses amis à sa faveur, et non encores veuës. Avec une Table où sont mises les pieces toutes par ordre : comme il se peut se voir en la page suivante, 1624. Paris [s. l.], in-8o, [V]-290 p.

44 La Maison de Sylvie, par Theophile, [s. l.], [s. n.], 1624, 55 p. (exemplaire à la bibliothèque Sainte-Geneviève) ; Lettre de Theophile à son frere, [s. l.], 1624 (A. Adam date cette lettre d’août ou septembre 1624 : Théophile de Viau et la libre pensée française (Adam 2000 [1935] : 391).

45 Sur leur importance dans la poésie de Théophile, voir notamment Folliard et Requemora-Gros (2013 : 223-239).

46 Voir sur cette question Les Œuvres du sieur Théophile, éd. citée, 1621, « Epistre au lecteur » : « Puisque la conversation est publique, et que mon nom ne se peut cacher, je suis bien aise de faire publier mes escrits […] ». Voir également Œuvres du sieur Théophile. Seconde partie, Paris, Pierre Billaine, 1623, épître « Au lecteur » : « Ceux qui veulent ma perte en font courir de si grands bruits que j’ay besoin de me montrer publiquement si je veux qu’on sçache que je suis au monde ».

47 Littérarisation au sens ici où ces opérations font entrer les écrits de Théophile de Viau dans la « littérature », ou découvrent une fonction de la littérature – laquelle ne s’identifie pas dans cette perspective à tout écrit poétique ou fictionnel. J’emploie donc le mot dans un sens différent de celui de C. Jouhaud et S. Van Damme, et de celui que je lui donnais, à leur suite, dans Giavarini (2004 : 200-203).

48 Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », 1969, repris dans Dits et écrits, éd. Daniel Defert et François Ewald, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des Sciences Humaines », 1994, 4 vol., t. I, p. 789-809, p. 789-790.

49 De nombreuses analyses existent portant le statut du nom de Théophile, que Joan DeJean voit fonctionner comme pseudonyme (« Une autobiographie en procès. L’affaire Théophile de Viau », Poétique, n° 48, 1981 : 431-448) : voir mes remarques dans Giavarini (2004 : 201-204).

50 S. Van Damme qualifie bien pourtant l’écriture de prison de Théophile de Viau de « pamphlétaire » (2008 : 102 sq.).

51 Alitophili veritatis lacrymae sive Euphomioni Lusini continuatio, Genevae, apud Petrum Albertum, 1624 : l’étude de cet écrit fait l’objet d’un chapitre d’un travail en cours. Sur la notion de chaîne d’écrits, voir GRIHL, Écriture et action. Une enquête collective, ouvr. cité, introduction.

52 Il s’agit du Gascon extravagant attribué à Onésime de Claireville (1637) : sur cet ouvrage, je renvoie à Lectures croisées du Gascon extravagant, actes de la journée du 13 juin 2005, Les Dossiers du Grihl, 2007-01, mis en ligne le 29 juin 2007. URL : <http://dossiersgrihl.revues.org/38> [consulté le 28 septembre 2018]. Et voir Michel de Certeau, La Possession de Loudun [1970], rééd. par Luce Giard, Paris, Gallimard, « Folio Histoire », 2005.

53 J’entends ce terme dans la continuité des travaux de Pierre Bourdieu dans Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, « Points », 2012 – dans la perspective où des processus sociaux et des actions spécifiques produisent la valeur, notamment pour la littérature, à l’intérieur du « champ ».

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540