Version classiqueVersion mobile

Les éphémères et l’événement

 | 
Olivier Belin
, 
Florence Ferran

Temporalités : l’événement entre court terme et long terme

Les prospectus de journaux révolutionnaires : l’urgence d’une histoire immédiate

Cécile Robin

Texte intégral

1Avant de présenter quelques éléments de réflexion sur la question de l’urgence d’une historiographie immédiate sous la Révolution française, j’aimerais citer quelques lignes du prospectus annonçant la parution de l’ouvrage de Thiers et Bodin, La Révolution française, paru en 1823, et qui résument bien l’aporie du journalisme révolutionnaire :

  • 1 Prospectus, Thiers Adolphe et Bodin Félix, 1823. Histoire de la Révolution française. Paris, Lecoi (...)

« L’histoire de la Révolution française n’a été écrite que par des contemporains, qui tous avaient pris plus ou moins de part aux événements qu’ils racontaient. Les nombreux récits que l’on possède ne peuvent donc être considérés que comme des Mémoires, très précieux sans doute, mais dépourvus du vrai caractère historique. Il est temps que des écrivains appartenant à la génération actuelle, et ne tenant à la révolution que par le commun intérêt de la justice et de la liberté, se fassent enfin les historiens de cette époque mémorable, et nous en retracent l’utile et instructif souvenir1 ».

2La Révolution française est une période saturée d’événements, pour l’historien comme pour les contemporains. L’ensemble de la population fait l’expérience subite de bouleversements considérables dans tous les domaines, qui placent chaque individu au cœur d’une histoire en marche, dans un présent absolu renouvelé au quotidien, par la volonté de rompre avec un Ancien Régime obsolète et un nouveau qu’il s’agit de construire. Chaque événement prend d’autant plus d’importance qu’il prend place dans cette échelle temporelle extrêmement réduite ; cela accroît la conscience des contemporains de vivre une époque « extraordinaire », selon le mot du prospectus du Républicain du Nord :

  • 2 Imprimé à Bruxelles, brumaire an IV (1795).

« Les Journaux ne sont déjà que trop multipliés, & nous allons encore en augmenter le nombre ! Mais aussi nos Lecteurs conviendront facilement que le moment présent est d’un intérêt extraordinaire. Précédé d’événemens les plus importans, il en prépare d’autres qui ne le seront pas moins2 ».

3Il s’agit, en l’occurrence, de la réunion de la Belgique à la France mais la formule aurait pu se trouver quelques années plus tôt sous la plume de journalistes se référant à un nouveau décret de l’Assemblée nationale ou à une émeute. L’explosion du nombre de titres de périodiques aux cours des premières années témoigne à la fois de l’emballement événementiel et de la nécessité d’en rendre compte, c’est-à-dire de nommer, de mettre en récit et d’inscrire chaque fait vécu dans un complexe causal qui le rende rationnel, compréhensible et donc mémorable. On rappellera ici que c’est précisément au cours de cette période que sont créées les Archives nationales, avec l’ambition de conserver les sources de l’histoire de France et d’instituer une mémoire nationale.

4L’événement ne s’oppose pas au quotidien ; il est quotidien sous la Révolution. L’événement s’oppose à la sphère privée et peut être défini comme un fait collectif, dans son déroulement ou par ses implications sur les individus, même si ses effets ne sont pas toujours perceptibles dans leur vie quotidienne. L’un des enjeux de la mise en récit des événements consiste précisément à construire des collectifs en inscrivant des faits dans l’histoire d’un groupe ou d’une communauté donnée.

5Les journaux sont donc un outil essentiel dans la redéfinition des groupes sociaux. Leur multiplication est un événement en soi, qui témoigne de la volonté de communiquer et de la nécessité de faire corps par une explication commune de faits vécus. La fonction du prospectus de journal consiste à faire valoir la nécessité d’une historiographie immédiate, pour permettre à un groupe de lecteurs de se situer dans la succession de présents et d’en constituer une histoire.

6D’après le Dictionnaire de l’Académie de 1798 (5e édition), un prospectus est « un programme […] dans lequel on donne une idée de l’ouvrage, on annonce le format, le caractère, la quantité de volumes, et les conditions de souscription, s’il y en a ». Le terme de « programme » est particulièrement bien adapté au genre sous la Révolution et nous verrons que tous les prospectus se caractérisent par une ambition véritablement programmatique, quel que soit le domaine dans lequel ils s’inscrivent. Cette définition s’enrichit grâce à celle proposée par les auteurs du Journal constitutionnel des fidèles amis de l’ordre et de la constitution :

  • 3 Journal constitutionnel des fidèles amis de l’ordre et de la constitution n° 1, du 1er mai 1791.

« Le Prospectus d’un Journal est comme la Préface d’un Livre : il doit contenir l’exposition de ce qu’on se propose d’y traiter ; l’aperçu des vues d’utilités qui doivent en résulter pour la chose publique ; le plan formé pour en présenter l’ensemble à la méditation et à la curiosité ; enfin la méthode qu’on observera dans la distribution des matières qui doivent le composer3 ».

7Outre le rappel de l’enjeu collectif, sous le syntagme de « chose publique », cette définition introduit un autre élément fondamental, à savoir la « méthode ». La très grande majorité des journalistes affichent, en effet, une ambition historienne qui suppose le respect de règles et de méthodes de recherche et d’analyse, de nature à assurer la légitimité de l’auteur à produire un récit historique. Ce point est fondamental à une période d’intrication extrême entre acteurs, lecteurs et journalistes. La multiplication des fonctions d’un même individu nécessite d’interroger le lien entre ces éphémères que sont les prospectus de journaux et les événements, dans la perspective d’une influence réciproque. Dans le cas de Pierre-Louis Roederer, la rédaction d’articles pour le Journal de Paris lui permet d’affiner sa pensée politique (Chappey 2003 : 2-15) ; pour d’autres hommes politiques comme Robespierre ou Marat, la sphère éditoriale constitue davantage un champ de diffusion ou de justification d’idées déjà présentées dans d’autres cadres, notamment devant des assemblées politiques.

  • 4 Journal politique et philosophique, tome I, pour les mois de ventôse et germinal [an III]. Paris, (...)

8Un prospectus énonce donc à la fois un programme et une méthode. Contrairement au livre, ce n’est pas un type d’imprimé destiné à évoquer des événements. Il est significatif que ce terme soit omniprésent dans l’ouvrage d’un auteur et totalement absent dans le prospectus et le journal du même auteur ; la constitution légitime d’un événement nécessite un temps et une distance que le journaliste n’a pas. Comme l’écrit Garat dans le prospectus du Journal politique et philosophique, « Tout vieillit rapidement dans les révolutions, mais surtout les journalistes et les journaux. Il n’y aurait qu’un moyen d’écrire un journal qui ne vieillirait jamais, ce serait d’écrire sur les événements de tous les jours avec l’esprit de tous les siècles4 ».

9Ce que permet en revanche le prospectus, c’est de préciser le sens à donner au terme d’« événement » et les conceptions qu’en avaient alors les journalistes. Reprenons le Dictionnaire de l’Académie. Un événement est « l’issue, le succès bon ou mauvais de quelque chose. Il signifie aussi fait, aventure, incident remarquable ». Par rapport à l’édition précédente de 1762, celle-ci introduit deux termes essentiels : « fait » et « incident ». Le premier nous intéresse particulièrement, dans la mesure où un « fait » renvoie aux questions de vérité, d’authenticité et de critique, c’est-à-dire à la méthode de l’historien, à la discrimination des sources et des témoignages, dans la tradition renouvelée par Voltaire dans son ouvrage Le Siècle de Louis XIV. Un événement ne se décrète pas ; il repose sur des faits rendus crédibles par la production d’une documentation authentique, présentée par des acteurs reconnus comme légitimes.

  • 5 Le bureau d’abonnement se trouve rue Jacob, faubourg Germain, au ci-devant hôtel d’Yorck, n° 1 212 (...)
  • 6 Bruxelles, 14 brumaire an IV (5 novembre 1795), de l’Imprimerie de Tutot, vis-à-vis l’Entrepôt.

10Or, le cumul des fonctions des acteurs et l’injonction de la prise de parti politique au cours de la période révolutionnaire rendent cette légitimité douteuse et invalident la possibilité, pour un acteur, de se faire historiographe des événements en cours. Le simple fait que les journalistes condamnent unanimement dans leurs prospectus les prises de parti adoptés par les autres suffit à justifier l’impossible impartialité en temps de crise, la neutralité elle-même étant considérée comme une prise de position politique. Comme l’écrit Garat dans le prospectus du Journal politique et philosophique : sous la Convention, « tous les journalistes, ou furent eux-mêmes du nombre des combattants, ou allèrent se ranger, les uns à droite, les autres à gauche, pour servir comme auxiliaires5 ». L’impossible neutralité des journalistes est également regrettée dans le prospectus du Républicain du Nord : « La sphère de l’action s’étend tous les jours. Ceux qui ne sont encore que simples spectateurs, peuvent, d’un instant à l’autre, se voir entraînés à prendre une part active dans la cause ; il n’est donc pas étonnant que tous les esprits se livrent à la politique6 ».

11Les prospectus témoignent d’une claire conscience de l’incompatibilité entre le fait de coller aux événements récents et de prendre le recul nécessaire à leur compréhension. Robespierre fait de son retrait de l’arène politique le fondement d’une appréciation distanciée des événements. Il écrit, dans le prospectus du Défenseur de la Constitution :

  • 7 Voir le propsectus du Défenseur de la Constitution de 1792 (n° 1). Bibliothèque nationale de Franc (...)

« Peut-être que lorsqu’on a quitté le théâtre pour se ranger parmi les spectateurs, on juge mieux la scène et les acteurs ; il semble du moins qu’échappé au tourbillon des affaires, on respire dans une atmosphère plus paisible et plus pure, et que l’on porte sur les hommes et sur les choses un jugement plus certain, à peu près comme celui qui fuit le tumulte des cités, pour s’élever sur le sommet des montagnes, sent le calme de la nature pénétrer dans son âme, et ses idées s’agrandir avec l’horizon7 ».

12La posture et les méthodes de l’historien sont donc essentielles dans la lutte pour la mise en récit des faits ; les prospectus regorgent de professions de foi, d’engagements à respecter les fondements d’une certaine éthique de l’historien. La lutte contre l’ignorance et la superstition sont des lieux communs de la fin du xviiie siècle ; mais les auteurs des prospectus vont au-delà, en précisant notamment les moyens d’atteindre, sinon la vérité, du moins une vérité, orientée mais argumentée.

  • 8 Tribune des Patriotes, avril 1792.
  • 9 Le Vieux Cordelier, n° 1, du 15 frimaire an II. De l’Imprimerie de Desenne, rue des Moulins, butte (...)
  • 10 La Sentinelle. De l’Imprimerie du Cercle Social, rue du Théâtre-François, n° 4, 1792.
  • 11 De l’Imprimerie de L. Jorry, rue de la Huchette, 1789.

13Dans la Tribune des Patriotes, Desmoulins propose une approche minimale en affirmant que « tout ce qu’on doit à la rigueur demander [au journaliste], c’est la bonne foi, qu’on peut appeler la vérité relative8 ». Il précise un an et demi plus tard (frimaire an II), dans le Vieux Cordelier, que tout dire peut être nuisible et que, s’il a « la main pleine de vérités », il se gardera bien « de l’ouvrir en entier ; mais j’en laisserai échapper assez pour sauver la France et la République une et indivisible9 ». Tout acteur dépositaire d’un savoir utile sur un événement se doit d’en informer ses concitoyens. C’est aussi l’opinion de Louvet qui, dans La Sentinelle, écrit que « quiconque a d’importantes vérités à proclamer, deviendrait criminel s’il gardait le silence » ; et il conclut : « Je vais donc parler10 ». De la même façon, Desmoulins, dans le prospectus des Révolutions de France et de Brabant, prétend qu’« il est du devoir d’un bon Citoyen de se faire en ce moment journaliste11 » ; il faut y voir un appel à l’engagement individuel et au témoignage des acteurs des événements mais il y a aussi l’idée d’une historiographie collective, de l’émergence de la vérité par l’accumulation et la confrontation des récits de témoins directs. L’histoire de la monarchie était écrite par des historiographes du roi ; celle de la nouvelle république s’écrit nécessairement avec la collaboration des citoyens qui la composent.

  • 12 Journal patriotique… Imprimé à Liège, 1789.
  • 13 Lettres historiques, politiques et critiques d’un observateur impartial. Imprimé à Londres, 1792.
  • 14 À Versailles, de l’Imprimerie de Ph.-D. Pierres, premier imprimeur ordinaire du Roi, rue Saint-Hono (...)
  • 15 De l’Imprimerie de Du Pont, rue de l’Oratoire, an V (1797).

14Bon nombre de journalistes fondent ainsi leur légitimité à prendre la plume par leur position de témoin au moment des faits ; autrement dit, le cumul des fonctions d’acteur et d’historiographe est affiché comme une garantie de fiabilité. Dans le Journal patriotique, pour servir à l’Histoire de la Révolution arrivée à Liège le 18 Août 1789, où sont consignés tous les événements qui y sont relatifs […], les auteurs disent vouloir profiter « de l’heureuse Révolution dont ils sont les témoins, pour publier les vues qu’ils croiront utiles12 ». Dans le même esprit, Chaussard, dans les Lettres historiques, politiques et critiques d’un observateur impartial, déclare qu’il sera « l’Historien fidèle des mystères d’iniquités dont [il a] été le témoin13 ». Mais, comme le déplore l’abbé Sabatier de Castres dans l’ouverture du prospectus de son Journal politique-national, « à peine les États-généraux ont-ils été annoncés, que tout le monde a brigué l’honneur de sauver la France et de l’éclairer » ; et il conclut : « les prospectus se sont multipliés comme les motions14 ». C’est sans doute ce qui explique les mesures extrêmes prises par Fabre d’Olivet : pour se distinguer de ses concurrents, il annonce, dans le prospectus de L’Invisible, qu’il « pénétrera partout » pour « se rendre maître des secrets les plus importants […]. Il assiste aux Conseils des Souverains ; s’assied sur les bancs des Législateurs, et suit les Lais jusques dans leurs boudoirs15 ».

15Compte tenu du nombre considérable de témoins de faits arrivés dans la sphère publique, la compétence est un second argument en faveur de la légitimité du journaliste. La Chronique du mois en constitue un cas paradigmatique, puisqu’aucun autre journal n’a employé autant de leaders politiques comme auteurs réguliers. Et le prospectus s’en fait l’écho :

  • 16 À Paris, de l’Imprimerie du Cercle Social, rue du Théâtre-François, n° 4, 1791.

« Des hommes célèbres, les uns membres de la législature, d’autres qui ne pouvaient y être suppléés, de l’aveu même des électeurs, ont réuni leur travail et leurs lumières pour payer ensemble à la chose publique, leur dette de citoyen. La forme périodique leur donnait les moyens de suivre les opérations du corps législatif, l’à-propos des événements, et par conséquent, d’être infiniment plus utiles dans l’application de leurs principes ; ils l’ont adoptée16 ».

  • 17 À Paris, de l’Imprimerie de L.-P. Couret, imprimeur et rédacteur de ce journal, rue Christine, n°  (...)
  • 18 Journal de la Montagne. À Paris, de l’Imprimerie Patriotique et Républicaine, rue Saint-Honoré, vi (...)

16Le prospectus détaille plus bas les noms et qualités des auteurs, en justifiant le rôle de journaliste non seulement par leurs fonctions d’acteurs politiques de premier plan mais encore par leur spécialité. Chaque partie de la Chronique sera donc rédigée par l’homme le plus à même d’en rendre compte, par ses compétences et sa position de témoin. C’est également le cas dans le Journal de l’Église constitutionnelle de France, dont le prospectus annonce que « les matières ecclésiastiques sont confiées à un Professeur de Théologie distingué, dont le Clergé constitutionnel doit s’honorer17 ». Compte tenu de l’extrême politisation de la période, les journalistes ne cherchent pas à cacher l’orientation politique de leur feuille ; ils l’affichent même explicitement, surtout dans les moments les plus critiques. Les « hommes distingués » qui réuniront les matériaux pour donner aux lecteurs du Journal de la Montagne « une image fidèle des faits et des opinions » sont naturellement des « patriotes » jacobins, pour qui « éclairer le peuple » consiste à « ramener les égarés de bonne foi » dans le droit chemin18.

17La vérité demeure relative par l’injonction de la prise de parti ; cette relativité est parfaitement assumée par les contemporains, et affichée d’autant plus librement que, d’après eux, elle n’interdit pas une rigoureuse démarche d’historien. L’abbé Lucet en donne en exemple remarquable dans le prospectus de L’Historien de France et de l’Europe :

  • 19 De l’Imprimerie de l’Historien de France et de l’Europe, 1792.

« Depuis assez longtemps le mensonge triomphe, il est temps enfin d’opposer une digue à ses progrès, & d’offrir aux personnes jalouses de s’instruire, les moyens de se satisfaire. Pour y parvenir, j’entreprends un ouvrage périodique, qui, par le caractère de vérité qui le distinguera, sera moins un Journal, qu’une histoire suivie & impartiale, source pure où les Historiens, amis de la vérité, pourront puiser par la suite des matériaux, pour servir à l’histoire de ce siècle. D’un style simple, concis & léger, j’y rendrai compte des Décrets les plus intéressants de l’Assemblée Nationale, des Nouvelles de tous les Départements, de toutes les Cours de l’Europe, & enfin de tous les événements dignes d’être transmis à la postérité ; ainsi, bien différente de ces enfants monstrueux du délire Jacobite, dont les progrès sensibles de la raison annoncent la prochaine extinction, ma feuille, indépendante des circonstances, sera de tous les temps & de tous les lieux ; fidèle aux devoirs d’un historien, la vérité tracera ma marche & mes limites ; dépouillé de toute partialité, je ne connaîtrai ni la haine, ni l’adulation ; l’équité & la raison seront mes guides ; indépendant de tout parti, au-dessus de toute crainte, guidé par aucune espérance, j’écrirai en homme libre, je relèverai sans fiel, mais avec une noble hardiesse, les fautes individuelles qui pourraient influer sur l’ordre social, & le bien, de quelque parti qu’il vienne, obtiendra mon approbation, je dénoncerai aussi hardiment, à l’opinion publique, tous les actes de despotisme de quelque pouvoir qu’ils émanent. Mais en même temps, persuadé que l’insurrection, que l’on nous a présentée, comme le plus saint des devoirs, est le germe de l’anarchie, & la source de tous les malheurs, je me distinguerai par mon entière soumission aux pouvoirs constitués, par mon obéissance aveugle aux lois adoptées, & surtout par mon amour respectueux pour mon Souverain. Partisan zélé de la Monarchie, base fondamentale de la Constitution, je la défendrai courageusement contre une ligue odieuse & usurpatrice de tous les pouvoirs, qui ne porte atteinte à l’autorité légitime, que pour s’en emparer ; ami de la religion de mes pères, je la distinguerai du fanatisme, & je l’opposerai à l’impiété Jacobite, […]19 ».

18L’abbé Lucet distingue donc clairement la position idéologique des méthodes de l’historien. La première est une posture permettant d’identifier immédiatement la finalité de la démonstration ; les secondes sont universelles et applicables à la construction de tout récit historique. La première permet de souder un groupe autour d’événements et d’idées qui le définissent ; les secondes légitiment l’existence même de ce groupe par la rigueur scientifique du récit qu’il reconnaît comme constitutif.

  • 20 De l’Imprimerie de Girouard, rue du Bout-du-Monde, n° 154, 1792.

19Tous les prospectus se retrouvent autour d’une commune ambition didactique, une volonté d’éclairer les contemporains. L’objectif est simultanément politique et historiographique. Il s’inscrit dans une double temporalité : celle du court terme des luttes politiques et celle, plus longue, de l’historiographie de la Révolution. C’est sans doute l’une des significations de l’épigraphe du journal La Révolution de 1792 : « Au tems et à la vérité ». La vérité se construit au quotidien, dans l’immédiat ; c’est la grande force du journal que de consigner, à chaud, les faits qui méritent d’entrer dans la postérité et de se constituer lui-même comme source des futurs ouvrages historiques. Le prospectus de La Quotidienne le résume en une formule : « recueill[ir] les matériaux qui serviront à l’histoire de nos jours20 ».

  • 21 Journal de la Haute-Cour de justice, ou l’Écho des hommes libres. À Vendôme, de l’Imprimerie de So (...)

20L’Écho des hommes libres en est un cas extrême. Créé par le babouviste Hésine au moment du procès de Babeuf, accusé d’avoir voulu renverser le Directoire en 1796, le journal est destiné, comme le précédent, à « recueillir les faits qui peuvent intéresser les contemporains et la postérité, dans le fameux procès de Floréal21 ». Cependant, l’enjeu va au-delà, puisqu’une partie de l’historiographie de la Conjuration des Égaux affirme que, sans la presse, cette affaire n’aurait tout simplement pas existé. Le journal d’Hésine participe donc activement à la construction de l’événement en relatant, au quotidien, les séances de la Haute Cour de justice créée pour l’occasion, en évaluant la crédibilité des charges et en débattant des conséquences de l’affaire sur la vie politique nationale. Dans ce moment d’effervescence démocratique de l’an IV, notamment à la faveur d’une extension de la liberté de presse, l’Écho des hommes libres fait de Babeuf une icône de presse et influe durablement sur l’historiographie de la période directoriale, comme Hésine l’annonçait d’ailleurs dans le n° 1 :

« La conjuration du 22 floréal fera époque dans les révolutions françaises. Entreprendre de la juger, de l’écrire, est un ouvrage qui n’est pas de mon ressort. Tracer le caractère et la vie publique des hommes qui ont joué le plus grand rôle dans cette affaire, leur but, leurs moyens, leurs plans ; recueillir les traits de lumière qui jailliront au Tribunal de la Haute-Cour, des accusations dirigées contre eux, des témoignages, des pièces et de leurs défenses, et les transmettre fidèlement au public, voilà ma tâche. »

21L’urgence d’une historiographie immédiate résulte d’abord de la pléthore d’événements et de la rapidité de leur succession. Il y a un évident besoin de comprendre, de démêler la multiplicité des faits, les rendre intelligibles en les triant et en les hiérarchisant. Cet effort est particulièrement notable dans les journaux de province qui s’évertuent à relater les événements de la capitale. C’est par exemple le cas de La Quotidienne :

  • 22 La Quotidienne. À Paris, de l’Imprimerie de Girouard, rue du Bout-du-Monde, n° 154, 1792.

« Si les réflexions étrangères aux faits, les discussions systématiques sont superflues, même dangereuses à propager, l’annonce simple et vraie des événemens qui se succèdent avec tant de rapidité, devient très-nécessaire, le besoin d’une communication prompte et facile entre toutes les parties de l’Empire, se fait sentir plus impérieusement que jamais22 ».

22Pour relater les faits avec la plus grande précision, la partie « Convention nationale » est rédigée « sur des notes littérales prises par le moyen de l’art sténographique ». Il s’agit bien de « rapporter les propres expressions des orateurs » de l’Assemblée nationale, quitte à les expliciter dans un second temps.

  • 23 À Paris, de l’Imprimerie de Clousier, imprimeur du Roi, rue de Sorbonne, 1791.

23La Révolution des Muses va plus loin dans le désir de faire circuler et de partager les nouvelles : créé à l’occasion du décret du 13 janvier 1791 sur la liberté des théâtres, le prospectus de ce journal annonce (art. II) « l’analyse de toutes les pièces nouvelles afin que les Entrepreneurs des Théâtres de Paris soient à même de juger du degré de confiance qu’ils pourront accorder aux propositions des Auteurs de Province, et connaître les succès que ces Ouvrages auraient obtenus sur les Théâtres où ils auraient été représentés ; et afin aussi de déraciner le préjugé injuste que jusqu’à ce jour a semblé concentrer dans Paris la possibilité d’enfanter un bon Ouvrage Dramatique ». Il importe donc (art. V) de « consigner tous les événements intéressants qui arriveront soit en France, soit dans les Pays Étrangers23 ».

  • 24 L’Ami des Patriotes, à Paris, Imprimerie Demonville, 1790.

24L’urgence d’une historiographie immédiate peut donc se traduire par une extension horizontale du champ d’étude. Elle s’étend plus difficilement sur l’axe vertical et L’Ami des Patriotes est l’un des rares à afficher, dans le prospectus, une volonté de prendre de la « hauteur historique », de « juger en s’élevant à la hauteur des événements », de « remonter aux origines » pour faire connaître et servir l’histoire de la Révolution. L’auteur, le député modéré Duquesnoy, consacrera d’ailleurs tout le premier numéro du journal à « suivre le fil des événements divers de la révolution, pour en expliquer plusieurs, remonter à ses premiers temps, & faire quelques réflexions sur le caractère et les passions de quelques-uns des hommes qui s’y sont fait remarquer dans tous les sens ». Cette posture permet à l’auteur d’ouvrir son prospectus sur une déclaration péremptoire : « La révolution est due au progrès des lumières ; elle est l’ouvrage des gens de lettres qui ont fait parler la raison […] ». On s’attendrait plutôt à trouver ce genre de déclaration dans un ouvrage historique que dans un journal ; Duquesnoy distingue d’ailleurs son périodique de la publication de « mémoires qui serviront à l’histoire de la révolution » pour « répandre le jour sur des événemens dont les causes sont encore mal connues », par la publication de pièces authentiques. Les événements relèvent de l’analyse a posteriori ; son journal, au contraire, ne contiendra que des « faits publics » indiscutables24.

  • 25 La Décade. À Paris, au bureau de la Décade, rue Thérèse, près la rue Helvétius, an II (1794).

25Ginguené, dans la Décade, affiche la même volonté de prendre de la distance par rapport aux événements, en faisant valoir la périodicité décadaire du journal comme un gage de légitimité à écrire « des chapitres d’histoire25 ». Mais ces deux exemples demeurent des exceptions et je conclurai en citant Desmoulins, qui, dans Le Vieux Cordelier, reflète davantage l’état d’esprit de ses contemporains : « Il faut écrire ; il faut quitter le crayon lent de l’histoire de la Révolution, que je traçais au coin du feu, pour reprendre la plume rapide et haletante du journaliste, et suivre, à bride abattue, le torrent révolutionnaire ».

Bibliographie

Chappey, Jean-Luc, 2003. « Pierre-Louis Roederer et la presse sous le Directoire et le Consulat : l’opinion publique et les enjeux d’une politique éditoriale », Annales historiques de la Révolution française, n° 334 : 2-15.

Notes

1 Prospectus, Thiers Adolphe et Bodin Félix, 1823. Histoire de la Révolution française. Paris, Lecointe et Durey.

2 Imprimé à Bruxelles, brumaire an IV (1795).

3 Journal constitutionnel des fidèles amis de l’ordre et de la constitution n° 1, du 1er mai 1791.

4 Journal politique et philosophique, tome I, pour les mois de ventôse et germinal [an III]. Paris, impr. J. J. Smits & Ce.

5 Le bureau d’abonnement se trouve rue Jacob, faubourg Germain, au ci-devant hôtel d’Yorck, n° 1 212, an III (1795).

6 Bruxelles, 14 brumaire an IV (5 novembre 1795), de l’Imprimerie de Tutot, vis-à-vis l’Entrepôt.

7 Voir le propsectus du Défenseur de la Constitution de 1792 (n° 1). Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, RES 8-LC2-687.

8 Tribune des Patriotes, avril 1792.

9 Le Vieux Cordelier, n° 1, du 15 frimaire an II. De l’Imprimerie de Desenne, rue des Moulins, butte St.-Roch, n° 25, 1793.

10 La Sentinelle. De l’Imprimerie du Cercle Social, rue du Théâtre-François, n° 4, 1792.

11 De l’Imprimerie de L. Jorry, rue de la Huchette, 1789.

12 Journal patriotique… Imprimé à Liège, 1789.

13 Lettres historiques, politiques et critiques d’un observateur impartial. Imprimé à Londres, 1792.

14 À Versailles, de l’Imprimerie de Ph.-D. Pierres, premier imprimeur ordinaire du Roi, rue Saint-Honoré, n° 23, 1789.

15 De l’Imprimerie de Du Pont, rue de l’Oratoire, an V (1797).

16 À Paris, de l’Imprimerie du Cercle Social, rue du Théâtre-François, n° 4, 1791.

17 À Paris, de l’Imprimerie de L.-P. Couret, imprimeur et rédacteur de ce journal, rue Christine, n° 2, 1792.

18 Journal de la Montagne. À Paris, de l’Imprimerie Patriotique et Républicaine, rue Saint-Honoré, vis-à-vis l’Assomption, 1793.

19 De l’Imprimerie de l’Historien de France et de l’Europe, 1792.

20 De l’Imprimerie de Girouard, rue du Bout-du-Monde, n° 154, 1792.

21 Journal de la Haute-Cour de justice, ou l’Écho des hommes libres. À Vendôme, de l’Imprimerie de Soudry, marchand libraire, place d’Armes, n° 299, an IV (1796).

22 La Quotidienne. À Paris, de l’Imprimerie de Girouard, rue du Bout-du-Monde, n° 154, 1792.

23 À Paris, de l’Imprimerie de Clousier, imprimeur du Roi, rue de Sorbonne, 1791.

24 L’Ami des Patriotes, à Paris, Imprimerie Demonville, 1790.

25 La Décade. À Paris, au bureau de la Décade, rue Thérèse, près la rue Helvétius, an II (1794).

Auteur

Chargée d’études documentaires. Archives nationales, département de l’Exécutif et du Législatif

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search