Version classiqueVersion mobile

Les éphémères et l’événement

 | 
Olivier Belin
, 
Florence Ferran

Effets : diffuser l’événement

De la splendeur publicitaire à la mise au placard : l’affiche de vente publique du xixe siècle à nos jours

Léa Saint-Raymond

Texte intégral

1Entre le xixe siècle et aujourd’hui, un éphémère très particulier a disparu de l’espace public parisien : l’affiche annonçant les ventes aux enchères publiques. L’hôtel Drouot actuel (fig. 1) ne ressemble plus à celui qui avait été construit en 1852 : outre son architecture, le bâtiment a perdu les affiches colorées qui paraient sa façade de couleurs vives (fig. 2).

Figure 1. L’hôtel Drouot en janvier 2016.

Figure 1. L’hôtel Drouot en janvier 2016.

Source. Photographie Léa Saint-Raymond

Figure 2. Carte postale de l’hôtel Drouot, vers 1900. Les passants circulent devant les nombreuses affiches colorées annonçant les ventes prochaines.

Figure 2. Carte postale de l’hôtel Drouot, vers 1900. Les passants circulent devant les nombreuses affiches colorées annonçant les ventes prochaines.

Source. Collection Léa Saint-Raymond.

  • 1 Les affiches sont particulièrement présentes dans les minutes des commissaires-priseurs Bonnefons (...)
  • 2 Les commissaires-priseurs pour lesquels les dossiers de vente sont les plus riches en affiches son (...)

2Cette étude cherche à expliquer la disparition de cet éphémère et donc à comprendre, de façon diachronique, le lien qui unit l’affiche à l’événement qu’elle informe. Pourquoi les ventes aux enchères se sont-elles progressivement passées de l’affiche comme support promotionnel ? Pour répondre à cette question, j’ai consulté la sous-série D.E3 des archives de Paris et, en particulier, les cotes D21 E3 à D149 E3, qui concernent les procès-verbaux de vente et dossiers des commissaires-priseurs parisiens. Les affiches de ventes aux enchères publiques sont parfois insérées dans la chemise du procès-verbal1 et, plus systématiquement, dans les dossiers de vente qui concernent la préparation en amont des vacations2. Malheureusement, les fonds des commissaires-priseurs sont beaucoup moins exhaustifs – et disponibles à la consultation – à partir des années 1950, et rares sont les éphémères qui sont conservés dans les dossiers d’après guerre.

L’affiche : un cadre à la fois juridique et promotionnel pour la vente publique

  • 3 Les commissaires-priseurs ne sont pas les seuls officiers publics à réaliser des ventes aux enchèr (...)
  • 4 Les lois du 27 ventôse an IX (18 mars 1801) et du 26 avril 1816, ainsi que l’ordonnance du 26 juin (...)
  • 5 Le code de procédure civile, entré en vigueur en 1807, prescrit les affiches pour certaines ventes (...)
  • 6 Procès-verbaux du commissaire-priseur Bonnefons de Lavialle en 1816 : archives de Paris, D48E3 18.

3Au xixe siècle, l’affiche n’est ni la trace, ni le reflet de l’événement, mais elle contribue à le construire comme tel : c’est par cet éphémère que la vente aux enchères devient publique. En effet, la publicité distingue véritablement les ventes aux enchères publiques des autres ventes, comme les ventes de gré à gré (Mauger-Vielpeau 2002 : 15). Le terme de « publicité » recouvre trois acceptions : la vente aux enchères publique est encadrée par un officier public3, généralement le commissaire-priseur4, elle est ouverte à tous et elle est assortie d’une publicité matérielle, permettant ainsi d’attirer le maximum d’amateurs (ibid. : 16-32). Cette dernière proposition est la condition de la seconde car, sans publicité matérielle, la vente aux enchères serait confidentielle donc privée. Les formes de publicité matérielle dépendent, néanmoins, du type de vente. Depuis le code de procédure civile de 1807 et jusqu’à aujourd’hui, l’affiche ne constitue un cadre juridique obligatoire que pour les ventes judiciaires5, contrairement aux ventes volontaires, pour lesquelles la forme donnée à la publicité matérielle n’est pas définie par la loi. En 1921, dans certaines localités, les ventes volontaires d’objets mobiliers pouvaient encore être annoncées sur la voie publique au son du tambour ou de trompette par un agent de la municipalité (Héraud 1921 : 36). Cependant, si l’affiche n’était pas prescrite juridiquement pour les ventes volontaires, elle restait le moyen le plus fréquent pour attirer les amateurs dans ces ventes (ibid. : 36), avec l’insertion d’une ou plusieurs petites annonces dans les journaux. Tous les procès-verbaux des ventes aux enchères publiques que j’ai pu consulter aux archives de Paris contiennent ainsi a minima la mention suivante : pour que la vacation commence, il faut que le vendeur et le commissaire-priseur aient auparavant « trouvé un nombre suffisant d’enchérisseurs, amenés pour les affiches imprimées et timbrées qui ont été apposées dans tous les lieux voulus par la loi et par les insertions faites au journal général d’affiches6 ».

  • 7 Dans le cas des ventes sur saisie, l’huissier saisissant n’a le droit de rédiger le placard que s’ (...)

4Quel que soit le type de vente, la rédaction des affiches est soumise à un encadrement juridique contraignant. Seul l’officier public chargé de la vente a le droit de rédiger les affiches, en vertu de la loi du 27 juin 1843 (ibid. : 15-16 ; 397), en contrepartie d’un émolument7 (ibid. : 16). Dans la pratique, le commissaire-priseur délègue généralement cette tâche à l’expert et ne fait que contrôler son travail : dans les dossiers de vente du commissaire-priseur Jules Plaçais se trouve un brouillon d’affiche, estampillé par le marchand Édouard Kleinmann, pour la vente du Courrier français du 18 février 1895, dont il est l’expert (fig. 3 et 4).

Figure 3. Brouillon de l’affiche pour la vente du Courrier français, du 18 février 1895, par l’expert Édouard Kleinmann.

Figure 3. Brouillon de l’affiche pour la vente du Courrier français, du 18 février 1895, par l’expert Édouard Kleinmann.

Source. Archives de Paris, dossiers de vente du commissaire-priseur Jules Plaçais, D63E3 23.

Figure 4. Affiche de la vente du Courrier français, du 18 février 1895.

Figure 4. Affiche de la vente du Courrier français, du 18 février 1895.

Source. Archives de Paris, dossiers de vente du commissaire-priseur Jules Plaçais, D63E3 23.

  • 8 « La rédaction des affiches doit être faite avec soin et d’une façon suffisamment claire, surtout (...)
  • 9 Le dossier de nomination du commissaire-priseur Fernand Lair-Dubreuil, conservé aux Archives natio (...)

5La seule composition des affiches relève du cadre juridique plus que du cadre publicitaire : le souci d’exhaustivité l’emporte sur la concision et l’efficacité visuelles. Doivent être clairement énoncés les noms et adresses des officiers publics chargés de la vente et des experts éventuels, le lieu de vente et la date d’exposition et de vacation. La description de la vente est soumise à la même précision8 et les amateurs doivent être informés des modalités de paiement, des frais acquéreurs et des droits afférents. Ainsi l’affiche de la figure 4 porte-t-elle la mention suivante : « Au comptant. Les acquéreurs paieront 5 pour 100 en sus des enchères. Nota. – Les Dessins seront vendus avec interdiction formelle du droit de reproduction. » De même, la jurisprudence de la fin du xixe siècle contraint les affiches à indiquer sans ambiguïté la provenance des objets mobiliers mis en vente9. L’affiche doit donc informer la vente de façon exhaustive. Par conséquent, l’efficacité publicitaire pâtit de la primauté du cadre juridique ; seules la typographie et la grosseur des caractères viennent contrebalancer la longueur du texte. Dans notre exemple (fig. 4), les mots « dessins originaux » seront ceux qui accrocheront le regard du piéton en mouvement. Si ce dernier est intéressé par ce type d’œuvres, il continuera la lecture.

  • 10 Suivant l’article 619 du code de procédure civile et l’article 1er de la loi du 20 juin 1853 (Héra (...)
  • 11 À partir de la loi du 23 août 1871, deux décimes au principal des droits de timbre doivent être aj (...)
  • 12 Le timbre des affiches est supprimé par l’article 221 du décret du 9 décembre 1948. Je remercie Br (...)

6Outre la rédaction des affiches, leur apposition est également réglementée. Dans le cas des ventes judiciaires, seul l’huissier saisissant peut décider du jour où devra paraître le placard et apposer les affiches10. De plus, toute affiche de vente aux enchères publique doit être timbrée proportionnellement à la dimension du papier, suite aux lois du 28 avril 1816 et du 15 juillet 186211 (Constant 1905 : 212). Le décret du 15 août 1926 ajoute à cette taxe d’État un deuxième timbre, profitant à la commune, dont le montant ne peut excéder le quart de la taxe d’État en vigueur (Vincent 2015). Entre 1926 et 194912, toute affiche devait donc comporter deux timbres fiscaux (fig. 5).

Figure 5. Détail de l’affiche de la vente de tableaux modernes H. H…, du 6 juin 1934 (hôtel Drouot, commissaire-priseur : Étienne Ader). À gauche, le timbre oblitéré au cachet de la Ville de Paris et à droite, le timbre d’État.

Figure 5. Détail de l’affiche de la vente de tableaux modernes H. H…, du 6 juin 1934 (hôtel Drouot, commissaire-priseur : Étienne Ader). À gauche, le timbre oblitéré au cachet de la Ville de Paris et à droite, le timbre d’État.

Source. Dossiers de vente d’Étienne Ader, archives de Paris, D43E3 98.

7À la fin du xixe siècle, cependant, la contrainte juridique pesant sur les affiches semble s’estomper. Jusqu’à la loi du 29 juillet 1881 sur la presse, aucune affiche n’était apposée sans obtention du visa de l’autorité municipale ; après 1881, cette dispense s’applique à la fois aux ventes judiciaires et volontaires : l’autorité municipale cesse de réglementer l’affichage, même si, après 1926, elle perçoit des recettes fiscales.

8L’étude de la législation laisse ainsi apparaître deux types de liens entre cet éphémère et la vente qu’il informe. D’une part, les affiches de ventes judiciaires, généralement appelées « placards », entretiennent une relation performative avec la vente sur saisie : c’est la rédaction du placard par le commissaire-priseur, et son apposition par l’huissier, qui créent la publicité, donc l’événement. Les affiches de ventes volontaires, d’autre part, ne sont pas obligatoires pour faire exister la vente et relèvent du registre publicitaire, pour attirer un large public d’acquéreurs potentiels. Néanmoins, leur rédaction reste, elle aussi, soumise à la loi, d’où une tension très forte entre contrainte juridique et besoin promotionnel.

Une relative immuabilité des affiches

9Depuis le début du xixe siècle, la résolution de cette tension est restée immuable et les affiches n’ont guère évolué, restant dans le cadre juridique sans chercher d’innovation « marketing ». Les affiches des années 1930 ressemblent, structurellement, à celles des années 1810, à quelques détails près.

Le texte et la typographie de l’affiche

10Plusieurs éléments de permanence peuvent être dégagés entre les affiches du début du xixe siècle et celles de l’entre-deux-guerres : la densité du texte, freinant l’immédiateté de la réception, la mise en relief de certains mots, pour compenser ce premier aspect et attirer le passant, et l’impression sur papier coloré. En effet, l’emploi de la couleur était obligatoire pour ces affiches, suite à la loi du 28 juillet 1791, et, depuis la loi du 18 avril 1816, le papier de couleur blanche était réservé aux affiches officielles (Bories et Bonassies 1847 : 180). D’après la série d’affiches consultable aux archives de Paris, le choix de la couleur n’a aucune signification : une vente après décès, par exemple, peut être imprimée sur fond jaune, bleu, vert ou rose.

  • 13 Archives de Paris, minutes et dossiers du commissaire-priseur Bonnefons de Lavialle, D48E3 15 à 18

11Néanmoins, une légère modification du texte de l’affiche apparaît dans les années 1830. Les affiches de la Restauration (fig. 6) ne mentionnent que très rarement le nom du commissaire-priseur et de l’expert, à moins que la vente soit cataloguée, auquel cas il est fait mention des noms et adresses du commissaire-priseur et de l’éventuel expert qui distribuent le catalogue13.

Figure 6. Affiche de la vente de tableaux après le décès de M. Desurmont, Paris, 30 et 31 janvier 1816, commissaire-priseur : Bonnefons de Lavialle.

Figure 6. Affiche de la vente de tableaux après le décès de M. Desurmont, Paris, 30 et 31 janvier 1816, commissaire-priseur : Bonnefons de Lavialle.

Source. Archives de Paris, D48E3 15.

12Ce n’est donc qu’à partir des années 1830 que les affiches présentent systématiquement le nom du commissaire-priseur dirigeant la vente. Il est possible de reconnaître, dans cette affirmation symbolique, une marque de la récente différenciation professionnelle de ces officiers ministériels. En effet, une ordonnance du 31 juillet 1822 a rendu les fonctions de commissaires-priseurs incompatibles, à Paris, avec celles des huissiers et des greffiers (Maurice 1971 : 17).

  • 14 Manuel Charpy, dans sa thèse, date également cette diversification de la typographie de la premièr (...)

13La typographie des affiches de ventes aux enchères publiques évolue au même moment14. Avant les années 1830, une seule famille était utilisée (fig. 6), de type Didot ou Bodoni, avec empattement filiforme. Cette unicité créait une harmonie visuelle, animée par l’utilisation de capitales, de bas-de-casse, d’italiques et de différences dans la taille des caractères. À partir de la monarchie de Juillet, la typographie des affiches se diversifie (fig. 7).

Figure 7. Affiche de la vente de tableaux par M. Van-Os, Paris, 14 mai 1833, commissaire-priseur : Bonnefons de Lavialle.

Figure 7. Affiche de la vente de tableaux par M. Van-Os, Paris, 14 mai 1833, commissaire-priseur : Bonnefons de Lavialle.

Source. Archives de Paris, D48E3 27.

14L’affiche de la vente Van-Os de 1833 présente deux familles de police : tout le texte est composé en Didot, alors que « M. Van-Os » est écrit en Égyptienne, avec empattement quadrangulaire. De plus, le mot « vente », azuré, apparaît en relief. Toute une économie de l’affiche se met alors en place à cette période. La police Didot, assurant une bonne lisibilité, est réservée aux textes longs, notamment à la description des objets mis en vente, alors que les titres et accroches sont écrits en police Égyptienne, plus commerciale.

15Les affiches de la fin du xixe siècle sont l’aboutissement de cette diversification des typographies. Exemple typique de l’époque, l’affiche de la vente des dessins provenant du Courrier français, du 18 février 1895 (fig. 4), présente une extrême variété de caractères, majuscules, bas-de-casse, italiques, et contient jusqu’à trois familles de polices : la police Didot, identifiable dans le mot « vente », la police Égyptienne, pour les noms du commissaire-priseur et de l’expert, et la police Antique, reconnaissable dans « dessins originaux », qui ne comporte aucun empattement.

Le format : une « économie des affiches » à plusieurs vitesses

  • 15 J’adopte la notation traditionnelle pour les affiches, c’est-à-dire la dimension du petit côté par (...)

16Il faut attendre les années 1850 pour voir une légère mutation de l’affiche, dont le format s’agrandit et se diversifie. En effet, depuis le début du xixe siècle jusqu’aux années 1850, deux formats étaient courants pour les affiches des ventes aux enchères publiques : le « petit » format, correspondant à un format Pot ou Écolier (31 × 40 cm15), et le « grand » format, équivalent à un format Coquille (44 × 56 cm). Le panneau des archives de Paris, mesurant un mètre de hauteur, permet de mettre à l’échelle ces affiches (cf. ventes de 1839, commissaire-priseur Bonnefons de Lavialle, Archives de Paris, D48E3 39).

17Le format horizontal fait une brève apparition dans les années 1850 (fig. 8) mais la norme reste le format vertical.

Figure 8. Affiche de la vente Cicéri, par le commissaire-priseur Ridel, le 25 janvier 1851. Le format horizontal correspond à un demi-Jésus (38 × 56 cm).

Figure 8. Affiche de la vente Cicéri, par le commissaire-priseur Ridel, le 25 janvier 1851. Le format horizontal correspond à un demi-Jésus (38 × 56 cm).

Archives de Paris, D42E3 24.

18Au milieu du xixe siècle, on note un réel agrandissement des affiches et une diversification des formats. Les formats Pot et Coquille sont désormais considérés comme de petits formats, réservés aux ventes judiciaires de peu de valeur, alors que les ventes volontaires s’affichent en grand, au format Colombier (cf. vente Madrassi du 11 mars 1886, par le commissaire-priseur Plaçais, Archives de Paris, D63E3 2).

19Dans les années 1880, le format des affiches de ventes aux enchères « importantes » s’agrandit à nouveau, atteignant le format Double Jésus (vente Madrassi du 15 mars 1894 par le commissaire-priseur Plaçais, Archives de Paris, D63E3 21) ou Double Colombier (vente Ricada des 20 et 21 mars 1893 par le commissaire-priseur Plaçais, Archives de Paris, D63E3 19) (fig. 9).

Figure 9. Les différents formats d’affiches verticales, présentés à l’échelle.

Figure 9. Les différents formats d’affiches verticales, présentés à l’échelle.

Source. Archives de Paris, D42E3 24.

20À partir des années 1880 se met donc en place une « économie des affiches » qui entretient un rapport d’homologie avec la richesse du propriétaire vendeur : à mesure que celle-ci s’élève, le format des affiches s’étend. Ainsi les ventes judiciaires sont-elles systématiquement affichées en petit format : le propriétaire sommé de vendre n’a pas intérêt à gonfler ses dettes en demandant des affiches en grand format, encore moins en faisant imprimer un catalogue de vente. En outre, il est fréquent que les affiches de ventes judiciaires soient rédigées à la main, lorsque le propriétaire est dans une relative misère – ces affiches annoncent généralement la vente d’une table ou d’un simple matelas. Les affiches de ventes volontaires, quant à elles, sont toutes typographiées, témoignant que le propriétaire vendeur est plus riche – ou cherche à le faire entendre aux acquéreurs potentiels. Le format de l’affiche devient alors un « signal » (Spence 1973 : 355-374) de la qualité de la vente : une vente affichée en format Double Colombier peut être perçue, par le piéton, comme relativement plus prestigieuse qu’une voisine, affichée en format Colombier.

Une constante : l’absence d’illustration

  • 16 Je remercie Thibaud Bouard, conservateur du patrimoine, chef du département de la conservation et (...)

21À la fin du xixe siècle, l’économie des affiches se fige : aucune mutation sensible n’apparaît, quel que soit le dossier de vente disponible aux archives de Paris, pour les périodes postérieures16. Cette immuabilité formelle contraste, au même moment, avec l’essor des affiches publicitaires illustrées. Adolphe Willette, l’un des plus grands affichistes de cette période, en fait un constat ironique dans une caricature parue le 18 décembre 1904 en une du Courrier français (fig. 10). Cet hebdomadaire illustré organisait régulièrement, depuis 1896, des ventes aux enchères publiques de dessins originaux parus dans le journal. La caricature de Willette fait la réclame d’une de ces ventes, prévue le 21 décembre 1904, et fonctionne comme une mise en abîme publicitaire : un couple de bourgeois s’arrête devant l’affiche de la vente aux enchères des dessins du Courrier français.

Figure 10. Adolphe Willette, « Comment toi, Joseph, tu penses acheter de pareilles saloperies ! – On dit, Madame, que c’est un bon placement de père de famille. »

Figure 10. Adolphe Willette, « Comment toi, Joseph, tu penses acheter de pareilles saloperies ! – On dit, Madame, que c’est un bon placement de père de famille. »

Source. Le Courrier français, 18 décembre 1904, 21e année, n° 51, p. 1.

Figure 11. Affiche de la vente de dessins du Courrier français du 25 avril 1904 par le commissaire-priseur Pujos.

Figure 11. Affiche de la vente de dessins du Courrier français du 25 avril 1904 par le commissaire-priseur Pujos.

Source. Archives de Paris, D63E3 42.

  • 17 L’affiche du 21 décembre 1904 n’est pas disponible car l’étude du commissaire-priseur Georges Bonn (...)

22La seule affiche de la vente des dessins du Courrier français disponible pour l’année 190417 (fig. 11) contraste avec l’affiche « racoleuse » qu’aurait souhaitée Willette, forcément illustrée, suscitant le désir des piétons grâce aux dessins d’une jambe de femme avec jarretière, de fruits simulant une poitrine et d’un bras potelé. En cet âge d’or de la lithographie, les affiches de ventes aux enchères publiques font pâle figure : froides, sans illustration, elles s’apparentent, selon ce dessin de Willette, à un placement frileux de bon père de famille. La comparaison s’avère particulièrement pertinente pour qualifier le manque d’innovation promotionnelle dont souffrent les affiches de ventes publiques : en effet, la filière était fermée à la concurrence, monopolisée depuis 1837 par l’imprimerie parisienne Maulde et Renou et par l’afficheur Delas et Cie. Une telle longévité est remarquable et contribue à expliquer pourquoi les affiches n’ont pas radicalement évolué depuis le xixe siècle.

L’affiche face au catalogue de vente : vers le déclin publicitaire

23En dépit de ce que je viens d’énoncer, ce n’est pas l’inertie des acteurs qui signe le déclin de l’affiche de vente publique mais la concurrence d’un autre éphémère, qui gagne en noblesse et se patrimonialise : le catalogue de vente.

La marginalisation des affiches : la preuve en chiffres

  • 18 Les factures que j’ai pu trouver, plus ou moins complètes, sont consultables aux archives de Paris (...)

24Les procès-verbaux et les dossiers de vente, conservés aux archives de Paris, sont peu prolixes sur le tirage des affiches et donnent encore plus rarement les factures. Les données que j’ai pu récolter18 permettent, cependant, d’esquisser une tendance (graphique 1).

Graphique 1. Tirage des affiches de ventes aux enchères publiques et des catalogues. Chaque point représente une vente aux enchères publique. L’échelle, ici, est logarithmique. Source et visualisation : L. Saint-Raymond, 2018.

Graphique 1. Tirage des affiches de ventes aux enchères publiques et des catalogues. Chaque point représente une vente aux enchères publique. L’échelle, ici, est logarithmique. Source et visualisation : L. Saint-Raymond, 2018.

Source. Archives de Paris, D30E3 20, D39E3 7, D42E3 18 à 71, D48E3 15 à 45, D63E3 2 à 40 et D43E3 127 à 133.

  • 19 Procès-verbal de la vente après décès de Mme Plessis, du 24 au 27 février 1847 (commissaire-priseu (...)

25Jusqu’aux années 1850, les affiches étaient tirées à 100 exemplaires, au moins. À l’occasion de la vente après décès de Marie Duplessis, qui a inspiré La Dame aux Camélias à Alexandre Dumas fils, 200 affiches ont été imprimées et apposées19 ; cette période marque l’apogée de cet éphémère : « il pleut des affiches », pour reprendre l’expression d’Albert Robida (fig. 12).

Figure 12. Albert Robida, « Galeries par-ci, collections par-là, tableaux et objets d’art à vendre ; il pleut des affiches et des vieux tableaux ».

Figure 12. Albert Robida, « Galeries par-ci, collections par-là, tableaux et objets d’art à vendre ; il pleut des affiches et des vieux tableaux ».

Source. Albert Robida, « À l’hôtel des ventes », Le Journal amusant, n° 636, 7 mars 1868, p. 1.

26Au moment de la IIIe République, le tirage tombe à 50 exemplaires et, à partir des années 1880 jusque dans l’entre-deux-guerres, il oscille entre 25 et 50 (graphique 1). Le nombre d’affiches effectivement apposées est certainement inférieur, puisque les dossiers de vente des commissaires-priseurs en contiennent entre une et trois : l’affiche était donc également conservée par cet officier ministériel, en tant que document juridique ayant valeur de preuve. Quant au tirage des catalogues de vente, il suit la tendance opposée à celle de l’affiche (graphique 1).

  • 20 Id.
  • 21 Archives de Paris, dossiers de vente d’Étienne Ader, D43E3 127-133.

27À partir du moment où les archives mentionnent le tirage des catalogues de vente, ce dernier dépasse largement celui des affiches. Ainsi, le catalogue de la vente après décès de Marie Duplessis, en 1847, a été tiré à 800 exemplaires20 et, dans les années 1930, au moment où le nombre d’affiches oscille entre 25 et 50, les catalogues de vente de « tableaux modernes » par le commissaire-priseur Étienne Ader sont rarement tirés à moins de 2 000 exemplaires21.

28La question des coûts constitue un autre signe de la marginalisation des affiches (graphique 2).

Graphique 2. Prix relatifs des catalogues de vente et des annonces, par rapport aux affiches. Chaque point représente une vente aux enchères publique. Exemple de lecture : en 1904, un procès-verbal mentionne que les catalogues de vente ont coûté au propriétaire vendeur dix fois plus que les affiches. Source et visualisation : L. Saint-Raymond, 2018. N = 33 dossiers de vente conservés aux archives de Paris, mentionnant le prix des affiches et celui des annonces/des catalogues.

Graphique 2. Prix relatifs des catalogues de vente et des annonces, par rapport aux affiches. Chaque point représente une vente aux enchères publique. Exemple de lecture : en 1904, un procès-verbal mentionne que les catalogues de vente ont coûté au propriétaire vendeur dix fois plus que les affiches. Source et visualisation : L. Saint-Raymond, 2018. N = 33 dossiers de vente conservés aux archives de Paris, mentionnant le prix des affiches et celui des annonces/des catalogues.

Source. Archives de Paris, D30E3 20, D39E3 7, D42E3 18 à 71, D48E3 15 à 45, D63E3 2 à 40 et D43E3 127-133.

29Alors que dans les années 1820 et 1830, le propriétaire vendeur payait autant de frais de catalogue que de frais d’affiches, l’éventail de prix relatif s’est considérablement élargi à partir des années 1850. Les catalogues coûtaient, en effet, de une à six fois le prix des affiches. À partir de 1900, les frais de catalogues se sont envolés, dépassant de dix fois le coût des affiches et jusqu’à quarante fois dans les années 1930. Les frais d’annonces dans les journaux suivent la même tendance (graphique 2), à la seule différence qu’ils différencient beaucoup moins les ventes que les catalogues. En effet, toutes les ventes aux enchères publiques n’étaient pas cataloguées, alors que l’insertion d’une petite annonce dans un journal, au moins, était la norme – en particulier pour les ventes judiciaires, qui devaient être annoncées dans les Petites Affiches ou dans le Moniteur des Ventes. Depuis le début du xixe siècle, les frais de ventes de peu de valeur, plus spécifiquement les ventes après saisie, ont très peu évolué puisque l’insertion d’une annonce dans un seul journal coûte autant que l’impression des affiches et leur affichage (graphique 2). Si le propriétaire vendeur souhaite une publicité plus grande dans la presse, le prix augmente considérablement, passant d’un rapport de 1 à 10, voire de 1 à 15, par rapport aux affiches, à partir des années 1880. Le journal qui creuse cet écart est le Figaro, dont le prix à la ligne est particulièrement élevé, comme le montrent les factures consultables aux archives de Paris.

30In fine, les frais d’affiches constituent la borne inférieure des frais de publicité. Les prix des catalogues et des annonces divergent à partir du Second Empire, au moment où le tirage des affiches commence à diminuer. Cette marginalisation de l’affiche, à partir des années 1860, s’explique par la métamorphose des catalogues de vente durant cette période.

Du feuillet au beau livre : la patrimonialisation du catalogue de vente

  • 22 D’après les catalogues de vente consultés dans ma thèse.

31Le catalogue de vente est apparu bien après l’affiche : la première vente publique cataloguée est organisée en 1733 par Edme-François Gersaint (1694-1750). Ce marchand, grand innovateur en matière de publicité, a été le premier à importer en France le catalogue de vente, pratique déjà courante en Hollande (Glorieux 2002 : 347). Dans les années 1740, avec la multiplication des ventes publiques, le catalogue se modernise, passant d’une série continue de notices décrivant le sujet du tableau à une grille numérotée qui ordonne, de façon univoque, des œuvres classées par écoles puis par noms d’artistes : l’accent porte désormais sur l’attribution, créant une rubrique à part pour les ouvrages anonymes et les copies (Pomian 1987 : 164 ; 187). Durant la première moitié du xixe siècle, le catalogue de vente se présente comme un éphémère22 : sans couverture ni illustration, dépassant rarement les douze pages et présentant les lots vendus sous forme d’une liste, il n’a pas vocation à être conservé dans la bibliothèque d’un amateur. À la même période, les très rares dossiers de vente conservés aux archives de Paris font parfois état de « notices » (fig. 13) qui sont des feuilles volantes reprenant l’affiche de la vente en format 11,5 × 18 cm – ce qui correspond à un in-8° Couronne – ayant vocation à être distribuées comme des tracts.

Figure 13. Notice de la vente judiciaire d’une statue, 2 avril 1860, par le commissaire-priseur Gitton de La Ribellerie.

Figure 13. Notice de la vente judiciaire d’une statue, 2 avril 1860, par le commissaire-priseur Gitton de La Ribellerie.

Source. Archives de Paris, D39E3 7.

32Ces notices sont les éphémères par excellence des ventes aux enchères publiques et leur conservation – donc leur étude – pose beaucoup plus de problèmes que celle des affiches.

33À la fin des années 1860, on observe un changement dans la forme des catalogues de vente. Ceux-ci se « patrimonialisent » en devenant de véritables livres. À ma connaissance, le tournant est atteint avec le catalogue de la vente du duc de Morny, en 1865, qui se compose de 155 pages pour 547 lots (Catalogue des tableaux anciens et modernes… 1865). Les notices de ces catalogues-livres deviennent très détaillées et couvrent systématiquement un verso, si bien que le nombre de pages du catalogue est supérieur au nombre de lots. Dans les années 1870, la patrimonialisation s’accentue puisque l’illustration fait son apparition dans le catalogue. Les catalogues de la vente Edwards (Collection des tableaux modernes… 1870) du 7 mars 1870, de la vente du baron Michel de Trétaigne (Collection de feu le baron… 1872) du 19 février 1872 et de la vente Laurent-Richard (Catalogue des tableaux… 1873) du 7 avril 1873, sont les premiers « beaux livres » que j’ai pu croiser dans mes recherches, comprenant respectivement 26, 19 et 44 illustrations, reproduisant les œuvres en gravure.

  • 23 Selon le Bottin du commerce, Jules Claye ouvre son imprimerie en 1847 au 7, rue Saint-Benoît, à Pa (...)
  • 24 Pierre-Auguste-Jacques-François Pillet est sélectionné parmi les soixante premiers imprimeurs, en (...)
  • 25 Selon le Bottin du commerce et les catalogues de vente disponibles, l’imprimerie de l’Art a été fo (...)
  • 26 Georges Petit succède à son père Francis en 1877, célèbre marchand de tableaux parisien depuis 185 (...)

34Pour la première fois, l’amateur doit payer le catalogue – 10 francs pour la vente Michel de Trétaigne, 20 francs pour la vente Laurent-Richard – alors qu’il était distribué gratuitement par le commissaire-priseur et l’expert, les frais d’impression et de distribution étant intégralement pris en charge par le requérant. À partir des années 1890, l’héliogravure et le phototype facilitent l’insertion d’images photographiques de luxe (Charpy 2010 : 1 058). Quatre firmes se partagent le marché pour ces reproductions dans les catalogues : Fortier-Marotte pour l’héliogravure, Berthaud pour le phototype, A. Ferroud et Georges Petit. Cette innovation, dans la forme du catalogue de vente, est facilitée par une forte concurrence entre imprimeurs – d’autant plus que l’imprimerie est libéralisée en 1870. Maulde et Renou, bien qu’« imprimeurs de la Compagnie des Commissaires-priseurs », doivent composer avec d’autres concurrents : l’imprimerie J. Claye23, celle de Pillet fils aîné24, l’imprimerie de l’Art25 et, à partir de 1894, l’imprimerie de Georges Petit26, qui est également un marchand de tableaux prestigieux et un expert renommé pour les ventes de « tableaux modernes ».

35À partir des années 1880, diverses formes de catalogues de vente sont ainsi proposées au requérant, comme le montre le graphique 3.

Graphique 3. Caractérisation des catalogues de ventes de tableaux, dessins et sculptures en 1900. L’axe horizontal des abscisses représente la moyenne de lots par page et l’axe vertical des ordonnées, le nombre total d’illustrations du catalogue. Chaque point figure un catalogue (n = 114 catalogues). Source et visualisation : L. Saint-Raymond, 2018.

Graphique 3. Caractérisation des catalogues de ventes de tableaux, dessins et sculptures en 1900. L’axe horizontal des abscisses représente la moyenne de lots par page et l’axe vertical des ordonnées, le nombre total d’illustrations du catalogue. Chaque point figure un catalogue (n = 114 catalogues). Source et visualisation : L. Saint-Raymond, 2018.

Source : Léa Saint-Raymond (2018).

36En croisant la longueur des notices et le nombre d’illustrations, trois groupes de catalogues peuvent être identifiés. Environ quatre catalogues sur dix peuvent être qualifiés de « catalogues-listes » : héritiers des catalogues éphémères du début du xixe siècle, ils ne sont pas illustrés et contiennent entre quatre et dix lots par page. Symétriquement, les « catalogues-livres » ou « catalogues-beaux livres » se caractérisent par la place accordée à l’œuvre d’art, qui occupe une page à elle seule. Ces catalogues illustrés sont moins nombreux. Enfin, on compte un groupe de catalogues qui comportent peu ou pas d’illustrations mais qui laissent plus de place aux œuvres que les « catalogues-listes ». Ces « catalogues intermédiaires » reflètent la relative démocratisation de l’image par l’héliogravure. Ce n’est que dans les années 1920 que cette pratique de l’image s’applique à la plupart des catalogues, avec des illustrations plus petites et in-texte, et non plus uniquement hors-texte.

  • 27 Par exemple, le résumé de la vente Viguier, du 4 mai 1906, conservé à la BnF (8-V36-10674).

37À la fin du xixe siècle, les ventes luxueuses produisent un nouvel éphémère, pour pallier la patrimonialisation du catalogue : un résumé de la vente se glisse dans le « catalogue-beau livre », pour que l’amateur puisse annoter les prix de vente sans abîmer ce dernier. La pratique des résumés de catalogues de vente est mal connue car, en tant qu’éphémères, ils sont rarement conservés dans les archives et bibliothèques. Ceux qui sont accessibles prennent la forme d’une feuille pliée en deux, mentionnant sous forme de liste le titre de l’œuvre et le nom de l’artiste ; un espace est laissé à l’amateur pour inscrire le prix d’adjudication durant la vente27.

38Sous la IIIe République, les ventes aux enchères publiques se segmentent donc en fonction de la publicité, qui révèle, en creux, la stratification socio-économique des requérants. L’immense majorité des ventes judiciaires et les ventes volontaires de peu de valeur ne sont pas cataloguées et leur publicité est assurée par voie d’affiches et par l’insertion d’une seule annonce dans un journal. Viennent ensuite les ventes intermédiaires, pour lesquelles le requérant a pris la peine de faire imprimer un catalogue « éphémère » et de faire insérer plusieurs annonces, en plus des affiches. Enfin, les ventes prestigieuses sont identifiées par cette publicité supplémentaire qui fait toute la différence : l’impression d’un catalogue « beau livre » et de son résumé, et l’insertion de longues annonces, voire d’un article, dans le Figaro.

39Le catalogue illustré devient alors une arme promotionnelle décisive : pour un même artiste, toutes choses égales par ailleurs, le prix d’adjudication d’une œuvre s’envole si celle-ci est reproduite au catalogue (Saint-Raymond 2015). Même si l’affiche conserve son rôle de cadre juridique obligatoire, pour les ventes judiciaires, elle se trouve donc marginalisée sur le plan publicitaire, n’ayant plus qu’une fonction signalétique pour les ventes volontaires.

La mise au placard des affiches : un rôle signalétique

  • 28 Je remercie Vincent Tuchais, chef du département du service aux usagers, archives de Paris, pour c (...)

40À partir des années 1870 et, dans une plus grande mesure, à partir des années 1880 (graphique 1), le tirage des affiches de ventes aux enchères publiques diminue et oscille entre 25 et 50, alors que le format de ces dernières augmente, atteignant le Double Colombier et même le Double Jésus. L’espace parisien se vide donc des affiches de ventes, mais ces affiches sont sensiblement plus grandes. Pour connaître la portée géographique de ces éphémères, il est nécessaire de dresser une cartographie de cet affichage. Or, l’article 15 de la loi du 29 juillet 1881 prévoit que « dans chaque commune, le maire, désignera, par arrêté, les lieux exclusivement destinés à recevoir les affiches des lois et autres actes de l’autorité publique ». Les archives de Paris ne possédant pas cette liste de lieux28, il est difficile d’évaluer la diffusion des affiches de ventes aux enchères publiques. Toutefois, il semble que ces éphémères ne dépassaient pas les limites parisiennes : la maison Casset-Delas n’a jamais facturé un affichage extra-muros, alors que les factures concernant la distribution des catalogues faisaient la distinction entre Paris, la région parisienne et la province. Les affiches de ventes aux enchères publiques parisiennes ont donc une portée publicitaire ancrée localement, alors que les catalogues de vente se sont très vite affranchis de cette contrainte géographique, pour être diffusés dans les métropoles internationales : le catalogue de la vente Edwards du 7 mars 1870 a été expédié à des éditeurs de Lille et de Lyon, mais également à un réseau international de marchands, résidant à Londres, Manchester, Liverpool, Bruxelles, Amsterdam, Rotterdam, Cologne, Berlin, Dresde, Leipzig, Francfort, Munich, Vienne, Saint-Pétersbourg et New York. Le catalogue peut donc, à lui seul, attirer une clientèle d’amateurs habitant hors de Paris, alors que l’affiche n’a qu’une portée locale.

41Plus encore, il semble que la diffusion des affiches se réduise principalement au périmètre de l’hôtel Drouot – qui concentrait une grande majorité des ventes parisiennes. En effet, l’iconographie de l’époque montre que les affiches envahissaient les abords de l’hôtel des ventes, mais également les couloirs, l’escalier principal et l’entrée de la salle dans laquelle se déroulaient l’exposition et la vacation concernées.

42Face à la concurrence du catalogue de vente, les affiches ont donc perdu leur rôle publicitaire et ont été « mises au placard », ne conservant qu’un rôle signalétique. Elles aiguillent dans l’hôtel des ventes un amateur déjà averti par le catalogue, qu’il aura reçu par l’intermédiaire du commissaire-priseur ou de l’expert, dont il est client. Cette logique d’« affiche signalétique » n’a pas évolué. Aujourd’hui, les seules affiches de ventes aux enchères publiques, à Paris, sont les écrans de télévision qui se trouvent à proximité immédiate des salles de l’hôtel Drouot. Comme au xixe siècle, ces affiches (désormais numériques) indiquent le lieu et la date de l’exposition et de la vacation, les noms du commissaire-priseur et de l’expert, et le type d’objets mis en vente. La seule différence est l’introduction d’une image, généralement du lot jugé le plus important de la vente. Cependant, cette révolution intervient bien tard et ne permet pas à l’affiche de se défaire de sa place marginale. En 2016, elle a bien définitivement quitté les abords de l’hôtel Drouot, au profit du catalogue qui, lui, occupe tout le hall d’entrée – les amateurs d’art peuvent consulter les catalogues des ventes à venir présentés sur un long stand, où ils peuvent également trouver la Gazette Drouot.

***

43Anecdotique à première vue, la question des affiches de ventes aux enchères publiques soulève des enjeux plus globaux, concernant la relation mouvante et conflictuelle entre éphémère et événement. Initialement définie comme un cadre juridique performatif, l’affiche était la condition sine qua non pour que la vente aux enchères devienne publique. En informant les acquéreurs potentiels de l’événement, elle lui donnait naissance. Néanmoins, à partir de la seconde moitié du xixe siècle, cet éphémère a perdu ce lien fort avec l’événement, dans le cas des ventes volontaires, ne conservant cette dimension performative que pour les ventes judiciaires.

44Cette marginalisation est due au pouvoir grandissant de l’image. En effet, les affiches de ventes aux enchères publiques n’ont pas pu intégrer cette dernière dans leur structure formelle : d’une part, leur rédaction est soumise à la contrainte juridique d’exhaustivité et de précision et, d’autre part, la filière de production était tellement monopolisée que l’imprimerie Maulde et Renou n’avait aucune motivation à innover. Or, à partir des années 1870, l’image devient l’outil publicitaire par excellence à l’hôtel Drouot, dopant la valeur des œuvres mises en vente. Le catalogue de vente, dont l’impression est ouverte à la concurrence des imprimeurs, devient le support de cette innovation promotionnelle. Il cesse alors d’être un éphémère pour se patrimonialiser sous la forme d’un livre ou d’un « beau livre ». Une petite reproduction du catalogue vaut mieux que le long discours de l’affiche : depuis la fin du xixe siècle, c’est donc l’image qui fait l’événement.

Bibliographie

Bories, Jules et Bonassies, F., 1847. Dictionnaire pratique de la presse de l’imprimerie et de la librairie. Suivi d’un Code complet contenant les lois, ordonnances, règlements, arrêts du conseil, exposés des motifs et rapports sur la matière, t. II. Paris, Imprimerie et librairie générale de jurisprudence.

Catalogue des tableaux anciens et modernes, objets d’art et de curiosité, composant les collections de feu M. le duc de Morny dont la vente aura lieu au palais de la présidence du corps législatif le mercredi 31 mai 1865, 1865. Paris.

Catalogue des tableaux composant la collection Laurent-Richard dont la vente aura lieu hôtel Drouot, 1873. Paris, Imp. Pillet fils aîné.

Charpy, Manuel, 2010. Le Théâtre des objets. Espaces privés, culture matérielle et identité bourgeoise, Paris, 1830-1914, thèse de doctorat en histoire sous la direction de Jean-Luc Pinol. Tours, université François Rabelais de Tours.

Collection de feu le baron Michel de Trétaigne. Catalogue des tableaux modernes, dont la vente aura lieu hôtel Drouot, 1872. Paris, Pillet fils aîné.

Collection des tableaux modernes qui composent la collection de M. Edwards, dont la vente aura lieu hôtel Drouot, 1870. Paris, imp. J. Claye.

Constant, Charles, 1905. Manuel pratique des commissaires-priseurs et autres officiers vendeurs de meubles contenant le texte annoté et le commentaire des lois, décrets, ordonnances et arrêtés ministériels concernant l’exercice de leur profession. Paris, Arthur Rousseau.

Glorieux, Guillaume, 2002. À l’enseigne de Gersaint. Edme-François Gersaint, marchand d’art sur le pont Notre-Dame (1694-1750). Seyssel, Champ Vallon.

Héraud, Marcel, 1921. Répertoire pratique et alphabétique de toutes les questions juridiques intéressant les commissaires-priseurs et autres officiers ministériels. Paris, Rousseau.

Krakovitch, Odile, 2008. Les Imprimeurs parisiens sous Napoléon Ier. Édition critique de l’enquête de décembre 1810. Paris, Paris musées.

Mauger-Vielpeau, Laurence, 2002. Les Ventes aux enchères publiques. Paris, Éditions Economica.

Maurice, René, 1971. Le commissaire-priseur et les ventes publiques de meubles. Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence.

Saint-Raymond, Léa, 2015. « Un collectionneur averti en vaut deux. L’impact socio-économique de l’information encadrant les ventes publiques à Paris », in Mathilde Hutin (dir.), CLI’2015. Traiter l’information, actes numériques du colloque CLI. Paris, Bibliothèque numérique de l’université Paris 8 Vincennes Saint-Denis : 54-72, URL : <http://octaviana.fr/items/browse?collection=193> [consulté le 19/09/2018].

—, 2018. « Les ventes aux enchères de tableaux, arts graphiques et sculptures à Paris (1831-1925) : artistes, prix et adjudicataires », Harvard Dataverse, V1, URL : <https://doi.org/10.7910/DVN/UJHPZH> [consulté le 6/07/2018].

Spence, Michael, 1973. « Job Market Signalling », The Quarterly Journal of Economics, vol. 87, n° 3 : 355-374.

Pomian, Krzysztof, 1987. « Marchands, connaisseurs, curieux à Paris au xviiie siècle », in Krzysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris, Venise : xvie-xviiie siècles. Paris, Gallimard (coll. « Bibliothèque des histoires »).

Vincent, Bruno, 2015. « Variations sur les timbres d’affiches locaux de 1926 », Collection passion : les timbres fiscaux, 21 octobre 2015, blog en ligne, URL : <http://www.timbres-fiscaux.fr/archives/2015/10/21/32809233.html> [consulté le 20/12/2016].

Notes

1 Les affiches sont particulièrement présentes dans les minutes des commissaires-priseurs Bonnefons de Lavialle, qui a exercé entre 1808 et 1855 (D48E3 1-46), Ridel, pour la période 1833-1854 (D42E3 3-30) et Escribe, entre 1859 et 1890 (D42E3 38-75).

2 Les commissaires-priseurs pour lesquels les dossiers de vente sont les plus riches en affiches sont Plaçais, pour la période 1886-1903 (D63E3 2-60) et Étienne Ader, entre 1934 et 1936 (D43E3 127-133).

3 Les commissaires-priseurs ne sont pas les seuls officiers publics à réaliser des ventes aux enchères publiques : les notaires réalisent les ventes d’immeubles appartenant à des incapables sous tutelle, les huissiers peuvent effectuer des ventes publiques de meubles sous certaines conditions, et les courtiers assermentés, celles de certaines marchandises en gros. Voir Mauger-Vielpeau (2002 : 21). La loi du 20 juillet 2011 et la loi Macron du 6 août 2015 modifient le statut du commissaire-priseur mais, au moment de la rédaction de cet article, en février 2016, il est encore trop tôt pour en connaître les décrets d’application.

4 Les lois du 27 ventôse an IX (18 mars 1801) et du 26 avril 1816, ainsi que l’ordonnance du 26 juin 1816, prévoient un office de commissaire-priseur dans les villes de plus de 5 000 habitants. Il faut attendre l’ordonnance du 2 novembre 1945 pour que le commissaire-priseur se voie attribuer la qualité d’officier ministériel, de façon écrite et non fragmentaire (Maurice 1971 : 30-31).

5 Le code de procédure civile, entré en vigueur en 1807, prescrit les affiches pour certaines ventes publiques d’objets mobiliers : les ventes en matière de saisie-exécution (article 617 et suivants) et de saisie-brandon (article 629) et les ventes d’objets dépendant d’une succession bénéficiaire (articles 986 et suivants) ou intéressant des mineurs (article 429) (Héraud 1921 : 15).

6 Procès-verbaux du commissaire-priseur Bonnefons de Lavialle en 1816 : archives de Paris, D48E3 18.

7 Dans le cas des ventes sur saisie, l’huissier saisissant n’a le droit de rédiger le placard que s’il procède lui-même à la vente. L’article 1er de la loi du 27 juin 1843 et l’article 38 du décret du 6 février 1867 attribuent un émolument, affecté à la rédaction des placards, à l’officier ministériel qui procède à la vente.

8 « La rédaction des affiches doit être faite avec soin et d’une façon suffisamment claire, surtout en ce qui concerne la désignation des objets mis en vente » (Héraud 1921 : 16).

9 Le dossier de nomination du commissaire-priseur Fernand Lair-Dubreuil, conservé aux Archives nationales (BB9 1998/2) contient le procès-verbal d’une plainte de M. Pagny datée du 13 juillet 1900, contre le commissaire-priseur dont Fernand Lair-Dubreuil est le successeur, Georges Duchesne. M. Pagny se plaint de l’ambiguïté de l’information portant sur la provenance des œuvres : « les énonciations des affiches, catalogues et annonces étaient de nature à tromper le public en présentant comme collection de Monsieur S… une réunion de tableaux appartenant à des personnes différentes ». Finalement, la Chambre de Discipline des commissaires-priseurs réprimande maître Duchesne.

10 Suivant l’article 619 du code de procédure civile et l’article 1er de la loi du 20 juin 1853 (Héraud 1921 : 397).

11 À partir de la loi du 23 août 1871, deux décimes au principal des droits de timbre doivent être ajoutés. Les tarifs sont à nouveau augmentés par le décret du 15 août 1926.

12 Le timbre des affiches est supprimé par l’article 221 du décret du 9 décembre 1948. Je remercie Bruno Vincent, spécialiste de la philatélie fiscale, pour m’avoir donné accès à cette information.

13 Archives de Paris, minutes et dossiers du commissaire-priseur Bonnefons de Lavialle, D48E3 15 à 18.

14 Manuel Charpy, dans sa thèse, date également cette diversification de la typographie de la première moitié du siècle (Charpy 2010 : 1 050).

15 J’adopte la notation traditionnelle pour les affiches, c’est-à-dire la dimension du petit côté par celle du grand.

16 Je remercie Thibaud Bouard, conservateur du patrimoine, chef du département de la conservation et des TIC aux archives de Paris, qui a pu consulter les dossiers de vente d’après-guerre (D150E3 57, D99E3 15, D109E3 23 et D129E3 219) et qui m’a fourni ces précieux renseignements.

17 L’affiche du 21 décembre 1904 n’est pas disponible car l’étude du commissaire-priseur Georges Bonnaud n’a pas versé ses minutes et dossiers de vente aux archives de Paris. J’ai donc pris l’affiche d’une autre vente de dessins du Courrier français, du lundi 25 avril 1904, pour avoir un point de comparaison avec la caricature de Willette.

18 Les factures que j’ai pu trouver, plus ou moins complètes, sont consultables aux archives de Paris dans les cartons suivants : D30E3 20, D39E3 7, D42E3 18 à 71, D48E3 15 à 45, D63E3 2 à 40, D43E3 127 à 133.

19 Procès-verbal de la vente après décès de Mme Plessis, du 24 au 27 février 1847 (commissaire-priseur : Ridel) : archives de Paris, D42E3 18.

20 Id.

21 Archives de Paris, dossiers de vente d’Étienne Ader, D43E3 127-133.

22 D’après les catalogues de vente consultés dans ma thèse.

23 Selon le Bottin du commerce, Jules Claye ouvre son imprimerie en 1847 au 7, rue Saint-Benoît, à Paris. Il est particulièrement actif dans l’édition des catalogues de vente, entre 1858 et 1880. Les catalogues de vente de 1876 montrent qu’il s’associe avec A. Quantin, l’imprimerie s’appelant alors « J. Claye, A. Quantin et

 Cie ». L’activité d’impression des catalogues de vente cesse en 1880 et l’imprimerie ferme en 1883.

24 Pierre-Auguste-Jacques-François Pillet est sélectionné parmi les soixante premiers imprimeurs, en janvier 1811. Démissionnaire en 1846, il est remplacé par son fils Auguste-Alexis (Krakovitch 2008 : 170). En 1877, Pillet fils aîné s’associe avec Dumoulin et l’imprimerie devient « Pillet et Dumoulin ». Cette imprimerie édite de nombreux catalogues de vente de 1863 à 1884, en particulier ceux de l’étude du commissaire-priseur Charles Pillet – le frère cadet d’Auguste-Alexis Pillet – et de son successeur en 1882, Paul Chevallier.

25 Selon le Bottin du commerce et les catalogues de vente disponibles, l’imprimerie de l’Art a été fondée en 1883 par J. Rouam au 41, rue de la Victoire, à Paris. En 1885, elle devient la propriété de E. Ménard et J. Augry puis prend le nom d’« Imprimerie de l’art, E. Ménard et Cie » en 1888. En 1892, elle change à nouveau de propriétaire et se transforme en « Imprimerie de l’art, E. Moreau et Cie », jusqu’à ce que C. Berger en prenne la direction en 1907. Notons que cette imprimerie est la voisine immédiate de l’étude occupée, au numéro 39, par le commissaire Jules Boussaton entre 1873 et 1876, puis par son successeur Tual – ce dernier déménage au numéro 56 de la même rue en 1886.

26 Georges Petit succède à son père Francis en 1877, célèbre marchand de tableaux parisien depuis 1854. Il ouvre alors une galerie, au 8 rue de Sèze, en 1882, qui brille par son luxe et abrite de prestigieuses expositions – ainsi que des ventes aux enchères publiques – jusqu’en 1936. Georges Petit cumulait ainsi les activités de marchand de tableaux, d’expert en ventes publiques et d’éditeur, ouvrant sa maison d’éditions en 1894.

27 Par exemple, le résumé de la vente Viguier, du 4 mai 1906, conservé à la BnF (8-V36-10674).

28 Je remercie Vincent Tuchais, chef du département du service aux usagers, archives de Paris, pour cette information.

Table des illustrations

Titre Figure 1. L’hôtel Drouot en janvier 2016.
Crédits Source. Photographie Léa Saint-Raymond
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11957/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 2. Carte postale de l’hôtel Drouot, vers 1900. Les passants circulent devant les nombreuses affiches colorées annonçant les ventes prochaines.
Crédits Source. Collection Léa Saint-Raymond.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11957/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1019k
Titre Figure 3. Brouillon de l’affiche pour la vente du Courrier français, du 18 février 1895, par l’expert Édouard Kleinmann.
Crédits Source. Archives de Paris, dossiers de vente du commissaire-priseur Jules Plaçais, D63E3 23.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11957/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 4. Affiche de la vente du Courrier français, du 18 février 1895.
Crédits Source. Archives de Paris, dossiers de vente du commissaire-priseur Jules Plaçais, D63E3 23.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11957/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 5. Détail de l’affiche de la vente de tableaux modernes H. H…, du 6 juin 1934 (hôtel Drouot, commissaire-priseur : Étienne Ader). À gauche, le timbre oblitéré au cachet de la Ville de Paris et à droite, le timbre d’État.
Crédits Source. Dossiers de vente d’Étienne Ader, archives de Paris, D43E3 98.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11957/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Titre Figure 6. Affiche de la vente de tableaux après le décès de M. Desurmont, Paris, 30 et 31 janvier 1816, commissaire-priseur : Bonnefons de Lavialle.
Crédits Source. Archives de Paris, D48E3 15.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11957/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 918k
Titre Figure 7. Affiche de la vente de tableaux par M. Van-Os, Paris, 14 mai 1833, commissaire-priseur : Bonnefons de Lavialle.
Crédits Source. Archives de Paris, D48E3 27.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11957/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 757k
Titre Figure 8. Affiche de la vente Cicéri, par le commissaire-priseur Ridel, le 25 janvier 1851. Le format horizontal correspond à un demi-Jésus (38 × 56 cm).
Crédits Archives de Paris, D42E3 24.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11957/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 9. Les différents formats d’affiches verticales, présentés à l’échelle.
Crédits Source. Archives de Paris, D42E3 24.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11957/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 10. Adolphe Willette, « Comment toi, Joseph, tu penses acheter de pareilles saloperies ! – On dit, Madame, que c’est un bon placement de père de famille. »
Crédits Source. Le Courrier français, 18 décembre 1904, 21e année, n° 51, p. 1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11957/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 4,6M
Titre Figure 11. Affiche de la vente de dessins du Courrier français du 25 avril 1904 par le commissaire-priseur Pujos.
Crédits Source. Archives de Paris, D63E3 42.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11957/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Graphique 1. Tirage des affiches de ventes aux enchères publiques et des catalogues. Chaque point représente une vente aux enchères publique. L’échelle, ici, est logarithmique. Source et visualisation : L. Saint-Raymond, 2018.
Crédits Source. Archives de Paris, D30E3 20, D39E3 7, D42E3 18 à 71, D48E3 15 à 45, D63E3 2 à 40 et D43E3 127 à 133.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11957/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Figure 12. Albert Robida, « Galeries par-ci, collections par-là, tableaux et objets d’art à vendre ; il pleut des affiches et des vieux tableaux ».
Crédits Source. Albert Robida, « À l’hôtel des ventes », Le Journal amusant, n° 636, 7 mars 1868, p. 1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11957/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Graphique 2. Prix relatifs des catalogues de vente et des annonces, par rapport aux affiches. Chaque point représente une vente aux enchères publique. Exemple de lecture : en 1904, un procès-verbal mentionne que les catalogues de vente ont coûté au propriétaire vendeur dix fois plus que les affiches. Source et visualisation : L. Saint-Raymond, 2018. N = 33 dossiers de vente conservés aux archives de Paris, mentionnant le prix des affiches et celui des annonces/des catalogues.
Crédits Source. Archives de Paris, D30E3 20, D39E3 7, D42E3 18 à 71, D48E3 15 à 45, D63E3 2 à 40 et D43E3 127-133.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11957/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 13. Notice de la vente judiciaire d’une statue, 2 avril 1860, par le commissaire-priseur Gitton de La Ribellerie.
Crédits Source. Archives de Paris, D39E3 7.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11957/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Graphique 3. Caractérisation des catalogues de ventes de tableaux, dessins et sculptures en 1900. L’axe horizontal des abscisses représente la moyenne de lots par page et l’axe vertical des ordonnées, le nombre total d’illustrations du catalogue. Chaque point figure un catalogue (n = 114 catalogues). Source et visualisation : L. Saint-Raymond, 2018.
Crédits Source : Léa Saint-Raymond (2018).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11957/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 316k

Auteur

ATER au Collège de France. ENS/Université Paris Nanterre

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search