Version classiqueVersion mobile

Les éphémères et l’événement

 | 
Olivier Belin
, 
Florence Ferran

Effets : diffuser l’événement

L’actualité dramatique à l’écran au xviiie siècle

Nathalie Rizzoni

Texte intégral

  • 1 L’Avant-Coureur, lundi 14 décembre 1761, n° 50, p. 796-797.
  • 2 Le Cadi dupé (de Pierre-René Lemonnier, musique de Pierre-Alexandre Monsigny), création le 4 févri (...)

1Le 14 décembre 1761, les lecteurs de L’Avant-Coureur découvrent dans la rubrique « Arts » de leur journal que le sieur Huquier fils (célèbre graveur et éditeur parisien d’estampes) a fait faire pour l’année suivante « six écrans où sont représentées six pièces du théâtre de l’Opéra-Comique », à savoir Blaise le savetier, Le Cadi dupé, Le Maréchal ferrant, Georget et Georgette, On ne s’avise jamais de tout, et Le Tonnelier1. Sur ces six pièces, cinq ont été créées durant les foires Saint-Germain et Saint-Laurent de l’année qui vient de s’écouler2. L’opéra-comique Le Tonnelier ayant été programmé pour la première fois le 28 septembre 1761, la diffusion de l’information relative à ces nouveaux écrans intervient à peine deux mois et demi après la dernière création théâtrale. Cette chronologie serrée inscrit d’emblée ces écrans au cœur de l’actualité. Comme ils sont aujourd’hui aussi méconnus que les pièces d’où ils ont été tirés, j’indiquerai brièvement quelques propriétés les caractérisant avant de montrer comment ils sont devenus, au xviiie siècle, de merveilleux supports à la fois événementiels et commémoratifs de la production dramatique contemporaine.

***

2Ces écrans relèvent de la catégorie des objets lorsqu’ils sont complets, munis de leur manche (fig. 1). Ce ne sont plus que de minces feuilles de cartons décorées lorsque, sous l’effet des vicissitudes du temps, ils ont été amputés de leur appendice. Ni opuscules ni estampes, ces « petits » écrans ou « écrans à main » étaient réfractaires, jusqu’à il y a peu, aux catégorisations des antiquaires et des rares institutions publiques qui en possèdent. Désignés sous des appellations inappropriées – « pare-joue », « pare-feu », « pare-étincelles », « éventails » –, ils ont trop souvent été noyés dans des lots de marchandise non détaillés ou relégués sans catalogage dans les réserves de musées.

Figure 1. Écran à main, fin du xviiie siècle.

Figure 1. Écran à main, fin du xviiie siècle.

Source. Collection particulière.

3Fabriqués en série, ces écrans mesurent une quarantaine de centimètres de hauteur lorsqu’ils sont pourvus de leur manche, généralement en bois tourné. Leur fonction première est de faire obstacle à l’ardeur du feu auprès des cheminées : tenus à hauteur du visage, ils tempèrent la chaleur excessive du foyer qui fait fondre les baumes atténuant les imperfections de l’épiderme (fig. 2). L’hiver, hommes et femmes, adultes et enfants sont les usagers de ces petits écrans, qui sont posés ou accrochés en nombre auprès de l’âtre. La riche iconographie mettant en scène l’objet dans son contexte quotidien confirme cette fonction.

Figure 2. L’Accouchée d’après le tableau d’Étienne Jeaurat, peinture sous verre de Niklaus Michael Spengler, 1757.

Figure 2. L’Accouchée d’après le tableau d’Étienne Jeaurat, peinture sous verre de Niklaus Michael Spengler, 1757.

Source. Collection J. Geyssant.

4Fabriqués en carton, ces écrans sont légers et peu coûteux. Ils valent entre une vingtaine et une trentaine de sols, suivant leur sujet et selon qu’ils sont, ou non, mis en couleur : au milieu du siècle, ce prix est celui d’une édition brochée d’une pièce de théâtre (sous la forme d’un mince livret), ou celui d’une place debout (au parterre) à la Comédie-Française, à la Comédie-Italienne ou à l’Opéra-Comique (Jèze 1754 : 177-178). Paris est un centre de production particulièrement actif : des éditeurs d’estampes tels que la famille Chéreau, Jacques-Étienne Petit, Jean Lattré, ou Louis-Charles Desnos – pour n’en citer que quelques-uns – se livrent une concurrence féroce qui les contraint à diffuser chaque année des modèles d’écrans originaux. Manipulés à longueur de journée, sur une période de plusieurs mois, ces écrans sont fragiles : pliures du carton, taches et auréoles, morsures du feu ou de la chandelle témoignent de cette fragilité. Ils n’ont été conçus ni pour durer ni pour être conservés ; la modicité de leur coût favorise leur renouvellement chaque hiver. Cette vie éphémère en quelque sorte programmée explique qu’une infime proportion des écrans produits au xviiie siècle soit parvenue jusqu’à nous.

5Les écrans les plus intéressants pour le chercheur sont ceux ornés de gravures. La présence d’estampes, très souvent anonymes, confère en effet un statut singulier à cet objet du quotidien et le rapproche d’un livre, l’écran ayant également pour vocations secondaires d’instruire et de divertir ses usagers. Il accomplit ces missions en parant ses deux faces (avers et revers) de textes et d’images imprimés sur les sujets les plus divers (géographie, histoire, morale, chansons, etc.) (fig. 3).

Figure 3. Le Loup et le Chien, fable de Jean de La Fontaine, écran à main du xviiie siècle.

Figure 3. Le Loup et le Chien, fable de Jean de La Fontaine, écran à main du xviiie siècle.

Source. Collection Kraemer.

6Le xviiie siècle étant une période d’expansion extraordinaire à la fois de l’offre en spectacles et de production de ces petits écrans, il n’est pas étonnant que l’actualité dramatique soit un sujet de prédilection pour ce support. La programmation des théâtres donne lieu à des signalements et à des commentaires réguliers dans les journaux ; les correspondances, privées ou destinées à des cercles choisis, fourmillent de récits de spectateurs assidus, voire de comédiens amateurs se produisant « en société ». Les écrans sont justement diffusés auprès des classes lettrées, celles où se recrutent les spectateurs et les lecteurs de la presse, celles qui animent les salons aristocratiques et bourgeois, centres de sociabilité mondaine. Plus de quarante pour cent des écrans rassemblés dans le corpus de l’objet que je constitue depuis une vingtaine d’années ont une pièce de théâtre pour sujet : ce pourcentage élevé confirme que les éditeurs d’écrans ont naturellement exploité l’engouement de leurs contemporains pour les spectacles, enthousiasme qui ne se dément pas au long du xviiisiècle.

7L’examen de l’ensemble des écrans tirés d’une pièce de théâtre conduit à faire plusieurs constats.

8Le premier est que les éditeurs d’écrans mettent en place un filtre draconien face à la production pléthorique de pièces écrites en français entre 1700 et 1789 – plus de 11 600 titres d’après la bibliographie de Clarence Dietz Brenner ! (Brenner 1947) – : je n’ai répertorié à ce jour que quarante pièces du xviiie siècle ayant inspiré au moins un écran, soit quelques poussières au regard de la production dramatique de la période couverte par Brenner. Ce nombre de quarante pourra évoluer en fonction de l’enrichissement de la collection virtuelle rassemblée, mais il révèle des lignes de force peu susceptibles d’être bouleversées par des découvertes à venir.

9Considérons les œuvres qui ont inspiré des écrans. Les éditeurs, au premier rang desquels figure Petit, privilégient les pièces créées au xviiie siècle, celles qui nourrissent la chronique dramatique. Au sein de cette production, Petit affiche une nette prédilection pour les comédies, et particulièrement pour les comédies dont le succès est attesté. Cela signifie que les écrans sont, sauf exception, diffusés après la création des pièces, que ce soit à la Cour ou à Paris ; par ailleurs, les œuvres plébiscitées par le public et consacrées sur les écrans sont presque toutes composées par des auteurs et des musiciens actifs au second xviiie siècle.

  • 3 Le Diable à quatre (1756) ; Blaise le savetier (1759), musique de Philidor ; On ne s’avise jamais (...)
  • 4 Les pièces des époux Favart sont La Chercheuse d’esprit (1741), musique de Jean-Claude Trial ; Ann (...)
  • 5 Julie (1772), Blaise et Babet ou La Suite des trois fermiers (1783) et Alexis et Justine (1785), t (...)
  • 6 Lucile (1769), livret de Jean-François Marmontel ; Les Deux Avares (1770), livret de Charles-Georg (...)
  • 7 Le Cadi dupé (1761), livret de Pierre-René Lemonnier avec des vaudevilles ; On ne s’avise jamais d (...)
  • 8 Les pièces dont Duni a composé la musique sont Le Docteur Sangrado (avec Jean-Louis Laruette, 1758 (...)

10Parmi les dramaturges, Michel-Jean Sedaine est celui dont le nom apparaît le plus fréquemment dans notre corpus : huit de ses pièces ont eu l’honneur de figurer sur des écrans3 (fig. 4). Charles-Simon Favart et son épouse Mme Favart y occupent la deuxième place (fig. 5), à égalité avec le duo Augustin de Piis et Pierre-Yves Barré (fig. 6), dans les deux cas représentés par cinq pièces4. Vient ensuite Jacques-Marie Boutet de Monvel (dit Monvel) dont trois pièces ont inspiré des écrans5. Les musiciens associés à ces créations s’appellent André-Ernest-Modeste Grétry, qui arrive en tête avec six œuvres mêlées de musique6, suivi par Pierre-Alexandre Monsigny avec quatre œuvres7, puis Egidio Romualdo Duni et Nicolas Dezède, avec trois œuvres chacun8.

Figure 4. Rose et Colas, comédie de Sedaine, musique de Monsigny, écran à main après 1764.

Figure 4. Rose et Colas, comédie de Sedaine, musique de Monsigny, écran à main après 1764.

Source. Collection particulière.

Figure 5. Les Moissonneurs, comédie de Favart, musique de Duni, écran à main après 1768.

Figure 5. Les Moissonneurs, comédie de Favart, musique de Duni, écran à main après 1768.

Source. Collection particulière.

Figure 6. Les Vendangeurs ou Les Deux Baillis, comédie de Barré et Piis, écran à main après 1780.

Figure 6. Les Vendangeurs ou Les Deux Baillis, comédie de Barré et Piis, écran à main après 1780.

Source. Collection Kraemer.

11Ce palmarès est tout à fait inattendu au regard de l’histoire du théâtre et de l’histoire de la musique telles qu’elles nous ont été enseignées, ces artistes n’étant habituellement pas cités dans les manuels scolaires ou dans les ouvrages s’adressant au grand public. Les écrans, en consacrant des auteurs et des compositeurs aujourd’hui méconnus ou oubliés, mais qui jouissaient d’une forte notoriété de leur vivant, s’avèrent être des révélateurs sensibles du goût des spectateurs. Cette appréciation est d’autant plus précieuse qu’elle contredit le jugement de la critique académique, qui a contribué à forger de génération en génération des préjugés tenaces contre leurs répertoires.

  • 9 J’ai établi qu’une suite de six écrans du xviiie siècle a pour sujet six scènes tirées respectivem (...)

12De même, on est surpris de l’absence des grandes figures du théâtre du xviiie siècle dans notre corpus, qu’il s’agisse de Marivaux, Nivelle de La Chaussée, Néricault Destouches ou encore Voltaire. Beaumarchais serait le seul dramaturge du xviiie siècle perçu aujourd’hui comme « classique » dont des pièces – en l’occurrence ses deux comédies les plus célèbres, Le Barbier de Séville et Le Mariage de Figaro – ont été illustrées sur des écrans. Enfin, à l’exception de Molière9, les dramaturges du xviie siècle, dont les pièces sont pourtant toujours reprises à la Comédie-Française sur la période considérée (Racine, Corneille et Dancourt par exemple) semblent ne pas avoir inspiré d’écrans.

13Sans légitimité scientifique jusqu’à mes premiers travaux (conférences et publications), ces écrans constituent une source documentaire historique de première importance pour la perception de la vie théâtrale dans la seconde moitié du xviiie siècle. Ils attestent l’inclination du public non pas pour les auteurs « classiques » mais pour des auteurs contemporains, non pas pour le répertoire de la Comédie-Française mais pour celui de la Comédie-Italienne qui, en 1762, absorbe l’Opéra-Comique contre monnaie sonnante et trébuchante et s’approprie ses plus brillantes productions.

  • 10 Voir l’étude de ces écrans dans Rizzoni (2008 : 65-95).

14La plus ancienne pièce du xviiie siècle dont j’ai retrouvé la trace sur des écrans, Les Petits Comédiens, a été créée en 1731, à l’Opéra-Comique justement (fig. 7). C’est grâce à cette pièce que j’en suis venue à m’intéresser aux écrans à main, au milieu des années 1990, alors que je préparais une thèse de doctorat sur l’écrivain Charles-François Pannard. Pannard est l’un des dramaturges les plus féconds et les plus appréciés de son époque, inventeur par ailleurs d’une intrigue novatrice dans Les Petits Comédiens, où des enfants interprètent des rôles d’adultes (cette singularité vaudra une vogue retentissante à son opéra-comique10). La dernière pièce du xviiie siècle figurant dans mon inventaire a été créée en 1797 à la Comédie-Italienne : il s’agit de la comédie de Benoît-Joseph Marsollier des Vivetières, La Maison isolée ou Le Vieillard des Vosges, mêlée d’ariettes de Nicolas Dalayrac (fig. 8).

Figure 7. Les Petits Comédiens, opéra-comique de Pannard, écran à main après 1731.

Figure 7. Les Petits Comédiens, opéra-comique de Pannard, écran à main après 1731.

Source. Collection particulière.

Figure 8. La Maison isolée ou Le Vieillard des Vosges, comédie de Marsollier des Vivetières, musique de Dalayrac, écran à main après 1797.

Figure 8. La Maison isolée ou Le Vieillard des Vosges, comédie de Marsollier des Vivetières, musique de Dalayrac, écran à main après 1797.

Source. Collection Alberto Milano.

  • 11 Jouée à la Comédie-Française à Paris en janvier 1762 sous le titre L’Écueil du sage, puis reprise (...)
  • 12 Et Paul-Antoine-Nicolas Nolivos Saint-Cyr, dit Laval ?

15La pièce dont j’ai à ce jour repéré le plus grand nombre d’écrans – vingt et un au total (dont quatre datant du début du xixe siècle) – est Le Droit du Seigneur. Non pas la comédie de Voltaire11, mais la comédie en trois actes et en prose mêlée d’ariettes de François-Georges Desfontaines12, sur une musique de Johann Paul Aegidius Martini. La pièce est créée au château de Fontainebleau puis donnée à la Comédie-Italienne à la fin de l’année 1783.

  • 13 Je connais pour l’heure deux exceptions : la suite des six écrans où sont représentées six pièces (...)
  • 14 L’Avant-Coureur, lundi 14 décembre 1761, n° 50, p. 796-797.

16À de rares exceptions près13, les écrans illustrant une pièce de théâtre sont conçus par suites de six, où ils sont numérotés de un à six : chaque écran offre à l’avers une image présentant une scène de la pièce et, au revers, un extrait correspondant à la scène illustrée. La mise en page du texte au revers ne laisse rien au hasard : dans son état le plus élaboré, l’estampe du texte épouse élégamment la silhouette de l’objet ; le texte est imprimé sur deux colonnes pour une meilleure lisibilité et surtout pour éviter que le manche ne recouvre des mots. Le titre de la pièce est précisé au sommet du revers. Les noms des dramaturges et des musiciens n’y figurent pas en revanche car ils sont présumés être connus des usagers de l’objet (fig. 9a). Les informations relatives à l’éditeur (son nom et l’adresse de sa boutique) apparaissent dans la partie basse : ici, « Petit », qui se définit comme « marchand de papier », dont le magasin est situé « à Paris », « rue du Petit-Pont, à l’Image Notre-Dame ». Le numéro indiquant la situation de l’extrait dans la pièce (ici le numéro 4) est indifféremment imprimé aux abords du titre ou dans les parages de l’adresse de l’éditeur (fig. 9b). Les noms du dessinateur et du graveur de l’estampe centrale, voire des bordures décoratives, sont rarement indiqués. Ni la date de création de la pièce, ni le théâtre où elle a été créée ne sont mentionnés. Ces six scènes et ces six extraits, complémentaires, mettent en valeur les moments jugés à l’époque les plus captivants de l’intrigue, autrement dit « les scènes les plus propres à faire tableau14 » : une telle sélection est, d’un point de vue de l’analyse dramaturgique, particulièrement intéressante pour l’historien du théâtre.

Figure 9a et b. Les Vendangeurs ou Les Deux Baillis, comédie de Barré et Piis, écran à main après 1780 (revers, détails).

Figure 9a et b. Les Vendangeurs ou Les Deux Baillis, comédie de Barré et Piis, écran à main après 1780 (revers, détails).

Source. Collection Kraemer.

17La reconstitution d’une suite complète de six écrans est une gageure, dont l’aboutissement est toujours aléatoire. Il m’a fallu attendre près de dix ans avant d’être en mesure de rétablir virtuellement, en 2005, la suite des Petits Comédiens de Pannard, en réunissant des reproductions d’écrans et des gravures situées dans diverses collections, publiques et particulières. Cela fait près de vingt ans que j’attends de pouvoir reconstituer la suite des Moissonneurs, comédie de Charles-Simon Favart, sur une musique de Duni, créée chez les Italiens à Paris en 1768 : sur les quinze écrans se rapportant à cette pièce, éparpillés dans plusieurs fonds institutionnels et privés, le numéro 2 de la série est toujours manquant…

18L’apparition d’une série d’écrans complète dans sa forme originelle (non reconstituée artificiellement donc) relève, on l’aura compris, du miracle. Ce miracle s’est produit en 2007, avec la série de six écrans illustrant la comédie Blaise et Babet de Monvel sur une musique de Dezède, créée au château de Versailles puis donnée à la Comédie-Italienne en 1783. Cette suite fabuleuse est aujourd’hui conservée au Fan Museum (musée de l’Éventail) de Londres. Quelques années plus tard, fin 2011, une deuxième série de six écrans tirée d’une pièce de théâtre a surgi en vente aux enchères à Lyon, sous les auspices de la maison Aguttes. Elle illustrait la comédie Les Deux Chasseurs et la Laitière, de Louis Anseaume sur une musique de Duni, représentée pour la première fois chez les Italiens à Paris encore, en 1763. Je ne m’attarderai pas sur ces séries auxquelles j’ai déjà consacré des publications très illustrées (Rizzoni 2009 ; 2012). Au cours de ces dernières années, enfin, j’ai découvert deux autres suites exceptionnelles, respectivement au musée des Beaux-Arts de Rouen et au Cooper Hewitt, Smithsonian Design Museum de New York : la première illustre la comédie Le Droit du Seigneur (1783) de Desfontaines (et Laval ?), sur une musique de Martini, déjà citée ; la seconde, la comédie Les Solitaires de Normandie (1788) de Piis. Ce qui amène à ce jour à quatre le nombre de ces séries d’écrans originelles d’une absolue rareté, se rapportant à une pièce de théâtre du xviiie siècle.

  • 15 Mercure de France, décembre 1731, vol. I, p. 2 842.

19Alors que les annonces dans les périodiques fleurissent à l’approche de l’hiver pour vanter les qualités des nouvelles suites d’écrans, celles relatives aux écrans illustrant des pièces de théâtre sont paradoxalement rares dans la presse. Comme si les éditeurs pouvaient se passer de l’appui des journaux pour la diffusion de l’objet lorsqu’il est lié à l’actualité dramatique ; pourtant, ces annonces constituent une source utile pour connaître la chronologie de sa fabrication. L’information relative à la mise en vente des écrans tirés des Petits Comédiens paraît dans le Mercure de France du mois de décembre 1731, alors que la pièce de Pannard a été créée à l’Opéra-Comique durant la foire Saint-Laurent précédente (le 27 août) et qu’elle est jouée jusqu’au 30 septembre, jour de la clôture de l’Opéra-Comique, théâtre saisonnier. Les écrans sont diffusés dans ce cas moins de trois mois après la fin des représentations de la foire Saint-Laurent et un peu avant la reprise des Petits Comédiens à la foire Saint-Germain suivante, où l’Opéra-Comique ouvre son théâtre le 3 février 1732. L’accueil chaleureux réservé à cette nouveauté en 1731 suffirait à justifier que les meilleures scènes aient inspiré des écrans. Le fait que la pièce ait été jouée à la Cour devant la reine Marie Leczinska, le 18 septembre 1731, a sans doute également contribué à fixer ce spectacle sur les écrans d’autant que, suivant un contemporain, « Sa Majesté parut très satisfaite de ce divertissement » (Parfaict 1743) et que, si l’on en croit le Mercure de France, « la Cour en a vu, avec plaisir la représentation15 ». Notons qu’une série des écrans des Petits Comédiens a d’abord été présentée à la souveraine puis diffusée à l’identique sur le marché.0

20Le journal L’Avant-Coureur du lundi 14 décembre 1761, mentionné plus haut, fait la réclame des six écrans édités par Huquier fils se rapportant aux pièces Blaise le savetier, Le Cadi dupé, Le Maréchal ferrant, Georget et Georgette, Le Tonnelier et On ne s’avise jamais de tout. Lorsque les écrans sont diffusés (au début de l’année 1762 ?), les pièces ne sont plus jouées à l’Opéra-Comique, où elles ont été créées, mais à la Comédie-Italienne, qui vient d’absorber son répertoire et les meilleurs acteurs de sa troupe. Les écrans de ces pièces qui sont parvenus jusqu’à nous ne sont pas édités par Jacques-Gabriel Huquier (Huquier fils), pourtant à l’origine de l’idée de cette suite, mais par son concurrent Petit, dont le nom et l’adresse sont effectivement imprimés sur les écrans : soit Petit a produit une suite équivalente à celle de Huquier, soit il a racheté ce modèle en même temps qu’une partie du fonds de Huquier fils, au moment de la faillite de ce dernier (fig. 10).

Figure 10. Le Maréchal ferrant, comédie d’Anseaume et Quétant, musique de Philidor, écran à main après 1761.

Figure 10. Le Maréchal ferrant, comédie d’Anseaume et Quétant, musique de Philidor, écran à main après 1761.

Source. Collection particulière.

  • 16 Journal de Paris, vendredi 12 novembre 1784, n° 317, p. 1 330.
  • 17 Et non après sa création en septembre 1783 sur le théâtre privé du comte de Vaudreuil à Gennevilli (...)

21Je mentionnerai une dernière annonce, celle du Journal de Paris du 12 novembre 1784, où l’on apprend que l’éditeur Petit « vient de faire graver six estampes représentant les scènes les plus intéressantes du Mariage de Figaro » dont les sujets sont également montés en écrans16 : la diffusion des estampes et des écrans s’inscrit dans le sillage de la programmation de la pièce de Beaumarchais à la Comédie-Française au printemps précédent (le 27 avril 1784)17.

22Le laps de temps court qui s’écoule entre le succès d’une pièce et la parution des écrans suppose une indéniable réactivité de la part des éditeurs pour mobiliser les artistes (dessinateurs et graveurs) qui y travaillent. Cette rapidité ne doit pas pour autant faire oublier que les pièces préférées du public sont régulièrement remises au théâtre et qu’elles s’inscrivent de ce fait dans une durée. L’opéra-comique Blaise le savetier de Sedaine et Philidor est encore joué en 1785, soit vingt-six ans après sa création ; la comédie Blaise et Babet de Monvel et Dezède est jouée au moins jusqu’en 1793, soit dix ans après sa création, puis elle est reprise au début du xixe siècle (en 1802) au Théâtre Feydeau où elle est programmée jusqu’en 1827. Les écrans décorés de scènes de ces pièces ont vraisemblablement été réédités au fil des ans afin de répondre à une demande persistante. La longévité remarquable de ces pièces à la scène expliquerait en partie, par ailleurs, la conservation en plus grand nombre aujourd’hui des écrans s’y rapportant.

  • 18 Mercure de France, janvier 1769, p. 172.

23Les écrans, comme le livret imprimé d’une pièce de théâtre, véhiculent le souvenir de la représentation pour le spectateur : « On se rappellera, en voyant cette suite, une des pièces les plus agréables de M. Favart » écrit un journaliste du Mercure de France en janvier 1769 à propos des estampes employées en écrans pour la comédie Les Moissonneurs, créée chez les Italiens six mois auparavant (le 27 juillet 1768)18. Les écrans permettent également de faire découvrir la pièce nouvelle aux personnes qui n’ont pas été en mesure d’assister au spectacle. Ils bénéficient incontestablement d’une valeur ajoutée au regard d’une édition de la pièce ; leur qualité esthétique, d’abord, les rend séduisants : la silhouette chantournée du carton, la mise en couleur des estampes, valorisées par une bordure enrichie de trophées décoratifs, invitent à s’emparer de l’objet (cf. fig. 4 et 5). La proposition, ensuite, d’une lecture abrégée sous la forme de six extraits est engageante. La complémentarité du texte et de l’image facilite, de plus, la compréhension de l’intrigue. Enfin, la présence de l’objet aux alentours des cheminées, où l’on se détend en compagnie, incite à engager la conversation sur le dernier spectacle dont on parle en ville, ou bien suscite des rapprochements opportuns pour interpréter ensemble à haute voix les extraits de la pièce.

  • 19 Je renvoie le lecteur à cette étude : Rizzoni (2018 : 217-239).

24Quelques pièces imprimées ont eu le privilège d’être illustrées par des suites de six gravures au xviiie siècle. Toutefois ces gravures, fort rares dès leur émission, n’étaient jamais coloriées ; leur format rectangulaire était austère en comparaison des courbes rocailles des écrans, dont le succès s’étend bien au-delà des cercles parisiens. En effet, les écrans fabriqués dans la capitale sont expédiés dans toutes les provinces et même par-delà les frontières du royaume. Les amateurs de théâtre, à l’instar du comte Cheremetiev en Russie, y discernent des informations sur la mise en scène dont ils s’inspirent pour monter le spectacle sur leurs scènes privées19 (fig. 11). Costumes, accessoires et décors surgissent comme par magie sur l’objet, révélant la scénographie de nombre de pièces qui n’étaient pas ornées de « figures » lors de leur publication.

Figure 11. Les Voyages de Rosine, comédie de Barré et Piis, écran à main après 1783 (détail).

Figure 11. Les Voyages de Rosine, comédie de Barré et Piis, écran à main après 1783 (détail).

Source. Moscou, palais-musée d’Ostankino.

25Outre les exemples étudiés, des écrans offrent, sur au moins une face, une ariette tirée d’une comédie contemporaine (fig. 12). Cette production met à la disposition de l’usager de l’écran paroles et partitions de musique gravées ; elle circule indépendamment des écrans inspirés par la pièce et rappelle la place essentielle de la musique – notamment des vaudevilles et des ariettes – dans les comédies auxquelles collaborent des musiciens aussi renommés alors que Dezède, Philidor, Duni, Monsigny, Grétry, Dalayrac, Gossec, dont nous avons déjà croisé les noms. Il arrive que des chansons imprimées sur des écrans soient tirées de comédies donnant elles-mêmes lieu à une suite de six écrans sur lesquels la musique n’est justement pas imprimée. C’est le cas de la fameuse ariette de Genevotte (« Le temps passe, passe, passe »), sur une musique de Duni, qui ouvre la pièce Les Moissonneurs et que l’on apprenait encore à chanter dans les écoles françaises avant 1940. Facilement maniables, les écrans se prêtent à l’interprétation des chansons autour de la cheminée, d’autant qu’un ou plusieurs instruments de musique (clavecin, épinette, guitare, etc.) agrémentaient souvent les salons bourgeois ou aristocratiques.

Figure 12. Ariette de Genevotte, tirée de la comédie de Favart Les Moissonneurs, musique de Duni, carton d’écran à main après 1768.

Figure 12. Ariette de Genevotte, tirée de la comédie de Favart Les Moissonneurs, musique de Duni, carton d’écran à main après 1768.

Source. Collection particulière.

***

26Le fait d’avoir borné cette étude au xviiie siècle ne doit pas laisser croire qu’il n’existait pas, avant cette époque, ou qu’il n’existera plus, après celle-ci, d’écrans relayant l’actualité dramatique. Des estampes non découpées du xviie siècle ayant pour sujet Tartuffe et Monsieur de Pourceaugnac de Molière attestent une production spécifiquement destinée à l’objet. Des écrans ornés de gravures et d’extraits de la comédie Fanchon la vielleuse de Jean-Nicolas Bouilly et Joseph-Marie Pain, créée au théâtre du Vaudeville en 1803, et de la comédie Haine aux femmes, du même Bouilly, créée sur le même théâtre cinq ans plus tard, constituent encore, au début du xixe siècle, un joli témoignage d’une production qui, il est vrai, s’éteindra ensuite peu à peu avec l’arrivée des moyens de chauffage modernes.

  • 20 Journal de France, lundi 26 novembre 1792, l’an Ier de la République française, n° 66, p. 4.
  • 21 Le musée Carnavalet à Paris possède un jeu complet de cette suite dans un remarquable état de cons (...)

27Enfin, le thème de l’actualité dramatique ne doit pas faire oublier que les écrans se parent à l’occasion d’autres sujets d’actualité : Desnos diffuse en 1792 « des écrans géographiques de tous les pays qui sont le théâtre de la guerre20 » ; une magnifique suite de six écrans éditée par Petit célèbre en 1781 la naissance du Dauphin (fig. 13 a et b). L’un des écrans illustre d’ailleurs la programmation des différents théâtres parisiens en cette circonstance particulière de réjouissances21. On ne doit pas exclure non plus que des écrans décorés par des amateurs, aujourd’hui perdus, aient fixé tel ou tel événement personnel ou familial digne de figurer en souvenir sur l’objet.

Figure 13a et b. Accouchement de la Reine [La Naissance du Dauphin], écran à main après 1781, recto et verso.

Figure 13a et b. Accouchement de la Reine [La Naissance du Dauphin], écran à main après 1781, recto et verso.

Source. Collection Gondolo della Riva. Photographie Pierpaolo Ciravegna.

  • 22 Nathalie Rizzoni, CELLF 16‑18, Sorbonne Université. 1 rue Victor Cousin, 75230 Paris cedex 05. Cou (...)

28Depuis une vingtaine d’années, j’œuvre à faire entrer ces écrans à main dans le champ de la recherche scientifique à travers conférences et publications, en France et à l’étranger, dans un cadre académique ou en direction d’un plus large public. Je rédige actuellement une monographie sur cet objet en péril quasiment absent des collections publiques françaises et j’espère pouvoir lui consacrer une exposition. Je remercie par avance celles et ceux qui voudront bien me signaler l’existence de tels écrans, soit dans de discrètes collections publiques, soit dans des patrimoines privés22. Mon inventaire de l’objet demeure ouvert. C’est là le socle de mes travaux.

Bibliographie

Brenner, Clarence Dietz, 1947. A Bibliographical List of Plays in the French Language 1700-1789. Berkeley (CA), impr. Edwards brothers.

Jèze, 1754. Journal du citoyen. La Haye [i.e. Paris].

Parfaict, Claude, Parfaict, François, 1743. Mémoires pour servir à l’histoire des spectacles de la foire, t. II. Paris, Briasson.

Rizzoni, Nathalie, 2006. « Écrans à main pour célébrer la naissance du Dauphin (1781) », in Catriona Seth et Élisabeth Maisonnier (dir.), Marie-Antoinette, femme réelle, femme mythique, catalogue de l’exposition, Paris/Versailles, Bibliothèque municipale de Versailles/Magellan et Cie : 111-115.

, 2008. « De la scène à l’écran au xviiie siècle : Les Petits Comédiens de Charles-François Pannard », in Gilles Declercq et Jean de Guardia (dir.), Iconographie théâtrale et genres dramatiques, mélanges offerts à Martine de Rougemont, actes du colloque international organisé par le Centre de recherches sur la théorie et l’histoire du théâtre (Institut de recherches en études théâtrales, 30 septembre et 1er octobre 2005). Paris, Presses Sorbonne Nouvelle : 65-95.

—, 2009. « An Exceptional and Unpublished Series of Eighteenth-Century Theater By-Products: the Handscreens and Fan of Blaise et Babet, A Play by Monvel and Dezède (1783) »/« Une série exceptionnelle et inédite de produits dérivés du théâtre du xviiie siècle : les écrans à main et l’éventail de Blaise et Babet, une pièce de Monvel et Dezède (1783) », in Mark Ledbury, Mark Bannister et Jeff Ravel (dir.), Visions de la scène : théâtre, art et représentation en France, 1600-1800, actes du colloque CÉSAR/Clark Art Institute, Williamstown (MA), 2008, en ligne sur la base CÉSAR (Calendrier électronique des spectacles sous l’Ancien Régime et la Révolution) : URL : <http://www.cesar.org.uk/cesar2/conferences/conference_2008/rizzoni_08.html> (en anglais) et <http://www.cesar.org.uk/cesar2/conferences/conference_2008/rizzoni_08fr.html> (en français) [consultés le 18/09/2018].

, 2012. « Grand succès sur petits écrans au xviiie siècle : Les Deux Chasseurs et la Laitière d’Anseaume et Duni (d’après La Fontaine) », in Gérard Ferreyrolles et Laurent Versini (dir.), Le Livre du monde et le monde des livres, Mélanges en l’honneur de François Moureau. Paris, Presses de l’université Paris Sorbonne : 353-396.

, 2018. « From archive boxes to cardboard screens: the diffusion of French theatre in Russia at the end of the eighteenth century », in Pierre-Yves Beaurepaire, Philippe Bourdin et Charlotta Wolff (dir.), Moving scenes, the circulation of music and theatre in Europe, 1750-1815. Oxford, Voltaire Foundation et University of Oxford, « Oxford University Studies in the Enlightenment, 2018 : 02 » : 217-239.

Notes

1 L’Avant-Coureur, lundi 14 décembre 1761, n° 50, p. 796-797.

2 Le Cadi dupé (de Pierre-René Lemonnier, musique de Pierre-Alexandre Monsigny), création le 4 février 1761 ; Le Maréchal ferrant (de Louis Anseaume et François-Antoine Quétant, musique de François-André Danican Philidor), création le 22 août 1761 ; Georget et Georgette (de Harni de Guerville, musique de Charles-Guillaume Alexandre), création le 28 juillet 1761 ; On ne s’avise jamais de tout (de Michel-Jean Sedaine, musique de Monsigny), création le 14 septembre 1761 ; Le Tonnelier (de Nicolas Médard Audinot et Quétant, musique de François-Joseph Gossec, Philidor, Jean-Claude Trial, etc.), création le 28 septembre 1761. Seule la pièce Blaise le savetier (de Sedaine, musique de Philidor) a été créée deux ans auparavant, le 9 mars 1759.

3 Le Diable à quatre (1756) ; Blaise le savetier (1759), musique de Philidor ; On ne s’avise jamais de tout (1761), Rose et Colas (1764) et Le Déserteur (1769), toutes trois sur des musiques de Pierre-Alexandre Monsigny ; Richard Cœur de Lion (1784), Le Comte d’Albert et Suite du Comte d’Albert (1786 à Fontainebleau, 1787 à Paris), toutes trois sur des musiques d’André-Ernest-Modeste Grétry.

4 Les pièces des époux Favart sont La Chercheuse d’esprit (1741), musique de Jean-Claude Trial ; Annette et Lubin (avec Jean-Baptiste Lourdet de Santerre, 1762) et Isabelle et Gertrude ou Les Sylphes supposés (1765), toutes deux sur des musiques d’Adolphe Benoît Blaise ; La Fête du château (avec Lourdet de Santerre, 1766) ; Les Moissonneurs (1768), musique d’Egidio Romualdo Duni. Les pièces de Piis et Barré sont Les Vendangeurs ou Les Deux Baillis (1780) ; Les Amours d’été (1781) ; La Matinée et la veillée villageoises ou Le Sabot perdu (1781) ; Les Voyages de Rosine (1783) ; Les Solitaires de Normandie (de Piis seul ?, 1788).

5 Julie (1772), Blaise et Babet ou La Suite des trois fermiers (1783) et Alexis et Justine (1785), toutes trois sur des musiques de Nicolas Dezède.

6 Lucile (1769), livret de Jean-François Marmontel ; Les Deux Avares (1770), livret de Charles-Georges Fenouillot de Falbaire de Quingey ; Le Jugement de Midas (1778), livret de Thomas d’Hèle ; Richard Cœur de Lion (1784) et Le Comte d’Albert puis Suite du Comte d’Albert (1786 et 1787), sur des livrets de Sedaine.

7 Le Cadi dupé (1761), livret de Pierre-René Lemonnier avec des vaudevilles ; On ne s’avise jamais de tout (1761), Rose et Colas (1764) et Le Déserteur (1769), toutes trois sur des livrets de Sedaine.

8 Les pièces dont Duni a composé la musique sont Le Docteur Sangrado (avec Jean-Louis Laruette, 1758), livret de Louis Anseaume et Lourdet de Santerre ; Les Deux Chasseurs et la Laitière (1763), livret d’Anseaume ; Les Moissonneurs (1768), livret de Favart. Les pièces dont Dezède a composé la musique sont Julie (1772), Blaise et Babet ou La Suite des trois fermiers (1783) et Alexis et Justine (1785), toutes trois sur des livrets de Monvel.

9 J’ai établi qu’une suite de six écrans du xviiie siècle a pour sujet six scènes tirées respectivement de ses comédies Le Médecin malgré lui, Amphitryon, L’Avare, Le Tartuffe, Les Fourberies de Scapin, Georges Dandin.

10 Voir l’étude de ces écrans dans Rizzoni (2008 : 65-95).

11 Jouée à la Comédie-Française à Paris en janvier 1762 sous le titre L’Écueil du sage, puis reprise sous le titre Le Droit du Seigneur en 1779.

12 Et Paul-Antoine-Nicolas Nolivos Saint-Cyr, dit Laval ?

13 Je connais pour l’heure deux exceptions : la suite des six écrans où sont représentées six pièces de l’Opéra-Comique, dont la diffusion est annoncée dans le journal L’Avant-Coureur (cité au début du présent article) et la suite de six écrans consacrés à six pièces de Molière, mentionnée plus haut.

14 L’Avant-Coureur, lundi 14 décembre 1761, n° 50, p. 796-797.

15 Mercure de France, décembre 1731, vol. I, p. 2 842.

16 Journal de Paris, vendredi 12 novembre 1784, n° 317, p. 1 330.

17 Et non après sa création en septembre 1783 sur le théâtre privé du comte de Vaudreuil à Gennevilliers.

18 Mercure de France, janvier 1769, p. 172.

19 Je renvoie le lecteur à cette étude : Rizzoni (2018 : 217-239).

20 Journal de France, lundi 26 novembre 1792, l’an Ier de la République française, n° 66, p. 4.

21 Le musée Carnavalet à Paris possède un jeu complet de cette suite dans un remarquable état de conservation. Voir Rizzoni (2006 : 111-115).

22 Nathalie Rizzoni, CELLF 16‑18, Sorbonne Université. 1 rue Victor Cousin, 75230 Paris cedex 05. Courriel : Nathalie.Rizzoni@paris‑sorbonne.fr

Table des illustrations

Titre Figure 1. Écran à main, fin du xviiie siècle.
Crédits Source. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11945/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 3,8M
Titre Figure 2. L’Accouchée d’après le tableau d’Étienne Jeaurat, peinture sous verre de Niklaus Michael Spengler, 1757.
Crédits Source. Collection J. Geyssant.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11945/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Figure 3. Le Loup et le Chien, fable de Jean de La Fontaine, écran à main du xviiie siècle.
Crédits Source. Collection Kraemer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11945/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Figure 4. Rose et Colas, comédie de Sedaine, musique de Monsigny, écran à main après 1764.
Crédits Source. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11945/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Titre Figure 5. Les Moissonneurs, comédie de Favart, musique de Duni, écran à main après 1768.
Crédits Source. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11945/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Figure 6. Les Vendangeurs ou Les Deux Baillis, comédie de Barré et Piis, écran à main après 1780.
Crédits Source. Collection Kraemer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11945/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre Figure 7. Les Petits Comédiens, opéra-comique de Pannard, écran à main après 1731.
Crédits Source. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11945/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Figure 8. La Maison isolée ou Le Vieillard des Vosges, comédie de Marsollier des Vivetières, musique de Dalayrac, écran à main après 1797.
Crédits Source. Collection Alberto Milano.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11945/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Figure 9a et b. Les Vendangeurs ou Les Deux Baillis, comédie de Barré et Piis, écran à main après 1780 (revers, détails).
Crédits Source. Collection Kraemer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11945/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 695k
Titre Figure 10. Le Maréchal ferrant, comédie d’Anseaume et Quétant, musique de Philidor, écran à main après 1761.
Crédits Source. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11945/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Figure 11. Les Voyages de Rosine, comédie de Barré et Piis, écran à main après 1783 (détail).
Crédits Source. Moscou, palais-musée d’Ostankino.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11945/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Figure 12. Ariette de Genevotte, tirée de la comédie de Favart Les Moissonneurs, musique de Duni, carton d’écran à main après 1768.
Crédits Source. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11945/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Figure 13a et b. Accouchement de la Reine [La Naissance du Dauphin], écran à main après 1781, recto et verso.
Crédits Source. Collection Gondolo della Riva. Photographie Pierpaolo Ciravegna.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11945/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 7,9M

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search