Version classiqueVersion mobile

Les éphémères et l’événement

 | 
Olivier Belin
, 
Florence Ferran

Actions : construire l'événement

Les catastrophes naturelles dans le Sud-Ouest de la France à l’époque moderne (xviie-xviiie siècle) au prisme des imprimés éphémères

Jean-Luc Laffont

Texte intégral

  • 1 Sur le même thème : Granet-Abisset (2000 : 39-69) ; Quenet (2000 : 13-20).
  • 2 Voir les travaux de référence de Jean-Pierre Seguin (Seguin 1964 ; 1969) ; à prolonger avec Lever (...)

1L’une des caractéristiques de l’historiographie française des anciennes catastrophes naturelles est certainement l’attention marquée pour les questions méthodologiques et, singulièrement, pour celle des sources susceptibles d’être sollicitées pour l’étude de ce genre d’événement. Ainsi a-t-on (re)découvert que, « dans l’approche scientifique du risque [ici les inondations], le recours aux documents d’archives est désormais de rigueur1 » (Jacob-Rousseau 2011 : 139). Pour chaque type de catastrophe – naturelles (inondation, tremblements de terre, etc.) ou anthropiques –, on dispose donc de travaux dressant des catalogues critiques de sources. La littérature dite « éphémère » ou « occasionnelle », comprise comme la production de petites plaquettes (voire de simples feuilles) imprimées à la suite d’un événement exceptionnel (comme une catastrophe naturelle)2 – autrement dit : des « canards » –, y est bien présente. Elle y occupe toutefois la portion congrue et ce n’est véritablement que depuis quelques années qu’elle retient l’attention des chercheurs.

  • 3 Voir aussi Lavocat (2012 ; 2009).
  • 4 Grégory Quenet fait ici figure d’exception ; voir notamment Quenet (2005).

2À la notable exception du tremblement de terre de 1755 à Lisbonne qui est à l’origine d’une abondante production de canards étudiée par des chercheurs venus d’horizons divers, les relations factuelles de catastrophes ont essentiellement retenu l’attention des chercheurs travaillant sur la médiatisation de tels événements. On a affaire là à un sujet qui a émergé dans l’historiographie française au tout début de notre siècle (Favier et Granet-Abisset 2005). Depuis, cette veine a été alimentée surtout par des historiens de la littérature – notamment Lise Andriès (Andriès 2005), Anne Duprat (Duprat 2008), Françoise Lavocat (Lavocat 2011)3 et Rosmarie Zeller (Zeller 2002 : 27-38) – qui se sont focalisés sur les analyses de discours, et singulièrement sur le caractère testimonial et littéraire de ce genre de publication. Quant aux historiens des catastrophes, rares sont ceux à s’être engagés sur cette voie jusqu’à présent4. À la lumière de ces quelques observations, on peut dire qu’au regard de l’historiographie française des catastrophes naturelles, les imprimés occasionnels sont des sources bien identifiées, au discours connu, mais dont le potentiel heuristique est loin encore d’avoir été épuisé.

3Ce propos n’a d’autre ambition que celle d’illustrer cette idée. Pour ce faire, j’adopterai une démarche inverse à celle communément suivie par les chercheurs ayant travaillé sur les imprimés éphémères. Au lieu de partir d’un corpus de canards (re)constitué plus ou moins arbitrairement sur telle(s) ou telle(s) (type de) catastrophe(s), je m’appuierai sur le fruit d’une enquête de longue haleine portant exclusivement sur les catastrophes naturelles survenues dans le Sud-Ouest de la France à l’époque moderne (xviie-xviiie siècles) et l’on considérera la place qu’y occupe ce type de document.

Contours et composantes du corpus d’écrits éphémères

4Le corpus d’imprimés occasionnels sur les catastrophes naturelles survenues dans le Sud-Ouest de la France à l’époque moderne apparaît à la fois étriqué, tant il ne comporte que peu de documents, disparate selon la nature des textes collectés et inégalement ventilé suivant les époques, les lieux et les types de phénomènes catastrophiques.

  • 5 Étudiant les inondations anciennes de la Loire, François Billacois a retrouvé deux écrits de ce ge (...)

5Que l’on se place du point de vue de l’ancienneté du lien entre canards et catastrophes naturelles ou que l’on considère la multiplicité et la diversité des événements peu ou prou dévastateurs survenus dans le Midi durant les trois derniers siècles de l’Ancien Régime, les dix documents identifiés posent d’emblée la question des limites de l’enquête ainsi que celle des déficits documentaires. En effet, il n’y a pas de raison pour que des inondations dévastatrices de la Garonne (ou de tout autre cours d’eau secondaire) des xvie et xviie siècles n’aient pas fait l’objet, elles aussi, d’écrits éphémères comme cela a été le cas pour d’autres grands fleuves français comme la Loire par exemple5. Le fait semble d’autant plus étrange lorsqu’on sait qu’un occasionnel au moins traitant d’inondations aux Pays-Bas en 1682 fut imprimé à Toulouse (Les Particularitez de l’inondation… 1682). Si de tels documents ont pu exister, ils n’ont laissé aucune trace dans les textes ultérieurs qui nous sont parvenus. On ne saurait mieux faire que paraphraser Christian Jouhaud qui s’était heurté au même type de problème avec la recension des mazarinades bordelaises, en observant modestement que notre corpus « sans être totalement exhaustif, ne serait-ce qu’à cause de disparitions toujours possibles, est sûrement très représentatif de ce qui s’est écrit et lu » (Jouhaud 1983 : 45) sur les catastrophes naturelles qui se sont produites dans le Sud-Ouest.

6L’état de l’historiographie rend malaisé l’élargissement géographique et thématique du champ de l’observation. À tout le moins, les résultats de deux thèses récentes prêtent à réflexion. Ainsi, étudiant tous les types de catastrophes naturelles survenues aux xviiie et xixe siècles en Dauphiné, Nicolas Krautberger ne fait état d’aucun canard dans le large panel de sources qu’il a sollicitées (Krautberger 2006). Si l’on se tourne vers la thèse de lettres de Vincent Combe consacrée aux « canards sanglants » à l’époque moderne, on constate que son corpus de récits portant sur des catastrophes (tous types et pays confondus) se limite à quatre textes (Combe 2011 : 378).

7L’expression générique de « littérature éphémère » recouvre des réalités documentaires diverses. Ce constat se vérifie sans surprise pour le Sud-Ouest. En effet, notre corpus est majoritairement composé de canards (7 documents sur 10), auxquels s’ajoutent un poème et deux procès-verbaux émanant de la municipalité de Montauban pour l’un – concernant l’inondation du Tarn survenue à Montauban le 14 novembre 1766 –, et de celle de Toulouse pour l’autre – relatif à l’inondation de septembre 1772. Ces textes posent la question de savoir s’il faut les assimiler à des écrits éphémères, et jusqu’à quel point. Cette question n’est pas seulement sémantique : en effet, il convient de ne pas perdre de vue que Jean-Pierre Seguin et Maurice Lever, les « inventeurs » des canards en tant que sources historiques, suggéraient (leurs formulations prêtent à la discussion) que ces imprimés déclinèrent (disparurent ?) à partir de « la naissance, en 1631, d’une véritable presse périodique, avec La Gazette de Théophraste Renaudot » (Lever 1993 : 11).

8Avec la prudence et les réserves qui s’imposent, on peut penser que notre corpus, pour étroit et disparate soit-il, est peu lacunaire, d’une part, et que cette situation n’est pas une particularité méridionale, d’autre part. En l’état actuel des connaissances, les données sont concordantes pour souligner que la production de canards relatifs aux catastrophes naturelles à l’époque moderne n’était pas aussi commune et abondante qu’on le pense d’ordinaire.

9L’état du corpus montre qu’il s’est produit une évolution notable dans la production d’imprimés éphémères dans le courant du xviiie siècle. On assiste, en effet, à la disparition de la forme « ancienne » – ou « traditionnelle » – de ce type de production et à l’émergence de nouveaux documents en leurs lieu et place. Ce phénomène s’articule au milieu des années 1760, l’explosion de la production éphémère sur la bête de Gévaudan apparaissant a posteriori comme le bouquet final d’un genre littéraire à l’heure où une autre forme, plus officielle, de « canards » apparaissait ; il est consommé au début de la décennie suivante.

  • 6 Voir aussi Andriès (2015 : 7).

10On ne peut manquer de mettre en relation cette évolution avec celle touchant cette autre forme de texte occasionnel qu’était la Bibliothèque bleue, qui était en déclin dans le courant de la seconde moitié du xviiie siècle (Andriès 1989)6. Dans le même ordre d’idée, on constate qu’à la même époque les « opérateurs empiriques » se détournaient eux aussi des feuillets publicitaires au bénéfice d’annonces passées dans la presse régionale et locale (Laffont [à paraître]). Alors en pleine expansion dans la France méridionale (André-Pons 2002-2003 : 113-122 ; Adam 1998), cette dernière ne se privait pas de se faire l’écho de ce qu’on ne désignait pas encore comme « faits divers » (Chevalier 2004), plus ou moins sanglants, à la manière d’un canard.

11Si l’on admet que ces coïncidences ne sont pas fortuites, on est alors en droit d’avancer l’hypothèse d’un déclin général, non pas tant de la littérature éphémère en tant que telle que de certaines de ses déclinaisons anciennes qui ne devaient plus répondre aux attentes du public. Voici qui nous rapprocherait des observations de Geneviève Bollème à l’égard des évolutions des almanachs populaires qu’elle enregistre dans le courant du xviiie siècle (Bollème 1969). Ces éclairages concordants, qui gagneraient certainement à être encore étendus jusqu’à englober la presse durant les dernières décennies de l’Ancien Régime, laissent entrevoir une évolution générale de la presse « populaire » à partir de la fin du règne de Louis XV, générant et/ou répercutant une nouvelle dynamique des lectures « populaires ».

12Enfin, comme ont déjà pu le laisser entrevoir les remarques qui précèdent, ce corpus se ventile très inégalement à tous égards (époques, lieux et types d’événements). En effet, il peut se subdiviser en deux groupes documentaires à la fois distincts et inégaux. Le premier (avec 5 textes) porte sur le xviie siècle et concerne exclusivement le tremblement de terre bigourdan du 21 juin 1660. Le second groupe concerne uniquement le xviiie siècle et les inondations du Tarn (14 novembre 1766) et de la Garonne (9 au 10 juin 1712, 12 septembre 1727 et 17 septembre 1772).

13Cette documentation ne concerne donc que cinq événements catastrophiques. C’est un réel étonnement ; l’absence des phénomènes météorologiques exceptionnels à quelque titre que ce soit ne laisse pas d’intriguer, d’autant que la liste est longue des événements dont on aurait pu penser qu’ils seraient gratifiés de parutions d’occasionnels : les hivers particulièrement rigoureux (1607-1608, 1709) ou longs (1740), les orages – voire les « ouragans » – dévastateurs ou encore des phénomènes extraordinaires tels que des invasions de sauterelles (1689) ou de chenilles (1710), les vapeurs du mont Laki (1783), etc. Les inondations importantes de cours d’eau secondaires – tels que l’Ariège, l’Aude ou la Têt – ainsi que les crues dévastatrices n’ayant pas atteint une ampleur centennale – comme celle de la Garonne du 2 août 1752 – n’ont pas davantage retenu l’attention des canardiers. Dans un autre registre, si la bête du Gévaudan a été à l’origine de nombreux canards sanglants qui s’inscrivaient dans la continuité d’écrits du même genre dédié à d’autres « bêtes féroces », aucun occasionnel ne s’est fait l’écho de l’épidémie de rage qui, avec sa longue litanie d’attaques meurtrières de loups anthropophages, terrorisa la France méridionale durant les dernières décennies de l’Ancien Régime. Il en va de même pour la terrible épizootie qui lamina le cheptel bovin méridional en 1774-1775. Quel que soit donc le type de phénomène naturel destructeur, on vérifie l’absence d’imprimés éphémères dans le courant du xviiie siècle.

14Ces observations confortent l’hypothèse selon laquelle l’étroitesse du corpus étudié ne tient pas qu’à des déficits documentaires. En effet, elles laissent non seulement penser que la production de canards n’était effectivement pas aussi abondante qu’on a pu le croire, mais encore qu’elle avait un caractère sélectif selon les événements. De fait, ces catastrophes sont parmi les plus importantes à tous égards dans le Midi de l’époque moderne ; aujourd’hui encore, elles comptent parmi les catastrophes historiques majeures de cette région. Cela soulève une série d’interrogations, notamment sur le(s) critère(s) déterminant la rédaction et la diffusion d’un canard, mais aussi sur la perception de la gravité d’une catastrophe par les contemporains : à partir de quand, comment et pourquoi décidait-on de rédiger un canard, quels critères économiques permettaient de les imprimer et de les diffuser ?

15À défaut de pouvoir répondre à de telles questions, ce petit corpus suggère l’idée que l’existence même d’un imprimé éphémère peut être considérée comme un critère pertinent lorsqu’on cherche à hiérarchiser les phénomènes catastrophiques anciens.

La médiatisation du tremblement de terre bigourdan du 21 juin 1660

  • 7 Pour un état des connaissances, voir Laffont (à paraître b).

16L’importance du tremblement de terre survenu le 21 juin 1660 dans les Pyrénées bigourdanes est connue de longue date7. On sait qu’il s’agit du séisme le plus important de l’histoire pyrénéenne après celui du 2 février 1428 et, ce faisant, de l’un des plus remarquables de l’histoire sismique française. Une autre facette de cet événement retient notre attention : il s’agit de la première catastrophe naturelle survenue dans la France méridionale ayant fait l’objet d’écrits éphémères.

17À ce jour, cinq récits éphémères sur ce séisme ont été identifiés, tous parus dans les mois suivant la catastrophe (sans qu’il soit possible d’être plus précis sur ce point) :

  • Le premier, imprimé à Blois sur les presses de François de La Saugere, s’intitule Effroyable tremblement de terre arrivé aux Monts Pirénées au mois de juillet dernier de l’an MDC soixante. Avec la relation véritable de tout ce qui sy est passé envoyé par le R. Père Gardien du couvent des Capucins de Nostre Dame de Medoux, au R. Père Gardien de Tours. Il est connu d’après une transcription conservée dans un recueil factice de manuscrits conservé à la Bibliothèque Mazarine (cote 2005)8.
  • Le second texte est un in-4° de huit pages imprimé à Bordeaux par G. de La Court, imprimeur ordinaire du roi et de l’université. Comme le précédent, il est affublé d’un titre aussi long qu’explicite : Lettre d’un bon pere religieux escrite a un pere de leur ordre sur les divers espouvantables tremblemens de terres arrivés à Bagneres et autres lieux circonvoisins, ensemble les grandes dévotions qui se sont faites sur les lieux par le peuple9.
  • Paru lui aussi à Bordeaux, le troisième texte s’inscrit dans la même veine que le précédent, ainsi que le laisse entrevoir son titre : Lettre du Pere Assistant, de l’ordre de S. Augustin, envoyée à Rome, contenant l’espouvantable tremblement de terre, où plusieurs villes, villages et personnes ont esté englouties. Ici, un sous-titre désigne les premiers destinataires de l’imprimé : Avec ce qui s’est passé à Bordeaux10.
  • Quant au quatrième, paru sans lieu d’édition ni nom d’éditeur, il est doté d’un titre plus sobre : Les désordres prodigieux causez par le tremblement de terre, arrivé le 21 juin 1660, suivant une lettre écrite d’Oléron sur ce sujet. Ce document présente une singularité remarquable. En effet, il nous est parvenu sous deux versions : la première est la version originale imprimée11 ; la seconde est sa copie faite par maître Jean Fabères, notaire de la localité de Mourède (actuel département du Gers, canton de Fézensac) dans un registre de ventes et d’achats12.
  • Enfin, sorti de l’imprimerie parisienne de Jean Prome, le cinquième opuscule s’intitule sobrement Relation véritable du tremblement de terre arrivé à Montauban, Monpesat, et dans plusieurs autres provinces du royaume, en cette présente année 166013. Un sous-titre précisait : Extrait d’une Lettre de Montauban écrite à une personne de Paris, dattée du 27 Iun 1660.

18Ce corpus appelle quelques observations. Tout d’abord, il faut s’arrêter sur le nombre de ces documents : cinq pièces éphémères pour un seul et même événement catastrophique, cela constitue un cas unique en ce qui concerne les tremblements de terre survenus dans l’ancienne France d’après la banque de données du Bureau de recherche géologiques et minières. On aboutit au même constat si l’on élargit le champ de l’observation à d’autres genres de catastrophes naturelles, au moins pour la France méridionale.

19Ce petit corpus se distingue aussi par le fait que deux pièces ont fait l’objet de transcriptions par des contemporains sur deux types de supports matériels différents. Ces simples copies sont de précieux indices pour l’historien dans divers registres. Concernant les auteurs anciens, c’est essentiellement chez quelques rares chroniqueurs que l’on rencontre l’usage de collectionner et, le cas échéant, de retranscrire tout ou partie de documents éphémères. L’un des plus connus est le diariste parisien Pierre de l’Estoile qui glissa dans son journal des pamphlets et autres textes de propagande (L’Estoile 1992-2006). On dispose aujourd’hui d’assez de travaux sur les écrits dits du « for privé » pour savoir que cette pratique est rare dans ce type de production. Ce qui est vrai pour les autobiographies l’est aussi pour les livres de raison ; on le vérifie encore chez ces témoins privilégiés pour l’historien des catastrophes que sont les curés, qui transformaient leurs registres paroissiaux en chroniques de leurs temps, et les notaires qui en faisaient de même avec leurs minutiers. Or, c’est précisément dans un minutier gersois qu’on a retrouvé la copie de l’un de ces documents. Dans ce cas, la recension de toutes annotations notariales anciennes identifiées à ce jour (Laffont 1991 : 13-22) permet d’affirmer qu’on a affaire à une véritable curiosité tant le geste de ce notaire est proprement « extra-ordinaire » dans ce genre d’annotation.

20Pour autant que l’on puisse en juger, ce corpus d’éphémères est probablement unique en son genre dans la littérature éphémère française d’Ancien Régime. Il est aussi remarquable au regard de l’histoire des catastrophes. On retrouve dans ces textes toute une série d’éléments caractéristiques du genre auquel ils appartiennent, tant sur la forme – à la notable exception des illustrations – que sur le fond. Ainsi y relève-t-on notamment :

  • L’anonymat de leurs auteurs, présentés – à une exception près – comme des religieux réguliers, des bons pères capucins attachés au couvent de Notre-Dame de Médous (Hautes-Pyrénées) et un augustin. On peut voir là un artifice visant à crédibiliser le propos du texte, à la suite de Grégory Quenet qui observe que les auteurs anonymes de relations de séismes sont « presque toujours présentés comme un clerc » (Quenet 2005 : 196). Toutefois, ce que l’on peut savoir par ailleurs des capucins dans la France du xviie siècle autorise à penser que l’auteur pouvait effectivement être un membre de cet ordre.
  • Le recours à des titres plus ou moins longs et racoleurs qui soulignent la narrativité et l’authenticité du récit tout en indiquant « bien sur quels registres jouent ces textes destinés à un large public […]. Voulant susciter tout à la fois l’effroi et la curiosité, ils cherchent à désorienter le lecteur. Ils annoncent des faits extraordinaires, comme le souligne l’emploi d’adjectifs tels que prodigieux […]. Ils promettent l’effroi […] ; ils peuvent aussi miser sur la pitié et annoncent une histoire qualifiée de lamentable et d’effroyable. Ayant pour fonction première de frapper l’imagination du lecteur, ils cherchent ensuite à le retenir, à le capter, à le convaincre ; pour ce faire, ils insistent sur l’authenticité des faits rapportés […] » (Parent-Charon 1998 : 95-109). On retrouve donc sans surprise le goût du sensationnel qu’on sait caractéristique de ce genre littéraire (Andriès 2008 : 183-sq.)
  • Enfin, relevons que, comme c’est presque toujours le cas avec les canards, on ignore le volume des tirages de ces imprimés et l’importance de leur diffusion.

21En ce qui concerne plus particulièrement le contenu, ils offrent un condensé représentatif de la teneur des occasionnels du xviie siècle. On y retrouve le plagiat de tout ou partie d’un autre occasionnel ; l’artifice de la reproduction, sous couvert de la publication d’une correspondance, d’une relation plus ou moins circonstanciée d’un témoin direct ; l’usage de la première personne du singulier dans les deux textes usant de l’artifice de la correspondance entre deux pères capucins (dont l’un ayant été sur place dans le couvent de Médous), usage dans lequel Françoise Lavocat voit l’une des nouveautés des récits de catastrophe du xviie siècle tendant à valoriser la figure du témoin oculaire (Lavocat 2010). Par ailleurs, ces documents témoignent de la diffusion de ce modèle en France – avant l’Angleterre – où il conserve sa fonction première d’authentification du témoignage. En l’occurrence, dans un cas l’auteur anonyme se place dans la position d’un témoin direct, dans l’autre, dans celle d’un « greffier » rendant compte du témoignage d’« un Pere Capucin qui estoit à Médoux lors que le Tremblement arriva […] » dont il cite parfois les propos.

22« Les mises en récit de catastrophes au xviiie siècle comportent […] presque toujours un débat, un conflit d’interprétation qui est parfois l’enjeu de la relation » (Lavocat 2012 : 5). Ce procédé d’écriture se retrouve ici. En effet, le canard intitulé Les désordres prodigieux causés par le tremblement de terre arrivé le 21 juin 1660 débute par cette phrase dans laquelle l’auteur, présumé capucin, esquive d’emblée le débat avec une pointe d’ironie : « Je laisse aux philosophes le soin de rechercher les causes des tremblements de terre et ne m’attasche qu’a vous marquer les effetz prodigieux et les suites funestes du dernier que nous avons resenty […] » (Couture 1901 : 171-175).

23Enfin, on retrouve dans ces textes la vocation pastorale et édificatrice du message véhiculé par tous les occasionnels de cette période traitant de catastrophes naturelles et qui a été maintes fois présentée et analysée. Ainsi que le souligne Annie Parent-Charon, « aux frontières de l’écrit et de l’oral, ils sont un témoignage d’un élargissement du public qui trouve dans cette lecture morbide délectation et exemplarité » (Parent-Charon 1998 : 104). De fait, on a affaire ici à « des écrits moraux qui visaient à mieux discipliner un peuple que le clergé ne jugeait pas assez soumis » (Zeller 2005 : 221) à l’autorité du Dieu vengeur de l’Ancien Testament. La dimension millénariste de ce type de discours n’en épuise donc pas son sens qui évolue bien tout au long de l’époque moderne en se complexifiant.

  • 14 Signalons le caractère très remarquable de l’attention portée aux effets du séisme sur l’environne (...)

24Sans avoir épuisé la richesse des enseignements des imprimés éphémères portant sur le tremblement de terre de 166014, ni répondu à toutes les questions qu’ils soulèvent, il paraît clair qu’ils témoignent, à leur façon, à la fois de la soif d’information de la population, de son goût pour le sensationnel en même temps que de l’impact du séisme sur les contemporains. Ce corpus livre aussi une moisson d’informations éclairant des facettes méconnues de l’ancienne société méridionale. Il se prête donc à une lecture multiscalaire exigeante qui dévoile une production moins superficielle que la présentation qu’on a pu longtemps en faire.

À l’heure des crues catastrophiques, une mutation majeure des éphémères au xviiie siècle

25Les avancées de la recherche en matière d’histoire du climat en Europe occidentale ont validé l’existence d’une crise hydro-climatique au xviiie siècle. Ainsi, dans une conjoncture climatique complexe caractérisée par de forts contrastes météorologiques aux effets régulièrement calamiteux pour les hommes et leurs activités, le siècle des Lumières apparaît-il comme marqué par des inondations aussi nombreuses que dévastatrices. Le cas de la Garonne et, d’une façon plus générale, le bassin-versant pyrénéen, illustrent bien ce phénomène.

26Avec au moins 23 crues identifiées à Toulouse durant le xviiie siècle, c’est le caractère endémique des aigats (i.e. « grande inondation » en occitan) qui s’impose en premier lieu à l’observation (Laffont 1993 : 131-sq.). Si l’on met ce chiffre en regard avec les crues recensées pour les siècles antérieurs, on constate que la capitale languedocienne n’avait jamais connu autant d’inondations avant le siècle des Lumières. Durant cette période, sept inondations se distinguent nettement par leur ampleur (par ordre chronologique : 9 au 10 juin 1712 ; 11-12 septembre 1727 ; 2 août 1750 ; 3 mai 1765 ; 20 juin 1765 ; 5-6 avril 1770 ; 17 septembre 1772), parmi lesquelles deux (au moins) se singularisent par leur violence destructrice et meurtrière, celles des 11-12 septembre 1727 (Laffont 1989 : 291-296) et du 17 septembre 1772, la mémoire collective (en 1875) et l’historiographie à sa suite considérant cette dernière comme la crue centennale du xviiie siècle (Antoine, Desailly, Métailié 1996 : 243-260). L’équivalent pour le Tarn est l’inondation qui dévasta Montauban le 26 novembre 1766 (France 1890 : 303-315). Ce sont ces crues majeures qui ont fait l’objet des publications éphémères sur lesquelles je vais maintenant me pencher.

  • 15 Archives municipales de Toulouse, DD 153.

27Portant sur les crues de 1712 et 1727, les deux documents étudiés sont très dissemblables sur le fond et sur la forme. Le premier est anonyme ; il se présente avec un titre relativement neutre et un sous-titre restrictif qui cible ses destinataires, Relation touchant les malheurs qui sont venus du debordement de la Riviere de Garonne. Avis aux Toulousains15. L’absence de lieu d’édition, mais aussi de datation précise du document et des faits qu’il rapporte (il ne précise que des dates et des noms de jours : samedi 4 et dimanche 5, ainsi que jeudi 9, vendredi 10 et samedi 11) pose la question de l’identification de la crue à laquelle le rattacher. Cet épineux problème ne peut être tranché que par recoupements avec les informations disponibles sur d’autres inondations du xviiie siècle et d’autres documents, ce qui permet d’établir qu’on a affaire au gran aygat dé San Bernabé des 9-11 juin 1712.

28Cette crue demeure peu et mal connue. Il est acquis qu’il s’agit de la première grande inondation du xviiie siècle, qui fut d’autant plus impressionnante et destructrice qu’elle était alimentée par les eaux en crue de l’Ariège. On sait qu’après avoir dévasté Toulouse, elle fit encore de « cruels dommages » en Agenais où la ville d’Agen subit de très lourdes pertes. Le document qui nous intéresse est l’un des rares témoignages qui nous soient parvenus sur cet événement à Toulouse.

29Ce texte atteint un point extrême du genre des éphémères relatifs aux catastrophes. Après un long préambule dont l’objet est d’avertir le lecteur en quoi et pourquoi « cet espece de Deluge est un juste châtiment de Dieu ; et en même tems pour [le] solliciter à prévenir dans les suites son courroux par vos prieres et vôtre obéissance à ses commandemens […] », l’essentiel de la relation de la crue vise à rendre compte des activités des nombreux ordres réguliers (masculins et féminins) qui se sont impliqués dans les secours spirituels et terrestres ainsi que des gestes religieux effectués par la population et les confréries – surtout pénitentes – en cette circonstance. Les huit capitouls en exercice et les anciens capitouls n’apparaissent qu’à la fin du texte pour mentionner leur présence à l’occasion de la procession faite en présence de la statue de la Vierge noire de la Daurade – réputée miraculeuse et à ce titre protectrice de la ville. Baignant totalement dans une ambiance religieuse, ce texte donne plus l’impression d’un sermon que d’un canard.

  • 16 Bibliothèque nationale, LK7 9741. Relation véritable et surprenante d’un débordement d’eau arrivé (...)

30Le second document est également anonyme ; on sait qu’il a trait à l’inondation des 11-12 septembre 1727 grâce à son permis d’imprimer à Paris sur les presses de L. Coignard, daté du 26 septembre 172716. Il présente moins d’intérêt pour l’histoire des crues de la Garonne que pour celle des imprimés éphémères. En effet, il a deux caractéristiques notables : d’une part, il n’a pas de titre et, d’autre part, c’est le texte le plus court qu’il nous ait été donné de trouver, tout type de catastrophe, de temps et de lieux compris. Il tient en ces quelques phrases :

  • 17 Nous n’avons jamais rencontré cette graphie de la Daurade à Toulouse sous la plume d’un Toulousain (...)

« La nuit du 11 au 12 de ce mois la Garonne grossit jusqu’à 10 heures du matin, si prodigieusement que les batteaux alloient dans toutes les rues du Faubourg S. Cyprien, l’eau entra dans l’Eglise S. Nicolas, beaucoup de maisons tomberent ; il y a plusieurs autres qui menacent ruine, on les appuye journellement ; les filles du Bon Pasteur se refugierent sur le corps de logis derriere ; mais ce malheur fut si grand que ce meme corps de logis tomba et cinquante de ces filles y perirent. La moitié du moulin du Bazac[le] est entierement détruit, et l’autre moitié menace ruine ; l’Isle de Tounis est presque ruiné, ceux qui y habitent se sont furieusement retirez ; on a descendu l’image de Notre Dame de l’Adorade17, et ensuite on la porté en procession, l’on a fait plusieurs autres processions où l’on a porté le S. Sacrement ; l’on assure que la perte est considerable. »

31Ainsi, ce texte est bien plus près d’une dépêche que d’un éphémère. Point de discours moralisateur ni de religion, mais des faits présentés quasiment bruts quoique sélectionnés parmi les plus sinistres. Ce faisant, l’auteur ne délaye pas l’événement marquant de cette crue avec le décès de nombreuses « filles » du couvent du Bon Pasteur. La lettre et l’esprit du canard se trouvent ici réduits à leur plus simple expression.

32Le genre des éphémères traitant de catastrophes naturelles est donc passé d’un extrême à l’autre en une quinzaine d’années : d’un document à consonance religieuse à un texte strictement laïcisé, d’une prose foisonnante à une rédaction lapidaire et nerveuse ; autrement dit, d’une sorte de « sermon » à une « dépêche ». Tout autant que la profondeur des changements, c’est leur rapidité qui peut frapper.

  • 18 Archives départementales de l’Hérault, C 2949 : Relation du débordement de la Rivière du Tarn surv (...)
  • 19 Archives municipales de Toulouse, DD 152 ; reproduit en annexe de Champion (1862, t. IV, pièce n°  (...)
  • 20 Présenté ailleurs, ce document ne sera pas abordé ici (Laffont 2016b : 49-64).

33S’ils peuvent être rattachés à la littérature éphémère, les trois derniers documents de notre corpus ne sont pas pour autant des canards. Le premier est une relation de l’inondation du Tarn du 14 novembre 1766 survenue à Montauban, rédigée par M. Caminel, premier échevin de la ville, et imprimée pour le compte de cette dernière18. Les deux autres pièces furent imprimées au lendemain de l’inondation catastrophique du 17 septembre 1772. L’une est intitulée Verbal concernant l’inondation arrivée à Toulouse le 17 septembre 1772, publié à Toulouse, chez J.A.M.M.B. Pijon, imprimeur de la municipalité, datée du 18 octobre 177219 ; l’autre se distingue, par son origine et sa nature, des deux textes que l’on vient d’évoquer. Il s’agit d’une poésie de Pierre Bordages intitulée Ode sur le débordement de la Garonne, arrivé le 17 du mois de septembre 177220.

34Les deux premiers documents sont deux textes comparables sur de nombreux points, qui les démarquent par là même des canards traditionnels. Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit de relations circonstanciées d’inondations catastrophiques. Tous deux sont signés par des magistrats municipaux en activité, M. de Caminade pour Montauban et M. Antoine de Cahusac pour Toulouse, et c’est en raison de leurs fonctions qu’ils ont pris la plume. Témoins et acteurs du drame qu’ils rapportent peu de temps après les faits, ils en font des présentations minutieuses, sans pathos ni effet de rhétorique. Avec ses vingt-quatre pages, le Verbal toulousain livre une moisson d’informations sur l’événement et ses suites immédiates, qui en font non seulement l’un des plus longs documents qu’il nous ait été donné de lire sur une catastrophe ancienne mais, surtout, l’un des plus riches tant il fourmille de détails sur les comportements des contemporains en de telles circonstances. Enfin, contrairement à ce que l’on pouvait lire dans les canards, les deux auteurs n’entendent donner aucune leçon de morale ; quant à la puissance divine, ils n’en soufflent mot. Les motivations de ces écrits laïcisés étaient donc ailleurs.

  • 21 Il s’agissait d’Alexis-Jacques-François de Gourgue(s), à la tête de la généralité de Montauban de (...)
  • 22 Voir notamment Favier (2007 : 107-132) ; Durand (2008 : 289-306) ; Favier et Pfister (2008).

35Monsieur de Caminade ne fait pas mystère de ses motivations et met en avant les deux puissants ressorts qui l’ont poussé à prendre la plume. Ainsi dit-il d’abord vouloir faire œuvre « utile aux générations futures, en leur inspirant de sages précautions contre des fléaux que leurs pères auront éprouvés ». Si pareille velléité se retrouve fréquemment, depuis des siècles déjà, sous la plume des curés et des notaires qui utilisaient à cette fin qui ses registres paroissiaux, qui ses minutiers, elle est plus rarement formulée par d’autres officiers publics ; il n’est donc pas vain de relever qu’il avait conscience d’écrire pour la postérité en inscrivant l’inondation catastrophique dans la mémoire montalbanaise. La seconde raison avancée est rarement aussi explicitement et même lourdement marquée dans les textes de l’époque : à deux reprises, M. de Caminade en appelle au « Ministre revêtu de l’autorité du Roi dans la province », autrement dit l’intendant – qu’il ne nomme cependant pas21 –, ponctuant son texte par une longue adresse l’interpellant directement. Il fait référence à la capacité de l’intendant de pouvoir « remédier aux malheurs de la capitale du département confié à ses soins », jouant sur la systématisation des indemnités octroyées par le gouvernement aux communautés sinistrées sur la base d’états de dommages dûment constatés et évalués par ses services. Ponctuelle à l’origine, cette pratique s’institutionnalise et se systématise dans le courant du xviiie siècle22. Il peut être rapidement dit que ces indemnisations eurent pour effet de changer le rapport des contemporains aux phénomènes naturels peu ou prou dévastateurs. Leur médiatisation devint alors un véritable enjeu pour des municipalités escomptant de substantielles indemnités ; c’est la raison pour laquelle elles se mirent, à l’instar de celles de Montauban et de Toulouse, à produire et faire imprimer des « relations » de ces événements mettant plus particulièrement l’accent sur les dégâts.

36Si cette motivation n’est pas explicitement formulée dans le texte de M. de Cahusac, c’est parce qu’elle perce dans tout son Verbal qui s’efforce de chiffrer les dégâts identifiés. C’est aussi parce que d’autres motivations animaient le capitoul. La première d’entre elles est indiscutablement la valorisation de l’action du capitoulat : ce sont des capitouls et des employés de l’hôtel de ville, au premier rang desquels se place le capitaine au fait de la santé, qui sont montrés œuvrant sans relâche pour sécuriser et soulager la population. Cette entreprise d’autopromotion apparaît comme l’une des premières manifestations d’une nouvelle forme de gouvernance urbaine que le capitoulat développait par ailleurs à la faveur de la systématisation du recours à l’imprimé pour gérer la cité, ce qui s’illustre par la production réglementaire ou la multiplication des billets d’ordres adressés aux dizeniers. La municipalité attaquée de toutes parts cherche un moyen de défense de ses actions dans la transparence de ses activités, notamment auprès de l’opinion publique ; ce n’est pas un effet du hasard si la catastrophe a pu être instrumentalisée de la sorte. En effet, donner à voir la municipalité en action en de telles circonstances revenait à monter l’importance de son autorité en fait de police (lato sensu), laquelle lui était très contestée à la même époque par la sénéchaussée et le parlement.

37Ces multiples et diverses motivations montrent que la prose municipale sur les catastrophes était loin d’être désintéressée, et qu’elle répondait à des ressorts et visait des publics bien différents de ceux des canards. Le contenu, quant à lui, fournissait des détails et donnait des descriptions ainsi que des évaluations des dégâts bien plus développés et précis que les imprimés éphémères « traditionnels ».

Conclusion

38La question des catastrophes naturelles est une entrée pour saisir une illustration représentative de la richesse de la littérature éphémère et de la complexité de son exploitation. Cette dernière renvoie aux nombreuses inconnues avec lesquelles il faut composer, tels l’anonymat de l’auteur, l’ignorance des conditions de rédaction, de publication et de diffusion, mais aussi les codes d’un genre littéraire qui, pour être assurément mineur, n’est pas pour autant négligeable.

39Ainsi considéré avec prudence, ce genre de document est très important pour l’histoire des catastrophes anciennes. On peut en effet y trouver des informations et des détails qu’il est rare de rencontrer ailleurs tant les témoignages des contemporains sont, d’ordinaire, assez laconiques et le plus souvent impressionnistes. Certes, le sensationnalisme recherché par les auteurs peut biaiser leur relation des faits : c’est le propre du travail du chercheur que de critiquer et de recouper les informations pour se rapprocher au plus près du déroulement de l’événement et de sa perception par les contemporains. À ce prix, on peut établir que les imprimés éphémères, qu’on aurait tort de prendre toujours au pied de la lettre comme s’il s’agissait de témoignages directs, ne sont pas que de simples narrations d’événements plus ou moins sensationnels, propres à marquer les esprits des contemporains. Ils véhiculent aussi un véritable discours sur la catastrophe, ancrant cette dernière dans une dimension religieuse marquée, et ont ainsi une vocation didactique inscrite dans la catéchèse catholique. Ils participent du process pénitentiel visant à restaurer l’ordre du monde – chrétien – mis à mal par une manifestation violente de la nature, laquelle exprime la colère de Dieu. Contrairement à ce que semblent penser certains chercheurs, ce n’est pas nier ou minimiser la montée en puissance, à partir de la fin du xviie siècle, d’un discours rationnel voire scientifique de la catastrophe, que d’observer qu’à la fin du règne de Louis XV, pour le plus grand nombre, la perception de la catastrophe naturelle était toujours matinée de religiosité. Dit autrement, le discours des occasionnels a bien évolué en s’enrichissant de dimensions nouvelles dans le courant du xviiie siècle, mais sans jamais se dépouiller de toute dimension irrationnelle.

40Enfin, on peut s’accorder sur l’idée que la littérature éphémère n’a pas disparu dans les années 1630, comme on a pu l’avancer, mais un peu plus d’un siècle plus tard, après l’affaire de la bête du Gévaudan. Ce sont alors des imprimés éphémères d’un genre nouveau qui s’imposent. Ainsi, à travers le cas particulier des catastrophes naturelles, c’est une évolution majeure que l’on perçoit dans le courant du siècle des Lumières ; ce phénomène est marqué par une série de modifications plus ou moins importantes (fond, forme, contenu, motivations, etc.), lesquelles ne sauraient cependant gommer la perduration de certaines composantes (thématiques, stylistiques, morales) qui tendent à valoriser moins la rupture que la continuité entre ancien et nouveau type de production éphémère. Ce faisant, cette évolution participe d’une dynamique plus générale touchant toutes les déclinaisons de la littérature populaire. Pareille mise en perspective ouvre donc de nouvelles pistes d’investigations.

Bibliographie

Adam, Claudine, 1998. Les Almanachs toulousains au xviiie siècle. 1694-1793, mémoire de maîtrise d’histoire, université de Toulouse-Le Mirail.

André-Pons, Pascale, 2002-2003. « Les Annonces, Affiches et Avis divers et le Journal de la généralité de Montpellier : reflet du goût des Montpelliérains à la fin de l’Ancien Régime », Études héraultaises, 2002-2003, nos 33-34 : 113-122.

Andriès, Lise, 1989. La Bibliothèque bleue au xviiie siècle. Une tradition éditoriale. Oxford, Voltaire foundation.

, 2005. « Les catastrophes naturelles au xviiie siècle », CNRS Thema, n° 8, 4e trimestre.

, 2008. « Le goût du sensationnel dans les canards et les almanachs », in Anne-Marie Mercier-Faivre, Chantal Thomas (dir.), L’Invention de la catastrophe au xviiie siècle. Du châtiment divin au désastre naturel. Genève, Droz : 183-sq.

, 2015. « La Bibliothèque bleue, une littérature éphémère ? », in Olivier Belin et Florence Ferran (dir.), Les Éphémères, un patrimoine à construire, en ligne sur Fabula (coll. « Colloques en ligne »), URL : <http://www.fabula.org/colloques/document2919.php> [consulté le 18/09/2018].

Antoine, Jean-Marc, Desailly, Bertrand, Métailié, Jean-Paul, 1996. « Les grands aygats du xviiie siècle dans les Pyrénées », in Bartolomé Bennassar (dir.), Les catastrophes naturelles dans l’Europe médiévale et moderne, actes des 15e journées internationales d’Histoire de l’abbaye de Flaran, 10-12 septembre 1993. Toulouse, Presses universitaires du Mirail : 243-260.

Beaurepaire-Froment de, Paul, 1907. « Une relation inconnue du tremblement de terre de 1660 à Bagnères-de-Bigorre », Revue des Hautes-Pyrénées, t. II : 417-421.

Billacois, François, 2009. « Crue centennale en Loire nivernaise : signe de Dieu et signe des temps », in Jean Mondot, Philippe Loupès (dir.), Provinciales. Hommage à Anne-Marie Cocula, t. I. Pessac, Presses universitaires de Bordeaux : 512.

Bollème, Geneviève, 1969. Les almanachs populaires au xviie et au xviiie siècle. Essai d’histoire sociale. Paris/La Haye, Mouton & Co (« Livre et sociétés » 3).

Chevalier, Louis, 2004. Splendeurs et misères du fait divers. Paris, Perrin.

Champion, Maurice (dir.), 1858-1864. Les inondations en France du vie siècle jusqu’à nos jours, t. IV. Paris, V. Dalmont, pièce no 278 : CXC-CCX.

Combe, Vincent, 2011. Histoire tragique et « canards sanglants » : genre et structure du récit bref épouvantable en France à la fin du xvie et au début du xviie siècle, thèse de lettres, université Nice Sophia Antipolis : 378.

Couture, Léonce, 1901. « Le tremblement de terre de juin 1660 dans le Sud-Ouest », Revue de Gascogne, t. I : 170-175.

Duprat, Anne, 2008. « Pestes et incendies. L’exemplarité du témoin aux xvie-xviie siècles », in Laurence Giavarini (dir.), Construire l’exemplarité. Pratiques littéraires et discours historiens. Dijon, Éditions universitaires de Dijon : 79-85.

Durand, Stéphane, 2008. « Entre affaire d’État et misère des communautés : l’indemnisation des dommages aux récoltes en Languedoc de la fin du xviie siècle à la fin du xviiie », in Antoine Follain (dir.), Campagnes en mouvement en France du xvie au xixe siècle. « Autour de Pierre de Saint-Jacob », actes du colloque international, Dijon, 23-24 mars 2007. Dijon, Éditions universitaires de Dijon : 289-306.

Favier, René, 2007. « Une aide instrumentalisée : l’impôt et l’indemnisation des catastrophes naturelles dans la France du xviiie siècle », in Antoine Follain (dir.), Les modalités de paiement de l’État moderne : adaptation et blocage d’un système comptable. Paris, Comité d’histoire économique et financière : 107-132.

Favier, René et Granet-Abisset, Anne-Marie (dir.), 2005. Récits et représentations des catastrophes depuis l’Antiquité, actes du colloque « Le traitement médiatique des catastrophes, entre oubli et mémoire », Grenoble, 10-12 avril 2003. Grenoble, Maison des sciences de l’homme-Alpes.

Favier, René et Pfister, Christian (dir.), 2008. Solidarité et assurance. Les sociétés européennes face aux catastrophes (xviie-xxie siècles). Grenoble, Maison des sciences de l’homme-Alpes.

France, Henry de, 1890. « L’aygat de Montauban de 1766 et une œuvre inédite d’Ingres », Bulletin de la Société Archéologique de Tarn-et-Garonne, t. 18 : 303-315.

Granet-Abisset, Anne-Marie, 2000. « La connaissance des risques naturels : quand les sciences redécouvrent l’histoire », in René Favier, Anne-Marie Granet-Abisset (dir.), Histoire et mémoire des risques naturels, actes du séminaire international « Histoire et mémoire des risques naturels en région de montagne ». Grenoble, Maison des sciences de l’homme-Alpes : 39-69.

Jacob-Rousseau, Nicolas, 2011. « De la parcelle au champ d’inondation : évaluer le risque contemporain par les documents d’archives (France méridionale-Roussillon, Cévennes) », in Monique Fort, Frédéric Oge (dir.), Risques naturels en Méditerranée occidentale, actes du colloque international de Carcassonne, 16-21 novembre 2009. Paris, Prodig : 139-155.

Jouhaud, Christian, 1983. « Écriture et action au xviie siècle : sur un corpus de mazarinades », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 38e année, n° 1 : 42-64.

Krautberger, Nicolas, 2006. Des dommages et des hommes : les économies du malheur dans les Alpes (xviiie-xixe siècles), thèse d’histoire, université Pierre Mendès-France, Grenoble.

L’estoile, Pierre de, 1992-2006. Registre-journal du règne d’Henri III. Genève, Librairie Droz, 6 vol.

Laffont, Jean-Luc, 1989. « L’inondation de la Garonne du 12 septembre 1727 à Toulouse », L’Auta, no 551 : 291-296.

, 1991. « Les notaires chroniqueurs de leurs temps. À propos des “mentions personnelles” des notaires dans les minutiers anciens », Le Gnomon, Revue internationale d’histoire du notariat, no 81 : 13-21.

, 1993. « La ville et la catastrophe au siècle des Lumières : Toulouse et les inondations de la Garonne », in Anne Blanchard, Henri Michel, Élie Pélaquier (dir.), Météorologie et catastrophes naturelles dans la France méridionale à l’époque moderne, actes du colloque du Centre d’histoire moderne et contemporaine de l’Europe méditerranéenne et de ses périphéries, université Paul-Valéry, Montpellier, 20-21 mars 1992. Montpellier : Presses de l’université Paul-Valéry : 129-158.

, 2016a. « Les manifestations du tremblement de terre bigourdan du 21 juin 1660. État de la question », in Pierre Debofle, Jean-Christophe Sanchez (dir.), Pays pyrénéens et environnement, actes du 62e congrès de la Fédération historique de Midi-Pyrénées, Bagnères-de-Bigorre, 12-14 juin 2015. Bagnères-de-Bigorre, Société Ramond, Fédération Historique de Midi-Pyrénées : 91-102.

, 2016b. « Autour de l’Ode sur le débordement de la Garonne (1772) de Pierre Bordages », Revue de Comminges, t. 132, n° 1 : 49-64.

, à paraître a. « Les charlatans dans la France méridionale (xviie-xviiie siècle) », in Théâtre et charlatans aux xviiie et xviiie siècles, un art de la mise en scène ?, actes du colloque international de l’université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, 24-25 avril 2014.

, à paraître b. Le tremblement de terre pyrénéen du 21 juin 1660 : un événement majeur de l’histoire séismique française. Bagnères-de-Bigorre, Société Ramond.

Lavocat, Françoise, 2009. « Les accidents de la nature. Fortune et catastrophes naturelles dans la première moitié du xviie siècle », in Chetro De Carolis, Florence Ferran, Delia Gambelli, Flavia Mariotti (dir.), Revers de fortune. Les jeux de l’accident et du hasard au xviiie siècle. Rome, Bulzoni Editore : 34-54.

—, 2010. « Témoignage et récit de catastrophe », Cahiers du dix-septième siècle, vol. XIII, n° 1 : 32-48.

(dir.), 2011. Pestes, incendies, naufrages. Écritures du désastre au dix-septième siècle. Turnhout, Brepols.

—, 2012. « Les récits de catastrophes entre histoire et fiction (xvie-xviiie siècles) », in John Pier, Philippe Roussin, Jean-Marie Schaeffer (dir.), Écritures de l’histoire. Écritures de la fiction. En ligne. URL : <http://narratologie.ehess.fr/index.php?613> [consulté le 05/03/2018].

Les Particularitez de l’inondation arrivée dans les Provinces de Hollande, de Zélande, de Flandres et de Brabant, 1682. Toulouse, J. Boude, 8 p.

Lettre du Pere Assistant, de l’ordre de S. Augustin, envoyée à Rome, contenant l’espouvantable tremblement de terre, où plusieurs villes, villages et personnes ont esté englouties. Avec ce qui s’est passé à Bordeaux, s. d. [1660]. s. l. [Bordeaux].

Lever, Maurice, 1993. Canards sanglants. Naissance du fait divers. Paris, Fayard.

Parent-Charon, Annie, 1998. « Canards du Sud-Ouest, 1560-1630 », Albineana, Cahiers d’Aubigné, n° 9 : 95-109.

Quenet, Grégory, 2000. « La catastrophe, un objet historique ? », Hypothèses, n° 1 : 13-20.

—, 2005. Les tremblements de terre aux xviie et xviiie siècle. La naissance d’un risque. Seyssel, Champ Vallon.

Seguin, Jean-Pierre, 1964. L’information en France avant le périodique, 517 canards imprimés entre 1529 et 1631. Paris, Maisonneuve et Larose.

—, 1969. Canards du siècle passé. Paris, Éditions Pierre Horay.

Zeller, Rosmarie, 2002. « Perception et interprétation des catastrophes naturelles dans les médias des xvie et xviie siècles », in Christian Pfister (dir.), Le jour d’après. Surmonter les catastrophes naturelles : le cas suisse entre 1500 et 2000. Berne/Stuttgart/Vienne, Haupt : 27-38.

, 2005. « Les catastrophes naturelles au début de l’époque moderne. Entre curiosité, événement terrifiant et interprétation religieuse », in René Favier et Anne-Marie Granet-Abissot (dir.), Récits et représentations des catastrophes depuis l’Antiquité, actes du colloque « Le traitement médiatique des catastrophes, entre oubli et mémoire », Grenoble, 10-12 avril 2003. Grenoble, Maison des sciences de l’homme-Alpes : 217-231.

Notes

1 Sur le même thème : Granet-Abisset (2000 : 39-69) ; Quenet (2000 : 13-20).

2 Voir les travaux de référence de Jean-Pierre Seguin (Seguin 1964 ; 1969) ; à prolonger avec Lever (1993 : 9-32).

3 Voir aussi Lavocat (2012 ; 2009).

4 Grégory Quenet fait ici figure d’exception ; voir notamment Quenet (2005).

5 Étudiant les inondations anciennes de la Loire, François Billacois a retrouvé deux écrits de ce genre portant sur les crues de 1615 et 1633 (Billacois 2009 : 512).

6 Voir aussi Andriès (2015 : 7).

7 Pour un état des connaissances, voir Laffont (à paraître b).

8 Reproduit par Beaurepaire-Froment (1907 : 417-421).

9 Bibliothèque municipale de Bordeaux : H 2386, t. XV, n° 27.

10 BNF, 4 LK7 1150. Lettre du Pere Assistant… (s. d. [1660]).

11 Bibliothèque municipale de Toulouse, FaC 122.

12 Document découvert et publié par Couture (1901 : 170-175).

13 BNF, 4 LK7 4951.

14 Signalons le caractère très remarquable de l’attention portée aux effets du séisme sur l’environnement naturel ; voir Laffont (2016a : 91-102).

15 Archives municipales de Toulouse, DD 153.

16 Bibliothèque nationale, LK7 9741. Relation véritable et surprenante d’un débordement d’eau arrivé à Toulouse la nuit du 11 au 12 septembre, qui a causé des pertes considérables, Paris, imp. L. Coignard, 1727.

17 Nous n’avons jamais rencontré cette graphie de la Daurade à Toulouse sous la plume d’un Toulousain, ce qui laisse à penser que l’auteur de ce texte ne l’était pas, ce que tend à confirmer la faute « Bazac » pour Bazacle.

18 Archives départementales de l’Hérault, C 2949 : Relation du débordement de la Rivière du Tarn survenu le 14 novembre 1766, et des effets qu’il a produits dans la ville de Montauban. Montauban, Imprimerie veuve Teulières, 1766, 7 p.

19 Archives municipales de Toulouse, DD 152 ; reproduit en annexe de Champion (1862, t. IV, pièce n° 278 : CXC-CCX).

20 Présenté ailleurs, ce document ne sera pas abordé ici (Laffont 2016b : 49-64).

21 Il s’agissait d’Alexis-Jacques-François de Gourgue(s), à la tête de la généralité de Montauban de 1761 à 1773.

22 Voir notamment Favier (2007 : 107-132) ; Durand (2008 : 289-306) ; Favier et Pfister (2008).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search