Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les éphémères et l’événement

 | 
Olivier Belin
, 
Florence Ferran

Actions : construire l'événement

Les ephemera au service de la sainteté capucine

Philippe Martin

Texte intégral

  • 1 Pour fournir aux artisans de Lille des modèles de vie à imiter, le père Bridoul, en 1650 dans La b (...)
  • 2 Voir, pour la guerre de Trente Ans, Ilg (2015 : 313-328).

1À partir du xvie siècle, le processus de la sainteté s’affirme : se met d’abord en place une procédure qui traduit le renforcement du poids des institutions pontificales (Suire 2001). Le monde catholique est aussi frappé par la croissance exponentielle du nombre de personnages portés sur les autels, spécialement sous le pontificat de Jean-Paul II. L’Église veut donner des modèles de vie aux fidèles1 (Martin 2013 : 581-592) et structurer son histoire en instituant une mémoire mettant ainsi en évidence des héros malheureux ou charitables2.

2La sanctification est mise en action par nombre de partenaires. Les États ou de grandes familles interviennent pour soutenir la cause de tel ou tel personnage parce qu’il leur est proche ou parce que sa mémoire peut appuyer leurs revendications politiques (Henryot, à paraître). À leurs côtés, les ordres religieux sont des acteurs particulièrement actifs : outre leur désir d’appuyer des aspirations spirituelles, leur intervention est dictée par trois réalités. En premier lieu, le désir de stabiliser une histoire car la sanctification du saint fondateur est, à côté de la publication des règles, le gage de survie d’une institution. C’est, ensuite, obtenir une arme pour défendre une position ; c’est pour faire face aux prétentions de la Propaganda Fide sur leur activité missionnaire outre-mer que les jésuites diffusent le culte des « saints martyrs canadiens » (Laflèche 1988-1998). Enfin, avoir un saint permet de prendre place dans cette course aux honneurs à laquelle participent tous les ordres : les places sont peu nombreuses et un saint est un argument de poids contre un concurrent. Ainsi, pour essayer de contrer le succès de la Congrégation de Notre-Dame, les chanoines réguliers de Notre-Sauveur s’empressent d’essayer de canoniser Pierre Fourier, fondateur des deux institutions (Martin 2000 : 235-254) ; carmes déchaux et récollets français, au même moment, se disputent la mémoire et la sainteté de Pierre d’Alcantara (Henryot 2015 : 387-404).

  • 3 Voir, par exemple Curtil (2014).

3Pour appuyer cette demande de canonisation, tous les supports médiatiques sont réquisitionnés : l’oral avec des conférences, des prédications et des panégyriques ; l’iconographie grâce à des images, des tableaux3 ou des objets, reliquaires par exemple, qu’ils soient à usage collectif ou privé ; et l’imprimerie, qui est abondamment sollicitée : publication de vies (Suire 2011), éditions de textes, désir de rassembler les correspondances (Martin 2000 : 235-254)… Les religieux recourent aussi aux ephemera, outil essentiel du catholicisme depuis le xve siècle (Martin 2012).

  • 4 Félix Porri, dit Félix de Cantalice (1515-1587), surnommé « frère Deo Gratias » tant il était doux (...)
  • 5 Joseph de Leonissa (1556-1612), missionnaire à Constantinople.
  • 6 Fidèle de Sigmaringen (1578-1622) est un missionnaire zélé, agissant spécialement dans les Grisons (...)
  • 7 Giovanni Scalvinoni, ordonné prêtre en 1867, entre chez les capucins en 1873 sous le nom d’Innocen (...)
  • 8 Giovanni Croese, dit François Marie de Camporosso (1804-1866), est connu pour ses mortifications e (...)
  • 9 Bogdan Mandic (1866-1942) est connu pour son zèle de confesseur.
  • 10 Florentin Koźmiński, connu sous le nom de Honorat de Biala (1829-1916), est l’un des promoteurs du (...)
  • 11 Il est bienheureux.
  • 12 Il s’agit de trois capucins morts en 1794 sur les pontons. Ils font partie de la cohorte des 63 «  (...)
  • 13 Francesco Forgione, connu comme Padre Pio (1887-1868), est un des rares hommes à avoir reçu des st (...)
  • 14 Thomas d’Olera, aussi appelé frère Thomas (1563-1631), est connu pour son activité pastorale spéci (...)
  • 15 La famille franciscaine comprend : annonciades, capucins, clarisses, colettines, franciscains, fra (...)

4C’est le fonctionnement de ce dernier niveau, en privilégiant les capucins, qui nous intéresse ici. La sainteté y est peu fréquente et, le plus souvent, récente. Ont été canonisés : Félix de Cantalice4 en 1712 ; Joseph de Leonissa en 17375 ; Fidèle de Sigmaringen6 en 1746 ; Innocent de Berzo7 en 1961 ; François Marie de Camporosso8 en 1962 ; Léopold Mandic9 en 1983 ; Honorat de Biala10 en 198811 ; François François, Jean Bourdon et Jean-Baptiste Loir en 199512 ; Padre Pio13 en 2002 ; Thomas d’Olera14 en 2013 et 34 martyrs de la guerre d’Espagne la même année. Quelques saints franciscains15, spécialement François d’Assise, sont à ajouter à cette liste. Pour ce peuple des saints, les ephemera sont un moyen de naître, d’être célébrés et de vivre parmi les fidèles.

Créer la sainteté

5Dans les mécanismes de création de la sainteté, les ephemera assurent la renommée au personnage à glorifier à condition d’agir avec une extrême prudence, car l’assimiler déjà à un saint serait contre-productif. Plus que par un livre, par définition complexe, ils visent à une simplification biographique, dégageant ce qui deviendra les poncifs d’une existence. Ils fournissent également des prières pour faire participer les croyants à la vie du futur saint ; ce sont soit des extraits de ses paroles, soit des oraisons pour parler de lui au Ciel. Enfin, ils mobilisent les énergies indispensables pour accompagner la cause de béatification ou la canonisation.

  • 16 Son siège est Lungotevere della Farnesina, 12, I 00165 Rome.
  • 17 Il est en particulier l’auteur de La pensée contemporaine. Problèmes et solutions critiques (1938) (...)

6L’ordre produit nombre de ces ephemera. C’est ce qu’il fait pour Mariano de Turin (1906-1972), professeur devenu capucin à 34 ans qui se fait connaître de toute l’Italie grâce à des émissions de télévision très populaires ; de 1955 à 1972, il a animé La posta di Padre Mariano, Chi è Gesù ? l’uomo moderno alla ricerca del Cristo, ou encore In famiglia… La Vice-Postulazione Causa Padre Mariano a produit deux documents pour sa cause. Le premier est un tract (22 × 11 cm) formé par une grande feuille pliée en quatre qui comporte une biographie et des photographies, précise les étapes de la canonisation et demande une prière pour faciliter cette reconnaissance. Il appuie un petit livret (17 × 12 cm) de 32 pages, écrit par le frère Mariano d’Alatri (1920-2007) qui développe la vie du défunt, fournit une bibliographie et donne une prière en quatrième de couverture. Des associations particulières sont parfois créées pour favoriser une cause : c’est le cas de l’Associazione Culturale Léon Veuthey16 qui appuie la canonisation de Léon Veuthey17 (1896-1974). Né dans le Valais, ce frère mineur conventuel est mort à Rome. Un éphémère (12 × 8 cm) rédigé en français mais publié en Italie, où l’association centralise toutes les actions, donne un portrait avec les dates biographiques, une prière dont l’origine n’est pas précisée et un appel « pour signaler les grâces obtenues, prière de s’adresser au Postulateur général de la cause ; Piazza Ss. Apostoli, 51, I 00187 Rome » (fig. 1). Voulus par l’ordre, de tels ephemera sont dus soit à la Postulation générale qui est à la curie généralice, Via Piemonte à Rome, soit à des vices-postulations liées à l’ordre mais installées dans un couvent ou un sanctuaire particulier.

Figure 1. Éphémère pour le père Léon Veuthey.

Figure 1. Éphémère pour le père Léon Veuthey.

Source. Bibliothèque franciscaine des Capucins, Paris.

Figure 2. Éphémère pour le père Gabriel Maria.

Figure 2. Éphémère pour le père Gabriel Maria.

Source. Bibliothèque franciscaine des Capucins, Paris.

  • 18 Entré chez les franciscains, il est envoyé à Amboise compléter ses études. Là, il devient le conse (...)
  • 19 Fille du roi Louis XI, Jeanne de France (1464-1505) vit à Bourges où elle fonde l’ordre de l’Annon (...)
  • 20 Il est né en 1932 dans les Ardennes. Il est successivement évêque auxiliaire de Soissons (1978), é (...)

7À côté de cette production parfaitement contrôlée par les capucins apparaissent des initiatives qui leur échappent en partie, comme l’illustre le cas de Gabriel Maria18 (1460-1532), cofondateur, avec Jeanne de France19, de l’ordre féminin de l’Annonciade. Pendant longtemps les religieux ont soutenu les deux causes mais, à partir des années 1920, ils abandonnent celle de Gabriel pour favoriser la progression de celle de Jeanne. Outre cette incapacité à mobiliser leurs réseaux pour deux personnages, ils avouent se méfier d’un fondateur qui n’aurait pas été totalement fidèle à l’héritage de la fondatrice morte avant lui. Jeanne est canonisée en 1950, mais Gabriel demeure dans l’oubli. C’est alors que les Annonciades s’emparent de sa mémoire. Leur initiative est rendue explicite par la production d’ephemera (12 × 7,5 cm) qui présentent une image de Gabriel avec une biographie très succincte (fig. 2). Pour ne pas devenir objet de critiques, elles prennent soin d’insérer une prière approuvée par Mgr Daniel Labille20, évêque de Créteil. Enfin, elles mobilisent clairement les bonnes volontés, faisant appel aux « personnes qui ont reçu des grâces par l’intermédiaire du serviteur de Dieu, voudront bien les faire connaître au monastère de l’Annonciade, 38 rue Jean-François Marmontel, 94320 Thiais ». Les frères sont sans enthousiasme mais les opérations se déroulent en dehors de leur sphère d’action.

  • 21 Elle a été longtemps journaliste, dont dix ans à La Dépêche du Midi. En 1993, elle devient conseil (...)
  • 22 L’Association Pour la Mémoire du Père Marie-Antoine, ou APMA, est présidée par Jacqueline Baylé. V (...)
  • 23 Né en 1946, Robert Le Gall est d’abord abbé de Sainte-Anne-de-Kergonan (1983-2001), puis évêque de (...)
  • 24 Il s’agit de la même adresse que l’éditeur : celui-ci n’existe-t-il que pour appuyer la cause de b (...)

8Le cas de Marie-Antoine de Lavaur (1825-1907) est encore plus délicat. Ce père est réputé pour ses sermons et ses missions. Ses initiatives marquent les imaginations, spécialement l’instauration de la procession aux flambeaux à Lourdes. À sa mort, il est enterré à la chapelle du couvent des capucins de Toulouse, qu’il a fondé. Toutefois, ses frères ayant échangé leur église avec les carmes, il est maintenant au couvent des carmes (33 avenue Jean Rieux à Toulouse). Surnommé le « saint de Toulouse », il jouit d’une immense popularité. Cependant, l’ordre est réticent. N’a-t-il pas tenu, en son temps, des propos anti-judaïques et anti-œcuméniques ? Si les capucins sont gênés face à ce passé, des laïcs s’en saisissent, particulièrement Jacqueline Baylé21. D’abord soutenue par le Carmel, elle fait publier des livres et des brochures imprimées aux Éditions du Carmel : Le saint de Toulouse s’en est allé… (640 pages) en 2006 ou Le lis Immaculé. À Lourdes, ce que j’ai vu et entendu (120 pages) en 2008. Il est difficile d’en connaître les raisons mais cette collaboration cesse brusquement. Soutenue par l’association pour la mémoire du père Marie-Antoine22 qu’elle a fondé, Jacqueline Baylé se tourne alors vers les Éditions du Pech où elle publie toujours des ouvrages mais fournit surtout des ephemera, œuvres originales ou recueils de paroles du père Lavaur : Prier avec Joseph et la Sainte Famille. Neuvaine du Père Marie-Antoine de Lavaur le « Saint de Toulouse » (24 pages) ; Prier les trois Ave Maria, neuvaine, oraison, apostolat (24 pages) ; Prier avec le chemin de croix. Les trois chemins de Croix du P. Marie-Antoine (32 pages)… Ce sont aussi des pièces plus simples (12,5 × 6,5 cm) : sur le recto apparaît un portrait avec les dates ; au verso une prière de février 2011 du frère Robert Le Gall23, archevêque de Toulouse, et un appel : « pour les grâces obtenues adresser la relation à : APMA, 25 rue de la Concorde, 31000 Toulouse24 » (fig. 3).

Figure 3. Éphémère pour le père Lavaur.

Figure 3. Éphémère pour le père Lavaur.

Source. Bibliothèque franciscaine des Capucins, Paris.

  • 25 Voir par exemple Martin (2012).

9Les ephemera sont donc des armes essentielles pour faire connaître un personnage. Ils ne le créent pas, ne sont même pas inclus dans les dossiers examinés au Cour de Rome ; leur but est ailleurs : fixer l’attention et mobiliser les énergies. En ce sens, ils ne se distinguent pas des innombrables brochures et tracts abondamment utilisés par l’Église catholique25.

Célébrer le saint

10À l’automne 2013, quand sont canonisés 34 capucins, Mauro Jöhri, ministre général des capucins, annonce à ses frères : « Je suis heureux de partager une bonne nouvelle avec vous. Encore une fois, notre ordre connaît un moment de grâce en donnant à l’Église des frères qui ont vécu authentiquement la suite du Christ ». La cause ayant débouché sur une béatification ou une canonisation, selon le cas, il convient de faire circuler une information double : assurer la publicité de l’événement et construire l’événement, à Rome mais aussi localement.

11Les ephemera servent tout d’abord à créer une famille élargie : celle des capucins et des courants qui leur sont proches. Ce ne sont pas simplement des personnages isolés qui sont honorés mais tout un ordre. En mars 2001, pour la canonisation des martyrs espagnols de la guerre civile, un petit quatre-pages (17 × 11,5 cm) est imprimé (fig. 4) : au recto, tous les saints de la province ; au verso les capucines d’Espagne également honorées. Dans les deux pages centrales, des prières et de courts récits. Le document émane directement de la Postulation générale qui est à la curie généralice et qui s’appuie sur des vices-postulations locales, dans le cas présent celle installée Calle Cirilo Amorós, à Valence (Espagne).

Figure 4. Éphémère pour les martyrs de la guerre d’Espagne.

Figure 4. Éphémère pour les martyrs de la guerre d’Espagne.

Source. Bibliothèque franciscaine des Capucins, Paris.

  • 26 Il est l’auteur d’autres ouvrages sur les capucins, par exemple : Histoire du couvent de Saint-Ant (...)
  • 27 Rome, Postulation Générale OFMCap., 1995.

12Par leur souplesse de production, les ephemera permettent de jouer habilement et facilement sur le central et le local. La béatification, en octobre 1995, de Jean-Baptiste Souzy et de 63 compagnons martyrs, dont trois capucins, l’illustre parfaitement. La postulation générale publie, en français, un quatre-pages (12 × 7,5 cm) qui, sous une couverture montrant une foule de personnages, présente, dans les deux pages centrales, la vie des trois capucins et se clôt par une prière. Avec la même couverture, elle donne un livret de 12 pages (15 × 21 cm). Les trois religieux sont présentés avec une courte biographie à l’issue de laquelle sont signalées les « caractéristiques » de chacun ; ainsi Loir est marqué par « noblesse, affabilité, humilité, patience, paix et joie ». Suivent des témoignages qui précèdent une rapide bibliographie présentant les productions locales. En effet, au niveau provincial, il est demandé aux archivistes de réaliser des plaquettes particulières, elles aussi produites par la Postulation générale. Ainsi, le père Victor Tamisier26 écrit Jean-Louis Loir (1720-1794)27. Ce livret de 38 pages (15 × 21 cm) offre une biographie classique (19 pages) s’ouvrant sur la jeunesse et la vocation, puis la Révolution et la déportation (3 des 5 chapitres) ; cela s’achève avec le « palmarès des martyrs ». Une seconde partie (8 pages) explique pourquoi cette béatification est aussi tardive. Puis viennent des notes de bas de pages et des références bibliographiques (3 pages).

13La Postulation générale sait parfaitement jouer son rôle : assurer la diffusion d’une information uniformisée et contrôlée tout en tenant compte des spécificités provinciales. Elle fait cela à l’aide de petits feuillets distribués à l’issue d’une messe ou donnés aux amis de l’ordre mais aussi de véritables livres avec un appareil critique. Les ephemera sont capables de tout.

14Les Italiens usent de tous les supports pour que ces pièces soient conservées. La Postulazione Beato Innoncenzo da Berzo, localisée au sanctuaire Ss. Annunciata (25052 Piancogno, Brescia), a imaginé un calendrier plastifié (11 × 7 cm), doté d’une règle, afin de présenter Innocent de Berzo (fig. 5).

Figure 5. Calendrier-règle pour Innoncenzo da Berzo.

Figure 5. Calendrier-règle pour Innoncenzo da Berzo.

Source. Bibliothèque franciscaine des Capucins, Paris.

  • 28 Les capucins s’installent en Corse en 1540 où ils fondent six couvents, celui de Bastia étant le p (...)

15En France, l’affirmation d’une unité des saints franciscains est rare. Le calendrier (20 × 27,5 cm) diffusé par les frères corses en 2002 est exceptionnel (fig. 6). Intitulé « Les capucins à la suite de saint François », il débute par trois pages présentant l’ordre. Puis, pour chaque mois, la page est construite en fonction de quatre blocs : une image du saint capucin du mois, mars étant ainsi consacré à Bonaventure, avec une courte biographie ; un extrait de la règle de saint François ; un passage des constitutions ; la liste des jours du mois. Il se ferme par trois pages rappelant, grâce à des photographies en couleur, la vie du couvent au cours de l’année 2001. Tout en proposant des saints au quotidien, cet éphémère construit la cohérence de la famille franciscaine. Cette initiative, si singulière en France, s’explique sans doute par la nature du couvent Saint-Antoine de Bastia28 confié, depuis 1984, à des capucins de Sardaigne. Ils accueillent des jeunes pour leur temps de postulat, prennent en charge des paroisses, font de la catéchèse pour adultes, gèrent une bibliothèque, animent Radio Salve Regina, et éditent la revue La Voix de Saint Antoine. Ils mènent ainsi une intense activité pastorale mais favorisent aussi la proximité avec le monde italien si intéressé par les saints.

Figure 6. Calendrier des saints franciscains imprimé par le couvent corse en 2002.

Figure 6. Calendrier des saints franciscains imprimé par le couvent corse en 2002.

Source. Bibliothèque franciscaine des Capucins, Paris.

16Le saint, maintenant parfaitement reconnu, doit s’inscrire dans le cadre d’une dévotion. Souvent celle-ci est en germe, voire déjà active, dans un lieu précis, et il convient de l’étendre et de la structurer. Bien des mécanismes se mettent en branle : office particulier, inscription au calendrier, groupes de prière… Une fois de plus, les ephemera viennent en appui à cette activité pastorale et pieuse. Grâce à eux, la sainteté se vit de deux manières : par l’affirmation par l’ordre d’un peuple de saints et par le développement d’une piété envers un personnage particulier.

Faire vivre la sainteté de Padre Pio

17Parmi les saints capucins, Padre Pio tient une place particulière tant son image semble désormais indissociable d’une partie du catholicisme contemporain. Sa popularité se construit sur trois types d’ephemera.

  • 29 Sur son site internet, l’entreprise se présente ainsi : « Pubco conçoit, vend, et distribue une la (...)
  • 30 Sur son site, cet éditeur se présente ainsi : « Dans la continuité des moines copistes du Moyen Âg (...)

18Les plus nombreux sont destinés à l’ensemble du monde des fidèles. Nous avons mené une étude sur une centaine d’ephemera rassemblés par deux collectionneurs entre 2013 et 2016. S’il est impossible de savoir si ce corpus est représentatif d’une production qui n’est pas connue, il en est néanmoins une bonne illustration par son ampleur. Ces documents sont mal identifiés : absence d’éditeur, de date, d’émetteur… Trouvés en France, ils émanent d’imprimeurs très divers : des entreprises qui ne sont pas spécialement liées à une production catholique, comme le canadien Pubco29, ou d’autres fondamentalement d’Église telles les Éditions Traditions Monastiques30. Au traditionnel papier se sont ajoutés les supports renforcés : carton pris entre des pages de plastique ; inclusion d’une médaille voire d’un chapelet ; intégration d’un minuscule morceau de tissu ayant touché la relique…

  • 31 Interrogé le 19 janvier 2016.

19Ces ephemera sont diffusés par des dévots, abandonnés au hasard dans des églises, glissés dans les boîtes aux lettres… Ils sont partout. Choisis par un fidèle, acquis par buissonnage au hasard, achetés dans les boutiques de pèlerinages, y compris des lieux non liés au monde franciscain… Ils sont écrits en français ou en italien, le principal pôle d’animation de la sainteté franciscaine, et en anglais car c’est la langue qui se veut universelle mais aussi qui reflète la puissance financière du monde catholique américain. La langue est-elle essentielle ? On peut se demander si l’image et surtout la possession de l’objet ne priment pas. L’iconographie est stéréotypée, s’articulant sur deux ou trois archétypes : un homme âgé, la tête penchée, mains bien visibles avec les mitaines qui cachent ses stigmates. Selon un frère du couvent de Paris31, les fidèles recherchent les représentations montrant les plaies ou la main, l’idéal étant le saint célébrant la messe. Le stéréotype s’est imposé alors que, pendant la campagne en vue de la canonisation, plusieurs images concurrentes se sont affrontées. Les Italiens ont eu, pendant un temps, une grande affection pour une photographie sur laquelle Padre Pio porte un enfant dans ses bras. Cette diversité semble avoir vécu. L’image est sobre ; détourée, elle est posée sur des fonds de couleur, encadrée de petits filets de fleurs. Les fidèles les « accumulent » : « on se demande ce qu’ils vont en faire », s’interroge le frère parisien.

  • 32 Les nouveaux statuts, entrés en vigueur en mai 1986, précisent les modalités d’affiliation à l’œuv (...)
  • 33 Entretien, réalisé le 19 janvier 2016, avec le frère capucin du couvent de Paris qui s’occupe du g (...)

20Le second type de documents est destiné aux groupes de prière Saint Padre Pio. Fondés par Padre Pio à la Casa Sollievo della Sofferenza, leur organisation est très simple et ne repose sur aucune règle particulière ; il suffit d’une approbation de l’évêque et de la présence d’un prêtre pour guider la prière. Mgr Riccardo Ruotolo, président de l’œuvre, explique : « Les groupes de prière doivent se distinguer pour leur fidélité à l’Église, au pape, et aux évêques ; pour la formation chrétienne intégrale et pour la vie de prière, pour la charité générale envers les souffrants, selon les indications de Padre Pio32 » (Les groupes de prière de Padre Pio 1986 : 33-34). Depuis la canonisation du Padre, ils sont devenus le fer de lance de la diffusion de sa dévotion dans l’ensemble du monde catholique. Au couvent capucin de Paris33, les dévots, souvent originaires d’Afrique, de l’océan Indien ou des Antilles, se retrouvent tous les seconds samedis du mois pour la récitation du chapelet à 16 heures et la messe à 17 heures. L’une des fidèles fait tous les ans un éphémère (14,5 × 10,5 cm) pour signaler les dates des réunions (fig. 7), travail qui s’effectue en dehors de toute influence du capucin qui accompagne le groupe : « Si on veut discuter c’est fini […] Elle fait cela de cœur », déclare-t-il.

Figure 7. Éphémère du groupe de prière Saint Padre Pio de Paris.

Figure 7. Éphémère du groupe de prière Saint Padre Pio de Paris.

Source. Bibliothèque franciscaine des Capucins, Paris

  • 34 Ces documents sont disponibles à l’accueil du couvent de Paris.
  • 35 San Giovanni Rotondo, Foggia, Italie.

21Les membres apprécient ce feuillet : « Il y en a qui viennent [le] réclamer. Si je l’oublie, ils me le rappellent », continue notre informateur. Il vient directement en concurrence avec des ephemera commandés par les capucins : une image de Padre Pio bénissant (11 × 6,5 cm), imprimée en Inde il y a quelques années à la demande d’un frère ; une autre (11 × 6,5 cm) le montrant lisant, avec, au recto, une prière en anglais ; et une tête du saint (11 × 6,5 cm)34 (figs 8 et 9). Est encore disponible une brochure de 86 pages (18 × 11 cm) intitulée Méditations, éditée par La Casa Sollievo della Sofferenza35. Dotée d’un imprimatur, elle a été imprimée en septembre 1980 pour diffuser un texte de Padre Pio, présenté par le père Ezechia Cardone, pour le temps de Noël et de la Passion. Ici, les ephemera sont la manifestation d’une appropriation de la dévotion par les fidèles et de stratégies de choix parmi une offre plus ou moins contrôlée par les religieux.

Figure 8. Éphémère représentant Padre Pio, l’image la plus connue du saint cachant ses stigmates.

Figure 8. Éphémère représentant Padre Pio, l’image la plus connue du saint cachant ses stigmates.

Source. Bibliothèque franciscaine des Capucins, Paris.

Figure 9. Éphémère pour Padre Pio en anglais.

Figure 9. Éphémère pour Padre Pio en anglais.

Source. Bibliothèque franciscaine des Capucins, Paris.

  • 36 Les échanges se font avec l’adresse : padrepio-paris@numericable.fr
  • 37 Maddalena Volpato (1918-1946), une religieuse de la congrégation des Filles de l’Église, où elle r (...)
  • 38 La veille dans l’après-midi, les groupes Padre Pio participent à la procession solennelle qui mène (...)
  • 39 C’est par voie électronique qu’est réglée l’organisation du déplacement à Rome, opération dirigée (...)
  • 40 Message du 13 janvier 2016.

22Que survienne une célébration particulière et des ephemera spécifiques apparaissent, même s’ils sont de plus en plus concurrencés par Internet36. En 2016, les reliques de Padre Pio sont exposées à Rome, en compagnie de celles de saint Léopold Mandic. Cela provoque une importante mobilisation des groupes de prière. Le 15 janvier, ils se retrouvent à l’église parisienne de Saint-Nicolas-des-Champs, avec, au programme, une prière à 17 heures 30, la vénération de reliques du saint puis une messe à 18 heures 30. Le 23 janvier, ils sont à la basilique Notre-Dame du Perpétuel Secours pour la « Semaine de prière pour l’unité des chrétiens » : le rosaire est récité à 16 heures 15, suivi par des méditations autour des reliques de saint Léopold et de la sœur Maddalena Volpato37 ; la messe a lieu à 18 heures 30. Ce temps fort culmine le 6 février avec une audience privée du pape François aux groupes de prière de Padre Pio38. Si la communication se fait désormais grâce aux courriels39, les ephemera demeurent importants, avec, par exemple, les billets d’entrée nécessaires pour assister à l’audience pontificale. En outre, « Les textes du congrès (conférences, chapelet médité, chemin de croix et homélies) sont désormais disponibles, avec quelques photos, sous la forme d’un petit magazine de 20 pages, couleur, en papier de qualité, proposé au prix unitaire de 5 euros. Les personnes qui souhaiteraient se procurer ce texte pourront le commander lors de nos Réunions de Prière du 15 janvier ou du 23 janvier (règlement à la commande). Il ne sera plus possible de se le procurer ensuite40 ».

  • 41 http://www.la-boutique-spirituelle.com/ [consulté le 15 janvier 2016].

23Le troisième type d’ephemera est particulièrement difficile à cerner car il échappe à tout contrôle des capucins ou des institutions qui leur sont proches : loin d’avoir tué l’éphémère, Internet lui donne une nouvelle vie puisque des sites spécialisés procurent des feuilles, des images, des tracts et des livrets. À côté de bien d’autres brochures dédiées à divers saints, La Boutique spirituelle vend une image de Padre Pio avec les exercices de la neuvaine au prix de 5 euros41 ; il est précisé qu’elle est très utile « pour obtenir des guérisons miraculeuses et l’esprit de tolérance. Très sollicité par les médiums et dans les arts divinatoires. Utilisez sa bougie. Il est conseillé ensuite de réciter la neuvaine aux Saints Rois Mages, la neuvaine de Notre-Dame du don, la neuvaine à l’abbé Julio ». Le document, vendu, devient le support de pratiques proches de la superstition. Ailleurs, de petits feuillets apparaissent dans les églises sans qu’il soit possible d’en déterminer l’émetteur. L’un d’entre eux, qui circule à la fin de 2015, joue sur la peur. De fabrication très artisanale et reproduit par photocopie, il présente, dans la partie gauche, le portrait du Padre tenant une feuille à la main comme s’il lisait ; dans la partie droite une proclamation :

Prophéties de Padre Pio
Message de Notre Seigneur Jésus-Christ
(sur les trois Jours des Ténèbres)
Donné à Padre Pio
(vers la fin de mai 1950)
Votre époque sera témoin d’un châtiment terrible
Mes Anges exécuteurs de ce travail sont prêts
Ils auront la charge spirituelle
D’anéantir tous ceux qui se moquent de moi.

  • 42 Vincent Lambert est un jeune homme plongé dans le coma à la suite d’un accident survenu en 2008. D (...)

24En dessous court un bandeau qui répète six fois « Priez ! ». Le saint est mobilisé selon une logique eschatologique afin de provoquer une conversion intérieure. Bien des mouvements l’enrôlent. Toujours à la fin de 2015, alors que l’affaire Vincent Lambert42 est une fois de plus relancée, apparaît un éphémère : sur une image du jeune homme dans le coma est surimposé Padre Pio bénissant comme s’il avait la force miraculeuse de le ramener à la conscience. Par les ephemera, le saint a échappé aux capucins ; ces feuillets sont de toutes les causes, revendiqués par des milieux rigoristes comme par des marchands. Jamais ils n’ont été aussi nombreux, ni aussi divers. Leur présence s’impose dans l’univers social et religieux.

Conclusion

25L’ephemera capucin se révèle être l’un des éléments d’une stratégie en faveur des saints. Il agit pour créer le saint, le célébrer et le faire vivre. C’est toutefois un objet hybride, dimension qui est particulièrement intéressante pour l’historien. Cette hybridité se manifeste dans deux domaines.

26D’une part, l’éphémère extériorise la tension qui existe entre l’ordre et les fidèles. Dans toute cause de canonisation voisinent trois pôles que seuls les ephemera révèlent : l’ordre avec l’ensemble de sa structure qui porte un cas ; un couvent ou une institution reconnue qui agit avec l’aval de la structure générale mais demeure en marge ; ou des fidèles qui se groupent parfois en dehors de l’ordre.

  • 43 L’ouvrage est réédité en 2012 aux Edizioni Padre Pio da Pietrelcina/Postulazione Generale dei Capp (...)
  • 44 Cette réserve française est bien présentée par Pierre Moracchini dans une chronique de novembre 20 (...)

27Il illustre d’autre part les variations qui, sans être jamais clairement affichées, existent dans l’ordre. En effet, il ne faut pas croire à l’unanimisme mis en scène dans un livre largement diffusé, Sulle Orme dei Santi. Il santorale cappucino : santi, beati, venerabili, servi di Dio43 (Sulle Orme dei Santi 2000). Le volume comporte deux parties : une pour les saints et bienheureux ; la seconde pour les « vénérables serviteurs de Dieu ». Destiné à l’ensemble du monde catholique, il pourrait faire penser que les capucins communient dans une dévotion collective pour les pieux personnages énumérés. Les ephemera révèlent les variations des spiritualités, les ambiguïtés et les différences régionales. Les Français, par exemple, se méfient. Leur perplexité se nourrit de l’expérience de saint François qui, apprenant la canonisation de cinq martyrs du Maroc (1220), se réjouit (« désormais, je peux dire en vérité que j’ai cinq frères ») mais refuse qu’on en soit fier : « Que chacun soit glorifié de sa propre passion et non celle des autres ». Depuis, cette défiance irrigue une partie de la spiritualité franciscaine, ce que rappelle le théologien Hans Urs von Balthasar44. En outre, ils sont très circonspects face à la trajectoire de frères comme Marie-Antoine de Lavaur. Ils craignent encore que la multiplication des saintetés fasse de l’ombre à François d’Assise. Les ephemera exposent les identités des provinces de l’ordre, ils sont sans doute une manifestation des personnalités théologiques même si, récemment, on perçoit les signes d’une lente uniformisation des approches spirituelles.

28Par sa souplesse, la facilité de sa reproduction, l’éphémère demeure un vecteur essentiel de la communication, institutionnelle ou non, religieuse. La révolution numérique ne lui enlève pas ce rôle, bien au contraire. Elle lui donne une nouvelle vie.

Bibliographie

Corgnoni, C. (dir.), 2000. Sulle Orme dei Santi. Il santorale cappucino: santi beati, venerabili, servi di Dio. Rome, Instituto Storico dei Cappuccini, Postulazione Generale, 437 p.

Curtil, Josette, 2014. Images de saint François de Sales. Mémoire et patrimoine de Savoie. Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Henryot, Fabienne, 2015. « Un héritage disputé : saint Pierre d’Alcantara entre les récollets et les carmes déchaussés (xviie-xviiie siècles) », in S. Excoffon, D.-O. Hurel, A. Peeters-Custot (dir.), Interactions, emprunts, confrontations chez les religieux (Antiquité tardive-fin du xixe siècle). Saint-Étienne, PUSE : 387-404.

, 2017. « Les Lyonnais et saint Bonaventure, fin du xve-xviiie siècles », Revue Historique, vol. 2/2017, n° 682 : 267-296.

Ilg, Matthias, 2015. « “Unus Deus, una Fide, unum Baptista” : le culte de saint Fidèle de Sigmaringen, martyr capucin, force motrice de la création d’une identité confessionnelle en Suisse catholique », in Bertrand Forclaz et Philippe Martin (dir.), Religion et piété au défi de la guerre de Trente Ans. Rennes, Presses universitaires de Rennes : 313-328.

Laflèche, Guy, 1988-1998. Les Saints martyrs canadiens. Laval, Les Éditions du Singulier, 5 vols.

Les groupes de prière de Padre Pio, 1986. Rome, Éditions Casa Sollievo della Sofferenza : 33-34.

Martin, Philippe, 2000. « La Congrégation de Notre-Dame face au livre », in B. Dompnier et M.-H. Froeschlé-Chopard (dir.), Les religieux et leurs livres à l’époque moderne. Clermont-Ferrand, PUBP : 235-254.

(dir.), 2012. Ephemera catholiques. L’imprimé au service de la religion. Paris, Beauchesne.

, 2013. « Des saints pour les artisans. Les devoirs d’états à Lille au milieu du xviie siècle », Revue du Nord. Histoire : Nord de la France, Belgique, Pays Bas, t. 95, n° 400-401 : 581-592.

Moracchini, Pierre, 2013. « La Toussaint de l’ordre, une foule réjouissante ! », Le messager de saint Antoine, en ligne, URL : <http://www.messagerdesaintantoine.com/content/la-toussaint-de-lordre-une-foule-rejouissante> [consulté le 8/06/2018].

Suire, Éric, 2001. La sainteté française de la Réforme catholique (xvie-xviiie siècles). Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux.

, 2011. Sainteté et Lumières. Hagiographie, spiritualité et propagande religieuse dans la France du xviiie siècle. Paris, Honoré Champion.

Notes

1 Pour fournir aux artisans de Lille des modèles de vie à imiter, le père Bridoul, en 1650 dans La boutique sacrée des saints, leur donne des exemples : 44,2 % de ces modèles sont des saints, 15,9 % des bienheureux.

2 Voir, pour la guerre de Trente Ans, Ilg (2015 : 313-328).

3 Voir, par exemple Curtil (2014).

4 Félix Porri, dit Félix de Cantalice (1515-1587), surnommé « frère Deo Gratias » tant il était doux avec les autres.

5 Joseph de Leonissa (1556-1612), missionnaire à Constantinople.

6 Fidèle de Sigmaringen (1578-1622) est un missionnaire zélé, agissant spécialement dans les Grisons. Il meurt assassiné par des opposants religieux.

7 Giovanni Scalvinoni, ordonné prêtre en 1867, entre chez les capucins en 1873 sous le nom d’Innocent de Berzo au couvent de Borno. Il est connu pour sa piété pour la Passion et sa discrétion, son adage étant « faire le bien et disparaître ». Déclaré bienheureux le 12 novembre 1961, il est considéré comme le patron des enfants.

8 Giovanni Croese, dit François Marie de Camporosso (1804-1866), est connu pour ses mortifications et son zèle de missionnaire.

9 Bogdan Mandic (1866-1942) est connu pour son zèle de confesseur.

10 Florentin Koźmiński, connu sous le nom de Honorat de Biala (1829-1916), est l’un des promoteurs du pèlerinage de Notre-Dame de Czestochowa.

11 Il est bienheureux.

12 Il s’agit de trois capucins morts en 1794 sur les pontons. Ils font partie de la cohorte des 63 « martyrs » canonisés en même temps que Jean-Baptiste Souzy le 1er octobre 1995. Prêtre de La Rochelle, Jean-Baptiste Souzy (1732-1794) refuse de prêter le serment constitutionnel. Entré en clandestinité, il est arrêté et déporté à Rochefort. Sur les pontons, il tente d’organiser la vie spirituelle des prisonniers. Il meurt le 27 août 1794.

13 Francesco Forgione, connu comme Padre Pio (1887-1868), est un des rares hommes à avoir reçu des stigmates.

14 Thomas d’Olera, aussi appelé frère Thomas (1563-1631), est connu pour son activité pastorale spécialement au Tyrol.

15 La famille franciscaine comprend : annonciades, capucins, clarisses, colettines, franciscains, franciscaines, franciscains conventuels, tertiaires-franciscains.

16 Son siège est Lungotevere della Farnesina, 12, I 00165 Rome.

17 Il est en particulier l’auteur de La pensée contemporaine. Problèmes et solutions critiques (1938) qui se veut un ouvrage de vulgarisation pour développer une philosophie chrétienne.

18 Entré chez les franciscains, il est envoyé à Amboise compléter ses études. Là, il devient le conseiller spirituel de Jeanne de France qu’il aide à fonder l’ordre de l’Annonciade. Il est un ardent défenseur de la pauvreté franciscaine.

19 Fille du roi Louis XI, Jeanne de France (1464-1505) vit à Bourges où elle fonde l’ordre de l’Annonciade. La demande de canonisation est lancée en 1614. Elle est béatifiée en 1742 et canonisée le 28 mai 1950.

20 Il est né en 1932 dans les Ardennes. Il est successivement évêque auxiliaire de Soissons (1978), évêque de ce diocèse (1984), puis évêque de Créteil (1998). En raison de son âge, il démissionne en 2007.

21 Elle a été longtemps journaliste, dont dix ans à La Dépêche du Midi. En 1993, elle devient conseillère générale et est élue ensuite maire de quartier du canton 5 de Toulouse.

22 L’Association Pour la Mémoire du Père Marie-Antoine, ou APMA, est présidée par Jacqueline Baylé. Voir http://a.p.m.a.free.fr/ [consulté le 10 janvier 2016].

23 Né en 1946, Robert Le Gall est d’abord abbé de Sainte-Anne-de-Kergonan (1983-2001), puis évêque de Mende (2001-2006) avant de devenir archevêque de Toulouse en 2006.

24 Il s’agit de la même adresse que l’éditeur : celui-ci n’existe-t-il que pour appuyer la cause de béatification ? La distribution est effectuée par AVM Diffusion-Distribution, diffuseur existant depuis 35 ans spécialisé dans le domaine de la spiritualité, de la religion et de la jeunesse.

25 Voir par exemple Martin (2012).

26 Il est l’auteur d’autres ouvrages sur les capucins, par exemple : Histoire du couvent de Saint-Antoine de Bastia et de la province capucine Saint-François de Corse (1982) ou Petite histoire du couvent des Capucins de Crest au Val de Drôme (1996).

27 Rome, Postulation Générale OFMCap., 1995.

28 Les capucins s’installent en Corse en 1540 où ils fondent six couvents, celui de Bastia étant le principal.

29 Sur son site internet, l’entreprise se présente ainsi : « Pubco conçoit, vend, et distribue une large collection de boîtes-messages, boîtes pour adultes, cartes de souhaits (émotions, ésotériques, spirituelles), et signets. Nos produits sont créés pour offrir et célébrer des journées et des occasions spéciales avec la famille et les amis. Ils donnent de l’amour, de la joie ainsi que des sentiments de plaisir et des émotions qui touchent le cœur ». https://www.pubco.ca/ [consulté le 30 mars 2016].

30 Sur son site, cet éditeur se présente ainsi : « Dans la continuité des moines copistes du Moyen Âge, véritables canaux de la culture et de l’Évangile, les Éditions Traditions Monastiques s’efforcent de mettre à la disposition du plus grand nombre des ouvrages capables de nourrir leur vie spirituelle et de leur donner les moyens de répondre aux exigences de la Nouvelle [sic] évangélisation demandée par les papes récents », http://www.clairval.com/editions.fr.html [consulté le 30 mars 2016]. La boutique en ligne qui présente des ephemera est : www.traditions-monastiques.com/cb [consulté le 10 janvier 2016].

31 Interrogé le 19 janvier 2016.

32 Les nouveaux statuts, entrés en vigueur en mai 1986, précisent les modalités d’affiliation à l’œuvre, l’importance de la juridiction de l’évêque, et l’organisation de chaque groupe avec un comité directif de quatre membres.

33 Entretien, réalisé le 19 janvier 2016, avec le frère capucin du couvent de Paris qui s’occupe du groupe de prière depuis cinq ans.

34 Ces documents sont disponibles à l’accueil du couvent de Paris.

35 San Giovanni Rotondo, Foggia, Italie.

36 Les échanges se font avec l’adresse : padrepio-paris@numericable.fr

37 Maddalena Volpato (1918-1946), une religieuse de la congrégation des Filles de l’Église, où elle reçoit le nom de Maddalena de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, est connue pour ses souffrances, sa simplicité et sa foi. Le 22 mai 1968, le cardinal patriarche Giovanni Urbani ouvre à Venise le procès canonique pour sa béatification.

38 La veille dans l’après-midi, les groupes Padre Pio participent à la procession solennelle qui mène les corps de Padre Pio et de Léopold Mandic à Saint-Pierre de Rome.

39 C’est par voie électronique qu’est réglée l’organisation du déplacement à Rome, opération dirigée par le responsable du groupe de prière de Saint-Nicolas-des-Champs.

40 Message du 13 janvier 2016.

41 http://www.la-boutique-spirituelle.com/ [consulté le 15 janvier 2016].

42 Vincent Lambert est un jeune homme plongé dans le coma à la suite d’un accident survenu en 2008. Depuis 2013, ses proches se déchirent sur son avenir : son épouse demande l’arrêt des soins ; ses parents son déplacement dans un centre où il sera maintenu en cet état végétatif. Chaque camp a multiplié les recours en justice pendant plusieurs années.

43 L’ouvrage est réédité en 2012 aux Edizioni Padre Pio da Pietrelcina/Postulazione Generale dei Cappuccini.

44 Cette réserve française est bien présentée par Pierre Moracchini dans une chronique de novembre 2013 (Moracchini 2013).

Table des illustrations

Titre Figure 1. Éphémère pour le père Léon Veuthey.
Crédits Source. Bibliothèque franciscaine des Capucins, Paris.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11924/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,2M
Titre Figure 2. Éphémère pour le père Gabriel Maria.
Crédits Source. Bibliothèque franciscaine des Capucins, Paris.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11924/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Titre Figure 3. Éphémère pour le père Lavaur.
Crédits Source. Bibliothèque franciscaine des Capucins, Paris.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11924/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Figure 4. Éphémère pour les martyrs de la guerre d’Espagne.
Crédits Source. Bibliothèque franciscaine des Capucins, Paris.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11924/img-4.JPG
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 5. Calendrier-règle pour Innoncenzo da Berzo.
Crédits Source. Bibliothèque franciscaine des Capucins, Paris.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11924/img-5.JPG
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 6. Calendrier des saints franciscains imprimé par le couvent corse en 2002.
Crédits Source. Bibliothèque franciscaine des Capucins, Paris.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11924/img-6.JPG
Fichier image/jpeg, 3,7M
Titre Figure 7. Éphémère du groupe de prière Saint Padre Pio de Paris.
Crédits Source. Bibliothèque franciscaine des Capucins, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11924/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 4,8M
Titre Figure 8. Éphémère représentant Padre Pio, l’image la plus connue du saint cachant ses stigmates.
Crédits Source. Bibliothèque franciscaine des Capucins, Paris.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11924/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Figure 9. Éphémère pour Padre Pio en anglais.
Crédits Source. Bibliothèque franciscaine des Capucins, Paris.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11924/img-9.JPG
Fichier image/jpeg, 2,5M

Auteur

Professeur des universités. Université Lyon 2/LARHRA/ISERL

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540