Version classiqueVersion mobile

Les éphémères et l’événement

 | 
Olivier Belin
, 
Florence Ferran

Actions : construire l'événement

Quand la sainteté sature l’espace public

Étude des éphémères relatifs aux canonisations de 1622 publiés dans les royaumes de France et d’Espagne

Axelle Guillausseau

Texte intégral

  • 1 Sur ce point, on pourra se reporter à l’article de Jean-Robert Armogathe (Armogathe 2003 : 15-31).

1Aux xvie et xviie siècles, la sainteté est au cœur de l’affrontement confessionnel. Suite aux mises en cause formulées par les protestants contre le culte des saints, nul serviteur de Dieu n’est élevé aux honneurs des autels entre 1523 et 1588, date à laquelle la canonisation de Diego de Alcala marque à la fois une reprise du processus de reconnaissance des élus et le début d’une importante réforme procédurale, qu’Urbain VIII mène à son terme au milieu du siècle suivant1. Dans ce contexte, la quintuple canonisation de 1622 constitue un événement exceptionnel, comme en témoigne le caractère grandiose de la cérémonie célébrée par Grégoire XV en la basilique Saint-Pierre de Rome le 12 mars 1622. Ce jour-là, sont simultanément inscrits au catalogue des saints le fondateur de la Compagnie de Jésus Ignace de Loyola et son célèbre disciple François Xavier, le fondateur de la Congrégation de l’Oratoire, Philippe Néri, la fondatrice du Carmel déchaussé, Thérèse d’Avila, et le saint patron de Madrid, Isidore le laboureur. De la sorte, Rome vise à la fois à réaffirmer l’importance de la sainteté, à promouvoir l’œuvre de réforme catholique et à proposer une plus grande diversité de modèles aux fidèles.

2Décidées par le pape au terme de procès minutieux, ces canonisations viennent couronner toute une série de demandes royales, de requêtes épiscopales, d’interventions d’ordres religieux… reflétant autant de luttes d’influences. Les saints sont en effet des éléments d’un patrimoine symbolique à partir duquel se construisent les identités collectives, comme en témoigne par exemple l’épître dédicatoire à Philippe II sur laquelle s’ouvre l’Historia Eclesiastica de todos los santos de España de Juan de Marieta :

  • 2 Marieta, Juan (de) (O. P.), Historia Eclesiastica de todos los santos de España, Cuenca, Pedro del (...)

« Todos los historiadores ansi antiguos como modernos, estrangeros y naturales, jamas acaban de alabar la fertilidad y abundancia que España siempre ha tenido de pan, y vino, azeyte, lanas, piedras, metales que con quedar abundante en si misma, ha proveydo y probee a muchas Provincias del mundo, como oy dia lo bemos. Todos estos son bienes que produce la tierra para sustento de la vida humana. De todos ellos hablaron los antiguos, olvidandose, de otro thesoro mas principal que es aver tenido abundancia de santos y santas, assi martyres como confessores, que puede España competir con qualquier Provincia de las del mundo, en numero, y grandeza de santos. […] Estos pues son los mejores thesoros y minas que España tiene, honra y padres de la patria, nacidos y criados en estos reynos de V. Mag.2. »

3De même que la possession des richesses de ce monde, les rôles joués dans la Jérusalem céleste constituent un enjeu de pouvoir, et le prestige de ces élévations aux honneurs des autels rejaillit, dans une perspective messianique, sur l’ensemble de la communauté des fidèles. Événement extra-ordinaire (au sens littéral du terme), la reconnaissance de la sainteté est dès lors largement célébrée également au-delà des murailles de Rome.

  • 3 Du fait, à la fois, de l’enjeu que représentent les élévations aux honneurs des autels, des luttes (...)

4Cette étude vise à ressaisir l’événement que constituent les canonisations d’Ignace de Loyola, de François Xavier et de Thérèse de Jésus à travers le prisme de la foisonnante littérature occasionnelle à laquelle elles ont donné lieu. Mon objectif sera d’essayer d’élucider les relations entre éphémères et événement en réfléchissant aux stratégies éditoriales qui ont présidé à ces publications, c’est-à-dire en plaçant au cœur de l’analyse les commanditaires, les visées poursuivies mais aussi le public (au-delà du seul lectorat) de ces documents. Il s’agira en même temps de s’interroger sur la spécificité de ce type de sources, en posant systématiquement la question de leur insertion dans la production hagiographique3.

Description du corpus

5Les travaux menés lors de ma thèse m’ont permis de recenser plusieurs centaines d’imprimés édités au cours de la seconde moitié du xvie siècle et de la première moitié du xviie siècle consacrés à ces trois figures de sainteté ; au sein de cette production, j’ai identifié une cinquantaine d’occasionnels relatifs à leur canonisation. Ceux-ci sont principalement conservés dans la collection Montenegro de la bibliothèque de l’Hospital Real de Grenade, dans le fonds des Varios Especiales de la Bibliothèque nationale d’Espagne, à la Bibliothèque nationale de France et dans le fonds jesuitica des Fontaines consultable à la bibliothèque du Centre Sèvres.

  • 4 Notons que des récits détaillés, comptant plusieurs centaines de feuillets, ont été réalisés en pa (...)

6Ces éphémères peuvent être répartis en trois catégories. Tout d’abord, en petit nombre, des reproductions de documents romains, telles la bulle de canonisation de Thérèse de Jésus ou les relations devant le consistoire consacrées à Ignace de Loyola et à François Xavier. Ces dernières furent éditées à de nombreuses reprises et dans des lieux divers (Rome, Paris, Madrid mais aussi Toulouse, Lyon, Reims et Lille), principalement en latin. Ces documents s’inscrivent dans un ensemble plus large, la publication exhaustive des actes de la canonisation étant en effet fréquente durant cette période de réaffirmation et de codification de la sainteté. Deuxième catégorie : une dizaine de sermons édités seuls, c’est-à-dire n’étant pas incorporés dans une compilation. Enfin, troisième catégorie : vingt-cinq récits de fêtes, publiés de façon anonyme dans l’immense majorité des cas. Il s’agit de descriptions tant de célébrations organisées à Rome que de festivités locales. Marquées du sceau de la brièveté, elles correspondent à une adaptation de la formule éditoriale très répandue des pliegos sueltos4.

7Les occasionnels de ce corpus ont pour point commun d’être extrêmement simples : ils témoignent d’une volonté d’exploiter au maximum la feuille et l’impression en est parfois de mauvaise qualité. En outre, ils ne sont que très rarement illustrés et, quand ils sont ornés d’une vignette, celle-ci n’a pas toujours de lien avec les saints évoqués. Il est dans ce cas possible de formuler l’hypothèse selon laquelle l’imprimeur a réutilisé une plaque de bois gravée en vue de l’impression d’un autre titre et conservée dans son fonds.

  • 5 Je renvoie sur ce point à Chartier (1996 : 133-154).
  • 6 Ainsi Francisco de Luque Fajardo décrit-il, dans le récit qu’il fait de la fête organisée à Sévill (...)

8De ces premiers constats s’impose la conclusion que ces imprimés visent et touchent un public très large. Ils sont en effet, comme l’a montré Roger Chartier (Chartier 1987 : 83-127), bon marché, sans doute tirés à de nombreux exemplaires et parfois rééditées. Au-delà, leur contenu est diffusé hors du cercle restreint de leurs acheteurs : ils sont en effet au cœur de pratiques de lecture collectives5 et la typographie autorise leur lecture partielle sur les étals des colporteurs. Enfin, nombre de sources qui permettent de reconstituer l’univers sonore du xviie siècle6 attestent du fait que les vendeurs ambulants stimulent la curiosité des chalands en en présentant oralement certains éléments.

9Articulés aux canonisations dont ils découlent, ces occasionnels jouent en réalité un rôle clé dans la diffusion du culte de ces nouveaux saints.

Célébrations et mises en texte au service d’une uniformisation des dévotions

10Le prologue que le scripteur de La Celebrité des devoirs honorables rendus dans la ville d’Avignon dés le 23. jusques au 31. de Juillet 1622. A l’immortelle memoire de S. Ignace de Loyola & S. François Xavier de la Compagnie de Jesus adresse « Au Lecteur » est un prisme efficace pour saisir ce qui se joue entre l’éphémère et l’événement :

  • 7 La Celebrité des devoirs honorables rendus dans la ville d’Avignon… 1622 : « Au Lecteur », 3-4.

« Ce que le temps a ja porté en arriere, vous sera remis devant les yeux sur ce papier, comme dans un miroir, mais un miroir concave, ou tout paroist petit. Vous y verrez neantmoins avec contentement d’esprit, ce qu’Avignon approuva ces jours passez, avec allegresse solennelle, lorsque les PP. de la Compagnie de Jesus glorifierent publiquement Dieu en ses Saincts ; honorerent le Sainct Pere & son bienfaict ; remercierent le petit nepveu du grand S. Louys, & ses faveurs. Car puis que Dieu, par sa bonté, a logé dans les Cieux Sainct Ignace Fondateur de la Compagnie de Jesus, & S. François Xavier Apostre des Indes : Puis que le Roy Tres-Chrestien par sa pieté a desiré, prié, pressé sa Saincteté de declarer solennellement la Beatitude de ces deux saincts Patriarches, lesquels il a choisi pour Protecteurs de son Royaume ; Puis que le sainct Pere, par son authorité, a obligé toute la Chrestienté de croire qu’ils possedent le bonheur de l’eternelle felicité : les PP. ont jugé, pour n’estre ingrats, qu’ils devoyent rendre quelque tesmoignage de leur reconnaissance à Dieu, au Pape, au Roy, notamment que cela leur a esté recommandé par leur General le R.P. Mutius Vitellesque7. »

11Ce paratexte éclaire les enjeux que constituent les canonisations pour les communautés de fidèles à leurs différentes échelles, c’est-à-dire celle d’une nation, d’une ville ou encore d’un ordre religieux.

  • 8 La même analyse pourrait être menée en raisonnant à partir de la canonisation de Thérèse de Jésus (...)
  • 9 « une magnifique vitrine de la culture religieuse persuasive et régulatrice de la Compagnie de Jés (...)

12Comme le rappelle Michel Cassan dans sa contribution à l’ouvrage collectif Les Cérémonies extraordinaires du catholicisme baroque (Cassan 2009 : 459-476), trois jours avant le début des festivités romaines (qui furent ensuite mises en texte et largement diffusées comme en témoignent quatre titres de notre corpus), le général de la Compagnie demanda aux pères provinciaux de veiller à ce que la double canonisation fût célébrée dans chaque ville pourvue d’une institution jésuite. Fixer ces événements dans les mémoires, d’abord par le biais de fêtes grandioses (huit jours dans le cas des canonisations, trois dans celui des béatifications) puis en créant un écho de ces célébrations, en quelque sorte à l’infini, par le biais d’éphémères, apparaît comme primordial pour l’ordre8. Selon José Luis Betrán Moya, un tel dispositif est « un magnífico aparador de la cultura religiosa persuasiva y disciplinadora de la Compañía de Jesús y su proyección mediática sobre aquella sociedad9 ».

13Au-delà, ces canonisations et les éphémères de notre corpus permettent d’éclairer l’instrumentalisation politique de la sainteté. Ainsi le rôle du roi Très Chrétien dans le procès de canonisation est-il mis en exergue par le scripteur avignonnais, tandis que Miguel de Léon rappelle la participation du roi Catholique à la fête organisée à Madrid en 1622 :

  • 10 « Leurs Majestés, que Dieu les garde et leur réserve des années de bonheur, assistèrent aux office (...)

« Sus Magestades, que Dios guarde dichosos años assistieron a los oficios, gozosos de ver sus vassallos tambien logrados en el cielo, y los vivos tan encendidos en el servicio de Dios, y de sus santos10. »

14Figure centrale d’une célébration dont il supervise la mise en œuvre, le roi vise ici à unir ses sujets dans cette action de grâce, donnant des directives pour que, loin d’être limitée à une province ou à une ville, celle-ci soit célébrée à travers l’ensemble des territoires sur lesquels s’exerce son pouvoir.

15Enfin, ces élévations aux honneurs des autels, comme la littérature occasionnelle qui en découle, ont pour fonction de réaffirmer le centralisme sacral romain et de limiter l’expression des particularismes votifs. De fait, la publication des relations devant le consistoire mais aussi les fêtes puis leurs mises en texte participent à la fois d’une épuration et d’une homogénéisation des dévotions. Les réjouissances organisées à Tulle en 1622 en l’honneur du fondateur de la Compagnie de Jésus et de l’évangélisateur des Indes coïncident par exemple avec le « jour consacré en ce pays à son grand Apostre Sainct Martial » (Cavalier 1622 : 31). De même, le récit détaillé des célébrations organisées en l’honneur de la canonisation de Thérèse de Jésus par le collège Saint-Albert de Séville éclaire la façon dont le culte des nouveaux saints transforme le calendrier :

  • 11 « Le jour principal de la fête fut le samedi 6 août de cette année 1622. Et bien qu’on célébrât, l (...)

« Fue el dia principal de la fiesta Sabado seis de Agosto deste presente año de 1622. Y aunque el dia siguiente se hizo fiesta al glorioso Padre san Alberto, y Lunes a la purissima Concepcion de nuestra Señora, y Martes, y Miercoles al santissimo Sacramento; pero siempre ha estado la Iglesia, claustro y porteria, adereçados en honra de la gloriosa santa, y predicadose principalmente de su vida, y meritos. Y todos cincos dias por la tarde se hizo procession por los claustros, llevando el primero en sus andas a la gloriosa santa Teresa solamente; pero el segundo en diferentes andas se llevò al glorioso Padre san Alberto detras de la santa; y el tercero, una imagen de la Concepcion de nuestra Señora; y los dos ultimos, el santissimo Sacramento. Y assi todos los dias, aunque dedicados a particulares fiestas, se hazia memoria de la santa, en Missa, procession, y pulpito. Todos los dias assistieron a la Missa, Visperas, y procession, los ministriles, y musica de la Iglesia mayor desta Ciudad, cantando varias chançonetas en honra de la santa, y de su Religion del Carmen, y de las particulares fiestas que se celebraron11. »

  • 12 La Celebrité des devoirs honorables rendus dans la ville d’Avignon… 1622 : 37-38.

16Les fêtes dédiées aux saints nouvellement reconnus pour tels sont ainsi constituées en événements de façon à faire communier les fidèles dans une même foi en substituant un calendrier unique à une floraison d’usages particuliers. De là, aussi, la tendance récurrente à souligner l’efficacité des dévotions conformes à l’enseignement tridentin en évoquant des miracles advenus à des fidèles qui ont pieusement participé à ces célébrations. Il s’agit ici, comme le rappelle le narrateur des fêtes organisées à Avignon, de diffuser l’idée que « [t]elles sont les influences des astres sainctement immortels sur les mortels quand on les invoque avec une saincte confiance »12.

17L’organisation de cérémonies partout identiques en l’honneur de ces nouveaux saints est en somme conjuguée à l’utilisation de l’imprimé pour imposer dans toute la chrétienté une dévotion marquée du sceau de l’orthodoxie. Est ainsi mis en place un système complexe de diffusion de la croyance qui participe des sphères de l’écrit et de l’oral et fonctionne sur le mode de la répétition.

Un effet de saturation créé par une dynamique circulaire

18Pour Cristina Osswald,

  • 13 Sur ce point, on pourra aussi se reporter à Serrano Martín (2010 : 297-343).

« […] los jesuitas portugueses consiguieron trasformar las ciudades y los pueblos donde celebraron la doble canonización en verdaderos theatri jesuitii. Para ello recurrieron a todos los recursos artísticos a su disposición a fin de crear un espectáculo lo más grandioso posible (poesía, teatro, danza, música y artes visuales) » (Osswald 2013 : 54)13.

19Si ce constat peut être largement généralisé, il est intéressant de retenir pour notre propos que bien des éléments relevant de la performance deviennent ensuite objets d’imprimés. Ainsi en est-il des sermons, des prières récitées à l’occasion des processions ou encore des représentations théâtrales… Le déroulement des festivités organisées à Rouen en l’honneur des saints jésuites en témoigne :

  • 14 Recit de ce qui s’est passé a Rouen… 1622 : 16.

« Les Philosophes Logiciens ces deux jours là (le mardi et le mercredi), defendirent leurs Theses avec beaucoup de celebrité. Les Theses estoient dediées aux Saincts Ignace & François representez en icelles par une Image de taille douce.
Le Jeudy se fit une action composée par le Regent de la Premiere en vers Tragiques, commune aux deux Saincts, & le Vendredy s’en fit une autre propre à l’un d’eux, qui est S. Ignace, composée par le Regent de la Seconde en vers Comiques.
Toute la celebrité fut close le Dimanche apres midy par un acte des disputes de toute la Philosophie […]14 »

  • 15 « La ville se transforme, d’une certaine façon […] en une grande page écrite » (Andrés Renales 199 (...)
  • 16 « Indulgences et grâces accordées par notre très saint père Grégoire XV aux couronnes, rosaires, s (...)

20Dans le même temps, lors d’une canonisation, de l’annonce de la décision pontificale aux festivités qui l’accompagnent, « la ciudad se convierte en cierto modo […] en una extensa página de escritura », comme l’écrit Gabriel Andrés Renales15. Ceci transparaît tout d’abord à travers les placards qui diffusent les décisions romaines, à l’image de celui qu’Andres Cavallino édite à Naples en 1622, lequel recense les Indulgencias y gracias concedidas por nuestro muy santo Padre Gregorio XV. a las Coronas, Rosarios, Imagenes, Cruzes, y Medallas, benditas á instancia de los Procuradores de la Canonizacion de los Santos, Ysidro, Ignacio, Francisco Xavier, Theresa, y Phelipe Neri, hecha à los 12. de Março de 162216. Parallèlement, des affiches annoncent les fêtes, les processions ou encore les concours de poésie. Miguel de León rappelle par exemple dans sa relation des festivités madrilènes que :

  • 17 « Les Pères de la Compagnie commencèrent [ces fêtes] par ce qui leur importait le plus : en vue d’ (...)

« Empeçaronlas los Padres de la Compañia, como mas interessados: dieron materia, y señalaron premios a los mejores Poetas del Reyno en un certamen, que dividieron en doze partes y signos: fixaronle impresso en raso blanco bordado, encima de ricos tapizes en Palacio, y Plaça mayor con luzido acompañamiento de sus estudiantes, hijos de Cavalleros, y personas principales en cavallos y mulas […]17. »

21De même, d’innombrables supports iconographiques et textuels, durables ou éphémères, portent des légendes orthodoxes et résument, en des formules sans cesse martelées, les « légendes hagiographiques » des serviteurs de Dieu alors reconnus pour saints. Le scripteur madrilène décrit ainsi dans la suite de son texte les constructions éphémères érigées sur la Plaza Mayor :

  • 18 « Sur la droite il y avait deux pans de mur brisés, en triangle, chacun d’eux étant surmonté d’une (...)

« A mano derecha avia dos pedaços de muro quebrados, en triangulo, cada uno alcançava una torre, con este distico en el primero.
Surgite victrices turritis mœnibus aræ,
Victor ut Ignatii crescat ovantis honor.
En el segundo
Cedite divinis humana trophæa triumphis,
Mars mihi si Virgo Pallas Jesus erit.
[…] Dessotra parte estava san Francisco Xavier con essotro.
Super me jacet impietas vesana Deorum
18. »

22Acronymes, mots ou aphorismes apparaissent sur des emblèmes, des oriflammes, des décorations, des autels… et ce constat permet de considérer d’une autre façon les éphémères : s’ils jouent dans une certaine mesure une fonction d’explication (par exemple dans le cas des hiéroglyphes qui sont parfois hermétiques), ils inscrivent surtout la mise en scène et la mise en texte de la sainteté dans une dynamique circulaire et créent de la sorte un effet de saturation au service de l’imposition du message tridentin.

***

23L’événement extraordinaire des canonisations de 1622 puis la floraison d’éphémères à laquelle il donne lieu constituent un prisme efficace pour ressaisir l’œuvre de réforme catholique. Par la pérennisation des performances et la reproduction des écrits qui sont au centre des fêtes, les occasionnels diffusent ces nouveaux cultes et donnent à voir une dévotion unanime et uniforme. Dans un contexte d’affrontement confessionnel, ces imprimés épars et de faible coût jouent ainsi un rôle fondamental : au-delà des stratégies des ordres religieux, ils construisent l’image d’une Église unie dans une même foi.

Bibliographie

Andrés Renales, Gabriel, 1991. « Una aproximación a los libros de fiestas barrocos », Studi Ispanici, 3 : 59-73.

Armogathe, Jean-Robert, 2003. « La fabrique des saints », Mélanges de la Casa de Velázquez, 33-2 : 15-31.

Betrán Moya, José Luis, 2012. « Celebraciones festivas en Cataluña por las canonizaciones de los jesuitas Ignacio de Loyola y Francisco Javier en 1622 », Historia Social, 74 : 125-144.

Cassan, Michel, 2009. « Les fêtes de la canonisation d’Ignace de Loyola et de François-Xavier dans la province d’Aquitaine en 1622 », in Bernard Dompnier (dir.), Les Cérémonies extraordinaires du catholicisme baroque, colloque international du Puy-en-Velay, octobre 2005. Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal : 459-476.

Cavalier, P., 1622. Les devotions & allegresses spirituelles faictes à Tulle, Dans le College de la Compagnie de Jesus. En la Celebrité de la Canonization des bien-heureux Peres, Sainct Ignace, & François Xavier ; recueillies et envoyees a Monsieur des Plas, Par … Precepteur de Monsieur le Baron son fils. Tulle, F. Aluitre, in-8°, 48 p.

Chartier, Roger, 1987. « La pendue miraculeusement sauvée. Étude d’un occasionnel », in Roger Chartier (dir.), Les Usages de l’imprimé xve-xixe siècles. Paris, Fayard : 83-127.

, 1996. « Communautés de lecteurs », in Roger Chartier, Culture écrite et société. L’ordre des livres (xive-xviiie siècle). Paris, Albin Michel : 133-154.

Fiestas que hizo el Religiosissimo Colegio de S. Alberto de Sevilla, del Orden de nuestra Señora del Carmen de la Observancia, por la Canonizacion de santa Teressa de Jesus, Monja del dicho Orden, y Fundadora de sus Descalços, y Descalças, en seis de Agosto de 1622. Años, s.l.n.d. [Séville ?, 1622 ?]. s.n., in-fol., 8 ff., 2 col.

La Celebrité des devoirs honorables rendus dans la ville d’Avignon dés le 23. jusques au 31. de Juillet 1622. A l’immortelle memoire de S. Ignace de Loyola & S. François Xavier de la Compagnie de Jesus, 1622. Avignon, Jacques Bramereau, in-4°, 84 p.

León, Miguel (de), s. d. Fiestas de Madrid, celebradas a xix de Junio de 1622. años, en la canonizacion de san Isidro, S. Ignacio, S. Francisco Xavier. S. Felipe Neri Clerigo Presbitero Florentino, y santa Teresa de Jesus. s.l.n.d., s.i., in-fol., 2 fol.

Luque Fajardo, Francisco (de), 1610. Relacion de la fiesta que se hizo en Sevilla a la beatificacion del Glorioso San Ignacio Fundador de la Compañia de Jesus. A Don Sancho Davila y Toledo, Obispo de Jaen del Consejo de su Magestad. &c. El Licenciado…, de la Congregacion de Clerigos de Sevilla. Séville, Luis Estupiñán, in-4°, [4] + 26 + 124 + 24 ff.

Manero Sorolla, María Pilar, 1999. « Las relaciones de las “Solemnes fiestas que en toda España se hicieron en la beatificación de la N.B.M. Teresa de Jesús” de Diego de San José », in Sagrario López Poza et Nieves Pena Sueiro (dir.), La Fiesta. Actas del II Seminario de Relaciones de Sucesos (A Coruña, 13-15 de julio de 1998). Ferrol, Sociedad de cultura Valle-Inclán : 223-234.

Osswald, Cristina, 2013. « Aspectos de autoridad y poder en las ceremonias de canonización de Ignacio de Loyola y Francisco Javier en Portugal », Hipogrifo, 1.1 : 43-55.

Recit de ce qui s’est passé a Rouen pour la solennité de la Canonization des SS. Ignace de Loyole & François Xavier, 1622. Rouen, Imprimerie de Robert de Rouves, in-4°, [2] + 17p + 1 bl.

Serrano Martín, Eliseo, 2010. « Annus mirabilis. Fiestas en el mundo por la canonización de los jesuitas Ignacio y Francisco Javier en 1622 », in José Luis Bertrán Moya (dir.), La Compañía de Jesús y su proyección en el mundo hispánico durante la Edad Moderna. Madrid, Sílex : 297-343.

Vega Carpio, Lope Félix (de), 1622. Relación de las Fiestas que la insigne Villa de Madrid hizo en la Canoniçacion de su Bienaventurado Hijo y Patron San Isidro, con las Comedias que se representaron y los Versos que en la Justa Poetica se escrivieron. Dirigida A la misma Insigne Villa. Por.... Madrid, veuve d’Alonso Martín, in-8°, [28] + 156 ff.

Notes

1 Sur ce point, on pourra se reporter à l’article de Jean-Robert Armogathe (Armogathe 2003 : 15-31).

2 Marieta, Juan (de) (O. P.), Historia Eclesiastica de todos los santos de España, Cuenca, Pedro del Valle, 1596. In-fol., 5 livres en un volume, [10] + 160 + [8] + 213 + [9] + 117 + [5] + 53 + [3] ff., 2 col., « Al Rey Don Philipe Nuestro, Señor. Fray Juan de Marieta de la Orden de santo Domingo. », f. [4r°]. Ici, comme par la suite, je traduis : « Tous les historiens, les anciens comme les modernes, les étrangers comme les Espagnols, n’ont cessé de louer la fertilité de l’Espagne et l’abondance de pain, de vin, d’huile, de laines, de pierres et de métaux qu’elle a toujours connue, au point de profiter largement elle-même de cette opulence et, au-delà, de fournir et d’approvisionner de nombreuses provinces du monde comme nous le voyons aujourd’hui. Tous ces biens sont produits par la terre pour subvenir aux besoins de la vie humaine. Les anciens ont parlé de toutes ces richesses, oubliant une autre abondance plus importante : la multitude des saints et des saintes, mais aussi des martyrs et des confesseurs. Du fait de leur nombre et de leurs mérites, l’Espagne peut rivaliser avec n’importe quelle province du monde. […] Ceux-ci sont donc les meilleurs trésors et filons que l’Espagne possède, nés et élevés dans les royaumes de Votre Majesté, ils sont l’honneur et l’origine de la patrie. »

3 Du fait, à la fois, de l’enjeu que représentent les élévations aux honneurs des autels, des luttes de préséance qu’elles occasionnent, mais aussi de l’implantation transnationale et du fonctionnement réticulaire des ordres religieux (au premier rang desquels la Compagnie de Jésus), il m’a semblé fondamental de ne pas inscrire cette étude dans un cadre strictement national, mais d’adopter une perspective plus large, d’où mon choix d’englober les royaumes de France et d’Espagne.

4 Notons que des récits détaillés, comptant plusieurs centaines de feuillets, ont été réalisés en parallèle, à l’image de celui que fit Lope de Vega des fêtes organisées à Madrid en 1622 (Vega Carpio 1622).

5 Je renvoie sur ce point à Chartier (1996 : 133-154).

6 Ainsi Francisco de Luque Fajardo décrit-il, dans le récit qu’il fait de la fête organisée à Séville à l’occasion de la béatification d’Ignace de Loyola (Luque Fajardo 1610), « la buena consonancia, que hazian las continuas bozes de ciegos, y otros hombres, que suelen vender coplas, y papeles de devocion, los quales, entre los mas apretados concursos del patio, Yglesia, y porteria, apellidavan, quien compra la Beatificacion, y milagros, de San Ignacio de Loyola, en verso : y lo mesmo de sus devotas imagines, que para el afecto trayan estampadas, de que no uvo pequeño despacho » (« la bonne consonance des voix des aveugles et des autres hommes qui avaient l’habitude de vendre des poésies et des feuilles volantes consacrées à la dévotion, lesquels, dans la grande presse de la cour, de l’église et du porche, criaient “achetez la Béatification et les miracles de saint Ignace en vers” et vendaient pareillement leurs images pieuses, qu’ils avaient fait imprimer pour cette occasion et pour lesquelles il y eut une très grande demande »).

7 La Celebrité des devoirs honorables rendus dans la ville d’Avignon… 1622 : « Au Lecteur », 3-4.

8 La même analyse pourrait être menée en raisonnant à partir de la canonisation de Thérèse de Jésus et du Carmel déchaussé. Pour l’analyse des fêtes organisées à l’occasion de la béatification de Thérèse de Jésus en 1614, on pourra se reporter à l’étude de Manero Sorolla (1999 : 223-234).

9 « une magnifique vitrine de la culture religieuse persuasive et régulatrice de la Compagnie de Jésus et de sa projection médiatique sur cette société » (Betrán Moya 2012 : 125-144, 143).

10 « Leurs Majestés, que Dieu les garde et leur réserve des années de bonheur, assistèrent aux offices, enchantés de voir que leurs vassaux eux aussi avaient gagné le ciel, et que les vivants étaient si empressés au service de Dieu, et de ses saints. » (León s. d.)

11 « Le jour principal de la fête fut le samedi 6 août de cette année 1622. Et bien qu’on célébrât, le jour suivant, la fête du glorieux père saint Albert, le lundi l’Immaculée Conception de Notre-Dame, et le mardi et le mercredi le saint sacrement, l’église, le cloître et le portail demeurèrent ornés en l’honneur de la glorieuse sainte, et on prêcha principalement sur sa vie et ses mérites. Et ces cinq jours, l’après-midi, des processions eurent lieu dans les cloîtres, le premier jour, les cortèges portèrent la seule image de la glorieuse Thérèse, mais le second, sur différents cortèges, figura le glorieux père saint Albert derrière la sainte et, de même, le troisième jour avec une image de l’Immaculée Conception, et les deux derniers avec le saint sacrement. Et ainsi, tous les jours, bien qu’ils fussent consacrés à des fêtes particulières, on commémora le souvenir de la sainte, lors des messes, des processions et du haut de la chaire. Tous les jours, l’harmonie et les musiciens de la principale église de cette ville assistèrent à la messe, aux vêpres et aux processions, chantant divers cantiques en l’honneur de la sainte et de sa religion du Carmel et des fêtes particulières célébrées. » (Fiestas que hizo el Religiosissimo Colegio de S. Alberto de Sevilla [1622 ?])

12 La Celebrité des devoirs honorables rendus dans la ville d’Avignon… 1622 : 37-38.

13 Sur ce point, on pourra aussi se reporter à Serrano Martín (2010 : 297-343).

« […] les jésuites portugais parvinrent à transformer les villes et les villages où fut célébrée la double canonisation en de véritables theatri jesuitii. Pour cela, ils eurent recours à tous les supports artistiques disponibles afin de créer le spectacle le plus grandiose possible (poésie, théâtre, danse, musique et arts visuels). »

14 Recit de ce qui s’est passé a Rouen… 1622 : 16.

15 « La ville se transforme, d’une certaine façon […] en une grande page écrite » (Andrés Renales 1991 : 72).

16 « Indulgences et grâces accordées par notre très saint père Grégoire XV aux couronnes, rosaires, statues, croix et médailles, bénites à la demande des procureurs en charge de la canonisation des saints Isidore, Ignace, François Xavier, Thérèse et Philippe Néri, advenue le 12 mars 1622. »

17 « Les Pères de la Compagnie commencèrent [ces fêtes] par ce qui leur importait le plus : en vue d’un concours divisé en douze parties et signes, ils indiquèrent des thèmes et annoncèrent les prix que recevraient les meilleurs poètes du royaume ; ils fixèrent cela par écrit sur un étendard de satin blanc brodé, qu’ils affichèrent au palais au-dessus de riches tapisseries, et sur la Plaza Mayor avec un élégant cortège constitué de leurs étudiants, de fils de chevaliers et de personnes illustres allant à cheval ou à dos de mulet… » (León s. d. : f. 1ro).

18 « Sur la droite il y avait deux pans de mur brisés, en triangle, chacun d’eux étant surmonté d’une tour portant pour la première ce distique :
Dressez-vous, vous les autels qui avez vaincu au moyen de remparts munis de tours
afin que l’honneur vainqueur d’Ignace en prière s’amplifie.
Et pour la seconde :
Abandonnez les trophées humains au profit de divins triomphes
puisque Mars, la vierge Pallas sont pour moi Jésus.
[…] De l’autre côté apparaissait saint François Xavier avec cette autre formule :
L’impiété étend au-dessus de moi les folies des dieux. » (ibid. : f. 1vo).

Auteur

Professeur de chaire supérieure, lycée Michelet, Vanves. Centre Roland Mousnier, Paris – Sorbonne

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search