Version classiqueVersion mobile

Les éphémères et l’événement

 | 
Olivier Belin
, 
Florence Ferran

Dimensions : entre événements privés et collectifs

Les éphémères autour de l’Exposition universelle de Barcelone de 1888

Isaura Solé Boladeras

Texte intégral

  • 1 Cet article est le fruit du projet final de master réalisé en 2014 par l’auteure. Voir Solé Bolade (...)

1Le xixe siècle1 a été marqué par le développement de la révolution industrielle, qui a entraîné une série de changements économiques, sociaux et technologiques de grande importance dans le monde occidental. À partir de toutes ces avancées techniques, les systèmes de production industrielle ont changé et, avec eux, les systèmes de commercialisation et de distribution des produits. Ceux-ci se sont répercutés sur la société, en créant de nouvelles règles de comportement et de consommation. Fruits du développement de l’industrie, du commerce et de la publicité, et de tous les événements et activités sociales, une grande quantité de documents imprimés éphémères ont été produits, et sont arrivés jusqu’à nos jours comme témoignages précieux du moment et du contexte qui les ont créés.

2Tous ces changements et innovations techniques ont favorisé le développement d’une mentalité basée sur le progrès, l’un des traits les plus caractéristiques du xixe siècle. Jour après jour, on s’émerveillait de tout ce que l’industrie créait et produisait, ce qui a favorisé l’apparition d’une forme d’obsession de la nouveauté et d’un désir de nouvelles acquisitions au sein de la société de consommation (Vélez Vicente 1984 : 207). Ce désir a favorisé l’organisation de grands concours internationaux destinés à réunir dans une seule ville toutes les nouveautés de l’industrie et des arts. C’est ainsi que sont nées les Expositions universelles.

3Les Expositions universelles développées pendant la seconde moitié du xixe siècle et une partie du xxe siècle sont devenues les événements les plus prestigieux célébrés dans le monde occidental. Les premières expositions étaient une exaltation du progrès et de la technique, dans lesquelles les pays participants montraient au monde leurs avancées scientifiques, technologiques, industrielles et culturelles. Les concours étaient basés sur trois axes fondamentaux : le commerce, pour les transactions économiques qui avaient cours ; la culture, pour valoriser la vulgarisation et l’éducation ; et le politique, car chaque ville avait la chance de montrer au monde son potentiel, son activité économique, sa capacité d’organisation et son niveau de bien-être.

4Cependant, les expositions avaient aussi une fonction didactique. La bourgeoisie voulait donner une vision optimiste de l’industrialisation et du progrès acceptée par la classe ouvrière et le public en général. À cet effet étaient programmés des expositions, des présentations et des inventions, mais aussi des événements culturels comme des conférences et des congrès. Au fil du temps, les distractions ont commencé à être intégrées à ces événements et, pendant toute l’exposition, on organisait des spectacles, des concerts et des attractions qui servaient à attirer non seulement des producteurs, industriels et commerçants, mais aussi toute la population.

5Si on peut trouver des antécédents de ce type d’expositions en France et en Angleterre au début du xixe siècle, la première exposition à caractère international, la Great Exhibition of London, fut organisée en 1851 par le prince Albert d’Angleterre, suivant l’exemple de la Gewerbe-Ausstellung de Berlin de 1844. Cette exposition fut suivie de beaucoup d’autres au cours du xixe siècle : Paris (1855), Londres (1862), Paris (1867), Vienne (1873), Philadelphie (1876), Paris (1878), Sydney (1879), Melbourne (1881), Liverpool (1886), Barcelone (1888), Paris (1889), Chicago (1893) et Paris (1900), parmi d’autres. Ces premières expositions étaient conçues comme des événements totalement éphémères, où rien n’était destiné à durer au-delà du concours. Les palais et les pavillons qui étaient construits à cette occasion étaient démontés une fois l’exposition finie, comme l’ont été par exemple le Crystal Palace de Londres ou l’Hôtel International de Barcelone. De plus, pendant le concours, on construisait d’autres architectures encore plus éphémères, créées pour un événement concret, comme des petits décors ou des arcs de triomphe pour recevoir des autorités. Avec le temps, les Expositions universelles ont commencé à transformer les villes de manière permanente en affectant l’urbanisme, l’architecture et les arts, tout en gardant leur caractère éphémère. C’est pourquoi, à plusieurs occasions et malgré la conservation de bâtiments ou de monuments, seuls d’autres éléments, comme les imprimés éphémères produits à ces occasions, nous permettent de nous faire une idée de l’organisation de ces événements. Ces documents ont fait partie de la création et du développement des expositions et constituent un témoignage essentiel pour leur compréhension.

6Dans ce contexte d’industrialisation, de nouveauté et de progrès, l’Exposition universelle de Barcelone de 1888 a été la première de ce genre pour l’État espagnol.

7Le contexte qui l’a rendue possible a été la progressive industrialisation de la Catalogne pendant le xixe siècle. Cette industrialisation était d’abord basée sur le textile, puis elle se diversifia avec d’autres activités industrielles grâce à la généralisation de l’énergie électrique, tandis que le reste de l’État restait encore dans une économie majoritairement agraire. La Catalogne passa pour « la fabrique de l’Espagne » durant une grande partie de ce siècle, et Barcelone finit par s’ériger comme une ville moderne avec une société pleinement industrialisée. Cette étape d’expansion économique, connue sous le nom de « febre d’or », dura jusqu’à la grande crise agraire de 1882-1883, provoquée par l’arrivée des céréales en provenance d’outre-mer, qui toucha le pays tout entier et jusqu’à l'Europe. La chute de la demande nationale de céréales, pilier de l’économie, entraîna alors la faillite du secteur agricole puis de ceux qui lui étaient liés.

8Néanmoins, pendant le dernier tiers du xixe siècle, l’accélération du processus d’urbanisation de Barcelone rendit possible la croissance non seulement de l’industrie de la construction et des autres secteurs connexes, mais aussi des services publics et du transport. La ville comtale se transforma en une nouvelle sorte de ville bourgeoise, qui se renforce en tant que centre politique et administratif de la Catalogne, et s’affirme comme une des villes à la pointe du progrès de l’industrie et du commerce espagnols. C’est dans ce contexte que l’on doit comprendre l’organisation d’une Exposition universelle.

  • 2 Pour de plus amples renseignements, voir Grau et López (1988) ; Granados Montserrat (1969) ; Molet (...)

9L’Exposition universelle de Barcelone de 1888 occasionna la première ouverture de la ville – et de l’État espagnol – au monde industriel contemporain. Barcelone organisa ce concours afin de s’identifier au reste des villes industrielles, en se présentant pour la première fois de son histoire comme une cité européenne moderne, industrialisée et progressiste2.

10L’initiative en revient à Eugenio Rufino Serrano de Casanova (1841-1920), un homme d’affaires, aventurier et ex-militaire carliste d’origine galicienne qui résidait à Barcelone et avait représenté le gouvernement espagnol dans des concours antérieurs de niveau international (Prados Tizón et Rodon Lluís 2010). Depuis les années 1820, des expositions étaient organisées à Barcelone de manière plus ou moins régulière, dans le but de montrer la production industrielle catalane et le développement économique du pays (Ojuel Solsona 2013 ; Vélez Vicente 2010). De cette manière, l’initiative privée de Serrano de Casanova s’appuyait sur une tradition d’exposition aux niveaux régional et national.

11En mars 1885, Serrano de Casanova offre à la ville de Barcelone une convention dans laquelle il s’engage à organiser, sans subventions, une Exposition internationale d’une durée de six mois en échange de la cession gratuite d’un terrain de 200 000 m2 pour deux ans et demi, avec d’autres droits. D’après ce plan, le concours aurait eu lieu entre le 17 septembre 1887 et le 1er avril 1886. En 1886 est créé le conseil responsable de l’organisation de l’Exposition ; les travaux commencent, mais il est impossible de les continuer faute de ressources économiques et à cause de la difficulté de mener à bien un projet d’une telle envergure pour un particulier. À ce moment-là, la municipalité de la ville comtale, avec le maire Frances de Paula Rius i Taulet (1833-1889), se charge de l’organisation du concours, avec le soutien de l’État et l’aide de Carles Pirozzini Martí (1852-1938), nouveau secrétaire général de l’Exposition. Rius i Taulet était conscient non seulement de l’échec économique que pourrait causer l’abandon du projet, mais aussi du ridicule international que cela impliquerait. Il a ainsi transformé l’Exposition en un projet de ville, un projet presque personnel dans lequel l’image de Barcelone, de la Catalogne et, en conséquence, de l’Espagne, était en jeu.

12L’exposition a provoqué une transformation urbanistique de la ville de Barcelone, plus précisément de la zone de la Ciutadella, où l’enceinte du concours a été placée. En guise de punition après la guerre de Succession espagnole (1701-1713), la Ciutadella avait été soustraite à la population barcelonaise par Philippe V qui souhaitait y construire une forteresse militaire. En 1869, l’État autorise sa démolition et l’espace, symbole de la soumission de la ville à la monarchie bourbonienne, revient à la population civile, transformé en point de rencontre entre les valeurs de progrès et la modernité de la nouvelle société bourgeoise.

13Beaucoup de bâtiments et monuments ont été construits – certains conçus comme des constructions éphémères – pour héberger le grand concours : le Palais de l’Industrie, le Palais des Beaux-Arts, l’Arc de Triomphe, etc., tous créés par des architectes reconnus de l’époque comme Lluís Domènech i Montaner (1850-1923), Josep Vilaseca i Casanovas (1848-1910) ou Josep Fontserè i Mestre (1829-1897), sous les ordres d’Elias Rogent i Amat (1821-1897).

14Finalement, l’exposition ouvre ses portes au public le 8 avril 1888 ; l’inauguration officielle, en présence de la régente Marie-Christine et du roi Alphonse XIII, a lieu le 20 mai. On peut compter la présence de 12 866 exposants de 27 nations différentes, et d’un million et demi de visiteurs avant sa fermeture le 9 décembre 1888 (Satorres Villagrasa 1973 : 59).

15Même si l’exposition a été un échec sur le plan économique, elle a signifié la première ouverture moderne de la ville au reste du monde, tout en permettant son insertion dans le circuit des expositions à caractère international. Comparer l’Exposition de Barcelone aux Expositions universelles antérieures comme celles de Londres ou Paris pourrait être disproportionné, mais elle peut être assimilée à d’autres expositions internationales « mineures » comme celles de Francfort (1881), Bordeaux (1882), Amsterdam (1883) ou Anvers (1885). Même sans présentation d’innovations technologiques significatives, à cause du manque de préparation du concours et de la proximité de l’Exposition universelle de Paris en 1889 (Grau et López 1988 : 354), l’esprit d’« universalité » a marqué sa conception et a été plus important que son contenu, donnant une place internationale à Barcelone et la transformant en une ville attirante pour le tourisme, avec une première « marque Barcelone ».

16L’organisation d’un concours de ce genre a aussi engendré la création d’un appareil graphique et documentaire de grande envergure dans lequel on peut trouver une grande variété typologique de ce que l’on appelle les ephemera.

17Les nombreux obstacles et les complications dont a souffert l’exposition ont entraîné une perte d’intérêt de la part de la population de Barcelone, l’apparition de doutes et de moqueries, et en définitive un manque de confiance dans la mairie de la ville. Dans ce contexte, les imprimés éphémères ont joué un rôle crucial pour la création de l’événement d’un point de vue local et international. D’une part, ces imprimés fonctionnaient comme une publicité pour la population locale, afin de la faire participer à l’exposition ; d’autre part, ils avaient comme finalité de diffuser l’événement au niveau international.

18L’exposition a donc occasionné la production d’une quantité immense d’ephemera, allant de la conception d’affiches, de menus et d’invitations à celle de formulaires, d’abonnements et de circulaires, entre autres. La grande variété typologique de ces imprimés rend leur classement difficile. Même si l’Exposition universelle de Barcelone a été conçue avec la volonté d’être publique et collective, elle a aussi été marquée par plusieurs activités privées dont on trouve trace dans les imprimés éphémères qui ont été préservés. Il est nécessaire de réfléchir sur ces deux dimensions : la volonté première avec laquelle ont été conçus ces documents, mais aussi leur réception par la population. Ces deux points de vue – la finalité avec laquelle ils ont été créés et le public auquel ils étaient destinés – ont conditionné leur format, leur matérialité et leur design.

  • 3 On peut consulter toutes les images mentionnées dans cet article et beaucoup d’autres sur Solé Bol (...)

19À partir de ces prémisses, nous allons analyser un petit échantillon d’imprimés éphémères appartenant à différentes typologies – affiches, invitations, menus, programmes, poésies, abonnements et billets – ainsi qu’à différents événements du concours, publics ou privés, en commençant par l’affiche officielle de l’exposition (fig. 1)3.

Figure 1. Josep Lluís Pellicer. Affiche officielle de l’Exposition universelle de Barcelone. 1888.

Figure 1. Josep Lluís Pellicer. Affiche officielle de l’Exposition universelle de Barcelone. 1888.

Barcelone. Sucesores de N. Ramírez y Cía. 220 × 100 cm. Cette affiche a été reproduite sur le frontispice de la revue officielle de l’Exposition, La Exposición, vol. 1.

Source. Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona.

  • 4 Dans le Cabinet de dessins et d’estampes du Museu Nacional d’Art de Catalunya, on conserve le proj (...)
  • 5 L’image de l’affiche a été utilisée comme frontispice de la publication intégrale du journal offic (...)

20Il s’agit d’une affiche chromolithographiée de grand format allongé (220 × 100 cm) et de composition verticale, imprimée chez Sucesores de Narciso Ramírez y Cía., dont il existe plusieurs variantes. Josep Lluís Pellicer i Fenyé (1842-1901), l’un des premiers illustrateurs d’affiches à Barcelone, a dessiné cette pièce en optant pour une composition artistique qui va au-delà de la simple utilisation de caractères typographiques, et exprime le style architectural et ornemental historiciste si présent dans la Barcelone de l’époque. Sur le fond de la composition, on peut voir la façade gothique de l’hôtel de ville, avec trois figures allégoriques assises dans la partie inférieure : les Sciences et les Arts sur les côtés et le Travail au centre avec la devise latine Labor prima virtus. En suivant la composition, on trouve des médaillons sur les côtés montrant les différentes activités présentes dans l’exposition : exploitation minière, commerce, agriculture, commerce maritime, enseignement et industrie. Au centre, on peut observer le blason de l’Espagne et celui de Barcelone. Dans la partie supérieure se trouve une figure ailée avec des couronnes de laurier, et un étendard portant le titre « Exposición Universal – España Barcelona – abril septiembre – año 18884 ». Cette affiche est donc remplie de références symboliques et allégoriques : d’une part, l’exaltation patriotique à travers l’architecture gothique ; d’autre part, la personnification du Travail faisant allusion au monde industriel ; et finalement, l’hôtel de ville avec les blasons qui représentent le caractère municipal mais en même temps gouvernemental. À travers l’affiche annonciatrice de l’exposition, les organisateurs voulaient montrer Barcelone comme une ville moderne et ouverte au monde, qui avait comme piliers l’industrie, le commerce et l’art5.

  • 6 Cette affiche, actuellement conservée dans le Museu d’Història de Barcelona, avait appartenu à la (...)

21Ce grand imprimé s’adressait à toute la population et faisait référence à l’événement en général, l’exposition, comme acte public et collectif. On en a toutefois conservé un autre exemplaire avec une variante : un espace dans la partie inférieure dans lequel on peut lire le descriptif des différentes activités qui auraient lieu pendant l’exposition : « Congresos especiales, Conciertos, Juegos florales, Carreras de caballos, Corridas de toros, etc. », tous des événements publics6.

  • 7 « Cartel modelo », La Exposición. Órgano Oficial, nº 39, 31 décembre 1887, p. 2.
  • 8 Joan Barta, « Cartel anunciador de la Exposición Universal de Barcelona de 1888 », in La Exposició (...)

22Cette affiche est considérée comme le point de départ symbolique de l’histoire de l’affichage catalan moderne : elle a en effet été la première dans laquelle l’image a acquis un rôle absolu. Au contraire d’autres affiches purement typographiques, Pellicer a choisi un design basé sur l’image pour réaffirmer l’idée de modernité, caractéristique déjà notée par les journaux de l’époque : « […] Se aparta por completo del estilo ordinario que siempre hemos observado en esta clase de anuncios7 ». On peut observer ce trait dans une autre affiche annonciatrice, dessinée par Joan Barta et publiée dans une revue de l’époque où l’illustrateur a aussi utilisé des figures allégoriques pour annoncer l’exposition (fig. 2)8. Ainsi, bien que ces affiches ne souscrivent pas au concept publicitaire synthétique basé sur la représentation graphique – la pure image – comme élément porteur du message qui imprégnera rapidement l’affichage de l’Europe et de l’Amérique, on peut déjà voir que l’image commence à prendre un rôle qu’elle ne perdra jamais (Barjau Rico 2007 : 70).

Figure 2. J. Barta. Affiche annonciatrice de l’Exposition universelle de Barcelone.

Figure 2. J. Barta. Affiche annonciatrice de l’Exposition universelle de Barcelone.

Source. La Exposición. Órgano oficial, n° 40, 10 janvier 1888.

23Contrairement à ces exemplaires, on trouve des affiches purement typographiques comme celle des Fêtes extraordinaires (fig. 3) – d’environ quatre mètres de long (385 × 111 cm) – ou d’autres annonciatrices de différentes activités comme celle de la fête de la Saint-Jean. Toutes deux ont comme en-têtes « Exposición Universal de Barcelona », suivis des différents événements à célébrer, avec l’utilisation de typographies, de couleurs et de corps variés. L’objectif était de lancer un appel au grand public et à la population barcelonaise, comme le montre une autre affiche dans laquelle on peut lire « Barceloneses » en en-tête, avec une composition plus simple et totalement typographique, imprimée avec une seule encre. C’est ainsi que l’on peut considérer les affiches, plus ou moins complexes, comme des invitations adressées à toute la population pour assister à des événements de caractère public.

Figure 3. Affiche « Fiestas extraordinarias », 1888, Barcelone. Sucesores de N. Ramírez y Cía. 385 × 111 cm.

Figure 3. Affiche « Fiestas extraordinarias », 1888, Barcelone. Sucesores de N. Ramírez y Cía. 385 × 111 cm.

Source. Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona.

24Ces invitations publiques et collectives contrastent avec les invitations proprement dites, destinées à donner accès à des événements de caractère privé. On a conservé une grande variété d’invitations à des événements et manifestations sociales célébrés dans le cadre de l’exposition – inaugurations, banquets, bals, conférences, cérémonies… – qui permettent d’observer les différents formats et designs qu’elles pouvaient avoir en fonction de leur destinataire ou des activités auxquelles elles donnaient accès.

25L’invitation à l’inauguration de l’exposition (fig. 4), le 20 mai 1888, consistait par exemple en une carte imprimée en chromolithographie sur un bristol de fort grammage. Les deux lettres majuscules initiales étaient richement dorées, avec une typographie de caractère gothique dans différents corps pour la configuration du texte, imprimé avec deux encres (noire et rouge). Dans la partie inférieure, une ligne permettait d’écrire le nom le nom du destinataire ; on pouvait lire au-dessous « Billete personal », ce qui indique bien qu’il s’agissait d’une invitation individuelle pour un événement de caractère privé.

Figure 4. Invitation pour l’inauguration de l’Exposition universelle de Barcelone, 20 mai 1888. Sucesores de N. Ramírez y Cía. 15,5 × 22 cm.

Figure 4. Invitation pour l’inauguration de l’Exposition universelle de Barcelone, 20 mai 1888. Sucesores de N. Ramírez y Cía. 15,5 × 22 cm.

Source. Biblioteca de Catalunya.

  • 9 Ceferino Gorchs Esteve a présenté sa nouvelle typographie Bastarda Española dans Gorchs (1888). Po (...)

26L’usage de caractères gothiques, d’encres de couleur et de dorures était réservé aux invitations des personnalités éminentes pour les événements les plus importants de l’exposition, comme l’inauguration ou encore la bénédiction des travaux le 1er avril 1888. Ces invitations contrastent avec celles qui circulaient de manière plus interne et s’adressaient aux personnes de rang inférieur : l’invitation pour l’inauguration présentait le même texte que la première mais avec un design totalement différent et moins luxueux. Toutefois, une typographie totalement nouvelle a été utilisée pour le corps du texte, appelée Bastarda Española, conçue par le barcelonais Ceferino Gorchs et présentée dans la même Exposition universelle de Barcelone de 18889.

27On trouve aussi une sorte d’invitation qui est à mi-chemin entre les plus riches et les plus humbles, comme l’invitation pour la cérémonie de clôture de l’exposition le 9 décembre 1888. Il s’agit d’un document dans lequel on peut observer les motifs ornementaux déjà analysés, comme les initiales ornées et l’usage de typographies de caractère gothique pour les titres, mais qui a été imprimé avec des matériaux de mauvaise qualité et sans dorure.

28Ces invitations n’incluaient pas toujours un espace pour le nom du bénéficiaire, comme on peut le constater sur une invitation en forme de carte oblongue elle aussi destinée à la clôture de l’exposition, où ne figure aucun espace réservé à cet effet. Il s’agit donc d’une invitation pour un événement privé, d’usage individuel mais non personnalisé.

29Un autre type d’ephemera dont on a conservé plusieurs exemplaires regroupe les menus. Ce type d’imprimé, toujours lié à un événement social important comme le banquet, était déjà utilisé à Barcelone dans certaines occasions, mais on peut dire qu’il s’est généralisé depuis l’Exposition universelle. Une grande quantité de menus a été imprimée pour les nombreux banquets qui se sont tenus, tous en français, comme il était d’usage à cette époque, mais sous différents formats et de qualité variable (Trenc Ballester 1977 : 193).

30L’un des menus dont on a conservé le plus d’exemplaires est celui du banquet organisé pour les autorités de l’exposition par le Commissariat royal, le 8 décembre 1888, à l’occasion de la clôture (fig. 5). Il s’agit d’une carte imprimée sur les deux faces. Sur le recto, on trouve toutes les informations sur le banquet : l’organisateur, les destinataires, l’occasion, la date, etc., imprimées avec différentes typographies, le tout en doré. Sur le verso, on trouve le menu proprement dit, imprimé à l’encre rouge avec des typographies plus conventionnelles.

Figure 5. Menu du banquet organisé par le Commissariat royal pour les autorités de l’Exposition à l’occasion de la clôture du concours, 8 décembre 1888, Barcelone. Sucesores de N. Ramírez y Cía. 17,2 × 11,7 cm.

Figure 5. Menu du banquet organisé par le Commissariat royal pour les autorités de l’Exposition à l’occasion de la clôture du concours, 8 décembre 1888, Barcelone. Sucesores de N. Ramírez y Cía. 17,2 × 11,7 cm.

Source. Biblioteca de Catalunya.

31Ce menu contraste avec celui du banquet célébré le 9 décembre, également à l’occasion de la clôture de l’exposition, pour les membres de son Conseil général : une carte imprimée sur une seule face, avec une typographie plus sobre et une seule couleur, ce qui contraste fortement avec le menu précédent, plus élégant et raffiné. Ces deux exemplaires, qui gravitent autour d’un même événement, laissent clairement observer l’importance du destinataire de l’imprimé au moment de l’élaboration et de l’impression.

32Ce contraste est plus évident encore dans le cas du menu du banquet pour la commission directrice de l’exposition, organisé par les représentants de la presse nationale et étrangère le 5 août 1888, en réponse au banquet qui leur avait été offert par la commission le 8 avril (fig. 6). On n’en a pas conservé l’original mais on a pu préserver sa reproduction dans El libro de honor de Saturnino Lacal (Lacal 1889 : 184), une publication de l’époque, dans laquelle l’événement est décrit comme suit :

« La mesa, artísticamente preparada, si ya no el lugar, nos indicaría el objeto de aquella animada reunión; se trata de un banquete. Lo que se quiere festejar nos lo dirá el menú ó carta que hay delante de cada cubierto, en lujosa cartulina afectando la forma y el tamaño en 4º del Diario de Barcelona y otras publicaciones […] » (ibid. : 183-184).

Figure 6. Menu du banquet organisé par les représentants de la presse en l’honneur de la Commission directrice de l’Exposition, 5 décembre 1888.

Figure 6. Menu du banquet organisé par les représentants de la presse en l’honneur de la Commission directrice de l’Exposition, 5 décembre 1888.

Source. Reproduction extraite de Saturnino Lacal, El libro de honor, 1889, p. 184.

33Il s’agit d’un menu très original, composé sous forme de couverture de journal et reprenant tous ses éléments : l’en-tête, la date, le numéro, les gros titres, etc. Le sommaire récapitule tous les plats du menu en suivant les différentes rubriques d’un journal conventionnel. Dans l’article de fond par exemple, on peut trouver de la truite saumonée sauce hollandaise ; dans les notices d’outre-mer, des ananas à l’américaine ; dans la section politique, des pâtisseries variées ; et dans la rubrique de la « dernière heure », cafés et liqueurs.

  • 10 Pilar Vélez a réalisé une étude très complète sur des programmes musicaux de l’époque moderniste d (...)

34Contrairement aux banquets, qui étaient des événements collectifs à caractère privé, d’autres activités ont été organisées, collectives également, mais à caractère public, comme les concerts. Au fil du concours ont eu lieu plusieurs événements musicaux (concours d’orphéons, de sociétés chorales et de fanfares, etc.) dont on a conservé de nombreux programmes imprimés. Ceux-ci peuvent être divisés en deux groupes : d’une part, les programmes complets, comme celui des grands concours musicaux, présentés dans un petit livre de huit pages10 ; d’autre part, des programmes sous forme de feuilles volantes, comme celui du concert de fanfares militaires. On peut également trouver des programmes de fêtes comme le petit tract collé à la quatrième de couverture du guide de l’exposition de Pujal et Dollet (Pujal et Dollet 1888), dans lequel apparaissent les différentes activités qui ont eu lieu pendant le concours, sans date spécifique. Il était d’usage de placer des programmes de fêtes dans les guides de la ville et de l’exposition, dans un lieu facilement visible, puisque l’objectif principal était d’attirer le plus grand nombre de personnes possible.

35Les hymnes et les poésies sont d’autres types d’imprimés éphémères, qui furent produits à l’occasion de deux événements très fréquentés pendant l’exposition. Il s’agit de feuilles volantes qui reproduisent une composition poétique, distribuées parmi les personnes assistant, par exemple, à l’ouverture de l’exposition, afin que tout le monde puisse chanter l’hymne. En l’occurrence, l’imprimé (fig. 7) a seulement permis de conserver les paroles écrites par Melcior de Palau (1843-1910), tandis que la partition, composée par Josep Rodoreda (1851-1922), a disparu. L’autre événement a été la visite de la régente Marie-Christine et du roi Alphonse XIII ; plusieurs poésies suscitées par cette visite ont été distribuées au sein de l’assistance sous forme de feuilles volantes, très semblables à celles de l’hymne, à quelques différences de composition près.

Figure 7. Melcior de Palau, Himno á la apertura de la Exposición Universal de Barcelona. Hymne écrit à l’occasion de l’ouverture de l’Exposition, 1888, Barcelone. Sucesores de N. Ramírez y Cía. 28 × 21,4 cm.

Figure 7. Melcior de Palau, Himno á la apertura de la Exposición Universal de Barcelona. Hymne écrit à l’occasion de l’ouverture de l’Exposition, 1888, Barcelone. Sucesores de N. Ramírez y Cía. 28 × 21,4 cm.

Source. Collection privée.

36Le dernier groupe d’ephemera que nous voulons analyser est constitué par tous les imprimés indispensables pour accéder aux événements que nous avons étudiés, et à ceux de l’exposition elle-même : il s’agit des abonnements, des cartes et des billets.

37Trois types d’abonnements différents ont été créés : l’abonnement personnel (fig. 8), l’abonnement d’exposant et l’abonnement « en faveur de », tous imprimés par Sucesores de Narciso Ramírez y Cía. Tous présentent les mêmes caractéristiques matérielles et formelles, malgré des variations dans le contour. Il s’agit d’une carte bristol rigide pliée en deux, recouverte de percaline, de couleur différente selon le type d’abonnement. Sur la partie extérieure on peut lire « Exposición Universal de Barcelona 1888 », et on retrouve les blasons de Barcelone et d’Espagne ; de l’autre côté on peut observer l’image du Palais de l’Industrie, entièrement gaufrée et dorée. Dans la partie intérieure, sur un fond imprimé avec une image de l’enceinte, on trouve la photographie du propriétaire à gauche, son nom et les conditions de l’abonnement à droite. On peut observer qu’une partie de la photo était timbrée et que le propriétaire devait la signer pour garantir l’authenticité de l’abonnement.

Figure 8. Abonnement personnel pour l’Exposition universelle de Barcelone, 1888. Sucesores de N. Ramírez y Cía. 7 × 11 cm.

Figure 8. Abonnement personnel pour l’Exposition universelle de Barcelone, 1888. Sucesores de N. Ramírez y Cía. 7 × 11 cm.

Source. Collection privée.

  • 11 Pour une analyse complète des archives du concours pour ce qui est des abonnements de l’Exposition (...)
  • 12 Lettre de Manuel Henrich à Lluís Rouvière, 29 février 1888. Arxiu Municipal Contemporani de Barcel (...)
  • 13 On peut voir un exemplaire d’un abonnement de l’International Exhibition of Philadelphia de 1876 d (...)

38Le processus d’élaboration de ces abonnements peut être suivi, puisque l’on a conservé les archives complètes du concours auquel ont participé trois imprimeries barcelonaises11. Cette documentation offre beaucoup d’informations sur les matériaux, les prix, les budgets, les conditions, etc., mais les éléments les plus précieux sont probablement les épreuves et les propositions présentées par les candidats, comme le projet d’abonnement soumis par Hermenegildo Miralles, qui n’a pas été utilisé parce que l’imprimerie Sucesores de Narciso Ramírez y Cía. a gagné le concours. Une lettre envoyée à la Commission par le directeur de l’imprimerie avec les épreuves définitives des abonnements témoigne de la démarche adoptée : « deberan hacerse planchas especiales para que produzcan un resultado análogo a las muestras inglesas12 ». Cette phrase indique que la Commission avait fourni aux candidats des échantillons d’abonnement d’autres expositions universelles, ce que confirme la présence d’un abonnement de l’International Exhibition of Philadelphia de 187613. Si on compare l’abonnement américain avec celui de Barcelone, on peut observer plusieurs similitudes comme le format, la composition et l’insertion de la photographie ; et bien qu’il y ait des différences, il est incontestable que l’imprimerie Sucesores de Narciso Ramírez y Cía. s’est inspirée de cet abonnement ou sur un autre semblable pour élaborer son modèle. Cela ne fait que confirmer la volonté d’universalité de l’exposition et le désir de s’assimiler aux grandes villes modernes organisatrices des Expositions universelles. Ces éphémères, valides pendant une période plus ou moins longue, étaient élaborés avec des matériaux résistants. Cependant, d’autres abonnements ou billets destinés à permettre l’accès à un événement concret utilisaient des matériaux moins solides, comme le billet pour le concours international de sociétés chorales ou la carte pour visiter les travaux de l’Exposition. Enfin, les billets destinés aux attractions du parc ou aux boissons, qui font partie des imprimés les plus éphémères que l’on peut trouver, étaient créés pour être détruits, notamment avant d’accéder à une attraction.

***

39Nous avons voulu montrer, à travers ce petit échantillon d’imprimés éphémères produits autour de l’Exposition universelle de Barcelone de 1888, la grande variété typologique qui peut entourer un tel événement. Tous ces documents ont été produits par les imprimeurs et les lithographes de la Barcelone de la seconde moitié du xixe siècle, ce qui a permis de renforcer l’un des secteurs industriels les plus importants de la ville.

40Les industries graphiques étaient essentielles pour le développement de l’activité de la ville comtale, puisque responsables de la production de la grande variété d’éphémères qui composaient la vie quotidienne sous toutes ses facettes : sociale, économique, politique, commerciale et culturelle. Ces éléments éphémères étaient le moyen le plus efficace de s’adresser à toute la société de manière individualisée, et c’est pour cela que cette production a été si importante. Sans ces imprimés, longtemps considérés comme mineurs, on ne pourrait pas comprendre les événements d’une époque.

Bibliographie

Barjau Rico, Santi, 2007. « De quan les pedres parlaven. Les empreses litogràfiques a Barcelona », in El cartell modern a les Col·leccions del Museu Nacional d’Art de Catalunya, catalogue d’exposition. Barcelone, Museu Nacional d’Art de Catalunya : 70.

Bouza Álvarez, Fernando, 2011. « Por una escritura nacional en tipos de imprenta. “La colección de trozos selectos” en bastarda española de C. Gorchs (1888) », in Maria Luisa López-Vidriero (dir.), Bibliofilia y nacionalismo. Nueve ensayos sobre coleccionismo y artes contemporáneas del libro. Salamanca, Seminario de Estudios Medievales y Renacentistas : 45-67.

Escala Romeu, Gloria, 1998. El dibuix d’actualitats en l’obra de Josep Lluís Pellicer, thèse de doctorat, université de Barcelone, département d’histoire de l’art.

Gorchs, Ceferino, 1888. Colección de trozos selectos en los idiomas y dialectos usados en la península ibérica impresa con los nuevos tipos de la bastarda española. Barcelone, Imprenta del Correo Tipográfico.

Granados Montserrat, María Dolores, 1969. La Exposición Universal de Barcelona de 1888 punto de partida del Modernismo, thèse de licence, université de Barcelone, faculté de philosophie et lettres.

Grau, Ramon et López, Maria (dir.), 1988. Exposició Universal de Barcelona. Llibre del centenari, 1888-1988. Barcelone, L’Avenç.

Lacal, Saturnino, 1889. El libro de honor. Apuntes para la historia de la Exposición Universal de Barcelona, premios concedios y dictámenes que los productos expuestos merecieron del jurado internacional. Barcelone, Tipografía de Fidel Giró.

Molet Petit, Joan, 1995. Barcelona entre l’enderroc de les muralles i l’Exposició Universal: arquitectura domèstica de l’Eixample, thèse de doctorat, université de Barcelone, faculté de géographie et histoire, département d’histoire de l’art, en ligne, URL : <http://hdl.handle.net/10803/2020> [consulté le 20/12/2016].

Ojuel Solsona, Maria, 2013. Les exposicions municipals de belles arts i indústries artístiques de Barcelona (1888-1906), thèse de doctorat, université de Barcelone, département d’histoire de l’art, en ligne, URL : <http://hdl.handle.net/10803/132670> [consulté le 20/12/2016].

Prados Tizón, Juan et Rodon Lluís, Jaume, 2010. Eugenio R. Serrano de Casanova i l’Exposició Universal de Barcelona. Barcelone, Arxius Històric de la Ciutat de Barcelona.

Pujal, J. et Dollet, F., 1888. Guia de Barcelona y sa Exposició Universal. Guía de Barcelona y su Exposición Universal. Guide de Barcelone et de son Exposition universelle. Barcelone, Librería de la Vda. e hijos de E. Pujal.

Satorres Villagrasa, Maria del Pilar, 1973. La Exposición Universal de Barcelona de 1888, thèse de licence, université de Barcelone, faculté de philosophie et lettres : 59.

Solé Boladeras, Isaura, 2014. Ephemera al voltant de l’Exposició Universal de Barcelona de 1888. Una aproximació a la impremta de Barcelona de l’últim quart del segle XIX, projet final de master, université de Barcelone, département de bibliothéconomie et documentation, en ligne, URL : <http://hdl.handle.net/2445/58887> [consulté le 20/12/2016].

Trenc Ballester, Eliseu, 1977. Les arts gràfiques de l’època modernista a Barcelona. Barcelone, Gremi d’Indústries Gràfiques.

Vélez Vicente, Pilar, 1980. El programa musical de l’època modernista a Barcelona. Estudi tipogràfic, artístic i sociològic, thèse de licence, université de Barcelone, département d’histoire de l’art.

—, 1984. « Entorn de les arts gràfiques de l’època modernista a Catalunya, La tipografia », D’Art, nº 10 : 207.

, 2010. « Les arts industrials. Bellesa, utilitat, economia », Barcelona quaderns d’història, nº 16 : 131-161, en ligne, URL : <http://www.raco.cat/index.php/BCNQuadernsHistoria/article/view/226095/333190> [consulté le 20/12/2016].

Notes

1 Cet article est le fruit du projet final de master réalisé en 2014 par l’auteure. Voir Solé Boladeras (2014). L’auteure a suivi l’étude des matériaux imprimés éphémères concernant la facette commerciale et publicitaire des imprimeries barcelonaises, dans le cadre d’une thèse de doctorat en cours sous le titre L’imprès publicitari i comercial de la industria del llibre i les arts gràfiques a la Barcelona de la segona meitat del segle XIX. Els mecanismes de difusió de la impremta barcelonina, dirigée par le Dr. Pedro José Rueda Ramírez et la Dre. Mònica Baró Llambias, du département de bibliothéconomie et documentation de l’université de Barcelone, dans le cadre du projet « Historia de la publicidad del libro en España (siglos XV-XX) » (HAR2013-46336P).

2 Pour de plus amples renseignements, voir Grau et López (1988) ; Granados Montserrat (1969) ; Molet Petit (1995).

3 On peut consulter toutes les images mentionnées dans cet article et beaucoup d’autres sur Solé Boladeras (2014 ; vol. 2).

4 Dans le Cabinet de dessins et d’estampes du Museu Nacional d’Art de Catalunya, on conserve le projet de l’affiche réalisé en aquarelle, gouache, encre et crayon par Josep Lluís Pellicer. Dans ce projet, on peut percevoir certains changements significatifs comme la figure allégorique centrale, qui personnifiait d’abord Barcelone (identifiée sous le nom « Barcino ») assise sur le blason de la ville. Un autre changement important est l’inclusion de l’Imprimerie comme activité productive dans un des médaillons, lequel a finalement été remplacé par le Commerce.

5 L’image de l’affiche a été utilisée comme frontispice de la publication intégrale du journal officiel de l’Exposition, La Exposición: Órgano Oficial (1886-1889).

6 Cette affiche, actuellement conservée dans le Museu d’Història de Barcelona, avait appartenu à la famille d’Elires Rogent i Amat, directeur du projet architectonique de l’Exposition universelle de Barcelone de 1888. Gloria Escala affirme qu’il existe un autre exemplaire de cette affiche, de petit format (72 × 33 cm), sans la partie textuelle, dans les collections de l’Institut Municipal d’Història de Barcelona, mais on ne l’a pas localisée. Voir Escala Romeu (1998 : 158).

7 « Cartel modelo », La Exposición. Órgano Oficial, nº 39, 31 décembre 1887, p. 2.

8 Joan Barta, « Cartel anunciador de la Exposición Universal de Barcelona de 1888 », in La Exposición. Órgano Oficial, nº 40, 10 janvier 1888.

9 Ceferino Gorchs Esteve a présenté sa nouvelle typographie Bastarda Española dans Gorchs (1888). Pour de plus amples renseignements, voir Bouza Álvarez (2011 : 45-67).

10 Pilar Vélez a réalisé une étude très complète sur des programmes musicaux de l’époque moderniste dans le cadre de sa thèse de licence. Voir Vélez Vicente (1980).

11 Pour une analyse complète des archives du concours pour ce qui est des abonnements de l’Exposition universelle de Barcelone de 1888, voir Solé Boladeras (2014 : 93-97).

12 Lettre de Manuel Henrich à Lluís Rouvière, 29 février 1888. Arxiu Municipal Contemporani de Barcelona. Fonds Exposición Universal 1888, boîte 42684, B3-A-6.

13 On peut voir un exemplaire d’un abonnement de l’International Exhibition of Philadelphia de 1876 dans Solé Boladeras (2014, vol. 2 : 40, fig. 104).

Table des illustrations

Titre Figure 1. Josep Lluís Pellicer. Affiche officielle de l’Exposition universelle de Barcelone. 1888.
Légende Barcelone. Sucesores de N. Ramírez y Cía. 220 × 100 cm. Cette affiche a été reproduite sur le frontispice de la revue officielle de l’Exposition, La Exposición, vol. 1.
Crédits Source. Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11909/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 10M
Titre Figure 2. J. Barta. Affiche annonciatrice de l’Exposition universelle de Barcelone.
Crédits Source. La Exposición. Órgano oficial, n° 40, 10 janvier 1888.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11909/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Titre Figure 3. Affiche « Fiestas extraordinarias », 1888, Barcelone. Sucesores de N. Ramírez y Cía. 385 × 111 cm.
Crédits Source. Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11909/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 12M
Titre Figure 4. Invitation pour l’inauguration de l’Exposition universelle de Barcelone, 20 mai 1888. Sucesores de N. Ramírez y Cía. 15,5 × 22 cm.
Crédits Source. Biblioteca de Catalunya.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11909/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Figure 5. Menu du banquet organisé par le Commissariat royal pour les autorités de l’Exposition à l’occasion de la clôture du concours, 8 décembre 1888, Barcelone. Sucesores de N. Ramírez y Cía. 17,2 × 11,7 cm.
Crédits Source. Biblioteca de Catalunya.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11909/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Figure 6. Menu du banquet organisé par les représentants de la presse en l’honneur de la Commission directrice de l’Exposition, 5 décembre 1888.
Crédits Source. Reproduction extraite de Saturnino Lacal, El libro de honor, 1889, p. 184.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11909/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Figure 7. Melcior de Palau, Himno á la apertura de la Exposición Universal de Barcelona. Hymne écrit à l’occasion de l’ouverture de l’Exposition, 1888, Barcelone. Sucesores de N. Ramírez y Cía. 28 × 21,4 cm.
Crédits Source. Collection privée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11909/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre Figure 8. Abonnement personnel pour l’Exposition universelle de Barcelone, 1888. Sucesores de N. Ramírez y Cía. 7 × 11 cm.
Crédits Source. Collection privée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11909/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

Auteur

Chercheuse prédoctorale. Université de Barcelone

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search