Version classiqueVersion mobile

Les éphémères et l’événement

 | 
Olivier Belin
, 
Florence Ferran

Dimensions : entre événements privés et collectifs

Éphémères et rites nuptiaux. Les épithalames illustrés dans les Pays-Bas du xviie siècle

Romain Thomas

Texte intégral

  • 1 Voir Thomas (2012). Cet article est issu d’une partie du chapitre IV : « Les noces des élites urba (...)
  • 2 Cité (en français) dans Huysman et Rasch (2009 : 295).

1Rite de passage par excellence dans les Provinces-Unies du xviie siècle comme dans toute l’Europe de la première modernité, les fêtes de noces sont un cas paradigmatique d’événement individuel inscrit dans une trame sociale collective, et donnant lieu à tout un ensemble de créations1. Les productions éphémères réalisées à cette occasion étaient variées : des décors de feuillages et de fleurs ornant la salle de réception et symbolisant la fertilité du mariage, des sculptures de sucre qui finissaient dans l’estomac des convives ou même, étonnamment, des bijoux, constitués pour l’occasion et immédiatement démantelés après coup, à l’instar de la couronne de diamants que porta la fille de Constantin Huygens en 1660 à La Haye, et dont, nous dit son père, « les propriétaires m’eussent fait grand plaisir de ne redemander jamais les pièces, la cour et quantité de nos dames, tant parentes, qu’estrangères, y ayant contribué ce qu’elle possédoyent de plus esclattant2 ». À ces productions, dont certaines apparaissent dans l’une des illustrations du traité matrimonial Houwelick [Mariage] de Jacob Cats – un véritable best-seller publié au début du siècle (fig. 1) –, s’en ajoutaient d’autres, destinées à durer, comme les médailles de mariage, en vogue dans les milieux aisés, et réalisées en or ou en argent (Thomas 2012 : 272-279).

Figure 1. Adriaen Van de Venne, illustration du chapitre « Bruyt » [« Fiancée »], in Jacob Cats, Houwelick [Mariage], Middelburg, 1625, in-4°.

Figure 1. Adriaen Van de Venne, illustration du chapitre « Bruyt » [« Fiancée »], in Jacob Cats, Houwelick [Mariage], Middelburg, 1625, in-4°.

Source © Koninklijke Bibliotheek, La Haye.

  • 3 Sur les épithalames, voir l’ouvrage de Tufte (1970) ; et les quelques pages sur la poésie néo-lati (...)
  • 4 Sur l’usage des épithalames, voir Scheltema (1832 : 146-153 ; 217-218).

2Parmi les productions éphémères, les épithalames (poèmes de noces) étaient particulièrement en vogue parmi les élites urbaines. Ce genre littéraire trouve son origine dans l’Antiquité et connaît une efflorescence particulière dans toute l’Europe renaissante : en Angleterre, dans la péninsule italienne, en France, et dans l’aire néerlandaise où les historiens de la littérature considèrent que la contribution des poètes est la plus originale, quoique le genre soit très soumis à des conventions3. Il se développe dans les Provinces-Unies, la poésie néo-latine laissant place à la langue vernaculaire dans l’ensemble des « poèmes de circonstance » (gelegenheidsgedichten), qu’il s’agisse d’éloges funèbres, d’épithalames, ou encore de poèmes écrits pour fêter les grades universitaires. Commandés et offerts aux époux – les destinataires – par certains des invités et distribués également au reste des participants, ces petites brochures imprimées regroupent diverses pièces en rimes, pleines d’allusions mythologiques ou bibliques, qui étaient déclamées au cours du festin4. On y trouve l’histoire des nouveaux mariés, avec les compliments d’usage. Les poèmes sont suivis le plus souvent d’un chant composé sur un air connu pour que les invités puissent le chanter en chœur. Selon la spécialiste de littérature néerlandaise Maria Adriana Schenkeveld-Van der Dussen, « au fil du temps, cette pratique s’étendit hors de toute proportion. Les formats devinrent plus grands, les livrets furent agrémentés de belles gravures allégoriques, le nombre de poèmes déclamés et de poètes participants augmenta. Le phénomène finit par prendre des allures de fléau pour ceux que l’on fêtait comme pour les auteurs. » (Schenkeveld-Van der Dussen 1999 : 295).

  • 5 Cette collection a fait l’objet d’un recensement, publié sous la forme d’un catalogue (Bouman 1982 (...)

3La collection de la Bibliothèque royale de La Haye, patrimonialisée au xixe siècle, regroupe 438 brochures épithalamiques pour le xviie siècle5. Pour la plupart, elles sont illustrées en page de titre, grâce à une xylogravure ou une planche de cuivre. C’est sur ces images que portera cette contribution, car elles révèlent au moins autant sur l’événement nuptial que les textes qui s’y trouvent, des textes aux idées souvent conventionnelles. Dans quelle mesure les artefacts éphémères que sont les épithalames participent-ils à la célébration de cet événement que sont les noces, et à l’établissement du lien durable qu’est le mariage ? On voudrait, dans un premier temps, s’intéresser au type générique de ces brochures illustrées, avant d’examiner un cas plus exceptionnel.

Régularités : images non éphémères pour artefact éphémère

4Comment ces objets se présentent-ils ? Pour la très grande majorité d’entre eux, les épithalames du xviie siècle sont imprimés dans un format standardisé. En général, et quel que soit l’imprimeur, il s’agit de petits livrets au format in-4°, comportant au moins 6 pages, au plus 32, mais de façon très récurrente 8 pages (deux feuilles l’une dans l’autre). Au fur et à mesure qu’on avance dans le temps, on l’a dit, le livret grossit. La page de titre comprend plusieurs informations récurrentes, elles aussi disposées selon une forme convenue. Exemplaire, l’épithalame en l’honneur du mariage de Daniel des Ruelles et Willemtge Van Bengevoort (Bouman 1982 : no 157) (fig. 2) en 1629 se présente ainsi : en haut le titre « Bruylofs-Eer-Gaef ter eeren het ghewenschte Houwelick » (« Cadeau d’honneur nuptial en l’honneur du mariage désiré »), puis la qualification du fiancé « van d’Eerwaerdighe Jongman » (« de l’honorable Damoiseau »), le nom du fiancé, Daniel des Ruelles, puis la qualification de la fiancée « ende D’Eerbare Deughtrijcke Ionghe Dochter » (« et de l’honorable et vertueuse Demoiselle »), le nom de la fiancée Willemtge Van Bengevoort, suivis de la date du mariage « vergadert in den Echten-staet den 14 Ianuarij 1629 » (« unis dans l’honorable état conjugal le 14 janvier 1629 ») – et souvent du lieu de l’union, « binnen Amsterdam » (« en Amsterdam »). Vient ensuite l’image. Enfin, en bas, on trouve les mentions relatives à l’imprimeur ou au libraire : « t’Amstelredam, bij Iacob Aertsz Colom Boeckvercooper, woonende op ‘tWater in de Vyerighe Colom, Anno 1629 » (« à Amsterdam, chez le libraire Iacob Aertsz Colom, habitant le Damrak au Vyerighe Colom, année 1629 »). C’est grâce à de telles informations qu’une enquête prosopographique a été rendue possible (Thomas 2012 : 279 sqq.).

Figure 2. Page de titre de l’épithalame pour le mariage de Daniel des Ruelles et Willemtge Van Bengevoort, Amsterdam, 1629.

Figure 2. Page de titre de l’épithalame pour le mariage de Daniel des Ruelles et Willemtge Van Bengevoort, Amsterdam, 1629.

Source © Koninklijke Bibliotheek, La Haye.

  • 6 C’est ce qu’indique le folkloriste Gerrit Kalff (Kalff 1916 : 60). Sur le phénomène des auteurs pr (...)

5Au sein de cette économie de la page de titre, l’image occupe souvent la moitié – parfois plus – de cette page, donnant aux gravures, à l’iconographie narrative ou symbolique, un aspect injonctif, et transmettant immédiatement au lecteur-spectateur une certaine tonalité, par exemple confessionnelle. À tel point qu’elle en devient souvent plus intéressante que le texte lui-même, dont le genre est très marqué par les conventions littéraires. S’il ne s’agit pas ici d’en tirer une étude littéraire, il faut noter que l’analyse des textes d’une partie du corpus révèle une originalité plus ou moins importante, selon que le poème a été rédigé par un auteur professionnel, qui ne connaît pas le couple, ou un rimailleur qui en est un intime6. Généralement, le texte fait la louange de l’institution matrimoniale puis celle du jeune couple : on y célèbre les joies de la maternité, on y vante les qualités de la jeune mariée, on énonce les vertus domestiques de l’un et de l’autre, etc. Souvent, l’auteur s’amuse à des jeux de mots sur les prénoms et les noms des époux. Les références culturelles auxquelles il a recours sont la mythologie classique – les dieux du mariage, parfois le couple de Pélée et Thétis (Thomas 2012 : chap. V) – ; ou, dans une veine chrétienne apparue dès le ve siècle (Bouma 1968 ; Tufte 1970 : 71 sqq.), les lieux bibliques, les qualités du mariage chrétien ; ou encore un mélange des deux. Globalement, entre l’image du titre et le(s) texte(s) qui sui(ven)t apparaît la différence entre la « communication symbolique », qui se condense sur un instant, et la « communication discursive », qui se produit dans le temps (Stollberg-Rilinger 2008 : 6).

  • 7 Bouman (image n° 5).

6Quelques exemples permettent de saisir la variété des types iconographiques les plus courants. Les images peuvent en effet être regroupées selon une typologie qui distingue entre celles à la tonalité religieuse, et même confessionnelle, marquée, et les iconographies profanes. Par exemple, celle qui orne la brochure pour le mariage de Ioannes Boddens et Susanna Rudts en 16197 est explicitement réformée (fig. 3).

Figure 3. Page de titre de l’épithalame pour le mariage de Ioannes Boddens et Susanna Rudts, Amsterdam, 1619.

Figure 3. Page de titre de l’épithalame pour le mariage de Ioannes Boddens et Susanna Rudts, Amsterdam, 1619.

Source © Koninklijke Bibliotheek, La Haye.

  • 8 Voir Spaans (2004 : 385-467).
  • 9 « Ick neme u alle die hier nu vergadert zijt, tot Getuygen, dat daer geen wettelicke verhinderinge (...)

7Elle représente un mariage dans le chœur d’une église gothique dépouillée de toute ornementation, comme l’ont été les églises d’Amsterdam en 1578, au moment de leur appropriation par les calvinistes8. L’artiste s’est d’ailleurs très certainement inspiré du chœur de la Oude Kerk (la « Vieille église »). Au centre, les deux mariés sont unis par un pasteur, debout dans la chaire, levant une main vers eux tout en lisant – c’est une hypothèse – le formulaire réformé. Autour, les membres de la communauté qui pourront témoigner de l’union, puisque le formulaire comprend une apostrophe du pasteur au public : « Je vous prends ici pour témoins, qu’aucun empêchement légitime n’existe9 ». On trouve enfin, en bas de l’image, une référence biblique au lien matrimonial : « Matth. 19 ».

8L’image qui orne l’épithalame en l’honneur de Daniel des Ruelles et Willemtge Van Bengevoort (fig. 2) présente des éléments religieux sans teinte confessionnelle marquée, comme la référence biblique au mariage, ainsi que des éléments profanes, comme deux cœurs reliés l’un à l’autre et tenus par des Amours. Toutefois, une autre brochure réalisée pour le même couple emploie cette fois une iconographie exclusivement profane : les époux sont représentés en train d’unir leurs cœurs brûlants, qui ont été allumés par Cupidon.

  • 10 Cf. ci-après.

9Enfin, si les images peuvent revêtir des caractéristiques uniques liées à la personnalité des époux10, la plupart exhibent des traits génériques. Elles sont donc régulièrement réemployées par les imprimeurs, qui ne possèdent le plus souvent qu’un stock limité de planches gravées pour orner ces brochures. Par exemple, la planche profane utilisée pour l’un des épithalames de Des Ruelles avait déjà servi dix ans auparavant pour un autre couple.

  • 11 Sur ces aspects, voir Thomas (2012 : chap. II).

10Dans ces conditions, que traduit de l’événement l’image de l’éphémère ? Comme le montrent ces quelques exemples, les iconographies utilisées retranscrivent, en général, les lieux communs – profanes ou religieux – de la littérature prescriptive sur l’institution matrimoniale ou ceux de la littérature des emblèmes d’amour11. Elles mettent l’accent sur le sentiment ou le bien-fondé du lien conjugal. Elles renvoient donc plus aux relations entre les époux, à leur état social ultérieur, qu’à l’événement pour lequel elles sont conçues. En ce sens, elles aident bien à construire la fête de noces comme un rite de passage, en insistant moins sur l’instant présent que sur le nouvel état social, définitif, auquel accèdent les mariés.

11Pour réaliser cette brochure éphémère, on emploie généralement une symbolique qui ne l’est pas. Les valeurs exhibées sont durables, au moins à l’échelle de quelques générations. Mais surtout, les images elles-mêmes sont durables, certaines étant même réemployées d’un mariage à l’autre. Par exemple, la première image fait partie du stock de l’imprimeur amstellodamois Paulus Van Ravesteyn, qui ne l’emploie pas moins de 33 fois sur une période de dix-sept années. S’il est unique à l’échelle du couple, l’événement se répète souvent à l’échelle de la société. Pour construire un événement qui a trait à un couple singulier, on puise donc dans une ressource symbolique commune, qui se concrétise matériellement sous la forme d’un stock limité de planches à imprimer.

12Le lien entre singulier et collectif se marque alors, dans le cas des épithalames, par le dispositif matériel des éphémères. Ces brochures sont produites pour une occasion unique, singulière, mais elles sont identifiables par un ensemble de caractéristiques récurrentes : un format standard, une présentation qu’on retrouve systématiquement, une iconographie qu’on puise dans des ressources bien définies. C’est sans doute cette matérialité toujours reproduite qui permet de réinscrire l’événement dans une trame sociale et de perpétuer des valeurs réaffirmées à chacune de ces occasions.

Singularités

13Si elles ont, pour la plupart, un caractère générique, les images des épithalames sont parfois fortement singularisées. Mieux : certaines illustrations du corpus semblent incompréhensibles à première vue, éloignées qu’elles sont de la topique usuelle du mariage. C’est le cas de celle ornant l’épithalame dédié en 1623 à Allard Krombalck et à son épouse Maria Tesselschade Roemer Visscher (fig. 4).

Figure 4. Page de titre de l’épithalame pour les noces d’Allard Krombalck et Tesselschade Roemers Visscher, Amsterdam, Paulus Van Ravesteyn, 1623, in-4°.

Figure 4. Page de titre de l’épithalame pour les noces d’Allard Krombalck et Tesselschade Roemers Visscher, Amsterdam, Paulus Van Ravesteyn, 1623, in-4°.

Source © Koninklijke Bibliotheek, La Haye.

  • 12 Sur Tesselschade, voir Digital Vrouwenlexicon van Nederland (Lexique digital des personnalités fém (...)

14Surnommée plus simplement Tesselschade (1594-1649), cette dernière a acquis le rang de mythe national durant l’élan patriotique du xixe siècle, à l’instar de sa sœur Anna Roemer Visscher ou encore d’Anna Maria Van Schurman, ces trois Néerlandaises formant le trio glorieux des femmes lettrées du Siècle d’Or12. Le surnom « Tesselschade » est un calembour inventé par son père, marchand de grain et assureur qui, à Noël 1593, quelques mois avant la naissance de sa fille, voit toute une flotte marchande qu’il avait armée détruite par une tempête, alors qu’elle mouillait à l’île de Texel, au nord du pays. Avec cette flotte disparaissait une partie de la fortune du marchand, d’où la combinaison Tessel (Texel)/schade (malheur). Faiseur de calembours, le père est aussi auteur d’un recueil d’emblèmes à succès, paru quelque dix ans auparavant. Comme tout recueil d’emblèmes, son Sinnepoppen regroupe une série d’images accompagnées chacune d’un titre et d’un texte explicatif. Articulés ensemble, ces trois éléments révèlent le plus généralement un sens moral, comme dans l’emblème 32, intitulé « Ne te soucie pas de l’eau-de-vie » (fig. 5). L’image rassemble des objets du foyer, et l’ensemble porte sur la dépense domestique.

Figure 5. Emblème I.XXXII, in Roemer Visscher, Sinnepoppen, Amsterdam, 1614.

Figure 5. Emblème I.XXXII, in Roemer Visscher, Sinnepoppen, Amsterdam, 1614.

Source © Koninklijke Bibliotheek, La Haye.

  • 13 Crombalch meurt en 1634.

15C’est dans ce milieu littéraire que les deux sœurs Visscher sont éduquées et qu’elles cultivent leurs talents artistiques : elles excellent en musique, en chant, en dessin, ou encore dans la réalisation de gravure sur des verres à boire. Elles lisent le français et l’italien (mais mal le latin). Participant aux activités littéraires organisées dans la maison paternelle, les deux filles se lient d’amitié avec des figures du monde des lettres amstellodamoises, comme les poètes Joost Van den Vondel et Pieter Corneliszoon Hooft, ou encore le savant et homme politique Constantijn Huygens (Smits-Veldt 1994 : chap. I). Elles restent pourtant longtemps célibataires : Tesselschade se marie en 1623, à 29 ans. Son époux Allard Crombalch, originaire d’Alkmaar, est très certainement officier de marine. On ne sait à peu près rien de lui, mais il a un beau-frère qui a été un moment échevin d’Alkmaar : Crombalch est donc lié à l’élite locale, même si le cercle littéraire autour des Visscher semble faire peu de cas de lui13 (Scheltema 1808 : 149 ; Smits-Veldt 1994 : 44 sqq. ; Worp 1976 : XXI). Il épouse Tesselschade le 26 novembre 1623.

  • 14 De Salige Toortsen [Les pieux flambeaux] vanden E. Bruydegom, Heer Alard Krombalck, en syne E. Bru (...)

16De la noce sont restés des épithalames de Vondel, Huygens et Hooft. Celui de Vondel est illustré ; c’est aussi le plus long (318 vers14). L’auteur y fait se disputer les dieux de l’Olympe. Junon, patronne d’Amsterdam, veut marier Anna et Tesselschade, car ces deux sirènes attirent beaucoup d’hommes. Elle fait la proposition au conseil des dieux, mais Apollon s’y oppose : il les veut pour prêtresses et décrit leurs qualités. Neptune se dresse contre Apollon, et Mars intervient en faveur de Junon. Vient enfin le jugement de Jupiter, qui annonce le mariage. Logiquement ici, le sujet principal est la figure de Tesselschade, l’amie du poète Vondel : l’unique référence à l’époux, Crombalch, intervient à la fin (vers 314).

  • 15 Je remercie Henk Van Nierop pour cette idée d’interprétation.

17Cependant, au sein de la brochure, c’est la gravure de la première page qui révèle peut-être le mieux certains enjeux de la noce. Elle montre un bateau naviguant toutes voiles dehors entre une île et la côte, dans un chenal délimité par des écueils. Autour de l’image, un distique en néerlandais : « Geeft Tesselschade baet, sprack Adelaert, aen ’t land, myn schip is dan te laet in Tessels schoot gestrand. » (« Si le malheur de Texel [c’est-à-dire Tesselschade] donne de l’avantage au pays, dit Adelaert [Allard], mon vaisseau a mouillé trop tard au giron de Texel »). Image et poème jouent ici sur la relation entre le bateau et l’île, le marin qu’est Crombalch et sa fiancée, par l’intermédiaire du mot schoot, qu’on peut traduire par « flanc » ou « giron ». La seconde ligne fait sans doute à la fois référence à un retour tardif de Crombalch dans la rade de Texel, mais aussi à l’âge avancé du marié15. Si le poème s’adresse donc essentiellement à la femme, la gravure met en exergue les deux mariés et leur relation, mais aussi la profession de Crombalch et l’origine du nom de Tesselschade.

  • 16 Partie I, image XV, in Visscher (1614).
  • 17 Citation biblique : Mt. 11, 25 : Confiteor tibi, Pater, Domine caeli et terrae, quia abscondisti h (...)

18En réalité, cette planche est un réemploi : elle a été utilisée dans les Sinnepoppen de Roemer Visscher, le père de Tesselschade16. L’emblème correspondant, dont le titre est Revelasti Parvulis, rend grâce à Dieu de donner le savoir maritime aux « gens grossiers » et non aux savants qui parlent latin, c’est-à-dire à chacun selon ses besoins17 (fig. 6).

Figure 6. Emblème I.XV, in Roemer Visscher, Sinnepoppen, Amsterdam, 1614.

Figure 6. Emblème I.XV, in Roemer Visscher, Sinnepoppen, Amsterdam, 1614.

Source © Koninklijke Bibliotheek, La Haye.

19Il ne faut sans doute pas chercher un lien sémantique entre l’emblème et l’épithalame, où le titre originel a été remplacé par le distique que l’on vient de traduire. L’important est bien plutôt dans le réemploi de la gravure elle-même, qui établit un lien matériel, plutôt qu’intellectuel, entre l’œuvre du père et le mariage de la fille. Plutôt que de faire réaliser sa brochure chez l’imprimeur, avec une gravure nouvelle, ou standard, l’auteur Vondel a vraisemblablement demandé au père de la mariée une planche qui faisait partie du stock familial, donc du capital symbolique des Visscher, et qui soit adaptée, sur le plan iconographique, au statut et à la personnalité des mariés.

  • 18 Sur la patrimonialisation d’objets similaires dans des collections aux statuts différenciés, voir (...)
  • 19 Elle a donc une histoire, une « biographie ». Sur les liens entre le possesseur et son objet, voir (...)

20L’image révèle donc plusieurs enjeux des liens entre éphémère et événement nuptial. Reprenant le format classique d’un épithalame et proclamant le mariage, la brochure est associée sans difficulté avec cet événement. Elle a donc été naturellement patrimonialisée dans la collection d’épithalames conservée à la Bibliothèque royale de La Haye18. Par ailleurs, pour les invités au mariage – qui sont tous certainement des proches de la famille et connaissent l’œuvre de Roemer Visscher –, la planche qui honore le couple renvoie aux qualités littéraires du père, qui rejaillissent ainsi sur la fille. L’événement nuptial est alors une occasion de construire la gloire littéraire de la famille. Enfin et surtout, l’image est l’incarnation de tout un jeu symbolique de circulation d’une planche, entre deux générations, et par l’intermédiaire d’un ami – l’auteur du poème. Elle est donc l’incarnation des relations de solidarité, de liens affectifs qui peuvent exister entre ces individus : en ce sens elle contribue à construire les relations affectives au sein du groupe19. Mais justement, sans la connaissance précise de cette circulation et du tissu de relations sociales dans lequel elle est manipulée, l’image devient complètement incompréhensible en regard de l’événement nuptial, puisqu’elle ne reprend aucun élément évident de la symbolique matrimoniale. Au fond, son sens ne peut être saisi que par les acteurs mêmes de la fête de noces, qui connaissent les mariés, le père de la mariée et la production littéraire de celui-ci. L’événement est construit en étant replacé dans une mémoire familiale érudite, avec une profondeur temporelle d’une génération.

21Dans ces conditions, il y a de bonnes chances pour que, même au sein de ce petit monde, dès la génération suivante, peu de gens aient été en mesure de comprendre que cette iconographie elle aussi avait un lien avec le contexte nuptial. Si la brochure est un médium éphémère, le sens de la gravure elle-même, en s’affranchissant de la topique, l’est tout autant. Paradoxalement, ce sens est d’autant plus fort pour les acteurs de l’événement. Ici, cet événement est construit à travers l’éphémère par le jeu de relations sociales qui aboutissent à la création de la brochure et que celle-ci, à son tour, renforce. La fête de noces se construit donc autant dans le processus social de fabrication de l’épithalame que par ce que ce dernier dit explicitement. Pour être exceptionnel, ce cas n’est pas unique : il existe d’autres brochures illustrées où l’image, tout aussi difficile à comprendre, est encore au cœur d’un jeu entre les participants à la fête (Thomas 2012 : 316 sqq.).

22Il paraît difficile de reconstituer historiquement les noces des élites urbaines des Provinces-Unies du xviie siècle par le biais des épithalames : d’autres sources sont plus riches pour la reconstitution de la fête, même si l’on possède peu de textes narratifs qui la décrivent. Relativement pauvres pour donner accès au déroulement de l’événement nuptial, les épithalames sont en revanche un matériau très riche pour comprendre la symbolique qui s’y attache, et qui est largement partagée au xviie siècle. On l’a évoqué, brièvement, dans une approche binaire entre dépendance aux conventions collectives et choix individuel, qui reproduit la dichotomie sociologique classique entre structure et agency.

23On a essayé de montrer, surtout, que les éphémères que sont les épithalames illustrés participent eux-mêmes à la construction de l’événement. S’ils sont évidemment d’une signification mineure en regard du rite lui-même, ils font partie de ces dispositifs matériels qui donnent une existence à l’événement nuptial, de la même façon, peut-être, que la présentation du menu donne en partie son existence à l’événement que représente le repas au restaurant. On a également essayé de montrer qu’à certaines occasions, en fonction de leurs ressources financières, sociales, intellectuelles, les acteurs qui manipulent les épithalames et leurs illustrations (qu’il s’agisse des commanditaires ou des époux fêtés) soudaient le groupe d’amis par la réalisation même de ces brochures. Dans les deux cas, la matérialité, l’existence même de l’éphémère semble être au cœur de l’événement privé, et compter au moins autant que la symbolique qu’il porte (ou pas) de manière explicite.

Bibliographie

Bonnot, Thierry, 2002. La Vie des objets. D’ustensiles banals à objets de collection. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Bouma, Jan Adriaan, 1968. Het epithalamium van Paulinus van Nola. Assen, Van Gorcum.

Bouman, José, 1982. Nederlandse gelegenheidsgedichten voor 1700 in de Koninklijke Bibliotheek te ’s-Gravenhage. Catalogus van gedrukte gedichten op gedenkwaardige gebeurtenissen in het leven van particuliere personen. La Haye, Koninklijke Bibliotheek.

Frijhoff, Willem et Spies, Marijke, 2004. 1650. Hard-Won Unity. Assen, Royal van Gorcum : 532 sqq.

Huysman, Ineke et Rasch, Rudolf (dir.), 2009. Béatrix en Constantijn. De briefwisseling tussen Béatrix de Cusance en Constantijn Huygens, 1652-1662. Amsterdam, Boom : 295.

Kalff, Gerrit, 1916. Huiselijk en maatschappelijk leven te Amsterdam in de 17de eeuw. La Haye, Nijhoff : 60.

Porteman, Karel et Smits-Veldt, Mieke, 2008. Een nieuw vaderland voor de muzen. Amsterdam, Bert Bakker : 253 sq.

Scheltema, Jacobus, 1808. Anna en Maria Tesselschade, de dochters van Roemer Visscher. Amsterdam, J. W. Yntema en comp.

—, 1832. Volksgebruiken der Nederlanders bij het vrijen en trouwen. Utrecht, J. G. Van Terveen en zoon : 146-153 ; 217-218.

Smits-Veldt, Mieke, 1994. Maria Tesselschade. Leven met talent en vriendschap. Zutphen, Walburg Pers.

Schenkeveld-Van der Dussen, Maria Adriana, 1999. « La littérature comme phénomène élitaire », in Hanna Stouten et al. (dir.), Histoire de la littérature néerlandaise. Paris, Fayard : 269-304.

Spaans, Joke, 2004. « Stad van vele geloven 1578-1795 », in Willem Frijhoff et Maarten Prak (dir.), Geschiedenis van Amsterdam. t. 2-1. Centrum van de wereld. 1578-1650. Amsterdam, SUN : 385-467.

Spies, Marijke, [1991]. « Betaald werk ? Poëzie als ambacht in de 17e eeuw », Holland, n° 23 : 210-224.

Stollberg-Rilinger, Barbara, 2008. « La communication symbolique à l’époque pré-moderne. Concepts, thèses, perspectives de recherche », Trivium, n° 2 : 6.

Thomas, Romain, 2012. La Fiancée hollandaise. Images du mariage et usages sociaux, religieux et politiques de la symbolique matrimoniale dans les Provinces-Unies au xviie siècle, thèse de l’université Lyon 2 soutenue en octobre 2012.

—, 2015. « L’historien et l’historien de l’art modernistes face à la patrimonialisation des éphémères : le cas des corpus néerlandais du xviie siècle », in Olivier Belin et Florence Ferran (dir.), Les Éphémères, un patrimoine à construire, en ligne sur Fabula (coll. « Colloques en ligne »), URL : <http://www.fabula.org/colloques/document2934.php> [consulté le 14/09/2018].

Tufte, Virginia, 1970. The Poetry of Marriage. The Epithalamium in Europe and Its Developments in England. Los Angeles (CA), Tinnon-Brown.

Van Strien, Anthonie, 1997. « Een baken voor de vrienden. Maria Tesselschade Roemersdr. Visscher », in Riet Schenkeveld-Van der Dussen (dir.), Met en zonder lauwerkrans. Schrijvende vrouwen uit de vroegmoderne tijd 1550-1850: van Anna Bijns tot Elise van Calcar. Amsterdam, Amsterdam University Press : 171-174.

Visscher, Roemer, 1614. Sinnepoppen. Amsterdam, W. Jansz.

Worp, J. A., 1976 [1918]. Een onwaerdeerlycke Vrouw. Brieven en verzen van en aan Maria Tesselschade. Utrecht, HES Publishers.

Notes

1 Voir Thomas (2012). Cet article est issu d’une partie du chapitre IV : « Les noces des élites urbaines ».

2 Cité (en français) dans Huysman et Rasch (2009 : 295).

3 Sur les épithalames, voir l’ouvrage de Tufte (1970) ; et les quelques pages sur la poésie néo-latine dans Frijhoff et Spies (2004 : 532 sqq).

4 Sur l’usage des épithalames, voir Scheltema (1832 : 146-153 ; 217-218).

5 Cette collection a fait l’objet d’un recensement, publié sous la forme d’un catalogue (Bouman 1982). Ce catalogue comporte la liste des titres des épithalames, par ordre chronologique, le format, la mention de la gravure éventuelle. Souvent en note, le nom de l’auteur du poème, parfois identifié grâce à son dicton. Plusieurs index recensent le nom des mariés, le nom de l’imprimeur, s’il est connu, le lieu du mariage (même remarque), la langue du poème. Enfin, la reproduction d’une grande partie des images. Dans la suite, les épithalames seront identifiés par leur numéro dans le catalogue de Bouman plutôt que par leur cote de la Bibliothèque royale (La Haye).

6 C’est ce qu’indique le folkloriste Gerrit Kalff (Kalff 1916 : 60). Sur le phénomène des auteurs professionnels, voir Spies ([1991] : 210-224).

7 Bouman (image n° 5).

8 Voir Spaans (2004 : 385-467).

9 « Ick neme u alle die hier nu vergadert zijt, tot Getuygen, dat daer geen wettelicke verhinderinge voorgekomen is. » Voir Formulierboek, Formulierboek voor de eeredienst der hervormden, Schoonhoven, 1849, p. 102-112, p. 108.

10 Cf. ci-après.

11 Sur ces aspects, voir Thomas (2012 : chap. II).

12 Sur Tesselschade, voir Digital Vrouwenlexicon van Nederland (Lexique digital des personnalités féminines des Pays-Bas) : http://www.historici.nl/Onderzoek/Projecten/DVN ; Scheltema (1808). Un grand nombre de publications sont apparues pour le 400e anniversaire de sa naissance, parmi lesquelles : Smits-Veldt (1994) ; plusieurs articles dans Tijdschrift voor Nederlandsche taal- en letterkunde, 111 (1995/2) ; dans « Themanummer Maria Tesselschade : haar 400ste geboortedag », Amstelodamum. Maandblad voor de kennis van Amsterdam, 81 (1994/2). Également Porteman et Smits-Veldt (2008 : 253 sq.) ; Van Strien (1997 : 171-174).

13 Crombalch meurt en 1634.

14 De Salige Toortsen [Les pieux flambeaux] vanden E. Bruydegom, Heer Alard Krombalck, en syne E. Bruyt, Ionckvrouw Tessel-schade Roemer Visschers, Amsterdam, 1623. Bouman n° 139.

15 Je remercie Henk Van Nierop pour cette idée d’interprétation.

16 Partie I, image XV, in Visscher (1614).

17 Citation biblique : Mt. 11, 25 : Confiteor tibi, Pater, Domine caeli et terrae, quia abscondisti haec a sapientibus et prudentibus et revelasti ea parvulis. Selon la traduction des États généraux : « Ik dank U, Vader! Heere des hemels en der aarde! dat Gij deze dingen voor de wijzen en verstandigen verborgen hebt, en hebt dezelve den kinderkens geopenbaard. » (« Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, d’avoir caché cela aux sages et aux intelligents et de l’avoir révélé aux tout-petits. ») Et le texte de l’emblème de Roemer Visscher dit : « Revelasti Parvulis. De grove plompe lieden, en niet de groote gheleerde mannen hebben de wetenschap de Havens in ende uyt te seylen, ende hun schepen van de gronden te wachten, daer de welvaert van dese landen aen gheleghen is : Dus zeghent de goede God de zyne, met soo veel verstants als elck noodigh is tot zyne neeringhe. Soo dat de gheleerde wyse mannen de plompe boeren ende Zeelieden soo wel behoeven, als de botte Hollanders de spitsinnighe Atheniensers ofte Italianen. », Visscher (1614), emblème I.XV.

18 Sur la patrimonialisation d’objets similaires dans des collections aux statuts différenciés, voir Thomas (2015).

19 Elle a donc une histoire, une « biographie ». Sur les liens entre le possesseur et son objet, voir l’étude anthropologique de Bonnot (2002).

Table des illustrations

Titre Figure 1. Adriaen Van de Venne, illustration du chapitre « Bruyt » [« Fiancée »], in Jacob Cats, Houwelick [Mariage], Middelburg, 1625, in-4°.
Crédits Source © Koninklijke Bibliotheek, La Haye.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11903/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,2M
Titre Figure 2. Page de titre de l’épithalame pour le mariage de Daniel des Ruelles et Willemtge Van Bengevoort, Amsterdam, 1629.
Crédits Source © Koninklijke Bibliotheek, La Haye.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11903/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 959k
Titre Figure 3. Page de titre de l’épithalame pour le mariage de Ioannes Boddens et Susanna Rudts, Amsterdam, 1619.
Crédits Source © Koninklijke Bibliotheek, La Haye.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11903/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 931k
Titre Figure 4. Page de titre de l’épithalame pour les noces d’Allard Krombalck et Tesselschade Roemers Visscher, Amsterdam, Paulus Van Ravesteyn, 1623, in-4°.
Crédits Source © Koninklijke Bibliotheek, La Haye.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11903/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 926k
Titre Figure 5. Emblème I.XXXII, in Roemer Visscher, Sinnepoppen, Amsterdam, 1614.
Crédits Source © Koninklijke Bibliotheek, La Haye.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11903/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 6. Emblème I.XV, in Roemer Visscher, Sinnepoppen, Amsterdam, 1614.
Crédits Source © Koninklijke Bibliotheek, La Haye.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11903/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

Auteur

Maître de conférences en histoire de l’art moderne. HAR, UPL, université Paris Nanterre

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search