Version classiqueVersion mobile

Les éphémères et l’événement

 | 
Olivier Belin
, 
Florence Ferran

Dimensions : entre événements privés et collectifs

Les étiquettes de prix dans le contexte de la cérémonie de distribution solennelle des prix

Michael Twyman

Texte intégral

« Elle se rappelait les jours de distribution de prix, où elle montait sur l’estrade pour aller chercher ses petites couronnes. Avec ses cheveux en tresse, sa robe blanche et ses souliers de prunelles découverts, elle avait une façon gentille, et les messieurs, quand elle regagnait sa place, se penchaient pour lui faire des compliments ; la cour était pleine de calèches, on lui disait adieu par les portières, le maître de musique passait en saluant, avec sa boîte à violon. Comme c’était loin, tout cela ! comme c’était loin ! »
Gustave Flaubert, Madame Bovary, 1857, I/VII

1Le sujet de cet article est l’éphémère lié à un événement annuel dans les écoles françaises (laïques ainsi que chrétiennes) : la distribution des prix ou, comme on disait normalement et plus respectueusement, « la distribution solennelle des prix ». Cette cérémonie, que l’on connaît bien en France, occupait un moment particulier dans l’année scolaire du xixe siècle et de la première moitié du xxe siècle. Je ne suis pas expert en l’histoire de l’éducation française : j’aborde le sujet en tant que collectionneur d’imprimés éphémères et historien de l’impression.

2Mon intérêt pour le sujet a commencé avec les livres de prix qui étaient décernés aux écoliers en récompense de leur succès (fig. 1). Plus tard, cet intérêt s’est développé pour les éphémères relatifs à l’éducation, et surtout à la cérémonie de la distribution des prix. L’idée d’offrir des livres aux écoliers qui avaient brillé dans leurs études n’était pas nouvelle. Feu Giles Barber a écrit un article sur les livres de prix français du xviie siècle, reliés sans prétention en cuir de veau, qui étaient décernés à ceux qui avaient réussi en latin ou en grec (Barber 1996 : 383-407). La majorité de ces livres ne porte pas d’étiquettes de prix, et, autant que je le sache, on ne trouve pas d’éphémères qui s’y rattachent.

Figure 1. Une sélection de livres de prix des années 1850 et 1860, tous cartonnés, imprimés en couleur, gaufrés et dorés, avec médaillons lithographiés (soit imprimés en couleur, soit coloriés à la main). Six livres édités par Ad. Mame et Cie (Tours), un livre par P.-C. Lehuby (Paris) et un par L. Lefort (Lille).

Figure 1. Une sélection de livres de prix des années 1850 et 1860, tous cartonnés, imprimés en couleur, gaufrés et dorés, avec médaillons lithographiés (soit imprimés en couleur, soit coloriés à la main). Six livres édités par Ad. Mame et Cie (Tours), un livre par P.-C. Lehuby (Paris) et un par L. Lefort (Lille).

Source. Collection et photographie de l’auteur.

3En revanche, nous avons beaucoup de documents en ce qui concerne la cérémonie de la distribution des prix du xixe siècle : non seulement ceux liés à la cérémonie elle-même (l’éphémère du jour), mais aussi les imprimés liés à l’événement, que ce soit directement ou indirectement. Il y a les imprimés produits en prévision de la cérémonie : la publicité pour les écoles, les frais de scolarité, l’autorisation des institutrices et des instituteurs, les livres de prix eux-mêmes, la publicité pour ces livres, ainsi que les étiquettes de prix. On trouve en outre un large éventail de petits documents éphémères liés au progrès et à l’encouragement des écoliers : les bulletins scolaires, les bons points, et les témoignages de sagesse et de satisfaction.

4Je commencerai par quelques mots sur la cérémonie elle-même. Je ne sais pas exactement quand elle a été introduite, mais la formule existait au milieu du xviiie siècle. Chose curieuse, elle est à peine mentionnée dans un Guide des écoles primaires, édité par Hachette en 1829, un livre de plus de cent pages qui décrit l’organisation des écoles primaires, pour l’essentiel basé sur les ordonnances réglementaires de l’autorité royale. Le Guide explique en détail certains sujets, par exemple, à propos des écoliers :

Pour la lecture des manuscrits, on leur fera lire de préférence des manuscrits ou cahiers lithographiés, contenant les choses qu’il leur sera utile de connaître dans la suite de leur vie, comme des quittances, baux, marchés, devis, mémoires d’ouvrages (Guide des écoles primaires : 76).

5Autrement dit, les éphémères sont concernés. Ces cahiers, lit-on, « se trouvent à Paris, chez Colas » (ibid. : 76, note 2).En ce qui concerne les éphémères imprimés, le Guide fait mention de « billets de satisfaction », et il montre un spécimen qu’on pouvait se procurer « à un prix modique » par le même fournisseur que les cahiers (ibid. : 69).Mais il ne fait qu’une très brève mention de la distribution annuelle des prix avec le conseil : « Si la commune donne quelques fonds pour l’encouragement de l’école, il sera fait une distribution annuelle de prix » (ibid. : 70-71).

6Quelques années plus tard, un livre de Règlement des écoles primaires apparut avec un petit chapitre sur les récompenses, et un autre avec l’en-tête : « De la distribution solennelle des prix ». L’ouvrage explique que le comité d’arrondissement voudrait encourager l’établissement des distributions de prix dans les différentes écoles de son ressort : il stipule que « cette distribution aura toujours lieu à la fin de l’année scolaire », et qu’elle sera faite « au chef-lieu du comité d’arrondissement, en présence de ce comité, de l’inspecteur des écoles et du comité local ; et dans les autres communes, en présence dudit inspecteur et du comité local, et autant que faire se pourra, les parents seront priés d’assister aussi à cette cérémonie » (Règlement des écoles primaires 1837 : 29).

7Il fallait aussi que chaque instituteur adresse les invitations individuelles à tous les membres du comité et à l’inspecteur des écoles, et qu’il informe les pères et les mères des enfants du jour choisi pour la cérémonie. De plus, le Règlement explique que les livres de prix « seront choisis parmi ceux que le conseil royal aura autorisés », et que ce choix « devra être constaté et vérifié par le comité d’arrondissement » (ibid. : 30).Après avoir reçu ce consentement officiel, le Règlement continue : « l’instituteur pourra écrire sur le premier feuillet du livre, la destination dudit livre, et signera cette mention qui sera ainsi, pour l’instituteur comme pour l’élève, un souvenir précieux, et pour le comité une garantie de bon choix des livres » (ibid.).

8La figure 2 montre un livre signé de cette façon, ce qui était très courant avant l’arrivée de l’étiquette de prix imprimée, dont le cas le plus précoce dans ma collection date de 1839.

Figure 2. Étiquette de prix d’une école inconnue, pour un prix décerné en 1847. Écrite à la main et collée dans Charles Malo, L’Œuvre de Saint Vincent de Paul, Tours, Ad. Mame et Cie, 1847), 97 × 75 mm.

Figure 2. Étiquette de prix d’une école inconnue, pour un prix décerné en 1847. Écrite à la main et collée dans Charles Malo, L’Œuvre de Saint Vincent de Paul, Tours, Ad. Mame et Cie, 1847), 97 × 75 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

  • 1 Pour les livres de ces éditeurs, voir Malavieille (1985) et Verdure (2008).

9Je ne parlerai que très brièvement des livres de prix : c’est un sujet à part entière. Le but des éditeurs de ces livres était de publier des textes religieux, moralisateurs, autrement dit édifiants, à très bon marché, et de les produire avec des couvertures séduisantes afin d’éveiller l’intérêt des enfants. Ces couvertures étaient de deux sortes : ou de percaline ou de papier, principalement de papier gaufré et doré, avec ou sans médaillon. Plus de quarante éditeurs ont publié ces livres de prix, comme Lehuby à Paris, mais la majorité d’entre eux étaient basés en province : Marchal Ardant et Barbou (Limoges), Victor Doublet (Angers et Dijon), Lefort (Lille), Mégard (Rouen), et Mame et Pornin (Tours)1. En règle générale, les textes publiés en province ont été revus et admis par un comité nommé par l’évêque ou l’archevêque local, et ils présentent une signature en fac-similé de l’un ou l’autre (fig. 3).

Figure 3. « Approbation » de l’archevêque de Rouen, dans A. De Saint-Germain, Épisodes de Guerre, Rouen, Mégard et Cie, 1856, 176 × 105 mm.

Figure 3. « Approbation » de l’archevêque de Rouen, dans A. De Saint-Germain, Épisodes de Guerre, Rouen, Mégard et Cie, 1856, 176 × 105 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

10Le plus prolifique des éditeurs de livres de prix fut la grande maison d’Alfred Mame à Tours. En 1848 elle employait six cents ouvriers et publiait chaque jour dix mille volumes au format in-douze (vingt mille en 1862, voir Malavielle 1985 : 57-58) : cela représente trois à six millions de livres chaque année. Par ailleurs, Mame et les autres éditeurs ont parfois publié des prospectus, dans lesquels ils cataloguaient leurs livres de prix par format. Dans un prospectus de 1850, la maison Mame proposait 254 titres, et dans une réclame générale et prestigieuse des années 1880 elle déclarait, au-dessus de l’en-tête « livres pour distributions de prix », qu’elle avait plus de 800 volumes « appropriés à tous les âges et à toutes les conditions » (Cercle de la librairie 1881). Comme d’autres éditeurs, la maison proposait ces livres aux écoles à la pièce, mais aussi en gros avec une remise considérable.

11Les livres de prix nous conduisent aux renseignements que l’instituteur ou l’institutrice notait dans le livre, normalement à la deuxième de couverture, et originellement, comme nous l’avons vu, entièrement à la main. On peut conjecturer que les professeurs en avaient vraiment assez d’écrire toutes les informations nécessaires à main ; quoique cette coutume ait perduré, spécifiquement dans les petites écoles (fig. 4), on a commencé à remplacer la plume par les étiquettes imprimées dès les années 1840, ou par la typographie (fig. 5) ou la lithographie (fig. 6). Dans ma collection modeste d’environ deux cents livres de prix, peut-être cinquante ont gardé leur étiquette ou laissent paraître, à l’évidence, qu’ils en ont eu. Malheureusement, beaucoup de collectionneurs sans scrupule ont enlevé les étiquettes, laissant donc le livre de prix, ainsi que l’étiquette, sans contexte (fig. 7).

Figure 4. Étiquette de prix du Pensionnat des religieuses ursulines d’Orléans, pour un prix décerné en 1860. Écrite à la main ; collée dans F. C. Gérard, Les trois amis ou le prix du travail, Rouen, Mégard et Cie, 1856, 109 × 80 mm.

Figure 4. Étiquette de prix du Pensionnat des religieuses ursulines d’Orléans, pour un prix décerné en 1860. Écrite à la main ; collée dans F. C. Gérard, Les trois amis ou le prix du travail, Rouen, Mégard et Cie, 1856, 109 × 80 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

Figure 5. Une sélection de livres de prix avec étiquettes de prix décernés entre 1842 et 1860. Toutes les étiquettes sont imprimées en caractères mobiles, quelques-unes sur papier coloré.

Figure 5. Une sélection de livres de prix avec étiquettes de prix décernés entre 1842 et 1860. Toutes les étiquettes sont imprimées en caractères mobiles, quelques-unes sur papier coloré.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

Figure 6. Une sélection de livres de prix avec étiquettes de prix décernés entre 1845 et 1869. Toutes les étiquettes sont dessinées sur pierre, quelques-unes lithographiées en couleur ou sur papier coloré.

Figure 6. Une sélection de livres de prix avec étiquettes de prix décernés entre 1845 et 1869. Toutes les étiquettes sont dessinées sur pierre, quelques-unes lithographiées en couleur ou sur papier coloré.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

Figure 7. Deux livres de prix, édités par Ad. Mame et Cie (1858) et Barbou Frères (1850), manquant leur étiquette de prix.

Figure 7. Deux livres de prix, édités par Ad. Mame et Cie (1858) et Barbou Frères (1850), manquant leur étiquette de prix.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

12Presque toutes les étiquettes de prix françaises sont imprimées en noir, quelquefois sur papier coloré. Je n’ai vu qu’une poignée d’exemplaires en couleur, et un seul exemplaire produit au moyen de la gravure au burin ou à l’eau-forte (fig. 8). Plus chers que l’impression typographique ou lithographique, ces procédés étaient consacrés aux ex-libris des grands collectionneurs. En tout état de cause, il fallait que les étiquettes de prix imprimées fussent bon marché, parce que les imprimeurs étaient obligés d’entrer en concurrence avec le travail manuscrit, qui était en effet gratuit.

Figure 8. Étiquette de prix de l’Institution de Mme D’Aubrée, au Marais, Paris, gravée sur cuivre à l’eau-forte et au burin. 113 × 74 mm.

Figure 8. Étiquette de prix de l’Institution de Mme D’Aubrée, au Marais, Paris, gravée sur cuivre à l’eau-forte et au burin. 113 × 74 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

13Le format de ces étiquettes de prix ne varie pas beaucoup. En règle générale, le lettrage était entouré d’une bordure décorative, surtout dans les exemples lithographiés (fig. 9) ; de même, on trouve normalement en tête le nom de l’école (fig. 10). La majorité de ces étiquettes étaient faites sur commande, mais un quart (dans le cas de ma collection) étaient imprimées pour s’ajuster à toutes les écoles. Quelques étiquettes présentent la date de la cérémonie elle-même, soit lithographiée soit imprimée en caractères mobiles (fig. 11), d’autres montrent plus de confiance dans le mois que dans l’année et impriment simplement le mot « août » et les premiers chiffres de la décennie ou du siècle (fig. 12). Toutes les étiquettes de prix que j’ai vues ont été imprimées avec des blancs, afin que l’instituteur ou l’institutrice puisse remplir les renseignements individuels à la main, c’est-à-dire la catégorie du prix décerné et le nom de l’écolier, quelquefois la classe et la division du prix. On trouve généralement une signature : celle de l’instituteur d’un pensionnat ou du directeur d’un collège – et, très peu souvent, celle du maire. Parmi les étiquettes que j’ai étudiées, j’ai constaté des prix décernés pour des compétences générales comme l’écriture, le style, la récitation (fig. 13), le travail, l’arithmétique, le dessin linéaire et même la déclamation tragique (fig. 14) ; ainsi que pour des domaines de connaissances plus spécifiques, tels que la géographie (fig. 15), l’histoire de France, la chimie, le calcul, le catéchisme et l’histoire sacrée.

Figure 9. Étiquette de prix des Écoles chrétiennes municipales des Frères de Rennes, pour un prix décerné en 1859. Lithographiée par Hauvespre [Rennes] ; collée dans M. B., École des mœurs de la jeunesse, Lille, L. Lefort, 1857, 112 × 75 mm.

Figure 9. Étiquette de prix des Écoles chrétiennes municipales des Frères de Rennes, pour un prix décerné en 1859. Lithographiée par Hauvespre [Rennes] ; collée dans M. B., École des mœurs de la jeunesse, Lille, L. Lefort, 1857, 112 × 75 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

Figure 10. Étiquette de prix du Pensionnat de Melles Laroche, pour un prix décerné en 1843. Imprimée en caractères mobiles, avec une gravure sur bois ; collée dans F. Valentin, Les artisans célèbres. Tours, Ad. Mame et Cie, 1843, 156 × 99 mm.

Figure 10. Étiquette de prix du Pensionnat de Melles Laroche, pour un prix décerné en 1843. Imprimée en caractères mobiles, avec une gravure sur bois ; collée dans F. Valentin, Les artisans célèbres. Tours, Ad. Mame et Cie, 1843, 156 × 99 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

Figure 11. Étiquette de prix du collège de Saint-Girons pour un prix décerné en 1846. Imprimée en caractères mobiles sur papier jaune ; collée dans une édition « Revue avec soin » par A. M. D. G., de Fénelon, Les aventures de Télémaque. Toulouse, Bon et Privat, 1846, 122 × 85 mm.

Figure 11. Étiquette de prix du collège de Saint-Girons pour un prix décerné en 1846. Imprimée en caractères mobiles sur papier jaune ; collée dans une édition « Revue avec soin » par A. M. D. G., de Fénelon, Les aventures de Télémaque. Toulouse, Bon et Privat, 1846, 122 × 85 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

Figure 12. Étiquette de prix du Pensionnat de la communauté d’Evron, pour un prix décerné en 1865. Lithographiée par Édouard Morice, Laval ; collée dans Mme Woillez, L’Abeille institutrice. Tours, Ad. Mame et Cie, 1853, 135 × 88 mm.

Figure 12. Étiquette de prix du Pensionnat de la communauté d’Evron, pour un prix décerné en 1865. Lithographiée par Édouard Morice, Laval ; collée dans Mme Woillez, L’Abeille institutrice. Tours, Ad. Mame et Cie, 1853, 135 × 88 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

Figure 13. Étiquette de prix de l’Établissement des sœurs de la Charité et Instruction chrétienne de Nevers, sans date. Lithographiée par Talboutier, Nevers ; collée dans Mlle B., École des jeunes demoiselles : lettres sur l’éducation, Lille, L. Lefort, 1859, 110 × 70 mm.

Figure 13. Étiquette de prix de l’Établissement des sœurs de la Charité et Instruction chrétienne de Nevers, sans date. Lithographiée par Talboutier, Nevers ; collée dans Mlle B., École des jeunes demoiselles : lettres sur l’éducation, Lille, L. Lefort, 1859, 110 × 70 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

Figure 14. Étiquette de prix du Pensionnat des Dames de la Présentation, Castres, pour un prix décerné en 1854. Lithographiée ; collée dans J. Vital, Quinze jours de vacances : promenades au bord de la mer, Rouen, Mégard et Cie, s. d., 63 × 100 mm.

Figure 14. Étiquette de prix du Pensionnat des Dames de la Présentation, Castres, pour un prix décerné en 1854. Lithographiée ; collée dans J. Vital, Quinze jours de vacances : promenades au bord de la mer, Rouen, Mégard et Cie, s. d., 63 × 100 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

Figure 15. Étiquette de prix du Pensionnat des Ursulines de Nantes, pour un prix décerné en 1860. Lithographiée sur papier jaune ; collée dans Mme Delarbre, Sous les saules de la prairie, Paris, P.-C. Lehuby, 120 × 80 mm.

Figure 15. Étiquette de prix du Pensionnat des Ursulines de Nantes, pour un prix décerné en 1860. Lithographiée sur papier jaune ; collée dans Mme Delarbre, Sous les saules de la prairie, Paris, P.-C. Lehuby, 120 × 80 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

14Je m’intéresse spécifiquement aux étiquettes de prix lithographiées parce qu’elles sont plus particulières que les autres. Elles étaient faites par les artistes-écrivains lithographes, ouvriers qui formaient le pivot de chaque établissement lithographique français du xixe siècle. Ces écrivains se spécialisaient dans les travaux de ville ou imprimés éphémères, telles ces deux factures, écrites à rebours sur une pierre au début du xxe siècle (fig. 16). Ils étaient habiles en toutes sortes d’écritures (l’anglaise, la ronde, la bâtarde, la gothique) ainsi qu’en caractères de fantaisie ; ils pouvaient en outre dessiner les images les plus simples (fig. 17). D’après mes observations, la présence d’une marque d’imprimeur sur une étiquette préfigure une correspondance presque exacte entre la ville où le lithographe travaillait et la localisation de l’école (fig. 18) – en l’occurrence Carcassonne.

Figure 16. Pierre matrice lithographique du lithographe Roque, Paris, c. 1900, montrant deux têtes de lettre à rebours. 220 × 165 × 62 mm.

Figure 16. Pierre matrice lithographique du lithographe Roque, Paris, c. 1900, montrant deux têtes de lettre à rebours. 220 × 165 × 62 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

Figure 17. Étiquette de prix du Pensionnat des Dames des Sacrés Cœurs, Rennes, pour un prix décerné en 1847. Dessinée sur pierre par C. Oberthür et imprimée par Joseph Landais, Rennes ; collée dans Aventures de Carver chez les sauvages de l’Amérique septentrionale, Tours, Ad. Mame et Cie, 1846, 130 × 85 mm.

Figure 17. Étiquette de prix du Pensionnat des Dames des Sacrés Cœurs, Rennes, pour un prix décerné en 1847. Dessinée sur pierre par C. Oberthür et imprimée par Joseph Landais, Rennes ; collée dans Aventures de Carver chez les sauvages de l’Amérique septentrionale, Tours, Ad. Mame et Cie, 1846, 130 × 85 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

Figure 18. Étiquette de prix du Pensionnat des Religieuses dominicaines, Carcassonne, pour un prix décerné en 1869. Lithographiée par [Eugène ?] Moutonnet, Carcassonne ; collée dans M. F., La fille du fermier, Lille et Paris, L. Lefort, [1866], 125 × 90 mm.

Figure 18. Étiquette de prix du Pensionnat des Religieuses dominicaines, Carcassonne, pour un prix décerné en 1869. Lithographiée par [Eugène ?] Moutonnet, Carcassonne ; collée dans M. F., La fille du fermier, Lille et Paris, L. Lefort, [1866], 125 × 90 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

15Exceptionnellement, une étiquette de prix générique fait connaître un lien avec l’éditeur d’un livre. Par exemple, on trouve collée sur la deuxième de couverture d’un livre, publié par l’éditeur Marchal Ardant basé à Limoges (fig. 19), une étiquette de prix décernée à un écolier à Paris en 1856 (fig. 20). On peut déduire que Marchal Ardant faisait imprimer ces étiquettes – avec son nom en majuscules bien en vue en bas – et que l’école en a acheté en gros avec sa commande de livres. Il existait donc dans ce cas une connexion entre l’école, l’éditeur, et les étiquettes.

Figure 19. L’Abbé Laurent, Histoire de Théodose le Grand, Limoges et Paris : Martial Ardent Frères, Librairie des bons livres, 1856. Frontispice lithographié, 171 × 95 mm.

Figure 19. L’Abbé Laurent, Histoire de Théodose le Grand, Limoges et Paris : Martial Ardent Frères, Librairie des bons livres, 1856. Frontispice lithographié, 171 × 95 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

Figure 20. Étiquette de prix de l’Institution de M. Fauqueux, Paris, pour un prix décerné en 1856. Lithographiée par Lafon, Limoges, pour la Librairie des bons livres de Martial Ardent Frères à Limoges ; collée dans l’Abbé Laurent, Histoire de Théodose le Grand, Limoges et Paris, Martial Ardent Frères, Librairie des bons livres, 1856, 127 × 75 mm.

Figure 20. Étiquette de prix de l’Institution de M. Fauqueux, Paris, pour un prix décerné en 1856. Lithographiée par Lafon, Limoges, pour la Librairie des bons livres de Martial Ardent Frères à Limoges ; collée dans l’Abbé Laurent, Histoire de Théodose le Grand, Limoges et Paris, Martial Ardent Frères, Librairie des bons livres, 1856, 127 × 75 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

16La figure 21 montre une étiquette, datée de 1855, avec une note provisoire du prix à décerner à une mademoiselle Plantin, et la figure 22 (à gauche) présente une étiquette du xxe siècle dans son premier état d’usage, dotée de sa marque d’identification, avant d’être coupée. On peut imaginer beaucoup de livres en pile devant le directeur, qui devait – au premier coup d’œil – distribuer le livre juste, au candidat juste. La note en bas de cette étiquette nous indique que ce petit lycée de Toulouse a commandé 400 exemplaires en juin 1933, spécifiquement pour cette année scolaire. La figure 22 témoigne d’une étape précédente de la cérémonie, visible sur la droite : c’est une liste, écrite à la main, des trois prix décernés à un autre écolier, Pierre Juif.

17La cérémonie annuelle de la distribution des prix amenait les écoles et les collèges à produire d’autres imprimés éphémères, en l’occurrence des cartes d’invitation et des programmes pour les événements. La figure 23 montre la seule lettre d’invitation que j’ai trouvée pour une cérémonie française. Elle concerne le collège de Carcassonne et sa distribution des prix pour l’année scolaire 1847-1848 : lithographiée à Carcassonne avec la date du 1er août, dix jours avant l’événement, elle a été adressée et signée personnellement par le principal. Curieusement, j’ai trouvé plusieurs cartes d’invitation aux distributions de prix belges, par exemple pour l’Institution de Mlle-lez-Gand (fig. 24), qui annonce la même année « une séance littéraire et musicale donnée par Messieurs les élèves » avant la distribution elle-même.

18Une autre catégorie d’imprimé éphémère associé à la cérémonie était le programme ou la liste des prix décernés. Quand on cherche dans les catalogues de la Bibliothèque nationale de France au moyen de la requête « distribution solennelle des prix », on trouve plus de treize cents entrées, dont la grande majorité ne sont pas des programmes, mais seulement des versions imprimées des discours prononcés à la cérémonie. Toutefois, sur un total de treize cents publications, moins de dix proviennent du xviiie siècle, et moins de cent datent d’avant 1850. Toutes les listes des prix décernés à la cérémonie que j’ai collectées concernent des écoles dans le Sud-Ouest de la France : le plus ancien de mes exemples, imprimé pour l’année scolaire 1833-1834 de l’école Saint-Raymond à Toulouse, se compose de cinq pages sans couverture (fig. 25). Plus élégant, avec une petite vignette de la cérémonie sur la première de couverture (fig. 26 et 27), est cet exemplaire pour l’année scolaire 1844-1845 du Collège royal de Pau. Il compte trente et une pages avec les catégories de prix en caractères gras, et les noms des lauréats en une combinaison de majuscules et petites majuscules. Un autre programme (fig. 28), imprimé presque cent ans plus tard en 1935, suit presque la même formule, mais sans la qualité typographique des autres.

Figure 21. Étiquette de prix du Pensionnat de Desmoiselles dirigé par Mlle Dussiriex, Avignon, pour un prix décerné en 1855. Imprimée en caractères mobiles ; collée dans Vie de Sainte Clotilde reine de France, Tours, Ad. Mame et Cie, 1852, avec une note provisoire des prix à décerner à Mlle Plantin. Étiquette 135 × 95 mm.

Figure 21. Étiquette de prix du Pensionnat de Desmoiselles dirigé par Mlle Dussiriex, Avignon, pour un prix décerné en 1855. Imprimée en caractères mobiles ; collée dans Vie de Sainte Clotilde reine de France, Tours, Ad. Mame et Cie, 1852, avec une note provisoire des prix à décerner à Mlle Plantin. Étiquette 135 × 95 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

Figure 22. À gauche, une étiquette du Petit Lycée de Toulouse, 1933, dotée de marque d’identification avant d’être coupée ; à droite, une liste, écrite à la main, des trois prix destinés à un écolier de la même école. Étiquette 207 × 90 mm.

Figure 22. À gauche, une étiquette du Petit Lycée de Toulouse, 1933, dotée de marque d’identification avant d’être coupée ; à droite, une liste, écrite à la main, des trois prix destinés à un écolier de la même école. Étiquette 207 × 90 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

Figure 23. Lettre d’invitation à assister à la distribution générale des prix aux élèves du collège de Carcassonne, 11 août 1848. Lithographié par [Eugène ?] Moutonnet, Carcassonne, et signé par le principal. 212 × 139 mm.

Figure 23. Lettre d’invitation à assister à la distribution générale des prix aux élèves du collège de Carcassonne, 11 août 1848. Lithographié par [Eugène ?] Moutonnet, Carcassonne, et signé par le principal. 212 × 139 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

Figure 24. Carte d’invitation pour la « Distribution solennelle des prix» de l’Institution de Mlle-lez-Gand, Belgique, 1846. Lithographié à l’encre brune par J. Bevernaege, fils, Gand, 108 × 143 mm.

Figure 24. Carte d’invitation pour la « Distribution solennelle des prix» de l’Institution de Mlle-lez-Gand, Belgique, 1846. Lithographié à l’encre brune par J. Bevernaege, fils, Gand, 108 × 143 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

Figure 25. Programme de l’école Saint-Raymond, Toulouse, pour sa « Distribution générale des prix de l’année scolaire 1833-34 ». Imprimé en caractères mobiles par J.-P. Froment, Toulouse, 253 × 203 mm.

Figure 25. Programme de l’école Saint-Raymond, Toulouse, pour sa « Distribution générale des prix de l’année scolaire 1833-34 ». Imprimé en caractères mobiles par J.-P. Froment, Toulouse, 253 × 203 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

Figure 26. Programme du Collège royal de Pau pour sa « Distribution solennelle des prix », 27 août 1845. Imprimé en caractères mobiles, la couverture sur papier vert, par E. Vignancour, Pau. Page 229 × 148 mm.

Figure 26. Programme du Collège royal de Pau pour sa « Distribution solennelle des prix », 27 août 1845. Imprimé en caractères mobiles, la couverture sur papier vert, par E. Vignancour, Pau. Page 229 × 148 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

Figure 27. Programme du Collège royal de Pau pour sa « Distribution solennelle des prix », 27 août 1845. Imprimé en caractères mobiles, par E. Vignancour, Pau. Page 229 × 148 mm.

Figure 27. Programme du Collège royal de Pau pour sa « Distribution solennelle des prix », 27 août 1845. Imprimé en caractères mobiles, par E. Vignancour, Pau. Page 229 × 148 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

Figure 28. Programme du Petit Séminaire de Gourdon pour sa « Distribution solennelle des prix », 15 juillet 1935. Imprimé en caractères mobiles, la couverture sur papier gris, par L. Besse, Cahors. Page 217 × 137 mm.

Figure 28. Programme du Petit Séminaire de Gourdon pour sa « Distribution solennelle des prix », 15 juillet 1935. Imprimé en caractères mobiles, la couverture sur papier gris, par L. Besse, Cahors. Page 217 × 137 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

  • 2 Peut-on déceler dans ces deux images un écho du Sacre de l’empereur Napoléon Ier et couronnement d (...)

19J’ai cherché sur Internet des renseignements, écrits ou visuels, relatifs à la cérémonie de la distribution de prix. On trouve là quelques extraits des périodiques d’antan, dont le plus ancien à ma connaissance date de 1828. De plus, il existe en ligne des recueils de témoignages oraux sur l’événement au milieu du xxe siècle. Toutefois, je n’ai vu aucune image originale de la cérémonie, sauf deux petites gravures sur bois, l’une sur une étiquette et l’autre sur un programme (fig. 29 et 302), et deux autres que j’ai trouvées par hasard. Ces dernières expriment des opinions évidentes, et très différentes sur l’événement : l’une la fierté et joie, l’autre le cynisme. La première est une lithographie à deux teintes d’une provenance inconnue (fig. 31). En haut se trouve une représentation de la cérémonie elle-même dans une petite école primaire. On voit sur la table quelques livres et une pile de couronnes. Le directeur de l’école est assis à la table, au centre ; à sa droite un instituteur lit les noms des lauréats et les prix décernés ; à sa gauche un jeune instituteur regarde le directeur, apparemment avec admiration. Un lauréat en uniforme écolier, très content de lui, descend une marche, couverte d’un tapis. Il étreint cinq livres, mais porte seulement deux couronnes : l’une à la tête, l’autre à la main. À gauche, on voit des parents et quelques écoliers. En bas, sans doute par souci d’égalité, deux jeunes lauréates, des sœurs je suppose, rentrent chez elles à toute vitesse, très agitées. Leur père laisse même tomber son journal pour les recevoir.

Figure 29. La « Distribution solennelle des prix », c. 1843, gravure sur bois, détail de fig. 10.

Figure 29. La « Distribution solennelle des prix », c. 1843, gravure sur bois, détail de fig. 10.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

Figure 30. La « Distribution solennelle des prix », c. 1845, gravure sur bois, détail de fig. 26.

Figure 30. La « Distribution solennelle des prix », c. 1845, gravure sur bois, détail de fig. 26.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

Figure 31. « Les Prix », lithographie à deux teintes, provenance inconnue. Image, avec lettrage, 205 × 155 mm.

Figure 31. « Les Prix », lithographie à deux teintes, provenance inconnue. Image, avec lettrage, 205 × 155 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

20L’autre représentation de la cérémonie, un vrai ephemeron, offre un tableau très différent (fig. 32). On la trouve sur la première de couverture d’une partition : une scène comique, paroles et musique par Charles Paul de Kook [de fait Kock], avec le titre Le maître d’école ou la distribution des prix. Il y a de bonnes raisons techniques et stylistiques de penser qu’elle date des années 1840. Son image lithographiée, ainsi que les paroles, offrent un antidote contre les représentations respectueuses usuelles.

Figure 32. Partition : « Le maître d’école ou distribution des prix : scène comique, paroles et musique par M. Paul de Kook [Kock] », Paris : A. Cotelle, s. d. [vers 1840]. Couverture exécutée sur zinc, vignette au crayon, lithographiée par Kaeppelin et Cie, Paris. Page 330 × 255 mm.

Figure 32. Partition : « Le maître d’école ou distribution des prix : scène comique, paroles et musique par M. Paul de Kook [Kock] », Paris : A. Cotelle, s. d. [vers 1840]. Couverture exécutée sur zinc, vignette au crayon, lithographiée par Kaeppelin et Cie, Paris. Page 330 × 255 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

21Le cadre est une très petite école (fig. 33). Le maître, tout seul, reste debout dans une pose flagorneuse, prêt à remettre deux livres de prix à un écolier. Il en reste d’autres sur la table. À droite, quelques femmes regardent la scène tandis que, au premier plan, les enfants se conduisent mal. On voit, je pense, l’image d’un hippopotame encadrée au mur – animal qui, dans la mythologie égyptienne, était un symbole de fécondité et de protection des enfants. Cette image nous donne une indication de l’atmosphère des paroles de la chanson, dont ce commentaire est typique :

Je ne sais pas pourquoi on s’est ingéré de donner tous les ans des livres plus ou moins reliés à un tas de petits drôles qui seront toute leur vie des ânes et pas autre chose ! – mais les parens m’envoyent des pains de sucre ou des liqueurs à ma fête et aux étrennes, il s’agit de distribuer les prix en conséquence…

22Le couplet s’achève ainsi : « Sont-ils gentils !… des amours !… de vrais chérubins ! ».

23Je ne tirerai pas de grandes conclusions de cette petite étude, si ce n’est qu'elle démontre, à mon sens – comme c’est le cas dans beaucoup d’autres champs historiques –, l’importance des imprimés éphémères comme interface graphique avec le passé.

33. Détail de la vignette de fig. 32, 122 × 145 mm.

33. Détail de la vignette de fig. 32, 122 × 145 mm.

Source. Collection et photographie de l’auteur.

Bibliographie

Cercle de la librairie, 1881. Catalogue de l’exposition de gravures anciennes et modernes, 4 Juillet 1881. Paris, Cercle de la librairie, non numéroté.

Barber, Giles, 1996. « Iure ac merito: French prize books of the seventeenth century », The Bodleian Library record, vol. 15, n° 5-6 : 383-407.

Guides des écoles primaires, ou lois, réglemens et instructions concernant les écoles primaires, recueillis et mis en ordre par un recteur d’académie en l’université de France. Ouvrage approuvé par le Conseil royal de l’instruction publique, 1829. Paris, Librairie classique de L. Hachette.

Malavieille, Sophie, 1985. Reliures et cartonnages d’éditeur en France au xixe siècle (1815-1865). Paris, Promodis.

Règlement des écoles primaires de l’arrondissement d’Orange, règlements des instituteurs, 1837. Orange, Raphel aîné.

Verdure, Élisabeth, 2008 [1999]. Cartonnages romantiques 1840-1870 : un âge d’or de la reliure du livre d’enfant. Lyon, Éditions Stéphane Bachès.

Notes

1 Pour les livres de ces éditeurs, voir Malavieille (1985) et Verdure (2008).

2 Peut-on déceler dans ces deux images un écho du Sacre de l’empereur Napoléon Ier et couronnement de l’impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 2 décembre 1804 de Jacques-Louis David ?

Table des illustrations

Titre Figure 1. Une sélection de livres de prix des années 1850 et 1860, tous cartonnés, imprimés en couleur, gaufrés et dorés, avec médaillons lithographiés (soit imprimés en couleur, soit coloriés à la main). Six livres édités par Ad. Mame et Cie (Tours), un livre par P.-C. Lehuby (Paris) et un par L. Lefort (Lille).
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Figure 2. Étiquette de prix d’une école inconnue, pour un prix décerné en 1847. Écrite à la main et collée dans Charles Malo, L’Œuvre de Saint Vincent de Paul, Tours, Ad. Mame et Cie, 1847), 97 × 75 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Figure 3. « Approbation » de l’archevêque de Rouen, dans A. De Saint-Germain, Épisodes de Guerre, Rouen, Mégard et Cie, 1856, 176 × 105 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Figure 4. Étiquette de prix du Pensionnat des religieuses ursulines d’Orléans, pour un prix décerné en 1860. Écrite à la main ; collée dans F. C. Gérard, Les trois amis ou le prix du travail, Rouen, Mégard et Cie, 1856, 109 × 80 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Titre Figure 5. Une sélection de livres de prix avec étiquettes de prix décernés entre 1842 et 1860. Toutes les étiquettes sont imprimées en caractères mobiles, quelques-unes sur papier coloré.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 6. Une sélection de livres de prix avec étiquettes de prix décernés entre 1845 et 1869. Toutes les étiquettes sont dessinées sur pierre, quelques-unes lithographiées en couleur ou sur papier coloré.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 7. Deux livres de prix, édités par Ad. Mame et Cie (1858) et Barbou Frères (1850), manquant leur étiquette de prix.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 8. Étiquette de prix de l’Institution de Mme D’Aubrée, au Marais, Paris, gravée sur cuivre à l’eau-forte et au burin. 113 × 74 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 9. Étiquette de prix des Écoles chrétiennes municipales des Frères de Rennes, pour un prix décerné en 1859. Lithographiée par Hauvespre [Rennes] ; collée dans M. B., École des mœurs de la jeunesse, Lille, L. Lefort, 1857, 112 × 75 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 633k
Titre Figure 10. Étiquette de prix du Pensionnat de Melles Laroche, pour un prix décerné en 1843. Imprimée en caractères mobiles, avec une gravure sur bois ; collée dans F. Valentin, Les artisans célèbres. Tours, Ad. Mame et Cie, 1843, 156 × 99 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Figure 11. Étiquette de prix du collège de Saint-Girons pour un prix décerné en 1846. Imprimée en caractères mobiles sur papier jaune ; collée dans une édition « Revue avec soin » par A. M. D. G., de Fénelon, Les aventures de Télémaque. Toulouse, Bon et Privat, 1846, 122 × 85 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 12. Étiquette de prix du Pensionnat de la communauté d’Evron, pour un prix décerné en 1865. Lithographiée par Édouard Morice, Laval ; collée dans Mme Woillez, L’Abeille institutrice. Tours, Ad. Mame et Cie, 1853, 135 × 88 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Figure 13. Étiquette de prix de l’Établissement des sœurs de la Charité et Instruction chrétienne de Nevers, sans date. Lithographiée par Talboutier, Nevers ; collée dans Mlle B., École des jeunes demoiselles : lettres sur l’éducation, Lille, L. Lefort, 1859, 110 × 70 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 710k
Titre Figure 14. Étiquette de prix du Pensionnat des Dames de la Présentation, Castres, pour un prix décerné en 1854. Lithographiée ; collée dans J. Vital, Quinze jours de vacances : promenades au bord de la mer, Rouen, Mégard et Cie, s. d., 63 × 100 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 15. Étiquette de prix du Pensionnat des Ursulines de Nantes, pour un prix décerné en 1860. Lithographiée sur papier jaune ; collée dans Mme Delarbre, Sous les saules de la prairie, Paris, P.-C. Lehuby, 120 × 80 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Figure 16. Pierre matrice lithographique du lithographe Roque, Paris, c. 1900, montrant deux têtes de lettre à rebours. 220 × 165 × 62 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 17. Étiquette de prix du Pensionnat des Dames des Sacrés Cœurs, Rennes, pour un prix décerné en 1847. Dessinée sur pierre par C. Oberthür et imprimée par Joseph Landais, Rennes ; collée dans Aventures de Carver chez les sauvages de l’Amérique septentrionale, Tours, Ad. Mame et Cie, 1846, 130 × 85 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Figure 18. Étiquette de prix du Pensionnat des Religieuses dominicaines, Carcassonne, pour un prix décerné en 1869. Lithographiée par [Eugène ?] Moutonnet, Carcassonne ; collée dans M. F., La fille du fermier, Lille et Paris, L. Lefort, [1866], 125 × 90 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 745k
Titre Figure 19. L’Abbé Laurent, Histoire de Théodose le Grand, Limoges et Paris : Martial Ardent Frères, Librairie des bons livres, 1856. Frontispice lithographié, 171 × 95 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 20. Étiquette de prix de l’Institution de M. Fauqueux, Paris, pour un prix décerné en 1856. Lithographiée par Lafon, Limoges, pour la Librairie des bons livres de Martial Ardent Frères à Limoges ; collée dans l’Abbé Laurent, Histoire de Théodose le Grand, Limoges et Paris, Martial Ardent Frères, Librairie des bons livres, 1856, 127 × 75 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Figure 21. Étiquette de prix du Pensionnat de Desmoiselles dirigé par Mlle Dussiriex, Avignon, pour un prix décerné en 1855. Imprimée en caractères mobiles ; collée dans Vie de Sainte Clotilde reine de France, Tours, Ad. Mame et Cie, 1852, avec une note provisoire des prix à décerner à Mlle Plantin. Étiquette 135 × 95 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Figure 22. À gauche, une étiquette du Petit Lycée de Toulouse, 1933, dotée de marque d’identification avant d’être coupée ; à droite, une liste, écrite à la main, des trois prix destinés à un écolier de la même école. Étiquette 207 × 90 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Figure 23. Lettre d’invitation à assister à la distribution générale des prix aux élèves du collège de Carcassonne, 11 août 1848. Lithographié par [Eugène ?] Moutonnet, Carcassonne, et signé par le principal. 212 × 139 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre Figure 24. Carte d’invitation pour la « Distribution solennelle des prix» de l’Institution de Mlle-lez-Gand, Belgique, 1846. Lithographié à l’encre brune par J. Bevernaege, fils, Gand, 108 × 143 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 25. Programme de l’école Saint-Raymond, Toulouse, pour sa « Distribution générale des prix de l’année scolaire 1833-34 ». Imprimé en caractères mobiles par J.-P. Froment, Toulouse, 253 × 203 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 26. Programme du Collège royal de Pau pour sa « Distribution solennelle des prix », 27 août 1845. Imprimé en caractères mobiles, la couverture sur papier vert, par E. Vignancour, Pau. Page 229 × 148 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Figure 27. Programme du Collège royal de Pau pour sa « Distribution solennelle des prix », 27 août 1845. Imprimé en caractères mobiles, par E. Vignancour, Pau. Page 229 × 148 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Figure 28. Programme du Petit Séminaire de Gourdon pour sa « Distribution solennelle des prix », 15 juillet 1935. Imprimé en caractères mobiles, la couverture sur papier gris, par L. Besse, Cahors. Page 217 × 137 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 29. La « Distribution solennelle des prix », c. 1843, gravure sur bois, détail de fig. 10.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Figure 30. La « Distribution solennelle des prix », c. 1845, gravure sur bois, détail de fig. 26.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Figure 31. « Les Prix », lithographie à deux teintes, provenance inconnue. Image, avec lettrage, 205 × 155 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 782k
Titre Figure 32. Partition : « Le maître d’école ou distribution des prix : scène comique, paroles et musique par M. Paul de Kook [Kock] », Paris : A. Cotelle, s. d. [vers 1840]. Couverture exécutée sur zinc, vignette au crayon, lithographiée par Kaeppelin et Cie, Paris. Page 330 × 255 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Titre 33. Détail de la vignette de fig. 32, 122 × 145 mm.
Crédits Source. Collection et photographie de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11897/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 424k

Auteur

Professeur émérite du département de typographie et communication graphique. University of Reading

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search