Version classiqueVersion mobile

Les coulisses du monde des catastrophes « naturelles »

 | 
Sandrine Revet

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Du cyclone de Bhola en 1970 à la catastrophe de Tōhoku et Fukushima en 2011 en passant par le séisme en Arménie de 1988, l’ouragan Mitch de 1998 ou le tsunami de 2004 : un monde des catastrophes « naturelles » s’est progressivement constitué à l’international. Plusieurs décennies de travail, mené par des acteurs issus d’horizons divers, ont été nécessaires pour y parvenir. En premier lieu, il a fallu énoncer que les catastrophes « naturelles » constituaient des phénomènes qui débordaient la seule compétence des acteurs nationaux et faire circuler cette idée dans différentes sphères, jusqu’à ce qu’elle atteigne l’« agenda » international. Il a fallu des disputes entre scientifiques pour définir ce qu’était une catastrophe et dire ce qu’il convenait de faire pour les prévenir ou les affronter. Par ailleurs, il a fallu se battre pour se frayer une place aux côtés d’agences onusiennes déjà constituées et peu désireuses de partager leur mandat et leurs financements, puis mettre en place ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search