Version classiqueVersion mobile

Les coulisses du monde des catastrophes « naturelles »

 | 
Sandrine Revet

Faire face aux catastrophes « naturelles »

Chapitre 6. Se remettre : résilience et participation locale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un second cadrage s’est imposé dans le monde international des catastrophes « naturelles », qui envisage la catastrophe, dans une perspective inspirée à la fois de la psychologie et de l’écologie, comme un choc sur un environnement ou un « système » donné, un « trauma1 » dont il faut se remettre, à la suite duquel il faut rebondir. Ici, la temporalité d’action s’inscrit dans une vision cyclique qui appréhende le sinistre comme l’un des moments de la vie des sociétés, moment suivi d’une phase de réhabilitation, puis de reconstruction et enfin de préparation à la prochaine catastrophe. Celle-ci, même si elle est considérée comme brutale, est également routinière parce que récurrente. Elle affecte régulièrement les groupes considérés et doit être appréhendée comme un événement dont l’occurrence probable est inévitable, même si ses effets ne sont pas toujours majeurs. On se situe ici dans la perspective de risques « extensifs », à savoir des aléas dont la probabilité d’occurrence est él...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search