Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le pandanus rouge

 | 
Pascale Bonnemère

Chapitre V. Les champs d’activité des deux sexes

Texto completo

« Nos ancêtres ont dit que les hommes ne pouvaient pas essuyer les fesses des bébés car leurs mains pressaient les fruits du pandanus rouge et ceux du Pangium edule. Mais si les ancêtres avaient dit le contraire, les hommes maintenant nettoieraient les excréments des bébés. »
Obe Wiε’j

1Chez les Ankave, la répartition et l’organisation de la plupart des activités, quotidiennes ou non, se fondent sur la différence sexuelle. Certaines sont ainsi exclusivement effectuées par les femmes ou par les hommes ; d’autres impliquent leur coopération. Les travaux horticoles quotidiens, la confection des pagnes, des capes d’écorce et des filets de portage, la pêche à la nivrée, la fabrication des tambours-sabliers, etc., sont des activités qui reviennent en totalité à l’un des deux sexes. En revanche, la mise en culture d’un jardin, la construction d’une maison, la pose de pièges à anguilles, la domestication des porcelets sont des activités irrégulières lors desquelles se met en place une coopération entre les sexes de plus ou moins grande ampleur, chacun effectuant des tâches différentes et complémentaires dans un but commun.

2Cependant, il ne s’agit pas ici d’étudier ce qu’il est convenu d’appeler la division sexuelle du travail. Ce dont je traiterai plutôt concerne la nature des activités et des rôles des hommes et des femmes, mais aussi celle des gestes rituels qu’ils accomplissent et de leurs prérogatives sociales. Une telle étude dépasse donc le cadre d’une analyse des formes que revêt la répartition des activités de subsistance entre les hommes et les femmes. Après avoir examiné les diverses formes de la coopération entre les sexes, je m’attacherai à dégager les spécificités des tâches masculines et féminines, sans entrer néanmoins dans leur description détaillée. Une place spécifique sera ensuite faite aux champs d’activité qui voient certaines personnes seulement user de savoirs propres en quelques occasions bien précises (chamanisme et autres opérations curatives, guerre, initiations, etc.).

ACTIVITÉS EN ÉTROITE COOPÉRATION ENTRE LES SEXES

3D’une manière générale, et c’est là une différence frappante avec les Baruya, la coopération et l’entraide ne sont pas des caractères propres à la vie économique et sociale ankave. Seul le couple conjugal constitue une unité coopérative un tant soit peu digne de ce nom ; là, mari et femme accomplissent séparément des activités complémentaires. Lorsque exceptionnellement la coopération s’établit entre des personnes de même sexe, elle consiste en l’accomplissement conjoint de tâches semblables.

L’ouverture d’un nouveau jardin

  • 1 Sur la tenure foncière, voir particulièrement les pages 74-75.
  • 2 Avant l’arrivée de l’outil d’acier, les femmes disposaient de petites herminettes de pierre, à l’a (...)

4Tous les deux ans en moyenne, chaque foyer défriche une portion de la forêt ou d’un ancien essart dans le but de cultiver un nouveau jardin. Ce travail peut durer plusieurs mois et nécessite la construction d’un abri pour résider sur place, en particulier lorsque la distance est grande entre l’endroit choisi et le village. La décision concernant l’emplacement d’un nouveau jardin est prise en concertation entre un mari et sa (ou ses) femme(s)1. Les hommes abattent les plus gros arbres à la hache, tandis que les femmes se chargent de couper les plus petits à la machette2. Mais l’essentiel du travail féminin consiste à débroussailler et à nettoyer le sol en le débarrassant des branches et des feuilles qui le jonchent. Dès les premiers arbres au sol, les femmes plantent des patates douces, des « taros » (Xanthosoma sagittifolium principalement), des bananiers et de la canne à sucre dans les parties de l’essart où le sol a été nettoyé.

  • 3 Notons que Xanthosoma sagittifolium, importé récemment, échappe à la règle.

5Hormis l’installation de tuteurs le long des bananiers et des cannes à sucre, la plantation est un travail exclusivement féminin, qui comprend à la fois des gestes strictement « techniques » et des opérations magiques. Pour les Ankave, en effet, la croissance rapide de plusieurs aliments (et notamment le taro Colocasia esculenta) est subordonnée à l’accomplissement de rites adaptés3. En ce domaine, les connaissances sont individuelles et variées. Les femmes qui n’en connaissent pas ont deux solutions : prendre le risque d’effectuer leurs plantations sans aide rituelle ou demander à une autre femme de pratiquer une magie pour elles, moyennant une faible rémunération. Au moment où les plantes ont crû suffisamment pour pouvoir être récoltées, un représentant de chaque espèce est laissé dans le sol, auquel il est censé apporter de la « graisse » en se transformant en une terre noire fertile. Cette « offrande » (pejaxә’) est laissée à pourrir dans et sur le sol.

  • 4 S’il s’agit d’un foyer polygyne, le mari peut soit défricher une plus grande surface de forêt et a (...)

6L’ouverture d’un nouveau jardin est donc l’occasion d’une coopération entre mari et femme4, dans laquelle les époux accomplissent des tâches distinctes et complémentaires. Mais dès que l’essart est défriché, commencent des opérations exclusivement féminines : planter, retirer les mauvaises herbes, déterrer les tubercules, replanter les boutures. Les rares interventions des hommes concernent la pose et l’entretien de tuteurs pour soutenir les plants de canne à sucre et la protection des régimes de bananes de l’appétit des oiseaux.

La construction des maisons

7Pourvu que l’on entretienne correctement sa couverture végétale, une maison sur pilotis située dans un hameau peut être habitée pendant une demi-douzaine d’années, de même que les abris parfois construits à proximité comme annexe pour cuire la nourriture de jardin régulièrement rafistolés durent ce que dure le jardin, deux ou trois ans. Au bout du compte, qu’il s’agisse d’une remise en état ou d’une construction nouvelle, les travaux concernant les maisons et les abris reviennent de loin en loin.

8Chez les Ankave, ils s’effectuent au sein du couple marié, le rôle de l’épouse du bâtisseur se limitant à aller chercher les feuilles de bambou sauvage ou les bottes de chaume (Imperata cylindrica) que son mari fixe sur la charpente. Fait remarquable si l’on songe à l’intensité de la coopération qui entoure la construction chez les Anga du Nord, le chef de famille se charge ici seul de l’ensemble des opérations (Coudart 1992 : 434, Godelier 1982 : 70, Lemonnier 1982 : 241). Il est même banal de voir un homme monter une charpente, ériger des murs ou ligaturer un plancher jour après jour, tandis qu’un frère ou un beau-frère, assis à faible distance, discute avec lui, bricole ou joue aux cartes, sans jamais intervenir dans son travail. Pour qui connaît l’atmosphère de ruche bourdonnante qui entoure la construction, en un jour, d’une maison baruya, le contraste est sidérant.

La préparation de la sauce du Pangium edule

  • 5 On n’en trouvera ici qu’un bref résumé. Pour une description détaillée des opérations en jeu, voir (...)

9Le Pangium edule (amә’), l’un des deux principaux arbres saisonniers poussant dans la vallée de la ʃuowi, porte des fruits qui mûrissent pendant la saison la plus sèche, d’avril à août, selon l’altitude. Remplis d’une substance toxique, le glucoside cyanogénique, ils doivent faire l’objet d’une longue préparation pour être rendus comestibles, sous la forme d’une sauce obtenue par macération dans l’eau stagnante. Cette préparation5 s’effectue à proximité des arbres eux-mêmes et nécessite de s’installer sur place pendant plusieurs jours, car de nombreuses opérations sont nécessaires : il faut récolter les fruits, dégager les graines qu’ils contiennent, les passer au feu pour en extraire les amandes, et préparer le dispositif à l’intérieur duquel s’effectue leur trempage. Une fois les amandes transformées en une sauce épaisse, au bout de trois ou quatre semaines, on en remplit des entre-nœuds de bambous avant de la distribuer.

  • 6 Pour être plus précis, les Ankave disent que les amandes ne se liquifieraient pas et que la toxici (...)

10La préparation et la distribution de la sauce du Pangium edule s’effectuent selon des règles de division du travail extrêmement précises. Les femmes sont toujours présentes mais elles n’interviennent qu’en amont des opérations, pour préparer la matière première en quelque sorte ; elles sont exclues du processus de fermentation et ne peuvent entrer en contact avec le produit fini, si ce n’est pour le manger. Cette incompatibilité s’explique par référence aux représentations de la féminité et de la masculinité. En effet, on verra dans un chapitre ultérieur (chap. 8) que les femmes sont considérées comme froides et molles et les hommes comme chauds et vigoureux. Or, la bonne macération du amә’ nécessite de la chaleur : la magie effectuée à l’issue de la préparation du dispositif fait référence au soleil et à la lune, qui, jour et nuit, se relaient pour diffuser leurs rayons calorifères. En outre, lorsque le amә’ est prêt à être retiré de l’eau, on dit qu’il est chaud. Par ailleurs, les femmes ne peuvent pas descendre dans le bassin de macération, pas plus qu’enjamber la petite rigole qui y amène l’eau, sous peine de voir la transformation des amandes ne pas avoir lieu6. Dans le même esprit, on ira jusqu’à retirer de ce bassin un minuscule morceau d’épluchure de canne à sucre, associée aux femmes par sa capacité à produire du lait maternel et considérée comme molle (voir chap. 8). En bref, pendant la phase de préparation du dispositif de macération, seuls doivent intervenir les objets et les êtres humains dotés d’une nature identique à celle que doit acquérir le produit pour être consommable.

11Cette incompatibilité entre les femmes et le bon déroulement du processus de macération s’exprime jusque dans le choix des plantes utilisées au cours de celui-ci. Par exemple, les Ankave distinguent cinq types de feuilles a’ki’ (Comensia sp.). Parmi elles, une est qualifiée de masculine (oxә’), une autre de féminine (abәxә’). Cette dernière sert à confectionner les récipients dans lesquels on place les tubercules et la sauce lors des repas collectifs. Mais elle ne peut être utilisée pour contenir les amandes du Pangium edule sous peine de voir le processus de macération échouer, et à cette étape de la préparation de la sauce, c’est aux feuilles de la variété masculine que les Ankave ont recours. Les amandes du Pangium edule se sont donc transformées en un aliment par l’intervention des hommes et d’un élément du monde végétal qualifié de masculin.

12En bref, pour rendre compte de la forme particulière que prend la division sexuelle du travail pendant la préparation du Pangium edule, il paraît adéquat de recourir à une explication en termes d’incompatibilité entre deux états qu’il faut absolument disjoindre, la chaleur – incarnée par les hommes – d’un côté, la fraîcheur – chez les femmes – de l’autre. Car, parler de pollution engendrée par les fluides sexuels féminins qui s’écoulent du vagin rendrait seulement compte de l’interdit d’enjamber le ruisseau qui amène l’eau jusqu’au bassin.

Le piégeage des anguilles

13Dans la vallée de la ʃuowi, les dons ʃεŋә’ – qui, rappelons-le, marquent la fin de la cérémonie de clôture du deuil une à deux années après un décès – sont constitués de morceaux de chair d’anguille. Par ailleurs, ces poissons peuvent être offerts dans le cadre des dons tәwagә’ et sont donc assez régulièrement capturés, à l’aide d’un piège constitué d’un cylindre en écorce dont la porte se referme violemment sous l’action d’un ressort. La fabrication de ces pièges est une tâche exclusivement masculine (Lemonnier 1993b) mais leur installation dans le cours d’eau et les pratiques magiques qui entourent l’opération dans le contexte d’une cérémonie de clôture de deuil, nécessitent une étroite coopération entre les sexes.

14Avant la mise à l’eau, les pièges sont disposés verticalement contre une armature en bois afin que l’organisateur de cette cérémonie installe leur ressort et leur dispositif de détente et les décore de feuilles colorées. Quant à son épouse, elle déclenche le ressort de chaque piège dans le vide à l’aide d’une graine utilisée dans de nombreuses pratiques magiques (wiamәŋwә’, Mucuna albertisii), et elle applique son doigt préalablement frotté d’une feuille très odorante à l’endroit où sera placé l’appât, constitué de grenouilles vivantes qu’elle est allée chercher au cours de la nuit précédente, à la lueur de bambous secs enflammés (voir fig. 14).

FIG. 14 – UN CAMP DE PÊCHE À L’ANGUILLE AU BORD DE LA RIVIÈRE KOGAN.

FIG. 14 – UN CAMP DE PÊCHE À L’ANGUILLE AU BORD DE LA RIVIÈRE KOGAN.

15Une fois prêts, les pièges sont installés par les hommes dans la rivière, non loin des rives, en prononçant des formules pour enjoindre les anguilles à y entrer nombreuses. Au cours de la nuit qui suit la mise à l’eau des pièges, le responsable de la cérémonie de clôture de deuil entonne des chants eux aussi destinés à attirer les anguilles. Ce n’est que plus tard, quand les premières auront mordu à l’appât, que son épouse contribuera, elle aussi, par ses propres chants, à la réussite de la pêche.

16Les opérations magiques qui entourent la mise à l’eau des pièges à anguilles nécessitent donc une coopération entre les hommes et les femmes, ce qui n’est jamais le cas dans les autres activités de piégeage (des marsupiaux, casoars, porcs sauvages, etc.). Cette indispensable conjonction de gestes accomplis par les hommes et par les femmes est probablement à rapprocher de l’image sexuelle masculine attachée à l’anguille (voir chap. 8).

La préparation des « marsupiaux d’accouchement » (mεmi’ tʃә’)

17Comme on le sait, dans les jours qui suivent toute naissance, plusieurs hommes liés par une relation de consanguinité ou d’affinité proche avec l’un ou l’autre des parents du bébé, partent chasser et piéger des marsupiaux sur les terres du père de l’enfant. Ce gibier est d’abord destiné à la femme qui vient d’accoucher, et est préparé conjointement par des hommes et des femmes, mais pas au sein du foyer conjugal (le mari n’y joue aucun rôle). Le plus souvent, on voit se mettre en place à cette occasion une coopération entre un jeune homme célibataire, parent de la jeune mère, qui découpe les marsupiaux cuits, et plusieurs femmes, sœurs et filles de celle-ci, qui vont chercher le bois de chauffe, préparent le feu et retirent les intestins des animaux.

La « domestication » des porcelets et des chiots

  • 7 Les porcs n’en sont pas moins la propriété du couple. Notons que dans certaines sociétés de Nouvel (...)
  • 8 Par imitation de ce qui se pratique parfois chez les Iqwaye ou les Menye, un homme d’Ikundi avait (...)
  • 9 Cette intervention permet en effet, disent les Ankave, de distinguer un verrat d’un porc domestiqu (...)

18Qu’ils soient acquis par achat auprès de voisins ou reçus en cadeau, les porcelets séparés de leur mère lorsqu’ils sont âgés de quelques mois seulement ont une fâcheuse tendance à vouloir retourner vers elle. On doit donc procéder à un véritable apprivoisement des petits animaux, qui combine des actes techniques et des pratiques magiques. Bien que cette « domestication » s’effectue au sein du couple, la tâche d’amadouer les porcelets, de pratiquer les rites de croissance appropriés et de leur donner un nom revient intégralement aux femmes7. Les hommes se chargent uniquement de la castration de l’animal, lorsque celui-ci est âgé de trois ou quatre mois8. L’ablation des testicules s’accompagne de celle de la pointe des oreilles, signe pour autrui qu’il s’agit d’un porc domestiqué9. Lors de l’abattage du porc devenu adulte, ce sont également les hommes qui interviennent. Ces derniers n’opèrent donc qu’en deux moments de l’élevage des porcs : au début (castration et découpe des oreilles), et à la fin, au moment de l’abattage des animaux. Entre ces deux moments, faits de violence, les porcs n’ont que rarement de contacts avec leurs maîtres, les femmes se chargeant de la totalité des soins à leur apporter, quotidiens ou non.

19À bien des égards, la division sexuelle du travail qui se met en place lors de la domestication des chiens est comme l’image inversée de celle qui s’opère pour l’« apprivoisement » des porcs. Les hommes y ont en effet le rôle principal, qui consiste essentiellement à initier le chiot à sa future fonction de chasseur, en lui donnant le goût de la viande de marsupial et en agissant, par rites interposés, sur la vélocité de la proie.

20La domestication des porcelets et des chiots se passe donc selon des modalités différentes. Dans les deux cas, les hommes et les femmes coopèrent, mais le rôle des uns et des autres est plus ou moins accentué selon l’animal. Les porcs sont associés aux femmes et ce sont elles qui prennent en charge la quasi-totalité des premiers moments de leur domestication. À l’inverse, les chiens appartiennent plutôt à l’univers masculin, sans doute parce qu’ils sont avant tout des chasseurs, et ce sont en conséquence les hommes qui s’occupent de leur apprentissage. Mais c’est aussi la nature des rites pratiqués qui diffère : ceux qui entourent la domestication des porcs sont principalement des rites de croissance, qui contribuent à fabriquer dans le corps des animaux du sang et de la graisse grâce à la consommation d’aliments appropriés, alors que ceux pratiqués sur les chiens visent avant tout à en faire des chasseurs efficaces. Ces différences tiennent de toute évidence à la nature et à la destination des animaux eux-mêmes, les uns étant voués à l’abattage et à la consommation, les autres étant des pourvoyeurs de gibier.

ACTIVITÉS SANS COOPÉRATION ENTRE LES SEXES

21De nombreuses activités sont exclusivement réservées à l’un ou l’autre sexe, et même si certaines peuvent être théoriquement accomplies aussi bien par les hommes que par les femmes, elles sont de facto prioritairement attribuées aux premiers ou aux secondes. Globalement, les tâches associées à la chasse au gros gibier, à la pêche et à la fabrication des armes sont masculines ; celles liées à l’éducation des enfants, à la préparation des repas et à la fabrication des divers objets en fibres d’écorce ou en herbe (filets de portage, jupes, pagnes) sont féminines.

22Par sa forme même – une séparation souvent radicale – cette répartition des activités en deux domaines distincts permet d’aborder des représentations des hommes et des femmes qui ont pour particularité de souligner, souvent explicitement, la manière dont ils se différencient, voire s’opposent.

Les activités masculines

23Si l’on cherche à caractériser les tâches exclusivement dévolues aux hommes, trois séries d’informations (discours et pratiques) sont disponibles, qui, tout en se recoupant d’ailleurs largement, se rapportent respectivement à la force physique, qui serait l’apanage des hommes, aux effets néfastes du contact avec les femmes, et aux prérogatives mythiques ou rituelles masculines.

Force physique et objets tranchants

24Tout homme anga adulte commentera invariablement la répartition sexuelle des tâches dans sa société par un laconique « les femmes ne sont pas fortes ». Chez les Ankave, ces dernières partagent incontestablement ce point de vue : « Les hommes sont plus forts que les femmes. Nous, on ne fait que récolter et planter ; les hommes, eux, construisent des maisons, des barrières » (voir aussi Sillitoe 1985 : 497).

25Or, s’il faut sans nul doute de la force pour effectuer des travaux masculins comme abattre des arbres, transporter des pieux, tendre les renforts d’un piège à anguilles, tuer un porc d’un coup de gourdin ou porter un cadavre, on ne voit pas ce qui pourrait physiquement empêcher une femme de les accomplir. Les énormes charges que les femmes ankave rapportent quasi quotidiennement prouvent assez qu’en matière d’endurance et d’énergie, elles ne sont pas en reste (Sillitoe 1985 : 497). Si elles ne participent pas à l’abattage des gros arbres, c’est donc bien plutôt parce que l’usage des haches leur est interdit qu’en raison d’une quelconque faiblesse physique.

26Car, chez les Ankave comme partout ailleurs semble-t-il, les hommes ont l’exclusivité de l’usage et de la fabrication des arcs et des flèches. Ils sont aussi les seuls à fabriquer et à utiliser les pièges destinés à capturer le gros gibier. Parallèlement, ils ont la charge des relations avec les esprits tutélaires du gibier, à travers divers procédés magiques. Ce sont eux également qui procèdent au partage du produit de leur chasse.

27Dans le monde, les femmes ne sont pas tant exclues de la chasse que de l’usage des armes ; elles participent en effet au rabattage et elles chassent le petit gibier (Tabet 1979, Testart 1986). Pour ce qui est des femmes ankave, elles ne chassent pas le gros gibier et ne confectionnent pas de pièges à casoar ou à porc sauvage, mais, d’une part, il leur arrive de participer à certaines parties de chasse aux marsupiaux avec leurs maris, d’autre part, elles organisent des « expéditions » de capture de petits rongeurs qu’elles pratiquent souvent à plusieurs, accompagnées de leurs enfants. Parfois même, elles confectionnent de petits pièges à assommoir (mә’te), qu’elles placent à proximité immédiate d’une zone d’habitation. Même si les rats capturés sont mangés (par les enfants, en général), il s’agit plutôt ici d’éliminer un petit grignoteur nuisible que de capturer un « gibier ».

  • 10 Pour un résumé détaillé des objections qui ont été faites à la thèse de la mobilité, on se référer (...)

28Ce qui est strictement interdit aux femmes, c’est l’emploi des arcs et des flèches. L’explication la plus courante – et néanmoins très contestée10 – que les ethnologues ont donnée de cet interdit présent dans la très grande majorité des sociétés humaines, renvoie à la moindre mobilité des femmes qui serait due au fait qu’elles sont le plus souvent encombrées par les enfants en bas âge. Or, si l’on en croit les ethnologues qui ont travaillé chez les ! Kung du désert du Kalahari, les femmes peuvent marcher jusqu’à 20 kilomètres au cours de leurs parties de cueillette (Lee 1979 : 310). À l’opposé de cette vision naturaliste, A. Testart a proposé une hypothèse pour rendre compte de l’interdit d’utiliser des armes qui pèse sur les femmes dans les sociétés de chasseurs-cueilleurs. Il propose qu’elles ne peuvent faire couler le sang des animaux parce qu’elles-mêmes sont périodiquement sujettes à des écoulements de cette humeur (Testart 1986). Sans entrer dans ce débat, constatons que le cas ankave n’infirme pas cette hypothèse.

29La découpe de tous les animaux est prise en charge par les hommes, et par eux seuls, y compris, on l’a vu, dans des contextes catégorisés comme féminins, tels que la consommation des marsupiaux chassés après un accouchement (mεmi’ tʃә’). Il est possible qu’il s’agisse d’un simple effet de la contiguïté des activités – la chasse et l’usage des outils tranchants étant réservés aux hommes, il en est de même du traitement du gibier -, auquel cas on aurait seulement étendu à la boucherie des porcs domestiques les pratiques liées à la chasse.

Les tâches menacées d’insuccès par le contact avec les femmes

30Plusieurs activités sont effectuées par les hommes parce qu’elles sont incompatibles, disent les Ankave, avec les caractéristiques physiologiques féminines. Participer à une partie de pêche à la nivrée, presser les fruits du pandanus rouge (Pandanus conoideus), préparer la macération de ceux du Pangium edule et, dans ces deux derniers cas, verser la sauce obtenue sur les portions offertes à la communauté, sont autant d’activités strictement interdites aux femmes. Les raisons invoquées sont chaque fois analogues, et tiennent tout autant aux représentations associées à la sexualité des femmes qu’à la connotation négative de certaines de leurs activités spécifiques.

31Si la préparation de la sauce du Pangium edule implique la mise en œuvre d’une coopération entre les sexes, on a vu que les rôles de chacun sont strictement délimités. Les Ankave rendent compte de l’impossibilité pour les femmes d’enjamber le ruisseau d’amenée de l’eau, de descendre dans le bassin et de toucher le produit fini par deux discours différents, mais qui se complètent l’un l’autre.

  • 11 On sait par la littérature existante sur le sujet que les fluides sexuels dangereux ne se limitent (...)
  • 12 Le pandanus rouge et le Pangium edule sont en effet tous deux consommés collectivement (Bonnemère (...)
  • 13 Il est intéressant de remarquer ici que les femmes peuvent cuire et sucer les graines des pains de (...)

32Le premier fait référence à des considérations physiologiques, en l’occurrence aux fluides sexuels divers11 qui peuvent s’écouler du corps des femmes et se répandre sur tout ce qu’elles enjambent (voir aussi p. 122). Quant au second discours, il renvoie aux formes que revêt la division sexuelle du travail dans d’autres domaines. Ainsi, pour les hommes comme pour les femmes, les mains féminines, qui nettoient les fesses des bébés et vident les intestins des porcs et des marsupiaux, sont considérées comme sales, et ne doivent donc pas toucher les produits alimentaires destinés à autrui. Mais il est remarquable que les Ankave ne parlent de souillure potentielle qu’à propos de denrées prêtes à être consommées, d’une part, et de nourritures qui ont une grande importance sociale et/ou rituelle, d’autre part12. Les Ankave rendent compte de la même façon du fait que seuls les hommes peuvent presser et verser le jus du pandanus rouge sur les tubercules13, ou l’utiliser comme teinture des pagnes d’écorce et des bandeaux frontaux Ɔgidʒe, « parures » spécifiquement masculines et portées lors des initiations.

  • 14 A tel point qu’en trois séjours durant la saison la plus sèche, ni P. Lemonnier ni moi-même n’avon (...)

33La pêche à la nivrée constitue une autre activité dont les femmes sont radicalement exclues, sous peine d’échec. Parce qu’elle nécessite que les eaux soient très basses, et donc qu’une sécheresse se soit installée durablement, et parce qu’elle implique que les hommes s’organisent collectivement, une telle pêche ne se pratique que rarement14.

  • 15 Elles peuvent seulement cuire les poissons dans une écorce et les consommer, mais toujours après l (...)

34Pourquoi les femmes sont-elles totalement exclues de ce type de pêche15 ? « La liane est blanche ; les femmes ne font pas partie de cet univers, elles sont faites différemment de nous », disent les informateurs. Doit-on en déduire que, dans les représentations ankave, le stupéfiant utilisé (wajә’o ngwә’, Aganope heptaphylla) présente des affinités avec le masculin ? Il est difficile de répondre mais on verra ultérieurement que, dans les mythes, les anguilles – autres animaux aquatiques – sont elles aussi clairement associées au sexe masculin. Outre ce discours plutôt explicite, on trouve l’interdit pour les femmes d’enjamber ou même simplement de marcher sur la liane en question. Comme dans le cas du Pangium edule, l’opération échouerait.

  • 16 On sait par exemple que la toxicité du Pangium edule disparaît le plus souvent par simple rôtissag (...)

35Ainsi, plusieurs champs d’activité sont rigoureusement interdits aux femmes ankave. On remarquera que les opérations qu’elles ne peuvent accomplir sont souvent celles qu’ils jugent eux-mêmes délicates16, et que c’est toujours à la femme qu’est attribuée la possibilité de compromettre leur réalisation.

Agents masculins dans les mythes : tâches masculines

36Commentant certaines activités, les Ankave renvoient à une époque passée, décrite dans ce que nous appelons, nous, des mythes (voir pp. 310-312). C’est le cas des historiettes associées aux chants, ainsi que de la fabrication des tambours-sabliers utilisés pendant les cérémonies de clôture de deuil. Ici, le discours justifiant ou, plus simplement, commentant l’ordre social, renvoie à une invention, donnée comme telle aux temps mythiques, de l’un ou l’autre sexe, sans référence à une caractéristique particulière des hommes ou des femmes. J’aurai l’occasion d’évoquer brièvement ces activités plus loin.

Les autres activités masculines

37Il existe quelques tâches – par exemple, la castration des porcelets ou le façonnage des capes d’écorce – dont l’attribution aux hommes plutôt qu’aux femmes ne fait l’objet d’aucun discours particulier. Ni les représentations locales de la masculinité (et, partant, de la féminité), ni la lointaine histoire des ancêtres ne joue de rôle ici. De certaines tâches, enfin, on dit seulement qu’elles pourraient tout aussi bien être effectuées par des femmes, ce qui arrive d’ailleurs parfois, même si elles restent d’abord l’affaire des hommes.

  • 17 Notons que les noix d’arec sont presque aussi indispensables à la vie quotidienne des Ankave que l (...)
  • 18 C’est sur son épaule qu’un homme porte les fruits de pandanus. La manière dont les sexes se différ (...)

38À cette dernière catégorie appartient l’opération qui consiste à attacher et à rassembler par des lianes les multiples pieds de canne à sucre qui se développent à partir d’un segment planté, puis finissent par ployer et se tordre sous leur propre poids. Cueillir les fruits du pandanus rouge et les noix d’arec sont également des tâches prioritairement masculines. Pratiquement, les palmiers-aréquiers étant plantés à la lisière des forêts ou dans d’anciens jardins, domaines où les hommes ont, plus que les femmes, l’occasion de se rendre, ces dernières hésitent à grimper aux arbres. Elles ne le font qu’en cas d’indisponibilité de leurs maris17. De même pour les fruits du Pandanus conoideus, ce sont généralement les hommes qui les prélèvent, mais une femme n’hésite pas à cueillir le fruit bien mûr aperçu au cours d’un de ses déplacements, pourvu, bien sûr, que son fardeau du moment lui permette encore d’ajouter, sur son dos ou sa tête18, un poids loin d’être négligeable (de l’ordre de 8 ou 10 kg).

39Faire sécher le gibier et les anguilles et battre les écorces de certains arbres pour en faire des capes sont des tâches qui, bien que prioritairement effectuées par les hommes, peuvent quelquefois l’être par des femmes. Dans ce cas, il ne s’agit pas tant d’opérations dont les femmes sont tenues à l’écart ou, comme on vient de le voir, à la marge, mais plutôt de domaines techniques particuliers dans lesquels un même type d’action sur la matière est tantôt réservé aux hommes, tantôt aux femmes, selon les contextes, en l’occurrence, selon les produits concernés.

  • 19 Des Ficus de divers espèces (F. variegata, F. lobusta et F. hesperiidiformis) ou un Prunus.
  • 20 Pour la fabrication et l’utilisation des objets d’écorce battue chez les Anga en général, voir Lem (...)

40Pour ce qui est du travail de l’écorce, alors que les femmes utilisent le même outil – un battoir de pierre – que les hommes et, le plus souvent, les mêmes matériaux19 pour obtenir les cordelettes avec lesquelles elles confectionnent les filets de portage, les lanières qui composent leurs jupes ou celles des parures de deuil aʒiaxә’, elles ne façonnent que rarement les capes d’écorce destinées à des adultes. Dans ce dernier cas, l’arrachage des écorces sur l’arbre, leur nettoyage, et leur battage sont effectués par les hommes20. Il peut néanmoins arriver qu’une femme effectue les dernières opérations du processus, c’est-à-dire la mise en forme de la cape à l’aide d’un cordon pour en resserrer la partie qui repose sur la tête. Ce n’est pas la destination de certaines de ces capes (la vente aux Iqwaye de Kwaplalim ou de Lagai) qui peut expliquer cette restriction, car les femmes pourraient au moins battre l’écorce des capes destinées à leur propre consommation, voire à celle de leur famille, ce qui n’est pas le cas. En revanche, il est possible qu’il existe ici une continuité entre la fabrication des nappes d’écorce battue, et la destination d’une grande partie d’entre elles, à savoir l’exportation hors du territoire ankave.

41La circulation des biens hors des échanges cérémoniels est en effet un dernier domaine d’activité nettement masculin. Les négociations qui président au commerce, à l’échange, à la vente de jeunes animaux ou de viande de porc, sont toujours publiquement prises en charge par les hommes. Même si les femmes ont leur mot à dire avant, face à leurs maris, ce sont ces derniers qui, devant les acheteurs éventuels, annoncent et discutent éventuellement le taux d’échange. Les choses sont encore plus nettes lorsqu’il s’agit de commerce intertribal, en l’occurrence, aujourd’hui, de l’échange de capes d’écorce contre du sel végétal iqwaye ou menye, ou contre de l’argent. Là, les hommes partent le plus souvent entre eux, à deux ou trois (parfois plus), et la sœur ou l’épouse qui les accompagne ne fait partie du voyage que pour porter le ravitaillement.

Les activités féminines

42Par comparaison avec les activités masculines, les tâches accomplies exclusivement par les femmes ne font guère l’objet de commentaires spontanés. Comme on l’a vu, c’est plutôt l’interdiction aux individus de sexe féminin de certains domaines d’activité qui est parfois explicitement justifié. Bref, on discourt sur les raisons pour lesquelles les femmes ne peuvent pas faire un certain nombre de choses, mais il n’existe pas de commentaires positifs expliquant pourquoi les « affaires de femmes » sont précisément les leurs. En particulier, il est remarquable qu’aucune activité féminine ne trouve jamais sa justification dans un mythe.

43Pour l’ethnologue, en revanche, on va voir que, dans une large mesure, la continuité entre les spécificités physiologiques des femmes et nombre de leurs activités est évidente.

Soins nourriciers et éducation des enfants21

  • 21 Il ne s’agit ici que d’effectuer une synthèse, sans entrer dans les détails des opérations en jeu (...)
  • 22 Ce terme n’implique dans le contexte présent aucun changement physiologique, mais renvoie à un âge (...)

44De leur conception jusqu’au mariage de son fils ou jusqu’à la puberté22 de sa fille, une femme nourrit ses enfants. Par son sang puis par son lait et enfin grâce à des ponctions régulières dans les jardins qu’elle a plantés et qu’elle entretient, elle assure la croissance des êtres qu’elle met au monde. Or, le caractère principalement nourricier de son action envers ces derniers s’intègre dans un processus plus large, qui inclut également les hommes adultes, les porcs et les chiens.

  • 23 Cette situation est rare néanmoins, notamment dans les premières années. Il est également possible (...)

45Comme on le verra plus loin en détail (chap. 7), l’éducation des petits est strictement du ressort des femmes. Apprendre aux bébés à apprécier la nourriture solide sous une forme prémâchée, les inciter à sourire et à communiquer, montrer aux plus grands les endroits où il est préférable d’aller uriner, tous ces événements quotidiens de la vie des enfants sont contrôlés par elles. Si en cas de besoin impérieux, un homme peut donner des aliments préalablement mastiqués à son propre bébé ou le prendre dans ses bras, il ne le nettoiera jamais. Il peut s’il le désire, et de loin seulement lorsque celui-ci n’est âgé que de quelques semaines, l’amuser en bougeant ses doigts devant lui ou en faisant mine de l’embrasser. Dans ce cas, dit-on, c’est l’homme adulte qui risque de mettre en danger la vie de son enfant. Plus tard, lorsque l’enfant a environ trois ans, il peut l’emmener dans ses déplacements aux alentours des zones habitées et contribuer à sa connaissance de l’environnement naturel et du monde social qui l’entoure23.

  • 24 Il ne s’agit pas ici seulement d’une formule. Pour s’en convaincre, voir le chapitre 7 où toutes c (...)

46Outre cette socialisation active, si l’on peut dire, le nourrisson, le bébé, puis l’enfant, sont soumis à une série de manipulations magiques permettant d’assurer sa survie et sa croissance. C’est toujours la mère qui joue ici le rôle de premier plan, ainsi qu’à ces moments privilégiés – confection du premier pagne en écorce, premier aliment solide ingéré par l’enfant – où doit être marquée la différence de sexe entre les petits garçons et les fillettes. Aux femmes est ainsi confié l’ensemble des rites, constitués de gestes et de paroles, qui assurent aux enfants leur développement physique et l’acquisition d’un sexe social24. Mais aucune d’entre elles ne considère pour autant ces tâches comme un travail (Ɔmәŋә’).

47Car c’est le jardin qui donne au travail son nom : Ɔmәŋә’. Les activités horticoles incarnent le mieux, semble-t-il, ce qui se présente, aux yeux des Ankave, comme une tâche obligatoire et relativement contraignante. Si l’on se souvient que les hommes ne prennent intensément part à ce travail qu’au moment d’ouvrir un jardin, et, de temps à autre, pour effectuer des tâches de tuteurage, il apparaît que c’est une activité quasi exclusivement féminine qui se trouve élevée au rang d’occupation désignée par un terme générique. Notons que l’hortus ne symbolise pas pour autant un univers exclusivement féminin (voir aussi LiPuma 1988 : 66). Mais, pour l’essentiel, et notamment pour ce qui est des travaux répétitifs à long terme, l’activité horticole constitue une tâche féminine, tant dans la pensée des Ankave que dans la réalité de leurs emplois du temps.

  • 25 Voir Bonnemère 1994a.
  • 26 Les voisines dont j’ai pu noter systématiquement les faits et gestes allaient en moyenne deux fois (...)

48Toujours dans le domaine de la production de nourriture, au travail horticole proprement dit, s’ajoute, pour les femmes, celui consacré à la cueillette de ressources sauvages (légumes à feuilles, champignons, fruits de Finschia chloroxantha, de Gnetum gnemon, de Castanopsis acutimissima, ou de Scleropyrum aurantiacum), semi-cultivées (fruits du Pangium edule, du Pandanus julianetti) ou même cultivées (fruits du pandanus rouge et du Terminalia kaernhachii, noix d’arec le cas échéant)25, ainsi que l’élevage des porcs. Cette activité demande de l’attention et du temps lorsque l’animal est jeune, mais une fois adultes, les porcs se débrouillent le plus souvent tout seuls, trouvant de quoi s’alimenter autour des enclos domestiques, voire dans les jardins26 !

  • 27 Par ailleurs, on ne rencontre pas chez les Ankave de femmes si attachées à leurs porcs qu’elles pl (...)

49Au bout du compte, la tâche qui consiste à nourrir les cochons occupe une place marginale – en temps et en « valeur » culturelle – au sein des activités féminines27. La viande de porc domestique n’en reste pas moins un produit important dans les échanges entre groupes alliés par le mariage.

50Les repas des villageois sont, quant à eux, entièrement sous le contrôle des femmes, au moins lorsque les hommes ne se trouvent pas seuls en forêt. Autour de la préparation des aliments quotidiens, gravite tout un ensemble d’activités qui occupent les femmes pendant une bonne partie des heures de la journée. Outre les aliments (tubercules, bananes à cuire, légumes à feuilles sauvages ou cultivés, etc.), il faut pour chaque repas rassembler du bois de chauffe, de l’eau de boisson (contenue dans des entre-nœuds de bambou au diamètre très étroit) et, fréquemment, de larges bambous verts dans les entre-nœuds desquels on cuit principalement des légumes verts, mais aussi, quelquefois, des ignames, taros ou patates douces coupés en morceaux. Les gestes immuablement nécessaires sont l’épluchage, l’allumage du feu, la mise des tubercules sous la cendre et le remplissage des bambous avec les aliments du jour.

  • 28 Les intestins des porcs sauvages sont vidés par les hommes dans le cas d’une chasse collective. Si (...)

51Certaines nourritures, comme les fruits du Pangium edule et du pandanus rouge, nécessitent une préparation plus complexe. Quant au gibier et aux porcs, ils doivent être découpés – par les hommes, on le sait – et leurs intestins vidés. Encore une fois, c’est ici la nature des outils en jeu qui, liée au contact des femmes avec les excréments des bébés, détermine la répartition sexuelle des gestes techniques. Celles-ci vont à la rivière vider et nettoyer les intestins des porcs domestiques28, mais ceux des marsupiaux sont préparés sur place, devant la maison, car « leur [système de digestion], comme celui des casoars, ne transforme pas radicalement les fruits ingérés, qui ressortent quasiment tels quels [dans le cas de ces oiseaux] ou ne dégagent pas de mauvaise odeur [dans le cas des marsupiaux] ». C’est d’ailleurs aussi la raison pour laquelle les hommes peuvent se charger de cette tâche en vue de la conservation de ce type de gibier lorsqu’ils restent plusieurs jours à la chasse.

52Lors de la préparation de repas collectifs où les aliments sont cuits dans un four semi-enterré (photo 6), la division sexuelle des tâches est analogue, mais s’organise à une échelle plus grande, impliquant une coopération. De leur côté, les femmes coordonnent leurs efforts : organisation conjointe, récolte commune, épluchage sur un même lieu, ramassage du bois de chauffe, etc., tandis que les hommes effectuent des opérations différentes et individuelles (découpage du gibier ou du porc domestique, magies pour assurer une bonne quantité de viande et de graisse à l’issue de la cuisson, distribution et mise sur le marché le cas échéant).

La collecte de rats et autres petits animaux

  • 29 Souvent en Nouvelle-Guinée, la chasse aux rats est une activité féminine (Morren 1986 : 130-131, O (...)

53Plusieurs activités féminines s’apparentent à une cueillette. Si ce n’était des animaux qui se trouvent concernés, plutôt que des plantes, rien dans l’organisation d’une chasse aux rats29, d’un ramassage de chenilles ou de grenouilles ne distinguerait la cueillette botanique de la cueillette « zoologique ». Dans les deux cas on procède à mains nues, et les lieux d’approvisionnement sont les mêmes. Seuls le rythme des séances de ramassage et le caractère collectif – deux ou trois femmes et leurs enfants s’y rendent en général ensemble – et ludique de la collecte de petits animaux distinguent les deux activités.

  • 30 Les piʒәŋә’ awo’ sont jaloux des biens et des produits des hommes ; dès lors, il convient de ne pa (...)

54D’ailleurs, si la chasse aux rats ressemble par certains côtés à une cueillette, elle s’entoure néanmoins de précautions propres à n’importe quel type de chasse. C’est ainsi que les paroles prononcées dans la forêt sont soumises à certaines restrictions, afin de ne pas mécontenter les maîtres du gibier : en particulier on n’utilise pas les termes désignant les animaux qui y vivent – et qui sont du gibier potentiel – mais on a recours à un langage employant des mots codés30.

55La collecte de grenouilles, d’écrevisses ou de chenilles s’effectue sous une forme similaire, également en compagnie des enfants de chacune des femmes présentes, qui s’amusent beaucoup. Dans tous les cas, les prises sont rapportées au hameau, bien emballées dans des feuilles, puis partagées entre les participants.

La confection des pagnes et des filets de portage

  • 31 On trouvera dans Lemonnier 1984a des informations techniques sur l’obtention de la matière premièr (...)
  • 32 Toutes les teintures sont naturelles. Les plantes utilisées à cette fin sont les suivantes : Bixa (...)

56Hormis la cueillette des tiges d’orchidées (Dendrohium sp.), qui sont des épiphytes que l’on trouve dans la partie la plus haute du territoire ankave (à partir de 1 900 mètres d’altitude environ), et la confection des grandes capes d’écorce et de certaines parures masculines (Ɔgidʒe notamment), que les hommes prennent en charge, une large part des tâches dites « artisanales » ayant pour support des fibres végétales sont effectuées par les femmes. Ainsi, ce sont elles qui plantent ou entretiennent les végétaux dont elles tireront les matériaux nécessaires à la fabrication des pagnes, des jupes, des parures de deuil (aʒiaxә’), des filets de portage et des cordelettes31. Elles ont également la charge de teindre32 les fibres obtenues (si besoin est dans le cas des filets) et de les transformer en divers objets qui, notons-le, sont constamment utilisés par les deux sexes.

  • 33 Traditionnellement, les jupes des femmes étaient également faites avec ce jonc. Aujourd’hui, seule (...)

57L’identité sexuelle de la personne à laquelle l’objet lui-même est destiné n’est pas un critère de répartition des tâches en ce domaine. Les femmes fabriquent en effet aussi bien leurs propres filets de portage ou pagnes que ceux destinés aux hommes, et elles participent à part égale à la confection des ceintures et des baudriers en tiges d’orchidées tressées, qui ornent le corps des hommes. De même, les femmes plantent aussi bien le jonc dont sont faits les rangs des pagnes masculins33 que la variété masculine (oxә’) de l’arbre i’kә’a’xwә’ apuŋwә’ (Laportea interrupta) dont l’écorce sert à fabriquer les jupes des femmes.

Les autres prérogatives féminines

58Outre la collecte des végétaux utilisés pour la couverture des maisons et abris divers et la remise en forme de leurs propres outils – herminettes (dans le passé), machettes (de nos jours), bâtons à fouir -, il est encore deux rôles spécifiquement reconnus aux femmes : celui de conserver les « valeurs » de la famille (brasses de cauris, aujourd’hui argent) et celui d’arrêter les querelles entre les hommes. La première coutume s’inscrit dans la continuité d’une époque encore proche où les conflits intervallées ou intertribus étaient incessants. Pendant les périodes de combats, les hommes confiaient leurs parures de coquillages et autres biens précieux à leurs épouses. Bien que les guerres de ce type n’existent plus depuis la fin des années 1960, les femmes sont toujours les gardiennes des richesses du ménage, ce qui leur permet de discuter le bien-fondé des opérations d’achat que les hommes désirent effectuer, à l’intérieur du groupe ou en dehors.

  • 34 Tant dans le cadre des guerres intertribales que lors des conflits internes, la procédure de paix (...)

59Depuis l’instauration des tribunaux villageois, la capacité reconnue aux femmes de faire cesser les conflits internes ne trouve plus guère lieu de s’exprimer. Il s’agissait de s’interposer physiquement et de raisonner les hommes, puis de proposer qu’ils se versent mutuellement des compensations plutôt que d’en venir aux mains34. Usant de leur force de persuasion, en l’occurrence de leurs pleurs et de formules rappelant le danger mortel que les comportements masculins faisaient courir à la communauté, les femmes – qui étaient le plus souvent liées par la parenté ou le village d’origine aux parties en conflit – parvenaient souvent à leurs fins.

Conclusion partielle : quelques journées d’hommes et de femmes

  • 35 Les données dont je dispose constituent une base statistique solide pour l’étude des activités quo (...)
  • 36 Encore une fois, rien n’indique alors qu’elle a travaillé à des activités de jardinage pendant les (...)

60En guise de premier commentaire sur la répartition des activités entre les sexes, j’aimerais donner quelques indications sur les différences et les ressemblances observables dans les emplois du temps respectifs des hommes et des femmes adultes35. En d’autres termes, il s’agit d’apprécier globalement la manière dont les journées des hommes et des femmes de l’échantillon ont été consacrées à diverses activités (jardinage, chasse, soins aux porcs, visites, repos, etc.), selon les discours des personnes concernées elles-mêmes. Ainsi, dire que les femmes ont consacré pas loin d’un jour sur deux au jardinage ne signifie évidemment pas qu’elles ont effectué une moyenne quotidienne de 5 ou 7 heures de travaux horticoles : lorsqu’une femme déclare avoir passé sa journée « au jardin », cela signifie seulement qu’à côté des tâches qui lui reviennent chaque jour – alimenter le feu et cuire les aliments, chercher du petit bois de chauffe et des entre-nœuds de bambou, nourrir les porcs, laver les petits enfants à la rivière, jouer avec eux, fabriquer des filets de portage, etc. -, elle s’est aussi rendue dans son jardin36.

  • 37 Notons que tant dans le cas des hommes que des femmes ayant passé la plus grande partie de leur te (...)

61Pour aussi imprécises que puisse sembler ce type d’indications, elles n’en sont pas moins tout à fait parlantes dès lors qu’on dispose de données nombreuses. Il apparaît d’abord que les travaux horticoles absorbent la majorité du temps des femmes, ce que ne laisserait pas prévoir l’inextricable fouillis qui caractérise les jardins ankave. L’horticulture représente en effet en moyenne 44 % des activités féminines, et 9 femmes sur 19 y ont même consacré plus de la moitié de leurs journées. À l’inverse, si les hommes ont passé seulement 17 % de leurs journées dans les jardins, en fait les deux tiers d’entre eux ont consacré moins de 15 % de leur temps à cette activité. À l’évidence, malgré l’accent mis sur la coopération au sein du couple qui caractérise l’horticulture ankave, les femmes y consacrent deux à trois fois plus de temps que les hommes37.

62Les femmes se consacrent également beaucoup plus souvent que ces derniers à l’approvisionnement en bois, en eau ou en récipients de bambou, sans parler du portage des produits du jardin, qui leur revient en majorité : près de la moitié d’entre elles ont déclaré y avoir passé au moins 5 % de leur temps, alors que les hommes ont rarement effectué de tels travaux (chercher un tronc d’arbre pour le débiter, en général).

  • 38 La moitié des hommes ont déclaré avoir participé à cette sorte de « bataille » sans fin, et ce, pe (...)
  • 39 Deux d’entre eux y avaient consacré respectivement 5 et 18 jours.

63Autres confirmations : les hommes se chargent seuls de la fabrication des nappes d’écorce et de leur vente hors des vallées ankave, et eux seuls jouent aux cartes38. Un tiers d’entre eux avaient passé plus de 10 % de leurs journées à des expéditions commerciales39, alors qu’une femme seulement avait accompagné son mari en voyage, pour porter les tubercules et la canne à sucre nécessaires.

  • 40 L’enquête a distingué entre les visites à des parents ou amis, la participation à des repas collec (...)

64Parmi les activités pratiquées d’une manière dissemblable par les hommes et les femmes, on trouve encore l’ensemble des occupations non productives, pendant lesquelles les gens se retrouvent pour discuter ou manger, dans les contextes les plus variés. Elles tiennent une place très importante dans la vie des Ankave, puisque la majorité des hommes et des femmes ont passé plus de 10 % de leur temps – et même, pour près de la moitié d’entre eux, plus de 20 % – en visites ou rassemblements divers40. Les seules activités pratiquées de manière à peu près égale par les deux sexes (en moyenne pendant 5 % du temps) se révèlent être la cueillette et la chasse, mais les produits et le gibier concernés diffèrent (voir plus haut). Notons qu’il n’y a pas eu pendant cette période un seul villageois d’Ajakupnә’wa qui ait posé un piège destiné à capturer du gros gibier, casoar ou porc. L’étude systématique des occupations des hommes et des femmes de la vallée de la ʃuowi confirme amplement l’impression que, malgré l’omniprésence de la forêt, la chasse n’est pas une activité quotidienne chez les Ankave, bien que le gibier – ou la viande de porc – soit une composante essentielle des relations sociales.

65Je ferais encore trois remarques pour conclure cette analyse sommaire des « emplois du temps » des Ankave. D’abord, ces statistiques confirment que les tâches effectuées par les hommes sont relativement plus variées que celles qui reviennent aux femmes. Ensuite, on est frappé par la grande variabilité interindividuelle de ces emplois du temps. Par exemple, si un tiers des hommes avaient travaillé dans leurs jardins pendant au moins 30 % du temps, les deux autres tiers les avaient à peine visités ; de même, sur douze hommes, il n’y en avait que deux qui aient été en train de construire une maison au moment de l’enquête. Même chose pour les femmes : si une majorité d’entre elles ont passé la moitié de leur temps en activités horticoles, il existe aussi une minorité non négligeable de femmes (5 sur 19) qui, malades ou fatiguées – rappelons qu’on se trouve dans une zone de malaria méso-endémique -, ont passé au moins 15 % de leur temps à ne rien faire.

  • 41 Quelques chiffres suffisent à donner une idée de ce que pouvait représenter alors la menace des co (...)

66Enfin, il y a lieu de rappeler que, dans le système traditionnel – ou, au moins, dans la situation qui prévalait jusqu’à ce que l’influence des postes de patrouille se fasse sentir dans les vallées ankave, dès les années 1960 -, la guerre était la grande affaire des hommes : « avant », on ne jouait pas aux cartes, « avant », on avait moins peur des ombә’ et l’on chassait donc davantage la nuit. Or, dans tous les cas, cet « avant » renvoie à une époque où les hommes étaient fréquemment occupés à déjouer une attaque de l’ennemi ou à se préparer à un combat contre les membres de quelque hameau voisin41. Les activités guerrières sont les grandes absentes du tableau que je viens de dépeindre : à l’évidence, en termes de temps passé, la guerre tenait traditionnellement chez les hommes une place comparable aux activités liées à l’horticulture chez les femmes.

DES SAVOIRS SPÉCIFIQUES

67Certaines activités nécessitent un savoir spécifique, associé ou non à des dispositions particulières. Personne chez les Ankave ne pratique pour autant à temps complet une activité que l’on pourrait qualifier de spécialisée. Certes, il existe des chamanes, des responsables des rituels d’initiation et des chanteurs, mais tous ces personnages n’agissent que de temps à autre, au gré des besoins des villageois et de la vie cérémonielle. Leurs connaissances ne les dispensent nullement des besognes ordinaires, comme cultiver leurs jardins ou construire des maisons. En d’autres termes, nul n’est entretenu par la communauté pour effectuer des tâches spécialisées de façon permanente. De surcroît, outre ces quelques hommes et femmes qui possèdent un savoir et des pratiques spécifiques, notamment dans le domaine de l’action rituelle ou magique, la majorité des adultes connaissent quelque formule, remède ou rite particulier qui assure le succès des opérations de jardinage, la guérison d’un mal bénin ou la bonne croissance des enfants en bas âge. Il n’empêche qu’il se trouve des gens dont le talent, l’habileté ou encore l’appartenance à un clan donné ou bien à une famille particulière les conduit à accomplir certaines tâches et à posséder des savoirs que tout le monde n’a pas. Il leur arrive de recevoir une rémunération en échange de leurs services ponctuels.

68En outre, certaines de ces connaissances spécifiques ne sont pas accessibles aux hommes et aux femmes de la même façon. Globalement, on peut dire qu’à chacun des sexes reviennent les savoirs liés aux fonctions physiologiques et aux activités quotidiennes qui sont respectivement les leurs et que nous avons décrits dans les pages précédentes. Ainsi, les magies horticoles et les soins dont les femmes enceintes ou parturientes ont parfois besoin sont dispensés par des femmes, tandis que, parmi les hommes, un grand nombre connaît des magies de chasse, certains conduisent les chants de clôture de deuil et quelques-uns disposent de pouvoirs et de savoirs spécifiques qui leur permettent d’accomplir les gestes rituels pendant les initiations masculines. Seuls les procédures magiques curatives et le chamanisme sont des activités mixtes.

Soigner les corps et les esprits : des aptitudes identiques pour les deux sexes ?

  • 42 On se contentera ici, faute de place, d’offrir une présentation très succincte de l’activité chama (...)

69Malgré un plus grand nombre de chamanes de sexe masculin, en théorie les aptitudes, les savoirs et les techniques curatives que l’activité chamanique implique sont accessibles aux deux sexes. La pratique des chamanes ankave s’exerce avant tout dans le traitement de la maladie. Grâce à leurs esprits supplémentaires, ils établissent des diagnostics puis soignent les affections causées par des agents spirituels malveillants. Celles dues aux ombә’, esprits abrités par des êtres humains, se caractérisent par la présence d’organes plus ou moins profondément sectionnés ou par une altération de la circulation du sang. Quant aux esprits des défunts (piƷәŋә’ siwi’), ils emportent au loin l’esprit de leurs proches. Contrairement à leurs homologues nord-anga (Herdt 1977 : 153, 160, Godelier 1982 : 78, 80, Lory 1981-82 : 546-551, 557, Mbaginta’o 1972), les chamanes ankave n’ont aucun rôle dans la guerre et ne subissent pas d’initiation spécifique42. Les chamanes ne peuvent rien en revanche lorsqu’on soupçonne une attaque de sorcellerie, suite à l’apparition d’un grand nombre de malades en divers endroits de la vallée.

70Il existe des femmes chamanes, mais elles sont beaucoup moins nombreuses que leurs collègues masculins, puisqu’on compte aujourd’hui quatorze hommes pour deux femmes, une mère et sa fille, qui sont également les « sages-femmes » locales. Notons que lorsque le cas à traiter est complexe, un chamane peut se faire aider d’un ou de plusieurs collègues, hommes ou femmes indifféremment, et tous conjoignent alors leurs efforts pour guérir le malade, soit en multipliant le nombre d’esprits-soigneurs à l’œuvre dans le corps du patient, soit, plus fréquemment, en montant la garde aux abords du lieu où se déroule la cure chamanique, afin de prévenir toute attaque de ombә’.

71À côté de ces chamanes, de nombreux adultes connaissent la manière de traiter un ou plusieurs des maux divers, et le plus souvent bénins, qui surviennent indépendamment de l’action malveillante d’êtres surnaturels, qu’il s’agisse d’une fièvre, de céphalées, de douleurs d’estomac, de courbatures, de brûlures ou encore d’une toux. Dans la vallée de la ʃuowi, une cinquantaine de personnes connaissent de telles magies curatives – soit plus de la moitié de la population adulte de la vallée – parmi lesquels seulement cinq des quinze chamanes de la vallée.

72Le traitement de ces affections le plus souvent sans gravité nécessite l’utilisation de plantes ou de terres et l’exécution de certains gestes (frottement, souffle, pressage), soutenus par des formules. La majorité de ces procédures magiques sont aussi bien connues des femmes que des hommes, et, à l’instar des magies horticoles ou de celles concernant la croissance des bébés, les savoirs « médicaux » sont le plus souvent individuels, ce qui signifie dans le cas présent qu’une même affection peut être traitée de plusieurs manières. Il est seulement impossible de se soigner soi-même, y compris dans le cas où l’on connaît le traitement adéquat.

Les savoirs sexuellement marqués

73Sans revenir sur les procédures magiques directement associées aux activités les plus régulières des hommes et des femmes, comme le jardinage ou la chasse, qui ont été présentées dans les sections précédentes de ce chapitre, il faut noter que tout le monde ne connaît pas forcément les gestes et les formules à effectuer pour garantir leur succès ou accroître leurs chances de réussite, si bien qu’intervient, mais de façon très limitée là encore, une relative spécialisation. Il est par exemple de notoriété publique que certaines femmes connaissent une pratique magique destinée à assurer l’étanchéité de la couverture d’un toit, d’autres la manière de faire correctement pousser les taros Colocasia esculenta et qu’il est toujours possible de leur acheter leurs secrets ou bien de leur demander de procéder à l’opération indispensable, contre rémunération. Autrement dit, toutes les femmes savent cultiver les jardins, mais certaines savent mieux que d’autres la manière de faire correctement pousser des plantes particulières.

74Il est tout aussi évident que certains hommes confectionnent des pièges à anguilles plus solides que d’autres ou connaissent davantage de succès à la chasse. Parfois, c’est simplement l’intérêt porté à une tâche donnée qui varie selon les individus, plus que le savoir ou l’habileté impliquée. Par exemple certains ne trouvent aucun plaisir à découper les porcs qu’ils abattent ; d’autres ne manquent pas une occasion de faire des travaux de sparterie (avec des tiges d’orchidées) ou de battre des écorces.

75Au bout du compte, outre le fait que les gestes magiques entrant dans les activités horticoles ou de chasse sont très largement individuels et donc variés, certaines personnes connaissent une plus vaste palette de pratiques techniques et/ou rituelles que d’autres, soit du fait de leur propre talent, soit parce qu’elles avaient une mère ou un père savants en ces domaines. On peut donc dire qu’il existe ici des spécialisations de fait, mais qui ne retentissent guère sur la division sociale des tâches ou sur les relations entre les individus, notamment parce que tel homme, qui n’a jamais capturé de casoar, produit une chaux d’excellente qualité, ou parce que telle autre, qui ne s’y connaît guère en magie horticole, n’a pas sa pareille pour guérir les maux de ventre. Finalement, chacun possède généralement quelque talent particulier dans un domaine bien limité.

  • 43 Dans ce cas, on agit à la demande d’une femme, alors que dans le cas des oncles maternels, qui par (...)
  • 44 Ces savoirs et pratiques seront analysés ailleurs.

76Cela étant dit, il existe des domaines d’action où les préférences et les aptitudes individuelles ne peuvent à elles seules déterminer l’acquisition d’un savoir ou d’une pratique spécifique. C’est le cas de ceux qui touchent à la physiologie féminine et à la maturation des jeunes garçons, et qui sont très strictement répartis : chez les Ankave, jamais un homme n’a assisté à un accouchement, et aucun ne sait quels sont les moyens à utiliser pour rendre une femme provisoirement (ou définitivement) infertile43. Cela ne signifie pas pour autant qu’un grand nombre de femmes connaissent ces matières ; en réalité, bien peu d’entre elles sont aujourd’hui à même d’intervenir efficacement en cas d’accouchements qui tournent mal, même si elles sont plus nombreuses à détenir des connaissances relatives à la grossesse44.

77Réciproquement, tout comme la naissance et le monde des tout petits enfants intéressent uniquement les femmes, les initiations sont « l’affaire des hommes ». Cependant, les femmes y jouent un rôle qui, bien que second et apparemment plus passif, reste indispensable. D’une part, les attitudes qu’elles adoptent, les interdits qu’elles respectent et les rites auxquels elles participent sont des éléments à part entière de ce cycle cérémoniel ; mais, surtout, nous verrons en détail que les substances utilisées par les hommes pour « fabriquer » des garçons et des guerriers, ainsi que la structure même des rites ont une connotation essentiellement féminine (Bonnemère à paraître a).

78Il n’en reste pas moins que ce sont exclusivement les hommes qui prennent en charge l’organisation des cérémonies, dont la majeure partie se passe hors de la présence physique des femmes. En outre, du fait de leur appartenance clanique et, plus précisément encore, de par leur ascendance paternelle, quelques hommes sont les détenteurs de divers objets dont la manipulation et le pouvoir qu’ils renferment sont au centre des rituels qui permettent aux petits garçons de croître et d’atteindre la masculinité. Deux mythes – qui se présentent pour les Ankave comme des récits historiques, au sens où nous l’entendons (voir pp. 310-311) – racontent comment les clans Idʒadʒe et Ngudʒe acquérirent chacun de ces pouvoirs et de ces objets, suite à l’assassinat de l’homme primordial, quelque part près de l’actuel Menyamya, et au partage de certaines composantes de son corps.

  • 45 Ce terme est la juxtaposition du mot « homme » (oxә’) et du mot « combat » (mәxә’). À lui seul, il (...)

79Au sein des ces deux clans (Idʒadʒe et Ngudʒe), seuls certains hommes peuvent aujourd’hui diriger le déroulement des cérémonies et en effectuer les rites cruciaux. Car eux seuls ont reçu la garde d’un ou de plusieurs des éléments associés à la mort de leur ancêtre : le morceau d’écorce battue contenant l’objet oxemәxә’45 et les cauris qui l’accompagnent ; le poinçon d’os avec lequel on perce le septum des initiés ; l’entre-nœud de bambou contenant la terre ʃәwajә’ imbibée du sang de l’ancêtre ; et les pieds de cordyline toujours replantés dans les enclos domestiques du maître des initiations et des participants au rituel après chaque cérémonie.

80À la répartition des tâches selon le sexe d’abord, puis selon l’appartenance clanique, se surajoute encore ici un critère généalogique individuel : idéalement, la transmission des pouvoirs et des objets magiques doit se faire au sein du lignage issu des ancêtres concernés par le partage du corps de l’ancêtre Idʒadʒe. Or, l’histoire montre que, pour des raisons d’ordre principalement démographique, cette condition ne put être toujours remplie (voir fig. 15).

FIG. 15 – LA CHAÎNE DE TRANSMISSION – INTERROMPUE – DE L’OBJET oxewәxәPOUR PERFORER LES SEPTUMS (1er STADE) AU SEIN DU CLAN Ngudʒe.

81Pour éviter que ne se perdent leurs pouvoirs initiatiques en l’absence de descendant agnatique, le clan Ngudʒe a dû les transmettre à des hommes des branches collatérales, voire à des membres d’autres clans reliés par la sœur d’une épouse.

  • 46 Les chants abә’ diffèrent des trois autres types en ce que, d’une part, il n’existe apparemment pa (...)
  • 47 Cette situation n’est pas unique en Nouvelle-Guinée : chez les Yafar, les femmes sont « exclues de (...)

82Les meneurs de chants sont, avec les maîtres des initiations, les autres personnages qui déploient leurs qualités lors de circonstances rituelles. Les Ankave distinguent quatre grands types de chants, selon les occasions où on les entonne : les ŋwabә’ pour les deuils, les ʃoŋә’ pour les cérémonies de clôture des deuils, les ʃaŋә’ chantés gaiement à tout moment de convivialité (un repas collectif par exemple) et les abә’ pendant les initiations46. En règle générale, non seulement les hommes en connaissent un plus grand nombre que les femmes47, mais certains d’entre eux sont considérés comme de grands chanteurs, à la fois en raison de leur talent et de l’étendue de leurs connaissances en ce domaine. Or, la manière dont ce savoir est réparti entre les sexes ne prend pas toujours la forme qu’on pourrait logiquement attendre.

  • 48 Ce qui explique sans cloute que R. et M. Speece indiquent que ces chants sont masculins (1983 : 14 (...)

83Par exemple, les femmes connaissent aussi bien que les hommes les chants d’initiation abә’ qui sont chantés par la communauté tout entière lors de la danse collective qui précède la perforation du septum, mais elles ne dirigent pas ces chants48. En outre, dans le mythe qu’aussi bien les hommes que les femmes racontent, ce sont elles qui en sont à l’origine et qui les apprennent aux hommes (voir p. 332). En revanche, elles semblent connaître mal, ou peu, les historiettes associées aux chants de clôture de deuil, mal également celles qui accompagnent les chants de joie (ʃaŋә’), un peu mieux celles qui illustrent les complaintes de deuil. Mais aucune femme n’a jamais été considérée comme une grande chanteuse, autrement dit comme capable de diriger les chants ; elles se contentent de reprendre ceux entonnés par les hommes. Notons aussi que tout le monde n’a pas une connaissance égale de ces petits récits associés aux chants appartenant aux trois premières catégories. Discutant des chants ʃoŋә’, une femme m’a donné son explication de cette situation : « C’est parce dans le mythe, c’est un homme qui a trouvé le tambour dans le bassin d’eau profonde que les femmes ne font maintenant que suivre les chants des hommes » (voir pp. 322-323).

  • 49 Chez les Baruya aussi, le nom du grand guerrier (aoulatta) est celui de la flèche à oiseau à multi (...)

84Si l’on trouve encore aujourd’hui chez les Ankave des maîtres des initiations et des meneurs de chants qui peuvent exercer régulièrement leurs talents, on n’y rencontre plus guère de mәxә’ ina’jo’, de guerriers « qui frappent avec la précision d’une flèche multipointes »49. Certes, bien des hommes de quarante ans et plus ont combattu les ennemis traditionnels – les Iweto, de langue iqwaye -, mais aucun parmi eux n’aspire au titre d’homme à toεxwә’ ou à kwi’jә’, de grand spécialiste de la guerre. On confond aussi souvent les deux personnages dans un même type.

  • 50 Par plusieurs aspects de leurs pouvoirs, les grands guerriers ankave se rapprochent des chamanes b (...)

85Les hommes à toεxwә’ sont d’une force herculéenne et ils jouent des tours (toεxә’). En temps de guerre, l’esprit toεxwә’ s’en va pénétrer le corps des ennemis pour détruire leurs organes à l’avance, à leur insu. Lors du combat lui-même, on croit que l’ennemi meurt sous les coups du toεxwә’, mais, en fait, il succombe aux invisibles blessures que celui-ci lui a infligées pendant la nuit précédente. L’autre type de grand guerrier envoie son esprit kwi’jәespionner l’ennemi et l’affaiblir en l’abrutissant afin qu’il soit inefficace lors de la bataille du lendemain. Après avoir pris l’apparence d’une chauve-souris, les kwi’jәsurveillent le chemin par lequel l’ennemi est susceptible de survenir50 Enfin ils rassemblaient et dirigeaient les hommes au combat. Ils étaient, dit-on, beaucoup plus nombreux que les toεxwә’.

86L’origine de ces pouvoirs n’est pas clairement définie par les Ankave. Pour certains, ces esprits combattants passent progressivement d’un père à son fils, un peu à la manière dont un chamane transmet petit à petit ses aides magiques à un jeune collègue ; pour d’autres informateurs, ces pouvoirs sont déjà dans l’enfant qui vient de naître, mais sans que ses parents y soient pour quelque chose. Quoi qu’il en soit, c’est au moment d’être initié que le futur grand guerrier se signale lui-même par quelque blague typique d’homme à toεxwә’ ou à kwi’jә’ : par exemple, lorsqu’il est mis en ligne avec ses co-initiés, il disparaît soudainement pour réapparaître à un autre endroit.

  • 51 Mais il ne semble pas avoir pris souche, comme nos derniers séjours sur le terrain nous l’ont appr (...)

87Alors que les grands guerriers appartiennent désormais au passé, deux types de personnages masculins sont récemment apparus chez les Ankave. Les premiers, censés être responsables de l’ordre public dans les hameaux et servir de porte-parole aux membres de ceux-ci, ont été appointés par l’administration du colonisateur australien (puis de l’État et des gouvernements provinciaux de Papouasie-Nouvelle-Guinée), au début des années 1960, mais aussi, et tout autant, par l’Église luthérienne, dans les années 1970. Quant au second personnage, un spécialiste capable de repérer les esprits cannibales ombә’, il est apparu il y a moins de dix ans51.

88À l’origine, les luluais étaient des responsables villageois mis en place par l’administration allemande de la Nouvelle-Guinée ; ils étaient assistés dans leur tâche par des tultuls (Jacobs 1972 : 488-489). Les Australiens conservèrent ces termes du tok pisin mélanésien et les fonctions qui leur correspondent. Depuis l’indépendance (1975), on parle de komitis. Les Ankave de la vallée de la ʃuowi ont connu deux luluais (dont l’un est encore en vie), et ils ont aujourd’hui un tultul et deux church komitis, qui tous, ont été nommés au hasard des rares visites d’officiers de patrouille ou par les missionnaires, venus les uns et les autres de Menyamya. Pour autant, il n’existe aucun lien formel entre les Ankave et l’administration ou l’Église : tultuls et komitis sont parfaitement inconnus des postes administratifs les plus proches de Menyamya, et encore plus à Kotidanga, dans la province du Gulf, le poste administratif proche de Kanabea (voir carte 4), dont dépendent les Ankave, au moins « sur le papier ». Ils servent en revanche d’interlocuteurs privilégiés avec les représentants de l’Église luthérienne, soit lorsque des Ankave se rendent à la mission de Kwaplalim, sur leur chemin vers Menyamya, soit lorsque passe l’équipe de M.C.H. (Mother and Child Health Care), un peu plus d’une fois par an, en moyenne.

89Mais si les kiaps (officiers de patrouille) ignorent à peu près tout des Ankave, ils n’en tiennent pas moins une place importante dans la vie de ces derniers. De fait, on entend fréquemment quelqu’un déclarer à qui veut l’entendre qu’il va « aller chez le kiap », « au bureau » ou, pire encore, qu’il va « chercher le kiap ». Or, si ces menaces ne sont suivies d’effet que dans les cas d’homicides, c’est-à-dire rarement, elles planent constamment sur cette institution récente, mais bien ancrée dans la vie locale, que sont les kots (tok pisin pour l’anglais courts), que j’ai appelées ici, faute de mieux, les tribunaux villageois.

90Car bien qu’aucun responsable de village n’ait été nommé par un fonctionnaire du gouvernement national ou provincial depuis 20 ou 25 ans, la référence à un pouvoir extérieur à la tribu fonde l’existence même des tribunaux villageois. Un fois tous les quinze jours, donc, et parfois plus souvent, un ou deux de ces personnages arbitrent les différends (à propos d’un adultère supposé, de coups, d’insultes, de jardins endommagés par un porc, etc.) qui sont survenus dans la communauté. On parvient généralement à un accord, qui se matérialise par le versement d’une compensation en argent variant entre deux et une centaine de kinas, selon le cas. À l’évidence, on règle aujourd’hui sans violence des affaires à propos desquelles on aurait combattu il y a encore vingt ans.

CONCLUSION

91À l’issue de ce chapitre consacré à la description et à l’analyse des champs d’activité des deux sexes, nous sommes mieux à même de dégager les principales caractéristiques de la répartition, entre les hommes et les femmes, non seulement des tâches quotidiennes, mais aussi des prérogatives sociales et rituelles de toutes sortes. D’abord, il apparaît qu’il existe chez les Ankave une souplesse certaine dans le système de la division sexuelle des tâches. À côté d’activités strictement masculines ou féminines, il en est quelques autres, en effet, qui peuvent être indifféremment effectuées par les hommes ou par les femmes. Mais on note également qu’en cas d’indisponibilité d’un des deux membres d’un couple, l’autre peut effectuer les tâches quotidiennes qui ne lui reviennent pas en temps normal, et, pour un homme, sans se déconsidérer pour autant.

92Il est cependant remarquable qu’au sein des tâches où hommes et femmes peuvent indifféremment intervenir, sont totalement exclues celles sur lesquelles repose un interdit lié aux particularités de la physiologie féminine ou du contact que les femmes ont avec les excréments des bébés, si bien que la perméabilité des sphères d’activité de chacun, se limite de facto à un petit nombre de cas, très bien définis.

  • 52 G. Herdt note pareillement que chez les Sambia : « The sexes economically complement rather than c (...)

93Une autre caractéristique de la répartition des activités entre les sexes chez les Ankave est la nécessité fréquente d’une coopération au sein du couple, par exemple lors de la préparation des amandes du Pangium edule ou de l’ouverture d’un jardin. La coopération s’établit prioritairement au sein d’un couple marié, et elle est peu fréquente entre des femmes parentes et exceptionnelle entre des frères ou des beaux-frères. Mais surtout, les formes de la coopération entre des personnes de même sexe et de sexe opposé se distinguent d’une manière fondamentale : alors que les premières accomplissent des tâches similaires ensemble (récolter et préparer les tubercules en vue d’un repas collectif par exemple), la coopération qui s’établit entre un homme et une femme mariés est de l’ordre de la complémentarité : ils effectuent des tâches différentes dans un but commun, chacun prenant en charge les opérations qui lui reviennent en fonction de son sexe52. Il est remarquable par exemple que lors de la domestication d’un chiot, la femme s’occupe de l’ensemble des gestes liés à la croissance physique de l’animal, alors que l’homme intervient uniquement dans le cadre de l’apprentissage de la chasse.

94Or, le terme de complémentarité s’adapte parfaitement à l’ensemble des « modes d’interaction » entre les hommes et les femmes, au moins au sein d’un couple. Je veux ici non seulement parler des relations quotidiennes mais aussi des événements comme le mariage et la sexualité, la naissance, les initiations et la mort où l’accomplissement des rites nécessaires fait l’objet d’une collaboration entre les hommes et les femmes. Enfin, dans les représentations qui touchent principalement à ces domaines, une action complémentaire des deux sexes apparaît également indispensable. Cette constatation ne représente pas un résultat d’une grande originalité à l’échelle des sociétés de par le monde, ou même de la Nouvelle-Guinée, mais, dans le paysage culturel anga, elle tranche avec ce qui a été observé dans les groupes du Nord.

  • 53 De même, chez les Enga, « Women’s hard work drew the attention and respect of their husbands » (Ky (...)

95En même temps qu’une nécessaire complémentarité entre les sexes, qui apparaît plus ou moins explicitement selon la nature des « interactions » en jeu, l’analyse des champs d’activité respectifs ou communs des hommes et des femmes révèle, me semble-t-il, une reconnaissance symétrique de la spécificité et de l’importance des rôles de chacun. On ne trouve pas de dévalorisation systématique par les individus d’un sexe des tâches effectuées par ceux du sexe opposé53 : chaque sphère d’activité sexuellement définie est considérée comme également indispensable à la reproduction de la société.

  • 54 Ces couleurs sont obtenues avec des terres (respectivement xwә’a’ ʃәwajә’, omәxә’ et xwә’tәŋwә’) e (...)

96On trouve une sorte de preuve de cette reconnaissance symétrique dans un rite effectué lorsqu’une femme ou un homme d’expérience meurent. Son objectif est de s’approprier certaines des aptitudes du défunt : la vigueur au combat dans le cas des hommes et l’énergie au travail horticole pour les femmes. En outre, celui qui est destiné à devenir spécialiste des initiations peut acquérir une partie des pouvoirs liés à l’objet oxemәxә’ et nécessaires à l’exercice de son savoir au moment où celui qui en était auparavant le détenteur est sur le point d’être porté vers sa sépulture. Pratiquement, lorsque le porteur d’un cadavre masculin sort de la maison où il était veillé depuis plusieurs jours et qu’il s’apprête à en faire le tour, plusieurs hommes surgissent en hurlant, le corps décoré de figures géométriques rouges, jaunes, grises et noires54 et armés d’un arc, de flèches et d’un bouclier. Il s’agit d’effrayer l’esprit du défunt, préalable nécessaire à ce qu’il communique sa force à tous les jeunes hommes qui participent au rite.

97Si c’est une femme expérimentée qui vient de mourir, la communauté des femmes prend en charge l’opération, sans prévenir les hommes. Elles surgissent de la même façon à grands cris, mais au lieu de s’être enduit le corps, elles ont simplement attaché leur cape d’écorce battue autour de leur taille, et brandissent des boutures de taros, de bananiers, de patates douces et des aliments divers ainsi que leurs outils de travail – bâtons à fouir et machettes. Il s’agit là de récupérer à leur compte l’esprit, dit kwƆ’ra’pә’, des femmes qui furent de leur vivant de grandes travailleuses. Les boutures ainsi utilisées sont ensuite plantées dans les jardins des femmes qui ont effectué le rite, sans utilisation d’une formule magique car la force de la défunte ainsi acquise permet à elle seule d’assurer une bonne croissance des plantes.

98Il est remarquable que les femmes procèdent ici seules à un rituel semblable à celui des hommes, et dans des circonstances identiques. Leur « attaque » n’est en rien une version affaiblie du rite masculin : elle en est l’équivalent, et les pouvoirs d’une grande cultivatrice sont captés avec autant d’attention que ceux d’un grand guerrier.

99Mais que les rites masculins et féminins soient ici symétriquement effectués ne signifie pas pour autant que les activités des hommes et des femmes sont symétriquement définies. Bien que les Ankave n’élaborent pas de discours unifié à ce sujet, l’analyse que j’ai effectuée dans ce chapitre montre que la plupart des gestes, des actions et des prérogatives des femmes leur sont attribués en raison du fait naturel qu’elles portent et mettent au monde les enfants. C’est la raison pour laquelle il paraît plus aisé de déterminer les raisons pour lesquelles les tâches féminines sont dévolues aux femmes et à elles seules qu’il n’a été possible de le faire dans le cas des activités masculines, à condition bien sûr de faire l’hypothèse que les sociétés ont partout jugé plus facile d’établir une continuité entre les caractéristiques physiologiques des femmes et leurs occupations quotidiennes.

100Cette hypothèse découle d’une simple constatation : la domination masculine a tendance à s’estomper dans les sociétés où les connaissances scientifiques et médicales (moyens de contraception notamment) permettent aux êtres humains de s’affranchir, au moins partiellement, des contraintes imposées par la nature. Il apparaît manifeste en effet que plus les sociétés prennent de distances par rapport à cette dernière, plus les rôles et les activités de chaque sexe se recoupent. Dans celles qui ne connaissent ni la contraception ni les laits de substitution au lait maternel, c’est aux femmes que revient la tâche de prendre soin des enfants.

  • 55 Une démonstration de l’invalidité de cette idée pourtant particulièrement bien ancrée dans les esp (...)
  • 56 Ou d’une « tendance », comme aurait dit Leroi-Gourhan (1971 : 27 et suiv.).
  • 57 C’est là une formulation qu’A. Testart a utilisée pour réfuter nombre d’arguments présentés comme (...)

101Plutôt que de parler du caractère inné de l’instinct maternel55, j’avancerai pour ma part l’hypothèse que l’on observe ici la manifestation d’une « solution de facilité »56 : on octroie aux femmes la tâche de nettoyer et d’élever les enfants en raison du fait universel et indiscutable que ce sont elles qui allaitent les bébés. Il serait certes tout aussi envisageable57 d’attribuer aux hommes tous les soins autres que nourriciers dont ont besoin leurs enfants, mais l’organisation nécessaire serait plus difficile à mettre en place. Les sociétés auraient alors toutes « choisi » la plus simple. A défaut de pouvoir trancher la question de savoir pourquoi la simplicité l’a emporté ici alors que la complexité est au fondement de tant d’autres domaines de la vie sociale, on doit noter que cette solution est aussi celle qui ne rompt pas la continuité des opérations techniques en jeu.

  • 58 On a vu, en revanche, qu’aux hommes revient la tâche d’éloigner l’esprit des morts, lors de la cér (...)

102En d’autres termes, les femmes mettent au monde les enfants, donc elles en prennent soin et les élèvent. De cette continuité d’activités dont le point de départ relève de la nature, les Ankave ont une interprétation qui crédite les femmes d’une action nourricière positive. Elles prennent en conséquence en charge l’ensemble des tâches liées à la préparation des aliments destinés à la fois aux êtres humains et aux animaux domestiques. De même, dans l’esprit des Ankave, les femmes jouent un rôle essentiel dans la création de nouveaux membres de la société ; elles assistent donc et prennent une part active aux rites associés à la mort et à la régénération des substances corporelles des défunts et ce sont elles qui mettent quotidiennement en scène le deuil lui même58.

  • 59 Sur le sujet, on lira l’article de J. Guyer (1988 : 255).

103Notons qu’il ne s’agit pas ici d’une vision naturaliste des modalités de la répartition des tâches chez les Ankave, mais bien d’une prise en compte des représentations locales59 dans lesquelles le sang maternel est responsable à lui seul de la croissance du fœtus (voir chap. 6). C’est cet accent sur l’importance, voire l’exclusivité, de l’action maternelle dans les premiers moments de la vie qui, selon moi, va de pair avec le rôle fondamental que les femmes jouent lorsqu’un individu meurt, avec leur participation indirecte aux initiations masculines, mais aussi plus simplement avec leurs activités quotidiennes de collecte de la nourriture familiale. Autrement dit, elles participent pleinement à la « fabrication » des êtres humains, aux efforts de tous pour assurer la continuité des générations et la fertilité de la terre à travers la régénération des substances corporelles, ainsi qu’aux actes nécessaires pour garantir la croissance et la maturation physique des individus.

104Si l’on y regarde de près, les sphères d’activité des hommes et celles des femmes ne se définissent donc pas d’une façon similaire : il apparaît plus difficile de trouver pour les tâches et prérogatives féminines un fil directeur unique, ou principal, comparable à celui qui unit des activités masculines aussi diverses que l’abattage des arbres, la chasse, la distribution du jus de pandanus rouge, le port de la parure nәwimbәxә’, la direction des chants, le commerce et de nos jours l’organisation des « tribunaux villageois ». Très peu nombreuses sont les tâches dont l’attribution exclusive aux hommes dépendrait de critères renvoyant à des qualités physiques, comme la force dont seuls ces derniers seraient pourvus, selon les Ankave eux-mêmes. Ici comme ailleurs, le partage des tâches entre les hommes et les femmes est une construction éminemment culturelle reposant sur des représentations propres à chaque culture qui renvoient autant à la sexualité qu’aux pratiques rituelles ou à la mythologie, et cela même si tout se passe comme si les activités féminines étaient définies par des critères renvoyant à la nature, à la physiologie.

Notas

1 Sur la tenure foncière, voir particulièrement les pages 74-75.

2 Avant l’arrivée de l’outil d’acier, les femmes disposaient de petites herminettes de pierre, à l’aide desquelles elles sectionnaient les arbustes et les broussailles, préalablement repliées sur un petit tronc d’arbre posé sur le sol.

3 Notons que Xanthosoma sagittifolium, importé récemment, échappe à la règle.

4 S’il s’agit d’un foyer polygyne, le mari peut soit défricher une plus grande surface de forêt et attribuer à chacune de ses épouses une parcelle contiguë (voir fig. 10), soit ouvrir successivement un jardin pour chacune dans des endroits différents. Dans les deux cas, les épouses prennent en charge le débroussaillage, le nettoyage et la plantation de leur propre jardin.

5 On n’en trouvera ici qu’un bref résumé. Pour une description détaillée des opérations en jeu, voir Bonnemère 1993b.

6 Pour être plus précis, les Ankave disent que les amandes ne se liquifieraient pas et que la toxicité de la plante, sensible au goût par une amertume prononcée, ne diminuerait pas.

7 Les porcs n’en sont pas moins la propriété du couple. Notons que dans certaines sociétés de Nouvelle-Guinée, une partie des porcs appartient aux femmes (Feil 1984b : 111 et suiv., Glasse 1968 : 76).

8 Par imitation de ce qui se pratique parfois chez les Iqwaye ou les Menye, un homme d’Ikundi avait conservé en 1988 un mâle entier, avec l’idée de monnayer ses saillies aux propriétaires de truies, mais, dès 1990, l’animal avait été tué du fait de sa férocité et du refus des Ankave de payer pour ses services.

9 Cette intervention permet en effet, disent les Ankave, de distinguer un verrat d’un porc domestique, ce qui est important dans la mesure où la majorité des porcs sont laissés en liberté et qu’ils divaguent aux abords de la forêt.

10 Pour un résumé détaillé des objections qui ont été faites à la thèse de la mobilité, on se référera utilement au livre de Testart (1986 : 7-19).

11 On sait par la littérature existante sur le sujet que les fluides sexuels dangereux ne se limitent pas forcément à ceux qui sont sécrétés par le corps des femmes. Dans certaines sociétés de la Nouvelle-Guinée, le sperme qui peut s’écouler de leur vagin après un acte sexuel est aussi porteur d’un pouvoir redoutable (Bonnemère 1990 : 108-109).

12 Le pandanus rouge et le Pangium edule sont en effet tous deux consommés collectivement (Bonnemère 1993b). En outre, le premier est utilisé lors des initiations masculines et est l’objet de nombreuses associations symboliques (voir pp. 248 et suiv.) tandis que le second peut faire partie des dons tәwagә’.

13 Il est intéressant de remarquer ici que les femmes peuvent cuire et sucer les graines des pains de pandanus – souvent à demi-mangés par les oiseaux – qu’elles ont rencontrés sur leur chemin. Ce dont elles ne peuvent s’occuper c’est de la préparation du pandanus rouge, qui seul contient du tanә’, producteur de sang (Bonnemère 1994b : 25-26).

14 A tel point qu’en trois séjours durant la saison la plus sèche, ni P. Lemonnier ni moi-même n’avons pu en observer une, à l’exception d’une tentative avortée en 1985.

15 Elles peuvent seulement cuire les poissons dans une écorce et les consommer, mais toujours après les hommes.

16 On sait par exemple que la toxicité du Pangium edule disparaît le plus souvent par simple rôtissage des graines ou par un trempage rapide. Les Ankave, eux, considèrent qu’il est nécessaire de faire macérer les amandes pendant trois à quatre semaines, et que ce processus même ne réussit que sous certaines conditions particulières.

17 Notons que les noix d’arec sont presque aussi indispensables à la vie quotidienne des Ankave que les tubercules ou les bananes.

18 C’est sur son épaule qu’un homme porte les fruits de pandanus. La manière dont les sexes se différencient par les techniques du corps (portage, démarche, grimper, façon de s’asseoir, etc.) fait l’objet d’une recherche en cours.

19 Des Ficus de divers espèces (F. variegata, F. lobusta et F. hesperiidiformis) ou un Prunus.

20 Pour la fabrication et l’utilisation des objets d’écorce battue chez les Anga en général, voir Lemonnier 1984a.

21 Il ne s’agit ici que d’effectuer une synthèse, sans entrer dans les détails des opérations en jeu qui ont été décrites et analysées en divers endroits du livre.

22 Ce terme n’implique dans le contexte présent aucun changement physiologique, mais renvoie à un âge où une jeune fille participe pleinement à l’obtention de la nourriture familiale.

23 Cette situation est rare néanmoins, notamment dans les premières années. Il est également possible qu’un enfant se trouvant en contact permanent avec sa mère et d’autres femmes, soit réticent à l’idée de partir seul avec son père, même s’il le voit tous les jours, ou presque, dans la maison familiale.

24 Il ne s’agit pas ici seulement d’une formule. Pour s’en convaincre, voir le chapitre 7 où toutes ces pratiques sont décrites et analysées.

25 Voir Bonnemère 1994a.

26 Les voisines dont j’ai pu noter systématiquement les faits et gestes allaient en moyenne deux fois par semaine nourrir ceux de leurs porcs laissés à eux-mêmes à quelque distance du hameau.

27 Par ailleurs, on ne rencontre pas chez les Ankave de femmes si attachées à leurs porcs qu’elles pleurent à chaudes larmes lorsque ceux-ci sont mis à mort, malades ou perdus, comme c’est parfois le cas ailleurs en Nouvelle-Guinée (voir par exemple Williams 1936 : 225, Barth 1975 : 35, Reay 1959 : 13, M. Strathern 1972 : 19).

28 Les intestins des porcs sauvages sont vidés par les hommes dans le cas d’une chasse collective. Sinon, l’animal est rapporté le plus vite possible au village, où il est alors traité comme un porc domestique.

29 Souvent en Nouvelle-Guinée, la chasse aux rats est une activité féminine (Morren 1986 : 130-131, Ohtsuka 1983 : 175).

30 Les piʒәŋә’ awo’ sont jaloux des biens et des produits des hommes ; dès lors, il convient de ne pas les nommer. Réciproquement, on n’appelle pas les animaux par leurs noms.

31 On trouvera dans Lemonnier 1984a des informations techniques sur l’obtention de la matière première.

32 Toutes les teintures sont naturelles. Les plantes utilisées à cette fin sont les suivantes : Bixa indica et lresine (rouge) ; Cryptocarya sp., Helicia amplifolia et Lepidagathis sp. (bleu) ; Cucurma longa (jaune).

33 Traditionnellement, les jupes des femmes étaient également faites avec ce jonc. Aujourd’hui, seules les vieilles les ont conservées, les plus jeunes imitant les femmes iqwaye, qui utilisent de l’écorce.

34 Tant dans le cadre des guerres intertribales que lors des conflits internes, la procédure de paix débute par l’échange de compensations pour les tués, sous la forme d’échanges de brasses de coquillages.

35 Les données dont je dispose constituent une base statistique solide pour l’étude des activités quotidiennes : chaque matin pendant 74 jours (entre le 5 octobre 1987 et le 24 janvier 1988, avec deux interruptions), nous avons demandé aux domestiques (dans lesquels vivaient 20 familles) quelles avaient été leurs activités de la veille. Au bout du compte, les données utilisables concernent 12 hommes, présents au hameau pendant 49 jours en moyenne, et 19 femmes, présentes pendant 54 jours en moyenne, soit un occupants adultes de 15 enclos total de plus de 1 600 « journées individuelles ». Compte tenu de l’impossibilité de suivre plusieurs personnes à la fois en des lieux différents à laquelle on se heurte dès qu’il s’agit d’établir des temps de travail, c’est là une méthode qui en vaut une autre, dès lors qu’on la complète par des relevés précis effectués auprès d’un ou deux individus. Quoi qu’il en soit, l’étude détaillée de ces données déborde par trop le cadre du présent travail et sera effectuée ultérieurement.

36 Encore une fois, rien n’indique alors qu’elle a travaillé à des activités de jardinage pendant les 5 ou 7 heures pendant lesquelles on a constaté son absence du hameau. L’observation directe montre que, déduction faite du temps de déplacement, des arrêts à la rivière et chez les parents ou/et amis, une femme consacre en moyenne deux heures et demi à désherber et récolter, ou à planter, lorsqu’elle se rend dans un jardin.

37 Notons que tant dans le cas des hommes que des femmes ayant passé la plus grande partie de leur temps au jardin, il s’agissait de travaux de défrichage et de plantation d’un nouvel essart.

38 La moitié des hommes ont déclaré avoir participé à cette sorte de « bataille » sans fin, et ce, pendant plus de 10 % du temps, pour un sur quatre. Introduits récemment par des Iqwaye de Lagai, ces jeux occupent les hommes pendant des heures de plus en plus nombreuses, notamment les jeunes, mais les femmes sont totalement absentes de cet univers, dont elles désapprouvent violemment les effets négatifs, à la fois sur les finances de la famille et sur l’énergie de leurs maris au travail.

39 Deux d’entre eux y avaient consacré respectivement 5 et 18 jours.

40 L’enquête a distingué entre les visites à des parents ou amis, la participation à des repas collectifs de pandanus rouge, les rassemblements autour d’une personne décédée, les jeux de cartes et les kots (tribunaux villageois). Notons qu’il n’y a eu aucune cérémonie pendant la période concernée ; en revanche deux décès sont intervenus.

41 Quelques chiffres suffisent à donner une idée de ce que pouvait représenter alors la menace des combats : entre 1920 environ et la fin des années 1950, les guerres avec les ennemis iweto ou kamea ont coûté la vie à au moins 27 Ankave (dont 4 femmes et 4 enfants) ; dans le même temps, les luttes internes tuaient une douzaine de personnes, soit un total de près de 40 tués en une quarantaine d’années, pour une population de 300 personnes en moyenne.

42 On se contentera ici, faute de place, d’offrir une présentation très succincte de l’activité chamanique, et de renvoyer aux travaux de P. Lemonnier en ce domaine (1992, à paraître a).

43 Dans ce cas, on agit à la demande d’une femme, alors que dans le cas des oncles maternels, qui par mécontentement peuvent empêcher l’utérus de leurs nièces de se développer, ces dernières sont victimes d’un sort qu’on leur impose.

44 Ces savoirs et pratiques seront analysés ailleurs.

45 Ce terme est la juxtaposition du mot « homme » (oxә’) et du mot « combat » (mәxә’). À lui seul, il indique bien la fonction première des initiations chez tous les Anga (par exemple Herdt 1981 : 18) : faire des hommes qui soient de grands guerriers.

46 Les chants abә’ diffèrent des trois autres types en ce que, d’une part, il n’existe apparemment pas d’historiette correspondant à chaque phrase chantée et, d’autre part, ils sont en langue iqwaye.

47 Cette situation n’est pas unique en Nouvelle-Guinée : chez les Yafar, les femmes sont « exclues de toute activité musicale, tous les instruments sans exception étant réservés aux hommes » (Juillerat 1986 : 410).

48 Ce qui explique sans cloute que R. et M. Speece indiquent que ces chants sont masculins (1983 : 141).

49 Chez les Baruya aussi, le nom du grand guerrier (aoulatta) est celui de la flèche à oiseau à multiples pointes barbelées, qui est très efficace (Godelier 1982 : 168, Lemonnier 1987).

50 Par plusieurs aspects de leurs pouvoirs, les grands guerriers ankave se rapprochent des chamanes baruya (Godelier 1982 : 183, Lory 1981-1982). Sur les transformations de type structural qui semblent se dessiner lorsqu’on compare les attributs respectifs du guerrier, du chamane, du sorcier cannibale et du devin chez plusieurs groupes anga, voir Lemonnier (1992).

51 Mais il ne semble pas avoir pris souche, comme nos derniers séjours sur le terrain nous l’ont appris.

52 G. Herdt note pareillement que chez les Sambia : « The sexes economically complement rather than cooperate in this division of labor » (1987 : 20-21).

53 De même, chez les Enga, « Women’s hard work drew the attention and respect of their husbands » (Kyakas and Wiessner 1992 : 176).

54 Ces couleurs sont obtenues avec des terres (respectivement xwә’a’ ʃәwajә’, omәxә’ et xwә’tәŋwә’) et de la suie.

55 Une démonstration de l’invalidité de cette idée pourtant particulièrement bien ancrée dans les esprits se trouve dans le livre d’E. Badinter paru en 1980.

56 Ou d’une « tendance », comme aurait dit Leroi-Gourhan (1971 : 27 et suiv.).

57 C’est là une formulation qu’A. Testart a utilisée pour réfuter nombre d’arguments présentés comme des faits d’évidence dans le débat sur les formes de la division sexuelle du travail (1986).

58 On a vu, en revanche, qu’aux hommes revient la tâche d’éloigner l’esprit des morts, lors de la cérémonie de clôture du deuil.

59 Sur le sujet, on lira l’article de J. Guyer (1988 : 255).

Índice de ilustraciones

Título FIG. 14 – UN CAMP DE PÊCHE À L’ANGUILLE AU BORD DE LA RIVIÈRE KOGAN.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1170/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 119k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1170/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 59k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Acceso exclusivo

Brindado por