Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Arméniens dans le commerce asiatique au début de l'ère moderne

 | 
Sushil Chaudhury
, 
Kéram Kévonian

Postface

La société reconstituée1

Kéram Kevonian

Texte intégral

  • 1 Les renvois aux chapitres qui précèdent ne sont pas spécifiés.

1La catastrophe que constitue la destruction, en Azerbaïdjan, du site archéologique de l’ancienne Djoulfa et notamment de son cimetière, où s’élevaient récemment encore de trois mille monuments funéraires datés la des 15e-17e siècles, est sans près plupart doute irrémédiable, en dépit du sauvetage partiel que représente la publication par Argam Ayvazian (2004) de l’essentiel de la documentation photographique existante et de son contenu épigraphique. Opérée en trois étapes majeures, en 1998, 2002 et 2005, elle a été méthodiquement et délibérément conduite par l’État auquel incombait précisément le devoir de protéger ces exceptionnels vestiges. Tout ce qui avait survécu à la première grande destruction causée au début du 20e siècle par le passage du chemin de fer ÉrévanTabriz/Bakou, puis aux déprédations soviétiques, a ainsi disparu. La volonté qui commande à de tels actes - aussi puérils qu’ils sont criminels - est bien celle de supprimer les traces d’un passé tenu pour inacceptable, et les témoignages d’une civilisation et de temps qu’on voudrait muets : c’est celle d’effacer l’histoire, obstinément coupable d’inflexibilité.

2À l’opposé, comme tout travail de nature scientifique, ce livre a pour but de comprendre et de sauver l’histoire, qui est la richesse des hommes. Le sujet retenu a cela de singulier qu’il concerne à la fois une société marchande particulière et des mouvements qui, par leur ampleur, ont fait s’interpénétrer les économies du monde. Les Arméniens n’ont été ni un moteur ni un instrument de ces changements constitutifs de l’époque moderne. Ils ont navigué au milieu de circonstances opportunes ou contraires, quelquefois imprévisibles, pour ainsi dire sous l’empire de vents favorables ou menaçants, tentant de rester à flot. Les siècles examinés ont-ils été pour eux l’occasion de préfigurer quelque dessein ; l’activité économique qu’ils ont déployée sur de très grandes distances a-t-elle joué comme un facteur de cohésion ou d’appartenance ? Probablement. Mais l’histoire est toujours prise en cours, et si l’explication des faits réside nécessairement dans l’interaction de phénomènes contemporains les uns des autres, elle ne s’y trouve qu’en partie ; l’enracinement des faits dans les réalités antérieures est évidemment primordiale et les filiations qui l’expriment susceptibles d’orienter très différemment une analyse qui l’aurait involontairement négligé. Les visions finalistes sont à redouter plus encore. L’extension du commerce des Arméniens est liée sans conteste au rôle décisif qui a été à partir du 17e siècle celui de la Nouvelle-Djoulfa, celle d’Isfahan. Mais ce qui est en l’occurrence imputable à la stratégie complexe d’un souverain résolu à devenir le maître d’un État puissant, sinon moderne, ne doit pas masquer ce qui l’est à une réalité en marche dès avant la grande déportation de 1604 : celle d’une société en renouvellement, dont la stratification s’est adaptée aux contraintes de dominations changeantes, et qui a retrouvé, si jamais elle les avait totalement quittés, les chemins du grand commerce.

3Plus ou moins précoce ou effective selon les régions, la transformation des seigneuries en domaines ecclésiastiques accompagne dès le13e siècle la consolidation sur place de pouvoirs musulmans. Si la royauté perdure en Cilicie juqu’au dernier quart du14e siècle, de leur côté, d’autres pouvoirs arméniens sont toujours présents çà et là au15e, voire au16e siècle. En Arménie orientale, la principauté de Makou, qui contrôle jusqu’en 1426 l’une des routes de l’Iran, celle, décrite par Pegolotti, qui contourne par l’ouest la vallée de l’Araxe, a sûrement joué un plus grand rôle qu’on n’imagine. Avec l’avènement des Séfévides, auquel des traditions mêlent curieusement des connivences arméniennes, plusieurs seigneuries situées plus à l’est, issues presque toutes de la maison de Siunie, sont parvenues à faire valoir leur droits. Les barons de la haute époque, seigneurs et chevaliers, sont devenus ici des notables, ailleurs des évêques ou les abbés de grands monastères, plus loin des mélik, qui continuent, eux, de disposer de revenus fonciers. À l’image des marchands bourgeois de l’époque bagratide ou zakaride, que leur fortune a hissés aux côtés de la noblesse et dont on connaît bien quelques figures, toute une classe de grands marchands, venus peut-être de la petite noblesse, ou témoignant de l’épanouissement plus ou moins durable des villes, a émergé de l’épaisseur des époques ilkhanide, turcomane et timouride, surclassant les artisans. Le titre de khodja qui désigne les plus importants d’entre eux n’est pas propre à la société arménienne : il renvoie à des hiérarchisations de fait observées dans les États où celle-ci est englobée ; mais aussi bien, il illustre l’affirmation d’une sorte de hiérarchie à la fois indépendante et occulte, rapprochant ou confondant extractions et ascendances dans une catégorisation valorisante que le clergé continue de dominer. On comprend le double rôle substitutif de l’Église et de ces représentants qui ont fait souche sur un terreau économique renouvelé et porteur d’affranchissement, dans le maintien de la cohésion et de l’armature sociale de la nation.

  • 2 Kévonian, Ouzounian, Thierry de Crussol, Répertoire d’épigraphie de l’Arménie, inscription n° 27, à (...)
  • 3 Où une partie des éleveurs, notamment dans la région de Chamakhi, ont été des Arméniens.
  • 4 « The Julfa xač’kars [khatchkar] represent as a group the last great flourishing of a sculptural ar (...)

4Chaque siècle se souvient de celui qui l’a précédé. On a fait remarquer très justement que la place faite aux Arméniens et aux convertis dans le système politique créé par Chah Abbas Ier, le rôle détenu par la Nouvelle-Djoulfa dans l’exportation de la soie et les finances de l’État séfévide, expliquaient la poussée du commerce arménien observée au 17e siècle, tant vers l’Asie que vers l’Europe, ayant servi à celui-ci de tremplin. Soulignons en contrepartie l’évidente nécessité d’un potentiel préalablement en place qu’il fallait déplacer sans détruire, en permettant à de multiples affaires de reprendre sans péricliter, à des réseaux de rester opérants. La singularité de l’ancienne Djoulfa n’a pas été parfaitement mise en valeur ; elle est pourtant indéniable : le nom même donné à la Djoulfa d’Isfahan et la place de premier plan qu’y ont occupé les Djoulfiotes sont là pour le dire. Une conjoncture d’ensemble reste à définir, dans laquelle entre certainement la position des Arméniens auprès des Turcomans du Mouton noir au 15e siècle, surtout sous Djahan Chah : la brève restauration de la royauté dans le Vaspourakan à cette époque, tout comme la confirmation d’une certaine noblesse dans ses fiefs du nord de l’Araxe malgré des confiscations par ailleurs avérées, ne sont nullement dénuées d’importance. Sans doute faut-il envisager aussi une prééminence retrouvée, au 16e siècle, de l’axe Érévan-Djoulfa-Tabriz, c’est-à-dire de la route de l’Araxe, associée elle-même au grand pont de Djoulfa, qui ne semble avoir été démoli qu’au début du siècle suivant. Dans le prolongement de cet axe à l’ouest, le pont sur l’Euphrate, entre Erzeroum et Erzenga, est lui-même rebâti vers 15342. Enfin Djoulfa a participé de toute évidence à l’écoulement vers la Méditerranée de la soie des rives de la Caspienne, parvenue jusqu’à elle depuis les zones de culture du Chirvan et du Ghilan3 comme de celle d’autres régions voisines : alentours d’Érévan, de Nakhitchévan, de Gandzak ou de Tiflis, en particulier (Kurdian, 1945, 7-12, 27). La singularité de Djoulfa a cependant été soupçonnée par de nombreux auteurs en dépit d’une documentation parcellaire, et l’on a vu que le statut même de la Nouvelle-Djoulfa pourrait bien s’apparenter à un statut analogue précédemment détenu par l’ancienne. De cette ville qui aurait compté quelque dix à quinze mille habitants à la fin du 16e siècle, et qui ne ne devait jamais retrouver son éclat, il ne restait aux côtés de différentes ruines que cet immense champ de stèles à croix (khatchkar), de béliers funéraires et de tombes, qui par leur nombre, leur facture et leur symbolisme, ont étonné voyageurs et historiens. Au-delà même de leur valeur au regard de l’histoire de l’art, la signification sociale, sinon économique, de ces monuments – notamment pour la deuxième moitié du 16e siècle – n’a pas échappé à ceux qui en ont tenté l’étude (Baltrušaitis, Kouymjian, 1986, 9-53. Ayvazian, 1990, 56-60 ; 2004, 31-36 ; Herzig, 1996, 305-322)4.

  • 5 Chiffre corrigé tenant compte des doubles (3), des numéros manquants (1) ou répétés (6), et des rée (...)
  • 6 1039 avec cinq inscriptions endommagées datées de la période 1551-1650, dont la probabilité d être (...)
  • 7 56 avec une inscription endommagée datée de la période 1451-1550.
  • 8 N° 897 (Ayvazian, 2004,139), n° 928, fig. 516 (ibid., 142, 281) et n° 1161, fig. 659 (ibid., 170, 3 (...)
  • 9 N° 483, fig. 376 (Ayvazian, 2004, 101, 253), n° 948, fig. 531 (ibid., 144, 284), n° 832 et 996 (ibi (...)
  • 10 N° 240, fig. 197, et n° 245, fig. 200. ibid., 68, 210-211.
  • 11 N° 982 (ibid., 148). Il est tout à fait possible que des stèles déjà sculptées mais non attribuées (...)

5Avec 1165 entrées couvrant l’ensemble du site5 l’inventaire d’Ayzavian, qui comprend probablement un tout petit nombre de doublons puisqu’il reprend les rares relevés épigraphiques auparavant publiés, y compris les relevés sommaires, nous fournit aujourd’hui la seule image à peu près cohérente de ce patrimoine archéologique disparu. Sauf erreur, 1034 de ces entrées concernent des monuments datant au plus tard de 16046. 55 d’entre elles renvoient au 15e siècle7. Le reste, soit près de 95 %, couvre le 16e siècle et les quatre premières années du 17e. Nous avons inclus dans ce compte deux inscriptions initialement attribuées au 12e siècle, dont les dates, selon nous, devraient se lire 1571 et 1590 au lieu de 1171 et 1190, ainsi qu’une pièce de dinanderie du 15e siècle provenant de Djoulfa et portant une surinscription de 15098 ; nous avons par ailleurs écarté dix-huit entrées désignant des monuments endommagés sans date visible. Quatre stèles, toutefois, dont une stèle anonyme et une autre appartenant à un diacre, ont été dressées en 1605, ce qui confirme la reprise d’une certaine activité avant la seconde destruction de la ville ordonnée la même année9. Deux autres datent de 160610, tandis qu’une troisième, portant la date de 1608, semble avoir été dressée pour un marchand de Papert (Baberd) décédé en route11. Quatre inscriptions échelonnées de 1630 à 1687 complètent le 17e siècle.

  • 12 L’erreur éventuelle ainsi introduite est d’environ 2 %.
  • 13 N° 103, fig. 74. Ayvazian, 2004, 55, 187.

6La répartition par année des inscriptions datées, qui vont de 1411 à 1687, montre une progression sensible à partir des années 1520. Celle-ci s’accélère dans la deuxième moitié du 16e siècle, avec un premier pic au seuil de l’an mil des Arméniens, soit en 1550, pour culminer en 1598 (fig. 32). La répartition par décennie, qui, avec 1068 entrées, intègre les datations attribuées selon des critères de style et d’emplacement des monuments ainsi qu’une distribution proportionnelle des entrées incomplètement ou non datées12 en donne une image clarifiée (fig. 33). Les entrées des années 1570-1604 représentent presque le double de celles des trois décennies précédentes. Cependant des facteurs comme les épidémies et les guerres ont dû jouer, sans que nous puissions en évaluer l’effet. De leur côté, les destructions commises au début du20e siècle et, plus sporadiquement, à l’époque soviétique, ont aussi faussé la physionomie des lieux. La stèle de 1411, par exemple, en dépit de son caractère rustique, rappelle certaines stèles de la fin du15e et du début du16e siècle13. Ce rapprochement fait supposer une continuité typologique dont les preuves matérielles font largement défaut, mais qu’expliquerait bien la disparition pure et simple de secteurs entiers du site. Le nombre impressionnant de 10.000 stèles donné par Alexandre de Rhodes (1648) traduit sans doute la surprise d’un voyageur lui-même impressionné par le spectacle d’une multitude si extraordinaire de monuments ; les évaluations du19e siècle parlent néanmoins de trois à cinq mille monuments, et un dénombrement à peu près fiable des années 1910 en recensait quelque 2.100 (Baltrušaitis, Kouymjian, 1986, 18-19 et n. 29.). Cela dit, le nombre très supérieur des entrées des dernières décennies du16e siècle et du début du17e par rapport à celui des quelques décennies qui précèdent, et le fait que les monuments désignés semblent tous provenir des mêmes secteurs, permettent de conclure à un essor véritable de la ville à cette période ; cette conclusion s’impose même s’il faut étendre en arrière la portée dans le temps de tout témoignage à caractère funéraire, et même s’il est probable, par ailleurs, que la conquête du marché de la soie par les Arméniens dans les années 1510 et 1520 ait profité dès cette époque à Djoulfa.

Image 1000000000000342000002021C610C35.jpg

Fig. 32. Ancienne Djoulfa. Répartition par année des monuments datés (1411-1687) : 959 entrées

Image 10000000000003490000023AF61E7677.jpg

Fig. 33. Ancienne Djoulfa. Répartition par décennie des monuments datés ou attribués à une décennie, et distribution proportionnelle des monuments non datés : 959, 1044 et 1068 entrées respectivement. Subdivision de la période 1600-1609 : 82 monuments datés pour 1600-1604 ; 7 monuments pour 1605-1609

  • 14 Il s’agit de l’ermitage du Saint-Sauveur, qui a donné son nom à l’église cathédrale de la Nouvelle- (...)
  • 15 Sur la tradition relative au repeuplement de Djoulfa : Ayvazian, 2004,19.

7Djoulfa a fait partie, sans doute depuis le règne du Bagratide Achot III le Pieux (954-977), de la juridiction du grand monastère de Saint-Étienne Protomartyr, bâti au pied de la montagne de Maghart, sur la rive opposée de l’Araxe, en amont de la ville. Plusieurs bulles catholicossales des16e-l8e siècles délivrées en faveur de ce couvent l’attestent : elles ont évidemment eu pour but d’en confirmer et garantir les revenus. Celle de Moïse III de Tat’ev rappelle ainsi, en 1631, à l’occasion d’un différend concernant précisément Djoulfa et Astapat, qu’il serait contraire à l’usage de retirer au monastère tout ou partie de l’étendue placée autrefois par bulle ou rescrit patriarcal dans sa juridiction (Akinian, 1936a, 231. Oskian, 1940-1947, II [1942], 625). Siège abbatial et archépiscopal, Saint-Étienne détient notamment toute la rive sud de l’Araxe jusqu’aux plaines de Marand et Khoy, et la rive nord jusqu’à Nakhitchévan. En 1541, l’énumération donnée par la bulle de Grégoire XI de Byzance cite, aux côtés de « la métropole de Khoy » et de « la grande ville de Nakhitchévan », « le bourg de Djoulfa, protégé par Dieu », semblant lui accorder le bénéfice d’une certaine fortune (Oskian, ibid., 592). Celle de Michel Ier, en 1563, cite à nouveau « la grande ville de Nakhitchévan », puis « le bourg de Djoulfa, protégé par Dieu, avec son couvent » (ibid., 599)14 La bulle des catholicos David IV et Melchisédech Ier, datée du début des années 1590, fait toujours de Nakhitchévan une grande ville, mais la seule des autres localités citées qu’elle distingue est encore « le bourg de Djoulfa, préservé par Dieu » ( ibid., 615, 617), alors que deux colophons de 1587 et 1595 en font pour leur part une métropole (Ayvazian, 2004, 38-39). Les bulles pourraient répéter des expressions figées ; pourtant celle de 1614, accordée par le même Melchsédech, mendonne simplement « Djoulfa et son couvent » et, parmi celle de différentes localités, « la population de Djoulfa » (Akinian, ibid., 227. Oskian, ibid, 607- 608), nous indiquant ainsi qu’après 1605 Djoulfa s’est quelque peu repeuplée, comme l’affirment du reste plusieurs voyageurs du 17e siècle, pour être une dernière fois détruite en 1652 (Baghdiantz McCabe, 1999, 54, 185)15 L’expression consacrée semble avoir été précisément celle-ci - « Djoulfa et son couvent ». On la redécouvre dans les anciennes bulles données à Saint-Étienne : par le catholicos Grégoire X de Makou dans les années 1440 ; à la fin du 10e siècle dans une bulle attribuée à Khatchik Ier Archarouni (Oskian, ibid, 579, 586). Ce regard exceptionnel momentanément posé sur Djoulfa apparaît bien comme le signe d’un enrichissement réel et régulier de la ville au 16e siècle, en même temps que de son maintien à l’abri des grandes dévastations dans les temps de guerre, jusqu’en 1604 du moins. En 1712, la bulle du catholicos Alexandre Ier de (la Nouvelle) Djoulfa la désignera désormais sous le nom d’Ancienne Djoulfa (Hin Djougha) ( ibid., 639).

  • 16 N° 841 et 882, ibid., 138-139.
  • 17 N° 738 (ibid., 131) et n° 94, fig. 66 (ibid., 54, 186). Baron [trslParon] Chah peut toutefois être (...)
  • 18 N° 113, fig. 82. Ibid., 55-56, 189.
  • 19 Khodja Karapet et Khodja […]el (1543) ; Khodja Aristakès (1545) ; Khodja Solt’angoul (1546) ; Khodj (...)

8La nomenclature sociale de ces textes place invariablement les marchands en tête, immédiatement après le clergé, suivis par les grands artisans, ceux qui créent de leurs mains, et que séparent d’autres gens de métier différents notables, chefs des maisonnées ou petits nobles. Assez rarement, des « grands » s’intercalent - des nobles peut-être, en tout cas des notables - comme dans la bulle des années 1590, adressée « [...] aux révérends et saints prêtres ; aux grands, pieux et dévots ; aux marchands instruits et avisés [...] ». L’analyse des matériaux épigraphiques apporte un éclairage déterminant. On relève dans les inscriptions 80 personnages portant les titres de varpet ou d’ousta désignant les maîtres artisans, ou encore de baron, de bek ou de khodja. Si l’on exclut un bek et un baron cités en 1509 et qui, peut-être, sont étrangers à Djoulfa, il reste 78 personnages : 11 maîtres artisans, sans compter les sculpteurs de stèles, 14 barons, 53 khodjas. Ces deux dernières catégories regroupent les grands marchands. Nous ne connaissons pas les dates de Khodja Éproum et Khodja Ha[y]rapet16 ; toutes les autres citations sont en revanche datées. De la période pré-séfévide, nous n’avons que Baron Chah, en 1479, et Khodja Goul, en 148117, tandis que la première moitié du 16e siècle est seulement représentée par Khodja Khodjadjan, décédé en 151818, et, pour les années 1540, par six nouveaux khodjas19 Ce creux concorde avec la répartition des monuments, dont les trois quarts appartiennent à la période 1550-1604 ; il révèle cependant, par rapport aux entrées datées, une proportion moins élevée de personnages titrés qu’on ne verra par la suite.

  • 20 Deux Khodja Hara(y)pet [= Hayrapet] en 1550, qu’il faut peut-être confondre, différents du précéden (...)
  • 21 Khodja Amirézed (1561) ; Khodja Arak’el (1563) ; Khodja P’iribek, Khodja Aghaval et Khodja Hinok’(1 (...)
  • 22 Khodja Ningou, Khodja Martiros et Baron Ghoubat’(1571) ; Khodja Vali et Khodja Harapet (1572) ; Kho (...)
  • 23 Khodja Mouratbachkh et Khodja Grigor (1580) ; Khodja Dagh, Khodja Amir et Baron Khatchapapa (1581)  (...)

9Cinq khodjas et un baron, huit, puis onze khodjas et deux barons apparaissent dans les années 155020, 156021 et 157022. Ils sont douze khodjas et un baron dans la décennie 1580-158923. L’une des stèles de cette période, portant la date de 1584, a été élevée pour Khodja Amirezd, pour son épouse Ichkhantikin, et pour leur fils Chadibek « qui mourut dans l’exil à Alep » (Ayvazian, 2004, 103, 255 : n° 498, fig. 390) : précision émouvante qui rappelle cependant qu’Alep est l’un des principaux points d’appui des marchands arméniens dans la deuxième moitié du16e siècle et au début du17e, et tout particulièrement de ceux de Djoulfa. Sur 28 épitaphes des années 1579-1602 conservées à Alep, 19 appartiennent à des Djoulfiotes ; dix de ces dernières reprennent la même expression, formulée cette fois « qui mourut dans l’exil en la ville d’Alep » (Surméyan, 1935, 12, 25). C’est aussi le cas, probablement, d’une épitaphe de 1591 différemment lue (Dounguian, 2000, [15]). L’expression, qui traduit évidemment une réalité inhérente à ces entreprises éloignées, aux risques à la fois nombreux et assumés, disparaît bientôt des inscriptions : on la voit une fois encore en 1621 dans l’épitaphe d’un certain Khodja Mourat, originaire de Djoulfa lui aussi (Surméyan, ibid., 25, n° 83), et auparavant, bien plus loin en Inde, en 1613-1616, sur un groupe de six tombes du cimetière d’Agra, dont la dernière est celle de « Kamalbek, fils de Khodja Soultanoum de Djoulfa, qui mourut dans l’exil en la ville d’Agra » (Poladian, 1963, 73). Après la déportation, on le conçoit, la Nouvelle-Djoulfa elle-même est entrée dans le champ de l’exil.

  • 24 Khodja Tintchok’et Khodja Vali (1591) ; Khodja Véran (1592) ; Baron Khéroum (1594) ; Baron P’iroum, (...)

Sept khodjas et neuf barons se signalent enfin, pour la période 1590-160424. Retenons Khodja Ghazar, son père et son frère, « qui moururent dans l’exil en une autre ville », et pour lesquels, comme pour d’autres marchands qui ne sont pas revenus, un monument a été élevé à Djoulfa (Ayvazian, 2004, 136, n° 819) ; et surtout Khodja Khatchik, dont Chah Abbas Ier est l’hôte en 1603, et dont la descendance fournira jusqu’en 1660 au moins les kalantars ou bourgmestres de la Nouvelle-Djoulfa. Le rôle de cette famille, dont on a vu la place et les charges dans la maison royale, ne laisse aucun doute sur la relation qui lie l’élite économique de la société arménienne à un pouvoir à la fois despotique et partenaire d’une entente dictée par la nécessité autant que par un mutuel intérêt. La mort de Khodja Khatchik est survenue en 1604, avant la déportation, comme l’indique l’inscription de son monument (Ayvazian, 1990, 30, 218, fig. 179 ; 2004, 92, 240, n° 421, fig. 319 Image 10000000000000310000000FFA729F1D.jpg Cf. Alichan, 1893, 424. Texte fautif dans Kurdian, 1943, 2, et Surméyan, 1940-1950, III, 53). Il est donc probable que son fils Khodja Safar lui ait succédé dans l’ancienne Djoulfa avant de devenir, jusqu’en 1618, le kalantar de la Nouvelle-Djoulfa. Ce texte se lit :

Image 10000000000002DF000000BC21789671.jpg

CETTE SAINTE CROIX INTERCÈDE AUPRÈS DU CHRIST POUR LE GRAND ET RENOMMÉ BOURGMESTRE (kaghakapet)

KHODJA KHATCHIK, QUI REPOSA DANS LE CHRIST EN L’AN PRÉSENT M ET LIII (= 1604)

10Cette croix est en mémoire de Khodja Khatchik et de son épouse Mariam (fig. 34).

  • 25 En 1407, le moine Matthieu (Mattéos) de Djoulfa est kaghakapet au couvent de Tatev, sous le princip (...)
  • 26 Malgré la facture très soignée de son monument, nous hésitons à identifier le défunt Solt’anvali, m (...)
  • 27 Selon Ter Hovhaniants (1980-1981, I,103-104), la date du décès de Khodja Safraz doit se lire 1|1|25 (...)
  • 28 L’âge de Khodja Nazar est donné dans son épitaphe au huitième vers sous forme d’énigme : 10.5.2. Pl (...)
  • 29 Réinterprétation erronée dans Kurdian, 1975-1976 [134(1-2)], 62-63.

11Khodja Khatchik porte ici le titre de kaghakapet[trslk’alak’apet] : ce composé arménien, d’usage ancien, signifie littéralement « chef de la ville ». Il décrit une position qui, dans la société arménienne et à différentes époques, n’a pas été nécessairement identique à celle d’un kalantar dans l’État séfévide25. Il nous semble cependant que Khodja Khatchik puis son fils Khodja Safar ont été kalantar dans l’ancienne Djoulfa tout comme ce dernier le sera dans la Nouvelle ; peut-être depuis la mort de Baron Soultanvali, signalé en tant que mélik en 1595 alors que Djoulfa cherche à s’émanciper de la tutelle ottomane (Ayvazian, 1990, 33, 62 ; 2004, 39), quoique cette présence n’exclue pas celle d’un magistrat pour la ville, du moins sous une administration séfévide26. Le maintien d’une terminologie arménienne obéit au besoin de se réapproprier, en les intégrant à une échelle propre, des fonctions dont le contenu précis est déterminé par ailleurs. Si le titre royal de chah accordé à Khodja Nazar, frère et successeur de Safar, s’interprète, au-delà d’un honneur, comme une disposition destinée à affermir le contrat politique et financier établi entre le pouvoir et la Nouvelle-Djoulfa, sa traduction en arménien laisse le champ libre à une perception qui varie du réel au virtuel : Khodja Nazar est seigneur des seigneurs, « baron des barons », dans les colophons d’un Évangile, d’un Psautier et d’une Bible rédigés en 1618,1621 et 1629 (Kurdian, 1943,16 ; 1975-1976 [134(1-2)], 56-58. Hakobian, 1974-1984, I, 670. Baghdiantz McCabe, 1998-2000, 325-326) ; son épitaphe (1636) le présente comme ichkhan « prince », titre qui apparaît auparavant sur celle de Khodja Safar (1618) ; mais en 1656, celle de son fils et successeur, Khodja Safraz, désigne celui-ci comme Hayots t’agavor « roi des Arméniens » (Ter Hovhaniants, 1980-1981 [1880-1881], I, 100-104. Kurdian, 1975-1976 [133(3-4)], 387. Minassian, 1980, 18 ; 1985, 34-37)27. Un regard plus approfondi révèle que le titre de « baron des barons », réservé jadis aux grands féodaux, est déjà porté par Khodja Safar et qu’il a été repris par son fils Djalal Beg (Kurdian, 1943, 3, 7.). Mieux : c’est celui dont se prévaut Khodja Khatchik dans l’ancienne Djoulfa, comme le montre le colophon du synaxaire copié à sa demande par les frères Ter Martiros et Ter Sarguis en 1604 à Khizan (Kurdian, 1951, 66-68 ; 1975-1976 [133(3-4)], 380-382 et n. 3). Quant à Khodja Nazar, Kurdian le place au-dessus de l’ensemble des sujets arméniens du Chah du vivant même de son frère Safar et, par conséquent, avant qu’il n’exerce à son tour les fonctions de kalantar de la Nouvelle-Djoulfa (1943, 13-14). Cette circonstance concorde avec le titre royal dont il est gratifié, de même qu’avec le privilège que Chah Abbas lui aurait accordé dès 1593, soit quelque onze ans avant la déportation (Ter Hovhaniants, ibid., I, 174 [éd. orig. : 158-159], Kurdian, ibid., 12-13)28. Elle est rapportée par Arakel de Tauris (1669) : « Khodja Nazar était à leur tête, en qualité de chef, non seulement des Djoulfiotes mais de tous les chrétiens de nation arménienne habitant le royaume de Perse » (Khanlarian, 1990, 399). Elle permet de comprendre qu’aux termes d’un décret de Chah Abbas Ier, qui sera renouvelé par son fils en 1039 H (1629-1630), il revient à Khodja Nazar de reverser à l’intendant du palais les sommes en or et en argent reçues par lui des Arméniens (Kurdian, ibid, 20. Baghdiantz McCabe, 1999, 365-367 ; 1998-2000, 322-323)29. Elle explique aussi le soin mis par les deux frères à entrer en possession d’attributs sacrés, précisément de reliques de saint Jean-Baptiste et des saintes Hripsimiennes, et surtout de la dextre de saint Grégoire l’Illuminateur, que le catholicos Philippe Ier ne parviendra à reprendre qu’en 1638 (Khanlarian, ibid., 167-191, 261-263, 398-399. Cf. Kurdian, ibid., 4-5, 11, 13-15, 31-32). Sur un autre plan, la persistance du titre d’azat donné à des représentants de la petite noblesse, si elle traduit certainement une filiation, n’implique pas, le plus souvent, la jouissance de possessions et d’un statut correspondants ; le négoce a fait de beaucoup des marchands, comme il a pu convertir les plus grands de ces derniers en princes.

  • 30 Comme, auparavant, Tabriz, d’où était originaire Khodja Mirak, l’ambassadeur arménien d’Ouzoun Hass (...)
  • 31 Alichan (1893, 424) voit en Manouk Nazar le père de Khodja Khatchik. Cette hypothèse a été suivie p (...)

12Djoulfa n’est certainement pas la seule ville d’Arménie à avoir abrité des entreprises et des fortunes nombreuses ; d’autres, comme Van, Baghèch, et surtout Amida, aux portes de la Mésopotamie, ont eu à la même époque leurs khodjas célèbres30. Son autonomie a été sans doute notable, soit en vertu de son rattachement à la maison royale, soit qu’elle ait réussi à rester à l’écart des représailles de guerre ou des expéditions des compagnies djélali pendant l’occupation ottomane (Surméyan, 1940-1950, III, 49), bien qu’en 1584 ses habitants aient dû fuir jusqu’à Agoulis. C’est aussi une ville chrétienne. Deux inscriptions, datées l’une de 1573 (Ayvazian, 1990, 113, 130, fig. 58[-b], 80 ; 2004, 107, 259, n° 516, fig. 404), l’autre de 1582 (Ayvazian, 2004, 97, 246, n° 450, fig. 343), presque identiques dans leur formulation, nous mettent en présence de soldats – dont l’un figuré en archer – qui ont combattu les musulmans, peut-être des Ottomans, voire des Djélalis. Notons aussi le bélier funéraire du cavalier Manouk Nazar, daté de 1578, où on le voit tirant derrière lui trois prisonniers (Alichan, 1893, 425. Baltruašitis, Kouymjian, 1986, 39-41, fig. 24 a-b-c. Ayvazian, 2004, H. T., fig. 113)31. Cette circonstance s’accorderait avec l’existence d’un mélik, qui n’est cependant attestée que plus tard. Un décret de 1585 destiné à Djoulfa n’en fait pas mention ; il serait adressé aux tanouters de la ville, aux chefs des grandes familles et probablement des quartiers (Minassian, 1968, 31-32). Mais il faut relever, dans un registre comparable, qu’en 1605 Chah Abbas confirme dans ses fiefs le seigneur du Guégharkounik, Mélik Chahnazar, précisément après que celui-ci eut anéanti un détachement de Djélalis (Hakobian, 1951-1956, I, 184-185). Antonio de Gouveia laisse entendre que Djoulfa s’est elle-même libérée de la tutelle ottomane, avant l’arrivée de Chah Abbas (Gulbenkian, 1995, I, 309).

Image 100000000000015B0000042EDC05E239.jpg

Fig. 34. Ancienne Djoulfa. Monument du bourgmestre Khodja Khatchik, baron des barons (1604), détruit entre 1999 et 2005. Reconstitution d’après trois photographies : perspective partiellement redressée ; rares extrapolations (Ayvazian, 1990, 218 ; 2004, 240)

  • 32 Clément VIII à Pilippe II d’Espagne : 13 septembre 1602. Akinian, 1936a, 295-298.
  • 33 Par exemple : n° 527, fig. 414 (noté sous 1551, peut-être plus tardif. Ayvazian, 2004,107, 261) ; n (...)

13La plupart des témoignages contemporains insistent dès avant la Nouvelle-Djoulfa sur la célébrité, la richesse et la position des Djoulfiotes, faisant allusion à leur commerce aussi bien qu’à leur présence dans les affaires ecclésiastiques et politiques. Qu’il suffise de rappeler qu’en 1602, une lettre du Pape à Philippe II lui recommande les marchands arméniens, et en particulier ceux de Djoulfa, lui demandant qu’ils bénéficient à Ormuz d’une détaxe de moitié sur les sommes ordinairement perçues des marchands orientaux32 ; elle a été écrite à la requête du catholicos Melchisédech, coadjuteur, sur le siège d’Édjmiatzin, du patriarche titulaire David IV. Mais en 1603, les mêmes Djoulfiotes installent l’évêque d’Amida catholicos à Édjmiatzin, écartant provisoirement David et Melchisédech. Ils avaient auparavant établi sur le siège de Cilicie l’un des leurs : Azaria Ier de Djoulfa. Leur capacité et leur puissance ont servi de références. Siméon de Pologne, de passage à Alep dans la décennie suivante, y trouve quelque trois cents familles d’Arméniens, « de grands marchands renommés, instruits, opulents, aux beaux dehors, pareils aux Djoulfiotes et aux gens d’Amida, qu’on n’osait pas regarder en face » (Akinian, 1936b, 319). Le présent survol épigraphique confirme autant qu’il explique la vision qui se dégage de ces témoignages. Il faut certainement concéder l’appellation de marchands de Djoulfa à quelques représentants de régions voisines, riveraines de l’Araxe ; mais l’on doit admettre, tout à la fois, qu’à Djoulfa même, nombre d’inscriptions aux titulaires dépourvus de titres ont appartenu, elles aussi, à des marchands. Pour ne prendre que les stèles sur lesquelles leurs auteurs – retenons maîtres Grigor, Ha[y]rapet ou Israyel – ont gravé leurs noms, la distinction est presque impossible à faire, du point de vue de leur facture, entre celles qui ont été commandées pour des personnages comme Khodja Ha[y]rapet (1572), Khodja Vali (1591), Baron Khéroum (1594) ou Baron Hov[h]annes (1602), et celles qui l’ont été pour des défunts seulement cités par un nom. Leur taille elle-même est souvent comparable. Le même soin a été apporté à la représentation des croix, sculptées en relief dans une niche centrale ou dans des compartiments juxtaposés aux cintres souvent lancéolés ou en accolade, avec parfois quelque chose de gothique ; à l’ornementation des corniches et des bandeaux à décors de personnages, d’entrelacs, d’arabesque ou de dentelle ; au dessin des rosaces. Les mêmes figures saintes ou sphynx à double corps apparaissent sur les unes et sur les autres33. Il ne fait guère de doute que ces monuments-là désigent des personnages qui ont également tenu leur fortune du grand commerce, sans être pour autant sur le rang des khodjas et des barons qu’ils ont entourés.

  • 34 Surméyan (1940-1950, II (1946|, 533) note que la douane de Bagdad est également tenue par un Arméni (...)

14L’exhumation de l’ancienne Djoulfa, si elle restaure le lien de continuité avec les développements du 17e siècle, ne doit pas faire ignorer les doubles circonstances, particulières et générales, qui expliquent son propre essor. Sa percée résulte de la conjonction de conditions politiques et géographiques spécifiques – drainage de la soie de la Caspienne et du trafic de la Perse vers le nord et vers l’ouest, statut avantageux et peuplement homogène – et de transformations qui ont orienté vers le commerce une classe de plus en plus notable d’acteurs dans l’ensemble de la société arménienne. Si bien que différentes villes qui se sont relayées pour l’écoulement des marchandises, pour peu qu’elles n’aient pas durablement souffert des guerres ou de l’anarchie désorganisant à la même époque l’Asie Mineure ottomane, ont dû connaître dans des mesures variables un essor similaire à celui qui caractérise Djoulfa. On a cité Amida. Mais son poids dans le commerce arménien reste à déterminer, comme celui des principales villes du plateau arménien, et, bien sûr, de Tiflis ou de Constantinople. Plaque tournante en même temps que débouché du commerce de l’Orient, Alep ne pouvait pas ne pas fixer une importante colonie de marchands et d’artisans arméniens, quoiqu’elle ait eu son arrière-pays arménien elle aussi, entre Laodicée et Antioche, où avait débarqué Tenreiro en 1528, sans doute dans l’un des petits ports situés au pied du mont Cassius. Siméon de Pologne constate que les Arméniens d’Alep « se rendent en Inde, à Bagdad et à Isfahan ». Il prête à un certain Khodja Ghandil et à ses associés quarante à cinquante mille charges de capacité (Akinian, 1936b, 320). Quant à Khodja Bédros ou Bédig(trslPetros, Petik) Tchélébi, venu au devant de son groupe de pèlerins rentrant de Terre sainte sous la conduite du catholicos de Cilicie, il monte « un cheval arabe blanc, au harnachement serti de perles et de pierreries » ; il est vêtu « de brocart rehaussé de pierreries, entouré de serviteurs et de domestiques, de cavaliers sipahis et de janissaires nombreux, pareil à un pacha ». Ledit Khodja Bédig, que Surméyan croit Djoulfiote, est le fermier des douanes d’Alep, de Tripoli et d’Alexandrette, également le soubachi, l’officier en charge de la police, et, à partir de 1616, le représentant des intérêts hollandais à Alep, contrôlant de plus les caravansérails et les bains publics ; en 1629, son frère, Khodja Sanos Tchélébi, prendra à ferme la douane d’Erzeroum (ibid., 321-322. Surméyan, 1940-1950, II [1946], 533, 615-616 ; III, 309-382). Ce personnage considérable se laisse comparer aux plus grands khodjas de la Nouvelle-Djoulfa et, à plus d’un siècle de distance, n’était sa piété, à un Khodja Wazid, détenteur de monopoles au Bengale34 Un autre personnage que Siméon a rencontré peu avant au Caire, où les Juifs tiennent le haut du pavé, est Khodja Ibrahimchah, originaire, lui, d’Amida, chef de la corporation des orfèvres et bien introduit auprès du pacha. C’est d’Alep et du Caire que dans les mêmes années Khodja Mourad a poussé jusqu’en Éthiopie, avant d’entreprendre ses missions en Inde et à Batavia. Il fait partie de ceux dont les noms, en raison d’une réussite plus spectaculaire ou d’affaires qui les ont mêlés aux relations des États ou des Compagnies, ont émergé au-dessus des autres, les distinguant d’un grand nombre de leurs compatriotes qu’on devine actifs à de nombreux niveaux, mais qui restent confondus dans cette figure du marchand arménien inconnu pertinemment mise en avant dans un chapitre de ce livre.

  • 35 Il s’agit du Portugal, de l’Espagne, de l’Angleterre et des autres puissances commerciales européen (...)

15Aux interrogations que suscite l’expansion commerciale des Arméniens, on n’aura ici que partiellement répondu. Leur qualité de marchands dans le plein sens du mot ne fait cependant pas de doute. Surméyan (1940-1950, III, 49) suggère que les Djoulfiotes eux-mêmes ont pu avoir à l’origine le profil de colporteurs, y compris à Alep ou à Venise. Cela n’est pas exclu, comme il est certain que le colportage a toujours et partout attiré des preneurs. Mais de toute évidence, ni le marchand Hakob (Jacques), qui entreprend tout au début du 16e siècle à Venise d’imprimer des livres en arménien, ni plus tard les facteurs arméniens de Bassorah, ni en définitive la plupart des personnages que nous rencontrons, ne répondent à la définition du colporteur ; pas plus que le commerce d’Inde en Inde ou de relais qui accompagne souvent des opérations de plus grande ampleur, ne fait de leurs auteurs des colporteurs, venant alimenter et stabiliser les trésoreries, voire équilibrer des risques, comme nous le montrent les comptes qu’ils ont laissés. On a fait justice de cette idée, qui présupposait, chez d’aucuns, une infériorité des marchands orientaux face aux occidentaux, à tous égards anachronique et qu’un regard sur les techniques des financiers indiens ou sur les comptabilités arméniennes de l’époque ne permet en aucune façon d’avaliser ; sans compter qu’elle s’inscrit en faux contre la prépondérance exercée avant la colonisation par les marchands orientaux sur les compagnies européennes dans l’exportation des productions de l’Inde. Ceci n’empêche pas l’essor scientifique et technique qu’elle connaît, mais aussi les idées qui s’y développent, d’imposer bientôt l’Europe comme modèle, ni l’acquisition de ses savoirs de devenir une nouvelle priorité dès le milieu du 18e siècle. C’est un lieu commun, au 19e siècle, que d’imputer à l’insuffisance des connaissances le déclin du commerce arménien, alors qu’» en suivant son inclination naturelle, l’Arménien avait découvert lui-même les sources de la richesse de ces pays35 et qu’à l’étonnement des Européens, il avait établi en ces lieux de très grandes maisons » (Hamparian, 1867, 5-7). Une certaine difficulté à déchiffrer les comportements est peut-être aussi en cause, face à des marchands souvent exposés à l’arbitraire, et à qui la méfiance ou les attitudes dilatoires ont quelquefois servi de protection.

16S’il faut parler d’une époque, comme nous l’avons fait ailleurs, où nations et États pouvaient rivaliser, cela exige de rechercher, derrière les attitudes et les initiatives individuelles, les règles et les objectifs qui ont pu donner une cohérence à leur juxtaposition. Le fonctionnement de la Nouvelle-Djoulfa tel qu’il a été mis en évidence, notamment à travers son rôle dans le financement de l’administration et de l’armée de l’État séfévide, les accords qui ont été conclus au nom de la nation arménienne et l’apparition, dans l’océan Indien, d’un pavillon particulier, enfin les règles coutumières ou écrites régissant la conduite des affaires et les relations entre marchands, auraient-elles été conformes à l’usage iranien, sont autant d’aspects d’une telle cohérence. À partir du 17e siècle, le réseau constitué par les marchands arméniens se présente comme une diaspora ou, plus exactement, comme un vaste prolongement de la société d’origine, dans lequel des fonctions sociales et économiques privilégiées et garantes de sa cohésion se sont trouvées géographiquement distribuées, non sans danger de rupture, il est vrai. Est-il pertinent de l’appréhender à travers d’autres processus, comme le développement du capitalisme, ou lui-même en représente-t-il un ? On est tenté de retenir la seconde lecture, eu égard à l’effort effectif de reproduire la société globale, même au prix d’une partielle illusion, le temps d’une parenthèse. Mais il n’en a pas moins représenté un long processus d’accumulation des capitaux, qui, parce qu’il a reposé avant tout sur le grand commerce, s’est mêlé à ceux qu’on observe en Occident et en Inde, sa spécificité résidant d’abord dans la force régulatrice des codes familiaux et sociaux, le poids non quantifiable de la confiance et de l’honneur ; là encore d’ailleurs, on n’ignorera pas le lien mis en évidence entre comptabilité en parties doubles et capitalisme (Lemarchand, Nikitin, 2003, 105-114). Dans cette reconfiguration du monde arménien, le commerce a entretenu une circulation intense, qu’on ne confondra pas avec celle des métaux précieux dont les Arméniens ne furent pas spécialement les pourvoyeurs vers leurs tombeaux supposés en Orient ; il a créé des richesses certes taxables mais susceptibles d’être investies dans sa consolidation d’ensemble ; très vite, il a aussi fait de certains marchands des financiers, et, par le jeu des commandites, transformé en sociétés extensibles et ramifiées des entreprises individuelles ou de famille. En dépit d’un étiolement inévitable dans les marges, on peut prêter en ce sens une identité économique au réseau arménien, laquelle restera discernable aussi longtemps que la nation offrira à ce réseau un cadre et qu’en retour il lui servira de support ; à laquelle, aussi, il paraît légitime d’imputer le fait qu’à la fin du 18e siècle la question de l’État se soit trouvée reposée, précisément dans le milieu marchand et sur les rivages de l’océan Indien, à Madras.

17Que le réseau ait pris appui sur des présences issues d’une dispersion antérieure de la nation n’est pas contestable : cela lui a même permis de conserver un certain caractère composite. En offrant à celle-ci un nouvel espace de reconstruction à mesure qu’il se modelait sous l’effet d’impératifs commerciaux, il est cependant devenu le lieu d’expression, de combinaison et de résolution de multiples questions qui se posaient à elle, de nature religieuse, économique et politique, notamment dans l’Empire ottoman et en Perse, États qui se partageaient le pays arménien en même temps que de nombreuses communautés dispersées. De là, la reformulation de l’idée centralisatrice d’une Église-nation, sur des fondements à la fois concrets et d’ordre providentiel, qui a été principalement, au 18e siècle, l’oeuvre du catholicos d’Édjmiatzin Siméon Ier d’Érévan (1763-1780) (Aslanian, 2004, 27-64). La préservation des ressources de la nation, que des forces centrifuges pouvaient divertir, entre autres en raison de la propagande romaine, a exigé de l’Église de contrôler ou de se concilier le milieu marchand. Là où il était affranchi des contraintes les plus lourdes, celui-ci a été sensible à l’influence des Lumières : la réflexion menée par le cercle de Madras, dont Chahamir Chahamiriants a été l’un des animateurs, a préfiguré au contraire l’idée d’un Étatnation, dans une vision utopique mais exclusivement temporelle et républicaine. On peut y voir un signe de l’affermissement d’une élite bourgeoise qui conquérait le droit de repenser la société et, implicitement, d’en contester la hiérarchie. L’excommunication en 1776 d’un des collaborateurs de Chahamiriants, auteur présumé du Nouveau livret, un essai historique et politique cosigné avec le fils de ce dernier, Hakob, dévoile toute l’ampleur de la divergence qui s’installe dans les esprits au début de l’ère contemporaine, aussi bien dans l’appréciation des réalités que dans la représentation des solutions, face à l’émergence d’une « nation polycentrique » (ibid., 65-79).

18Il y aurait sûrement quelque chose de sommaire à opposer d’emblée la force des mouvements longs à l’effet circonstanciel des événements, l’interne à l’externe. Mais il faut convenir que la rivalité meurtrière des puissances séfévide et ottomane pendant toute cette période, dont la déportation de l’Arménie du centre-est par Chah Abbas est un épisode majeur, si elle a brusquement accentué la déterritorialisation de la nation et changé ses conditions d’existence, elle n’a pas engendré au plan social un phénomène d’une nouvelle nature. La politique séfévide n’a ni créé ni détruit, mais disloqué ou, mieux, détourné une réalité sociale et économique en marche ; elle a, pour user d’un nouveau raccourci, cherché à absorber une économie marchande dans un corps centralisé et dans ce qui s’apparente à une économie de guerre. Si Djoulfa – la première – est bien le produit de changements sociaux qui ont connu un long mûrissement, mais auxquels des conditions particulières ont permis de se manifester avec plus de force, c’est l’affaiblissement graduel de la noblesse possessionnée, la disparition de la royauté, tant en Arménie à proprement parler qu’en Cilicie, celle de la plupart des principautés et seigneuries, et partant de toute fonction militaire, qui peuvent initialement définir ces mêmes changements. L’exception des seigneuries d’Arménie orientale est certes notable : on le voit dans la résistance qu’opposent leurs mélik à l’invasion ottomane entre 1722 et 1730. La même chronologie ne s’applique d’ailleurs pas partout, et l’apparition des seigneurs ecclésiastiques, déjà visée dans le troisième quart du 12e siècle par la Lettre encyclique de Nersès IV le Gracieux (Baghdassarian, 1995, 19-27), peut s’interpréter comme un premier signe de la fusion dans le clergé d’une fraction de la noblesse féodale, de la lente transformation du pouvoir des châteaux en celui des monastères.

19Avec plus ou moins de rapidité selon les régions, avec aussi quelques retours en arrière, la décomposition des pouvoirs locaux a entraîné celle de l’édifice de la société. Or, la seconde manifestation de ce processus a été certainement, là aussi avec des différences entre les lieux et les époques, l’implication croissante des représentants de cette noblesse, non plus seulement dans la défense et l’exploitation, somme toute limitée, des domaines ecclésiastiques, mais dans les échanges. Ceux-ci ont brassé patriciens et plébéiens. La classe marchande, entrevue à Djoulfa dans l’envol d’une conjoncture favorable, s’est développée aux côtés des artisans des villes, exploitant selon les opportunités les routes de l’Europe ou de l’Asie – par Tabriz, Trébizonde, la Cilicie, ou Alep, entre autres débouchés – et s’imposant peu à peu comme la seule détentrice des moyens qui pouvaient servir, avec ou sans le truchement de l’Église, à compenser une infériorité statutaire ou l’inconstance des garanties, à protéger des valeurs socio-religieuses tout en maintenant l’accès au monde extérieur, à préserver le monumental et l’écrit. Cette position s’est trouvée renforcée par un enrichissement qui a transformé en prêteurs et banquiers une frange de cette collectivité, l’amenant à occuper aussi bien des charges officielles. Il y a loin de la position que la Lettre encyclique accorde en son temps aux marchands et artisans : elle les dispose derrière le clergé et la noblesse, les chevaliers et les piétons, les chefs de famille et les laboureurs (Baghdassarian, 1995, 53) ; quant au chapitre qui les cite, écrit à l’intention des bourgeois, il les met à l’avant-dernier et septième rang, précédant tout juste les laboureurs et le commun du peuple, la classe des femmes se trouvant, elle, expressément isolée (ibid., 156-157). Or le temps n’a pas manqué pour que s’accomplisse le transfert des attributs de la légitimité sur ceux que désignait la fortune, tant pour s’investir dans les affaires de leur nation que pour en devenir les soutiens. Sans doute les khodjas, barons ou aghas rencontrés en Perse et jusqu’en Inde, sont-ils issus du même processus que celui qui a distingué dans l’Empire ottoman leurs homonymes et, de même, les tchélébis ou plus tard les amiras. Face à une suite d’événements dont on ne saurait ici reparcourir le fil, et qui ont dénaturé les rapports internes et la hiérarchie de la société arménienne, la constitution de fait d’une classe marchande dans laquelle a trouvé place l’essentiel de l’élite non cléricale, a rendu opérante, entre imagination et réalité, l’idée vitale d’une société reconstituée.

Bibliographie

Akinian [= Aguinian], N., 1936a.Image 1000000000000241000000196CB63C28.jpgImage 10000000000001430000000FA802AD5C.jpg1577-1633Image 10000000000000A20000000F646DBED8.jpgImage 10000000000000920000000FA8E05FC8.jpg300 Image 10000000000000850000000F536D7135.jpg (Moïse III de Tatev, catholicos des Arméniens, et son époque. Contribution à l’histoire de l’Église arménienne pour la période 1577-1633, à l’occasion du tricentenaire de sa mort : 15331933), Vienne, Impr. Mekhitariste.

Akinian, N., éd., 1936b.Image 10000000000001700000000FE095ECD4.jpgImage 100000000000005D0000000FD860310A.jpg (Récit de voyage, annales et mémoriaux du diacre Siméoti de Pologne), Vienne, Imp. Mekhitariste.

Alichan, Ch., 1893.Image 100000000000017B0000000F69D1EE09.jpg (Sisakan, ou

20Description du pays de Siunié), Venise, Impr. Mekhitariste.

21Aslanian, S., 2004. Dispersion History and the Polycentric Nation : The Role of Simeon Yerevantsi’s Girk’or koč’i partavc’ar in the 18th Century National Revival, Venise, Imp. Mekhitariste.

22Ayvazian, A., 1990. Aйвaᴈᴙн, A./Aivazian, A., Джуᴤα /Djugha (Djougha [= Djoulfa]), Érévan, Hayastan.

Ayvazian, A., 2004.Image 10000000000001C70000000FF23750F9.jpg (Le patrimoine épigraphique du Nakhitchévan. Volume I. Djoulfa), Érévan, GasprintImage 10000000000000AC0000000F4202DA24.jpgImage 10000000000000860000000F3842F0C2.jpg (Bibliothèque numérique de la littérature arménienne classique)].

Baghdassarian, E., éd., 1995.Image 10000000000001630000000F1DD629C7.jpg (Nersès le Gracieux, Lettre encyclique), Érévan, Académie des sciences.

23Baghdiantz McCabe, I., 1999. The Shah’s Silk for Europe’s Silver. The Eurasian Trade of the Julfan Armenians in Safavid Iran and India (1530-1750), Atlanta, Scholars Press.

24Baghdiantz McCabe, I., 1998-2000. “An Armenian King in Exile : New Julfa’s Shah through a Persian Edict and an Armenian Bible”, Revue des études arméniennes, n. s., Paris, 27.

25Baltrušaitis, J. ; Kouymjian, D., 1986. « Julfa on the Araxes and its Funerary Monuments », in Kouymjian, D., éd., Armenian Studies in memoriam Haig Berbérian/Études arméniennes in memoriam Haig Berbérian, Lisbonne, Fondation Calouste Gulbenkian.

Dounguian, K., 2000.Image 100000000000014B0000000F7A59DFBE.jpg (Église cathédrale des SaintsQuarante-Martyrs), Alep, Prélature du diocèse de Bérée.

26Gulbenkian, R., 1995. Estudos Histôricos, I, Relações entre Portugal, Arménia e Médio Oriente. II. Relações entre Portugal, lrão e Medio-Oriente. III. Varia, 3 vols., Lisbonne, Academia Portuguesa da História.

Hakobian, V., 1951-1956.Image 10000000000001110000000FB963FAED.jpgXIII-XVIIIImage 10000000000000200000000F36C7E094.jpg( Chroniques mineures : XIII-XVIII’siècles), 2 vols., Érévan, Académie des sciences.

Hakobian, V, 1974-1984. Image 10000000000001760000000FD1C7A57D.jpg (1601-1620 pp.) :p. (1621-1640 pp.:q., (1641-1660 pp.) ( Colophons du 17’siècle de manuscrits arméniens. I (Années 16011620) (1974). Il (Années 1621-1640) (1978). III (Années 1641-1660) (1984), 3 vols., Érévan, Académie des sciences.

Hamparian, E., 1867.Image 10000000000001E20000000FCB8DD321.jpgImage 100000000000010E0000000F3A0ABB40.jpg (Pratique du commerce, à l’usage des marchands, des artisans, des écoles et des propriétaires), Vienne, Imp. Mekhitariste.

27Herzig, E., 1996. « The Rise of the Julfa Merchants in the Late Sixteenth Century », in Melville, C. P., éd., Safavid Persia. The History and Politics of an Islamic Society, Londres, New York, I. B. Tauris.

Khanlarian, L., éd., 1990.Image 10000000000001720000000FADA7A908.jpg (Arakel de Tauris, Livre d’histoires), Érévan, Académie des sciences [1669].

Khatchikian, L., 1955-1967.Image 10000000000001A50000000FB049F041.jpg (1401-1450 pp.). p. (1451-1480 pp.). q. (1481-1500 pp.) (Colophons du 15’siècle de manuscrits arméniens. I (Années 14011450) (1955). II (Années 1451-1480) (1958). III (Années 1481-1500) (1967), 3 vols., Érévan, Académie des sciences.

Kurdian, H., 1943. Image 100000000000017C0000000FBA83DEDA.jpg(Khodja Nazar de Djoulfa et sa famille), s. l. n. d. [Boston, Hayrenik, 1943]. (Repris Image 10000000000000770000000FF26AFC65.jpg (Hayrenik amsakir), Boston, 21 (4), 237, 1943 [72-82] ; 21 (5), 238, 1943 [63-73] ; 21 (6), 239, 1943 [69-87])

Kurdian, H., 1945. Image 10000000000001E20000000FA130D9F8.jpgImage 10000000000002310000000FBB4CC657.jpg (Matériaux pour l’histoire du commerce arménie. [I.] Le commerce de la soie grège et les Arméniens. [II.] L’histoire des pierres précieuses chez les Arméniens), s. l. n. d. [Boston, Hayrenik, 1945], (Repris de Image 100000000000006F0000000F6B101DF8.jpg(Hayrenik amsakir), Boston, 22 (3), 242, 1944 [51-64) ; 22 (4) 243, 1944 |81-98| ; 22 (5), 244, 1944 [64-79] ; 22 (6), 245, 1944 [92-100] ; 23 (1), 246, 1945 [75-86] ; 23 (2), 247, 1945 |69-78|)

Kurdian, H., 1951.Image 10000000000001F20000000F663F99C8.jpgImage 10000000000000590000000F14792556.jpg (Les copistes et les miniaturistes de l’école de Khizan et leurs mémoriaux), Paris, Araxes.

Kurdian, H., 1975-1976.Image 100000000000019A0000000F00F67C10.jpgImage 100000000000003B0000000FA7C5039B.jpg (Khodja Safar et Khodja Nazar de Djoulfa et leur famille),Image 10000000000000490000000FEA779139.jpg (Pazmaveb [Bazmavep]), Venise, 133 (3-4), (975,379 396 ; 134 (1-2), 1976, 52-73 ; 134 (3-4), 1976,375-395. (Inachevé)

28Lemarchand, Y. ; Nikitin, M., 2003. « Capitalisme et comptabilité », in Colasse, B., éd., Encyclopédie de comptabilité, contrôle de gestion et audit, Paris, Économica.

Minassian, L., 1968.Image 10000000000001720000000F3D0B35C5.jpg (Le musée de la Nouvelle-Djoulfa. Bref aperçu), Nouvelle-Djoulfa, Imp. du Saint-Sauveur.

Minassian, L., 1980.Image 10000000000001B00000000F6E2224E8.jpgImage 10000000000001100000000FCBD219DC.jpg…(Notes des volumes I et II de l’Histoire de la Nouvelle-Djoulfa. Auteur : H. Ter Hovhanian[ts]...), Nouvelle-Djoulfa, Imp. du Saint-Sauveur.

Minassian, L., 1985.Image 10000000000001020000000F65E09096.jpg (Le cimetière de la Nouvelle-Dkoulfa), Nouvelle-Djoulfa, Imp. du Saint-Sauveur.

Oskian [= Osguian], H., 1940-1947.Image 10000000000001070000000FEBE9B4E8.jpg (Les monastères de Vaspourakan-Van), 3 vols., Vienne, Impr. Mekhitariste.

Oskian [— Osguian], H., 1968.Image 10000000000001A60000000F8953D2F0.jpg (I. Etienne Rochka. II. Matthieu de Djoulfa), Vienne, Impr. Mekhitariste.

Poladian, T., 1963.Image 10000000000001060000000FE8A1CECC.jpg (Les Arméniens d’Agra), Beyrouth, Doniguian.

Surméyan, A. 1935.Image 10000000000001DF0000000F94624998.jpgImage 10000000000000FC0000000FD67273EC.jpg (Histoire des cimetières arméniens et des épitaphes de langue arménienne d’Alep), Alep, A. Der Sahaguian.

Surméyan, A, 1940-1950.Image 10000000000001B70000000FBA5CF06B.jpgImage 10000000000001910000000FB8ED8F5B.jpg1355-1908 (Histoire des Arméniens d’Alep. Géographie locale, statistique, histoire. I. La Syrie. II. Alep. III. Étude critique, 1355-1908), 3 vols., Alep, Ani |A. Ekmekdjian] ; Beyrouth, M. Maksoudian ; Paris, Araxes.

Ter Hovhaniants, 1980-1981.Image 10000000000001670000000F4CF59572.jpg 2 vols., Nouvelle-Djoulfa, Imp. du Saint-Sauveur [version en arm. mod. or., par le P. P. Pétrossian, deImage 100000000000008F0000000F844ADEEC.jpgImage 10000000000000F60000000F58345967.jpg (Histoire de la Nouvelle-Djoulfa, fondée à Isfahan), 2 vols., NouvelleDjoulfa, 1880-1881].

Notes

1 Les renvois aux chapitres qui précèdent ne sont pas spécifiés.

2 Kévonian, Ouzounian, Thierry de Crussol, Répertoire d’épigraphie de l’Arménie, inscription n° 27, à paraître.

3 Où une partie des éleveurs, notamment dans la région de Chamakhi, ont été des Arméniens.

4 « The Julfa xač’kars [khatchkar] represent as a group the last great flourishing of a sculptural art in its duration, its elaborateness, its consumate mastery, and its enormous quantity is unique in the history of world art » : Baltrušaitis, Kouymjian, 1986, 25.

5 Chiffre corrigé tenant compte des doubles (3), des numéros manquants (1) ou répétés (6), et des réemplois (2). L’inventaire intègre une extension extra muros sur la rive sud de l’Araxe, aujourd’hui en territoire iranien.

6 1039 avec cinq inscriptions endommagées datées de la période 1551-1650, dont la probabilité d être antérieures à 1605 est cependant forte.

7 56 avec une inscription endommagée datée de la période 1451-1550.

8 N° 897 (Ayvazian, 2004,139), n° 928, fig. 516 (ibid., 142, 281) et n° 1161, fig. 659 (ibid., 170, 302). Réfutation de plusieurs autres attributions improbables au 12e siècle : Baltrušaitis, Kouymjian, 1986, 15, n. 14.

9 N° 483, fig. 376 (Ayvazian, 2004, 101, 253), n° 948, fig. 531 (ibid., 144, 284), n° 832 et 996 (ibid., 137, 150). Ces deux dernières entrées désignent peut-être un seul monument.

10 N° 240, fig. 197, et n° 245, fig. 200. ibid., 68, 210-211.

11 N° 982 (ibid., 148). Il est tout à fait possible que des stèles déjà sculptées mais non attribuées en raison de la déportation aient été utilisées pendant ces quelques années.

12 L’erreur éventuelle ainsi introduite est d’environ 2 %.

13 N° 103, fig. 74. Ayvazian, 2004, 55, 187.

14 Il s’agit de l’ermitage du Saint-Sauveur, qui a donné son nom à l’église cathédrale de la Nouvelle-Djoulfa.

15 Sur la tradition relative au repeuplement de Djoulfa : Ayvazian, 2004,19.

16 N° 841 et 882, ibid., 138-139.

17 N° 738 (ibid., 131) et n° 94, fig. 66 (ibid., 54, 186). Baron [trslParon] Chah peut toutefois être le prénom Baronchah.

18 N° 113, fig. 82. Ibid., 55-56, 189.

19 Khodja Karapet et Khodja […]el (1543) ; Khodja Aristakès (1545) ; Khodja Solt’angoul (1546) ; Khodja P’iroum et Khodja Ghadibek’(1548) : n° 250, fig. 201, et n° 704 (ibid., 69, 211, et 127) ; n° 435, fig. 329 (ibid., 94, 342) ; n° 284, fig. 214-w. (ibid., 73,215) ; n° 703, fig. 496 (ibid., 127, 277), et n° 775 (ibid., 133).

20 Deux Khodja Hara(y)pet [= Hayrapet] en 1550, qu’il faut peut-être confondre, différents du précédent (supra, n. 16), puis Khodja Mik’ayel (1550) ; Khodja Nou[...] (1551) ; Khodja P’irvali (1558) ; Baron Mkht’ach (1559) : n° 777 et 890 (ibid., 133, 139), n° 778 (ibid., 133) ; n° 473, fig. 367 (ibid., 100, 251) ; n° 427, fig. 322 (ibid., 93, 241) ; n° 717, fig. 499 (ibid., 129, 277).

21 Khodja Amirézed (1561) ; Khodja Arak’el (1563) ; Khodja P’iribek, Khodja Aghaval et Khodja Hinok’(1565) ; Khodja Nor[...] (1566) ; un khodja anonyme (1567) ; et, sans année précise, Khodja Aghazar, père d’un défunt : n° 784 (ibid, 133) ; n° 286 (ibid, 73) ; n° 529, fig. 414 (ibid., 108, 261), n° 531, fig. 416 (ibid., 108, 262), et n° 590 (ibid, 115) ; n° 712 (ibid., 128) ; n° 443, fig. 336 (ibid., 95, 244) ; n° 232, fig. 192 (ibid, 67,209).

22 Khodja Ningou, Khodja Martiros et Baron Ghoubat’(1571) ; Khodja Vali et Khodja Harapet (1572) ; Khodja Oumet et Khodja P’irvas (1576) ; les frères Khodja Margar et Khodja Amir (1578) ; Khodja Eproum et Khodja Nazarbek, cités ensemble, et Baron P’irbachkh (1579) ; et, sans année précise, Khodja Avétis : n° 618, fig. 463 (Ayvazian, 2004,119, 272), n° 790 et 791 (ibid., 134) ; n° 390, fig. 293 (ibid., 87, 234), et n° 419, fig 317,,,-,. (ibid, 91, 239) ; n° 329, fig. 249 (ibid, 78, 223), et n° 797 (ibid., 134) ; n° 434, fig. 328 (ibid, 94, 242) ; n° 915 (ibid., 141), et n° 1139, fig. 644 (ibid., 166, 298) ; n° 566, fig. 444 (ibid., 113, 268).

23 Khodja Mouratbachkh et Khodja Grigor (1580) ; Khodja Dagh, Khodja Amir et Baron Khatchapapa (1581) ; Khodja Amirbab (1583) ; Khodja Agha, Khodja Amirezd (1584) ; Khodja [H]akob (1586) ; Khodja Hakob (1588), à distinguer, semble-t-il, du précédent ; et, sans année précise, Khodja Van, Khodja Mirbaba, père d’un défunt, et Khodja Aghaba(y)b : n° 189, fig. 155 (ibid., 63, 202), et n° 642, fig. 473 (ibid., 122, 274) ; n° 229, fig. 191 (ibid, 67, 209), n° 446, fig. 339 (ibid., 96, 245), et n° 935 (ibid., 145) ; n° 455-456, fig. 348-349 (ibid., 97-98, 247) ; n° 486, fig 379 (ibid., 102, 253), et n° 498, fig. 390 (ibid., 103, 255) ; n° 809 (ibid., 135) ; n° 609, fig. 459 (ibid., 118, 271) ; n° 721, n° 834, et n° 835 (ibid, 129, 137-138). Un colophon mentionne en 1584 Khodja Groum (cf. V. Ghougassian, supra, chap. 3).

24 Khodja Tintchok’et Khodja Vali (1591) ; Khodja Véran (1592) ; Baron Khéroum (1594) ; Baron P’iroum, Baron Maloum et Baron Ghazar (1596) ; Baron Malidjan et Khodja Bachkh (1597) ; Baron Mkrtitch (1599) ; et, sans année précise, Baron Amir : n° 813 (ibid., 136), et n° 392, fig. 295 (ibid, 87, 234) ; n° 730, fig. 504 (ibid, 130, 279) ; n° 335, fig. 254 (ibid., 79, 224) ; n° 264, fig. 210 (ibid., 71, 213), n° 281 et n° 819 (ibid, 72, 136) ; n° 454, fig. 347-,^p„r (ibid., 97, 247), et n° 538, fig. 421 (ibid, 109, 263) ; n° 823 (ibid., 136-137) ; n° 603, fig. 458 (ibid, 117, 271). Pour les années 1600-1604, Khodja T’oumidjan (1601) ; Khodja Khoumach et Baron Hovannès [= Hovhannès] (1602) ; Baron Mal (1603) ; Khodja Khatchik (1604), l’avantdernier bourgmestre de Djoulfa : n° 522, fig. 409 (ibid, 107, 260) ; n° 436, fig. 330 (ibid., 94, 242), et n° 1149, fig. 653 (ibid, 168, 301) ; n° 827 (ibid., 137) ; n° 421, fig. 319-™-,.-^ (ibid., 92, 240). Plusieurs autres personnages sont signalés dans les colophons (ibid, 39. Hakobian, 1974-1984, I, passim). Khodja Noutidjan est, pour sa part, le destinataire d’un manuscrit commencé à Djoulfa et terminé en 1605 à Isfahan (Hakobian, ibid, I,183-184).

25 En 1407, le moine Matthieu (Mattéos) de Djoulfa est kaghakapet au couvent de Tatev, sous le principat du seigneur Sembat (Oskian, 1968, 116). Entendons qu’il est associé à la direction du monastère, peut-être en qualité d’intendant, en même temps qu’il en gouverne le bourg.

26 Malgré la facture très soignée de son monument, nous hésitons à identifier le défunt Solt’anvali, mort en 1599 (Ayvazian, 2004, 134, 301, n° 1150, fig. 654), à Baron Soult’anvali, mélik’de Djoulfa.

27 Selon Ter Hovhaniants (1980-1981, I,103-104), la date du décès de Khodja Safraz doit se lire 1|1|25 EA (-1676). Il s’agit d’une fausse lecture qu’il faut corriger en 1[1]05 EA (n.[Ϫ]ье ь ),soit 1656 (Kurdian, 1943, 27, 35). Un rapport anglais le prétend mort en 1648 et affirme que son successeur aurait apostasié (Baghdiantz McCabe, 1999, 181). Toutefois, plusieurs textes le mentionnent dans ses fonctions de 1648 à 1655, tandis que son frère Baron Haykaz est cité comme kalantar en 1658 et 1660 (Hakobian, 1974-1984, III, 820, 922, 927).

28 L’âge de Khodja Nazar est donné dans son épitaphe au huitième vers sous forme d’énigme : 10.5.2. Plusieurs lectures permettent de restituer à celui-ci ses quinze ou seize pieds. La solution 10 x (5 + 2) donnerait 70 ans et la lecture inverse de la somme 10 + 5 + 2, 71 ans, au lieu des 52 (10 x 5 + 2) calculés par Ter Hovhaniants (1980-1981, I, 105, n. 5). La lecture 10 x 7 + 2 proposée pat Kurdian (1975-1976 [134(1-2)], 53, n. 24), qui corrige le 5 en 7, donnerait 72 ans. Toutes placent sa naissance entre 1564 et 1566, rendant possible l’octroi d’un privilège en « djamatiol » 1001 H (= 1593). L’acte a été daté par erreur de 1000 H dans la réédition de Ter Hovhaniants et renvoyé à 1580 par ce dernier. Il exempte le négoce et les marchandises de Khodja Nazar de tout contôle des agents de l’État, laissant supposer une relation directe avec le souverain ou le palais. Bien que Ter Hovhaniants ne présente pas formellement ce Khodja Nazar comme le frère de Khodja Safar, Kurdian tient cette identification pour implicite et l’adopte, non sans s’interroger sur l’absence des noms d’autres membres de sa famille.

29 Réinterprétation erronée dans Kurdian, 1975-1976 [134(1-2)], 62-63.

30 Comme, auparavant, Tabriz, d’où était originaire Khodja Mirak, l’ambassadeur arménien d’Ouzoun Hassan à Venise, Rome et Naples (1469-1470). Khatchikian, 1955-1967, III, 81-83.

31 Alichan (1893, 424) voit en Manouk Nazar le père de Khodja Khatchik. Cette hypothèse a été suivie par Kurdian (1943, 2-3) dans un premier temps, avant d’être réfutée par la découverte du synaxaire de Khizan. Les parents de Khodja Khatchik sont Melkoum et Chahrikhas, ses grands-parents Soltanbek (ou Soltan Beg) et Azat (Kurdian, 1951, 66 ; 1975-1976 [133(3-4)], 380). Leur identification avec des personnages apparaissant dans l’inventaire d’Ayvazian reste problématique.

32 Clément VIII à Pilippe II d’Espagne : 13 septembre 1602. Akinian, 1936a, 295-298.

33 Par exemple : n° 527, fig. 414 (noté sous 1551, peut-être plus tardif. Ayvazian, 2004,107, 261) ; n° 537, fig. 420 (1574. Ibid., 109, 263) ; n° 457, fig. 350 (1575. Ibid., 98, 240) ; n° 1143, fig. 271 et 647. (1576. Ibid., 166, 228, 299) ; n° 355, fig. 271 (1580. Ibid., 82,228) ; n° 407, fig. 308 (1596. Ibid., 90, 237) ; n° 517, fig. 405 (1602. Ibid, 106, 259).

34 Surméyan (1940-1950, II (1946|, 533) note que la douane de Bagdad est également tenue par un Arménien à la même époque. Khodja Bédig est exécuté en 1632.

35 Il s’agit du Portugal, de l’Espagne, de l’Angleterre et des autres puissances commerciales européennes.

Auteur

École des hautes études en sciences sociales, Centre de recherches historiques, Paris. (France)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540