Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Arméniens dans le commerce asiatique au début de l'ère moderne

 | 
Sushil Chaudhury
, 
Kéram Kévonian

IV. Les Arméniens dans l'Océan Indien / Armenians in the Indian Ocean

11. Arméniens et Portugais dans les réseaux d’information de l’océan Indien au 16e siècle

Dejanirah Couto

Texte intégral

1La présence des Portugais dans les circuits commerciaux de l’océan Indien et la construction progressive des structures étatiques de l’Estado da Índia n’auraient pas été possibles sans la mise en place d’un maillage serré de réseaux d’information. Ces réseaux ont permis de surmonter les difficultés dues aux énormes distances entre la métropole et les possessions asiatiques, en réduisant les inconvénients de l’éparpillement des points d’installation et du faible nombre de reinóis dispersés entre forteresses, factoreries et comptoirs.

Mise en place des réseaux d’information. Implantation et fonctionnement

2Une étude consacrée à l’espionnage portugais dans l’Empire ottoman au 16e siècle, dans laquelle nous évoquions toute la problématique liée aux mécanismes de collecte, de transmission et de traitement de l’information dans l’empire portugais (Couto, 1990, 243-267), fut l’occasion de signaler le rôle que l’accroissement progressif des espaces et le contact avec de nouveaux empires et pouvoirs musulmans ont joué dans la création des réseaux d’information.

3Vers 1480, le roi du Portugal Dom João II « avait des intelligences avec toutes les régions du Levant » selon João de Barros (Cidade, Mùrias, 1965, 97), mais les difficultés qu’il rencontra pour obtenir des informations sur l’existence du royaume chrétien du Prêtre Jean et sur la route des Indes indiquent que son service de renseignements n’était pas encore structuré. Il ne tardera pourtant pas à mettre en place de véritables réseaux au départ de plusieurs ports ou villes méditerranéennes comme Venise, Gênes, Livourne, Ancône et Rome. Ceux-ci s’étendront progressivement à plusieurs zones du Levant, couvrant d’abord les îles de la Méditerranée orientale, dont la Crète, Chypre et Chio, puis l’Asie Mineure, la Syrie-Palestine, et l’Égypte. Néanmoins, ce ne sera pas avant les premières décennies du 16e siècle, et plus précisément vers 1520-1530 que les réseaux tourneront à plein régime. Bien que dépendant de l’énorme centrale de renseignement que fut Venise au 16e siècle, et des avvisi que la République essaimait aux quatre coins de l’Europe, l’État portugais, qui recrutait déjà ses informateurs (occasionnels et permanents) dans les milieux marchands et dans les cercles diplomatiques, se donne alors les moyens financiers de mettre en place son propre dispositif de collecte, d’organisation et de transmission de l’information.

  • 1 Sur l’utilisation du chiffre : Arquivos Nacionais da Torre do Tombo, Lisbonne (dorénavant ANTT), C (...)
  • 2 V. Fernão Lopes de Castanheda, História do descobrimento e conquista da Índia pelos Portugueses (A (...)

4Dès la création des réseaux, les espions ont été rémunérés comme des fonctionnaires de l’administration impériale. Le souverain fixait les modalités de payement et le montant de leurs émoluments. Ceux-ci, versés par les chefs de réseau, servaient aux défrayements personnels, à suborner des témoins ou à payer d’autres agents. Aux chefs de réseau incombait la tâche de préparer les sauf-conduits nécessaires à la traversée et au séjour en territoire hostile et d’acheminer les rapports, souvent codés (Couto, 1990, 245 et sq.)1. Moins structurés que dans le Levant – la méconnaissance de l’arabe et du persan par les agents portugais rendait difficile leur implantation – les réseaux au service du Portugal s’étendaient néanmoins, dès 1540, à la Perse, au golfe Persique et à la mer Rouge2. Les communautés juives et arméniennes constituaient leur seul point d’appui ; les colonies marchandes occidentales, relais traditionnels des informateurs sur les rives orientales de la Méditerranée, étaient en effet faiblement implantées dans les régions situées au-delà de la côte levantine, et et à plus forte raison dans les grands centres de pèlerinage, comme la Mecque ou Kerbéla, totalement musulmans.

Les Juifs

  • 3 Frei Ambrosio de Melito à l’ambassadeur du Portugal à Rome en 1554, cité par Maria José Pimenta Fe (...)

5En dépit de l’installation du Saint-Office au Portugal en 1536, et des exactions et violences dont ils ont été l’objet, les Juifs n’ont jamais cessé d’être utilisés comme interprètes, émissaires et informateurs. Certes, la documentation contemporaine les stigmatise parfois. Elle laisse transparaître la crainte qu’ils ne deviennent des agents doubles : des rapports demandent, entre autres mesures, de les surveiller davantage. On aurait tort, toutefois, de croire que ces injonctions aient été suivies d’effet. Il ne s’agissait que d’un effet de réthorique ; personne ne remettait leur activité en cause, le souverain sachant pertinemment qu’il ne disposait pas de serviteurs plus loyaux et dévoués3.

6Sur le plan de la diplomatie secrète, l’expulsion de 1497 ne semble pas avoir remis en question leur solidarité à l’égard de la Couronne. Les Benzamerro, les Adibe et les Rute du Maroc ont, en effet, informé le Portugal (Tavim, 1993, 121-122 ; 1997a, 397-424). Les Bicudo animaient vers 1550 un réseau familial à partir de la Syrie, avec des ramifications en Egypte et dans plusieurs villes du Levant (Couto, 1990, 251, n. 27). Les Juifs de souche non péninsulaire ont été tout aussi loyaux. On connaît le cas des deux interprètes et informateurs juifs d’Afonso de Albuquerque, mis aux arrêts et sommés de se convertir au christianisme (Aubin, 1974, 175-202), ou encore ceux d’Isaac du Caire et des Manasse, venus se mettre spontanément au service de la Cour portugaise (Couto, 1990, 251, n. 27 ; Tavim, 1994, 167-190. Sur les Manasse, id., 1994, 174, n. 78, 183).

  • 4 Sur la question en général, v. les travaux de J. A. Rodrigues da Silva Tavim et d’Ana Cannas da Cu (...)
  • 5 Exemple concernant la famille Adibe d’Azemmour dans Tavim, 1997a, 216-217. Autre exemple, celui de (...)

7Cette collaboration ne cesse d’intriguer. Peut-on l’expliquer par la présence, au sein des communautés juives, de néo-chrétiens d’origine castillane ou portugaise ? L’activité des convertis en tant qu’informateurs du Portugal au 16e siècle n’est plus à démontrer : on peut se reporter au cas du « licenciado Silva », informateur du Portugal à Alep en 1560 (Couto, 1990, 251, n. 27). D’autre part, une fois loin du Portugal et du Saint-Office, certains de ces nouveaux-chrétiens – qu’ils aient pratiqué ou non le crypto-judaïsme dans leur patrie-revenaient ouvertement à la religion ancestrale4. Le caractère tortueux des itinéraires personnels et les multiples arrachements culturels ont, par ailleurs, favorisé les mariages entre individus de statut et de provenances diverses, imposant la coexistence au sein d’une même lignée de Juifs fidèles à leur foi – d’origine péninsulaire ou pas – de convertis volontaires et de baptisés de force originaires du Portugal ou d’Espagne5.

8Ce profil sociologique convenait parfaitement aux activités de renseignement. En effet, éparpillés et se déplaçant sans cesse pour des raisons commerciales ou familiales, les uns et les autres étaient à même de fréquenter tous les milieux, se fondaient aisément dans tous types de communautés et pouvaient, sous couvert de négoce ou de liens familiaux, mener discrètement leur activité. Le service royal s’est donc logiquement étendu à leur parenté : tout comme les Bicudo, les Adibe et les Benzamerro, les Manasse – aux Indes – constituent un exemple typique d’une famille-réseau d’informateurs juifs au service du Portugal (Tavares, 1986, 343-356. Couto, 1990, 250-251. Tavim, 1994, 174 ; 1997a, 164 sq.  ; 1999, 115-141).

Les Arméniens

  • 6 Exposé de l’évolution de l’Église arménienne jusqu’au Moyen Âge dans Garsoïan (1997, 81-89, 171-17 (...)
  • 7 Sur cette confusion, dont fait état Andrea de Corsali écrivant de Cochin le 6 janvier 1516, d’aprè (...)

9Aussi mobiles et compétents du point de vue linguistique que les Juifs, les Arméniens présentaient l’avantage d’être chrétiens. Dans ses grandes lignes, leur histoire religieuse n’était pas inconnue au Portugal. On savait que l’Arménie avait été convertiex au 3e-4e siècles par saint Grégoire l’Illuminateur, originaire de Cappadoce, et que la liturgie grecque avait servi, dès le 5e siècle, de modèle à son Église. De même que d’autres Églises des régions périphériques de l’Empire, comme la syrienne ou l’égyptienne, elle avait refusé de suivre les décisions du concile de Chalcédoine en 451, moins pour écarter le danger d’un retour au nestorianisme que pour s’affranchir du pouvoir de Constantinople. Néanmoins, en dépit de la rupture avec l’Église grecque et des proclamations d’union avec Rome (1199, 1288), l’Église arménienne restait suspecte de monophysisme au Portugal, et les divergences qui l’opposaient aux autres chrétientés orientales difficiles à saisir6. Plus importante encore était la confusion qui touchait les communautés chrétiennes d’Asie. L’Église nestorienne a été souvent confondue avec l’arménienne, dite grégorienne, de sorte que les évêques « chaldéens » à la tête de l’Église syro-malabar de l’Inde (dite des « fidèles de l’apôtre saint Thomas »), qui suivait, elle, le rite nestorien, ont été, jusque dans les années 1520, pris pour des Arméniens7.

  • 8 La tradition était fondée sur la traduction italienne d’une lettre attribuée au Prêtre Jean, circu (...)

10D’autre part, l’époque était encore celle où Dom Manuel du Portugal, tout à ses rêves messianiques (Thomaz, 1990, 35-103. Aubin, 1996, 11-48), avait conçu le projet d’abattre le bloc musulman avec l’appui des chrétientés orientales. Si les chrétientés syriennes paraissaient faibles, et par conséquent incapables d’aider à la réalisation d’une telle croisade, le Portugal comptait sur les Arméniens. Symbolisant une « résistance de première ligne », puisqu’ils avaient affronté les Seldjoukides, les Mongols et les Ottomans (Bedrossian, 1997, I, 242-271. Kouymjian, 1997, II, 1-16), rôle reconnu par la bulle de Grégoire XIII en 1584 (Gulbenkian, 1995, 341), les Arméniens bénéficiaient depuis les Croisades d’un préjugé favorable, préjugé que les quelques liens noués entre la noblesse du royaume de Cilicie et la maison royale du Portugal au 13e siècle semblent avoir renforcé (id., 1995 [1980], 170-171). C’est aussi dans cette perspective que Dom Manuel entreprit d’entrer en contact avec l’Éthiopie chrétienne, jugée, d’après une tradition apocryphe qui remontait au 11e siècle, une grande puissance militaire en mesure de combattre l’islam8.

  • 9 «Dizem que trara comsiguo Dez mjll homes xpaãos armenjos & doutras naçõees...»
  • 10 Sur les variantes du texte de l’Itinerário de Tenreiro et les éditions autres que celle de Neves Á (...)

11Le « facteur » arménien a également influencé d’autres desseins politiques : si dans les années 1510 Dom Manuel a entretenu le rêve de convertir le chah de Perse au christianisme et envisagé une alliance avec celui-ci dans le but d’encercler les Mamelouks et les Ottomans, c’est parce que ses conseillers prêtaient au souverain séfévide une sensibilité chrétienne, plus précisément arménienne, fruit de l’influence de sa mère et de son oncle, dont on disait qu’ils étaient tous deux Arméniens. En 1515, Tomé Pires écrit dans la Suma Oriental (Cortesão, 1978, 156) que Chah Ismaïl épargnait systématiquement les chrétiens et leurs maisons lors de ses campagnes, et qu’il entretenait à son service une armée de dix mille Arméniens9. Quelques décennies plus tard il ne sera plus question de la famille proche du chah ; mais des traces de la légende subsistent, car les Portugais mettront alors cette sensibilité sous le compte de l’éducation dispensée au souverain par des prêtres arméniens, comme on peut le lire chez António Tenreiro (Águas, 1991, 31)10.

  • 11 Il note cependant qu’en dépit de leur régime (pain, navets au vinaigre et autres légumes) ils boiv (...)

12Dans la première moitié du 16e siècle, l’Église arménienne ne fait pas l’objet de commentaires dépréciatifs, mais son rite est décrit avec peu de détails. On écrit davantage sur l’Église orthodoxe grecque et sur l’Église d’Éthiopie : cette dernière mérite en effet des informations détaillées en raison des enjeux politiques immédiats dont le pays fait l’objet (Águas, 1991, 228-229. Felner, 1921-1969 [1858-1864], III/I [1967], 66-70 [= Gaspar Correa, Lendas, III/I, chap. III]. Thomaz, 1994b, 55-61). Ce sont de bons chrétiens, rapporte Tenreiro en 1523, à propos du clergé arménien ; ils vivent de façon exemplaire, ne touchent ni à la viande ni au poisson pendant le carême et l’avent, renoncent au beurre et à l’huile d’olive au cours de cette période ; bien que le célibat soit respecté, il leur arrive de se marier, mais non de se remarier en cas de décès de l’épouse. Aux yeux de Tenreiro, les abstinences pratiquées sont le meilleur garant de l’orthodoxie de leur pratique religieuse (Águas, 1991, 54)11.

  • 12 Sur la peste dans l’Empire ottoman, Dols (1977, 106), d’après le manuscrit de Tashköprüzade (968 H (...)

13L’ignorance de la langue rendant les mœurs incompréhensibles, le fossé culturel demeurait une réalité. En dépit de sa bonne volonté, Tenreiro s’ennuie en assistant à l’office religieux dans une église arménienne. Il finit par quitter les lieux avant la fin de la cérémonie : à l’exception du Pater Noster tout lui échappe. Cette méconnaissance explique également des jugements hâtifs, comme celui de Mestre Afonso, critiquant sévèrement en 1565 l’attitude des Arméniens face à la peste. En effet, l’épidémie qui sévit dans la région de Sassoun lors du passage de sa caravane frappe mortellement l’un de ses membres, Mécia de Jesus, qui s’était rendu en pèlerinage quelques années auparavant de Goa à Jérusalem en compagnie d’un groupe d’Arméniens. Par peur de la contagion, ses affaires personnelles sont données à un Arménien, car, dit Mestre Afonso, « les gens de ces contrées mettent les vêtements (des pestiférés) sans aucune crainte ; ils ne s’enfuient pas, ils ne font aucun cas de la peste, comme s’ils avaient trois vies » (Águas, 1991, 194-195). Qu’il explique d’abord cette indifférence par la fréquence du fléau en Arménie n’empêche pas le même Afonso de dresser quelques lignes plus loin un sombre tableau des muletiers turcs et des Arméniens se disputant les hardes d’une petite bengalie, esclave du Vénitien de la caravane, emportée elle aussi par la peste (ibid., 196-197). La description de la scène conduit d’ailleurs Mestre Afonso à se départir de sa sympathie à l’égard des Arméniens et à les confondre, de façon surprenante, avec les musulmans : « et toutes leurs choses sont ainsi, qui correspondent bien à l’aveuglement de leur secte maudite... » (ibid., 196)12.

  • 13 Lettre de Goa, de novembre 1548 (n° 29) : « Et non solamente si reconciliarà la Ethiopia alla Chie (...)

14Une fois passée l’euphorie du début du siècle, la Couronne portugaise se montrera beaucoup plus réservée à l’égard des chrétientés orientales, et de l’Église arménienne en particulier. L’installation du Tribunal du Saint-Office au Portugal en 1536 puis l’implantation des Jésuites en Asie expliquent le changement de climat religieux : il sera effectif après le Concile de Trente, car il s’agit dès lors de rallier les Arméniens à l’Église de Rome. C’est le message que le père Nicolau Lanciloto transmet en 1548 à saint Ignace de Loyola, mais en lui conseillant de pratiquer une politique de tolérance (Rego, 1991-2000 [1947-1958], IV [1992], 141-142)13. Un an plus tard, saint François Xavier sollicite du roi du Portugal, Dom João III, l’octroi d’une pension pour Jacome Abuna, l’évêque arménien de Cochin, « homme vertueux que les Franciscains avaient pris sous leur protection » (ibid., IV, 271-272, lettre n° 52 du 24 janvier 1549. Schurhammer, 1972, 141-148. Gulbenkian, 1995 [1972], I, 103-131).

  • 14 Le décret 39 stipule que les Arméniens, comme les Géorgiens, doivent s’habiller comme les autres c (...)
  • 15 Cette dernière phase est celle de la persécution inquisitoriale. Gulbenkian (1995 [1980], I, 204, (...)

15En 1559, en pleine Contre-Réforme, tout devait changer : les Jésuites installés dans l’Estado da Índia, craignant que l’Église malabar ne soit vivifiée par la présence d’un clergé « oriental » venu d’ailleurs, demandaient au roi du Portugal d’interdire aux évêques arméniens ou chaldéens l’accès aux territoires sous contrôle portugais (Rego, 1991-2000, VII [1994], 241, lettre n° 53 de Mestre Belchior au général de la Compagnie de Jésus du 15 janvier 1559. Gulbenkian, 1995 [1972], 126, n. 66). En 1567, les dispositions du premier concile provincial de Goa allaient dans le même sens, témoignant d’une inquiétude accrue face à l’émigration des Arméniens et autres chrétiens originaires des régions proche-orientales. Ces dispositions seront renouvelées lors du deuxième concile, en 1575 (Rego, 1991-2000, X [1995], 363-364)14. Le troisième, en 1585, demandait la nomination de prélats chargés de ramener les Arméniens à l’orthodoxie romaine, puisqu’ils avaient été élevés « dans les erreurs et coutumes contraires à l’Église de Rome ». Il faut pourtant attendre le début du 17e siècle – alors que le Portugal est sous domination espagnole – pour qu’un décret royal les traite ouvertement de schismatiques (Gulbenkian, 1995 [1969], 269, n. 24)15.

La direction des réseaux

  • 16 Dans la liste établie par Anthony Disney, Domingo Dias figure sous le n° 55. Disney mentionne un s (...)
  • 17 Disney a classé ses courriers en catégories, selon des critères de nationalité et d’activité : mar (...)
  • 18 Cf. ANTT/CSV, VI, 71a-77b : lettre de Lisbonne de Dom João III à Dom Afonso de Lencastre.
  • 19 Pour d’autres détails biographiques : Aubin (1971b, 241), Bacqué-Grammont (1976, 161-173) ; esquis (...)
  • 20 Coutinho avait été aussi contacté en 1542 par l’ambassadeur impérial à Venise, Diego Hurtado de Me (...)
  • 21 Adressé probablement au grand vizir Ibrahim Pacha (avril 1525) le rapport du beylerbey du Diyar Bé (...)
  • 22 Sur ces différentes catégories : Couto, 1990, 249 (Turcs), 257 (Abyssins), 260 et sq. (Coptes). Le (...)

16À défaut de mentions spécifiques, on ignore les conséquences de ces condamnations répétées sur l’image publique des Arméniens. Cependant, dans le domaine du renseignement, l’impact a été nul : sans s’embarrasser de scrupules religieux, la chancellerie portugaise a continué à faire appel aux Arméniens pour obtenir des informations stratégiques. L’importance de leurs fonctions au sein des réseaux reste néanmoins très difficile à saisir. Pendant tout le 16e siècle, la rareté des indices concernant les courriers-agents arméniens – tous sont anonymes, sauf Domingos Dias, arrivé de Goa à Lisbonne via Ormuz en 1597 (Disney, 1998, 545) – ne permet pas de savoir s’ils ont été employés comme chefs de réseau dans l’océan Indien16. On constate seulement que la liaison entre les Indes et le Portugal a été souvent de leur ressort. Ainsi, outre Dias, on saura seulement qu’un Arménien assura en 1535 la liaison Diu-Lisbonne, qu’un autre est parti en 1547 de Turquie vers Goa, et qu’en 1581 ils ont été deux, l’un allant de Madrid à Alep, l’autre de Goa à Suez et Madrid (ibid., 544-545)17. Des sondages à mener dans une documentation d’archives peu exploitée sous cet angle-là permettront de mieux juger de leur statut. La fonction de chef de réseau revenait généralement aux Portugais de souche, à des néo-chrétiens d’origine portugaise, à des Castillans ou des Italiens. Seule exception à ce jour, Agostin de Vinaldi Sofia, l’informateur permanent de Dom João III à Ormuz dans les années 1550, était certainement d’origine balkanique comme l’indique son dernier patronyme (Couto, 1990, 246, n. 12)18. Choisis parmi les membres de la noblesse, ces responsables étaient des hommes de confiance du souverain. António Tenreiro était un gentilhomme originaire de Coïmbre (Águas, 1991, 17)19. Fernão Coutinho, un fidalgo de l’entourage de Dom João III, animait un réseau entre Ormuz et Lisbonne dans les années 1530, tout en renseignant le souverain de Constantinople en 1540 (Gaspar Correia, IV/IV, chap. III : Felner, 1921-1969, IV [1969], 18-19)20. Mais dans ce domaine également il n’y avait pas de règle générale : on a recruté comme chefs de réseau de simples aventuriers, d’anciens mercenaires ou des captifs rachetés. Quelques-uns avaient renié secrètement : ce fut le cas d’António Tenreiro, alias ‘Abdü l-’allâm (Bacqué-Grammont, 1976, 163)21. En charge des réseaux, ces éléments stables recrutaient à leur tour des agents-relais, chargés d’opérer sur un parcours déterminé ou sur une section de cet itinéraire. Il revenait aux agents-relais de transporter des messages codés, des sommes d’argent ou des pierres précieuses ; une partie de ces fonds servant à payer leurs dépenses et à rémunérer les informateurs occasionnels. On était peu regardant sur la nationalité, la confession ou le statut social de ces derniers : selon les circonstances, l’époque et le lieu d’implantation géographique du réseau, des Coptes, des Abyssins, des Arabes, des Persans, des Hindous, voire des Turcs, ont travaillé tour à tour (ou simultanément) pour le compte des Portugais, livrant des informations de visu qu’ils transmettaient ensuite aux agents-relais22.

17En contrepartie, les espions permanents devaient offrir des garanties de fiabilité. Les dangers étaient nombreux : recrutés au gré des circonstances, les informateurs occasionnels risquaient, soit par trahison, soit par maladresse, de livrer à tout moment leurs renseignements aux autorités locales. Relier deux zones lointaines où n’existaient pas de communautés occidentales ou de réseaux implantés, escorter un autre agent, un chef de réseau ou même un courrier « normal » sur des itinéraires peu fréquentés ou situés dans des contrées hostiles, demeuraient des situations nécessitant courage et sang-froid. Pendant toute la première moitié du 16e siècle, la Syrie, l’Anatolie, le Bas-Irak et la Perse ont été particulièrement exposés aux aléas du brigandage endémique et de l’agitation politique ; les récits d’António Tenreiro et de Mestre Afonso, dont il sera question plus loin, témoignent éloquemment des dangers qui guettaient tout voyageur lors de la traversée de ces régions.

18Les Arméniens ont été souvent utilisés comme agents-relais. Vrais ou faux moines-pèlerins ou marchands, ils n’éveillaient pas de soupçon en voyageant sur des parcours limités à la Perse, l’Empire ottoman et les ports du Levant. Les religieux subissaient néanmoins la concurrence des renégats portugais, familiarisés avec l’islam pendant leur captivité. L’un de ces derniers, Fernão Dias, avait réussi en 1513 à monter, pour le compte du gouverneur Afonso de Albuquerque, un réseau d’espionnage entre l’Inde et la mer Rouge. Fin connaisseur du Coran, des us et coutumes de la société islamique, il prit l’apparence d’un saint homme musulman (caçiz) et, sous ce déguisement, circula partout sans être démasqué (Couto, 1990, 69).

  • 23 Hwaga (= khodja) Shams ud-din Guilani, grand marchand pardesi de Cananore, bien introduit auprès d (...)
  • 24 « Lei V. Que não entrem Armenios, Arabios, nem Persas no regno. [...] Per hum alvara do 14 de Agos (...)

19Dans le domaine du renseignement, les marchands présentaient plus d’intérêt que les gens d’Église. Pour se déplacer, ils ne dépendaient pas de l’existence de communautés religieuses, de lieux de culte ou de pèlerinage. Ils fréquentaient, sans attirer l’attention, des ports ou des villes de l’intérieur où leur communauté d’origine n’était pas représentée, ainsi que des milieux socio-économiques très divers. Mestre Afonso voyageait déguisé en marchand arménien (Águas, 1991, 205)23. Pourtant, dans la mesure où leurs grands centres urbains étaient situés en pays islamique, il était difficile aux Arméniens d’échapper, tôt ou tard, à la suspicion d’une connivence avec les musulmans. La méfiance à leur égard explique, entre autres raisons, le décret de Dom Sebastião promulgué en 1563 : visiblement inspirée par la crainte de l’espionnage, celui-ci stipule en effet que les Arméniens, Grecs, Arabes, Persans, ainsi que les personnes appartenant à d’autres nations assujetties aux Ottomans, qui voudraient circuler en territoire sous administration portugaise, doivent être arrêtés et contrôlés, et ne seront « relâchés sans qu’on se soit enquis [des conditions] de leur présence et de la cause de leur venue, et des négoces qu’ils viennent faire, et pour combien de temps24. »

20 En réalité, plus que la « proximité » culturelle, c’est la façon dont les réseaux ont été structurés et leurs conditions de fonctionnement qui expliquent la duplicité des agents. Les Portugais étaient conscients des dangers inhérents à la cohabitation de tant d’informateurs de nationalités diverses, recrutés sans précaution. Pour éviter la présence d’espions doubles et même triples dans les réseaux, on y indroduisait des agents subalternes, chargés uniquement de surveiller les informateurs qui paraissaient douteux. Le réseau d’espionnage de Duarte Catanho (1538-1546) offre un exemple de cette situation (Couto, 1990, 248, n. 19 ; 2000, 23-35).

Communautés et réseaux : les Arméniens entre le Levant, Ormuz et les Indes

  • 25 Lettre d’Ormuz du 24 novembre 1550 aux religieux de Coïmbre (Rego, 1991-2000, VII [1994], 524) ; a (...)

21Quelques informateurs du Portugal ont été recrutés au sein de la communauté arménienne d’Ormuz. Les membres de la colonie, dont l’importance reste difficile à évaluer, sont signalés brièvement par la documentation portugaise. Vers 1550, le père jésuite Gaspar Barzé se vantait de les ramener à l’orthodoxie de l’Église de Rome25. Leur présence dans les corps militaires crées à la suite de l’installation des Portugais à Ormuz est attestée en 1507 : un Joane Arménien, archer de son état, recevait en 1515, sur l’ordre d’Afonso de Albuquerque, un pardau pour le service de sa charge (Mendonça, Bolhão, 1884-1935, VI [1915], 260 : lettre d’Albuquerque du 11 avril 1515 à Manoel da Costa, facteur d’Ormuz). La même année, on attribuait à deux autres Arméniens, António et Gregório, trois pardaus chacun en récompense de services non spécifiés (ibid., 221 : lettre d’Afonso de Albuquerque du 25 janvier 1515 à Francesco Curvjnell, ou Corbinelli, facteur de Goa). Le commerce du soufre ormuzi, produit stratégique s’il en fut, était vers 1546 entre les mains d’un Arménien, qui l’avait à son tour affermé à un Juif ; comme l’écrit d’Ormuz Sebastião Lopes Lobato à Dom João de Castro le 15 janvier 1546, celui-ci dépendait lui-même d’un autre intermédiaire qui avait reçu le privilège du roi de Hasa, oasis située sur la rive arabe du golfe Persique en face de l’île d’Ormuz (Albuquerque, Cortesão, 1968-1982, III [1976], 118-119). La question du soufre et de l’affermage aux Arméniens est évoquée à nouveau dans une lettre du 25 mars de la même année (ibid., 147).

  • 26 Pour Barros, Khodja Bairam Armeneo était musulman, et moins fidèle aux Portugais que Khodja Ata. P (...)

22C’est en 1507 qu’un marchand arménien de cette colonie, un certain Khodja [Hwaga, khwadja] Bairam Armeneo, est devenu l’informateur d’Afonso de Albuquerque. Envoyé d’abord au Terribíl par Khodja Ata, le tout-puissant gouverneur d’Ormuz, lors du premier siège de l’île, il servit de messager entre les deux adversaires. Selon Gaspar Correia, cet homme de bonne réputation (« de grande credito e autoridade ») avait résidé longtemps à Venise et parlait assez bien le portugais (Felner, 1921-1969, I/II [1921] 819). Trop discret sur ses activités ultérieures, l’annaliste João de Barros déclare in fine qu’Albuquerque l’appréciait beaucoup, au point de l’envoyer au Portugal où Dom Manuel l’avait gratifié d’une récompense (Barros, 1974 [1552-1553], II/III, 57)26.

  • 27 ANTT, Corpo cronológico [dorévanant CC] I, 79,124.

23En quittant Ormuz en 1565 à destination d’Alep, la caravane de Mestre Afonso ramenait, parmi d’autres informateurs, un Arménien, Simão Fernandes (Águas, 1991, 131, 140-141). Nous ignorons si ce personnage de l’ombre est celui que le diacre de Goa mentionne dans une lettre du 15 novembre 1547 à Dom João III à propos de la donation aux Jésuites de Goa d’une maison appartenant aussi à deux autres propriétaires, João de Braga et Manuel Arménio27. Il n’est pas certain non plus que ce soit lui que l’alvara du 26 janvier 1567 désigne comme secrétaire de la Casa dos Contos de Goa (Rivara, 1865, 625 : doc. 586 [= Livre 40, 122b]. Cf. Gulbenkian, 1995 [1971], I, 94-96 et n. 6), bien qu’une telle récompense puisse correspondre à la rétribution de bons et loyaux services, suite au succès du voyage de Mestre Afonso.

24Les charges administratives n’étaient pas incompatibles avec l’espionnage : au contraire, elles couronnaient une carrière, apportant à son titulaire une respectabilité sociale et une pension que les héritiers ne manquaient pas de se disputer âprement. Le caractère subalterne de ces emplois, en apparente contradiction avec le statut social de l’individu ou l’importance des services rendus, ne doit pas étonner non plus : la bureaucratie impériale distribuait fréquemment des charges de ce type en guise de récompenses, même si certaines étaient vouées à ne jamais être honorées, par suite de dysfonctionnements ou simplement en raison du mode de fonctionnement particulier de l’administration impériale (Aubin, 1987, 123-137). Les espions gratifiés de récompenses, dont on voulait favoriser la carrière, étaient nommés ambassadeurs, émissaires ou négociateurs ; quelques-uns sont devenus secrétaires ou interprètes. C’est le cas des deux Juifs d’Afonso de Albuquerque (Aubin, 1974, 175-202).

  • 28 ANTT/CC, I, 93, 1, fol. 4 [anc. cote: 12181]. «O comendador mor de Roma me escreveo que procuraçe (...)
  • 29 Sur João de Lisboa et les captifs de Mascate : Couto, 1990, 260 sq., n. 62 sq. L’amiral turc Piri (...)

25Une lettre du 2 juillet 1554, envoyée de Gênes, indique que son auteur, anonyme, avait été prié par l’agent permanent de Dom João III à Rome, l’ambassadeur Dom Afonso de Lencastre, d’aller accueillir au port l’embarcation de Simão Fernandes Arménio. En effet, ce dernier arrivait en Italie pour informer l’ambassadeur « de tout ce qu’il sait et a vu du commerce de Perse et des Indes », soit, en langage du métier, fournir des renseignements sur le monde musulman et, en particulier, sur les Ottomans. Simão Arménio apportait aussi des nouvelles concernant le rachat des captifs du Caire. Il s’agissait du groupe de prisonniers « de Mascate », c’est-à-dire de Portugais capturés sur la côte d’Oman en 1552 par l’amiral turc Piri Reis28. Effectuées dans une grande discrétion, les tractations autour du rachat avaient été laissées entre les mains des agents lusitaniens. C’est que les captifs renseignaient secrètement le roi du Portugal pendant que celui-ci négociait leur libération avec la Porte29. Simão Fernandes, informateur sûr, poursuivit ses activités au-delà de 1554. Sa trace se perd définitivement après le voyage de 1565 ; la relation de Mestre Afonso nous apprend seulement qu’il est retourné en Inde.

26En 1598, le gouverneur Matias de Albuquerque accordait à un certain Domingos Dias la charge de portier et chapa de la douane d’Ormuz. Dias, qui était Arménien, avait épousé une Portugaise. La charge, une fois de plus subalterne, était du type de celle qui échut à Simão Fernandes. La confirmation de la nomination, passée le 6 mars 1598, montre une volonté très marquée de le récompenser, justifiant l’infraction à la législation royale qui interdisait aux étrangers l’accès à des postes de l’administration portugaise (Viterbo, 1897, 446-447). On se souviendra en effet qu’un Arménien du même nom avait effectué la liaison entre les Indes et le Portugal, via Ormuz, en 1597 ; selon d’autres documents, il l’effectua deux ou même plusieurs fois (supra, n. 16). Cet informateur de confiance, et vraisemblablement chef de réseau, au vu de la fréquence et du type des voyages réalisés, peut avoir été le même Domingos Dias.

27En 1535 déjà, un autre Arménien avait effectué la liaison Diu-Lisbonne. Choisi par Bahadur Chah, sultan du Goudjérate, cet Arménien anonyme, dont on sait seulement qu’il était marié et habitait Diu, accompagna Isaac, « le Juif marchand du Caire », quand celui-ci fut envoyé au Portugal avec les lettres du futur gouverneur Martim Afonso de Sousa (1542-1545. Almeida, 1976 [= Francisco de Andrada, III/IV], 592-593. Tavim, 1994, 174-175). S’agit-il de Simão Fernandes ? Toujours est-il que cet Arménien est peut-être celui auquel Isaac du Caire demanda en 1570, à la requête de Dom Francisco de Mascarenhas, nommé grand capitaine des forteresses du Nord (Bassein), de s’infiltrer dans le campement du sultan d’Ahmadnagar Murtaza Nizam Chah Ier, pendant le siège de Chaul (Duarte, 1987 [= António Pinto Pereira, II/XIII], 378. Goertz, 1985, 267-292. Tavim, ibid.).

  • 30 ANTT, Colecção de São Lourenço, II, 287 (lettre de Cochin, du 22 mars 1546). Albuquerque, Cortesão (...)

28La place des Arméniens de Goa dans les réseaux d’espionnage reste particulièrement difficile à déterminer elle aussi. Exceptionnellement mentionnée, la communauté arménienne n’émerge pratiquement pas dans la documentation de la capitale de l’Estado da Índia, sauf quand il s’agit d’évoquer la découverte du tombeau de l’apôtre saint Thomas ou la situation de l’Église malabar (supra, n. 7. Andrade, 1985, 681. J. P. da Costa, 1985, 853-868). Quelques mentions éparses peuvent être trouvées dans les relations de voyageurs ayant séjourné dans l’Empire portugais au 16e siècle. Ainsi Pyrard de Laval, lors de son séjour à Goa (1607-1611) parle-t-il de « bon nombre d’Arméniens », tous commerçants et propriétaires de boutiques dans la Rua Direita, l’artère principale de la ville (Pyrard de Laval, 1998 [1611, 1615], II, 569). Il arrive encore que des documents administratifs les mentionnent, comme par exemple le Livre des Recettes et Dépenses (Receita e Despesa) de la nef Santa Maria do Monte. Le navire, qui quitta Goa à destination d’Ormuz, Hurfakkan et Mascate le 27 mars 1520 comptait parmi ses passagers deux Arméniens, António Fernandes Arménio et son fils Vasco Fernandes, qui partaient munis, comme tous les étrangers, d’une autorisation d’embarquement délivrée par le capitaine de Goa, Rui de Melo. Vraisemblablement étaient-ils des marchands et faisaient-ils partie du petit groupe de onze fonctionnaires et d’un pilote placé sous les ordres du capitaine du navire (Farinha, 1991, 46). En mars 1546, le capitaine Henrique de Sousa Chichorro recevait en audience à Cochin deux autres Arméniens, des marchands venus probablement de Goa avec un message du gouverneur D. João de Castro30.

29Il n’en reste pas moins que la capitale de l’Estado da Índia avait toujours été la destination et le point de départ des informateurs arméniens lors des voyages de 1547, 1581 et 1597, et que ces derniers ont continué à jouer leur rôle au 17e siècle : en 1603, la liaison Goa-Madrid est assurée par un anonyme, et en 1629 par un certain Thomas (Disney, 1998, 532, 544-547).

António Tenreiro et Mestre Afonso deux réseaux qui s’interpénètrent, deux réseaux employant des agents arméniens

  • 31 Diogo Botelho Pereira avait déjà effectué, en décembre 1528, la liaison Mombassa-Lisbonne. Le voya (...)

30Confronté à l’immensité des espaces à franchir pour atteindre ses territoires en Asie, devant compter avec la lenteur des communications, le Portugal a presque toujours fait preuve de pragmatisme (Couto, 1990, 243, n. 2). La voie maritime a été très tôt choisie pour faire parvenir des informations officielles d’ordre politique ou administratif, soit à la métropole, soit à l’Estado da Índia : regimentos, instructions de succession, mandats de prison ou annonce de la mort d’un gouverneur entre autres. Sauf arraisonnement du navire ou naufrage, il était permis d’espérer que la liaison se ferait sans encombre. Maria Augusta Lima Cruz (1998, 581-596) a fourni un nombre suffisant d’exemples de ces traversées dans l’étude qu’elle a consacrée aux voyages effectués par la route du Cap de 1505 à 1570. Celui que Diogo Botelho Pereira effectua en temps « record » de Goa à Lisbonne en 1535 reste l’un des plus extraordinaires (Cruz, ibid., 597, 590 [tableau])31.

31Le coût des voyages par terre et par voie maritime n’a jamais fait l’objet d’une comparaison. On suppose néanmoins que prendre la route du Cap coûtait plus cher que de traverser les déserts syriens (Godinho, 1981-1983, III, 53-57. L. F. Costa, 1997, 379-396 ; 1998, 239-255. Couto, 1998b, 483-490). À première vue, affréter un navire et son équipage représentait un investissement plus lourd que d’expédier par la voie continentale un petit groupe de voyageurs. Le risque de naufrage ou d’arraisonnement n’était pas non plus comparable à la perte de quelques agents et des sommes qu’on leur aurait confiées. Cependant, la voie de terre comportait une foule d’autres dépenses : l’hébergement des informateurs et de leurs serviteurs, le payement des taxes, droits et péages, ainsi que les versements et présents à faire aux différentes autorités locales. De plus, certaines sections des itinéraires exigeaient de renforcer les escortes ; il fallait payer à part les chefs des caravanes, les palefreniers ou les chameliers ; enfin, les séjours forcés ou prolongés dans certaines régions – en raison de guerres, d’épidémies ou du décès des gouvernants – pouvaient constituer une nouvelle source de dépenses. Quel qu’il ait été, le coût n’a finalement pas beaucoup pesé dans la décision royale d’ordonner l’organisation de voyages par voie de terre. Réservés à l’information secrète, ceux-ci restaient indispensables : en effet, ils pouvaient seuls permettre de rassembler des renseignements de tous ordres, et d’observer aussi bien les sites stratégiques que le déploiement des défenses musulmanes.

  • 32 Outre le texte édité par Antonio Baião (1923, 3-127) dans les Scriptores Rerum Lusitanorum [série (...)

32À la lumière des connaissances actuelles sur les réseaux portugais d’espionnage, un certain nombre de liaisons par terre entre les Indes et le Portugal au 16e siècle doivent être désormais classées voyages de renseignement. Ces liaisons ne constituent pas de simples itinéraires empruntés par des voyageurs curieux (des déplacements qu’expliqueraient le commerce, l’évangélisation ou les pèlerinages) ; ils ne suivent pas non plus les trajets des courriers officiels au service de la Couronne. Les Itinerários d’António Tenreiro et de Mestre Afonso – regroupant respectivement les parcours distincts effectués par le premier en 1523 et en 1529 entre l’Inde et le Portugal, et celui réalisé par le second en 1565 entre Ormuz et le Portugal – tenus pour la consignation des souvenirs de voyageurs ayant incidemment rempli les fonctions de diplomates, représentent en réalité des voyages d’espionnage32. Deux mises au point relativement récentes (Aubin, 1971. Bacqué-Grammont, 1976), qu’il faudrait étendre à d’autres itinéraires publiés, confirment cette analyse.

António Tenreiro

33À s’en tenir à la version de Tenreiro sur les motifs de son premier voyage, qu’apprend-on ? Que, séjournant à Goa en 1523, il lui vint à l’idée d’accompagner l’ambassade que le gouverneur Dom Duarte de Menezes s’apprêtait à envoyer en Perse à Chah Ismail ; il s’embarqua donc pour Ormuz avec celle-ci, la suivit jusqu’à Tabriz, et une fois sur place, décida sur un coup de tête de tout abandonner pour aller visiter les Lieux saints. Dans un contexte politique incertain – Chah Ismaïl venait de décéder – il quitta donc Tabriz en 1524, conduit par sept marchands arméniens dont il avait opportunément fait la connaissance et qu’il accompagna jusqu’à Nakhichévan, leur ville d’origine. De là, il repartit vers Bitlis en compagnie du septième, un dénommé Vacoianorizão (ou Vakoyanorizão : Vakanorizan ?) marchand de son état, le seul dont il mentionne le nom, qui mit à sa disposition un autre Arménien chargé de l’escorter jusqu’à Hazo et Miyafarikin. Tenreiro poursuivit le voyage en compagnie de ce dernier jusqu’à Amid où son compagnon le laissa seul. Parlant mal le persan et vêtu de façon suspecte, le Portugais ne tarda pas à être repéré par les Turcs et fut promptement conduit devant le pacha d’Amid, Hüsrev, qui le questionna, le mit aux fers et le fit envoyer sous escorte au Caire. Amené devant le grand vizir Ibrahim Pacha, Tenreiro passa quelque temps en captivité, dit-il, et ne dut sa libération qu’à un coup du sort. Il quitta Le Caire après son élargissement, et s’embarqua pour Chypre dans l’espoir de regagner le Portugal. Ne trouvant pas de navire en partance, il rebroussa chemin, repartit vers l’Asie Mineure, et retourna à Ormuz en passant par Alep et Kerbéla.

  • 33 La mission de 1528 avait été demandée par le gouverneur Lopo Vaz de Sampaio, en fonction de févrie (...)

34Une nouvelle mission l’attendait en 1528 : il s’agissait d’effectuer la liaison OrmuzLisbonne via Bassorah, Alep et Chypre (Águas, 1991, 98)33. Ce voyage s’inscrit dans le contexte de la menace que faisait peser l’Empire ottoman sur les possessions portugaises de l’océan Indien : au cours de l’été 1528, le gouverneur portugais Lopo Vaz de Sampaio avait été averti à Chaul par des marchands venus du Caire dans les nefs de La Mecque, que le Samorin de Calicut avait fait appel à Soliman le Magnifique pour combattre les Portugais. Les mêmes informations faisaient savoir que le Sultan aurait donné des instructions à Sinan Pacha pour faire réparer les galères qui se trouvaient à Suez, réunir la garnison turque de l’île de Kamaran en mer Rouge et mettre le cap sur l’Inde (Gaspar Correia : Felner, 1921-1969, III/I [1967], 274-275). Alarmé par ces nouvelles, le gouverneur s’empressa d’envoyer à Ormuz un navire pourvu de poudre et de munitions, et des instructions pour renforcer les défenses de la ville au plus vite. De nombreux informateurs furent mis à contribution : Fernão Farto et Afonso Pires Azambujo furent envoyés en quête d’informations au Bab elMandeb, tandis que Fernào Rodrigues était dépêché en mission d’espionnage au Caire (ibid., 275. Couto, 1998b, 494, n. 41). À la fin du mois de septembre, António Tenreiro quitta Ormuz et gagna Bassorah, terminus des caravanes en provenance de la côte levantine, place privilégiée pour l’obtention de renseignements sur les forces ottomanes.

  • 34 Les dates du départ d’Ormuz, de l’arrivée à Bassorah et du départ de cette ville posent problème : (...)

35Tenreiro traversa à nouveau le désert accompagné d’un serviteur arabe mis à sa disposition par l’émir de Bassorah, gagna Alep, fit halte à Tripoli de Syrie et, de là, retourna au Portugal par Chypre, Ferrare et Gênes (Águas, 103-112)34. A défaut de documents permettant d’opérer les indispensables recoupements, une bonne partie des déplacements mentionnés par Tenreiro restent invérifiables. D’autre part – Jean Aubin l’a justement fait remarquer – nous sommes en présence d’un texte hétéroclite, qui a été très retouché par l’auteur, a tel point que « la reconstitution du fil chronologique, de même que l’harmonisation des données restent très délicates » (Aubin, 1971b, 252). Pourtant, ces remaniements, qu’expliquent en partie la rédaction en diachronie et les techniques de travail de Tenreiro, n’ont pas choqué les contemporains. Ses premiers lecteurs, un cercle d’initiés autour du souverain (auquel était dédié l’ouvrage), connaissaient l’auteur et les véritables motifs de ses voyages : ils n’étaient donc pas dupes. C’est pourquoi Tenreiro ne s’est pas donné la peine de corriger les discordances et les invraisemblances de son Itinéraire. Il s’est seulement efforcé de dissimuler la nature du texte pour le cas où celui-ci viendrait à être diffusé en dehors du cercle royal. C’est du reste ce qui est arrivé : les neuf éditions qui se sont succédées entre 1560 et 1991 témoignent d’un réel succès, devenu de plus en plus populaire au fil du temps.

  • 35 L’Itinéraire de 1528 est un bref mémoire descriptif, une compilation hétéroclite et intrigante qui (...)

36La première dissimulation concerne les raisons du voyage de 1523. Dans l’introduction de l’édition princeps de 1560, Tenreiro, on l’a vu, s’en dent à l’intention d’effectuer un pèlerinage aux Lieux saints, projet dont il ne sera plus question dans la suite du récit. La vérité sur ses deux voyages transparaît en fait dans la brève introduction au deuxième, celui de 1528, non sans que le prologue général aux deux traversées (rédigé très certainement après le dernier retour en 1529) ait tout de même indiqué que la liaison Ormuz-Portugal avait été demandée en ayant égard à l’expérience qu’avait Tenreiro « d’un trajet hors de la portée des chrétiens » (Águas, 1991, 21)35. On sait en effet, que le vice-roi avait donné au capitaine d’Ormuz des instructions pour recruter « un homme qui puisse se rendre au Portugal par voie de terre, s’informer sur le parcours en terres du Turc, et [donner] des nouvelles au sujet de la venue des Turcs en Inde » (ibid., 98). Correia écrit d’ailleurs que Tenreiro parlait « beaucoup de langues », qu’il avait accompagné l’ambassade portugaise auprès de Chah Ismaïl et connaissait bien les mœurs des musulmans (Gaspar Correia : Felner, 1921-1969, III/I [1967], 316-317).

37Le rapport ottoman d’avril 1525 adressé par Hüsrev Pacha, beylerbey du Diyar Békir, au grand vizir Ibrahim Pacha, document provenant des archives de Topkapi et publié par Bacqué-Grammont, révèle qu’António Tenreiro s’était converti à l’islam après son séjour à Tabriz en 1523-1524. Il prit alors le nom de ‘Abdü l-’allâm, et c’est sous ce nom qu’il arriva ensuite à Amid, où on le mit en présence d’Hüsrev Pacha (Bacqué-Grammont, 1976,168-173). Castanheda (II/VII, chap. LXXI : Almeida, 1979, 489) mentionne sans aucun commentaire sa mise au fers par les Turcs « qui l’avaient pris pour un espion », son envoi au Caire et sa libération. Or on se souviendra que dans cette première partie de l’Itinerário, Tenreiro rapporte avoir été accompagné à plusieurs reprises par des Arméniens jusqu’à son arrivée à Hazo (entre Bitlis et Miyafarikin). Dans le contexte de son reniement, son histoire de bon chrétien partant en pèlerinage en compagnie d’autres chrétiens, fussent-ils des marchands ou des religieux, n’est donc qu’affabulation. Son statut de renégat convenant parfaitement à la collecte d’informations secrètes, il a voyagé de Tabriz à Amid, conduit et hébergé à chaque étape par des agents-relais arméniens qui connaissaient sans doute sa véritable identité.

  • 36 Selon Bacqué-Grammont (loc. cit.), des marchands arméniens rencontrés dans le caravansérail lui co (...)
  • 37 On déduit de l’Itinerário (Águas, 1991, 60) que Tenreiro voyageait déguisé en marchand persan, pui (...)

38Hors du contexte de l’espionnage, on ne voit pas très bien, en effet, pourquoi d’honnêtes marchands arméniens auraient, étape après étape, escorté un « musulman », ou auraient éprouvé le besoin de le faire par simple égard à son origine chrétienne. En d’autres termes, si la conversion de Tenreiro avait été sincère, l’encadrement arménien ne se justifiait plus ; il ne prenait son sens que s’il y avait d’autres intérêts qui liaient le Portugais au groupe arménien et réciproquement. Les remarques qu’il attribue au seigneur kurde de Hazo (Águas, 1991, 59-60) à propos de son ignorance de la langue (dans un passage de l’Itinerário celui-ci l’avertit qu’il lui sera impossible de traverser l’Empire ottoman sans connaître le turc)36, de même que ses réflexions sur sa façon maladroite de s’habiller, qui lui aurait valu d’être confondu à Amid37, sont autant de clins d’œil au lecteur averti que de subterfuges destinés à égarer un public plus général, réceptif au topos conventionnel en vogue à l’époque, celui du voyageur chrétien perdu en terre islamique et victime des musulmans.

  • 38 Certains détails de l’Itinerário contredisent sa version. À Amid, Tenreiro est placé en résidence (...)

39On a déjà noté ailleurs que Tenreiro avait eu l’intention de se rendre à La Mecque, n’avaient été son arrestation à Amid et son envoi au Caire dans des circonstances qu’il n’est pas facile de démêler. Il a prétendu avoir été mis aux fers et conduit par une escorte turque jusqu’au Caire, en passant par Alep et en longeant la côte palestinienne. Mais l’invraisemblance de ses conditions de détention saute aux yeux : l’incompatibilité est totale entre son statut de captif, qu’il évoque à plusieurs reprises, et les descriptions détaillées, pittoresques et somme toute assez perspicaces, qu’il a laissées de la vie citadine et des campagnes traversées. Ses dons d’observation, pour importants qu’ils fussent, ne pouvaient s’exercer sans une complète liberté de mouvement38.

40Au-delà de la halte au Caire, l’Itinerário est jalonné d’indices qui permettent d’ébaucher l’organigramme de ses contacts avec les membres des réseaux en place. C’est ainsi qu’une fois libéré, Tenreiro se dirige (à la suggestion d’un Turc, dit-il), vers le quartier juif du Caire. Il y rencontre un homme au passé singulier, ni plus ni moins que Francisco de Albuquerque, le secrétaire d’Afonso de Albuquerque, célèbre Juif d’origine castillane, l’un des plus importants informateurs du Portugal aux alentours de 1513 (Águas, 1991, 79. Cf. Aubin, 1974, 184). Ce dernier était-il encore au service de la Couronne au printemps 1525 ? L’exposé de Tenreiro est ambigu. D’après l’Itinerário, Francisco de Albuquerque avait totalement rompu avec sa double vie, puisqu’il avait quitté les Portugais pour revenir en Égypte, auprès de sa famille, avec laquelle il avait conservé ses liens. Un détail, pourtant, montre que la rencontre avec Tenreiro n’était pas tout à fait fortuite. On s’aperçoit en effet qu’ils se connaissaient déjà : prié par Francisco de Albuquerque de ne pas évoquer auprès de la communauté juive du Caire son passé de collaborateur des Portugais, Tenreiro déclare, sibyllin : « Car je l’avais vu maintes fois, et j’avais entendu parler de lui. »

  • 39 Située à proximité des chantiers navals de Suez, Alexandrie était une plaque tournante du renseign (...)

41C’est un autre Juif cairote, qui « recevait des nouvelles » d’Alexandrie, qui le dissuade de gagner cette dernière ville, moins à cause du climat malsain du delta – argument avancé par l’Itinerário – que de la présence massive des Turcs (Águas, 1991, 86)39. Faisant la sourde oreille, Tenreiro s’y rend tout de même. Après avoir retenu la configuration de la forteresse au bord de la baie, et évalué l’importance des forces ottomanes, il réussit à déjouer la surveillance des Turcs, à monter à bord d’une petite embarcation appartenant à un Grec, et à partir vers l’île de Chypre (ibid., 88-89).

  • 40 Il conviendrait d’examiner de plus près le tracé de cette route, afin de vérifier dans quelle mesu (...)

42Les contacts avec les agents arméniens se poursuivent dans la deuxième partie de l’Itinerário. Accueilli par un marchand arménien à Ourfa (Édesse), sur la route du Caire, c’est encore chez un Arménien, un « marchand qui parlait le persan » qu’il descend à Famagouste, où il s’est rendu, selon ses propres paroles, dans l’espoir de s’embarquer vers le Portugal. Aucun départ n’étant prévu à ce moment-là, et l’argent manquant, Tenreiro accepta alors la suggestion de l’Arménien, et décida de retourner à Goa! On a du mal à croire qu’au terme d’un si long voyage, jalonné de tant de péripéties et de dangers, l’auteur de l’Itinerário ait décidé de baisser les bras et de repartir en Inde, simplement parce qu’il n’aurait pas réussi à trouver à Chypre le moyen de gagner le Portugal. En réalité, Tenreiro fut informé par l’Arménien de Famagouste qu’on l’attendait en Inde. Celui-ci lui dicta l’itinéraire à suivre, un parcours clandestin utilisé par les agents-relais des réseaux40.

  • 41 Concernant Micer André, la chronologie de Tenreiro est passablement embrouillée : l’arrestation du (...)
  • 42 « Viemos em grande trabalho de fome assim por andar de noite e de dia fugindo e desviando-nos de u (...)

43De retour sur la côte levantine, Tenreiro débarqua dans un petit port près d’Antioche, fit halte chez un autre Arménien, et gagna ensuite Alep où il fut reçu par Micer André, grand marchand italien, qui lui proposa une place dans l’une de ses caravanes en partance pour Bassorah. Micer André n’était autre qu’Andrea Morosini (Aubin, 1971b, 242, 251), une personnalité influente de la communauté vénitienne de Syrie, que les Ottomans allaient mettre à mort un peu plus tard. Car si Tenreiro arriva sans encombre à Bassorah, il en alla tout autrement d’une mission organisée par Morosini, celle de convoyer en 1530 les émissaires secrets de Charles Quint en Perse, dont Jean de Balbi, qui ne s’était pas converti à l’islam (ibid., 251). Malgré tout son dévouement – les agents de l’Empereur avaient pu en effet gagner Bagdad en avril 1530 – le Vénitien fut victime de la malencontreuse capture d’un courrier venu de Perse. Très compromettant, le contenu des messages mit l’autorité ottomane en émoi : Andrea Morosini fut arrêté et condamné à mort pour espionnage au début de 153141. La caravane de Micer Andrea étant déjà partie, Tenreiro quitta Alep pour la rattraper en plein désert. La traversée qui s’ensuivit, par Raqqah (Racalae) et Kerbéla (Mexeta de Ali) fut des plus pénibles : sous couvert d’éviter les brigands et de rechercher certains points d’eau, la caravane ne marchait que de nuit, fuyant dans la journée les sentiers balisés. Les détours allongèrent démesurément le trajet, suscitant les plaintes des marchands musulmans, qui ignoraient tout de l’activité de leurs compagnons. La caravane fut décimée par la faim. Tenreiro, très affaibli par un régime forcé de sauterelles et d’un peu de lait de chamelle, n’arriva à Bassorah qu’au bout d’environ trois mois42.

  • 43 Tenreiro ne parle pas de condamnation à mort, mais de rappel à Constantinople. Il mêle l’épisode d (...)
  • 44 «A carta que trazia foi logo por mim queimada, por a grande suspeita e prova que com ela se pudera (...)

44La relation du voyage de 1528 étant assez abrégée, et Tenreiro ne disant que ce qu’il veut bien dire, les relais du deuxième voyage entre Ormuz et le Portugal ne sont pas détaillés. Les différentes versions de sa narration indiquent toutefois que la traversée du désert syrien fut faite d’un seul trait : Tenreiro était en retard, l’été avançait et la plupart des caravanes avaient quitté Ormuz depuis plusieurs semaines. Les régions à traverser ne lui étaient plus inconnues, tandis que la présence de son serviteur arabe et une meilleure connaissance du persan rendaient plus crédible son apparence d’honnête marchand musulman. Il n’est donc plus question d’agents arméniens dans la deuxième partie de l’Itinerário de 1528. Toutefois le Portugais amenait dans ses bagages une lettre secrète à l’attention de Morosini, rédigée en latin par le capitaine d’Ormuz. Il ressort de son récit – même s’il y a anticipé l’arrestation de Morosini (supra, n. 41) – que l’Italien était déjà suspecté au moment de son arrivée à Alep43. Craignant le pire, Tenreiro s’empressa de brûler la lettre « car elle pouvait être utilisée entièrement comme preuve » et abandonna précipitamment la ville pour se rendre à Tripoli (Águas, 1991, 107)44.

Le réseau de Mestre Afonso

  • 45 Pour une étude préalable à l’édition critique (non publiée) : Couto, 1983.

45Édité à plusieurs reprises depuis le 19e siècle (supra, n. 32), signalé dans plusieurs travaux (Berbérian, Gulbenkian, 1971. Gulbenkian, 1995, passim. Aubin, 1971b, 250), le récit de Mestre Afonso décrit son voyage de Cochin à Lisbonne, voyage dont une partie, d’Ormuz à Tripoli de Syrie en passant par l’Arménie, fut effectuée par terre en 1565-1566. Toutefois, en dépit de son intérêt – Mestre Afonso a été un observateur perspicace et original, et souvent supérieur à Tenreiro même s’il reprend une partie des descriptions de son devancier là où leurs trajets coïncident – son texte n’a jamais fait l’objet d’une édition critique45.

  • 46 Esquissée par Sousa Viterbo, la biographie de Mestre Afonso est à refaire. Selon Viterbo (1898, 41 (...)

46Chirurgien en chef de l’Inde au temps du vice-roi Dom Francisco Coutinho, troisième comte de Redondo (1561-1564. Sousa, 1946-1954, XII-1 [1953], 225-226), Mestre Afonso accompagna le gouverneur par intérim Dom João de Mendonça de Goa à Ormuz lorsque celui-ci, son mandat achevé, entreprit son voyage de retour au Portugal. Fils d’António de Mendonça, commandeur de Veiros, Dom João de Mendonça devait faire partie des membres de la haute noblesse qui tombèrent au Maroc aux côtés du jeune roi Dom Sebastião pendant la bataille d’El-Kasr el-Kébir en 1578 (ibid., IX, 277). À leur arrivée dans la ville du golfe Persique, Dom João lui ordonna d’effectuer le trajet Ormuz-Lisbonne par voie de terre en transportant dans une petite bourse des lettres adressées au roi Dom Sebastião par le vice-roi et le capitaine d’Ormuz46. En admettant, pour se conformer au topos conventionnel, que la curiosité et le désir d’être récompensé avaient fondé sa décision d’entreprendre une si longue traversée, notons que Mestre Afonso leur ajoute une troisième raison, d’ordre pratique : son expérience, dit-il, met de nouveaux trajets, plus courts et donc plus rapides, à la portée des courriers.

47À l’instar de Tenreiro, Mestre Afonso a dissimulé lui aussi le but réel de son voyage. Conscient du fait que le trajet choisi était deux fois plus long que la voie classique Ormuz-Bassorah-Alep-Tripoli, et cela en contradiction avec le désir exprimé dans la dédicace de sa relation de choisir la route la plus courte, Mestre Afonso justifiait le choix insolite de la voie Ormuz-Kachan-Tabriz-Van-Bitlis-Alep-Tripoli par la nécéssité d’éviter Bassorah, où la situation politique et militaire était alors confuse (Águas, 1991, 127-128). En réalité, les lettres portées étaient secrètes, et sa caravane, comme celle de Tenreiro en 1528, suivait un itinéraire clandestin. Identique à celui de son prédécesseur pour la plupart des grandes villes et certaines sections du parcours, l’itinéraire suivi s’en écartait pour d’autres. C’est ainsi qu’en remontant d’Ormuz vers Tabriz, le convoi déserta la plaine pour s’engager dans les pistes de montagne peu accessibles et dangereuses des monts Roud (Kuhha-ye Qohrud). Ce parcours, emprunté par les contrebandiers, figurera à l’avenir dans les itinéraires des informateurs portugais.

  • 47 Son nom apparaît dans une lettre du 9 décembre 1560 de Lourenço Pires de Távora (Lisbonne, Bibliot (...)

48Du point de vue du fonctionnement des réseaux portugais d’espionnage, l’Itinerário de Mestre Afonso présente un double intérêt : d’une part, il apporte une nouvelle preuve de la permanence de ces structures entre l’Inde et le Portugal trente-sept ans après le dernier passage de Tenreiro au Levant ; d’autre part, il témoigne de l’activité de certains informateurs dans la longue durée. L’on s’aperçoit ainsi que l’un des agents qui accompagne Mestre Afonso en 1565, n’est autre que l’Arménien Simão Fernandes, dont on a pu mesurer l’action dans les années 1554-1555. Parmi la poignée de voyageurs étrangers de la caravane, trois d’entre eux au moins – Mestre Afonso, Simão Fernandes l’Arménien et João Jorge Araguzeo – se livraient à des activités de renseignement. À l’inverse de ce qu’on a cru, le seul qui nous était jusqu’ici inconnu, João Jorge Araguzeo, n’était pas Portugais mais Ragusain. L’orthographe maladroitement lusitanisée de son patronyme, mentionné dans une lettre de Lourenço Pires de Távora, ambassadeur du Portugal à Rome, ne laisse aucune place au doute47. Dans une autre lettre, adressée au roi Dom Sebastião le 9 novembre 1560, celui-ci suggérait le recrutement d’Araguzeo, « homme de bien », maîtrisant plusieurs langues et connaissant le « plus court chemin » entre les Indes et le Portugal (Corpo, 1862-1936, ix [1886], 92). Le conseil de l’ambassadeur fut suivi, puisque cinq ans plus tard on retrouve le Ragusain aux côtés de Mestre Afonso.

  • 48 Parmi la vingtaine de prisonniers de Mascate, cinq au moins ont été utilisés comme informateurs da (...)
  • 49 Le passage de Mécia Pimenta à Jérusalem est signalé par Frei Pantaleão d’Aveiro (Baião, 1927, 221- (...)

49Simão Fernandes et Araguzeo se connaissaient bien avant le départ du convoi. L’un et l’autre avaient été mêlés à l’opération de rachat des prisonniers portugais de Mascate, dont on a vu qu’ils avaient constitué le noyau d’un réseau d’information en Égypte (supra, n. 29)48. Comme Simão Fernandes, João Araguzeo avait été au Caire en 1564, où il s’était porté garant de la rançon à payer pour la libération des prisonniers. Selon Mestre Afonso, c’est lui qui les avait accompagnés en Inde après leur élargissement. Son commentaire, selon lequel le chef du groupe, le capitaine João de Lisboa, était un très honnête homme (« muito bom homem »), laisse penser qu’il l’avait personnellement connu (Águas, 1991, 131). Autour d’eux gravitait un deuxième groupe, formé par un Vénitien, « Galeazzo » Laballa, et par la mère Mécia de Jesus. Pantaleão d’Aveiro indique que le Vénitien, une personnalité éminente de la colonie vénitienne d’Alep, vivait du commerce de peaux de lion, de tigre et de léopard (Baião, 1927, 227) : au-delà du fait qu’il se soit trouvé dans une caravane truffée d’espions, rien ne confirme ses liens avec le monde du renseignement. Quant à la religieuse portugaise Mécia de Jesus, originaire de Vila Viçosa, son voyage était sans mystère : comme on l’a déjà dit, elle accomplissait pour la deuxième fois le pèlerinage des Indes à Jérusalem (ibid., 221-222). Simão Fernandes, qui l’avait escortée lors du précédent voyage, l’accompagnait à nouveau, se servant d’elle comme « couverture »49.

  • 50 Après avoir repris l’île de Djerba aux Espagnols en 1560, le grand amiral Piyale Pacha avait débar (...)

50Le parcours entre Ormuz et la côte levantine fut émaillé de péripéties. L’époque, il est vrai, avait été mal choisie : en dépit des négociations diplomatiques, relancées entre 1562 et 1565, les rapports entre le Portugal et la Porte étaient une fois de plus tendus. La conjoncture internationale était également défavorable aux Occidentaux. Mestre Afonso entreprit son voyage la dernière année du règne de Soliman le Magnifique, après l’échec du siège de Malte, au moment où les Turcs préparaient leur revanche. En 1566, Piyale Pacha débarquait sur l’île de Chio, dernière possession génoise dans l’archipel égéen50.

  • 51 Son déguisement était parfait, puisqu’il fut pris pour un prêtre arménien à la douane de Birédjik, (...)
  • 52 Sur l’argent luso-indien, et les différentes équivalences des pardaus, v. les indications de Jean (...)
  • 53 Le topos des Arméniens « grands buveurs de vin » apparaît aussi dans Tenreiro. Mestre Afonso, lui, (...)

51Le climat malsain qui régnait autour des colonies occidentales en territoire ottoman avait forcé les Vénitiens à enterrer leurs biens (Águas, 1991, 216). Conscient des dangers qui pesaient sur eux, Mestre Afonso prit les nécessaires précautions en se déguisant en marchand arménien (ibid., 205)51. Mais la mort de João Jorge Araguzeo, suivie de celle de Mécia de Jesus ont singulièrement compliqué le voyage. Le trésor transporté par la religieuse – pierres précieuses, perles, bijoux et pièces d’or – dont Mestre Afonso avait fait l’inventaire avant que celle-ci ne décède, devint un sujet de dispute entre l’Arménien, le Portugais et le Vénitien. Chacun en revendiqua la possession, et leurs tentatives pour dissimuler le conflit qui les divisait ne fit qu’enfler la rumeur qui courait déjà dans la caravane, colportée par trois Juifs de Kachan. Deux d’entre eux, des informateurs du capitaine portugais d’Ormuz, s’étaient écartés des marchands turcs pour faire bande à part. Les discussions – fallait-il ou non faire arrêter les étrangers et reverser le trésor de plus de trois mille pardaus aux autorités ottomanes ? – occupaient leurs journées52. Avec un art consommé de la diplomatie, Mestre Afonso réussit à neutraliser ses deux adversaires et le reste de la caravane jusqu’à Alep. Le plus coriace était sans doute Simão Arménio, emporté, récriminateur et buveur plus que de raison53. À Alep, le trésor de Mère Mécia fut néanmoins ouvert devant témoins, inventorié une nouvelle fois et confié au consul vénitien, avec les instructions nécessaires pour qu’il le remette à un prêtre de Jérusalem. Ces démarches effectuées, Mestre Afonso s’empressa d’avertir les réseaux levantins de sa présence à Alep. Il pria le consul vénitien, qui se préparait à envoyer un courrier au bayle de Constantinople, d’inclure quelques lignes dans sa lettre pour annoncer son arrivée au consul portugais à Venise ; ce dernier devait transmettre la nouvelle à l’ambassadeur à Rome, qui la ferait parvenir à Dom João III, à Lisbonne (Águas, 1991, 216).

  • 54 La pedra bazar était une concrétion enlevée des entrailles des chèvres sauvages de la province de (...)

52Trois jours avant son départ pour Tripoli, Mestre Afonso reçut la visite d’un autre informateur, un Juif appelé David, envoyé par le gouverneur des Indes avec des instructions pour l’escorter jusqu’à Venise (ibid., 227). S’agit-il de David Moço, cet agent auquel, en 1555, des instructions royales priaient João de Lisboa de remettre au Caire 100 cruzados avant qu’il ne parte pour l’Inde (ANTT/CC, I, 86, 120 : supra, n. 39) ? Cependant, les relations entre les deux personnages tournèrent vite à l’aigre. David avait dépensé les cent cruzados qui lui avaient été alloués pour les dépenses du voyage, dans l’achat de pierres semi-précieuses – des grenats – et de fines perles noires du Bengale, très appréciées à Venise, qu’il comptait revendre à bon prix dans la ville adriatique ; il avait également acquis une « pierre bazar » d’une valeur de 50 cruzados54. Une lettre fut promptement confiée à Simão Fernandes Arménio, opportunément renvoyé en Inde via Ormuz, pour demander au capitaine de la forteresse de châtier l’espion indélicat. D’autres dispositions furent prises dans la foulée des départs : l’esclave turc de Mestre Afonso, qu’il souhaitait affranchir au Portugal, resta finalement à Alep, caché dans la maison d’un Arménien. Cet autre informateur, apprend-on dans l’Itinerário, « homme riche et de bien », avait été à Ormuz ; il appartenait aux réseaux du capitaine de la forteresse, puisque Mestre Afonso était porteur d’une lettre pour lui (Águas, 1991, 218).

  • 55 L’île de Chypre, et le port de Salinas en particulier, étaient une plaque tournante du renseigneme (...)
  • 56 Corpo, 1862-1936, VII [1880], 153. ANTT/CC, I, 88, 29. Leal, Silva, Santarem, 1876, XIII (Lourenço (...)

53Le voyage entre Tripoli de Syrie et Chypre se déroula sans encombre. Son bagage, une malle en cuir de Constantinople dans laquelle il avait fourré quelques hardes et le manuscrit de sa relation (mais non les lettres secrètes du gouverneur), fut dépêché par avance par Mathio de Mathio, facteur des Vénitiens à Alep, vers Salinas de Chypre (Larnaca), où l’attendait le facteur Fabricio de Lignano, recommandé par un autre « marchand » d’Alep55. Mestre Afonso débarqua à Venise le 16 juin 1566 ; il descendit chez le consul espagnol, Thomaz de Carnoça, homme « très honorable », selon ses propres mots. De fait, tout honorable qu’il fût, Thomaz de Carnoça n’était rien moins que l’un des maîtres espions de Dom João III à Venise, un chef de réseau très apprécié à Rome, aussi bien par l’ambassadeur Dom Afonso de Lencastre, que par son successeur Lourenço Pires de Távora. Dom Afonso de Lencastre écrivait en effet au souverain en 1552 pour suggérer l’octroi de la charge de consul (« consul de nação ») à Carnoça, un informateur très fiable (« avisa muy certo »)56. C’est par son intermédiaire d’ailleurs que le souverain s’apprêtait à recruter en 1553 un Juif, moyennant la somme considérable de 200 cruzados en échange d’informations sur les Indes (ANTT/CSV, VI, 113a-114b. Couto, 1990, 245, n. 8, 9).

  • 57 ANTT/CSV, VI, 190.

54Si l’activité des réseaux de renseignement, conséquence de l’ouverture de nouveaux espaces, a beaucoup compté dans la construction de l’Empire asiatique portugais en contribuant à combler les énormes distances qui faisaient regretter à Dom João III d’être « si loin de ses sujets et si incapable de leur porter secours, sans que ce soit d’une année à l’autre57, » la masse des informations rapportées à Lisbonne par Tenreiro, Mestre Afonso, Simão Fernandes Arménio et tant d’autres, ont également aidé le Portugal, pendant plusieurs décennies, à préserver cet Empire. Par ailleurs, l’information secrète a été un instrument important dans la partie de bras de fer qui s’est jouée entre Ottomans et Portugais dans l’océan Indien : elle a notamment permis de déjouer la pression exercée par la Porte auprès des princes du sous-continent, rivaux du Portugal.

55L’emploi d’agents arméniens a facilité l’accès des informateurs à des régions jusque-là inconnues des Portugais, et qui, dans la deuxième moitié du 16e siècle, allaient prendre une importance stratégique. Après 1550 en effet, pour conserver son Empire asiatique, le Portugal mit à nouveau tous ses espoirs dans la possibilité d’une entente avec la Perse, entente permettant, avec l’appui des Habsbourg, d’écarter le danger ottoman aussi bien des rives de la Méditerranée que des confins de l’océan Indien (Aubin, 1980, 45-88. Subrahmanyam, 1995, 464-465).

Bibliographie

Bibliographie

Águas, N., 1991. Viagens por Terra da Índia a Portugal. António Tenreiro e Mestre Afonso, Lisbonne, Publicações Europa-América.

Albuquerque, L. de; Cortesão, A., éds., 1968-1982. Obras completas de D. João de Castro, 4 vols., Coïmbre, Academia Internacional de Cultura Portuguesa.

Albuquerque, L. de; Guerreiro, I., 1985. «Khoja Shams-ud-din, comerciante de Cananor na primeira metade do século XVI», in II Seminário international de história indo-portuguesa. Actas (Lisboa, 20-24 de outubro de 1980), Lisbonne, Instituto de Investigação Científica Tropical, Centro de Estudos de História e Cartografia Antiga.

Albuquerque, L. de; Domingues, F. C., éds., 1994. Dicionário de história dos descobrimentos Portugueses, 2 vols, Lisbonne, Caminho.

Almeida, M. Lopes de, éd., 1976. Francisco de Andrada, Crónica de D. João III, Porto, Lello e Irmão [1613].

Almeida, M. Lopes de, éd., 1979. Fernão Topes de Castanheda. História do descobrimento e conquista da Índia pelos Portugueses, I, Porto, Lello e Irmão.

Andrade, A. A. Bahia de, 1985. «Gaspar Correia, primeiro historiador portugués do Oriente?» in II Seminàrio internacional de história indo-portuguesa. Actas (Lisboa, 20-24 de outubro de 1980), Lisbonne, Instituto de Investigação Científica Tropical, Centro de Estudos de História e Cartografia Antiga.

Ata, G., 1932. « Évolution de la médecine en Turquie », Bulletin de la Société française d’histoire de la médecine et de ses filiales, Paris, 26.

Atamian-Bournoutian, A., 1997. «Cilician Armenia», in Hovhannissian, R., The Armenian People from Ancient to Modem Times. I. The Dynastic Periods: from Antiquity to the Fourteenth Century, Los Angeles, Macmillan.

Aubin, J., 1971a. «Cojeatar et Albuquerque», Mare luso-indicum, Paris, Genève, 4 (2).

Aubin, J., 1971b. « Pour une étude critique de l’"Itinerario" d’António Tenreiro », Arquivos do Centro Cultural Português [Fondation Calouste Gulbenkian], Paris, 3.

Aubin, J., 1974. « Francisco de Albuquerque, un juif castillan au service de l’Inde portugaise (1510-1515) », Arquivos do Centro Cultural Português [Fondation Calouste Gulbenkian], Paris, 13.

Aubin, J., 1976. « L’ambassade du Prêtre Jean à D. Manuel », Mare luso-indicum, Paris, Genève, 3.

Aubin, J., 1980. « ‘Per viam Portugalensem’, autour d’un projet diplomatique de Maximilien II », Mare luso-indicum, Paris, Genève, 4.

Aubin, J., 1982. « Damião de Góis et l’archevêque d’Upsal », in Martins, J. V. de Pina, éd., Damião de Góis, humaniste européen, Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, Centre de recherches sur le Portugal de la Renaissance.

Aubin, J., 1987. « Mercés manuelinas de 1519-1520 para a Índia », in Domingos, F. C., Barreto, L. F., éds., A abertura do mundo. Estudos de história dos descobrimentos europeus em homenagem a Luis de Albuquerque. II, Lisbonne, Editorial Presença.

Aubin, J., 1996. « Duarte Galvão », in Aubin, J., éd., Le latin et l’astrolabe. Recherches sur le Portugal de la Renaissance, son expansion en Asie et les relations internationales, I, Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, Centre culturel portugais ; Lisbonne, Comissão Nacional para a Comemoração dos Descobrimentos Portugueses.

Aymard, M., 1973. « Épidémies et médecins en Sicile à l’époque moderne », Annales cisalpines d’histoire sociale, Pavie, 1 (4).

Bacqué-Grammont, J.-L., 1976. « Un rapport ottoman sur António Tenreiro », Mare luso-indicum, Paris, Genève, 3.

Baião, A., 1923. Itinerários da Índia a Portugalpor terra, Coïmbre, Imprensa da Universidade.

Baião, A., éd., 1927. Pantaleão d’Aveiro, Itinerário de Terra Sancta e suas particularidades, Coïmbre, Imprensa da Universidade [1593].

Barros,, João de, 1965 [1552-1553]. V. Cidade, E.  ; Múrias, M., éds., 1965.

Barros, João de, 1974 [1552-1553]. Ásia, de Joam de Barros. Dos feites que os Portugueses fizeram no descobrimento e conquista dos mares e terras do Oriente. Segunda década. Lisbonne, Imprensa nacional - Casa da Moeda.

Bedrosian, R., 1997. «Armenia during the Seljuk and Mongol Periods», in Hovhannissian, R., The Armenian People from Ancient to Modern Times. I. The Dynastic Periods: from Antiquity to the Fourteenth Century, Los Angeles, Macmillan.

Berbérian, H., Gulbenkian, R., 1971. « La légende de David de Sassoun d’après deux voyageurs portugais du XVIe siècle », Revue des études arméniennes, n. s., Paris, 8. [Repris dans Gulbenkian, 1995,1]

Cidade, E.; Múrias, M., éds., 1965. Ásia, de João de Barros. Dos feites que os Portugueses fizeram...Primeira Década, I, Lisbonne, Agência Geral das Colônias [1552-1553].

Corpo, 1862-1936. [Silva, A. R. da; Leal, J. da Silva Mendes, et ai, éds] Corpo diplomático portugués, contendo os actos e relações politicas e diplomaticas de Portugal com diversas potencias do mundo desde o seculo XVI até os nossos dias..., 15 vols., Lisbonne, Academia Real das Sciências.

Cortesão, A., éd., 1978. A Suma Oriental de Tomé Pires e o Livro de Francisco Rodrigues, Coïmbre, Imprensa da Universidade.

Costa, L. F., 1997. Naus e galeões na ribeira de Lisboa. A construção naval no século XVI para a rota do Cabo, Cascais, Patrimonia Histórica.

Costa, L. F., 1998. «A ribeira das naus de Lisboa, a rota do Cabo e os circuitos comerciais europeus no século XVI», in Matos, A. T. de; Thomaz, L. F. Ferreira Reis, eds., A Garnira da Índia e as rotas dos estreitos. VIII Seminário international de história indo-portuguesa, Angra do Heroísmo, Comissão Nacional para a Comemoração dos Descobrimentos Portugueses; Fundação Oriente; Secretaria Regional da Saúde e Segurança Social do Governo Regional dos Açores.

Costa, J. P. da, 1985. «Gaspar Correia e a lenda do apóstolo S. Tomé», in II Seminário internacional de história indo-portuguesa. Actas (Lisboa, 20-24 de outubro de 1980), Lisbonne, Instituto de Investigação Científica Tropical, Centro de Estudos de História e Cartografia Antiga.

Couto, D., 1983. Couto-Potache, D., « L’itinéraire de Mestre Afonso : regards d’un Portugais du XVIe siècle sur l’Iran et la Turquie », communication au congrès international Os descobrimentos Portugueses et a Europa do Renascimento, Lisbonne, Fondation Calouste Gulbenkian, 19-25 juin 1983.

Couto, D., 1990. « L’espionnage portugais dans l’Empire ottoman au XVIe siècle », in Aubin, J. éd., La Découverte, Le Portugal et l’Europe : actes du colloque. Paris, 26, 27 et 28 mai 1988, Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, Centre culturel portugais.

Couto, D., 1996. « Luís de Camões et Garcia da Orta », Autrement, Paris, 41.

Couto, D., 1998a. « Quelques observations sur les renégats portugais en Asie au XVIe siècle », Mare liberum, Lisbonne, n. s., 16.

Couto, D., 1998b. «No rasto de Hadim Suleimão Pacha: alguns aspectos do comércio do mar Vermelho nos anos de 1538-1540», in Matos, A. T. de; Thomaz, L. F. Ferreira Reis, éds., A Garnira da Índia e as rotas dos Estreitos. Actas do VIII Seminário de história indo-portuguesa, Angra do Heroísmo, Comissão Nacional para a Comemoração dos Descobrimentos Portugueses; Fundação Oriente; Secretaria Regional da Saúde e Segurança Social do Governo Regional dos Açores.

Couto, D., 2000. « L’itinéraire d’un marginal : la deuxième vie de Diogo de Mesquita », Arquivos do Centra Cultural Calouste Gulbenkian, Paris, 39.

Couto, D. ; Castro, X. de, éds., 1996. Voyage à Mozambique et Goa : la relation de Jean Mocquet, 1607-1610, Paris, Chandeigne.

Cruz, M. A. Lima, 1998. «As viagens extraordinárias pela rota do Cabo (1505-1570)», in Matos, A. T. de; Thomaz, L. F. Ferreira Reis, éds., A Garnira da Índia e as rotas dos estreitos. VIII Seminário international de história indoportuguesa,, Angra do Heroismo, Comissào Nacional para a Comemoração dos Descobrimentos Portugueses; Fundação Oriente; Secretaria Regional da Saúde e Segurança Social do Governo Regional dos Açores.

Cunha, A. Cannas de, 1995. A Inquisição no Estado da Índia. Origens (1539-1560), Lisbonne, Arquivos Nacionais da Torre do Tombo.

Disney, A., 1998. «The Gulf Route from Índia to Portugal in the Sixteenth and Seventeenth Centuries: Couriers, Traders and Image-makers», in Matos, A. T. de; Thomaz, L. F. Ferreira Reis, éds., A Garnira da Índia e as rotas dos estreitos. VIII Seminàrio international de história, Angra do Heroísmo, Comissão Nacional para a Comemoração dos Descobrimentos Portugueses; Fundação Oriente; Secretaria Regional da Saúde e Segurança Social do Governo Regional dos Açores.

Dols, M. W., 1977. The Black Death in the Middle East, New Jersey, Princeton University Press.

Duarte, M. Marques, éd., 1976. António Pinto Pereira, História da Índia no tempo em que govemou o visorei D. Luis de Ataíde, Porto, Lello e Irmão [1617].

Farinha, A. Dias, 1991. «Os Portugueses no golfo Pérsico (1507-1538). Contribuição documental e critica para a sua história», Mare liberum, Lisbonne, 3.

Felner, R. G. de Lima, éd., 1921-1969 [1858-1864], Gaspar Correia. Lendas da Índia, 7 vols., Lisbonne, Academia Real das Sciências.

Ficalho, F. M. de Melo Breyner, conde de, éd., 1987 [1891-1895]. Garcia da Orta, Coloquios dos simples e drogas ne cousas mediçinais da Índia, 2 vols., Lisbonne, Imprensa Nacional - Casa da Moeda [1563].

Fonseca, Q. da, 1935. «A fusta de Diogo Botelho», Memórias da Academia das Ciências de Lisboa. Classe de letras, Lisbonne, 1.

Garsoïan, N., 1997. «The Aršakuni Dynasty»; «The Independent Kingdoms of Medieval Armenia», in Hovhannissian, R., éd., The Armenian People from Ancient to Modern Times. I. ’The Dynastic Periods: from Antiquity to the Fourteenth Century, Los Angeles, Macmillan.

Godinho, V. Magalhães, 1981-1983 [1963-1965], Os descobrimentos e a economia mundial, 4 vols., Lisbonne, Editorial Presença.

Goertz, R. O. W., 1985. « Attack and Defense Techniques in the Siege of Chaul, 1570-1571 », in II Seminàrio international de história indo-portuguesa. Actas (Lisboa, 20-24 de outubro de 1980), Lisbonne, Instituto de Investigação Científica Tropical, Centro de Estudos de História e Cartografia Antiga.

Gulbenkian, R., 1969. «Os quatro evangelhos em Persa da Biblioteca nacional de Lisboa, O Grão Mogol, os Jesuítas e os Arménios», Anais da Academia Portuguesa da História, lisbonne, sér. 2, 25. [Repris dans Gulbenkian, 1995, I]

Gulbenkian, R., 1972. «Jacome Abuna, an Armenian Bishop in Malabar (1503-1550)», Arquivos do Centro Cultural Portugais, Paris, 4. [Repris dans Gulbenkian, 1995, I]

Gulbenkian, R., 1980. « Les relations entre l’Arménie et le Portugal du Moyen Âge au XVIe siècle », Revue des études arméniennes, n. s., Paris, 14. [Repris dans Gulbenkian, 1995, I]

Gulbenkian, R., 1994. « L’habit arménien, laissez-passer oriental pour les missionnaires, marchands et voyageurs européens aux XVIe et XVIIe siècles », Revue des études arméniennes, Paris, n. s., 25.

Gulbenkian, R., 1995. Estudos Históricos, I, Relações entre Portugal, Armenia e Médio Oriente. II. Relações entre Portugal, Irão e Medio-Oriente. III. Varia, 3 vols., Lisbonne, Academia Portuguesa da História.

Halfter, P., 1996. Das Papsttum und Die Armenier im Frühen und Hohen Mittelalter, Köln, Weimar, Wien, Böhlau.

Kouymjian, D., 1997. «Armenia from the Fall of the Cilician Kingdom (1375) to the Forced Immigration under Shah Abbas (1604)», in Hovhannissian, R,, éd., The Armenian People from Ancient to Modem Times. II. Foreign Domination to Statehood: the Fifteenth Century to the Twentieth Century, Los Angeles, Macmillan.

Lanz, K., 1844. Correspondenz des Kaisers Karl V. Aus dem königlichen Archiver und der Bibliothèque de Bourgogne zu Brüssel. I. 1513-1532. Leipzig, Brockhaus.

Leal, J. da Siva Mendes; Silva, L. A. de; Santarem, M. F. de Barros, Visde de, éds., 1876. Quadro elementar das relações políticas e diplomáticas de Portugal com as diversas potencias de mundo, desdeo principio da monarquia portugueza até aos nossos dias. XIII, Paris, J. P. Aillaud; Lisbonne, Academia Real das Sciências.

Lião, D. Nunez de, 1796. Leis extravagantes collegidas e relatadas pelo licenciado Duarte Nunez do Lião per mandado do muito alto e muitopoderoso rei Dom Sebastião Nosso Senhor. Coïmbre, Real Imprensa da Universidade [1569],

Mantran, R., éd., 1989. Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard.

Matos, L. de, 1971. «Alguns manuscritos ultramarinos da Biblioteca nacional de Lisboa», Boletim international de bibliografia luso-brasileira, Lisdonne, 12 (1).

Matos, L. de, 1972. Das relações entre Portugal e a Persia (1500-1758). Catálogo bibliográfico da Exposição comemorativa do XXV centenário da monarquia no Irão, Lisbonne, Fundação Calouste Gulbenkian.

Mendonça, H. Lopes de; Pato, R. A. de Bolhão, eds., 1884-1935. Cartas de Afonso de Albuquerque, seguidas de documentos que as elucidam, 7 vols., Lisbonne, Academia Real das Ciências.

Milanesi, M., éd., 1978-1988. Giovanni Battista Ramusio, Navigazioni e Viaggi, 6 vols., Turin, Einaudi [1563-1606].

Mundadan, A. M., 1967. The Arrival of the Portuguese in Índia and the Thomas Christians under Mar Jacob: 1458-1552, Bengalore, Dharmaran College.

Neil, S. C., 1984. History of Christianity in Índia from the Beginning to A.D. 1707, Cambridge, Cambridge University Press.

Ohronlu, C., 1970. «Hint kaptanliği ve Piri Reis», Belleten [Turk tarih kürümü], Ankara, 24 (134).

Oliveira e Costa, J. P., 1994. «Os Portugueses e a cristandade siro-malabar (1498-1530)», Studia [Centro de Estudos Históricos Ultramarinos / Instituto de Investigação Cientifica Tropical], Lisbonne, 52.

Pinto, A. A. da Silva, 1844, 1845. «[Mestre Afonso, Itinerário]», Annaes maritimes e coloniais [Associação Maritima e Colonial], Lisbonne, Imprensa Nacional, série 4 (parte não official) ; série 5 (parte não official).

Preto, P., 1978. «Peste e società a Venezia nel 1576», Studi veneziani, Pise, 7.

Pyrard de Laval, F., 1998 [1611, 1615]. Voyage de Pyrard de Laval aux Indes orientales (1601-1611), Paris, Chandeigne.

Rego, A. da Silva, éd., 1991-2000 [1947-1958]. Documentação para a história das missões do padroado português do Oriente. Índia. I. 1499-1522 (1991). II. 1523-1543 (1991). III. 1543-1547 (1992). IV. 1548-1550 (1992). V. 1551-1554 (1993). VI. 1555-1558 (1993). VII. 1559 (1994). VIII. 1560-1561 (1994). IX. 1562-1565 (1995). X 1566-1568 (1995). XI. 1569-1572 (1996). XII. 1572-1582 (1996). XIII. (2000). 13 vols., Lisbonne, Commissão Nacional para as Comemorações dos Descrobimentos Portugueses.

Ribeiro, L., 1959. «A viagem da Índia a Portugal por terra, feita por António Tenreiro», Studia [Centro de Estudos Históricos Ultramarinos / Instituto de Investigação Cientifica Tropical], Lisbonne, 3.

Richard, J., 1977. La papauté et les missions d’Orient au moyen âge (XIIIe-XVe siècles), Rome, École française de Rome.

Rivara, J. H. da Cunha, 1865. Arquivo português oriental. Fasc. 5-2, Bastorá, Nova Goa, Imprensa Nacional.

Rodgers, F. M., 1962. The Quest for Eastern Christians. Travels and Tumor in the Age of Discovery, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Roth, C., 1948. The House of the Nasi, 2 vols., Philadelphie, Jewish Publications Society.

Roth, C., 1990. Doña Gracia Nasi, Paris, L. Levi.

Sanudo, M., 1899. Diarii di Marino Sanudo... LIV, Venise, A spese degli Editori [G. Berchet, N. Barozzi, M. Allegri].

Schurhammer, G., 1972. «Armenian Bishops in Malabar?» Arquivos do Centro Cultural Portugais, Paris, 4.

Slessarev, V., 1959. Prester John. The Letter and the Legend, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Sousa, A. C. de, 1946-1954 [1735-1748]. [Almeida, M. L. de, éd.], História genealógica da casa real portuguesa, 13 vols., Coïmbre, Atlântida.

Sousa, M. Correia de; Vaz, J. Ferraro, 1980. Dinheiro luso-indiano. Indo-Portuguese Money, Braga, Barbosa & Xavier.

Subrahmanyam, S., 1995. «A Matter of Alignment: Mughal Gujarat and the Iberian World in the Transition of 1590-91», Mare liberum, Lisbonne, 9.

Tavares, M. J. P. Ferro, 1986. Judeus de Sinal em Portugal no século XVI, Lisbonne, Universidade Nova de Lisboa, Centro de História da Cultura.

Tavares, M. J. P. Ferro, 1988. «Judeus, Cristãos-novos e os descobrimentos Portugueses», Sefarad, Madrid, 48.

Tavim, J. A. Rodrigues da Silva, 1993. «Abraão Benzamerro, “Judeu de Sinal”, sem Sinal, entre o Norte de Africa e o Reino de Portugal», Mare liberum, Lisbonne, 6.

Tavim, J. A. Rodrigues da Silva, 1994. «Os Judeus e a expansão portuguesa na Índia durante o século XVI. O Exemplo de Isaac do Cairo: espião, “lingua” e “Judeu de Cochim de cima”», Arquivos do Centra Cultural Calouste Gulbenkian, Paris, 33.

Tavim, J. A. Rodrigues da Silva, 1997a. Os Judeus na expansão portuguesa em Marrocos durante o século XVI: origens e actividades duma comunidade, Braga, Edições Distitral APPACDM.

Tavim, J. A. Rodrigues da Silva, 1997b. [Compe rendu de: Cannas da Cunha, A., 1995], Mare liberum, Lisbonne, n. s., 13.

Tavim, J. A. Rodrigues da Silva, 1999. «O intérprete judeu nos “grandes espaços” do Oriente», in J. Guinsburg, éd., Em nome da fé. Estudos in memoriam de Elias Lipiner, São Paolo, Perspectiva.

Thomaz, L. F. Ferreira Reis, 1990. « L’idée impériale manuéline », in Aubin, J. éd., La Découverte, le Portugal et l’Europe : actes du colloque. Paris, 26, 27 et 28 mai 1988, Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, Centre culturel portugais ; J. Touzot.

Thomaz, L. F. Ferreira Reis, 1991a. «A carta que mandaram os Padres da Índia, da China e da Magna China: urn relato striaco da chegada dos Portugueses ao Malabar e o seu primeiro encontro com a Hierarquia Cristão local», Revista da Universidade de Coimbra, Coïmbre, 36.

Thomaz, L. F. Ferreira Reis, 1991b. «A lenda de São Tomé apóstolo e a expansão portuguesa», Lusitania sacra, Lisbonne, 2 (3).

Thomaz, L. F. Ferreira Reis, 1994a. «Prestes João», in Albuquerque, L. de; Domingues, F. C., éds., Dicionário de história dos descobrimentos Portugueses. II, Lisbonne, Caminho.

Thomaz, L. F. Ferreira Reis, 1994b. «O projecto imperial Joanino (Tentativa de interpretação global da política ultramarina de D. João II)», in De Ceuta a Timor, Linda-a-Veilha [Portugal], Difusão Editorial.

Thomaz, L. F. Ferreira Reis, 2002. « Entre l’histoire et l’utopie : le mythe du Prêtre Jean », in Les civilisations dans le regard de l’autre. Actes du colloque international, Paris, 12-14 décembre 2001, Paris, Unesco, 2002.

Thomaz, L. F. Ferreira Reis, 2004. « La présence iranienne autour de l’océan Indien au XVIe siècle d’après les sources portugaises de l’époque », Archipel, Paris, 68.

Vidal, F. G. P., 1938. «Uma nova lição da “Viagem por Terra” de António Tenreiro», in [Primeiro] congresso do história da expansão portuguesa no mundo, [Public. IIa. Secção II. Portugueses no Oriente], Lisbonne, Ministério das Colónias, 1938.

Viterbo, S., 1897. «Viagens da Índia a Portugal por terra e vice-versa», O Institute, Coïmbre, 44 (7).

Viterbo, S., 1898. «Noticia sobre alguns medicos Portugueses ou que exerceram a sua profissão em Portugal», Subsídios para a historia da medicina portuguesa, extrahido do Jornal da Sociedade das sciências méditas de Lisboa, 4a série, Lisbonne, Imprensa Nacional.

Wicki, J., 1948-1988. Documenta indica. I. 1540-1549 (1948). II. 1550-1553 (1950). III. 1553-1557 (1954). IV. 1557-1560 (1956). V. 1561-1563 (1958). VI. 1563-1566 (1960). VII. 1566-1569 (1962). VIII. 1569-1573 (1964). IX. 1573-1575 (1966). X. 1575-1577 (1968). AT. 1577-1580 (1970). XII. 1580-1583 (1972). XIII. 1583-1585 (1975). XIV. 1585-1588. XV. 1588-1592. XVI. 1592-1594. XVII-XVIII. 1595-1597 [2 vols.], 18 vols., Rome, Institutum historicum Societatis Iesu.

Notes

1 Sur l’utilisation du chiffre : Arquivos Nacionais da Torre do Tombo, Lisbonne (dorénavant ANTT), Colecção São Vicente (dorénavant CSV), I, 190a (instructions de Dom João III à Antonio de Saldanha, ambassadeur auprès de Charles Quint, d’Almeirim, le 16 février 1552). Saldanha est prié d’utiliser le chiffre pour les informations dangereuses : « Ytem levaeys huua cifra pela qual me escrevereys aquelas cousas em que vos parecez que avera periguo. Não mas escreverdes senam por ela scrita... ».

2 V. Fernão Lopes de Castanheda, História do descobrimento e conquista da Índia pelos Portugueses (Almeida, 1979, I, 8). On se souviendra du cas de l’envoyé de Dom João II en Éthiopie, le franciscain Antonio de Lisboa, empêché de voyager au-delà de la Palestine en raison de sa méconnaissance de l’arabe (Aubin, 1976, 3).

3 Frei Ambrosio de Melito à l’ambassadeur du Portugal à Rome en 1554, cité par Maria José Pimenta Ferro Tavares (1986, 342 et n. 10): «Per tanto Vostra Signoria illustrissima sia advertita di non communicare secreti di importanza a judei que ste tucto revelato secondo que que li veni imparo a loro vil guadaguo.»

4 Sur la question en général, v. les travaux de J. A. Rodrigues da Silva Tavim et d’Ana Cannas da Cunha. L’étude de cette dernière (Cunha, 1995, 52-57, 66-68. Compte rendu : Tavim, 1997b, 207-212) fournit plusieurs exemples de ces retournements, dont ceux de deux nouveaux-chrétiens, Diogo Gomes et João Bezerra, dit João Português de I.amego ou Muce Barcelai, hakham de la synagogue de Joseph Nassi à Constantinople. Également intéressant, le cas de Francisco Ferreira : ANTT, Inquisição de Lisboa, procès n° 8933, cf. Tavares, 1997, 307.

5 Exemple concernant la famille Adibe d’Azemmour dans Tavim, 1997a, 216-217. Autre exemple, celui de la fille d’Isaac du Caire : Tavim, 1994, 206-207.

6 Exposé de l’évolution de l’Église arménienne jusqu’au Moyen Âge dans Garsoïan (1997, 81-89, 171-176) et Atamian-Bournoutian (1997, 280-290). Sur l’union avec Rome, v. Richard (1977, 48-53, 195-225) et Haltfer (1996, 148 et sq.).

7 Sur cette confusion, dont fait état Andrea de Corsali écrivant de Cochin le 6 janvier 1516, d’après les Navigazioni e viaggi de Giovanni Battista Ramusio (Milanesi, 1978-1988, Il [1979], 32), v. Thomaz, 1991a, 119-181 (en particulier 141, n. 2). Les rapports entre chrétiens du Malabar et Portugais ont été étudiés par Oliveira e Costa (1994, 121-17) et Thomaz, (1991 A, 349-418). Pour une contribution indienne, v. Mundadan (1967), et pour le cadre général de la chrétienté en Inde, Neil (1984).

8 La tradition était fondée sur la traduction italienne d’une lettre attribuée au Prêtre Jean, circulant en Europe après la défaite des Seldjoukides contre les Qara-Khitai en 1141, mais forgée en réalité par Christian, archevêque de Mayence (1165-1183). Selon ce texte, le Prêtre Jean disposait d’une armée de 10.000 cavaliers et 100.000 fantassins. La lettre, adressée à l’empereur byzantin Manuel Comnène (1143-1180), aurait été envoyée à Frédéric Barberousse (Thomaz, 1994a, 919 ; 2002, 118-119). Sur le Prêtre Jean et le projet d’expansion du Portugal en général, consulter Slessarev (1959) et Rodgers (1962) ; nouvelles interprétations dans Aubin (1976,1-56) et Thomaz (1994b, 149-167).

9 «Dizem que trara comsiguo Dez mjll homes xpaãos armenjos & doutras naçõees...»

10 Sur les variantes du texte de l’Itinerário de Tenreiro et les éditions autres que celle de Neves Águas, infra, n. 32.

11 Il note cependant qu’en dépit de leur régime (pain, navets au vinaigre et autres légumes) ils boivent du vin. Mestre Afonso, dont il sera question plus loin, déclare que les Arméniens sont les meilleurs chrétiens : « os melhores cristàos » : (Âguas, 1991, 199). Les connaissances sur l’Église arménienne avaient été véhiculées par Mateus, l’ambassadeur arménien de la reine Éleni d’Éthiopie à Dom Manuel, envoyé au Portugal en 1514 (Aubin, 1976, 22-33). Roberto Gulbenkian (1995 [1980], 200) signale l’installation en 1453, à Porto, d’un groupe d’Arméniens rescapés de la conquête de Constantinople, arrivés au Portugal en apportant avec eux les reliques de saint Pantaléon, martyr à Nicomédie vers 305.

12 Sur la peste dans l’Empire ottoman, Dols (1977, 106), d’après le manuscrit de Tashköprüzade (968 H/1560). Voir, plus généralement, pour les régions méditerranéennes, Ata (1932), Aymard (1973, 12), Preto (1978, 16-17).

13 Lettre de Goa, de novembre 1548 (n° 29) : « Et non solamente si reconciliarà la Ethiopia alla Chiesa romana, ma anchora altre grande provintie de christiani, come sono la Armenia, Soria et Alessandria, perché della Ethiopia si potranno tucti informare delle cose della Chiesa romana. » À noter, dans une lettre du père Caspar Barzé (ou Barzeo) aux religieux de Coïmbre, envoyée d’Ormuz le 24 novembre 1550 (n° 93, ibid., IV, 524) qu’à Ormuz les Arméniens sont « aca cristianos, medio muchos moros, sin embargo de hazer grandes penitencias como hizieron los sanctos del hiermo de Armenia ».

14 Le décret 39 stipule que les Arméniens, comme les Géorgiens, doivent s’habiller comme les autres chrétiens. La Ley quefezo senbor viso rey a petição do concílio (1567, ibid., X, 411-412, n° 45) reprend la question dans les mêmes termes : « Que les chrétiens étrangers, tels Arméniens, Géorgiens, et n’importe quels autres, portent parasol (sombreiro) ou bonnet pour se différencier des infidèles, et que les femmes non chrétiennes portent, quand elles sont hors de leurs maisons, un petit bout d’étoffe rouge sur l’épaule découverte, sous peine de verser, dans le cas de l’Arménien, une amende d’une tanga et, dans le cas de la femme non chrétienne, un vintem, au bénéfice de qui les accuserait. »

15 Cette dernière phase est celle de la persécution inquisitoriale. Gulbenkian (1995 [1980], I, 204, n. 147 et 148) signale deux procès : Simão Carlos Arménio comparut en mars 1573 comme interprète de son compatriote Caspar ; Antonio de Sousa Arménio, beau-frère de Paulo Veneziano, qui vivait depuis deux ans dans la maison de « l’évêque d’Arménie », Paulo Pacheco, comparut le 16 juillet 1590, sous l’inculpation de sodomie. À Goa, en 1562, un certain Abração, arménien d’origine, « chrétien baptisé et fils de parents chrétiens », abjura de vehementi (Reportorio de tres mil oito centos processos, que sam todos os despachados neste sancto Oficio de Goa & mais partes da Índia do Anno de Mil & quinhentos & secenta & hum, que começou o dito sancto Officio até o anno de Mil & seis centos & vinte & tres, cõ a lista dos Inquisidores que tern sido nelle, e dos autos publicos da Fee, que se tern celebrado na dita cidade de Goa feito pello licenciado João Delgado Figueyra do Dezembargo de Sua Magestade, Promotor e Deputado do dito sancto Officio. Sendo lnquisidores os senhores Francisco Borges de Souza & João Fernandes de Almeida. Anno de MDCXXIII. Biblioteca nacional de Lisboa (dorénavant BNL), Reservados, cod. 203 [M 1, n° 1, auto 15], fol. 94) : cf. Couto (1998a, 75, n. 53). Sur la condamnation des Arméniens comme schismatiques : Gulbenkian, 1994, 371.

16 Dans la liste établie par Anthony Disney, Domingo Dias figure sous le n° 55. Disney mentionne un second Domingo Dias (n° 53) qui serait Arabe ; il est cité en 1595 pour une liaison Goa-Ormuz-Venise. Toutefois, le même informateur pourrait bien avoir effectué l’aller-retour Inde-Europe entre 1595 et 1597.

17 Disney a classé ses courriers en catégories, selon des critères de nationalité et d’activité : marchands, voyageurs, prêtres, émissaires, interprètes... Il n’a relevé que deux exemples d’espions, celui de Luís Figueira et de Francisco Fernandes, sur le trajet Goa-Suez-Alexandrie (1551-1552). Il se trouve néanmoins que tous les marchands, courriers, prisonniers et autres catégories mentionnées dans sa liste (au moins pour la première moitié du 16e siècle), étaient en réalité des informateurs. C’est le cas d’Antonio Tenreiro, de Fernão Dias, de Fernão Coutinho, d’Isaac du Caire, de Manasses, de João Jorge Araguzeo, de Mestre Afonso, etc.

18 Cf. ANTT/CSV, VI, 71a-77b : lettre de Lisbonne de Dom João III à Dom Afonso de Lencastre.

19 Pour d’autres détails biographiques : Aubin (1971b, 241), Bacqué-Grammont (1976, 161-173) ; esquisse biographique incomplète dans Albuquerque, Domingues, 1994, 1022-1023.

20 Coutinho avait été aussi contacté en 1542 par l’ambassadeur impérial à Venise, Diego Hurtado de Mendonza, en vue de fournir des informations secrètes à Charles Quint (Aubin, 1982, 247-248, n. 2). Sur son séjour à Venise avant d’entrer au service du roi du Portugal, voir la correspondance envoyée de Rome le 2 novembre 1542 par Baltasar de Faria (Corpo, 1862-1936, V [1874], 156).

21 Adressé probablement au grand vizir Ibrahim Pacha (avril 1525) le rapport du beylerbey du Diyar Békir, Husrev Pacha, fait état de cette conversion : « Mezbûr ‘Abdü-l-’allâm elci bile gitmeyüb orduda kalub müslümân olub bir müddet durub sene ihdà ve selesîn ve tis’ami’e. » Sur Diogo de Mesquita, Couto, 1998a, 70 et n. 40.

22 Sur ces différentes catégories : Couto, 1990, 249 (Turcs), 257 (Abyssins), 260 et sq. (Coptes). Les correspondances privées (par ex. celle du gouverneur Dom João de Castro) fourmillent de mentions sur des informateurs occasionnels arabes ou persans. En ce concerne les agents-relais, citons, parmi d’autres, Lourenço de Michaeli, affecté en 1552 au trajet Le Caire-Candie-Venise. Cet espion vécut longtemps au Caire, où la fréquentation de l’entourage du grand vizir lui facilitait l’obtention de renseignements ; confiés à un agent à Candie, ceux-ci étaient ensuite rédigés sous forme d’avvisi. De là Michaeli les portait ensuite à Venise, où son rapport était complété avec des informations données de vive voix à son chef de réseau (ibid., 254).

23 Hwaga (= khodja) Shams ud-din Guilani, grand marchand pardesi de Cananore, bien introduit auprès des milieux marchands de Djeddah, a été l’un des informateurs les plus efficaces du Portugal vers 1547 : voir ses lettres dans Albuquerque, Cortesão, 1968-1982, III [1976] 177 (23 mai 1546), 221 (17 juillet 1546), 403-404 (12 et 13 mai 1547) ; sur la carrière du personnage : Albuquerque, Guerreiro, 1985, 231-239 ; Thomaz, 2004, 118-121.

24 « Lei V. Que não entrem Armenios, Arabios, nem Persas no regno. [...] Per hum alvara do 14 de Agosto 1563, P 241 do livro 4 » (Lião, 1796 [1569], 553-554). Il existe à Lisbonne (BNL, Reservados, 9032 A) une autre version de la même loi, sur un seul feuillet, portant la même date mais avec un titre légèrement différent, rédigée par un certain Valerio Lopes : « Lei que não venham Arménios, Gregos, nem Pérsios »(Matos, 1972, 224). La consigne est réitérée dans une lettre du 9 décembre 1597 de Frei Aleixo de Meneses, archevêque de Goa. Cette dernière suit les dispositions de Philippe II d’Espagne (Ier du Portugal), qui, dans une lettre au vice-roi des Indes Dom Francisco da Gama, déclare le 28 février 1596 avoir donné l’ordre au capitaine d’Ormuz d’interdire discrètement l’entrée en Inde de Vénitiens, Arméniens et autres étrangers (Gulbenkian, 1995 [1969], 1,268-269, et n. 24). Sur ces dispositions visant à contrer l’espionnage : Couto, Castro (1996,20-21).

25 Lettre d’Ormuz du 24 novembre 1550 aux religieux de Coïmbre (Rego, 1991-2000, VII [1994], 524) ; autre lettre, du 10 décembre 1549, également d’Ormuz, signalant des Arméniens renégats, « armenios que já herão renegados » (Wicki, 1948-1988, I, 689, doc. 87-B). De son côté, le père Baltasar Gago, dans une lettre de septembre 1549, précise que les « Arméniens portent les vêtements des musulmans (avec des turbans), mais qu’ils sont chrétiens ; quant ils voyagent ils changent leurs habits ; ils maîtrisent beaucoup de langues » (ibid., 505, doc. 76).

26 Pour Barros, Khodja Bairam Armeneo était musulman, et moins fidèle aux Portugais que Khodja Ata. Pourtant, le voyage à Lisbonne et la récompense royale mentionnés par Barros abondent en faveur de sa fidélité. Sur le conflit luso-ormuzi de 1507 : Aubin, 1971a, 99-168.

27 ANTT, Corpo cronológico [dorévanant CC] I, 79,124.

28 ANTT/CC, I, 93, 1, fol. 4 [anc. cote: 12181]. «O comendador mor de Roma me escreveo que procuraçe a embarchaçam deste Simam Fernandes Armineo, ho que se fez con ha mor diligença se pude ele vem para enformar V.A. de tudo ho que sabe he tem visto dos negocyos de Persia he Índia he dos presos que fiquam no Cayro he por isso nam me alargare em mays particularidades somente dire a V. que por esse mesmo camihno (sic) quis saber a razam por que vihna (sic) muyta mays pymenta em Alexandria do acostumado no tempo pasado e me screverom que era em boa parte por culpa de alguus ofisies de vossa A. os quais por seus entereçes seram os olhos ao passar della....» Cf. Gulbenkian, 1995 [1971], I, 100, par. 3. Mestre Afonso dit par ailleurs de Simão Fernandes (Águas, 1991,131) qu’il n’y avait «aucune partie du monde où il ne fût allé».

29 Sur João de Lisboa et les captifs de Mascate : Couto, 1990, 260 sq., n. 62 sq. L’amiral turc Piri Reis vint attaquer Mascate en avril-mai 1552 avec une escadre de trente navires (Ohronlu, 1970, 4-6). Le capitaine de la place, João de Lisboa, se rendit le deuxième jour d’un siège qui en dura six (ANTT/CC, I, 89, 9). Conduit en captivité avec d’autres compagnons, sa trace se perd jusqu’en 1555, où, du Caire, il écrit à Dom João III pour l’informer de son rachat ainsi que du réseau d’espionnage qu’il avait monté en 1554 (ibid., I, 86, 120). Les démarches concernant le rachat ont été menées par le feitor de Beatriz de Luna, née Benveniste, la tante de Joseph Nassi (João Micas), duc de Naxos par la grâce de Sélim II. Couto, 1990, 260 sq. Roth, 1948. Id, 1990, chap. IV-V. Tavim, 1994, 165, n. 66 ; 1999, 219-220.

30 ANTT, Colecção de São Lourenço, II, 287 (lettre de Cochin, du 22 mars 1546). Albuquerque, Cortesão, 1968-1982, III [1976], 143.

31 Diogo Botelho Pereira avait déjà effectué, en décembre 1528, la liaison Mombassa-Lisbonne. Le voyage de 1535 de Diu à Lisbonne, dans une petite embarcation (une fuste) était destiné selon Correia (III/II, chap. LXIX : Felner, 1921-1969, III/II, [1931], 660-670) à apporter au roi la nouvelle de l’autorisation accordée par Bahadur Chah de construire la forteresse de Diu, et à doubler ainsi Simão Ferreira, l’envoyé officiel du gouverneur Nuno da Cunha. A. da Silva Rego (1991-2000, V [1993], 24-29), a publié une lettre du 15 juillet 1551 de Diogo Botelho Pereira, envoyée de l’île de Terceira (ANTT/CC, I, 86,68). Sur cet exploit : Fonseca, 1935.

32 Outre le texte édité par Antonio Baião (1923, 3-127) dans les Scriptores Rerum Lusitanorum [série B II] et par Neves Águas (1991), il existe deux autres variantes du rapport de Tenreiro : la première (Viagem por terra que António Tenreiro cavaleiro da caza del Rey nosso senhor fes de Hurmus a Portugal) a été publiée par Francisco Gavazzo P. Vidal (1938,109-128), et la seconde par Luciano Ribeiro (1959, 110-123). Le voyage de Mestre Afonso a été édité d’abord par Albano Antero da Silva Pinto (1844, 214-232, 255-269, 315-318, 344-353, 408-418 ; 1845, 27-31, 78-92, 121-133,165-179) ; une deuxième édition a été donnée par Baião (ibid, 129-309). Toutes deux reproduisent le ms. ANTT, Livraria 2262 (cf. Matos, 1971, 531-532).

33 La mission de 1528 avait été demandée par le gouverneur Lopo Vaz de Sampaio, en fonction de février 1526 au 15 janvier 1528.

34 Les dates du départ d’Ormuz, de l’arrivée à Bassorah et du départ de cette ville posent problème : celles de Castanheda (II/VII, chap. LXXI : Almeida, 1979, 489-490) ne coïncident pas avec celles de l’Itinéraire. Gaspar Correia (III/I, chap. III : Felner, 1921-1969, III/I, 316-317) ne donne pas de date de départ. Sur la question : Aubin, 1971b, 252.

35 L’Itinéraire de 1528 est un bref mémoire descriptif, une compilation hétéroclite et intrigante qui s’attache à noter les ressources naturelles, les productions, l’état des villes (Bassorah, Cocana, Doraceta, Tripoli de Syrie), ainsi qu’à fournir quelques précisions sur les us et coutumes (pêche aux huîtres perlières dans le golfe Persique, etc.) : Águas, 1991, 99-112).

36 Selon Bacqué-Grammont (loc. cit.), des marchands arméniens rencontrés dans le caravansérail lui conseillent d’apprendre un peu de turc et de prendre des précautions avant d’entamer son trajet en terre ottomane ; il s’agit en réalité du seigneur kurde de Hazo, qui lui a bien tenu ces propos.

37 On déduit de l’Itinerário (Águas, 1991, 60) que Tenreiro voyageait déguisé en marchand persan, puisqu’il parlait un peu cette langue.

38 Certains détails de l’Itinerário contredisent sa version. À Amid, Tenreiro est placé en résidence surveillée chez un notable turc qui le traite avec courtoisie, s’excusant de l’entraver (Águas, 1991, 64). Ensuite, son escorte turque lui hôte les fers jusqu’à Safed, mais le contact établi avec le Juif qui les héberge force ses géoliers à l’enchaîner à nouveau (ibid., 71). Une fois au Caire, en attendant d’être conduit devant Ibrahim Pacha, il se trouve logé chez un intime du grand vizir (cf. Bacqué-Grammont, 1976, 172-173).

39 Située à proximité des chantiers navals de Suez, Alexandrie était une plaque tournante du renseignement. Sur l’activité des espions au service du Portugal dans cette ville : Couto, 1998b, 502 (mission de Duarte Catanho, juillet 1540) ; id., 1990, 262 (mission de David Moço en rapport avec le réseau de João de Lisboa au Caire, 1555).

40 Il conviendrait d’examiner de plus près le tracé de cette route, afin de vérifier dans quelle mesure il coïncide, même sur quelques portions, avec celle des marchands. La question se pose également pour l’itinéraire de Mestre Afonso.

41 Concernant Micer André, la chronologie de Tenreiro est passablement embrouillée : l’arrestation du Vénitien est mentionnée dans l’Itinéraire de 1528 comme ayant eu lieu à la fin de cette année ; cependant celui-ci ne fut dénoncé à la Porte que fin 1529 ou début 1531, et Tenreiro, arrivé à Alep à la fin de 1528, ne pouvait pas avoir connaissance des déboires de Morosini. Sur les services de ce dernier : Lanz, 1844, 293-296 (instructions de Charles Quint à Jean de Balbi, Tolède, 18 février 1529), 379-380 (Balbi à l’Empereur, Alep, 17 février 1530), 385 (autre lettre, de Babylone, le 13 mai 1530). Les Vénitiens ne seront informés de la condamnation d’Andrea Morosini qu’au printemps 1531 comme on le voit dans les Diarii de Marino Sanudo (LIV, 1899, 413-414) : « Avisa come in Aleppo erra stà trovà che sier (sic) Andrea Morexini, fiol natural fo di sier Batista, havendo dà recapito a uno ambasator di l’imperator, andava al Sophi, et trovà le lettere del Sophi li scriveva di questo, unde il Signor havia ordinà fusse tira a coa di cavallo et poi impalato » (lettre du bayle Francesco Bernardo, de Constantinople, du 5 mars 1531). Au sujet de son exécution : ibid., 458 (Francesco Bernardo, de Constantinople, le 7 mai 1531).

42 « Viemos em grande trabalho de fome assim por andar de noite e de dia fugindo e desviando-nos de uma parte para outra por este deserto, ora afastando-nos do dito rio 15, 20 jornadas, ora tornando-nos outra vez para junto dele... » (Aguas, 1991, 94). À son insu, Castanheda (II/VII, chap. LXXII) révèle lui aussi qu’il s’agissait d’un voyage clandestin, puisqu’il indique que Tenreiro quitte Bassorah à deux heures du matin « pour ne pas être vu » (Almeida, 1979, 490).

43 Tenreiro ne parle pas de condamnation à mort, mais de rappel à Constantinople. Il mêle l’épisode des ambassadeurs de Charles Quint à celui d’un « Français » qui, venant d’Ormuz, avait gagné Alep par Bassorah, porteur d’un lot de pierres précieuses. Hébergé par Morosini, il s’était fait tuer ensuite en Turquie. Les Ottomans confisquèrent les pierres, mais, selon Tenreiro, Morosini fut impliqué dans le vol de l’une d’elles, un diamant de grand prix (Águas, 1991, 106). Caspar Correia mentionne le « grand marchand connu de Cristóvão de Mendonça » sans autre commentaire (III/I, chap. III : Felner, 1921-1969, III/I [1967], 317-318).

44 «A carta que trazia foi logo por mim queimada, por a grande suspeita e prova que com ela se pudera fazer».

45 Pour une étude préalable à l’édition critique (non publiée) : Couto, 1983.

46 Esquissée par Sousa Viterbo, la biographie de Mestre Afonso est à refaire. Selon Viterbo (1898, 41-43), il fut nommé chevalier par Afonso de Albuquerque en raison de sa participation à la conquête de Goa en 1510, et Dom João III lui confirma le privilège par diplôme du 18 mai 1524 (ANTT, Doações, Liv. 4, 42). Toutefois, s’il avait participé à la prise de Goa, Mestre Afonso ne pouvait avoir moins d’une vingtaine d’années en 1510, et serait donc né vers 1490 ; en 1565, date de son Itinerário, il aurait par conséquent 75 ans, âge trop avancé pour entreprendre un tel voyage au Proche-Orient, durant les plus rudes saisons (été et hiver). Parlant de Mécia de Jesus, morte de la peste en route, il trouve son décès naturel en raison de « son grand âge » (elle était sexagénaire) : on peut supposer que lui-même était moins âgé. D’autre part, il échappe à un grave accident en Arménie grâce à sa bonne condition physique. En fait, les livres de la chancellerie de Dom João III mentionnent une quinzaine d’homonymes. Douze d’entre eux sont à éliminer, leur carrière se situant aux alentours de 1520-1540. Une série de trois documents – une « autorisation de pratiquer la chirurgie » et deux confirmations de pension (1551 et 1566)-pourrait se rapporter en revanche à l’auteur de l’Itinerário.

47 Son nom apparaît dans une lettre du 9 décembre 1560 de Lourenço Pires de Távora (Lisbonne, Bibliothèque d’Ajuda, Cartas de Lourenço Pires de Távora, 49, 9, 38, f°134), qui dirigeait l’un des plus importants réseaux d’espionnage portugais dans le Levant dans les années 1550 : Lane, 1940 ; Couto, 1990, 251, n. 27, 28. Le patronyme Joannes de Jorga Araguzeo aurait dû attirer l’attention de Roberto Gulbenkian, qui croit Araguzeo portugais (1995 [1971], 95 et n. 5). Notons par ailleurs que dans l’Itinerário, araguza et araguzeo désignent la ville et les habitants de Raguse (Águas, 1991, 243).

48 Parmi la vingtaine de prisonniers de Mascate, cinq au moins ont été utilisés comme informateurs dans le réseau du Caire : João de Lisboa (ANTT/CC, I, 86, 120) ; Antonio Pinto (Leal, Silva, Santarem, 1876, XIII, 198. Corpo, 1862-1936, IX [1886], 71-72, 89 [Lourenço Pires de Távora à Dom João III, Rome, 13 octobre 1560]) ; Sebastião Criado (ibid) ; Luis Alvares (ANTT/CC, I, 96, 135) ; Luís de Matos (ibid.).

49 Le passage de Mécia Pimenta à Jérusalem est signalé par Frei Pantaleão d’Aveiro (Baião, 1927, 221-222), qui visita les Lieux saints en 1563. Cette généreuse donatrice avait légué à l’église de Saint-Jacques du mont Sion des tapisseries en velours rapportées des Indes portugaises (ibid., 377).

50 Après avoir repris l’île de Djerba aux Espagnols en 1560, le grand amiral Piyale Pacha avait débarqué à Malte en 1565 à la tête d’une flotte de 181 voiles et de 25.000 hommes, renforcés par les troupes du bey de Tripoli, Turgut Reis. La pugnacité des défenseurs eut raison du long siège de quatre mois (Mantran, 1989, 155). Mestre Afonso fait allusion au siège de Malte, donnant des chiffres sensiblement différents : 197 galères, près de 100 galéotes et 10 nefs turques (Aguas, 1991, 214-215).

51 Son déguisement était parfait, puisqu’il fut pris pour un prêtre arménien à la douane de Birédjik, sur l’Euphrate. C’est à ce titre qu’il dut acquitter la somme d’un xaim, droit exigé des moines arméniens en route pour Jérusalem. Son intention était toutefois de s’habiller « en Vénitien » au-delà d’Alep. Cf. Gulbenkian, 1994, 373 et sq.

52 Sur l’argent luso-indien, et les différentes équivalences des pardaus, v. les indications de Jean Mocquet (Couto, Castro, 1996, 210-212, et 93 note). Cf. Sousa, Vaz, 1980, 63, 85, 97.

53 Le topos des Arméniens « grands buveurs de vin » apparaît aussi dans Tenreiro. Mestre Afonso, lui, décrit les banquets arméniens après le jeûne, comme une vaste beuverie à laquelle n’échappent pas même les enfants. Cf. supra, n. 11.

54 La pedra bazar était une concrétion enlevée des entrailles des chèvres sauvages de la province de Lar, en Iran. Une fois écrasée et diluée dans une potion, elle était utilisée dans le traitement du choléra (mordexim). Le grand botaniste goanais Garcia da Orta en parle au 16e siècle dans ses Coloquios... (Ficalho, 1987 [1891-1895], II, chap. XLV, 231-239). Parue en 1563 à Goa, cet ouvrage fut traduit par Charles de l’Écluse en latin (1567), par Annibal Braganti en italien (1576), et en français par Antoine Colin (1602). Couto, 1996, 191-198.

55 L’île de Chypre, et le port de Salinas en particulier, étaient une plaque tournante du renseignement portugais. Luís Alvares, agent de Dom João III, renseignait le souverain depuis Salinas en 1555 (ANTT/CC, I, 96, 135). Par ailleurs, un avviso anonyme de 1548 rapporte que les autorités locales venaient d’arrêter à Nicosie et de rembarquer aussitôt un espion portugais, un certain Zorzi (Jorge) Portogalese, qui avait débarqué déguisé en moine-pélerin : Archivio di Stato di Venezia, Capi dei Dieci, Lettere Rettori, provedittori ed altre cariche (terra-mare), CCX, dossier 289.

56 Corpo, 1862-1936, VII [1880], 153. ANTT/CC, I, 88, 29. Leal, Silva, Santarem, 1876, XIII (Lourenço Pires de Távora au roi, Rome, 13 octobre 1560). La charge a été confirmée par Dom João III en janvier 1553 par lettre à Dom Afonso de Lencastre (ANTT/CSV, VI, 112). En décembre de la même année on indiquait que les informations concernant le Turc devaient être communiquées à Thomaz de Carnoça (ibid., 184b). En 1560, celui-ci informait encore (Corpo, 1862-1936, VIII [1883], 355 : Lourenço Pires de Távora au roi, Rome, 14 février 1560).

57 ANTT/CSV, VI, 190.

Auteur

École pratique des hautes études, IVe Section (Sciences historiques et philologiques), Paris. (France)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540