Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Arméniens dans le commerce asiatique au début de l'ère moderne

 | 
Sushil Chaudhury
, 
Kéram Kévonian

III. Les Arméniens dans le commerce régional et inter-régional / Armenians in Regional and Inter-Regional Trade

8. L’Arménien Khodja Murad entre l’Éthiopie et les Indes Néerlandaises 1663-1699

Emeri Van Donzel

Texte intégral

  • 1 Cf. R. Pankhurst, infra, chap. 9.

1Khodja Murad, marchand arménien, était originaire des environs d’Alep1. Il naquit vers 1619 car Paulus de Roo, secrétaire du Haut Gouvernement à Batavia, écrit en 1693 que Murad avait à ce moment soixante-quatorze ans. 1675, il raconta qu’il avait vécu vingt-deux ans en Ethiopie. Il y serait donc arrivé en 1653 à l’âge de trente-cinq ans. Sa famille a dû être d’assez modeste condition: en effet, son éducation avait été si défectueuse qu’il ne pouvait ni lire ni écrire, pas même sa langue maternelle. Son neveu Murad Ibn Madlum (ou Mazlum), serviteur et cuisinier à Alep et au Caire, s’installa à Massaoua où il ouvrit un débit de boissons alcooliques, occupation considérée peu honorable (Basset, 1881, 383. Foster, 1949, xxviii. Legrand, 1728, 430). Il a dû partir de rien, puisqu’au début, avant de se lancer dans le commerce en Syrie et en Egypte, il ne dispose d’aucun argent (van Donzel, 1979, 142). On peut se demander s’il a changé son nom en quittant la Syrie.

2D’après Bernier, Murad était envoyé tous les ans à Moka par le roi d’Ethiopie, pour y vendre des esclaves et y acheter des marchandises indiennes. Ce même Bernier affirme que, chaque année, il apportait également des présents aux représentants des Compagnies anglaise et néerlandaise des Indes orientales, mais ces informations n’ont pu être confirmées par ailleurs. Khodja Murad est signalé pour la première fois à Surat. Il prétendait qu’il était un envoyé du roi d’Ethiopie (Fasiladas ?, 1632-1667) auprès de l’empereur mogol Aurangzeb. Au fameux médecin voyageur François Bernier (1620-1688), il déclara que le roi avait insisté pour que son compagnon musulman et lui-même se présentent à l’empereur en grande pompe. Le roi avait d’ailleurs contribué largement aux frais de la mission – un geste exceptionnel. Afin de constituer pour son voyage un fonds personnel, Murad avait vendu à Moka trente-deux jeunes esclaves, hommes et femmes. Les présents pour l’empereur consistaient en plusieurs chevaux, un zèbre, deux grosses défenses d’éléphant, de la civette dans une corne de boeuf, et vingt-deux autres esclaves, parmi lesquels de très jeunes, propres à devenir eunuques, comme Murad le fit observer à Bernier.

3En janvier 1664, Surat fut prise par Shivadji, le fondateur de la dynastie des Marathas. Murad fut fait prisonnier, mais bientôt il fut libéré après avoir cédé les présents; à un certain moment, il servit même d’intermédiaire entre Shivadji d’un côté et les Anglais et Néerlandais de l’autre. Ainsi dépouillé, il partit pour Delhi avec sa misérable suite d’esclaves. Grâce à l’intervention de Bernier, il fut néanmoins reçu en audience par l’empereur, qui accepta ses lettres de créance, sauvées à Surat. Curieux de ce pays inconnu qu’était l’Éthiopie, Aurangzeb reçut les envoyés une deuxième fois et leur remit une importante somme qu’il destinait à la reconstruction d’une mosquée édifiée en l’honneur d’un saint musulman originaire de La Mecque, et détruite par les Portugais. Bernier était choqué par le fait que le chrétien Murad eût promis à l’empereur d’intervenir à ce sujet auprès du roi chrétien d’Éthiopie. Il était mécontent aussi que les envoyés aient demandé à Aurangzeb un exemplaire du Coran et six livres considérés dans l’islam comme les plus importants, dont, malheureusement, Bernier ne mentionne pas les titres.

4Selon Nicolao Manucci (Irvine, 1907-1908, II, 109-114), qui avait rencontré Murad à Delhi, ce dernier lui aurait confié qu’il n’était pas le moins du monde ambassadeur du roi d’Éthiopie: lors de l’accession d’Aurangzeb au trône, il avait monté une supercherie. Il s’était associé avec un marchand musulman qui commerçait depuis l’Éthiopie avec l’Arabie et l’Indostan. Les deux compagnons faisaient croire à Fasiladas qu’il était le roi des instruments de musique, mais que le nouvel empereur de l’Inde en avait d’aussi magnifiques sans lui avoir demandé la permission de les posséder. Là-dessus, Fasiladas aurait donné l’ordre aux deux marchands d’aller lui chercher ces instruments. Ils auraient alors fabriqué des lettres de créance et acheté des esclaves. Manucci, citant le fameux in vine veritas, remarque qu’à Delhi Murad était un grand amateur de jâgra, une boisson alcoolique à base de sucre noir que l’on donnait aux chevaux et aux éléphants. Murad lui avait raconté cette histoire dans un état d’ivresse, mais l’avait confirmée alors qu’il était dégrisé. Les deux marchands auraient donc trompé le roi d’Éthiopie aussi bien que le grand Mogol et Bernier. Il n’a pas été possible de vérifier les indications, du reste assez vagues, selon lesquelles Murad, en retournant en Éthiopie, a visité la cour de Chah Abbas II (mort en 1666) à Tabriz.

5L’autre grand voyageur français du 17 e siècle, Jean-Baptiste Tavernier, raconte qu’en 1665 il rencontra à Surat un envoyé du roi d’Éthiopie. Il ne mentionne pas son nom, mais il est clair qu’il s’agit de Khodja Murad. Cette fois il présenta au grand Mogol quatorze chevaux – treize autres n’avaient pas survécu au voyage – un certain nombre de jeunes esclaves, hommes et femmes, et, ce qui faisait l’admiration de Tavernier, joaillier de profession, un arbre en or, haut de deux pieds et demi, muni d’une douzaine de branches du même métal (Ball, 1889, II, 125-126).

6Entre 1674 et 1698, Khodja Murad fit trois voyages aux Indes orientales, attestés dans les archives de la Compagnie unie des Indes orientales (Verenigde Oost Indische Compagnie), conservées à La Haye aux Archives nationales (Algemeen Rijksarchief). Toutefois on ne trouve pas dans ces archives la trace des visites que Murad, aux dires de Bernier, aurait rendues chaque année aux représentants des compagnies anglaise et néerlandaise. Le 6 septembre 1674, Murad arrivait de nouveau à Surat, accompagné de dix serviteurs. Les présents royaux destinés au gouverneur général à Batavia (Djakarta) étaient deux chevaux –deux autres étaient morts pendant le voyage – et deux zèbres. À sa demande, le directeur du comptoir néerlandais lui procura mille rixdales que Murad promit de rembourser à Batavia. Il reçut une somme identique à Malacca. Il atteignit Batavia le 3 février et fut officiellement reçu par le gouverneur général et son conseil le 8. La lettre en arabe du roi d’Éthiopie (van Donzel, 1979, 46-48) apparut tellement curieuse que le gouverneur général laissa au directeur du comptoir de Surat le soin de rédiger une réponse (ibid., 50-52). Les présents de la Compagnie pour le roi d’Éthiopie consistaient en étoffes, armes de main et à feu, deux miroirs et deux cloches. En 1679, Khodja Murad servit d’interprète lors de la visite à la cour d’Éthiopie d’un évêque arménien du nom de Yohannès [Hovhannès], ou Jean (ibid., 53-54, 177-184).

7Le fameux éthiopisant Job Ludolf avait demandé aux deux marchands néerlandais qui résidaient à Moka de répondre à treize questions qu’il avait formulées sur l’Éthiopie; c’est sur la base de ces réponses que Ludolf formula d’autres questions qui, cette fois, devaient être soumises à Murad lors de sa deuxième visite à Batavia. Il y arriva le 14 mai 1690 avec cinq chevaux et treize esclaves. Il fut de nouveau reçu officiellement, mais, en l’absence de traducteur, la lettre qu’il apportait ne fut pas lue sur place comme on l’avait fait la première fois. Le 4 septembre Murad assistait à une cérémonie pendant laquelle le gouverneur général Johannes Camphuis transmit ses fonctions à son successeur Willem van Outhoorn. Il fit remarquer à cette occasion que dans son pays (l’Ethiopie), une telle passation ne se serait pas aussi paisiblement déroulée.

8Il quitta Batavia le 28 août 1691. Parmi les présents qu’il emportait pour le roi d’Éthiopie, il y avait à nouveau des cloches – elles servaient souvent de lest dans les navires retour de l’Inde – et, chose intéressante, quelques centaines de livres d’épices. Ces épices devaient être échangées à Moka contre du café, produit qui avait tant de succès en Europe. Comme présent personnel, Khodja Murad avait reçu quarante livres d’épices assorties. On lui rendit aussi la lettre d’obligation des mille rixdales empruntées en 1674.

9Au début de 1693 Murad est signalé à Massaoua. On apprend que le représentant local des Turcs a confisqué des marchandises lui appartenant, probablement celles apportées récemment de Batavia. Murad fit appel au roi d’Éthiopie (Iyasus Ier Aydam Sagat, 1682-1706), qui défendit, sous peine de mort, à ses sujets du littoral de ravitailler le port. Le représentant rendit à Murad ses biens, dont les cloches, puis se rendit à Aksoum pour demander pardon au roi. Les cloches furent transportées à Gondar et installées dans l’église de la Trinité, inaugurée le 1er février 1694.

10En 1695, l’infatigable marchand, âgé de plus de soixante-quinze ans, entreprit son troisième voyage à Batavia, où il arriva le 30 septembre 1696. Il y resta jusqu’au 22 août 1697, n’ayant pas trouvé pour repartir de navire à sa convenance. Au cours de ce long séjour, il répondit à treize autres questions de Ludolf. Les réponses ne figurent pas dans sa Nora relatio, parue en 1693 (van Donzel, 1979, 87-116).

11À son départ, il était accompagné de deux fonctionnaires de la Compagnie néerlandaise, Hugo Hendrik van Bergen et Theodorus Zas. On trouvait dans les présents des étoffes, des armes de main et à feu, quelques centaines de livres d’épices, enfin deux mille cinq cents livres de poivre noir. La Compagnie voulait convaincre les Éthiopiens – mais ce sera sans succès – que son poivre était meilleur que celui du Malabar, préféré par les Arabes. La lettre adressée au roi d’Éthiopie était très élogieuse pour Murad; toutefois le gouverneur général écrivit au directeur de Surat, Pieter Ketting, qu’il devait être très économe en approvisionnant l’Arménien. Murad raconta à van Bergen et Zas que déjà à Batavia, au cours de ses entretiens avec le gouverneur-général, il avait prévenu qu’aucun étranger, sous peine de mort, ne pouvait entrer en Éthiopie sans y être autorisé par le roi. Le gouverneur général avait alors déclaré que les Néerlandais devaient attendre à Moka jusqu’à ce que Murad leur ait transmis la réponse du roi sur l’éventualité de commercer dans les ports de la mer Rouge et de pénétrer dans le pays. D’autre part, ajouta Murad, aucune réponse ne pourrait leur parvenir s’il n’emportait avec lui les présents. Il promit de faire tout son possible pour faciliter les contacts entre les Éthiopiens qui venaient à Moka et les Néerlandais, lesquels devaient d’ailleurs se garder de révéler le vrai but de leur présence. En même temps, il serait nécessaire d’induire en erreur les Turcs et les Arabes en faisant courir le brait que les Néerlandais étaient simplement des médecins et des artisans. Murad se montra parfaitement au courant de la pratique de la double correspondance, suivie à la cour éthiopienne. Il acceptait de transmettre la lettre dans laquelle était annoncée la mission des deux fonctionnaires de la Compagnie, mais à condition que le gouverneur général délivrât une autre lettre ne mentionnant que l’arrivée de l’ambassadeur (Murad) et les présents. Cette lettre serait présentée publiquement, l’autre seulement en secret pour ne pas éveiller la méfiance du clergé, qui craignait que le roi n’entrât en relation avec les Portugais. Autrement la vie de l’Arménien et celle des membres de sa famille seraient en danger. Il se montrait peu disposé à demander l’aide d’un musulman pour la rédaction en arabe de la lettre secrète.

12À Surat, Pieter Ketting avait offert à Murad, probablement en raison de son âge, de profiter de l’équipage de la Compagnie; mais celui-ci préféra s’en passer et courir les marchés à pied. Les habitants le tenaient de la sorte pour un petit marchand. Hugo Hendrik van Bergen ayant refusé à Surat de poursuivre le voyage, Murad et Zas partirent de Surat ensemble, le 29 mars 1698. Ils étaient à Moka le 7 mai. Murad partit seul pour Massaoua, avec les présents, promettant d’écrire dès qu’il arriverait à la cour. Entretemps, il demanderait à son fils, et à quelques amis qu’il avait à la cour, d’intervenir auprès du roi pour qu’il autorise les Néerlandais à venir. Le 17 juin Zas reçut une note de Murad, disant qu’il était arrivé à la cour mais que le roi était absent. Dans deux autres lettres, datées du 10 et du 30 juillet, Murad annonçait qu’il avait transmis au roi la lettre (officielle) et les présents. Ce furent ses dernières nouvelles.

13La présence de Khodja Murad à Massaoua est attestée également par Jean Verzeau, provincial des Jésuites dans le Proche-Orient: il écrit que le père Levert avait rencontré dans ce port un « Amurat, chrétien, Syrien, apostat et circoncis » (van Donzel, 1979, 135-136).

14Le 16 septembre les Néerlandais à Moka décidèrent que Zas pouvait repartir à Surat, puisqu’il n’y avait plus aucune nouvelle de Murad. De plus ils étaient arrivés à la conclusion que les Éthiopiens ne consommaient ni clous de girofle, ni cannelle, ni muscade, toutes épices qui faisaient la richesse de la Compagnie.

15Le jugement qu’on peut se faire sur ce marchand aux activités internationales, à l’occasion une sorte d’envoyé du roi d’Éthiopie, n’est pas nécessairement le même que celui de ses contemporains. En quittant Alep, Murad y laissa sa femme. En Ethiopie, il avait deux femmes, comme il le raconta à Bernier. En 1663, il emmena avec lui un jeune fils, décrit par Bernier comme fort joli garçon, d’une couleur noire très fine, et dont le nez et les lèvres ne ressemblaient pas du tout à ceux des « Éthiopiens ». Grâce à ce rajout, il est évident que la mère de ce garçon était une Éthiopienne du Nord, et que son physique était tout à fait différent de celui des esclaves de sa suite, originaires des régions méridionales. Bernier fut choqué quand Murad lui affirma qu’il voulait lui laisser le garçon contre cinquante roupies, haussées plus tard à trois cents, et aussi lorsqu’il apprit que Murad avait l’intention de marier un de ses fils à la fille d’un prêtre catholique qu’on avait forcé en Éthiopie à prendre épouse.

16À Batavia, Murad dit qu’il était chrétien, mais ni marchand ni soldat; seulement ambassadeur du roi d’Éthiopie pour les affaires étrangères. Cette remarque était sans doute destinée à impressionner ses interlocuteurs, qui, pour autant, n’en étaient pas dupes: le fait qu’il ait voulu échanger les présents du gouverneur général contre des marchandises davantage demandées en Éthiopie ne leur échappa pas. En 1698, à près de quatre-vingts ans, il déclara qu’il voulait s’installer à Batavia avec femmes – au pluriel – et enfants après avoir accompli sa mission.

17Lors de sa troisième visite à Batavia, Melchior Leydecker, pasteur protestant, Ludolf, et le gouverneur général lui-même doutaient de l’honnêteté de Murad. D’après eux, le style de la troisième lettre était le même que celui de la lettre de 1690, le sceau royal était plutôt musulman que chrétien, et un angle de la lettre était coupé, un usage selon eux purement musulman. Surtout l’intention de Murad d’emporter avec lui les présents en Éthiopie mais de laisser Zas à Moka, suscitait une forte méfiance. Les différences culturelles, religieuses, de mentalité et de pratiques, même entre marchands, étaient trop grandes pour qu’ils aient eu confiance en celui-ci.

18Theodorus Zas, qui avait été le compagnon de Murad à Surat, puis pendant leur voyage à Moka et leur commun séjour dans ce port, le jugeait moins sévèrement que ses supérieurs. Il est vrai qu’à la fin, Zas pensait qu’on ne pouvait compter sur lui, et il notait qu’à Moka il passait pour un fanfaron. Mais il écrit par ailleurs que Murad était tenu en grande estime par tous et qu’on était jaloux de sa réussite. Il se rend compte aussi que Murad devait réellement attendre à Massaoua la réponse du roi; il ne doute pas non plus qu’il est un vrai envoyé du roi d’Éthiopie. Il sait que le roi, pour ses relations avec l’étranger, fait appel à des marchands pratiquant le grand commerce. Ces marchands demandaient au roi des marchandises pour commercer hors du pays. Ils se voyaient alors octroyer une feuille en blanc marquée du sceau royal, qu’ils pouvaient remplir du contenu qui leur semblait opportun. Le commerce lui-même, ses profits et ses risques, étaient uniquement leur affaire. Ils n’étaient protégés ni par l’exercice d’un métier respecté, comme Bernier, ni par une puissante compagnie. En dépit de détails qui pourrraient choquer, il nous semble injuste de voir en Khodja Murad un imposteur.

Bibliographie

Bibliographie

Ball, V., éd., trad., 1889. Travels in India by Jean-Baptiste Tavernier, Baron of Aubonne, translated from the original French edition of 1676 with a biographical sketch of the author, notes, appendices..., 2 vols., Londres, Macmillan & Co.

Basset, R., 1881. « Études sur l’histoire d’Éthiopie », Journal asiatique, Paris, sér. 7, 17 [315-434]; 18 [93-183, 285-389].

Foster, W., 1949. The Red Sea and Adjacent Countries at the Close of the Seventeenth Century as Described by Joseph Pitts, William Daniel and Charles Jacques Poncet, Londres, Hakluyt Society.

Irvine, W., éd., trad., 1907-1908. Nicolao Manucci, Storia do Mogor or Mogul India, 1653-1708, translated with introduction and notes, 4 vols., Londres, J. Murray.

Legrand, J., 1728. Voyage historique d’Abissinie du R. P. Jérôme Lobo, de la Compagnie de Jésus. ’Traduit du portugais, continué et augmenté de plusieurs dissertations, lettres et mémoires par M. Legrand, prieur, Paris, P. Gosse; La Haye, J. Neaulme.

Ludolf, J., 1693. Iobi Ludolfi Relatio nova de hioderno Habessinoe statu, ex India nuper allata, additis epistolis regis ad Societam Indice orientalis, ejusque responsione cum notis necessariis, Francfort, J. D. Zunner.

Van Donzel, E., 1979. Foreign Relations of Ethiopia, 1642-1700. Documents relating to the Journeys of Khodja Murad, Leyde, Istanbul, Nederlands historisch-archaeologisch instituut te Istanbul.

Notes

1 Cf. R. Pankhurst, infra, chap. 9.

Auteur

Nederlands Instituut voor het Nabije Oosten, Leiden ; Encyclopédie de l’islam, Leyde. (Pays-Bas)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540