Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Arméniens dans le commerce asiatique au début de l'ère moderne

 | 
Sushil Chaudhury
, 
Kéram Kévonian

I. Les Arméniens dans le commerce international et intercontinental / Armenians in International and Inter-continental Trade

1. Questionnaire pour les Arméniens aux 17e et 18e siècles. Présence, position et place dans l’œkoumène économique

Michel Morineau

Texte intégral

  • 1 « Bien que le rôle joué par le peuple arménien se réduise à peu de choses... » (Aslan, 1928, 7), « (...)
  • 2 Exemple d’occultation : Gilles Hermite, résidant à Alep à la fin du 16e siècle, traite de soie ven (...)
  • 3 J’ai eu l’occasion de croiser les marchands arméniens dans plusieurs travaux sur Marseille, Smyrne (...)

1Presque rien... Presque tout... C’est l’impression, bâtie en dilemme, que recueillerait, au sujet des Arméniens à l’époque dite « moderne », celui qui chercherait à s’en informer rapidement, au gré de lectures faites en zig-zag, l’origine des auteurs consultés ne créant pas à elle seule la différence1. On ne s’interrogera pas ici sur les aléas de la documentation et les tics de l’historiographie qui expliquent l’embarras à conclure résultant2. Tenter d’en sortir est le but que l’on s’est proposé. Cet essai s’est heurté plusieurs fois à la disette des renseignements et à des questions sans réponses. Je ne saurais donc prétendre trancher catégoriquement dans un domaine qui, sans m’être totalement inconnu, me restait largement à défricher. J’espère seulement avoir réussi, au terme, à atténuer l’incertitude et avoir contribué à un déplacement des problèmes – présence, position, place – en libérant la recherche d’obstacles peu justifiés et en ouvrant sur quelques aspects relativement laissés dans l’ombre antérieurement3.

Présence

  • 4 De nouvelles statistiques patriarcales existent pour 1913-1914 (Kévorkian, Paboudjian, 1992, 57-60 (...)

2Des Arméniens aux 17e et 18e siècles ? Oui, mais combien ? Où ? Combien où ? Curiosités élémentaires au seuil d’une enquête qui vise à retrouver un fait humain dans sa plus grande épaisseur, autant que faire se peut. Satisfaites, elles permettraient d’établir une carte géographique montrant l’implantation et la dissémination. Ce serait un idéal. Se prêtant mal à la réalisation, malheureusement. Les données disponibles sont rares et fragiles. Elles se réduisent aux quelques chiffres attrapés au vol et égrenés dans leurs récits par les voyageurs de l’époque. Elles se rapportent à deux ou trois villes, avec un coup d’œil, le cas échéant, sur les environs. Peu de choses : Souren Kévorkian (1981, 439-467) a rassemblé celles qui intéressaient la Grande Arménie et l’on jugera sans peine, en le lisant, que l’on ne sort pas du précaire et de l’introuvable. Des sources officielles, plus sûres, existent pour l’Empire ottoman, qui ont été révélées naguère par Orner Lüfti Barkan. Elles n’ont pas encore été exploitées suffisamment pour autoriser la couverture d’un espace qui ne retient pas, au demeurant, la totalité du peuplement recherché (Barkan, 1957, 9-36). De sorte que, pour prendre une vue globale, il nous faut descendre jusqu’à la fin du 19e siècle et à la statistique établie par le patriarche Ormanian (1910, 181-189). La date d’élaboration n’en est pas précisée, mais elle reste tardive pour notre propos : il s’était passé beaucoup de choses entretemps. Il y a des données qu’il est facile de repérer et de neutraliser : le rétrécissement de la population arménienne en Perse, qui n’était plus ce qu’elle avait été à l’époque de la splendeur de la Nouvelle Djoulfa ; dans le sens opposé, l’implantation d’une colonie en Amérique du Nord. D’autres sont masquées et d’effet indiscernable : l’exode qui suivit l’offensive du général russe Paskiévitch et le traité de Turkmentchaï (1828) ; les massacres de 1894-1896. Les démographes trouveraient à redire dans l’arrondissement systématique des chiffres à la centaine ou au millier. On ne se cache pas les défauts du document. Il ne nous paraît pas impossible, néanmoins, de l’utiliser, avec beaucoup de précautions, dans un esprit prospectif et informatif. Le mode de confection offre tout de même quelques garanties d’une approximation acceptable. Les hypothèses raisonnées auxquelles l’on parvient par son maniement sont, si l’on peut dire et tout aussi bien, raisonnables. Elles n’interdisent pas les recherches futures susceptibles de les authentifier, de les affiner, voire de les remplacer, mais leur offrent un point d’ancrage qui n’est pas à dédaigner4.

3La première représentation que l’on retirera de la statistique du patriarche est celle de la répartition dans l’espace. Un peu plus du tiers de la population, 1.200.000 âmes sur 3.200.000 environ, forment noyau par sa concentration dans l’Arménie profonde ou Grande Arménie, dans les dimensions qu’on lui attribue : de l’ouest à l’est d’Erzindjan au Karabagh ; du nord au sud, de la mer Noire au sud de Van. Tout autour, disposé comme une irisation ou une couronne, un petit million : de Bakou à Samsoun par l’intérieur des terres, c’est-à-dire la Géorgie, l’Azerbaïdjan, une brèche apparemment au Kurdistan, le Dersim et le Pont. Au-delà, une excroissance vers la Méditerranée rejoignant et englobant le patriarcat de Cilicie, puis des ocellations : Brousse, Istanbul (150.000 personnes), Nakhitchevan-sur-le-Don (60.000), l’Égypte (15.500) ; et, d’effilochement en effilochement, jusqu’à des points : Calcutta (6.000), Téhéran (5.000), Damas (2.000), la Grèce un millier, des villes d’Europe occidentale dont l’importance, pour chacune, n’est pas isolable.

  • 5 Comment choisir entre un coefficient voisin de 4 pour l’Angleterre et l’Égypte au 19e siècle, un a (...)

4Rien de surprenant dans cette distribution si ce n’est, malgré tout, le poids de la diaspora semi-lointaine et lointaine. Que le peuplement arménien soit encore le plus fort ou le plus dense à son berceau n’est pas insolite. Qu’il soit puissant dans des régions du pourtour qui avaient été les réceptacles d’émigrations anciennes relève encore d’un enchaînement logique. L’étonnement cesse ensuite dès lors que l’on raccorde la présence de communautés avec des événements connus : les transferts volontaires ou forcés vers Istanbul ou vers la Bessarabie ; des arrivées récentes et elles aussi contrôlables, comme en Égypte. Ce qui demeure dans le tableau et qui est essentiel, c’est le partage et ce sont les nombres envisagés pour eux-mêmes. On n’hésitera pas trop à reconnaître, dans une répartition au fond conforme à l’attente, la perpétuation d’un patron qui pourrait remonter au 17e ou au 18e siècle. Plus épineuse serait une évaluation rétrospective de chacun des membres. L’opération ne souffrirait pas de difficultés si nous disposions d’un coefficient de la croissance sur les deux ou trois cents ans de l’intervalle. Ce n’est pas le cas. Ni directement, ce que permettrait un comptage de naissance et de décès ou – alternative – la production de généalogies sérieuses et représentatives en nombre appréciable ; ni indirectement, par extrapolation d’un taux certifié ailleurs, aucun référent extérieur ne s’adaptant indubitablement à notre ensemble ou à l’une quelconque de ses pièces. Les secours à espérer des sources anciennes sont, comme nous l’avons déjà vu, plutôt dérisoires5.

5Dans cette espèce de black-out, la seule issue est de formuler des suppositions dont on essaiera ensuite de soupeser le degré de probabilité. Si nous admettions une multiplication par huit du nombre des habitants en Grande Arménie depuis le 17e siècle, celui-ci aurait été de 150.000 ou environ ; si nous la réduisions à six, le nouveau chiffre serait de 200.000. L’un et l’autre sont à strictement parler indémontrables. L’évolution intermédiaire serait à prendre en considération mais elle nous échappe encore davantage. Si l’on envisage un quadruplement de la population au 19e siècle, le chiffre de 1800 serait de 300.000 et l’on remonterait à 150.000 au 17e siècle en tablant sur un doublement en deux siècles. Si l’on retient un coefficient de 6 avec un triplement pour le 19e siècle, les chiffres deviennent 400.000 en 1800 et 200.000 au 17e siècle. Une chose est sûre néanmoins : le pays tout entier n’avait pas été transformé d’un coup de sabre – ou de plume – en ce « désert entre Erzeroum et Tauris (Tabriz) » dont parle Chardin. L’expression a été suggérée au voyageur par le spectacle qu’il eut sous les yeux sur la route qui le conduisait en Perse. Il se reliait au souvenir de la déportation ordonnée en 1604 par Chah Abbas lors de la retraite de ses armées. Mais les effets de celle-ci restent à déterminer.

  • 6 Les données les plus proches de l’événement (Arakel de Tauris [Arakel Davrijétsi]) sont floues. Vi (...)
  • 7 D’après Chardin, l’ancienne Djoulfa aurait eu encore 2.000 maisons habitées dans la seconde moitié (...)

6L’évacuation donna lieu à des scènes déchirantes que nous ont rapportées les chroniqueurs. Le nombre des personnes déplacées demeure toutefois une énigme. Suivant les uns et les autres, il oscille entre 50.000 et 300.0006. Le premier est à mon sens le plus crédible mais, quoi qu’il en soit, tous les Arméniens de la Grande Arménie n’avaient pas été touchés. C’était impossible logistiquement. Les soldats pouvaient appliquer la stratégie de la « terre brûlée » le long de la voie des invasions, qui était aussi celle de la grande circulation empruntée par Chardin : ils achoppaient forcément à l’entour et, à plus forte raison, au fur et à mesure que l’on s’en éloignait pour entrer dans les montagnes. Il ne manque pas en outre de descriptions pimpantes analogues à celle des parages d’Erivan par le père Avril : « Un grand nombre de villages et de jolies maisons, des plaines fertiles en toutes sortes de fruits et de grains, abondantes en riz et coton, avec de beaux vignobles et gras pâturages » (Avril, 1692). Abstraction d’un lyrisme d’apôtre, il fallait bien qu’une population subsistât dans les campagnes pour nourrir les villes, si médiocres aient-elles été. Et l’on n’escamotera pas les principautés qui gardèrent leur indépendance7.

7En fonction de quoi, le chiffre à retenir de la population au 17e siècle ne doit pas être exagérément abaissé. Il tourna probablement autour de 200 à 240.000 individus ; étant entendu qu’il avait été supérieur avant la ponction de 1604. Le chiffre de 240.000 âmes s’articulerait sur un coefficient 5 avec doublement de la population sur deux siècles (17e et 18e), puis une multiplication par 2,5 au 19e. Il va de soi, après les remarques précédentes, que le passage si souvent cité de Tavernier – lié du reste par sa belle-sœur à une famille arménienne (Gulbenkian, 1970, 363, n. 4) – sur la transformation des Arméniens après 1604 relève d’un effet de pure éloquence :

« Chah Abbas en tirant les Arméniens de leur pays ne leur fut pas si cruel que le vulgaire pourrait se l’imaginer : car ils n’étaient que de pauvres laboureurs qui ne sçavaient pas ce que c’estoit de négocier et qui dans une province frontière estoient souvent maltraitez et des Turcs et des Persans. Depuis ce temps là plusieurs sont devenus riches comme je diray plus bas et les Arméniens de Zulfa n’ont pas lieu aujourd’huy de regretter le pays de leurs ancêtres » (Tavernier, 1676).

  • 8 Cf. A. de Gouvea, 1611. L’ancienneté du commerce à Djoulfa a été mise en lumière par Jurgis Baltru (...)

8Nous avons dit que l’importance de la ponction de 1604 nous échappait. Revenons brièvement sur ses conditions. Il y a lieu de distinguer deux catégories de personnes déplacées. La plus grande partie obéirent aux ordres, en toute hâte et dans le dénuement. Il en alla différemment pour les habitants de Djoulfa. Un retour offensif des forces ottomanes ne pouvait que réveiller chez eux l’instinct de conservation, étant donné la manière dont ils s’étaient débarassés précédemment de leur garnison, dont ils s’étaient emparés du trésor, et dont ils avaient offert les clefs de la ville à Chah Abbas. Le souverain perse leur en sut gré, leur laissa trois jours pour rassembler leurs effets et ne lésina pas sur les faveurs à accorder pour leur transplantation. D’autant qu’il y gagnait des auxiliaires actifs de ses projets commerciaux à longue distance8. Le terme de déportation est impropre à leur égard.

  • 9 Carswell (1968, 74) cite à l’appui d’une installation au Ghilan le Portugais Texeira, mais celui-c (...)

9Quel fut le sort des autres ? Nous n’avons pas une indication parfaitement obvie sur la destination qui leur fut assignée. Mettons à part les déportés réinstallés en Irak, qui provenaient de la région de Van et les paysans lotis dans les environs d’Isfahan, peut-être clients naguère des propriétaires de Djoulfa et d’Erivan. Les autres terres d’exil auraient été le Mazandéran et le Ghilan. Les recoupements confirment le parquage dans la première de ces deux provinces, objet de dilection de Chah Abbas et où l’acclimatation vira à la catastrophe, obligeant après plusieurs années au rapatriement des survivants. Le Ghilan reçut-il lui aussi son contingent d’Arméniens et de quelle consistance ? Les éléments d’appréciation et, même, de confirmation, ici glissent entre les doigts. En tout état de cause, les nouveaux venus ne semblent pas avoir été en mesure de submerger les autochtones et de se substituer à eux pour la culture du mûrier et l’élevage du ver à soie9.

10Revenons au problème du peuplement pris dans sa masse. Nous ne rééditerons pas pour les régions extérieures à la Grande Arménie les conjectures que nous avons élaborées à son endroit. Quelques évolutions démographiques remarquables sont connues. L’ascension de la Nouvelle Djoulfa qui atteignit son zénith au début du 18e siècle avec 2.500 familles (Chardin, 1711 [1686]) – certains auteurs poussent le chiffre jusqu’à 3.400 – sa décadence après l’invasion afghane pour se retrouver avec 500 familles, voire 300 au début du 19e (Moriet, 1818). Istanbul, en contrepartie, avec 50 à 60.000 Arméniens aux environs de 1620 (Deshayes de Courmenin, 1624) et 150.000 au temps du patriarche Ormanian, révèle une progression relativement médiocre ou modérée. Nous nous sommes appuyés sur des chiffres de voyageurs qui, répétons-le, n’ont rien de péremptoires. Confions aux chercheurs de demain le soin d’en apprendre davantage au sujet de ces villes et de zones plus vastes. Combien d’Arméniens au total ? L’estimation conserve son halo de brume : entre 600.000 et 750.000 au 17e siècle, grossièrement parlant.

  • 10 Les chiffres de population proviennent des récits de voyages précédemment cités. Les mémoires du c (...)

11L’imperfection des données anciennes n’empêche pas d’en tirer des enseignements éclairants. En particulier, sur la proportion des Arméniens au sein de la population qui les entourait, dans la diaspora. Déjà, leur pourcentage à Constantinople peut être établi : 10 % au 17e siècle comme au 19e, moins que les Grecs. Il tombait à 9 % à Smyrne : 8.000 âmes contre 90.000 ; à 6 % à Alep : 15.000 contre 250.000. En descendant vers le sud, le peuplement s’effrite jusqu’à n’être plus guère, peut-être, qu’un souvenir marqué par la survivance d’une église de pierre, comme à Gaza en Palestine, dont on ne sait si elle était encore en service quand le chevalier d’Arvieux la vit. Si les communautés ont une consistance finalement estimable d’Astrakhan à Lvov, elles en perdent beaucoup plus à l’ouest. Des colonies pourtant réputées comme celles de Venise, de Livourne et d’Amsterdam n’ont pas dû compter plus d’un millier d’individus, si même elles l’ont atteint. Cet ordre de grandeur serait valable pour l’Asie au-delà de la Perse et allant en diminuant sans doute vers les extrémités : Indonésie, Tonkin et Philippines10.

  • 11 Le consul français à Bassorah, au cours de la guerre de Sept Ans, fait traduire et écrire sa corre (...)

12Fragile quand elle s’entrebâille, la documentation est souvent hermétique, fermée sur une assez longue durée. Les papiers des marchands européens dans les ports du Levant peuvent contenir l’énumération de marchandises en provenance de la Perse et, quasi automatiquement, acquises d’Arméniens sans que ceux-ci soient mentionnés. La correspondance du consul français à Bassorah ne révèle leur présence que tardivement et de manière tout à fait inopinée. L’absence de résidence n’implique pas de facto une complète élision de leur entregent ; ils ont été seulement d’escale ou de passage : à Chypre, à Alexandrie d’Égypte, à Moka ou à Lhassa. Il n’en reste pas moins qu’ils ne semblent pas avoir pénétré significativement dans d’amples pans de l’Empire ottoman, comme le Maghreb, la Grèce continentale ou les îles. Affaire d’éloignement et d’intérêt économique faible dans un cas ; de résistance des autochtones dans un autre. Leurs groupes avaient-ils une certaine densité qu’il leur fallait côtoyer d’autres minorités dynamiques – Juifs, Grecs, Syriens – dont l’importance le disputait à la leur. L’examen de leur position arrive ainsi tout naturellement dans notre exposé à la suite de celui du peuplement11.

Position

13Depuis 1375, les Arméniens n’avaient plus de roi, ni d’État. Ils étaient soumis à des dominations étrangères dont les deux principales étaient l’ottomane et la persane. Situation peu enviable qui comportait quelques interstices par lesquels de temps en temps ils purent s’engouffrer au dehors. Dans des circonstances déterminées, ils bénéficièrent de par leur position d’une espèce de neutralité propice à leurs initiatives. Par exemple, sur mer, en offrant un pavillon – le leur – à des belligérants empêchés, eux, de trafiquer sans être exposés à des attaques : ainsi des Vénitiens en Méditerranée, des Français et des Anglais dans le détroit de Malacca. Leur religion, aussi, était un atout. Elle était le ciment de leur peuple. Elle leur attirait la sympathie des nations chrétiennes de l’Europe et les rendait plus aptes à s’introduire chez elles que les musulmans de Perse et de Turquie, en dépit des divergences dogmatiques et nonobstant les piques dont les affecta un zèle de conversions de la part des catholiques. Les qualités personnelles faisaient le reste (Aghassian, Kévonian, 1987, 158-159).

  • 12 L’affaire mettant aux prises un Arménien (Rouply ?) installé dans le Comtat Venaissin, les directe (...)

14Ne rosissons pas trop le climat. Quelques Arméniens seulement en bénéficièrent : des marchands et leurs acolytes que les affaires amenaient à circuler loin de leurs pénates. L’accueil ne leur fut pas partout gracieux. À Marseille, les négociants du cru n’acceptèrent pas de bon cœur la protection que le gouvernement accordait à ces étrangers et finirent par obtenir leur interdiction à la fin du 17e siècle. Il existait une parade à cet embargo : l’installation dans le Comtat Venaissin dont le statut offrait des avantages tant pour l’installation que pour le paiement des droits de douane à l’entrée en France. Le fameux Althen, promoteur de la culture de la garance dans le pays au 18e siècle, en a probablement profité (Tékéian, 1929)12.

15Le divorce des attitudes envers les Arméniens de la part et respectivement des princes et des sujets est à retenir en d’autres lieux. Chah Abbas eut à convaincre les siens du bien-fondé des privilèges accordés aux habitants de la Nouvelle Djoulfa et du choix qu’il en avait fait pour son marché de la soie. Au reste, les souverains se suivirent sans observer toujours la même politique bienveillante. L’avènement de Chah Sultan Hussein (1694-1722) le montra. Les conditions d’activité et d’existence devinrent détestables et l’invasion de Nadir Chah, comme les émeutes postérieures dirigées par les ulémas n’arrangèrent rien. Se retirer devint pour un grand nombre une question de survie. La correspondance du consul français à Bassorah (supra, n. 11) signale ainsi l’arrivée dans sa ville d’Arméniens fuyant la persécution à Isfahan. Ceux qui demeurèrent vécurent sous un régime de tolérance à éclipses : au 19e siècle, les cabaretiers de Téhéran, accusés d’entretenir des foyers de corruption et de débauche, partant d’être les responsables de la grande sécheresse qui accablait le pays, furent persécutés (Malcolm, 1821, iii).

  • 13 Seth (1983, 1-91) mentionne plusieurs Arméniens entrés au service d’Akbar. À Calcutta, les Arménie (...)

16Dans l’Empire ottoman, la masse des Arméniens était soumise aux taxes prélevées sur les non-musulmans. Cela n’excluait pas l’octroi de prérogatives et de préférences à quelques-uns : à ceux d’Angora, au 17e siècle, pour le ramassage du poil de chèvre et pour le tissage des camelots destinés au Grand Seigneur ; aux sarafs d’Istanbul, au 18e, pour la gestion des finances de l’État et des pachas. À la cour du Grand Mogol Akbar, des carrières exceptionnelles furent réalisés par des Arméniens, et au Bengale, en 1756, l’amitié entre Siraj ul-Daulah et Khodja Walid contribua vraisemblablement un peu à épargner un sort cruel à ceux de Calcutta. Mais nous n’avons aucune idée de la concurrence, voire de l’animosité, qui serait survenue éventuellement, sur terre et sur mer, avec des Indiens de Madras, Surat, Lahore et Multan ou avec les Ouzbeks de Boukhara13.

17Ce rapide tour d’horizon a touché principalement la catégorie des marchands et quelques individualités. Le vulgum pecus n’a été aperçu que fugitivement. Une hiérarchie précise et assez stricte structurait le peuple arménien, indépendamment de l’organisation ecclésiastique et, le cas échéant, en symbiose avec celle-ci. Vazken Ghougassian (1998, 48-50) en a livré le schéma. Les hautes classes – nobles et riches marchands – et les classes aisées – marchands moyens et artisans qualifiés – se distinguaient nettement des humbles – simples artisans, agriculteurs, domestiques – le clergé coiffant tout le monde. Nous ne connaissons pas l’importance numérique de chacune des catégories. Mais, comme dans la plupart des grandes villes, le haut du pavé était sans aucun doute tenu par une poignée de familles. À la Nouvelle Djoulfa, au 17e siècle, Chardin avait dénombré soixante personnes sur environ 15.000, disposant d’un patrimoine des plus confortables, parmi lesquelles certainement quatre ou cinq au-dessus des autres ; à Istanbul, au 18e, les sarafs du Sérail étaient au nombre de 72 sur 80.000 à 100.000 âmes approximativement.

  • 14 Somatique par analogie avec la médecine « somatique », qui prend en considération tout le corps et (...)

18La spectographie sommaire dont il vient d’être fait état renferme une leçon. Les figures de proue de la société arménienne seront avantagées dans les recherches à venir par la conservation meilleure et volumineuse de leurs archives. Il sera roboratif, exaltant même, de les ressusciter après un si long ensevelissement dans l’oubli et de dresser en face des Fugger, des Bonvisi, des Tripp, des personnages d’une envergure équivalente – les Chehrimaniants, les Khodja Pétros et les Serpos – renvoyant du coup au coin la théorie de Max Weber sur les pedlars orientaux. Le danger instant est de ramener l’histoire de tout un peuple à ces seuls grands noms, à des res gestoe illustrium virorum en quelque sorte, au détriment de toute une humanité cachée. Un défaut de perspective analogue a longtemps pénalisé aussi la présentation des faits en Allemagne, en Italie, en France, en Hollande. Mais, pour être vraie, la reconstitution du passé doit tendre à être la plus totale possible, ou, mieux, d’un terme que je préfère, somatique. Une liaison organique, certes à élucider dans sa prégnance, associait inévitablement les grands et les misérables, les archevêques, les khodjas, les chefs de village et les conducteurs de caravane, les ouvriers migrants saisonniers et les paysans des alentours de Brousse, de Tokat, d’Isfahan et de l’Arménie majeure14.

  • 15 La qualification d’Althen en tant que promoteur de la culture de la garance dans le Comtat Venaiss (...)

19On s’est demandé plusieurs fois en quoi et comment les derniers avaient participé à la vie économique, apporté leur écot au grand commerce. Les descriptions de la région insistent sur les jardins et les vergers, les champs de blé et les vignes, la production du vin. Cela suffisait à alimenter des échanges de proximité entre les campagnes et les villes, éventuellement jusqu’à Trébizonde. De petits marchands partaient vers les montagnes à la belle saison pour y rencontrer les tribus d’éleveurs montées de « Chaldée » et pour troquer avec elles. On néglige à tort la culture de la garance et la récolte du kermès qui étaient l’une et l’autre la base d’un rouge réputé, fort recherché aux Indes. On en chargeait sur les caravanes allant à Surat et à Agra. Elles entraient logiquement contre l’indigo dans les transactions que menaient là-bas les marchands de la Nouvelle Djoulfa. Pour quel chiffre ? Nous n’en savons rien mais l’existence d’un filet de trafic est indéniable (Fukasawa, 1987, 49 et n.)15.

20Quelle qu’ait été leur implication dans le commerce avec l’Inde, la notoriété des Chouffelins – comme on les appelait en Europe – reposait principalement sur celui de la soie persane dont ils eurent quasiment l’exclusivité, une fois évanouie l’expérience de monopole princier de Chah Abbas. Ils en étaient les dispensateurs pratiquement uniques sur les places d’Astrakhan, de Smyrne et d’Alep. Cette activité n’était qu’un aboutissement. Les mécanismes qui y présidaient ne sont pas sans intérêt. La Nouvelle Djoulfa était éloignée des lieux de production de la précieuse marchandise. Comment se la procurer ? Il faut se représenter une démultiplication des tâches ; l’entremise de facteurs et de subordonnés – souvent des parents – dans la collecte, la préparation, l’empaquetage en balles, la dépêche vers Resht, Qazvin, Tabriz.

  • 16 Formant une nation très soudée, les Arméniens avaient leurs propres caravansérails à Smyrne et à A (...)

21L’entremêlement des actifs ne s’arrêtait pas à ces étapes. Les chargements étaient confiés à des embarcations sur la mer Caspienne et à des chameaux sur les routes de terre à destination des ports de la Méditerranée orientale. Ils étaient placés sous la sauvegarde d’accompagnateurs et, de manière plus large, sous celle des capitaines ou des chefs de caravane. Quel était le rôle des uns et des autres ? S’agissait-il, en ce qui regarde les accompagnateurs, de simples commis, de facteurs ayant une certaine marge d’initiative, de marchands à leur propre compte ? Les capitaines et les chefs de caravane se contentaient-ils d’être des transporteurs, intervenaient-ils dans le trafic, y prenaient-ils eux mêmes une part ? D’après divers renseignements, la participation des Arméniens au trafic de la soie se répartissait entre plusieurs catégories. À la tête, de riches habitants de la Nouvelle Djoulfa qui, trop éloignés des zones de production, s’en remettaient à des commissionnaires des villes périphériques pour les achats et la constitution des envois. Ce qui résoudrait partie des interrogations. Le système pourrait être ainsi articulé à Smyrne ou à Alep avec d’autres Arméniens installés sur les lieux et jouant le rôle de courtiers entre chefs de caravanes et marchands occidentaux. Les cas de figure ne sont peut-être pas légion, bien qu’aient existé aussi des « colporteurs » et des audacieux n’hésitant pas à se lancer sur les flots. Toutes les descriptions laissent entrevoir une très forte cohésion de groupe des Arméniens partout où l’on en rencontrait16.

  • 17 L’ancienneté de la culture du mûrier et du dévidage des cocons est attestée dès le 13e siècle. Ghi (...)

22Était-elle totale ? Les cas du Ghilan et du Mazandéran, les régions productrices de la soie, suscitent des réserves. Le Ghilan qui était le plus réputé pour ses cocons et pour ses fils, est présenté par tous les voyageurs comme le « jardin de la Perse », abondant en tout. Adam Olearius, qui le traversa en 1638, le compare à la Touraine en France. Le seul inconvénient, mais sévère, était le climat, très éprouvant pour les étrangers. Il avait été tardivement annexé à la Perse par Chah Abbas, et il est possible que les destructions de la conquête n’étaient pas encore effacées lorsque les Arméniens y furent déportés. On aurait assisté alors à un mélange de populations. Mais la culture du mûrier et l’élevage des vers à soie y avaient été pratiqués de longue date par les autochtones – les Ghileks – solidement encadrés par un double réseau féodal et marchand qui ne pouvait avoir complètement disparu au début du 17e siècle. D’où la question qui se pose des rapports, et éventuellement des tensions, entre négociants arméniens d’une part, paysans et commerçants locaux d’autre part. Malheureusement les renseignements au sujet des transactions sont tardifs – le voyageur anglais Fraser et le consul russe Chodzko, au 19e siècle – et considérablement périmés du fait des mouvements de population intervenus entre-temps. À scruter de près17.

  • 18 Cf. la Remonstrantie de Francisco Pelsaert : Geyl, Moreland, 1925.
  • 19 Une autre interprétation de ce passage ferait des Arméniens eux-mêmes les éleveurs des chèvres, qu (...)

23Des problèmes d’interface ont pu se poser dans d’autres secteurs. Examinons la situation du commerce des cotonnades à Surat. Les pièces d’étoffe étaient appelées tantôt indiennes, tantôt persanes. L’une des raisons était que les motifs, peints ou imprimés, empruntaient souvent au répertoire iranien, à la fois par une contamination dont les miniatures à la cour des Grands Mogols fournissent maints exemples et à cause des goûts des consommateurs, notamment de ceux de Perse. Le processus de fabrication envisagé avec cette amodiation, une ingérence des marchands de la Nouvelle Djoulfa et de leurs facteurs aux Indes, serait compréhensible. Ils auraient agi sur le modèle des Verläger très répandus en Europe. Ils auraient passé commande de tel ou tel type ou dessin, les Indiens étant confinés dans un rôle de simples exécutants – ce dont, par ailleurs, le témoignage a été produit par un représentant de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales18. De nouveau, une affaire à suivre. En Anatolie, au 17e siècle, d’après un texte il est vrai un peu obscur, les marchands arméniens d’Angora, entraient en contact sur les hauteurs, l’été, avec les éleveurs de chèvres pour en obtenir la laine fameuse (Rycaut, 1687)19. Si à Qazvin, Tabriz et Brousse, les tisseurs en soie étaient probablement en grande partie des Arméniens, à Alep, où le travail fut inauguré au 18e siècle, l’utilisation d’une main-d'œuvre locale n’est pas à exclure.

  • 20 Hovhannès Djoughayétsi. Khachikian, 1967, 231-278.

24La prolifération des entreprises ne s’accommode pas d’une totale hégémonie des Chouffelins. Des centres de décision leur échappaient en tout ou en partie : Istanbul, bien sûr, Angora, peut-être Ardébil, Recht et Astrakhan malgré l’intrusion des Chehrimaniants sur la voie d’Arkhangelsk, Chamakhi plus tard. L’éclatement de la communauté de la Nouvelle Djoulfa après 1722 provoqua une dissémination dont profitèrent Bassorah et Alep. Également Brousse ? Ils eurent des facteurs aux Indes, à l’instar du célèbre Hovhannès qui abattit des kilomètres par monts et par vaux, déserts et précipices...20. Mais certains de leurs congénères passèrent au service des compagnies européennes, volèrent de leurs propres ailes, visitèrent Moka et Manille, se firent armateurs comme Khodja Minas et d’autres... Quant aux sarafs constantinopolitains du 18e siècle, l’essentiel de leurs affaires gisait dans l’Empire ottoman lui-même, incluses les contributions des Arméniens installés, et leur véhiculation jusqu’au Trésor du Grand Seigneur.

  • 21 Lettre d’Andrinople, du 17 mai 1717 : « J’ai remarqué que les plus riches marchands sont ici des J (...)

25Tourbillon d’hommes et de trafics... Jugulé, pourtant, contenu jusque dans sa fougue. 11 fallait l’assentiment des puissants : d’un Chah Abbas, d’un Commandeur des Croyants, d’un Mehmet Ali au 19e siècle en Égypte. À la merci d’un revirement qui pouvait être le signal d’une amende, d’une confiscation ou, pire, d’une condamnation à mort comme en furent victimes plusieurs amira d’Istanbul. Les Arméniens affrontèrent aussi dans le commerce et dans la banque la compétition des autres minorités. Les Grecs préservèrent leur emprise à Chio, dans l’Archipel – leurs fiefs en quelque sorte – et réussirent à s’imposer dans la négociation de la soie au début du 19e siècle à Trébizonde à la faveur des bouleversements survenus dans la géographie des transports et des liens resserrés avec l’Angleterre. Les Juifs, épars, fortement retranchés à Salonique, aux commandes des finances du Sultan et de la Monnaie jusqu’au premier tiers du 18e siècle – Lady Montague ne vit qu’eux à Andrinople en 1717 – les Klings, les Goudjératis, les Banians de Surat, les Ouzbeks, les Syriens...21.

26N’oublions pas, enfin, que les marchands ne créent pas le marché d’un coup de peson magique. L’engouement en Europe au début du 17e siècle pour la soie fut la chance de la Perse et des Chouffelins. Elle tourna lorsque fut découverte et exploitée une autre source d’approvisionnement, le Bengale, dont les qualités et les prix étaient plus alléchants ; sans parler des plantations de mûriers en Sicile, en Calabre, au Piémont, dans le midi de la France. La position des Arméniens dans l’œkoumène ne dévoile pas entièrement et exactement leur place dans la vie économique.

Place

27Tout n’est pas clair sur la manière dont les Arméniens acquirent la maîtrise du commerce de la soie. Ils s’y adonnaient déjà du temps de l’ancienne Djoulfa et l’on remonterait peut-être au Moyen Âge, ici ou là, avec cette interrogation supplémentaire, de plus en plus lancinante, de savoir si le produit transporté avait été recueilli en Perse ou s’il était venu de Chine et transitait seulement. Le problème que nous avons soulevé à propos du Ghilan et de son élevage des vers montre la délicatesse de la détection. Les conditions de l’activité en présence du « monopole » de Chah Abbas (Glamann, 1958, 114-122. Steensgard, 1973, 380 sq.) ne sont pas davantage transparentes. Les archives du monastère du Saint-Sauveur de la Nouvelle Djoulfa en livreront peut-être la clef. Voici, en attendant, comment les choses nous apparaissent.

  • 22 C’est ainsi que nous pensons pouvoir reconstituer les trois faces du monopole du chah de Perse d’a (...)

28Derrière le monopole de Chah Abbas se discernent trois ordres de faits. En premier lieu, une revendication d’autorité ou, mieux, de souveraineté sur toute la soie produite en Perse. Nous insisterons sur l’adjectif toute. Il englobe la soie qui revenait au chah directement de ses possessions personnelles ; celle qui était prélevée au titre de l’impôt par les différentes instances ayant pouvoir à cet égard ; celle qui était recueillie sur des terres privées et donnait lieu à un partage entre les parties prenantes de l’exploitation, propriétaires et paysans. Le « monopole » soumettait la commercialisation de la soie, de quelque origine qu’elle fût, à une autorisation délivrée par le Chah, à la date qu’il fixait arbitrairement, et qui impliquait pour ceux qui en étaient les bénéficiaires l’obligation d’acquitter des droits à la transaction, modulés selon la destination envisagée : ravitaillement de l’industrie locale ou exportation à l’étranger. Le deuxième élément du « monopole » consista dans la priorité absolue à la vente de la soie que s’arrogea le chah et dont il fit usage, particulièrement, vis-à-vis des compagnies anglaise et hollandaise (il avait son agent chargé de l’écoulement). Le troisième élément, qui resta spéculatif, résidait dans le prurit jamais concrétisé de s’instituer le marchand et le fournisseur unique de l’Europe22.

29Tant qu’elle n’avait pas été levée, l’interdiction d’acheter et de vendre pénalisait les Arméniens. Si nous interprétons correctement le propos d’Ina Baghdiants-McCabe (1994-1995, 389-395), le feu vert était accordé par un firman remis au prévôt de la nation à la Nouvelle Djoulfa (à charge pour lui, sans doute, d’en répercuter la bonne nouvelle à tous les intéressés). Deux ressorts se devinent à l’arrière-plan : l’un, politique, celui de l’intervention des ghulam proches du chah ; l’autre, financier, dans la mesure où l’autorisation n’était pas un don gratuit mais appelait des contributions aux besoins de l’État. Le commerce sans intermédiaire du Chah avec les compagnies écorna partiellement le volume des affaires des Arméniens mais ne l’entrava pas complètement. Le carcan du monopole royal se desserra à la mort de Chah Abbas pour disparaître presque entièrement, rendant la liberté de manœuvre aux marchands privés. Ne restait que la servitude des taxes à payer, qui, dialectiquement, pouvaient aussi bien se comprendre comme une caution et une garantie.

30Se dégageant simultanément des exigences issues du monopole, les directeurs à Bandar-Abbas ou Gamron (Gombroon) des compagnies européennes s’abouchèrent, en quelque sorte naturellement, avec les Arméniens qui avaient la haute main sur le commerce de la soie. Des rapports synallagmatiques s’instituèrent de clients et de vendeurs. Mais le flux des marchandises en direction du golfe Persique ne s’enfla pas. Il s’étiola au contraire. Cette évolution reçoit une explication simple quand on la replace dans le contexte international et chronologique, un peu longue mais indispensable pour la clarté.

31Aux premiers temps de son installation en Extrême-Orient, la Verenigde Oost-Indische Compagnie s’était intéressée, sur l’exemple des Portugais, à la soie chinoise. Elle se tourna vers la Perse, en suiveur des Anglais, après la chute du verrou lusitanien d’Ormuz. Elle n’abandonna pas l’acquisition de soie chinoise mais réserva celle-ci pour le marché japonais sur lequel les gains étaient meilleurs qu’à Middelbourg et Amsterdam. La soie persane venait à point, par contre, pour tenter une entrée en force en Europe. À vrai dire, cette soie n’y était pas inconnue, apportée par caravanes à travers l’Empire ottoman dans les ports du Levant par les Arméniens, déjà, où l’achetaient Vénitiens, Marseillais, Anglais et Hollandais. Mais le Chah souhaitait priver le sultan, son ennemi, des revenus fructueux du transit. Sa politique et le calcul des compagnies s’accordaient ainsi à merveille (Glamann, 1958, 114-122).

32Dans la réalité, les choses se passèrent moins bien qu’il ne l’avait été conjecturé. Le commerce par le moyen des caravanes continua avec des hauts et des bas. Rien n’invitait les Arméniens à abandonner leurs anciennes pratiques et à préférer la direction du sud à celle de l’ouest, d’autant que s’interposait l’obstacle du « monopole ». Dans la meilleure quinquennie – de 1636-1637 à 1640-1641 – les deux compagnies n’enlevèrent qu’une moyenne de 1.127 balles de soie, 112 tonnes environ : un pourcentage assez faible – ne le rabaissa-t-on point à moins d’un dixième de la production totale comme le suggère une affirmation discutable ? – le reste allant à Astrakhan, vers les ports de la Méditerranée (pour un volume mal connu mais qui, fragmentairement appréhendé, semble supérieur à celui dirigé sur Bandar-Abbas), aux tissages de Tabriz, Qazvin et Isfahan. L’effacement du monopole ne mit pas fin à la pratique des contrats entre le Chah et la Verenigde Oost-Indische Compagnie : à elle se rapporte l’ambassade de Cunaeus, décrite par Chardin.

33L’acheminement par la voie du cap de Bonne-Espérance s’avéra bientôt plus dispendieux que celui par voie de terre. La persistance de la concurrence en Europe dissipa les illusions d’une trop vaste spéculation. L’East India Company fut la première à se détacher d’un trafic ingrat. La Verenigde Oost-Indische Compagnie l’imita, encouragée à cela par les meilleurs profits que lui promettait la soie bengalie. Vers le milieu du 17e siècle, il ne s’exportait plus qu’environ 5 tonnes de soie par Gamron. Il est possible que les négociations de 1667 avec le tsar de Russie pour un tranport par voie terrestre au nord, vers la mer Blanche et la Baltique, aient été une tentative de compensation à l’amenuisement des exportations par le golfe Persique, mais Arkhangelsk ne devint jamais, selon une expression imagée, « l’Alep de la toundra » (Fukasawa, 1987, 16, citant Ferrier, 1973, 38-62). Le véritable Alep et Smyrne reprirent leur rang d’exutoire principal, si jamais ils l’avaient perdu. Les Arméniens y étaient les maîtres.

  • 23 Le débit des draps anglais en Perse appellerait lui aussi un examen. Il est probable que les Armén (...)

34Cette esquisse montre les Arméniens aux prises avec des conjonctures de tout acabit, qu’ils ne gouvernaient pas mais auxquelles ils s’adaptèrent de leur mieux, sinon au mieux, et dont leurs leaders tirèrent l’opulence visible dans la splendeur de leurs demeures à la Nouvelle Djoulfa. Il y a là un paramètre ou une série de paramètres dont la reconnaissance est impérative pour une saisie vraie du déploiement et du décours de l’activité des grands marchands... et des plus petits. En réflexion, tout uniment, des conditions réelles d’exercice. Nous n’en suivrons pas les épisodes et les accidents du 17e au 19e siècle, sauf à rappeler qu’ils furent nombreux, parfois imprévisibles, parfois désastreux, de moins en moins chanceux en Perse, induisant une révision des attitudes et des comportements sanctionnée par des taux très variables de réussite. Nous n’examinerons pas non plus les autres négoces dont les Arméniens s’entremirent et qui connurent, eux aussi, leur lot de péripéties – celui de la garance vers Surat, de l’indigo depuis Agra, des étoffes de coton fabriquées en Inde, à Isfahan, plus tard à Alep–, le débouché dans les bazars d’Iran et de Turquie, l’embarquement à destination de l’Europe... Nous concentrerons notre attention sur le rapport des Arméniens avec l’introduction et la circulation de l’argent en Orient. Les ventes de soie en étaient l’un des vecteurs tout à fait remarquables23.

35Libérons-nous, pour commencer, des idées reçues qui ont la vie dure en dépit des démentis que leur infligent les acquis les plus incontestables d’une recherche en marche. Le passage d’Europe en Asie de l’or et de l’argent ne devrait plus être décrit comme le synonyme d’un déficit énorme et irrépressible, une hémorragie impossible à arrêter, vidant impitoyablement l’Occident de sa substance. L’Amérique a toujours fourni à l’Europe beaucoup plus de métaux précieux qu’il n’en fila en Orient. D’autre part, les Européens n’ont pas réglé leurs achats uniquement avec des sequins et avec des piastres. Ils eurent un certain nombre de marchandises d’échange, en premier lieu, qu’apportèrent successivement ou simultanément Vénitiens, Anglais, Hollandais, Français et qui comptèrent beaucoup. Les espèces monnayées en étaient une parmi les autres ; elles intervinrent directement dans divers cas et de la part de diverses nationalités, dont la française ; à titre d’appoint le plus souvent et pour tous, d’un montant inégal selon les partenaires, les lieux et les moments, d’une importance à pondérer soigneusement et, partant, à relativiser. Enfin, le pouvoir dont on a investi l’or et l’argent dans le mouvement des prix, un dynamisme général, la formation du capitalisme et la croissance économique, demande à être démythifié, se révélant surtout un mirage créé par la fascination et dont, fort précisément, l’Asie, étiquetée et stigmatisée comme leur gouffre, démontre l’inanité (Morineau, 1985, passim ; 1999b, 243-275).

36Combien en rentrait-il en Perse ? Combien en ramenaient les Arméniens ? Ce ne sont pas les Compagnies anglaise et hollandaise qui ont créé le marché de la soie pour l’Europe. Il existait bien auparavant, conduit par des personnes privées soit individuellement, soit à l’intérieur de collectivités associatives, partant de Venise, l’ancêtre du trafic, puis de Marseille et de Londres, les nouvelles venues à la fin du 16e siècle. Le point de contact se situait en Méditerranée orientale, Alep tenant la tête au début du 17e siècle avec ses avant-ports de Tripoli puis d’Alexandrette, où arrivaient également de Perse les caravanes porteuses de la soie. Nous avons des estimations du montant des importations européennes dans cette région qui était pour eux le Levant. Les meilleures sont celles du Portugais Teixeira et de l’Anglais Thomas Mun, au début du 17e siècle. Elles s’accordent, en ce qui concerne les envois d’argent, sur une somme de 2.000.000 de piastres, en gros, presque entièrement fournies par les Marseillais. Elle n’était pas consacrée entièrement à l’achat de la soie mais entrait dans le payement d’autres marchandises, dont partie du cru de l’Empire ottoman. L’appréciation de ce qui en revenait aux Arméniens ne peut être que conjecturelle. La moitié, soit 1.000.000 de piastres, est plausible, peut-être généreuse (Godinho, 1969, 311).

37Le chiffre s’applique à une période antérieure à l’installation de l’East India Company et de la Verenigde Oost-Indische Compagnie à Bandar-Abbas/Gamron. La concurrence fit rage entre les partisans de l’une et de l’autre voie d’accès : la Méditerranée et le golfe Persique par l’océan Indien. La sortie de l’argent fut même au cœur des controverses. Nous connaissons les chargements de métaux précieux des deux Compagnies. Mais ils étaient destinés à la totalité du marché asiatique au delà du cap de Bonne Espérance. La Perse n’en reçut qu’une fraction. Or, les Compagnies se montrèrent soucieuses d’économiser leurs espèces. Les Anglais placèrent leurs draps à Bandar-Abbas aussi bien qu’à Alep et, en conséquence, réduisirent leur apport en piastres au minimum nécessaire : 200.000, par exemple, en 1637. Les Hollandais trafiquèrent des épices acquises en Indonésie et du cuivre japonais (préféré, paraît-il à l’argent !) ; ils ne remplirent même pas toujours les engagements de comptant auxquels ils avaient souscrits vis-à-vis du Chah. Celui-ci s’en plaignit. Compensation entre les deux voies d’introduction aidant, il est peu probable que l’amas d’argent entrant en Perse ait dépassé de beaucoup le million de piastres, comme précédemment, les Arméniens n’en étant plus directement les seuls bénéficiaires, à cause du « monopole » du souverain (Dunlop, 1930. Stapel [Pieter Van Dam], 1927-1954).

  • 24 Paris, Archives nationales, K 1347 ; N/CAD, 2 Mi 2552. Exploitation pour Smyrne dans Morineau (197 (...)

38Le flux pénétrant par le golfe Persique alla, nous l’avons vu, en s’amenuisant jusqu’à disparaître pratiquement. Les ports de la Méditerranée orientale redevinrent les pôles essentiels du commerce de la soie et de l’attirance des Arméniens, Smyrne ayant supplanté Alep sans l’anéantir comme gros débouché. L’enquête diligentée en 1686 par le secrétaire d’État à la Marine français, Seignelay, permet de quantifier les échanges dans ces deux ports de la part de tous les Européens et de supputer en relation le chiffre d’affaires brut des Arméniens24.

39Les marchandises de Perse dont ils étaient les principaux transporteurs et vendeurs se montèrent dans les deux sites réunis à 1.732.141 piastres turques dont 1.657.450 de la seule soie. En regard, les Européens avaient apporté la somme de 1.734.250 piastres idem. L’apparence inclinerait à croire à un équilibre presque parfait. De manière trompeuse, car l’argent servait à solder la totalité des achats des Européens, soit 4.689.345 piastres. Le problème qui découle de ces données sollicite une tentative de scinder entre elles les parts respectives de ce qui partait en Perse et de ce qui restait dans l’Empire ottoman. Un coup d’œil sur les échanges des Anglais, principaux clients pour la soie, offre son opportunité. Pour des achats dans les deux ports équivalant à 2.300.000 piastres environ dont 1.300.400 de marchandises de Perse, y inclus 1.198.815 de soie, ils déboursèrent 657.250 piastres. Cette dernière somme, notons derechef un emploi, ne couvrait pas les seuls articles venus de Perse. Il est intéressant, d’un autre côté, de relever l’importance de leur exportation contemporaine de draps : la valeur de 1.177.100 piastres. À quelques milliers de piastres près, elle aurait pu suffire à acquitter entièrement l’acquisition de la soie. Soutenir cette équation serait aller trop loin. Mais compte tenu du partage, compte tenu aussi de ce que les autres nations n’avaient pas un avantage analogue pour le débit de leurs draps et autres marchandises auprès des Arméniens, on estimera sans états d’âme excessifs à 800.000 ou 850.000 piastres turques l’argent chargé pour le retour en Perse. Soit en déduction de l’agio en cours, circa 750.000 piastres effectives.

  • 25 Chiffres de Chardin convertis en livres tournois pour la comparaison, peut-être exagérés, bien sûr (...)

40C’est sur la base des chiffres ci-dessus que l’on doit raisonner à propos des succès du commerce arménien et des fortunes des grands marchands. Il y aurait peu à y ajouter venant par Astrakhan. Le volume des affaires y était moindre et les Russes se servaient des fourrures – qui assumaient ainsi le rôle des draps anglais au Levant – en troc partiel avec la soie. Rappelons en outre que, passée la fin du 17e siècle, les Hollandais et les Anglais raréfièrent leurs envois en Méditerranée orientale et que les Français, qui se substituèrent à eux, s’adonnèrent à leur tour à la vente des londrins premiers et seconds, diminuant d’autant leurs besoins d’espèces pour négocier : ceci jusqu’à l’épopée tardive (1785) des Maria-Theresienthalers. La situation de la Perse en tant que passoire dans la circulation de l’argent a sans doute été exagérée : il est incontestable néanmoins que son commerce avec l’Inde présentait un solde déficitaire (à soupeser) et qu’il ne demeurait dans le pays qu’une fraction (également à soupeser) du métal précieux. Dans ces conditions, est-il concevable que des marchands de la Nouvelle Djoulfa, et en nombre, aient possédé chacun de 1.500.000 à 2.000.000 de couronnes – autre mot pour les piastres – même si ces sommes englobaient des biens autres que de l’argent25 ?

  • 26 Cas de l’eunuque Wei-tchong-hien en Chine au début du 17e siècle ; du banquier Pallavicini d’Anver (...)

41Le paradoxe se dissout quand on se penche sur les mouvements concrets des métaux précieux et, plus précisément, sur la noria qui les redistribuait à l’intérieur d’un même pays. Que faisaient les marchands arméniens de l’argent qu’ils rapportaient d’Alep et de Smyrne ? Ils étaient amenés dans la logique d’ensemble du commerce à en distraire une partie au profit de leurs intermédiaires dans le ramassage et, in fine, des producteurs, les paysans du Ghilan et du Mazandéran, voire du Chirvan, pour des quantités allant individuellement en diminution. La monnaie ne restait pas totalement et pour leur quote en possession des derniers destinataires mentionnés. Elle repartait en contrepartie de leurs achats, si menus aient-ils été, en paiement aussi de leurs impositions. Celles-ci remontaient aux gouverneurs et au Trésor du Chah, ordinairement par le truchement d’autres Arméniens. C’en étaient encore, et parmi les plus riches de la Nouvelle Djoulfa, qui géraient les finances de l’État. Les grosses fortunes s’abreuvèrent ainsi à deux sources principales : le commerce, dans le fil duquel il faudrait souligner l’aubaine des prêts à la grosse aventure (avak) et le maniement de l’argent pour les besoins du Prince, sans préjudice d’un prêt à intérêt chrétiennement condamné mais, semble-t-il, pratiqué. Les fortes concentrations n’ont plus rien d’énigmatique. Au demeurant, le phénomène n’était pas propre à la Perse et l’on en a des répliques sous les yeux de nos jours, avec l’existence de milliardaires dans des pays pauvres, les affluents de leurs patrimoines étant différents26.

  • 27 Débat dans Modern Asian Studies (Chaudhury, 1993, 321-340. Prakash, 1993, 341-356).

42Que l’on nous pardonne une incise. Elle a trait à l’Inde et à la controverse qui s’est mue entre Sushil Chaudhury et Om Prakash à propos de l’importance relative du marché des productions du Bengale, impulsé pour le premier par la demande intérieure, pour le second par les Compagnies européennes27. Ces dernières introduisaient dans l’Indostan l’argent frais qui accomplissait ensuite la même circonvolution que décrite plus haut. Il en résultait des amas en possession des détenteurs du pouvoir et des puissants économiquement – certaines de leurs fortunes nous sont connues. Comme ailleurs, une partie était relancée dans la circulation intérieure et investie dans des achats de divers articles, comme les soieries de Murshidabad, entre autres, et sans exclure les transactions réalisées à des niveaux plus modestes. D’où, l’effet de la noria jouant à plein, un écoulement plus important vers Haïdérabad ou Delhi que vers Madras ou Calcutta, qui serait normal au surplus pour des raisons de nombre et de proximité des consommateurs, nonobstant et bien au contraire y contribuant les entraves opposées en Angleterre et en France à l’introduction des marchandises indiennes.

43Les mécanismes mis en lumière expliquent aussi bien ce qui s’est passé dans l’Empire ottoman et la surface financière acquise au 18e siècle par les amiras arméniens à Istanbul. Il y aurait sans doute à entrer dans des détails, à examiner si toutes les occasions de gagner de l’argent leur ont été favorables (cela semble douteux pour les expéditions de blé en Europe), à établir une chronologie (la conquête des finances du Grand Seigneur s’effectua après 1730), à reconstituer la chaîne de l’acheminement des impôts (y compris ceux payés par les Arméniens de toute envergure) via les remises des pachas à la capitale. La Turquie partagerait avec la Perse, d’un côté, la caractéristique d’un approvisionnement en argent limité par comparaison avec celui de l’Europe alimentée par les mines américaines, et, de l’autre, la situation de pays transitaire des métaux précieux, notamment par le biais des commandes de tissus de luxe adressées par le Sérail (ou les sérails) éventuellement à des marchands arméniens de l’Iran. L’Empire ottoman ne pouvait donc pas disputer à l’Inde le titre de « tombeau de l’or et de l’argent » qui lui fut décerné par l’angevin Bernier et qui demeure exact bien qu’il doive être sérieusement amodié : en témoigne le butin ramené de Delhi par Nadir Chah en 1739. Quelle que soit la branche d’une fourchette très large que l’on attribue à son évaluation – de 30 à 78 millions de livres sterling, soit de 120 à 312 millions de piastres – il témoigne d’un enfouissement colossal, argent sans aucun doute et objets précieux, tels que le trône du Paon. Mais à la date, les Arméniens de la Nouvelle Djoulfa n’en récoltèrent vraisemblablement pas miette (Holmes, 1845, 401).

44De toute façon, il devient ridicule de maintenir l’apposition du vocable méprisant de pedlar, cher à Max Weber. Faut-il illustrer cette bévue par des comparaisons ? Les fortunes attribuées aux plus riches de la Nouvelle Djoulfa au 18e siècle oscillaient, converties en argent de France, entre 3.750.000 et 5.000.000 de livres tournois dont les équivalents ne se seraient renconctrés que dans la mouvance des princes les plus largement possessionnés, des banquiers les plus huppés ou de personnages hors du commun : Richelieu, Mazarin, Colbert... Et, au 18e siècle, les sarafs d’Istanbul, d’après les chiffres produits par Onnik Jamgocyan (1990), caracolaient allègrement en tête du Gotha des fortunes. On fera peut-être remarquer que nos exemples ne concernent qu’une poignée de marchands, d’Arméniens, et qu’en dessous de cette mince strate, l’activité économique était entre les mains de « petits » marchands, boutiquiers et... colporteurs. Quiconque a observé le commerce en Allemagne, en France ou en Italie à la même époque, ne saurait taxer d’originalité cette situation en Orient. Si tant était qu’ici et là elle était correctement décrite et, sans contestation, corrélative d’une absence de dynamisme et d’une faiblesse incoercible, intériorisée dans le tréfonds de leur conscience par les individus.

  • 28 Pour un exemple de chargement d’un vaisseau marseillais en 1613 : Morineau 1999a, 116-144. Pour de (...)

45Les critères d’après lesquels, implicitement, l’on décide du considérable et du négligeable ne sont pas inattaquables. Prenez Jacques Serpos, le fils de Serpos Saraf, un homme devenu vers 1730 « comme une institution dans le monde de la haute finance à Constantinople » mais, il est vrai, tombé en disgrâce cinq ans plus tard, et le père d’un Jean, banquier à Venise et anobli en Marchese. Nous connaissons les chargements que l’un et l’autre traitent de Chypre et d’Alexandrie d’Égypte vers la Cité des Doges entre 1748 et 1794 (dates extrêmes). Ce sont une balle, deux balles de soie, quatre ballots de coton, un baril de vin, un petit fardeau de café ; deux caisses de pistaches... Les mêmes quantités et parfois moindres que celles des Marseillais un siècle et demi plus tôt, que nous aurions eu du mal à classer parmi les grands de l’époque en Europe. Les uns et les autres furent-ils pour autant des pedlars28 ?

46Le savoir-faire de moins nantis financièrement n’est pas à dédaigner de son côté. Stépanos Hayrapétian a amorcé sa carrière en 1710 avec 600 tomans (9.230 piastres) à lui prêtés par trois aghas de la Nouvelle Djoulfa, selon une pratique très répandue. Il entame un périple qui le conduit d’Isfahan à Erzeroum, puis à Livourne, à Smyrne, à Bagdad et à Surat, avant de faire retour au bercail. Il a multiplié par 60 le capital initial passé à 36.804 tomans, soit 566.215 piastres (Ghougassian, 1998, 69). Belle illustration des fortunes rapidement faites... Je lui comparerais volontiers les frères Darrot, de Thiers en Auvergne, au milieu du 18e siècle, qui réussirent, pour trois d’entre eux, à se procurer un domaine foncier chacun, en tenant simplement une boutique à Lisbonne et en l’achalandant de quincailleries et de rubans démarchés dans leurs alentours et dans une très lointaine banlieue de Paris (Morineau, 1988).

  • 29 N/CAD, microfilm sér. D, Bassorah 2, et 2 Mi 2552.

47Descendons encore d’un degré dans l’échelle des marchands. Le conflit entre deux Arméniens qui fut porté à la connaissance de l’ambassadeur français à Constantinople par son consul de Bassorah nous renseigne sur un niveau de richesse de l’ordre du médiocre. Ovanès Arvasalom est un débiteur indélicat qui déploie toutes les ruses imaginables pour ne pas s’acquitter du prêt que lui avait consenti son créancier Pierre Seyde à Istanbul. Il argue de son dénuement complet dans la capitale ottomane. Mais il a en dépôt à Isfahan des marchandises pour une valeur de 1.200 tomans (18.460 piastres), le double de sa dette, et plusieurs maisons à Bagdad où habitent ses fils et où il a entrepris de transférer ses avoirs29. Par comparaison, les « facultés » des régisseurs français des maisons de commerce marseillaises à Alexandrie d’Égypte s’échelonnent de 1.300 à 12.000 piastres, la plus élevée étant la possession du premier député, un homme qui avait vingt-quatre ans de résidence derrière lui. L’avantage serait ici à un Arménien, mais gardons-nous, tout de même, de forcer la signification de nos exemples.

  • 30 Est-il possible de faire des comparaisons plus rapprochées ? Seule une nouvelle prospection des ar (...)

48En effet, l’estimation des « facultés » des régisseurs à Alexandrie date de 1686 (nous n’en possédons pas d’autres), l’affaire Arvasalom-Seyde de 1753. La comparaison n’est donc pas équitable, bien que les préposés européens aux Échelles aient disposé en tout temps d’une moins grande liberté de manœuvre pour leurs affaires personnelles que les facteurs arméniens. Nous n’avons pas l’intention, en dressant ces parallèles, de gommer, pour aboutir à une fallacieuse uniformité, les particularités qui subsistaient de toute façon : soit ethniques soit individuelles, d’environnement, de comportement, de mentalité. Stépanos Hayrapétian « déambula », n’était lié à ses agbas que par l’engagement de son contrat, mena ses opérations à son gré en saisissant à chacune de ses étapes les opportunités qui s’offraient. Les Darrot formèrent réseau avec deux frères en Auvergne, un troisième à Paris, occupé à recevoir les marchandises à lui envoyées de Thiers, à panacher les assortiments avec des articles recherchés jusqu’à Vendôme et à expédier le tout au Portugal par la voie du Havre, enfin le benjamin au comptoir, unique et fixe, à Lisbonne. Autre système commercial : les voies du lucre sont multiples mais pas toujours impénétrables30.

49L’analyse synoptique pourrait se poursuivre en pénétrant en profondeur dans le sein des sociétés, jusque dans les univers des paysans, sans préjuger des résultats. L’entreprise déborderait le cadre de ce chapitre. Mais le De viris illustribus du grand commerce ne saurait devoir être ouvert à la seule page Europe. Des Arméniens y émargèrent avec avantage. Que résulta-t-il de tant de richesses accumulées et qu’en resta-t-il ? Dans les cas heureux, les favorisés de la fortune acquirent une condition aisée, virent s’élever leur niveau de vie, se permirent des dépenses jadis impensables ; les plus huppés poussèrent jusqu’à l’ostentation dans leurs demeures, leurs familles et le mécénat. Ils diffusèrent de la sorte autour d’eux une partie de leur bonne chance. Mais à terme ? Les réinvestissements dans le commerce, les prêts et les finances des États n’ont pas été menus. Dans l’industrie, déjà, ce fut plus accidentel, bien que l’on puisse signaler des participations à Isfahan, Tabriz, Brousse ou Alep. Cependant, si l’on s’éloigne avec le temps des splendeurs du 17e siècle en Perse, du 18e et du 19e dans l’Empire ottoman, force est de constater que le virage n’y a pas été pris vers l’économie de type moderne qui s’élabora et triompha en Europe.

50Cette ultime question est un combiné de pièges. On suppose à mots cachés que la transformation reposait sur l’action d’individus, sur de « grands entrepreneurs » et, en l’occurence, sous observation, que ces entrepreneurs auraient pu être les Arméniens, que les Arméniens auraient dû être les promoteurs. À quelle allégation, il pourrait être rétorqué que les Arméniens ont été empêchés de déployer leur mesure par les avatars successifs qui les ont atteints : des disgrâces et des confiscations individuelles aux drames collectifs. Mais la proposition générale elle-même contient une pétition de principe, est un leurre. Elle en rejoint un autre : celui qui attribue le pouvoir démiurgique à l’accumulation préalable et nécessaire du capital, lequel aurait consisté, aux siècles précédents, en la masse de l’or et de l’argent. Ceux-ci ne manquaient pourtant point dans les coffres des marchands et des princes : songeons aux trésors dormant aux Indes, pays lui aussi rejeté en arrière par le progrès occidental. Et spéculer sur une infériorité intrinsèque des hommes d’affaires de l’Asie reviendrait à ressusciter l’aphorisme de Max Weber, dont nous avons découvert qu’il constituait purement et simplement un anachronisme en ce qui concerne les Arméniens, sans préjudice des revendications qui pourraient être émises par d’autres nationalités.

51C’est que la flexion qui a commencé de se produire au début du 19e siècle et a engendré une inégalité du développement peut-être inexistante auparavant, en tout cas moins accentuée et sans doute non encore irrémédiable, cette flexion a eu d’autres causes profondes que celles qui ont été subrepticement avancées, comme dit ci-dessus. Leur examen serait ici trop long et déplacé. Contentons-nous de signaler l’impact réellement terrible des innovations techniques occidentales, dont on capte l’incidence dans l’Empire ottoman, à Tabriz en Perse, à Calcutta, dès 1815, et qui détruisit le système traditionnel de production en même temps qu’il lui en soustrayait le marché intérieur. Cette flexion a été perçue très tôt par Thornton (1809) pour la Turquie, par Holmes (1845) pour la Perse, et par les Indiens eux-mêmes à Calcutta (Morineau, 1999b). Il s’agit là de bouleversements de telle intensité, d’un tel renouvellemnt au fil des ans et, partant, d’une telle durabilité qu’il était impossible de les contrecarrer et de colmater les brèches avant une longue incubation, dont on doute qu’elle soit partout parvenue au terme aujourd’hui, les réussites dans ce domaine n’étant pas remises en cause évidemment. La vie économique est tissée de changements et nous en avons rencontré un avec les vicissitudes du commerce de la soie persane conduit par les Arméniens. Ils n’étaient pas dépourvus de gravité et nous aurions même à enquêter sur les mécanismes d’adaptation qui furent essayés et employés pour en parer les effets. Rien de comparable, cependant, avec le raz de marée du 19e siècle, couplé ici et là, et pour comble, avec la chevauchée de l’impérialisme européen.

Conclusion

52Chacune des questions que nous avons parcourues comportait son lot de difficultés et d’obscurités. La présence des Arméniens était une évidence que la lecture des voyageurs suffisait à démontrer mais qu’il était délicat de chiffrer et de tamiser. Position : elle était caractérisée par une immersion au milieu de populations étrangères, dont l’accueil ne fut pas toujours des plus bienveillants soit de prime abord, soit dans la suite du temps. La faveur des princes – le Chah de Perse, le Grand Seigneur d’Istanbul, le Khédive du Caire – fut nécessaire ou pour l’exercice du commerce ou pour l’élévation dans les finances des États. La fortune des élites ne doit pas cacher l’existence de subordonnés et de subalternes et jusqu’à ceux que l’on pourrait appeler les « particules élémentaires » du peuplement : les ouvriers et les paysans en Grande Arménie ou disséminés tout autour.

53Quelques troubles accompagnent un certain nombre de carrières prestigieuses. On voit graviter des Arméniens autour de princes antagonistes et servir les uns et les autres avec le même dévouement et la même efficacité. Cela suppose une espèce de sensibilité à l’ambiance, d’adaptation aux autorités quelles qu’elles soient, d’indifférence à la main qui nourrit, presque de mimétisme spontané. Pour un peu, on évoquerait les mercenaires suisses du 16e siècle qui se retrouvaient lors des batailles des deux côtés des belligérants (mais que l’on prenait soin de ne pas opposer face à face !). La comparaison a peut-être un zeste d’incongru : elle ne semble pas, pourtant, apparemment, totalement dépourvue de pertinence.

  • 31 La comparaison n’est pas tout à fait exacte en ce que les compradores chinois appartenaient à la n (...)

54Sur un autre plan, l’activité des Arméniens en divers endroits est enrobée éventuellement d’ambivalence. Nous en voyons aux Indes agir en tant qu’entrepreneurs indépendants, mais aussi en tant que courtiers des compagnies européennes ou banquiers des princes – à l’instar de Khodja Wazid [Wajid] – et dans les trois positions quelquefois simultanément. Le profit personnel qu’ils en retiraient ayant été mis à part, la question est de savoir pour qui, finalement et objectivement, ils travaillèrent ? Ont-ils été des ferments pour l’économie du Coromandel et du Bengale ? Ou des auxiliaires et des agents fourriers de la France et de l’Angleterre – de celle-ci, seule, après Plassey ? Que l’on rapprocherait dans cette dernière alternative des compradores chinois, souvent tenus pour des traîtres dans l’historiographie, d’un point de vue à discuter31 ? Questions gênantes, presque inconvenantes que l’on n’évitera pas si l’on veut aller au fond des choses.

  • 32 On ne peut passer sous silence les marchands musulmans comme compétiteurs. Aux 13e et 14e siècles, (...)

55Presque rien.. Presque tout... On se sera douté que le dilemme n’échappait pas à un mouvement de rhétorique dans l’une comme dans l’autre de ses composantes. La focalisation de l’attention sur les « wealthy merchants » ferait pencher vers la seconde, le presque tout. Une saine appréciation des choses commande tout de même d’en rabattre un peu. Une place importante, un rôle très important et, en certaines occasions primordial – commerce de la soie, finances des États – ne sont pas synonymes d’illimités. Les conditions d’exercice, rappelons-le, imposaient leurs servitudes, soit politiques, soit humaines, soit économiques. Les Arméniens eurent également à essuyer, sur les lieux mêmes de leurs affaires principales, la concurrence de compétiteurs : les Grecs (vainqueurs à Chio et à Trébizonde), les Juifs (à Salonique et dans les finances du sultan de Constantinople jusqu’à leur éviction), des Syriens, des Arabes, des Turcs, des Persans, des Indiens, des Ouzbeks... La faveur dont ils jouirent sur des plans intérieurs n’était pas assurée pérenne ; les marchés extérieurs étaient mouvants, traversés de turbulences, parfois menacés de dépérissement. L’adaptation était une obligation32.

56L’histoire, précisément, ne s’est pas arrêtée à la Nouvelle Djoulfa. Le faste des demeures de ses marchands, des églises, toujours visible malgré les destructions et les siècles écoulés, fascine toujours, de même que les richesses phénoménales des amiras d’Istanbul. Mais il ne faudrait pas qu’ils créent une fausse perspective et induisent l’idée d’une chute jamais réparée depuis des « âges d’or... et d’argent ». En fait, le rang que nombre d’Arméniens ont conquis de nos jours, la place plus modeste mais respectable que d’autres se sont ménagée au lendemain d’un exil, la vitalité... démontrent une renaissance et un dépassement de l’éclat du passé sous d’autres formes. La filiation avec les grands ancêtres des 17e, 18e et 19e siècles n’est pas plaidable d’une manière générale, en existât-il quelques exemples. Sont davantage impliquées les vertus du peuple arménien, enfantées et entretenues par sa culture, son éducation, ses expériences. Elles étaient grossses d’une faculté de rebondissement et de germinations nouvelles de succès. Comme, de la terre, l’herbe renaît après chaque hiver.

57N. B. Le texte ci-dessus date de 1999. Il a été conçu comme une simple introduction ou un schéma prospectif, en dehors de toute prétention à l’exhaustivité. Le seul passage ayant donné lieu à quelques recherches d’archives a trait au commerce de Smyrne. Il a été beaucoup écrit sur le sujet depuis ; ces travaux ont apporté des éclairages bienvenus sur plusieurs points mais n’ont pas dissipé toutes les zones d’ombre. Quoi qu’il en soit, il ne pouvait être question ici d’une remise en forme : les grandes divisions étudiées subsistent en tant que guides d’investigations. Il ne reste à souhaiter qu’une nouvelle rencontre pour en discuter, sans préjudice d’une concertation propice à une recherche conduite sur le plan méthodique. M. M.

Bibliographie

Bibliographie

Aghassian, M. ; Kévonian, K., 1987. « Le commerce arménien dans l’océan Indien aux 17e et 18e siècles », in Aubin, J., Lombard, D., éds., Marchands et hommes d’affaires asiatiques dans l’océan Indien et la mer de Chine, Paris, École des hautes études en sciences sociales.

Arvieux, L. d’, 1735. Mémoires du chevalier d’Arvieux, envoyé extraordinaire du Roy à la Porte, consul d’Alep, d’Alger, de Tripoli et autres écheles du Levant, 6 vols., Paris, C. J. B. Delespine.

Asian, K., 1928 [1909]. Études historiques sur le peuple arménien, Paris, P. Geuthner, 1928.

Avril, Père, 1692. Voyage en divers États d’Europe et d’Asie, entrepris pour découvrir un nouveau chemin de Chine, Paris, C. Barbin, J. Boudot, G. et L. Josse.

Baghdiantz McCabe, I., 1994-1995. « Silk and Silver : the Trade and Organization of New Julfa at the End of the Seventeenth Century », Revue des études arméniennes, n. s., Paris, 25.

Baltrušaitis, J ; Kouymjian, D., 1986. « Julfa on the Araxes and its Funerary Monuments », in Kouymjian, D., éd., Armenian Studies in memoriam Haig Berbérian/ Études arméniennes in memoriam Haig Berbérian, Lisbonne, Fondation Calouste Gulbenkian.

Barkan, O., 1957. « Essai sur les données statistiques des registres de recensement dans l’Empire ottoman aux XVe et XVIe siècles », Journal of the Economic and Social History of the Orient / Journal de l’histoire économique et sociale de l’Orient, Leyde, 1.

Baulant, M., 1953. Lettres de négociants marseillais. Les frères Hermite, 1570-1612, Paris, A. Colin.

Carswell, J., 1968. New Julfa. The Armenian Churches and Other Buildings, Oxford, Clarendon Press.

Chardin, J., 1711 [1686], Voyages de Monsieur le chevalier Chardin en Perse et autres lieux de l’Orient..., Amsterdam, J.-L. de Lorme.

Chaudhury, S., 1993. « European Companies and Bengal Textile Industry in the Eighteenth Century. The Pitfalls of Applying Quantitative Techniques », Modern Asian Studies, London, 27 (2).

Cheng Dasheng ; Lombard, D., 1987. « Le rôle des étrangers dans le commerce maritime de Quanzhou (Zaitun) aux 13e et 14e siècles », in Aubin ; J. Lombard, D., éds., Marchands et hommes d’affaires asiatiques dans l’océan Indien et la mer de Chine, Paris, École des hautes études en sciences sociales.

Dédeyan, C., éd., 1982. Histoire des Arméniens, Toulouse, Privat.

Deshayes de Courmenin, L., 1624. Voyage de Levant fait par le commandement du Roy en l’année 1621, Paris, A. Taupinart.

Dunlop, H., 1930. Bronnen tot de geschiedenis der Oostindische Compagnie in Perzië, I. 1611-1638, ‘s-Gravenhage, M. Nijhoff.

Ferrier, R. W., 1973. « The Armenians and the East India Company in the Seventeenth and the Eighteenth Centuries », Economic History Review, Welvyn Garden City (Herts.), 26 (1).

Fukasawa, K., 1987. Toilerie et commerce du Levant : d’Alep à Marseille, Paris, Centre national de la recherche scientifique.

Geyl, P. ; Moreland, H., éds., trad., 1925. Jahangir’s India. The ‘Remonstantie’ of Francisco Pelsaert, Translated from the Dutch, Cambridge, Heffer & Sons.

Ghougassian, V., 1998. Cf. The Emergence of the Armenian Diocese of New Djulfa in the Seventeenth Century, Atlanta, Scholars Press.

Glamann, K., 1958. Dutch-Asiatic Trade, 1620-1740, Copenhague, Danish Science Press ; La Haye, M. Nijhoff.

Godinho, V. Magalhães, 1969.L’économie de l’Empire portugais aux XVe et XVIe siècles, Paris, SEVPEN.

Goffman, D., 1990. Izmir and the Levantine World, 1550-1650, Seattle, University of Wahington Press.

Gouvea, A. de, 1611. Relaçam em que se trata asguerras e grandes victorias que alcançou o grade Rey da Persia Xaì Abbas, do grão Turco Mahômetto, & seu filho Amethe, as quais resultavão das embaixadas..., Lisbonne, F. Crasbeck.

Gulbenkian, R., 1970. « Philippe de Zagly, marchand arménien de Julfa et l’établissement du commerce persan en Courlande », Revue des études arméniennes, n. s., Paris, 7.

Holmes, W. R., 1845. Sketches on the Shores of the Caspian, Descriptive and Pictorial, Londres, R. Bentley.

Jamgocyan, O., 1990. « Une famille de financiers arméniens au XVIIIe siècle : les Serpos », in Les villes de l’Empire ottoman : économie et société, Paris, Centre national de la recherche scientifique.

Jaubert, P.-A., 1821. Voyage en Arménie et en Perse fait dans les années 1805 et 1806... suivi d’une Notice sur le Ghilan et le Mazandéran par le colonel Trézel, Paris, Pélicier et Neveu.

Kevorkian, R., Paboudjian, P., 1992. Les Arméniens dans l’Empire ottoman à la veille du génocide, Paris, Arhis.

Kévorkian, S., 1981. « Témoignages de voyageurs sur le peuplement de l’Arménie au XVIIe siècle », Revue des études arméniennes, n. s., Paris, 15.

Khachikian, L., 1967. « Le registre d’un marchand arménien en Perse, en Inde et au Tibet (1682-1693) », Annales. Économies, sociétés, civilisations, Paris, 22 (2).

Malcolm, J., 1821. Histoire de la Perse, depuis les temps les plus anciens jusqu’à l’époque actuelle, suivie d’observations sur la religion, 1egouvernement, les usages et les mœurs des habitants de cette contrée... Traduit de l’anglais, 4 vols., Paris, Pillet aîné.

Montague, Milady W., 1764-1768. Lettres de Milady Wortlay Montagu(t)e, écrites pendant ses voyages en diverses parties du monde, traduites de l’anglais..., 2 vols, Paris, P. Duchesne.

Morier, J., 1818. Second voyage en Perse, en Arménie et dans l’Asie-Mineure, fait de 1810 à 1816, avec le journal d’un voyage au golfe Persique, Paris, Gide fils.

Morineau, M., 1975. « Quelques recherches sur la balance du commerce entre la France et les Antilles au XVIIIe siècle », in Léon, P., éd., Aires et structures du commerce français au XVIIIe siècle, Paris, Centre national de la recherche scientifique.

Morineau, M., 1976. « Naissance d’une domination. Marchands européens, marchés et marchands du Levant », Cahiers de la Méditerranée, Nice, 13.

Morineau, M., 1985. Incroyables gazettes et fabuleux métaux. Les retours des trésors américains d’après les gazettes hollandaises : XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme ; Cambridge, Cambridge University Press.

Morineau, M., 1988. « Quincailleries et rubans : une maison de commerce auvergnate à Lisbonne au XVIIIe siècle », in Estudios e ensaios en homenagem a Vitorino Magalhães Godinho, Lisbonne, Livraria Sá da Costa.

Morineau, M., 1995. « Entre usurier et "philistin : le "bon marchand" et le négociant éclairé », in Angiolini, F., Roche, D., éds., Cultures et formations négociantes dans l’Europe moderne, Paris, École des hautes études en sciences sociales.

Morineau, M. 1999a. « Eastern and Western Merchants from the Sixteenth to Eighteenth Centuries », in Chaudhury, S., Morineau, M., Merchants, Companies and Trade. Europe and Asia in the Early Modern Era, Cambridge, Cambridge University Press ; Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Morineau, M., 1999b. « The Indian Challenge », in Chaudhury, S., Morineau, M., Merchants, Companies and Trade. Europe and Asia in the early modern Era, Cambridge, Cambridge University Press ; Paris, Maison des sciences de l’homme.

Ormanian, M., 1910. L’Église arménienne : son histoire, sa doctrine, son régime, sa discipline, sa liturgie, sa littérature, son présent, Paris, E. Leroux.

Paris, R., 1957. Histoire du commerce de Marseille. V. De 1660 à 1789. Le Levant. Paris, Plon. [= Rambert, G., éd., Histoire du commerce de Marseille, publiée par la Chambre de commerce de Marseille sous la direction de..., 8 vols., Paris, Plon, 1949-1966]

Pasdermadjian, H., 1986 [1949]. Histoire de l’Arménie, Paris, Librairie H. Samuélian.

Paulin, F., 1997. « Démographie et structures familiales des Arméniens d’Ordou, 1910-1913 », Revue du monde arménien moderne et contemporain, Paris, 3.

Prakash, O., 1993. « On Estimating the Employment Implications of European Trade for Eighteenth Century Bengal Textile Industry. A Reply », Modern Asian Studies, London, 27 (2).

Rycaut, P., 1687 [1680]. The History of Turkish Empire from the Year 1623 to the Year 1677, Containing the Litres of the Three Last Emperors, viz. Sultan Morat, or Amurat IV, Sultan Ibrahim and Sultan Mahomet IV, his Son, the Thirteenth Emperor now Reigning, Londres, T. Basset, B. Clavell, J. Robinson and A. Churchill.

Schefer, C., éd., 1890. Estat de la Perse en 1660, par le P. Raphaël du Mans [= Jacques Dutertre], publié avec notes et appendice, Paris, E. Leroux.

Seth, M. J., 1983 [1937], Armenians in India from the Earliest Times to the Present Day, New Dehli, Bombay, Calcutta, Gulab Primlani, Oxford and IBH Publishing Co.

Stapel, F. W., éd., 1927-1954. Pieter Van Dam, Beschryvinge van de Oost-Indische Compagnie, 7 vols., ‘s-Gravenhage, M. Nijhoff.

Steensgard, N., 1973. Carracks, Caravans and Companies. The structural Crisis in European-Asian Trade in Early 17th Century, Lund, Studentlitteratur.

Tavernier, J.-B., 1676. Les six voyages de Jean-Baptiste Tavernier, écuyer baron d’Aubonne, en Turquie, en Perse et aux Indes, pendant l’espace de quarante ans..., 2 vols., Paris, G. Clouzier et C. Barbin.

Tékéian, Ch.-D., 1929, “Marseille, la Provence, et les Arméniens”, Mémoires de l’Institut historique de Provence, Marseille, 6.

Thornton, Th., 1809 [1807]. Present State of Turkey, or a Description of the Political, Civil and Religious Constitution, Government and Laws of the Ottoman Empire, Together with the Geographical, Political ans Civil State of the Principalities of Moldavia and Wallachia, from Observations Made During a Residence of Fifteen Years in Constantinople and the Turkish Provinces, 2 vols., Londres, J. Manwan.

Tucci, U., 1957. Lettres d’un marchand vénitien, Andrea Berengo, 1533-1556, Paris, SEVPEN.

Villotte, J., 1730. Voyage d’une missionnaire de la Compagnie de Jésus en Turquie, en Perse, en Arménie, en Arabie et en Barbarie, Paris, J. Vincent.

Weinstock, H., éd., trad., 1965. My Voyage Around the World, by Francesco Carletti, a Sixteenth Century Florentine Merchant, Translated from the Italian, Londres, Methuen.

Notes

1 « Bien que le rôle joué par le peuple arménien se réduise à peu de choses... » (Aslan, 1928, 7), « par leurs marchands et leurs “caravaniers” les Arméniens ont été pour l’Asie occidentale, pendant des siècles, ce que les Grecs avaient été pendant l’antiquité pour le Proche Orient [...] Ce fut également l’époque où les marchands arméniens créaient des établissements permanents en Europe (par exemple à Amsterdam et à Livourne), aux Indes, en Insulinde [...] À Lemberg (Lvov) les Arméniens étaient les maîtres du commerce avec l’Orient », etc. (Pasdermadjian, 1986, 255 ; et citant F. Macler, 256). Voir aussi la carte de Gh. Khosdigian (Dédeyan, 1982, 399) et les commentaires. Côté non arménien : « De ci de là (en Syrie) quelques Arméniens et quelques Syriens qui commençaient, après les Grecs et les Juifs (au 18e siècle), leur diaspora commerciale » (Paris, 1957, V). « Ils ne sont pas seulement en Europe mais ils courent jusques au fond de l’Asie, aux Indes, au Tunquin, à Java, aux Philippines et par tout l’Orient, à la réserve de la Chine et du japon » (Tavernier, 1676).

2 Exemple d’occultation : Gilles Hermite, résidant à Alep à la fin du 16e siècle, traite de soie venue de Perse mais ne mentionne jamais les Arméniens qui en étaient, pourtant, dès cette époque, les pourvoyeurs (Baulant, 1953). Exemple de disproportion dans l’intérêt : 40 mentions d’ouvrages ou d’articles concernant les Juifs et 2 seulement en rapport avec les Arméniens dans la bibliographie de Daniel Goffman (1990).

3 J’ai eu l’occasion de croiser les marchands arméniens dans plusieurs travaux sur Marseille, Smyrne et les mouvements des métaux précieux d’Europe en Asie. Ceci explique cela : on découvrira dans le cours de ce chapitre dans quelle mesure les recherches anciennes ont pu guider et rejaillir. Aux difficultés circonstancielles qui ont empêché une consultation complémentaire des Archives nationales à Paris, il a été partiellement suppléé par un passage au Centre des archives diplomatiques de Nantes (désormais N/CAD).

4 De nouvelles statistiques patriarcales existent pour 1913-1914 (Kévorkian, Paboudjian, 1992, 57-60). Notons aussi quelques données rassemblées par les Mormons à Salt Lake City (Paulin, 1997, 31-54). On trouve chez Mesrovb J. Seth (1983 [1937], passim) des généalogies de familles arméniennes d’Inde qui semblent avoir été tenues régulièrement et remonter à un ou deux siècles en arrière.

5 Comment choisir entre un coefficient voisin de 4 pour l’Angleterre et l’Égypte au 19e siècle, un autre de 2,5 pour l’Empire russe à la même période, et celui de 1,66 pour l’Empire allemand ?

6 Les données les plus proches de l’événement (Arakel de Tauris [Arakel Davrijétsi]) sont floues. Viendrait ensuite le père Raphaël du Mans qui est précis quant aux Arméniens installés dans le Mazandéran et dont les estimations peuvent être recoupées (Schefer, 1890). C’est principalement sur lui que nous sommes enclins à limiter le nombre des réfugiés à 50.000. Vazken Ghougassian (1998, 31) a opté, quant à lui, pour le chiffre de 300.000 qui nous semble démesuré pour les raisons ci-dessus exposées.

7 D’après Chardin, l’ancienne Djoulfa aurait eu encore 2.000 maisons habitées dans la seconde moitié du 17e siècle, Nakhitchévan également. D’après le père Villotte (1730), Erzeroum aurait compté 7 à 8.000 familles à la fin du même siècle. Un repeuplement depuis 1604 n’est évidemment pas exclu.

8 Cf. A. de Gouvea, 1611. L’ancienneté du commerce à Djoulfa a été mise en lumière par Jurgis Baltrušaitis et Dickran Kouymjian (1986, 9-53).

9 Carswell (1968, 74) cite à l’appui d’une installation au Ghilan le Portugais Texeira, mais celui-ci parle de la province sans mentionner une quelconque arrivée d’Arméniens.

10 Les chiffres de population proviennent des récits de voyages précédemment cités. Les mémoires du chevalier d’Arvieux (1735) ne signalent pas non plus la présence d’Arméniens à Tripoli de Syrie (il est vrai en déshérence au moment de son passage) ni, d’une manière plus expéditive, à Damas et au Liban, mais bien la présence d’églises et la pratique assidue par les Arméniens des pèlerinages à Jérusalem. Le consul signale en 1686 une église à Chypre, tout en annonçant fièrement qu’il ne s’y trouve aucun marchand arménien (on était dans une période de xénophobie marseillaise). N/CAD, microfilm 2 Mi 2252.

11 Le consul français à Bassorah, au cours de la guerre de Sept Ans, fait traduire et écrire sa correspondance pour son collègue à Surat en arménien afin d’éviter qu’elle n’arrive à la connaissance des Anglais. Il ignorait sans doute que ceux-ci avaient également des Arméniens à leur service, capables de déchiffrer et de retraduire (N/CAD, microfilm sér. D, Bassorah 2). Absence et présence peuvent avoir été affaire de chronologie : Gilles Veinstein a retrouvé une communauté arménienne au 18e siècle à l’extrémité du Péloponnèse, à Kalimata.

12 L’affaire mettant aux prises un Arménien (Rouply ?) installé dans le Comtat Venaissin, les directeurs de la douane à Marseille et leur commis à Avignon est signalée incidemment à propos d’un cheval extraordinaire dans N/CAD, microcfilm 2 Mi 2252.

13 Seth (1983, 1-91) mentionne plusieurs Arméniens entrés au service d’Akbar. À Calcutta, les Arméniens s’en tirèrent en 1756 avec le paiement d’une amende. Il est vrai qu’ils n’étaient pas directement impliqués dans l’offense que Siraj ul-Daula reprochait aux Anglais.

14 Somatique par analogie avec la médecine « somatique », qui prend en considération tout le corps et, mieux, toute la personne. L’histoire totale a trop souvent été comprise à la façon d’un inventaire, pour globale qu’elle fût. Somatique y ajoute le sens de l’organisation interne. A. Jaubert (1821) mentionne, partant de la région de Van « de nombreuses caravanes d’ouvriers qui vont travailler dans les arsenaux de la Marine à Constantinople » et qui « reviennent au bout de quelques années s’établir dans leur patrie ». Migration analogue à celle des maçons de la Creuse à la même époque. De quand datait-elle en ce qui concerne les Arméniens ?

15 La qualification d’Althen en tant que promoteur de la culture de la garance dans le Comtat Venaissin se comprend alors sans peine. Transfert de technique assimilable à une trahison ? Il serait abusif de le prendre ainsi dans le contexte de l’époque.

16 Formant une nation très soudée, les Arméniens avaient leurs propres caravansérails à Smyrne et à Alep (de même qu’à Agra), des quartiers homogènes à Brousse et Angora. D’autre part, certains d’entre eux s’embarquaient avec un lot de marchandises pour aller les vendre en Europe.

17 L’ancienneté de la culture du mûrier et du dévidage des cocons est attestée dès le 13e siècle. Ghilek est le nom générique des habitants de la plaine et des vallées : leurs origines ethniques semblent avoir été des plus hétéroclites. Cependant, bien que la production de la soie en Arménie même ait été apparemment assez peu répandue dans le passé, les Arméniens n’étaient pas ignares en matière de pratique. En témoignent les invitations qui leur furent faites de la part des Anglais pour la création de plantations en Virginie et par les Russes pour le même objet du côté de Saint-Pétersbourg. L’âge d’or des Arméniens en Perse fut compromis par les événements de 1722, qui provoquèrent des expulsions. Il ne restait plus, à la fin du 19e siècle, qu’une quarantaine de familles à Recht. Une autre émigration interne s’était produite à partir de 1830, celle des Azéris.

18 Cf. la Remonstrantie de Francisco Pelsaert : Geyl, Moreland, 1925.

19 Une autre interprétation de ce passage ferait des Arméniens eux-mêmes les éleveurs des chèvres, qui les conduiraient l’été sur les hauteurs.

20 Hovhannès Djoughayétsi. Khachikian, 1967, 231-278.

21 Lettre d’Andrinople, du 17 mai 1717 : « J’ai remarqué que les plus riches marchands sont ici des Juifs : ils ont un crédit inimaginable et des privilèges plus étendus que les Turcs eux-mêmes ; ils forment une espèce de république très considérable et sont jugés par des lois qui leur sont particulières. Ils se sont emparés de tout le commerce de l’Empire, tant par l’union constante qui règne parmi eux que par la nonchalance et le défaut de l’industrie naturelle aux Turcs. Chaque Bacha a son Juif qui est son homme d’affaires » (Montague, 1764-1768). Le témoignage de Lady Montague est d’autant plus intéressant qu’elle a décrit très largement les usages des Arméniens et que son mari, l’ambassadeur, en avait un à son service. Le jugement sur le commerce entièrement aux mains des Juifs relève d’une optique limitée à la Roumélie. Lady Montague aurait eu une vision différente à Smyrne et Alep. Les privilèges accordées dans les capitulations provoquèrent même à Angora et à Brousse des conflits entre les résidents français et les marchands arméniens : N/CAD, microfilm 2 Mi 1958 ; et N/CAD, sér. D, Brousse 1.

22 C’est ainsi que nous pensons pouvoir reconstituer les trois faces du monopole du chah de Perse d’après Glamann (1958, 114-122.), Steensgard (1973, 380 sq.), et surtout Dunlop (1930, passim). On notera qu’en 1555, déjà, un chah de Perse avait préempté 500 charges de soie pour les vendre lui-même en Inde. L’initiative de Chah Abbas n’était donc pas sans précédent (Tucci, 1957).

23 Le débit des draps anglais en Perse appellerait lui aussi un examen. Il est probable que les Arméniens, qui en étaient les introducteurs, les revendaient aux marchands détaillants des bazars d’Isfahan et d’autres villes.

24 Paris, Archives nationales, K 1347 ; N/CAD, 2 Mi 2552. Exploitation pour Smyrne dans Morineau (1976). Nous nous bornons ici aux indications globales, nous réservant d’y revenir ultérieurement.

25 Chiffres de Chardin convertis en livres tournois pour la comparaison, peut-être exagérés, bien sûr : les cinq frères Chehrimaniants auraient valu à la fin du 17e siècle 70.000 tomans, soit 1.000.000 de piastres ou 2.500.000 livres tournois (Gulbenkian, 1970, 366, n. 14 et 15, citant Fleuriau, Estat présent de l’Arménie..., 1694). Nous avons montré à propos des Antilles au 18e siécle, dans un autre secteur d’activité, où cette fois 1 = 2, quels pouvaient être les pièges de la balance du commerce (Morineau, 1975).

26 Cas de l’eunuque Wei-tchong-hien en Chine au début du 17e siècle ; du banquier Pallavicini d’Anvers visité par Gourville aux alentours de 1665, à une époque où les Pays-Bas espagnols ne sont pas relevés de la guerre avec la France. On n’éprouvera aucune difficulté à mettre des noms sur des milliardaires contemporains vivant dans des pays pauvres.

27 Débat dans Modern Asian Studies (Chaudhury, 1993, 321-340. Prakash, 1993, 341-356).

28 Pour un exemple de chargement d’un vaisseau marseillais en 1613 : Morineau 1999a, 116-144. Pour des exemples comparés de marchands européens et asiatiques : Morineau, 1995.

29 N/CAD, microfilm sér. D, Bassorah 2, et 2 Mi 2552.

30 Est-il possible de faire des comparaisons plus rapprochées ? Seule une nouvelle prospection des archives permettrait d’en décider. Beaucoup de voyageurs européens ont financé leurs déplacements en Asie, voire autour du monde, en pratiquant un système assez voisin de celui de Stépanos. Par exemple, Francesco Carletti, dont les Ragionamenti de 1606 ont été traduits en anglais et publiés par Herbert Weinstock (Londres, 1965). Mais le cas est tout de même différent.

31 La comparaison n’est pas tout à fait exacte en ce que les compradores chinois appartenaient à la nation que, d’après la version que nous citons, ils desservaient tandis que les Arméniens étaient des étrangers en Inde. Mais cette dernière qualification pouvait aussi aggraver leur cas si l’on dénonçait alors leur cosmopolitisme. Il va de soi que les jugements sommaires sont à bannir dans des conjonctures plus ou moins chaotiques.

32 On ne peut passer sous silence les marchands musulmans comme compétiteurs. Aux 13e et 14e siècles, ils dominaient le marché de Zaitoun en Chine, pour la plupart d’origine persane. À supposer que la dizaine de monuments funéraires marqués d’une croix que l’on a retrouvés signalent des Arméniens (et non des Nestoriens), leur communauté aurait été des plus réduites. (Cheng Dasheng, Lombard, 1987). Les marchands musulmans ont continué de jouer un grand rôle en Indonésie et dans l’océan Indien. Par ailleurs, à Java, la minorité chinoise a eu de tout temps, depuis le 16e siècle jusqu’à nos jours, davantage d’importance numériquement et économiquement que la minorité arménienne. Le dynamisme de celle-ci n’en est pas diminué mais tout est affaire de pondération. De même, le jugement lapidaire de Malcolm (1821, iii, 474) doit-il être replacé dans son contexte géographique et chronologique : « Le portrait des Arméniens qui vivent en Perse tient en peu de mots. Ce sont des hommes soumis et modestes, qui tâchent, par des attitudes laborieuses, de soutenir leur vie au milieu d’un peuple qui les traite avec dureté et mépris... ». La gloire de la Nouvelle Djoulfa avait cessé depuis longtemps de déteindre sur eux, et l’adjonction d’une phrase sur les Juifs ne conjure pas le misérabilisme du passage : « Les Juifs sont bien plus méprisés que les Arméniens et leur condition est plus ignoble... ». Mais à la même époque – première moitié du 19e siècle – à Istanbul florissaient les sarafs arméniens. Une étude compréhensive du peuple tout entier doit prendre en charge la différence des lieux, les oscillations de la fortune, la gradation des conditions.

Auteur

Université de Paris XII, Créteil. (France)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540