Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Arméniens dans le commerce asiatique au début de l'ère moderne

 | 
Sushil Chaudhury
, 
Kéram Kévonian

Avertissement et remerciements

Texte intégral

1Cet ouvrage bilingue résulte d’une rencontre internationale organisée à l’automne 1998 à Paris par la Fondation Maison des sciences de l’homme, et qui faisait elle-même suite à un premier colloque, dont les travaux ont été publiés en 1999 par Sushil Chaudhury et Michel Morineau aux presses de l’université de Cambridge sous le titre Merchants, Companies and Trade, Europe and Asia in Early Modern Era dans la collection Studies in Modern Capitalism/Études sur le capitalisme moderne.

2Comme le précédent, ce volume s’inscrit dans une réflexion menée au sein de la Fondation MSH sur la genèse et les étapes du développement du capitalisme, en même temps que sur l’importance relative des processus économiques et politiques observés en Orient ou en Occident et des différents groupes participant aux échanges qui ont contribué à façonner le monde moderne. Les Arméniens, que la géographie a toujours prédisposés au commerce, ont joué aux 16e-18e siècles un rôle insuffisamment connu ; leur présence constante en Europe comme en Asie n’éveille pas que pour elle-même la curiosité de l’historien ; elle sert d’épreuve aux interprétations successives qui ont été données à l’évolution des rapports économiques et sociaux, de même qu’à la dimension prêtée à certains faits ; elle montre aussi d’autres cheminements grâce auxquels les capitaux ont été accumulés et redistribués, amenant l’historien à s’interroger dès lors sur les dispositifs ou les investissements qui les ont absorbés.

3Ce sujet à la fois neuf et vaste n’est traité qu’en partie dans les pages qui suivent : à mesure qu’elle avance, la recherche discerne elle-même les voies dans lesquelles elle devra se poursuivre ; et si ce volume parvient seulement à ouvrir des perspectives, il aura atteint son but. Mais sans le vigilant appui apporté par Maurice Aymard, administrateur de la Fondation Maison des sciences de l’homme jusqu’en 2005, à une réflexion destinée non pas à construire mais à comprendre l’histoire quel que soit le rouage particulier dont on veuille redécouvrir et expliquer le rôle hors de tout a priori, sans le soutien du Service des communautés arméniennes de la Fondation Calouste Gulbenkian et de son directeur, Zaven Yégavian, ces travaux n’auraient pas vu le jour. Que l’un et l’autre soient donc ici remerciés.

4On verra que la Nouvelle Djoulfa, fondée près d’Isfahan au début du 17e siècle, de même que le réseau commercial qu’elle a animé, sont présents dans presque tous les chapitres de ce livre. Deux circonstances l’expliquent : d’abord leur importance incontestable ; ensuite, la difficulté qu’il y aurait eu à traiter simultanément, sans leur accorder une place proportionnée à leur rôle, d’autres réseaux ou métropoles, et notamment Constantinople. Si, pourtant, l’intérêt de plusieurs thèmes – calcul et comptabilité, crédit, Afrique, navigation, problématique de l’État et de la nation, politique des États et organisation commerciale – se trouve déjà souligné ou se fait simplement jour au détour des pages, à son tour il ne fait qu’accréditer la nécessité d’agrandir l’éventail des recherches, à travers lesquelles il sera finalement possible de saisir le sens d’une réalité somme toute assez singulière dans l’histoire économique des temps modernes.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540