Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

#info

 | 
Arnaud Mercier
, 
Nathalie Pignard-Cheynel

Première partie. Tactiques de partage d’informations

Chapitre 2. Analyse des discours d’escorte de communication sur Twitter : essai de typologie des tactiques d’accroches et de mentions

Magali Bigey et Justine Simon

Texte intégral

  • 1 La notion de discours fait référence aux travaux de Gérard Genette dans la tradition littéraire (19 (...)

1Dans le cadre de ce que nous avons nommé la « tâche 3 » du projet de recherche Info-RSN, une attention particulière a été portée au discours d’escorte entourant le(s) lien(s) URL (Simon & Toullec 2016)1, qui vise à favoriser la circulation de l’information journalistique. Le propos de ce chapitre est de s’intéresser plus spécifiquement au discours d’escorte de communication, ayant pour but d’établir une relation de proximité avec l’autre. Le questionnement général qui se pose est le suivant : comment se construisent les discours d’escorte de communication qui sont ancrés dans une forte dynamique de circulation de l’information ? Et de manière plus précise, quelles accroches ont une véritable influence sur la circulation de liens URL d’articles d’information ?

2Pour répondre à ces problématiques, deux corpus ont été construits et pensés à partir de l’hypothèse d’une forte circulation de l’information : l’un correspond aux 10 000 tweets les plus retweetés durant une période de six mois (de mai à octobre 2014), et l’autre regroupe des tweets générés par les 100 articles les plus partagés sur cette même période (soit un total de 20 000 tweets).

  • 2 Voir l’introduction générale du volume pour une présentation du projet et des éléments méthodologiq (...)

3Le premier corpus a donné l’occasion de repérer toutes les formes discursives ayant une dimension interactionnelle forte, c’est-à-dire constituant des accroches spécifiques permettant d’attirer l’attention et d’inciter à faire circuler l’information. Nous présentons une synthèse de ce repérage à travers une typologie d’accroches dans la deuxième partie de ce travail. Le deuxième corpus a quant à lui permis d’approfondir l’analyse en nous focalisant sur le signe qui a été le plus représenté : le « technosigne » (Paveau 2014) arobase suivi d’un nom de compte d’un utilisateur de Twitter (@xxx) – cet ensemble étant communément appelé « mention ». Ce « signe passeur » (Souchier et al. dir. 2003) a révélé la complexité du fonctionnement discursif des tweets, de par sa fonctionnalité hypertextuelle. Plusieurs usages sont mis en évidence – adresse, mention au sens strict, citation –, qui se mettent de manière subtile au service de différentes stratégies d’interaction et de circulation de l’information. La dernière partie de cette contribution propose une typologie des usages stratégiques de l’arobase suivie du nom du compte. Mais avant cela, il est important de s’arrêter sur la démarche méthodologique et de souligner ainsi le travail des membres du projet Info-RSN2, qui a été réalisé de manière collective et interdisciplinaire.

Considérations méthodologiques

Problématique de circulation de l’information à deux niveaux

4Afin de répondre à la question de départ des facteurs discursifs favorisant une forte circulation sur le réseau socionumérique Twitter, il a été important de bâtir des corpus représentant une dynamique de circulation. Cette dynamique a pu être évaluée en fonction de deux critères : importance du nombre de tweets suscités par un article d’information (circulation de niveau 1) et importance du nombre de retweets à partir des tweets (circulation de niveau 2). Ces deux niveaux de réactions obéissent à des motivations différentes de la part de l’usager de Twitter : intérêt pour l’information traitée par le média et/ou intérêt de l’analyse qui a pu en être faite par lui. L’identité de cet usager est de plus un élément essentiel à prendre en compte dans cette logique de partage, car l’information publiée par quelqu’un ayant beaucoup de followers est forcément susceptible de mieux circuler. La manière de faire circuler l’information – via la publication du lien URL ou par la reprise d’un tweet contenant un lien – est également un point important à prendre en considération. Au niveau de l’article, l’usager de Twitter a la possibilité de partager de manière servile le discours entourant son lien (c’est-à-dire sans aucun ajout personnel au discours préfabriqué par le média), mais il peut aussi le modifier, le supprimer ou encore proposer un contenu totalement personnalisé. Au niveau du tweet, il existe cette même possibilité de partage par ce que nous nommons « retweet servile » – où le discours publié reste identique au tweet de départ – ou de réappropriation sous forme d’un nouveau tweet, mentionnant ou non l’origine énonciative du tweet de départ.

5Le premier corpus constitué sur lequel nous avons commencé à travailler a réuni les 10 000 tweets qui ont suscité le plus de retweets sur la période de six mois évoquée en introduction. Après les phases successives de tri, 318 tweets pertinents pour l’analyse des accroches sont ressortis (dont 108 contenant des « mentions » au sens large). Le détail de cette forte différence est explicité par la suite. Fortes de l’analyse de ce premier corpus, nous en avons constitué un deuxième qui a quantitativement ciblé une plus importante masse d’informations, en tenant compte des limites de leur traitement informatique, afin de réunir un plus large corpus de « mentions » pertinentes pour l’analyse. Celui-ci a été établi à partir de 200 tweets aléatoires suscités par chacun des 100 articles les plus partagés (soit 20 000 tweets). Les opérations de tri et de repérage ont conduit à un ensemble de 6 068 tweets.

Opérations de tris : élimination, mise de côté et vérification

Corpus des 10 000 tweets qui ont suscité le plus de retweets

6Afin de formaliser le corpus des 10 000 tweets collectés, nous avons supprimé plusieurs types de tweets tels que les tweets serviles, les liens secs et les tweets en langues étrangères uniquement constitués de caractères spéciaux, pour un résultat de 7 434 tweets restants.

7Puis nous avons écarté ceux des comptes de médias ou de journalistes qui s’affichent, par leur biographie sur Twitter, en tant que tels (6 390 tweets). La raison de cette mise de côté est que le travail sur le partage d’informations par des professionnels de l’information médiatique fait l’objet d’un autre objectif de notre projet. Cette soustraction faite, on obtient 1 044 tweets émis par des non-professionnels de l’information. Parmi ces usagers « ordinaires », se trouvent des figures emblématiques connues dans l’espace public, comme les hommes politiques, encore une fois qui se revendiquent en tant que tels (114 tweets en tout).

8Enfin, grâce à une dernière opération de vérification, nous avons éliminé les publications automatisées, qui ne sont pas toujours repérables à l’œil nu : 39 publications par hootsuite et dlvr.it ont ainsi pu être écartées, ce qui nous amène à un total de 1 005 tweets. Notons que chaque traitement de sous-corpus extrait de notre base de données a donné lieu à ce type de tamisages successifs, tant les données brutes mélangent des messages de qualité et d’origine différentes.

Corpus des 20 000 tweets aléatoires liés aux 100 articles les plus partagés

9Les mêmes éléments ont été supprimés du corpus de 20 000 tweets, mais il faut préciser que les retweets serviles (qui n’étaient pas présents dans le corpus précédent) ont également été retirés. Nous avons aussi décidé de supprimer des tweets en double, sur la base du titre de l’article (parfois enregistré sous deux noms distincts) et non de l’identifiant du tweet. Suite à ces éliminations, on obtient 14 505 tweets.

10Les tweets de médias et de journalistes affichés en tant que tels ont également été mis de côté. Ce qui nous amène à un total de 13 457 tweets.

11Enfin, l’étape de vérification a permis d’éliminer 86 publications automatiques. De 13 457, on passe donc à 13 371 tweets.

Repérage des observables

12L’opération de tri a nécessité plus de temps que nous ne l’imaginions. Ce travail est important à mettre en valeur et souligne la difficulté de travailler à partir de gros corpus comme le nôtre. Ce n’est qu’à partir du moment où notre corpus a été nettoyé que nous avons pu mettre à l’épreuve nos hypothèses afin de définir clairement les observables.

13Comme nous l’avons précisé plus haut, nous avons commencé par travailler sur le corpus des 10 000 tweets les plus retweetés. L’objectif était de prolonger le travail réalisé sur les discours d’escorte, en étudiant les marqueurs communicationnels. Nous avons défini un ensemble de marques discursives susceptibles de créer une relation de proximité avec les destinataires et permettant a priori de favoriser la circulation de l’information journalistique. L’analyse a donc mis en évidence un certain nombre de procédés discursifs signifiants correspondant à ce que nous avons appelé des « accroches » (que nous verrons en détail dans la partie suivante).

14Parallèlement à cette typologie des accroches, nous avons voulu approfondir la question des « mentions » (c’est-à-dire correspondant à l’usage de l’arobase suivie du nom du compte) – toujours au sens large. Dans le corpus des 20 000 tweets aléatoires liés aux 100 articles les plus partagés, nous avons uniquement focalisé notre attention sur l’usage de l’arobase suivie d’un nom de compte. Le travail de repérage n’a cependant pas systématiquement concerné les tweets contenant ce technosigne. Nous avons mis de côté les mentions dites « serviles », correspondant à la forme « via @xxx » du compte média ou simplement à l’arobase liée au compte du média cité, pour la plupart situées à la fin du tweet. Ces mentions sont considérées comme pauvres et redondantes puisque l’indication du nom du média figure la plupart du temps dans le lien URL (excepté dans les URL raccourcies). Qui plus est, cet ajout est généralement inséré automatiquement par le média dans la formule préfabriquée de partage. Au final, le travail de repérage des observables a ainsi mis en évidence un total de 6 068 tweets.

15Le tableau 1 récapitule les données quantitatives relatives aux opérations de tri et de repérage des observables de nos deux corpus.

Tableau 1. Synthèse des opérations de tri et de repérage

Corpus des 10 000 tweets qui ont suscité le plus de retweets Corpus des 20 000 tweets aléatoires liés aux 100 articles les plus partagés
Opérations de tri Après élimination 7 434 14 505
Après mise de côté 1 044 13 457
Après vérification 1 005 13 371
Opération de repérage 318 tweets comprenant une accroche signifiante (dont 108 avec mentions) 6 068 tweets contenant une mention pertinente

Typologie d’accroches signifiantes propres au discours d’escorte de communication

16D’un point de vue énonciatif, toute mise en discours s’inscrit dans une intention de mettre en commun une information. Tout discours se caractérise par sa dimension interlocutive intrinsèque – analysée en termes de dialogisme interlocutif (Moirand 2002). Toute publication sur Twitter partageant un lien URL cherche ainsi à la fois à inciter son public à se rendre sur le site d’information pour y lire l’article partagé et à le pousser à faire à son tour circuler l’information (à travers les différentes formes autorisées par le dispositif : ajout aux favoris, retweet servile, réponse, retweet manuel en copier-coller avec ou sans mention de l’origine énonciative du tweet de départ, etc.).

17Dans le travail engagé, nous avons voulu repérer des marques explicites d’incitation à la circulation – ou des traces de dialogisme interlocutif montré – pensées en termes d’accroches susceptibles d’interpeller le public et de favoriser la circulation de l’information journalistique. Ces stratégies d’accroche font partie de la boîte à outils des professionnels de l’information médiatique. Dans un dispositif de presse écrite, il est difficile de parler de réelle interaction avec le lecteur, il s’agit plutôt de simulacre de dialogisme interlocutif, le lecteur pouvant difficilement réagir directement au contenu présenté. Thierry Watine (2006) parle de « journalisme de conversation » à propos de ces stratégies énonciatives interactionnelles. Et cette feinte d’interaction réelle est analysée par Jean-Michel Adam et Marc Bonhomme à propos du discours publicitaire en termes de « dialogisme feint » (2005 : 37). S’agissant du réseau socionumérique Twitter, il convient de faire une distinction entre les procédés discursifs qui jouent sur ce simulacre d’interaction et ceux qui relèvent d’une interaction réelle – avec notamment la création de liens introduits par l’arobase suivie du nom du compte, qui permettent d’interpeller directement la personne souhaitée. Nous considérons de plus ces accroches visant à attirer l’attention d’internautes comme ayant une valeur performative forte, étant donné l’objectif de partage de l’information : on incite à lire l’article mis en lien et à retweeter, à aimer, etc.

  • 3 La dialogisation fait partie d’un ensemble de stratégies qui jouent sur le dialogisme interlocutif. (...)

18À partir d’une synthèse des travaux portant sur les pratiques discursives destinées à créer une relation forte avec le public ciblé, nous avons listé, avant de procéder à l’analyse de notre corpus, les procédés discursifs considérés comme signifiants. Les études concernées (Velcic-Canivez 2006 ; Bakhtine 1977 ; Benveniste 1974) relèvent du champ de la linguistique, du domaine de la communication interpersonnelle, de l’analyse du discours et de la linguistique de l’énonciation : indices de personne, de lieu et de temps, d’ostension et d’intimation faisant partie de l’appareil formel de l’énonciation – ou formes de deixis, stratégies de dialogisation3, oralisations des contenus informatifs, questions. L’analyse du corpus des 10 000 tweets qui ont suscité le plus de retweets a ensuite permis de repérer – ou non – ces formes définies a priori. Les différentes accroches jugées pertinentes dans notre problématique de circulation de l’information se répartissent en deux groupes : celles qui jouent sur un simulacre d’interaction (rubriquage captif, déictiques d’ostension, actes de langage de sociabilité, accroches allocutives, incitations à l’action, accroches délocutives, questions) et celles relevant d’une interaction réelle (mentions). Nous détaillons ces différentes accroches dans le développement qui suit, par ordre croissant de leur importance. La figure 1 schématise cette représentativité quantitative des 8 accroches analysées.

Figure 1. Répartition quantitative des différents types d’accroches repérés (total = 318)

Figure 1. Répartition quantitative des différents types d’accroches repérés (total = 318)

Le rubriquage captif

19Nous avons recensé 9 cas de rubriquage captif, constitués de formulations fortes ayant directement une incidence sur l’attention. Souvent, on les repère à l’aide de termes comme « Urgent », « Insolite », associés ou non à un hashtag (par exemple : #Insolite). Une majorité des cas est constituée d’appels à témoins, comme ce qui suit. Le lien URL est ici réduit par l’intermédiaire d’un générateur de liens courts (ou réducteur de liens).

1. APPEL A TEMOINS Maria Delval, 14 ans, disparue dans le Morbihan depuis mercredi dernier goo.gl/Up1Xko ″
(@Xvi…)a
a. La parenthèse reprend l’identification du compte émetteur du tweet. Pour préserver l’anonymat des usagers ordinaires de Twitter, nous avons pris le parti de masquer une partie de leur pseudo, et de la remplacer par des points de suspension.

Les déictiques d’ostension

20Nous avons trouvé dans notre corpus 16 occurrences de déictiques d’ostension. Ceux-ci permettent de pointer directement le contenu de l’article (illustration 1) ou de souligner un élément du tweet (illustration 2) ; ils sont présents la plupart du temps sous la forme « c’est ici », « voici », « voilà »… Certains utilisent un signe visuel : dans l’illustration 3, la flèche (parfois une icône de main seule ou multipliée) sert de pointeur, oriente la lecture et insiste sur certaines informations contenues dans le tweet.

Illustration 1. Exemple de tweet intégrant un déictique d’ostension

Illustration 1. Exemple de tweet intégrant un déictique d’ostension

Illustration 2. Exemple de tweet intégrant un déictique d’ostension

Illustration 2. Exemple de tweet intégrant un déictique d’ostension

Illustration 3. Exemple de tweet intégrant un signe visuel pour déictique d’ostension

Illustration 3. Exemple de tweet intégrant un signe visuel pour déictique d’ostension

Les actes de langage de sociabilité

21Nous en avons répertorié 21 cas dans le corpus, qui sont de l’ordre de l’interpellation sociale (salut, remerciement, félicitations…). Régulièrement, on peut constater dans le contenu une forme d’ironie plus ou moins explicite, de faux remerciements, l’accentuation par cet acte particulier de langage d’une forme de dénonciation, ou tout du moins de mise en lumière d’un point de désaccord. Les exemples qui suivent contiennent principalement des remerciements, réels (exemples 2 à 5) puis ironiques (exemples 6 et 7).

2. Merci @Villepin pour cette prise de position claire et courageuse http://bit.ly/​1xJa2U8 #Gaza #Israel
(@Psyo…)
3. RIP Robin. Merci pour tout #thanksrobinwilliams RT @lemondefr L’acteur américain Robin Williams est mort http://www.lemonde.fr/​disparitions/​article/​2014/​08/​12/​l-acteur-americain-robin-williams-est-mort_4470207_3382.html
(@fred50…)
4. Football - Mondial 2014 - @paulpogba - Félicitations - Paul Pogba meilleur jeune du Mondial - http://www.lequipe.fr/​Football/​Actualites/​
(@Autre…)
5. Merci @edwyplenel d’avoir donné une plume à ces idées que je partage. La France s’oublie et se perd http://www.mediapart.fr/​journal/​international/​230714/​palestine-monsieur-le-president-vous-egarez-la-france?onglet=full via @Mediapart
(@smoui…)
6. Merci hollande @lemondefr : “Le Front national largement en tête aux européennes” http://www.lemonde.fr/​tiny/​4425485/​
(@again…)
7. Le nombre de SDF a augmenté de 50 % en trois ans http://www.lemonde.fr/​societe/​article/​2014/​01/​30/​soixante-ans-apres-l-hiver-1954-le-mal-logement-perdure_4357253_3224.html … via @lemondefr merci #Sarkozy merci #Hollande !
(@didierg…)

22Dans les deux derniers cas, l’ironie va vers des acteurs politiques, dénonçant une situation pour laquelle ils sont désignés responsables par les internautes. Ironie critique qui est très pratiquée dans les situations de polémique, comme l’analysent Brigitte Sebbah, Arnaud Mercier et Romain Badouard dans le chapitre 7 de ce livre.

Les accroches allocutives

23Nous en avons dénombré 24 dans le corpus. Elles sont constituées de déictiques indices d’intimation sous une forme allocutive (deuxième personne du singulier et du pluriel avec une utilisation de l’impératif), et peuvent elles aussi faire montre d’ironie critique. Les exemples ci-dessous reprennent les divers cas rencontrés.

24Exemple d’impératif :

8. A New-York, un coiffeur coupe gratuitement les cheveux d’un SDF ; regardez le résultat Huff.to/1AunRZQ
(@DXX…)

25Exemple d’ironie critique :

9. C’est officiel : vous pouvez répondre “Dans ton cul” à la question “Où sont passés les 40mds d’allègement de charges” http://www.liberation.fr/​futurs/​2014/​08/​19/​gifle_1083341
(@humourdedroite)

26L’objectif est dans ces deux exemples d’impliquer le lecteur et de l’inciter à cliquer, mais l’intimation est plus subtile dans le cas de l’ironie critique, fondée sur l’accroche.

Les incitations à l’action

27Les incitations à l’action sont au nombre de 33 dans le corpus total. Nous avons repéré parmi ces dernières des incitations à lire, à donner son avis, à retweeter, à devenir follower d’un compte, à voter, ainsi que des incitations à l’action hors dispositif numérique (par exemple incitation à se rendre à une manifestation).

10. Sympa et patriote la 1ère sénatrice à Twitter #HollandeDemission ! Ca vaut bien 1 RT Non? Pour aider au courage ! http://lelab.europe1.fr/​Une-senatrice-…
(@David_…)

Ici, l’incitation à retweeter passe par l’implication du lecteur associée à une récompense, sorte de soutien pour le « courage » mentionné dans le tweet.

Les accroches élocutives

28Le nombre des accroches élocutives est plus important : 51 au total. Elles sont le pendant des accroches allocutives, impliquant les déictiques indices de personne sous une forme de première personne du singulier et du pluriel, plus l’indéfini « on » utilisé comme une première personne.

29Exemples :

11. C’est une honte, jamais je n’irai la bas tant que la peine de mort existera pour les enfants. http://geopolis.francetvinfo.fr/​maldives-lenfer-au-paradis-la-peine-de-mort-restauree-meme-pour-les-enfants-35133
(@Johnny…)
12. “@PowerOfRevenge: “un poisson rouge opéré d’une tumeur au cerveau http://bit.ly/​1qTOcxL” ou allons nous? #doravoice
(@Tina…)
13. Mais on n’en verra rien @20Minutes:La Lune va virer au rouge mercredi < éclipse lunaire totale http://dlvr.it/77TGKg http://twitter.com/​20Minutes/​status/​519522178358726656/​photo/​1
(@Marie…)

30Dans ces exemples, les accroches élocutives sont des indicateurs d’ethos, d’implication personnelle explicite du locuteur dans ses tweets.

Les questions

31Le corpus compte 55 questions de tous types, y compris des questions rhétoriques. Ces dernières ont un but d’affirmation d’opinion, et également parfois un but ironique. La question la plus rencontrée dans le corpus reste tout de même celle qui appelle une réponse.

14. “@20Minutes: Une Chinoise se marie dans une robe avec une traine de 4 km http://dlvr.it/71mFMb http://twitter.com/​20Minutes/​status/​515506031464435712/​photo/​1” Pourquoi ?
(@zebo…)
15. Max le supporter de @lequipe nous met en boîte avec humour. Vous aimez ? lequipe.fr.Football/actua…
(@girondins)

32Exemple de question rhétorique :

16. “Emmanuel Macron juge «inadmissible» la dureté des attaques contre #Hollande” Et contre Sarko c’était normal ? http://www.20minutes.fr/​politique/​1438219-20140906-emmanuel-macron-juge-inadmissible-durete-attaques-contre-hollande
(Cyrill…)

33Exemple de question avec la réponse ajoutée à un présentatif qui introduit le lien de l’article :

17. [Point Affaires Sarkozi] Vous n’arrivez plus à suivre ? Un petit récap s’impose >>> francetvinfo.fr/politique/nico…
(@Le_P…)

Ce dernier cas est le plus représenté, le lien servant, dans la plupart des cas, à répondre à la question posée par l’usager dans le tweet ; une façon encore d’inciter clairement le lecteur à cliquer sur le lien qui suit.

Les mentions

34Les mentions sont nombreuses dans le corpus, nous en avons dénombré 108. Elles ont des particularités et permettent diverses formes d’interactions, parfois complexes, dans les tweets ; nous allons les détailler ci-après.

Les mentions au sens large

35Les dispositifs numériques permettent, grâce au lien hypertexte, de renouveler les pratiques. Les mentions en sont l’exemple parfait car il s’agit de procédés technodiscursifs relevant d’une volonté d’interaction réelle avec le public visé. Dans l’usage du signe arobase suivi du nom du compte, le propriétaire du compte reçoit automatiquement une notification qui l’informe que son compte a été mentionné dans un tweet, et donc d’une volonté d’interaction.

36Nous savons que l’usage du signe arobase suivi du nom du compte peut recouvrir deux fonctions discursives principales : fonctions d’adresse (formes d’interpellation ou de prise à témoin, correspondant au poke de Facebook, permettant d’attirer l’attention de personnes ciblées) et de mention (qui relève d’un usage autonyme du signe, où le nom du compte – et par métonymie la personne à qui appartient ce compte – fait l’objet du discours).

37À ces fonctions correspondent différents niveaux d’interactivité :

  • Twitter étant public4, il faut premièrement considérer les échanges produits comme s’adressant potentiellement à une masse d’utilisateurs twittos voire d’internautes non inscrits (pour lesquels ces échanges sont utiles dans des actions de veille par exemple) ;
  • deuxièmement, chaque twitto s’adresse plus particulièrement à sa sphère de followers ;
  • enfin, en tant que twitto, chaque personne peut orienter ses tweets vers une personne en particulier grâce à l’usage du signe arobase suivi du nom du compte.

38Cela dit, cet usage de l’arobase n’est pas aussi simple que l’on pourrait le croire. Les possibilités offertes par ce signe permettent des subtilités à ces différents niveaux de visibilité. Lorsque l’on construit un lien commençant par l’arobase @xxx, correspondant au nom du compte d’une personne P :

  • on peut tout d’abord l’informer, l’interpeller, la prendre à témoin, s’adresser directement à elle, de manière privée (ou plutôt semi-privée car seul le compte mentionné et les followers mutuels verront spontanément le tweet)5 ;
  • on peut aussi l’interpeller ou la prendre à témoin en s’adressant à elle de manière publique et visible dans la timeline de chacun de ses propres followers sur le réseau, grâce à l’ajout d’un signe généralement non invasif (souvent le point) devant l’arobase (.@xxx). Le but peut être de rendre publique une conversation à caractère privé, afin d’attirer l’attention d’autres personnes sur le sujet de la conversation, ou encore de rendre tous les potentiels usagers de Twitter témoins de ce qui est en train de se dire. Le principe de prendre à témoin est notamment utilisé pour interpeller des personnalités publiques, politiques ou médiatiques ;
  • on peut parler du compte de cette personne P, et par là même de son identité, à la troisième personne, le mentionner afin de faire ressortir clairement le compte, la mention étant toujours un lien direct pour consulter d’un clic son profil. Le but ici peut être de la faire connaître auprès de ses propres followers et de leur donner la possibilité de suivre cette personne (exemple du #FF ou #FollowFriday devant un nom de compte), ou de les inciter à débattre à propos des personnes mentionnées, faisant souvent l’objet de l’actualité (encore une fois, ces personnes pouvant être des personnalités publiques, politiques ou médiatiques) ;
  • on peut enfin évoquer le compte d’une personne en le citant – plus précisément en mentionnant l’origine énonciative d’un discours. L’arobase suivie du nom du compte est ainsi encore utilisée en mention. On peut évoquer le nom du compte en tant qu’origine énonciative d’un tweet ou d’une partie d’un tweet et/ou d’un article mis en lien lorsqu’il s’agit de citation de comptes médias.

39Il se trouve ainsi que le technosigne formé par l’arobase et le nom du compte est une seule et même forme qui peut correspondre à des fonctions discursives et communicationnelles distinctes et qui peut toucher des niveaux d’interaction variés.

Typologie : adresses, mentions et citations

40L’observation nous a amenées à observer les divers usages du signe arobase et nous avons pu en déterminer plusieurs fonctions, et ce dans les deux corpus d’étude. Nous avons ensuite recensé le tout dans une typologie, développée ci-dessous. Dans une première sous-partie de la classification, nous avons répertorié tous les usages observés de l’arobase en adresse, dans une deuxième l’utilisation spécifique du technosigne en mention, la troisième se focalisant précisément sur les pratiques citationnelles avec mention de l’origine énonciative.

Les adresses et leur rôle dans les stratégies d’interaction et de circulation

Les adresses simples

41Dans le cas de l’adresse simple – de forme @xxx située au début du tweet –, on mentionne un compte spécifique, ou on lui répond, sans forcément avoir l’intention que cette réponse soit rendue publique (selon que l’on a ou non connaissance de la restriction d’audience attachée à la mention en début de tweet). Comme nous l’avons vu, seuls les comptes qui sont abonnés aux comptes en présence (le compte qui envoie le tweet et le compte mentionné) les verront apparaître dans leur timeline.

42Ci-dessous, un message de félicitations envoyé directement à Dominique de Villepin (@Villepin), par l’intermédiaire de son compte, basé sur un article du Figaro.fr :

18. @Villepin merci et BRAVO pour votre article sur le figaro : « Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza » http://www.lefigaro.fr/​vox/​monde/​2014/​07/​31/​31002-20140731ARTFIG00381-dominique-de-villepin-lever-la-voix-face-au-massacre-perpetre-a-gaza.php
(@Ali…)

Dans ce cas, il existe un lien fort entre le contenu de l’information mise en lien et l’identité du compte cité. Grâce à l’usage de l’arobase, l’internaute réalise de plus un acte de langage direct de remerciements et de félicitations.

43L’interpellation de personnalités (politiques ou médiatiques) n’a pas tout à fait le même impact sur l’espace public que celle de personnes « ordinaires » – avec toute la prudence qu’il faut accorder à cette formulation. On suppose que l’adresse faite aux personnes plus ou moins connues et reconnues dans le cercle de connaissances d’usagers de Twitter peut avoir un impact spécifique sur la circulation de l’information. Cette remarque est également valable pour la mention au sens strict. L’usage du compte d’une personne notoire en adresse ou en mention peut influencer la réception et la mise en circulation de l’article qui l’accompagne.

44Le tweet suivant engendre une sorte de teasing, ne donnant aucune indication sur le contenu de l’article en lien, mais suscitant l’envie de voir de quoi il s’agit :

19. @kzz_ Et ouais mec ! http://ecologie.blog.lemonde.fr/​2014/​10/​01/​en-alaska-35-000-morses-se-refugient-sur-une-plage-faute-de-banquise/​
(@_Yo…)

La stratégie d’interpellation vise à resserrer la dimension interpersonnelle. Seuls les deux usagers semblent connaître l’implicite du discours. On suppose que l’objet de l’article doit être en rapport avec la personne ciblée, mais il est impossible de savoir si ces deux personnes sont en accord sur le sujet ou si, au contraire, la publication cherche à donner un élément de preuve afin de contre-argumenter. Seule l’analyse du fil conversationnel permettrait de donner des éléments de réponse mais, dans la mesure où nous partions de tweets récoltés sur la base du partage du lien, nous n’avons pas pu développer cette démarche pour le moment.

45Très peu d’adresses simples se font au milieu d’un tweet. L’insertion au début ou à la fin du tweet est l’usage majoritaire. On trouve tout de même certains exemples atypiques dont la dimension interlocutive est très forte. Dans l’illustration 4, il s’agit d’une adresse directe à la deuxième personne du singulier. Il se trouve que l’identité du twitto est très importante à considérer puisqu’il s’agit du compte de Patrick Bruel, qui s’adresse de manière complice à @OmarSy, un « confrère » de la scène culturelle française :

Illustration 4. Tweet du chanteur Patrick Bruel à l’attention de l’acteur Omar Sy

Illustration 4. Tweet du chanteur Patrick Bruel à l’attention de l’acteur Omar Sy

L’adresse simple à la fin du tweet est un cas de « c.c. », carbon copy, ayant le simple but d’informer le compte mentionné du contenu du tweet. Il ne s’agit pas d’une démarche d’interpellation comme on a pu le voir précédemment.

46L’adresse en fin de tweet est moins puissante. Elle permet de prendre à témoin ou tout simplement d’informer, comme dans l’exemple suivant :

20. Après la cigarette électronique : le joint électronique http://bit.ly/1q0SALN http://twitter.com/​BFMTV/​status/​481115787449860097/​photo/​1 #soc @Alexia…
(@anna…)

47Un des moyens de s’assurer que son tweet aura l’audience attendue est de l’éditer plusieurs fois – parfois plusieurs dizaines de fois –, en modifiant à chaque fois le/les premier(s) destinataire(s). Cela permet de ne pas surcharger sa propre timeline, donc d’éviter de lasser ses propres followers puisque ces publications directes ne leur sont pas accessibles automatiquement, tout en s’assurant de l’audience prévue. Plusieurs tweets, comprenant le même lien URL qui renvoie vers un même article, sont adressés par le même auteur à un ou plusieurs twittos, avec un discours d’escorte adapté ou non, ciblé pour chacun des tweets. La mise en circulation de l’information est ainsi doublée d’une personnalisation de l’adresse qui se fait de manière interpersonnelle.

Les adresses multiples

48L’adresse multiple au début du tweet s’assure encore une fois de l’audience attendue pour faire passer un message :

21. @NasrineMfsb @RocknRollBiBi http://www.lemonde.fr/​disparitions/​article/​2014/​08/​12/​l-acteur-americain-robin-williams-est-mort_4470207_3382.html
(@arnaudL…)

49Afin de lier l’adresse au contenu de l’information, l’adresse multiple peut être incorporée au discours par une insertion en milieu de tweet. Cet usage permet de s’assurer d’une audience choisie tout en mettant l’accent sur l’information et le lien contenus dans le tweet, avec un accès visible pour tous les followers :

22. “@LeNouvelObs #Japon Un député dérape, démissionne, s’excuse en public http://bit.ly/​RiAhej” cc @jf_cope @Patrick_Balkany à quand votre tour ?
(@MJa…)
  • 6 Ce constat amène à réfléchir à la possible transposition du concept de « modalisation autonymique » (...)

50Encore une fois, notons la différence importante que revêt une adresse à un compte inconnu du grand public – où la complicité se fait à travers un partage brut de l’information (exemple 21) – et une adresse à un compte dont la notoriété est forte (exemple 22). Ce jeu d’adresse à des personnalités politiques comme Jean-François Copé et Patrick Balkany répond à une stratégie d’interpellation critique puisque le locuteur leur demande implicitement d’adopter le même comportement que celui du député japonais dont il est question dans l’article du Nouvelobs.com cité. L’interrogation « à quand votre tour ? » constitue une incitation à l’action, et celle-ci est doublée d’une dimension critique qui donne également à l’usage des technosignes une fonction de mention. Grâce aux arobases, le twitto compare diverses situations de dérapage, corruption, détournement de fonds, etc. Dans plusieurs exemples, nous avons été confrontées à cette dualité, où il est difficile de séparer nettement l’usage fait en adresse et en mention6. Cette configuration engendre un triple rapport interlocutif : adresse aux comptes cités, captation de l’attention des followers et plus largement de l’ensemble des usagers de Twitter.

51L’adresse multiple à la fin du tweet a un but identique à celui de l’adresse simple en fin de tweet. Une carbon copy permet de s’assurer que la personne mentionnée aura bien reçu l’information :

23. “Il tue son colocataire et demande à Siri où cacher le corps http://dlvr.it/6blqd3 http://twitter.com/​20Minutes/​status/​499499258249105408/​photo/​1” @InaListing @Aleksb…
(@AmalC…)

Impossible de savoir cependant si le choix de ces mentions est cohérent ou stratégique : prise à témoin de comptes de personnes se connaissant et partageant les mêmes affinités ou ayant intérêt à se connaître ?

52Il est en outre important de préciser que l’ajout d’une émoticône est également repéré dans nombre de tweets (en adresse simple ou multiple). Sa place est variable dans le corps du tweet et ses usages sont également diversifiés (voir chapitre 10). En début de tweet, l’émoticône annonce le mode sur lequel l’information doit être prise ou le sentiment de l’auteur du compte quant à l’information qu’il fait circuler. À côté d’une mention, elle indique le sentiment de l’auteur, voire son avis, d’abord au compte mentionné, mais aussi à tous ses followers.

24. http://www.ladepeche.fr/​article/​2014/​09/​29/​1961534-corps-est-infeste-vers-apres-avoir-mange-sushis.html
(@AnthonySh…)

Les adresses publiques

  • 7 Twitter a fait disparaître les adresses publiques de ce type en 2016. À lire sur : http://www.press (...)

53Les adresses publiques7 se font par l’ajout, avant l’arobase, d’un signe de type non invasif, choisi pour sa discrétion et le peu d’information sémantique qu’il transmet, tel que le point, les guillemets ouvrants, l’apostrophe ou encore le tiret ; ces signes de ponctuation ne changent pas le sens du texte et, même en contexte, sont rarement perçus comme faisant sens. La grande majorité des adresses publiques qui mentionnent d’abord un compte utilisent le point ou l’apostrophe.

54Il existe différentes formes d’adresses publiques (.@xxx / “@xxx / ‑@xxx), à des usagers ordinaires de Twitter (exemples 25, 26, 27), à des comptes de médias ou à des journalistes (exemples 28, 29, 30) ou à des organisations ou personnalités publiques (exemples 31, 32). Dans tous les cas, les auteurs de tweets qui les utilisent visent principalement à attirer l’attention de leurs propres followers sur le contenu du tweet et sur les twittos qui y sont mentionnés, l’objectif implicite sous-jacent étant en outre de les inciter à partager l’information voire à donner leur avis. Il s’agit d’une forme de mise en copie de l’information sans discours orienté vers le compte mentionné, contrairement à la mention qui, elle, fait montre de cette volonté d’interaction en plus de celle du partage de lien URL.

  • 8 Sur les cartes Twitter, voir le chapitre 4 de ce volume.

55Dans les trois exemples qui suivent, nous sommes face à une reprise d’un tweet existant. @Angelus_Y… et @LandonH… ont retweeté manuellement l’information, ce qu’ils indiquent grâce à l’insertion des RT (retweet) et MT (modified tweet) et en précisant l’origine énonciative – respectivement @nivrae et @lequipe. Toutefois @LandonH… a respecté la mise en forme du tweet participatif de départ diffusé par @lequipe ; il a ainsi mis en valeur l’incitation à retweeter (RT) ou à ajouter le tweet aux favoris (FAV) présentée grâce à des renvois à la ligne – incitation renforcée par la Twitter card8 liée à l’article, de nature iconotextuelle. Quant à @margaux_d…, cet auteur utilise la forme “@xxx et cite encore une fois un autre tweet. Les marques de citation sont incomplètes : présence des deux-points, du guillemet d’ouverture mais pas de celui de fermeture. L’origine énonciative du tweet de départ est effacée, mais on peut deviner celle de l’information partagée grâce à l’URL Francetvinfo.fr.

25. .@kwakos RT @nivrae : Il tue son colocataire et demande à Siri où cacher le corps http://www.20minutes.fr/​article/​1428047/​tue-colocataire-demande-siri-o-cacher-corps#xtor=RSS-145
(@Angelus_Y…)
26. MT @lequipe : Qui doit être numéro 1 ?
RT : Courtois
FAV : Cech
http://lequi.pe/1tomwQc http://twitter.com/​lequipe/​status/​502139002367901696/​photo/​1
(@LandonH…)
27. . “@rizbasmati : “Deux jeunes se tuent en faisant l’amour sur un balcon à Londres http://www.francetvinfo.fr/​monde/​europe/​un-couple-de-jeunes-se-tue-en-faisant-l-amour-sur-un-balcon-a-londres_622223.html
(@margaux_d…)

56Quand les adresses publiques sont orientées en direction de médias, journalistes ou hommes politiques, le discours d’escorte est généralement plus fourni que pour un usager ordinaire : on a besoin de plus expliciter sa pensée dans ces cas.

28. .@lemondefr : #EP2014 - L’oeil de @XavierGorce sur la très large victoire du FN aux européennes http://www.lemonde.fr/europeennes-2014/live/2014/05/25/suivez-les-elections-europeennes-en-direct_4425485_4350146.html http://twitter.com/​lemondefr/​status/​470631290166075392/​photo/​1
(@Kevin_H…)
29. .@libe a “oublié” les DOM. #RegionRhumCharette #Team974 “La région Rillettes, tentant non?” http://www.liberation.fr/​politiques/​2014/​04/​11/​redecoupage-des-regions-les-cartes-de-liberation_994748
(@galan…)
30. .@edwyplenel rend hommage à #Hessel c’est bien (certains militants PS lui ont ch… dessus le jour même de sa mort) http://www.mediapart.fr/​journal/​international/​230714/​palestine-monsieur-le-president-vous-egarez-la-france?onglet=full
(@antennerelais)

57L’interpellation de médias ou de journalistes par l’adresse publique permet de donner une forte visibilité à l’information qui peut être traitée de manière plus ou moins laconique. Dans l’exemple 29, on reproche à @libe de ne pas prendre en considération les DOM dans la présentation du redécoupage des régions alors qu’en 28, le but est de faire une simple large diffusion, sans qu’il n’y ait de présentation de point de vue sur le sujet. L’exemple 30 est légèrement différent puisque l’adresse publique est utilisée à la fois en usage et en mention. Il est question d’attirer l’attention d’@edwyplenel afin de lui témoigner un soutien (« c’est bien ») et en même temps, on parle de son action à la troisième personne. Encore une fois, les fonctions d’adresse et de mention se confondent.

31. .@Villepin , l epoque ou la #France = espoir : « Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza » http://www.lefigaro.fr/​vox/​monde/​2014/​07/​31/​31002-20140731ARTFIG00381-dominique-de-villepin-lever-la-voix-face-au-massacre-perpetre-a-gaza.php … via @Le_Figaro
(@Nm_M…)
32. .@partisocialiste faut ralentir, avec un conflit d’intérêt par jour on n’arrive plus à suivre http://ow.ly/​2FPeqF
(@MmeLen…)
  • 9 Voir à ce sujet : Simon & Toullec (2016).

58L’utilisation de la mention publique avec le compte de Dominique de Villepin s’est faite à plusieurs reprises, cela en lien à l’article publié sur Lefigaro.fr. Certaines constituent des adresses directes de remerciement comme dans l’exemple 18, d’autres, comme pour l’exemple 31, cherchent parallèlement à saluer les propos de l’homme politique, grâce à un usage autonyme. Dans l’exemple 32, nous sommes face à un tweet multimodal9 conçu par l’usager de Twitter (illustration 5). L’insertion d’une capture d’écran de l’article du Point.fr sur support mobile est mis en lien par @MmeLen… afin de donner un exemple d’affaire de conflit d’intérêts. L’interpellation publique au .@partisocialiste est plus générale que l’objet de l’article et permet une critique indirecte teintée d’une pointe d’ironie.

Illustration 5. Tweet multimodal interpellant le .@partisocialiste en adresse publique

Illustration 5. Tweet multimodal interpellant le .@partisocialiste en adresse publique

59Enfin, comme nous l’avons observé plus haut, certains twittos utilisent une multiplication d’adresses publiques sur un même sujet : un même lien partagé mais adressé à plusieurs personnes dans plusieurs tweets distincts, et ce de manière publique, afin d’élargir l’audience au-delà des comptes mentionnés. La répétition a pour but de créer un phénomène de curiosité, et d’engendrer des clics sur le lien du média cité. Il est encore question de l’article de @Villepin dans les deux exemples suivants : @Alk… interpelle de manière publique deux personnalités politiques – .@BCazeneuve et .@EladRatson – afin de leur faire savoir qu’il ne les trouve pas à la hauteur par rapport à Dominique de Villepin.

33. .@BCazeneuve petite leçon de Dominique de @Villepin : « Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza » http://www.lefigaro.fr/​vox/​monde/​2014/​07/​31/​31002-20140731ARTFIG00381-dominique-de-villepin-lever-la-voix-face-au-massacre-perpetre-a-gaza.php
(@Alk…)
34. .@EladRatson en voilà un qui n’est pas à vos pieds @Villepin : « Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza » http://www.lefigaro.fr/​vox/​monde/​2014/​07/​31/​31002-20140731ARTFIG00381-dominique-de-villepin-lever-la-voix-face-au-massacre-perpetre-a-gaza.php
(@Alk…)
  • 10 Dans la conclusion de son ouvrage Prendre à témoin, une étude linguistique, Mirna Velvic-Canivez (2 (...)

60Le mode énonciatif utilisé – le « mode témoin10 » – permet à l’auteur du tweet de se mettre dans un rapport symétrique par rapport à ces deux diplomates. Il prend à témoin toute leur timeline afin de critiquer leur action politique et implicitement de les inciter à trouver des solutions pour diminuer les violences entre Israéliens et Palestiniens dans la bande de Gaza.

Les mentions – au sens strict – et leur rôle dans les stratégies d’interaction et de circulation

Les mentions simples

61Les mentions au sens strict de personnes dans le tweet représentent un usage autonyme. Les configurations rencontrées sont variées, comme pour l’adresse : en début, milieu et fin de tweet. Il existe en revanche très peu de mentions multiples.

Illustration 6. Critique du choix d’illustration du Point.fr pour son article sur la parentalité des transsexuels

Illustration 6. Critique du choix d’illustration du Point.fr pour son article sur la parentalité des transsexuels

62En comparant le choix iconographique du Point.fr pour un article sur la parentalité des transsexuels à l’utilisation de la photo de vedettes du cinéma pornographique pour illustrer un article sur la cause hétérosexuelle, l’auteur du message reproduit dans l’illustration 6 exprime clairement sa position. Ce tweet est typiquement un discours de dénonciation à l’attention de toute personne qui le verra.

63On trouve d’ailleurs régulièrement des positionnements médiacritiques :

35. L’article de @BFMTV sur @pewdiepie est tout simplement HONTEUX ! Typique de la télé de cracher comme ça … http://www.bfmtv.com/​economie/​pewdiepie-linconnu-youtube-gagne-3-millions-deuros-an-798597.html
(@Siph…)
36. Excellente infographie de @libe résumant les positions des partis en course #Europeennes2014 http://bit.ly/​1iZAtT6
(@Zel…)
37. @libe s’amuse http://www.liberation.fr/​politiques/​2014/​04/​11/​redecoupage-des-regions-les-cartes-de-liberation_994748
(@_moc…)

64La mention peut être accompagnée d’un adjectif afin de valoriser ou de critiquer la personnalité évoquée. Dans l’exemple 38, le qualificatif « impitoyable » qui précède l’adresse @edwyplenel peut être ressenti comme une distanciation énonciative : on parle du journaliste à la troisième personne, sans s’adresser directement à lui.

38. + Impitoyable @edwyplenel “lettre à F. Hollande” http://www.mediapart.fr/​journal/​international/​230714/​palestine-monsieur-le-president-vous-egarez-la-france?onglet=full #Gaza
(@antennerelais)

65La mention peut plus simplement permettre de thématiser le discours, comme le fait un hashtag indexateur. L’indication peut porter sur le lieu, comme dans l’illustration 4, qui insère la mention @francofolies. Mais, la plupart du temps, les arobases renvoient à des comptes de personnes ou d’organisations (à des comptes de médias par exemple), ce qui permet une thématisation des acteurs de l’actualité.

39. #DPDA : Cet article prouve qu’@alainjuppe a été pris en flagrant délit de mensonge hier soir, sur la loi anti-burqa : http://www.lemonde.fr/​politique/​article/​2010/​12/​16/​alain-juppe-je-n-ai-jamais-cru-a-la-rupture_1331632_823448.html
(@Marion_M_Le_Pen)
40. D’après le magazine @TIME, @MLP_officiel serait la personnalité française qui « obsède le plus le web » : http://www.lefigaro.fr/​secteur/​high-tech/​2014/​06/​07/​01007-20140607ARTFIG00052-marine-le-pen-la-personnalite-francaise-qui-obsede-le-plus-le-web.php
(@FN_officiel)

66Souvent, l’insertion de mentions de personnalités politiques se fait à des fins d’éloge ou de critique.

L’arobasage

  • 11 Les commentaires entourés sont flous, du fait de la copie originelle dans le tweet, elle-même floue (...)

67Enfin, dans la même pratique consistant à désigner les acteurs de l’actualité grâce à l’usage d’une mention, on peut remarquer la transformation des mots du titre en arobase. L’arobasage entre dans une logique de substitution de discours non hyperlié avec un discours hyperlié – ou un technodiscours. Cette pratique est légèrement différente du hashtagage des mots du titre puisqu’il n’est pas possible de créer des mentions, elles doivent forcément correspondre à des comptes existants. L’arobasage d’un ou plusieurs mot(s) du titre renvoie vers un compte et, là encore, identifie ce compte, le prévient qu’il a été cité, et permet à ses propres followers de le connaître et de l’identifier comme tel. En voici trois exemples : l’un restant totalement fidèle au titre de l’article (exemple 41), l’autre insérant une médiacritique (exemple 42) et comprenant à la fois hashtagage et arobasage (on identifie et classifie en même temps), et enfin le dernier étant l’illustration d’un arobasage du titre complété par un positionnement personnel (« ça fait froid dans le dos »), ainsi que par une publication visuelle – correspondant à une compilation de captures d’écran de tweets dont les plus signifiants ont été entourés par le twitto11 (illustration 7).

41. Redécoupage des régions, les cartes de @libe : http://www.liberation.fr/​politiques/​2014/​04/​11/​redecoupage-des-regions-les-cartes-de-liberation_994748?xtor=EPR-450206 #Marseille #Montpellier #Toulon
(@RochGi…)
42. Fun et instructif ! Redécoupage des #régions, les cartes de @libe http://www.liberation.fr/​politiques/​2014/​04/​11/​redecoupage-des-regions-les-cartes-de-liberation_994748
(@_Mil…)

Illustration 7. Arobasage de mots du titre dans un tweet multimodal mentionnant @CEstrosi

Illustration 7. Arobasage de mots du titre dans un tweet multimodal mentionnant @CEstrosi

Les citations et leur rôle dans les stratégies d’interaction et de circulation

  • 12 Le discours d’escorte entoure les liens (URL et arobase) et est inséré dans l’acte d’énonciation de (...)

68Nous avons classé en tant que citations toutes les reprises de tweets marquées, correspondant à un « discours autre » (Authier-Revuz 2004) : les retweets (RT) et les « via » suivis du nom du compte, les citations de discours suivies de leur mention énonciative et les extraits de tweets introduits par la mention et mis entre guillemets. Dans ces configurations, la citation peut être brute (c’est pratiquement toujours le cas dans les configurations avec le RT ou le « via ») mais il est également possible que le twitto fasse un commentaire, par le biais d’un métadiscours d’escorte12. Ce commentaire peut être réalisé à partir de mots, d’émoticônes ou encore de technomots (hashtags et arobases). Voyons ces différentes formes de citations, et leurs implications dans les stratégies d’interaction et de circulation de l’information.

Le retweet manuel

69La mention du retweet a son importance. En effet, par la simple abréviation « RT », l’auteur du tweet indique à ses followers qu’il n’a pas écrit le tweet original mais qu’il le relaie, voire s’en inspire quand il y ajoute un discours d’escorte.

43. RT @lequipe : Paul Pogba meilleur jeune http://www.lequipe.fr/​Football/​Actualites/​Pogba-meilleur-espoir/​482459
(@jonas…)
44. Et on a mis 84 ans pour s’en rendre compte Rt @futurasciences : Acte de décès : Le cougar est officiellement éteint http://bit.ly/​1rRwHMt
(@Anton…)

L’indication « via »

70Le « via », autre élément présent dans les tweets, permet d’identifier la provenance du tweet cité ou retweeté. Une évolution de Twitter génère maintenant cette information automatiquement dans certaines applications mobiles, mais lors de la constitution du corpus, ce n’était pas le cas. Il était bon d’identifier par ce « via » le nom du compte qui avait créé le tweet original. Ici encore, la place du « via » est variable, en début, milieu ou fin de tweet.

45. À lire et relire, la tribune de Villepin « Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza » http://www.lefigaro.fr/​vox/​monde/​2014/​07/​31/​31002-20140731ARTFIG00381-dominique-de-villepin-lever-la-voix-face-au-massacre-perpetre-a-gaza.php (via @arnoc…)
(@antennerelais)

71Ensuite, le retweet et le « via » peuvent apparaître dans un même tweet, soulignant ainsi la complexité des différentes opérations de circulation. Ces identifications complètes ont pour but d’informer ses followers mais aussi de faire connaître le compte dont on s’inspire ou que l’on cite.

46. Triste // RT @futurasciences Acte de décès : Le cougar est une espèce officiellement éteinte http://bit.ly/​1rRwHMt (via @Do…)
(@chrislo…)

72Nous avons rencontré plusieurs pratiques de citation d’un extrait du discours suivie de la mention de l’origine énonciative, dans le but d’identifier l’auteur de l’extrait et afin de le commenter avec tous ses followers pris à témoins de l’acte d’énonciation. L’exemple 47 suit la configuration citation entre guillemets et ajout de la mention :

47. “Par mauvaise conscience, par intérêt mal compris, par soumission… la voix de la France s’est tue.”, @villepin http://www.lefigaro.fr/​vox/​monde/​2014/​07/​31/​31002-20140731ARTFIG00381-dominique-de-villepin-lever-la-voix-face-au-massacre-perpetre-a-gaza.php
(@148)

La citation de tweet en mode direct

  • 13 Avec les différentes modifications successives de l’application Twitter, nous avons repéré courant  (...)

73Pour terminer sur ce point, présentons le retweet manuel qui se fait avec citation du tweet entre guillemets13 (avec ou sans ajout de commentaire). Cette pratique très fortement observée dans nos deux corpus met en valeur à la fois des tweets de médias et des tweets de twittos « lambda ».

74Nous pouvons identifier la citation brute, la citation seule mais modifiée (au niveau typographique), l’ajout de texte, d’arobase(s), de hashtag(s) ou d’émoticône(s), et même souvent un mélange de ces diverses formes. En voici quelques exemples :

48. “@20Minutes : Un dauphin à deux têtes retrouvé sur une plage turque http://dlvr.it/6Zn6Qj http://twitter.com/​20Minutes/​status/​498817580639866883/​photo/​1”
(@57Yasinb…)
49. “@Le_Figaro : Il manque 464 euros par mois aux Français pour vivre correctement http://bit.ly/​1wvho1q” Pour ma part il me manque 4 640€
(@Mohaa_L…)

75Le tweet suivant (exemple 50) introduit une arobase incorporée au discours incitatif (impératif « @Jado… regarde »), dans le but de faire réagir l’usager Twitter ciblé et sa sphère de followers.

50. “@WahR… : Son corps est infesté par les vers après avoir mangé des sushis http://www.ladepeche.fr/​article/​2014/​09/​29/​1961534-corps-est-infeste-vers-apres-avoir-mange-sushis.html @Jado… regarde
(@AmelieH…)

76La multiplication de citations d’un même tweet permet l’ajout de plusieurs commentaires qui s’enchaînent, les twittos communiquant grâce à cela un ensemble conséquent de données. Un même twitto peut d’ailleurs commenter plusieurs fois le même tweet de cette manière.

Illustration 8. Tweet initial dont vont découler les réactions de twittos

Illustration 8. Tweet initial dont vont découler les réactions de twittos

Illustration 9. Réactions diverses au tweet précédent

Illustration 9. Réactions diverses au tweet précédent

77Les exemples rassemblés dans l’illustration 9 sont reliés au tweet original de @UrbanLePharaon (illustration 8), qui a lui-même ajouté un commentaire personnel exprimant son incompréhension face à cette information. Dans les deux premiers, on est dans une reprise du tweet et de l’illustration en lien vers l’article, auquels sont ajoutés des commentaires « LA CONNERIE HUMAINE SRX » et « MAIS IL VA PAS SEN SOUVENIR », réactions orientées différemment (indignation et humour/ironie) face à l’information médicale. Dans le dernier tweet, l’énonciateur part plutôt sur l’explication de l’information qui a déclenché tant de commentaires : l’opération d’une tumeur au cerveau d’un poisson rouge, clairement incomprise par de nombreux utilisateurs de Twitter, a d’abord pour but de faire progresser la science, pas de sauver le poisson. On voit bien ici que ces tweets se répondent.

78Dans l’exemple 51, on est face à un acte énonciatif de troisième niveau. On peut voir un enchâssement de citations et de commentaires : @_Ibrahi… cite de manière brute @Emmo…, qui lui cite un tweet de @20Minutes.

51. “@Emmo… : “@20Minutes : Une Chinoise se marie dans une robe avec une traine de 4 km http://dlvr.it/71mFMb http://twitter.com/​20Minutes/​status/​515506031464435712/​photo/​1
(@_Ibrahi…)

79Ces sortes de mises en abyme permettent non seulement à l’auteur du tweet d’être très précis dans ce qu’il transmet sur sa timeline, puisqu’il reprend le déroulé de ce qui l’a interpellé, mais cela lui donne aussi l’occasion de citer d’autres usagers, donc de les intégrer à la réflexion, de se faire connaître ou identifier, de donner son avis…

 

80Dans le cadre de cette recherche, nous avons repéré nombre de tactiques qui visent à faire circuler une information journalistique sur Twitter, à faire connaître son point de vue, faire réagir ou agir sur une sphère de followers, et ce en comprenant différents niveaux de circulation de cette information. Dans nos corpus, les procédés rencontrés vont de la mention à l’accroche, en convoquant l’incitation, la sociabilité, mais aussi en employant régulièrement l’ironie. En effet, l’ironie critique est présente dans les discours d’escorte des tweets de personnalités politiques comme de twittos lambda.

  • 14 Voir également Bigey & Simon (2016), sur l’« usage des mentions par les comptes médias sur le résea (...)

81Des stratégies précises ont aussi été identifiées autour de l’utilisation spécifique de la mention, toujours dans le but d’attirer l’attention des personnes citées, des médias ou des followers de l’auteur du tweet, parfois tous à la fois. Certaines accroches ont une véritable influence sur la circulation des liens URL car, en interpellant des usagers de Twitter spécifiquement mentionnés, on s’assure au minimum une audience puis une circulation du lien URL, et au-delà un moyen d’affirmer ses idées et de les confronter à d’autres, ce qui est important par exemple pour les journalistes14. Ainsi, l’information de notre corpus qui a été la plus partagée concerne une vidéo insolite publiée par Leparisien.fr : 17 284 tweets et retweets ont été édités en réaction à l’opération d’une tumeur au cerveau d’un poisson rouge. Beaucoup d’informations étonnantes (un dauphin à deux têtes retrouvé sur une plage, traîne de 4 kilomètres d’une mariée chinoise, etc.) et de faits divers (appels à témoins, décès…) font partie des articles les plus partagés. D’autres actualités politiques, sportives et de société sont également bien représentées. On peut affirmer que le discours d’escorte de communication a une influence sur la circulation de l’information ainsi que sur sa réception. En effet, en accompagnant le lien vers l’article et/ou l’illustration, il en oriente la réception, tout comme il informe la timeline de l’avis de l’auteur du tweet quant à cette information.

82La construction d’une typologie des différents types d’adresses, mentions, accroches a été nécessaire afin de faire apparaître les particularités de chacun des observables. Elle a aussi permis d’affiner la connaissance des usages et des pratiques des twittos pour faire circuler l’information journalistique tout en donnant leur avis dessus. Dans ce cadre, la notion de discours d’escorte de communication a toute son importance : elle permet d’identifier, de circonscrire et de comprendre les enjeux de ce qui se passe en dehors du lien URL sec, complété plus rarement par d’autres éléments en lien ou non avec le premier tels que les images ou les cartes (cas des tweets multimodaux abordés dans le chapitre 4), ou encore les titres des articles.

83L’alliance de diverses stratégies est de plus en plus appliquée, répondant au besoin des médias, et des utilisateurs de Twitter en général, d’être vus, retweetés, reconnus pour leur implication dans la circulation de l’information qu’ils relaient en la commentant parfois en même temps. Ces pratiques sont en perpétuelle évolution et sont également suscitées par les transformations du réseau et de ses usages, modifiées au fur et à mesure des ajustements de cette plateforme de microblogage. La recherche sur ce sujet a donc encore de beaux jours devant elle.

Bibliographie

Adam Jean-Michel et Bonhomme Marc, 2005 [1997]. L’argumentation publicitaire. Rhétorique de l’éloge et de la persuasion, Paris, A. Colin.

Authier-REVUZ Jacqueline, 2004. « La représentation du discours autre : un champ multiplement hétérogène », in J.-M. Lopez-Muñoz et al. (dir.), Le discours rapporté dans tous ses états, Paris, L’Harmattan : 35-53.

Authier-Revuz Jacqueline, 2015 [1995]. Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, 2e édition, Limoges, Lambert-Lucas.

BAKHTINE Mikhaïl (Volochinov V. N.), 1977 [1929]. Le marxisme et la philosophie du langage, M. Yagello (trad.), Paris, Minuit.

Benveniste Émile, 1974. Problèmes de linguistique générale (II), Paris, Gallimard.

Bigey Magali et Simon Justine, 2016. « De l’usage des mentions par les journalistes sur le réseau socionumérique Twitter », in F. Liénard et S. Zlitni (dir.), Médias numériques et communication électronique. Actes du 4e Colloque international Médias numériques et communication électronique, 1-3 juin 2016, Bruges, Aquaprint : 517-528.

Genette Gérard, 1982. Palimpsestes, Paris, Seuil.

Mercier Arnaud et Pignard-Cheynel Nathalie (dir.), 2014-2016. « Projet ANR Info-RSN : Circulation et partage des informations sur les réseaux socionumériques et transformations du journalisme » [en ligne], Observatoire du webjournalisme, disponible sur <http://obsweb.net>.

Moirand Sophie, 2002. Entrée « Dialogisme », in P. Charaudeau et D. Maingueneau (dir.), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil : 175-178.

Paveau Marie-Anne, 2014. « Ce qui s’écrit dans les univers numériques » [en ligne], Itinéraires, 2014-1/2015, disponible sur <http://itineraires.revues.org/2313> [dernière consultation juin 2017].

Rabatel Alain, 2010. « Analyse pragma-énonciative des s/citations du site d’Arrêt sur images » [en ligne], Argumentation & analyse de discours, no 4, disponible sur <http://aad.revues.org/806> [dernière consultation juin 2017].

Rabatel Alain, 2011. « Analyse énonciative des s/citations du site d’Arrêt sur images », in A. Jaubert et al. (dir.), Citations II. Citer pour quoi faire ? Pragmatique de la citation, Louvain-La-Neuve, Harmattan-Academia : 13-36.

Simon Justine, 2015. « Le discours hypertextualisé : une notion essentielle pour l’analyse du web », in I. Saleh et al. (dir.), H2PTM 2015. Le numérique à l’ère de l’Internet des objets, de l’hypertexte à l’hyper-objet, Londres, ISTE : 3-20.

Simon Justine et Toullec Bénédicte, 2016. « Le poids argumentatif des tweets multimodaux dans les récits médiatiques », in F. Liénard et S. Zlitni (dir.), Médias numériques et communication électronique. Actes du 4e Colloque international Médias numériques et communication électronique, 1-3 juin 2016, Bruges, Aquaprint : 227-238.

Simon Justine et Toullec Bénédicte (coord.), 2017. « L’influence des discours d’accompagnement sur le partage social. Identifier et analyser les discours d’escorte sur Twitter », in C. Wigham et G. Legeden (dir.), Corpus de communication médiée par les réseaux. Construction, structuration, analyse, Paris, L’Harmattan : 52-70.

Souchier Emmanuël et al. (dir.), 2003. Lire, écrire, récrire. Objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, BPI-Centre Pompidou.

Velcic-Canivez Mirna, 2006. Prendre à témoin. Une étude linguistique, Paris, Ophrys.

Watine Thierry, 2006. « De la multiplication des procédés interactionnels dans les contenus de presse : vers un journalisme de conversation… », Les cahiers du journalisme, no 16 : 70-102.

Notes

1 La notion de discours fait référence aux travaux de Gérard Genette dans la tradition littéraire (1982) et à ceux d’Alain Rabatel (2010 ; 2011) dans une problématique pragma-énonciative. Dans le cadre du projet de recherche sur la circulation de l’information via le réseau socionumérique Twitter, le discours d’escorte a été défini comme un discours original qui entoure l’URL d’un article ou une unité textuelle composée de l’URL et de sa formule de partage telle que générée par les médias et qui tente d’influencer la lecture et l’interprétation du contenu mis en lien.

2 Voir l’introduction générale du volume pour une présentation du projet et des éléments méthodologiques.

3 La dialogisation fait partie d’un ensemble de stratégies qui jouent sur le dialogisme interlocutif. Elle permet de feindre le dialogue, plus précisément de reconstituer un pseudo-dialogue.

4 Hormis si le compte est protégé donc visible seulement sur autorisation de l’usager, mais ces comptes sont rares.

5 Attirer l’attention d’un compte peut servir différents objectifs communicationnels : partager une information, chercher à créer une relation interpersonnelle (inviter la personne à nous suivre), activer une connivence, critiquer, prendre à témoin, chercher à faire en sorte que la personne interpellée entre en action (au niveau du discours, par une réponse, un retweet, et d’un point de vue plus pragmatique, en agissant réellement), etc.

6 Ce constat amène à réfléchir à la possible transposition du concept de « modalisation autonymique » proposé par Authier-Revuz (2015), dans laquelle le mot est utilisé à la fois en usage et en mention. Elle cumule l’usage d’un mot pour désigner une chose et le retour en mention sur ce mot.

7 Twitter a fait disparaître les adresses publiques de ce type en 2016. À lire sur : http://www.presse-citron.net/twitter-assouplit-la-regle-des-140-caracteres-et-lance-lauto-retweet/.

8 Sur les cartes Twitter, voir le chapitre 4 de ce volume.

9 Voir à ce sujet : Simon & Toullec (2016).

10 Dans la conclusion de son ouvrage Prendre à témoin, une étude linguistique, Mirna Velvic-Canivez (2006 : 225) insiste sur le fait que dans la prise à témoin, l’interlocuteur est « amené à partager la responsabilité de l’acte dans lequel il est engagé ». La dimension interlocutive se voit ainsi doublée d’une dimension pragmatique puisque la personne prise à témoin est invitée implicitement à entrer en action.

11 Les commentaires entourés sont flous, du fait de la copie originelle dans le tweet, elle-même floue. Voici les deux commentaires pointés par le twitto : « elle va quand même finir par en avoir une, UNE BALLE !!! » et « aux [sic] zoo ».

12 Le discours d’escorte entoure les liens (URL et arobase) et est inséré dans l’acte d’énonciation de niveau 1 alors que dans le cas d’un métadiscours d’escorte, il s’agit d’un positionnement dans un acte d’énonciation de niveau 2 : le métadiscours d’escorte représente le discours d’escorte d’origine. Il est bien évidemment possible à ce niveau d’insérer d’autres liens.

13 Avec les différentes modifications successives de l’application Twitter, nous avons repéré courant 2014 un nombre très important de tweets débutant par ce qu’on peut prendre pour une adresse publique (“@xxx), alors que cette adresse avait une fonction technologique qui mentionnait l’origine du tweet. Cette adresse automatisée ne permet pas de dire si, pendant cette période, ces choix de mentions étaient volontaires ou non.

14 Voir également Bigey & Simon (2016), sur l’« usage des mentions par les comptes médias sur le réseau socionumérique Twitter ».

Table des illustrations

Titre Figure 1. Répartition quantitative des différents types d’accroches repérés (total = 318)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11087/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Illustration 1. Exemple de tweet intégrant un déictique d’ostension
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11087/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Titre Illustration 2. Exemple de tweet intégrant un déictique d’ostension
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11087/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Titre Illustration 3. Exemple de tweet intégrant un signe visuel pour déictique d’ostension
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11087/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Titre Illustration 4. Tweet du chanteur Patrick Bruel à l’attention de l’acteur Omar Sy
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11087/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 418k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11087/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Illustration 5. Tweet multimodal interpellant le .@partisocialiste en adresse publique
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11087/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 446k
Titre Illustration 6. Critique du choix d’illustration du Point.fr pour son article sur la parentalité des transsexuels
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11087/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Illustration 7. Arobasage de mots du titre dans un tweet multimodal mentionnant @CEstrosi
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11087/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Illustration 8. Tweet initial dont vont découler les réactions de twittos
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11087/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Titre Illustration 9. Réactions diverses au tweet précédent
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11087/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/11087/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 10k

Auteurs

Magali BIGEY est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Franche-Comté, et chercheuse au laboratoire Éditions, Langages, Littératures, Informatique, Arts, Didactiques, Discours (ELLIADD, EA 4661). Docteure en sciences du langage, elle travaille notamment sur la réception et les pratiques des publics, face aux discours issus du web (médias sociaux, forums…). Elle s’apprête à publier, avec Justine Simon : « De l’usage des mentions par les journalistes sur le réseau socionumérique Twitter », in F. Liénard et S. Zlitni (dir.), Médias numériques et communication électronique (Limoges, Lambert-Lucas, à paraître).

Justine SIMON est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Lorraine, et chercheuse au Centre de recherche sur les médiations (CREM, EA 3476). Depuis plus d’une dizaine d’années, elle développe des travaux en communication et en analyse du discours. Ses dernières recherches sont consacrées à la communication numérique. Elle développe un axe de réflexion sur la notion de « Discours hypertextualisé » à travers l’analyse de différents dispositifs interactifs.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par